Roland-Garros, épisode 6 : les demi-finales

By  | 7 juin 2012 | Filed under: Actualité

Chez les messieurs, si le Djoko Slam reste encore d’actualité à Paris, le Big Four Semi Slam n’aura définitivement pas lieu à Londres. La faute à David Ferrer qui a empêché Andy Murray d’atteindre sa deuxième demi-finale consécutive au French Open. Tout comme Jo-Wilfried Tsonga avait empêché, l’année dernière, Roger Federer de rejoindre ses trois autres compères en demi-finales de Wimbledon alors que les « Quatre Fantastiques » avaient formé, quelques semaines plus tôt, le dernier carré de Roland-Garros. Chez les dames, l’invitée surprise de ces demi-finales est l’Italienne Sara Errani, qui a indiqué la porte de sortie des Internationaux de France à deux anciennes championnes : Ana Ivanovic (2008) et Svetlana Kuznetsova (2009). Maria Sharapova, elle, vise le trône de la WTA.  

Les demies féminines

  • Stosur vs. Errani : tout en lift

Samantha Stosur est en bonne forme. Son adversaire, Sara Errani, aussi. Leur confrontation pourrait donc donner lieu à un très bon match. Les deux joueuses se sont affrontées une seule fois sur la surface ocre, cette année-même, à Rome pour une victoire de l’Australienne qui domine d’ailleurs l’Italienne au H2H : 5-0.

Les parcours

Stosur n’a pas perdu le moindre set depuis le début du tournoi. En quarts de finale contre Dominika Cibulkova, tombeuse de la N°1 mondiale Victoria Azarenka au tour précédent, elle a dominé les débats du début à la fin. De son côté, Errani a balayé de sa route deux anciennes championnes de Roland-Garros : la Serbe Ana Ivanovic en trois sets et la Russe Svetlana Kuznetsova à qui elle a même infligé une bulle au premier des deux sets d’un match parfaitement maîtrisé en huitièmes . En quarts, elle s’offre, pour la première fois de sa carrière, la tête d’une Top 10 en la personne de l’Allemande Angelique Kerber.

Les clés de la victoire

Stosur devrait compter sur son expérience. Championne en titre de l’US Open, elle a déjà atteint les demi-finales du Grand chelem parisien en 2009 et même la finale en 2010, alors défaite, à chaque fois, par les futures championnes. Pour Errani qui rallie, pour la première fois, le dernier carré d’un Majeur, le véritable défi sera le retour du service kické adverse ; un défi de taille pour une joueuse qui ne mesure qu’1m64. Toutefois, il faut remarquer qu’elle mène le classement des dames en matière de retour de premiers services (121) et occupe la deuxième place en ce qui concerne le retour de deuxièmes services (87) parmi les joueuses encore en lice, seulement devancée par Sharapova. La puissance et le revers slicé de Stosur sont aussi deux équations auxquelles Errani devra trouver des réponses. Mais la petite Italienne est une spécialiste de la terre battue, surface sur laquelle elle a connu ses plus beaux résultats en gagnant, en simple, 4 de ses 5 titres dont 2 cette année, et en double, 9 de ses 13 titres. Ce dont on est sûr, c’est que ça va lifter à mort lors de ce match ; un exercice dans lequel les deux joueuses excellent.

Mon pronostic

Stosur en  3 sets.

  • Sharapova vs. Kvitova : le tennis à haut risque à l’honneur

C’est définitivement l’affiche d’une finale de Grand chelem. Mais ce n’est qu’une demie de cette édition 2012 de Roland Garros. Les deux joueuses ne se sont affrontées qu’une seule fois sur terre battue, cette année-même, à Stuttgart, pour une victoire en deux sets de la Russe qui pourrait retrouver, quatre ans après y avoir accédé, la première place mondiale si elle sortait vainqueur de ce duel.

Les parcours

En quarts, Kvitova élimine, en trois sets difficiles, Shvedova qui avait, au tour précédent, mis fin aux rêves de doublé de la championne en titre, la Chinoise Li Na. Au même stade de la compétition, Sharapova qui impressionne depuis le début de la compétition, à l’exception de son huitième catastrophique de plus de trois heures face à Zakopalova, a dominé en deux petits sets Kanepi.

Les clés de la victoire

Lorsque deux joueuses offensives s’affrontent, la gagnante est celle qui fait le moins de fautes. Pour Sharapova, il s’agira de limiter son nombre de double fautes au service (elle tient la palme avec 23 depuis le début de la compétition devant Kvitova et ses 20 double fautes). Ce qui veut dire qu’elle se doit de passer un maximum de premiers services, contrairement à sa tendance actuelle. La Russe pourrait aussi tirer profit des déplacements encore très approximatifs de la Tchèque sur la surface ocre et miser sur la confiance qu’elle a accumulée tout au long de la saison sur terre avec ses titres à Stuttgart et à Rome pour un ratio victoire-défaite de 15-1 (sa seule défaite est intervenue, en quarts, sur la patinoire de Madrid, face à Serena Williams). Quant à Kvitova, je ne sais pas quoi en dire. Elle ne me fait pas vibrer et sa forme physique, loin de celle d’une professionnelle et d’une future ambassadrice de ce sport ne contribue pas à me la faire apprécier. Je laisserais donc d’autres faire l’exercice à ma place. Contrairement à l’autre demie, celle-ci sera le théâtre, non pas de coups liftés, mais de frappes plus à plat.

Mon pronostic

Sharapova en 3 sets.

Les demies masculines

  • Djokovic vs. Federer : les retrouvailles

Ils se retrouvent un an après. Un an après un match dantesque de Federer qui a porté un coup dur au début de saison exceptionnelle de Djokovic. Un après un péché d’orgueil de Djokovic qui avait voulu prendre Federer à son propre jeu. Un an après une demi-finale qui restera dans les annales de Roland-Garros, dans les annales de l’histoire du tennis tout simplement.

Les parcours

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux protagonistes sont loin d’avoir impressionné depuis le début du tournoi. Si Djokovic a frôlé la catastrophe à deux reprises, la première fois contre Andreas Seppi en seizièmes de finale et la deuxième fois contre Jo-Wilfried Tsonga en quarts de finale en remontant, à chaque fois, un déficit de deux sets pour finalement s’imposer en cinq, le tout en 8 heures de jeu, Federer, à, lui de son côté, lâché quatre sets en court de route malgré un tableau en papier mâché et un adversaire en quarts handicapé au genou.

Les clés de la victoire

Pour Djokovic, elles se résument en son aptitude à gérer, encore une fois, la pression du Djoko Slam qu’il a contribué à amplifier en clamant haut et fort que Roland-Garros était son objectif de l’année, et à bien se déplacer sur le court alors que le match contre Seppi a montré des lacunes dans ce compartiment du jeu. Pour Federer, elles consistent, comme ce fut le cas en 2011, en sa capacité à très bien servir tout en variant les zones et les effets et à être très efficace en revers. Car, comme leur dernier match de Rome l’a montré, c’est un coup que le Djoker ne va pas hésiter à pilonner. La bonne nouvelle pour Federer, c’est qu’il mène au classement des deuxièmes services gagnants (62%) devant Djokovic (61%) qui, toutefois, confirme son statut de meilleur retourneur… de premier service. Car, s’agissant du retour en deuxième service, Federer reste devant le Serbe. Si Federer, qui a une science du jeu sur terre battue nettement supérieure à celle de Djokovic, parvient à jouer ce dernier dans le replacement comme en 2011, à attaquer son coup droit tout en évitant de lui ouvrir les angles, il pourrait avoir ses chances. Des chances que le N°1 mondial, à une marche de sa première finale au French Open, va bien évidemment s’acharner à compromettre quitte à laisser des plumes sur le Chatrier. 24 heures de récupération, c’est déjà assez pour lui. Il n’en a pas besoin de plus…

Mon pronostic

Djokovic en 4 sets.

  • Nadal vs. Ferrer : entre compatriotes, entre potes

Pour la première fois à Roland-Garros, Nadal et Ferrer s’affrontent en demi-finales ; Ferrer atteignant pour la première fois en dix participations, ce stade de la compétition à Paris. Ailleurs, sur la surface ocre, les deux compatriotes et amis se sont livrés de belles batailles. Toutefois, c’est  le plus illustre des deux qui mène les débats avec 13 victoires contre 1 défaite…. laquelle date de 2004.

Les parcours

En huitièmes de finale, Nadal atomise son ami Juan Monaco qu’il oblige à sortir du court à vélo ; un manque total d’élégance, du sens des codes et des usages qui n’a laissé personne indifférent, conduisant à l’ouverture d’une procédure judiciaire dont l’acte d’accusation est actuellement en train d’être rédigé par le Procureur Karim. En quarts de finale, il est, pour la première fois du tournoi, inquiété par un Almagro inspiré qui envoie de très belles prunes en revers et en coup droit pour le plus grand plaisir du public parisien. Mais le spectacle n’aura duré que le temps d’un set, le premier, remporté encore une fois, la troisième de suite, à Roland-Garros, par le Majorquin qui y signe au passage sa 50e victoire. Si les conditions de jeu lentes ont bien aidé Almagro en atténuant les effets du lift nadalien, elles ont aussi favorisé le jeu de défense de celui qui vise un septième titre sur le Chatrier. Quant à Ferrer, toujours aussi discret dans ses parcours, mais impérial cette année à Paris, il n’a concédé son premier et unique set du tournoi qu’en quarts face à un Andy Murray qui apparaît de plus en plus comme le maillon faible du Big Four pour les plus sceptiques encore.

Les clés de la victoire

Pour Ferrer, elles se résument en la gestion de son mental. Car, sur le plan tennistique et physique, il dispose de sérieux arguments à opposer à Nadal. En fixant continuellement ce dernier dans la diagonale de revers, Ferrer empêche non seulement le Majorquin de se décaler en coup droit, mais aussi, il s’ouvre une bonne partie du court pour frapper son coup droit long de ligne qui s’est grandement amélioré au fil des années. Le défi pour lui sera, cependant, de maintenir cette tactique qui a fait ses preuves pendant éventuellement cinq sets. Pour Nadal qui attendra, comme à son habitude, son heure, lorsque les choses se corsent, il s’agira de très bien servir, face à un adversaire solide en revers et qui tient bien les échanges, afin d’obtenir un maximum de points gratuits. Parmi les joueurs encore en compétition, il affiche le meilleur taux de premiers services gagnants (79%) devant Federer (75%) et Ferrer (74%). Lors de son quart , il a réussi 10 aces, seulement devancé par Federer (11). Par ailleurs, il a sauvé 16 des 17 balles de break auxquelles il a dû faire face. Toutefois, si Nadal occupe actuellement la 3e place au classement du nombre de balles de break gagnées depuis le début de la compétition (30), derrière Djokovic (32), ce même classement est dominé par… Ferrer (36).

Mon pronostic

Nadal en 4 sets.

Bons matchs !

About 

Le tennis est pluriel.

Tags:

526 Responses to Roland-Garros, épisode 6 : les demi-finales

  1. William 8 juin 2012 at 17:43

    Le point de l’année. Fou !

    • Clément 8 juin 2012 at 17:44

      C’était sublime. Et le break dans la foulée ! Ça va se finir en 5 sets au crépuscule si ça continue.

  2. Mathias 8 juin 2012 at 17:43

    lE POINT DU TOURNOI.

  3. MacArthur 8 juin 2012 at 17:44

    Quand le revers marche, tout marche! Super échange, super break!

  4. William 8 juin 2012 at 17:45

    Je vois peu de réactions alors j’en rajoute mais il FAUT revoir ce point si vous ne l’avez pas vu. Et même si vous l’avez déjà vu d’ailleurs. 30 frappes de malade à un rythme fou, amortie de Roger, contre amortir de Djoko, lob millimétré de Roger, Tweener de Djoko et volée gagnante de Roger…

    • Sam 8 juin 2012 at 17:48

      En tous cas, on peut reprocher plein de trucs à Djokoslip, mais il est assez cabotin, et a suffisamment envie de se mettre le public dans la poche (bon courage), pour faire un tweener à cet instant là. Quelque part, c’est classe.

      Allez, le court des comm’ peut reprendre normalement.

  5. Oluive 8 juin 2012 at 17:48

    Encore un break de Roger après avoir été mené 40/0 en retour… Il est coutumier du fait.

    Il a choisi d’un peut moins forcer pour faire moins de fautes, quitte à rallonger le jeu. Il ne pouvait pas faire la copie du match de l’année précédente, bien lui en a pris.

    L’échange de fou a laissé des traces chez Djoko, qui a énormément couru.

    • Oluive 8 juin 2012 at 17:50

      … Et qui concède un double break !

  6. Yaya 8 juin 2012 at 17:49

    Mais c’est qu’il veut vraiment aller prendre sa rouste habituelle contre Nadal le papy Roger.
    Allez Novak, écrabouille-le, je ne veux pas voir un énième épisode de l’inspecteur Derrick dimanche.

  7. karim 8 juin 2012 at 17:51

    Y’a du mieux la bordel.

    • Clément 8 juin 2012 at 17:52

      L’échange de dingues a laissé quelques traces chez Djoko on dirait.

      • Clément 8 juin 2012 at 17:55

        Ah bah non.

  8. NTifi 8 juin 2012 at 17:53

    Trop fort en retour Djoko, debreak immédiat

  9. Remy 8 juin 2012 at 17:54

    Comment il donne un break difficilement gagné …

  10. Oluive 8 juin 2012 at 17:55

    Federer est terriblement gêné par la qualité de retour du serbe. Il n’en a manifestement pas du tout l’habitude.

    Mais c’est en arrondissant les trajectoires, et donc en acceptant le combat physique, qu’il a une chance.

    • Oluive 8 juin 2012 at 18:00

      Le tout, c’est de pouvoir tenir ledit combat…

  11. karim 8 juin 2012 at 17:57

    Roge va nous faire les montagnes russes pendant trois sets, et perdre en trois sets en donnant l’impression d’avoir pu gagner en trois. Le con!!!

    • Sylvie 8 juin 2012 at 18:15

      Pas faux car je le vois bien se faire débreaker d’ici peu alors qu’il a eu double break puis à nouveau trois balles de 5/2.

      En niveau de jeu pur, il n’a rien à envier à un Djoko qu’il est capable de dominer sans problème dans des phases de jeu mais sur la durée et l’intensité il n’est plus capable de tenir sur la durée. Il alterne le haut et le bas face à un joueur bien plus constant. Et quand son coup de droit ne fonctionne pas, il ne peut pas gagner.

  12. Sylvie 8 juin 2012 at 17:58

    Mauresmo est vraiment une des rares à donner des explications pertinentes, notamment sur les baisses de régime de Federer.

    Federer redonne un break et risque de payer cash le fait d’avoir relancé le Serbe qu’on sentait moins bien.

  13. Renaud 8 juin 2012 at 18:06

    A l’inverse de beaucoup ici je serai pour Djokovic en cas de victoire de ce dernier sur Fed.
    On l’oublie trop souvent mais Djoko propose beaucoup plus de variété dans son tennis que Nadal et il suffit pour cela de regarder les confrontations Fed-Djoko.
    Ces dernières sont rarement ennuyeuse.

    Djoko avait depuis le départ cette qualité de tennis et il ne gagnait pas Nadal particulièrement. Il a souvent fait jeu égal avec Fed sauf lors de sa 1ère finale de GC à l’USO et encore
    Mais contre Nadal cela ne passait pas.

    Donc, comme Nadal il a bossé le physique et je ne le remercierai jamais assez pour les finales de GC gagnées contre Nadal.

    Sans être fan absolu du bonhomme voir pas du tout fan il fait moins de mal au tennis que Nadal

    • karim 8 juin 2012 at 18:10

      Ah mais moi je suis prêt à donner mon treizième mois pour que djoko tape mowgli dimanche hein, faut pas croire!

      • Nath 8 juin 2012 at 20:17

        C’est étonnant que personne ne se soit proposé pour accepter l’offrande. Donc, Preum’s !

  14. karim 8 juin 2012 at 18:07

    Putain les deux joueurs s’ennuient et nous avec.

  15. Renaud 8 juin 2012 at 18:08

    ennuyeuses pardon

  16. Oluive 8 juin 2012 at 18:11

    Et Errani / Vinci qui remportent la coupe !

  17. Oluive 8 juin 2012 at 18:14

    4/4 après avoir eu 2 balles de 5/2.
    Roger fatigue déjà… Je crois malheureusement qu’il n’a plus la caisse physique pour ce genre de matchs…

  18. Jérôme 8 juin 2012 at 18:15

    Quel que soit le %age de 1ers services de Fed, il n’a quasiment pas de points gratuits sur son service. Et c’est ça son plus gros handicap. C’est trop lent.

  19. Oluive 8 juin 2012 at 18:16

    Fed a décidé de plomber ses stats en sauvetage de BB : 0/4…

  20. karim 8 juin 2012 at 18:16

    La perspective de dimanche a une telle emprise sur moi que c’est bien la première fois que Novak ça taper Roger et que je ne vais pas être déçu DU TOUT, pas un kg de moi ne va se dire zut. Dimanche c’est moche, dimanche fait peur. Dimanche c’est le 11 septembre qui croise pearl Harbor.

    • Yaya 8 juin 2012 at 18:18

      Dimanche c’est Hiroshima sur Seine

  21. karim 8 juin 2012 at 18:17

    D’ailleurs il parait que dimanche sera hyper arrosé et que la finale devrait terminer lundi probablement.

  22. Jérôme 8 juin 2012 at 18:17

    YEESSS. Il est sublime en revers.

  23. Oluive 8 juin 2012 at 18:18

    C’est la WTA ce match…
    Franchement, je ne sais pas si ce sont les balles ou le temps ou plutôt les deux… Mais le service est presque un handicap.
    Allez Fed, un jeu de service remporté, ça ferait pas de mal…

  24. Mathias 8 juin 2012 at 18:18

    C’est la WTA là!

  25. MacArthur 8 juin 2012 at 18:18

    Il a quand même du mérite le Fed de pouvoir supporter le pilonnage continu de son revers par un revers à deux mains et de ne pas se déconcentrer et devenir fou. Chapeau!

  26. Sylvie 8 juin 2012 at 18:18

    Match bizarre. D’ici qu’il redonne le break… Il en veut le Suisse mais il est trop inconstant pour gagner ce match face à un tel relanceur. Bel effort tout de même.

  27. Renaud 8 juin 2012 at 18:19

    Je n’en demande et je n’en attend pas plus que cela de Fed
    Une remise de malade sur un lob, un beau revers en demi-volée…

    Il a tellement donné.

    Nadal ne doit pas, ne peut pas gagner 7 RG et faire mieux que Borg.

    Pour ma génération vous ne pouvez pas, vous les plus jeunes, imaginer l’impact de Borg dans le tennis et au dela dans le sport et dans la société.
    Borg, comme certains l’ont écrit, c’était les Beattles, Elvis Presley, ou ce que vous voulez comme équivalence de star planétaire.
    C’est plus qu’un mythe que Nadal battrait.

    POur cela je suis prêt à souffrir le faux GC de Djoko

  28. Oluive 8 juin 2012 at 18:20

    Le terrain est looooooooourd, impossible de faire un point gagnant bon dieu.

    • Oluive 8 juin 2012 at 18:22

      Du sable.
      Il faut quatre coups gagnants pour faire un coup gagnant.

  29. Jérôme 8 juin 2012 at 18:20

    Et m… Djoko fait le mur.

  30. Nath 8 juin 2012 at 18:23

    Je viens d’allumer à 4-5 dans le 2° set, j’ai l’impression que le court est tout petit ! Et débreak, le 3° du set si j’ai bien compris ??

  31. karim 8 juin 2012 at 18:23

    Pourquoi ai je l’impression que Roger FAIT les breaks mais PERD son service?

  32. Jérôme 8 juin 2012 at 18:26

    Ce qu’on voit bien, c’est que court + balles sont tellement lents que :
    - les joueurs n’arrivent que très difficilement à tenir leur service,
    - et qu’ils ont un mal fou à déborder l’adversaire.

    Objectivement, Roger joue mieux mais Djoko tient mieux. Ce n’est plus du sport mais de la certitude mathématique.

    Ça s’appelle « le complot Babolat » :evil:

  33. MacArthur 8 juin 2012 at 18:27

    Mais le vent est supposé avantager Federer, non?

    • Jérôme 8 juin 2012 at 18:34

      Le vent n’est pas assez fort.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis