Les Trentièmes rugissants

By  | 8 août 2011 | Filed under: Regards

Roger Federer fête aujourd’hui ses 30 ans. L’occasion de se livrer à une mise en perspective avec les autres champions dominants du tennis moderne : où en étaient-ils à l’heure d’aborder la dernière partie de leur flamboyante carrière ? Le spectre se révèle pour le moins large : si la plupart d’entre eux avaient perdu de leur superbe, certains tenaient encore la dragée haute à leurs jeunes adversaires. Tour d’horizon des prédécesseurs du Suisse sur le trône de l’ATP. Et qu’on se le dise : c’est un trentenaire en pleine forme qui souffle ses  bougies à Montréal.

Ils étaient déjà retraités :

  • Bjorn Borg. Usé, fatigué par une carrière aussi précoce qu’hautement intense, le Suédois avait raccroché dès 1982, à l’âge 26 ans. Il tentera un retour, qu’il est préférable d’oublier, entre 1991 et 1993.
  • Jim Courier. La domination de Jim Courier sur le circuit ATP s’étend de 1991 à 1993. Laissant par la suite le pouvoir à ses compatriotes Sampras et Agassi, « Big Jim » recule assez nettement dans la hiérarchie et prend finalement sa retraite au printemps 2000, alors qu’il n’a encore que 29 ans.

Et aussi : Patrick Rafter (29 ans), Michaël Stich (28 ans)…

Ils ne jouaient plus les premiers rôles :

  • John McEnroe. Quand John McEnroe fête ses 30 ans, en 1989, il y a déjà cinq ans qu’il n’a plus triomphé en Grand chelem. Depuis sa sensationnelle saison 1984, en fait. Il n’a même plus disputé la moindre demi-finale majeure depuis sa défaite à New York contre Ivan Lendl en 1985. Et si « Johnny Mac » vieillit bien – il jouera trois demi-finales majeures passé 30 ans – tour à tour Edberg, Sampras puis Agassi se chargeront de lui rappeler, assez sèchement à chaque fois, que ses grandes années sont loin derrière lui.
  • Mats Wilander. La carrière au sommet de Mats Wilander s’est arrêtée en 1988, à 24 ans, une fois la première place mondiale atteinte. Par la suite, le Suédois s’installe dans le ventre mou du classement ATP et ne prétend plus aux victoires finales. C’est même tout juste s’il gagne encore un titre par la suite – Itaparica en 1990. Dernière demi-finale en Grand chelem : l’Open d’Australie 1990.
  • Stefan Edberg. Stefan Edberg choisit de raccrocher la raquette l’année de ses trente ans, en 1996. Il y a alors longtemps que le Suédois n’est plus candidat aux victoires en Grand chelem – dernier titre à l’US Open 1992, dernière demi-finale à l’Open d’Australie 1994 – au point d’avoir rétrogradé au 30e rang mondial. Sa dernière saison se transforme toutefois en tournée d’adieu réussie, le sextuple vainqueur en Grand chelem remontant jusqu’aux portes du Top 10.
  • Boris Becker. La dernière grande saison de « Boum Boum » a lieu en 1996, à 28 ans, lorsqu’il remporte son dernier Majeur, l’Open d’Australie, et dispute en fin d’exercice sa dernière finale au Masters. Le déclin de l’Allemand sera ensuite assez rapide : au moment de fêter ses 30 ans, en novembre 1997, il faut descendre au-delà de la 60e place mondiale pour trouver trace de son nom ! Becker ne réussira jamais à remonter la pente et mettra un terme à sa carrière deux ans plus tard.

Et aussi : Evgueni Kafelnikov, Sergi Bruguera, Michaël Chang…

Ils restaient dangereux :

  • Ivan Lendl. Lendl fête ses trente ans en mars 1990. Quelques semaines plus tôt, l’incontestable N°1 mondial vient de remporter l’Open d’Australie… son dernier Grand chelem. Il  remporte cinq titres cette année-là, joue également les demi-finales de Wimbledon, et perd en cinq sets à l’US Open face à un jeune joueur qui était déjà venu s’entraîner chez lui : Pete Sampras. Le Tchèque termine l’année de ses trente ans au 3e rang mondial. Malgré une dernière finale en Australie début 1991, il ne va plus cesser de reculer au classement, lentement mais sûrement : 5e fin 1991, 8e fin 1992, puis 19e fin 1993. Cette fois, à 33 ans, c’est bientôt la fin. Le Tchèque raccroche courant 1994.
  • Pete Sampras. Pete Sampras ne remporte plus qu’un titre une fois sa trentième bougie soufflée, mais quel titre : l’US Open en 2002. Surtout, l’Américain, même tombé aux alentours de la 10e place mondiale, demeure un homme de Grands chelems, au point d’atteindre la finale de l’US Open 2001 au terme d’un parcours d’anthologie durant lequel il bat les trois derniers vainqueurs du tournoi, Rafter, Agassi et Safin. Avant donc l’apothéose de l’année suivante. L’Américain raccroche sur cet exploit, à 31 ans.

Et aussi : Guillermo Vilas, Andres Gomez…

Ils étaient encore au sommet :

  • Jimmy Connors. Par sa longévité au plus haut niveau, Jimmy Connors a tout d’une anomalie. L’année de ses trente ans, profitant de la retraite de Borg et d’une certaine décompression de John McEnroe, autrement dit les deux hommes qui lui ont régulièrement barré la route les années précédentes, « Jimbo » livre l’un des meilleurs crus de sa carrière, récupérant la place de N°1 mondial à la suite de ses titres à Wimbledon et à l’US Open. « N°1, c’est un endroit d’où j’aime la vue ! », clame t-il alors. Il occupera encore ce promontoire une bonne partie de l’année 1983, glanant à l’US Open un huitième et dernier titre majeur. Connors restera membre du Top 5 mondial jusqu’à 1986, et jouera même sa dernière demi-finale en Grand chelem à 39 ans, lors de l’US Open 1991 !
  • Andre Agassi. Tout simplement le plus vieux N°1 mondial recensé par les archives de l’ATP. Vainqueur de deux Open d’Australie passés ses 30 ans, il se servira du second pour devenir, à 33 ans, le doyen des N°1 mondiaux. Il restera ensuite compétitif jusqu’à ses 35 ans, ponctués par une dernière finale à l’US Open en 2005.

About 

Prenez ma nouvelle adresse : http://livre.fnac.com/a7085832/Marc-Gdalia-Les-monuments-du-tennis-moderne

Tags:

207 Responses to Les Trentièmes rugissants

  1. fieldog, vainqueur 2010 de l'odyssée (dans le cul nabot!) 9 août 2011 at 21:51

    Salut la compagnie! Back to tennis après m’être, moi aussi, offert un break salvateur (même si j’ai suivi les résultats d’un œil, faut pas déconner hein… :) ).

    Avant toute chose, un petit mot pour tous les courageux qui ont tenu la baraque 15love pendant cette période estivale : beaucoup de quizz et autres articles à rattraper mais quand on aime, on ne compte pas ;) Alors un grand bravo et merci à tout le monde. De ce que j’en ai vu et lu, la qualité est plus que jamais au rendez-vous…

    Place à l’actualité maintenant : Murray out et 1000 points qui s’envolent… Fou comme il y a le top 3 puis le reste du monde, à tel point qu’il devient impossible d’imaginer un vainqueur en GC autre que Djoko, Nadal ou Fed (peut-être Delpo???).

    Julie, t’as vu ton bébé alors??? Il est beau, tellement il a la classe, tellement il claque sa race?!!!

    • Julie 9 août 2011 at 22:14

      AAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHH

      Part I

      je suis allee à l entrainement vendredi midi j’ai dit que je meclipsais 2heures du taf mais apres plus du tout le gout de me refaire une heure de transports pour retourner bosser du coup j’ai envoyé un texto pour dire que j’avais une insolation… Ca n’a trompé personne…

      Mais alors, alors, alors, oh mon dieu

      Midi moins 5. Nous entrons dans le stade. Toute stressee je m’ébats et me bats contre les elements, pour trouver notre place au plus vite et etre assise quand Doudou arrivera. Dans toute cette agitation (la mienne, telle une poule agitant bras et ongles) (et seins, je m’entrainais pour l’arrivée de Doudou), je jette un bref coup d œil sur le terrain pour voir qui meuble en attendant Roger. Oh mon Dieu!!! Mais c’est Nadal!!! Je ne l’avais jamais vu de ma vie, choc! Je me retourne vers mon pote, je hurle « mais c est nadal » (j etais dans un tel etat de surexcitation que le mot « parler » avait avantageusement disparu de mon vocabulaire pour etre remplacé par « glapir »). Juan me dit placidement « ben oui, c’est ce que je te dis depuis une heure, c’est Nadal. Je me reretourne, où sont nos places? Il faut etre prets pour l arrivee de Doudou, mais quand meme j’aimerais bien voir Nadal taper qqs balles. Devant, derriere, en haut, en bas, j ai perdu le nord, le sud aussi tiens, le soleil non par contre, le plomb s’abat sur le stade… Et une enorme clameur monte de etoiles… (portenawak), je me retourne d’une seule femme, et là, il est là…. Le surhomme…

      Je crie, je hurle, je piaille, Rogerrrrrrrrrrrrrr, je t’aiiiiiiiime, mais la foule en delire couvre mes delires (allitération en « délires » pour les intimes). Je me reretourne. Mince, nos places, où sommes-nous déjà? Je me re-re-retourne, je le vois marcher, qu,est-ce qu’il marche bien!!!!! Je me re-re-re-retourne, où sont donc ces osties de places???

      • Djita 9 août 2011 at 22:23

        Ah Julie j’adore ta narration. Ne t’arrêtes pas en si bon chemin. Ça donne envie, continues.

      • John 10 août 2011 at 16:03

        Julie, tu es folle

  2. May 9 août 2011 at 22:08

    Oh my god! God save the Queen… Je rentre tranquillement à la maison, je jette un oeil au score board et que vois-je ? A Murray a perdu???? C’est bien celui a qui je pense? le score est très sèvère en + 3 et 1 c’est une vrai déroute. Y’a des témoins qui ont assisté à la scène? Je vais enquêter pour comprendre comment ça peut se produire. Il se détache le Scottish, comment peut-on encore parler de big 4?

  3. Julie 9 août 2011 at 22:23

    Voilà, nous sommes assis. Je le regarde. Mais il n’est pas vraiment réel. Il ressemble à ces personnages de cire vous savez…?

    Bon en fait là je suis au taf donc je peux pas trop entrer dans les details mais en gros tres vite on a vu que le placement n’engage que celui qui les croit, on est donc descendu attention mesdames et messieurs…. Au…. 2eme rang ! Dans le coin coup droit quand Fedou était de notre côté. Résultat… résultat quand Wawa tapait dans l’angle Federer se ruait sur moi! Je crie « non attends, pas si vite « . J’aurais bien aimé, un peu plus de tendresse. Ou alors un sourire. Ou bien avoir le temps. Mais au suivant. Au suivant. Ah non, c’est une feinte, il s’arrete juste avant. Il craint ce contact brulant de nos deux peaux electrisées…

    Je l’entends meme parler ! Ou plutôt crier, « aie ! », sur une balle intouchable de wawa, mais je sais bien qu’au fond c’est son désir pour moi qui lui fait mal…

    Puis il part se rasseoir. Et devise avec Annacone. Mais où est donc cette jeune damoiselle du forum 15-love, pour laquelle je suis venu à Montreal ? Elle m’avait promis une robe de kit-kats, je pensais la reconnaitre, aisément, mais où est-elle ? Je sais qu’elle est ici, maintenant, elle l’a écrit ! Paul, j’y retourne, mais fais quelque chose, retrouve-la !!! Et il se releve de sa chaise, pour reprendre l’entrainement.

    Mais je ne suis pas si facile, je ne m’épanche que sur ce forum, et au bord du court, je reste coite. Maintenant que la foule s’est tue (?), le « roger je t’aiiiime » me reste comme au bord des lèvres… j’aimerais que Roger vienne le cueillir, mais tant de choses nous separent… Nous sommes si proches et si loin, il sait que notre amour est impossible, et tremblant, il cède, il plie… Le Destin est contre nous…

    • Djita 9 août 2011 at 22:57

      Excellent tout simplement excellent. Je suis pliée de rire.
      Tu es génial Julie.

      • Julie 9 août 2011 at 23:11

        Bon ben si tu veux plus de folie, pas de pb, je ne me censure lus alors! (vous etes pas dans la …)

        • John 10 août 2011 at 16:04

          Julie, tu es vraiment folle

  4. May 9 août 2011 at 22:27

    Bon ben après lecture de vos postes, c’est bien le n°4 qui a valsé.
    Lui aussi a du bol car les absences conjuguées de Soderling et Ferrer vont lui éviter une chute au classement… pour le moment.

  5. Julie 9 août 2011 at 22:33

    Bon, désolée Filedlog, j’arrete la moquette. En bref, ils nous ont fait le show. Beaucoup de vollées, beaucoup d’attaques, des situations de points toujours intéressantes, bcp de tentatives, bcp plus qu’en match, c était de toute beauté. Si je le vénérais avant, mes yeux se sont aujourd’hui ouvert pour toucher à la grâce… Ainsi la boucle est bouclée, la quête du graal achevée, le tennis n’est plus sport, il est art, un art empli d’âme… Le revers n,est pas en reste, et combien de coups gagnants mirobolifiquants sort-il de son escarcelle?

    Je crois qu’il me faut arreter d’écrire car la fumée reprend irresistiblement le dessus. C’était de toute beauté. Je m’escrime à crier au moins un pauvre « come on Roger » 2 fois, dans le silence du court, et là…. Ma voix me trahit, et c’est une crécelle rouillée qu’on entend sur tout le court… C,est pas avec cette voix là que tu vas chopper me dit Juan, un brin (mais un gros brin) moqueur…

    Je rajouterai que bébé se sèche bien, oh oui, tres bien, car j’ai eu droit au changement de maillot, le show total vous dis-je. Mon pote a eu droit à « Qu’est ce que Roger joue bien… Qu est ce que Roger marche bien… Qu est ce que Roger se seche bien…. Qu est ce que Roger boit bien…@ (je VEUX etre cette bouteille d’eau vous m’entendez!!!)

    Et voilà, je crains malheureusement d’avoir dévoilé ici ma vraie nature de folle à lier, je comprends par avance que mon compte 15-love va s’auto-detruire devant tant de fannisme (si si ca existe fannisme vous dis-je!), c’était bien sympa de vous connaitre en tout cas!

    • fieldog, vainqueur 2010 de l'odyssée (la seule, la vraie!) 9 août 2011 at 22:41

      Ne t’excuse pas Julie, j’adore tes récits, ton grain de folie les rend absolument uniques. Tu m’as fait mourir de rire devant mon écran, ne changes rien, t’es au top! ;)

    • John 10 août 2011 at 16:05

      Julie, tu es absolument folle

  6. Djita 9 août 2011 at 22:39

    Le syndrome Youzhny commence à prendre fin. Llodra continue ce que Simon avait commencé. Cela fait plaisir.

  7. Ulysse 9 août 2011 at 22:39

    Ca y est. L’héroïne romantique de 15-Love a pété les plombs en direct. Faut dire il peut faire très chaud en août à Montreal. On les regrettera, elle et ses alitérations en ke : « au bord du court, je reste coite ».

    • fieldog, vainqueur 2010 de l'odyssée (la seule, la vraie!) 9 août 2011 at 22:42

      Celle-là est collector, vraiment; « Julie m’a tué »…

    • Julie 9 août 2011 at 22:45

      Coite, et non pas moite hein

      Pq sinon l’allitération ca marche po

      (j en profite tant que mon compte n’est pas encore détruit!!)

      • Le concombre masqué 10 août 2011 at 10:24

        Oui, mais on peut facilement y remédier :

        Au bord de l’aMour, je reste moite.

        • Julie 10 août 2011 at 15:59

          Enorme. J’empoche dans ma besace.

      • Ulysse 10 août 2011 at 10:56

        J’avoue que hier soir j’ai tout de suite cherché une contrepèterie sobre et de bon goût, bien dans le style de ton texte, en modifiant subtilement « au bord du court je reste coite ». Je n’ai pas trouvé. Peut-être un poète parmis vous ?

    • Julie 9 août 2011 at 22:47

      Oui Ulysse c,est vraiment du direct, car j,avais prévu d’écrire 3 lignes pq je suis au taf, et par 3 fois je coupe, je dis, bon, je me calme, et la je repars

      Mais ct fou! J’ai failli violer mon pote à côté par transfert

      (et bébé est venu sans Mirka, je l’ai bien vu, mais j’ai commencé la stratégie du canard (contre)-laqué, je fais la reine de glace, et Roger, furieux, de casser sa raquette car il a vu que j’étais accompagnée

      • Ulysse 10 août 2011 at 12:03

        Ah ça c’est malin. Tu veux te rendre dans un premier temps distante, inaccessible, inatteignable ? Très fort…

      • Julie 10 août 2011 at 15:56

        Alors que pourtant la strategie de la reine de glace ne marche JAMAIS (testée et désapprouvée à La Bourboule par votre serviteuuuuuse?), je persiste et signe.

        je ne veux pas etre une enieme groupie. Il faut que ce soit lui qui vienne à moi, et non l’inverse.

        Reste à trouver comment, c’est tout!

        • John 10 août 2011 at 16:07

          Julie, tu es définitivement et colossalement folle

        • Julie 10 août 2011 at 16:26

          Folle…. d’amuuuuuuuuur

  8. William 9 août 2011 at 23:27

    Je propose une pause dans le délicieux délire doux-dingue de Julie (oui oui moi aussi je me mets aux allitérations !) pour exposer à Coach K., qui joue les ingénues, en quoi le cul de Nadal est bel et bien bordé de nouilles.

    « Le cul bordé de nouilles? Ce n’est qu’une fumisterie créée par des personnes jalouses des perfs de Rafa.  » Salauds de FFF, encore eux !

    « Si Murray s’est fait sortir dès son 1er match, il y est pour quoi, le père Rafa? » Pour rien, c’est justement le principe de la chance. Ou du bordage de cul par des nouilles, au choix.

    « Des éliminations prématurées inattendues, il y en a toujours (eu) dans le tennis et elles ne rendent pas les choses plus simples pour autant pour ceux qui sont encore dans le tournoi. » Elles ne rendent pas nécessairement les choses plus simples, c’est vrai, mais dans le cas présent et comme dans de nombreux autres, elles les rendent effectivement plus simples… Qui d’autre pour proposer un test à Rafa dans sa partie ? Dolgopolov ? Fish ? Berdych ? Allons…

    « Les seuls qui pensent le contraire sont ceux qui pensent qu’un joueur qu’on apprécie pas devrait avoir un tableau de la mort à chaque fois. » De la mort ce serait beaucoup demandé… Commençons déjà par un ou deux obstacles avant la finale et ce sera pas mal !

    Sérieusement Coach, Murray était la seule menace du tableau de Nadal et elle s’est envolée. Et c’est loin d’être la première fois que cela arrive.

    C’est bon Julie tu peux reprendre !

    • Coach Kevinovitch 10 août 2011 at 00:26

      Et pourtant elle ne tourne pas la main invisible….. :mrgreen:

    • Le concombre masqué 10 août 2011 at 10:20

      Merci Will, tu m’évites un post. :)

  9. May 9 août 2011 at 23:49

    Y’a tout de même de bonnes nouvelles, Verdasco a perdu le 1er set face à Kamke, allez plus qu’un!
    Stepanek doit se remettre de sa semaine victorieuse 1 set + 1 break de retard.

    • Le concombre masqué 10 août 2011 at 10:42

      AAAH non pas Verdasco, ne me dis pas que Nadal ne va meêm pas affronter un Top 30 avant la finale!!

  10. Geô 10 août 2011 at 07:46

    Cet été, en bon tennisman de compétition amateur, j’ai fait mes devoirs de vacances. Support informatique (YouTube), modernité oblige. Au menu, gestuelle et histoire contemporaine du jeu, affrontements de légende sur fond de perfection technique, des Sampras-Agassi, des Federer-Nalbandian, des Federer-Agassi aussi (pas moyen de mettre la main sur un Sampras-Nalbandian qui n’existe pas du reste). Au fil de mes visionnages, j’en suis venu à m’arrêter sur les fessées administrées par Roger et Pete à mon Andre, que j’ai tant aimé ado et même après (jusqu’à la fin en fait). A l’âge de la maturité (un peu plus de trente ans), l’évidence s’est imposée à moi : c’est vachement beau ce qu’ils font, du coup je m’en suis voulu de leur avoir parfois souhaité le malheur juste parce qu’ils « me » battaient trop souvent.

    Ainsi, j’ai décortiqué le jeu de Federer. Chemin faisant, j’ai repensé à cette phrase de je-ne-sais-plus-quel commentateur : « la balle de Roger s’accélère après rebond » (comme quoi, ils ont parfois des lueurs), en coup droit, c’est flagrant, estomaquant et réjouissant. Exécutant mon revers à une main, j’ai plus encore passé celui du maître au microscope. Mon coup préféré au final, c’est le revers à plat frappé du milieu de la ligne de fond et qui part vers l’extérieur côté coup droit, une merveille. On en viendrait presque à se demander pourquoi il tournait tant autour de ce même revers mais c’aurait été se passer de ce déplacement supersonique.

    Du coup, j’ai pensé à vous, la cohorte des fans de Fed. « Comme je les comprends » me suis-je dit. Bon les attitudes de midinettes chez les adultes, ce refus de tout ce qui est autre, ce mépris du même autrui, je trouve ça consternant. Néanmoins, « comme je les comprends » me suis-je dit. J’ai pensé à Nadal aussi, à ces purges infâmes qu’on a dû se farcir en finale de Roland Garros, à ces séances de coups droits bombés sur revers poussifs. Rafa si excellent dans le destructeur. Le scénario interdit, Ankoku Phoenix (le chevalier noir du Phoenix) l’emportant sur le bon Pégase. Si on ne saura jamais combien de titres il aurait glané au total, il est évident que Federer compterait davantage de French Open à son palmarès sans son tortionnaire (cf. 2009), au prix de sublimes arabesques. Pour un peu, je souhaiterais à posteriori le malheur au Majorquin mais, que diable, je ne suis ni ado ni groupie.

    Enfin j’ai pensé à Nalbandian. Roger et David, c’est vraiment le top du top, le nec plus ultra des highlights de YouTube. Que du beau et que du bon. Des joueurs similaires et complémentaires, capables d’être foudroyants et de caresser la balle, de jouer au chat et à la souris (les amortis sont légion) et de s’adonner au combat de lions, chacun dans leur style. Fatalement, on songe à l’histoire du jeu. Ah s’ils avaient pu faire, allez, quatre finales de Grand Chelem, deux titres chacun. Quatre matches de pur bonheur, quatre matches de légende, quatre matches à montrer dans toutes les écoles de tennis.

    • William 10 août 2011 at 09:22

      Beau post, je cosigne !

    • Ulysse 10 août 2011 at 12:08

      Geo, ton post trimestriel est un vrai bonheur. Vivement l’automne !

    • Geô 10 août 2011 at 16:45

      Messieurs, vous êtes bien aimables. Merci.

    • Kaelin 10 août 2011 at 20:47

      Ah je suis tellement d’accord avec toi pour Nalbandian ! C’est facilement un des 5 joueurs dont je regarde le plus de Highlights sur Youtube également. Quelles joutes il nous a offert.. Des ptits liens pour agrémenter mon post parmi mes préférences, tiens ^^ :

      Nalby – Gasquet, Bercy 2007 : http://www.youtube.com/watch?v=jsOF5SmwDdU
      Safin – Nalby (oui je prend pas trop de risques ;) ) : http://www.youtube.com/watch?v=yCEJQ0NEe4Y

      Deux parmi tant d’autres

      Vous aurez remarqué mon aversion absolue pour les beaux revers.. ;)

      • Sam 10 août 2011 at 20:56

        Pffff, peut-être, mais ça fait longtemps que Nalbide a perdu son AAA.

        • Kaelin 10 août 2011 at 23:09

          Ouais il est passé à un(e) triple B(-ouée).. :(

  11. Le concombre masqué 10 août 2011 at 10:45

    Merde, et Roddick? Qu’est ce qu’il fout lui? C’est maintenant qu’il faut prendre des points coco!

    Il est blessé?

  12. Ulysse 10 août 2011 at 12:14

    A cause des délires de Juile, j’ai révé cette nuit que je devais faire des balles d’entraînement avec Federer (authentique). C’était du béton vert. Il y avait pas mal de monde qui assistait. J’étais stressé et concentré. Surtout stressé parce que Fed s’énervait parce que je lui envoyait plusieurs fois des balles trop fortes hors de portée. Notamment mon revers marchait très fort.
    Il faut que je consulte ?

  13. Sam 10 août 2011 at 12:27

    Non,c’est tout à fait normal. Surtout en cette période de l’année. A partir de la mi-aout, l’enfant s’aperçoit (généralement pendant le tournoi de Montréal) que la rentrée approche. Donc, il rêve de la rentrée. Et là, arrivé à un certain âge, il est tout à fait normal que l’enfant éprouve le besoin de se séparer de son Doudou (objet transitionnel entre chez moi et l’école). Donc, l’enfant peut rêver qu’il tue symboliquement son Doudou. Et c’est exactement ce qui vient de t’arriver, Ulysse.

  14. Julie 10 août 2011 at 15:53

    Alors la, Ulysse, je m’inscris en faux, c’est trop facile de m’accuser pq tu envoies des boulets n’importe comment et que Roger se fache, c’est bien naturel!

    Ptdr sinon l’analyse psychanalytique de Sam. L’enfant veut tuer son Doudou, crime!

    Bon alors ici c’est l’orage, oh desespoir, donc je ne sais pas trop ce que je vais pouvoir voir, mais j’ai des billets pour ce soir, et en rentrant j’envoie le résumé pour parution demain matin. Je te l’envoie à toi Guillaume?

    Alors au programme j’aurai Nadal et pas Fedou mais bon ce n’est que partie remise, et je n’ai jamais jamais vu jouer nadalou, peut etre attraperai-je le delpotro cilic qui promet, ouvert, et j espere qussi attrapper le double gasquet-Simon vs Chela-monaco, Francia contra Argentina, vamos francia!

    • Ulysse 10 août 2011 at 17:25

      La vérité c’est que Fed était complètement dépassé par mes coups lâchés. Ca m’inquiète un peu pour son niveau quand même.

      Content d’avoir tué mon doudou. Il était temps pour un ado fan de McEnroe au début des 80s.

  15. Ulysse 10 août 2011 at 17:21

    Djoko et sa coiffure playmobil… On a l’impression qu’il a un trou carré dans la tête ce type, et le soir il déclipse ses cheveux et les pose d’un bloc sur la table de nuit.

  16. Nath 10 août 2011 at 18:53

    5 partout entre Fed et Pospisil ? Même si Fed n’a perdu que 3 points sur son service. Quelqu’un voit le match ?

  17. Arno 10 août 2011 at 19:02

    Enfin, la saison reprend… Il était bien temps!! Remarquez, je suis resté en hibernation après le 2ème set de Fed/Tsonga à Wimb’…

    Du coup, je me suis pas trop ennuyé…

    Wimb’ m’a fait mal, très mal. J’ai rêvé à RG, le gazon fut un cauchemar! Le monde à l’envers!

    Bref, excellent article du patron sur les trentenaires illustres du circuit, qui sont finalement pas légion. Je l’avoue: avec le recul, ça m’étonnerait pas que Doudou reste à 16 GC. Oui, j’ai un peu perdu la foi. Mais attention, je le crois toujours capable de nous faire rêver sur des matches monstrueux comme à RG, histoire de montrer qui est le patron de temps à autre. Rien que pour un match par an du niveau de sa 1/2 contre Djoko, il peut jouer à vie!!

    Sinon, je reviens, je me réveille et au premier jour de visionnage des résultats de Montréal, je constate que certaines choses ne changent jamais: Murray est toujours une tâche ;) Rassurant de garder des points de repère, quand même.

  18. Nath 10 août 2011 at 19:04

    Voilà, 7-5 pour Fed. L’accélération de fin de set, pourquoi je me pose des questions, moi ?
    De son côté, Karlovic a perdu le tie-break du 1° set 7-0 contre Petzschner !

  19. Arno 10 août 2011 at 19:11

    Entre parenthèses, ça m’a fait bien plaisir que Gulbis ait ressuscité… Quel tournoi il nous a sorti!! Le réveil, enfin???

  20. Julie 10 août 2011 at 19:17

    Rho la la Tomic qui au moment de perdre le match a des balles de break! Va t il le faire???

  21. Julie 10 août 2011 at 19:19

    IL l’a fait!!!! Ca c est des couilles!

    Soit dit en passant, la perspective d un federer tsonga ne me réjouit pas du tout, meme si je pense qu’il ne se laissera pas faire 2 fois de suite, une petite superstition… Allez Tomic!

  22. Julie 10 août 2011 at 19:24

    6-6 Tomic-tsonga, tie break, alors que tsonga servait pour le match et avait 30-0

    Allez Tomic!!!

    • fieldog38 10 août 2011 at 19:34

      En effet couillu le gamin, mais pas suffisamment pour tenir la distance avec couilles-de-mammouth…

  23. Julie 10 août 2011 at 19:34

    Bon, faux enflammage.

    Trois matchs qui se terminent pile en meme temps.

    Wawa passe, Tsonga aussi, et mon amour. Nous aurons donc bien la revanche de Wimbledon…

    Ils ont SACREMENT INTERET à programmer Roger demain soir et non dans la journee ou je pique une crise de nerf et je detruis tout le stade! Pq si doudou perd avant que je ne le vois jouer, je saute du pont (pas facile, vu qu’à montreal tous les ponts s effondrent d eux meme, m enfin)

  24. Julie 10 août 2011 at 20:23

    Decue pour dolgopopipou, en plus il eatit dans ma team je crois

    Balle de bris Lopezzzzz allez Lopezzzzzz (vous remarquerez que sur le scoreboard de la rogers cup ils ecrivent « balle de bris » si si)

    • Colin 10 août 2011 at 21:58

      Et une balle de debreak ils appellent ça « balle de débris » ???

  25. Julie 10 août 2011 at 20:24

    Et Petzschner a fait le break (le bris, pardon) contre karlovic dans le 3eme!!! Que de suspense!

    Allez Peztchouille

  26. David 10 août 2011 at 20:56

    Du bon Davy pour l’instant. DAVAI !!!

  27. William 10 août 2011 at 20:57

    Wop, Davydenko mène d’un break face au père Djoko ! Allez le chauve !

  28. William 10 août 2011 at 20:59

    Federer rencontrera lors du Masters Canadien son bourreau de Wimbledon…comme l’année dernière !

  29. Sam 10 août 2011 at 21:01

    Yes ! Davy confirme son bris miracle contre, comment appeler ce type ? Le disciple de Lagardère Arnaud, vas-y que je te pose en slip avec ma blonde. Bref.

    (…énorme double faute de Mr Djokovic…). J’ai vu Davy en vrai à RG, et je ne m’en suis pas remis pour des raisons assez éloignées de celles de Julie avec l’objet transitionnel. Et enn le voyant, je me disais « il va en faire qu’un bouchée » de ce Veic ? Vic ? Veix ? Bref, du poulain de Prrip (encore l’orthographe). On a vu ce que ça a donné.
    Donc, là, je m’abstiens, et je conçède que Davy pourrait avoir quelques difficultés.

    Et quand je vois Davy, je ne peux pas non plus m’empêcher de me dire, « quel formidable espoir pour tous ceux qui chopent le cancer »; mais je me trompe, c’est juste son look et sa calvitie. Décidément, Niko, tu restes une énigme.

  30. Julie 10 août 2011 at 21:04

    Et alooors???? Personne n’est là??? Monsieur, il se passe des choses!!!

    Double break pour Davy contre djoko, allez davyyyyyy (surtout que ce sera plus facile pour delpo apres), et gasquet sauve 2 balles de bris d entree de jeu, et la il a lui-même une balle de bris! Dans 2 heures je suis la bas!!!

  31. William 10 août 2011 at 21:08

    Moi j’adore Davydenko. En ce moment il joue très vite, face à un type qui maîtrise plutôt très bien le jeu en cadence. Davydenko a fait quelque remise digne de Top Spin ! Mine de rien il fait rien depuis deux mois à part un titre à Munich mais il a éliminé un numéro 1 mondial en janvier, Nadal, et va peut-être en éliminer un autre aujourd’hui, qui sait….
    Balle de premier debreak pour Djoko.

  32. Sam 10 août 2011 at 21:12

    Pfff, cet enf…de DjoKo joue monstrueusement vite. Un peu comme Davy, mais plus vite, plus fort, plus tout. Il s’installe et ça va défiler.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis