RYSC 2015 : Shanghai – Paris

By  | 30 octobre 2015 | Filed under: RYSC

afpDjokovic est plus que jamais le seul maître à bord du vaisseau ATP. Son ennuyante domination est totale et aucun autre joueur ne semble en position d’y changer quoique ce soit.

Au bout de ce tournoi sans saveur, à part pour les fans de Tsonga, j’enregistre ma première victoire au RYSC. Il était temps après 3 ans de gestion !

Un titre acquis simplement parce que je suis celui qui avait donné la réponse la plus faible à la question subsidiaire, c’est peu j’en conviens. Car nous étions 4 à l’arrivée avec le même nombre de points.

Résultats

  1. Djokovic    Victoire
  2. Federer    2rd
  3. Murray    Demi
  4. Wawrinka    Quart
  5. Berdych    Quart
  6. Nishikori    3rd
  7. Ferrer    2rd
  8. Nadal    Demi
  9. Raonic    3rd
  10. Simon    3rd
  11. Gasquet    3rd
  12. Anderson    Quart
  13. Isner    3rd
  14. Čilić    3rd
  15. López    3rd
  16. Tsonga    Finale

Dans sa balade, Djokovic n’a laissé que 25 jeux à ses adversaires.

Podium

Podium RYSC Shanghai 2015

Podium RYSC Shanghai 2015

 

Classement

gen_post_shang_15_2

Paris 2015

Règles du RYSC

Pour chacune des 16 têtes de série, il vous faudra pronostiquer à quel stade du tournoi elle finira en respectant le format suivant : 1rd, 2rd, 3rd, Quart, Demi, Finale, Victoire.

Chaque participant peut choisir un guillotineur parmi les non têtes de série. Il rapportera 1 point à chaque victoire contre une tête de série.

La réponse à la question subsidiaire permettra de départager le premier en cas d’égalité au points et peut rapporter 1 point si la réponse exacte est donnée.

Les têtes de série

  1. Djokovic
  2. Murray
  3. Federer
  4. Wawrinka
  5. Berdych
  6. Nishikori
  7. Nadal
  8. Ferrer
  9. Tsonga
  10. Gasquet
  11. Anderson
  12. Cilic
  13. Isner
  14. Simon
  15. López
  16. Goffin

Question subsidiaire : combien de breaks pour le vainqueur du tournoi ?

Le tableau

draw_paris_15

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Date limite de participation

Lundi 2 novembre à 11h.

About 

Après de trop nombreuses années sans tennis, je retrouve enfin mon amour de jeunesse. Et le constat est lapidaire : je suis ultra nul. Je compense en regardant les matches du Federer tant qu'il en est encore temps, de jour comme de nuit.

Tags:

392 Responses to RYSC 2015 : Shanghai – Paris

  1. ConnorsFan 7 novembre 2015 at 18:44

    Là, je croyais que Stan allait cogner directement sur Novak qui était au filet. Lendl n’aurait pas hésité.

  2. Benoît 7 novembre 2015 at 18:46

    C’est bien ce que je pensais, Stan est cuit

  3. Benoît 7 novembre 2015 at 18:47

    Il a 2 points tout fait qu’il loupe lamentablement, ça fait 0-40…

  4. ConnorsFan 7 novembre 2015 at 18:47

    Stan me fait penser au Nadal d’hier. Il ne saisit pas ses chances.

    • Benoît 7 novembre 2015 at 18:52

      Oui même s’il est fatigué il pourra nourrir des regrets sur ce match tant le Serbe est (relativement) prenable.

  5. ConnorsFan 7 novembre 2015 at 18:49

    Stan est brisé : 2-0 Novak. Pas de panique, Stan joue mieux dans ces situations.

  6. ConnorsFan 7 novembre 2015 at 18:52

    Stan réussit un passing incroyable en coup droit; sur le point suivant, il rate un passing facile en revers. Misère.

  7. Benoît 7 novembre 2015 at 18:54

    J’ai l’impression que cette année mettre un set à Djokovic c’est comme mettre un set au Nadal de la grande époque sur terre battue, cela te demande tellement d’engagement physique et mental qu’au début du set suivant un petit relâchement et le Djoker mène déjà 3-0…

    • Lucile 7 novembre 2015 at 18:56

      Stan a peut être aussi un petit coup de moins bien. Faut pas oublier qu’il a fini très tard hier. Il est clairement désavantagé par rapport à playmobil. Nadal aurait eu la même difficulté je pense

      • ConnorsFan 7 novembre 2015 at 19:00

        Oui, ça fait beaucoup de tennis en peu de temps. Novak a aussi joué hier soir mais il semble frais comme une rose. Il est très solide depuis 2011, après un début de carrière marqué par les baisses d’énergie physique.

        • Mat4 7 novembre 2015 at 19:27

          « après un début de carrière marqué par les baisses d’énergie physique. »

          Ce qui est bien faux, d’ailleurs. Djokovic est toujours très vulnérable dans des conditions très chaudes et très humides, et là, rien n’a changé. D’un autre côté, il était physiquement très endurant en 2007 déjà, dès l’âge de vingt ans, comme on peut le voir dans des matches comme celui contre Stepanek à l’USO, juste pour citer un exemple.

          Quant au gluten, il n’est pas le seul l’avoir éliminé de son régime — Murray l’a fait également, Lisicki aussi, si je me rappelle bien. Il a perdu 4 kg en 2011, et actuellement, il est probablement le joueur le plus léger du top 20. On ne peut pas comparer son physique à celui de Stan, qui pèse 15 kg de plus. Djokovic a une constitution physique de coureur de 800 m, alors que les autres sont bâtis pour le 100 et 200 m ; il est donc logique qu’il se dépense moins (et comme on a pu le voir, il court moins que ses adversaires pendant les matchs).

  8. ConnorsFan 7 novembre 2015 at 19:03

    Stan ne tient plus. Ça sent le bagel.

    • ConnorsFan 7 novembre 2015 at 19:05

      C’est fait : 6-3, 3-6, 6-0 Novak.

  9. Nathan 7 novembre 2015 at 19:08

    Conclusion : il vaut mieux prendre du sans gluten que du café. C’est beaucoup plus efficace sur la durée…

    • ConnorsFan 7 novembre 2015 at 19:12

      Voilà. Ça doit être assez pénible quand même, ce régime sans gluten.

      • Nathan 7 novembre 2015 at 19:26

        Pour ceux qui regardent, oui.

        • Lucile 8 novembre 2015 at 00:14

          Ah ah ah!!!! excellent Nathan :) C’est vrai que c’est d’un lassant. Et en plus j’avoue, l’histoire du sans gluten qui rend invincible je n’y crois pas une seconde. Murray ça ne l’a pas transfiguré d’ailleurs.

        • ConnorsFan 8 novembre 2015 at 01:03

          Si ce n’est pas le gluten qui causait les problèmes physiques de Novak, c’était quoi alors?

          Si une personne a une intolérance au gluten, ça me paraît évident qu’un régime sans gluten va améliorer sa condition physique. Par contre, éliminer le gluten ne changera probablement pas grand chose pour une personne n’a pas cette intolérance.

          • Mat4 8 novembre 2015 at 03:02

            J’aurais clairement mal compris « baisse d’énergie physique », pensant que tu parlais de l’endurance et de la préparation sportive.

            Quant à Murray, il a fait des choix différents. Il a travaillé sur sa puissance sous Maclagan, Little et Green, ce qui a amélioré sa vitesse et son jeu en général, mais ce qui le handicape contre Djokovic dans les matches longs, qu’il perd régulièrement au troisièmes et quatrièmes sets.

            Mais à la différence de Jo, par exemple, Murray n’a pas une once de graisse, il ne pouvait pas vraiment perdre de poids après l’adoption d’un régime sans gluten, surtout qu’il prend énormément de protéines et qu’il travaille encore son physique.

            Rafa a travaillé son physique plus tôt, au début de sa carrière pro. Je pense que, tout comme Murray, il a porté plus de poids qu’il n’en faillait dans certaines phases de sa carrière, et qu’il l’a payé par des problèmes de genoux et de dos. Aujourd’hui il semble peser quelques kilos de moins, et, pour moi, ça expliquerait le fait qu’il n’ait pas de problèmes de santé depuis presque deux ans (appendicite mise de côté). Il devrait jouer plus à plat, comme en 2010 — il le faisait très bien d’ailleurs — mais ça c’est une longue histoire, et pour faire court, je pense qu’il aurait dû changer ou compléter son « team » depuis longtemps.

  10. MacArthur 7 novembre 2015 at 19:25

    Djoko est juste au sommet de sa carrière. Fort, tres fort, compte tenu de la concurrence en face. Ca a ete le cas de Federer aussi a une epoque. Nadal n’a jamais ete dominateur ainsi.

    • Mat4 7 novembre 2015 at 19:30

      Je pense que Fed était plus dominant pendant ses meilleurs années. D’un autre côté, le tennis a beaucoup changé récemment.

  11. Sebastien 7 novembre 2015 at 20:24

    Putain, Menton est encore en finale ! Et ça risque de durer encore 5 ans ! Misère !

  12. Montagne 8 novembre 2015 at 09:31

    Un article à lire aujourd’hui sur le site « Le Monde. fr » :

    Tennis : silence, les joueurs sont prêts.

  13. Benoît 8 novembre 2015 at 15:19

    Des courageux pour mater la finale ? Premier jeu convaincant de la Murène. Déjà un gros rallye.

    • Bapt 8 novembre 2015 at 15:53

      J’avoue que je regarde vaguement en bouquinant à côté. Il me semble que c’était plutôt un bon Djoko/Murray par rapport aux types de match qu’ils nous imposent en général… 

  14. Benoît 8 novembre 2015 at 15:25

    Le Djoker dicte le jeu à sa guise en imposant des gauches droites à Murray, déjà le break…

  15. Sam 8 novembre 2015 at 15:32

    J’éprouve une forme de peur devant ce spectacle.

  16. Sam 8 novembre 2015 at 15:36

    Ce que Murray doit faire pour tenir, la vache…

  17. Benoît 8 novembre 2015 at 15:44

    Murray fatalement inoffensif en coup droit…

  18. Sam 8 novembre 2015 at 15:47

    Bon, pas de double break. C’est déjà ça.

    • Benoît 8 novembre 2015 at 15:53

      Finalement si… Andy semble déjà résigné

      • Bapt 8 novembre 2015 at 15:57

        26 points gagnés du fond du cours par Djoko contre 12. La survie d’Andy passe par le filet !

    • Bapt 8 novembre 2015 at 15:54

      ben si !

  19. Bapt 8 novembre 2015 at 16:19

    Déjà un break d’avance pour le Djoker dans cette deuxième manche. Le pire c’est que Murray ne joue pas mal… 

  20. ConnorsFan 8 novembre 2015 at 16:29

    Murray qui se bat bien et qui reprend le bris de service : 3-2 Murray.

    • ConnorsFan 8 novembre 2015 at 16:32

      Il veut dicter le jeu mais Novak résiste. Quand même bon de voir Andy se porter à l’attaque.

      • Bapt 8 novembre 2015 at 16:37

        C’est ce qu’il doit faire, mais c’est quand même très compliqué. Après un débreak prometteur… rebreak un peu bête.

      • ConnorsFan 8 novembre 2015 at 16:38

        Oui. C’est difficile à faire sans finir par rater.

        • Bapt 8 novembre 2015 at 16:41

          surtout quand on n’est pas un attaquant naturel. Le pire c’est qu’aujourd’hui je trouve que le Djoko ne sert pas très bien. Il y aurait de l’espace.

        • ConnorsFan 8 novembre 2015 at 16:43

          On se disait ça hier aussi contre Stan. Novak semblait prenable. Évidemment, autant hier qu’aujourd’hui, son adversaire est encore plus prenable.

  21. ConnorsFan 8 novembre 2015 at 16:38

    Et Novak qui brise. Sa capacité à absorber la puissance de l’adversaire est remarquable. Il reçoit des coups d’attaque tout près de la la ligne de fond et les retourne lui-même avec une profondeur parfaite.

  22. ConnorsFan 8 novembre 2015 at 16:40

    Oups. Là Andy vient de faire un beau cadeau à Novak, qui n’en a pas vraiment besoin.

  23. Bapt 8 novembre 2015 at 16:49

    et ben au bout du suspens, c’est Djokovic le vainqueur. Franchement Murray est toujours aussi décevant.

  24. ConnorsFan 8 novembre 2015 at 16:50

    C’est fait : 6-2, 6-4 Novak. Son niveau ne baisse pas. Si quelqu’un veut le battre, il va devoir jouer mieux que lui. Beau défi.

  25. ConnorsFan 8 novembre 2015 at 16:52

    Ceux qui n’aiment pas Novak peuvent remercier Stan car, sans lui, c’était la totale en cette année 2015.

    • Mat4 8 novembre 2015 at 23:20

      Le pire, c’est qu’ils ont d’excellentes relations hors terrain.

      Pas besoin d’ennemis avec des amis comme Stan…

      :D

  26. Nathan 8 novembre 2015 at 16:57

    « Au fait, quand est-ce qu’on mange ? » disait Averell Dalton en toutes occasions. Mais oui, comment ne m’en étais-je pas aperçu plus tôt ? Nole, c’est Averell Dalton, le plus grand des Dalton. Goscinny était un voyant. Il savait que la force du héro réside dans son menton et dans son régime nutritionnel.

    • Bapt 8 novembre 2015 at 17:02

      L’appétit d’Averell mais aussi la méchanceté de Joe… 

      (Que les amateurs de Nole me pardonnent cette trollerie facile…)

      • Nathan 8 novembre 2015 at 17:12

        Exact. Mais la méchanceté et le vice étaient tout de même bien partagés dans la fratrie. Averell était le plus maigre en dépit de son appétit insatiable :)

      • Mat4 8 novembre 2015 at 23:17

        Pardonné…

        Mais ne recommence plus !

        :-)

  27. MarieJo 8 novembre 2015 at 19:18

    dire que j’ai zappé le RYSC et le pire c’est que j’ai mis 2 jours à m’en appercevoir :(

    et Djoko qui gagne encore et encore 6 M1000 c’est tout de même improbable….
    avec la saison de serena, le suspens a cruellement manqué question tennis, mais il parait que des champions dominateurs drainent bcp plus l’attention…
    c’est pas le cas ici, mais bonon va faire avec !

    • Babolat 8 novembre 2015 at 19:33

      Vivement le coup d’état. ~ ^^

      • Mat4 8 novembre 2015 at 23:18

        le coup d’état… c’était en 2011 !

        … tellus stabilita…

  28. Mat4 8 novembre 2015 at 23:36

    Après un peu de trolleries de ma part, soyons sérieux.

    Djokovic avait l’air au bout du paquet dans le second set, et si Murray avait réussi à refaire le bris à 3-2, j’aurais pas donné cher pour sa peau. Mais Novak a su serrer les dents, et Andy, sous pression constante, s’est remis à forcer, comme dans le premier set, et à manquer — de bien peu, souvent, mais il n’y a malheureusement pas de différence entre manquer la ligne de 3 mm ou de 50 cm.

    S’il continue à s’améliorer — il y a encore beaucoup de marge sur les plans du service, de la volée, du jeu vers l’avant en général — avec un peu de chance, il peut compter réellement remporter 3 ou 4 slams avant le déclin définitif. Les clés seront le niveau de la concurrence et la santé, et, bien qu’ayant peut-être moins d’importance, quelques bons tableaux.

    S’il remporte par dessus ça RG, il rentrera définitivement dans les rangs des meilleurs joueurs de tous les temps.

    • Nathan 9 novembre 2015 at 09:59

      Et alors ?

      • Mat4 9 novembre 2015 at 11:37

        Et alors… rien. Juste pour combler un peu le silence, pour cacher la déprime de 15-love, qui à l’air être complètement à love.

        Très peu de commentaires, en dépit du beau tennis proposé à Bercy (tiens, je viens de me rappeler du jeu de mot — Paris–Mercy) : on a eu un très beau tournoi, en dépit de la surface (quoi qu’en dise Guy Forget) extrêmement lente, ou, qui sait ?, peut-être grâce à la lenteur de cette surface.

        Pour ma part, j’ai très apprécié la performance de Benoit Paire, qui, ces derniers mois, met finalement son jeu en place. Il a un potentiel de top ten, le garçon : très grand, très fort, avec un bon service, de bonnes mains, il pourrait causer une grosse surprise l’année prochaine. Ses matches contre Monfils et Simon ont été passionnants.

        On en parlait beaucoup sur ce blogue, de Paire, quand il faisait du n’importe quoi sur le court. Je pensais qu’il susciterait plus d’enthousiasme.

        Et puis il y a eu Gasquet. Tout comme Paire, c’est un garçon qui mûrit très lentement — pour des raison bien différentes, d’ailleurs — mais qui nous propose finalement, cette saison, du gros tennis, et du beau tennis. Sa rencontre contre Murray, son match contre Nishikori, ont été palpitants.

        Et le Gilou — mince, ce mec vit une vie tennistique de souris : on ne rendrait même pas compte qu’il existe s’il ne faisait pas, de temps en temps, des déclarations politiquement incorrectes. Pourtant, il est 15ième au monde ! Essayez d’être 100ième au monde à jouer aux billes…

        Et son match contre Djokovic était très bon — il a été peut-être le seul cette semaine à trouver le moyen de faire déjouer le serbe. À un tel point que, 10 mn après ce match, Djokovic est allé dans le ballon s’entrainer. Tiens, voici le lien:

        http://www.menstennisforums.com/2-general-messages/728737-djokovic-practicing-alone-five-minutes-after-beating-simon.html

        Ensuite, on a eu des QF sanglants : un Berdych surprenant, un gros match Stan-Rafa, un classique entre Murray et Gasquet. Des TB à foison, des revirements, du suspense.

        On a eu de la « brute force » et des matches, d’un autre côté, très tactiques. Tiens, la finale en a été une excellente illustration : Murray à chaque fois déporté dans les échanges en diagonales, repoussé de sa ligne de fond, sans angles pour commencer un rally — ça avait un côté très artistique. Même ces second services à 120 à l’heure de Djoko en demie, ça m’avait franchement surpris.

        Bien que j’aie l’impression que beaucoup d’entre vous jouent au tennis, il me semble qu’ils ont oublié le côté laborieux du tennis, son côté, disons… moins « flamboyant ». Bon — je viens de me souvenir d’un de mes films préférés — la beauté serait dans l’œil du spectateur, mais tout de même, un silence si total, comme si je m’étais gouré de site et avais fini sur « Federer fan’s club » à la place de 15-love.tennis.

        « Le Maitre » vient de battre de nouveaux records — car c’est bien Djoko, « le Maitre », depuis cinq ans, et je comprends… j’ai moi-même du mal à m’habituer, tant je m’étais accoutumé à Rafa, « le Maitre » (oh, mon Dieu, que ce fut perfide de ma part) — et, franchement, il n’y a pas de raison de tomber dans les pommes (cuites), faire de la toile, etc. tant c’était attendu.

        Et alors ? Ben rien, juste pour jaser, parler de tennis, ce à quoi devrait servir ce site.

        • Nathan 9 novembre 2015 at 12:35

          « Au fait, quand est-ce qu’on mange ? » A Londres, forcément ! On verra ce que fera Dalton à Londres car les jours semblent se suivre mais qui sait ?

          De Maître, il n’y en a pas, il n’y en a jamais eu. Peut-être connais-tu la boutade de Lacan, qui n’en était pas une d’ailleurs, quand il disait « le Maître est forcément un con ». Mais bon… Faute de Maître, je préfère parler de Dieu car Dieu seul sait ce que l’avenir nous réserve.

          Qui pensait que le bel athlétisme tomberait après le malheureux cyclisme ? Peut-être qu’un jour, dans le monde du beau tennis préservé comme un jour sans tâche, les mentons se délieront et se mettront à parler. Ah je sais ! L’argument sent son fiel. Certes. Mais quoi ? Je pense qu’un jour il faudra tout de même poser les bonnes questions, notamment au sulfureux Igor Cetojevic, inventeur de la machine qui fait « Papa, Maman », l’infaillible SCIO pour faire le bilan énergétique des gogos qui peuvent se la payer, inventeur donc de cette machine miraculeuse, entre autre, ainsi que du Nole jamais essoufflé que nous connaissons tous maintenant.

          C’est bien d’aimer Paire et Novak. Cela montre une grande largesse d’esprit que d’aimer le yin et yang de la balle jaune. Mais comment peux-tu dire que Paire a bien joué alors même que dans un billet précédent tu avouais avoir abandonné la partie quand Paire était mené 0/4 dans le 2ème set ?

          Tu apprécie un joueur que tu n’as pas vu. C’est après le 4/0 qu’on retrouve le Paire qu’on aime quand on aime Paire, quand il joue comme un cinglé, comme un braque, uniquement guidé par l’extraordinaire et non par cinq mecs patibulaires (mais presque) assis en rang d’oignons avec des tee-shirts à la con pour soutenir un maître qui forcément est un… mais je me répète, et qui a fait en un set et demi plus de coups étincelants que Djokovic n’en fera dans toute sa carrière de maître.

          Eh oui ! et c’est le pourquoi du « et alors ? ». C’est cela aussi le tennis ! Ce n’est pas que les breloques. C’est les breloques. Mais pas que les breloques. C’est aussi l’ineffable, le coup qui vous surprend, le coup qui vous ravit, celui qu’on n’attendait pas et qu’on a eu pourtant. L’ineffable, Mat4, l’ineffable. L’ineffable, ce n’est pas du vent, c’est même le contraire. Il faut des breloques pour crédibiliser l’ineffable, sinon il n’y a pas de champion.

          Mais croire qu’en cumulant les breloques on va atteindre l’ineffable, c’est aussi bête que de croire qu’on va être aimé en mettant un nez rouge en entrant sur un court ou en écrivant « allez la France ! » sur l’objectif d’une caméra pour plaire au public.

          Je n’ai jamais aimé le jeu « vide », c’est-à-dire convenu, appris, toujours recommencé, peaufiné à coups de je ne sais pas trop quoi, jamais surprenant, jamais inventif. Je n’aime pas les joueurs sans imagination qui pensent que brandir la coupe comme un immense phallus suffit à ravir les gens.

          • Mat4 9 novembre 2015 at 15:02

            Oh, Nathan, c’est la réponse ! c’est l’esprit ! Vivement ! On n’est pas d’accord, évidemment, mais le débat ravive.

            Tout de même,

            « Mais comment peux-tu dire que Paire a bien joué alors même que dans un billet précédent tu avouais avoir abandonné la partie quand Paire était mené 0/4 dans le 2ème set ? »

            Pour ne pas chercher mes postes, j’ai suivi le résultat Monfils-Paire jusqu’à 4-0 dans le second set, et j’ai regardé Simon-Paire, où le résultat dans le second était équilibré.

            « Tu apprécie un joueur que tu n’as pas vu. » Mais, si, je l’ai regardé à plusieurs reprises cet automne. Un match entier, plusieurs sets. Suffisamment pour se faire une impression. Ça, c’était un coup sous la ceinture.

            « Mais quoi ? Je pense qu’un jour il faudra tout de même poser les bonnes questions, notamment au sulfureux Igor Cetojevic [...] »

            Mais justement, moi, ces questions, je me les suis posées. Et bien d’autres, d’ailleurs : car les joueurs qui jouent 80+ matches par ans sans trembler, ben, Djokovic, il n’est pas le premier, et j’ai plutôt bonne mémoire — à commencer par les joueurs d’il y a trente ans qui sniffaient avant les matches, en passant par Agassi (et c’est pas du meth dont je parle), et bien d’autres. Juste pour rappeler, Federer était un des principaux suspects il y a dix ans. Quand on gagne… on suscite bien des… jalousies ?

            Le docteur Cetojevic… s’il faisait quoi que ce soit dans ce genre, se trouverait-il dans la loge de Djokovic en final de Wimbledon ? Ce serait, pour exagérer et provoquer d’autres controverses, comme si le docteur Fuentes se trouvait dans la loge de Rafa. Soyons sérieux. Une recherche sur ses champs d’intérêts montre qu’il fait de l’acuponcture et de la philosophie, et qu’il est plus charlatant que médecin.

            Et si on se met à suspecter Phil-Gritsch, pourquoi pas Paganini ? Et ce n’est pas Djokovic qui montre un déclin remarquable après l’introduction du passeport biologique, ou une longévité jamais vue jusqu’à présent. Ce n’est pas Djokovic non plus qui a pris 6 à 10 kg en quelques mois, et à cause duquel on a introduit les tenues bouffantes, de deux pointures trop grandes. Si les bienfaits des hormones de croissance sont avérés, ils sont moins notables que ceux des stéroïdes, dans un sport qui requiert plus d’explosivité et de puissance que d’endurance.

            Des tentes hyper/hypobares, beaucoup de joueurs en employaient — juste pour citer : Hewitt, Stosur, Nadal (pardon, c’est « Pure Air », mais avec possibilité de régler la pression). Alors, l’histoire de « l’oeuf » … c’est surtout Djoko qui s’est fait arnaquer dans une histoire de pub gratuite.

            Puis les arguments du genre « nakunpoumon » … pour un mec qui tenait le coup aisément dans ses matches en cinq sets en 2007 et 2008, mais qui continue de flancher sous la chaleur, faut être un peu de mauvaise foi. On ne prend jamais en compte qu’il joue moins de 18 tournois par ans — le moins dans le top — qu’il montre des signes de fatigue très souvent (à Cincy, par exemple, ou hier encore, contre Murray, où il était à bout du rouleau), et que ça fait des décennies que les joueurs réussissent des performances — quant au nombre de matches — supérieures, mêmes. Tiens, le JMac de 84, combien de matches de doubles a-t-il joué à côté de ses 85 matches en simples ? Et les voyages, le décalage horaire, et ainsi de suite…

            Quant à l’excellence… mais Djokovic en fait tout le temps, des coups étincelants, très difficiles, très beaux. Son problème, c’est qu’il en fait tellement que tout le monde pense que c’est facile, que c’est… normal. « Robotisé », quoi…

            Et les maillots… le « RF » et le « ND » , c’est une question de gout. Les oignons, les carottes, les légumes, ouais, bref…

            Finalement, c’est pas avec « des breloques » qu’on devient numéro 1 mondial, qu’on tient tête à Roger depuis 2007. Le Djokovic, ce qu’il fait sur le court, c’est très inventif, c’est intelligent, c’est du grand, en somme.

        • Sebastien 9 novembre 2015 at 12:35

          Cher mat4
          Il faut reconnaître que tu fais de beaux efforts pour nous remonter le moral. Mais est-ce la bonne méthode ? Tes arguments sont fouillés en général et fortement documentés. Mais nous sommes 99% à ne pas pouvoir encadrer le miraculé du gluten aux melon et menton de taille cyranesque.
          Federer est un génie, Rafa aussi d’une autre manière mais Menton ?
          Je n’étais pas né à époque de Lendl mais tout ce que je lis sur lui montre un parallèle troublant. Jeu robotisé, sans génie, une sorte de robot. Il étouffe le tennis et il n’aura aucun rival avant 5 ans.
          Ok il aura battu tous les records mais il est la mort d’une certaine forme de tennis que j’aimais et que je pleure. Délire Potro et le Nadal d’avant me manquent ils auraient pu tenir tête à ce monstre.
          Là seul Féderer sur deux sets et surface ultra rapide.
          Tout cela est triste et ce n’est pas les matchs de Simon qui vont cacher la misère.

          • Mat4 9 novembre 2015 at 15:22

            Cher Sebastien,

            J’ai lu la bio de Rafa, et je ne pense pas qu’il soit un génie.

            Quant à « il n’aura aucun rival avant 5 ans », j’ai du mal à y croire. Je me rappelle la domination de JMac — on pensait qu’il resterait intouchable pendant des années encore ; et puis, en 2007, qui avait prédit le Wimb 2008 ?

            Ce n’est pas la faute à Novak, ou à Roger, si le lift est devenu si important dans le jeu, si ce lift a déplacé l’accent du jeu de l’axe profondeur vers les axes hauteur/largeur.

            Quant aux rivaux… C’est très difficile à estimer. La seule méthode à laquelle on pourrait se fier serait le rating, encore qu’il faille être prudent. Ce que ce système révèle, c’est qu’il y avait un creux de vague dans les années ’90, pas aujourd’hui. Et si un joueur a eu un parcours difficile dans sa carrière, c’est bien Djokovic.

            Finalement, dans le cadre de ses changements, le tennis passe par des phases uniformes, chiantes, mais d’habitude ça dure peu, et il y a une oscillation régulière entre l’attaque et la défense. C’est ce qui est en train de se passer, et l’évolution récente tant de Federer que de Djokovic, mais aussi de Wawrinka, l’annonce.

          • Mat4 9 novembre 2015 at 15:29

            Quant à Lendl, j’étais malheureusement né à cette époque. Son jeu « robotisé »… ben c’est un mythe. Si tu veux citer un joueur qui était très ennuyant, cite plutôt Borg… C’est quand même lui qui a fait un échange de 86 coups contre Vilas [le jeu de Borg -- pour ne pas être injuste -- a assez évolué au fil de sa carrière].

            Mais là est la différence : JMac était américan, Borg suédois et beau garçon, alors que Lendl, Vilas… Prenons un autre exemple : tout le monde préférait Evert à Navratilova (ou presque), mais, comme bien souvent, ça n’avait rien à voir avec son jeu. Tout comme aujourd’hui, j’aime bien plus Sharapova que la Mauve — mais ça a plus à voir avec Sylvie Vartan qu’avec autre chose.

            • Achtungbaby 9 novembre 2015 at 16:55

              Né aussi pour voir Lendl.

              Et son jeu était tout sauf passionant. Un coup droit qui a surement été le premier à être aussi puissant. Et puis ensuite quoi ?

              Vraiment pas passionant le garçon.

              • Mat4 9 novembre 2015 at 19:24

                Je me suis rafraichi la mémoire récemment — Lendl avait plusieurs visages, et son tennis était bien plus complet qu’on l’affirme à présent. Je ne pouvais pas le pifer à l’époque, et j’avais tort.

                Tiens, je conseille à tous de revoir la finale de l’USO 88 entre Lendl et Wilander. Pour se refaire une idée sur Wilander aussi, qui était également un joueur exceptionnel, très sous-estimé, caricaturé aujourd’hui.

                Et ça me fait penser à qqchose d’autre, en relation avec des questions posés plus haut — dans le temps, JMac avait avoué avoir pris des stéroïdes pendant 6 ans — sans le savoir…

  29. Skvorecky 9 novembre 2015 at 10:31

    En attendant, Djokovic est sur le point de réaliser ce qui restera peut-être comme la meilleure saison de l’ère Open. 3 Grand Chelem (+ 1 finale), 6 M1000 (+ 2 finales)… Ce n’est pas seulement son palmarès, c’est qu’il a eté en finale de TOUS les tournois.

    Reste le Masters et c’est bon.

    Et ça peut continuer un moment comme ça!
    Va falloir qu’une autorité antitrust se penche sur la question de la réaccélération des surfaces. Ou qu’un jeune se décide à frapper un grand coup sans traîner…

    • Benoît 9 novembre 2015 at 10:46

      On peut aussi inclure la fin de saison 2014 et ça fait 14 mois de suprématie totale (Bercy – Master)…

      • Skvorecky 9 novembre 2015 at 10:56

        C’est depuis la naissance de Stefan en fait…

    • Mat4 9 novembre 2015 at 11:50

      La réaccélération des surfaces ne changerait pas beaucoup la donne : Djokovic est meilleur sur surfaces rapide.

      Il y a ici deux articles excellents (les deux premiers) pour comprendre ce qui se passe actuellement avec les courts:

      https://fogmountaintennis.wordpress.com/

      • Perse 9 novembre 2015 at 12:33

        Merci beaucoup pour ces deux articles. L’article sur les conditions de jeu confirment les hypothèses d’Antoine et tendent à montrer que la hauteur du rebond est le principal déterminant de la vitesse des conditions de jeu.

      • MacArthur 9 novembre 2015 at 17:35

        Certains résultats ne montrent pas que Djokovic est meilleur sur surfaces rapides. Au Canada, il tombe face à Murray. À Cincy, il tombe face à Federer. À l’US Open, il bat Federer; ce qui est normal. Il le bat déjà là depuis 2010. Par contre, Nadal l’y a battu deux fois sur trois. Et Murray aussi l’y a battu. Ce que ces deux derniers sont incapables de faire en Australie.

        Malgré tout, je suis prêt à te donner ma fille en mariage. Tu défends bien le Maître du tennis mondial.

        • Mat4 9 novembre 2015 at 19:11

          Merci pour l’offre, cher MacArthur, mais comme belle fille — je me fais vieux, et les femmes, j’en parle, et oui, j’en parle… Il me reste des yeux pour voir… Mon fils est un bien beau garçon, on se mettra d’accord.

          Là, tu fais le pêché de généralisation… d’abord, sur dur rapide, un bien meilleur exemple serait Shanghai, où Djoko rosse Murray no problemo. Puis, s’il joue mieux sur surface rapide, Federer aussi joue mieux sur surface rapide. De plus, Montréal a été humide cette année — et Djoko y a joué la demie en double — et Cincy l’est toujours, humide, je veux dire.

          Novak joue mal dans ces conditions, surtout qu’il avait joué la semaine entière sous un soleil de plomb — la programmation, avec un Stan-Novak à 11 heures du matin, était loufoque.

          Quant à l’USO, qui n’était plus si rapide que ça depuis 2011 (vérifiable — avec un grain de sel — ici : http://www.tennisabstract.com/blog/2013/11/19/the-speed-of-every-2013-surface/), ce qui gênait Djoko, c’étaient les conditions climatiques (chaleur, humidité) et le vent. Et puis, Rafa en 2013, c’est pas c’qu’y avait de pire.

          Dès que la surface a été légèrement accélérée, comme cette année (impression subjective, bien sûr) on a eu un Roger et un Novak en finale.

          Tiens, si tu veux savoir la hauteur du rebond, tu n’as qu’à voir quelles sont les tournois qui conviennent bien à Stan : là où il n’y arrive pas, c’est que la balle va vite et que, surtout, le rebond reste bas.

          Finalement, Novak est facile à défendre — tout comme Roger, d’ailleurs — parce que leur intelligence du jeu, la façon dont ils ont changé le tennis, est remarquable et bien visible. Et qu’ils représentent des côtés différents, mais tout aussi beaux du tennis. Qu’y a-t-il de meilleur, aujourd’hui, qu’un fedovic/djokerer sur surface rapide ? Sur gazon, disons.

          De plus, non seulement on plaisante bien en débattant, mais la mauvaise foi qu’on montre tous, elle a un certain charme. C’est bien dans l’ordre des choses.

          • Lucile 9 novembre 2015 at 21:25

            Je me permets d’intervenir car la fin de ton post et certains post précédent me conduisent à m’interroger sur le but de tes multiples interventions, que dis-je, de l’inondation du site de tes commentaires hagiographique sur le joueur serbe.
            Tu disais que tu lisais le site depuis longtemps; tu sais par conséquent que la grande majorité des gens ici n’apprécient pas Djokovic. Quel est donc l’intérêt de tenter de convaincre à longueur de page qu’il est le meilleur de tous les temps, pour reprendre un débat à la mode.
            Ici c’est un des rares forum où tout le monde se respecte et où il n’y a pas de débordements entre « fans », il n’est donc pas nécessaire de jouer une certaine provocation voire de s »essayer au trollage soft. C’est ennuyeux et empêche tout autre débat.
            Tu as bien évidement tout à fait le droit d’admirer djokovic mais admets également que l’on ait pas envie de discuter de lui. Merci de ta compréhension^^

            • MacArthur 9 novembre 2015 at 21:37

              Mat4, il en fallait un comme lui. Je ne vois pas où est le problème! Inutile de chercher la petite bête où il n’y en a pas.

              En plus, il faut être de mauvaise foi pour ne pas reconnaître qu’il est agréable a lire.

              • Mat4 9 novembre 2015 at 22:56

                Merci, MA.

                Chère Lucile,

                Je ne t’en veux pas, même si je vois avec tristesse que tu es pour la censure.

                Blague à part, je n’ai jamais eu les intentions que tu m’imputes. Le premier post était d’occasion, mais après on m’a pris à la gorge, fallait que je me débatte.

                De plus, il me semble que j’ai montré beaucoup de respect non seulement pour tous les posteurs, mais également _pour tous les joueurs_, qui le méritent bien.

          • MacArthur 9 novembre 2015 at 21:46

            Mat4, bel argumentaire… Mais Miami est aussi humide, non?

            Le péché de généralisation, tu le fais aussi mon cher mat en parlant d’Andy et Nole. Depuis, 2011, sur dur rapide, Andy bat ton poulain à Cinci, Dubai, US Open, Canada. J’oublie le gazon. Les seules victoires sur rapide de Nole sont à Shanghai (2), US Open (1). Dont le Shaghai accroché de 2012… On sait ce qui s’est passé durant ce match. Andy a été mauvais au service lors du dernier Shanghai, il faut le reconnaître. Malgré tout, les résultats militent en la faveur d’Andy. Toutes les autres victoires de Nole sont intervenues sur dur lent.

            Je pense qu’Andy est meilleur sur dur rapide que Nole. Son deficit de puissance le penalise moins. Alors que ça se paye cash sur dur lent.

            • Mat4 9 novembre 2015 at 22:47

              Cher MacArthur,

              touché, mais…

              tant Andy que Novak ont bien changé pendant leurs carrières.

              Jusqu’à 2008, Novak est meilleur, de loin même ; puis entre 2008 (Canada) et 2011, Andy a certainement plus de moyens tennistiques, mais ils ne s’affrontent que trois fois ; en 2011, Novak est dans sa bulle, et il gagne sur la forme — Andy était très déprimé par sa défaite à l’AO — et sur le mental. Ensuite, jusqu’à fin 2013, je suis d’avis qu’Andy est le meilleur joueur, et que Novak remporte ses victoires au mental. C’est très serré, d’habitude.

              La dynamique change fin 2013 et en 2014. Opération de Murray, régression pour diverses raisons bien évidentes, progrès côté Djokovic sous Becker.

              J’ai essayé de me rappeler leurs matches cette année, mais il faut avouer qu’il est difficile de former une conclusion quelconque. Et plus j’y pense, moins je comprends comment Novak bat Andy ces derniers temps. Bon, il y a ce second service, mais ça, tout le monde le sait. Probablement une accumulation de « breloques » : un peu plus de diversité au service, un peu plus de ténacité, un détail ci, un détail là.

              On s’est trompé de chemin — fallait prendre un autre exemple, plus évident.

  30. Mat4 9 novembre 2015 at 11:50

    … surfaces rapides…

    • Mat4 9 novembre 2015 at 19:26

      … questions posées… j’écris trop vite, trop de faute(s), j’ korije plus.

  31. Sebastien 10 novembre 2015 at 00:34

    Mat4 est devenu à 15-love ce que Djoko est au tennis : inévitable, inexorable, omniprésent. Je comprends très bien ta jubilation. Savoure ! Même Kaelin et Patricia, nos posteurs les plus compulsifs ont jeté (provisoirement ?) l’éponge !

  32. Elmar 10 novembre 2015 at 09:35

    Je regrette de manquer de temps actuellement pour répondre aux posts de Mat4 qui ont l’avantage de redynamiser un site en perte de vitesse.

    Que Djoko puisse animer une si belle plume, cela m’épate!

  33. Mat4 10 novembre 2015 at 12:38

    Cher Elmar,

    « redynamiser » était bien mon intention. Pendant des années j’ai lu de très beaux billets sur ce site, et des commentaires spirituels, plein de verve, de savoir. Et puis, ces derniers temps, avec le déclin de Roger, tout se meurt. Il n’y que le « RYSC » de Rémy, c’est le silence. De plus, les débats sur 15-love se sont ossifiés, une conception très pauvre, une réduction du tennis en émanait : j’ai essayé d’y ajouter mon grain de… poivre, susciter des débats. Vous étiez tous trop d’accord. Il manquait une voix dissonante, mais raisonnable, argumentée.

    Je ne citerais pas ici Lamartine, mais plutôt Proust — « Rien ne dure, pas même la mort » (à mon âge, la mort, l’amour, surtout pour les hommes, qui, ayant plus d’hormones, ressentent physiquement les turbulences des émotions, restent liées) — le temps passe vite au tennis, les joueurs changent, le jeu change ; j’ai eu ma première crise d’amertume au milieu des années ’80, quand Connors n’y arrivait plus. On ne regardait pas tant de tennis, à l’époque, et c’est avec un plaisir immense que je l’ai retrouvé, quelques années plus tard, à son crépuscule, jouant encore, et jouant mieux. Les résultats ne comptaient plus — je savourais tant ses défaites que ses victoires. Je pensais que ce serait le cas ici aussi : j’aime bien Federer également, et j’ose espérer qu’il jouera le plus longtemps possible. Rien que pour le plaisir. Mon plaisir. Peu importe les victoires, les défaites. C’est le cas de Djokovic aussi: je ne vis pas dans la « GOAT debate ».

    Comme je l’ai écrit dans mes premiers postes quand j’ai présenté mon credo — j’ai depuis aimé le revers à deux mains, le jeu agressif, la pugnacité sur le court. Non pas que ces éléments aient une valeur esthétique quelconque, mais les premiers amours perdurent.

    Alors, quand j’ai mentionné la mauvaise foi, je m’exprimais sur une certaine dialectique « bloguale », mais en même temps, sur cette attitude qui transformait le relatif en absolu : on aimait Sampras, puis on se met à aimer Federer, et les caractéristiques de leurs jeux devinrent repères : un service précis — adorable, le revers à une main — sublime, la volée — le sommet du jeu même, son but. Ce n’est, bien sûr, pas le cas de tout le monde : certains aimaient Edberg avant Sampras, ou Becker (bon, là, j’en remets une couche), mais d’autres expriment des gouts ancrés pour des raisons différentes, mais tout autant relatives.

    Sur les pages précédentes, j’ai écrit sur beaucoup de joueurs, pas seulement sur Djokovic : GGL, Simon, Paire, Gasquet, Lendl, Wilander… Ces vilains petits canards du tennis qui ne méritent pas d’en être, et qui représentent un autre côté du sport — d’un tennis qui n’est pas forcément laid. On peut ne pas l’aimer, ce côté, mais il est présent, il est même majoritaire. Il a droit à un peu d’attention.

    Il y a également la face cachée de l’ATP qui mériterait mention — mais ce sont des sujets désagréables, qui provoqueraient peut-être trop de polémiques, et je ne me permets que de répondre — rarement de commencer. J’y vais même mollo.

    Finalement, je travaille beaucoup à la maison, sur ordinateur, surtout depuis que j’ai des problèmes de santé, et pendant ces plages, j’ai la possibilité de poster abondamment. À partir de demain, je serais absent pendant quelque temps, sans accès à l’internet, et vous pourrez vous reposer. En revenant, j’espère trouver l’atmosphère d’il y a à peine un an, une belle discussion sur le WTF, un peu de cynisme, un autre surnom pour Novak (« Menton »… après les fameux Nakunpoumon et Djokoslip ? Quelle baisse de standard !) ou pour Roger (bien que « Doudou » soit le summum, insurbaisable). Bref, le 15-love auquel je reviens depuis des années.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis