Valence : l’agonie d’un tournoi ?

By  | 23 octobre 2014 | Filed under: Regards

Profitez de Valence et de son stade futuriste. Profitez de la course au Masters de Ferrer et Murray, de la revanche de la Coupe Davis Bautista – Bellucci, du premier match gagné par Dolgopolov depuis des mois, de la percée de Pablo Carreño. Profitez-en bien, car on vit peut-être la toute dernière édition de ce tournoi. Explications.

On lit ces jours-ci dans les blogs espagnols des déclarations par lesquelles les responsables de l’ATP 500 de Valence semblent administrer l’extrême-onction à leur bébé.

Vous pensiez qu’une fois annoncé par l’ATP, le calendrier de la saison était immuable ? Détrompez-vous. En creux, dans les entretiens accordés aux journalistes espagnols par Antonio Martínez Cascales et Juan Carlos Ferrero, respectivement ex et actuel directeur du tournoi, on entend que rien n’était sûr jusqu’au début des matchs. « Pour l’instant, tout est confirmé pour cette année », affirmait l’ancien numéro 1 il y a quelques jours. Encore heureux, pourrait-on s’exclamer. Cela dit, les institutions ont prévu ce cas de figure. Au moment de la revente d’une licence ATP, une commission de 10% est reversée à l’association éponyme. Mais si les organisateurs n’ont pas respecté leurs obligations, selon les mots de Cascales, le pourcentage institutionnel s’élève à 25%. De quoi dissuader de tenter le coup de la panne.

La licence de Valence court jusqu’en 2018, mais tout reste ouvert pour l’année prochaine.

Né en 2009 sur les ruines du tournoi printanier disputé sur les courts de terre battue du principal club de la ville, il s’agit du deuxième tournoi espagnol de l’ère Open à se jouer sur surface dure, et en indoor, après Madrid. Les matchs se disputent dans l’Ágora, sise dans l’exubérant complexe avant-gardiste de la « Cité des arts et des sciences », stade et complexe étant tous deux œuvres de l’architecte-star Santiago Calatrava. Si l’enceinte du tournoi a coûté plus du double du budget fixé (90 millions d’euros au lieu de 40) tout en restant partiellement inachevée, ce n’est rien comparé au coût final de l’ensemble de la « cité » : un peu plus d’1,2 milliard d’euros, soit 4 fois le budget prévu. C’était l’époque où toutes les villes espagnoles (et pas seulement elles !) se sentaient obligées d’accueillir un édifice signé Calatrava. Ce temps est révolu, plusieurs plaintes étant en cours pour défauts de conception d’un certain nombre de projets calatravesques.

Le tournoi de Valence n’est au fond qu’un exemple supplémentaire de la folie des grandeurs de la fameuse triade espagnole des années 2000 : BTP, Architecture, Sport. Trois secteurs qui bénéficient souvent d’une certaine proximité avec le milieu politique. Et en la matière, la région de Valence est un cas extrême. En témoignent son aéroport vide (à Castellón), ses politiques corrompus (probablement la pire région d’Espagne de ce point de vue-là), ses clubs de foot sauvés de la banqueroute par le Conseil régional, tel le FC Valence et ses 547 millions d’euros de dettes.

Sauf qu’en Espagne, le tennis est loin du football en terme d’impact social et d’enjeu politique – à un Nadal près. A moyen terme, le robinet à subventions finit toujours par fermer. Selon Martínez Cascales, le tournoi, dont l’organisation coûte environ 8 millions d’euros, est passé de 40% d’aides publiques en 2009 à 12-13% actuellement. Résultat : on parle d’1 million de pertes pour cette année, argent qui devra sortir des poches de ses propriétaires : Ferrero, David Ferrer et Conchita Martinez. Et pourtant, le public est fidèle au rendez-vous : 175.000 personnes ont ainsi assisté à l’édition 2013. Mais ce n’est manifestement pas une condition suffisante pour un tournoi de tennis durable, d’autant que nombre de places sont des invitations qui n’affectent pas la billetterie.

Youzhny ValenciaConséquences des problèmes financiers, le tournoi affirme n’avoir offert aucune garantie aux têtes d’affiche cette année, garanties qui les années précédentes pouvaient aller jusqu’à 200.000 dollars par joueur (bien inférieure, donc, aux sommes mentionnées chez les concurrents de Bâle). Cela explique que Murray et Berdych aient dû demander une wild card, faute d’avoir confirmé leur participation à l’avance. On comprend mieux également les renoncements de dernière minute de Cilic et Nishikori, pourtant inscrits depuis septembre, le premier étant déjà qualifié pour le Masters, le deuxième y étant presque.

Car si l’argent est le nerf de la guerre, les points du classement le sont également. Une chance pour Valence que la course au Masters soit si serrée cette année, et qu’elle concerne de grands noms. Alors que le tableau aurait pu être famélique, le tournoi présente paradoxalement une des meilleures affiches de son histoire : Murray, Ferrer, Berdych, Feliciano, Bautista, Isner, Anderson, Simon, Fognini… soit trois Top 10, neuf Top 20, et douze Top 25.

Pour 2015, une vraie solution devra être trouvée. « Dimanche sera peut-être le dernier jour du tennis de haut niveau à Valence », se résigne Cascales, encore propriétaire d’1% du tournoi. On peut toujours émettre l’hypothèse que tout cet alarmisme n’est qu’une stratégie pour forcer la main des sponsors et des pouvoirs publics. Mais le plus probable à l’heure actuelle, en l’absence d’un coup de théâtre, est que la licence soit vendue au plus offrant. L’enceinte futuriste de l’Ágora, qui n’est utilisée actuellement qu’une semaine par an, devrait alors se préparer au chômage de longue durée.

Cascales conclut en prédisant que d’ici 7 à 8 ans, il n’y aura plus qu’un tournoi ATP en Espagne : celui de Barcelone. Si le sort de Valence semble joué, il est légitime de se poser également des questions sur la durabilité du Masters 1000 de Madrid au-delà de l’âge d’or incarné par Nadal, les succès en Coupe Davis et la cohorte de pensionnaires du Top 100. Y a-t-il eu une bulle spéculative du tennis espagnol ? Il nous faudra le recul de quelques années pour en être sûr.

Mise à jour du 31/10/2014

Le département de communication du tournoi de Valence a annoncé vendredi dernier, pendant les quarts de finale, que le tournoi était reconduit pour 2015 et 2016 grâce au soutien du Conseil régional. Il n’y a pas de précision sur le soutien en question, mais il ne peut s’agir que d’une nouvelle injection d’argent public. L’inquiétude exprimée par Cascales et Ferrero a donc porté ses fruits en convaincant le pouvoir valencien de revenir sur son désengagement. L’horizon 2018 est loin d’être confirmé, mais Valence a gagné deux ans de tennis.

About 

Bouffeur de gluten https://twitter.com/PavelTrianero

Tags: ,

422 Responses to Valence : l’agonie d’un tournoi ?

  1. William 25 octobre 2014 at 18:10

    Une balle de break sauvée à 4 jeux partout, deux balles de set sauvées dans le tie break et un set zéro Roger : 7-6(8).

    • Remy 25 octobre 2014 at 18:19

      Karlovic bombarde d’aces au service, c’est impressionnant.

      • William 25 octobre 2014 at 18:20

        Il fait ce qu’il sait très bien faire !

        • Remy 25 octobre 2014 at 18:29

          il est injouable au service …
          ça va se jouer au tie-break encore.

          • Remy 25 octobre 2014 at 18:32

            ah ben non, le smash raté coute cher.
            Derrière karlo sort des retours canons et fait le break !

            • Remy 25 octobre 2014 at 18:35

              13 aces et 6-3 Karlovic.

  2. William 25 octobre 2014 at 18:35

    13 aces ..!

  3. Remy 25 octobre 2014 at 18:46

    ah ?
    petite baisse au service et 3 balles de break pour Roger !

    • Remy 25 octobre 2014 at 18:47

      et la double !
      Break !

  4. William 25 octobre 2014 at 18:47

    Break sur une double ! Mais pas cool le public qui applaudit quand Karlo rate ses premières…

    • John 25 octobre 2014 at 18:52

      En effet.

      Côté joueur, s’avaler 30 aces en deux sets et demi donne envie de défoncer la gueule de l’auteur de ceux-ci: le calme de Federer a quelque chose d’irréel en ce sens.

      Mais côté public, applaudir à chaque fois que le pauvre Ivo manque une première est franchement en-dessous de tout. Quand je lis que le public français est le plus chauvin d’Europe…

      • William 25 octobre 2014 at 19:03

        En fait, dès qu’un local est présent, ça dégénère… Wimbledon, Roland Garros, Bercy, Madrid, Bâle ici…

      • Patricia 25 octobre 2014 at 20:00

        A Bâle je les trouve assez pourraves, ils applaudissaient les doubles de Dimitrov aussi (et pas juste deux crétins).
        Ce n’est pas lié uniquement au fait que ce soit un local, j’ai l’impression que c’est le statut d’idole à domicile qui génère ça (Nadal, Djokovic, Fed et Murray). Les Français n’applaudissent pas les doubles des adversaires de Bennet ou Monfils dans les tournois français… J’ai l’impression que les Espagnols s’abstiennent aussi pour un modeste Verdasco ou BA.

        • Antoine 25 octobre 2014 at 20:27

          Applaudir des doubles des adversaires de Jo ou Gael à Bercy, et meme à Roland, j’ai déjà vu…rarement il est vrai, du moins à Roland..A Paris, Gael surtout, joue à domicile, clairement…

  5. Remy 25 octobre 2014 at 18:57

    32ème ace …

  6. William 25 octobre 2014 at 19:07

    33 aces pour 2 doubles, 74% de premières, 84% de points marqués dessus… Quasiment imprenable Tonton Ivo. Mais seulement 55% de points gagnés sur sa deuxième. En fait, Federer fait presque mieux : 7 aces pour 3 doubles, 64% de premières, 85% de points marqués dessus et 71% sur ses secondes. Le match s’est joué là-dessus. D’ailleurs, Ivo ne passe pas une première dans le jeu où il se fait breaker. Son seul mauvais jeu de service du match…

    • William 25 octobre 2014 at 19:10

      J’ajoute que sur ses deux doubles, l’une est faite sur la balle de break dans le troisième.

  7. Antoine 25 octobre 2014 at 19:27

    Je vois que l’Affreux a été pire que d’habitude..33 aces en trois sets contre Roger, cela doit etre son record, mieux sans doute que lorsqu’il a gagné á Montreal il y a un bail..Ce jour là, Roger l’avait breaké une fois sans etre breaké lui meme et perdu deux tie breaks.

    Aujourd’hui, il s’est fait breaker une fois ce qui ne lui arrive presque jamais contre Karlo et ça coute un set..Heureusement pour lui, il a réussi à gagner le tie break du premier set.

    Pour Roger, 7 aces en trois sets contre Karlo, c’est très peu…D’habitude, il en passe plus que lui..Là, Karlo perd en en ayant passé 33 et lui 7..

    Il a la peche cette saison, Karlo, à 35 piges. Il est nettement au dessus des 1 000 aces pour la première fois depuis un bail, pas de titre, mais 4 finales ATP, et là, une demie de 500. C’est pas mal…

  8. Patricia 25 octobre 2014 at 20:16

    Mes impressions sur le Coric/Goffin : effectivement, le gamin est un futur crack à plein nez. Je trouve que son jeu ressemble plus à celui de Goffin qu’à l’actuel Djoko, il varie beaucoup les hauteurs, slice très bien, est très à l’aise au filet et a un excellent sens du jeu. Il bouge et défend très bien. Un jeu étonnamment mûr, équilibré et complet. Il est bourré de qualités mentales également.

    Quant à Goffin, qui avait forcément plus la pression, j’ai découvert son problème de % au service, qui est récurrent : comme Gilou, il a une bonne première mais force pour la passer par peur de sa seconde. On a bien vu qu’il était mentalement encore vulnérable, il a recommencé à planter des points tout faits, notamment des volées, comme sur la première période de l’année. Mais chapeau à Coric de l’avoir mis sous pression, notamment en allant tout ramener avec beaucoup d’à propos.

    Ca fait 6 fois que Karlo passe la barre des 30 aces cette année (un seul match de GC dans le lot), mais le record ce sont les 44 contre Brands à Zagreb….

  9. MarieJo 25 octobre 2014 at 20:28

    voilà baby fed bis :)

    • Antoine 25 octobre 2014 at 20:37

      C’est pas une promenade de santé pour Roger ce tournoi de Bale..Facile contre Muller mais depuis, il a du s’employer trois jours de suite contre Istomin, Dimitrov et maintenant Karlo. Demain, cela ne va pas etre facile non plus et Goffin peut gagner…

      Je n’aime pas l’idée que RF vienne à Bercy pour courrir la place de numéro un alors que les deux objectifs principaux devraient etre le Masters et surtout la finale de CD..

    • MarieJo 25 octobre 2014 at 20:54

      il a un bon tableau, pas sûr qu’il ne tente pas un tant soit peu le coup… au moins pour mettre la pression sur djoko qui ne doit pas être au taquet avec sa paternité toute fraiche…

  10. Sam 25 octobre 2014 at 22:15

    Comment pourrait-il ne pas le faire ? Je ne vois pas comment l’hypothèse de cet espèce de trou de souris possible pour finir numéro un pourrait ne pas, plus que le titiller. Etre numéro 1, c’est le repère de Roger. Pas la CD. Etre numéro 1, cel ane peut qu’aoir une tout autre signification pour lui. Sur les tablettes qu’il aime tant, ça peut vouloir dire son nom inscrit avec X années d’intervalles tout en haut du lot. Sous entendu, la parenthèse. J’ai été, ils ont fait deux trois bricoles, je reviens. C’est à dire que si Roger redevenait N°1, les exploits de Djoko, voire de Nadal, n’apparaîtraient somme toute plus que comme une parenthèse dans l’histoire, puisque ouverte et pour le coup fermée, par Roger. Donc, le jeu en vaut la chandelle.

    • Nathan 26 octobre 2014 at 12:21

      Je suis assez d’accord avec ce point de vue.

      La Coupe Davis est-elle toujours la priorité de Federer ? Elle le fut assurément puisque c’est bien le seul trophée qui manque sur la cheminée déjà bien remplie du chalet suisse du grand Horloger du tennis mondial. Mais l’est-elle toujours ? J’interprète le fameux tweet sur « vous voyez comme je m’entraîne dur sur terre battue  » comme un subtil brouillard de désinformation pour mieux brouiller les cartes des adversaires. Malin, le Roger, expert en communication ciselée !

      Non, la Coupe Davis n’est plus l’objectif prioritaire du Suisse. La « faute » d’abord à un autre Suisse qui ne gagne plus un premier tour depuis pas mal de temps. Ce n’est « qu’une question de confiance » dit Stan, sauf que, la confiance, au tennis, c’est l’élément essentiel pour gagner et que ça se détricote aussi facilement que cela se tricote.

      La faute aussi à une surface que les deux Suisses auront tout de même du mal à gérer, la fatigue aidant, en trois maigres jours après une dure semaine de combat sur une toute autre surface à l’O2.

      La faute enfin à 23 000 Français (26 000 – 3000 helvètes) qui vont pousser les frenchies avec tous les débordements simoniens qu’on peut espérer ou redouter selon sa nature, et ce, même si dans le lot il y aura bien effectivement quelques fans inconditionnels de « l’être » du tennis incarné qui se sentiront apatrides et chanteront l’espéranto.

      Faire croire que la CD est son objectif prioritaire, c’est subtilement renverser la pression sur les épaules françaises qui vont se sentir dans l’obligation de travailler d’arrache. Et qui trop désire échoue, c’est une loi commune. Endosser le désir de l’Autre n’est pas toujours chose aisée. Tous ceux qui ont à passer un examen le savent bien.

      Et puis quoi ! Tout le monde sait bien aussi qu’il faut être plusieurs pour gagner la Coupe Davis. La Coupe Davis est un exercice de forts en thème, personne n’en tiendra rigueur à la géniale Biquette d’avoir échouer dans cet exercice qui ne dépend pas que de lui et qui n’est sans doute pas de son « génial » standard.

      La preuve d’ailleurs que le tweet de Federer est un exercice de mystification à décrypter : ses chaussettes sont rougies de terre battue. Or les chaussettes de Roger sont toujours immaculées. C’est un indice furtif qu’il livre aux champollions du tennis pour décoder sa vraie pensée.

      Et franchement, à l’âge du Christ, redevenir n°1 mondial, gagner le Masters, faire comprendre à l’ère du tennis physique et du travailler plus nadalo-nolien pour gagner encore plus, que l’essentiel est ailleurs, c’est tout d même plus glorieux, non ?

      Et la victoire en Coupe Davis viendra. Mais par surcroît, comme un bonheur.

      • William 26 octobre 2014 at 12:56

        Ça c’est du comm ! Bienvenue au fait, un nouveau ?

        • Nathan 26 octobre 2014 at 13:10

          yep, merci et bonjour à tous !

  11. Kaelin 26 octobre 2014 at 07:02

    Ptain Jan lennard éliminé au 1er tour des qualifs de Bercy par Young … :(

    Belle performance de Pouille, WC des qualifs, qui élimine la TS2 d’entrée, Johnson. Autre WC, KDSchepper, élimine Seppi en lui collant 6-1 dans le 3ème. Pas mal, jlaime bien ce gentil géant même si dans le genre Stéphane Robert me fait davantage marrer mais il est blessé (et ptet un peu moins grand).

    Muller passe Golubev. Le Luxembourgeois répond toujours présent. Tomic passe Millot facile. Soock est passé contre Ramos mais c’est passé à un poil de cul (expression à la mode sur ce site!).

    Mahut et Michon éliminés.

  12. Patricia 26 octobre 2014 at 13:07

    Avec le changement d’heure, la finale Halep/Williams c’est maintenant !

  13. Patricia 26 octobre 2014 at 13:25

    La petite Simona est admirable de culot. Elle vient de breaker Serena sur son deuxième jeu de service (elle avait gagné le toss et choisi de recevoir, avec 2 BB d’entrée bien sauvées par la Williams). Elle y va à fond.

  14. Patricia 26 octobre 2014 at 13:35

    Débreak après un jeu inégal âprement disputé. Simona manque de premières, Serena colle quelques retours de classe….

  15. Patricia 26 octobre 2014 at 13:38

    Comme avec Gretchen, on voit bcp Serena au filet (elle y est tout sauf aérienne mais la qualité des approches compense) : elle a évidemment compris que le plan des autres était de promener autant que possible le cosmique popotin dans le terrain.

    • Sylvie 26 octobre 2014 at 13:41

      Elle est quand même assez pachydermique dans les déplacements il faut dire. Quel dommage que le service de Halep l’ait trahie au moment de confirmer son break.

      • Patricia 26 octobre 2014 at 13:51

        oui c’est assez monstrueux. Mais avec son mental, son service, son retour et sa frappe de balle ça fait encore un package assez dur à battre.

  16. Patricia 26 octobre 2014 at 13:42

    Un peu de tension rattrape Simona, qui menace Serena encore une fois sur son service.
    Mais elle contrôle pas mal de points, quand Serena ne met pas un énorme service;

  17. Patricia 26 octobre 2014 at 13:45

    2è double de Simona, attention la première avait donné une ouverture à son adversaire…

    rhha, à novueau un foirage à la finition qui donne une BB à Serena !
    Une 2è balle, un énorme retour de Serena et c’est fait !

  18. Patricia 26 octobre 2014 at 13:48

    Joli Service volée de Serena!
    Elle veut enfoncer le clou.
    Mais joli retour dans les dents au point suivant.

    Sur le banc un trio Navratilova BJKing Cris Evert est assez intimidant.

  19. Patricia 26 octobre 2014 at 13:50

    Et une double de Serena pour un débreak !

    L’intimidation au retour marche aussi. Et c’est fait sur un superbe échange conclut par un autoritaire winner de « Si-mo-na Si-mo-na Si-mo-na » (la célèbre communauté roumaine de Singapour)

  20. Patricia 26 octobre 2014 at 13:54

    colossal retour de Serena, j’étais en train de me dire que Simona avait intérêt à monter le %…

  21. Patricia 26 octobre 2014 at 13:54

    Très bon point au filet de Serena, BB.

  22. Patricia 26 octobre 2014 at 13:57

    Et break. Serena retourne trop bien pour se permettre de foirer ses premières.

    Une belle foirade à la volée de Serena, 2 aces.

  23. Patricia 26 octobre 2014 at 13:58

    Une double, une grosse première suivie au filet… balle de set.

  24. Patricia 26 octobre 2014 at 14:06

    Aie ça commence mal, une double pour une BB, une faute pour la convertir…

    Echange très bien mené remporté par Simona, il faut qu’elle reprenne le fil.

  25. Patricia 26 octobre 2014 at 14:07

    pas facile, Serena envoie le pa^té en 1è et Simona sort son attaque sur la seule 2è.

  26. Patricia 26 octobre 2014 at 14:08

    Une amortie qui se retourne contre elle, un coup de fusil en retour… Simona encore en danger !

  27. Patricia 26 octobre 2014 at 14:09

    Encore un énorme retour de Serena, 2 BB.

  28. Patricia 26 octobre 2014 at 14:10

    Malgré deux bonnes premières de Simona, un énorme winner de CD pour Serena, évidemment bien plus relâché avec son avance.

  29. Patricia 26 octobre 2014 at 14:15

    Je vais prendre le café, ça risque de finir en boucherie…

  30. Patricia 26 octobre 2014 at 14:30

    Ah ben voilà, je sentais l’odeur du bagel, bagel il y eut…
    Dommage que Halep n’ait pas pu jouer relâchée plus longtemps, il y avait de la place pour le 1er set.

    • Sebastien 26 octobre 2014 at 14:44

      C’est pour ça que tu as pris ton café, c’est si bon avec un bagel !

  31. Sylvie 26 octobre 2014 at 14:31

    Trop honnête Halep, elle aurait du laisser Ivanovic gagner en deux sets mais c’est tout à son honneur. Serena est certainement l’une des plus grandes joueuses de tous les temps mais perso je sature totalement. Trop puissante à mon goût.

    • Patricia 26 octobre 2014 at 16:44

      Pourtant tu aimes bien Wawrinka qui chez les hommes est un des plus puissants…
      Elle a un sacré coup d’œil aussi. Au service, ce n’est pas la plus grosse bourrine (Lisicki ou Kvitova, ou Venus frappent plus fort), c’est le meilleur, le plus varié et le plus fiable (comme Roger on va dire).

      Mon problème avec Serena est esthétique : son déplacement actuel est vraiment une horreur.

  32. Sebastien 26 octobre 2014 at 14:43

    Arrrgh, je me suis fait avoir par le changement d’heure, j’avais lu 13 heures pour le début du match sur le site de l’Equipe (que je ne remercie pas !)

    Le résultat me fait super plaisir. Je suis un grand fan de Serena. Mais non, elle n’est pas trop puissante, il y a des joueuses aussi puissantes voire plus qu’elle, mais ce sont ses qualités tennistiques (qualité de frappe de balle, qui n’est pas la puissance, qualité de retour, qualité de service et le mental qui font la différence, malgré une énorme émotivité

    D’ailleurs le fait que Wozniacki ait aussi bien résisté montre que sa puissance peut être contrée, ce que faisaient très bien Hénin et Clijsters.

    • Nathan 26 octobre 2014 at 15:20

      C’est vrai que si on aime la puissance, on est servi. En plus, elle est extrêmement véloce sur un court. A l’écran, elle donne un peu une impression de lourdeur mais pour l’avoir vue, il y a déjà quelques années de cela à Coubertin, donc très près, elle est très rapide. Serena, c’est de la panzerdivision qui fait de la blitzkrieg.

      Cela dit, Serena, à mon sens, met en lumière le problème du tennis féminin, incapable d’opposer une alternative pour la contrer, comme le dit Sebastien. Quand elle perd, à quelques exceptions près, c’est qu’elle se délite psychologiquement pour d’inexplicables raisons.

      Mais il fut un temps où des joueuses effectivement pouvaient la battre avec leurs armes : Hénin, bien sûr, Clijsters, voire Mauresmo à son meilleur quand elle la « travaillait ». Maintenant avec une majorité de filles qui jouent en cadence au fond du court en montant de temps en temps quand les carottes sont cuites, Serena a encore de beaux jours devant elle.

      • Patricia 26 octobre 2014 at 17:00

        Mais actuellement on ne peut pas dire que son déplacement soit comparable à celui des années Hingis/Henin : elle est souvent sur le point de se casser la figure, l’âge ou les blessures probablement…

        Je pense qu’actuellement une joueuse qui se déplace extrêmement bien, joue juste et agressif comme Halep peuvent la battre un jour où elle est « normale », en lui mettant la pression sur le déplacement. Woz n’est pas passé loin hier dans le 3è set, très équilibré.

        Halep était tendue après 3 jeux et elle s’est rendue vulnérable sur ses services. Elle ne peut se permettre ni de rater (disons pas plus de 5-6 UE par set) ni de rater trop de premières (disons à 65% ça va). Avec ce jeu là, elle peut mettre une bonne pression sur Serena en la travaillant dans le déplacement. Mais même dans un moment où elle joue bien, ça ne peut pas passer à chaque match. Comme pas mal de petits qui essayent de doper leur première balle (ce qu’elle fait bien), son % moyen n’est qu’à 60%, ce qui veut dire qu’elle fait pas mal de matchs plus près des 55%. Trop dangereux avec le meilleur retour du circuit.

        • Nathan 26 octobre 2014 at 17:20

          Bonjour. Son déplacement n’est certainement pas comparable à celui de Justine Hénin ou à celui de Halep qui sont des modèles dans le genre.

          Si j’ai livré cette réflexion, c’est que je m’attendais en allant voir jouer à Coubertin, à assister à un jeu de « gros tank » qui balançait des salves de parpaings.

          J’ai vu les parpaings, j’ai vu les gros muscles, des cuisses et des bras absolument hallucinants, mais j’ai vu aussi quelqu’un qui se déplaçait très vite.

          Pour dire ma vérité, ce déplacement est très laid, donne le sentiment qu’il pourrait effectivement se terminer en gadin mais, miracle de l’équilibre ou de la musculature, je ne sais pas, de gadin il n’y en a pas, et le déplacement est efficace et beaucoup plus rapide qu’il ne se donne à voir sur écran. La déplacer n’est pas si simple, même si c’est la clé.

          Sur sa technique, je suis d’accord avec toi : le service, c’est ce qui se fait de mieux, le revers est vraiment bien, la volée ok, mais le coup droit, non. Le coup droit est techniquement vraiment moche, appris, pas naturel… mais pourtant diablement efficace !

          Halep, j’aime beaucoup le jeu d’Halep. Mais je en crois pas qu’il suffit de jouer, juste, efficace et agressif pour battre une bonne Serena. Il faut quelque chose de plus, variable en fonction des joueuses. Halep a-t-elle ce plus ? pour l’instant, je ne l’ai pas vu.

          • Patricia 26 octobre 2014 at 17:55

            Pour battre une bonne Serena, une Serena qui joue un de ses 5 meilleurs matchs de l’année, il faut une grande championne… Dans le registre de Halep, il faut être Hingis. C’est plus du talent, c’est du génie.

          • Sebastien 26 octobre 2014 at 18:20

            La seule qui me semble pouvoir faire jeu égal avec Serena durablement, c’est une Azarenka non blessée, mais je ne sais pas si elle va pouvoir repartir. Encore que Wozniacki est vraiment bien revenue et pourra peut-être le faire en 2015.
            Le coup droit de Serena bien que moche met énormément en difficulté ses adversaires, oui, plus que son revers, je dirais.

  33. Sebastien 26 octobre 2014 at 14:48

    Fedoubiquette dispute sa 11ème finale de Bâle, c’est pas un record, ça, 11 finales dans un même tournoi ?

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis