Fondue moitié – moitié

By  | 22 janvier 2014 | Filed under: Actualité

Une finale 100% suisse, il faut y croire !

Note préliminaire : la définition d’une fondue savoyarde, c’est que c’est une fondue ratée.

La fondue, donc, c’est un art suisse. Et la reine des fondues, c’est la moitié-moitié. Pourquoi ce nom, me direz-vous? Tout simplement car elle est composée, à part égale, de deux sortes de fromage.

Voici le secret d’une fondue bien réussie.

Préparation

Avant de faire mijoter la fondue, il est primordial de bien préparer le contenant. Il faut donc frotter les gousses de spectateurs contre la Rod Caquelon Arena pour que le plat puisse être digeste.

1) Première Moitié

Commencez alors par verser la moitié Rogruyère Federer (comptez environ 4 sets grammes). Il convient, en même temps, de délayer la Maïzenadal. Vérifiez que cette dernière soit bien éparpillée de part et d’autre du caquelon. Verser ensuite 3 à 4 jeux blancs  (de préférence du Fendant). Servez-vous d’une spatule (en forme de raquette) pour remuer l’ensemble et faites chauffez la Rod Caquelon Arena jusqu’à ébullition. A ce moment-là, la consistance doit être immaculée : il ne doit pas y avoir de fil(et), la Maïzenadal a disparu et le Rogruyère et le Fendant ne font plus qu’un.

NB : vous pouvez remplacer les jeux blancs par du tennis-champagne. Le résultat en sera plus pétillant.

2) Seconde Moitié

Cela fait, réduisez le feu. C’est le moment d’ajouter le Vacherinka dans la fondue (également 4 sets grammes). Touillez en forme de 8 avec le revers de la spatule. Puis versez un petit verre du Berdkirsch, celui qui frappe le plus fort possible. Celui-ci se répandra dans le Vacherinka jusqu’à disparaître tout à fait. Une pincée de slice de Cayenne ajoutera du goût à votre met.

Voilà, le plat est prêt. C’est le moment de déguster votre Fondue Moitié-Moitié à feu doux sur un réchaud. Un plat parfait pour le dimanche midi, puisque vous aurez ensuite l’après-midi pour digérer dans un contentement béat le Roi des Plats helvétiques.

About 

Tags:

328 Responses to Fondue moitié – moitié

  1. Remy 23 janvier 2014 at 16:43
    • MarieJo 23 janvier 2014 at 17:17

      heureusement qu’il lui reste de l’humour au tchèque…
      putain si twitter avait existé du temps de connors/mac/lendl… j’ose à peine imaginer ! on aurait dégusté du lourd :twisted:

  2. Antoine 23 janvier 2014 at 17:20

    Hier, j’ai donné les cotes des demis finalistes chez bwin pour la victoire finale. cela donnait ceci:

    Rafa: 2
    Roger: 2,7
    Stan: 6
    Berdych: 11

    Désormais, cela donne ceci:

    Rafa: 1,87
    Roger: 2,75
    Stan: 6

    La victoire de Stan a fait légèrement progresser la cote de Nadal qui n’a jamais perdu un set contre lui.

    Concernant le match entre Rafa et Roger, hier cela donnait 1,48 pour Rafa et 2,15 pour Roger, soit du 60-40 à un poil près. Aujourd’hui cette cote a sensiblement augmenté au bénéfice de Roger. Cela donne:

    Rafa: 1,57
    Roger: 2,05

    Soit une probabilité de victoire de Rafa de 56,7%. Cette variation de leurs cotes est due soit à une réévaluation de leurs chances respectives, soit au souhait du bookmaker d’attirer plus de parieurs vers Nadal de sorte que quelque soit le résulat final, il n’ait rien à débourser. Je plaiderais plutôt pour la première option car depuis hier les stats du tournoi ont été analysées en détail par les bookmakers ce qu’ils n’avient pas eu le temps de faire au moment ou j’ai consulté (pas très longtemps après la victoire de Roger sur Andy)

    • Lorio 23 janvier 2014 at 17:42

      Etonnant, la cote de Stan ne descend pas alors qu’il a gagné sa demi-finale… Et la cote de Fed augmente alors qu’on pourrait penser qu’il a plus de chances de battre Wawrinka que Berdych…

      • Antoine 23 janvier 2014 at 18:19

        Effectivement, surtout au sujet de Stan alors qu’il n’était que légèrement favori face à Berdych. Leurs cotes respectives étaient les mêmes que celles de Nadal et Roger aujourd’hui…Bien que sa cote soit inférieure à 3 et que d’habitude je ne parie alors pas, je me demande si je ne vais pas parier ce soir sur la victoire finale de Roger. Demain après le match, il sera trop tard….

  3. Antoine 23 janvier 2014 at 17:28

    LE QUIZZ du JOUR: NADAL PEUT IL GAGNER DEMAIN ?

    Non: tapez 1
    Oui: tapez 2

    • Lorio 23 janvier 2014 at 17:46

      Nadal *va-t-il* gagner demain, tu veux dire ? Sinon je tape 2 sans hésiter…

      • Antoine 23 janvier 2014 at 17:59

        C’est une blague car généralement on pose la question inverse avant un match entre les 2 en GC : Roger peut il gagner ?

        Mais on peut remplacer par la question Nadal va t il gagner demain ? si tu veux…

        • Lorio 23 janvier 2014 at 18:25

          Haha je me rends compte que mon sens de l’humour a ses limites quand on parle de Nadal-Federer…
          Cela dit, à part à Roland Garros, j’ai toujours pensé que Roger était favori en GC.

    • Don J 23 janvier 2014 at 18:10

      2 – oui Nadal a plus de chances de gagner

    • Coach Kevinovitch 23 janvier 2014 at 18:14

      Elle est marrante ta question mais pertinente.

      Après tout, c’est bien Nadal qui n’a plus battu Federer en Grand Chelem depuis 7 ans! :mrgreen:

      • Antoine 23 janvier 2014 at 18:32

        Effectivement Coach…

        Une simple remarque au sujet du fait que Roger n’ait plus battu Nadal en GC depuis Wimbledon 2007. Depuis, ils ont joué trois finales à Roland Garros que Nadal a toutes gagnées. C’est bien normal, Nadal est nettement meilleur que tous sur terre battue et spécialement en cinq sets. Sinon, il y a eu trois matchs, un sur herbe (Wimbledon 2008) et deux à Melbourne (2009 et 2012).

        Trois matchs, c’est évidemment beaucoup trop peu pour faire une statistique qui ait la moindre valeur. C’est un peu comme si on disait que sous pretexte que Nadal avait perdu 4 fois en indoor contre Roger, il ne pouvait pas gagné la 5ème fois, ce qu’il a pourtant fait et c’est bien normal.

        Bref, c’est du pipeau. A ce compte là, quelles étaient les chances de Stan contre le Djoker ici même ? de Robredo contre Roger à Flushing ? et ainsi de suite…

        J’espère que tu n’accordes pas trop d’importance à cela pour évaluer les chances de ton poulain…

        • Antoine 23 janvier 2014 at 18:41

          D’ailleurs, je vais me mouiller par anticipation. J’expliquerais les raisons plus tard ce soir.

          Je pense que cela va être un match très difficile pour les deux mais pour des raisons différentes. Simplement, il n’y en a qu’un qui sortira vainqueur. Je ne dirais pas que Nadal n’a aucune chance, ou très peu de chances. Tout le monde a sa chance. Toujours.

          Simplement, en ce qui me concerne le favori n’est pas celui que l’on croit. Ce n’est pas ton poulain Coach, c’est Roger cette fois. C’est lui qui a aujourd’hui le plus de cartes en main. Reste à voir ce qu’il en fera. Si ton poulain gagne je dirais bravo parce que ce ne va être probablement très diffcile pour lui.

          Roger va gagner ce match, voilà mon pronostic.

        • Patricia 23 janvier 2014 at 19:15

          Jeff a fait un papier sur le H2H, où il le relativise : http://heavytopspin.com/2014/01/19/the-limited-value-of-head-to-head-records/

          Ce qu’il dit, c’est que le H2H est toujours moins prédictif qu’une autre donnée : le classement ATP (Roberta) sur l’issue d’une rencontre. Classement lui-même moins prédictif d’après lui que ses JRanks (dans lesquels Nadal est N°1 et Fed 5è)…

          Pour ma part, pendant des années j’ai souhaité que Nadal tombe contre Roger à l’USO, pour qu’ils s’expliquent sur la surface de GC la plus favorable à Roger dans leur opposition… L’AO 2012, j’étais ravie – j’ai donc un brin déchanté. J’ai déchanté 3 fois (comme le coq) : AO 2012, Cinci 2013 et Masters 2013….
          Mais je pense qu’on est plus proche de l’AO 2012 pour la forme de Roger (agonisant à Cinci, à peine ressuscité aux Masters) ; Rafa avait l’air bien parti sur les bases de son été dernier, mais son problème au service modère bien les choses.

          Comparé au film du match 2012, que j’ai redéroulé dans l’article précédent, on a une lueur d’espoir dans la mesure où une partie du problème relève clairement de la tactique, l’autre du service (sans doute favorisé par la nouvelle raquette). La dernière composante était un Coup Droit qui s’effrite, et là on nage, à mon avis.

        • Sylvie 23 janvier 2014 at 19:54

          Je n’arrive toujours pas à voir Roger en favori ni en vainqueur d’ailleurs. De plus, j’ai l’impression que toutes ces spéculations reposent beaucoup sur l’ampoule de Nadal et, s’il s’est entraîné sans pansement (j’avais écrit sans raquette c’est pour dire) c’est qu’il va bien mieux et que toutes les cartes vont être rebattues. Je suis sûre que Nadal va bien servir demain et bien jouer d’ailleurs. Roger aura sa chance, comme souvent, mais je n’arrive pas à le voir prendre trois sets à Nadal.
          J’espère me tromper et avoir une vraie bonne surprise mais je n’ai pas envie encore d’y croire pour être du coup hyper déçue alors que j’aurais signé pour ce résultat au début du tournoi. Il m’a suffit de RG 2011.

      • Coach Kevinovitch 23 janvier 2014 at 19:11

        « en ce qui me concerne le favori n’est pas celui que l’on croit. Ce n’est pas ton poulain Coach, c’est Roger cette fois »

        C’est marrant, tu n’es pas le seul à le penser…..et c’est bien cela qui causera la perte de l’ami Roger!

        Il eut été très simple de faire porter toute la pression sur le cher Rafa numéro 1 et qui a fait une saison de fou l’an dernier, débarrassé de son grand rival Djoko de surcroît.

        Mais non, vous êtes emballé à cause de deux victoires le monstrueux Jo-Wilfried Tsonga et le légendaire Andy Murray tellement délabré qu’il aurait été éliminé par le moindre top 15 crédible.

        En plus, Edberg a un plan contre Rafa, c’est cela….mais tout le monde à un plan contre Rafa! Ça c’est très simple, ce qui est plus dur c’est de battre Rafa pas de savoir comment (il paraît que c’est également la seule chose qui compte!)

        Selon moi, les réels espoirs de victoire de Federer résident dans l’ampoule sur la main gauche de Rafa. Si sa main est guérie, nous aurons droit au rituel des quatre sets! Derrière, je vois Nadal éteindre Stan en 4 également et aller chercher notre ami Sampras.

        PS: Les fans de Roger qui souhaiteraient éviter de se faire du mal demain, mettez une alerte pour chaque set. Regardez le match uniquement si le suisse mène deux sets à zéro car c’est la seule configuration dans laquelle il peut vaincre. S’il y a au minimum 1 partout à l’issue du second set, c’est kaput!

        • Skvorecky 23 janvier 2014 at 19:27

          2 sets 0 obligatoire? Je ne dirais pas ça.
          Mais ton P.S. est quand même très vrai, je pense que je vais suivre à peu près tes conseils, jeter un coup d’oeil au score de temps en temps et regarder le match si et seulement si ça a l’air de bien tourner.

          Pour que Federer gagne, il a besoin de la configuration suivante:

          1) Remporter le premier set, et

          2) Remporter un des deux sets suivants, c’est-à-dire réussir à mener 2 sets à 1

          A ce moment-là, même si ça part en cinq manches, il aura de vraies chances de gain. Ce qu’il ne faut pas, c’est que Nadal prenne les devants au score car il serait pour ainsi dire impossible de remonter.

        • Patricia 23 janvier 2014 at 20:00

          Ce qui est cuit pour Roger à l’aune de leurs rencontre, c’est 1 set partout + 3è Nadal…. Pas un set partout.

        • Antoine 23 janvier 2014 at 22:39

          C’est marrant cela: « les réels espoirs de victoire de Federer résident dans l’ampoule sur la main gauche de Rafa ».

          Au fond, c’est le discours habituel des supporteurs de Nadal. S’il ne gagne pas, c’est qu’il avait un problème, sinon, il aurait gagné bien sur…Comme Nadal qui est parano et hypocondriaque parle bcp de ses pépins de santé qui sont communs à tous les joueurs, on en fait tout un plat.

          Personne ne dit jamais en revanche que si Nadal a gagné, c’est parce uqe l’autre avait un pépin physique. C’est à sens unique comme philosophie.

          Sinon, je n’ai jamais vu des pronostics modifier un match. C’est vrai que je ne suis pas le seul à pronostiquer sa victoire. Becker a déclaré aujourd’hui qu’il pensait que Roger allait gagner. Cela étant, Nadal est favori mais pas outrageusement 56-57% selon les bookmakers, c’est moins que Djoko face à Roger en demie finale de Wimbledon 2012 ou Roger était donné à une chance sur trois seulement.

          C’est une explication préventive à la défaite possible qui l’attend demain Coach ?

        • Coach Kevinovitch 23 janvier 2014 at 23:58

          Antoine, parler de l’ampoule est une manière polie de diluer ma véritable pensée: Ton cher Roger va perdre à coup sûr! :mrgreen:

          Bonne nuit Ivantoine!

          • Antoine 24 janvier 2014 at 00:59

            J’ai écrit un petit billet plus bas en pensant à toi Coach. Fait de beaux rêves. C’est probalement ta dernière bonne nuit !

  4. Antoine 23 janvier 2014 at 18:10

    Un article intéressant de quelqu’un d’assez bien connu ici chipé sur eurosport:

    http://www.eurosport.fr/tennis/open-d-australie/2014/roger-federer-le-pari-de-la-nouvelle-raquette_sto4104578/story.shtml

    A propos de cette raquette faite spécialement pour Roger (ce n’est pas un modèle pré-existant adapté comme celle utilisée en juillet dernier), l’engin fait un drôle de bruit à la frappe comme l’a raconté Santoro qui a joué les espions (dixit « l’Equipe » d’hier). Il y a assez clairement un effet catapulte et Roger gagne en puissance sans perdre en contrôle alors que normalement il faut choisir entre les deux.

    Il faut dire qu’avec un tamis de 98 au lieu de 90, la zone de frappe utile est nettement plus grande, d’ou moins de « bois » en revers ou à la volée, nettement plus de retours dans le court, plus d’effets au service et donc plus de zones atteignables. Elle ne sera pas commercialisée pour l’instant parait il…

    • Patricia 23 janvier 2014 at 20:17

      J’ai trouvé un extrait d’une interview au Basler Zeitung où Fed dit qu’il s’agit de la même raquette que celle testée en juillet, mais « affinée » :
      « I’m going to play in Australia with a similar model as in my first attempt. Actually, I wanted to switch back after the U.S. Open again, but then I had so much to do with myself and my game, that I kept it on hold. Now, I had more time to make more small changes and together with my supplier company Wilson worked on the fine details of the racket.

      [...] But now I have the feeling that this is the right time for a change in the racket. I’ve played through two and a half weeks with the new model and am confident. The racket is very good in the hand. But the truth will come out on the court. We’ll see how it affects me in the tournaments in Australia. »

      J’avais aussi parcouru cette analyse qui date du premier tournoi : http://tennisnerds.com/2014/01/01/the-positives-and-negatives-of-roger-federers-new-racket/ J’avais moi aussi pensé que le cadre plus large (moins de précision) était plutôt défavorable à la volée, et contradictoire avec l’embauche d’Edberg, au moins pendant quelques mois… Mais il faut croire que Fed est un dompteur hors-pair vu la rapidité avec laquelle il s’est adapté.

      (Bon, Daren Cahill et Chris Evert pensaient comme moi, que ça allait prendre plus longtemps :
      “You can’t judge him on a couple matches,” Cahill said. “I think overall it’s a good thing he’s gone to the new technology. It’s going to give him a little bit easier power. He won’t have to fight for it so much. Also on the return of serve, that frame or a different one, he’s going to find it’s going to help him against some of the big servers. The fact he’s trying to do this, the fact he’s appointed Stefan Edberg as part of his team means he wants to get the best out of himself. That’s the best thing about Roger, he may love this sport more than anyone I’ve ever seen. He loves being on the tennis court, practicing, getting the best out of himself. You can’t be critical about a player that does that.”

      « He is making a big effort to think about what he can do to change, to modify his game, whether it’s coaching, whether it’s the racquets,” Evert said. “I think it’s going to help his game. I liken it to when you change a racquet to having had an injury. You have that little 1% doubt under pressure… That little inkling of doubt will probably enter his mind. That’s not a great thing. That’s why, as Darren said, I think it’s going to take months for him to fully 100% feel comfortable with it.”

      “If that racquet enhances his serve and his forehand, it’s a good move because those are the two big shots I see in Roger’s game,” Evert said. “When he’s playing his best tennis, he’s slapping winners off the forehand. If he can do that with confidence, be consistent with it, I think that the bigger racquet is a much better move.”

      Cahill est aussi d’accord avec Antoine sur le 18è : “I still believe he’s capable of winning a major,” he said. “I still believe he’s capable of winning any one of the four. Maybe not the French Open, a difficult task for him. The French Open does become more difficult once you get older. Any one of the other three this year, in 2014, he’s more than capable of putting himself in position to win it.”

  5. Patricia 23 janvier 2014 at 20:33

    Sinon, Antoine avait suggéré que je remette ici ma reprise du décompte du match Fed/Nadal à l’AO 2012 – puisque c’est un éclairage instructif pour ce qui se prépare :

    • Patricia 23 janvier 2014 at 20:36

      Euh, j’ai dit que j’y croyais, moi aussi !
      Il y a deux paramètres positifs côté Roger :
      - l’atout puissance de sa raquette, qui l’aide au service et au retour (plus indulgente niveau placement en théorie, quant à savoir si c’est cela qui limite les fautes ou la meilleure forme physique…)
      - l’apport tactique d’Edberg, parce que comme le notait Fed après son match contre Tsonga, l’important n’est pas de monter, c’est dans quelles conditions et comment on le fait : réorienter son jeu vers l’attaque, c’est son programme depuis 2009… la différence, j’entendais les commentateurs (English) ayant assisté à des entraînements avec Edberg, c’est que celui-ci montre, avec sa raquette, une différence qualitative : où jouer la volée en fonction de la faiblesse de l’adversaire – et d’après celui qui parlait (Fleming ?), Federer buvait du petit lait et flairait une dimension nouvelle. Bref, ça lui cause.

      Je suis en train de relire l’analyse du match de 2012 ; météo froide et venteuse. Fed avait servi blanc et breaké d’entrée. Comme d’hab avec Nadal, prendre le premier set en GC c’est le minimum syndical pour une victoire. La BB sur un revers de folie. Il consolide dans la foulée, en 3 jeux 4 points à 13 pour lui.

      Nadal reprend le contrôle sur son jeu suivant avec la bonne vieille recette du pilonnage, Fed répond conformément avec des fautes en CD. Différence tactique du début : frapper son revers, comme aux masters au lieu de slicer. Fed tranquille sur son engagement. Il a 94% de 1è…

      Nadal plus serein au service, conclut sur un ace. Service suivant de Fed : UE en CD et volée, BB convertie par Nadal. Il confirme facilement, sur 3 UE de Fed…

      Fed resserre les boulons sur son service, remporté blanc. Nadal fait de même.
      Pour 6-5, Fed à l’aise, mais il met moins de convictions dans son plan de jeu. Nadal emmène au TB sans trop de mal. Fed prend le mini-break d’entrée et parvient à le conserver.

      Assez typique d’un match entre eux, quand Fed est dans de bonnes dispositions. A la fois brillant et fragile côté Fed. Les stats : Federer: 15 winners, 15 UE, 4 aces, 9/17 seulement au filet. Pour Nadal: 10 winners, 11 UE, 1 ace, 2/4 au filet. Un premier set plutôt agressif selon les standards de Nadal, sans qualité de jeu surréelle d’aucun côté.

      Et d’entrée dans le second set, Fed breake blanc.

      On voit avec ce début un scénario qui nous siérait fort s’il se répétait en demi…. (à ceci près qu’une meilleure réussite à la volée serait quand même plus rassurante.)

      Comment ça foire : débreak blanc immédiat grâce à un beau passing et 2 UE de Biquette. Reprise de la tactique habituelle du pilon. Une BB pour Fed gaspillée avec 3 erreurs en CD d’affilée. Un break de Nadal sur des contres de folie, maintenant qu’il est bien chaud.
      Quand Rafa confirme, ils ont gagné le même nb de points dans le match. Mentalement, on est à la croisée des chemins : après la pause « feu d’artifice », Fed, refroidi, embraye avec une double et une UE. Nadal va le double breaker, et enfoncer un pieu d’inéluctabilité dans le cerveau caprin… Le % de 1è a nettement chuté(de 71% à 50%, pas un ace), 5 pauvres winners… (alors qu’il a collé un break et obtenu une BB !) Le début triomphal par un tour de magie devient déroute.

      Pourtant Biquette ne va pas s’effondrer puisque le 3è ira au TB (et ce, malgré des UE qui montent en flèche).
      C’est le TB que Fed va foirer dans les grandes largeurs, alors que Nadal n’est pas brillant sur ce set (recette : d’entrée 2 UE en revers et une montée en chaussettes). C’est malin, à 6-1, de réussir à sauver 4 balles-de-sets-balles-de-match. Bien sûr que ça suffit pas.

      On sait bien à ce stade à 2 sets devant, et cette dynamique, que c’est foutu… Biquette s’enferre à jouer sur le CD de Nadal, même si la Chèvre se procure à 4-3 la 1è BB du 4è set, vendangée par une erreur de CD.
      Superbe réaction de Nadal pour défendre son service, et classique break dans la foulée : Fed fait ses approches en jouant sur le CD de Nadal et, bizarre, se fait passer. Un contre de folie de Nadal, une UE de Fed, la messe est dite. Pourtant, mais oui, même Nadal flippe quand il doit servir pour le match et Fed se procure deux balles de débreak.

      Quels enseignements tirer de ce truc ?
      On a à la fois les ouvertures (le premier set remporté dans le bon sens, la bonne entame de second, un Nadal pas survitaminé) et les abîmes : la pluie d’UE (63, dont 36 en CD), la baisse au service, les vases communicants au profit de Nadal dans les points clés.

      On peut faire confiance à Nadal pour reproduire sa prestation : elle est archétypale. Pour Fed, reproduire le 1er semble dans ses cordes : c’est ce qu’on a vu contre Jo et Murray. Ensuite, il faut maintenir la qualité de coup droit, de service et de volée pendant au moins deux sets…
      Il semble que tactiquement, il y ait une bonne marge, c’est peut être là qu’il faut griller le cierge…

  6. May 23 janvier 2014 at 20:37

    Je crois que Federer a de réelles chances de gagner demain mais difficile de ne pas croire que Nadal ne puisse pas le faire.

    Le fait d’avoir battu Tsonga et Murray ne doit pas occulter qu’ils n’ont pas bien jouer tout les 2, surtout Tsonga d’ailleurs. Murray a eu une réaction d’orgueil mais la partie était déjà jouée. Alors est-ce que l’on voit Federer déjà trop beau ou est-ce un vrai revival?

    J’ai du mal a choisir un vainqueur, car il y a aussi des inconnus du côté de Nadal qui a montrer son meilleur contre Monfils en soirée et le Nadal qui a ramer pour garder la tête sur l’eau contre Nishikori et Dimitrov. Ces deux-là ont proposé une opposition à Nadal qui s’en sort comme il en a l’habitude.

    Je m’abstiens de donner un prono, j’avais donné Federer perdant contre Tsonga et contre Murray et aujourd’hui il est à un match d’une finale en GC avec une grande chance de remporter le titre sil passe le cap.

    • Sylvie 23 janvier 2014 at 20:57

      Je suis un peu comme toi mais difficile de ne pas donner Nadal vainqueur vu le passif entre les deux. Nadal sait parfaitement jouer Federer alors que l’inverse est tout sauf vrai. Il faudrait un Fed magistral sur trois sets avec en face un Nadal en dessous ou débordé. J’ai du mal à y croire. En deux sets gagnants à la limite mais là. Fed aura forcément une baisse de régime, Nadal va s’engouffrer dans la brèche, va imposer sa filière, Fed va se dérégler ou gamberger. Le fait d’avoir bien joué deux matches n’est jamais une garantie pour affronter Nada qui sait mieux que personne gagner sans forcément très bien jouer. Alors, en plus, s’il venait à bien jouer…

  7. Don J 23 janvier 2014 at 21:38

    N’empêche qu’on en est bien là, en train de discuter d’une potentiel victoire en GC qui se joue entre Nadal et Fed (en occultant bien Stan, d’ailleurs).

    C’est fou, parce-que après le tirage du tableau de l’OA, on ne parlait que du tableau délicat de Nadal et de son quart contre JMMDP en super forme en ce début de saison.

    Je me rappelle pas que quelqu’un est posté sur la demi de demain, le classico, c’était de l’histoire ancienne, depuis au moins RG2011, où même à l’époque c’était une vraie surprise de les retrouver tous les deux (enfin surtout Fed) en finale. On était déjà passé à Nadal vs Nole. Le match qu’on attendait encore il y’a 3 jours…

    Mais non, leur duel se prolonge, tant pi pour les jeunes, tant pi pour Murray et Djoko qui auraient pu en d’autres circonstance, avoir un palmarès plus important.

    Le classico c’est demain, et ça ne me lasse pas, oui ils ont des chances l’un comme l’autre malgré tout ce qu’on pourra en dire, et oui il faut regarder le match du début à la fin, puisque seule la balle de match décidera du vainqueur et du vaincu.

    ça me manquait tout ça bordel ! ça fait vraiment du bien, et désolé si on me trouve complètement rétro.

  8. La courgette masquée 23 janvier 2014 at 21:39

    Merci Elmar pour le deuxième épisode de Masterchef.
    Je n’ai pas pu voir le match d’aujourd’hui mais je suis bien contente que la Loutre l’ait remporté. C’est mérité au vu de ses progrès mentaux et de ses défaites « crève-cœur » de l’année dernière. Il est devenu costaud le Stanou, de vraies couilles de cachalot!
    Pour demain, je me suis organisée et je pourrai voir le match, même si je risque de hurler à me péter la glotte (j’ai bien aimé l’expression) et de faire le tour de Paris en moto-crotte. Je vois Nadal gagner avec le scénario qu’on connait tous : les moonballs et les 10000 opportunités ratées par Roger. Mais au fond de moi, l’aveuglement FFF l’emporte et je me dis que Roger peut le faire, peut-être maintenant plus que jamais. Le vieux à les crocs ! Alors je dis Roger, en 3 sets parce que pour moi c’est la seule configuration où il peut le faire. Voilà.

    • Kaelin 24 janvier 2014 at 01:03

      !!! tu pourras voir le match ??? à vrai dire moi aussi techniquement, c’est « juste » des cours de fac (master 1) mais ça m’embête de les louper surtout que j’avoue être à 70% pessimiste pour Roger et encore je pèse mon clavier sous mes doigts bourrés. hii hii ! j’hésite !

      • La courgette masquée 24 janvier 2014 at 09:42

        Je suis thésarde donc là je suis au labo, mais j’ai amené mon ordinateur personnel pour streamer… On s’arrange comme on peut hein !

  9. Bapt 23 janvier 2014 at 23:18

    Bon histoire de destresser, je vais donner mon avis sur le match de demain.

    Contrairement à Antoine, je ne pense pas que la volée soit un enjeu majeur et évidemment encore moins la clé du match. Tout se jouera plutôt en amont. Parmi les matchs les plus récents que Roro a gagné contre Nadal (Masters 2011, Indian Wells 2012), il n’était pas monté plus que ça. Même en tenant compte du fait qu’Edberg lui a montré des « trucs », les trucs que maîtrisaient parfaitement Stefan (volée basse, volée d’approche déjà dangereuse etc.) lui permettront de gagner quelques points mais pas de faire la différence.

    À mon avis, plus qu’un effet Edberg (qui est peut-être plus psychologique que technique car il faut quand même un peu de temps pour qu’un entraîneur ait un impact sur un joueur), c’est sur cette fameuse raquette que j’ai un peu d’espoir.

    Si tout ce que racontent les liens que vous avez postés est vrai, si Federer fait moins de fautes et obtient un « plus » au niveau du service, c’est très bon à prendre.
    Car pour que Federer batte Nadal, il faut qu’il serve très bien. C’est un prérequis. Nadal est quand même breakable et en général Federer le breake souvent. Mais contre Rafa, Fed connaît trop souvent des jeux de service « sans », avec peu de premières balles. La séquence des services perdus vers le 7ème ou le huitième alors que Fed a un break d’avance est archi connu.
    Si Fed gagne 5 à 10 % en plus sur son pourcentage de première, sans perdre, voire en gagnant en vitesse, c’est effectivement un très bon point. Espérons que ça lui donne la force d’y croire… 

  10. Antoine 24 janvier 2014 at 00:45

    SORRY PALS BUT THIS ONE IS FOR ROGER…

    Si l’on veut bien faire preuve d’un peu de réalisme en matière de pronostics, il est plus pertinent de regarder les parcours des deux joueurs plutôt que de se référer à leurs rencontres passées en GC, surtout quand il n’y en a pas eu depuis deux ans, et seulement trois depuis 2007, dont deux seulement sur dur, les rencontres sur terre battue n’ayant aucune espèce d’importance en l’espèce. De surcroît, ces trois rencontres (Wimbledon 2008, Melbourne 2009 et Melbourne 2012) ont été gagnées par Nadal, la première à l’arrachée, la deuxième en marquant un point de moins que Roger et seule la troisième a été nette.

    Bien qu’ayant perdu le même nombre de set (1) et de jeux (55 chacun), quand on regarde leur parcours respectif au cours de ce tournoi, il est difficile de ne pas en conclure que l’un est assez loin de son meilleur niveau, tandis que l’autre est proche de ce dernier.

    Ce n’est pas bien compliqué : Nadal a jusqu’ici été inférieur, parfois nettement, et au mieux égal, à Roger dans presque tous les domaines sur le plan tennistique :

    1) En 68 jeux de service, Nadal a été breaké 7 fois dont 4 en 1/8ème et 3 fois en ¼. En dépit du fait que ses adversaires en 1/8 et en ¼ étaient d’un autre calibre, Roger n’a été breaké que 2 fois en 77 jeux de service (une fois au deuxième tour, une fois contre Murray).

    Les stats de Roger sont meilleures sur sa première balle, ce qui est habituel : 83% de points gagnés (5ème stat du tournoi), un ratio inhabituellement élevé pour lui, Stan est à 81% (10ème du tournoi). Nadal est à 77% et n’apparait pas dans les 20 premiers.

    Sur deuxième balle, Roger est à 61% (6ème) devant Nadal (59%), ce qui est inhabituel. Stan n’apparait pas dans les 20 premiers. Comme Nadal passe plus de premières (70% contre 63%), ceci compense en partie cette différence mais en partie seulement comme le montre le nombre de breaks qu’il a encaissé.

    31% des services de Nadal n’ont pas été retournés contre 36% de ceux de Roger.

    Pour défendre une balle de break, Nadal a été bon : confrontés à 25 balles de break, il en a sauvé 18, soit 72%. Mais ce n’est pas un meilleur ratio que Roger qui en a sauvé 9 sur 11.

    2) Nadal a-t-il été meilleur dans les jeux de retour que Roger ? La réponse est négative. Roger a fait aussi bien que lui.

    Tout d’abord, il a remis en jeu 76% des services adverses contre 77% pour Nadal.

    Nadal a réussi 39 retours gagnants (non retournés) et commis 48 fautes directes, soit un déficit de 9 unités. Roger a réussi 64 retours non retournés pour 70 fautes directes, soit un déficit de 6 unités. A noter que le ratio de Nadal s’est nettement dégradé lors de ses deux derniers matchs, ce qui n’est que marginalement le cas de Roger.

    Sur premières balles adverses, Roger a gagné 36% des points contre 34% pour Nadal. Sur seconde balle adverse ils sont tous les deux à égalité : 58% de points gagnés. Ils ont tous les deux gagnés 30% de leurs jeux de retour.

    C’est très inhabituel. Habituellement, Nadal gagne bien plus de jeux de retour que Roger.

    D’ailleurs, Roger a breaké 22 fois contre 21 fois pour Nadal (leur pourcentage de jeux identique au retour s’explique par le fait que Roger a joué 74 jeux de retour contre 69 pour Nadal, essentiellement du fait de l’abandon de Tomic au premier tour après un set).

    Ce nombre de breaks quasi identique a été obtenu de manière différente : Nadal a réussi à convertir une balle de break sur deux (21/42) tandis que Roger n’en a converti qu’un tiers (22/66). L’unique avantage de Nadal est ce meilleur pourcentage de conversion, compensé par le fait qu’il n’a pas réussi à obtenir davantage de balles de break.

    3) Nadal a commis presque autant de fautes directes que Roger : 13% en moyenne contre 14% pour Roger. Là encore, c’est inhabituel. Roger commet habituellement une plus forte proportion de fautes directes.

    4) Bien que n’ayant presque pas commis plus de fautes directes que Nadal, Roger a marqué très nettement plus de points gagnants que Nadal : 22,5% des points joués (949) contre un peu moins de 17% pour Nadal (901 points joués)

    5) Au filet, Nadal a montré sa dextérité habituelle avec 77% de points gagnés mais Roger en a fait autant (76%).

    Mais quand on ne monte que sur moins d’un point sur dix, ce qui est le cas de Nadal (9,6% des points joués), c’est beaucoup plus facile de marquer le point trois fois sur quatre que lorsque l’on monte deux fois plus ce qui a été le cas de Roger (18,8% des points joués). Lors de ses deux derniers matchs, Roger est monté encore plus fréquement que lors des premiers tours : presque 24% des points contre Jo et presque 25% des points contre Murray, tout en parvenant à maintenir un pourcentage de réussite très important : 83% des points gagnés contre Jo, 74% contre Murray.

    En comparaison, le match ou Nadal est le plus monté et avec le plus de succès est celui contre Dimitrov : il est monté sur 13% des points et a remporté 32 points sur 36. Il est probable qu’il tentera de prendre le filet contre Roger pour éviter que celui-ci ne le monopolise et le contraindre ainsi à défendre.

    Conclusion et résumé :

    Nadal n’est pas parvenu à compenser dans ses jeux de retour la différence traditionnelle au bénéfice de Roger sur les jeux de service.

    Ses performances se sont significativement dégradées lors de ses deux derniers matchs, ce qui n’est pas le cas de Roger bien qu’il ait été confronté à des adversaires a priori plus coriaces, et en tout cas mieux classés.

    Une grande partie de ce constat général tient au fait que Roger a bien mieux retourné que par le passé, une autre part sans doute au fait que les conditions de jeu sont rapides, plus rapides qu’habituellement à Melbourne (Cf. mes post sur le sujet). Ces conditions de jeu rapides, bien que plus lentes en soirée, avantagent Roger et ont amené Becker, pour cette raison, à pronostiquer sa victoire.

    S’ajoute à cela le fait que loin de monter en puissance en deuxième semaine, Nadal connait au contraire des difficultés croissantes. Il n’a par ailleurs pas rencontré un joueur mieux classé que 17ème (Nishikori).

    Son atout principal apparait être son opportunisme sur les balles de break qu’il réussit à obtenir, avec un excellent taux de conversion de un pour deux, celui de Roger n’étant pas franchement mauvais (une sur trois) mais légèrement inférieur à la fréquence avec laquelle il marque le point sur retour adverse, et variable selon les matchs.

    Dans ces conditions, et bien qu’ayant pronostiqué au RYSC, avant le début du tournoi donc, une demie finale entre les deux ou Nadal l’emporterait, il m’apparait ce soir que Roger a sensiblement plus de chances de gagner cette demie finale que son ami Nadal.

    Pronostic : Roger en 4 sets.

    • Kaelin 24 janvier 2014 at 01:19

      Puisse tu dire la vérité Mon-fils …

    • Babolat 24 janvier 2014 at 06:07

      La conversion des balles de break, c’est généralement là que le bât blesse pour Roger contre Nadal.

      3/10 en 1/2 de L’australian 2012
      5/15 a Roland en 2011
      6/19 a l’australian 2009
      1/13 Wimbledon 2008
      1/17 Roland 2007

      Brrr

      • Babolat 24 janvier 2014 at 06:18

        Hormis wimb 2008 et Roland 2007, il est vrai que cela fait un pourcentage de 1/3 en moyenne. Encore faut-il que ce soit le bon tiers. C’est toujours mieux de breaker à 5/4 pour soi qu’à 0/0. ^^

  11. Kaelin 24 janvier 2014 at 00:49

    Yop ! Pas trop le temps d’écrire dernièrement, juste que je vous kiffe toujours autant (comme on dit en langage jeune) et allez Roger !

  12. Kaelin 24 janvier 2014 at 02:13

    J’aime encore plus Berdych depuis cette demi-finale. Quel beau joueur. Un athlète exemplaire sur tous les plans. J’adore.

  13. Alex 24 janvier 2014 at 05:25

    Allez Roger ! Pour une fois j’y crois presque ..
    Ps : Elmar est fondu, et pas qu’à moitié

    • Kaelin 24 janvier 2014 at 07:50

      on y croit tous jusqu’au bon vieux 7-6 6-4 6-3 hispanique des familles !!!

    • Coach Kevinovitch 24 janvier 2014 at 13:44

      A un jeu près, Kaelin tu y étais.

      Demande un point pour cela au RYSC, ça peut faire la différence puisque les totaux de chacun seront très faibles.

      • Kaelin 25 janvier 2014 at 13:28

        Haha ouais j’ai eu le nez creux pour le coup. Rémy, rajoute moi un point au RYSC !!! :D

  14. Jérôme 24 janvier 2014 at 08:24

    Antoine, comme d’habitude ton analyse statistique est très précisé et très rigoureuse. Et comme d’habitude, je vais y »apporter une critique qualitative mais constructive.

    Oui en général le problème de Roger c’est d’avoir un taux de conversion de balles de break pas folichon. Mais parfois les valeurs absolues viennent infirmer cette conclusion. En l’espèce, si Roger a eu sur ce tournoi un taux de conversion de BB de 33%, c’est surtout parce qu’il en a eu beaucoup, non ?

    Les stats sont parfois mal construites. Sauf erreur de ma part, un joueur qui breake blanc doit être décompté comme ayant eu 3 BB (score de 0/40 avant de conclure du 1er coup) mais comme ayant fait un seul break. Et donc les stats décomptent cette situation comme un taux de conversion de « seulement » 33%, alors qu’en l’espèce ces chiffres traduisent une très nette facilité à breaker.

    La seule stat où Nadal est meilleur que Fed, au regard de leurs niveaux de jeu respectifs, c’est sur les points importants en fin de set. On l’a vu contre Nishikori et Dimitrov.

    J’ai très envie que Roger gagne bien sûr. Comme toi je pense qu’il va le faire. A priori en 4 sets, voire en 3 si Nadal est aussi n dedans physiquement qu’on le dit (mais je n’y crois pas, vu ce qu’il a fait contre un très bon Dimitrov). Ce sera très dur comme presque toujours. Et quel que soit le vainqueur de cette demi, on aurait très grand tort d’oublier Wawrinka qui a une très bonne chance de gagner cet Open d’Australie.

    Vas-y mon Roger !

    • Skvorecky 24 janvier 2014 at 09:47

      Jérôme, un joueur qui breake blanc aura un décompte de 1/1 en balle de break et non 1/3. Seules les points effectivement joués sont comptés, ce qui est logique.

      En revanche, une donnée qui manque effectivement, c’est le nombre de breaks par nombre de jeux où des balles de break ont été obtenues. Il peut arriver qu’un joueur ait une stat de 1/6 en balle de break sur un set, ce qui semblerait pas folichon… mais qu’en réalité ce joueur ait breaké lors de l’unique jeu du set où il a eu des opportunités, ce qui est plus intéressant.

      (Il n’en reste pas moins que tarder autant à concrétiser peut poser problème, mais l’important est que le break survienne.)

      • Antoine 24 janvier 2014 at 15:20

        Oui, ce qui veut dire que les statistiques privilégient le pourcentage de balles de breaks converties, qui est exact, tandis que le nombre de balles de breraks obtenues est sous estimé.

        Quand un joueur breake à 0-40, on compte 1/1 et on oublie qu’il avait en fait deux autres balles de break derrière.

  15. JC vainqueur par KO au dernier round de Karim à G&D 2012 24 janvier 2014 at 08:54

    P’tain Antoine, tu me fais envie…… On a tous envie d’y croire mais si pour moi, cela relève désormais de l’hypothèse équivalente à la présence d’un cerveau chez Nadine M.

    Bref, je crains la claque habituelle mais l’espoir fait vivre, ne dit on pas …

    Vive Martine A, ses 35 H et ses ARTT bimensuels qui tombent pile poil…

    Les enfants sont à l’école, ma très chère est partie bosser, je me prépare mon petit café Georges………. ah oui ……. et je m’installe devant la télé avec en pour compagnie mes accros 15loviens sur la tablette…..

  16. Don J 24 janvier 2014 at 08:59

    Oui c’est vrai que Antoine et Patricia ont presque réussi à m’y faire croire, cependant, mêmes si Federer a ses chances (sensiblement plus que d’hab), Nadal reste favori.

    Nouvelle raquette qui n’apporte que des bonus (%de 1ère et 2nde, vitesse au service), je suis un peu septique, un tamis plus grand donne du confort et de la puissance, mais normalement tu perd en précision, au moins, il doit forcément y avoir des aspects du jeu où il y perd… à moins que la nouvelle technologie…

    Tsonga et Murray ne m’ont pas du tout apparu plus affûtés ou meilleurs tennistiquement que Nishokori et Dimitrov, qui ont été assez bluffant toute la quinzaine.

    Les défaites sur TB contre Nadal, bien sûr que ses défaites ont de l’importance, ce sont surtout elles qui ont impacté la psychologie de Fed petit à petit. Une défaite reste une défaite, le ressenti ne change rien, quelque soit la surface. Fed fait un énorme blocage sur son adversaire, et comme toujours c’est surtout cet aspect qui déterminera la tournure du match.

    Par conséquent, j’espère surtout que Roger puisse jouer le match de façon relâchée, pour pouvoir défendre ses chances, c’est ça le prérequis indispensable, le reste suivra. Et c’est là dessus que j’ai un petit espoir, il a bien failli s’effondrer contre Murray, on ne réussissant pas à conclure sur son service au 3ème set, puis sur ses balles de match au tie-break. Il a fait des mauvais choix, assez passif dans l’attitude, Murray n’en demandait pas tant et il en a profité. Malgré tout il a gagné le 4ème, là où d’autres se seraient effondrés, et ça c’est fort. Nadal au contraire d’un mauvais Murray, se serait engouffré dans la brèche au 4ème et n’aurait plus desserré l’étau, se mec sens l’odeur du sang, un peu comme Connors à son époque qui savait profiter des défaillances adverses, et c’est ça aussi d’avoir le sens du tennis.

    Si Fed reste combatif et ne donne pas le bâton pour se faire battre, il y aura match, parce-que faut pas compter sur Nadal pour le remettre en selle.

    allez bon match !

  17. Babolat 24 janvier 2014 at 09:27

    La finale du double dame s’est éternisée. Le match Nadal/Federer ne commencera pas avant 19h45, heure locale.

  18. Patricia 24 janvier 2014 at 09:45

    Bien, je vais pouvoir regarder jusqu’à 11.30.
    Ca va brailler sec, va falloir que je surveille l’arrivée des patients ou ils vont appeler les flics.

    Le point de vue de Juan Jose :

    Enjeux pour Roger :
    1. Stick with his coherent aggression scheme for longer than 1.5 sets, no matter the scoreline. Too many times in the past RF has shown good ideas vs Nadal, only to fall back to his usual baseline stuff when things get tight.
    2. Serving well, particularly by being dominant in the Deuce court – key for that is hitting the T serve well.
    3. RF has to be proactive with the 2nd serve returns. Nadal will send every single 2nd serve to his BH. Has to stay aggressive.

    Keys for Nadal: « do your usual stuff well, and you’ll most likely win »

    1.Depth, depth and more depth. If he can yank RF on the AD court per usual, good things will happen. Only possible w/ OK depth.
    2.Serve well, and punish every single RF 2nd serve. Take away the Deuce court slider, force RF to hit T up the middle.
    3. Get good depth on his CrossCourt BHs. RF will try to get out of getting pinned in AD court, so RN’s counters have to be good. Otherwise, RF will have a short FH to attack with.
    3.just do his usual stuff – CC FHs followed by DTL FHs off of short balls. Hit passing shots well. Go for big CC BHs.

    Pour moi, le point 1) va dépendre de la qualité du service, et de celle des approches qui permettra à Roger de se sentir bien vers l’avant. S’il a tendance à laisser tomber ses schémas, c’est d’une part parce que Nadal commence à trouver de la longueur au bout d’un set, d’autre part parce qu’il se fait trop passer.
    Le point 3) va dépendre de sa capacité à frapper plus son revers, ce qu’il a réussi à faire chaque fois qu’il a fessé Nadal. Les slices tout mous, les balles neutres au milieu, Nadal met moins d’un set à les sentir et les attaquer.

    • Remy 24 janvier 2014 at 09:55

      José est légèrement beaucoup un peu trop fan de Nadal (et Djoko) et prend un malin plaisir à descendre Fed à la moindre occasion.

  19. Coach Kevinovitch 24 janvier 2014 at 09:56

    Tout le monde est là? It’s classico time!

    Fedex a remporté son jeu de service!

  20. Patricia 24 janvier 2014 at 09:57

    Fed au service. Les intentions ? Il tente un SV sur 2è à 40-0 sur un service au T, montée couvrant le revers CC (remise très chanceuse de nadal)

    Service de Nadal ? que des 1è, bien servi, usual stuff, gagné blanc sur des fautes de Roger.

  21. Ivan 24 janvier 2014 at 09:57

    Je cherche un stream qui maaaaaarche!!!

  22. Bapt 24 janvier 2014 at 09:58

    En tout cas, Nadal semble bien servir !

  23. Bapt 24 janvier 2014 at 10:00

    Il semble bien courir aussi le Rafa… 

  24. Patricia 24 janvier 2014 at 10:01

    Je de service ts intéressant de Fed sur le plan tactique : service extérieur sur 1ère sauf 1 fois côté égalité (cherche le revers de Nadal), sur le revers de Nadal en 2è. cherche bcp le revers de Nadal. De bon CD. se fait avoir une fois sur une montée pas assez tranchante.

  25. Coach Kevinovitch 24 janvier 2014 at 10:07

    Premier jeu qui va à 40-40 mais pas de balle de break pour le moment. 2-2!

  26. Skvorecky 24 janvier 2014 at 10:08

    Bon, les amis, Antoine semble avoir réussi à vous contaminer.

    En vérité, en vérité je vous le dis, mes frères FFF, Roger perdra ce match et Nadal remportera son 14ème titre majeur ce dimanche. Voici pourquoi:

    En 2012, là oui, on y croyait. Et on avait de bonnes raisons d’y croire. Roger était dans une très bonne période. Fin de saison 2011 exceptionnelle, démonstration contre Del Potro au tour précédent. Il n’était plus tout jeune et aurait fini par craquer dans un cinquième, mais physiquement il était globalement au top (la suite de la saison l’a prouvé). Et surtout, il n’avait jamais cessé d’être au contact des meilleurs même s’il finissait souvent par perdre (2 ans sans Grand Chelem).

    J’ai relu vos échanges d’il y a deux ans, ce qui m’a permis d’apprendre que les bookmakers… le donnaient favori du match!

    Cela faisait longtemps qu’ils ne s’étaient pas affrontés en Grand Chelem sur dur (Australie 2009), l’occasion était belle de remettre les pendules à l’heure.

    Enfin, le dernier match avait été à sens unique, ce qui n’impliquait pas une répétition du résultat, mais donnait un surcroît de confiance.

    Si tout ça ne suffisait pas, Federer gagna le premier set ce jour-là (ce qu’il n’avait pas pu faire à leur dernier Roland Garros), et breaka au début du deuxième. Bref, toutes les conditions étaient réunis pour y croire.

    Et ce jour-là, il y a deux ans, nous sommes tous tombés de haut. Le jeu de Roger s’est déréglé peu à peu, Nadal pilonnant d’ailleurs… son coup droit! Tout break qu’il put obtenir se vit immédiatement répondre un débreak. Et dans les moments chauds, ce fut toujours Nadal qui prit le dessus: tie break du troisième set où il mena rapidement 6-1. Fin du quatrième avec balle de break sauvé à 3-4, break à 4-4, balle de débreak sauvée à 5-4 (y compris par une défense hallucinante).

    Ce fut l’unanimité sur le site: « Roger ne battra plus jamais Nadal en Grand Chelem. C’est mort. J’arrête d’y croire. » (je reformule à peine.)

    Et deux ans plus tard… Federer a quand même passé une année 2013 loin des débats de l’élite. C’est du temps perdu, un peu comme un savant qui se serait éloigné de la communauté scientifique pendant 12 mois et doit se mettre à jour des dernières avancées.
    Pendant ce temps, Nadal a survolé la saison et est largement nº1.

    La différence d’âge va de plus en plus se faire sentir puisqu’ils ont deux ans de plus: c’est 2 ans de plus surtout pour Roger.

    En fait c’est surtout ça. Malgré tout leur passé commun, LE truc qui m’empêche définitivement d’y croire, c’est l’âge. Une différence physique que ne peut pas compenser un ajustement technique (la raquette) ou quelques changements tactiques (Edberg).

    Je vous laisse, je vais me couper du monde pendant 3 heures, on verra bien où en est le score à ce moment-là.

    Bon match :mrgreen:

    • Coach Kevinovitch 24 janvier 2014 at 10:16

      Enfin la voix de la raison! :mrgreen:

      Skvo, inutile de se couper du monde pendant un temps aussi long. Mets une alerte pour la fin de chaque set, si à la fin du deuxième set, il y a 2-0 pour Federer, tu reviens à la civilisation et tu regardes le match, si il y a tout autre score, reste dans ta grotte.

      En passant Fedex vient de sauver 2 balles de break…

  27. Patricia 24 janvier 2014 at 10:10

    super super intéressant, sur le service de Nadal : jamais vu Fed avoir autant d’intentions tactiques (et agressives) sur le service de Nadal. Un magnifique retour gagnant en cd décalé sur une 2è. Nadal fait exclusivement son usual stuff (normal), mais du coup, Roger sait exactement ce qui va venir.
    Oui, sur une balle d’avantage, s’il passe sa 1è extérieure slicée, suivie du CD long de ligne, Nadal a un truc tout trouvé pour s’en sortir. Si elle ne passe pas, il va morfler.

    fed facile sur son engagement.

  28. MarieJo 24 janvier 2014 at 10:13

    Sampras est dans un box, il est venu pour la fin de tournoi cad remttre le trophée : j’imagine qu’il aura la préférence pour fed, mais si c’est rafa il devra faire la risette tout pareil… rire jaune ?

    • Coach Kevinovitch 24 janvier 2014 at 10:19

      S’il la remet à Nadal, il risque de péter un câble! « Lui aussi!!!!!!! »

    • Skvorecky 24 janvier 2014 at 10:39

      Le pire, c’est qu’en y réfléchissant bien, le choix de Sampras s’explique forcément par l’idée qu’il remettra la coupe à quelqu’un qui égale son record.

      De la même manière qu’Agassi a remis la coupe des mousquetaires à Federer: 10 ans après, un autre type gagnait les 4 Grand Chelem.

      Il y a toujours une intention symbolique là-dedans…

  29. La courgette masquée 24 janvier 2014 at 10:13

    J’ai l’impression que Roger fait moins de retours de service slicés en revers, non ?

  30. Bapt 24 janvier 2014 at 10:16

    Il faut surtout sauver deux balles de break !

  31. Bapt 24 janvier 2014 at 10:17

    Rafa joue franchement bien. Je n’y crois pas trop… 

  32. Remy 24 janvier 2014 at 10:17

    c’était chaud !

  33. Patricia 24 janvier 2014 at 10:19

    Nadal joue pas mal, notamment sur ses attaques. Les échanges ne durent pas, parce que Fed agresse tout de suite et fait vite la faute quand il n’a pas la main.

    deux ts beaux points gagnants de Rafa pour une BB : un retour fabuleux CC revers sur 1 1èr ext de Fed, un passing de rev ll dans un chas d’aiguille sur une bonne attaque. Sauvées calmement et proactivment par Fed.
    Nouvelle occase ts agressive en retour CD ll de Nadal.
    Enorme service de Fed pour l’avantage.
    Rafa joue bien, notamment en attaque.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis