Roland-Garros, épisode 6 : les demi-finales

By  | 7 juin 2012 | Filed under: Actualité

Chez les messieurs, si le Djoko Slam reste encore d’actualité à Paris, le Big Four Semi Slam n’aura définitivement pas lieu à Londres. La faute à David Ferrer qui a empêché Andy Murray d’atteindre sa deuxième demi-finale consécutive au French Open. Tout comme Jo-Wilfried Tsonga avait empêché, l’année dernière, Roger Federer de rejoindre ses trois autres compères en demi-finales de Wimbledon alors que les « Quatre Fantastiques » avaient formé, quelques semaines plus tôt, le dernier carré de Roland-Garros. Chez les dames, l’invitée surprise de ces demi-finales est l’Italienne Sara Errani, qui a indiqué la porte de sortie des Internationaux de France à deux anciennes championnes : Ana Ivanovic (2008) et Svetlana Kuznetsova (2009). Maria Sharapova, elle, vise le trône de la WTA.  

Les demies féminines

  • Stosur vs. Errani : tout en lift

Samantha Stosur est en bonne forme. Son adversaire, Sara Errani, aussi. Leur confrontation pourrait donc donner lieu à un très bon match. Les deux joueuses se sont affrontées une seule fois sur la surface ocre, cette année-même, à Rome pour une victoire de l’Australienne qui domine d’ailleurs l’Italienne au H2H : 5-0.

Les parcours

Stosur n’a pas perdu le moindre set depuis le début du tournoi. En quarts de finale contre Dominika Cibulkova, tombeuse de la N°1 mondiale Victoria Azarenka au tour précédent, elle a dominé les débats du début à la fin. De son côté, Errani a balayé de sa route deux anciennes championnes de Roland-Garros : la Serbe Ana Ivanovic en trois sets et la Russe Svetlana Kuznetsova à qui elle a même infligé une bulle au premier des deux sets d’un match parfaitement maîtrisé en huitièmes . En quarts, elle s’offre, pour la première fois de sa carrière, la tête d’une Top 10 en la personne de l’Allemande Angelique Kerber.

Les clés de la victoire

Stosur devrait compter sur son expérience. Championne en titre de l’US Open, elle a déjà atteint les demi-finales du Grand chelem parisien en 2009 et même la finale en 2010, alors défaite, à chaque fois, par les futures championnes. Pour Errani qui rallie, pour la première fois, le dernier carré d’un Majeur, le véritable défi sera le retour du service kické adverse ; un défi de taille pour une joueuse qui ne mesure qu’1m64. Toutefois, il faut remarquer qu’elle mène le classement des dames en matière de retour de premiers services (121) et occupe la deuxième place en ce qui concerne le retour de deuxièmes services (87) parmi les joueuses encore en lice, seulement devancée par Sharapova. La puissance et le revers slicé de Stosur sont aussi deux équations auxquelles Errani devra trouver des réponses. Mais la petite Italienne est une spécialiste de la terre battue, surface sur laquelle elle a connu ses plus beaux résultats en gagnant, en simple, 4 de ses 5 titres dont 2 cette année, et en double, 9 de ses 13 titres. Ce dont on est sûr, c’est que ça va lifter à mort lors de ce match ; un exercice dans lequel les deux joueuses excellent.

Mon pronostic

Stosur en  3 sets.

  • Sharapova vs. Kvitova : le tennis à haut risque à l’honneur

C’est définitivement l’affiche d’une finale de Grand chelem. Mais ce n’est qu’une demie de cette édition 2012 de Roland Garros. Les deux joueuses ne se sont affrontées qu’une seule fois sur terre battue, cette année-même, à Stuttgart, pour une victoire en deux sets de la Russe qui pourrait retrouver, quatre ans après y avoir accédé, la première place mondiale si elle sortait vainqueur de ce duel.

Les parcours

En quarts, Kvitova élimine, en trois sets difficiles, Shvedova qui avait, au tour précédent, mis fin aux rêves de doublé de la championne en titre, la Chinoise Li Na. Au même stade de la compétition, Sharapova qui impressionne depuis le début de la compétition, à l’exception de son huitième catastrophique de plus de trois heures face à Zakopalova, a dominé en deux petits sets Kanepi.

Les clés de la victoire

Lorsque deux joueuses offensives s’affrontent, la gagnante est celle qui fait le moins de fautes. Pour Sharapova, il s’agira de limiter son nombre de double fautes au service (elle tient la palme avec 23 depuis le début de la compétition devant Kvitova et ses 20 double fautes). Ce qui veut dire qu’elle se doit de passer un maximum de premiers services, contrairement à sa tendance actuelle. La Russe pourrait aussi tirer profit des déplacements encore très approximatifs de la Tchèque sur la surface ocre et miser sur la confiance qu’elle a accumulée tout au long de la saison sur terre avec ses titres à Stuttgart et à Rome pour un ratio victoire-défaite de 15-1 (sa seule défaite est intervenue, en quarts, sur la patinoire de Madrid, face à Serena Williams). Quant à Kvitova, je ne sais pas quoi en dire. Elle ne me fait pas vibrer et sa forme physique, loin de celle d’une professionnelle et d’une future ambassadrice de ce sport ne contribue pas à me la faire apprécier. Je laisserais donc d’autres faire l’exercice à ma place. Contrairement à l’autre demie, celle-ci sera le théâtre, non pas de coups liftés, mais de frappes plus à plat.

Mon pronostic

Sharapova en 3 sets.

Les demies masculines

  • Djokovic vs. Federer : les retrouvailles

Ils se retrouvent un an après. Un an après un match dantesque de Federer qui a porté un coup dur au début de saison exceptionnelle de Djokovic. Un après un péché d’orgueil de Djokovic qui avait voulu prendre Federer à son propre jeu. Un an après une demi-finale qui restera dans les annales de Roland-Garros, dans les annales de l’histoire du tennis tout simplement.

Les parcours

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux protagonistes sont loin d’avoir impressionné depuis le début du tournoi. Si Djokovic a frôlé la catastrophe à deux reprises, la première fois contre Andreas Seppi en seizièmes de finale et la deuxième fois contre Jo-Wilfried Tsonga en quarts de finale en remontant, à chaque fois, un déficit de deux sets pour finalement s’imposer en cinq, le tout en 8 heures de jeu, Federer, à, lui de son côté, lâché quatre sets en court de route malgré un tableau en papier mâché et un adversaire en quarts handicapé au genou.

Les clés de la victoire

Pour Djokovic, elles se résument en son aptitude à gérer, encore une fois, la pression du Djoko Slam qu’il a contribué à amplifier en clamant haut et fort que Roland-Garros était son objectif de l’année, et à bien se déplacer sur le court alors que le match contre Seppi a montré des lacunes dans ce compartiment du jeu. Pour Federer, elles consistent, comme ce fut le cas en 2011, en sa capacité à très bien servir tout en variant les zones et les effets et à être très efficace en revers. Car, comme leur dernier match de Rome l’a montré, c’est un coup que le Djoker ne va pas hésiter à pilonner. La bonne nouvelle pour Federer, c’est qu’il mène au classement des deuxièmes services gagnants (62%) devant Djokovic (61%) qui, toutefois, confirme son statut de meilleur retourneur… de premier service. Car, s’agissant du retour en deuxième service, Federer reste devant le Serbe. Si Federer, qui a une science du jeu sur terre battue nettement supérieure à celle de Djokovic, parvient à jouer ce dernier dans le replacement comme en 2011, à attaquer son coup droit tout en évitant de lui ouvrir les angles, il pourrait avoir ses chances. Des chances que le N°1 mondial, à une marche de sa première finale au French Open, va bien évidemment s’acharner à compromettre quitte à laisser des plumes sur le Chatrier. 24 heures de récupération, c’est déjà assez pour lui. Il n’en a pas besoin de plus…

Mon pronostic

Djokovic en 4 sets.

  • Nadal vs. Ferrer : entre compatriotes, entre potes

Pour la première fois à Roland-Garros, Nadal et Ferrer s’affrontent en demi-finales ; Ferrer atteignant pour la première fois en dix participations, ce stade de la compétition à Paris. Ailleurs, sur la surface ocre, les deux compatriotes et amis se sont livrés de belles batailles. Toutefois, c’est  le plus illustre des deux qui mène les débats avec 13 victoires contre 1 défaite…. laquelle date de 2004.

Les parcours

En huitièmes de finale, Nadal atomise son ami Juan Monaco qu’il oblige à sortir du court à vélo ; un manque total d’élégance, du sens des codes et des usages qui n’a laissé personne indifférent, conduisant à l’ouverture d’une procédure judiciaire dont l’acte d’accusation est actuellement en train d’être rédigé par le Procureur Karim. En quarts de finale, il est, pour la première fois du tournoi, inquiété par un Almagro inspiré qui envoie de très belles prunes en revers et en coup droit pour le plus grand plaisir du public parisien. Mais le spectacle n’aura duré que le temps d’un set, le premier, remporté encore une fois, la troisième de suite, à Roland-Garros, par le Majorquin qui y signe au passage sa 50e victoire. Si les conditions de jeu lentes ont bien aidé Almagro en atténuant les effets du lift nadalien, elles ont aussi favorisé le jeu de défense de celui qui vise un septième titre sur le Chatrier. Quant à Ferrer, toujours aussi discret dans ses parcours, mais impérial cette année à Paris, il n’a concédé son premier et unique set du tournoi qu’en quarts face à un Andy Murray qui apparaît de plus en plus comme le maillon faible du Big Four pour les plus sceptiques encore.

Les clés de la victoire

Pour Ferrer, elles se résument en la gestion de son mental. Car, sur le plan tennistique et physique, il dispose de sérieux arguments à opposer à Nadal. En fixant continuellement ce dernier dans la diagonale de revers, Ferrer empêche non seulement le Majorquin de se décaler en coup droit, mais aussi, il s’ouvre une bonne partie du court pour frapper son coup droit long de ligne qui s’est grandement amélioré au fil des années. Le défi pour lui sera, cependant, de maintenir cette tactique qui a fait ses preuves pendant éventuellement cinq sets. Pour Nadal qui attendra, comme à son habitude, son heure, lorsque les choses se corsent, il s’agira de très bien servir, face à un adversaire solide en revers et qui tient bien les échanges, afin d’obtenir un maximum de points gratuits. Parmi les joueurs encore en compétition, il affiche le meilleur taux de premiers services gagnants (79%) devant Federer (75%) et Ferrer (74%). Lors de son quart , il a réussi 10 aces, seulement devancé par Federer (11). Par ailleurs, il a sauvé 16 des 17 balles de break auxquelles il a dû faire face. Toutefois, si Nadal occupe actuellement la 3e place au classement du nombre de balles de break gagnées depuis le début de la compétition (30), derrière Djokovic (32), ce même classement est dominé par… Ferrer (36).

Mon pronostic

Nadal en 4 sets.

Bons matchs !

About 

Le tennis est pluriel.

Tags:

526 Responses to Roland-Garros, épisode 6 : les demi-finales

  1. Sylvie 8 juin 2012 at 19:25

    Sentiment mitigés sur la défaite de Fed. D’un côté je suis contente de le voir sortir de ce tournoi où il a mal joué de bout en bout quasiment, et éviter de se prendre une piquette en finale en ayant fait un beau cadeau à Nadal; de l’autre je suis inquiète sur le niveau de jeu proposé : panne de première balle, coup droit ulra fautif, incapacité à tuer le second set, alternant le haut et le bas et se retrouvant mené deux sets à rien alors qu’il a eu de multiples possibilités de se relancer. Alors oui les conditions ultra lentes et la qualité de Djokovic ont fait leur part du boulot mais tout de même !

    L’analyse de Mauresmo est intéressante, plutôt que d’aligner les clichés sur la motivation du Suisse, elle a souligné l’énorme exigence physique et mentale qu’il lui faut pour jouer Nadal et Djoko. Il est obligé de prendre des risques en permanence, et donc de s’exposer aussi aux fautes et aux baisses de régime. L’année dernière, il avait joué à très haut niveau et avait pu tenir le rythme mais cette année son niveau de jeu global et les conditions étaient trop en sa défaveur. Djoko a fait le métier, le faisant jouer et provoquant la faute la plupart du temps tout en ne donnant pas de points de son côté. Contre Nadal cela ne suffira pas et il lui faudra prendre des risques mais il aura de toutes façons plus sa chance que Federer.

    Comme le dit Renaud, on a affaire à deux générations de tennis, le tennis de Federer n’a quasiment plus aucune chance de s’imposer face à cette génération de joueurs et surtout sur surfaces lentes. Je pense, comme prévu qu’on s’est tous un peu emballés devant les résultats de Federer et qu’on va être déçu sur les grosses échéances à venir.

    Reste que sur surfaces rapides, il reste excellent, on l’a vu à Madrid.

    • Antoine 8 juin 2012 at 19:34

      Personellement, je suis content qu’il ait perdu. Je regrette seulement qu’il n’ait pas perdu en quarts. Cela lui aurait donné deux jours de repos de plus et évité de se prendre une baffe de la part du Djoker…

      Ce n’était pas une priorité et j’espère simplement que son faible niveau de jeu est à metre sur le compte de sa programmation et pas d’un problème physique.

    • Sylvie 8 juin 2012 at 19:54

      Je suis plutôt inquiète sur le physique justement. Un mauvais match contre un bon joueur c’est possible mais là il a été constant dans la médiocrité.

  2. Antoine 8 juin 2012 at 19:28

    En ce qui me concerne, j’aurais fait abstinence même si Roger était passé contre le Djoker puisque je n’ai même pas regardé sa demie finale…

    Dans ces conditions atmosphériques, froid, vent et boue, il est de toute façon très difficile d’avoir un bon match. Mais sur terre, les matchs de Nadal ne présentent de touyte façon plus aucun intérêt à mes yeux et les finales entre le Djoker et Nadal pas davantage..

    Ils vont jouer pendant 4, 5 ou 6 heures et peut être battre le record de durée de Melbourne. Après on nous dira que c’est la plus longue finale de l’histoire et autres âneries…

    C’est ce que voulaient de toute façon les organisateurs en choisissant ces balles. Cela maximisait leurs chances d’avoir eux aussi leur finale Djoko-Nadal. On a vu l’effet qu’elles avaient dès que les conditions de jeu étaient pourries.

    Le problème, c’est que ce spectacle commence à emmerder tout le monde, les fans de l’un ou de l’autre mis à part…

    • MacArthur 8 juin 2012 at 19:39

      « Le problème, c’est que ce spectacle commence à emmerder tout le monde, les fans de l’un ou de l’autre mis à part »

      Federer a sa carrière derrière lui. Peut-être que le public va désormais être constitué de fans de ces deux-là qui sont plus jeunes et on encore quelques années devant eux. De toutes les façons, il est d’ores et déjà certain que la majorité des fans de Federer vont se recycler -si ce n’est déjà pas le cas- en fans de Djokovic, le seul qui puisse protéger le record en GC de l’ami Suisse.

      • Antoine 8 juin 2012 at 19:50

        Cela dépend où…Au stade, la moyenne d’âge est assez élevée et ceux là ne vont pas se recycler en fan du Djoker. Le public est très majoritairement pro Federer et à Roland Garros encore plus qu’ailleurs. Il n’y a qu’en Espagne ou le public soutient davantage Nadal dans un match contre Federer, à Miami et IW aussi peut être compte tenu du nombre d’hispaniques..

        A la TV, c’est différent mais les audiences sont aussi beaucoup plus importantes quand Federer joue que quand c’est un autre. Elels chuteront quand il ne jouera plus, peut être dans des proprtions très importantes..

        Rien ne dit que l’avenir soir rose pour le tennis comme le dit l’ATP. Il suffit de regarder les courbes d’audience aux Etats Unis ou elles sont en chute libre…En Allemagne, elles sont sont effondrées après le dapart de Graf et de Becker…

    • Sylvie 8 juin 2012 at 19:45

      Certainement pas. Entre Djoko et Nadal, je préfère Djoko de là à être fan, il y a un gouffre.

      • MacArthur 8 juin 2012 at 19:48

        Sois comme moi Sylvie. Fan de personne. Apprécier différents aspects chez l’un et l’autre et ce qu’il apporte au tennis sur et en dehors du court.

        Tu peux être fan de moi, sinon….pour mon plus grand bonheur :-)

    • Robin 8 juin 2012 at 20:09

      Je ne savais pas que les fans pouvaient se recycler. C’est un peu comme les bouteilles d’eau en fait ?

  3. MarieJo 8 juin 2012 at 19:35

    ce qui rend ce RG c’est la météo surtout, temps humide venteux, et beaucoup d’humidité dans la terre, que les qques jours de chaleur la première semaine n’ont pas asséché complètement.
    le jour ou j’ai vu le djoko seppi, on voyait des parties toutes humides du court, et personne n’avait arrosé ni avant ni après.
    on a eu des années très ensoleillées ou le jeu était accéléré, les balles étaient plus vives aussi.
    là c’est un RG humide et frais, ou faire un point gagnant est devenu difficile, je pense qu’on a eu peu d’aces sur la quinzaine… ou un peu moins je crois.

    il reste deux matchs, et après l’herbe sera plus verte ;)

  4. Remy 8 juin 2012 at 19:39

    Défaite logique de Fed.
    Autant il a été génial au début des 2 premiers sets, autant il a été trop inconstant dans le reste de la rencontre.
    Surtout au service où il n’a jamais (ou presque) pu assurer sa mise en jeu tranquillement.
    Roger doit gagner le second set, à partir de la on sait qu’il ne gagnera pas le match.

    Ok, on s’en fout de RG, mais je suis inquiet pour la suite. S’il veut gagner Wim, va falloir bien mieux servir.
    Sinon son niveau était largement au dessus de celui affiché contre la poutre.

  5. Colin 8 juin 2012 at 19:40

    Je remets ici un post déjà mis hier soir, pour dire mon désaccord avec Elmar… et Fieldog, à propos du « Djokoslam »

    Ça ne s’appelle pas « grand chelem », OK, soit, mais gagner 4 tournois du GC consécutivement sur 12 mois, c’est extraordinairement difficile, et ce, pareillement qu’on ait commencé la série en janvier, juin, juillet ou septembre.

    Tiens, pour rigoler un peu, raisonnons par l’absurde: à une époque (1977 à 1985), l’open d’Australie se jouait en décembre et était donc le 4ème GC de l’année. Donc si un joueur avait fait le Grand Chelem cette année là, il se serait sûrement trouvé un Elmar ou un Fieldog pour objecter que son Grand Chelem ne valait pas celui de Laver car il n’avait pas été réalisé dans le même ordre. Or, pour que son Grand Chelem ait été réalisé dans le même ordre, il aurait fallu qu’il gagne l’open d’Australie l’année précédente :lol:

    Autre exemple de raisonnement tordu: « Laver a fait son grand chelem de 1969 alors que les 4 tournois se jouaient sur seulement 2 surfaces différentes. Donc il vaut moins qu’un GC actuel qui lui, se joue sur 3 (voire 4) surfaces ».

    Etc. Etc.

    Bref, vous l’aurez compris, pour moi, si Djoko gagne RG dimanche, ce sera ni plus ni moins qu’un exploit ahurissant, et même doublement ahurissant car pour y arriver (oeuf) il aura fallu qu’il batte en finale le tenant du titre, sextuple vainqueur de l’épreuve, et archi-favori (et, accessoirement, après avoir battu le GOAT himself en demies).

    Mais ça n’arrivera pas car bien sûr Mowgli va gagner dimanche.

    • Antoine 8 juin 2012 at 19:53

      « C’est plus difficile de faire le Djoko Slam que de gagner 7 fois RG car pour faire le Djoko slam il faut battre Nadal à RG »: je crois que c’est de Benetteau…

    • Alex 9 juin 2012 at 02:34

      Je propose l’appellation  » Lepersslam » pour les quatre à la suite réalisés. Et je souscris complètement, c’est un Grand-Chelem non calendaire épicétou !!!!

  6. Renaud 8 juin 2012 at 19:41

    Je crois quie c’est la première fois que je vois de mes yeux vus Fed balancer un set.
    Il a joué le coup à fond au 2ème mais et je suis d’accord avec l’analyse de Mauresmo il n’arrive plus à être aussi constant.
    Le 2ème envolée il a laissé courrir.

    Je suis bien content comme cela le Djoker n’est pas plus rincé que cela et je le soutiendrai à fond dimanche.

    Pour moi c’est tout Nadal effaçant Borg des tablettes.

    En tout cas le clan Nadal, même s’il semble que la marge soit grande, ne vas pas aussi bien dormir que si Fed avait fait le boulot de Nadal comme l’année dernière

    En plus à titre perso j’ai un copain pro Nadal qui soutient que l’année dernière Nadal aurait aussi fait la peau de Djoko.
    On va voir Dimanche.
    Si Djoko venait à gagner il faut quand même se rendre compte que sans FED il en serait aujourd’hui à une marche d’en enfiler un 6ème à la suite après son GC calendaire.
    Donc un GC à cheval sur 2 ans c’est supportable.

    • Antoine 8 juin 2012 at 19:55

      Si le Djoker avait gagné RG l’année dernière, rien ne dit qu’il aurait ensuite gagné Wimbledon, et surtout l’US Open derrière…

    • MacArthur 8 juin 2012 at 19:56

      MarieJo vient de démontrer, plus haut, en quoi même si Nadal gagnait sont 7ème, il n’effacerait pas Borg… Même ta propre argumentation, plus haut, le montre de manière implicite.

      Sinon, il me semble personne n’avait demandé quoi que ce soit à Federer l’année dernière. Il avait des choses à prouver aussi. Il le reconnaît, il savait qu’il était attendu au tournant, que c’était l’un des matchs les plus importants de sa carrière.

      Pour le clan Nadal, il me semble qu’ils vont bien dormir. Et même en cas de défaite, il dormiront bien. Tout comme ils ont bien dormi, jusqu’à présent, même après le 7-0. Perdre une seule fois à RG, après avoir gagné 6 fois, à juste 26 ans, il me semble qu’il y a plus dramatique comme situation.

  7. Renaud 8 juin 2012 at 19:44

    Sauf Nadal effaçant Borg vous aurait compris je pense.

  8. Renaud 8 juin 2012 at 19:50

    Je vous livre en avant première non pas la présentation de la finale homme mais la bande son de la finale homme.
    Ahhhhhh pang Heinn ping ahhhh Pang Heinn PING aaahhhhhhh PANG heinnnnn PING aaahhhhh PANG heinnn PING
    AAAAHHHHH PIIIMM OOOHHHHHH PAM AHhhhhha POUM heinnn BIM HIiiiiii BAM Uhuuuu BOUM
    15-0

    Etc Etc Etc

    • Colin 8 juin 2012 at 19:56

      Score final : 5/7 6/3 5/7 6/2 6/1 (pour Nadal)
      Durée : 6h51

  9. karim 8 juin 2012 at 20:02

    Pour ce qui est du djoko Sam, à mes yeux il vaut autant que les GC de Laver avec trois tournois sur herbe et des premiers tours en marchant. Gagner les quatre de suite si c’était FED qui était à deux doigts de le faire, seuls les FED haters et les esprits chagrins diraient que ça vaut rien. Si djoko gagne demain pour moi il aura fait le grand chelem, comme Serena. On a l’impression se son exploit vaut moins que les petits chelems de FED ou rafa. C’est un putain d’exploit.

    Par contre le match sera d’un mortel ennui. Je n’ai jamais vu un court aussi lent de ma vie, impossible de frapper un winner en moins de six frappes plein pot. Mais quand est-ce qu’ils vont arrêter avec les conneries?..

    • MacArthur 8 juin 2012 at 20:05

      Karim, il ne me semble pas qu’il ait ralenti le court cette année….Ce sont juste les conditions, indépendantes de leur volonté, qui ont contribué à cette lenteur.

      • Yaya 8 juin 2012 at 23:14

        et les balles pamplemousses de Babolat.

  10. MacArthur 8 juin 2012 at 20:09

    Fed a aussi mal géré le vent. Lorsqu’il avait le vent dans le dos, il n’a pas pu bien l’exploiter alors que Djoko était au service et était logiquement perturbé. C’est dommage!

  11. antsiran23 8 juin 2012 at 20:11
  12. Jérôme 8 juin 2012 at 20:12

    Je propose qu’ils jouent la finale à coups de mortiers, de bazookas et de kalach.

    Qu’ils s’entretuent une bonne fois pour toutes. Comme ça, l’autopsie permettra de tirer au clair tout ce qu’ils ont ingurgité depuis 10 ans.

    Je ne comprends pas pourquoi vous êtes à ce point effondrés par cette défaite. Federer a fait son meilleur début de saison depuis 2007, jusqu’à la veille de ce Roland Garros.

    Comme Antoine, je pense qu’il n’était pas sur son pic de forme qui doit intervenir à compter de fin juin pour Wimbledon qui est incontestablement l’essentiel.

    On a bien vu, lors des tournois de l’automne et de l’hiver dernier, à quel point un Roger en forme était percutant et dominait les autres qui n’ont pas été très impressionnants.

    Et là, sur un tournoi aussi atypique pour Federer que le tournoi de Madrid sur terre battue bleue ultra-rapide et glissante l’a été pour Nadal, vous tirez des conclusions générales ? Vous êtes bien excessifs.

    Les conditions de jeu lors de ce RG, du fait des balles des sagouins de Babolat et de la météo pourrie, étaient les pires imaginables pour Federer. Rien ne pouvait plus favoriser les murs que sont Nadal et Djokovic.

    Mais être un mur, gonflé à je ne sais quel cocktail explosif, ce n’est pas être plus fort, plus constant, plus concentré ni meilleur tactiquement, c’est juste être un mur fabriqué pour renvoyer inlassablement la balle en attendant que l’adversaire créatif, talentueux et intelligent finisse par faire la faute. Il n’est juste pas normal qu’on crée des conditions tellement lentes que les murs ne soient quasiment jamais débordés et où il faille taper 4 ou 5 coups gagnants d’affilée pour avoir une chance de voir un coup gagnant se réaliser.

    Le match d’aujourd’hui aurait eu lieu à Wimbledon que Federer aurait collé quelque chose comme 6/4-6/2-7/6 à Djokovic. Et le dimanche il aurait collé la même chose à Nadal.

    Ce n’est pas que Federer soit inconstant mais juste que, de toute façon, dans ces conditions-là, il aurait fallu qu’il livre le match de sa vie et qu’il défonce son organisme pour déborder suffisamment souvent le Djoker.

    Nadal va gagner dimanche ou lundi son dernier tournoi de l’année 2012 parce qu’il est en meilleure « forme » que le Djoker sur ce tournoi. Mais ce sera long, pénible, douloureux. Encore un snuff movie, après les calvaires de l’USO 2011 et de l’OA 2012.

    Et vraisemblablement ce sera le dernier titre de Nadal avant le printemps 2013.

    Et si la FIT et les directions de tournois comprennent enfin que ça se voit trop, que ça tue l’intérêt et la qualité du jeu, que ça dévoie le tennis, et qu’ils se décident à réaccélérer les balles voire les surfaces, on souffrira beaucoup moins des 2 affreux produits chimico-technologiques qui pourrissent le jeu sur terre battue.

    • Jérôme 8 juin 2012 at 20:18

      Et j’ajoute que Federer aurait gagné aussi sûrement sur surface rapide aujourd’hui et 2 jours plus tard que Sampras enquillait les Wimbledon et tournois sur dur, alors qu’après 1996 il n’a plus jamais dépassé le 3ème tour à Roland Garros (alors même que les conditions de jeu étaient bien plus rapides qu’aujourd’hui).

    • MacArthur 8 juin 2012 at 20:24

      « On a bien vu, lors des tournois de l’automne et de l’hiver dernier, à quel point un Roger en forme était percutant et dominait les autres qui n’ont pas été très impressionnants. »

      Peut-être que les autres n’étaient pas en forme à l’automne pendant que lui il était en grande forme.

      « Le match d’aujourd’hui aurait eu lieu à Wimbledon que Federer aurait collé quelque chose comme 6/4-6/2-7/6 à Djokovic. Et le dimanche il aurait collé la même chose à Nadal. »

      Mouais….Avec des « si »….

      « Nadal va gagner dimanche ou lundi son dernier tournoi de l’année 2012….Et vraisemblablement ce sera le dernier titre de Nadal avant le printemps 2013″.

      Avec l’issue que tu prédisais avec véhémence au match Ferrer-Nadal et le déclin de Nadal que tu annonces depuis 4 ans, on a envie de croire encore à ces propos… :-)

      • NTifi 8 juin 2012 at 20:39

        lol c’est vrai qu’on peut refaire le monde avec des « si ».

        Moi je pense qu’on a vu déjà le niveau de Federer depuis le début du tournoi, soit un niveau par intermittence.

        Si par ex il fait des premiers convaincant à wimbledon, là on pourra parler de titre.

    • Sylvie 8 juin 2012 at 20:43

      Franchement Jérôme je n’adhère pas à ton discours. Si Federer avait joué comme cela à Wimbledon ou ailleurs, il aurait perdu de la même façon. Je suis d’accord que la surface n’a pas aidé car il n’a pu s’offrir de points faciles avec la balle qui revenait sans cesse mais il était en dessous de Djokovic. Moins constant, moins dense, avec trop de déchets dans son jeu pour espérer passer. Il aurait fallu un Djoko mauvais manque de bol il a réussi, lui, a hausser son niveau de jeu. Tant mieux peut-être.

      Federer reconnait lui-même ne pas avoir été bon.

      Si Nadal gagne le tournoi, il sera favori à Wimbledon. ça ne me fait pas plaisir mais c’est une réalité et autant ne pas se voiler la face. Idem pour lui si Djoko gagne d’ailleurs. Il faut espérer une bonne perf à Halle pour relancer la machine suisse et souhaiter que ses problèmes physiques soient derrière lui.

      Je pense que si tu crois que Nadal ne va plus gagner avant RG 2013, tu risques de grosses désillusions.

      • Jérôme 8 juin 2012 at 22:34

        J’ai pas dit « RG 2013″ mais « le printemps 2013″, c’est-à-dire Monte Carlo. Il y a une nuance. :lol:

  13. MacArthur 8 juin 2012 at 20:14

    Federer souffrirait de la Hanche selon une interview à la tv suisse.

    • NTifi 8 juin 2012 at 20:55

      Mouais, moyen sur ce coup là si c’est vrai. T’as une source ?

      • Jérôme 8 juin 2012 at 21:38

        La preuve qu’il a dit le contraire et la preuve qu’il n’y a aucune raison pour que Wimbledon ressemble au pire Roland Garros qu’on ait vu depuis 10 ans.

  14. Pierre 8 juin 2012 at 22:09

    Bon, j’ai vu le match comme vous. Federer a par moments très bien joué, il dominait les échanges et parvenait à percer la muraille, à inventer des angles, des failles. Il a été vraiment nul quand il a fait le break dans les deux premières manches, certes. Il a donné des points, certes. Beaucoup de points. match tout pourri sur la fin effectivement, il balance la fin du troisième.

    J’ai éprouvé, en regardant cette partie devant ma télé, un trouble nouveau : j’ai eu le sentiment que le match était truqué. Truqué. Genre « on s’est arrangé avant ». Deux fois, cette sensation a été vivace : lors d’une montée de Djoko avec une amortie sur laquelle Fed a joué comme il le ferait en exhibition, papy dans un fauteuil pour finalement perdre le point, puis sur un autre échange du même genre dans le troisième. Sans déconner, je me demande vraiment si l’issue du match n’a pas été décidée avant. Soit par les deux joueurs, soit par le Suisse tout seul qui a préféré ne pas, façon Bartelby.

    Je n’en rajouterais pas sur les conditions de jeu, entre un terrain détrempé et, surtout, cet horrible choix de balles : ça y est, les finales Djoko-Nadal sont tellement bankable que Babolat est parvenu à imposer ce choix inepte. Il ont d’ailleurs tellement mis la main sur le truc que, à Roland cette année, les autres marques, à qui on avait proposé des emplacements minables pour leurs stands, ont préféré boycotter l’événement.

    Fed est désormais, sur la terre battue parisienne, seul avec son génie. Depuis 2005, il est le seul à avoir remporté ce tournoi à part Nadal. On ne lui enlèvera jamais de trophée.

  15. Renaud 8 juin 2012 at 23:30

    Au dela du fait que les meileures années de Fed sont derrière lui, il faut quand même être de mauvaise fois pour ne pas vouloir reconnaître que les conditions de jeu et le matériel sont en train de dévoyer ce sport.
    Que vous le vouliez ou non l’audience et la popularité du tennis sont tenus à bout de bras par Fed principalement.
    A sa retraite sans changement il y aura des pans entiers de l’économie du tennis qui vont être en baisse.

    Même l’ultra rétrograde FIFA a modifié lègèrement les règles du foot.
    Il faut avoir mon age pour se souvenir de match ou les 10-15 dernière minute l’équipe qui menait par ex 1-0 faisait la passe à 10 avec le gardien qui pouvait à l’époque prendre le ballon à la main en cas de passe en retrait.

    J’ai ici même souvent évoqué le cyclisme, le golf, le ski, la natation, tous les sports mécaniques …
    En gros tous les sports techniques majeurs , dont le tennis fait partie, ont été contraint de modifier les règlements pour lutter contre les progrès techniques.

    Citez moi un contre exemple à part le tennis

    • MacArthur 9 juin 2012 at 01:02

      « Que vous le vouliez ou non l’audience et la popularité du tennis sont tenus à bout de bras par Fed principalement. »

      Certes. Et tu fais bien de préciser « principalement ». Mais j’ai envie de te dire: nul n’est irremplaçable.

    • Coach Kevinovitch 9 juin 2012 at 02:31

      Il y a eu des stars du tennis avant Federer, il y en aura après lui. Le jeu est plus grand que les joueurs.

  16. Elmar 9 juin 2012 at 01:37

    Je sais plus qui disait avant le match qu’un Roger moyen serait suffisant pour battre ce médiocre Djoko. Ce fut l’exacte inverse aujourd’hui. Djoko n’a pas eu à forcer, vu le nombre de fautes de Fed. En début de 2ème manche, y avait 80 points à 60 pour Djoko, ce qui est une marge énorme. Le plus épatant donc, c’est plutôt que Roger aurait pu (dû?) empocher en tous cas le 2ème set. Mais bon, il a mal servi et a été incapable de sauver des balles de break.

    Bref, le miracle n’a pas eu lieu. Le Suisse ne s’est pas soudainement mis à bien jouer alors qu’il se galérait depuis deux semaines. Le passage sur gazon va être intéressant. Il devrait aller à Halle cette année, et je me demande si on retrouvera le Rog’ aérien dans des déplacements. On sera vite fixé.

    La finale, ce sera sans moi. Que les deux s’étripent, tel est mon souhait. Après le combat de rue de l’USO, il leur a fallu deux mois pour récupérer. Idem après l’AO. Si c’est le cas ce dimanche (ou lundi?), et bien ca sera autrement plus embêtant pour eux étant donné les échéances approchantes. Cela dit, pas sûr du tout que ce Djoko puisse embêter ce Nadal.

  17. Coach Kevinovitch 9 juin 2012 at 02:30

    « Antoine 08/06/2012 at 13:29

    Le stade est à moitié vide, et même totalement vide dans les loges et les meilleures places. C’est un match qui n’intéresse personne…

    A mettre au passif de Nadal: il n’arrive pas à remplir un stade à lui tout seul même en demie finale alors que c’est plein pour un premier tour de Federer…Il nuit gravement au tennis sur terre battue tellement c’est chiant… »

    Tu oses te plaindre que les gradins sont vides alors que tu fais partie des responsables de cela?

    Oui, tu as bien lu, c’est bien une accusation formelle que je fais et pas à uniquement à toi qui ouvre la série des procès concernant Rafa Nadal sur 15-love que tu proposais.

    Depuis 2005 à Roland-Garros évolue l’un des plus grands joueurs de terre battue de l’histoire, le joueur de l’ère actuelle qui magnifie le style de jeu des spécialistes de cette surface. Un champion qui a offert des finales « blockbuster » dans un tournoi qui n’en avait plus depuis belle lurette. Un des champions qui a créé conjointement une rivalité qui a fait la gloire et la popularité du tennis de l’époque actuelle. Quand on a un joueur comme cela qui évolue à son zénith chez nous, c’est un devoir de glorifier et de vendre la chose positivement.

    Cependant, toute une clique de (pseudo-)esthètes, d’entraineurs, de médias et de forumeurs ont honteusement dénigré ce joueur pour des raisons fallacieuses.

    Tous ceux comme Forget qui caractérisait uniquement Nadal par l’aspect physique de son jeu en niant son sens de la géométrie des courts.

    Tous les animateurs de talk-show à la noix sur leurs débats sur uniquement « Comment battre Nadal sur terre battue et/ou à Roland-Garros? » et qui la mettaient subitement en veilleuse en juin-juillet de 2004 à 2008.

    Tous les médias même les plus sérieux de la cause tennistique qui traite à Nadal à Roland-Garros comme un minotaure qu’il faut abattre avec des unes portant le titre « Tous contre Nadal » pour le spécial Roland-Garros.

    Tous les commentateurs qui ont passé leur temps à crier « qu’on aimerait tous voir gagner Federer parce que c’est le plus beau, le plus grand, le plus gentleman » et qui ont donc grandement contribué à faire de Nadal à RG, un briseur de rêves, de fêtes bref un chieur.

    Tous les pseudos-esthètes qui le considèrent comme « un mur fabriqué pour renvoyer inlassablement la balle en attendant que l’adversaire créatif, talentueux et intelligent finisse par faire la faute » alors que son jeu est créatif, fait pour faire mal à l’adversaire en l’attaquant, utilisant parfaitement la géométrie des courts et garni de nombreux aspects spectaculaires.

    Tous les médias d’une idiotie crasse comme les Guignols de l’info qui lui collent une étiquette de joueur dopé pendant que d’autres ne le sauraient pas.

    Tous ceux qui pleurent la mort du suspense et l’ennui causé par cette perte alors que premièrement cela ne dure qu’une partie de saison, deuxièmement d’autres ont été aussi dominateurs sur une période de temps de la saison plus longue et troisièmement à ce moment-là, ces mêmes personnes ne se plaignaient pas de la mort du suspense.

    Après avoir conjointement tous descendu Nadal, vous êtes surpris que le stade soit vide pour sa demi-finale? Vous êtes fort de café!!

    C’est de votre faute! C’est totalement de votre faute, si Roland-Garros a son central quasi-vide quand son champion est en demi-finale et à deux matches de devenir le plus titré dans un tournoi des quatre tournois du Grand Chelem! Une chose d’ailleurs dont on aurait dû faire une promotion positive.

    Vous avez tous participé à une entreprise de démolition de l’image de l’espagnol en France qu’il est devenu un joueur qu’un profane aux choses du tennis ne pourra pas l’apprécier, un joueur que seuls ses fans peuvent aimer donc un joueur que peu de personnes veulent voir joueur même en demi-finale.

    C’est de votre faute!

    • Sylvie 9 juin 2012 at 11:35

      Le mérite du post de Coach c’est qu’il aura suscité des commentaires passionnants. Je suis d’ailleurs en osmose totale avec ce que dit Marc.

      Je pense que la majorité des forumeurs ici respectent Nadal, lui reconnaissent toutes ses qualités : mentales, travail, géométrie du court, science de la terre battue… mais s’ennuient (et au-delà) de le voir jouer. C’est mon cas. Je n’ai rien contre lui et c’est peut-être injuste mais je ne vais pas me forcer à l’aimer. J’évite même de trop regarder ses matches car j’en viens à poster des réactions épidermiques et je me fais taper sur les doigts ;)

      D’autres ont eu la même réaction que toi concernant Federer : c’était LE tennis, on ne pouvait pas ne pas apprécier, il fallait s’extasier devant le génie du Suisse alors que certains étaient insensibles à sa palette technique, ne voyaient qu’un type au visage fermé qui gagnait sans laisser transparaître d’émotion et trouvaient que c’était trop facile. Ils voulaient de la sueur, de l’émotion testeronée , ils voulaient voir à quel point il faut se battre pour gagner; ils voulaient du show… J’imagine que tu fais partie de ceux-là, ceux qui en ont eu marre de la domination esthétique et des béats de Federer et qui ont salué l’arrivée de Nadal.

      C’est donc paradoxal que tu demandes aujourd’hui ce qui t’as agacé hier. Nadal est le plus fort sur terre, Nadal est un monstre du jeu, Nadal est un immense champion mais Nadal ne touche pas une part importante des amateurs de tennis et peut-être ennuie le public lambda venu en touriste et qui veut voir autre chose. C’est ainsi Je comprends que cela te semble cruel mais il y a derrière tout cela une question sur ce type de jeu et les conditions du tennis actuel.

    • Coach Kevinovitch 9 juin 2012 at 12:35

      « J’imagine que tu fais partie de ceux-là, ceux qui en ont eu marre de la domination esthétique et des béats de Federer et qui ont salué l’arrivée de Nadal. »

      Même pas, je suivais les résultats du tennis mais je regardais peu de matches avant. Comble du paradoxe, j’ai entrepris de suivre le joueur Nadal un jour où j’avais voulu voir jouer….FEDERER!

  18. Sam 9 juin 2012 at 03:01

    N’importe quoi.
    Si le stade n’est pas rempli quand le mec joue, c’est parce que les gens n’ont pas envie de le voir. Point barre. Ça n’enlève rien au mérite de ce mec, qu’il s’agisse de Nadal ou de ma belle-soeur. Penser qu’il puisse en être autrement revient à prendre les gens pour des cons.

    La réalité, c’est qu’il semblerait que d’une d’une manière générale, ce que les gens préfèrent voir en matière de tennis, c’est Federer.
    C’est tout.

  19. karim 9 juin 2012 at 04:56

    Coach, nadal est juste chiant à voir jouer au delà de toute considération autre que le strict aspect jouissif du tennis déployé. Il est impressionnant, immense, dominateur, glorieux, tout ce que tu veux mais son jeu fait chier les gens, admiratifs ou pas de sa carrière. Nadal fait mal aux yeux comme fed, Gasquet, Haas ou gulbis peuvent les régaler dans un bon jour. On n’y peut rien c’est juste comme ça. Je le dis, son tennis sur terre battue est ça que j’ai vu de plus impressionnant et de plus inexorable en 25 ans et plus de carrière de tennis fan, mais c’est aussi presque ce que j’ai vu de plus chiant dans l’élite. Les gens paient pour voir des buts, des dunks, des échappés, du panache quoi. Chelsea contre le barca n’a fait rêver personne en dehors des fans du club. Le reste de la planète foot a apprécié mais pas aimé forcément. Mets deux nadal face à face, ça donne quoi sinon un marathon d’ennui et de malêtre? Mets deux FED ou deux safin face à face, c’est une autre histoire. Subjectivement l faut admettre que Rafa ne fasse pas bander la majorité des fans de beau jeu, whatever the fuck that means.

    • karim 9 juin 2012 at 05:00

      Demain je me relirai, quand jack daniel’s sera sorti de mon système nerveux. Mes aïeux quelle soirée c’était génial, hips!!!! On enterrait la vie de garçon d’un collègue, et moi secrètement la finale de dimanche. Bisous à tous je me pieute.

  20. antsiran23 9 juin 2012 at 08:41

    Coach ! « Vous avez tous participé à une entreprise de démolition de l’image de l’espagnol » … Mais c’est lui qui démoli le tennis avec son jeu qui consiste à ériger un mur de lift et de performances physiques juste invraisemblables, inouïes, surhumaines. Le regarder jouer est désagréable. Cette espèce de débauche de cris, de tics indécents et de violence à tout va n’a d’égal dans l’outrance que l’inusabilité de Nole. Courir, courir, courir, ils en sont chiants insubmersibilité. Oui, ce tennis va décourager les amateurs de tennis.
    Ce sont les Edberg, Sampras, Federer qui m’ont donné envie de jouer et de regarder. Nadal ne me donne qu’une envie, jouer et arrêter de regarder.

  21. Marc 9 juin 2012 at 08:43

    @ Coach K : je je comprends rien à cette tentative de culpabilisation de tous ceux qui, au contraire, alertent sur les risques que l’évolution du jeu pousse au désintérêt pour le tennis, et cela dépasse de loin le cas Nadal.

    C’est un problème de diversité : aujourd’hui, le tennis est devenu complètement formaté, presque tous les joueurs jouent pareil (sauf Federer, ce qui explique en partie pourquoi il est autant apprécié). C’est dû à a fois à l’évolution du matériel, aux surfaces ralenties quasiment partout, et maintenant aux balles énormes et sans vivacité.

    On favorise donc aujourd’hui un certain type de tennis que beaucoup de spectateurs trouvent chiant, c’est devenu un sport de marathonien/bûcheron, reposant quasi exclusivement sur le physique, avec 2 joueurs au-dessus du lot sur ce plan là. Plus personne ne peut et ne sait plus faire une volée, car il est impossible de monter au filet avec de telles conditions de jeu, et de faire face à des passings qui ne sont même plus des coups bien placés, mais uniquement de gros boulards tapés à fond la caisse les yeux fermés (merci les nouvelles raquttes qui ne demandent même plus de centrer), qui permettent de mettre le volleyeur en difficulté et de passer en 2 temps.

    On ne peut qu’être impressionné par l’engagement, la volonté, le physique, l’endurance, la rapidité de déplacement de Nadal et Djoko, permets nous de ne pas apprécier ce tennis de gladiateurs sans passer pour des Nadal haters et sans nous faire les complices de conditions de jeu qui ont été mises en place pour favoriser ce type de tennis.

    Pour finir, je rapppelle qu’à l’époque où Sampras, Ivanisevic, Krajicek et autres faisaient des concours d’aces à Wimbledon, de nombreux débats ont été engagés pour repenser les conditions de jeu à sur herbe, car là aussi, cela ne devenait guère intéressant. Pourquoi a-t-on pu revoir la rapiditié des surfaces à Wimbledon, et ne peut-on pas en discuter pour les autres surface ? Pourquoi avoir ralenti toutes les surfaces, au point d’avoir tué toute diversité dans le jeu ? On voit bien que dès que les surfaces sont plus rapides, on a des Federer et des Tsonga qui se régalent et nous régalent aussi. Pourquoi n’ont-ils pas droit, eux-aussi, à des surfaces en GC qui favorisent leur jeu ? Doit on être comdamnés pour toujours à Nadal/Djoko, sachant qu’on est en train de prépérer des jeunes en batterie dans des tas de apys pour jouer ce même tennis ?

    Et là où Nadal me gonfle vraiment le plus, c’est que rien n’est jamais suffisant pour lui : non seuelement il a le nouveau matos, les surfaces ralenties, mais il faudrait aussi moins jouer (quelle blague : les joueurs jouent certainement moins que dans les années 80, et il n’a qu’à savoir programmer une saison comme le fait Federer), il faudrait un classement sur 2 ans (ben voyons, histoire de congeler le classement), dès qu’il y a une surface différente et non à son goût, il dit qu’il ne reviendra pas (cf Madrid) alors qu’on a pu voir que Fed savait s’adapter à n’importe quelle surface..

    Bref, quand je lis sous ta plume que nous serions responsables du fait que les gens s’intéressement moins en tennis, quelle bonne blaque ! Les sponsors et les dirigeants du tennis ont voulu favoriser un tennis de gladiateur, uniforme, pûrement physique. On a tué toute diversité, alors qu’au moins, dans les années 70/80, et même 90, chacun avait ses surfaces de prédilection pour s’exprimer, les crocodiles comme les attaquants. Maintenant, il ne reste plus que des bûcherons. J’ai quand même le droit de rêver d’autre chose que d’un combat de gladiateurs dans une finale de GC san passer pour Nadal hater ?

    Les changements à faire sont urgents, et si on ne commence pas par les surfaces, commençons au moins par les balles. Avec des balles vives et légères, Tsonga aurait tapé Djoko facile.

  22. William 9 juin 2012 at 08:53

    Étonnante tentative de culpabilisation du Coach. Je ne savais pas qu’il y avait une notion de devoir des spectateurs à chérir le joueur qui gagne chez eux. On peut ne pas goûter un vainqueur, non ? La victoire justifie-t-elle tout ? Si Nadal ne parvient pas toujours à remplir les stades, c’est de sa faute et uniquement de la sienne… Il faut arrêter deux minutes avec ce genre d’accusations que je qualifierais, pour reprendre un terme qui t’est visiblement cher, de fallacieuses. Ne nous trompons pas de procès.

  23. Quentin 9 juin 2012 at 08:59

    Mon cher Coach K, Permets moi de dire que je n’ai pas, mais alors pas du tout aimé ton post!

    Souvent ce qui était reproché au FFF, c’était d’être simplement omnibulé par Federer au point d’être aveugle sur les autres.
    Or maintenant que la majorité des personnes sur le site est d’accord pour dire que c’est un immense joueur de tennis, et que les accusations de dopage sont plus généralisée (merci Rochus), Coach K en veut plus: il ne faut pas seulement respecter Nadal, il faut l’aimer! Si tu ne supporte pas Nadal tu ne le regarde pas au lieu de le critiquer à longueur de post? Que nenni si tu ne suppporte pas Nadal tu le regarde et tu le loues sur 15 love!C’est Coach K qui l’impose.

    « Quand on a un joueur comme cela qui évolue à son zénith chez nous, c’est un devoir de glorifier et de vendre la chose positivement »

    « Une chose d’ailleurs dont on aurait dû faire une promotion positive »

    Apparemment, la subjectivité interdite, on DOIT glorifier Nadal, pas seulement le respecter et estimer son niveau de jeu et son talent à sa juste valeur.

    Coach K, est qu’on a le droit au libre arbitre et à la liberté de penser le dimanche entre 2h et 3h? Ca sera toujours ça de gagné…

    • Quentin 9 juin 2012 at 09:03

      « maintenant que la majorité des personnes sur le site est d’accord pour dire que Nadal » est un immense joueur de tennis

  24. Quentin 9 juin 2012 at 09:08

    Sinon, concernant les gradins vides à 13h, c’est aussi dû au fait qu’un certain nombre de personnes n’avait pas fini de manger, notamment les VIP. A 14h le stade était bien plus rempli. C’est justement pour ça que les organisateurs avaient programmé les demis à 14h l’année dernière.

  25. Patricia 9 juin 2012 at 09:08

    Il y a de fortes chances que Coach ait parfaitement raison sur le fond : non pas que ce soit la faute d’Antoine ou des baveurs du « beau jeu », mais sur le fait qu’un jeu « chiant » à regarder ou qu’une ultra-domination n’ait rien à voir avec la désaffection du stade pour la demi de Nadal/Ferrer (qu’il faut quand même créditer à 50%, logiquement).
    La preuve : Borg. Borg la 1ère superstar du sport, vous vous rappelez ?
    Pour ma part, je trouve son jeu beaucoup moins spectaculaire que celui de Nadal, et il crééait l’émeute. Pour des raisons de cristallisation médiatique qui avaient tout à voir avec son look. Et RIEN avec son tennis d’un ennui abyssal.
    Maintenant, Coach a parfaitement tort sur un point : l’engouement public se fiche résolument des critiques, des esthètes estampillés de l’etablishment : au contraire, ceux ci ont toujours fulminé en vain contre la dernière marée du goût « populaire ».
    Nadal fait rêver les gamins, qui n’ont pas les sous pour acheter une place en demi-finale, c’est tout. Les minettes du suédois avaient plus de thunes.

    • Colin 9 juin 2012 at 12:44

      Je co-signe.

      Sauf que je remplace « son tennis d’un ennui abyssal » par « sa domination à RG non moins sans partage que celle de Nadal ».

  26. Jérôme 9 juin 2012 at 10:02

    Faut pas tomber comme ça sur le Coach. Sans approuver le fond de son propos, je comprends et je trouve parfaitement légitime qu’il le dise. C’est un mécanisme de défense de sa propre subjectivité comme chacun de nous défend a priori sa propre subjectivité.

    Je comprends parfaitement la réaction de la minorité assiégée. Au final, chacun a droit à l’existence et à la reconnaissance. Et à partir de là, le naturel réflexe de survie fait que, faute de pouvoir démonter sur le fond les critiques puisqu’elles comportent une part de subjectivité et que les goûts et les couleurs … , eh bien on contre-attaque dans une pure dialectique.

    Maintenant, pour ce qui est du fonds de son propos, je le prends pour du second degré. Bien évidemment, ni 15-LT (qui quel que soit ses mérites n’a une influence telle sur la planète tennis) ni les journalistes n’ont la moindre influence qui permette de dicter les goûts tennistiques du public. Le temps des média faiseurs d’opinion, c’est terminé.

    L’opinion est complètement libre de se former et, désormais, de s’exprimer publiquement grâce précisément au web. Il y a au contraire une défiance énorme vis-à-vis des institutionnels, des officiels, politiques, journalistes, économistes, « intellectuels » (le plus souvent autoproclamés) ou chefs d’entreprise, …etc, qui prétendent faire l’opinion et éduquer l’opinion.

    Alors, on peut trouver les choses injustes mais les goûts et l’intérêt, tout subjectifs qu’ils soient, n’en sont pas moins réels et produisent incontestablement des résultats.

    Les faits ne permettent pas de contester qu’entre la fin des années 90 et le début des années 2000, grosso modo entre 1998 et 2002, le tennis masculin était en crise et était considéré comme moins intéressant. La fréquentation et les audiences télé s’en ressentaient, à part l’exception qu’étaient les derniers duels entre Sampras et Agassi. Il y a eu des articles de presse et des émissions de télé sur le sujet. A l’époque, c’est le tennis féminin qui se portait bien.

    La domination de Borg sur terre battue, pour ceux qui sont suffisamment âgés pour l’avoir connue, suscitait une réelle lassitude chez de nombreuses personnes qui n’étaient pas des enfants. Je m’en souviens très bien puisque j’ai découvert le tennis à la télé en 1980 et que j’ai commencé à y jouer en septembre 1980. Moi, à l’époque, ça m’avait choqué, mais je me souviens du propos de la mère d’un de mes petits camarades avec qui je prenais mes leçons de tennis et qui m’avait dit (faisant référence aux espoirs suscités par la victoire de Mac Enroe à l’USO 80) : « ah ! J’espère qu’on va avoir un nouveau n°1 mondial. »

    Moi, ça m’avait choqué parce que pour moi, Borg c’était la référence, ma toute nouvelle idole, en partie par pur réflexe légitimiste (il y a une prime au patron en place et au gars qui remporte le plus de tournois), en partie aussi parce que Mac Enroe superbrat n’était pas un modèle auquel un gamin non adolescent pouvait s’identifier. Et comme j’étais bien élevé et poli, je n’ai pas relevé le propos de cette adulte.

    Mais objectivement, je comprends. C’était chiant Borg sur terre battue, même si sa domination n’avait pas les mêmes ressorts que celle de Nadal. Ce n’est pas Roland Garros qui a fait de Borg une superstar mondiale : à l’époque, plein de grands joueurs se contrefichaient de Roland Garros qui cessait à peine d’être un sous-tournoi du GC.
    Connors a fait l’impasse jusqu’en 1979 où il y vient enfin.
    Mac Enroe a fait l’impasse en 1978, 1979 et 1982.

    Non, si Borg a été une mégastar, c’est parce qu’il dominait le tennis avec une avance considérable sur tous les autres joueurs. Il était le plus professionnel des joueurs, le plus rigoureux, et il gagnait partout, sur toutes les surfaces, en indoor et en outdoor, et non pas sur terre battue pour 70% de ses titres. Bref, il n’était pas seulement le meilleur joueur sur terre battue mais il savait être le meilleur joueur du monde sur toutes les surfaces.

    Borg, c’est 11 titres en 1977 dont 6 ailleurs que sur TB, 9 titres en 1978 dont 5 ailleurs que sur TB, 12 titres en 1979 dont 7 ailleurs que sur TB, et 9 titres en 1980 dont 5 ailleurs que sur TB.

    Et en plus, Borg ne jouait pas énormément sur les tournois reconnus et comptabilisés par l’ATP parce qu’il voulait aussi jouer des exhibs et autres tournois parallèles très rémunérateurs. Bref, Borg a fait ce que Federer a fait ou que Lendl a fait mais que Nadal n’a jamais fait et ne fera jamais parce qu’il est juste l’ultime joueur de la terre battue lente et des conditions de jeu lentissimes : dominer pendant des années le circuit et être vraiment le meilleur joueur du monde.

    Pour revenir à la question du goût et de la subjectivité, on prend ça pour ce que ça vaut, mais quand même un Laver et un Sampras disent que Federer joue le tennis tel qu’il devrait être joué, ou qu’un Agassi a dit que Nadal tirait sur sa santé des chèques qu’il risquait de ne pas pouvoir honorer, c’est peut-être subjectif mais ça doit poser question.

    De même, quand à l’issue de la finale de l’OA 2012, Djokovic lance à Laver un « désolé, Rod, qu’on n’ait pas fait plus de volées. », ça montre aussi que les joueurs eux-mêmes qui participent de cette dérive (un jeu de gladiateurs de fond de court) et de ce dévoiement du tennis (la caisse et la régularité sont devenus trop importants à cause des matos et des balles) le disent, c’est qu’eux mêmes en ont conscience. Oui, Djokovic a conscience que ce n’est pas une bonne évolution pour le tennis simplement il s’adapte aux conditions de jeu de son temps.

    Il n’y a guère que Nadal qui, probablement à cause de l’enfermement dans lequel son entourage l’a tenu depuis l’enfance, demande qu’on accentue encore cette dérive et ne pense qu’à sa pomme.

    Comme dit par d’autres 15-lovers plus haut, oui, évidemment, Nadal nuit à l’intérêt du tennis sur TB quand les conditions de jeu y sont très lentes : aussi bien en raison de son style que de l’inéluctabilité du résultat.

    Le nier est vain, quand bien même cela apporte une satisfaction personnelle.

    Alors pour la finale de dimanche, au finale je m’en contrefiche.

    Jusqu’à ces derniers jours, je disais préférer une défaite du Djoker parce que je ne voulais à aucun prix de son Djoko Slam. Mais tout bien réfléchi, je me dis que si Djoko gagne ce RG, il a une chance de provoquer une vraie dépression chez Nadal qui, privé de sa drogue de la victoire sur TB, prendra enfin sa retraite.

    Donc, dans les 2 cas, j’aurai une chance d’être satisfait du résultat de demain.

    • Jérôme 9 juin 2012 at 10:18

      « Comme dit par d’autres 15-lovers plus haut, oui, évidemment, Nadal nuit à l’intérêt du tennis sur TB quand les conditions de jeu y sont très lentes : aussi bien en raison de son style que de l’inéluctabilité du résultat.

      Le nier est vain, quand bien même cela apporte une satisfaction personnelle. »

      PS : et donc les spectateurs s’ennuient, tirent la tronche, et votent avec leurs pieds.

      Ce n’est pas pour rien que les organisateurs ont mis en 1er la demi-finale Nadal-Ferrer. Ils savaient que sinon, les spectateurs n’ayant plus à espérer le Djokovic-Federer, il y aurait eu 3 pelés et 1 tondu dans les gradins.

      Donc, il faut en urgence réaccélérer les balles, les terres battues, et réglementer les matos.

  27. Nath 9 juin 2012 at 10:04

    J’ai oublié de féliciter Mac pour ce premier article complet et agréable à lire.
    D’ailleurs un petit mot pour remarquer le fait que pendant les GC, il faut vraiment sortir un article de fous pour obtenir des feedback. Il reste bien quelques irréductibles (dont je ne fais pas partie, mea culpa), comme William, Antoine, Karim, MarieJo, Sylvie, Quentin quand il est là, Fieldog et Colin par exemple, mais je trouve cette tendance un peu dommage. Arno, je t’aurais volontiers compté dans le lot mais je n’ai rien vu de ta part au sujet de mon compte-rendu ?

    • Quentin 9 juin 2012 at 10:23

      En général je m’efforce de laisser un message pour l’auteur, le plus souvent un simple remerciement et une brève appréciation, parfois une question quand un truc m’interroge ou une remarque quand le sujet me botte bien (cf mon délire sur le Titanic dans un « le saviez-vous ».
      Parce que par expéreince je sais que quand on a ramé à écrire un article, il n’y a rien de plus frustrant que de voir dès le troisième post que l’article est oublié et que le sujet tourne à nouveau autour du top 3.
      Mais je comprends que les posteurs reviennent rapidement à l’actualité, surtout en période de GC. D’où l’intérêt que durant ces tournois on ait que des présentations des matchs du jour ou un récit d’une journée passée sur le site.

      • William 9 juin 2012 at 10:37

        Bien d’accord avec toi, j’ai le même sentiment. C’est avant tout une marque de respect du temps passé, je ne dis même pas à élaborer un article, à écrire.

    • karim 9 juin 2012 at 11:01

      Parfois certains papiers sont très difficiles à commenter, notamment les papiers historiques sur des sujets qu’on ne maîtrise pas du tout. Mais c’est vrai que ceux qui ont déjà écrit sont beaucoup plus respectueux du travail et du temps consentis. Ce sont tout de même les auteurs qui sont le carburant, et les posteurs la bagnole. Ou le contraire?

    • Sylvie 9 juin 2012 at 11:08

      Bonne remarque, Nath. Je me suis fait la même réflexion que toi. C’est vrai que les papiers qui présentent l’actu des matches amènent peut-être moins de commentaires sur l’article lui-même que sur lesdits matches mais je trouve que c’est la moindre des politesses de saluer le travail d’un auteur, le temps passé, le courage de se lancer aussi pour certains.

      Parfois, sur certains sujets je n’ai pas grand chose d’intelligent à dire parce que je ne maîtrise pas vraiment mais c’est important de mettre un commentaire de remerciement par respect pour l’auteur. Et comme dit par Karim, c’est le moteur du site.

  28. karim 9 juin 2012 at 11:07

    Purée miné de rien on est pour certains tellement trauma par le passage sur ocre et avides de gazon qu’on oublie que depuis quatre ans le meilleur sur herbe c’est encore Nadal. S’il arrive lancé comme un boulet et dégomme tout, c’est là qu’on va souffrir.

    • Sylvie 9 juin 2012 at 11:13

      Je le dis depuis le début du tournoi. J’ai peur que certains déchantent. A chaque fois qu’il a gagné Roland depuis 2008, il a enchaîné sur une finale à Wim dont 2 victoires. L’année dernière, il perd parce qu’il n’avait pas battu Djoko depuis sa défaite à Rome. S’il le bat demain, ce dont je ne doute pas, il risque de faire une saison comme 2008 : Wimbledon et JO quitte à lâcher prise en fin d’année. Je pense que le , « vivement le gazon », de certains va se transformer en allergie verte. La seule différence c’est qu’il ne se baladera peut-être pas comme sur terre, surtout en début de tournoi quand l’herbe est encore rapide.

      • NTifi 9 juin 2012 at 11:32

        Et quand arrivera l’US open, vous allez dire la même chose ? Vu comment beaucoup le donne favori partout, ça ne m’étonne pas que lui même enlève cette étiquette là.

        Nadal peut se faire sortir à wimbledon, comme tu l’as dit, en 1ère semaine c’est pas l’assurance tout risques.

      • Sylvie 9 juin 2012 at 11:52

        L’US il est tout à fait capable de le gagner aussi mais la dynamique RG/Wim lui est très positive parce que les tournois s’enchaînent. C’est différent avec NY.Ça dépendra de sa forme à ce moment là, dur de se projeter.

    • Kissifrott 9 juin 2012 at 11:23

      exact, ça s’appelle le gazon ralenti et, d’une façon plus permanente, des conditions de jeu ignoblement favorables aux joueurs qui gagnent

      • NTifi 9 juin 2012 at 11:34

        Quand arrivera l’US open, on l’appellera aussi le dur ralenti (mince c’est déjà fait). Et quand Nadal gagnera le Master, on l’appellera l’indoor ralenti, lol

        • Kissifrott 9 juin 2012 at 11:49

          moi qui ai connu la guerre (je sais même plus laquelle tellement c’était il y a longtemps), je peux vous le dire : le tennis n’est plus ce qu’il était, et il ne sera d’ailleurs sans doute plus ce qu’il est…

  29. Quentin 9 juin 2012 at 11:09

    Coach, l’article dont je te parlais il y a quelques jours et sur lequel je voulais avoir ton avis est celui qui vient d’être mis à la une.
    J’espère que tu ne me tiendras pas trop rigueur de mon coup de gueule, j’ai vu ton post ce matin en me levant et j’ai réagit au quart de tour…

    Arno, après les demis, on en est où du classement RYSC?

    • Coach Kevinovitch 9 juin 2012 at 11:17

      « J’espère que tu ne me tiendras pas trop rigueur de mon coup de gueule, j’ai vu ton post ce matin en me levant et j’ai réagit au quart de tour… »

      Je ne tiendrais pas rigueur de ton coup de gueule. Nous devons nous exprimer et donner des avis même contraires sans avoir à trop prendre des pincettes au risque de diluer notre avis car donner nos avis est avec partager notre passion du tennis, l’une des deux choses pour lesquelles nous sommes ici.

  30. karim 9 juin 2012 at 11:11

    Mais j’ai confiance, je sens que le match contre Jo à remis djoko dans le sens de la marche. Aligner Roger en trois sets à du booster son moral aussi, ce sera autre chose que Rome où il n’était pas si loin du reste. Contre nadal plus que tout autre, il FAUT remporter le premier set, coûte que coûte, ou le perdre 6-1 parce que 7-6 ou 7-5 en 82 min et c’est cuit, le coup au moral et kn se se relève pas surtout qu’on va être breaké dès l’entame du second set.

    • Kissifrott 9 juin 2012 at 11:30

      « Contre nadal plus que tout autre, il FAUT remporter le premier set, coûte que coûte, ou le perdre 6-1 parce que 7-6 ou 7-5 en 82 min et c’est cuit »

      s’il existe un joueur capable de battre rafa au physique, fût-ce sur TB, c’est bien novak
      en 2011 le serbe a trouvé contre rafa les clés tactiques, techniques, mentales et même physiques, donc il a toutes les cartes en main pour cette finale malgré le récent regain de confiance de l’espagnol

    • Pierre 9 juin 2012 at 12:06

      Perso, je supporterai Nadal (à distance, je ne vais quand même pas regarder la finale de l’ennui) car il mérite de dépasser Borg au compteur à RG. La deuxième raison est que ça me filerait des hémorroïdes, cette histoire de Djokoslam. Beurk.

      • Humpty-Dumpty 9 juin 2012 at 17:10

        Je cosigne 100% de ce post.

  31. Jérôme 9 juin 2012 at 12:00

    Non Karim. Non Sylvie. Nadal n’est pas le meilleur sur gazon depuis 4 ans.

    En 2011, Djokovic lui a mis une bonne taule.
    En 2010, il était juste le seul joueur en forme, Federer étant aux fraises à cause d’une cuisse blessée lors du tournoi de Halle, ce qui n’a pas permis au suisse de se hisser jusqu’en finale pour le défier.
    En 2009, il n’y était pas et seule l’histoire officielle prétend que c’est sa blessure aux genoux qui l’a conduit à déclarer forfait.
    Quant à 2008, ça s’est joué à un cheveu et aux lueurs de bougie, ce qui a avantagé de manière décisive ses lifts aux rebonds si gênants.
    Et depuis son titre de 2008, il a toujours perdu au Queen’s.

    Nadal est excellent mais il n’est pas le meilleur joueur sur gazon. Sinon, Djoko l’est depuis 1 an.

    • NTifi 9 juin 2012 at 12:07

      Tu prétends quoi pour 2009 alors ? La dépression à cause de la perte de RG ?

      Sinon Djoko meilleur joueur de gazon, elle bonne celle là^^ l’année dernière c’était une anomalie, il n’aurait jamais dû gagner, Nadal s’est liquéfié face à lui.

      Tu verras que cette année à wimbledon, le Serbe ne fera rien.

    • Sylvie 9 juin 2012 at 12:09

      Je n’ai pas dit qu’il était le meilleur sur gazon mais le capable de s’imposer dans la foulée, nuance.

    • Jérôme 9 juin 2012 at 12:17

      Ni le serbe ni l’espagnol ne seront en finale mais il ne faut pas se leurrer, vu les écarts de niveaux par rapport à ceux qui ne sont pas dans le top 8/9, ils iront au moins en quart, et probablement en demi.

      Ce que je prétends pour 2009, c’est qu’un facteur inopiné survenu au cours de RG et de Wimb à déstabilisé psychologiquement Nadal pendant RG même et nui à une préparation optimisant ses chances pour Wimb. Et dans ces conditions, autant en effet reposer un genou douloureux. Federer, lui, y est bien allé en 2010 (à Wimb), malgré sa blessure à la cuisse. Et pour cesser de tourner au tour du pot, quitte à fâcher, je fais référence aux contrôles inopinés.

  32. Renaud 9 juin 2012 at 12:11

    Principalement à Coach
    Je vais essayer de mesurer mon propos en étant le plus objectif possible tout en tentant de t’expliquer le malaise que je ressens quand je vois jouer Nadal sur TB principalement.

    1°/ A la décharge de Nadal la TB a toujours été une surface particulière avec moins de « grand » vainqueur à l’époque doré des Agassi, Sampras, Becker, Edberg, Mac, Connors.
    Dans ces grosso modo 20-25 annéés seul Agassi (volontairement mis 2 fois puisqu’il a fini par gagner de justesse ce tournoi avec des circonstances favorables) Willander, Lendl, courier et Borg ont su gagner ce tournoi qui était clairement à l’époque le plus lent des GC.

    2°/ Cela ne génait personne à l’époque car immédiatement après il y avait la saison sur herbe avec Wimb clairement le plus rapide des GC.
    Et en reprenant la liste précédente de l’époque dorée c’est le contraire.
    Les premiers ont tous gagnés Wimb et à part l’exception Borg les autres non.

    Un aparté puisque l’on compare souvent Borg avec Nadal. Borg à Wimb c’est 5 victoires en jouant le jeu sur gazon de l’époque. C’est à dire en moins de 2-3 semaines passer d’un jeu effectivement ultra sécurisé à un jeu d’attaque flamboyant.
    Rien mais alors rien à voir avec Nadal qui pratique peu ou prou le même tennis à Wimb surtout en dernière semaine quand il n’y a presque plus de gazon.

    3°/ Le problème avec Nadal c’est qu’il bénéficie par trop de l’avantage que confère aujourd’hui le mix surface lente avec les progrès en matériel (raquette, cordage et balle) et en préparation physique.
    Il n’a jamais dominé mis à part une brève partie de sa saison 2008 et reconnaissons la gestion des GC en 2010 le tennis mondial et pourtant il a effacé tous les autres grands de la période dorée, à part Sampras et Borg, alors que sur un stricte point comptable (hors le nombre de GC) il est TRES TRES nettement moins dominant qu’un Mac, Connors, et Lendl à leur époque.

    4°/ A contrario pour rester objectif il est sans problème au niveau des autres que sont Edberg, Becker, Willander et agassi.
    Courrier étant avec Bruguera, Kuerten en dessous bien entendu.

    5°/ Nadal domine nettement plus la TB que Sampras, Borg ou Federer n’ont jamais dominés à Wimb.
    Je ne crois pas que quelqu’un ai jamais gagné Wimb sans perdre un set par exemple (merci aux statisticiens du site de confirmer ou d’infirmer).
    Un bon serveur, cf Ivasinevic, pouvait tenir tête à Sampras est perdre Wimb sans avoir perdu son service.

    Je pourrais continuer mais disons que je vais en rester là.

    Ma conclusion,
    Jusqu’à la fin des années Sampras il y avait de la variété dans les styles de jeu, dans les surfaces, dans les oppositions.
    Les terriens dominaient la saison sur TB et règulièrement des cadors se faisaient balayer par un pur terrien.
    A l’inverse au départ de la saison sur herbe c’était le contraire à tel point que certains spécialistes de la TB ne faisaient même pas le déplacement à Wimb.

    Le débat sur le gazon a eu lieu puisqu’il est à priori admis par tout le monde ici que le gazon actuel est trop lent. Si faute il y a elle en incombre principalement à Sampras et à un degré moindre Becker et Edberg.
    C’est un fait.

    Pourquoi refuser de voir la réalité en face.
    * Les surfaces se sont uniformisées.
    * Le style de jeu, FED excepté dans les top players, est grosso modo le même partout = plus d’opposition de différent style.
    En cela FED est bien l’arbre qui à lui tout seul masque la forêt de l’uniformité du jeu.
    * Le matériel et le physique sont devenus les 2 critères principaux pour réussir aujourd’hui ce qui ne veut pas dire que Nadal, Djoko ou même n’importe quel joueur n’ont pas de talent.

    Il est évident à mes yeux que si Nadal, Djoko ou Murray avaient joué à l’époque doré ils auraient bien entendu fait jeu égal avec les Connors, Lendl, Mac, Edberg….

    Nadal est le produit de son époque mais il est le reflet de ce qui fait mal au tennis.

    Djoko n’a pu gagner Nadal que lorsqu’il a poussé lui aussi son physique à l’extrème. La dernière finale de l’USO et de l’OA ne sont que le triste reflet d’un affrontement physique avant d’être un affrontement de tennis.

  33. Coach Kevinovitch 9 juin 2012 at 12:29

    Pour essayer de répondre à tout le monde suite à mon post de 2h30.

    Je reste d’avis que tous les groupes de personnes que j’ai cités ont une part de responsabilité. Bien évidemment, la répartition des parts est inégale, les médias ont une responsabilité beaucoup plus grande que le forumeur lambda et encore mois le 15-lover.

    Sam, que les gens préfèrent Federer, cela ne justifie pas que le stade ne soit pas rempli pour une demi-finale de Grand Chelem, surtout que ce n’est pas un joueur lambda qui la dispute.

    Karim, comme l’a démontré Patricia, le fait qu’un joueur puisse être taxé de « chiant à voir jouer » ne suffit pas pour justifier une telle défiance du public.

    (Petit aparté sur Chelsea-Barcelone: Vu comme on a présenté la chose comme cela: Barcelone, l’être le plus beau et le plus parfait du football, s’est éliminé par une équipe qui n’a fait que défendre ce qui est le mal absolu et une déception pour tous les amoureux du football car aimer le football, c’est aimer le Barça puisque c’est l’équipe qui rend le plus honneur à ce jeu. C’est certain que personne n’a pu rêvé de la victoire de Chelsea.

    Si on avait présenté la chose comme ceci: « Menés 2 buts à 0,à 10 contre 11, sur le terrain de la meilleure équipe d’Europe de ces 3 dernières années, Chelsea a réussi à se qualifier en mettant 2 buts sans en prendre un de plus » Là, ça en jette, là ça fait rêver! Comme quoi selon les procédés utilisés pour conter un fait, on peut démolir ou glorifier son (ses) auteur(s).

    Antsiran, les caricaturistes comme toi font partie des gens que j’accuse. Si leur part de responsabilité est mineure contrairement à celle des médias, elle reste présente. En allant dans ton sens, je peux dire que tous les attaquant serveurs-volleyeurs même les légendes étaient barbants avec leur jeu monocorde.

    Marc, les matériels et la répartition des surfaces anciens favorisaient clairement un style, les attaquants jusqu’aux années 1980. Les joueurs de fond de court étaient défavorisés sur herbe mais aussi sur les autres surfaces car avec les matériels de l’époque, il était impossible de faire le point du fond de court (le fait que cela soit rendu possible par tous par la suite est la première grande évolution du jeu!).

    Les matériels et la répartition des surfaces actuels favorisent un style de jeu comme autrefois, c’est juste le style favorisé qui a changé. Je tiens juste à dire cela pour briser le mythe selon laquelle l’ancienne répartition et les anciens matériels faisaient le meilleur des mondes pour le tennis où tout le monde avait son pain quotidien. Si ces trois dernières années, les joueurs qui ont gagné le plus de GC sont des joueurs tels qu’ils le sont et si dans le palmarès de ceux qui ont plus de 3 GC, on voit majoritairement des « attaquants » et/ou serveurs-volleyeurs, c’est parce qu’ils ont été les meilleurs et parce que l’association matériel/surfaces a favorisé ces joueurs-ci.

    William, le devoir de glorifier n’incombe pas aux spectateurs mais aux médias auquel la personne de Nadal servait sur un plateau plein de choses pour que ces exploits sont contés positivement (cf mon paragraphe commençant par « Depuis 2005 à Roland-Garros… »

    Au lieu de cela, ils l’ont consciencieusement démoli en contant chacune de ses victoires comme des défaites de Federer donc un drame en soi, en débattant sur comment le battre comme on recherche comment on éradique un virus etc. Qu’on goûte à vainqueur ou pas est souvent très indépendant de lui-même mais beaucoup plus de la perception qu’on a de lui et de ses exploits, ceux qui la construisent sont ceux qui légendent le sport. Mc Enroe s’est comporté comme un sale type mais les médias lui ont pardonné pour son jeu et on y a goûté. On aurait pu le peindre négativement mais on ne l’a pas fait alors qu’on a pas raté Lendl, Nadal, Hingis en 1999! C’est ce qui cause que Nadal joue une demi-finale en route vers le record du tournoi dans un stade à moitié vide. Son image et celles de ses victoires ont été détruites.

    Quentin, la subjectivité n’est pas interdite mais elle ne justifie pas une telle destruction au regard de ce qui avait été apporté sur le plateau et ce que cela apportait au tournoi.

    Patricia, ceux qui légendent le sport jouent un rôle dans le sens où leur perception des joueurs et de leurs exploits sont diffusés 24/7 surtout à notre époque. Tu remarqueras que les joueurs les plus plébiscités du public à leur époque sont ceux dont la personnalité et les exploits ont été dépeint positivement par les médias. A l’inverse, les joueurs dont il est normal de détester ont toujours eu leur victoire décrite de la pire des manières.

    Jérôme, en quoi gagner sur terre battue 70% de ses titres est-il un crime? Cette classification de surfaces est ignoble quand on sait que s’il s’agissait de 70% de ses titres sur herbe, cela aurait été perçu différemment. Si on va dans ton sens, Federer a nuit l’intérêt du tennis sur herbe quand il y gagnait tout le temps. Federer avait tué le suspense sur herbe.

    Bon bref, mon favori et ma favorite en finale à Roland-Garros, je l’aurais jamais cru mais là c’est bien vrai. Ca va trembler devant les écrans en espérant que chacun d’entre eux gagne son match, ce qui serait légendaire.

    • Marc 9 juin 2012 at 17:22

      Dire que les attaquants étaient favorisés jusqu’aux années 80 est plus que discutable, avec un Vilas 1er en 77 et un Connors qui était un attaquant du fond du court, mais pas un vrai attaquant.
      Jusqu’il y a quelques années, tout le monde avait sa chance sur ciment, un Lendl come un McEnroe, un Wilander comme un Edberg, un Courier comme un Becker, un Sampras comme un Agassi, un Rafter comme un Hewitt. C’est cet équilibre qui a été rompu (RG pour les défenseurs, Wimbledon pour les purs attaquants, et le ciment xomme surface neutre).

      @ Jérôme : j’ai du mal à suivre tes arguments tant tu di tout et son contraire. Je ne dis pas que c’était mieux avant, je suis venu au tennis avec Borg/Vilas RG 78, une horreur, on est bien d’accord. Sur le fond, cela me gène moins que Nadal domine la TB de la tête et des épaules que le fait qu’on voit partout et chez tout le monde le même type de tennis de bourrin.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis