Australian Open 2012, Epilogue: Ant iPod’ (final) touch

By  | 30 janvier 2012 | Filed under: Actualité

Après 14 jours de compétition, 254 matchs de simples masculins et féminins, voici venu le temps d’apporter la touche finale de ce tournoi. Pour ce faire ma main invisible va donner forme à mes impressions sur ce tournoi, ce qui a plu et déplu à mon œil beaucoup plus visible…

J’ai aimé :

La WTA qui s’est trouvée une élite : Il est possible que je m’avance un peu mais j’y crois. La présence d’Azarenka, Kvitova et de Sharapova (le nouveau podium de la WTA) en demi-finales est le signe qu’une élite titrée en Grand Chelem est en train de s’affirmer au sein de la WTA ce qui représente un espoir pour relancer l’intérêt du circuit. Alors que presque tous les spécialistes tablaient sur une prise de pouvoir de la grande Petra, c’est  la Bel(l)arusse aux cris très stridents qui a touché le double jackpot en empochant son premier grand Chelem et la place de numéro 1 simultanément. Mais après tout qui d’autre que Victoria pouvait gagner au Victoria ?

Martina Hingis à la remise des trophées de la finale dames : J’ai toujours adoré Martina donc cela m’a fait plaisir de la voir sous son plus bel effet, rayonnante. Sans elle, je n’aurais surement pas regardé la cérémonie. C’était mon moment nutella…

J’ai aimé voir jouer :

Bernard Tomic : Devant son public, il s’est hissé en huitièmes de finale en montrant beaucoup de talent, un caractère et une gestion de la pression remarquable pour son âge (19 ans et 3 mois) tout en ayant une marge de progression évidente. Que demande le peuple ?  A 14 ans, il disait « vouloir être numéro 1 mondial, gagner tous les Grands Chelems et faire mieux que Federer sur terre battue », le Suisse lui a indiqué en 3 sets que le chemin était encore long mais il s’annonce glorieux.

Lleyton Hewitt : Lorsqu’il était numéro 1 mondial, il était décrié pour son attitude jugée détestable. Descendu au-delà du Top 100 après plusieurs opérations à la hanche, il obtient le respect et l’admiration de ses pairs comme ceux de la presse. Les années n’ont pas émoussé sa motivation et sa combativité qui se sont exprimées lors de ses beaux succès contre Roddick, Raonic et sa lutte contre Djokovic. Voir une telle envie de jouer à bientôt 31 ans est touchant.

Kei Nishikori : J’attendais de lui quelque chose après une belle fin de saison de sa part et j’ai apprécié son parcours jusqu’en quarts de finale avec une très belle victoire contre Tsonga après avoir été mené deux sets à un.

J’ai aimé regarder ces matches :

Dolgopolov – Tomic : Un match de tennis du XXIe  siècle dans lequel on a pu assister à 10 revers slicés consécutifs est forcément un match unique. A l’heure où d’aucuns craignent que le tennis ne devienne qu’une lutte entre gros bras, ce match fut sans doute leur Madeleine de Proust. Pour ma part, je me suis délecté de ce vrai plaisir de voir deux joueurs utiliser les différents angles, zones, variations, effets avec un relâchement et une délicatesse rafraichissants.

Almagro – Berdych : Quand on réunit deux joueurs au jeu pétaradant sur un court dans une chaleur torride, il y allait forcément avoir des étincelles et on n’a pas été déçu… sauf peut-être par l’absence de poignée de main qui a occulté le fait qu’on a assisté à un match de très haut niveau en quatre heures de jeu, avec des coups gagnants et du suspense au rendez-vous du début à la fin.

Je pense qu’ils auraient pu mieux faire :

Petra Kvitova : Dire qu’elle était sous les feux des projecteurs est un euphémisme, ce devait être SON tournoi.  Elle n’en sera finalement que demi-finaliste ce qui constitue son meilleur résultat aux antipodes mais je juge quand même qu’elle aurait pu mieux faire notamment en demi-finales dans un match où elle a manqué de nombreuses occasions de s’envoler vers la victoire.

Maria Sharapova : J’ai l’habitude d’être un peu dur avec les joueu(r)s(es) que j’apprécie beaucoup. Je conçois que d’aucuns me jugeront sans doute un peu abusif. Maria a fait un très bon tournoi avec une belle victoire au « fighting spirit » contre Kvitova mais sa finale a quand même été très décevante, elle doit mieux se comporter au jour J… surtout qu’elle est capable de le faire.

Milos Raonic : Petite déception pour celui que l’on attendait en huitièmes de finale même s’il est tombé sur un excellent Hewitt au troisième tour. Il doit apprendre à gagner ce type de match s’il veut concrétiser tout le potentiel dont il a fait preuve l’an dernier.

Leurs prestations m’ont déçu :

Jo-Wilfried Tsonga : Il arrivait à Melbourne avec beaucoup de confiance accumulée tant sur sa fin de saison 2011 (finale à Bercy et aux Masters) que sur son début de saison 2012 (victoire à Doha). La cinquième place à l’ATP lui était promise et il faisait partie des favoris dans un stade qui lui a très souvent bien réussi.  Du coup, une élimination en huitièmes de finale par Nishikori constitue un bide. Si Jo veut gagner un tournoi du Grand chelem, s’il veut intégrer le top 5 voire mieux, il DOIT gagner ce genre de match. A cela s’ajoute la présence récurrente du Top 4 en demi-finales qui l’oblige presque à battre 3 membres de ce « cartel » et qui représente déjà un défi virtuellement impossible. Jo ne doit plus reproduire ce genre de contre-performances s’il ne veut pas que sa quête d’un triomphe en Grand chelem ait le même sort que la construction de la Tour de Babel.

Caroline Wozniacki : Je ne voyais aucune injustice à ce qu’elle soit numéro 1 mondiale, un rang que l’on obtient quand on est la joueuse ayant accumulé le plus de points sur 52 semaines dans le circuit WTA. Seulement voilà quand on est numéro 1 mondiale, il faut assumer son rang y compris et surtout lors des tournois du Grand chelem ce que Caroline ne sait pas faire. Son élimination contre Clijsters en quarts de finale est une nouvelle preuve de ses difficultés dans ces tournois (deux victoires sur des Top 10 en Grand chelem dans toute sa carrière). Cet échec est celui de trop car elle est aujourd’hui descendue à la quatrième place du classement.

Sam Stosur : Elle et Bernard Tomic étaient tout particulièrement attendus par le peuple australien. Contrairement à ce que l’on pouvait attendre, c’est la plus vieille de deux qui s’est écroulée sous la pression. Après des contre-performances à Brisbane et Sydney, elle sort piteusement au premier tour contre Sorana Cirstea.

Serena Williams : Le tennis n’est pas un hobbie mais un métier à plein temps. Cette piteuse élimination contre Makarova en huitièmes de finale est indigne de la championne la plus titrée en Australie de l’ère Open.

Mon coup de gueule :

La finale Djokovic-Nadal : Chers messieurs, les matchs longs ne sont pas pour me déplaire. Cependant, quand vous avez l’idée d’en faire un, veuillez faire en sorte que ce match soit d’un très haut niveau dès le début. Effectivement, je tiens à vous dire que sur les trois premiers sets, j’ai trouvé le temps très long et j’ai l’effronterie de ne pas penser que j’étais le seul dans ce cas.

Deuxièmement, vous êtes la vitrine du tennis et l’inspiration de beaucoup de jeunes pour qui VOUS êtes le tennis puisque vous faites partie de l’élite. Par conséquent, si vos matches ressemblent à des combats de boxe, l’aspect physique qui ne devrait être qu’un socle, une condition nécessaire au succès à la victoire risque d’être assimilé comme une condition suffisante au succès et ce au mépris du jeu. Vous êtes capables de très bien jouer donc faites-le mais arrêtez de vous battre.  Le tennis n’est pas que physique et il serait dommage que les jeunes se mettent à penser que c’est le seul moyen pour gagner, sinon dans un futur proche, il deviendra uniquement un  jeu physique. Je ne me suis pas exprimé sur le moment à propos de la finale de l’US Open donc je tiens à donner mon avis pour 15-lovetennis. J’ai très souvent détourné les yeux de l’écran ce jour-là comme un citoyen romain le faisait pour ne pas voir les effusions de sang d’un combat de gladiateurs car il y avait quelque chose d’écœurant ce jour-là.

Hier, l’intensité était moindre mais l’impression demeure la même : les trois finales de Grand chelem entre Nadal et Djokovic ont remis au goût du jour les combats Ali-Frazier et l’affrontement melbournien fut le « thrilla in manilla ».  Oui,  bien sûr, c’était la plus longue finale en Grand chelem mais sans doute la plus inquiétante car les capacités physiques démontrées représentent une vaste blague. A ce propos, je me permets d’insister tout particulièrement sur le cas du serbe. En matière de dopage, j’ai tendance à penser que tous les sportifs d’élite se dopent et j’inclus dedans l’élite du top 10. En revanche, le cas Djokovic prête à débat : nous avons là un joueur qui ne faisait pas partie des plus grosses caisses physiques du circuit jusqu’à fin 2010 et qui en l’espace d’une intersaison est devenu le joueur le plus endurant de l’histoire au point du surpasser l’ancienne référence Rafael Nadal  sur qui des soupçons pesaient déjà.  Le magicien d’Oz existe uniquement au cinéma donc cette transformation est d’autant plus surprenante que Nole ou plutôt NoGluten n’était pas au début de sa carrière une référence en matière de résistance physique. Il semble clair que là où Nadal a dû progresser techniquement pour devenir numéro 1 mondial, Djokovic a clairement tablé sur la surenchère physique pour être calife à la place du calife. Ainsi, je pense clairement qu’il est plus responsable que l’espagnol de l’escalade de la violence physique de leurs affrontements.

Je finirais là-dessus en appelant les instances et les médias qui cautionnent cela, un petit coup de frein ne serait pas de trop car « Citius, altius, fortius » est une belle devise mais gare au point de non-retour.

Je conclurais en reprenant une citation d’un certain Yoda rouge :

ANTIPOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOODDDDDDEEEEEEEEEEEEESSSSSSSSSS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Tags:

370 Responses to Australian Open 2012, Epilogue: Ant iPod’ (final) touch

  1. MarieJo 30 janvier 2012 at 10:10

    Merci pour ce j’aime/j’aime pas de cet open d’australie, l’essentiel y est… Tomic et Azarenka valident chacun leur manière un renouveau tennistique.

    pour la finale, je suis partagée… j’y reviendrai plus tard, là après une nuit de taff j’ai besoin d’un gros dodo !

  2. Mathias 30 janvier 2012 at 10:19

    Un article conclusion très bien tourné.
    Tout y est ou presque (cela viendra dans les commentaires).
    Du grand Coach!

    No future!

  3. benja 30 janvier 2012 at 10:42

    Belle conclusion, assez d’accord sur le contenu général.

    Trop dur avec la finale, qui certes n’a pas été parfaite sur le plan technique mais qui a montré deux champions d’un niveau égal se battre pendant six heures non stop, quel autre sport peut en dire autant??

    Les 3 derniers matches ont montrés aussi que Fed est tjs bien dans le coup et que Murray continue de se rapprocher. Enfin le complexe de Nadal vs Bite est aussi totalement oublié et ce, malgré la défaite.

    Soyez en certains, Nole battra, certes, encore Rafa, mais Rafa le battra aussi, il a trouvé la clé à l’usopen en étant plus agressif durant un set, ici il l’a été encore beaucoup plus et plus longtemps…. Il lui a manqué 1cm sur un passing (facile).

    De beaux jours en perspective!

  4. antsiran23 30 janvier 2012 at 11:03

    Ok sur l’essentiel Coach sauf sur un point :
    « Djokovic a clairement tablé sur la surenchère physique pour être calife à la place du calife. Ainsi, je pense clairement qu’il est plus responsable que l’espagnol de l’escalade de la violence physique de leurs affrontements. » Pas d’accord du tout. C’est Nadal qui a commencé et c’est donc bien Nadal l’arroseur arrosé. Donc le vrai responsable.

    Un mot sur Federer quand même. Il devrait profiter de ce match pour dire qu’il quitte le tennis. Trop forts les mecs, il ne pourra jamais suivre. Cà mettrait de l’ambiance et de la haine. Alors il ne le fera pas. En revanche, plus malin, plus stratège, il se dit que les organismes des mutants vont exploser en vol et qu’il reprendra sa place de numéro 1 jusqu’à l’âge de 40 ans. Age auquel il rejoindra les senior tour pour battre les Nole et Nad devenus vulnérables, ménageant leurs organismes, et surtout, dépollués de toutes ces substances nauséabondes.

  5. Renaud 30 janvier 2012 at 11:08

    Bien entendu que Nadal gagnera encore Djoko tout comme Fed finalement gagnera encore Nadal par ex au Master en indoor
    Mais d’une manière générale Nadal a les cartes en main lorsqu’il rencontre Fed tout comme Djoko maintenant face à Nadal

    Djoko moyen gagne Nadal moyen
    Djoko au top gagne Nadal au top
    Djoko un poil moins au top perd contre Nadal au top du top.

    Idem vérité pour Fed maintenant face aussi bien à Djoko que Nadal

  6. karim 30 janvier 2012 at 11:18

    Sur l’article précédent un lien a été posté de Nadal et Djoko pendant la cérémonie de clôture, totalement sonnés et cherchant leur souffle. Quelque part ça rassure qu’ils terminent épuisés on se dit qu’ils restent humains, mais en même temps je me demande si on va revoir ces deux gars avant le mois d’avril sur terre battue. Coach cite le thrilla in manilla justement, Ali et Frazier ont fait deux semaines d’hosto après ce combat et ont mis des mois et des mois à se remettre dans le sens de la marche. Si on a encore Nadal vs Djoko en finale à Indian Wells alors là je prédis une espérance de vie de 43 ans à chacun. Façon cycliste des 80′s ou footballeur américain.

    Je l’ai écrit hier soir, ces deux-là me semblent totalement hors d’atteinte pour Federer, sauf quand ils seront canés en novembre au Masters. Federer numéro un mondial des fins d’année, comme les gosses qui sifflent les fonds de champagne les soirs de réveillon quand les adultes sont tapés. Merde à quoi on est réduits, de ISFard on devient SMICard quoi.

    J’ai lu hier qu’Azarenka n’avait qu’un poumon également dans le passé, ouais, en fait elle je m’en fous. Le truc c’est qu’elle me fait atrocement chier, son jeu provoque des bâillements dangereux pour ma mâchoire (n’est pas Andy Constrictor Murray qui veut) et ses cris font le bonheur de mon ORL. Comme je le disais, elle a malheureusement l’air beaucoup plus solide que Petra, moins fluctuante, donc c’est elle qui risque de pourrir nos samedis de GC plus que Petra.

    Ce que je craignais s’est réalisé, un Djokovic largement moins bon qu’à l’USO a quand-même triomphé dans un tournoi du GC où tous ses rivaux dans la bande des quatre étaient bien meilleurs qu’ils ne l’étaient à NY. Quand il se sera remis dans le bon sens, c’est en trois sets secs qu’il va talquer Nadal. On sent d’ailleurs dans le jeu qu’il est vraiment vraiment au-dessus. Hier ça n’a été long que du fait qu’il était à 85% de son meilleur niveau.

    Nadal qui tombe à genoux parce qu’il remporte le 4ème set ça fait un peu pitié quand-même, il est totalement homeless, un vrai SDF, à la rue. Il était remonté comme un coucou, il ne manquait que les saignements de nez tellement il était chaud bouillant. Mais ça n’a pas suffi. Je ne pense pas qu’il puisse être plus intense qu’il l’a été sur cette partie, à moins de prendre une dose létale d’oligoéléments.

    Plus que la rivalité Fed vs Nadal, la rivalité Nadal vs Djoko est celle de tous les superlatifs dans le sens de la malsaine émulation, marquer à la culotte et vouloir passer devant. On sent Novak prêt à tout pour rester devant, et Rafa prêt à plus que tout pour le rattraper et le dépasser. Roger n’a jamais fait peur à Rafa qui l’a tapé dès la fin de son adolescence, il l’a eu à sa main assez rapidement et savait qu’il n’avait que son calendrier personnel à gérer pour arriver au sommet, apprendre à domestiquer les autres surfaces, améliorer son revers etc. Bref un plan de bataille millimétré dont Federer était plus une conséquence qu’une cause ou un motif. Mais là contre Djoko c’est complètement différent, il sait qu’il n’arrivera à rien tant qu’il ne battra pas ce gars.

    Dernier paragraphe de l’inutile, mine de rien sans Djoko, Nadal serait déjà au niveau de Sampras en GC, rattraperait Fed dès janvier 2013 et côté M1000 il serait hors d’atteinte pour l’éternité. ça me rappelle le « si y’avait pas eu Nadal, Federer »…

    • Yaya 30 janvier 2012 at 13:01

      Je ne pense pas qu’il puisse être plus intense qu’il l’a été sur cette partie, à moins de prendre une dose létale d’oligoéléments.

      Purée j’ai ri à m’en décrocher la mâchoire.

  7. Colin 30 janvier 2012 at 11:22

    Article très complet mais la conclusion me semble être du wishful thinking sans aucun espoir. « Arrêtez de vous battre »? Tu rêves Coach, ces deux-là ne vont pas changer leur façon de jouer, au point où ils en sont, ils vont au contraire continuer dans la surenchère physique.

    Le seul espoir, ça serait que nos deux Musclor se prennent des branlées par des jeunes joueurs de 1,75m et 70kg qui inventeraient une nouvelle façon de jouer au tennis, le tennis 4.0.
    Mais comme, évidemment, c’est inimaginable, la seule solution réaliste est de faire ce qu’a fait l’aviron: créer une deuxième catégorie « poids légers », réservée aux joueurs de moins de 75 kg.

    J’ai regardé la finale hier – presque – de bout en bout, d’un oeil peu attentif et tout en faisant autre chose, avec une longue interruption pour le petit déjeuner (3 jeux manqués!) puis pour le déjeuner (4 jeux manqués!!). J’avoue que ce match m’a autant intéressé qu’un vieux Lendl/Wilander. A part le fait que les balles vont plus vite et que les deux protagonistes ont l’air de souffrir le martyre sur le court, la créativité est à peu près la même.

  8. Antoine 30 janvier 2012 at 11:33

    J’ai les mêmes sentiments que Coach sur les points qu’il évoque; j’ai juste le regret en le lisant de constater, comme à chaque article faisant le résumé-épilogue du tournoi, qu’il n’y a pas un mot sur les doubles ou les autres compétitions (juniors par exemple)…

    Si j’ai aimé le Dolgo-Tomic, je n’ai pas vu le Almagro-Berdych. En revanche, parmi les matchs que j’ai aimé voir, je citerais Federer-Del Potro, Federer-Nadal et Nadal-Berdych, bien aimé Hewitt-Djoko aussi..Je n’ai pas aimé Murray-Djoko pour l’indigence du jeu durant les deux premiers sets et encore moins la finale Djoko-Nadal puisque j’ai même éteint tellement je trouvais cela sans intérêt..

    Un regret ? Que ni Federer, ni Murray ne soient parvenus à se qualifier pour la finale. Dommage que les deux joueurs les plus stéréotypés aient gagnés ces demies, on aurait dans doute eu une meilleure finale avec les deux autres..

    A propos du sieur Djokovic, je constate que l’Equipe de ce matin indique dans l’article de compte rendu que celui ci s’est, volontairement ajoute l’Equipe entre parenthèses et un point d’interrogation, abstenu de répondre, ou plutôt a répondu à côté quand on lui a demandé comment il avait fait pour récupérer de sa demie ou comment il avait réglé ses prétendues pbs d’allergie. Pas le bon moment pour en parler assure Djoko. Pour lui, visiblement, ce n’est jamais le bon moment d’ailleurs. Cependant, quand on lit son interview et la précédente, à chaque fois on constate qu’il renvoit toujours toute la responsabilité de sa préparation physique sur son team, comme si il n’était qu’un exécutant dans tout cela..Je pense qu’il s’agit d’une précaution de sa part: s’il se fait gauler, il expliquera qu’il n’y est pour rien et que c’est son team qui est responsable et virera un ou deux types, en criant à l’injustice bien sûr…

    Seul truc amusant dans l »‘Equipe » ce matin, le retour de Wilander qui ne dit bien sûr pas un mot de sa dernière chronique (« Roger va lui en mettre une bonne ») et qui cette fois, n’hésite pas non plus: « Djokovic, un GC dès cette année ? » Selon lui, c’est tout à fait possible et il ne parle pas d’un GC sur deux saisons au cas ou Djoko gagne à RG mais bien de gagner les 4 en 2012…Ce qui est rassurant, c’est que ce soit Wilander qui raconte cela…

    L’impression générale que je tire de cet OA est que l’écart entre le BIG 4 et les autres parait s’être accru et non réduit et qu’entre eux 4, les écarts se sont réduits. Seul un top 4, Nadal, a été inquiété avant d’arriver en demies, et même plus qu’inquiété face à un super Berdych parce qu’à deux sets à zéro, il est probable qu’il serait passé à la trappe. Mais c’est tout. Une promenade de santé, ou presque, pour les autres..

    Entre eux, en revanche, il me parait clair que le Djoker 2012 est inférieur à celui de 2011, sur ce tournoi en tout cas, puisqu’il n’avait perdu qu’un seul set de tout le tournoi l’année dernière, et qu’il est passé très près d’une défaite en demie, puis en finale. Murray apparaît avoir franchi un cap mentalement. Il me parait désormais légitime de l’inclure réellement dans le big 4 et je ne vois pas pourquoi désormais il ne gagnerait pas tôt ou tard, et sans doute plus tôt que tard, même s’il a des progrès à faire, notamment servir une deuxième balle correcte. Son coup droit est bien meilleur en tout cas et il a montré en demies qu’il avait des nerfs, du courage, et un physique au niveau..Nadal aussi s’est rapproché du Djoker sur une surface il est vrai plus lente qu’à Flushing et avec un taux d’humidité record qui rendaient les balles encore plus lourdes. Il aurait pu gagner, il a perdu mais rien ne dit qu’il n’est plus en mesure de gagner une nouvelle fois à Roland Garros..Le cas de Roger est un peu différent: comme à Roland Garros, il a perdu contre Nadal en quatre sets après avoir fait un très bon tournoi auparavant. Il était un peu moins loin cette fois sans doute. Aurait il fait mieux que Nadal en finale ? Pas sûr du tout, vu la lenteur des conditions de jeu. A mon avis, il ne peut plus gagner ce tournoi qu’il n’a gagné qu’une fois sur cette surface plus lente et contre Murray en finale…Sa seule chance de remporter encore un (ou plusieurs) GC est à Wimbledon (ou l’endurance physique ne compte que peu) et éventuellement à Flushing (parce que c’est plus rapide et qu’il était encore au niveau contre le Djoker 2011 l’année dernière), mais uniquement si le Super Saturday est supprimé, sinon, ses chances sont très réduites, là bas aussi..

    Un top 4 nettement au dessus et des écarts réduits entre eux…

    Si cette impression est exacte, alors une chose est presque certaine: Wilander vient d’écrire une nouvelle ânerie: Laver peut se rendormir tranquillement, Djokovic ne fera pas le grand chelem cette année…

    Chez ces dames, il y a semble t il un léger mieux, et au final on assiste à une convergence entre ces dernières et ceux-ci: les matchs des uns et des autres se ressemblent de plus en plus, du moins lorsque l’on songe aux matchs Djoko-Murray et Nadal-Djoko…..Une WTAisation du circuit masculin..Une grande pauvreté tactique et technique et la prépondérance de l’endurance et de la puissance physique..On ne dénombre plus les bonnes, voire très bonnes, attaques que personne ne suit au filet pour conclure en deux volées derrière..Prendre un risque, abréger les échanges parait désormais surrané, et ce n’est pas qu’une question de surface ou de balles..L’heure est à la guerre d’attrition…

    Nul doute que cette pauvreté du jeu, chez les hommes également, apparaîtra en pleine lumière une fois que Roger aura raccroché sa raquette, ce qui pourrait venir plus tôt que l’on ne l’imagine parce que s’il ne gagne pas un GC cette année, je ne suis pas sûr qu’il aura encore très envie de continuer longtemps vu l’évolution du jeu qui lui laisse des chances de plus en plus réduites et que les petites auront bientôt l’âge d’aller à l’école…Par ailleurs, il peut être serein au sujet de son record de GC: vu la façon dont les choses se passent, la période durant laquelle un joueur peut gagner des GC risque d’être de plus en plus courte et ni Nadal, ni Djokovic, ni personne ne sont prêts de s’en approcher…

    Lorsque ce jour arrivera, si rien n’a changé d’ici là, je couperai aussi le temps de voir arriver un joueur disposant de l’antidote anti-robot, (Tomic ?). Je cesserai de suivre le tennis le temps que cela passe..C’est cyclique, il y en a sans doute pour quelques années pas plus, comme à chaque fois…je n’ai pas envie de regarder une nouvelle finale entre Djoko et Nadal: cela ne m’intéresse pas, et le résultat m’indiffère, ou presque…

    • karim 30 janvier 2012 at 12:42

      « Nul doute que cette pauvreté du jeu, chez les hommes également, apparaîtra en pleine lumière une fois que Roger aura raccroché sa raquette,  »

      fuck that! Roger n’a pas inventé l’eau chaude arrêtons de dire des conneries!

      • Antoine 30 janvier 2012 at 13:00

        Fuck that toi même grand chef ! Il n’a pas inventé l’eau chaude, il a juste empêché que l’on n’ait davantage de ces finales entre Nadal et le Djoker toutes ces dernières années ! Ou d’autres du même acabit ! Et rien que pour cela, il mérite la canonisation immédiate !

        • karim 30 janvier 2012 at 13:12

          ce type est fou

      • Ulysse 30 janvier 2012 at 13:03

        A l’appui d’Antoine, il y a quand même le fait que, excepté Fed, les premiers revers à une main dans le top sont Lopez et Gasquet.

        On peut avoir un jeu chatoyant avec deux mains bien sur, mais c’est quand même pas un signe encourageant : au bout de 40 annnées d’érosion, le revers mono-dextre est en train de rendre l’âme. Nous vivons les derniers instants d’une lente et inexorable agonie et avec ce genre de finale, Nadal et Djoko mettent la dernière main au cercueil.

        • karim 30 janvier 2012 at 13:13

          Voilà Antoine, fais comme Ulysse, prends moi par les sentiments en parlant de revers à une main!!!

    • Colin 30 janvier 2012 at 12:54

      « A mon avis, il ne peut plus gagner ce tournoi qu’il n’a gagné qu’une fois sur cette surface plus lente et contre Murray en finale »
      La surface était plus rapide en 2004-2006-2007?

      • Yaya 30 janvier 2012 at 12:58

        je crois que le rebond ace était plus rapide que le plexicushion.

      • Antoine 30 janvier 2012 at 13:00

        Yes…Yaya a raison…Rebond moins haut également. Le Plexicushion à un indice de rapidité un peu plus faible et prend mieux les effets..

      • Kristian 30 janvier 2012 at 14:43

        Euh.. pas sur. Je crois que quand il faisait tres chaud, c’est a dire souvent, le rebound Ace devenait plus lent et le rebond plus haut.

        • Antoine 30 janvier 2012 at 15:00

          C’est possible..Apparemment, cela clocquait aussi..

  9. Cochran 30 janvier 2012 at 11:51

    J’aimerais bien être une petite souris dans l’intimité des deux bucherons d’hier pour voir comment ils ont passé la nuit et si leur jambe les soutiennent encore… Je ne doute pas de leur capacité à se remettre sur le moyen terme, même si la semaine qui vient sera courbaturée de toute part. Premiers éléments de réponse dès la tournée US. Y verra-t-on une petite surprise dans le palmarès ? Djoko s’alignera-t-il à Dubaï ? Nadal arrêtera-t-il lui aussi le Gluten ? Murray gagnera-t-il avec la manière ? Gulbis se fera-t-il greffer un cerveau ?

    • karim 30 janvier 2012 at 12:43

      « J’aimerais bien être une petite souris dans l’intimité des deux bucherons d’hier pour voir comment ils ont passé la nuit  »

      bah ils ont fait de la muscu, pourquoi?

  10. Renaud 30 janvier 2012 at 11:59

    Antoine
    Comme beaucoup je pense que Djoko n’était effectivement pas au top sur ce tournoi, moins fort que l’année dernière.
    Par contre je n’en tire pas la même conclusion que toi et pour le coup je suis 100% d’accord avec Karim.

    La question qui me viendrait automatiquement à l’esprit, si on admet que Djoko n’était pas au top, c’est plutôt qu’est-ce que cela va donner quand il sera à 100% car Nadal quoiqu’il en dise était à 110%.

    Sans être au top il aurait même dû gagner en 4 sets. Nadal, un peu comme le 3ème set de l’USO, fait un hold up sur le 4ème. Globalement Djoko était meilleur que Nadal au 4ème

    Et j’aimerai savoir ce que doit faire Nadal de plus pour battre un Djoko potentiellement meilleur dans les mois qui viennent.
    Car je suis aussi d’accord sur le fait que même si Djoko s’est acheté un physique il dépense bien moins d’énergie que Nadal. Dans son papier Willander dit aussi que Djoko gère bien les hauts et bas de son physique quand Nadal est constant du début à la fin et pour une fois je suis d’accord avec lui sur ce seul point du critère physique.

    Je ne vois aucune ouverture, rien sur quoi s’appuyer, rien à travailler pour Nadal, quoiqu’il déclare en conférence de presse, pour espérer inverser la tendance dans un match accroché.
    Enfin quoi
    Il vient de perdre son premier match en 5 sets en GC depuis 5 ans à peu prés je crois
    Il vient de le perdre en ayant en plus gagné le premier set
    Il vient de le perdre en ayant fait le break, donc le plus dur généralement, au 5ème. Dans 100% des cas avant hier il remportait le match. Aucun exemple de Nadal avec break d’avance au 5ème qui perd le match.
    Il vient de le perdre en ayant repoussé plus loin les limites physiques qu’il ne l’a jamais fait
    ….

    Non vraiement la chance de Nadal c’est que quelqu’un lui enlève Djoko du chemin comme pour Fed en 2009 à RG.

    • Antoine 30 janvier 2012 at 12:34

      ..On est à 100% quelques jours par an. On verra bien ce que sera le niveau moyen du Djoker en 2012, mais je doute qu’il soit égal à son niveau moyen de 2011. On ne fait pas non plus des saisons comme celle là chaque année..Il peut très bien être en moyenne à un niveau inférieur à celui de l’année dernière tout en demeurant numéro un; c’est même probable au vu de ce tournoi..

      En ce qui concerne Nadal, il a fait une partie, mais une partie seulement du chemin pour pouvoir gagner contre le Djoker. Mentalement en tout cas, il était bien là. Tennistiquement, c’était mieux aussi de sa part qu’à Wimbledon ou à l’US Open. IL me parait avoir compris un peu mieux comment il peut gêner le Djoker, même s’il n’a pas toujours réussi à le faire..Pour ce que j’en ai vu, c’est quand il arrive à sortir le Djoker du court du côté de son coup droit que cela marche le mieux Par ailleurs, je ne pense pas qu’il était à 110% de son niveau maximum sur cette surface hier, loin de là. Il était à un niveau nettement inférieur à celui de ses matchs contre Berdych ou Federer…Le Djoker sera toujours favori contre lui sur dur (et sans doute sur herbe aussi), ce qui ne veut pas dire qu’il gagnera à chaque fois.

      Sur terre battue c’est différent: si cette finale avait eu lieu sur terre, je pense que Nadal l’aurait gagnée, sans certitude non plus, mais le niveau moyen de Nadal sur terre est supérieur à son niveau sur Plexicushion tandis que c’est l’inverse pour le Djoker qui, pour l’instant, n’a jamais été en finale à Roland Garros..

      Le fait qu’il ait perdu un cinquième set, qu’il ait gagné le premier ou breaké le premier au cinquième est anecdotique…Personne ne peut s’imaginer toujours gagner ses cinquièmes sets, même en ayant breaké le premier, surtout sur une surface et des conditions de jeu ou les breaks sont fréquents (18 entre le Djoker et la Murène par exemple) ou toujours gagner parce qu’on a gagné le premier set..Le Djoker avait aussi breaké en premier au cinquième contre la Murène et même servi pour le match avant de se faire debreaker puis de gagner..Il n’est écrit nulle part que l’on gagne nécessairement un match quand on mène deux sets à zéro ou quand on breake en premier au cinquième ou même quand on a des balles de match..Ce qui est arrivé hier à Nadal n’a rien d’exceptionnel; ce qui est exceptionnel, c’est que cela ne lui soit pas arrivé avant…

  11. Clément 30 janvier 2012 at 12:03

    Eh bien mes aïeux ! Jamais je n’ai vu 15LT aussi désabusé. A l’époque de SV et de la défaite de Federer à Wim’08, c’était des grosses larmes et de la colère adolescente mal extériorisée, mais un tel cynisme ? Même toi Coach !

    En même temps c’est difficile de donner tort à qui que ce soit. Tennistiquement Djoko et Nadal nous proposent une bouillie indigeste nappée de testostérone et il n’y a bien que ceux à l’estomac le plus résistant pour trouver ça bon. Et leurs légitimeurs journalistes.

    D’un autre côté si cet Australian Open a été celui de tous les excès, il est aussi celui de toutes les promesses : merci Tomic, merci Dolgopolov, merci Nishikori. D’une certaine façon j’espère que ce 3ème Djoko-Nadal de suite en GC est leur chant du cygne et qu’il représente leur non-retour. Peut-être qu’ils pousseront le vice jusqu’à faire la même à Roland Garros histoire d’avoir leur carré magique de GC, mais qu’ils n’y reviennent ensuite plus…

    Quant à Fed, patience. Son heure reviendra, une dernière fois !

  12. Renaud 30 janvier 2012 at 12:07

    Ah et j’oubliais coach, les fans de Nadal ont souvent tendance à inverser le principe de la preuve.

    C’est Nadal et Nadal seulement qui est responsable de l’investissement physique poussé à l’extrème.
    Il est 100% responsable de ce à quoi nous avons assisté hier SAUF QUE il n’est pas coupable.

    Pour le coup les coupables sont soit les responsables des GC soit la fédé internationale qui n’a pas vu, ou voulu voir, venir cette surenchère physique.

    Et sur le coup du physique bien entendu que n’importe quel pro dans n’importe quel sport doit avoir un excellent physique mais il y a des sports ou c’est cela qui compte le plus genre le marathon, le triathlon, les ultra trail, le ski alpinisme…
    Et les sports ou le physique n’a jamais été le critère N°1 dont le tennis, le patinage artistique, le ski, le football (il suffit de voir Messi évoluer pour comprendre pourquoi on parle de génie)

    Tiens tout le monde ou presque connait Messi.
    Quand on parle de lui on parle de génie, bien sur qu’il est très fort physiquement, mais c’est un ingrédient nécessaire à sa réussite mais ce n’est pas ce qui le caractérise.

    Il ne faut pas faire croire que vous ne comprenez pas, le vous étant je l’accorde une généralité pour les fans de Nadal, la dérive coupable de Nadal dans l’affrontement physique.
    Et aujourd’hui il est véritablement puni par là ou il a pêché.

    • Coach Kevinovitch 30 janvier 2012 at 16:27

      Si Nadal a remis la dimension physique au goût du jour de manière visible (car en fait, chaque champion depuis Borg a une grande caisse physique), il a eu le mérite de s’élever techniquement pour atteindre le trône donc rendait un peu plus service au tennis en montrant qu’il faut bosser techniquement.

      Djokovic a surenchéri l’offre physique déjà impressionnante de Nadal en se transformant d’un seul coup en Majin Novak NoGlutenovic. Il n’a fait que s’élever physiquement et prend Nadal au physique à chaque match en profitant d’un aspect théorie pierre-papier-ciseaux. Du coup, il ne fait que montrer qu’il faut bosser physiquement et c’est ce que recommandait Mouratoglou aux joueurs français dans son émission sur Eurosport.

      Avec la progression selon Nadal et Federer, les jeunes et moins jeunes vont être amenés à bosser techniquement, avec la progression selon Djokovic, ils vont être amené à faire de la surenchère physique donc à se doper encore plus. C’est sur ce point-là que je déclare Novak Djokovic coupable.

  13. Kristian 30 janvier 2012 at 12:12

    Bon resume.

    Jusque fin 2011, j’aimais beaucoup les Djokovic Nadal. Depuis 2008, j’ai toujours 1 ou 2 Djokivc-Nadal dans mes meilleurs matchs de l’annee (Hambourg 2008, Queens 2008, Madrid 2009, Miami 2011, US Open 2011).

    Ceui d’hier ne figure pas parmi les meilleurs mais ce n’est pas une raison pour les accuser de detruire le tennis. C’etait leur 30e match, qu’allait on y voire de different par rapport au 29 precedents?

    Je crois que ce qui est nouveau et qui met mal a l’aise, en tout cas ce qui me met mal a l’aise, c’est le cote surhumain/inhumain de Djokovic. En quelques mois il est passe du joueur le + faible physiquement dans l’elite au plus fort.
    Nadal a ete egal a lui meme. Deja teenager, il remportait la finale de Rome 2005 en jouant 5 heures et finissant fort. Je ne sais pas si c’est naturel, ou le fruit d’un dopage precoce, mais c’est Nadal comme on l’a toujours connu. Avec ses crashs physique a la fin de l’ete, ses genoux en carton, et ses tendinites de la tete aux pieds.

    Djokovic lui est carrement inhumain. Ah oui il etait blesse en Octobre et pas brillant novembre. Mais alors quel finish face a Murray, alors qu’il ne bougeait plus 2 heures plus tot.
    J’ai cru revoire la demi-finale Puerta – Davydenko de RG 2005. Quand l’argentin finissait en trombe au cinquieme set apres avoir donne l’impresion de passer l’arme a gauche au troisieme.
    Et l’intensite physique la finale de RG 2005 n’avait rien a envier a ce que Nadal et Djokovic ont propose en Australie. Ca ne date donc pas d’hier. Sauf que c’etait plus court.

    • Antoine 30 janvier 2012 at 12:47

      ..C’est très clair…mais Djokovic n’est pas inhumain, c’est bel et bien un joueur de tennis. Simplement, il est très probablement à ranger dans la même catégorie que Puerta…

      Je suis surpris que tu mettes la finale de l’USO 2011 dans la catégorie de tes meilleurs matchs de l’année..

  14. Renaud 30 janvier 2012 at 12:33

    C’est toujours avec du recul que l’on prend conscience de la qualité d’un palmarés, d’un joueur….
    Et même si ni l’un ni l’autre ne sont en fin de carrière il aura fallu finalement le FED goatique de 2004-2007 pour tenir tête à Nadal.
    Dés 2008 et même avant la messe était dite pour Fed contre Nadal.

    Et quitte à m’attirer les foudres des fans de Rafa c’est Fed qui s’est adapté, à progresser, à évoluer pour tenir tête à Nadal et pas le contraire
    Dans l’essence même de son jeu dés leur premier affrontement Nadal avait déjà les armes pour lutter contre Fed.
    Nadal n’a jamais eu PARTICULIEREMENT besoin de s’adapter à FED puisqu’il avait toutes les armes pour le battre.
    On oublie trop souvent qu’il ne rencontrait pas FED en finale hors RG et WIMB parce qu’il perdait avant contre d’autres adversaires.

    On ne saura jamais ce qu’aurait donné Nadal contre Fed en finale de L’USO en 2006 par exemple ou en 2007 mais je ne crois pas, avec recul justement, que FED ce serait balladé.

    Ce qui force l’admiration chez Nadal, ou forçait l’admiration, c’est son abnégation.
    Il faut quand même se rendre compte que l’on parle d’un champion avec 10GC qui a dépassé Becker, Edberg, Connors, Lendl, Mc Enroe, Agassi, WIllander en terme de nombre de GC avec un règne reccord de N°2 oui N° 2
    Il n’a pas été bien longtemps N°1 par rapport à certains de ces illustres prédécesseurs mais il les dépasse largement en nombre de GC.

    Paradoxe de cette folle période.

    Maintenant depuis plus d’un an donc Nadal se trouve face à un problème qu’il n’arrive pas à résoudre et cela ne lui était jamais arrivé avant.
    Que va t’il trouver pour avancer, j’avoue que je me le demande

    • Antoine 30 janvier 2012 at 12:43

      Juste un bémol: cela me parait difficile de comparer le nombre de GC de joueurs (Borg, Mc Enroe, Connors) à l’époque ou ils n’en disputaient que 3 par an (voire deux pour ce qui est de Connors en 76-78 et Borg en 77) avec celui des joueurs de la période plus récente ou ils en disputent 4…

      • Ulysse 30 janvier 2012 at 12:51

        C’est exact. Du coup la perf de Sampras se retrouve à égalité avec Borg à 24 ans. On a tendance à l’oublier le phénomène suédois à cause de son allergie aux States, mais il reste au dessus de tous en termes de stats.

      • karim 30 janvier 2012 at 12:59

        tsssss tsssss Antoine, on ne retient en définitive que les chiffres bruts. La liste des joueurs qu’il a dépassés me plonge dans une profonde déprime mais il les a dépassés, point barre. Si Laver avait pu jouer les GC entre 62 et 69 bla bla est le summum du « et si ». parce que là vraiment on n’aurait pas parlé de 16 GC comme un accomplissement majeur. mais on s’en fout finalement.

        • Antoine 30 janvier 2012 at 13:23

          « On ne retient en définitive que les chiffres bruts » que depuis une époque très récente Karim, depuis Sampras en fait…Avant qu’il ne batte le record d’Emerson, personne ne se souciait particulièrement du nombre des GC. L’intéressé a d’ailleurs été parait il surpris d’apprendre qu’il détenait le record avant que Pete ne le batte, et personne n’a jamais imaginé qu’Emerson était pour autant meilleur que Rosewall ou Laver par exemple au motif qu’il avait plus de GC qu’eux..

          Même quand Borg a égalé le nombre de GC de Laver qui était à l’époque second au classement derrière Emerson, personne n’en a fait un foin à l’époque. Cela n’avait aucune importance, ce qui est bien normal puisque l’OA ne valait pas grand chose et que d’autre part tous les chiffres de GC des joueurs passés pro avant 68, c’est à dire tous les meilleurs, étaient totalement obérés par ce fait..

          En revanche, quand Borg a fait en 78 son premier doublé RG-Wim pour la première fois depuis Laver, là on en a parlé, et pas qu’un peu..Idem, quand il a battu le record de matchs consécutifs gagnés à Wimbledon que détenait ce dernier..

          On ne peut pas utiliser les critères d’aujourd’hui pour les appliquer au passé alors qu’ils n’avait pas alors d’importance. Tout le monde se foutait de l’OA mais nul doute que si Borg et les autres s’y étaient pointés, lui ou un autre aurait gagné et augmenté son nombre de victoires en GC. Ce n’est pas Vilas qui les aurait gagné en 77 et 78, ça c’est sûr !

          Il n’y a pas de doute qu’avoir remporté 16 GC est un accomplissement majeur mais le nombre n’est pas tout et ne peut tout dire. Ce n’est pas parce que Federer en a gagné 16 et Pete 14 que je pense que Federer est un meilleur joueur que Pete. Même si Pete avait gagné 1 Wimbledon et deux OA de plus, je mettrai quand même Federer devant parce qu’il a gagné à Roland Garros..

          Tu n’est pas obligé d’être d’accord !

          • Renaud 30 janvier 2012 at 16:23

            Antoine,

            Je ne peux qu’être d’accord avec toi puisque je dénonçais dans l’article précédent le faible recul pour parler des reccords.
            Il est certainement vrai que Borg, Connors, Mc Enroe voir d’autres aurait pu en gagner d’autres.

            Cette course au nombre de GC est récente et à mes yeux Nadal est infiniment moins doué et pas plus méritant que Connors, Borg, Mc Enroe notament

    • Ulysse 30 janvier 2012 at 12:46

      La voie pour Nadal, c’est de travailler plus. Il faut qu’il réussisse ce passing facile dans le cinquième. Qu’il fasse 5% de fautes directes en moins, qu’il serve un peu plus précisemment en deuxième, qu’il rallonge un peu ses retours et ses coups de remise qui tombent trop souvent dans le carré de service, et c’est bon. Nadal est toujouts revenu. Il a un jeu de boeuf, mais il a de l’abnégation à revendre et il fera les ajustements qu’il faut, c’est sur.

      Pour Fed, il faut qu’il travaille le retour comme Djoko l’a travaillé, jusqu’à devenir une bête dans l’exercice, en particulier en revers coté avantage ou sa faiblesse est la plus frappante.

    • Yaya 30 janvier 2012 at 13:21

      de toute façon en tennis le Graal, ce n’est pas le nombre de tournois du Gc remportés (obsession née à la fin des années 90)mais réaliser le GC calendaire. Et là personne n’a rejoint Laver.

  15. karim 30 janvier 2012 at 13:09

    En parlant de retours, Nadal dit de le qualité des retours de Djoko qu’il n’a jamais vu ça. Moi-même je suis estomaqué par la qualité de sa relance, il met tout de suite le serveur en difficulté, en premières comme secondes balles.
    Quand on dit que Rafa n’avait pas le même niveau que contre Berdych ou Roger ouais, mais c’est parce qu’en face c’était pas Berdych ou Roger. C’est aussi simple que ça. Il n’a pas moins bien joué ou frappé la balle ou bougé que contre eux, c’est juste qu’il a été dominé.

    • Antoine 30 janvier 2012 at 13:36

      Qu’il ait été dominé, je veux bien. Qu’il ait été obligé de prendre plus de risques, et donc de faire plus de fautes directes, je veux bien aussi.. Mais entre les 30 fautes directes contre Berdych, les 34 contre Federer et les 71 contre le Djoker, il y a un tel écart, même en tenant compte du fait qu’il y a eu un set de plus, qu’il me parait assez clair qu’il n’a pas aussi bien joué que lors de ces deux matchs précédents…

    • Ulysse 30 janvier 2012 at 14:38

      Ce n’est pas parce qu’Antoine m’a traumatisé sur l’Odyssée que je supporte ce qu’il dit, c’est juste que là il a raison. Nadal a fait plein de gros lifts de coup droit dans le carré de service contre Djoko. Ce n’était pas la même longueur de balle que contre Fed.

      Ceci dit, je le répète depuis 2008, Djoko est fou furieux en retour. Il porte l’art à des sommets jamais atteints avant lui. Pour moi c’est son apport au tennis, et depuis pas mal d’années déjà.

  16. Oluive 30 janvier 2012 at 13:13

    Hello.

    Un petit mot de sortie de retraite tennistique avant d’y retourner d’ici la DC (oui, en temps normal, je me demande déjà pourquoi je consacre autant de temps au tennis mais là, c’est même plus une question).

    Bref, l’essentiel a été dit (en gros la transformation du tennis en sport de fond, et la part de l’aléa -et donc des surprises- terriblement réduite).

    Sur le Fed / Nadal d’abord.
    Ok, le scénario se répète. Il n’en demeure pas moins que, lorsqu’on parle d’un Nadal qui se transcende aux moments chauds, on en oublie l’étape préalable, ici flagrante : Fed qui se déballonne au moment d’enfoncer le clou. Je ne dis pas que le résultat aurait été différent, j’en sais rien, mais la nuance est d’importance :
    Rafa est adepte de la « pensée magique » de l’enfant. C’est ce qui fait qu’il se sent invincible par moments, et donc contre Fed la plupart du temps, mais ce qui fait aussi qu’il doute face à Djoko (la magie est blanche ET noire).

    Face à Fed, à Roland l’année dernière et ici aussi, il peut se dire que la magie a cessé d’opérer, et trembler un peu. Mais, c’est pile à ce moment là que Fed baisse, tremble ou que sais-je. Du coup, Nadal se dit que la magie est toujours là, que rien ne peut lui arriver et repart de plus belle. Trop tard pour Fed qui a beau jeu d’en remettre un coup à ce moment-là.

    Dans cette partie, c’était complètement flagrant : à chaque fois que Fed faisait le break, il perdait son service dans la foulée. Et ce, non pas parce que Nadal faisait un jeu de dingue, mais parce qu’il mouillait qu’il le fasse. Le meilleur exemple : le jeu de 4/3 service à suivre pour Fed, qui ne passe plus une première, plus un coup franc, et se fait débreaker en 1’30… Pour servir le plomb le service suivant. A quoi ça sert ?… Ou encore Fed qui fait deux doubles dans un jeu pour confirmer un autre break, lui qui n’en fait presque jamais.

    Bref, ce que je veux dire, c’est que, AVANT d’être dominé, Fed fait allégeance, admet quelque part la défaite, ce qui autorise ensuite une bataille. Et ce qui permet à Rafa de jouer les lignes sans aucune crainte.

    La deuxième remarque que je me suis faite à l’issue de ce match, c’est que je pense fermement maintenant que Fed n’est pas un grand tacticien. Il n’est même pas très bon dans ce registre.
    Il sait admirablement inventer, improviser, s’appuyer sur ses forces. Mais pas tenir / élaborer / ajuster en match une tactique spécifique et précise. Sur cette partie, il a démarré sur les mêmes bases tactiques qu’au masters, bases qu’il a ensuite « oubliées », ne se souvenant que de l’idée d’être offensif (voir les montées en chaussettes). Il a « oublié » d’insister sur le revers de Nadal de façon un peu systématique, et s’est remis à faire des droites gauches, dont raffole son adversaire. Il a aussi étonnamment « oublié » son slice de revers… Ok pour les retours, mais, même lorsqu’il était débordé en revers, il cherchait à chaque fois le lift, ce qui conduisait à peu près systématiquement la balle dans le filet… Je n’ai pas souvenir d’avoir vu si peu de slices de revers de Fed dans aucun match. Sur ce point par exemple, l’intention est bonne, mais appliquée sans discernement. Même chose pour les montées, ou les volontés offensives (quand les UE s’accumulent, il est parfois préférable de forcer un peu moins).

    Je pense donc que Fed n’est pas un bon stratège. C’est visible en ce qui concerne les adversaires contre lesquels il a perdu plusieurs fois de suite, mais surtout contre Nadal bien entendu. Autant de défaites après avoir mené tant de sets d’un break ou deux (ou même trois !), ce n’est plus seulement de la domination tennistique. C’est une domination mentale (la fameuse allégeance citée plus haut) ET tactique, tant pour la préparation que l’utilisation de ladite tactique (Il souffre de l’affolement de celui qui, en plein examen s’emmêle les pinceaux dans ses révisions passées).

    Après, je trouve le joueur toujours fantastique à regarder, et n’aurais aucun problème à ce qu’il se rabatte sur des tournois de moindre importance s’il bloquait en GC, ce qui est loin d’être sûr (attendons d’abord de voir comment les golgoths tiennent sur une année…)
    Contrairement à ce que certains disent ici, Fed, si tu nous entends, tiens bon jusqu’ aux JO de 2016 steup !
    Après, sauf évolution majeure, je prendrais, comme je l’ai déjà fait en 1990, une retraite tennistique d’un certain nombre d’années, revenant juste pour Roland voir quelques matches sur France télé (s’ils ont toujours les droits du truc…)
    Je précise que je ne suis pas le tennis seulement pour Federer. C’est plutôt que, peu à peu, il ne me reste plus que ça.

    La finale maintenant.
    Vu que quelques bouts le soir, et principalement la deuxième moitié du 5e set.
    Mais pas besoin de beaucoup plus pour me faire une religion.

    Je crois qu’ici tout a été dit ou presque.
    Et évidemment d’accord avec le fait qu’il faut toucher aux balles : c’est la solution la plus facile, la plus ajustable, et la plus immédiate pour faire quelque chose au marathon des cours. On est arrivé à une situation absurde, où il est plus facile de faire un point gagnant à Roland sous le soleil qu’à l’AO, Indian Wells ou Miami.

    Passée la fièvre des records, les télé vont effectivement avoir leur mot à dire : d’abord parce que c’est trop long (grand reproche fait au tennis depuis longtemps), mais aussi parce que le message qui en ressort c’est quand même, et plus que jamais, qu’un GC n’est intéressant qu’à partir des demies.
    On se rapproche effectivement de la boxe, où seul un match compte, où celui-ci est monté en sauce pendant des mois.

    Je ne pense pas qu’on va (au moins à court terme) arriver au no-ad et autres mesures terribles (de même qu’en 90′s on n’a pas adopté la balle de service unique), déjà parce que Fed, mais surtout Nadal, et sans doute tous les autres « gros », y seront opposés (c’est rendre la surprise plus importante, l’aléa plus fort).
    Vous noterez que, toutes les propositions de Nadal vont d’ailleurs dans le même sens : réduire l’aléa.

    En fait, le tennis proposé dimanche ressemble à un mix entre la boxe et les échecs : une grosse, énorme implication, et des résultats presque toujours similaires du fait de l’absence d’imprévu.

    Deux remarques pour finir :

    - Ce n’est je pense pas un hasard que ce tennis arrive avec la généralisation de l’informatique : le tennis se suit maintenant beaucoup par internet, et donc une population plus jeune s’y colle. Un population née avec des consoles de jeu dans les mains. Les logiciels de tennis ne manquent pas. Et le tennis proposé lors de cette finale est le plus proche jamais vu d’un jeu sur console. Cette finale EST une partie de virtua tennis, le « last stage » du jeu. Pas de fatigue, peu d’erreurs, pas de coups gagnants direct, etc.
    Lorsqu’on cherche des vidéos sur Youtube, on tombe parfois sur une capture vidéo d’un jeu console. Je gage (redoute) que, d’ici peu, ces vidéos seront indiscernables.

    - Le tennis me semble suivre le chemin du cinéma d’action hollywoodien, qui a en partie conduit à la perte un certain nombre de studio. Je veux dire par là que la recherche du spectaculaire pour lui-même (records de durée, de « spectacle », de rebondissements… d’effets spéciaux ?) s’auto-détruit : à un moment donné, seul le « plus » par rapport à ce qu’on a déjà vu compte, tout le reste est justement déjà-vu. Quel intérêt de revivre une telle finale si elle ne fait « que » 5h ?

    Dans cette logique du spectaculaire, et pour parler tennis, le jeu ne compte au final plus que comme support au « moment unique » qu’on est en train de vivre. Il s’agit d’en avoir fait partie, et ce sont des éléments objectifs qui viennent en appui de cette expérience (quoi de plus objectif que la durée ? Durée d’un marathon, d’un 100m, centimètres pour le saut en hauteur, et donc durée pour le tennis).

    Il n’y a aucune raison pour que la « Société du spectacle » s’arrête avant de s’être auto-détruite.

    La Coupe Davis me fera un bien fou cette année.

    • Mathias 30 janvier 2012 at 13:36

      A Federer aussi d’ailleurs – il a toutes les raisons d’en faire un objectif majeur de 2012 maintenant. ;-)

    • Jérôme 30 janvier 2012 at 13:50

      Je suis assez d’accord avec toi, Oluive.

    • Antoine 30 janvier 2012 at 14:32

      Federer ne se contente donc pas d’être un mauvais stratège et un mauvais tacticien, en plus c’est un pleutre qui arrive même parfois à paumer un set en ayant trois breaks d’avance ! Et ça, il faut le faire parce que normalement le set est déjà fini..

      • Oluive 30 janvier 2012 at 14:43

        Non non, ça peut juste faire 5/0. Ceci dit je ne me souviens que de 5/1, donc seulement double break sûrement (Monte Carlo ou Rome 2008 je sais plus).

        Non Fed n’est pas un pleutre loin de là, mais je pense qu’il a peur de gagner contre Nadal oui (tu as vu ce 3e set de la demie ou pas ? Tu as vu ses jeux de services qui suivaient immédiatement le break ou pas ?)

        Non, Fed n’est pas un mauvais tacticien, mais je pense qu’il n’est pas spécialement bon non plus. Là ou la tactique joue vraiment, c’est quand on ne domine pas sans elle.

        Nadal, mais aussi Murray, et dans une moindre mesure Simon ou Canas, ont posé à Federer des problèmes tactiques qu’il a su dépasser pour la plupart en musclant son jeu de fond, en jouant donc sur le même terrain. La tactique de Fed a souvent (beaucoup jusque 2008) consisté à chercher à battre ses adversaires à leur jeu. Or ça, ce n’est pas de la tactique, mais du talent et du travail.

        Pour Nadal, qui impose des choix précis, un jeu d’échec tactique parce qu’il n’a pas de marge, Fed n’a à mon sens réussi à résoudre l’équation qu’au masters 2011 (aidé évidemment par le format et la surface, mais pas seulement).

        • Antoine 30 janvier 2012 at 15:11

          Oui, j’ai vu cette demie finale du premier au dernier point, comme l’autre d’ailleurs..Simplement, je ne partage ton avis sur les points dont tu fais part dans ton post au sujet de cette dernière. Ce n’est pas bien grave; on n’est pas obligé d’être d’accord..

          • Oluive 30 janvier 2012 at 15:15

            Alors là… Je suis entièrement d’accord…
            ;)

        • Antoine 30 janvier 2012 at 15:30

          Trop aimable ! Si mon avis t’intéresse Oluive, je peux même te dire pourquoi je ne suis pas d’accord…

          Tiens, un exemple « mineur »: tu fais état de ses doubles fautes. Il y a eu 5 au total, ce qui est effectivement beaucoup pour lui qui en fait ordinairement entre 0 et 2 par match…Pourquoi ? Parce que c’est un pleutre qui mouille et fait une double à ce moment là ? Je pense que c’est plutôt du au fait que craignant les retours de Nadal il a forcé sur sa seconde balle, augmenté la prise de risques par conséquent, et donc accepté de faire plus de doubles. Question: était ce une bonne idée ? Je le crois car il a réussi le point dans 55% des cas derrière une deuxième balle, malgré ces cinq doubles. C’est un très bon pourcentage pour lui face à Nadal sur dur extérieur. A titre de comparaison, lors de la finale de 2009 à Melbourne, il n’était qu’à 45%..(tout en commettant quand même six doubles, sur cinq sets et non quatre)…

          • Oluive 30 janvier 2012 at 15:50

            Tu oublies que deux de ces cinq doubles ont eu lieu dans le même jeu de service, jeu qui suivait immédiatement un break et que Fed a foiré de A à Z, non pas en prenant des risques parce qu’il était dominé dans les points précédents, mais tout seul comme un grand (Fed gagne souvent ses jeu de service en 1/2′, mais les perdre dans la même durée…).

            Revois le 3e set, et tu verras que les debreaks qu’il concède là, Nadal n’y est pour rien.

            Et pour la prise de risque et sa partie outrancière dans cette partie (certaines montées, les UE sur coup droit notamment, les revers tentés liftés alors qu’il est complètement débordés) cf la faiblesse d’adaptation tactique évoquée plus haut justement.

            • Antoine 30 janvier 2012 at 16:09

              Mais cela arrive Oluive de rater un jeu de service, ou de faire des doubles juste après avoir breaké, et cela vaut d’ailleurs mieux que le le faire sur une balle de set comme l’ont fait le Djoker et Nadal hier.!.Il n’y a pas de conclusions particulières à en tirer sinon le fait que juste après avoir breaké, on se relâche souvent inconsciemment pensant avoir fait le plus dur, tandis que l’autre essaie de debreaker aussi sec pour éviter la confirmation du break, et c’est d’ailleurs pour cela que les debreaks arrivent plus fréquemment sur les jeux de service qui suivent immédiatement un break…C’est d’une grande banalité et non propre à ce match mais tu l’interprètes comme un événement anormal qui serait du au fait qu’il se déballonne au lieu d’enfoncer le clou….Heureusement que tu n’as pas suivi l’autre demie finale parce que cela n’a pas arrêté pendant deux sets..et ils ont fait 6 et 10 doubles…

            • Oluive 30 janvier 2012 at 16:14

              Non : pour les doubles, 2/5 dans le même jeu, ça suffit en tous cas pour expliquer le nombre élevé de doubles. Et, faire une double, ce n’est pas en faire deux de suite.

              Et, ces breaks immédiatement perdus derrière encore une fois, ce n’est pas juste un petit relâchement sur un point, c’est un écroulement sur tout le jeu.

              Fed ne peut pas, même inconsciemment, penser avoir fait le plus dur après avoir beaké Nadal : son inconscient n’a certainement pas oublié les X et X fois où il s’est fait remonter.
              Au contraire, si inconscient il y a, ce n’est pas de se dire « le plus dur est fait », mais « putain, le plus dur arrive ».

            • Antoine 30 janvier 2012 at 16:38

              Oluive, faire deux doubles dans le même jeu, cela arrive. C’est arrivé à Djokovic et à Murray le lendemain…C’est malheureux, mais cela arrive et il vaut mieux que cela arrive dans un jeu juste après avoir breaker que quand tu sers à 4-5…

              Federer s’est fait breaker 6 fois. Sur ces 6 fois, c’est arrivé deux fois après qu’il eut pris le service de Nadal. So what ? Là encore, il vaut mieux que cela arrive à ce moment là. Je préfère cela au jeu de service ou il se fait breaker en servant à plutôt que quand il a servi à 4-4 au quatrième set…

              Le meilleur moment pour se faire breaker, c’est quand on a un double break mais sinon, ce n’est jamais un bon moment et le moins mauvais est encore en début de set juste après avoir soit même breaké comme au début du deuxième…

              Mais presque à chaque fois avec Federer, on voit fleurir des explications surréalistes; soit il se fait breaker en fin de set et on dit: c’est une larve il a craqué dans le money time, soit il se fait breaker juste après voir breaké et tu dis alors il n’a pas su enfoncer le clou..

              Je sais que c’est difficile à admettre mais il arrive à Federer de se faire breaker plus qu’il n’est souhaitable pour lui…Pour ma part, je n’ai pas besoin d’avoir recours à des explications psychologiques ou magiques pour le comprendre et l’admettre..

              • Oluive 30 janvier 2012 at 16:43

                Encore une fois et encore une fois : ce n’est pas LE FAIT qu’il se soit fait breaker qui compte pour moi ici, mais LA MANIERE, soit en perdant le jeu presque tout seul.

                En général, c’est plutôt son manque de réalisme en concrétisation de BB qui me frappe contre Nadal.
                En général, il perd son service parce que Nadal joue le feu sur quelques points, et qu’il en foire éventuellement un, pas 4.

                Et oui, je parle des deux services en question.
                Federer a perdu le match au 3e (ce qui ne vaut pas dire qu’il aurait gagné le match en gagnant le 3e).

              • Arno, l'homme des antipodes 30 janvier 2012 at 16:45

                Je pense qu’on va bientôt vous demander de répondre au commentaire d’au-dessus (spéciale dédicace à Marie-Jo) ;)

          • Oluive 30 janvier 2012 at 16:50

            Putain Arno,
            Plus fort que Shumacher : on fait tout le boulot et toi pouf, tu arrives et tu postes le denier com’, celui auquel on ne peut plus répondre !

            Et mon challenge alors ?!

            • Antoine 30 janvier 2012 at 16:57

              Là, je crois qu’il faut arrêter Oluive…!

              • Oluive 30 janvier 2012 at 16:59

                J’aurais gagné mon challenge ?

        • Antoine 30 janvier 2012 at 16:23

          Tiens Oluive, je vais te donner un autre exemple de désaccord: tu lui reproches de ne pas avoir utilisé son slice de revers. Effectivement, je n’en ai vu qu’un seul, mis à part les cas ou il ne pouvait pas vraiment faire autrement parce qu’il était totalement en bout d’extension, un slice très soudain, long et très rapide qui a surpris Nadal qui a fait une faute derrière sur son coup droit. Peut être aurait il du essayer d’en faire deux ou trois autres de cet ordre mais vu la prise de risque, je n’en suis pas sur. Pourquoi ne l’a t il pas fait alors qu’il en a fait bien davantage au Master’s ? Je ne pense pas que ce soit parce qu’il aurait oublié que cela marche comme tu l’écris. je pense que c’est parce qu’il sait que sur cette surface, cela ne marche pas, à titre accessoire parce que le rebond est beaucoup pus haut que sur la résine utilisée au Master’s, mais surtout à titre principal parce que contrairement au Master’s ou un slice fusait et demeurait rapide, là sur Plexicushion, la balle perd de surcroît toute vitesse après un slice (ce qui est bon pour les amorties en revanche) et que Nadal aurait eu tout le temps de l’avoiner immédiatement derrière et gagné 90% des points derrière..Je suis donc au contraire très heureux de voir qu’il n’a pas utilisé son slice de revers là dessus, ni au retour (sauf s’il y était absolument contraint), ni durant l’échange..

          • Oluive 30 janvier 2012 at 16:29

            Je sais, et là je pense qu’il avait raison (y compris sur ses choix de retours, où je l’ai trouvé plutôt bon). Impossible de faire autant de slice ici qu’au Masters, on est bien d’accord.

            Ce que je disais, c’est qu’il faisait preuve d’un mauvais sens tactique en appliquant cette (bonne) volonté de non-slice de manière trop systématique, refusant de slicer même là où il n’avait pas le choix, à savoir lorsqu’il était débordé par une accélération (souvent décroisée) de Nadal. Du coup, il mettait la balle dans le filet, alors que son slice de défense est très bon.
            La conséquence : Nadal prend confiance sur sa capacité à l’agresser, et Fed ne se laisse pas la chance de relancer l’échange.
            Le match ne s’est pas joué sur ce point (bien plus sur l’incapacité de Fed à confirmer un break et sa relative faiblesse en 1ere balle), mais ça m’a semblé assez symptomatique d’une absence de lucidité de détail sur une tactique bien choisie.

            • Antoine 30 janvier 2012 at 16:51

              Tu veux dire accélération croisée, autrement dit un coup droit de Nadal sur son revers ? Sinon, je ne comprend pas..

              Débordé sur son revers il aurait du slicer long de ligne dans le coin sur le revers de Nadal ? Possible à faire s’il est encore dans les limites du court et donc pas totalement débordé mais s’il est en dehors, il a alors un très gros risque de ne pas pouvoir redresser la balle, sans parler du fait que Nadal le voyant faire monte dans ce cas et couvre le long de ligne pour intercepter…Si le slice est croisé sur le coup droit de Nadal, il laisse alors la la maîtrise de l’échange à Nadal sur son coup droit et celui ci l’aligne direct n’ayant aucun problème à lever la balle et à la réaccélerer..On a vu cette séquence mille fois depuis qu’ils jouent ensemble…

              face à Nadal, le seul cas ou le slice de revers de Fedreer fonctionne est sur une surface qui fuse quand il le joue long sur son revers en le décrosant parce qu’il est dans les limites du court au moment de la frappe..Sinon, c’est vite vu: point pour Nadal en une ou deux frappes dans 90% des cas..

              Pas convaincu donc..

              • Oluive 30 janvier 2012 at 16:56

                Croisé, ou décroisé suivant les cas, mais oui, du coup droit de Nadal sur son revers.
                90% peut-être, mais dans le filet c’est 100% et tout de suite… Alors autant la laisser rebondir…

                Ce dont je parle là ce n’est pas de prendre l’avantage, mais juste de se laisser une chance de poursuivre un point certes mal engagé, mais il faut parfois savoir l’accepter, on est pas toujours maître des échanges, même quand on s’appelle Federer.

              • Arno, l'homme des antipodes 30 janvier 2012 at 17:00

                J’aime ces comms à un mot par ligne. ;)

              • Arno, l'homme des antipodes 30 janvier 2012 at 17:01

                A
                N
                T
                I
                P
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                O
                D
                E
                S

              • Oluive 30 janvier 2012 at 17:03

                Saligaud !

      • Babolat 30 janvier 2012 at 15:05

        On peut perdre un set avec 3 breaks d’avance. Imaginons que Roger fait le break d’entrée 1/0, il sert et remporte son service 2/0, il refait le break 3/0, il gagne son service derrière 4/0 et refait le break pour mener 5/0. Il doit donc servir pour le match… et peut voir revenir son adversaire… surtout si c’est Nadal. Il me semble qu’à Hambourg en 2008, il était dans une situation quasi similaire… il menait 5/1 et a eu une balle de set contre Nadal… et Nadal a gagné le set 7/5.

        • Babolat 30 janvier 2012 at 15:08

          Le mec qui arrive 10 ans après tout le monde. Forcément avec des cinglés qui écrivent des commentaires aussi longs que le code civil… ^^ Enfin… sinon c’était bien Hambourg.

          • Oluive 30 janvier 2012 at 15:13

            Yes Hambourg, t’as raison.
            Signé Napoléon (ben oui, le code civil !)

          • Antoine 30 janvier 2012 at 15:15

            Il avait deux breaks d’avance à Hambourg si ma mémoire est bonne: 5-1 mais service Nadal..Il a été dans une situation similaire contre Jo à Montréal en 2010, et cela lui est arrivé deux autres fois je crois. Il doit être le joueur qui a le moins perdu de sets de sa carrière en ayant deux breaks d’avance..Trois, je ne crois pas que cela lui soit déjà arrivé…

    • Ulysse 30 janvier 2012 at 14:42

      Très bon com Oluive.

  17. Jérôme 30 janvier 2012 at 13:48

    Bon article, Coach. Merci.

    Il y a juste un point sur lequel je ne suis pas d’accord : celui du dopage, bien sûr.

    Si je te suis (et si je te comprends bien), tu reproches en gros à Djokovic, s’il s’avérait qu’il est dopé, de l’avoir fait fin 2010, ce qui lui a permis de franchir le cap gluten-free qu’on sait voici maintenant 1 an et de de transformer en Terminator version T-1000.

    Or à supposer toujours que d’autres de dopent et qu’ils le fassent massivement depuis beaucoup + longtemps, par exemple dès l’âge de 18 ans, voire avant, Djokovic n’aurait alors fait qu’entrer dans la danse pour de donner enfin toutes les chances de gagner.

    Il serait fort mal venu de la part de celui ou ceux qui se doperaient massivement depuis des années, de reprocher à Djokovic de s’y être mis à son tour.

    Se doper est déjà une infraction légale. Alors a fortiori rien dans la loi ne confère à quelqu’un un monopole de ce genre d’agissements répréhensibles.

    Moi je suis contrairement à certains optimiste. Je souhaite même vivement que Djokovic et Nadal se rencontrent dans de tels combats de gladiateurs où 1 set dure en moyenne 1H10, à IW, à Miami, à Monte Carlo et à Madrid. Car si leur « préparation » leur permet de dépasser la souffrance, elle ne diminue en rien les dégâts qu’ils infligent à leurs articulations.

    Avec un peu de chance, ils connaîtront une rupture physique fin avril- début mai. Et là, place aux vrais champions qui proposent une approche plus saine du tennis.

    • Mathias 30 janvier 2012 at 14:02

      Oui! Mais qui as tu derrière, Fed excepté.

      Murray qui au vu de sa demi contre Djoko veut essayer les mêmes recettes que les deux timbrés.

      Le no 5 est une mobylette qui pisse fluo…

      Berdych n’est pas sans rappeler Lendl…

      Ah oui! Tsonga et Fish. Mais j’ai un peu de peine à les classés comme des tops players absolus (des bons jouers capables d’exploits, oui!)

      Finalement, je suis un peu comme Karim… En attendant Delpo!

    • NTifi 30 janvier 2012 at 14:05

      « Il serait fort mal venu de la part de celui ou ceux qui se doperaient massivement depuis des années, de reprocher à Djokovic de s’y être mis à son tour. »

      Donc pour toi cela explique le silence de Federer et Nadal ?

      • Mathias 30 janvier 2012 at 14:16

        C’est une omerta généralisée dans le sport en général.
        T’as vu ce qui arrive à ceux qui l’ouvrent trop sur ce thême…

        Je suis certain que Federer a certainemenrt aussi usé d’aide médicales non autorisées. Mais certainement pas dans une telle démesure.
        C’est bien ce qui est malsain et qui choque toute notre petite communcauté d’amoureux du tennis.

        Je me rappèle avoir eu exactement le même genre de propos déabusés quand Lendl avait pris le pouvoir sur l’ATP.
        Il faut dire que les sportifs de l’Est étaient catalogués « dopés » dès le départ par la presse occidentale. Cela n’aidait pas à rendre le ruiant tchèque moins suspect…

    • Coach Kevinovitch 30 janvier 2012 at 16:16

      Ayant déjà dit que selon moi tous les sportifs d’élite se dopent, Djokovic était déjà dopé avant l’intersaison 2010 en tant que sportifs d’élite (top 3 depuis 2007 et titré en Grand Chelem).

      Le reproche que j’ai fait à Djokovic n’est pas tant de s’être dopé plus d’avoir uniquement tout misé sur le physique a fortiori sur l’armoire à pharmacie pour doubler Roger et Rafa.

      Pour devenir numéro 1, Rafa a progressé dans son art et des coups. Il s’est élevé techniquement ce qui lui a permis d’avoir un meilleur coup droit, un revers détonnant et une meilleure volée. Grâce à cela, il a pu atteindre son zénith du printemps-été 2008 où il a battu Roger à deux reprises en GC dans des démonstrations techniques en monologue (Roland-Garros 2008) et en duo (Wimbledon 2008).

      Pour devenir numéro 1 et doubler Rafa, Novak n’a fait que de la surenchère physique en allant plus loin dans ce domaine que Nadal qui était déjà loin. Le pire est que Novak partait de très loin. Son élévation est purement physique et pas technique. Du coup, on assiste à des démonstrations…PHYSIQUES.

      J’aurais préféré que Novak double Rafa en lui claquant des démonstrations techniques comme celle que Roger a fait à l’espagnol à Londres. Novak s’est contenté d’user de la pharmacie dans des proportions plus grave les autres. J’aurais voulu qu’il dépasse Rafa parce qu’il soit meilleur que lui pas plus PHYSIQUE que lui.

      Rafa a bossé son tennis pour doubler Roger, Novak a bossé du physique.

      Ton optimisme est le fruit d’un vil esprit qui espère que Federer « ramasse les morts » et gagne un GC en profitant d’un double HS de nos deux lascars.

  18. NTifi 30 janvier 2012 at 14:03

    Coach je suis d’accord quand tu dis qu’ils auraient pu mieux joué, en parlant particulièrement des 2 premiers sets. Mais bon après je trouve qu’il y avait un niveau élevé, surtout le 4ème set.

    Bon tu as des doutes sur Djokovic, c’est normal, moi aussi j’en ai mais peut être qu’on pense comme ça parce qu’il a battu plusieurs fois notre joueur préféré non ?

    Il ne faut pas accuser les gens sans preuve, parce que si le Serbe se dope, on peut aussi inclure le top 10 aussi.

    Moi j’ai envie de croire au sport de haut niveau, que ces joueurs là se sont dépassés, ont dépassé leur limites.

  19. Nath 30 janvier 2012 at 14:28

    J’ai aimé :
    - Les joueurs les plus expérimentés montrant aux plus jeunes le chemin qu’il leur reste à parcourir : Hewitt contre Raonic, Federer contre Tomic.
    - Le premier mercredi :
    Haas / Nadal, pas de suspense mais de très beaux coups, avec un Haas qui a montré un bien meilleur niveau que ce à quoi je m’attendais.
    Isner / Nalby, très agréable, avec un final à haute tension.
    Almagro / Dimitrov, avec un Almagro qui fait très « théâtre de court », et une super ambiance entre les deux joueurs. Malheureusement, Dimitrov n’avait plus rien dans les jambes dans le 5° set.
    - Le parcours quasi sans fautes, notamment dans les tie-breaks, de Berdych. Le parcours d’Almagro aussi est pas mal du tout.
    - Les parcours de Nishikori, Tomic, Hewitt et Dolgo, bien que les deux premier matches de ce dernier aient été, disons, déconcertants.

    J’ai pas aimé :
    Le Wawa / Baghda avec un tel contraste entre le public chaud bouillant et le niveau de jeu façon montagnes russes, et Marcos qui ne sourit quasiment plus sur le court. Les deux finales de simple, j’ai même somnolé devant la finale masculine. Les Niculescu / Cornet, Monfils / Kukushkin et Simon / Bennet’ qu’Eurosport a gentiment choisi de diffuser.
    Enfin, un point récurrent depuis pas mal de temps. Il y a un moment en deuxième semaine où les matches sont simplement à sens unique. Quand on en était au duopole, c’était les demies. Maintenant c’est en quart que le suspense est absent avec les favoris qui gagnent leur place en demi-finale en 3 petits sets, en 4 dans le meilleur des cas (merci Berdych).

    Mes déceptions :
    Elles sont innombrables, les joueurs et joueuses que j’apprécie le plus ne sont pas allés bien loin, à l’exception de Murray qui n’était pas loin du tout.
    Je regrette de n’avoir pas pu voir beaucoup de ceux et celles que j’apprécie car ils se sont souvent retrouvés sur des courts non télévisés. Je regrette également de n’avoir pas pu assister au Clijsters / Li, qui était probablement le match du tournoi féminin, même si le Sharapova / Kvitova n’était pas désagréable et que j’ai bien aimé voir Kim montrer à Wozniacki comment il faut jouer quand ça devient chaud.

    Mon coup de cœur :
    Nos auteurs qui ont rivalisé d’originalité pour trouver des titres répondant au cahier des charges tout en tenant la route, mention spéciale au « Antipodes…ium » et au « Antipodes… de départ », ainsi qu’à ceux qui, tels « antipode à la joie » et « antipode l’ours » restent donc inutilisés.

    Mon coup de gueule :
    L’idée que des matches comme la finale deviennent la norme. Je veux bien en voir un tous les trois ou quatre ans, mais cela doit rester l’exception. Là, que pensent les joueurs qui ont envie de rejoindre le top et de gagner des GC ? Ok pour des balles plus vives, choix très simple en plus, mais dans les conditions actuelles, quelle est la parade pour les aspirants ? En tout cas, des rebonds si hauts sur dur, je ne suis pas d’accord… Pas mal, l’idée des catégories de poids de Colin, le Berdych – Rochus plaide en sa faveur…
    En plus la finale a totalement occulté le reste du tournoi si j’en juge par les commentaires postés sur ici.

  20. Ulysse 30 janvier 2012 at 14:48

    Tomic est un joueur de surface rapide ? Ça devrait donner envie aux Aussies d’accélerer leur plexicoussin de …

  21. Antoine 30 janvier 2012 at 15:57

    Tiens, à propos de la réduction de l’écart entre Nadal et Djokovic entre Flshing et Mebourne, très nette au niveau du score puisque Nadal n’était pas loin de pouvoir gagner et perd 7-5 au cinquième..:

    L’écart s’est réduit au niveau de la différence de points marqués mais le Djoker a quand même marqué nettement plus de points que Nadal puisqu’il en a remporté 17 de plus (sur 369 points joués). Il aurait donc pu perdre ce match tout en ayant gagné une bonne dizaine de points de plus que Nadal ce qui veut dire que ce dernier a particulièrement bien joué les balles de break. Hier, Nadal a remporté 47,7% des points et demeure donc nettement derrière le Djoker. Mais à Flushing, il n’avait marqué que 45,5% des points. Si l’objectif consiste à atteindre 50%, on peut dire qu’il a fait environ la moitié du chemin…

    A Wimbledon ou il avait été mauvais sur les points importants, il avait perdu plus nettement qu’à Flushing au score, tout en gagnant un peu plus fréquemment le point. Il était alors à 46,3%..

    • karim 30 janvier 2012 at 16:17

      Toi je te soupçonne d’amener « stats magazine » quand tu vas aux toilettes.

    • Coach Kevinovitch 30 janvier 2012 at 16:29

      Il réfléchit aux futurs articles de « Stats Magazine » quand il va aux toilettes.

  22. antsiran23 30 janvier 2012 at 16:20

    j’ai regardé les 8 minutes de highlights de la finale d’hier. J’ai dû accélérer tant c’est ennuyeux et répétitif. C’est certain que ce match ne remplira pas les plus belles pages de youtube !

  23. Arno, l'homme des antipodes 30 janvier 2012 at 16:38

    Très belle conclusion, Coach ! Et t’as été chercher le titre très, très loin… J’avoue que je ne pensais pas que tout le monde suivrait après le titre de premier article, mais bravo à tous les auteurs de la quinzaine !! Le défi a été réussi avec brio ! ;)

    Bref, cet OA a été pour moi relativement décevant, tout d’abord à cause de mes horaires de travail… Je n’ai pas vu grand chose, même si j’ai essayé d’animer les débuts de nuit !! ;)

    Mon match de la quinzaine restera Berdych/Almagro. Alors oui, niveau finesse, c’était pas ça, mais quel plaisir de voir des frappes laser, tendues, avec des angles… Les mecs étaient en maitrise totale de leur puissance, des coups gagnants à la pelle, un énorme suspense… Tout dans ce match, tout, même le petit supplément hargne avec l’allumage du Tchèque par l’Espagnol.

    Pour le résultat brut, maintenant… Ben, ça fait chier. Une finale dangereuse pour l’avenir du tennis, je ne reviendrai pas dessus, tout a été dit. Quelle débauche d’énergie… La parallèle avec Ali/Frazier est très tentant.

    D’un autre côté, cet excès manifeste dans la longueur et la violence de l’effort pourrait être salutaire sur deux points:

    - D’abord, il se pourrait que les décideurs de l’ATP voient qu’ils tombent dans une caricature de tennis qui fait plus de mal que de bien au sport… Du coup, des mesures pourraient être prises pour enfin freiner cette surenchère.

    - Surtout, les deux « joueurs » (j’ai plus envie de dire gladiateurs) sont susceptibles de sortir très éprouvés de cette finale infernale. A quoi ça sert de jouer comme ça si les mecs sont flingués en Avril ???
    Si cela devait être le cas (et je l’espère), la raison pourrait l’emporter chez les différents protagonistes, surtout si un autre joueur, tirant moins sur son physique, possédant une technique irréprochable, un toucher fabuleux, un tennis plus offensif, plus varié, un revers à une main, et de nationalité Suisse, tirait les marrons du feu… (toute ressemblance avec un joueur existant n’est pas totalement fortuite…).

    Pour les perspectives à venir: je pense que Djoko et Nadal vont couper jusqu’au MS américains.

    Pendant ce temps, Fed aura pour objectif 1000 points entre Rotterdam et Dubai.

    Je sais pas ce que va faire Murray et je m’en fous. J’en ai déjà parlé, pour moi, c’est comme s’il était pas là, ou presque. Toujours placé, jamais gagnant.

    Les autres, ils servent à compléter les tableaux, sauf peut-être Berdych qui a été franchement au niveau en Australie. Et quelle régularité dans la patate ! Il peut franchir un cap cette année, pour quoi pas concrétiser en MS 1000 une nouvelle fois et d’autres derniers carrés en GC, notamment à Wimb’ ou à l’USO.

    Del Po reviendra t’il au niveau de l’USO 2009, c’est la question à 564489465418978465465348 euros… Il peut devenir la quatrième force, plus encore que Murray ou Berdych, s’il y parvient.

    Pronos pour le reste de la saison: Djoko gagne RG et fait son Djoko Slam.
    Fed réalise ensuite le triplé Wimb’/J.O/USO (en battant successivement Nadal et Djoko à Wimb’, puis des no names à l’USO) et la première place mondiale se joue au Masters, pour la première fois depuis longtemps !!

    Et pour finir… Vivement l’an prochain.

    Aux ANTIPOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOODES!!!!!!

    • Ulysse 30 janvier 2012 at 17:37

      Le Djoko slam, je le dis tout net, ça m’emmerderait profond. Je préfère largement que le sympathique Rafa, en élève studieux tirant la langue et son caleçon avec application, défende avec succès son oppidum de la porte d’Auteuil devant les hordes ostrogothes (car oui, Djoko est maintenant une horde à lui tout seul).

      • Arno, l'homme des antipodes 30 janvier 2012 at 17:40

        Ah oui, moi aussi ça me trouerait le fondement…

        Une horreur absolue que ce type réussisse là où Fed a échoué je ne sais plus combien de fois…

        Mais bon, derrière, Fed passe à 18 GC et on en parle plus. ;)

    • Coach Kevinovitch 30 janvier 2012 at 21:40

      « Et t’as été chercher le titre très, très loin… J’avoue que je ne pensais pas que tout le monde suivrait après le titre de premier article, mais bravo à tous les auteurs de la quinzaine !! Le défi a été réussi avec brio ! »

      Tu as lancé une belle idée de titre en jeux de mot, je me devais de l’honorer en la concluant comme il se doit.

      Berdych-Almagro? Un gros match de mecs qui font l’apologie de la force sans être des brutes sans cervelle.

      Le Djoko Slam? Je préférerais me jeter du haut de la tour Burj-al-Khalifa plutôt que de voir cela.

  24. Oluive 30 janvier 2012 at 16:53

    Bon, en attendant à Zagreb, Bachinger mène 6/3 5/2 face à Van Der Merwe…

    • Arno, l'homme des antipodes 30 janvier 2012 at 16:56

      Oh putain, j’adore le retour sur terre post-GC…

  25. antsiran23 30 janvier 2012 at 17:03

    Vote à la con (quoique)sur We Love Tennis : La finale entre Novak Djokovic et Rafael Nadal à l’Open d’Australie 2012 était-elle la plus grande finale de l’histoire ?
    Oui
    Non

    Résultats …

    1. Non (12373)
    94%
    2. Oui (820)
    6%

    Total Votants : 13193

    Les journalistes une fois de plus aux antipodes de l’avis de leurs lecteurs ! Faut croire que ce genre de tennis ne fait pas l’unanimité !

    • Antoine 30 janvier 2012 at 17:21

      Il y a quand même 6% des votants, 820 personnes qui ont répondu oui..

      J’imagine que ceux qui ont répondu s’intéressent au tennis..Il a a un serveur dans un bistro qui m’a assuré ce matin que « c’était historique ! »..Il ne s’intéresse pas au tennis et n’a pas vu le match, mais lu les titres de l’Equipe..Il était aussi réjoui que quand le PSG gagne un match..

      • Renaud 30 janvier 2012 at 17:28

        MDR parce que c’est la triste réalité.
        Pour le commun des mortels Djoko et Nadal viennent de réaliser le plus grand match de tous les temps jusqu’au prochain.

        Il faut être afficionados pour voir la dérive en cours.

        Comme je le dis souvent d’ici moins de 10ans les GC seront, à cause des Nadal,Djoko et consort, en 2 sets gagnants et d’ici à 20 ans un gus aura 22 GC et il deviendra le GOAT.
        Et moi vieux et aigri je m’insurgerai tout seul dans mon coin contre cette hérésie.

        Je hais ces types finalement qui sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis.

        • antsiran23 30 janvier 2012 at 17:59

          Si seulement les joueurs et les organisateurs pouvaient lire ce genre de commentaires !!!

    • Ulysse 30 janvier 2012 at 17:40

      Est-ce que c’est la plus grande finale ? Ben par la durée oui. Un peu comme Karlovic qui est le plus grand joueur de l’ère open (2,06m).

  26. Renaud 30 janvier 2012 at 17:16

    Je suis désespéré mais je lutte et continuerai donc de répondre au trop nombreux posts faisant état des limites mentales des uns et des autres et plus particulièrement entre Fed et Nadal.

    Donc je réponds ce coup ci surtout à Oluive et comme Antoine a répondu sur la partie technique je vais répondre sur les faits.

    A fin 2007 FED et NADAL sont à 2 à 2 en finale de GC.
    Nadal a toujours été aussi demonstratif, combatif, hargneux dans la gestuelle, le regard, le body language.
    FED n’a jamais été comme cela. Il masque mieux ses sentiments.
    Nadal n’a jamais eu de problème FED, c’est FED qui dés le départ a eu un problème Nadal à résoudre et les stats nous disent aujourd’hui (brut sans prendre en compte la surface) qu’il y arrive 1 fois sur 3. NI plus ni moins.

    Donc je reprends à fin 2007 le Nadal d’aujourd’hui aussi combatif, qui hait la défaite, qui a le meilleur mental de tous les temps, qui marche sur FED dés que cela devient chaud a déjà perdu 2 finales de GC contre un type qui a peur de lui, qui a la pétoche de gagner, qui se fait debreaker dés qu’il break, qui n’a pas de sens tactique, qui ne sait pas suivre un plan de jeu ???

    Petit aparté N°1 le type en question a perdu sa 1ère finale de GC aprés 6 victoires de rang, reccord en cours, alors que Nadal a perdu sa 1ère finale dés la 2ème.

    Petit aparté N°2 le type en question à fin 2007 avait 12 GC. Donc il me semble, toujours avec le recul, pas infondé de dire que FED, même si cela fait du mal de l’écrire, décline depuis fin 2007.
    Ce qui est unique par contre c’est la lenteur de son déclin et sa capacité à pouvoir encore sortir des matchs parfaits (1/2 RG 2011, 1/2 master contre Nadal).
    Mais là ou il sortait par exemple 27 matchs « parfait » pour arriver en position de faire le GC sur 2 ans face à Nadal par 2 fois eh bien maintenant il lui faudrait un peu prés 7 à 10 ans pour faire les 27 matchs parfaits !!!

    Wimb 2008 aurait pu basculer dans un sens ou dans l’autre mais n’aurait pas changé la donne sur la durée.
    FED n’a plus la capacité à battre Nadal à la régulière.

    Quand l’un, Nadal joue dans sa zone de confort, sans réfléchir, en suivant son plan de jeu HABITUEL l’autre FED, doit cogiter, doit servir mieux que jamais sinon l’échange s’installe et il le perd le plus souvent, doit flirter avec les lignes car sinon cela revient toujours….

    Mais si ton explication du mental défaillant était la cause et non pas une vue de l’esprit NADAL qui avait je le rapelle un H2H super favorable face au DJOKER ne se serait jamais pris 7 défaites de rang dont 3 en finale de GC à la suite (record en cours, il s’en passerait) puisqu’il n’avait pas de problème mental face à DJOKO.

    En fait j’ai l’impression que certains ici confondent le body language et les résultats.
    Non et NON et mille fois NON ce n’est pas parce que NADAL et DJOKO font le plus peur dans la manière d’exprimer, dirons nous pudiquement, leurs sentiments qu’ils ont plus que FED, SAMPRAS ou BORG la haine de la défaite.
    Et jusqu’à preuve du contraire les 3 sus nommés n’étaient pas très demonstratif et cela reste encore aujourd’hui les 3 meilleurs palmarés en GC de l’ère open.

    LE seul et unique qui avait un mental défaillant dans les grandes occasion était LENDL, on a vu le résultat quand il a gommé cette faiblesse.

    Rappel historique
    BORG, CONNORS, WILLANDER, MC ENROE, BECKER, EDBERG, SAMPRAS, FEDERER, NADAL ont gagné leur GC N°1 ils ont tous été par la suite N°1

    DJOKOVIC a gagné son GC N°2.
    AGASSI a gagné son GC N°3
    LENDL a gangé son GC N° 5

    Donc tous les grands joueurs, sauf exception, ont gagné leur 1er GC ce qui DEVRAIT ANEANTIR immédiatement les questions de faiblesse mentale.

    • Arno, l'homme des antipodes 30 janvier 2012 at 17:31

      « BORG, CONNORS, WILLANDER, MC ENROE, BECKER, EDBERG, SAMPRAS, FEDERER, NADAL ont gagné leur GC N°1 ils ont tous été par la suite N°1

      DJOKOVIC a gagné son GC N°2.
      AGASSI a gagné son GC N°3
      LENDL a gangé son GC N° 5″

      Moi pas comprendre ce que toi vouloir écrire. Peux-tu développer ??? A part ça, je cosigne le reste de ton post.

      • Renaud 30 janvier 2012 at 22:08

        Tu ne peux tout simplement pas gagner ton premier GC sans avoir à la base une solidité mentale certaine.

        La seule exception à ce jour étant Lendl qui malgré un départ plus que poussif a fait la carrière que l’on sait

    • Oluive 30 janvier 2012 at 17:31

      Ah non Renaud, un challenge dans la journée, pas 2…

  27. Renaud 30 janvier 2012 at 17:24

    Une couche pour Coach
    Djolovic a bossé son point faible, le physique
    Nadal a bossé ces points faibles au détriment parfois de sa qualité de jeu sur TB mais il avait une telle marge qu’il a bien fait car s’il n’avait pas bossé il aurait certainement 7 RG de suite série en cours mais certainement pas 2 WIMB et 1 autre de chaque.
    Comme il était déjà fort physiquement il l’est resté

    Mais Nadal est incontestablement l’un des plus en cause dans cette surenchère physique. DJOKO le prend maintenant à son propre jeu c’est bien fait pour lui puisque c’est lui qui a montré le chemin

    • Ulysse 30 janvier 2012 at 18:00

      Oui Renaud, mais je ne vois pas où tu veux en venir. On ne peut pas reprocher au successeur de Muster son physique. C’est le style de jeu assumé qui veut ça. Quelque part c’est intéresssant de voir où ça mène quand le combat physique est poussé à l’extrême.

      De la même façon c’est interessant de voir où mène l’optimisation de la gestuelle et un entrainement de stakhanoviste en matière de retour de service. Certains ralentis de Djoko en retour hier étaient époustouflants. Ce type a des réflexes surhumains, une rapidité oculaire et oeil-cerveau-muscle phénoménale et il fait le geste idéal pour renvoyer un coup de fusil même parfois sur des premières balles pleine ligne !

      A croire qu’il a décrypté la préparation de Nadal. Peut-être que l’équipe de Djoko a trouvé par analyse video que la façon qu’a Rafa de se gratter le cul et d’écarter ses mèches indique un service sur le T ou extérieur ? Peut-être qu’il suit une routine inconsciente dans l’enchainement de ses choix qui a été de la même façon décryptée ? La théorie des jeux enseigne que la seule tactique réellement imprévisible par analyse dans ce genre d’exercice type penalty, doit comporter une forte part d’ aleatoire.

      Je serais joueur dans le top 4, je consacrerais 150k€ à rémunérer à l’année un statisticien disséquant les videos de mes rivaux pour décortiquer leurs choix tactiques dans un certain nombre de situations, dont le service en premier lieu. Pouvoir anticiper avec une forte chance de ne pas se tromper est un avantage énorme, et je ne vois pas comment procède Djoko actuellement s’il n’a pas cet avantage.

      • Antoine 30 janvier 2012 at 18:43

        150 K€ ? Pas de problèmes, je prends…Mais a mon avis ils le font déjà ou alors c’est qu’ils sont idiots et mal entourés..Je ne pense pas..

  28. William 30 janvier 2012 at 17:43

    J’ai pas aimé :

    -la défaite de Serena, que j’attendais au top après sa chute à l’US Open.
    -la défaite de Kvitova. C’est la deuxième fois qu’elle craque à la porte du trône de numéro 1 mondiale. Heureusement elle aura des points à prendre à Miami, tandis qu’Azarenka est tenante du titre (à vérifier).
    -la finale Djokovic-Nadal : je n’en rajoute pas, tout a été dit.
    -la crise de nerfs de Baghdatis.
    -la tannée prise par Sharapova en finale. Avec Wimbledon l’année dernière, cela fait une fois de trop…
    -l’incapacité de Federer à confirmer ses break contre Nadal.
    -ne pas avoir pu voir autant de matches que je le voudrais.

    Je me fiche :

    -de la possibilité d’un Djoko-slam.
    -de la victoire d’Azarenka, qui m’insupporte.
    -du mini-scandale sur l’attitude de Berdych.

    J’ai bon espoir :

    -pour le tennis australien. Un certain Saville a remporté la finale garçon, Tomic a montré de très belles choses, notamment au niveau mental, Ebden fait gentiment son trou, Ducksworth se fait un nom. Pour une nation historique du tennis que l’on disait à l’agonie, ça sent bon la relève !
    -la vague des (plus si) jeunes. Raonic est tombé sur un os mais vient de remporter un tournoi et se met à l’abri en cas de déconvenue à San José. Tomic est allé jusqu’à sa limite, 1/8e contre Federer, on ne peut pas lui reprocher grand chose. Nishikori qui sort Tsonga en cinq, très bon résultat pour le Jap. Harrison est tombé au premier tour contre un bon Murray mais en lui prenant un set tout de même. Pas de chance pour lui… Dimitrov s’est pas mal débrouillé, tomber contre un bon Almagro n’est pas honteux.

    J’ai aimé :

    -le match Dolgopolov-Tomic : un match Retour vers le Futur façon polaroïd. L’antithèse de la finale.
    -voir Del Potro gratter des points et atteindre les quarts.
    -voir Berdych tenir son rang (c’est la faute à G&D !), le tout dans un beau combat contre Nadal.
    -le retour d’entre les morts de Lleyton Hewitt.
    -les commentaires d’Antoine sur l’attitude de la Murène.
    -Stepanek qui gagne en double : le Mérou est le véritable co-Goat-caché. Je n’attends qu’une seule chose, qu’il gagne Roland Garros…en simple ! Tremblez !
    -last but not least, j’ai aimé lire des nouveaux rédacteurs. Transition de folie : merci Coach pour ce bilan !

    • Nath 30 janvier 2012 at 21:48

      Ce qui me fait penser que j’ajoute que j’ai pas aimé l’incapacité de Murray à mener au score durablement contre Djoko.
      Et que je me fiche également du mini-scandale sur l’attitude de Berdych, et de sa cause.

      Et effectivement la relève australienne semble en bonne voie. Quand on voit que le p’tit nouveau appelé par Corretja en coupe Davis a 29 ans…
      PS : Je viens de voir qu’Ebden a quand même 24 ans, je pensais qu’il était plutôt à 22.

  29. Ulysse 30 janvier 2012 at 18:32

    Un papier paru entre les demi-finales et la finale. Amusant de voir le décalage entre la vision de l’auteur et les réactions des lecteurs, particulièrement avisées au point qu’on croit se trouver sur 15-Love.
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/312765-tennis-adieu-federer-place-au-veritable-clasico-djokovic-nadal.html

  30. Sylvie 30 janvier 2012 at 19:15

    Que de lecture ! On sent que cette finale suscite débats et interrogations.

    Très en phase avec ton analyse Coach sauf la conclusion. Pour moi c’est Nadal qui est responsable de cette dérive en imposant une résistance physique et mentale hors norme, transformant souvent le tennis en moments de souffrance et d’abnégation, en marathon des courts plus qu’en jeu. Djokovic n’a fait que repousser la limite plus loin. Il savait qu’il avait un jeu complet mais il pêchait par son physique, il a résolu le problème. Et aujourd’hui, la limite à repousser c’est la sienne, ce qui fait froid dans le dos.

    Quelque part, je trouve amusant qu’il soit dans la position de l’arroseur arrosé. Battu par un joueur qui remet encore plus que lui mais dont le tennis est plus offensif. Pas un hasard s’il se retrouve dans la plupart des matches ayant battu des records de longueur.

    Ce que je trouve intéressant c’est que ces défaites à répétition de Nadal contre Djokovic éclairent différemment celles de Federer contre lui. Quand Federer a commencé à perdre régulièrement contre Nadal, on a évoqué le complexe mental, on a raillé ce soi-disant GOAT qui perdait contre son dauphin, on a loué le mental hors norme de l’Espagnol, certains allant même jusqu’à sous entendre que le GOAT ça serait lui.

    Or, Nadal, dont personne ne pourra remettre en cause le mental, vit la même mésaventure contre Djokovic. Comme dit, plus haut, Nadal n’a jamais eu besoin d’adapter son jeu contre Federer alors que, contre Djoko, il doit forcer sa nature, et il souffre. Ce n’est plus lui qui a les clés comme Federer n’a jamais eu les clés contre lui.

    Cet effet miroir permet de relativiser les jugements hâtifs et de reconsidérer les défaites sous l’angle des compatibilités de jeu.

  31. Quentin 30 janvier 2012 at 19:44

    Bon, que dire:

    La relève arrive, mais tout tout doucement. Ces grands garçon (Raonic, Tomic, Dolgopolov)on tous au moins 21 ans et son encore loin du top.

    Hiérarchie plus claire chez les filles, ça peut devenir intéressant, le niveau n’est pas mauvais, mais encore des finales en sens uniques trop souvent (4 dernières finales en 2 sets)

    Pour le top 4, Murray semble progresser avec Murray, ça pourrait être intéressant à l’US, trop faible à RG et trop de pression à Wimbledon tant qu’il n’aura pas gagner un GC avant (et sa seconde balle sur herbe est rédhibitoire).

    Federer décline doucement mais surement, mon cerveaux ne croit plus à un 17ème, mon coeur espère encore qu’il nous évite ce genre de finale flippante. Aller, il gagner Wimbledon, les JO en simple et la coupe davis, et il prend sa retraite en décembre et il m’aura combler au delà de mes espérance. Mais il aime trop le tennis pour arrêter dès décembre…

    La finale est très inquiétante, j’ai très peur qu’ils finnissent comme Florence Griffith-Joyner.
    En tout cas que Nadal ne rebalance pas que Federer a un corps privilégié, vu comment il maltraite le sien pas étonnant qu’il craigne de ne plus pouvoir jouer au foot après sa retraite.

    Enfin pour finir sur une note plus joyeuse, la vrai star du tournoi c’est peut-être lui…

    http://www.youtube.com/watch?v=pjyfMCTAqKU

  32. Quentin 30 janvier 2012 at 20:01

    Dans le journal 20 minutes d’aujourd’hui, j’ai lu ce commentaire de Claude Droussent:
    « Djokovic, ce champion poids lourds
    Quelle idée de dresser la table du brunch au 3e set d’une finale Djokovic-Nadal! On n’en est sorti étourdi,rassasié, qu’au jour qui déclinait. Au bout des 31 échanges sur ce point à 4-4 du 5e set, le souvenir nous est revenu de l’hallucinant Ali-Frazier de 1975. Je sais, de la boxe. Mais à quoi bon comparer un Djokovic-Nadal à un autre match de tennis? « Du plaisir dans la souffrance » a lâché Rafael Nadal après coup(s). Ali et Frazier, à Manille, avaient « vu la mort ». Non, Novak Djokovic n’a pas gagné un 5e grand chelem hier. Il a conservé son titre poids lourds »

    Révélateur…

  33. mustapha 30 janvier 2012 at 20:02

    enorme ce papier, la conclusion m a fait vomir le couscous de vendredi dernier, pois chiche inclus, enfin je crois que ce sont des pois chiches, ou les restes des neurones en decomposition de ce rafa..
    j en sais rien, apres mastication les deux se confondent en une troublante unité..
    le mec a crevé dans la moiteur de la nuit australe pour quelles conclusions ??
    une septieme defaite et retourner travailler d arrache pied son lift bondissant..plan A plan B plan C , kif kif tout ca, le gus n a pas à deployer l alphabet de son eventail tennistique, son « jeu », son esprit, sa tactique, son acuité tennistique, son qi tennis dirait l autre, est le fruit d une mecanisation

    fin d’un règne du jeu manufacturé, produit d’une entreprise familiale, un travail d’artisan hautement perfectionné, abandon des notions de plaisirs, d’évolution, de maturation dans le développement personnel du joueur, qui au fond ne présente plus guère que la caractéristique d’un polichinelle, purgé d’une volonté propre, activé depuis les loges, par la doctrine tutelaire de tonton toni..
    Rigide, étroit comme un string, angoissé dans ses troubles obsessionnels, la mécanique des maniaques du manacori nous enseigne grandement sur les troubles mentaux qui agitent l ex plus grand mental du sport mental par excellence..

    L’homme dépense un volcan d’énergie dans l’expression de son « jeu », réduit à une doctrine unidimensionnelle, un lift comme le substrat pour le défi physique mental que le taureau manacori impose, seul conception de ce sport qu il a développé, seul conception de ce sport qu il a entrevu, sans embarras de choix autre que celui
    de l’exiguité
    D’un horizon nimbé de sueur, suintant la souffrance, et teinté d’une douleur qu il a fait sienne.. nadal c est l experience du purgatoire terrestre dans les limites d un court de tennis..
    « Ainsi, je pense clairement qu’il est plus responsable que l’espagnol de l’escalade de la violence physique de leurs affrontements »
    djoko dans la surenchere nadalienne..??? belle blague coach k..

    il l a juste rélégué au rang de « faire valoir » dans le domaine ou il regnait en maitre…poussé au déséquilibre dans la ténuité du trait séparant le jeu nadalien du néant tennistique qu il suscite..

    nadal nada nichts la prophétie d ‘un rien, l’ incarnation d »une mediocrité qui pretend à devenir la norme..

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis