Mémoires de club acte V : la leçon de tennis

By  | 22 juin 2012 | Filed under: Bord de court

Mercredi 14h30, le collège n’a plus droit de cité, c’est tennis time. J’enfourche mon fidèle destrier à pédales et joue les Tomba tout schuss entre les files de voitures et les bus, direction le Club House pour mon cours de tennis. Pas la morne et déprimante leçon programmée à marche forcée dans les circuits imprimés de kids sous contrainte parentale, la vraie leçon du passionné avide de la petite balle jaune et qui ne veut pas en perdre une miette, surtout au prix que ça coûte.  La leçon de tennis c’est une heure contre soi, contre le chrono et éventuellement les adversaires. Flashback.

Évidemment fallait pas rêver, Édouard n’est pas encore là. C’est chaque semaine le même refrain, mon prof s’obstine à programmer le cours en début d’après-midi, quand son « esprit est là et ses jambes répondent ». Résultat il doit sûrement se taper un roupillon, rendu groggy par l’inhalation de ses propres vapeurs éthyliques du déjeuner. Heureusement il n’habite qu’à cinq minutes du club à vol d’oiseau, mais s’il a été un faucon dans sa jeunesse – nous y reviendrons – dans ses vieux jours c’est un dodo de l’ile Maurice qui dodeline péniblement sur le chemin du club. Difficilement réveillé, il met un bon quart d’heure à parcourir la distance, son sac et son ventre en bandoulières. Il peste et jure qu’on le fait chier, qu’il est trop vieux pour ces conneries, que la sieste c’est sacré. Édouard râle pour le principe, dès qu’il aura frappé ses premières balles et prodigué ses premiers conseils, sa panne d’oreiller sera réparée.

Édouard ne le dit pas mais nous sommes sa bouée de sauvetage, sa lueur de tennis vrai dans l’obscurité monochrome d’une vie de prof pour des bourges malhabiles et leurs rejetons désintéressés. Son vrai métier, derrière le cliché élimé du séducteur de tenniswomans autant mariées que cochonnes ? Lancer des balles cotonneuses à des marmots indisciplinés et geignards qui mettront trois ans à les garder dans les limites du court. Non, Édouard renâcle à quitter son plumard mais on lui fait un bien fou, avec nous le prof désabusé se mue en coach.

L’échauffement est un générique de début dont je me passerais bien, faire un micro footing sur un espace aussi réduit est juste chronophage et sans intérêt aucun. Heureusement ça ne dure que cinq très longues minutes. L’un dans l’autre, on a déjà bouffé un bon quart d’heure sur une leçon qui ne dure qu’une mini-heure. On passe ensuite aux sprints, exercice de taré qui est supposé améliorer la vitesse de déplacement et le jeu de jambes, rien que ça. Une balle posée à chaque intersection de lignes, un départ depuis le tiret médian de la ligne de fond et le chrono déclenché pour ramener les balles à l’unité dans le panier posé sur la ligne de fond. C’est bref, violent, intense, et surtout guère hilarant.

« Prenez vos raquettes » ; j’ai du mal à réfréner une micro-érection quand j’entends ça, dieu que j’aime la sensation du grip dans ma paume, le contact violent de la balle contre le nylon. Mais bon pour l’instant le coach nous demande de jouer postés à l’intérieur des carrés de service, le « petit jeu » qu’il appelle cette torture. J’ai déjà utilisé l’image du char Leclerc lancé sur une spéciale du tour de Corse, le petit jeu c’est exactement ça pour moi le pachyderme en ballerines. J’aime frapper fort et tout ce qui me détourne de cet exercice est une manœuvre dilatoire de pédé.

On passe ensuite au panier : deux coups droits, deux revers, deux volées de chaque côté un smash pour finir. Edouard se tient à mi-chemin entre la ligne de fond et les carrés de service et nous renvoie inlassablement les mêmes balles. Sa seule intervention sera de me demander de me « calmer » sur les smashs ; il a beau insister sur le côté stratégique du placement de ce coup, dans ma logique de wisigoth je n’y vois qu’un moyen d’exprimer ma puissance. Alors il se protège et me maudit dans sa barbe.  Nous arrêtons après une demi-douzaine de passages chacun.  On va boire un coup pendant que Lamine, le ramasseur de balles, ne fait pas son boulot.

« Laaaaaaaaaaaaamine les balles, elles ne vont pas revenir dans le panier par magie ?!!! » Cette réplique entendue mille fois n’émeut pas du tout le ramasseur, serein comme un taximan abidjanais qui vous dit qu’il n’a pas de monnaie. Lamine est une sorte de métissage improbable entre Gaston Lagaffe et Droopy sous tranxène. Lamine ne marche pas, il se meut comme un paresseux à une vitesse proche de la marche arrière. Entre le temps passé à rêvasser, celui passé à discuter à travers les grillages avec les badauds et ses fréquentes pauses, il ne nous sert pas à grand-chose mais fait partie intégrante de la photo de famille. Il a par contre un vrai talent pour nous relater les exploits passés d’Édouard raquette en main. Je crois que c’est la raison principale de son indulgence à son égard.

Le groupe, je n’ai pas parlé du groupe. Nous sommes cinq apprentis champions à constituer la troupe d’élite du Club House ; au pays des aveugles les borgnes sont rois. Il y a Stéphane, un butor Français à la carrure impressionnante, sorte de monstre génétique de 15 ans à peine avec un coup droit terrible et rien, strictement rien d’autre. Il y a Franck et Yan, deux frères métis ivoiro-belges tombés dedans quand ils étaient petits et qui respirent, pensent et vivent tennis. Yan a 18 ans, c’est le doyen du groupe et le meilleur aussi. Il est court sur pattes mais densément musclé, très rigoureux et complet ; une sorte de Pat Rafter. Franck a 14 ans, la taille d’une baguette de pain et des lunettes cul de bouteille qu’il ne quitte jamais. C’est le seul revers à deux mains de la troupe, il n’a juste pas la force nécessaire pour tenir sa raquette d’une seule main. Mais ce petit phasme est un cauchemar que personne ne souhaite tirer au moment des matches. Il y a Thierry, 15 ans, un petit libanais volubile et un peu mytho. Il confond force de frappe et percussion vocale, c’est un mix entre Sharapova et Azarenka au niveau des cris. Il est gros, gras, lent, mais se trouve doué et c’est le plus important. Sa balle n’avance pas mais il croit la frapper très fort, puisqu’il crie très fort. Enfin c’est comme ça qu’il voit les choses. Et il y a moi, 16 ans et déjà 188cm, comme Edberg mon idole (je n’irai pas beaucoup plus haut damned) et j’ai du feu dans le bras. Feu qui brûle tout à commencer par mon tennis.

On va travailler le service aujourd’hui. En slice sur le coup droit ou en kick extérieur sur le revers, Édouard nous demande de chercher la précision et les effets. Il place une boite de balle aux intersections des lignes de service et comme d’hab, c’est un coca par cible touchée. Stéphane ne sert qu’à plat et toujours dans la même direction quel que soit le carré visé, pas de coca. Franck a du mal à voir au-dessus la bande du filet et le service est son seul vrai handicap qu’il compense par une superbe qualité de retours; mais pour l’instant on sert, pas de coca. Thierry hurle ses services à la célérité nulle et a égaré leur tête chercheuse, pas de coca. Moi je sers très fort, fuck le slice. Mon service c’est vraiment la foudre parce que ça tombe de haut et jamais deux fois au même endroit, pas de coca. Et Yan dans tout ça ? Edouard lui doit bien un cageot du précieux breuvage depuis le temps, mais il ne paie pas ses dettes.

« Allez, on fait des gammes » ! Les gammes ce sont des séries de dix points, cinq services chacun, celui qui gagne reste et les adversaires défilent. Ce n’est pas la partie de la session que je préfère parce que les dés sont pipés. Face à Yan je suis sûr d’en prendre une bonne. Contre Franck j’ai trop de pression parce qu’il est vraiment tout petit et totalement phasmique, l’indice de honte est bien trop élevé en cas de défaite (probable). Mon jeu à très haut risque s’accommode mal du sien. Stéphane ? J’ai le choix entre lui jouer sur le revers et être sûr de l’emporter en m’ennuyant prodigieusement, ou lui permettre d’exprimer sa droite et prendre agglomérés parallélépipédiques (big up Cochran). Il reste Thierry dont les simagrées, les cris et les jérémiades m’exaspèrent. Au fond je n’aime disputer de match face à aucun d’entre eux. Face à aucun adversaire d’ailleurs, je hais les matchs.

Après le court on se réunit en cercle autour d’Édouard, histoire de nous abreuver au puits du savoir. Pas de bon tennis sans un jeu de jambe à l’avenant, ne jamais poser les talons au sol et être constamment en alerte, ne pas tenter le diable et attaquer uniquement les balles courtes, utiliser le lift en coup droit et le slice en revers pour gagner en sécurité et surtout, surtout, ne jamais céder ses jeux de service. Tous ces préceptes qui me reviennent de façon limpide vingt ans après, mais qu’à l’époque je n’applique en aucune façon.

Il y a également les histoires de tournois, les compétitions qu’Édouard disputait ado chez lui au Zaïre puis jeune adulte en France. Sa vie de semi-pro sur les routes à la recherche de la gloire, sinon de son pain quotidien. On ne saura jamais quel niveau exact il a atteint à son meilleur, je crois d’ailleurs que ça ne nous intéresse pas, l’histoire est plus belle ainsi. Même vieux et bedonnant, son service reste une sacrée arme et son revers un ravissement. Parfois il attache ses lacets et joue un set avec Yan, on s’assoit au bord du court et on l’admire. Au fil des années les 6-0 se muent en 6-2, puis en 6-4 jusqu’au choc du premier set perdu. Aux aces et au revers gagnants pleins de panache, le temps qui passe substitue des slices, des amorties et de la roublardise. Édouard vieillit et son art avec lui. Il est notre héros depuis tant d’années, alors on fait semblant de ne pas voir.

Dans la vie d’Édouard il y a Yannick, le grand Yannick, le seul, l’unique. Pour qu’un quadragénaire ait un poster de Noah dans son salon, il faut une sacrée dose d’amour et d’admiration. Édouard nous raconte Yannick, encore et encore. Comme lui il a les dents bu bonheur ; on se demande si ce n’est pas le bonheur que Yannick lui procure qui a ouvert cette brèche dans son sourire. Yannick est le meilleur et n’a juste pas eu de chance avec les blessures, autrement Lendl et Wilander n’auraient pas existé. Nous sommes en 1990, nos regards sont désormais tournés vers Becker et Edberg, et nous sommes soufflés par la tornade Agassi. Édouard ne connait pas Agassi. Lorsque je lui apporte le numéro de Tennis Magazine célébrant la victoire d’André à Key Biscayne, sa première grande victoire, il hausse les épaules et me dit que c’est un clown. Short rose fluo, chaussures bariolées au diapason, polo psychédélique et chevelure peroxydée,  je ne vois vraiment pas ce qu’Édouard peut lui reprocher. Sûrement préfère-t-il le style en noir et blanc de Lendl.

Quand il n’est pas au club, il ressasse des VHS de matchs de Yannick, en particulier un affrontement de sinistre mémoire contre Libor Pimeck au premier tour de Roland-Garros en 1985. Au bout de deux ans d’efforts, j’arrive à lui refiler deux matches de Dédé, la demie contre Wilander à Roland  en 88, et celle contre Lendl à Flushing la même année. Surprise énorme le mercredi suivant de le voir déjà à pied d’œuvre sur le court quand j’arrive au club. Il nous demande de nous manier le cul parce qu’on a du pain sur la planche. Qui nous l’a mis sous amphétamines ? Il parle beaucoup et gesticule, on arrive à comprendre qu’Agassi a changé sa vision du jeu et qu’il a pu passer au-delà du short ridicule en jean pour analyser son tennis et que dorénavant il nous ferait tout miser sur la prise de balle précoce et le jeu à l’intérieur du court. Je ne comprends rien à ce qu’il raconte, pour moi jouer comme Agassi c’est frapper son coup droit comme un bovidé et prier pour que ça reste dans les limites du club, précepte que j’applique déjà avec abnégation. Alors on s’escrime pendant une heure à essayer de jouer tôt, de prendre la balle montante. Évidemment nous n’avons jamais rien voulu appliquer de ses enseignements pour un bon placement, l’exercice est un fiasco monumental. Au cours suivant il sera à nouveau en retard.

Les souvenirs continuent de se bousculer dans ma tête, drôles, émouvants parfois, honteux souvent. Je n’ai jamais réussi à maîtriser mon tennis, j’ai vécu plus de frustrations sur le court que partout ailleurs dans ma vie, mais aucun sport ne m’a procuré autant d’émotions. Le tennis ? Un des grands amours de ma vie, catastrophique donc.

Tags:

382 Responses to Mémoires de club acte V : la leçon de tennis

  1. Marc 24 juin 2012 at 19:58

    Bonsoir à tous,

    super article de Karim, très vivant, on s’y croirait !

    Allez je me lance aussi, voici ma liste pour Wimby :

    Djokovic : 1/2
    Monaco : 2ème tour
    Almagro : 2ème tour
    Berdych : 1/4

    Federer : vainqueur
    Simon : 3è tour
    Isner : 1/4 tour
    Tipsarevic : 1/8

    Ferrer : 3ème tour
    Del Potro : 8ème
    Cilic : 3ème tour
    Murray : 1/2

    Tsonga : finaliste
    Fish : 2è tour
    Lopez : 1/8
    Nadal :1/4

    Grosse cote : l’herbe a été accélérée, les balles sont rapides (je rêve, je sais :-)) et on retrouve les rois de l’indoor rapide en finale, Fed et Tsonga !

  2. Pat 24 juin 2012 at 20:51

    Sur la terre battue où les niveaux sont assez respectés j’avais eu mon premier point l’avant dernier jour ! Sur herbe, je devrais être fanny ou pas loin mais il faut bien un dernier alors je tente :

    Djokovic: 1/2
    Monaco: 2ème tour
    Almagro: 1/8
    Berdych: 1/4

    Federer: vainqueur
    Simon: 1/8
    Isner: 1/4
    Tipsarévic: 1er tour

    Ferrer: 3ème tour
    Del Potro: 1/8ème
    Cilic: 3ème tour
    Murray: 3ème tour

    Tsonga: finaliste
    Fish: 3ème tour
    Lopez: 3ème tour
    Nadal: 3ème tour

    Bonne chance à tous !

  3. David 24 juin 2012 at 21:36

    Djokovic : 1/4
    Monaco : 3ième tour
    Almagro : 3ième tour
    Berdych : 1/2

    Federer : Vainqueur
    Simon : 2ième tour
    Isner : 3ième tour
    Tipsarevic : 1er tour

    Ferrer : 3ième tour
    Del Potro : 1er tour
    Cilic : 3ième tour
    Murray : 3ième tour

    Tsonga : 1/4
    Fish : 2ième tour
    Lopez : huitième
    Nadal : Finale

    • David 24 juin 2012 at 21:38

      Merci pour le jeu Arno :)

  4. Antoine 24 juin 2012 at 22:53

    C’est amusant ton jeu Arno ! Pour l’instant sur 15 participants, nous avons, sauf erreur de ma part:

    8 pronostics pour une victoire de Federer
    3 pour Djoko
    2 pour Nadal
    1 pour Jo
    1 pour un autre joueur non Top 1-16, non dénommé par conséquent.

    Comme le favori est Djoko, suivi de Nadal, puis Federer, puis Murray (qui ne recueille pour l’instant aucun pronostic de victoire), il y a donc un écart considérable entre les pronostics affichés et les cotes des joueurs sur les sites de paris en ligne, au bénéfice de Federer….

    Sûrement l’effet du hasard résultant de la faiblesse de l’échantillon, ou une bien meilleure appréciation de la réalité par les 15-Lovers que par les gestionnaires des sites de paris, à moins, dernière hypothèse que j’ose à peine mentionner, que certains ne confondent souhaits et pronostics bien sûr…

  5. fieldog (vainqueur Odyssée 2010 et RYSC 2012) 24 juin 2012 at 23:31

    Allez c’est parti pour le RYSC Wimbledon 2012 :

    Djoko : 1/2
    Nadal : vainqueur
    Fed : finale
    Murray : 1/8
    Tsonga : 1T
    Berdych : 1/4
    Ferrer : 1/4
    Tipsa : 1T
    Delpo : 1/8
    Fish : 3T
    Isner : 2T
    Almagro : 3T
    Simon : 2T
    Lopez : 2T
    Monaco : 3T
    Cilic : 3T

    Des pronos dictés par la tête et non par le coeur… (sinon j’aurais inversé vainqueur et finaliste évidemment…) car j’ai peur que Fed arrive en finale cuit après un gros match contre Djoko et que l’obstacle Nadal soit trop haut.
    Maitenant si je me trompe et que c’est l’inverse qui se produit, je ne serais absolument pas déçu d’abandonner ma couronne de champion… :)

    Grosse côte : la défaite de Tsonga au 1er tour contre l’ultimate fighter australien, la victoire de Nico Mahut contre Isner au 2ème tour (le français joue très bien en ce moment et il prendra ainsi une revanche sur le destin) et dans une moindre mesure la sortie de route de Murray en 1/8 contre Rahan.

    Merci Arno ;)

    Vivemen demain.

    PS : je pense que le djoker peut en baver demain et pourquoi pas perdre un set contre El mosquito.

    • fieldog (vainqueur Odyssée 2010 et RYSC 2012) 25 juin 2012 at 12:30

      J’ai oublié le petit plus Periglioni : 95 points gagnés au filet par le vainqueur.

  6. Antoine 24 juin 2012 at 23:46

    Je suis un peu surpris des déclarations du Djoker, non pas à propos de ce qu’il dit sur Wimbledon, mais sur Roland Garros…

    Bien sûr, c’est le passé et il faut regarder en avant mais quand même. Le Djoker qui avait fait, disait il, de RG sa priorité numéro un de l’année n’a pas été capable de produire là bas son meilleur tennis, loin de là, et dit aujourd’hui que bien sûr il était déçu sur le coup mais que, dès le lendemain, il était content de lui puisqu’il est arrivé en finale, ce qui ne lui était jamais arrivé.

    En définitive, le tournoi au cours duquel il a le mieux joué depuis le début de l’année a été Miami qu’il a gagné sans perdre un set. Il a également gagné à Melbourne avec un niveau de jeu assez erratique et obtenu de bons résultats ailleurs mais on ne voit le Djoko 2011 que par éclipses, durant un set, guère plus. Depuis le début de l’année, il a gagné et perdu autant de matchs que ses deux principaux rivaux..

    Ce tournoi va donc être un révélateur et un accélérateur: s’il le gagne, tout va bien, il est bien toujours le boss, à un niveau moins stratosphérique que l’année dernière, mais toujours le patron, incontestablement…

    Si c’est Nadal, on pourra considérer que ce dernier a repris, peut être provisoirement, les commandes mais, à moins que le Djoker ne gagne l’US Open, Nadal sera bien le meilleur joueur de l’année là ou ça compte, c’est à dire en GC. Avec deux GC à son actif, personne en tout cas ne fera mieux que lui.

    Si c’est Federer, ce dernier aura repris, peut être provisoirement aussi, la tête, mais chacun des membres du top3 aura alors un GC en poche et l’US Open servira de juge de paix.

    Si c’est Murray, Federer apparaîtra alors comme largué, au moins jusqu’à l’US Open et, là encore, ce tournoi servira de juge de paix pour départager les trois autres ou faire en sorte que Roger recolle au peloton. Comme le Super Saturday ne mourra qu’en 2013, je n’y crois guère, pour ne pas dire pas du tout…

    Plus j’y pense, plus je me dis que pour Federer, c’est le moment ou jamais et que le train ne repassera pas deux fois. Il a réussi, grâce à un nombre considérable de victoires dans des tournois autre que les GC depuis l’US Open de la saison passée, à se mettre en position de tout récupérer s’il gagne, et même plus que cela, et en même temps il a beaucoup plus à perdre que les deux autres qui ont déjà assuré leur saison et empoché chacun un GC…Murray a également beaucoup à gagner, mais pas grand chose à perdre contrairement à Roger. Et tant Nadal que Djokvic peuvent se permettre de perdre sans trop de dégats. Comme l’a dit Toni après la victoire de son neveu à Roland Garros: « maintenant, nous savons que nous ne pouvons pas faire une mauvaise saison »…

    Tout cela va mettre beaucoup de pression sur Federer puisque c’est lui qui a le plus à perdre. Or sa tâche est déjà très difficile puisque sauf surprise, il devra battre les deux autres et qu’il a à peu près une chance sur deux de gagner chacun de ces deux matchs, soit une chance sur quatre de gagner les deux. Comme il peut aussi perdre avant, sa cote reflète une probabilité de victoire un peu inférieure, de l’ordre de 17%…

    Ce n’est pas énorme et il n’a jamais eu une cote aussi basse en arrivant à Wimbledon, et ce alors qu’il peut redevenir numéro un dans quinze jours. C’est néanmoins à peut près le double de celle qu’il avait en arrivant Porte d’Auteuil…

    Mon sentiment est que pour gagner, outre le fait qu’il doit nécessairement retrouver le niveau de jeu qu’il avait jusqu’à IW, (voire Madrid), il a besoin d’un coup de pouce, à savoir que quelqu’un le débarasse de l’un ou de l’autre, mais que si ce n’est pas le cas, cela ne passera pas…

    • fieldog (vainqueur Odyssée 2010 et RYSC 2012) 24 juin 2012 at 23:56

      D’accord avec ton analyse Antoine, notamment à propos des chances de Fed de remporter la mise sur ce tournoi. Mais si la place de Nadal est déjà réservée en finale (c’est mon avis), je ne serais pas du tout surpris que le Djoker chute avant les 1/2.
      Il faut se rappeler que l’an dernier il gagne Wimbledon sur sa fabuleuse 1ère moitié de saison. Mais il se fait accrocher par Baggy, par Tomic et Jo est tout près de mener 2 sets à 1. Quant à Nadal en finale, il lui file la coupe tant son niveau de jeu était indigent… N’oublions pas que l’herbe est sa moins bonne surface et ce n’est pas l’assurance tout risque dessus…

      • Antoine 25 juin 2012 at 00:27

        Cela ne t’a pas empêché de pronostiquer qu’il irait en demies…S’il doit chuter, ce serait tôt, au deuxième ou au troisième tour. En 1/8ème, ni Monaco, ni Granollers n’ont les armes pour et en quarts Richie ou Berdych auraient une petite chance mais pas plus…Gasquet l’a battu une fois au Master’s en 2007 (sur 7 matchs) mais cela comptait pour du beurre et depuis 2010 il ne lui a jamais pris un set. Quand à Berdych il n’a pu gagner qu’une seule fois aussi (sur 9 matchs), certes à Wimbledon mais c’est surtout le Djoker qui a été vraiment mauvais…

        Quand à Nadal, je ne vois dans son tableau que deux joueurs qui peuvent le battre avant la finale: Tomic s’il franchit un énorme cap, et Rahan s’il casse tout sur son passage d’ici la demie ce qui est vraiment difficile vu son tableau. Je ne crois pas aux chances de Murray parce qu’au mieux il arriverait en demie lessivé, ni aux chances de Jo parce qu’il n’a pas pu préparer le tournoi. Il serait donc très étonnant que Nadal trouve le moyen de ne pas aller en finale, effectivement…

        Autrement dit, il me parait franchement peu probable que Federer puisse gagner sans avoir à rencontrer les deux…

      • MacArthur 25 juin 2012 at 02:15

        Je ne pense plus du tout, contrairement à avant, que le gazon soit désormais la moins bonne surface de Djokovic. Baggy lui a toujours posé des problèmes. Et pas qu’en 2011. Je pense qu’il lui a d’ailleurs toujours pris un set sur dur, pourtant la meilleure surface de Djokovic. Tomic a un jeu qui embête énormément le Djoker. Il l’a dit, il n’aime pas son style de jeu. Quand à Tsonga, on connaît son historique face à Djokovic. Normal qu’il lui prenne un set, qui plus est sur gazon. Par contre, on est d’accord que Nadal s’est chié dessus face à lui en finale.

        Rien qu’avec sa qualité de retour et son déplacement, Djokovic peut désormais très bien s’en sortir sur gazon. Et contrairement aux années passées, il a retrouvé un service.

    • MacArthur 25 juin 2012 at 02:25

      S’agissant des déclarations de Djokopope, il faut les replacer avant tout, à mon avis, dans un état d’esprit qu’il essaye d’avoir. Il s’est peut-être rendu compte qu’il s’était inutilement mis de la pression en déclarant que RG était son objectif de l’année. Pour le reste, souvenons-nous de 2011; je pense que sa défaite en 1/2, face à Federer, était beaucoup plus dure à encaisser alors qu’il était peut-être en position de pouvoir gagner RG. Il est passé outre, est reparti au combat et remporté Wimb….

      Désormais libéré de la pression de RG et du Djoko Slam, je le vois rallier la finale encore une fois. On ne reverrait probablement plus jamais le Djoko de 2011, -comment pouvait-il en être autrement, mais l’essentiel étant qu’il continue de faire le boulot. Il a failli prendre la porte, à plusieurs reprises, à RG. Mais c’est lui qui est arrivé en finale face à Nadal. Contre n’importe quel autre adversaire, il aurait peut-être pu soulever la coupe.

  7. Antoine 25 juin 2012 at 00:43

    @Jérome: sur le site de Wimby, il y a un renvoi vers leurs fournisseurs et notamment Slazenger qui leur file les balles depuis 1901. Sur le mini site de Slazenger il y a quelques infos et notamment sur la hauteur du rebond exigé par le All England Club pour Wimbledon qu’il serait intéressant de comparer avec les exigences d’autres tournois, si on peut trouver l’info…

    Les évolutions des balles sont retracées mais on n’y trouve aucune référence au changement (mineur selon le site de Wimby) qui aurait été exigé en 1995 en ce qui concerne la pression des balles et, contrairement à ce que dit le ALTC, il y a eu qq modifications depuis cette date mais on ne peut savoir si elles concernent d’autres points que l’aspect visuel des balles et le fait qu’elles prennent moins l’eau. Jettes y un coup d’oeil puisque le sujet t’intéresse…

    Ce qui me parait évident, s’agissant du plus vieux contrat de fournisseur d’un événement sportif au monde, c’est que Slazenger ne peut pas se permettre de paumer ce contrat alors que c’est une firme assez mineure en termes de part de marché et que par conséquent les désidératas du AETC sont des ordres absolus pour eux..

    Tout ceci laisse penser que le complot des Roastbeefs est, comme toujours, bien monté…

    • Jérôme 25 juin 2012 at 01:01

      Pourtant j’avais trouvé sur le web pas mal de références au fait que les balles avaient été changées déjà en 1995 par rapport à celles de 1994. Et je ne rappelle pas ce qu’on a déjà dit sur 2002. Il est hautement probable que ça soit délibéré.

      D’ailleurs, de temps en temps, certains font des allusions assez transparentes, du genre Vilas après RG2009, Federer régulièrement.

  8. Jérôme 25 juin 2012 at 00:54

    Si Federer joue comme à Miami ou comme à Madrid, il n’aura guère de difficultés à taper et Djokovic en demi, et Nadal en finale.

    Mais je ne pense pas que Federer soit celui qui a le plus de pression. En tout cas, il a sûrement moins de pression que Murray qui joue à son domicile de roastbeefs alors qu’il est toujours vierge de grand titre et qu’il doit le faire devant les caméras du monde entier avec un mental naturellement attentiste.

    Ca fait maintenant 2 ans révolus que Federer n’a plus gagné de titres du GC. Il sait parfaitement qu’il est possible qu’il n’en gagne plus jamais, mais ce gars a, outre un tas d’avantages sur ses concurrents, un autre avantage spécifique : il aime le jeu et le tennis sensiblement plus que Djokovic, Nadal et Murray. Et à mon avis, il est beaucoup plus zen face à une traversée du désert qu’un Nadal qui se rend littéralement malade à l’idée qu’il puisse perdre et qui devient effectivement malade quand il perd (cf. l’après RG 2009).

    Quant à la surface la plus défavorable au Djoker, à mon avis les choses ne sont pas univoques.
    Certes, dans l’absolu, le Djoker est meilleur sur TB que sur gazon. Mais spécifiquement face à Nadal, le Djoker a plus de chances de l’emporter sur gazon que sur la TB qui est de très très loin la meilleure surface de Nadal. Ce qu’on a vu lors de ce RG 2012, c’est bien que quand les conditions de jeu deviennent vraiment très très lentes, alors la puissance brute de Nadal lui permet de s’imposer contre un Djokovic qui ne joue pas son meilleur tennis.

    Mais globalement, je pense que les choses restent relativement ouvertes compte tenu qu’on n’est sûr ni du niveau auquel va évoluer Federer (il aurait été sans discontinuer sur son niveau de mars qu’il serait ultra-favori) ni du niveau de Djokovic et Nadal.

    Nadal me paraît surcoté parce qu’il a énormément donné pour ne pas perdre son titre à RG et qu’il sera à mon avis dans une phase de décompression morale comme de fatigue physique.

    Grosse pression aussi sur le Djoker, parce que comme le dit Antoine, si Djokovic perd comme c’est probable en demi contre Federer, il sera clairement engagé dans une spirale descendante.

    • Kissifrott 25 juin 2012 at 11:00

      « Ce qu’on a vu lors de ce RG 2012, c’est bien que quand les conditions de jeu deviennent vraiment très très lentes, alors la puissance brute de Nadal lui permet de s’imposer contre un Djokovic qui ne joue pas son meilleur tennis »

      rafa ne cesse au contraire de répéter qu’il préfère des conditions de jeu ensoleillées et « rapides », avec des balles aussi bondissantes que possible. En l’occurrence, les 8 jeux de suite perdus par nadal contre djoko l’ont été précisément dans les conditions les plus lentes de la quinzaine de ce RG 2012.

      Quant au niveau de jeu de cette finale de RG 2012, il a été médiocre pour des raisons psychologiques : Nadal avait interdiction de perdre sur ses terres, et novak visait son djoko-slam. Nul doute que l’un et l’autre joueront bien mieux à wimbledon.

  9. Jérôme 25 juin 2012 at 01:18
    • Antoine 25 juin 2012 at 10:54

      Merci, je vais jeter un coup d’oeil à tout ceci…

  10. MacArthur 25 juin 2012 at 02:07

    ( » Federer) aime le jeu et le tennis sensiblement plus que Djokovic, Nadal et Murray ». Avec quel instrument de mesure en est-on arrivé à cette conclusion. Il faudra détailler le procédé méthodologique comparatif qui a accouché d’un tel résultats.

    « Nadal a énormément donné pour ne pas perdre son titre à RG et qu’il sera à mon avis dans une phase de décompression morale comme de fatigue physique. »

    Fatigue mentale, il faudra voir, quoique j’en doute très fort. Ça fait des années que Nadal est sous pression à RG puisque la réussite de sa saison est conditionnée par une victoire Porte d’Auteuil. Et à chaque fois qu’il a gagné à RG, il a fait finale à Wimb….. Fatigue physique, j’en doute encore très fort. Combien de temps Nadal a passé sur le court à RG avant d’arriver en finale? Il sera en excellente forme physique encore plus parce qu’il est dans de très bonnes dispositions mentales depuis son titre à RG.

  11. Babolat 25 juin 2012 at 07:38

    Pfff temps de rien faire. En plus le site est bloqué chez moi mais pas au boulot. Bizarre. En coup de vent, voici ma contribution au RYSC.

    Djokovic finale
    Nadal victoire
    Federer 1/2
    Murray 1/2
    Tsonga 1/4
    Berdych 1/4
    Ferrer 1/8
    Tipsarevic 1er tour
    Del Potro 1/4
    Fish 3eme tour
    Isner 1/4
    Almagro 3eme tour
    Simon 1er tour
    Lopez 2eme tour
    Monaco 3eme tour
    Cilic 3eme tour

    Ps: super texte Karim… comme toujours. ^^

  12. Nath 25 juin 2012 at 09:21

    Merci pour ce texte Karim, et d’ailleurs un grand merci collectif aux auteurs qui écrivent ce type d’article : toujours un régal.

    Mes pronos :
    Djokovic: finale
    Monaco: 1er tour
    Almagro: 3e tour
    Berdych: 1/4

    Federer: 1/2
    Simon: 1/8e
    Isner: 3e tour
    Tipsarevic: 1er tour

    Ferrer: 1/8
    Del Potro: 1er tour
    Cilic: 1/2
    Murray: 1/8

    Tsonga: 1er tour
    Fish: 3e tour
    Lopez: 1/8
    Nadal: victoire

    Nb de points gagnés au filet par le futur vainqueur : 119 pts

  13. Mathias 25 juin 2012 at 09:50

    Je n’ai pas posté mon nombre de point gagné au filet par le vainqueur.
    Pfff! Cela dépend tellement de l’identité dudit vainqueur…
    Ce serait les aces et/ou services gagnants on pourrait encore s’y essayer.
    Mais là nous n’avons même pas de chiffre comparatif pour les autres années.

    Comme j’ai pronostiqué Fed comme les 3/4 du site, cette question ne devrait être décisive que si Fed gagne. Je dis alors : 133 points gagnés au filet.

    Et bonne chance pour compiler tout cela!

  14. Remy - Karim d'Or RYSC 2012 25 juin 2012 at 10:00

    Pareil, j’ai oublié le nombre de points gagnés au filet pour le vainqueur.
    alors je tente : 162

    Tonton Antoine, j’ai suivi des conseils plein de sagesse et parié sur la victoire d’Hewitt contre Jo.
    Bien entendu si cela n’arrive pas non seulement je vais te poursuivre en justice pour dédommagement de mes pertes … mais surtout cela voudrait dire que tu te plantes et que Federer va gagner Wim :D

  15. karim 25 juin 2012 at 10:05

    « un autre avantage spécifique : il aime le jeu et le tennis sensiblement plus que Djokovic, Nadal et Murray »

    ça je crois que c’est l’olympe, le summun du FFF. On n’ira jamais plus haut (ou bas c’est selon). c’est tellement fondé sur rien d’autre que des perceptions frauduleuses que je suggère à l’auteur d’en tirer les conclusions et se retirer de la vie politique.

    Plus sérieusement l’amour fait écrire n’importe quoi c’est fou! comment tu peux dire un truc pareil? tu en sais quoi? tu les as interviewés et même si c’était le cas comment eux-mêmes pourraient-ils s’étalonner sur ce sujet? quelle est l’unité de mesure? c’est fort en café ton affirmation dis donc. pfiouuuuuu.

    • Colin 25 juin 2012 at 12:24

      Federer n’aime pas le jeu. Federer est le jeu.

      • Antoine 25 juin 2012 at 12:38

        Plus tellement le jeu sur herbe malheureusement…

        Il n’a plus gagné un titre dessus depuis 2009 et il faut également remonter à cette année là pour trouver trace d’un joueur du top 15 que Roger aurait battu sur herbe…Le premier qu’il peut retrouver sur sa route est Maître Gilou, à moins que ce dernier ne fasse faux bond et se fasse battre par PHM cette après midi par exemple. Après la première opportunité dans le top 15 sera Tispsarévic (qui en fait bien partie, vérification faite)…ou Isner.

        Roger pourrait aussi jouer contre Llodra qui lui ne fait pas partie du top 15, encore que sur herbe, cela puisse se discuter un peu. En temps normal, l’année dernière, on aurait dit que c’est un deuxième tour difficile, mais Llodra a un peu la tête et le tennis ailleurs: sa femme va accoucher d’un jour à l’autre d’un troisème enfant. Nul doute qu’il sera relax, ce qui ne lui fera pas de mal mais cela risque de ne pas être suffisant quand même…

    • antsiran23 25 juin 2012 at 12:44

      C’est évident Karim ! Comment peux-tu aimer courir sans cesse de gauche à droite inlassablement et cogner comme un malade sur tous coups sans te faire chier ? Ok, çà rapporte du pognon, mais quel ennui. Mortel.

  16. Robin 25 juin 2012 at 10:25

    Salut à tous, voici ma modeste participation au jeu d’Arno (merci encore !).

    Djokovic : quarts
    Nadal : troisième tour
    Federer : victoire
    Murray : second tour
    Tsonga : finale
    Berdych : demie
    Ferrer : quart
    Tipsarevic : premier tour
    Del Potro : huitième
    Fish : troisième tour
    Isner : deuxième tour
    Almagro : troisième tour
    Simon : premier tour
    Lopez : huitième
    Monaco : huitième
    Cilic : troisième tour

    Points gagnés au filet par le vainqueur : 153. Bonne chance tout le monde !

  17. Antoine 25 juin 2012 at 10:44

    Pour ma part, j’ai surtout une appréciation différente de celle de Jérome sur le fait de savoir qui a le plus de pression dans ce tournoi.

    Il me parait clair que c’est Federer: c’est lui qui a le plus à perdre, il n’aura plus dix occaisons de gagner un GC et c’est celui ou il a le plus de chances parce que sur terre, Nadal est très au dessus et sur dur, Djoko est désormais le meilleur. C’est donc ici et pas ailleurs. C’est également le tournoi ou il y a le plus de surprises et de risques pour les favoris. par ailleurs, la configuration astrale titre, record de titres de Pete égalé, récupération de la place de numéro un, record de semaines en tant que numéro un ne se renouvellera jamais plus. Indépendamment de ces records, Je n’irai pas jusqu’à dire comme Wilander ce matin dans « l’Equipe » que c’est sa dernière chance de gagner en GC mais c’est certainement l’une de ses dernières chances…

    Les deux autres ont déjà réussi leur saison avec un GC et peuvent attendre. Des occasions ils en auront d’autres. Nadal a un peu moins de pression que le Djoker qui défend son titre et son rang de numéro un, mais c’est tout.

    La Murène joue à domicile ce qui lui rajoute de la pression qui ne fait qu’augmenter à chaque fois qu’un GC passe sans qu’il le gagne mais celui-ci ne fait pas exception..Et il est encore jeune.

    Bref, celui qui a, de loin, le plus de pression à mon sens, c’est Federer. Viennent ensuite Djoko et la Murène et celui qui en a le moins est Nadal…

    • Remy - Karim d'Or RYSC 2012 25 juin 2012 at 10:55

      Tu penses vraiment que la pression va jouer à ce niveau ?
      Federer a déjà accompli les grands exploits de sa carrière et a l’habitude de faire face ce genre d’évènements.

      Pour moi l’équation est simple, il lui faut retrouver son niveau pré-Madrid.
      Parce que depuis un an, c’est lui qui domine les surfaces rapides.
      Bale, Bercy, Masters, Madrid, il a gagné.
      On pourrait rajouter aussi IW qui est moins lent que Miami.
      On l’oublie mais il a fait un très gros match contre Seppi à Rome.
      Si ses soucis physiques sont vraiment derrière lui comme il le dit, il peut tout à fait retrouver un niveau lui permettant de jouer la gagne à Wim.

      • Antoine 25 juin 2012 at 11:43

        Bien sur que la pression joue à ce niveau ! Elle compte pour tous les joueurs mais ceux-là, les top, y font habituellement face mieux que les autres. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils ont de meilleures perfs que les autres.

        On peut même mesurer dans une certaine mesure leurs performances dans ce domaine particulier: gagnent t il plus souvent des tie break qu’il ne gagnent un jeu de service et un jeu de retour par exemple, ou sauvent ils plus fréquement une balle de break qu’il ne marquent habituellement le point au service ?

        Pour prendre un exemple concret: depuis le début de l’année Federer a gagné 10 tie break et en a perdu 9, soit un taux de moins de 53% inférieur au nombre de jeux qu’il a gagné (91% au service, 26% au retrour, soit sans doute une moyenne proche de 58,5%). Ce taux est sensiblement inférieur à sa moyenne de tie breaks remportés depuis 12 mois qui est de 56,7% et largement inférieur à sa moyenne depuis le début de sa carrière qui est de plus de 65%…Roger qui est en tête du classment sur l’ensemble de sa carrière obtient donc actuellement des performances au tie break qui se dégradent sensiblement. Seul bémol, le chiffre depuis le début de l’année n’est pas représentatif car fonction d’un trop faible nombre, mais la tendance est bien là….

        En revanche, sur les balles de break à défendre, son taux de réussite est de 70% alors qu’il a gagné 71% des points qu’il a joué sur son service depuis le début de l’année, une amélioration sensible par rapport à l’année dernière. Il a en effet 1 seul point de différence entre les deux contre 6 l’année dernière (ce qui était énorme)..

        Sur les balles de break obtenues, là ou c’est l’autre qui est sous pression mais lui aussi dans une certaine mesure car les balles de break il faut bien les convertir de temps en temps, il en a remporté 42% alors qu’il n’a marqué en moyenne que 39% des points qu’il a disputé au retour, là encore une amélioration sensible par rapport à l’année dernière…Il a un différentiel positif de 3 points contre 1 seul l’année dernière…

        C’est là que l’on voit que Nadal est très fort: il a un différentiel positif de 3 points sur les balles de break à défendre alors que ce différentiel est généralement négatif pour la quasi totalité des joueurs et il a également un différentiel poisitif sur les balles de break à convertir (ce qui est normal) mais chez lui ce différentiel est de 4 points…Très très bon sur les points qui comptent vraiment Nadal….

        Le Djoker lui a un différentiel négatif lorsqu’il doit défendre une balle de break. Il était déjà négatif de 3 points en 2011 mais il est désormais de 5 points, ce qui est vraiment beaucoup. Sur les balles de break à convertir son différentiel est positif de 1 point mais, là encore, l’évolution n’est pas bonne car il était de 3 points en 2011…Incontestablement le Djoker résiste moins bien à la pression qu’en 2011, indépendamment de toute autre considération…

        Murray est bon sur les balles de break à défendre: différentiel positif de 2 points mais pas très bon pour les convertir puisqu’il a un diffréentiel négatif, certes faible: -1 point.

        Les statistiques sur les balles de break sont plus pertinentes que celles portant sur les tie break, à moins de prendre des séries très longues pour ces derniers, car il y a beaucoup de balles de break et peu de tie breaks. Pour prendre le cas de Roger, il a disputé 19 tie break depuis le début de l’année mais a du défendre 174 balles de break et a eu 342 occasions d’en convertir une. Néanmoins, pour que ce dernier retrouve rapidemment une moyyenne de 65%, il faudrait par exemple que sur les 11 prochains tie breaks qu’il dispuetra, il en gagne 10 et n’en perde qu’un seul…

  18. JC 25 juin 2012 at 12:27

    Salut

    Djokovic: 1/2
    Monaco: 3eme
    Almagro: 3 eme
    Berdych: 1/4

    Federer: vainqueur
    Simon: 1/8e
    Isner: 1/4
    Tipsarevic: 1er tour

    Ferrer: 3 eme
    Del Potro: 3 eme tour
    Cilic: 3 eme
    Murray:finale

    Tsonga: 1er tour
    Fish: 3e tour
    Lopez: 1/8
    Nadal: 2 eme tour

  19. Antoine 25 juin 2012 at 12:51

    Le premier jeu du tournoi a donc été marqué par Julien Bennetteau qui breake d’entrée Gilles Muller !

    Peu de chances qu’il marque le dernier jeu du tournoi, mais c’est un bon début. S’il passe Muller, il sera en bonne position pour rencontrer Federer au troisième tour. Allez Julien, montres leur à ces Roastbeefs !

    • Nath 25 juin 2012 at 13:02

      Bennet’ a également remporté le premier set du tournoi 6-2.

      • Antoine 25 juin 2012 at 13:03

        Yes indeed ! Malgré 81% de premières et 7 aces, Muller a perdu deux fois son service. Julien n’a perdu que deux points sur le sien !

        Muller est le dernier joueur à avoir battu Nadal à Wimbledon avant Federer: en 2005, au deuxième tour..C’était le bon temps !

        • Antoine 25 juin 2012 at 13:21

          6-2 aussi pour Richie qui ne passe pourtant qu’à peine 40% de premières…

  20. Oluive 25 juin 2012 at 13:37

    Antoine, je ne t’ai jamais vu autant au taquet avant un GC.
    Et te concernant, ce n’est pas peu dire !

    J’en ai dans un premier temps déduit que tu cherchais à rendre le dépôt de RYSC impossible faute de place… Pour finalement me raviser et conclure ailleurs : ce GC est effectivement une occasion trois fois unique pour Federer.
    Et, malheureusement, cette occasion, il ne l’aborde pas les voyants tous au vert.

    J’en conclus donc qu’en supporter à la fois du suisse et de la raison, tu cherchais tout simplement à diminuer chez toi l’angoisse irrépressible que provoquait l’approche du coup d’envoi en te persuadant à l’avance d’une inévitable défaite.

    Mais, j’ai une mauvaise nouvelle : le soulagement procuré aujourd’hui ne sera que de courte durée. Car, tous les deux jours, une nouvelle étape vers le trois fois impossible risque d’être franchie.

    Mon ordonnance : éviter de regarder un éventuel Fedal en finale…
    D’ici-là, place aux premiers tours.

    • Antoine 25 juin 2012 at 13:48

      Je vais y réfléchir Oluive…

      Deuxième set Benneteau à l’instant 7-5..Il a eu un peu de mal à boucler son dernier jeu de service mais le voilà bien parti pour être le premier joeur qualifié pour ce deuxième tour…

      Richie le suit pas très loin derrière avec un set et un break..

  21. karim 25 juin 2012 at 13:48

    Je vous lis depuis deux semaines, chauds comme les braises sur ce wimbledon. je n’ai pas participé aux débats, pas par choix mais par pur désinterêt. je ne comprends pas ce qu’il m’arrive. Il doit y avoir une partie de moi qui sais ce qu’il va advenir en fin de tournoi.
    espérons au moins quelques surprises, un demi-finaliste inattendu. quelque chose comme ça.

    • Antoine 25 juin 2012 at 13:55

      Et qu’est ce qui va arriver en fin de tournoi Karim ? Un titre de plus pour Rafa ? Tu sais bien qu’il est quasiment mort, étant entré dans une phase de déclin irréversible depuis plus d’un an comme l’ expliqué Jérome je ne sais combien de fois…

      Je ne crains pas Nadal en finale comme Oluive. Si Roger est en face il le battra parce que cela voudra dire que Federer est en super forme…Si c’est le Djoker, ce dernier gagnera aussi. Nadal a toutes les chances d’aller en finale mais il ira pour se faire étendre. Ce ne sera jamais que la quatrième fois…N’ais pas d’inquiétude à ce sujet karim…

      Ceux que je crains pour Roger, c’est ceux qui sont avant, à commencer par Isner, puis le Djoker…

      • Kissifrott 25 juin 2012 at 14:11

        autre hypothèse, au moins aussi crédible : un titre de plus pour djoko, tout simplement!
        Car, même si novak est censé affronter rafa ET doudou alors que nadal n’aura à affronter que le survivant des 2 autres, le fait est que nole est favori à la fois contre doudou et contre nadal

        • Antoine 25 juin 2012 at 14:13

          C’est clair ! Si le Djoker bat Federer en demies, il mettra une pile à Rafa en finale !

          • Kissifrott 25 juin 2012 at 14:47

            « Si le Djoker bat Federer en demies, il mettra une pile à Rafa en finale »

            euh, pour la pile à rafa, je pense que tu te laisses emporter par un enthousiasme légèrement exubérant… En pratique, djoko est en effet favori contre rafa, mais le niveau de jeu de cette finale éventuelle n’aura probablement rien à voir avec celui de leur finale de RG 2012 : chacun des 2 jouera bien plus relâché à wimbledon

    • Oluive 25 juin 2012 at 14:08

      Non non, je ne crains pas Nadal non plus ! Si finale Fedal il y avait, je la regarderais avec plaisir.
      On n’est pas à Roland quand même… Et l’opposition de style des deux sera plaisante j’en suis certain, même sur la therbe de la deuxième semaine.
      Sur ce tournoi, je ne crains qu’une personne : Federer…

      Et Karim : cf ci-dessus !

    • Oluive 25 juin 2012 at 14:14

      Sinon, Karim, ça commence à être grave : via un sevrage de Roland serais-tu en train de te sevrer du tennis ?
      La conclusion de ta saga en cacherait-elle une autre ?

      Car, quoi, ne pas être motivé par Wimbledon ?!
      Je ne parle même pas des enjeux cette années, mais juste : Wimby ?

      Il resterait quoi pour te faire vibrer ?
      Les jeux ?
      L’USO ?
      Le masters ?
      … Youtube ?

      Reviens Karim, tu es en train de passer du côté obscur.

  22. Nath 25 juin 2012 at 13:49

    Il me stresse un peu le Youyou, là. Mené d’un set et un break, super frustré… Il vient quand même de débreaker, mais vu les difficultés qu’il a au service… Il va quand même pas perdre contre Young le jour de ses 30 ans, si ?

    • Antoine 25 juin 2012 at 13:52

      ..Ce serait la cata pour Youz, surtout que Young vient de perdre 10 matchs de suite et n’est donc pas vraiment en confiance…

  23. Robert "AxelBob" 25 juin 2012 at 14:04

    Super Karim! Après la patée refilée aux Roastbeefs, lire ton texte a été la deuxième jouissance de mon dimanche soir :-D

    • Oluive 25 juin 2012 at 14:10

      La pâtée ?!
      Je ne connais vraiment pas grand-chose au foot… Pâtée est un diminutif pour tirs aux buts en anglais ?

    • Robin 25 juin 2012 at 14:16

      Dans le jeu les Anglais ont été plus que dominés tout de même, même si ça ne s’est pas vu au score, la faute à pas de chance et à quelques sauvetages miraculeux de la défense de la perfide Albion. Et puis si on ne peut plus se réjouir d’une défaite des bouffeurs de pudding où va le monde ? :-)

      • Oluive 25 juin 2012 at 14:28

        De toutes façons Robin, n’ayant vu en tout et pour tout que 20′ de France / Espagne en terrasse au milieu d’un groupe d’allemands et d’une avalanche de verres de rouge, je n’ai aucune crédibilité.

      • Robin 25 juin 2012 at 15:18

        :-)

    • Robert "AxelBob" 25 juin 2012 at 14:37

      Je t’assure que les éliminer aux t.à.b alors qu’ils pensaient avoir fait le plus dur en y arrivant procure une jouissance extreme :mrgreen:

      Maintenant une éventuelle victoire face aux teutons serait doublement plus jouissive ;-)

  24. Antoine 25 juin 2012 at 14:25

    J’allais écrire: « Benneteau Ier, roi de Wimbledon et premier qualifié pour ce deuxième tour en battant en trois sets Muller 6-2 7-5 6-4…Bonne perf de Benneteau. Muller avait posé de gros problème à Nadal l’année dernière durant deux sets perdus tous les deux au tie break avant de s’effondrer… »..Mais Julien servant pour le match perd son service sur l’unique balle de break qu’a obtenue Muller !

    Richie suit pas très loin: 6-2 6-2 et 5-2..Du coup, c’est Richie qui va sans doute être le premier qualifié !

    Vivement deux frenchies qualifiés, c’est toujours un résultat que les Roastbeffes n’auront jamais !

    • Robin 25 juin 2012 at 14:29

      C’est Ryan Sweeting le premier qualifié suite à l’abandon de Potito Starace.

      • Antoine 25 juin 2012 at 14:41

        Bon, cela ne compte pas..

      • Robin 25 juin 2012 at 14:46

        Naturellement :-).

  25. Oluive 25 juin 2012 at 14:26

    Moi sur ce tournoi, mon moi supporter de Fed est beaucoup plus zen que depuis dix mois.

    J’ai le sentiment que : ça y est. On y est.

    Tout est en place, les pions ont été posés. Et c’est le moment de placer l’accélération.

    Tout ce qui précède n’a qu’un seul but : ce qui suit. Les dix mois écoulés n’ont de sens que dans les deux semaines à venir.

    Le grand risque c’était de manquer ce rendez-vous, je veux dire de ne pas le faire exister.
    Or, il est là.
    Pour la première fois depuis (depuis quoi, L’USO 2003 ?) trois joueurs peuvent terminer le tournoi à la première place, et ce, sans concours complètement improbable de circonstances.

    L’Histoire est là, donc l’histoire est belle.
    C’est mieux si elle dure, mais elle est, elle aura été.

    Plus d’attente, plus de road-to je sais pas quoi.
    Bordel, here it’s.
    Quelle que soit l’issue du scénario, que le récit soit à la hauteur, that’s it.

    Je veux du sang, du sexe et des jeux.

  26. Antoine 25 juin 2012 at 14:36

    Richie Ier, officiellement Roi de Wimby: 6-2 6-2 6-2…

    Et pendant ce temps là, Benneteau rame maintenant et a du sauver 6 balles de set sur son service pour atteindre le tie break !

  27. Nath 25 juin 2012 at 14:37

    Ça va mieux pour Youzhny. Et Bennet’ a 4 balles de match dans le tie-break, ça devrait passer.

    • Antoine 25 juin 2012 at 14:39

      C’est marrant: tu es en avance sur le score board qui indique 3-0…

      • Nath 25 juin 2012 at 14:43

        C’est parce que j’ai regardé un peu vite, c’était le score du 1° set, mais je préfère dire que c’était prémonitoire.

      • Antoine 25 juin 2012 at 14:46

        Bon, c’est fait pour Benneteau qui a souffert dans ce troisième set mais qui passe donc au tie break…

        Je vois que Tipsarévic a breaké Nalbandian et que le Djoker est en train de boucler le premier set contre Ferrero…

  28. MacArthur 25 juin 2012 at 14:46

    Très bonnes stats en 1ères pour Djokopope. J’espère qu’il va continuer ainsi. Il en aura vraiment besoin. Il a rendez-vous en finale avec Murray.

    On vient juste de commencer que j’ai hâte à une finale Djokopope-Murray. Pas bon signe ça….

    • Antoine 25 juin 2012 at 15:01

      Non, c’est pas bon signe MacArthur. Il faut consulter.

  29. Oluive 25 juin 2012 at 14:57

    Et Blake qui fait un plongeon en fond de court pour se procurer une balle de mini-break dans le TB du 1er set !
    4/2.
    Allez James !

    • Oluive 25 juin 2012 at 15:00

      Et voilà.
      Set Blake, 7/4.

  30. Antoine 25 juin 2012 at 14:59

    Comme Benneteau tout à l’heure, Fernando vient de se faire debreaker alors qu’il servait pour le match à 7-6 6-4 et 5-3..

    Llodra est en bien meilleure forme que ce à quoi je m’attendais: 6-3 et 2-1 et Fognini n’a pu marquer que 4 points sur son service jusqu’à présent…

    Peut être que le Goat caché va se dévoiler contre Federer au tour suivant ? Un deuxième tour qui pourrait bien ne pas être de tout repos pour le Goat putatif…

    Enfin, honte à Zemlja qui vient de perdre le deuxième set contre un Roastbeef, John Toumauvais !!

  31. MacArthur 25 juin 2012 at 15:03

    Pour les amateurs de tennis féminin, je rêve ou Vesnina va infliger une bulle à V. Williams au 1er set…..Sur le gazon de Wimbledon?

    • Antoine 25 juin 2012 at 15:09

      Non, tu rêves là…Elle est menée 5-1 cela dit…

      • MacArthur 25 juin 2012 at 15:32

        Antoine s’interesserait-il à Vesnina? Il y a une petite video coquine d’elle qui circule sur Internet. Pour info, je n’ai jamais rien vu de pareil concernant Masha, pourtant « la call girl russe »… :-)

  32. Antoine 25 juin 2012 at 15:07

    11ème défaite consécutive pour Donald Young et donc victoire de Youz en quatre sets après avoir été mené d’un set et d’un break…

    Cela a l’air d’être bien tranquille pour le Djoker: un set et un break. Il a quand même paumé une fois son service mais là ou il fait la différence c’est sur la première balle de Ferrero qui n’en gagne que 60% ce qui est très faible, surtout sur herbe. Bon, cela n’a jamais été son point fort non plus à Juanito..

  33. MacArthur 25 juin 2012 at 15:22

    La tactique définitive contre le Djoker, c’est éviter au maximum de le déporter sur les angles. Vraiment. Des balles sans vie dans l’axe central, c’est ce qui marche avec lui.

    • Antoine 25 juin 2012 at 15:28

      Mooouuuuaaaaiiiis, cela n’a pas l’air de trop bien réussir à Ferrero quand même…

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis