Je n’aime pas le gazon, mais j’aime le tennis

By  | 17 juin 2013 | Filed under: Opinion

« I don’t like to play on this surface. After a while, I get bored. I completely lost motivation, and I gave up. I love tennis, but I just don’t like grass. » Ces propos ne sont pas de moi mais de Marat Safin. Chaque année, dès le début de la saison sur gazon, je me demande pourquoi les gens aiment cette surface. Encore plus, lorsque chaque année, j’entends Serena Williams, qui y a pourtant eu des résultats impressionnants, autant en simple qu’en double, entonner son refrain : « I don’t love grass, to be honest. I always say that every year. I’m like, Gosh, the grass ! »

J’en suis arrivé à trois conclusions provisoires : 1) il y a la catégorie des gens qui aiment le gazon par détestation de la terre battue; 2) il y a celle des gens qui aiment le gazon parce que leur(s) joueur(s) préféré(s) y brille(nt); et, 3) il y a les amateurs de tennis qui aiment les différentes facettes du jeu pratiqué sur cette surface. Pour ma part, je ne me reconnais dans aucun de ces trois groupes. Toutefois, comme Marat Safin, j’aime le tennis. Ce qui fait que je continue à m’y intéresser quand même pendant cette courte saison qui devrait s’allonger dans les prochaines années avec l’intérêt affiché par Hamburg, Stuttgart et Gstaad de passer au vert; la semaine supplémentaire entre la fin de Roland-Garros et le début de Wimbledon, dès 2015, étant un incitatif majeur au développement du tennis sur gazon.

Je n’aime pas le gazon.

Je ne déteste pas la terre battue. La saison a beau être longue et peut même sembler interminable si cette impression découle du fait que, depuis quelques années, un seul joueur en a fait sa principale période de moisson de titres. Pour autant, je l’aime toujours. Encore plus lorsqu’elle se déroule dans des conditions climatiques idéales pour la pratique du tennis en extérieur.

Par le passé, et encore aujourd’hui, certains joueurs que j’ai aimé et que j’aime suivre sur le circuit, s’exprimaient et s’expriment très bien sur cette surface verte. Toutefois, je ne me suis toujours pas encore mué en un amoureux fou du gazon. Parce qu’en réalité, je n’aime pas vraiment les caractéristiques du tennis sur cette surface.

Le gazon est LA surface historique du tennis. Le tennis a été inventé sur cette surface. Certes. Les partisans du gazon mettent généralement en avant trois grands arguments pour justifier leur préférence. Premièrement, les conditions de jeu y sont plus rapides, deuxièmement, les courts en gazon sont beaux, et troisièmement, la surface n’est pas aussi traumatisante pour le corps que peut l’être le dur. Ce dernier argument est probablement celui qui me convainc le plus même si la vitesse à laquelle la balle atteint la raquette, sur gazon, est également synonyme de choc violent et de torsion problématique. L’argument de la beauté, quoique recevable, ne m’émeut pas plus que ça. Il n’y a qu’à voir l’état des courts du Gerry Weber Open et la multiplication des faux rebonds deux jours seulement après le début du tournoi; et l’état des courts de Wimbledon dans les carrés de service autrefois, et en fond de court de nos jours, en deuxième semaine, pour s’en convaincre.

Le jeu sur gazon ne m’enthousiasme pas beaucoup. Les surfaces en gazon sont normalement les plus rapides qui puissent exister au tennis. Les points s’y jouent souvent en deux coups de raquette et le service y est l’arme prépondérante. La tactique de jeu sur gazon est relativement simple : un service slicé qui exploite à merveille le rebond bas caractéristique du revêtement et une volée pour finir le point. Bien exécuté, ce schéma est agréable à regarder pendant un temps… mais devient assez vite lassant sur la durée. Comme Marat Safin, je peux m’ennuyer très vite devant le spectacle offert par le tennis sur gazon. Surtout quand je me mets à place du relanceur. D’une part, parce qu’il n’y a rien de plus frustrant au tennis que de ne pas pouvoir toucher la balle en retour de service. Et c’est souvent le cas face à des serveurs fous sur gazon. D’autre part, parce qu’il lui faut se déplacer très rapidement pour espérer atteindre une balle qui fuse avec un rebond très bas. Ce que la probabilité de la glissade fatale rend très difficile à mettre en œuvre. Car quelque soit l’état de l’herbe, celle-ci est toujours glissante. Pour ces raisons, j’ai applaudi le ralentissement des conditions de jeu à Wimbledon dès le tout début des années 2000. Mais j’ai tout de suite maudit la politique de couverture des courts adoptée par les organisateurs. Alors que depuis 2009, le toit rétractable du Centre Court dénature déjà les conditions de jeu du tournoi et empêche de savourer l’un des seuls plaisirs à regarder le tennis sur gazon, à savoir l’inégalable son de l’impact de la balle sur la raquette, la mise en service d’un autre toit sur le Court No.1 sera effective en 2019.

Je n’aime pas le tennis sur gazon parce que c’est un tennis qui ne laisse pas de place à une deuxième chance. Parce qu’une simple panne de première balle, lors d’un jeu, peut faire perdre un set. Une seule erreur, un break est concédé et le set empoché par l’adversaire. En deux sets gagnants, on peut perdre un  match sur deux erreurs de jugement, deux mauvais choix. Je n’aime pas le tennis sur gazon parce qu’on y a l’occasion de construire son point que trop rarement. Ce tennis-là est parfois même très cruel envers les joueurs les plus complets techniquement. Mais plus que tout, peut-être que je n’aime pas le tennis sur gazon parce qu’il n’y a simplement pas assez de courts en gazon pour permettre aux amateurs d’apprivoiser la surface : je suis un démocrate et le tennis sur gazon n’est pas un sport démocratique. Puisque vous me connaissez désormais, je vous propose maintenant de vous prêter au jeu si vous le voulez bien. Pourquoi vous (n’)aimez (pas) le tennis sur gazon ?

Mais j’aime le tennis.

En dépit de mon désamour pour le gazon, j’adore le tennis. Pour cette raison, je ne me désintéresse pas totalement des tournois de la saison. Une saison commençant avec le Gerry Weber Open (Halle) et l’Aegon Championships (Londres) qui se jouent simultanément et sont classés 250 Series par l’ATP. Mais le premier tournoi est né en 1993 alors que le second existe déjà depuis 1890. Le vainqueur le plus titré à Halle est Roger Federer et ses 5 titres gagnés sur la période 2003-2008. Il y a même signé un contrat de participation à vie, mais a déjà fait faux bond aux organisateurs à trois reprises : en 2007 (année où Tomas Berdych inscrit son nom au palmarès des vainqueurs), en 2009 et en 2011. Après une finale perdue face à Tommy Haas, en 2012, le Suisse visait donc, cette année, un 6e titre à sa collection, après avoir pris sa revanche sur l’Allemand en demi-finales. Avant de défendre Wimbledon et espérer battre le record qu’il co-détient avec Pete Sampras pour définitivement rejoindre Rafael Nadal au rang des joueurs qui ont gagné 8 titres d’un même Grand chelem. Lors de ce tournoi, alors qu’on s’attendait à un bon parcours des bombardiers Milos Raonic et Jerzy Janowicz, c’est à une élimination au premier tour à laquelle on a assisté. De même, celui qui n’a jamais cessé de se demander ce que de nombreux joueurs qui ne savent vraisemblablement pas jouer au tennis font dans le Top 100, et qui pense souvent avoir été le meilleur joueur sur le court après ses défaites, a été renvoyé à ses études, en huitième de finale, par le vétéran Tommy Haas; lequel est actuellement le 4e meilleur joueur sur gazon en activité avec ses deux titres (tous obtenus à Halle, en 2009 et 2012) et 48 victoires pour 24 défaites en carrière.

À Londres, pour ne pas remonter à un passé lointain, John McEnroe, Boris Becker, Lleyton Hewitt et Andy Roddick sont les joueurs les plus titrés avec 4 titres chacun. Le Queen’s qui se déroule dans un club aussi charmant que celui de Monte-Carlo, quoique dans un style différent, et au tableau souvent très relevé aurait certainement mérité une meilleure catégorisation, tout au moins le 500 Series, à l’image de Dubai. Malgré tout, il reste pour de nombreux observateurs le tournoi sur gazon le plus important après Wimbledon. Pour beaucoup de joueurs, à l’instar d’Andy Murray qui l’a remporté à deux reprises (2009, 2011), il constitue la meilleure préparation possible à ce Grand chelem. Aussi à l’aise sur gazon que mal à l’aise sur terre battue, l’Écossais a choisi, cette année de faire l’impasse sur Roland-Garros afin de ménager un dos de plus en plus douloureux et ainsi optimiser ses chances pour Wimbledon. Avec un ratio de 64 victoires contre 14 défaites en carrière, l’Écossais est aujourd’hui le deuxième meilleur joueur sur cette surface, derrière Roger Federer et son bilan de 117/17. Après une sortie de route précoce l’année dernière, au deuxième tour face à Nicolas Mahut — erreur rapidement rectifiée cette année face au même joueur et au même stade de la compétition —, Murray visait au Queen’s son quatrième titre sur gazon, avant peut-être un sacre historique à Wimbledon… Oui, on peut encore rêver!

Au programme de la semaine à venir figurent les deux autres tournois de préparation à Wimbledon : ‘s-Hertogenbosch (Bois-le-Duc) et Eastbourne (Angleterre). Alors que le tournoi d’Eastbourne était essentiellement féminin depuis le milieu des années 1970, il devient mixte en 2009 avec la participation des hommes. Avec ses quatre vainqueurs différents en autant d’éditions depuis sa création (Dmitry Tursunov en 2009, Michaël Llodra en 2010, Andreas Seppi en 2011 et Andy Roddick en 2012), il paraît encore très ouvert cette année avec la participation, entre autres, de Gilles Simon (1), Juan Monaco (2), Philipp Kohlschreiber, Alexandr Dolgopolov, Julien Benneteau, Feliciano Lopez, Radek Stephanek, Bernard Tomic et Milos Raonic (sur invitation). Chez les dames, Tamira Paszek aura fort à faire pour conserver son titre acquis l’année dernière. Agnieszka Radwanka (1), Caroline Wozniacki (5) et Marion Bartoli (8), toutes les trois anciennes championnes, de même que Petra Kvitova (4) se dresseront notamment sur sa route.

Quant au tournoi de Bois-le-Duc, il accueille les hommes depuis 1990 et les femmes depuis 1996. David Ferrer s’y est imposé à deux reprises (2008, 2012). Ce qui contribue à faire de lui, actuellement, le 3emeilleur joueur sur gazon avec ses 34 victoires pour 14 défaites. Comme dirait l’autre, il faut aussi savoir choisir ses tournois! Sur la route de la défense de son titre à ce qui s’appelle désormais le Topshelf Open suite à la signature d’un contrat de trois ans entre l’organisation et Topshelf Megastores, David Ferrer (1) pourrait croiser Stanislas Wawrinka (2), John Isner, Marcos Baghdatis, Jeremy Chardy, Benoît Paire, Michaël Llodra, Gaël Monfils (qui a reçu une invitation) et David Goffin pour ne citer que ces joueurs-là. Du côté féminin, Nadia Petrova, la gagnante de 2012, a préféré tenter l’expérience anglaise avec Eastbourne, cette année, plutôt que de défendre son titre. Ce qui pourrait permettre à Roberta Vinci (1), déjà sacrée en 2011, Dominika Cibulkova (2) ou peut-être même Kirsten Flipkens (4) de s’imposer.

La saison sur gazon se poursuivra après Wimbledon avec le Campbell’s Hall of Fame Tennis Championships (Newport) où les organisateurs ont l’idée originale de faire jouer les matchs alternativement sur trois courts adjacents afin de garantir la qualité du gazon pendant toute la semaine de la compétition. John Isner y visera cette année son troisième titre consécutif après ses succès de 2011 et 2012. En attendant, je souhaite beaucoup de plaisir aux amoureux du gazon.

About 

Le tennis est pluriel.

Tags:

242 Responses to Je n’aime pas le gazon, mais j’aime le tennis

  1. Antoine 18 juin 2013 at 21:16

    FLASH
    —–

    C’est une bien triste nouvelle mais pour la première fois depuis 1997, après seize années consécutives par conséquent, Vénus, 5 fois titrée à Wimbledon, ne participera pas au tournoi cette année…

    Mal au dos persistant…

    Consolation si l’on peut dire, tous les Roastbeefs encore en piste au deuxième tour des qualifications pour le simple messieurs ont été battus cette après midi..

    Le All England Club a bien fait de ne distribuer que 5 WC plutôt que de les gaspiller avec eux.

  2. Colin 19 juin 2013 at 00:19

    Merci MacArthur pour cette excellente introduction à cette (brève) saison sur gazon. Personnellement mes deux surfaces favorites sont la TB et le gazon, pour des raisons esthétiques principalement.
    J’ai eu l’occasion de jouer une fois sur herbe quand j’étais gamin, en vacances en Angleterre, et j’avais adoré. Le tennis à la campagne, en quelque sorte.

  3. Homais 19 juin 2013 at 08:24

    Moi je me suis toujours demandé comment c’était viable pour un club d’avoir des courts en herbe. Quand on voir comment ils sont après deux semaines de jeu, si tu es un club un peu fréquenté avec des adhérents qui viennent jouer le matin et l’après-midi, dans quel état les courts sont ? Certains ici ont un témoignage sur cette réalité des clubs (anglais pour faire court, c’est le plus près) qui ont gardé cette surface ?

  4. Remy 19 juin 2013 at 11:44

    Nadal officiellement tête de série numéro 5 pour Wimbledon

    • Skvorecky 19 juin 2013 at 12:39

      A noter, sur le site de Wimbledon, la formule exacte:

      « · Take ESP points at 17 June 2013
      · Add 100% points earned for all grass court tournaments in the past 12 months
      · Add 75% points earned for the best grass court tournament in the 12 months before that. »

      Bien différente de ce qu’on en disait l’autre jour: de fait, les points de Queen’s et Halle 2011 ne sont pas pris en compte. Et pour Nadal, ceux de Halle 2012 non plus. Bref, faire Eastbourne ou s’Hertogenbosch est plutôt le bon plan dans l’optique de l’année suivante!… C’est là où Ferrer a gagné sa place.

      A retenir pour l’an prochain si la question se pose à nouveau (pour d’autres joueurs sans doute).

  5. Antoine 19 juin 2013 at 12:55

    Les TS pour Wimby sont les suivantes:

    1 DJOKOVIC, Novak (SRB) [1]
    2 MURRAY, Andy (GBR) [2]
    3 FEDERER, Roger (SUI) [3]
    4 FERRER, David (ESP) [4]
    5 NADAL, Rafael (ESP) [5]
    6 TSONGA, Jo-Wilfried (FRA) [6]
    7 BERDYCH, Tomas (CZE) [7]
    8 DEL POTRO, Juan Martin (ARG) [8]
    9 GASQUET, Richard (FRA) [9]
    10 CILIC, Marin (CRO) [10]
    11 WAWRINKA, Stanislas (SUI) [11]
    12 NISHIKORI, Kei (JPN) [12]
    13 HAAS, Tommy (GER) [13]
    14 TIPSAREVIC, Janko (SRB) [14]
    15 ALMAGRO, Nicolas (ESP) [15]
    16 KOHLSCHREIBER, Philipp (GER) [16]
    17 RAONIC, Milos (CAN) [17]
    18 ISNER, John (USA) [18]
    19 SIMON, Gilles (FRA) [19]
    20 YOUZHNY, Mikhail (RUS) [20]
    21 QUERREY, Sam (USA) [21]
    22 MONACO, Juan (ARG) [22]
    23 SEPPI, Andreas (ITA) [23]
    24 JANOWICZ, Jerzy (POL) [24]
    25 PAIRE, Benoit (FRA) [25]
    26 DOLGOPOLOV, Alexandr (UKR) [26]
    27 ANDERSON, Kevin (RSA) [27]
    28 CHARDY, Jeremy (FRA) [28]
    29 DIMITROV, Grigor (BUL) [29]
    30 FOGNINI, Fabio (ITA) [30]
    31 BENNETEAU, Julien (FRA) [31]
    32 ROBREDO, Tommy (ESP) [32]

    A comparer au classement ATP:

    1 Djokovic, Novak (SRB)
    2 Murray, Andy (GBR)
    3 Federer, Roger (SUI)
    4 Ferrer, David (ESP)
    5 Nadal, Rafael (ESP)
    6 Berdych, Tomas (CZE)
    7 Tsonga, Jo-Wilfried (FRA)
    8 Del Potro, Juan Martin (ARG)
    9 Gasquet, Richard (FRA)
    10 Wawrinka, Stanislas (SUI)
    11 Nishikori, Kei (JPN)
    12 Cilic, Marin (CRO)
    13 Haas, Tommy (GER)
    14 Tipsarevic, Janko (SRB)
    15 Raonic, Milos (CAN)
    16 Almagro, Nicolas (ESP)
    17 Simon, Gilles (FRA)
    18 Kohlschreiber, Philipp (GER)
    19 Querrey, Sam (USA)
    20 Monaco, Juan (ARG)
    21 Isner, John (USA)
    22 Janowicz, Jerzy (POL)
    23 Anderson, Kevin (RSA)
    24 Dolgopolov, Alexandr (UKR)
    25 Paire, Benoit (FRA)
    26 Seppi, Andreas (ITA)
    27 Chardy, Jeremy (FRA)
    28 Youzhny, Mikhail (RUS)
    29 Robredo, Tommy (ESP)
    30 Fognini, Fabio (ITA)
    31 Dimitrov, Grigor (BUL)
    32 Benneteau, Julien (FRA)
    33 Mayer, Florian (GER)
    34 Rosol, Lukas (CZE)
    35 Klizan, Martin (SVK)
    36 Melzer, Jurgen (AUT)
    37 Nieminen, Jarkko (FIN)

    Tous les 32 premiers à l’ATP sont TS à Wimbledon, le système n’a donc pas changé grand chose.

    Les changements sont donc les suivants:

    TS1-8 : Jo gagne une place et Berdych en perd une: sans conséquence
    TS9-16: Cilic en gagne deux et Stan et Nishikori reculent d’une place: sans conséquence.
    Raonic en perd 2, TS17 au lieu de 15ème, Almagro en gagne 1, Kohly en gagne 2: TS16 alors qu’il est 18ème..
    TS-17-24: Isner en gagne 3 (TS18 au lieu de 21), Simon en perd 2, Querrey en perd 2. Youzhny en gagne 8, Monaco en perd 2, Seppi en gagne 3, JJ en perd 2, Dolgo en perd 2, Handerson en perd 4, Chardy en perd 1.

    Youzhny fait une très bonne opération et évite de se retrouver parmi les TS25-32 qui en principe vont renconter un des top 1-8 au troisème tour. Dolgo est dans le cas inverse étant TS26 au lieu de 24ème à l’ATP..

    Dimitrov en gagne 2, Benetteau en gagne 1, Robredo en perd 3

    • Skvorecky 19 juin 2013 at 13:05

      Donc 3 changements avec conséquences sur le tirage au sort:

      Kohlschreiber entre dans le top 16 aux dépens de Raonic.

      Youzhny et Seppi entrent dans le top 24 aux dépens de Dolgopolov et Anderson.

      • Antoine 19 juin 2013 at 13:42

        Effectivement puisque les 9-16 rencontrent théoriquement les 17-24 au troisième tour, le choix résulant du tirage au sort. Etre 17ème plutot que 15ème comme Raonic implique donc de renconter un 9-16 plutôt qu’un 17-24…l’inverse étant vrai pour Kohly, avec donc plus de chances a priori pour Kohly d’aller en 1/8ème que pour Raonic..

        Et cela change bien sur pour les 4 autres puisque les 25-32 rencontrent les 1-8….Je dirais que là, cela compte beaucoup plus: Dologo et Anderson ont désormais beaucoup moins de chnaces d’aller en 1/8ème tandis que les chances du Dr Youz et de Seppi deviennent nettement plus grandes…

      • Skvorecky 19 juin 2013 at 15:42

        En y réfléchissant, pour Kohlschreiber ce n’est pas forcément le meilleur plan. Parce qu’en tant que n°16 il est tout simplement assuré de se choper un top 4 en huitièmes!

        En tant que 17-24, il avait une chance sur deux de tomber sur un n° 9-12 au troisième tour (les joueurs en question étant à sa portée), et avoir un n° 5-8 en huitièmes, ce qui laisse de l’espoir.

        Finalement, plus que les 32 têtes de séries, ce sont les subtilités de ce genre qui en structurant au maximum le tableau tendent à éliminer l’aléa sportif.

        Moi je dis: tu es n°1, ce n’est pas ça qui va t’empêcher de tirer le 17ème mondial au troisième tour et le 9ème en 1/8èmes de finale.

        C’était un nouvel épisode de « les champions de tennis sont des petites natures ». A suivre: « les joueurs classés de 17 à 24ème mondial sont des planqués. »

        • Antoine 19 juin 2013 at 16:08

          Cà c’est bien observé Skvo et je n’y avais pas pensé mais j’ai regardé le tableau de l’anéne dernière et c’est bien cela:

          -le 15 était dans le 1/8ème de la TS1
          -le 17 était dans le 1/8ème de la TS 3
          -le 16 était avec le TS4
          -le 14 était avec le TS2…

          Du coup, on peut effectivement vraiment se demander s’il ne vaut pas mieux être TS17-24…A contrario est ce bon pour Raonic qui est TS17 alors qu’il vaut 15 à l’ATP…S’il passait deux tours, cela voulait dire qu’il s’était habitué à l’herbe et il aurait pu tomber sur…notre ami Nadal par exemple…Là, ce danger est écarté jusqu’au quarts…

          Isner est dans la même situation de même que Jerzy, de justesse, puisqu’il est TS24…J’avais envie de dire, domage, cela aurait été marrant de le voir jouer contre Nadal au troisième tour…

          Mais notre ami, et j’ai un peu de mal à m’y faire, n’est pas TS4 mais TS5…

          La bonne nouvelle pour lui, c’est qu’il ne peut pas, sauf erreur de ma part, se retrouver dans la même moitié de tableau que Jo, TS6. Or Jo sur herbe, contre Nadal, cela peut être vraiement l’enfer pour ce dernier et je donnerais Jo favori. C’est sûr qu’il préfère jouer Berdych ou Del Po en demie s’il y parvient…

          L’année dernière, les adversaires potentiels de la TS5 avant les quarts étaient le 25, puis en 1/8ème soit le 10, soit le 20, c’est à dire ici, respectivement Paire, Cilic ou Youzhny…

  6. Antoine 19 juin 2013 at 13:51

    Tiens MacArthur, à propos de l’avantage supposé être déterminant des gros serveurs sur herbe, voici quelques exemples récents qui ne militent pas en faveur de cette thèse:

    Isner qui n’a jamais brillé à Wimbledon, battu au premier tour l’année dernière par exemple, a été sorti hier au premier tour hier à Bois-le Roi.

    Raonic a aussi perdu au premier tour à Eastbourne, après avoir perdu lors de son premier match à Halle la semaine dernière. A Wimbledon l’année dernière, il a été battu au deuxième tour à Wimbledon (certes par un autre gros serveur: Querrey)…

    • Remy 19 juin 2013 at 14:24

      Raonic a perdu contre Dodig qui n’est pas un fin technicien non plus.
      Ne pas oublier qu’il n’était pas loin de battre Tsonga lors des derniers Jeux Olympiques

  7. Patricia 19 juin 2013 at 14:00

    Inspirée par le mini quizz d’Antoine, classement par nombre de matchs gagnés sur herbe des 30 premiers à l’ATP, plus quelques vétérans :

    1. Fed : 121
    2. Hewitt : 115
    3. Murray : 66
    4. Nadal : 50
    5. Haas : 50
    6. Youzhny : 50
    7. Djoko : 47
    8. Llodra : 42
    9. Gasquet : 41
    10. Berdych : 40
    11. Kohlschreiber : 40
    12. Ferrer : 34
    13. Tsonga : 34
    14. Tipsa : 34
    15. Stepanek : 33
    16. Cilic : 29
    17. Querrey : 29
    18. Seppi : 26
    19. Mayer : 25
    20. Del Potro : 24
    21. Robredo : 24
    22. Simon : 20

    23. Isner : 16
    24. Nishikori : 13
    25. Wawrinka : 10
    26. Anderson : 10
    27. Almagro : 11
    28. Raonic : 8
    29. Dolgo : 7
    30. Chardy : 7
    31. Fognini : 7
    32. Paire : 6
    33. Monaco : 3
    34. Janowicz : 2

    Un top 10 constitué de deux supertanker, 5 gros poursuivants emmenés par Murray (qui bénéficie aussi de ses moins bons résultats sur terre, je dirais), et 4 spécialistes dont 3 nettement surclassés par rapport à leurs états de service généraux.

    Après Gilou, tout se gâte et ça devient un peu ridicule. On peut encore pardonner les jeunes pousses ou ceux qui ont mis du temps à percer, mais un Wawrinka à 10 victoires, un Monaco à 3 !?

    La « hiérarchie » est tout de même bien chamboulée sur herbe…

    • Don J 19 juin 2013 at 17:22

      C’est marrant de voir Hewitt aussi haut dans le classement, Llodra je comprends bien vu son type de jeu, mais Hewitt, serieux ??? ni un gros serveur, ni un redoutable volleyeur, et pourtant il a gagné wimbly ! si je me rappelle bien en final 2002 contre Nalbandian, et la légende veut qu’aucun point à la volée n’est été joué lors de cette finale pour le moins originale(j’ai pas été vérifier). Du coup Hewitt serait un des derniers spécialistes sur herbe ? Quelqu’un pourrait m’expliquer ?

      Après ça soulève la question de savoir qu’est-ce qu’un « véritable spécialiste » aujourd’hui ? non seulement sur herbe, mais aussi partout ailleurs, alors que le big 4, constitué de joueurs plutôt complets, gagnent sur toutes les surfaces, je pourrai même pousser jusqu’au top10-20.

      alors oui, on a des wawrinka, des almagro bien meilleurs sur terre que sur herbe, on a des murray et des youzhny bien meilleurs sur herbe que sur terre, mais sont-ils vraiment des spécialistes qui peuvent exprimer leur véritable tennis uniquement sur leur surface fétiche, ou juste des joueurs à préférences, moins à l’aise sur certaines surfaces, mais quand même très complets et adaptables (et c’est ce que je pense).
      Sans doute qu’aujourd’hui pour être dans le top 100, il faut un tennis tout terrain, tout simplement. Les spécialistes seraient donc des joueurs de challengers essentiellement ?

      • Patricia 19 juin 2013 at 18:04

        Facile : Hewitt est un joueur avec une excellente vision du jeu, une grande palette technique (en particulier les coups du gazon : slice volée lob, un très bon revers), un retour et un déplacement exceptionnel. Il a bien plus d’atouts que Djokovic pour bien y jouer, service à part…
        En fait sur herbe, tu peux compenser un manque de puissance par du toucher (c’est la surface qui prive de temps ton adversaire, et un service quelconque par un retour XXL. Tu peux bcp plus embêter les grands avec le slice, et dans l’ensemble, sanctionner un déplacement approximatif…
        Sur terre, manque de puissance + pas de coup droit = gros handicap.

        Pas vu la finale contre Nalby, mais c’est certainement une légende : pas de service volée, ok (vue leur service, ça se comprend), pas de volée… ça supposerait que 2 excellents techniciens/passeur s’abstiennent de faire des amorties, et j’en doute fortement.

  8. Colin 19 juin 2013 at 14:01

    En direct de Bois-le-Marquis

    Fortunes diverses pour nos petits français, Llodra vient de se faire battre par Jan Hernych (non mais la honte quoi !) et Mahoouuu est passé contre Kuznetsov (Yes, vazynico !)

    • Antoine 19 juin 2013 at 15:33

      Il est quand même assez étonnant ce Jan Hernych: il est 228ème et a 33 piges. Son meilleur classement a été 59ème il y a quatre ans..

      Et voilà qu’à halle la semaine dernière, il passe ses trois tours de qualifs, puis bat Brands avant de perdre contre Gaël..

      A Bois-le-Machin, rebelotte: il passe ses trois tours de qualifs, bat Goffin 7-6 au troisième alors que ce dernier a servi pour le match et bat Llodra au finish à nouveau aujourd’hui 7-5 au troisième…Il se retrouve donc en quarts contre Garcia-Lopez…C’est pas une excuse mais Llodra a qq petits bobos aux adducteurs suite à Roland Garros…

      Maahoouu a eu le même parcours que lui: trois tours de qualifs mais ensuite deux victoires très faciles contre Berankis hier (5 jeux perdus) et Kuznetsov aujourd’hui (6 jeux) et il se retrouve en quarts contre Donskoy, 73ème, et qui a eu la bonne idée de battre Isner au premier tour, et qui vient de battre Haase en deux sets, sinon on avait certainement droit à un nouveau match entre les deux…

      Une bonne chance d’aller en demies donc, je pense qu’il va le battre, et cela vaut mieux que de se farcir les qualifs de Wimbly pour pas un rond ou presque. Encore heureux qu’ils lui aient filé une WC. Je trouve d’ailleurs qu’ils devraient lui attribuer une WC à vie pour services éminents rendus au tournoi…

  9. Sam 19 juin 2013 at 14:13

    Quand je vois la liste des têtes de séries, j’ai l’impression de voir tout le tableau : il y en a trop. De nos jours,si t’es pas tête de série en GC, t’es vraiment un looser…
    Revenir à 16 têtes, jouer des doubles en cinq sets et virer ce ridicule super tie break que même en 3me division départementale on a tenté de nous imposer et contre lequel chaque week-end nous nous insurgeons et résistons, virer les toits (mais pas les nôtres en 3ème div.), remettre de vraies Slazenger Blanches et du vrai gazon; voilà ce qu’il faut faire.

    • Antoine 19 juin 2013 at 15:07

      Quelle pitié en effet, Sam…

      Mais on peut quand même dire que Wimbledon surnage dans ce naufrage général…Certes il y a 32 TS, mais:

      -la désignation des TS ne suit pas complètement le classement ATP (V. plus haut)
      -il y a un vrai tournoi de qualifs avec les troisièmes matchs qui se déroulent en trois sets gagnants, aujourd’hui même chez les messieurs, cas unique sur le circuit…
      -il y a un vrai tournoi de double ou les matchs se disputent en trois sets gagnants, comme en Coupe Davis, là encore un cas unique..Pas de super tie break à la con alors que c’était le cas à Roland Garros jusqu’en demie finale, alors même que les matchs se déroulaient en deux sets gagnants seulement
      - ils ne se croient pas obligés de distribuer 8 WC. Ils n’en ont distribuée que 5, laissant trois joueurs de plus rentrer directement dans le tableau
      -pas de pub sur les courts
      -on joue en blanc
      -n’importe qui peut acheter des places pourvu qu’il soit prêt à faire la queue…

      Mais on peut améliorer les choses, c’est sûr:

      -rejouer avec des balles blanches comme jusqu’en 78, tu as raison..Si tu vois pas bien, tu n’as rien à faire là..
      -virer cette saloperie de toit qui défigure le center Court…
      -supprimer la 1mm30 de repos tous les deux jeux, inventée uniquement pour les TV, c’est bon pour les mauviettes…
      -supprimer les tie break: si t’es pas foutu de prendre le service de ton adversaire, tu ne mérites pas de gagner…
      -rétablir le port du pantalon long comme avant la guerre, le voile de coton, ça ne pèse pas plus lourd que leur shorts immondes…

      • MONTAGNE 19 juin 2013 at 16:11

        -jouer avec des raquettes en bois, cordées uniquement en boyau de chat authentique

        • Antoine 19 juin 2013 at 16:21

          Extrait de l’article sur wikipédia:

           » Le boyau naturel a été le premier matériau employé comme cordage de tennis. C’est Pierre Babolat qui mettra en œuvre un tel procédé en 1875, alors que ce sport en est à ses balbutiements.

          Les cordages en boyau sont fabriqués en séchant des fibres d’une partie de l’intestin du bœuf appelé séreuse. Elle contiennent du collagène pouvant résister aux étirements et aux contractions de l’intestin. Cette élasticité rend ces fibres parfaitement adaptés pour du cordage de tennis. Bien que les boyaux de moutons aient aussi été utilisés par le passé pour fabriquer du cordage, l’utilisation de boyaux de chat reste une légende .

          Les qualités en termes de confort et de tenue de tension des cordages en boyau restent aujourd’hui inégalées, c’est pourquoi ils sont les plus dispendieux ».

          On peut essayer des boyaux humains aussi ? d’anciens grands champions décédés comme Ivan par exemple…

  10. Sam 19 juin 2013 at 15:27

    Oui, et c’est vrai que Wimbledon maintient nettement plus que les autres GC une certaines idée de ce que doit être le tennis, et surtout, à quoi un court doit ressembler. Au moins pendant Wimbledon, je n’ai pas l’impression qu’on me cloue Kia, BNP et Emirats Airlines dans le cerveau. Et sur le court, je vois des joueurs de tennis, pas des agents d’autoroute de signalétique routière.

    • antsiran23 19 juin 2013 at 16:50

      Définitivement le tournoi de Wimbledon est celui que je préfère. Il y règne l’âme du tennis dans toute sa beauté, sa subtilité, ses dimensions techniques et mentales. Un véritable esprit de compétition, noble et rigoureux.
      Dommage qu’ils aient cédé à la mode du ralentissement des surfaces. Pour le reste, du pure plaisir.
      LE tournoi auquel je rêve d’assister.
      Et pour ceux qui considèrent que le tennis offert est limité au service, comment expliquer les séries hallucinantes des Borg, Sampras et Federer ? Ce n’est pas le hasard qui les a fait gagner mais la maîtrise de tous les coups du tennis : service, retour, volée, passing, lob, smatch,…et même le fond de court.
      Et à l’heure de l’uniformisation des types de jeu, il y a matière à considérer l’un des plus grands exploits de l’histoire du tennis : les trois doublés de Borg en 78/79/80 RG/Wimbledon. Remarquable bien au-delà de ses 6 RG ou de sa série de 5 W. Cet exploit n’a jamais été renouvelé et il est symptomatique de la domination totale du suédois, tennistique et mentale. Pour moi l’un des 4 plus grands.

      • Antoine 19 juin 2013 at 17:28

        Oui, c’est pour cela que je ne suis pas foillement emballé par l’idée que Wimbly soit repoussé d’une semaine à compter de 2015…

        Cela rend le doublé RG/Wimbly plus facile, alors que c’est de loin le plus difficile…Et quand on regarde qui a réussi il n’y a pas grand monde et que des très très bons: Laver, Borg, Nadal, Roger…

        • Skvorecky 19 juin 2013 at 20:35

          Une semaine de plus entre Roland et Wimbledon rend le doublé plus facile. Cela me semble vrai. Mais est-ce que le doublé n’est pas à l’heure actuelle déjà fort accessible?

          3 années de suite avec la même affiche Federer-Nadal en finale à Paris et Londres: 2006-07-08.

          3 doublés de suite, par les deux joueurs: 2008-09-10.

          Mieux, en 2007, 2010, 2011 et 2012, on a au total trois autres joueurs qui sont au rendez-vous des demies des deux tournois. Et je vois bien Ferrer ou/et Tsonga s’unir au club cette année.

          C’est une tendance lourde: la difficulté d’enchaînement n’est plus être la même qu’avant. Les mêmes joueurs, et les mêmes jeux, triomphent ici et là. Ne pas enchaîner est plutôt l’exception.

      • Evans 19 juin 2013 at 19:55

        « Et pour ceux qui considèrent que le tennis offert est limité au service, comment expliquer les séries hallucinantes des Borg, Sampras et Federer ? »

        Ceux sont, là, des noms qu’il ne fallait surtout pas citer pour prouver le contraire. Borg, Sampras et Federer sont, tout simplement, d’excellents serveurs.

        • antsiran23 20 juin 2013 at 09:45

          Mais précisément pas que des serveurs. Sinon, les Karlovic, Isner, Tanner (un vieux qui s’est cassé les dents contre Borg), Raonic…auraient fait les séries à leur place !

        • Patricia 20 juin 2013 at 12:47

          Je n’ai jamais entendu parler de Borg comme d’un excellent serveur, mais je n’en sais rien en fait. Sampras oui, serveur de génie. Federer, grand serveur. Toutefois, les deux affrontent des serveurs réputés plus redoutables à Wimbledon dans pas mal de leurs victoires, et vont au bout… :
          * En 93, Sampras bat Becker en 1/2 ; en 94, Ivanisevic ; en 95, Becker et Ivanisevic ; en 97, encore Becker ; en 98, Philipoussis et Ivanisevic en finale ; en 98, encore Philipoussis.
          * Pour Federer, Roddick + Philipoussis en 2003 ; Roddick en 2004, 2005, 2009.
          On peut supposer que c’est sur leurs autres qualités qu’ils dominent…

          Côté relanceurs, en 92, Agassi bat Ivanisevic en finale ; les victoires de Hewitt 2002, Nadal 2008 et 2010, Djoko 2011.

          Depuis les années Sampras, peu de titres ont échu au « Monsieur gros service N°1″ du circuit.

          Quelques énormes serveurs étaient tout à fait rétifs à l’herbe : Ljubicic par exemple.

          Je dirais donc que l’herbe favorise évidemment les joueurs exceptionnels au service ou en retour (surtout depuis la fin des raquettes en bois), mais que la différence entre ceux-ci se fait ailleurs : polyvalence technique, déplacement, volée.

          • antsiran23 20 juin 2013 at 15:19

            Parfaitement résumé Patricia ! Et c’est pour çà que j’adore Wimbledon. Imagine qu’il y ait autant de tournois sur herbe que sur TB… Les palmarès des uns et des autres ne seraient pas vraiment les mêmes. Et au regard de ces éléments on ne peut qu’être admiratif devant les palmarès de Borg et encore plus de Laver qui jouaient à une époque de si grande diversité…

  11. Antoine 19 juin 2013 at 15:44

    A Eastbourne:

    Dodig a donc battu Raonic 6-2 7-6
    Lopez a battu Monaco 6-4 6-4
    Verdasco a battu Ramos 6-4 6-0
    Fognini a régélé le compte de Klizan: 6-7 6-2 6-2.
    Tomic était en passe de gagner un deuxième match de suite alors qu’il n’en avait pas gagné un seul depuis avril, menant 6-2 4-2 service à suivre contre Bentteau mais celui-ci vient de debreaker, puis d’égaliser à 4 partout…

    A Bois-le-Truc:

    Outre les matchs déjà mentionnés, Garcia Lopez a battu Brands en deux sets..

    • Antoine 19 juin 2013 at 16:15

      … Décidemment Tomic aura bien foiré ce deuxième set: de 4-2 service à suivre, il termine à 5-7…Un set partout et 3-2 Tomic, Benetteau au service…Le Tomic a du sauver deux balels debreak en ce début de dernier set..

      • Antoine 19 juin 2013 at 16:50

        C’est Tomic..au tie break du troisième contre Benetteau…(7-4). C’est la première fois depuis février que Tomic gagne deux matchs de suite..

        Le Mérou a gagné le premier set 7-5 contre Kohly…

        Llodra et Maahoouu ont paumé piteusement en double 4 et 4..Il y a un problème avec Llodra…

  12. Sam 19 juin 2013 at 16:19

    Tiens, j’ai une idée d’article. Bien entendu ce n’est pas moi qui vais l’écrire. Il s’agit de se demander, parmi les différentes périodes tennistiques de l’année, laquelle est la plus chronophage et a le plus d’impact sur l’activité professionnelle (ou estudiantine, ou lycéenne…).
    Par exemple, la saison sur TB, et en particulier RG sont assez redoutables. Mais l’avantage, c’est qu’il n’y a pas de décalage horaire. Le gazon est plus court, il pleut souvent, et pour certains juilletistes, c’est quasi le début des vacances. Flushing ? Aujourd’hui ça va, mais quand j’étais collégien, la rentrée était pas évidente…

    • Remy 19 juin 2013 at 16:39

      Je dois avouer que les matches à Flushing entre 3 et 5h du matin me font super mal …

  13. Remy 19 juin 2013 at 16:20

    Concernant le RYSC, article dans les tuyaux qui devrait arriver avant le tirage au sort.
    N’étant pas dispo les prochains jours (je trouverai bien le moyen de faire ma liste cependant), je vous laisse gérer comme des grands le tableau qui sortira quelques heures avec la publication du RYSC.

    De plus, je ne serai pas la pour faire le gendarme et l’arbitre avec les filous.
    Je ne vérifierai pas la cohérence des listes.
    Soyez dans les clous pour la deadline.

    • Antoine 19 juin 2013 at 16:29

      Le tirage a lieu vendredi vers midi je crois…Tu as mis une deadline pour les listes dans ton articile ?

      Que veux tu dire au sujet de la cohérence des listes ? La règle a changé ou on peut toujours mettre 16 noms comme vainqueur ?

      • Remy 19 juin 2013 at 16:37

        Deadline lundi 12h30

        Non la règle n’a pas changé, mais
        - certaines listes ne sont pas cohérentes sans que ça soit volontaire
        - certains listes ont parfois des oublis (déjà vu, un copier/coller qui rate)

        Pas dispo pour surveiller tout ça , en fait pas certain d’avoir le net autrement que par le téléphone)

  14. Antoine 19 juin 2013 at 16:46

    QUALIFS WIMBLY
    ————–

    Premiers qualifiés:

    - Julian Reister (GER), vainqueur en trois sets (3×3). Jouera pour la 3ème fois.
    - Denis Kudla (USA) battu par JO au Queen’s en quarts passe aussi en trois sets contre Bemelmans (4,4 et 3). Son premier Wimby.
    - Michael Przysiezny passe en battant Munos de la Nava
    - Wayne Odesnik….à la suite d’un drame..

    Le match semblait promis à Olivier Rochus qui avait survolé ses deux premiers matches et également celui ci, menant 6-2 6-2…mais il se blesse et perd ensuite 6-4 et abandonne à 0-3 dans le quatrième…il ne jouera pas son 13ème Wimbly…Apparemment inconsolable…

    - Matt Reid, australien, 22 ans, se qualifie en quatre sets contre Tim Smyczek (USA). Jouera un GC pour la première fois…

    • Antoine 19 juin 2013 at 16:56

      -le 6ème qualifié est Dustin Brown qui a battu Korolev en trois sets..A déjà joué deux fois mais n’a jamais passé un tour…

      -Go Soeda mène 6-2 6-2 et semble bien parti pour être le 7ème…
      Il en reste encore un paquet…

    • Antoine 19 juin 2013 at 18:01

      -Stephane Robert qualifié en battant le biélorusse Zyrmont 6-4 au cinquième…

      -Gasbashvilli en quatre sets

    • Antoine 19 juin 2013 at 18:29

      - Le jeune australien James Duckworth s’est qualifié en battant Berrer en trois sets et rejoint donc son compatriote Matt Reid. Jouera pour la première fois à Wimbly..

      -autres qualifié: Jan Lenard Struff, inconnu de moi

      -Jimmy Wang se qualifie en trois sets pour la cinquième fois. On aurait pu lui filer une WC à celui-là..

    • Antoine 19 juin 2013 at 19:03

      -Bastien Knitell bat Cipolla en cinq sets, 6-3 au cinquième, et se qualifie pour la première fois de sa carrière en GC. Ce n’est pas faute d’avoir essayé: il a 29 ans, n’a joué que 4 matchs sur le circuit principal et n’en a gagné qu’un ! Surface favorite: la terre battue…Incroyable, non ?

    • Antoine 19 juin 2013 at 19:17

      -Encore un truc étonnant: Marc Gicquel, le plus vieux joueur du top 200, 36 piges et trois mois, se qualifie en quatre sets contre Marti. Il avait du terminer ce matin son match de second tour 9-7 au troisème, interrompu hier soir..

      -Kuznetsov passe aussi en cinq sets, 7-5 au cinquième contre Maxime Authom.

      -Le 16ème et dernier qualifié de cette journée à Roehampton sera américain, soit R. Williams, soit Bobby Reynolds…Ce dernier mène deux sets à un et 4-1 service Williams…

      Dans ces 16 qualifiés, il y a donc de tout, des jeunes qui disputeront leur premier grand chelem, des (très) vieux, des revenants et même un type qui, normalement, n’aurait jamais du y parvenir, alias Knitell…

      Quand le tirage au sort sera effectué vendredi, on connaitra donc la totalité du tableau d’un coup…

      Je m’aperçois que je ne sais pas comment on désigne le ou les lucky losers qui peuvent venir remplacer un joueur blessé déclarant forfait. Quelqu’un le sait il ? Il y en a un qui le mériterait cent fois s’il est capable de rejouer, c’est Rochus…

      • Antoine 20 juin 2013 at 00:43

        …C’est bien Reynolds qui est passé en quatre sets..

      • Babolat 20 juin 2013 at 06:34

        Jusque 2006, c’était le joueur le mieux classé ayant perdu au 3ème tour des qualifs qui était le premier sur la liste d’attente. Depuis 2006, dans les tournois du grand chelem, il y a un tirage au sort entre les 4 mieux classés ayant perdu au dernier tour. Ce tirage au sort détermine l’ordre d’entrée dans le tableau au fur et à mesure des forfaits. S’il n’y a que 3 forfaits, le quatrième joueur, quel que soit son classement, regardera le tournoi à la télé.

        Il en est ainsi depuis un fameux match Gimelstop/Bastl au 3ème tour des qualifs de Wimbledon en 2005. Gimelstop avait eu vent d’un possible forfait et, comme il était le joueur le mieux placé du tableau, il savait qu’il serait qualifié même en perdant le match. Il s’est présenté sur le court et … a abandonné au bout d’un jeu.

        • Babolat 20 juin 2013 at 06:46

          Parmi les 4 meilleurs recalés de ces qualifs, on a (dans l’ordre du classement ATP): Joao Soussa, Tim Smiczek, Rhyne Williams et… Olivier Rochus. S’il y a un forfait, Rochus a donc 25% de chance d’être repêché s’il est en état de jouer bien sûr. Ruben Bemelmans, son compatriote, doit espérer secrètement qu’il ne le soit pas, lui qui est le prochain sur la liste.

          • Antoine 20 juin 2013 at 10:06

            Intéressant cette évolution de la règle…et quel comportement de la part de Gimelstop ! On n’aurait pas du le repêcher mais au contraire le sanctionner pour conduite anti-sportive…

            Les arbitres et le superviseur de l’ATP peuvent sanctionner un joueur qui fait semblant de jouer et qui laisse délibéremment filer un match par exemple. Evidemment, il y a peu de cas car il faut vraiment que cela soit patent, comme servir des doubles fautes à répétition ou ne poas courrir..

          • Babolat 20 juin 2013 at 12:41

            Cette règle n’existe qu’en grand chelem. Dans les autres tournois (y compris les masters 1000) c’est toujours l’ancien système qui prévaut mais les organisateurs doivent avoir à l’oeil certains joueurs.

  15. Skvorecky 19 juin 2013 at 17:02

    Comment ça Antoine, tu prétends ignorer comment se répartissent les têtes de série? Je pensais que c’était toi qui m’avais fait remarquer que 25ème n’était pas la même chose que 24ème, 13ème que 12ème, etc.

    Pour mettre les choses à plat (qu’on me corrige si je fais erreur):

    En 1/16èmes de finale d’un Grand Chelem, les affrontements théoriques sont les suivants:
    1-8 vs 25-32
    9-16 vs 17-24

    En 1/8èmes:
    1-4 vs 13-16
    5-8 vs 9-12

    En 1/4:
    1-4 vs 5-8

    Donc un top 4 ne peut pas affronter de joueur du top 12 avant les 1/4 de finale (!). En revanche, Antoine, rien n’empêche que Nadal et Tsonga se rencontrent en 1/2. On n’en est pas encore au point où les nº1 et 2 tirent nécessairement les nº7 et 8 en quarts. Il y a des limites au foutage de gueule!

    En résumé, cela fait que, si Kohlschreiber a plus de chances avec son classement spécial herbe d’accéder aux huitièmes, il a théoriquement moins de chances d’accéder aux quarts qu’un 17-24.

    Tout cela est bien sûr à moduler selon la hiérarchie réelle du circuit qui ne correspond actuellement pas au classement sur 12 mois…

    • Antoine 19 juin 2013 at 17:23

      C’est bien cela…On voit l’avantage considérable du top 4: troisième tour plus facile, huitième plus facile tandis que les 5-8 ont deux matchs plus difficiles au troisème tour et en 1/8ème et arrivent généralement cramés en quarts…

      C’est là qu’est la vraie rente de situation….

      ..Et tu as raison sur les 5 et 6: ils peuvent être dans la même moitié de tableau comme à Roland Garros (Jo et Berdych)…Nadal et Jo peuvent donc se rencontrer en demies si le top 4 de leur quarts de tableau a été éleiminé par eux ou par un autre….

  16. Antoine 19 juin 2013 at 17:35

    A Bois-machin:

    Chardy est passé en deux sets, de même que Stan. Malisse en trois sets contre Lu.

    A Estbourne: le Mérou a battu Kohly 7-5 6-3…Pas en forme Kohly, battu sèchement 3 et 2 par le Dr Youz à Halle et là, d’entrée contre le Mérou…

  17. Antoine 19 juin 2013 at 17:55

    WIMBLY DOUBLE
    ————-

    Parmi les 16 TS:

    TS1: les Bryan of course…Ils ont gagné à Melbourne et à Roland Garros..
    TS2: Granollers-Lopez
    TS3: Peya/Soares
    TS4: Le Mérou/Paes
    ….
    TS11: Benetteau/Zimonjic
    TS13: Llodra-Maahhoou !! En espérant que Llodra se sera retapé de ses petits bobos..
    TS14: Bopanna/ Roger Vasselin.

  18. Antoine 19 juin 2013 at 18:20

    Regardez bien cela et dites vous que mon propre système est installé sous le Central, là ou Rafa se positionne pour retourner…

    http://instagram.com/p/avyoUwqzWh/#

    Et le site de Wimbly annonce un été pluvieux sur Londres pour les dix prochains jours…Pas un temps à mettre un Rafa dehors !

    • Skvorecky 19 juin 2013 at 19:20

      Et quelle est l’incidence de la météo sur les conditions de jeu?

      Sur terre, dans les années 90, je lisais dans tennis magazine: temps chaud et ensoleillé = bon pour les attaquants, car ça va plus vite. Aujourd’hui, le terme « attaquant » serait un peu désuet. En tout cas le lift est clairement favorisé par le beau temps.

      Et sur herbe? Pluie doit signifier rebond plus bas, donc conditions de jeu peut-être défavorables aux relanceurs.
      Par contre un Isner devrait moins tirer parti de ses balles de service qui rebondissent à 2,50m.
      C’est aussi le moment d’abuser du slice.

      De l’eau bénite pour la préservation de la qualité de l’herbe pendant le tournoi.

      • Antoine 19 juin 2013 at 19:33

        C’est encore plus difficile de se déplacer et de jouer dessus sans se casser la figure ..La balle fuse et ne rebondit pas, autrement dit la vitesse des balles est plus faible, mais les conditions de jeu sont plus rapides parce qu’on a beaucoup moins de temps pour rattraper la balle après un rebond..Cela devient un enfer de défendre…et le slice marche évidemment très très bien, de même que les amorties..

        Sinon, il y a un Roastbeef de 18 ans qui s’apelle Kyle Edmund, qui est 442 ème et qui est en train de disputer un tie break contre…Maître Gilou à Eastbourne..3-3, non 5-3 Gilou maintenant, 6-3…C’était trop beau…Gilou fait une double 6-4..et paume le point suivant ! 5-6, troisème balle de set…et non, il paume le point sur son service, set Gilou…

        • Pat 19 juin 2013 at 20:31

          J’ai besoin d’explications : pourquoi si la balle fuse et ne rebondit pas la vitesse de la balle serait plus faible mais qu’on a moins de temps pour rattraper la balle après un rebond.

          • Antoine 20 juin 2013 at 00:30

            Lorsque l’herbe et l’air sont humides, la balle va moins vite avant le rebond parce qu’elle est plus lourde et que l’air est plus dense, elle va moins vite après le rebond aussi parce que la surface est plus meuble et absorbe davantage de l’énergie cinétique de la balle: elle va donc moins vite avant et après le rebond.

            Mais comme elle fuse sur la surface qui est humide, elle rebondit moins haut et il s’écoule donc moins de temps avant qu’elle ne retouche la surface une deuxième fois, laissant donc moins de temps au joueur adverse pour la remettre: le jeu est donc accéléré.

            Ce deuxième effet l’emporte sur le premier, surtout si l’on s’en sert délibérément en frappant des coups slicés, au service, dans le jeu, en faisant des amorties etc..Par ailleurs, la balle rebondissant moins haut, il est plus difficile de la renvoyer à grande vitesse sans faire de faute en hauteur (le filet) ou en longueur, sur un passing par exemple..Tout ceci favorise l’attaquant, d’autant que le déplacement est plus difficile.

            • Pat 20 juin 2013 at 09:28

              Merci de ta réponse.
              Je conteste que l’air humide soit plus dense que l’air sec. La vapeur d’eau est presque deux fois moins dense que l’air. Toutefois, cette variation est négligeable devant les variations dues à la température et à la pression.
              Si le sol est à peu près sec et l’herbe un peu humide, je ne suis pas sûr que l’énergie cinétique de la balle après rebond soit nettement plus faible sur l’herbe humide. De plus si la balle monte moins, la composante horizontale de la vitesse est favorisée et c’est elle qui conditionne le temps dont dispose le joueur pour réagir.
              Tout à fait d’accord avec les deux derniers paragraphes.

              • Antoine 20 juin 2013 at 10:16

                Tu peux contester mais je crois que c’est en vain…la balle traverse mieux quand le temps est sec..Par ailleurs, je ne suis pas physicien mais il me semble bien que la vapeur d’eau, c’est de l’eau et à ma connaissance l’eau est plus lourde que l’air..Un air chargé en eau est plus dense qu’un air sec..Par ailleurs, indépendamment de ce point, quand le court et l’air sont humides, les balles deviennent elles même rapidemment humides et plus lourdes..

                Sinon, tu dis « si le sol est à peu près sec et l’herbe un peu humide, je ne suis pas sur… ».OK, mais les deux vont généralement de pair: l’humidité affecte d’abord l’herbe, puis le sol bien qu’ils bachent très rapidemment quand il se met à pleuvoir..

                Sinon, je crois que nous disaons la même chose: moins la balle monte, moins le temps dont on dispose pour la relancer est important..

              • Pat 20 juin 2013 at 11:18

                Tu as souvent raison et sur beaucoup de choses (en particulier le RYSC) mais pour la physique non ! L’eau liquide est plus dense que l’air gazeux mais ce qui compte c’est que la vapeur d’eau est moins dense que l’air, le rapport est de 18 à 29, et que donc l’air humide est moins dense que l’air sec. C’est ce facteur seul qui influence la résistance de l’air. Mais 2°C en plus compensent la variation de 10 à 100% de l’humidité relative.
                Pour l’humidité et l’influence sur les balles, il faudrait comparer les vitesses moyennes au service dans les deux cas mais je pense (en physicien) comme toi.
                Bonne journée.

  19. Patricia 19 juin 2013 at 20:15

    Stéphane Robert passe les qualifs !
    Mais le plus amusant, c’est le patronyme de son adversaire : Dzmitry Zhyrmont. J’aime presque autant qu’Uladzimir Ignatik.

    Sinon y a un jeune ingliche de 18 ans, double vainqueur de GC junior en double (il a aussi remporté deux futures), qui a sorti Kenny de Schepper à Eastbourne. C’était son second match joué sur le circuit principal ! Il a obtenu une WC pour Wim.

    • Patricia 19 juin 2013 at 20:17

      ah ben j’avais oublié de valider, du coup le post d’Antoine sur Kyle trucmuche m’a précédée.

    • Kaelin 19 juin 2013 at 22:14

      énorme qualifs de Robert! il ne va pas forcément être un cadeau pour celui qui va tomber dessus au 1er tour

  20. Kaelin 19 juin 2013 at 21:50

    Pas mal le tournoi de ce petit Edmund à 18 ans…

    sinon vu sur WLT : le classement des aces cette saison pour l’instant : et Paire est 5ème! Très bon service je le savais déjà mais je ne pensais pas autant..(même si l’intérêt de la stat des aces est à relativiser car elle va forcément représenter une très bonne qualité/efficacité de 1ère balle et n’indique pas la qualité de la 2ème balle tout aussi importante voire plus (cf l’argumentation d’Antoine sur le sujet))

    Classement/Nom /Nb Aces/Nb matchs

    1 Almagro, Nicolas 386 38
    2 Isner, John 362 25
    3 Raonic, Milos 346 26
    4 Querrey, Sam 316 27
    5 Paire, Benoit 307 38
    6 Anderson, Kevin 301 35
    7 Berdych, Tomas 290 41
    8 Tsonga, Jo-Wil 287 36
    9 Monfils, Gael 284 32
    10 Cilic, Marin 245 33

    • Antoine 20 juin 2013 at 00:40

      Oui, et je vois qu’il se s’est pas effondré contre Maïtre Gilou après avoir perdu le premier set puisqu’il a très bien tenu également au second et qu’au final, cela a fait 7-6 7-6 pour Gilou alors que le Brit est 442ème.

      Ce petit Edmud Kyle à qui on a filé une WC à Wimbly est donc à suivre de très près…

  21. Kaelin 19 juin 2013 at 22:11

    Savona d’Halep on fire! après son titre à Nuremberg sur terre… voilà que Simona élimine que dis-je savonne, nettoie, désinfecte la tête de série 1 Roberta Vinci 6-0 6-1 pour son 1er match sur gazon cette saison!

    • Colin 20 juin 2013 at 09:52

      Hé ben, depuis qu’on lui a enlevé ses Roberts, elle vole…

      Rien à voir avec le Stéphane du même nom, hein

      OK je suis déjà loin

      • Kaelin 20 juin 2013 at 13:43

        on comprend mieux les performances de Schiavone

  22. MacArthur 20 juin 2013 at 05:37

    Petites infos statistiques de Craig O’Shannessy à propos de la puissance de Serena au service à Wimbledon.

    - Elle a passé 102 aces en 7 matchs en 2012 soit le triple du nombre de Sabine Lisicki qui occupe la deuxième place de ce classement avec 34 aces.

    - Roger Federer a réalisé 2.7 aces par set, alors qu’Andy Murray a effectué 3.4 aces par set. Serena les surpasse largement tous les deux réunis avec 16.6 aces par set sur l’ensemble du tournoi. Ce qui équivaut à faire plus de 4 jeux de service par set rien qu’en aces.

    - Elle affectionne particulièrement l’ace sur le T: 33 aussi bien en égalité qu’en avantage; soit 64.7% de son total d’aces. À noter aussi 4 aces sur deuxièmes services.

    - Service le plus rapide à 120 mille (ex aequo avec Lisicki). 80% de points gagnés sur 1ère balle (1ère). 59% de points gagnés sur 2ème balle (1ère).

    Conclusion: « You can’t break what you can’t touch ».

    • Elmar 20 juin 2013 at 08:25

      Heu, y a un problème, concernant les chiffres de Serena. Elle a joué 7 matchs, donc AU MOINS 14 sets, n’est-ce pas? Si elle a inscrit 16,6 aces par set sur 14 sets, elle aurait donc, en toute logique, dû passer 232,4 aces sur l’ensemble du tournoi…

      Si j’en reste au 102 aces par 14 sets joués (flemme de regarder si elle a perdu des sets en cours de route), on arrive quand même à la moyenne raisonnable de 7,3 aces par set. C’est déjà conséquent.

      • Antoine 20 juin 2013 at 10:41

        Elle a perdu deux sets, en 1/8ème et en 1/4, soit 16 sets disputés. cela fait donc une moyenne de 6,4 aces par set, mieux que Roger, et un peu inférieur à Murray.

        Mais la stat pertinente est celle du nombre d’aces par points joués au service ou par premiers services « in »…

    • Antoine 20 juin 2013 at 10:35

      Même si les chiffres doivent être corrigées comme l’écrit Elmar, ceci apporte de l’eau à mon moulin: Serena sert comme un homme avec un écart incroyable, sans équivalent chez les hommes, entre elles et les autres…Lors du tournoi de 2012, elle a passé plus d’aces que Roger qui joue pourtant en trois sets gagnants…Elle sert par ailleurs aussi vite que lui…

      Lisicki est capable de frapper aussi un service à 200, mais une fois sur dix, pas uen fois sur deux ou trois comme Serena…

      Cet écart démesuré suscite uen question de ma part: comment cela peut il s’explisuer ? Si elle faisait la taille de Sharapova, 1,87m, cela pourrait s’expliquer car le levier (bras plus raquette) est plus long mais elle fait une taille normale: 1,75m. Pour arriver à faire en sorte que la tête de raquette puisse atteindre plus de 200km/h au moment de l’impact, en partant de 0 au début du geste, il faut donc qu’elle développe une puissance colossale. Elle est naturellement musclée mais l’écart est tel que ce surcroit de puissance ne peut pas s’expliquer, à mon avis, uniquement par des raions morphologiques ou par davantage d’exercice physique que les autres joueuses, mais par l’usage de produits augmentant sa puissance musculaire….

      C’est pourquoi je pense qu’elle est massivement dopée.

      Mais lutter contre le dopage, personne n’a envie de le faire dans le tennis: http://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Moins-de-controles-qu-en-curling/379950

  23. MacArthur 20 juin 2013 at 05:47

    L’avis de Mats Wilander: Oubliez tout ce que vous avez vu depuis le début de la saison; Roger Federer et Andy Murray sont les deux favoris de Wimbledon 2013.

    Il apporte trois arguments: 1) L’avantage de jouer devant un public acquis à leur cause; 2) Leur jeu est adapté à la surface; 3) La confiance que leur procure la surface associé à l’inconfort de leurs adversaires quand ils doivent les affronter.

    L’argument No.2 ci-dessous. Je n’ai pas jugé les autres pertinents.

    2) Their games are best suited to grass.

    Whereas Djokovic and Nadal power their way out of trouble, or use their movement to stay in points, Federer and Murray stay alive with finesse and guile, and that’s a key to success on grass. Both players have all-important slice backhands, and Murray in particular has the ability to deprive his opponents of an opportunity to attack by keeping the ball frustratingly out of their strike zone. Federer and Murray also have the textbook technique that enables them to react to bad bounces, even if it doesn’t let them tee off on ground strokes as big as certain other players can. In Federer’s case, his reliably huge serve, particularly at clutch moments, is another especially huge asset on grass. Lastly, if Federer and Murray go out of Roland Garros earlier than Djokovic and Nadal do (as I expect will be the case), they’ll benefit from the ultimate silver lining: a few extra days of preparation on grass, which matters because the grass-court season is almost comically short.

    • Antoine 20 juin 2013 at 10:01

      La fin du commentaire indique qu’il a été écrit avant Roland Garros…

      Sue le site de Wimbly, il y a un articile paru hier soir ou Mc Enroe et Chris Evert donnent leur favori: Djokovic pour les deux.

      Ils indiquent toutefois qu’il est difficile de se prononcer car les 4 du Big 4 ont tous leurs chances et qu’il sont très proches les uns des autres. Mc Enroe donne Djoko en 1, suivi de Murray, puis Roger, et enfin Nadal. Evert dit, ce qui ne mange pas de pain, qu’on y verra plus clair à la fin de la première semaine. S’agissant de Roger elle dit qu’elle a l’impression qu’il a mis tous ses oeufs dans le même panier et que Wimbledon est le seul GC ou il soit un candidat légitime au titre. Elle ne le dit pas, mais cela accroit la pression sur lui, de même que le fait d’avoir à défendre 2000 points, avec le risque de se retrouver 4ème, voire 5ème après Wimbledon s’il ne conserve pas son titre…

    • Skvorecky 20 juin 2013 at 10:23

      Si Federer perd en demi-finales (ou avant), il passe 5ème dans tous les cas de figures. S’il perd en finale, il suffira à Nadal comme à Ferrer d’arriver en huitièmes de finale pour le dépasser, donc il serait probablement 5ème là aussi. S’il gagne, il restera troisième.

      La dernière fois que Federer était hors du top 4, c’était quand?

      Ce qui nous ferait remonter presque aussi loin dans le temps, ce serait un succès de Murray, ou de Federer. Depuis 2005 inclus, le vainqueur de Wimbledon a toujours fait un bon Roland Garros: demi-finale (3x), finale (2x) ou victoire (3x). C’est là où l’avis de Wilander pèche. Il considère encore qu’arriver frais est le principal, quand les résultats des dernières années le démentent.

      Ce qui importe, c’est d’être en forme, sur une dynamique de victoire. En cela, des combats acharnés porte d’Auteuil préparent mieux à Wimbledon que deux semaines d’entraînement sur herbe. Donc Djokovic et Nadal favoris pour moi. Murray, juste derrière, a sa chance, mais je ne le vois pas battre Nadal (s’il le fait et gagne le titre derrière, c’est intéressant et très significatif). Federer, encore une fois, me semble hors de forme, même si j’aimerais me convaincre du contraire. Je commence à penser qu’il peut battre un top 4, mais pas plus, donc qu’il aura une petite chance selon le tableau et le déroulement des événements. Je le classe avec Tsonga et Berdych pour ce Wimbledon.

      • Antoine 20 juin 2013 at 11:01

        Si je comprends bien, sauf contreperformance notable de Ferrer et Nadal, il passe donc 5ème dans tous les cas de figure….sauf s’il gagne…

        Et s’il ne gagne pas, il n’est pas près de repasser 4ème, vu qu’il va ensuite perdre les points des JO et qu’il a gagné à Cincy. Le seul tournoi ou il puisse marquer des points est Montréal mais il faudrait qu’il aille au moins en finale pour compenser la perte de ses points aux JO alors que ni Nadal ni Ferrer n’en ont à perdre….

        Si je te suis Skvo, cela veut dire que sauf si Roger gagnait à Wimbledon, il n’y a pratiquement aucune chance qu’il soit mieux que TS5 à Flushing…

        Je comprends donc assez bien le point de vue de Chris Evert: l’enjeu pour lui dépasse de beaucoup un titre de GC en plus…Il a donc une très forte pression…

      • Babolat 20 juin 2013 at 12:52

        En 2003, avant son premier Wimbledon victorieux, Fed était 5ème mondial. Il n’est pas sorti du top 4 depuis le 26 juin 2003. Il y a 10 ans, un siècle, une éternité comme disait l’autre.

        • Skvorecky 20 juin 2013 at 12:58

          Ouais, ben l’été indien, c’était 2012…

          Au passage, autre mention. Dernier Grand Chelem où Federer a défendu victorieusement son titre: US Open 2008.

  24. Antoine 20 juin 2013 at 11:26

    Je continue ici cette discussion entamée avec Skvo sur les chances des uns et des autres pour ce Wimbledon…

    Skvo, tu mets Roger avec Jo et Berdych. Why not ? Mais c’est un avis qui n’est pas très partagé. Quand on regarde les cotes sur bwin, on est plus proche de l’opinion de Mc Enroe, sauf que lui met Roger en troisième et Nadal en 4ème…

    Sur bwin, aujourd’hui, avant que le tirage ne vienne modifier tout cela en fonction de la place qui sera attribuée à Nadal par le tirage au sort, les cotes sont les suivantes:

    - Djoko: 2,7
    - Andy: 4
    - Nadal: 4,5
    - Roger: 5,5

    Ensuite, on trouve Jo à 21, Berdych et Haas à 41, Del Po à 51, Ferrer à 67 et tous les autres à plus de 100.

    Djoko est donc assez nettement favori. La cote de Roger est mauvaise, reflet de ses résultats depuis le début de la saison. Il apparait comme le dit Moratoglou comme le maillon faible du top 4. Mais je suis quand même assez surpris de le voir à 5,5 alors qu’il vient de gagner à Halle et que Wimbledon est le tournoi ou il a connu le plus de succès.

    Nadal est mieux placé que lui, et juste derrière Andy. C’est assez étonnant compte tenu du fait que Nadal n’a pas joué un seul match sur herbe cette année, augmentant la probabilité d’une sortie de route en première semaine, que Roger et Andy viennent de gagner un tournoide préparation, et surtout du fait qu’il est sûr (accidents de première semaine mis à part), lui, de rencontrer dès les quarts l’un des membres du top 4 alors que la cote de ces derniers ne prend en compte qu’une probabilité de 1/4 de rencontrer Nadal en quarts…

    Si le tirage abouti à ce que Nadal soit dans le quart de Ferrer, cela ne changera pas grand chose pour Ferrer auquel personne ne croit, cela améliorera en revanche la cote de Nadal. Mais si le tirage l’amène à rencontrer l’un des trois autres, la cote de Nadal sera légèrement affectée (puisque on passra d’une probablité de 75% aujourd’hui à 100% demain par hypothèse, accidents de première semaine mis à part) et celle de celui qui sera théoriquement son adversaire en quarts en patira certainement de façon plus marquée (puisque la probabilité de rencontrer Nadal sera passée de 25% à 100%, accidents de première semaine mis à part là encore)….

    Même avec une cote qui pour l’instant est donc de 5,5, Roger demeure bien mieux placé que Jo, bon cinquième, ou Berdych, sixième à égalité avec Haas…

    • Skvorecky 20 juin 2013 at 11:56

      Intéressantes, ces cotes. Ça fait tout un tas d’opinions diverses et contraires. L’herbe semble bien moins prévisible que la terre. Il n’y aura sans doute pas de 12 sur 16 au RYSC de Wimbledon…

      Ma surprise porte sur plusieurs cotes:

      1) Nadal n’est que troisième, certes proche des deux premiers. Je suis sûr que cela est dû à son statut de nº5, sans quoi il serait plus proche de Djokovic encore. Le tirage au sort pourrait faire évoluer ça; il faut en profiter dès maintenant pour miser sur Nadal.

      2) Roger n’est pas très loin des trois premiers, et loin devant du reste de la troupe. A mon avis, c’est une illusion d’optique des parieurs. Federer-Tsonga ou Federer-Berdych en quarts, vous verriez quel joueur l’emporter?

      3) Berdych très loin de Jo. Berdych a quand même déjà fait une finale; s’il y a un outsider à prendre en compte, c’est lui. Il a battu déjà pas mal de fois Federer et Murray, a enfin battu Djokovic il y a peu. En fait, seul Nadal lui résiste. Je mettrais les deux au même niveau.

      4) Haas au même niveau que Berdych. Si ce dernier est capable d’aller très loin, Haas nettement moins. Haas tombera devant le premier top 4 (voire top 8) du chemin, Berdych ce n’est pas sûr du tout.

      5) Ferrer est une fois de plus sous-estimé… Il est nº4, de bonnes chances d’avoir un parcours accessible jusqu’en demi. Il a explosé Del Potro l’an dernier et fait un énorme match contre Murray en quarts… Il devrait être bien plus haut.

      • Antoine 20 juin 2013 at 12:25

        Pour la raison que j’ai indiquée, le tirage a peu de chances de faire évoluer la cote de Nadal car est déjà anticipé le fait qu’il va rencontrer l’un des 4 autres en quarts. Si c’est Ferrer, sa cote progressera mais pas si ce sont les autres, je pense..Cela étant, il y a aussi tous les autres joueurs avant les quarts…

        Sinon, les cotes ne réflètement pas l’opinion des parieurs mais des bookmakers qui les proposent. L’opinion des parieurs peut les amener à la réviser marginalement dans un second temps pour éviter d’être en risque en finction des résulats, l’idée étant toujours de collecter autant d’argent sur un joueur que sur l’autre pour gagner de l’argent quelque soit le résultat..mais on n’en est pas encore là…

        Nadal n’est pas si mal classé que cela: 3ème, juste derrière Andy. Il y a un article de Peter Bodo qui explique que des 4, Nadal est celui qui a le plus grand risque de faire une sortie de route précoce, ce qui me parait exact, mais là encore, il faudra attendre demain et le tableau pour voir. Or cette possible sortie de route précoce est évidemment prise en compte dans sa cote. Si Nadal passe la première semaine, il est très probable que l’acart entre lui et Djoko sera alors réduit, et il est possible qu’il passe alors devant Andy…

        • Skvorecky 20 juin 2013 at 13:11

          « le tirage a peu de chances de faire évoluer la cote de Nadal ». « Si c’est Ferrer, sa cote progressera mais pas si ce sont les autres je pense »

          Ben si. D’ailleurs je te rappelle ce que tu as écrit à 11h26: « Si le tirage abouti à ce que Nadal soit dans le quart de Ferrer, (…) cela améliorera (…) la cote de Nadal. Mais si le tirage l’amène à rencontrer l’un des trois autres, la cote de Nadal sera légèrement affectée ».

          Je suis plus d’accord avec ton message de 11h26 qu’avec celui de 12h25! Il semble évident que c’est une moyenne des chances de Nadal selon son adversaire théorique en quarts.

          Ce que dit Bodo me semble exact. A un détail près: Federer aussi. J’ai encore en tête ce match contre Falla, et même Benneteau l’an dernier…

          • Antoine 20 juin 2013 at 13:31

            …Mais je dis bien la même chose Skvo..Nadal bénéficierait du fait de se retrouver contre Ferrer et pâtirait légèrement du fait de se retrouver contre l’un des autres…légèrement parce que la probabilité que cela se produise est de 75% et que passer à 100% ne changera sans doute pas grand chose, peut être plus si c’est contre Djoko qui est sans doute le pire tirage pour lui…

            Tu dis que Roger peut être menacé en première semaine ? Sans doute, c’est déjà arrivé. Falla, c’était en 2010. C’était le plus mauvais Wimby de Roger depuis 2003. Le tour suivant n’avait pas été brillant non plus et il avait perdu en quarts contre Berdych..Il parait qu’il avait des pbs physiques sérieux…

            Benetteau, je trouve que ce n’est pas comparable. Benetteau avait joué extremement bien, très au dessus de son niveau et Roger ne jouait pas mal dans les deux premiers sets qu’il a perdu. Un mauvais jeu de service au premier, un point paumé au tie break et cela faisait deux sets à zéro…Benetteau était en surrégime et Roger a empôché le 3ème facile, puis Bentteau a tout donné au quatrième qu’il a perdu au tie break. Après le match était fini et il a pris 6-1…C’était un grand match et Roger avait très bien joué les points les plus importants. Contre Falla, c’était vraiment la bérézina…

          • Skvorecky 20 juin 2013 at 18:11

            En effet, j’ai mal compris ta phrase à la première lecture.
            Bref, la cote de Nadal changera après tirage. Et ce sera peut-être un peu plus que « légèrement…

            Pour Benneteau, Falla, en un mot: oui, je suis d’accord avec ton analyse. Mais on peut faire la même pour tous les matches compliqués de première semaine de l’un ou de l’autre (Haase, Petzschner et Rosol ont produit d’excellents matches, Falla aussi d’ailleurs). On ne peut parler de leur supposée vulnérabilité qu’en s’appuyant sur les résultats factuels.

            Or, sur les trois derniers Wimbledon, il y a, en première semaine, deux matches en 5 sets pour Federer et trois pour Nadal. Sauf que Federer est passé tout près, mais alors vraiment à deux doigts de la défaite dans les deux cas cités. Nadal, lui, n’est passé qu’une fois réellement près de la défaite intempestive: l’an dernier, quand il a effectivement perdu. Dans les deux autres cas, il a maîtrisé la situation.

  25. Don J 20 juin 2013 at 11:49

    je reprends un de mes post du fil précédent, ça semble d’actualité (pi j’ai pas changé d’avis)

    Je suis vraiment surpris de voir comment Nadal et Djoko sont vite enterrés pour ce wimbledon 2013, sous prétexte que le gazon de wimbly n’est pas leur meilleure surface d’expression et que les 2 finalistes de l’année dernière constituent désormais la référence sur herbe.

    Alors qu’en réalité, Nadal et Djoko, sur cette saison 2013 jusqu’à présent sont les 2 meilleurs joueurs, sans conteste. De plus à eux deux ils cumulent 3 titres de wimbledon, c’est 3 de plus que Murray quand même…

    Je m’étais déjà fait la réflexion lors de la finale l’année dernière, il manquait quelque chose dans ce tournois, et ce quelque chose c’était une vraie opposition, un vrai match serré à Murray de son côté de tableau, ce manque c’était bien évidemment Nadal… Murray vs Nadal à Wimbly c’est 3-0 pour Nadal.

    Il ne faudrait quand même pas oublier qu’en GC qu’après la terre battue de RG, c’est sur ce gazon justement qu’il a eu le plus de succès (2 victoires et 3 finales…), c’est donc sa 2ème surface préférée, surtout en 2ème semaine, vous savez pourquoi et Borg l’avait bien montré aussi à son époque. Le tirage au sort va être plus que jamais déterminant, j’ai vraiment hâte d’être à vendredi, déjà pare-ce-que ce sera le we ^^ et que cette édition est très prometteuse, et pour pouvoir commencer à fignoler mon RYSC.

    Je suis convaincu qu’un quart de final Nadal/Federer tournerai à l’avantage de Nadal, invaincu en GC contre le suisse depuis la finale 2007… Une époque plus que probablement révolue…

    • Antoine 20 juin 2013 at 12:30

      Toute cela se défend bien mais cela parait quand même un peu difficile de soutenir que Djoko et Nadal seraient enterrés alors que Djoko est donné nettement favori et que Nadal est 3ème, juste derrière Andy (Cf. Post un peu plus haut)….

      • Don J 20 juin 2013 at 13:36

        oui effectivement ces cotes sont déjà plus réalistes, mais après j’y suis peut être allé un peu fort avec le terme « enterrés ».

        mais après c’est surtout pour souligner que Wilander n’est pas forcément très inspiré sur son prono, surtout sur ce point « Oubliez tout ce que vous avez vu depuis le début de la saison »

        • Antoine 20 juin 2013 at 13:57

          Wilander est rarement bien inspiré. Le matin de la finale de Roland Garros, il écrivait dans « l’Equipe » que l’on allait être surpris par David Ferrer…On a vu ce qu’il en a été…

          L’année dernière après Roland Garros, il a écrit que Roger ne gagnerait plus jamais un GC…

          Cela dit, comme il change d’avis comme de chemise, il arrive qu’il ne se plante pas…

          Moratoglou lui a déclaré que Roger ne gagnerait pas de GC cette année, ajoutant qu’il serait surpris d’être démenti (logique..). Il va continuer à le dire tant que Roger ne l’aura pas pris comme coach puisqu’il raconte partout que Roger doit charger des choses dans son jeu, sans jamais préciser lesquelles bien entendu…

          A part Wilander, j’ai plutôt l’impression que celui qui est « enterré » par ceux qui se sont exprimés jusqu’ici, c’est plutôt Roger, avec des nuances comme Mc Enroe qui le met en 3 et qui n’exclue pas qu’il puisse gagner. Il me semble que l’année dernière la cote de Roger était également 3ème, derrière Djoko et Nadal et juste devant Andy…

          « oubliez tout ce que vous avez vu depuis le début de la saison », cela me rapelle ce qu’il arcaontait avant la finale de Roland..Son idée est qu’arrivé à Wimbly, Roger se sent revivre et que tout baigne à nouveau, comme pour Pete pendant un moment lors des tournois de 99 et 2000. Mais en 2001, cela n’a pas marché et ne parlons pas de 2002…

          Cela fait 10 ans que Roger a gagné à Wimbledon. 10 ans, c’est long et il y a plus de chances que cette édition marque logiquement la fin de cette période dorée que sa prolongation….

  26. Skvorecky 20 juin 2013 at 13:54

    Les cotes des books pour Wimbledon, suite.

    Haas est donc 6ème à égalité avec Berdych, à 41 (41€ rendus pour 1€ investi si j’ai bien suivi). Devant Del Potro, Ferrer, et très loin devant le reste du monde.

    J’ai eu un doute et ai regardé à nouveau les têtes de série. Or Haas est nº13.

    Ce qui signifie que son adversaire en huitièmes de finale sera forcément top 4. Je comprends donc encore moins comment il peut se retrouver à cette place. Les bookmakers ont-ils une information cachée qui justifierait cette cotation extrêmement surprenante? Elmar ne se serait-il pas limité à Xisca et aurait fait le tour des compagnes du top 8?

    • Antoine 20 juin 2013 at 14:05

      Faut quand même voir que 41, cela correspond quand même à une probabilité de victoire de 2% environ…Pas très élevée donc. Alors si pour que cela marche il fat qu’il batte un top 4 en 1/8ème, et bien soit..Il a d’ailleurs plus de chances d’y arriver en 1/8ème que plus tard dans le tournoi quand les autres seront complètement au point…Haas vs Ferrer en 1/8ème, c’est jouable; Haas vs Djoko aussi bien, que plus difficile…

      Si Haas gagne il deviendra le plus vieux joueur à avoir remporté un GC depuis les débuts de l’ère Open…Et cela, ce n’est quand même pas très probable…

      Par contre Haas peut sans doute dégommer un cador…et se faire battre ensuite…

      • Skvorecky 20 juin 2013 at 17:05

        Bien sûr, il faut relativiser: comme tu le dis, 41 n’est pas une cote élevée. C’est sa place dans la hiérarchie qui me pose question. Et le fait que les seconds couteaux en général semblent condamnés d’avance.

        C’est sûr qu’après presque 10 ans d’absence totale de surprise…

  27. MacArthur 20 juin 2013 at 16:35

    Je sais, c’est une exhib, mais c’est agréable à regarder:

    Djokovic-Dimitrov aux Boodles en live: http://www.theboodles.com/

  28. Thoris 20 juin 2013 at 17:33

    Sur la question Murray vs Djoko-Nadal, il me semble que la bonne année 2012 de Murray tient aussi au fait que Nadal n’était plus là pour le barrer à Wimbledon ou aux JO, comme c’est arrivé précédemment (pour Wimbledon en tout cas). L’occasion faisant le larron, je pense malgré tout que Murray a progressé et il n’est pas dit que Nadal puisse encore le battre à Wimbledon (sauf à ce qu’il fasse chaud et sec, pour accélérer la mutation en terre battue de l’herbe). Dommage également que Murray ne soit pas meilleur sur terre battue, condition sine qua non pour qu’il puisse passer numéro 1.

    • Skvorecky 20 juin 2013 at 17:44

      Tout à fait. Murray est sans doute celui, avec Ferrer, qui a profité le plus de la longue absence de Nadal. Je l’attends de pied ferme contre l’Espagnol, et j’ai des doutes quant à sa supériorité sur herbe ou sur dur… Chapeau à lui s’il me fait mentir.

      Pour être nº1, il est quasiment condamné à gagner plusieurs Grand Chelem en 12 mois, et être plus régulier dans les petits tournois (et il y en a assez pour refaire son retard pris sur terre).
      A noter que s’il avait battu Djokovic en Australie, ce dernier serait resté nº 1 avec 0 Grand Chelem (mais certes le Masters), tandis que Murray aurait été nº 2 avec 2 Majeurs + les JO…

  29. Thoris 20 juin 2013 at 18:55

    Un des articles les plus étonnants du moment :
    http://www.sportvox.fr/article_tous.php3?id_article=31465#commentaires

    • Skvorecky 20 juin 2013 at 19:08

      Enorme, c’est signé Fantomon (oeuf).

      (Sa thèse est bien sûr complètement fausse: il suffit de voir Nadal à une interview en espagnol – nuance importante – pour se rendre compte qu’il n’est pas du tout asocial ou « différent », mais au contraire très à l’aise et sociable.)

      Mais je suis fan. Ça me rappelle La Défense Loujine: ce portrait des champions de tennis (Fantomon semble inclure d’autres joueurs) les rapprocherait de certains joueurs d’échecs, « génies abscons et stériles » selon Nabokov…

    • Patricia 20 juin 2013 at 20:00

      Ce pauvre Fantomon s’est donc autodiagnostiqué Asperger… flatteur dans la conception qu’il s’en fait (un Asperger est juste un autiste sans déficience intellectuelle et langagière, pas nécessairement un surdoué – et aucune raison bien entendu de mettre la barre à 150). Il n’y a pas vraiment de raisons, et ce n’est pas l’avis de ses psychiatres… L’autodiagnostic est une plaie aussi partagée que l’hétérodiagnostic sauvage de célébrités, les deux plus prisées étant Einstein et Léonard de Vinci.

      S’il est vrai que les Asperger mettent en place des rituels et des routines, ce n’est pas parce qu’on a des tocs avec un QI normal qu’on a un syndrome d’Asperger. L’anecdote de la très grande crédulité (si c’est toujours le cas, surtout)

      Il est peut être exagéré de parler de tocs pour Nadal – en tous cas, rien de ce qu’on sait de sa vie privée n’y autorise : il faudrait que des compulsions (qui commencent toujours par des compulsions de lavage dans l’enfance) lui prennent au moins 2 heures par jour pour relever des troubles obsessionnels compulsifs au sens médical du terme.

      Il est probable que Nadal soit un anxieux (c’est plus fréquent qu’Asperger), avec une personnalité psycho-rigide (comme bcp de sportifs), et qu’il gère cette anxiété comme beaucoup de monde : avec des manies, des rituels (on peut rajouter les addictions, mais un sportif de haut niveau ne peut pas bouffer, boire, fumer ni baiser comme un lapin aujourd’hui) ; à la mesure d’une angoisse plus marquée et d’une situation de stress répété comme l’est la compétition.

      • Patricia 20 juin 2013 at 20:02

        [L’anecdote de la très grande crédulité (si c’est toujours le cas, surtout)] … est déjà plus un argument pour Asperger.

        • Sam 20 juin 2013 at 21:04

          Les commentaires qui suivent l’article sont redoutables aussi.

          Nadal, moi je crois qu’il est surtout un peu con con. Un sportif quoi, mais bon, tout le monde ne s’appelle pas Davydenko.

  30. Antoine 20 juin 2013 at 19:06

    @Patricia: suite de notre échange sur l’influence de l’humidité sur les conditions de jeu sur herbe:

    Voici un article de l’ATP relatif à la victoire de Lopez sur Verdasco qui tombe pile poil. Les déclarations de Lopez vont également dans le sens de ce que j’essayais d’expliquer hier soir…

    http://www.atpworldtour.com/News/Tennis/2013/06/25/Eastbourne-Thursday-Lopez-Tomic-Dodig-Simon.aspx

  31. Skvorecky 20 juin 2013 at 19:17

    Mahut en demi-finales de s’Hertogenbosch! Cool! Il a maintenant une chance de prendre le titre…

  32. Ulysse 20 juin 2013 at 20:25

    Simon joue cette tête à claque de Tomic à Eastbourne. Son jeu normal est intelligent donc avec des échanges à rallonge donc en définitive chiant, je crois qu’on est une majorité à être d’accord là-dessus.

    Sur herbe qui écourte les débats, le jeu de Gilou se révèle pour ce qu’il est à la base en fin de compte : varié. C’est même plaisant à regarder. J’y retourne.

    • Patricia 20 juin 2013 at 20:58

      T’as un lien Ulysse ?

      • Patricia 20 juin 2013 at 21:11

        Fallait que je mette à jour mon player… Je suis arrivée pour une balle de débreak de Tomic, gilou monte à la volée (!) et remporte le point (!)
        Point suivant, Gilou repart au filet (!), Tomic l’allume, il s’accroupit, balle faute. Sachant qu’il se refusait à volleyer par peur des balles, je m’attends à ce qu’il soit tout tremblant. Ben il repart au filet et gagne le point. Bon, il sert pour une Bdm, et là, la mouette rieuse de Gaston se met à ricaner (sisi, je suppose qu’Eastbourne est en bord de mer) ! Gilou regarde pour voir si c’est pas Oluive et William qui se foutent de sa gueule, puis se décide à servir. Victoire. On nous l’a changé notre gilou ? C’est l’effet du nouveau coach ?

      • Ulysse 20 juin 2013 at 21:13

        Désolé j’étais captivé par l’acclimatation coton-tigesque à la verdure britannique.

  33. Patricia 20 juin 2013 at 20:50

    L’homologue sud africain de Régis de Camaret va lui aussi être jugé ; à la différence du coach français, Bob Hewitt fut apparemment une sommité comme joueur de double, titulaire de 15 GC…
    Dans l’attente de la fin du procès (ça fait 20 ans que ses victimes tentent de se faire entendre), il a été radié du Hall of Fame.
    http://www.boston.com/sports/other-sports/tennis/2012/11/15/bob-hewitt-suspended-from-tennis-hall-fame-after-allegations-sexual-abuse/UzoCXETG9wKYN2PmS09sKK/story.html

    • Ulysse 20 juin 2013 at 21:26

      C’est bizarre comme stat, deux pervers anciens champions de tennis. J’envisage deux hypothèses explicatives :
      1) Il y a une telle proportion de pervers en général dans la société qu’on arrive à en choper deux dans cette petite population des anciens top guns de la raquette.
      2) La réussite au tennis professionnel nécessite (ou développe, en tout cas s’accompagne d’) une « qualité » d’individualisme qui favorise ce genre de comportements pitoyables.

      Je vais peut-être m’intéresser à la pyrogravure sur contre-plaqué finalement.

      • Patricia 20 juin 2013 at 21:36

        C’est la relation de coaching (dans l’ensemble, les relations d’autorités où tu rencontres bcp d’enfants) qui attirent les pervers : ils sont sur-représentés chez les scouts, les curés, les éducateurs…

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis