RYSC Final Tour 2015

By  | 12 novembre 2015 | Filed under: RYSC

finaltour2015 Nous voila enfin au terme d’une saison bien trop dominée par un seul homme. En attendant que 2016 nous procure plus d’émotions, la moisson du Serbe n’est pas finie. Difficile de voir qui peut l’arrêter actuellement.

Tout ce qu’on peut souhaiter pour ce tournoi des maîtres, c’est qu’il soit plus intéressant que les deux derniers Masters 1000. 

Bonne chance aux qualifiés du RYSC pour cette dernière épreuve pour 2015 !

Résultats

  1. Djokovic Victoire
  2. Murray Finale
  3. Federer 3rd
  4. Wawrinka Demi
  5. Berdych Quart
  6. Nishikori 3rd
  7. Nadal Quart
  8. Ferrer Demi
  9. Tsonga 3rd
  10. Gasquet Quart
  11. Anderson 3rd
  12. Cilic 2rd
  13. Isner Quart
  14. Simon 3rd
  15. López 2rd
  16. Goffin 3rd

Djokovic a obtenu 18 breaks pendant la semaine.
Benoit et Fred étaient pas loin (19), tout comme Babolat (18)

Côté coupeur de tête, c’est la catastrophe. Seuls Dimitrov et Troicki ont réussi mais personne ne les avait choisis.

Podium Paris-Bercy

Podium

Podium

Sam finit très fort la saison et remporte son second titre, quelques semaines après celui acquis à New York. Il avait vu juste pour les 6 premières têtes de série, ce qui est rare. Généralement les points se font sur les 12+. Il décroche ainsi son billet pour Londres !

Il est suivi de près par Homais qui peut regretter de n’avoir ni répondu à la question subsidiaire, ni choisi de coupeur de tête.

Classement général

Sont qualifiés pour l’ultime épreuve de la saison :

- Les 8 premiers du classement : Pat, Guillaume, Rémy, MarieJo, jimi H, Sam, Kenny, Benoit

- Les vainqueurs de GC en dehors de ces 8 : William et Jérôme

- Le meilleur perdant : Skvorecky

Ziggy est remplaçant pour sa 9ème place et Alexis en tant que second meilleur perdant.

gen_post_paris_15_3

——————————

ATP World Tour Finals

Les joueurs qualifiés pour le tournoi des maîtres:

  1. Djokovic
  2. Murray
  3. Federer
  4. Wawrinka
  5. Nadal
  6. Berdych
  7. Ferrer
  8. Nishikori

Les réponses pour la Masters Cup devront respecter le format suivant : 4eme, 3eme, 2eme, 1er, Demi, Finale, Victoire

Répartition des groupes.
Groupe A : Djokovic, Nishikori, Federer, Berdych
Groupe B : Wawrinka, Nadal, Murray, Ferrer

Merci à toutes les personnes suivantes de participer avant le dimanche 15 novembre, 13h :  Pat, Guillaume, Rémy, MarieJo, jimi H, Sam, Kenny, Benoit, William, Jérôme, Skvorecky, Ziggy et Alexis.

About 

Après de trop nombreuses années sans tennis, je retrouve enfin mon amour de jeunesse. Et le constat est lapidaire : je suis ultra nul. Je compense en regardant les matches du Federer tant qu'il en est encore temps, de jour comme de nuit.

Tags:

537 Responses to RYSC Final Tour 2015

  1. Skvorecky 20 novembre 2015 at 22:45

    Stan est en feu, là. Murray l’a un peu aidé en fin de tie-break.

  2. Kaelin 20 novembre 2015 at 22:45

    Wawrinka en mode berserk, c’est toujours plaisant à voir.

  3. Kaelin 20 novembre 2015 at 22:47

    Ce revers devrait entrer dans les armes de destruction massive qu’on devrait interdire pour le bien de l’humanité …

  4. Skvorecky 20 novembre 2015 at 22:50

    Bon, Murray s’était bien repris et pouvait encore y croire… jusqu’à ce jeu de service où à 30-30 il commet deux fautes directes au deuxième coup de raquette.

    Stan est hallucinant et injouable par moments, il faut dire.

  5. Skvorecky 20 novembre 2015 at 22:53

    Stan fait n’importe quoi en servant pour le match.

    Par ailleurs: Murray pris en flagrant délit de challenge après avoir frappé son lob et vu qu’il était raté. C’est moche.

  6. Kaelin 20 novembre 2015 at 22:56

    Stan dans le ptit jeu par contre, ça a jamais été son truc … ^^

  7. Skvorecky 20 novembre 2015 at 23:06

    Jamais compris que Murray s’énerve autant quand l’adversaire le domine et fait un bon point. Là il en casse même sa raquette. Irrespectueux et absurde.

    Un match étrange avec beaucoup d’overrules, de challenges… De fautes aussi.

  8. Kaelin 20 novembre 2015 at 23:09

    victoire de Stan ! drôle de fin de match, en effet ..

  9. Skvorecky 20 novembre 2015 at 23:13

    Tournoi très décevant de Murray. Il finit numéro 2 mondial, ok, mais c’est plus un numéro 2 putatif. Si Nadal confirme ses progrès l’an prochain, il va pas rester numéro 2 longtemps. Bref, une fois la Coupe Davis gagnée, il aura du pain sur la planche…

  10. Skvorecky 20 novembre 2015 at 23:14

    Et un nouveau Stan-Roger en demi! Ne manifestez pas trop bruyamment votre joie.

    N’empêche que ça peut donner deux belles demi-finales.

    • Ulysse 20 novembre 2015 at 23:43

      Une demi-finale très ouverte, mais pas trop celle des deux Suisses non ?
      J’espère que Nole est toujours un peu out comme dans les deux derniers matchs. Me ferait bien encore un p’tit classico de derrière les fagots en finale. Au niveau tension et opposition de style y a rien de mieux.

  11. Alex 21 novembre 2015 at 16:43

    Djoko serein et excellent qui se permet de jouer au chat et à la souris contre Nadal, notamment avec plusieurs amortis /lobs. Plus que jamais favori Novak pour la finale qui que ce soit en face.

  12. Mat4 21 novembre 2015 at 17:41

    Heureusement que Djoko joue comme un robot, autrement on risquerait d’être impressionné par le jeu qu’il vient de proposer en demi-finale : le coups gagnants, les lobs, les amorties, les volées, la défense… d’une qualité esthétique exceptionnelle.

    Mais que dis-je ! Non seulement Novak joue comme un robot, mais Rafa joue mal. Il se prépare pour la saison suivante… ou une des saison suivantes — 2020 peut-être.

    Après les odes dithyrambiques lors de ses victoires contre Stan et Andy… ben non, il n’est pas encore à son niveau… comme si son niveau avait jamais été celui de Novak en salle. Pour se rafraîchir la mémoire, même en 2010 et 2013 Rafa n’avait si bien joué en fin de saison. Dans cette demie, c’est vrai, il a mal retourné. Pour le reste… notez bien qu’il ne m’a pas fait pitié — il m’a trop fait souffrir, il me fera souffrir encore peut-être, et je savoure quand il se fait écraser comme aujourd’hui. Après un match de la sorte, je comprends, et approuve, son humilité.

    J’espère que Novak se couchera tard, après avoir jouit en regardant un TB marathon au troisième set — vivement un match aussi passionnant que l’année dernière !

    Mais bon, c’est rien que moi…

  13. Mat4 21 novembre 2015 at 17:59

    Bon, j’en fais trop. Mais je regardais la demie sur BEIN, et tout au long du match c’était Rafa ci, Rafa ça… Rafa sujet Novak complément d’objet… indirect, en plus.

    Ça me fait penser à des highlights d’il y a qq années, Tsonga contre Djokovic à RG. Cinq minutes de Tsonga, et soudainement, un coup gagnant de Novak et fin des highlights — c’était la balle de match. Belle impartialité, comme toujours.

    Tout comme les articles d’Eurosport avant ce match-ci : « contre un Nadal en forme, ça ne pardonnera pas », « en demies l’attend justement l’homme en forme du moment : toujours plus proche de son meilleur niveau [...] – Rafael Nadal réalise une fin de saison canon », etc.

    Ben, voilà, c’était ça. Ou à peu près. Heureusement qu’il était en forme, Rafa, et que Novak était irritable et épuisé. Autrement, je me demande quel aurait été le résultat.

    • Skvorecky 21 novembre 2015 at 21:09

      Ça fait un peu penser au contexte de la demi Nadal-Fed à l’Open d’Australie 2014. Tout le monde s’enflammait sur le retour de Roger au premier plan (fondé sur un plan de jeu plein de panache), tandis que Nadal avait fait des matchs moyens.

      On connaît le résultat.

      Je n’ai pas pu voir le match, mais ça semble avoir été une sacrée démonstration d’après les 11 minutes de HL. Et à part peut-être éventuellement à Roland Garros, je crois que tous les Djokovic-Nadal à venir seront aussi serrés que ça.

  14. Skvorecky 21 novembre 2015 at 21:15

    Ah et pour rebondir sur « l’homme aux mille tours »:

    Depuis leur finale de Monte-Carlo, je n’ai jamais confiance quand les deux Suisses s’affrontent. Stan a cette manie d’être grand, voire injouable, quand les conditions l’exigent: Grand Chelem, Masters, Coupe Davis…

    Le match de ce soir a des chances d’être bien tendu.

  15. Mat4 21 novembre 2015 at 21:31

    Incroyable, ce jeu. Deux lets au juste moment.

    Stan joue bien quand ses jambes suivent — principalement sur surface lente. À Londres, la surface ralentit bien le lift, mais le rebond est assez bas. Si Fed tient sa ligne de fond, joue du tac au tac, il a une bonne chance de gagner. Les clefs de ce match seront le service de Wawrinka et le retour de Fed.

    • Skvorecky 21 novembre 2015 at 21:42

      … donc sur le service de Stan. Possible. On peut penser que Fed a les moyens d’empêcher le break catastrophique de se répéter.

      Plus que jouer du tac au tac, je dirais que Federer doit briser le rythme de Stan, varier le jeu au maximum.

      Et ce débreak est une bonne nouvelle, merci Stan qui a fait:

      - une double faute
      - n’importe quoi sur le dernier point.

      • Mat4 21 novembre 2015 at 21:49

        Skvo, quand Stan ne se prend pas qq points gratuits par jeu, il fait souvent du n’importe quoi. Il supporte mal la tension.

  16. Skvorecky 21 novembre 2015 at 21:32

    Le break de Wawrinka au 5ème jeu:

    - Faute au filet de Federer, sur une volée qui semblait facile.
    - Double faute
    - Faute de coup droit après un échange en cadence
    - Passing chanceux de Stan (le filet change la trajectoire de la balle et force Federer à manquer sa volée)
    - Faute de coup droit au moment de conclure un point bien construit

    Ça commence mal…

  17. Mat4 21 novembre 2015 at 21:43

    Bon, tout est normal à présent. Ce match, comme il précédent, me fait penser à de la corrida. Reste à savoir qui sont les matadors, et qui les taureaux.

    • Skvorecky 21 novembre 2015 at 21:47

      Ce serait dommage de faire une telle analogie sans offrir les rôles de taureaux à Nadal et Wawrinka…

      • Mat4 21 novembre 2015 at 21:51

        Pas la peine — ils se les offrent eux-mêmes, comme Stan dans ce jeu. C’était vraiment foncer tête baissée, ces deux derniers points.

  18. Skvorecky 21 novembre 2015 at 21:53

    Wawrinka redevient le « Suisse-qui-perd » au moment le moins opportun. Double faute, coup droit trop long au deuxième coup de raquette… Puis, deux montées au filet sur le coup droit de Federer qui fait deux très bons passings.

    Un peu comme dans le temps où il suffisait de tenir le score et d’attendre qu’il finisse par craquer. Ça ne manquait jamais de se produire.

    • Patricia 22 novembre 2015 at 09:19

      Stan a toujours eu de mal à se mettre en confiance, ses grandes perfs (qui mobilisent souvent un gros match au service) il les fait souvent dans des tournois où son niveau de jeu est excellent. Là il a mal commencé le tournoi, pas engrangé….

  19. Skvorecky 21 novembre 2015 at 21:56

    Un premier jeu de deuxième set compliqué, mais Federer s’en sort bien. Il est monté 20 fois au filet depuis le début du match, et ce presque uniquement sur ses jeux de service.
    C’est-à-dire presque une fois sur deux quand il sert. C’est énorme!

  20. Skvorecky 21 novembre 2015 at 22:02

    Je vais arrêter de me répéter en disant que Stan fait n’importe quoi. Il se suicide, c’est tout.

    Mat4, pour l’absence de points gratuits qui ferait dégoupiller Stan, je me disais hier que Murray aurait dû le faire jouer le plus possible en le laissant faire les fautes. Le problème de cette stratégie, c’est de laisser à Stan l’initiative. C’est risqué quand même…

    • Mat4 21 novembre 2015 at 22:06

      Murray est trop défensif, il laisse l’initiative à son adversaire, et le pire c’est qu’il lui laisse trop de temps. Fed, ici, fait bien bouger Stan et il prend la balle très tôt. Le résultat va être cruel.

    • Patricia 22 novembre 2015 at 12:53

      Murray est un joueur qui arrive en général à faire bien courir l’adversaire mais Stan a ses têtes, il a un bon H2H contre lui. Murray a été mauvais sur les BB j’imagine, 2/10 contre 3/5 pour Stan. Sa 2è balle ne doit être terrible non plus. Vu aucun match encore, mais bon… quoi qu’il en dise, pas sûre que Murray était si concerné que ça – dans le match, pourquoi pas, dans sa préparation….hum.

      • Kaelin 22 novembre 2015 at 14:08

        Ouep c’est vrai que Stan a ses têtes, ce qui n’est pas trop étonnant vu le type et le niveau de jeu qu’il est capable de proposer aujourd’hui et par à-coups, post 2013. Il a ainsi toujours posé bcp de problèmes à Nalby, même à l’époque ou celui dégommait Nadal, Roger et Djoko de temps en temps …

  21. Mat4 21 novembre 2015 at 22:09

    Cette barbe… c’est un appel à Wilkinson ?

  22. Mat4 21 novembre 2015 at 22:19

    Je n’ai pas regardé Stan contre Andy, mais contre Rafa Stan a complètement perdu le nord parce que Rafa tenait bien sa ligne de fond, et le jeu allait très vite. Stan, comme toujours, s’efforçait de cogner, mais si c’était souvent impossible. Son problème, c’est qu’il n’a qu’un plan A, qui marche seulement sur du lent. L’année dernière, son service l’a emmené au troisième set, mais il ne faut pas oublier qu’il s’était fait marcher dessus par Novak. J’avais été très surpris par son match en demie.

    • Skvorecky 21 novembre 2015 at 22:27

      Ça tombe bien pour lui, c’est lent à peu près partout ;-)

      Non mais c’est vrai qu’il restera toujours plus dangereux sur terre qu’ailleurs. Ses trois victoires contre Fed sont sur terre.

  23. Skvorecky 21 novembre 2015 at 22:23

    Magnifique ce qu’ils nous ont fait tous les deux, sur ce jeu de service de Stan.

  24. Nathan 21 novembre 2015 at 22:25

    Sans coup de menton, du bel ouvrage à 34 ans.

  25. Mat4 21 novembre 2015 at 22:26

    Oui. Dommage que Stan ait mis ce smash dans le filet, le point jusque-là était d’anthologie.

  26. Skvorecky 21 novembre 2015 at 22:28

    Comme point d’anthologie, on se contentera de celui où Stan dépose une volée de revers amortie, que Fed parvient à remettre d’un délicieux coup de patte long de ligne.

    • Mat4 21 novembre 2015 at 22:31

      Oui, c’était un beau point, et Stan avait fait tout ce qu’il fallait, mais en vain.

      On a depuis longtemps perdu nos repères, comme des enfants gâtés. On a mangé trop de fois gras.

      • Skvorecky 21 novembre 2015 at 22:45

        Et surtout trop de saumon fumé. Il fut un temps, pas si lointain, où le saumon fumé était un mets d’exception, un repas de fête… Aujourd’hui on en mange en pique-nique.

        • Mat4 21 novembre 2015 at 22:56

          Il faudrait que j’aille me coucher. Mais je vais faire un tour au frigo… rien que pour voir…

          • Mat4 21 novembre 2015 at 22:57

            Je me contenterais de saucisson…

  27. Mat4 21 novembre 2015 at 22:29

    Fed avait l’air fatigué. Mais à la différence de Stan, il réfléchit sur le court.

  28. Skvorecky 21 novembre 2015 at 22:36

    J’ai bien aimé le match du Roger, en fait, hormis ce jeu catastrophique – et malchanceux – en début de premier set.

    Il est monté au filet souvent, très souvent, dès qu’il pouvait. Mais c’est clairement une stratégie anti-Stan. Il volleyera beaucoup moins en finale, je pense.

    Je pense que Djokovic gagnera le tournoi.

  29. John 21 novembre 2015 at 22:38

    Fed en finale, c’est déjà ça de pris sur l’ennemi.

    Le léger souci, c’est que Djokovic et lui se répartissent les matches de manière assez constante depuis deux ans: A Federer les victoires de parade, et à Djokovic les victoires de majeur. Je crois que les deux loustic ont intégré psychologiquement cette division informelle du travail, et que Djokovic répète déjà son discours de victoire de demain.

    • Skvorecky 21 novembre 2015 at 22:51

      Reprenons leurs affrontements depuis début 2014:

      Fed: Dubaï (DF), Monte-Carlo (DF), Shanghaï (DF), Dubaï (F), Cincinnati (F), Masters (RR)

      Djokovic: Indian Wells (F), Wimbledon (F), Indian Wells (F), Rome (F), Wimbledon (F), US Open (F). Plus, si on veut, une victoire par forfait en finale du dernier Masters.

      Ouais, la comparaison fait mal, mais il faut tenter d’y croire.

  30. Skvorecky 21 novembre 2015 at 22:41

    Et encore un match sans grand suspense, malgré un premier set trompeur.

    Les meilleurs matchs du tournoi demeurent Fed-Nishikori et Nadal-Ferrer. Deux matchs à l’enjeu faible, voire inexistant.

  31. Nathan 21 novembre 2015 at 22:50

    Au fond, ce qui est extraordinaire, à cette époque de tennis si professionnel, si optimisé, si calculé hélas, c’est de voir qu’un joueur de la génération d’avant est encore en finale de la finale, une fois de plus, après avoir battu le n°1 mondial par dessus le marché. Faut-il s’en réjouir ou s’en désespérer ?

    • Skvorecky 21 novembre 2015 at 22:59

      J’ai envie de dire que le joueur de la génération d’avant, c’est Djokovic, 28 ans et demi. Federer, c’est la génération d’encore avant.

      La génération actuelle, celle des joueurs qui ont 23-26 ans et dont le tennis devrait être à maturité, cette génération est archi-nulle.

      Ça donne encore plus de chances à Federer d’être au premier plan et d’y rester quelques années encore. C’est le point positif.

      Mais le même raisonnement vaut pour Djokovic, dont la domination ne va pas être remise en cause avant tttrrrrèèès longtemps. Ça ne me surprendrait pas que le Serbe fasse une fin de carrière aussi tardive et brillante que Federer.

      • Mat4 21 novembre 2015 at 23:35

        Skvo, c’est pas que les jeunes sont nuls. C’est plutôt que les vétérans sont bons. Ils bougent mieux, ils ont des jeux plus complets, et, surtout, ils sont plus intelligents. Tiens, aujourd’hui, deux victoires fondées sur des plans de jeu, sur les faiblesses de l’adversaire. C’était quasi-routine, pourtant ça avait l’air vraiment bien. Djoko a fermé les angles à Rafa, il a dormi pendant la moitié du match pour foncer quand c’était nécessaire. Quant à Fed, il a refait le coup contre Stan — un peu en haut, un peu en bas, un droite, un gauche, puis le KO.

        RG était une aberration : Babolat avait tout fait pour aider Rafa — des balles mortes, lentes, et avait aidé Stan de la sorte. Il était impossible à déborder. Je me rappelle que Fed avait baissé la tension de son cordage pour se donner une chance, mais rien n’y faisait.

      • Quentin 22 novembre 2015 at 14:32

        Pour RG, si Babolat voulu aider Nadal comme ça ils se sont complètement plantés: ce qui avantage Rafa ce ne sont pas des balles mortes mais plutôt des balles qui prennent bien son lift et rebondissent très haut. Mais pas des balles ultra lentes et mortes.
        De toute façon si les balles prennent le lift, elles rebondiront plus haut et ça ralentira les conditions de jeu
        Contre Djokovic je ne suis pas convaincu que la lenteur du court avantage Nadal (ni le désavantage, à mon avis c’est kif-kif), il suffit de comparer leurs confrontations à l’US Open avec celles de l’AO (ou Miami si on veut plus de rencontres de référence).
        Si Nadal a une plus grande marge sur Djoko sur terre ce n’est pas parce que c’est plus lent, mais parce que la terre prend mieux le lift et les effets en général, et parce qu’elle exige un déplacement bien particulier que Rafa maitrise mieux que personne actuellement.

      • Quentin 22 novembre 2015 at 14:37

        Sinon Mat4 c’est plus une question de points de vue: verre à moitié vide (les jeunes sont nuls) ou à moitié plein (les vieux sont bons).
        Est-ce que les jeunes sont nuls ou les vétérans sont bons?
        Perso je dirait plutôt que les jeunes sont nuls.
        OK Federer/Nadal/Djokovic sont à un niveau à part (même si en 2015 Nadal et même Federer ne m’ont pas franchement impressionné)
        Mais que les jeunes soient infoutu de titiller des joueurs comme Berdych ou Ferrer qui continuent à se qualifier aux Masters chaque année ça laisse songeur…
        Après le système des 32 têtes de série en GC ou des Bye dans les Masters 1000 joue aussi un rôle.

    • Nathan 22 novembre 2015 at 15:50

      Je ne suis pas devin donc sur la domination de Djokovic qui « ne pourra pas être remise en cause avant très longtemps », je ne parierai pas. Souvenons-nous qu’il n’y a pas si longtemps on voyait Nadal pulvériser le record de GC.

      Je ne crois pas que les jeunes soient nuls, ni qu’ils soient moins intelligents, ni qu’ils bougent moins bien.

      C’est vrai que les « vieux » sont forts parce qu’ils sont bons, intrinsèquement bons. Et l’un d’entre eux, très certainement exceptionnel (je pense à Lucky Luke « it’s a long way from Switzerland », pas au véloce Rantanplan qui est sur toutes les balles, ni a fortiori à Averell).

      Mais l’argument de la génération faible, même s’il ne doit pas être écarté, ne me semble pas suffisant pour expliquer une telle domination.

      L’organisation du tennis actuel favorise ce qu’on pourrait appeler par similitude au monde économique « l’abus de position dominante ».

      Il y a en effet un système un peu perverti dans lequel les meilleurs deviennent encore meilleurs et où les plus expérimentés et les plus matures (l’expérience et la maturité dans un jeu aussi mental que le tennis sont des atouts considérables) sont aussi les plus frais, les plus endurants, en tout cas plus que les jeunes.

      Il suffit de regarder la petite PME qui entoure chacun de nos grands champions. Et encore, lors des matches, ils ne sont pas tous sur le banc. Il manque toujours le médecin, qui est moins photogénique, je ne sais pas pourquoi, mais qui pourtant contribue au grand oeuvre pour une part très certainement conséquente.

      Cette PME, il faut se la payer. Pour un champion, grâce au prize money, c’est possible, c’est même facile. Pour un jeune talentueux, c’est beaucoup plus difficile.

      Mais attention, ce n’est pas la PME qui explique les succès. Car pour se constituer la PME, il faut avoir les moyens, donc avoir le succès, donc être bon, forcément.

      Non, la PME explique la pérennité du succès, les succès dans la durée et, par voie de conséquence, l’appauvrissement des tout jeunes TPE ou indépendants qui pointent leur nez.

      Vous ajoutez à cela, la dimension de plus en plus physique du tennis moderne, physique qui se construit dans la durée, au moins du point de vue de l’endurance, et qui nécessite d’ailleurs l’apport de la PME (avoir les meilleurs spécialistes) pour se construire brique à brique, et vous arrivez à une situation de cartels, au moins d’oligopoles dans laquelle les meilleurs deviennent encore meilleurs.

      • Mat4 22 novembre 2015 at 18:25

        On a eu des polémiques récentes sur ce sujet sur lesasdutennis — un site qui n’existe plus et qui a été remplacé par le blogue de Lapin Royal — et tous les aspects du problème ont été discutés : de la structure de l’ATP au développement de la technique (dans tous ses sens), et ainsi de suite. Pour raccourcir l’histoire, beaucoup d’éléments entrent en compte, et les raisons sont multiples : une grande génération, une piètre relève, la structure des tournois et des points, l’argent, etc. J’écrirais ultérieurement plus en détails.

        Quant au dopage, auquel Nathan réfère si fréquemment — il faudrait être prudent. Bien souvent, on se fie à des impressions. Prenons les exemples suivants : le jeu de Djokovic est très physique, le jeu de Federer ne l’est pas. Ça reste à prouver. Autre : le jeu, aujourd’hui, est beaucoup plus physique qu’autrefois. Là aussi, on manque vraiment de données. D’après mes calculs et les rares données que j’ai pu me mettre sous la dent, les différences ne sont pas importantes, et elles sont plutôt de qualité que de quantité.

        De plus, l’histoire des médecins… oui, peut-être. Mais il faut savoir l’effet des « potions » administrées. J’ai lu un tas d’articles à ce sujet, discuté avec des médecins, et bien qu’à une certaine époque, quand il n’y avait pratiquement pas de contrôles, le dopage semble avoir été assez répandu, aujourd’hui, avec le passeport biologique, la quinzaine de contrôles que les joueurs ont par an, dont plus de 7 sanguins, et la possibilité d’aller en montagne et d’utiliser des chambres hypo/hyperbare, les soins des physios et une alimentation de qualité, le jeu n’en vaut peut-être pas la chandelle, surtout pour certains joueurs.

        Là aussi, une accusation à l’égard de Djokovic sous-tend les propos sur ce site. Au lieu d’accusations voilées, je voudrais voir des propos articulées, pour que je puisse y répondre. Surtout que je n’aurai aucun mal à le faire — je l’ai fait à plusieurs reprises dans le passé, tant en anglais qu’en français. Il n’est pas difficile de disperser tous ces mythes.

        Finalement, à mon âge, j’ai déjà vécu toutes ces discussions à dix ans d’intervalle. Des variations en noir, pour citer un poète. Le rôle des méchants est toujours distribué d’avance, le rôle des gentils aussi. Ce qui est le fruit des temps est « une narrative » assortie d’une « novlangue » pour créer une nouvelle réalité.

        • Patricia 22 novembre 2015 at 20:57

          Tous les médecins et scientifiques spécialistes du dopage affirment qu’on peut se doper sans risque, et se doper utilement dans le tennis.
          On se dopera différemment d’au temps des contrôles absents, mais ce micro dopage fera des merveilles à l’entraînement. Pour le « gros » dopage aux stéroïdes, la période de l’adolescence reste privilégiée avec une absence quasi totale de contrôles et ses effets bénéfiques sur le maintien musculaire seraient durables sur toute la carrière…

          Pour les 7 contrôles sanguins annuels, c’est difficile de les extrapoler à partir des stats très globales fournies par l’itf (http://www.itftennis.com/antidoping/statistics/data.aspx et http://www.itftennis.com/media/199333/199333.pdf), qui sont de plus en plus floues d’ailleurs ; c’est une moyenne car ils pratiquent les contrôles « ciblés » (certains sont bcp plus testés que d’autres), et tous les contrôles hors compèt ne testent pas le sang. surtout, les fédés nationales font des contrôles supplémentaires de leur côté, très fluctuants en fonction de leurs fédés. Quoi qu’il en soit, c’est très peu comparé au cyclisme…. Ca reste aussi plus pratique de prendre de l’EPO sur des périodes courtes entre les tournois que d’aller à la montagne, d’ailleurs les chambres hypobares massivement utilisées dans le cyclisme n’ont pas fait disparaître le dopage sanguin.

          Sur la question des méchants et des gentils, il est clair que le clivage est très présent dans le discours sur les forums… En revanche, ceux qui sont obsédés par la question ont tendance à soupçonner tout le monde sans tenir compte des préférences pour un joueur…

        • Nathan 22 novembre 2015 at 22:32

          Mais qui donc a parlé de dopage ?

          Ce n’est pas que je n’ai pas mon opinion ni mes sources sur le sujet mais en l’occurrence, ce n’était nullement l’objet de mon commentaire qui d’ailleurs ne visait aucun joueur plus particulièrement.

          En psychologie, ce genre de réaction a un nom que je tairai par aménité :)

  32. Cochran 21 novembre 2015 at 23:15

    Méga pressentiment négatif pour demain pour notre doudou… Putain ça me ferait pourtant tellement plaisir qu’il la mette au fond cette fois ! Mais je me trompe malheureusement rarement. Raaah pourtant quelle semaine du Rog !

  33. Homais 22 novembre 2015 at 17:50

    Intéressant le commentaire sur l’environnement respectif des anciens et des jeunots, et l’argent que cela coûte.

    Un autre facteur de longévité, peut-être, est, on n’évoque pas en général ce point, l’uniformisation des surfaces. Je ne dis pas ralentissement ici, mais bien uniformisation.

    Il faut certes passer deux fois par an de surfaces où tu dois glisser à des surfaces où mieux vaut ne pas s’y risquer (sauf si tu t’appelles Monfils), une fois dans chaque sens, mais hormis cela les joueurs n’ont pas à faire l’effort d’adapter leur jeu comme devaient le faire les champions des années pré 2000.

    Borg passait en deux semaines du jeu de fond de court absolu à RG au service-volée systématique sur un gazon fusant au possible. Qu’il ait pu faire cinq fois le doublé est, au passage, un exploit absolument extraordinaire, d’autant qu’à l’époque des serveurs volleyeurs et des spécialtes de gazon, il y en avait…

    Je pense que cela contribuait à des carrières un peu plus usantes (même au plan physique on pourrait dire que les joueurs non spécialistes s’économisaient en attendant le retour de surfaces plus appropriées, mais en fait non, ces joueurs qui refusaient des surfaces, faisaient des tournois parallèles, qu’on appelle aujourd’hui tournois de plage et qui ont porté si haut le chiffre de Connors : les autres devaient s’adapter)… plus usantes donc au plan technique, tactique, mental. On jouait sur dur, sur moquette, sur parquet, sur gazon, sur terre européenne, terre américaine, ciment…

    Les joueurs actuels jouent toujours à peu près pareil aujourd’hui, pas l’ombre d’un changement technico-tactique entre la terre et l’herbe, juste l’aptitude à tenir debout ou à glisser qui fait la différence. Et si ça passe, ça donne des vainqueurs de Wim qui ne viennent à la volée que sur des amortis ou pour conclure des points tout faits, pas pour conquérir le filet les armes à la main et la fleur au fusil.

    Cette constance dans le type de jeu doit être finalement très économe en termes de gestion de carrière et pourrait avoir un impact sur le vieillissement de la classe dominante.

    • Mat4 22 novembre 2015 at 18:32

      Il n’y a pas d’uniformisation des surfaces. Des articles techniques ont été écrits sur ce point et ce n’est qu’un mythe de plus. Voilà un lien:

      https://fogmountaintennis.wordpress.com/2014/04/11/court-speed/

      Il y a les articles de Jeff Sackman à ce sujet, mais celui-ci est meilleur.

      • Patricia 22 novembre 2015 at 21:57

        Très très intéressant ! Les articles de Jeff sont complémentaires pour moi, se basant sur une méthodologie complétement différente (http://www.tennisabstract.com/blog/category/surface-speed/). Je pense néanmoins que cette étude ne porte pas sur l’uniformisation des surfaces, car il ne s’agit pas d’une étude longitudinale comparant par exemple les surfaces à 10 ans d’intervalle : elle décrit les variations entre les surfaces, mais il reste possible que les surfaces aient été moins uniformes par le passé… (par contre Jeff utilise une perspective longitudinale)

        L’évolution des raquettes est un suspect plus convaincant de l’uniformisation du jeu – néanmoins la disparition du carpet depuis une décennie doit être comptée comme une diminution nette de la variation des surfaces, comme avant ça celle du parquet ou la très nette diminution des tournois sur herbe.

        Par ailleurs, la répartition des tournois entre les surfaces est très inégale, et elle est responsable d’une uniformité partielle au profit du dur.

        Enfin, la surface ne joue pas uniquement sur le rebond, mais aussi sur le déplacement du joueur, ce qui introduit une variation des conditions absente du propos de l’article que tu cites. L’évolution apportée par les raquettes qui les rendent bien plus tolérantes au décentrage a apporté une uniformisation des performances en rendant moins nécessaire la spécialisation du déplacement. Peut-être même que les godasses ont apporté leur contribution en facilitant la glissade sur dur !

        Dernière remarque : la méthodo de Jeff basée sur le % d’aces ne permet de détecter théoriquement les variations de rapidité de la surface (variations intentionnelles) qu’en indoor, tant les conditions météo influent sur la rapidité des conditions de jeu.

        En jetant un coup d’œil aux tournois indoor où il fait une comparaison entre le % d’aces en 2009, 10, 11 et 12, on a :

        - Marseille stable, voire plus rapide
        - Montpellier idem
        - Zagreb plus rapide
        - Rotterdam ralentit
        - Vienne ralentit
        - Bercy ralentit
        - Tokyo ralentit
        - Valence accélère un peu
        - Bâle ralentit
        - Moscou ralentit
        - Les Masters à Shanghai sont stables
        - Stockholm est stable (avec un ralentissement au milieu)
        - Metz ralentit

        En gros, 4 accélérations, 2 stables, 7 ralentissements

        • Mat4 23 novembre 2015 at 12:46

          Chère Patricia,

          Je n’avais pas vu ta réponse avant de poster sur les mêmes thèmes à la page suivante — mon message est redondant sur bien des points, presque inutile.

          Sur d’autres, il est vraiment très difficile de se faire une opinion : le ratio risques/bienfaits du microdopage — le jeu en vaut-il la chandelle ? Sur les bienfaits des stéroïdes à l’age junior, j’ai posté l’opinion de Cédric Roelant, et on est d’accord.

          Sur les surfaces… il faudrait les adapter aux nouvelles conditions de jeux. C’est ce manque d’adaptation qui est à déplorer. Tes autres points, et ceux de Homais, sont bons.

          Je serais aussi pour un autre système de classement, une différente structure de tournois obligatoires — moins de tournois obligatoires, en fait — mais quand on lit que l’ATP a réalisé 160 millions de bénéfices, on peut être certain que rien ne changera.

    • Nathan 22 novembre 2015 at 19:18

      @ Homais

      L’uniformisation des surfaces est sans doute un élément qui joue. Mais peut-être contribue-t-il plus à l’uniformisation des champions qu’à leur durée proprement dite. Personnellement, je vois plus dans la longévité de ces authentiques champions une conséquence du nouvel environnement médico-économique. Mais ton hypothèse est intéressante.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis