Mémoires de club acte V : la leçon de tennis

By  | 22 juin 2012 | Filed under: Bord de court

Mercredi 14h30, le collège n’a plus droit de cité, c’est tennis time. J’enfourche mon fidèle destrier à pédales et joue les Tomba tout schuss entre les files de voitures et les bus, direction le Club House pour mon cours de tennis. Pas la morne et déprimante leçon programmée à marche forcée dans les circuits imprimés de kids sous contrainte parentale, la vraie leçon du passionné avide de la petite balle jaune et qui ne veut pas en perdre une miette, surtout au prix que ça coûte.  La leçon de tennis c’est une heure contre soi, contre le chrono et éventuellement les adversaires. Flashback.

Évidemment fallait pas rêver, Édouard n’est pas encore là. C’est chaque semaine le même refrain, mon prof s’obstine à programmer le cours en début d’après-midi, quand son « esprit est là et ses jambes répondent ». Résultat il doit sûrement se taper un roupillon, rendu groggy par l’inhalation de ses propres vapeurs éthyliques du déjeuner. Heureusement il n’habite qu’à cinq minutes du club à vol d’oiseau, mais s’il a été un faucon dans sa jeunesse – nous y reviendrons – dans ses vieux jours c’est un dodo de l’ile Maurice qui dodeline péniblement sur le chemin du club. Difficilement réveillé, il met un bon quart d’heure à parcourir la distance, son sac et son ventre en bandoulières. Il peste et jure qu’on le fait chier, qu’il est trop vieux pour ces conneries, que la sieste c’est sacré. Édouard râle pour le principe, dès qu’il aura frappé ses premières balles et prodigué ses premiers conseils, sa panne d’oreiller sera réparée.

Édouard ne le dit pas mais nous sommes sa bouée de sauvetage, sa lueur de tennis vrai dans l’obscurité monochrome d’une vie de prof pour des bourges malhabiles et leurs rejetons désintéressés. Son vrai métier, derrière le cliché élimé du séducteur de tenniswomans autant mariées que cochonnes ? Lancer des balles cotonneuses à des marmots indisciplinés et geignards qui mettront trois ans à les garder dans les limites du court. Non, Édouard renâcle à quitter son plumard mais on lui fait un bien fou, avec nous le prof désabusé se mue en coach.

L’échauffement est un générique de début dont je me passerais bien, faire un micro footing sur un espace aussi réduit est juste chronophage et sans intérêt aucun. Heureusement ça ne dure que cinq très longues minutes. L’un dans l’autre, on a déjà bouffé un bon quart d’heure sur une leçon qui ne dure qu’une mini-heure. On passe ensuite aux sprints, exercice de taré qui est supposé améliorer la vitesse de déplacement et le jeu de jambes, rien que ça. Une balle posée à chaque intersection de lignes, un départ depuis le tiret médian de la ligne de fond et le chrono déclenché pour ramener les balles à l’unité dans le panier posé sur la ligne de fond. C’est bref, violent, intense, et surtout guère hilarant.

« Prenez vos raquettes » ; j’ai du mal à réfréner une micro-érection quand j’entends ça, dieu que j’aime la sensation du grip dans ma paume, le contact violent de la balle contre le nylon. Mais bon pour l’instant le coach nous demande de jouer postés à l’intérieur des carrés de service, le « petit jeu » qu’il appelle cette torture. J’ai déjà utilisé l’image du char Leclerc lancé sur une spéciale du tour de Corse, le petit jeu c’est exactement ça pour moi le pachyderme en ballerines. J’aime frapper fort et tout ce qui me détourne de cet exercice est une manœuvre dilatoire de pédé.

On passe ensuite au panier : deux coups droits, deux revers, deux volées de chaque côté un smash pour finir. Edouard se tient à mi-chemin entre la ligne de fond et les carrés de service et nous renvoie inlassablement les mêmes balles. Sa seule intervention sera de me demander de me « calmer » sur les smashs ; il a beau insister sur le côté stratégique du placement de ce coup, dans ma logique de wisigoth je n’y vois qu’un moyen d’exprimer ma puissance. Alors il se protège et me maudit dans sa barbe.  Nous arrêtons après une demi-douzaine de passages chacun.  On va boire un coup pendant que Lamine, le ramasseur de balles, ne fait pas son boulot.

« Laaaaaaaaaaaaamine les balles, elles ne vont pas revenir dans le panier par magie ?!!! » Cette réplique entendue mille fois n’émeut pas du tout le ramasseur, serein comme un taximan abidjanais qui vous dit qu’il n’a pas de monnaie. Lamine est une sorte de métissage improbable entre Gaston Lagaffe et Droopy sous tranxène. Lamine ne marche pas, il se meut comme un paresseux à une vitesse proche de la marche arrière. Entre le temps passé à rêvasser, celui passé à discuter à travers les grillages avec les badauds et ses fréquentes pauses, il ne nous sert pas à grand-chose mais fait partie intégrante de la photo de famille. Il a par contre un vrai talent pour nous relater les exploits passés d’Édouard raquette en main. Je crois que c’est la raison principale de son indulgence à son égard.

Le groupe, je n’ai pas parlé du groupe. Nous sommes cinq apprentis champions à constituer la troupe d’élite du Club House ; au pays des aveugles les borgnes sont rois. Il y a Stéphane, un butor Français à la carrure impressionnante, sorte de monstre génétique de 15 ans à peine avec un coup droit terrible et rien, strictement rien d’autre. Il y a Franck et Yan, deux frères métis ivoiro-belges tombés dedans quand ils étaient petits et qui respirent, pensent et vivent tennis. Yan a 18 ans, c’est le doyen du groupe et le meilleur aussi. Il est court sur pattes mais densément musclé, très rigoureux et complet ; une sorte de Pat Rafter. Franck a 14 ans, la taille d’une baguette de pain et des lunettes cul de bouteille qu’il ne quitte jamais. C’est le seul revers à deux mains de la troupe, il n’a juste pas la force nécessaire pour tenir sa raquette d’une seule main. Mais ce petit phasme est un cauchemar que personne ne souhaite tirer au moment des matches. Il y a Thierry, 15 ans, un petit libanais volubile et un peu mytho. Il confond force de frappe et percussion vocale, c’est un mix entre Sharapova et Azarenka au niveau des cris. Il est gros, gras, lent, mais se trouve doué et c’est le plus important. Sa balle n’avance pas mais il croit la frapper très fort, puisqu’il crie très fort. Enfin c’est comme ça qu’il voit les choses. Et il y a moi, 16 ans et déjà 188cm, comme Edberg mon idole (je n’irai pas beaucoup plus haut damned) et j’ai du feu dans le bras. Feu qui brûle tout à commencer par mon tennis.

On va travailler le service aujourd’hui. En slice sur le coup droit ou en kick extérieur sur le revers, Édouard nous demande de chercher la précision et les effets. Il place une boite de balle aux intersections des lignes de service et comme d’hab, c’est un coca par cible touchée. Stéphane ne sert qu’à plat et toujours dans la même direction quel que soit le carré visé, pas de coca. Franck a du mal à voir au-dessus la bande du filet et le service est son seul vrai handicap qu’il compense par une superbe qualité de retours; mais pour l’instant on sert, pas de coca. Thierry hurle ses services à la célérité nulle et a égaré leur tête chercheuse, pas de coca. Moi je sers très fort, fuck le slice. Mon service c’est vraiment la foudre parce que ça tombe de haut et jamais deux fois au même endroit, pas de coca. Et Yan dans tout ça ? Edouard lui doit bien un cageot du précieux breuvage depuis le temps, mais il ne paie pas ses dettes.

« Allez, on fait des gammes » ! Les gammes ce sont des séries de dix points, cinq services chacun, celui qui gagne reste et les adversaires défilent. Ce n’est pas la partie de la session que je préfère parce que les dés sont pipés. Face à Yan je suis sûr d’en prendre une bonne. Contre Franck j’ai trop de pression parce qu’il est vraiment tout petit et totalement phasmique, l’indice de honte est bien trop élevé en cas de défaite (probable). Mon jeu à très haut risque s’accommode mal du sien. Stéphane ? J’ai le choix entre lui jouer sur le revers et être sûr de l’emporter en m’ennuyant prodigieusement, ou lui permettre d’exprimer sa droite et prendre agglomérés parallélépipédiques (big up Cochran). Il reste Thierry dont les simagrées, les cris et les jérémiades m’exaspèrent. Au fond je n’aime disputer de match face à aucun d’entre eux. Face à aucun adversaire d’ailleurs, je hais les matchs.

Après le court on se réunit en cercle autour d’Édouard, histoire de nous abreuver au puits du savoir. Pas de bon tennis sans un jeu de jambe à l’avenant, ne jamais poser les talons au sol et être constamment en alerte, ne pas tenter le diable et attaquer uniquement les balles courtes, utiliser le lift en coup droit et le slice en revers pour gagner en sécurité et surtout, surtout, ne jamais céder ses jeux de service. Tous ces préceptes qui me reviennent de façon limpide vingt ans après, mais qu’à l’époque je n’applique en aucune façon.

Il y a également les histoires de tournois, les compétitions qu’Édouard disputait ado chez lui au Zaïre puis jeune adulte en France. Sa vie de semi-pro sur les routes à la recherche de la gloire, sinon de son pain quotidien. On ne saura jamais quel niveau exact il a atteint à son meilleur, je crois d’ailleurs que ça ne nous intéresse pas, l’histoire est plus belle ainsi. Même vieux et bedonnant, son service reste une sacrée arme et son revers un ravissement. Parfois il attache ses lacets et joue un set avec Yan, on s’assoit au bord du court et on l’admire. Au fil des années les 6-0 se muent en 6-2, puis en 6-4 jusqu’au choc du premier set perdu. Aux aces et au revers gagnants pleins de panache, le temps qui passe substitue des slices, des amorties et de la roublardise. Édouard vieillit et son art avec lui. Il est notre héros depuis tant d’années, alors on fait semblant de ne pas voir.

Dans la vie d’Édouard il y a Yannick, le grand Yannick, le seul, l’unique. Pour qu’un quadragénaire ait un poster de Noah dans son salon, il faut une sacrée dose d’amour et d’admiration. Édouard nous raconte Yannick, encore et encore. Comme lui il a les dents bu bonheur ; on se demande si ce n’est pas le bonheur que Yannick lui procure qui a ouvert cette brèche dans son sourire. Yannick est le meilleur et n’a juste pas eu de chance avec les blessures, autrement Lendl et Wilander n’auraient pas existé. Nous sommes en 1990, nos regards sont désormais tournés vers Becker et Edberg, et nous sommes soufflés par la tornade Agassi. Édouard ne connait pas Agassi. Lorsque je lui apporte le numéro de Tennis Magazine célébrant la victoire d’André à Key Biscayne, sa première grande victoire, il hausse les épaules et me dit que c’est un clown. Short rose fluo, chaussures bariolées au diapason, polo psychédélique et chevelure peroxydée,  je ne vois vraiment pas ce qu’Édouard peut lui reprocher. Sûrement préfère-t-il le style en noir et blanc de Lendl.

Quand il n’est pas au club, il ressasse des VHS de matchs de Yannick, en particulier un affrontement de sinistre mémoire contre Libor Pimeck au premier tour de Roland-Garros en 1985. Au bout de deux ans d’efforts, j’arrive à lui refiler deux matches de Dédé, la demie contre Wilander à Roland  en 88, et celle contre Lendl à Flushing la même année. Surprise énorme le mercredi suivant de le voir déjà à pied d’œuvre sur le court quand j’arrive au club. Il nous demande de nous manier le cul parce qu’on a du pain sur la planche. Qui nous l’a mis sous amphétamines ? Il parle beaucoup et gesticule, on arrive à comprendre qu’Agassi a changé sa vision du jeu et qu’il a pu passer au-delà du short ridicule en jean pour analyser son tennis et que dorénavant il nous ferait tout miser sur la prise de balle précoce et le jeu à l’intérieur du court. Je ne comprends rien à ce qu’il raconte, pour moi jouer comme Agassi c’est frapper son coup droit comme un bovidé et prier pour que ça reste dans les limites du club, précepte que j’applique déjà avec abnégation. Alors on s’escrime pendant une heure à essayer de jouer tôt, de prendre la balle montante. Évidemment nous n’avons jamais rien voulu appliquer de ses enseignements pour un bon placement, l’exercice est un fiasco monumental. Au cours suivant il sera à nouveau en retard.

Les souvenirs continuent de se bousculer dans ma tête, drôles, émouvants parfois, honteux souvent. Je n’ai jamais réussi à maîtriser mon tennis, j’ai vécu plus de frustrations sur le court que partout ailleurs dans ma vie, mais aucun sport ne m’a procuré autant d’émotions. Le tennis ? Un des grands amours de ma vie, catastrophique donc.

Tags:

382 Responses to Mémoires de club acte V : la leçon de tennis

  1. Robin 23 juin 2012 at 19:35

    Superbe article Karim, tes mémoires de clubs sont toujours aussi drôles, avec à chaque fois un petit air de nostalgie sous-jacente, une vraie madeleine de Proust. À l’époque où j’avais atterri ici, étant d’abord arrivé sur SportVox un peu par hasard et surtout après la guerre et n’ayant croisé, outre armand21-l’homme-au-capslock-aléatoire (qui officie toujours là-bas, son grand jeu étant maintenant de copier des dépêches AFP pour remplir le forum), que de vagues retardataires qui évoquaient un nouveau rivage qui se créait quelque part, tes mémoires de club (les trois premiers opus) m’avaient convaincu de rester un peu (ça et les articles historiques de Jean, malheureusement partis aux oubliettes…). Mon préféré reste peut-être la famille Truong, en tout cas c’est le plus accessible et ta description de cette époque est excellente, de vrais gros morceaux de vie que tu nous fais partager. Le seul regret c’est peut-être la date de parution, en plein pendant le tirage au sort de Wimbledon, et fatalement au bout du troisième commentaire il est dépassé par l’actualité. Enfin au moins tu es sûr d’être lu, même en diagonale.. À quand un recueil des meilleurs textes parus sur 15-love ? Il y a de la matière, il n’y a qu’à parcourir les archives pour s’en rendre compte.

  2. Sylvie 23 juin 2012 at 21:59

    Intéressante interview d’Annacone
    http://www.thetennisspace.com/on-court/federers-coach-rogers-feeling-good-in-body-and-mind/

    Ce passage pour moi reflète exactement la personnalité de Federer

    Do you notice an Immediate change in Roger’s mood when he walks into the All England Club?

    “I used to feel that more when I was working with Pete and Tim. With Tim especially, as he’s from here. But Roger seems to be so embracing of all the environments he’s in. He’s just a very comfortable human being in general. I think that helps. He just accepts the environments that he’s in. He accepts that there are some things he can’t control, and thinks, ‘let’s go play’. That makes life very manageable for me coaching him as just accepts situations and doesn’t waste a lot of emotional energy about things he has no control over.”

  3. Antoine 24 juin 2012 at 00:03

    Amusantes les interviews croisées de Federer et Nadal..

    Le premier dit qu’il rêve de gagner le titre, d’égaler le record de Pete et qu’il espère briser la domination du duopole Nadal-Djokovic qui dure depuis 9 GC maintenant tandis que Nadal dit qu’il serait fou et prétentieux de songer à gagner une troisième fois à Wimby.

    On lit en effet ceci aujourd’hui sur le site de Wimby:

    « Most tennis players will tell you they aren’t looking beyond the first round. Rafael Nadal doesn’t even want to think past tomorrow’s practice session.

    A third Wimbledon title to follow his 2008 and 2010 triumphs would see Nadal reclaim the No.1 ranking, providing Novak Djokovic doesn’t get past the quarter-finals.

    The Spaniard is fresh from winning an historic seventh French Open title, beating Djokovic for the third time in a row, but he still scoffs at any talk of him winning Wimbledon.

    « Thinking about winning another title here in Wimbledon is arrogant and crazy, » said the 2008 and 2010 champion.

    « That’s something I cannot think about, no? I can just think about the practice of tomorrow, to keep preparing my game, to arrive to Tuesday with the right conditions, being competitive to try to win the first match, no? »

    Bientôt Nadal dira qu’il espère avoir la chance d’arriver en forme pour sa prochaine session d’entraînement..Enfin, il s’est expliqué de tout cela après sa victoire à Roland Garros: c’est parce qu’il a très peut de perdre à chaque match qu’il arrive à avoir autant de succès, du moins en est il persuadé..

    Difficile de trouver un contraste plus fort qu’entre ces deux là…

    • MacArthur 24 juin 2012 at 05:32

      En effet, les deux n’ont pas la même approche. Et ce n’est pas nouveau. Chacun peut interpréter, à sa manière, ces deux types de communication Djokovic est un peu du même style que Federer. Ce que je remarque de plus en plus dans ses itw, c’est le « we the top players » caractéristique qu’il utilise systématiquement pour analyser ses performances par rapport à ses adversaires et parler de ses objectifs.

  4. Colin 24 juin 2012 at 00:10

    Merci Karim pour ce joli texte (un de plus). Il va falloir penser à relier tout ça et en faire un recueil.

    Par contre je suis un peu dérouté par le dernier paragraphe, qui semble vouloir servir de conclusion (abrupte) à la saga. Est-ce à dire qu’il n’y aura pas de tome VI (et plus)? Ce serait dommage.

    • karim 24 juin 2012 at 00:39

      Effectivement c’est le dernier de la série qui initialement devait être une trilogie. On a eu deux de plus mais contrairement à Lucas, j’ai pas l’inspiration de compléter une seconde trilogie.

  5. karim 24 juin 2012 at 00:36

    Salut à tous, merci pour vos coms. La période ne se prêtait pas trop à ce genre d’exercice mais j’avais ce papier dans mes brouillons avancés et je veux commencer à travailler sur un vrai papier, un truc qui me tient à cœur et qui avait besoin d’un papier fondateur sur le site. Je n’en dis pas plus, j’ai deux semaines pour le préparer tranquillement.

  6. karim 24 juin 2012 at 00:42

    J’ai vu roddick jouer cet aprèm, une moitié de set. C’est de loin le joueur le plus ennuyant du top 50. Je ne sais pas c’est quoi son tennis, son fond de jeu.

  7. MacArthur 24 juin 2012 at 04:18

    Des nouvelles de l’ATP

    Un nouveau ATP Player Council a été élu pour deux ans (jusqu’en juin 2014).

    Pour les joueurs en simple, il est composé de :

    1-50: Kevin Anderson, Roger Federer, Jarkko Nieminen, Gilles Simon
    51-100: Robin Haase, Sergiy Stakhovsky.

    Vous l’aurez constaté Gilles Simon fait son entrée au Conseil. Roger Federer ne lâche pas l’affaire. Il compte donc jouer pendant encore deux ans.

    Le nouveau Conseil tiendra sa première réunion à NY, juste avant l’US Open. Le Président et le Vice-président y seront alors élus.

    Gilles Simon pourrait viser la présidence si un coup d’état interne a lieu. Je suis sûr que Stakhovsky voterait pour lui….

    Mais il pourrait valablement être VP. Il prévient tout de suite, ne le prenez pas pour un novice. Après avoir observé le circuit pendant de très nombreuses années, il vient avec de nouvelles idées pour faire avancer les choses. C’est très bien. Je le soutiens. Il en a dans la tête. C’est un analyste brillant. Simon président! :-)

    Pour plus d’informations: http://www.atpworldtour.com/News/Tennis/2012/06/Features/New-ATP-Player-Council-Elected.aspx

    • Paulo 24 juin 2012 at 08:10

      Merci pour cette info, MacArthur.

      Stakhovsky ne lâche pas l’affaire non plus, donc :)

      J’aurais bien aimé, parmi le top50, y voir un Lopez, ou un Youzhny voire un Roddick… alors c’est vrai que s’ils sont expérimentés, le revers de la médaille est qu’ils pourraient avoir du mal à finir leur mandat, vu leur âge.
      Un Baghdatis, Isner ou Del Potro m’auraient paru pas mal aussi, plus jeunes mais pas trop.

      J’espère que la présidence échoira à Federer ou Nieminen (ce dernier me paraissant quelqu’un de pondéré) ; Simon… positions parfois trop tranchées à mon goût. (je connais mal Anderson et Haase sinon.)

    • Antoine 24 juin 2012 at 10:34

      Ce que cela montre surtout, c’est que le Conseil des joueurs a toujours la même composition: 4 représentants pour le top 1-50, 2 pour le top 51-100 et 0 pour ceux au delà du top 100…Plus 2 représentants pour les joueurs de double….

  8. Arno, l'homme des antipodes 24 juin 2012 at 10:09

    Je rappelle que pour les inscriptions au RYSC, la date limite est fixée à demain 13h !!!

    Je poste peu ces jours-ci, je bosse comme un taré et après je dors comme une grosse bouse. ;) J’espère simplement qu’on aura un Wimb à surprises, et le tableau s’y prête.

    Je vois bien Djoko se faire sortir tôt, et un Fedal en finale pour la place de numéro 1. Ce serait beau.

  9. Quentin 24 juin 2012 at 10:30

    Bon alors, mes pronos pour la RYSC:

    Djokovic: 1/2
    Nadal: F
    Federer: V
    Murray: 2T
    Tsonga: 1T
    Berdych: 1/4
    Ferrer: 3T
    Tipsarevic: 1T
    Del Potro: 1/8
    Fish: 3T
    Isner: 1/4
    Almagro: 1/8
    Simon: 1/8
    Lopez: 1T
    Monaco: 1/8
    Cilic: 1/4

    Nb de points gagnés au filet par le futur vainqueurs: 250 pts

    Cette fois j’ai pris pas mal de risques sur mes pronos: je vois Roddick aller en demi, Federer battre Nadal en finale: 2 pronos du coeur…

  10. Antoine 24 juin 2012 at 10:54

    Des nouvelles de JO avec un grande interviwe dans « L’Equipe » ce matin.

    Pour résumer les choses: son petit doigt a toujours un volume deux fois supérieur à l’autre. Il n’a pas pu jouer jusqu’à avant hier. Il a essayé avant mais cela faisait trop mal. Cela lui fait d’ailleurs toujours mal et il est impossible de ne pas y penser. C’est surtout gênant en revers parce que ce sont les deux derniers doigts qui assurent la prise. Il est dit qu’il a du légèrement modifier celle-ci.

    Côté positif: il prend les choses du bon côté, a bon moral et s’est habitué à la douleur. Il pense qu’ayant moins de pression, cela pourra le libérer davantage.

    Les moins l’emportent donc largement sur les plus et tout ceci n’incite pas à l’optimisme, c’est le moins que l’on puisse dire.. Il dit que s’il faut faire des retours volées à la pelle, il le fera…Contre Nadal, je doute que cela le fasse..Et c’est toujours sympa de prévenir ses adversaires qu’il faut insister sur son revers…

    Ma conclusion, c’est qu’il n’arrivera pas en quarts et a une bonne chance de dégager contre Hewitt dès le premier tour. Au sujet de Hewitt, il dit d’ailleurs: « soit tu as le niveau de jeu et ça passe, soit tu as intérêt à être prêt pour le combat, parce que lui, c’est le fighter ». La deuxième branche de l’alternative me parait être la bonne: il n’aura pas le niveau de jeu lui permettant de se mettre à l’abri, à moins que Hewitt soit mauvais ce qui n’est jamais le cas à Wimbledon, Soderling ayant eu besoin de cinq sets l’année dernière pour le sortir par exemple….Il y aura donc combat…

    La cote la plus élevée de Hewitt est de 6,25 chez bwin (1,09 pour Jo). Cela donne un probabilité de victoire de Hewitt de 14,8%..

    Ne donner que 15% de chances à Hewitt me parait dans ces conditions totalement irrélaiste, je lui donnerai d’ailleurs plus même si Jo n’était pas blessé. En bref, parier sur Hewitt me parait être un très bon pari…

    • Antoine 24 juin 2012 at 11:01

      Autre cote qui me parait discutable: Haas est donné nettement favori contre Kohly. Ce dernier a une cote comprise entre 2 et 2,35 contre 1,43 à 1,5 pour Kohly…Pour moi, c’est plutôt du 50-50…voire un léger avantage pour Kohly…

      • David 24 juin 2012 at 11:08

        Kohlschreiber a abandonné face à Seppi à Eastbourne.

        • Antoine 24 juin 2012 at 11:19

          Oui, mais par précaution apparemment et parce qu’il ne pouvait plus gagner le match (un set et un break contre lui)…Il devrait avoir eu le temps de se retaper…Mais je n’ai pas eu de nouvelles. Si elles ne sont pas bonnes, la cote est justifiée..

  11. David 24 juin 2012 at 11:52

    Superbe texte, Karim, à l’image de ce à quoi tu nous as habitués !
    Pour revenir sur l’actualité, je ne serais pas étonné de voir Federer montrer un tout autre visage que ces deux derniers mois. Il a sorti un très bon match face à Youzhny en demi-finale à Halle, sort l’épouvantail Raonic en quarts et perd face à Haas qui a joué à un excellent niveau quand lui ne semblait pas vraiment concerné, ce qui est étonnant de sa part en finale. A voir sa joie pour Haas après le match, on n’a pas l’impression qu’il ait été réellement affecté par cette défaite…
    Pour le tableau, une fois n’est pas coutume, je trouve que Nadal n’a pas forcément un tableau facile. Dodig au deuxième tour sur du gazon encore vert peut être un poison et le vainqueur de Haas-Kohlschreiber sera un bon test en seizièmes. D’ailleurs, il vaudrait mieux que ce soit l’ami Kholy car il a souvent posé des soucis à l’espagnol quand Haas a toujours pris des raclées et risque de coincer physiquement en trois sets gagnants.
    La vraie chance de Nadal, c’est la blessure de Tsonga qui hypothèque sérieusement les chances du français d’arriver en quarts alors qu’il était dans une bonne dynamique. Vraiment pas de bol pour Tsonga… D’autant plus qu’il débute avec Hewitt, un des pires tirages possibles. L’australien ne joue que pour les grands chelems. Il a fait un match pourri au Queens ? Peu importe, il sera là, le mors aux dents, prêt à en découdre ! Je ne serais pas étonné qu’il aille loin d’ailleurs. Quand on voit son parcours en Australie cette année…
    Djokovic a Berdych et donc a priori, le pire tirage possible du Top 4. Il aura en plus des jouers imprévisibles comme Harrison ou Stepanek qui lui a toujours posé des problèmes. Murray a des débuts difficiles mais Ferrer en quarts : les tests qu’il devra subir seront peut-être une bonne chose pour préparer les derniers tours…
    Federer a un tableau facile, soyons honnêtes ! Benneteau, Simon en têtes de série, c’est tout de même relativement tranquille. Simon sur gazon, je rappelle ! Et depuis quand Isner représente-t-il une menace sur herbe ? Il a perdu contre Almagro l’an dernier, oui oui le même que celui qui ne gagne pas un match en dehors de la terre battue ! Et il devra sans doute affronter Mahut, Seppi et Youzhny ou Nalbandian (pas de bol pour Tipsarevic pour le coup de se coltiner l’argentin au premier tour) avant de penser au suisse. Un tableau pour le moins difficile…

    • Antoine 24 juin 2012 at 12:34

      C’est une blague ? Nadal doit aller en finale sans problèmes…Kohly l’a battu à Halle mais tout le monde bat Nadal lors de son premier tournoi sur herbe et avant Kohly a pris 8-0 contre lui. Jo ne sera pas en quarts et en demie Nadal prendra un respacé du quart qui est, de très loin, le plus relevé, ce que tout le monde a noté sauf toi apparemment. Imaginer Ferrer en quarts est juste une blague. Ce sera déjà bien s’il va en deuxième semaine, ce qui est loin d’être fait, vu qu’il joouera sans doute Roddick au troisème tour. Prendre ce rescapé pour Nadal, cela vaut quand même mieux que de jouer Federer, non ?

      Aller en finale est à l’évidence infiniment plus difficile pour Murray et nettement plus difficile également pour Federer ou le Djoker puisqu’ils sont dans la même moitié de tableau…

      • MacArthur 24 juin 2012 at 14:44

        Antoine qui insistes alors que tout le monde reconnaît que le tableau du sieur Roger est le plus facile du Top 4. Tu es bien le seul à trouver qu’il est plus difficile que celui de Nadal par exemple. Ce que je ne condamnes pas. C’est important que les avis divergent.

        Mais ton argument selon lequel Nadal a de la chance d’éviter Federer –qui est dans une forme exceptionnelle je le rappelle et pas que….- est pour le moins bancal. Ce n’est pas Federer et qui plus est CE Federer-là qui allait empêcher Nadal d’aller en finale.

        • Antoine 24 juin 2012 at 15:03

          C’est qui tout le monde ?

          Nadal n’a strictement AUCUN joueur suceptible de le gêner avant les demies, Tomic mis à part (Cf. mon post plus bas)

  12. Antoine 24 juin 2012 at 12:23

    Je viens de revoir une bonne partie de la finale de 2001 qui a été mise ici par marie Jo: encore merci ! Super finale ! Et une fin vraiment dramatique. A 6-6, Rafter a été quatre fois à deux points su break, se fait breaker au jeu suivant alors qu’il est en panne de premières et que Goran fait trois excellents retours. Mais le must est quand même le dernier jeu ou l’on voit Goran lutter contre ses démons, commettre trois doubles, faire un ace sur seconde balle et finalement gagner à sa cinquième balle de match…

    Plus que sa première balle, ce qui est impresionnant est surtout sa deuxième je trouve. Quand à Rafter, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il savait faire une volée…

    Tout au filet, des points rapides, c’était il y a à peine plus de dix ans mais cela semble très loin désormais…

    • William 24 juin 2012 at 12:54

      Une finale d’une intensité rare. Et je ne parle pas d’une intensité à l’US Open 2011 ! Goran qui n’arrive pas à conclure, qui pleure en servant, et la délivrance finale… Vraiment une belle finale. Elle est dans mon top personnel.

  13. Jérôme 24 juin 2012 at 12:57

    Oui. La preuve que le vrai problème de Wimbledon, c’est moins l’herbe (puisque celle-ci avait été changée précisément pour l’édition 2001) que les balles qui sont régulièrement et de plus en plus grosses, dépressurisées, bref frelatées. Avec pour résultat que, depuis essentiellement 2007, on a des fins de tournoi qui ressemblent à des rencontres sur une terre battue rapide, avec du gros lift et des rebonds pourris en prime.

    J’ai aussi revu ce match. Sublime, avec une dramartugie incroyable. Bien plus et bien mieux que les finales de 2007, 2008 ou 2009.

    Pour Wimb 2012, je suis à peu près d’accord avec toi Antoine. Sauf s’il se fait cueillir par un très bon Haas qui parviendrait au 3ème tour, ou par Un Tsonga qui serait guéri de son problème de doigt, Nadal est le plus certain d’aller en finale. Parce que PZ …

    Après, je trouve que Federer a un tableau plutôt favorable, même si ce n’est pas du beurre comme certains journalistes l’ont prétendu. Et Djoko a un tableau du même acabit. Tranquille jusqu’en quart où là il faudra qu’il se farcisse Berdych. Or, si Berdych n’est pas à son meilleur niveau, Djokovic non plus n’est plus au niveau de 2011.

    • Antoine 24 juin 2012 at 13:17

      J’ai regardé cette question de balles. Sur le site de Wimby, ils prétendent que les balles sont absolument indentiques depuis 1995, date à laquelle il y aurait eu une très légère modification de leur compression…

      Je vois qu’on est bien d’accord sur les chances de Nadal d’aller en finale: c’est bien lui qui a les meilleures chances, et pas de doute non plus sur le fait que c’est Murray qui a le pire tableau…

      Maintenant, entre celui du Djoker et celui de Federer, c’est plus équilibré mais je trouve que celui de Federer est plus difficile parce qu’il a Isner comme adversaire possible en quarts tandis que le Djoker a Berdych et je pense que le Djoker gagne au change: Berdych ne lui a jamais posé de problèmes. Il l’a toujours battu, sauf une fois, à Wimby en demie en 2010, mais pour avoir vu le match, je dirais que c’est surtout le Djoker qui a été vraiment mauvais. Il l’a d’ailleurs redit plusieurs fois. Berdych n’est pas assez régulier pour pouvoir le battre tandis qu’Isner aurait très bien pu y arriver. Et Berdych ne parait pas meilleur qu’en 2010, tandis que le Djoker l’est, sans être pour autant au niveau de 2011…

      Pour Federer, c’est un peu différent parce que Berdych lui pose des problèmes et je dirais qu’entre Berdych et Isner, cela se vaut vis à vis de lui..Mais pas pour le Djoker…

      Bon, maintenant, c’est la situation après tirage et cela va évidemment évoluer. Un mauvais tableau peut devenir un tableau à peu près correct et un type peut émerger brutalement mais des trois outsiders que listait Big Mac, à juste titre à mon avis, à savoir Raonic, Isner et Jo, ce dernier me parait HS tandis que Raonic est du côté de la Murène et Isner du côté de Federer…

      La finale la plus probable est donc bien une nouvelle finale entre le Djoker et Nadal…

      • Jérôme 24 juin 2012 at 14:04

        Sur les balles, j’avais fait des recherches suite à nos précédentes discussions (mais apparemment un bug à scratché mon post) et j’étais notamment tombé sur des bribes d’interview de Henman disant que précisément en 2002, il avait été complètement déboussolé par les nouvelles balles qui ne lui permettaient plus du tout de développer son jeu de service-volée à Wimby.

        Et de ces mêmes recherches, il ressort un fait trop étonnant pour que ce soit une coïncidence : alors qu’on trouve énormément de références techniques sur les raquettes, les cordages utilisés, les surfaces, les températures et taux d’humidité, la vitesse maxi-mini-moyenne des services, il y a un silence assourdissant sur les balles utilisées notamment à Wimbledon.

        Je ne vais pas tourner autour du pot. Trafiquer les balles est LE moyen utilisé par certaines directions de tournoi pour se donner le max de chances d’obtenir les résultats espérés, assurer le renouvellement des vainqueurs, éviter qu’une domination trop écrasante ne lasse les téléspectateurs (principale source de fric via les annonceurs).

        Ça a été criant à partir de 2006/2007 quand ils ont vu la possibilité de « monter » un super duo emblématique de légende. La domination écrasante de Federer ne le permettait pas : trop complet, trop rapide, trop talentueux. Alors une fous qu’il a été clair (en 2006 après sa 2ème année de domination de la terre battue) qu’ils avaient un super héritier de Vilas et de Muster en la personne de Nadal, ils ont ralenti à donf’ les balles et certaines surfaces (cf. le plexicushion à l’OA comme par hasard en 2008, la disparition de toutes les surfaces synthétiques comme le taraflex sur lesquelles se jouaient la plupart des tournois indoor). Federer a expliqué à plusieurs reprises qu’il avait été contraint d’adapter son jeu vers toujours plus de fond de court (jusqu’à Annacone) pour pouvoir continuer de gagner à cause de ce ralentissement continu et toujours plus poussé.

        On voit d’ailleurs bien que, dès qu’on a des conditions de jeu décemment rapides, Nadal et Djokovic se font sortir et n’ont quasiment aucune chance de gagner le tournoi. Et ça, qu’un vieux Federer ait pu être en situation de dominer le tennis par son seul talent absolu, c’était considéré nuisible au jeu et à certains intérêts économico-culturels, notamment le monde hispanique au sens large.

        On serait resté avec des conditions plus rapides, ne serait-ce que celles qui prévalaient au milieu des années 2000, que Federer aurait probablement à ce jour gagné 2 OA de plus, 2 Wimby de plus, et 2 USO de plus que les 4, 6 et 5 qu’il a à son palmarès.

        • Antoine 24 juin 2012 at 14:23

          Intéressant tout cela..Ce serait bien de trouver plus d’infos sur les balles, de témoignages de joueurs, voire d’organisateurs de tournois etc…

          C’est sûr que si on veut chercher à obtenir certains résultats, le plus simple, le moins cher et le moins voyant consiste à changer les balles.

          Ce qui est sûr aussi, c’est que l’on ne peut pas croire les Roastbeefs sur parole. L’interview du jardinier en chef était assez édifiante: il dit que l’herbe n’a pas été ralentie qui est le message prinicpal mis en exergue et puis quand on lit bien, on comprend que ce qu’il dit, c’est que la balle repart aussi vite après le rebonds qu’avant (ce que je veux bien croire) mais que le rebond est plus haut et c’est cela qui constitue le paramètre essentiel conditionnant la plus ou moins grande rapidité, non de la surface, m&is des conditons de jeu. Plus la balle rebondit haut, plus on a de temps pour l’attraper avant qu’elle ne retombe et on a plus d’échanges. D’ailleurs, il dévoile malgré tout le pôt aux roses puisqu’il dit qu’il y a eu beaucoup de discussions avec les coaches, les joueurs (ça j’en doute) mais que l’objectif était de donner 1/10ème de seconde en plus aux joueurs et qu’un dixième suffit..Et là, il a raison parce que quand karlovic sert, le type en face à 0.6 seconde pour régir et que 0.7, cela fait une différence sensible…

          Ce qu’ils font à Wimby, c’est qu’ils tassent davantage la terre. A la limite, la balle repart plus vite qu’avant mais il s’écoule beaucoup plus de temps avant qu’elle ne retombe et le jeu est donc beaucoup plus lent.

          Maintenant, je ne m’aventurerais pas à discuter du fait de savoir combien de GC ou de titres à Wimbledon en plus Roger aurait eu si cela n’avait pas changé…

          • Antoine 24 juin 2012 at 14:30

            D’ailleurs, pour compléter le point précédent, ils disent sur le site de Wimby mesurer le degré de dureté des courts et la hauteur du rebond tous les jours. Rien n’est laissé au hasard…

            C’est un complôt bien organisé Jérome…Avec toute l’hypocrisie dont les Roastbeefs sont capables…

            Ils ne veulent plus qu’un type comme Krajicek ou Ivanisévic gagne le tournoi.

            • Jérôme 24 juin 2012 at 15:23

              Les roastbeefs et le fair-play, c’est comme les frites Mac Cain : ceux qui en parlent le plus sont ceux qui le pratiquent le moins.

              Ca n’est pas pour rien qu’on parlait de « perfide Albion ». Ca fait près de 950 ans que les roastbeefs ont dédié l’essentiel de leur énergie à nous les briser. Ils se sont toujours caractérisés par le non-respect des règles, la violation de la parole donnée.

              Quand arrivait une guerre, sans même attendre la déclaration de guerre, ils commençaient préventivement par rafler nos marins sur des navires civils/marchands afin de les empêcher d’être mobilisés sur les bateaux de guerre.

              Aujourd’hui, ces … sont des faux monneyeurs qui ont, Grèce et Espagne mises à part, les plus mauvais résultats macro-économiques d’Europe et qui prétendent continuer à donner des leçons à leurs voisins.

            • Antoine 24 juin 2012 at 15:33

              Il est effectivement bon de rappeler de saines évidences de temps à autre Jérome.

    • Coach Kevinovitch 24 juin 2012 at 16:13

      La finale de Wimb 2001 était émouvante mais en terme de dramaturgie, les finales de 2007 et de 2008 sont bien meilleures. Drama veut dire action en grec pas émotion.

      Il n’empêche que celle de 2001 marque la fin d’une époque surtout quand on regarde la finale de 2002.

      • Antoine 24 juin 2012 at 16:21

        Parce qu’il n’y avait pas d’action dans cette finale de 2001, Coach ? Personellement celle que j’ai préférée est celle de 2008, puis celle de 2001, puis celle de 2007…

        J’ai revu il y a pas longtemps une bonne partie de celle de 2007 et j’ai eu bizaremment l’impression que c’était très daté aussi. Pourtant, c’était il y a seulement cinq ans.. Je me suis dit aussi que tant Nadal que Federer jouent nettement mieux aujourd’hui…

  14. Mathias 24 juin 2012 at 13:11

    Mes pronos pour la RYSC Wimbledon 2012

    Djoko (1) – demie
    Monaco (15) – 2ème tour

    Almagro (12) – 3ème tour
    Berdych (6) – demie

    Federer (3) – vainqueur
    Simon (13) – 2ème tour

    Isner (13) – 3ème tour
    Tipsarevic (8) – 1er tour

    Ferrer (7) – 8ème
    Del Porto (9) – quart

    Cilic (16) – 3ème tour
    Murray (4) –8ème

    Tsonga (5) – 1er tour
    Fish (10) – 3ème tour

    Lopez (14) – 2ème tour
    Nadal (2) – finale

    N’arrivant pas à me décider entre Djoko et Berdych pour aller affronter Fed en demie, j’ai mis les deux. Dans l’autre moitié, je vois Tomic aller en demie pour caller contre Nadal (qui ne sera en danger (relatif) que contre Haas au 3ème tour).

  15. Antoine 24 juin 2012 at 13:39

    Ma liste:

    Djokovic: vainqueur
    Monaco: 3ème tour
    Almagro: 3ème tour
    Berdych: 1/4

    Federer: 1/4
    Simon: 2ème tour
    Isner: 1/2
    Tipsarévic: 1er tour

    Ferrer: 3ème tour
    Del Potro: 1/8ème
    Cilic: 3ème tour
    Murray: 1/8ème

    Tsonga: 3ème tour
    Fish: 3ème tour
    Lopez: 2ème tour
    Nadal: finaliste

    99 points marqués au filet par le vainqueur.

  16. Damien 24 juin 2012 at 14:06

    Karim, je ne sais plus si tu l’as décrit dans un des articles, mais quelle était la surface de tes courts de jeunesse ? Béton poreux je suppose, puisque c’est le plus répandu en club, ou alors Greenset ou équivalent ?

    Perso, j’ai appris à jouer sur du béton poreux, et dans mon club actuel c’est du Greenset : une fois qu’on a gouté au Greenset, difficile de revenir au béton poreux, c’est bien mieux.

  17. Jérôme 24 juin 2012 at 14:27

    Djokovic : 1/2
    Monaco : 3ème tour
    Almagro : 3ème tour
    Berdych : 1/4

    Federer : vainqueur
    Simon : 1er tour
    Isner : 3ème tour
    Tipsarevic : 1/8

    Ferrer : 3ème tour
    Del Potro : 3ème tour
    Cilic : 3ème tour
    Murray : finaliste

    Tsonga : 1/2
    Fish : 1/8
    Lopez : 1/8
    Nadal : 3ème tour (oui, je sais c’est du wishful thinking. Mais s’il ne perd pas contre Haas au 3ème tour, il perdra en 1/4 contre Tsonga, en 1/2 contre Murray ou en finale contre Federer. Na !!!)

    • Antoine 24 juin 2012 at 14:36

      Je vois que tu as finalement estimé que le Djoker battrait Berdych…Je me demande quand même pourquoi sur 4 qui ont publié leur liste, il n’y a que moi qui pronostique que Roger ne gagnera pas le tournoi…

      Je vois aussi que l’idée de voir Nadal perdre au troisème tour rencontre un certain succès depuis que Kohly l’a battu à Halle, mettant fin à une série de 8 défaites consécutives. Cela étant, je ferais quand même davantage confiance à Kohly qu’à Haas dans cette belle entreprise. Haas et Nadal ont joué cinq fois ensemble. Tous les matchs ont eu lieu sur dur entre 2006 et 2012. Nadal les a tous gagnés, sans jamais perdre un set, et plutôt facilement puisque seuls deux sets sont allés au tie break. Mais bon, l’espoir fait vivre…et grace à cette victoire de Halle, cela permet de faire un peu de buzz autour de ce troisième tour et de présenter le tableau de Nadal pour ce qu’il n’est pas…Le seul joueur susceptible de lui causer du souci d’ici les demies est Tomic, mais encore faut il qu’il atteigne les quarts..J’aurais envie d’y ajouter Dolgo qui peut le rencontrer en 1/8ème mais s’agissant de ce dernier, il faudrait qu’il fasse un match excellent car il s’est toujours fait ratiboiser par Nadal…Les autres: Lopez (1-8 depuis 2006, une victoire au Queen’s en 2010 qui vaut celle de Kohly à Halle), Wawrinka (0-8), c’est de la rigolade et Fish, comme Jo, sont HS…reste Brian Baker que je vois bien sortir Lopez, mais de là à sortir Nadal en 1/8ème, cela parait quand même difficile à imaginer….Bref, pour que Nadal perde avant les demies, il faudrait qu’il le fasse quasiment exprès…

      • MacArthur 24 juin 2012 at 14:50

        Parce que tu estimes à tort qu’il a un tableau compliqué :-)

        • NTifi 24 juin 2012 at 14:52

          Et il estime aussi à tord que Nadal a un tableau compliqué mais bravo ta propagande a marché^^

          • NTifi 24 juin 2012 at 14:53

            *facile je voulais dire

            • Antoine 24 juin 2012 at 15:07

              MacArthur et Ntifi: vous êtes bien sympathiques mais pouvez citer un joueur suceptible d’empêcher Nadal d’aller en demies, Tomic mis à part ?

              • MacArthur 24 juin 2012 at 15:14

                Antoine, pour ma part, Patricia a fait une analyse plus haut à laquelle je souscrit. Je n’adhère juste pas à l’idée de dire que parce que Nadal a échappé à Federer, il est du coup avantagé. De toutes les façons, aussi bien à RG qu’à Wimb, je ne vois pas Nadal ne pas aller en finale, la force de l’habitude sans doute….Je laisse les fans de Nadal ériger tel ou tel joueur en joueur difficile à affronter pour lui, exercice dans lequel les fans de Federer excellent aussi. En fait, exercice dans lequel les fans excellent tout simplement

              • Antoine 24 juin 2012 at 15:31

                En fait, j’ai beaucoup de mal à comprendre ce que Patricia a voulu dire parce qu’elle me prête des propos que je n’ai pas tenus et qu’elle critqiue des thèses mais sans dire ce qu’elle pense. je n’ai pas compris tout simplement…

                Sinon, sauf à penser que Federer est vraiment dans une très mauvaise passe et que son niveau sera donc affligeant, ce qui est certes possible, il est évident qu’il vaut mieux ne pas l’avoir dans sa moitié de tableau, lui qui joue là sur sa meilleure surface et qui a gagné 6 fois le tournoi, et renconter à la place un novice ou un type (Murray) que l’on a systématiquement battu à Wimbledon, à chaque fois assez facilement de surcroit..Ni Murray, ni aucun autre ne sont évidemment au niveau de Federer à Wimbledon, pour peu que ce dernier joue bien évidemment…

                Cela m’étonne de lire que l’on puisse contester cela…ou alors, c’est que tu penses que Federer sera vraiment à la ramasse sur ce tournoi aussi, ce qui est posssible effectivement.

              • NTifi 24 juin 2012 at 15:38

                Donc pour toi Nadal n’a naturellement aucun tableau difficile ? J’en suis sûr s’il avait été à la place de Murray, tu aurais dit la même chose.

                Après tu dis que Nadal a échappé à Federer donc il est avantagé ? C’est le monde à l’envers là, ça serait pas plutôt l’inverse ?

                En plus tu tournes la question bizarrement pour Nadal, moi aussi je ne vois aucun joueur suceptible d’empêcher Djoko ou Federer arrivé en demi, si tu résonne comme ça.

                Mais chacun a des joueurs ont des matchs piègeux, encore plus Nadal quand on sait qu’il est plus vulnérable en 1ère semaine.

              • NTifi 24 juin 2012 at 15:48

                Pour te répondre ci dessus, ok le Suisse est sur sa meilleure surface et a gagné 6 fois mais je pense que Nadal a tout de même celui qui a le plus de chance de la battre.

                Même quand il était au top, Nadal l’avait toujours mis en difficulté et l’a même battu, alors maintenant qu’il est moins fort, tu crois que Federer est favori ?

  18. Damien 24 juin 2012 at 14:39

    Je tente ma chance à ton jeu Arnolhommedesantipodes. Je suis assez nul en prono, ce jeu risque de le confirmer… Je sais, c’est n’importe quoi, Tsonga vainqueur face à Isner, et alors ?

    Djokovic: 1/2
    Monaco: 2ème tour
    Almagro: 1/8
    Berdych: 1/4

    Federer: 1/4
    Simon: 1er tour
    Isner: Finaliste
    Tipsarévic: 1er tour

    Ferrer: 1/8
    Del Potro: 1/4
    Cilic: 1/4
    Murray: 1/2

    Tsonga: Vainqueur
    Fish: 1er tour
    Lopez: 2ème tour
    Nadal: 1/4

  19. Fred 24 juin 2012 at 14:50

    Bonjour à tous !

    Pour raisons personnelles identiques à celle d’Antoine récemment, j’ai raté le jeu d’Arno de RG. Mais cette fois, je suis bel et bien présent pour ce Wimb !

    Donc voici mon prono :

    Djokovic: 1/2
    Monaco: 1er tour
    Almagro: 3è tour
    Berdych: 1/4

    Federer: finale
    Simon: 2e tour
    Isner: 1/8e
    Tipsarévic: 3e tour

    Ferrer: 1/8
    Del Potro: 1/8
    Cilic: 1/8
    Murray: 1/4

    Tsonga: 1er tour
    Fish: 1er tour
    Lopez: 1/8
    Nadal: 3e tour

    Bon tournoi à tous!

    • Mathias 24 juin 2012 at 14:58

      Félicitations aux heureux mariés!
      (j’ai juste là, non?)

      • Antoine 24 juin 2012 at 15:12

        @Damien: bravo ! Cà, c’est de la prise de risque assumée ! Jo vainqueur alors qu’il est blessé et n’a pu s’entraîner !

        @Fred: très original ! Federer en finale, mais battu par un non top 16, probablement Raonic ou Tomic ?

      • Fred 24 juin 2012 at 21:00

        oui tout juste!
        Merci beaucoup…

  20. William 24 juin 2012 at 15:09

    Ma liste :

    Djokovic : vainqueur
    Monaco : 3e tour
    Almagro : 1er tour
    Berdych : 1/4

    Federer : 1/2
    Simon : 2e tour
    Isner : 2e tour
    Tipsarevic : 3e tour

    Ferrer : 3e tour
    Del Potro : 1/4
    Cilic : 1/8
    Murray : 3e tour

    Tsonga : 1er tout
    Fish : 3e tour
    Lopez : 2e tour
    Nadal : Finale

    Merci Arno !

  21. Sylvie 24 juin 2012 at 15:48

    Je vais jouer cette fois-ci au jeu d’Arno

    Djokovic : finaliste
    Monaco : 2e T
    almagro : 3e T
    Berdych : 1/4

    Federer : 1/2
    Simon : 2e T
    Isner : 8e
    Tipsarevic : 3e T

    Ferrer : 1/4
    Delpo : 1/2
    Cilic : 8e
    Murray : 1/4

    Tsonga : 2e T
    Fish : 3e T
    Lopez : 3e T
    Nadal : vainqueur

  22. Antoine 24 juin 2012 at 16:06

    @Ntifi: je te réponds ici car cela commence à être chargé plus haut:

    Tu me dis: si Nadal avait eu le tableau de la Murène, j’aurais dit la même chose !? Evidemment non ! Le tableau de la Murène est de très loin le plus difficile. Si Nadal avait eu à se farcir Davydenko (qui est le seul avec lequel il ait un H2H négatif), puis Karlovic, puis Dimitrov ou Anderson, juste pour aller en 1/8ème, pour se taper ensuite Raonic, puis Del Po pour aller en demies, j’aurais dit que c’était un tableau infernal avec énormément de chances de ne PAS arriver en demies comme c’est le cas de Murray !

    Tu me dis: Nadal a des matchs piégeux pour aller en demies, et encore plus que les autres ?? Soyons sérieux ! Quel joueur mis à part Tomic en 1/4 peut le battre ? Aucun et tu n’en cites d’ailleurs aucun..Il a un véritable boulevard pour aller en demies…

    Maintenant la question de Federer: pour Federer, renconter Nadal puis le Djoker ou le Djoker puis Nadal, cela ne change rien. Federer ne pouvait de toute façon pas échapper à son sort puisqu’il est TS3 et c’est normal. Ce que le tirage au sort a déterminé, c’est qui du Djoker ou de Nadal allait avoir la chance de ne pas avoir Federer de son côté et qui n’aurait pas cette chance puisqu’en dehors de ces deux là, Federer est, à l’évidence, le joueur le plus dangereux du tournoi, point qui me parait quand même difficile de contester. Sa cote est d’ailleurs bien meilleure que celle de n’importe quel joueur, hormis Nadal et Federer…Résultat du tirage: Nadal a tiré le bon numéro et Djoko le mauvais. C’est tout !

    De surcroit, Nadal a également eu du pôt parce qu’énormément de très bons joueurs sont concentrés dans la partie de tableau ou se trouve la Murène et qu’il y a donc de fortes chances qu’il récupère en demie un rescapé de cette partie du tableau qui sera donc très probablement fortement émoussé…Nadal a donc beaucoup plus de chances d’aller en finale que n’importe quel autre joueur…

    Beaucoup plus que la Murène, c’est évident, et nettement plus que le Djoker ou Federer puisque ces deux là devront en découdre avant au cours d’un match qui sera du 50-50 ou peu s’en faut s’ils sont en demies tous les deux…Et ils autont quand même à priori plus de mal à y arriver s’ils doivent battre respectivement Berdych et Isner, tandis que Nadal devra, dans le pire des cas, battre Tomic. Je compte Jo pour du beuure vu son état…

    Bref, si je pouvais miser sur la présence d’un joueur en finale, ce que l’on ne peut pas faire malheureusement, je miserais sans la moindre hésitation sur Nadal.

    J’observe d’ailleurs que sa cote s’est améliorée suite au tirage, tandis que celle du Djoker s’est détériorée, preuve que les sites de paris ont tiré du tirage la conséquence logique que ce que je viens de dire à savoir que des deux TS 1 et 2, le vainqueur du tirage est bien sûr Nadal. Tout aussi logiquement, celle de Federer n’a pas bougée….

    • Antoine 24 juin 2012 at 16:15

      Un mot sur le dernier post que tu viens de rajouter: la question n’est pas de savoir si Nadal a plus de chances de battre Federer ou l’inverse, elle est de savoir, parmi les joueurs que Nadal pouvait rencontrer en demies, quel est celui contre lequel il avait le plus de chances de perdre…Et ce joueur, c’était bien évidemment Federer..

    • NTifi 24 juin 2012 at 16:47

      Ton raisonnement sur les TS 1 et TS 2 comme quoi Djoko a été le plus désavantagé peut tenir, seulement si on fait le % de chances d’aller en finale.

      Mais pour les chances d’aller au moins en demi, je trouve que Federer et Djoko ont plus de chances que Nadal. Leurs premiers tours sont largement plus abordables, alors que Nadal c’est plus compliqué. Je ne dis pas que Haas ou Dodig vont battre Nadal mais ils vont le faire chi**.

      Et ils ont la même inconnu en quart, Tomic ou Tsonga pour Nadal, Isner pour Fed et Berdych pour Djoko, sachant que celui ci a le plus difficile.

      Après on est d’accord que celui de Murray est le plus hardcore lol

      • Antoine 24 juin 2012 at 17:01

        Et bien je crois que ceci cloture notre discussion NTifi…

        Le propre d’une discussion sur un tirage est bien celui là: déterminer qui a le plus de chances d’aller en finale…

        Incidemment, même dans l’hypothèse ou le Djoker conserve son titre, il vaudrait mieux pour Nadal qu’il obtienne une victoire de plus que Federer durant ce tournoi de Wimbledon car sinon, il se retrouvera derrière lui au classement et la question qui se posera pur les tournois suivants ne sera plus de savoir ou le tirage au sort place le Suisse mais ou le tirage met Nadal: du côté du Djoker ou du côté de Federer ? …Et la question pourrait bien se poser jusqu’à l’US Open car d’ici là, ils ont pratiquement aussi peu de points à défendre l’un que l’autre…

  23. Antoine 24 juin 2012 at 16:38

    A tout saigneur, tout honneur: on commence donc demain à 14h (heure française) avec le Djoker contre Ferrero.

    C’est toute la partie haute du tableau qui joue demain. Federer joue en deuxième match sur le n°1 après Nalbandian et Tipsarévic:

    http://www.wimbledon.com/en_GB/scores/schedule/index.html

  24. May 24 juin 2012 at 17:11

    Tout d’abord salut à tous!

    J’adhère complètement aux compliments et éloges adressés à Karim et je me joins à eux pour le féliciter pour ce délicieux opus. Sa petite plume est exquise et il a le don de me faire sourire à ses aventures passées car assez précises et cocasse pour se faire le film dans la tête. Je cours lire l’aventure des Truong … oui j’ai encore des articles à découvrir. En période de creux j’aurai de quoi m’occuper…

    …je lis les arguments sur les tableaux qui seraient terribles pour les uns et inversement impossibles pour d’autres. Enfin depuis le temps qu’on assiste à des retournements de situations pendant les tournois et surtout les GC on sait bien qu’en réalité les chemins escarpés se dégagent souvent et ce n’est pas celui qu’on dit qui y est. Moi j’attends de voir lequel va faire plouf alors qu’on l’annonce comme la terreur du moment, enfin ça dépend pour qui.
    Je suis sûre que Murray l’aura moins dur qu’on ne veut bien le faire croire. Je ne connais qu’une réalité, celle du terrain!

    Enfin place au jeu d’Arno le Terrible:

    Djokovic: 1/2
    Monaco: 1er tour
    Almagro: 1er tour
    Berdych: 1/4

    Federer: finale
    Simon: 1er tour
    Isner: 1/4
    Tipsarévic: 1er tour

    Ferrer: 3ème tour
    Del Potro: 1/8
    Cilic: 1/8
    Murray: 1/2

    Tsonga: 1er tour
    Fish: 1er tour
    Lopez: 2ème tour
    Nadal: Campeon

    J’ai hâte que ce tournoi démarre, c’est le plus magique et il donne un coté fraicheur après la lourdeur de la terre battue. Vive les contrastes et les ambiances feutrées!

    Bon tournoi à tous et que le meilleur gagne.

    • Antoine 24 juin 2012 at 17:41

      Moi aussi, j’ai hâte que cela démarre. D’ailleurs je n’arrête pas de poster et cela n’est pas bon signe…Mais dis moi May, tu as vraiment vu beaucoup de retournements de situation ces derniers temps en GC ? Pas au point de pronostiquer d’autres participants que les 4 mêmes habitués en demies finales pour autant, visiblement….

      • May 24 juin 2012 at 18:23

        Oui, récemment Delpo qui a le match en main et se fait remonter avec 2 sets d’avance par Fed qui est à des milliers d’années lumières de son niveau en GC.
        Puis Ferrer qui aurait dû au moins fatiguer Nadal en 1/2 qui fait pshittt! Personne ne le voyait gagnant mais le score est inhabituel quand même.
        C’est pas mal non?
        Pour ce qui est des finalistes voir des demis finalistes je ne fais que suivre la tendance… Quid des 30 derniers GC? Seul Murray n’est pas une assurance tout risque, d’ailleurs mon choix de coeur à chaque GC ou presque, c’est lui et ça ne date pas d’hier mais pour cette quinzaine c’est un peu tôt, sauf surprise car je pense qu’il est plus proche du moment où il empochera enfin le Graal, du moins je le lui souhaite, il le mérite, car je crois que la concurrence à laquelle il a affaire est vraiment monstrueusement énormissime à cause de 3 ogres pas encore repus de victoires.

        • Antoine 24 juin 2012 at 18:29

          Murray gagnera l’US Open…

  25. Kaelin 24 juin 2012 at 17:35

    A moi :

    Djokovic : Vainqueur
    Monaco : 2ème tour
    Almagro : 3ème tour
    Berdych : soyons fou, Gulbis va nous sortir un match dingue : 1er tour

    Fed : Finale
    Simon : 1er tour
    Isner : 2ème tour (come on Nico! la revanche!)
    Tipsa : 1er tour

    Ferrer : 3è tour
    Del po : 1/8ème
    Cilic : 1/8ème
    Murray : 1/2

    Tsonga : 3ème tour
    Fish : 3eme tour
    Lopez : 3eme tour
    Nadal : 1/2

  26. Antoine 24 juin 2012 at 17:58

    Je lis que Federer a déclaré à quelques journalistes aujourd’hui que « seuls les trophées comptent » et qu’il a ajouté ceci: « un septième titre serait exceptionnel.La place de N°1, c’est bien. Tous les jours, quand vous vous réveillez, vous vous dites: ‘OK, je suis le meilleur’. J’ai déjà ressenti ça dans le passé et c’est génial. »

    Cela tombe bien pour lui: s’il gagne, il aura non seulement le trophée, mais également la place de numéro un, plus égalé le record de titres de Pete à Wimby et battu son record de nombre de semaines en tant que numéro un au classement.

    Une ocasse en or pour Roger et pas sûr que cette conjonction des astres se représente un jour. On peut même être à peu prêt sûr du contraire…Autrement dit, c’est maintenant ou jamais pour lui…

    J’aime beaucoup la modestie dont Roger sait faire preuve. Quand il était numéro un, il se réveillait tous les matins en se disant « Super, je suis le meilleur ! ». Dans la même situation, Nadal devait se réveiller en disant: « il faut que je file m’entraîner sinon, c’est sûr, cela ne va pas durer » et le Djoker doit lui se dire: « Cela fait du bien d’être devant eux en tout cas »…

    C’est quand même bizarre: cette évidente suffisance de Federer passe très bien partout…

    • Kissifrott 24 juin 2012 at 18:03

      « cette évidente suffisance de Federer passe très bien partout »

      …disons, chez un auditoire assez complaisant et moutonnier comme il peut en exister ici et là

      • Antoine 24 juin 2012 at 18:15

        Oui, c’est dingue quand même, non ?

        Les commentaires selon lequels Roger continue à jouer essentiellement pour l’amour du jeu m’impressionnent aussi..Sur le site de l’ATP, il y a un article faisant état de la dernière étude de Forbes qui affirme que Roger gagne près de 53 M$ par an, dont 45 M$ de sponsoring, très loin devant tous les autres….Cela me parait être une motivation suffisante pour continuer à jouer puisque tous ces contrats seront bien sur annulés ou revus sérieusement à la baisse le jour ou il arrêtera …

        • Kissifrott 24 juin 2012 at 18:53

          « Roger gagne près de 53 M$ par an, dont 45 M$ de sponsoring, très loin devant tous les autres… »

          …ce qui m’avait, dans une autre vie, inspiré pour le doudou le surnom de « Mr 85% de pub et 15% de tennis ». D’ailleurs, vu la dimension de la pub dans l’image du doudou, on conçoit assez bien l’unanimisme médiatique dont le personnage fait l’objet.

          Sur le fond et au-delà du cas du doudou, je trouve que l’ATP aurait tout intérêt à promouvoir une meilleure répartition du prize-money des tournois. Même si rafa et djoko n’atteignent pas les proportions publicitaires du suisse dans leurs gains, il est certain que la pub favorisera toujours excessivement le top 4 ou 10. Avec davantage de joueurs très bien rémunérés, il y aurait forcément davantage de concurrence, de compétition et de suspense – toutes choses excellentes pour les spectateurs, les médias et même les sponsors.

          Concernant les immondes garanties versées par les directeurs de tournois aux top-players flattés de pouvoir se présenter en escort-girls de luxe à travers le monde, je pense qu’il faudrait obliger les tournois à publier ces garanties en même temps que le prize-money du tableau.

          J’espère bien que gilles simon me lit et qu’il fera le nécessaire auprès de l’ATP sur ces sujets!

          • Oluive 24 juin 2012 at 19:02

            Plus encore, les garanties devraient être plafonnées.
            Par exemple, ne pas excéder le prize money du vainqueur.
            ça semble quand même être une simple question de bon sens / d’éthique sportive.

        • Antoine 24 juin 2012 at 19:02

          Ce serait en effet une excellente chose que les organisateurs de tournois soient obligés de publier le montant des garanties accordées aux joueurs. Jo les trouve indécentes par exemple. Pas sur cependant que cela favorise leur modération…

          Sinon, Sylvie, j’ai longtemps pensé que Roger arrêterait quand il estimera qu’il ne peux plus gagner de GC. Je n’en suis plus aussi sûr aujourd’hui et il a fait pas mal de déclarations ces derniers temps pour dire qu’il envisageait d’aller aux JO de Rio en 2016. Il est possible qu’il continue même au delà et fasse une très longue carrière, surtout quand on pense qu’il récupère 1 M$ pour s’aligner dans un petit tournoi…On verra bien…Evidemment, il pourra continuer à gagner de l’argent après mais ce sera très loin de ce qu’il gagne aujourd’hui….

        • Sylvie 24 juin 2012 at 19:19

          Antoine, je ne crois vraiment pas qu’il joue pour l’argent mais parce qu’il aime ça et parce que pour l’instant, il n’envisage pas sa vie sans le tennis. Il a des projets à très longs termes en effet, mais rien ne dit qu’il ne va pas s’arrêter subitement. Je pense qu’à ce niveau quand tu en as marre, tu arrêtes. De nombreux joueurs l’ont fait avec des revenus moins conséquents.

          • NTifi 24 juin 2012 at 19:47

            Ce n’est peut être pas lui qui décide^^

      • Sylvie 24 juin 2012 at 18:49

        Un mec comme Roger ne joue plus pour l’argent, en tous les cas ce ne peut-être sa seule motivation. Il a gagné de quoi vivre plus que peinard et s’il ne croit pas pouvoir encore gagner des gros titres, il arrêtera, contrats ou pas. Surtout qu’on lui proposera à mon avis d’autres contrats juteux de consulting ou autres à sa retraite.

    • MacArthur 24 juin 2012 at 18:58

      « s’il gagne, il aura non seulement le trophée, mais également la place de numéro un, plus égalé le record de titres de Pete à Wimby et battu son record de nombre de semaines en tant que numéro un au classement. »

      L’histoire est déjà trop belle pour devenir réalité ;-)

      • Antoine 24 juin 2012 at 19:07

        C’est cela que je trouve un peu too much pour lui..et à chaque fois qu’il s’est retrouvé en position de faire un truc énorme: gagner 6 Wimby de suite, faire un GC sur deux ans, cela a foiré…

        • MacArthur 24 juin 2012 at 19:31

          Antoine, la vraie histoire qui serait belle, c’est celle d’un Murray qui passe aux travers d’un tableau compliqué, élimine Nadal en 1/2 en 3 sets secs, retrouve le Djoker en finale pour un match inoubliable se terminant au 5ème set dans l’obscurité qu’il gagne; arrive à l’US Open plein de confiance, décroche le titre en ayant battu encore une fois le Djoker, récupère la 2ème place mondiale (je n’ai pas fait les calculs) et arrive en Australie en 2013 dans la peau de l’utlime favori. Je signe tout de suite.

  27. Antoine 24 juin 2012 at 18:22

    @Arno, comme tu peux le voir, il n’y a pas beaucoup de réponses à ta question subsidiaire.

    Pas sûr que tu arrives d’ailleurs à trouver le bon chiffre car les stats qui figureront dans la rubrique ad hoc de chaque joueur ne comporteront pas d’indications sur le nombre de points lmmarqués au filet.

    Il te faudra sans doute faire le total toi même si les stats de chaque match l’indique au fur et à mesure du déroulement du tournoi comme c’est le cas dans les autres GC…

  28. William 24 juin 2012 at 18:50

    Ok pour la suffisance de Federer, ce n’est pas nouveau, mais je préfère cent fois un type qui assume son statut de meilleur joueur du monde à un autre.. On ne peut pas faire preuve de fausse modestie éternellement, bien que Roger en ait rarement fait preuve, je l’admets… Il assumait son rôle et sa position de numéro 1, je trouve ça sain. Dire qu’on est favori n’est pas un gros mot. Mais c’est vrai que Federer y ajoute sa petite touche de prétention…

  29. Oluive 24 juin 2012 at 18:57

    S@lut à tous,
    S@lut à toi, homme du RYSC, celui qui a la recette magique du jeu, dite des 3S : simple, seul, sans attendre.

    Djoko : 1/4
    Monaco : 2eT
    Almagro : 3eT
    Berdych : 1/2

    Federer : V
    Simon : 2eT
    Isner : 1/8e
    Tipsa : 1erT

    Ferrer : 1/8e
    Delpo : 3eT
    Cilic : 3eT
    Murray : 1/8e

    Tsonga : 1/4
    Tomic : 1/8e
    Fish : 3eT
    Lopez : 3eT
    Nadal : 1/2

    Et pour la question subsidiaire, disons 140 points… Même si m’est également avis que tu vas galérer… Et aurais mieux fait de laisser priorité au premier postant (confère la règle des 3S).
    Complot ?

    • Oluive 24 juin 2012 at 18:59

      Euh… On me dit que Tomic est TS20, ce qui explique que ma liste comporte 17 noms… Admettons donc que je possède le Grand pouvoir et l’en fasse disparaître aussi sec.

      • Antoine 24 juin 2012 at 19:05

        Ah, c’est Rahan qui arrive en finale dans le bas du tableau si j’ai bien pigé…

        • Oluive 24 juin 2012 at 19:45

          Exac’
          ça vaut une belle cote.
          Enfin, moins que Querrey..

  30. MacArthur 24 juin 2012 at 19:15

    L’ATP ne prendra pas de mesure disciplinaire supplémentaire contre Nalbandian. Tout est bien qui finit bien.

    @ Sylvie. Federer a récemment été informé de l’existence de notre ami PseudoFed et a demandé si son affaire était drôle :-). Je ne sais pas qui est derrière ce truc, mais il commence par avoir beaucoup de succès. Il a réussi à être invité par Tennis Space pour y publier une chronique: http://www.thetennisspace.com/opinion/pseudofed-column-im-the-king-of-wimbledon/

  31. MacArthur 24 juin 2012 at 19:24

    Tipsarevic se plaint des cris de Masha et d’Azarenka durant les entraînements. Il vient de tweeter: « Not fun practicing surounded by Sharapova,Schiavone and Azarenka…not fun at all… »

    Il devrait la fermer, ce Tipsa, non Coach? :-)

  32. MacArthur 24 juin 2012 at 19:39

    La dernière fois que Fed a joué un premier tour en dehors du court central, c’était en …… 2003, sur le court No.2.

  33. MacArthur 24 juin 2012 at 19:48

    If… de Rudyard Kipling à la sauce PseudoFed. Extraits:

    If you can trust Yourself when Tommy Haas beats You,
    But make allowance for his age too;

    If Goffin can dream – and realise I am his master;

    Djokovic? Nadal? Treat those two imposters just the same.

    Ce mec est vraiment fou… :-)

    ———-

    Propos très drôles du PeudoRafa:

    « Why I like poker? Becuase there are aces, there is the king but no joker, no? » Hahahahaha

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis