Dis-moi quel est ton surnom…

By  | 27 octobre 2011 | Filed under: Regards

… je te dirai quel joueur tu es.

Ils sont officiels ou issus des cerveaux fertiles des fans. Ils proviennent d’imageries diverses et variées, et convoquent ainsi l’imaginaire au bord des courts. « Ils », ce sont les surnoms de joueurs, ces diminutifs – plus ou moins – sympathiques qui finissent parfois par se superposer au patronyme réel des intéressés. Petit tour d’horizon, en six catégories distinctes. Je me suis limité à 100 noms. Pour le reste, à vos contributions !

Les techniciens. Une catégorie en priorité ouverte aux gros serveurs, dont à coup d’onomatopées on suggère mieux que par n’importe quels mots la puissance de leur mise en jeu : en attestent « Boum-Boum » pour Boris Becker, « Pim-Pim » pour Joachim Johansson. Plus imagé, « Pistol Pete » souligne la capacité à dégainer de Pete Sampras. Sans oublier « The Unbreakable » chez Wayne Arthurs, ce qui se passe de commentaires. Idem enfin pour le meilleur d’entre eux, Goran Ivanisevic, dit « Aceman ». Fernando Gonzalez est lui surnommé « El bombardero », essentiellement pour l’arme de destruction massive qui lui sert de coup droit. Une droite pour laquelle le surnom ultime est à chercher côté WTA, avec Miss Steffi Graf, dite « Fraulein forehand ». L’Espagnol Albert Portas avait quant à lui gagné le surnom de « Dropshot Dragon », pour son épatante maîtrise de l’amortie.

Manière de saluer leurs grandes capacités de défense, « Sliderman » et « La mobylette » sont venus respectivement caractériser Gaël Monfils et Arnaud Clément, tandis que David Ferrer hérite des tellement évocateurs « Pou » et « Sparadrap » : pas si simple de s’en débarrasser ! Accordons enfin le bénéfice du doute à Slobodan « Bobo » Zivojinovic, dont on ne saura jamais si son surnom provient des dégâts causés par son effrayante mise en jeu, ou si c’est juste qu’Américains et Européens de l’Ouest étaient trop fainéants pour s’adapter à patronyme trop barbare à leur goût.

Les rois de la brousse. L’animalité est une valeur sûre pour décrire les joueurs de tennis et définir avec le plus de justesse possible le ressenti qu’ils peuvent inspirer au spectateur : « Le vieux lion » pour Jimmy Connors période fin de carrière, qui s’en va rugir jusqu’en demi-finales de l’US Open. Son pendant féminin : « La Leonesa » chez Francesca Schiavone. Voir aussi « Le chat » pour Miloslav Mecir et sa patte de velours, « Le félin » pour son rejeton direct Marcelo Rios. Il existe également une variante argentine, pays dans lequel mentionner « El gato » s’assimile à Gaston Gaudio (ou à l’inconnu Diego Hartfield, mais dans son cas plus pour la parenté physique que pour son talent raquette en main).

Moins recherché que le chat, le taureau a cependant ses adeptes. Le premier du genre est Argentin, appelé « Taureau de Misiones » : Alberto Mancini. Le second est Espagnol, volontiers renommé « Taurillon de Manacor » : Rafael Nadal. Le nouveau venu Aleksandr Dolgopolov a eu droit au « Dog» (fou, pour le coup, le chien). Pensons aussi à « Mosquito » pour Juan Carlos Ferrero en ses jeunes années, tout frêle, si inoffensif en apparence, mais aux piqûres pour le moins dangereuse. La version light du « moustique » ? Le « Poussin », surnom de Gilles Simon. Enfin, last but not least, terminons avec le célébrissime « Chicken » adressé à Ivan Lendl par Jimmy Connors.

Les particularités physiques. Si facile de les brocarder… tellement facile qu’on ne peut s’empêcher de le faire ! Pour rebondir sur la veine animale citée ci-dessus, quoique dans un genre moins glorieux, citons « The worm », à savoir Radek Stepanek et ses ondulations au sol après ses grandes victoires. On croise également « El chino » : Marcelo Rios, son faciès plat, ses yeux bridés… Tellement plus Asiatique que Sud-Américain. Mariano Zabaleta est lui appelé « El negro », en raison de son teint mat. Et comment omettre Wayne Ferreira, dit « Poil-de-Carotte » ? On n’en est plus à l’époque où les rouquins finissaient sur le bûcher, mais la chevelure de Fifi Brindacier fait toujours fureur de nos jours. Toujours potache, Ilie Nastase avait surnommé Brian Gottfried « Dumbo », en raison de ses oreilles décollées.

Dans une autre veine, citons Guillermo Coria, dit « Mini-Moya » en début de carrière, tant son physique comme son tennis renvoyaient à l’Espagnol. Andres Gimeno hérite du sobriquet de « Bones » en raison de sa maigreur. Variante hispanique, Juan Ignacio Chela est « El flaco ». D’un Argentin maigre à un Argentin enrobé, il n’y a qu’un pas, qu’Agustin Calleri, dit « El Gordo », franchit allègrement. En France, David Nalbandian est petit à petit passé de « Nalby » à « Nalbide », à mesure que son embonpoint s’affirmait. La version française s’appelle Thierry Ascione, dit «  Beef » (ce qui, croyez-moi, se comprend parfaitement quand on se retrouve face à l’animal !). Plus loin de nous, un peu d’ironie pour Ken Rosewall, surnommé « Muscles » par ses collègues en référence à son physique fin et délié. Un petit tour en Hollande, où la bouille pouponne de Richard Krajicek lui avait valu le doux nom de « Babyface killer ». Quant à Sjeng Schalken, sa raideur de buste en a fait le « Robot ». Enfin, on ne saurait clôturer cette rubrique sans mentionner  l’illustre Max Mirnyi, dit « The beast », en raison d’un physique relativement difficile. Nicolas Massu, « El vampiro », le suit de près pour la palme du meilleur surnom de film d’horreur.

Les abréviations et jeux de mots laids. En France, on est les champions : Arnaud Clément ? « La Clé ». Nicolas Escudé ? « Le Scud » (quoique, le Scud pour un attaquant, passe encore). La suite ? Arnaud Di Pasquale, « Dip ». Gaël Monfils, « La Monf ». Nicolas Coutelot, « La Coute »… Concept déclinable quasiment à l’infini. Mais l’Hexagone n’a pas l’exclusivité des diminutifs stupides, loin de là. L’Espagne se défend par exemple très bien : « Rafa » pour Nadal, « F-lo » pour Lopez… Mention aussi à Andy « A-Rod » Roddick, John « Newk» Newcombe, Marcos « Baggy » Baghdatis, Fernando « Gonzo » Gonzalez, Richard « Kraji » Krajicek… et bien sûr au très subtil « Kalachnikov » pour désigner Evgueni Kafelnikov. Clin d’œil au skieur Hermann « Herminator » Maier, son compatriote Thomas Muster était surnommé « Musterminator ». Les Slovaques ont ensuite créé leur variante pour Dominik Hrbaty, dit « Dominator ».

Débile, mais marrant, on déclinera à l’infini le jeu de mot à la mode lors des jeux Olympiques d’Athènes, et l’inénarrable « coup de Massu » suivant la victoire du Chilien dans la compétition. On passe également sur le pauvre Mardy Fish, qui a eu droit à toutes les avanies possibles et imaginables pour posséder un jour de la semaine pour prénom et un animal pour nom de famille. Enfin, une petite pensée pour « Guga » Kuerten : le surnom fait un peu école primaire sur les bords, mais lui, c’est Guga, donc on lui pardonne !

Pire que tout : les initiales. Les joueurs concernés ont le tort d’avoir un nom plus ou moins à rallonge. Résultat : on les affuble du ‘syndrome PPDA’. Paul-Henri Mathieu devient « PHM », Philipp Eberhard Hermann Kohlschreiber devient « PEHK ». Notre actuel N°1 national, Jo-Wilfrid Tsonga, devenu « Jo-Wil », est régulièrement appelé « JWT ». Idem pour Juan Martin del Potro, surnommé la plupart du temps « DelPo », mais qui voit poindre à l’occasion l’ignoble « JMDP ». Plus ancien, on citera ‘l’autre McEnroe’, Patrick de son prénom, dit « PMAC ». Mention enfin à l’homme au surnom d’hebdomadaire dominical (merci Sam), « JDDV », ou Jonathan Dasnières de Veigy.

Les hommages. Rendons à César ce qui appartient à César  et commençons par « La divine » Suzanne Lenglen et les « Mousquetaires » Cochet, Lacoste, Borotra et Brugnon. « He’s a wizard ! », s’exclama un jour Pete Sampras à l’adresse de Fabrice Santoro. L’image du « Magicien » est restée pour désigner l’homme aux dents du bonheur. Autres surnoms du premier n°1 à la Race de l’Histoire : « Fabulous Fab » ou « Batling Fab ». Question magie, Guillermo Coria n’est pas mal loti non plus : l’expression « El mago » le désigne depuis son plus jeune âge. « FedEx », ou le « FedExpress », qualifient quant à eux le Roger Federer qui expédiait rondement ses adversaires en finales de Grand Chelem. Où est Federer, Nadal n’est jamais loin : l’un des (nombreux) surnoms du sextuple vainqueur de Roland-Garros est « Fed’s kryptonite. » « Little big Chang » désigne le champion de poche Michael Chang. Sans oublier « Super Mario » ; ainsi les médias anglais ont-ils surnommé Mario Ancic après sa victoire sur Roger Federer au premier tour de Wimbledon 2002. Le parallèle avec le super livreur de pizza est resté. Ancic est par ailleurs désigné comme « Baby Goran », pour sa filiation évidente avec son aîné Goran Ivanisevic. Novak Djokovic est connu en tant que « Djoker », tant pour la proximité avec son nom de famille que pour son irruption au sommet vers 2007-2008, bousculant le duopole Federer/Nadal.

Jamais à court d’imagination, les Américains cultivent les surnoms savoureux. Ainsi de « Sacho Baberate », un personnage de la série les Simpsons, assimilé à James Blake à l’époque où il arborait encore un palmier en guise de coupe de cheveux. Et l’oublié Jan-Michael Gambill, dit « Hollywood », en raison de son look très jeune premier. Le surnom hommage peut toutefois se révéler à double tranchant. Richard Gasquet, connu comme « Le petit Mozart » ou « Baby Fed », aura eu bien du mal à se défaire de ces lourdes étiquettes. Et puisqu’il faut toujours un « Nouveau Untel », c’est maintenant Grigor Dimitrov qui récupère ce si encombrant « Baby Fed »

Les attitudes. A tout seigneur, tout honneur, Bjorn Borg devenu « Iceborg » pour son caractère impassible en match. Dans le même esprit, Ivan Lendl, dit « Le légionnaire », pour son austérité, mais aussi pour l’horrible casquette qu’il arborait parfois, notamment en Australie. Mention aussi aux deux visages d’André Agassi : « Dédé la menace » entre 1990 et 1995, « Dédé la balance » de 1996 à 1998. Considérant les courbes de performances de l’Américain à ces époques, une explication de texte est-elle vraiment nécessaire ? Quant à Kent Carlsson, ses multiples tics lui avaient valu la comparaison avec la « Pile électrique ». Autre joueur à tic, unique celui-là, Corrado Barazzutti qui se signait à tout bout de champ : il sera « Santa Madona ».

Très loin de nous, Jean Borotra avouait beaucoup apprécier son surnom de « Basque bondissant ». Moins glorieux, le Russe Evgueni Korolev est surnommé « La machine » par ses pairs : même quand ça ne rentre pas, il continue à frapper ! On n’omettra pas enfin de mentionner un surnom qui fut attribué à deux joueurs différents : « Gentleman Tim », d’abord dédié à Tim Mayotte dans les années 1980, puis à Tim Henman la décennie suivante. Une variante existe en « Gentleman Todd », pour désigner Todd Martin.

«

About 

Prenez ma nouvelle adresse : http://livre.fnac.com/a7085832/Marc-Gdalia-Les-monuments-du-tennis-moderne

Tags:

206 Responses to Dis-moi quel est ton surnom…

  1. Cochran 27 octobre 2011 at 15:56

    Lorsqu’il vivait en Floride, où il peaufinait son coup droit et son apprentissage des bistrots, Xavier Malisse était surnommé « X-Man » par les américains.
    Rayons diminutifs, les belges ne sont pas plus originaux avec « Oli » pour Olivier Rochus, « Juju » pour qui vous savez, et même « Kimeke » pour Clijsters (pour les non-initiés à la langue de Vondel, le suffixe « ke » veut affectueusement dire petit).
    Tu as oublié aussi l’horrible « Tour de Tandil » pour JMDP et le très fifteenlovien « De la Poutre », qui sent bon le roman de cape et d’épée).

    J’ai remarqué aussi que la presse (surtout helvétique) ne parlait plus du « Maître » que comme « l’homme au seize titres du GC » et ce, surtout depuis qu’il n’en gagne plus un seul.

    A une époque, on appelait aussi Medvedev « l’ordinateur ukrainien » (ok…).

    • Alex 30 octobre 2011 at 00:05

      Un diminutif pour Olivier Rochus ….

  2. William 27 octobre 2011 at 17:30

    Super ! Une photo de Tahiti Bob en prime, que demander de plus ?
    Ma contribution : un surnom de Fed sur les forums anglophones notamment, « TMF » (the mighty Federer). Dans la famille des A Rod et autres il y a aussi Masha pour Sharapova.

  3. karim 27 octobre 2011 at 17:58

    Production très orginale, fallait y penser et mieux, le faire.

    Edberg était « l’ange blond »… ou pas. je ne sais plus. Connors c’était « Jimbo » surtout, et à son tour Courier a un petit temps été appelé Jimbo (91-92 je crois). Noah son p’tit nom c’était « Titi ». Lendl n’a pas été le « boucher d’Ostrava » des fois? Agassi c’est « Dédé » et rien d’autre!

    • karim 27 octobre 2011 at 18:04

      Ne pas citer « Riton » est passible de correctionnelle!

      • Guillaume 27 octobre 2011 at 19:41

        Riton et le Vengeur masqué me faisaient ch… car je ne voyais pas dans quelle catégorie les mettre. Du coup je me suis dit qu’un gentil posteur se chargerait de relever :)

    • Colin 27 octobre 2011 at 20:31

      Il est logique que Connors n’ait jamais été surnommé « Gentleman Jim » (ou alors, ça aurait été par antiphrase).
      Par contre, tu es sûr que Courier n’a jamais eu droit à ce surnom?

  4. Djita 27 octobre 2011 at 18:08

    J’ai adoré et dévoré l’article. C’est une super bonne idée. J’aime bien Fed’express et El mosquito.

  5. William 27 octobre 2011 at 18:10

    http://www.lequipe.fr/Tennis/breves2011/20111027_175615_murray-s-invite.html
    La Murène part en chasse sur les terres du Suisse. Décidément, après Nadal à Halle on ne lui laisse plus aucune forteresse au pauvre Roger ! S’il veut remporter son tournoi, il lui faudra donc passer sur le corps de Murray et de Djokovic, pas une mince affaire…

  6. Djita 27 octobre 2011 at 18:11

    En ce moment il y a un match de la WTA qui devrait intéresser les 15-lovers. La détestée de 15-love alias Wozniacki vs la chouchoute de 15-love alias Kvitova. J’espère que ce sera un beau match.
    Go Kvitova!

    • Djita 27 octobre 2011 at 18:28

      Elle a un sacré coup droit Kvitova! J’adore.
      Mais même si elle se balade en ce moment, je ne veux pas qu’elle tombe dans le piège de la Woz et qu’elle s’épuise.

  7. Sam 27 octobre 2011 at 18:18

    Super article qui nous fourni après l’Open de Rennes une autre occasion de bien rigoler. Mais n’as tu point oublié:
    - « Tutu ». Je veux dire, le « Borg Français ». Qui n’est pas Cathy Tanvier.
    - Et, pourquoi ne pas oser avouer au grand jour que tu connais le surnom de Thierry Ascione ? (qui n’est pas « le défiscaliseur », malgré sa reconversion).
    - Et bien sûr, dans l’oeuvre 15 lovienne, les contributions que sont « Le Mérou », « La Murène »…
    - Et peut-être qu’à certains d’entre vous, Moulinot et son « Camille Boa » évoqueront des souvenirs 80′s ?

    • Colin 27 octobre 2011 at 18:46

      Un indice: « Tutu » ce n’est pas Hervé Duthu!

    • Guillaume 27 octobre 2011 at 19:46

      Ascione ! Comment ai-je pu oublier « Beef » ? Je le rajoute de suite dans l’article.

      Autre surnom auquel tu me fais penser : Tulasne, dit « Tutu la branlette » par ses petits camarades.

      • Sam 27 octobre 2011 at 23:17

        La vache, la classe… Mais comment tu peux savoir des trucs pareils ?

  8. Nath 27 octobre 2011 at 18:39

    Très bonne idée !

    MJMS pour María José Martínez Sánchez
    GGL pour Guillermo Garcia Lopez
    Bennet’

    Il me semble aussi qu’en 2005-2006, Nadal était surnommé ‘Marathon Man’. Quelqu’un confirme ? Ou pas ?
    Et comment, sur le site de 15LT, ne pas citer ‘Doudou’ qui me semble complètement intégré !

    • Colin 27 octobre 2011 at 18:43

      Dans ce cas, autant citer aussi « Mowgli » pour Nadal!

    • William 27 octobre 2011 at 18:45

      Doudou, exact ! Et n’oublions pas non plus le célèbre PZ !

    • MarieJo 27 octobre 2011 at 21:30

      nadal avait eu droit a jet boy en 2005 avec son ascension à propulsion à la 2è place ;)

  9. Colin 27 octobre 2011 at 18:42

    Très bonne idée.
    Mais je suis surpris que tu aies oublié, pour Borg, le surnom « l’extra-terrestre » que lui avait donné Nastase. Du coup, 30 ans plus tard, certains ont utilisé par analogie le terme d’ « extra-terrien » pour désigner Nadal.

    Je me souviens très bien aussi avoir vu Nastase, interviewé à la télé française à la fin des 70′s, donner quelques autres exemples de surnoms donnés par ses soins à des joueurs, et notamment « l’écureuil » pour Brian Gottfried. Mais, donc, pas « Dumbo », qui a dû lui venir plus tard (ou alors il n’a pas osé le dire à la télé?)

    • Colin 27 octobre 2011 at 18:45

      …aussi McEnroe dit le « brat »

    • MarieJo 27 octobre 2011 at 21:33

      et même superbrat ;)

  10. Nath 27 octobre 2011 at 18:49

    J’ai aussi lu le Tsar pour Safin. Ce qui me fait penser que le nombre de surnoms différents par joueur s’est multiplié avec internet.

  11. Nath 27 octobre 2011 at 19:00

    ‘Le Suisse qui perd’, que l’intéressé s’est lui-même attribué.

    • Guillaume 27 octobre 2011 at 19:52

      « Le meilleur des mauvais », Juan Martin del Potro.

  12. Sylvie 27 octobre 2011 at 19:16

    Super article Guillaume. C’est vrai que sur les forums et sites tennis, à commencer par ici, on use et abuse de ces surnoms affectueux ou désobligeants, c’est selon.

    Et pour parfaire la journée, la dinde est en train de se faire plumer par celle qui j’espère lui succédera à la place de numéro 1 l’année prochaine.

  13. Djita 27 octobre 2011 at 19:20

    La Woz va se prendre une petite fessée. 5/1

  14. William 27 octobre 2011 at 19:55

    « Gael Monfils » par Gael Monfils.

  15. Guillaume 27 octobre 2011 at 19:59

    Nath a raison quand elle parle de la prolifération des surnoms via le web. C’est pour cela que j’ai essayé de m’en tenir à ceux qui sont soit reconnus par les joueurs eux-mêmes, soit vraiment répandus de par le web, tous pays confondus. D’où les « Doudou », « Leurfils », « PZ » passés sous silence ici. Parmi les anciens, Bud Collins et Brad Gilbert aiment bcp rebaptiser leurs congénères.

    Hop, Kvitova a corrigé Wozniacki. La montée en puissance se confirme. Vu la montagne de points que Caro doit défendre en début d’année prochaine, la donne va être claire : soit la Danoise remporte l’OA et légitime par là même son trône WTA, soit tout autre résultat la condamne assez vite à céder la place… à Kvitova ? J’espère bien. Sa progression depuis un an me fait beaucoup penser à celle de Fed. Pour peu qu’elle remporte ce Masters et sa saison 2011 ressemblera furieusement au 2003 de Federer.

    • Nath 27 octobre 2011 at 21:21

      Moui, n’empêche que tu n’as pas résisté au « Sparadrap » :mrgreen:

    • MarieJo 27 octobre 2011 at 21:32

      et le pou ! il est quand même assez affreux celui là !

  16. Sam 27 octobre 2011 at 23:11

    Crazy Dany !!

  17. Sylvie 27 octobre 2011 at 23:23

    Quelqu’un a vu que Murray va venir jouer à Bâle ? Il se rajoute un tournoi ou quoi ? Si c’est le cas, pour un joueur qui menaçait de faire grève il y a peu au nom du calendrier infernal, c’est plutôt comique. Il faut croire que la perspective de prendre encore des points à Fed tenant du titre est un moteur puissant.

  18. Cochran 27 octobre 2011 at 23:24

    BREAKING NEWS !!!!

    =========================
    L’ancien N.1 mondial de tennis, le Russe Marat Safin, retraité depuis 2009, entend briguer un siège à la Douma, la Chambre basse du Parlement, a-t-il indiqué sur le site http://www.atpchampionstour.com. « Je suis candidat à un siège au Parlement russe » a annoncé le vainqueur de l’US Open 2000 et de l’Open d’Australie 2005, enrôlé par le parti au pouvoir Russie Unie, présidé par Vladimir Poutine. « Les élections ont lieu le 4 décembre, je vais me renseigner bientôt. C’est un nouveau défi. Je pense que je suis un garçon intelligent et que j’ai beaucoup à apporter, j’ai beaucoup d’idées sur ce qu’il faut faire. Je me sens très investi », a souligné Safin, 31 ans. « Je pourrais être le mec le plus beau de la Douma, mais c’est juste parce que tous les autres ont plus de 60 ans », a-t-il ajouté en plaisantant.

    ==========================

    Il ne parle pas de sa soeur pour fois…

    • Sylvie 27 octobre 2011 at 23:30

      Le parti de Poutine… No comment. parfois les sportifs devraient éviter de faire de la politique.

      • Sam 27 octobre 2011 at 23:43

        C’est sûr, y’a qu’à voir Murray …

      • Sylvie 27 octobre 2011 at 23:47

        Qu’est-ce qu’il a fait Murray ?

        • Sam 27 octobre 2011 at 23:48

          Campagne pour la grève. Tu vois, on ne sait déjà plus. Échec politique.

        • Sylvie 27 octobre 2011 at 23:53

          Ah oui :D !  » Les joueurs sont obligés de jouer pour défendre leurs points, ouin, ouin… » Surtout quand ils se rajoutent des tournois où ils n’ont rien à défendre.

          Comment se décrédibiliser par PZ

        • Djita 28 octobre 2011 at 09:04

          Murray ou comment se décrédibiliser en 5 secondes. Le mec nous fait chier depuis 3 mois avec un programme ATP surchargé et ne trouve rien de mieux que d’aller ajouter un tournoi non prévu initialement à son programme ultra méga remplie. J’hallucine. Il est moins intelligent que je ne le croyais.

          • Marc 28 octobre 2011 at 09:09

            je n’ai jamais pensé que Murray était intelligent, donc je ne suis pas déçu :-)

            • Djita 28 octobre 2011 at 16:40

              Hahaha. Moi je le pensais. Crédule j’étais.

      • MarieJo 28 octobre 2011 at 15:14

        en même temps si tu veux faire avancer un projet comme celui de safin, t’as pas trop intérêt à être dans l’opposition russe ! ce serait contre productif, il a au moins appris les bases : savoir être opportuniste ;)

  19. Coach Kevinovitch 28 octobre 2011 at 00:31

    Amis 15-lovers, si je ne poste plus beaucoup, sachez que je vous lis toujours très assidument. J’ai donc décidé de vous offrir un homme sur le peloton d’exécution pour blasphème: http://www.welovetennis.fr/novak-djokovic/41198-pat-cash-djokovic-meilleur-que-federer-a-ses-plus-grandes-heures

    Qui sera le premier à vouloir commencer? Guillotine ou pendaison?

    • Marc 28 octobre 2011 at 07:03

      Je me lance : rien à dire, car on ne commente pas les propos d’un bourrin australien, avec un QI d’huitre, macho et vulgaire, et dont on sait qu’il déteste Federer. A 30 ans, il tape encore le Serbe à son tout meilleur à RG et a failli le refaire à l’USO. Que d’abord Djoko étoffe son palmarès, après on verra.

    • karim 28 octobre 2011 at 09:21

      Non Marc restons objectifs, Cash n’avait rien d’un bourrin son déplacement notamment était très félin et son jeu délié, il avait une jolie technique et c’était un volleyeur exceptionnel. Non, définitivement pas un bourrin. Par contre c’était un camé ça tu peux le dire!!!!!!!!!!!!

      • Marc 28 octobre 2011 at 11:21

        un bourrin niveau intellect et personnalité, pas au niveau jeu :-) c’est cela que je voulais dire

    • Bapt 28 octobre 2011 at 12:27

      Et des goûts musicaux très sûrs… c’était un grand fan de hard rock (d’où la tignasse). Il jouait d’ailleurs de la gratte et bien mieux que Big Mac d’ailleurs.

      • Marc 28 octobre 2011 at 18:52

        jouer de la gratte mieux que Big Mac n’était pas très difficile, il est renommé pour beaucoup aimer la musique, mais ce ne serait pas du tout réciproque…

  20. Marc 28 octobre 2011 at 07:12

    Article très original et vraiment bien fait, Guillaume.

    Je trouve que certains de nos surnoms sur 15LT sont quand même bien mieux que ceux qui sont trouvés ailleurs :
    -Doudou – Superbiquette
    -Nakunpoumon – No Gluten
    -PZ
    -de la Poutre

    Finalement, on n’a rien sur Nadal.

    Pour le reste, McEnroe était très souvent surnommé Super Brat par la presse anglo-saxone, Connors était Jimbo, et Borg Iceborg.

    J’aime beaucoup Pistol Pete, FedEx était pas mal, mais ne traduit pas complètement son style de jeu.

    C’est marrant de voir que certains joueurs n’ont pas eu de surnom, notamment Wilander, et à un degré moindre Agassi je trouve

    • Nath 28 octobre 2011 at 07:54

      Le kid de Las Vegas, ça ne compte pas ?

      • Marc 28 octobre 2011 at 09:08

        c’est vrai, j’avais oublié

    • Christian 28 octobre 2011 at 09:18

      Et le Transpirénéen, ça compte pas non plus ????

      ;-)

    • Christian 28 octobre 2011 at 11:05

      Au passage, article très sympa, Guillaume !

    • MarieJo 28 octobre 2011 at 15:17

      rafa avait eu le sticker de géronimo vers 2005/06 mais ça n’avait pas durablement pris

    • Baptiste 28 octobre 2011 at 17:51

      Un Francais qui n’avait pas de surnom, ce qui est rare chez les Francais c’est Pioline.
      Vraiment la je ne vois pas

      • Sam 28 octobre 2011 at 20:38

        Et un qui avait un surnom marrant c’est « Grosjean ».

        • Nath 28 octobre 2011 at 21:03

          Heureusement qu’ils ne lui ont pas octroyé un surnom de type « La … »

  21. Fred 28 octobre 2011 at 11:33

    Article génial et super original, merci ! Y’a vraiment qu’ici qu’on peut se régaler comme ça…
    Moi j’adore les surnoms du faux Marc Rosset : Djokotruite/Djokobite et Popeye!…
    J’adore aussi les surnoms que les joueurs se trouvent eux-mêmes dans des éclairs de clairvoyance désenchantée comme le suisse qui perd de Wawrinka ou le meilleur des mauvais de Delpopo… ils ont un côté touchant je trouve…

  22. William 28 octobre 2011 at 13:14

    Haas – Del Potro aujourd’hui, cela peut être sympa… J’ai vu que DelPo était aligné en double aux côtés de Stepanek et qu’ils avaient éliminé la paire Melzer/Petzschner. DelPo a aussi récemment joué avec Baghdatis. Le sélectionneur argentin envisagerait-il de l’aligner aussi en double pour la finale de Coupe Davis ?

  23. Baptiste 28 octobre 2011 at 13:50

    Juste une petite remarque a propos de Richard Gasquet. Ces 5 dernières années il a plus souvent été surnommé Gasquette que Baby Fed…
    On me dit aussi dans l’oreillette que PHM se fait appeler Paolo à l’italienne mais c’est normal car une fois il a fait final d’un tournoi en Italie :)

    • Babolat 28 octobre 2011 at 15:35

      Le vrai faux Marc rosset avait affublé notre Ritchie national du sobriquet explicite d’ »aspirateur de Serignan ». ;)

  24. Baptiste 28 octobre 2011 at 14:00

    Article tres original by the by

  25. Babolat 28 octobre 2011 at 15:31

    Salut…

    Comme mon ami le coach, j’ai un peu disparu des écrans radar depuis un certain temps mais je vous lis toujours avec autant de plaisir. Au passage, bravo et merci à ceux qui continuent de faire vivre le site en cette période disons « peu riche en rebondissements ».

    J’en tiens un mais comme pour Ulf Stenlund, on va m’accuser de créer un joueur de toutes pièces à la manière d’un Steve Austin (cosmonaute de son état mais ça n’a rien à voir avec le sujet).
    Un italien du nom de Stefano Pescosolido (avec un coup droit de déménageur breton) avait été surnommé par la presse de son pays et par les supporters de la squadra « Pescofluido ». « Solido », « fluido »… même en parlant italien comme une vache espagnole, on peut comprendre le message. Le pauvre avait perdu 3 années de suite le simple décisif en coupe Davis au niveau des 1/4. Contre Oncins, Fromberg et Bruguera (Les deux premiers étant moins bien classés que lui à ce moment là). Une sorte de PHM kinenveut encore et encore. Je me souviens qu’il avait bien emmerdé Courier au deuxième tour de Roland en 94 le gaillard. Un vrai talent mais tellement irrégulier qu’il n’a jamais depassé le top 40 à l’ATP.

    • Guillaume 28 octobre 2011 at 21:07

      Pescosolido… T’as encore combien de Baboquizz en réserve, toi ?

  26. Ulysse 28 octobre 2011 at 16:20

    A vue de nez on pourrait ajouter par ordre chronologique : Big Bill, Jimbo, Big Mac, Juanqui, Stephan « l’albatros » Edberg (mais c’était plus français qu’international je crois), et puis après je sèche. Il faut avouer que tu as fait un sacré boulot quand même. Et la classification par thème est plutôt bien vue.

    Il y a des types lisses sur lesquels on sent bien que les surnomns n’accrocheraient pas : Haas, Forget, … Bizarre que certaines grosses pointures ou personnalités n’aient pas eu (à ma connaissance) de surnoms. On a cité Wilander mais il y a aussi Vilas, Noah, Courier.

    • Sam 28 octobre 2011 at 16:50

      Forget n’a pas complètement échappé au syndrome « Laclé », puisqu’on l’a vaguement appelé « Guytou » dès fois. Mais « on », je sais pas qui c’est. On est plus dans le diminutif, à la limite, tout comme « Riton »(le vengeur masqué). On peut ainsi rapprocher de « Matsou ». Ca lui allait bien, je trouve « Matsou ». Ca n’est pas comme Lendl, qu’on peut difficilement appeler « ‘Vavanne ».

      Il y a quelque chose de pas très net derrière cette habitude à ma seule connaissance bien française de donner dans le « La Clé », « La Monf », etc (« La Piole »?). Déjà, on féminise systématiquement. En foot, on dit bien « La Desh ? » (Deschamps ? »), « Platoche », c’est bien Une Platoche, non ? On féminise, et on coupe le patronyme en deux. Bref, on crée une sorte de pseudo proximité matinée de machisme. On peut trouver que j’y vais un peu fort, Riton le trouvait aussi, d’ailleurs, mais dans l’ensemble cela ne me semble pas très sain.

    • MarieJo 28 octobre 2011 at 17:04

      matsou, je crois que j’avais une copine qui av ait appelé son chat matsou ! lol

      c’est marrant ton truc de la clé ou la monf, en espagnol on garde le masculin pour el rafa, el lopez ou el fer’ mais on dit bien la marijo :)

  27. MarieJo 28 octobre 2011 at 16:25

    @ propos de surnoms isner+querrey = querrisner et isner est aussi surnomé long john par ses potes US

  28. Bapt 28 octobre 2011 at 16:51

    Et pendant qu’on bavarde sur les surnoms d’untel et untel… le pauvre Tommy Haas vient de se faire désosser par l’ogre de la Pampa… La Brute argentine ne lui a laissé aucune chance (très dur à breaker aujourd’hui).

    • MarieJo 28 octobre 2011 at 17:01

      en même temps, c’est surtout au premier set qu’il a pris cher tommy, il a bcp mieux joué au 2è même s’il a perdu, il a fait pas mal de jolis coups, mais la puissance de delpo était difficile à contrer pour lui surtout en coup droit on voyait vraiment la différence entre les 2 avec le côté fouetté de l’argentin.

    • Baptiste 28 octobre 2011 at 17:11

      vous voulez parler de la tour de tandil j’imagine?

  29. Baptiste 28 octobre 2011 at 17:13

    Il doit y avoir beaucoup de surnoms liés au lieu de naissance ou de résidence j’imagine aussi. De tête donc la tour de Tandil pour de la Poutre.
    En Formule 1 Raikkonen etait surnommé iceman en reference a ses origines Finlandaises

    • Sam 28 octobre 2011 at 17:19

      Le Kid de Bourg en Bresse, effectivement.

      • Djita 28 octobre 2011 at 18:03

        :lol:

    • MarieJo 28 octobre 2011 at 17:38

      mdrrrr !!!

    • Guillaume 28 octobre 2011 at 21:13

      L’Express de Tachkent.

      Ah non pardon, c’est pas le même sport. Mais j’ai toujours kiffé ce surnom. Et puis un type qui réussit à se faire contrôler positif 6 fois en une seule saison (!!!), c’est quand même la grande classe.

      • Sam 28 octobre 2011 at 23:07

        Le toubib qui réussi à réaliser 6 contrôle sur le m^me gars en une saison, c’est lui qui est pas net.

        Allez, remets moi ça.

  30. William 28 octobre 2011 at 20:58

    Tsonga passe en trois sets face à Malisse. Je ne vois pas l’utilité d’aller jouer Vienne alors que sa qualification pour la Master’s cup est quasiment assurée. Il y a en effet peu de chance pour que Tipsarevic, Del Potro ou Simon raflent tout jusqu’à la fin de l’année et coiffent Tsonga sur le poteau… Sa course aux points et aux cachets pourraient même lui porter préjudice, à trop jouer il va se fatiguer et on sait qu’il n’a pas la plus belle mécanique du circuit… En bref je pense qu’il est en train de se griller bêtement, ce qui est d’autant plus dommage pour lui car je pense qu’il pourrait faire de bons résultats à Londres…

  31. Babolat 29 octobre 2011 at 04:21

    Je vous présente « Le boucher de Floreffe »… et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il porte bien son surnom. :)

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=dHzEh5ZlCys

    ^^

  32. William 29 octobre 2011 at 16:36

    Un peu déçu par Anderson que je n’avais pas vu jouer depuis longtemps et dont j’attendais un jeu différent au vu de la bonne saison qu’il réalise. C’est en fait très pauvre : gros service, gestuelle tarabiscotée, une tronche à faire passer Karlo pour un dieu grec, rarement bien placé…
    En face Del Potro n’a pas mal joué, j’ai trouvé qu’il slicait beaucoup. Peut-être était-ce simplement pour faire plier les jambes du grand Anderson ? Ou alors un ajustement à plus long terme pour épargner son corps ?
    La finale sera certainement Del Potro – Tsonga, une finale tout en délicatesse, vous l’aurez compris…

    • Jeanne 29 octobre 2011 at 18:57

      Karlo est un dieu grec. Je me frotte les mains pour le Delpo / Samuel L. Jackson. Ça va pas être du Verlaine vs Rimbaud !

  33. Geô 29 octobre 2011 at 17:21

    Couilles-de-Mammouth!

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis