RYSC Final Tour 2015

By  | 12 novembre 2015 | Filed under: RYSC

finaltour2015 Nous voila enfin au terme d’une saison bien trop dominée par un seul homme. En attendant que 2016 nous procure plus d’émotions, la moisson du Serbe n’est pas finie. Difficile de voir qui peut l’arrêter actuellement.

Tout ce qu’on peut souhaiter pour ce tournoi des maîtres, c’est qu’il soit plus intéressant que les deux derniers Masters 1000. 

Bonne chance aux qualifiés du RYSC pour cette dernière épreuve pour 2015 !

Résultats

  1. Djokovic Victoire
  2. Murray Finale
  3. Federer 3rd
  4. Wawrinka Demi
  5. Berdych Quart
  6. Nishikori 3rd
  7. Nadal Quart
  8. Ferrer Demi
  9. Tsonga 3rd
  10. Gasquet Quart
  11. Anderson 3rd
  12. Cilic 2rd
  13. Isner Quart
  14. Simon 3rd
  15. López 2rd
  16. Goffin 3rd

Djokovic a obtenu 18 breaks pendant la semaine.
Benoit et Fred étaient pas loin (19), tout comme Babolat (18)

Côté coupeur de tête, c’est la catastrophe. Seuls Dimitrov et Troicki ont réussi mais personne ne les avait choisis.

Podium Paris-Bercy

Podium

Podium

Sam finit très fort la saison et remporte son second titre, quelques semaines après celui acquis à New York. Il avait vu juste pour les 6 premières têtes de série, ce qui est rare. Généralement les points se font sur les 12+. Il décroche ainsi son billet pour Londres !

Il est suivi de près par Homais qui peut regretter de n’avoir ni répondu à la question subsidiaire, ni choisi de coupeur de tête.

Classement général

Sont qualifiés pour l’ultime épreuve de la saison :

- Les 8 premiers du classement : Pat, Guillaume, Rémy, MarieJo, jimi H, Sam, Kenny, Benoit

- Les vainqueurs de GC en dehors de ces 8 : William et Jérôme

- Le meilleur perdant : Skvorecky

Ziggy est remplaçant pour sa 9ème place et Alexis en tant que second meilleur perdant.

gen_post_paris_15_3

——————————

ATP World Tour Finals

Les joueurs qualifiés pour le tournoi des maîtres:

  1. Djokovic
  2. Murray
  3. Federer
  4. Wawrinka
  5. Nadal
  6. Berdych
  7. Ferrer
  8. Nishikori

Les réponses pour la Masters Cup devront respecter le format suivant : 4eme, 3eme, 2eme, 1er, Demi, Finale, Victoire

Répartition des groupes.
Groupe A : Djokovic, Nishikori, Federer, Berdych
Groupe B : Wawrinka, Nadal, Murray, Ferrer

Merci à toutes les personnes suivantes de participer avant le dimanche 15 novembre, 13h :  Pat, Guillaume, Rémy, MarieJo, jimi H, Sam, Kenny, Benoit, William, Jérôme, Skvorecky, Ziggy et Alexis.

About 

Après de trop nombreuses années sans tennis, je retrouve enfin mon amour de jeunesse. Et le constat est lapidaire : je suis ultra nul. Je compense en regardant les matches du Federer tant qu'il en est encore temps, de jour comme de nuit.

Tags:

537 Responses to RYSC Final Tour 2015

  1. Remy 22 novembre 2015 at 18:16

    Roger aura sa chance dans 1h, comme à Wim et à Flushing.
    Il a été plutôt très bon cette semaine et il n’a pas puisé physiquement.
    La victoire en poule contre Djoko est une aubaine car cela lui a permis de s’éviter Nadal en demi.

    Vous la sentez arriver la grosse déprime pendant l’inter-saison ?

    • Mat4 22 novembre 2015 at 18:33

      Non. Pour moi ce sera après Roland Garros.

  2. Colin 22 novembre 2015 at 19:04

    2015 L’ANNEE DU CHANGEMENT !!!!

    …en double messieurs.

    Pour la première fois depuis des lustres, les Bryan Bros ne finissent pas l’année n°1, et ce, ni par équipe (ce sont Rojer et Tecau qui s’imposent) ni en individuel (le n°1 c’est Marcelo Melo).

    Il a fallu attendre qu’ils aient 37 ans…

    L’impression de renouvellement est, ceci dit, un peu mitigée quand on constate que Melo, Rojer et Tecau ont 32, 34 et 30 ans.

  3. Remy 22 novembre 2015 at 19:28

    Djoko retourne tout très long.
    Pas de point ‘facile’ sur son service et déjà le break.

    Misère

  4. Skvorecky 22 novembre 2015 at 19:41

    Depuis que je regarde, il n’y a quasiment que des fautes. Parfois provoquées, mais quand même…

  5. Bapt 22 novembre 2015 at 19:42

    Je débarque comme un balourd et prends le match en cours. Ça joue mal ? Comme se débrouille Fed ?

    • Remy 22 novembre 2015 at 19:46

      Break de retard.
      ça va pas être facile à reprendre parce que Djoko sert le feu quand il est en difficulté.

      Roger est à 55% de première balle. C’est insuffisant pour gagner aujourd’hui je pense.

      Sinon il joue pas trop mal et arrive à monter aux bons moments.

      • Bapt 22 novembre 2015 at 19:47

        Merci pour la synthèse ! Je commence à regarder et vois quelques bons points quand même… 

  6. Bapt 22 novembre 2015 at 19:53

    Bon ben ce premier set se finit de bien triste manière… pfff… 

  7. Remy 22 novembre 2015 at 19:54

    Double break et 6-3 Djoko
    il va falloir trouver autre chose et sortir des routines de longs échanges.
    Mais surtout, il faut retrouver un grand service.

    • Bapt 22 novembre 2015 at 19:58

      Pourtant il me semble qu’il monte pas mal Fed, mais ça a l’air difficile… 

  8. Remy 22 novembre 2015 at 20:17

    Roger sert très bien dans cette manche et gagne bien tranquillement ses mises en jeu.

  9. Remy 22 novembre 2015 at 20:18

    Quel point !

    • Remy 22 novembre 2015 at 20:20

      Gâché par 3 grosses fautes de revers.

  10. Alexis 22 novembre 2015 at 20:18

    Ca joue vraiment le feu sur certains points.

  11. Remy 22 novembre 2015 at 20:24

    Après un sans faute, la première est en berne et 3 balles de break pour Djoko

    • Remy 22 novembre 2015 at 20:25

      Magnifiquement sauvées.

  12. Bapt 22 novembre 2015 at 20:25

    heureusement que les premières passent ! Trois balles de break sauvées !

  13. Alexis 22 novembre 2015 at 20:28

    Ce rll dans le coup droit de Fed à contre pied est diabolique.

  14. Remy 22 novembre 2015 at 20:31

    Fed s’en est tiré dans le jeu d’avant mais tout ça semble bien inéluctable.
    Quand il sort des points de fou, Djoko en gagne encore plus derrière.

    Et puis que de fautes directes …

  15. Alexis 22 novembre 2015 at 20:31

    La longueur des revers de Djoko pour aller à 0 30 : !

  16. Bapt 22 novembre 2015 at 20:32

    aïe… 

  17. Remy 22 novembre 2015 at 20:33

    Pff putain ça soule …

  18. Bapt 22 novembre 2015 at 20:34

    Quelle fin pourrie !

  19. Bapt 22 novembre 2015 at 20:34

    allez je vais me saouler pour oublier là… 

  20. Alexis 22 novembre 2015 at 20:34

    Arg la double ébé c’est du beau tiens

  21. Skvorecky 22 novembre 2015 at 20:35

    Je crois que c’est Elmar qui avait pointé du doigt le fait que Federer ne commettait jamais de double faute sur points cruciaux (balles de set, de match…).

    Ben là, il l’a fait. Finalement, je me réjouis d’avoir loupé une grande partie du match.

    Novak Djokovic remporte ce Masters à la surprise générale!

  22. antsiran23 22 novembre 2015 at 20:39

    C’est flagrant, le contraste est cruel. ya un vieux qui donne tout, il rame comme une bete. Et en face, un jeune homme frais comme un gardon du début à la fin du match. A peine essouflé de faire des rallyes de 32 échanges. Zéro chance pour le vieux.

  23. Homais 22 novembre 2015 at 20:48

    A Mat4

    Je n’ai pas parlé de ralentissement des surfaces mais d’uniformisation. On ne joue plus sur moquette, ni sur parquet, ni sur ciment. Et les durs ont des rebonds de plus en plus haut. Le reste n’est que littérature.

    Du reste, pour ce qui est de la vitesse, l’article que tu sors pour démontrer par des calculs physiques que les courts ne se sont pas ralentis ne parvient pas à expliquer pourquoi avant il était périlleux de vouloir engager le moindre échange sur herbe, les courts étant usés vers l’avant par les montées au filet, beaucoup plus sûres que l’échange, alors qu’aujourd’hui on peut en toute quiétude taper des points de 20 échanges, avec des courts qui s’usent sur la ligne de fond. C’est peut-être bien une question de hauteur de rebond et pas de vitesse. Il n’empêche, il y a bien uniformisation des surfaces.

    Après, ok, tu as déjà répondu à tout et notamment aux soupçons de dopage. Il te faudrait plus que des présomptions, des faits.
    Un fait pour moi suspect, si tu en veux un mais évidemment il y a le no gluten, c’est la transformation physique d’un joueur qui était déjà sur le circuit depuis des années avec un entrainement de pro et dont on connaissait les limites sur un aspect fondamental, le souffle, la caisse. C’était pour tous les connaisseurs de tennis un aspect limitant qui n’en ferait jamais un vainqueur en série. Un truc que tu ne peux pas changer du jour au lendemain sauf si tu modifies ta formule sanguine, ton aptitude à amener plus d’oxygène.
    En quelques semaines à l’aube de la saison 2011, il affiche de tout nouveaux standards, plus jamais essoufflé. Aicar et CERA, ça a ce genre d’effet.
    Tu n’es pas obligé de répondre, inutile de relancer ce genre de débat du reste, qui ne convainc jamais personne : Djoko vient de gagner passe plutôt ton temps à t’en réjouir, inutile de te faire l’avocat de Djoko. Rien ne m’empêchera de penser que le saut de 2011 est trop marquant pour être dans la continuité d’une progression normale de sportif de haut niveau déjà bien adulte.

    • antsiran23 22 novembre 2015 at 21:07

      Je signe et je contre-signe.

    • Lucile 22 novembre 2015 at 21:24

      Même avis que toi sur tous les points.

    • Sebastien 23 novembre 2015 at 00:47

      Oui pareil aussi, très bien exprimé, je l’encadre

  24. Homais 22 novembre 2015 at 20:50

    A Mat4 et aux autres elcteurs du site,

    désolé, je pensais laisser ce comm dans la page précédente, en réponse à Mat4 et il se retrouve ici, en plein fil sur l’actu et juste après la balle de match…

  25. Lucile 22 novembre 2015 at 20:59

    Et bien quelle mauvaise soirée. J’en ai la nausée^^ J’avais dit après l’US open que je ne regarderai plus de finale Federer-Djokovic. J’aurais dû m’y tenir. Quelle horreur ce match.
    Federer ultra tendu comme prévu qui a mal servi pendant à peu près tout le match et que de mauvais choix sur les points importants… La balle de match est tout un symbole. Je pense que Federer ne peut plus gérer mentalement les très grands rendez-vous.
    Djokovic était évidement bien meilleur qu’en match de poule mais quand même, Federer était méconnaissable.
    Il nous a gratifié de quelques très beaux points pour faire après des erreurs grossières. Et pourtant il avait l’air d’en vouloir.
    Le retour de Nadal va t il permettre le retour d’un peu de suspens ? On sait que mentalement l’espagnol sera là au moins mais le tennis sera t-il suffisant ?
    Murray je n’y crois plus. Il reste donc Stan qui dans un grand jour peut battre tout le monde. C’est pas beaucoup.

    • Sebastien 23 novembre 2015 at 00:51

      Oui Lucile ce fut une soirée de cauchemar, mais je m’y attendais. Le seul mauvais match de Djoko fut contre Fed, il a tout de suite redressé la barre et il est toujours très fort dans les phases finales.
      Quelle année monolithique et triste. Et ce n’est pas fini, aç risque d’être un Grand Chelem car je ne vois personne capable de le contrer sauf un Stan au top du top.

  26. MacArthur 22 novembre 2015 at 21:09

    Bravo, Novak. Tout autre resultat aurait fait desordre. Quand ca compte le plus, il sait ce qu’il a a faire. C’est ce qu’on attendait de lui.

    • Alexis 22 novembre 2015 at 21:40

      Tu n’y vas pas avec le dos de la cuillère dis-moi!

      • MacArthur 22 novembre 2015 at 21:54

        Alexis, apres l’euphorie de 2011, en 2012-2013 et meme 2014, nombreuses sont les personnes qui disaient que Djoko n’est peut-etre pas l’homme des grands rendez-vous et qu’il n’avait peut-etre pas la constance mentale des deux autres monstres pour rafler les gros titres. Il nous a prouve le contraire cette année.

        Il est N0. 1 mondial et l’écart entre lui et le N0. 2 est colossal. Il domine tout le circuit. On attend logiquement de lui qu’il finisse l’année en Maître. Le contraire aurait ouvert des débats. Il a éteint tout débat.

        • Alexis 22 novembre 2015 at 22:34

          Ca se tient…

          • Alexis 22 novembre 2015 at 22:37

            Même si parfois le désordre est plus recherché que l’ordre implacable.

  27. William 22 novembre 2015 at 21:40

    Match bien triste mais on a vu une « pince à sucre », si chère à Henri Leconte !

    Bouge pas Bapt, moi aussi je vais me saouler.

    • Bapt 22 novembre 2015 at 21:46

      Je vais même faire pire : corriger mes copies… 

      • Alexis 22 novembre 2015 at 22:35

        Tout pareil.

      • Sebastien 23 novembre 2015 at 00:48

        corriger tes copies en te saoulant ? Tes élèves risquent d’avoir la gueule de bois

        • Kaelin 23 novembre 2015 at 10:26

          ça dépend sa matière, s’il est prof de philo, ça peut aider …

  28. Remy 22 novembre 2015 at 23:14

    Dans le genre « année de merde », 2015 se pose quand même

    • William 22 novembre 2015 at 23:18

      Au moins, je pense que jai cartonné au RYSC. On se console comme on peut !

    • MarieJo 22 novembre 2015 at 23:48

      franchement vu les évènements de l’année hors tennis, les déboires de Nadal fed and Co… mais un peu de joie dans ce bas monde ne nous fera pas de mal par monments, je comprends :)

    • Kaelin 23 novembre 2015 at 10:10

      Même Jan Lennard fait une année de merde

  29. antsiran23 23 novembre 2015 at 10:37

    Je me demande souvent pourquoi je n’aime pas Djokovic. Et pas seulement parce qu’il empêche Federer de gagner des grands tournois ! Evidemment son tennis est incroyable. Il est sur toutes les balles. Chacun de ses coups frôle les lignes. De temps en temps il fait un joli « coup de tennis ». Et surtout, il affiche une forme éblouissante de janvier à décembre, du premier jeu au dernier jeu, quelque soit la durée du match. C’est époustouflant. Ajouté à cela des réflexes hors normes. Un sur-homme en quelque sorte. Il dégage cette force éblouissante que j’ai pu admirer dans le cyclisme. J’étais emballé de voir Armstrong déchirer le peloton de toute sa puissance qui impressionnait amateurs et professionnels. Les journalistes s’en faisaient des gorges chaudes. On louait non seulement sa force, mais aussi son sens tactique, sa vision, son mental. J’étais bluffé. Je balayais d’une fin de non recevoir les esprits chagrins qui le soupçonnaient de dopage. Avec tous les contrôles sur le circuit, il était impossible qu’il passe au travers des mailles du filet. Et puis patatras, la justice américaine a donné raison à tous ses détracteurs. Le tricheur a été déchu de la quasi-totalité de ses titres. Alors aujourd’hui, j’ai du mal à ne pas faire le parallèle avec le numéro 1 mondial du tennis. Très bon joueur plutôt brillant et sympathique jusqu’à ce qu’il règle ses problèmes de souffle brusquement en 2011. De là, il a pu établir une indestructibilité liée à sa condition physique hors norme.

    Comment ne pas douter ? Comment admirer un jeu basé sur cette puissance étourdissante ? On me dira la technique, les réflexes, la vista… Mais tout le monde sait qu’à ce niveau, ils ont tous ces qualités. Mais exécuter sans failles, sans baisse de régime toutes qualités, çà ne peut tenir qu’en une confiance absolue dans ses ressources physiques. Et c’est là que le doute fait que je n’admire pas Djokovic. Trop échaudé par le cas Armstrong.

    PS : je ne parle pas ici de la déception de voir ce genre de tennis s’imposer dans un sport où la créativité, l’inspiration, l’adresse se fracasse contre les murs érigés par les défenseurs tout-puissants.

    • Skvorecky 23 novembre 2015 at 11:29

      Pour me faire l’avocat du D…joker, disons que cette faculté à frapper continuellement des balles qui retombent à 5cm des lignes du premier au dernier coup de raquette est remarquable. (Mais chiante. Très.)

      C’est sûr que le fait d’être l’homme le plus endurant du circuit aide à faire cela tant au cinquième set qu’au premier, tant en janvier qu’en novembre.

      Mais il y a en lui des qualités techniques apparues dès 2007, qui rendent sa domination actuelle somme toute logique. Il s’installe comme nº3 mondial à tout juste 20 ans, bat alors Federer et Nadal plusieurs fois…

      Bon, il écrase un peu trop la concurrence en 2015, c’est vrai. Mais la concurrence, c’est qui?

      • Kaelin 23 novembre 2015 at 11:45

        C’est Dolgopolov!

    • Don J 23 novembre 2015 at 11:44

      D’accord avec Skvo,
      le dopage n’est pas un argument, hier pendant la finale Djoko a battu Roger au tennis (et de quelle manière), pas au physique, le match a duré 1h20… et concernant la récup et la régularité toute l’année, tous le top10 est logé à la même enseigne, sur ce point ils sont à égalité. De surcroît cette année particulièrement, il a peu joué de match marathon de plus de 4h comme contre Nadal en 2012-2013, il s’est toujours simplifié la vie. Ce qui est très fort chez Djoko c’est cette capacité à frapper près des lignes en toute circonstance, et cela il le doit à la confiance accumulé toutes ces dernières années. Quand il rentre sur le court contre Fed ou Rafa, il sait qu’il a les solutions, il sait comment il va les contrer, il l’a déjà fait et il tire son assurance de cela.

      il va falloir se faire à l’idée désormais que Nole joue mieux au tennis que Federer et Nadal, je sais que c’est difficile à accepter sur ce site, mais il est meilleur dans tous les compartiments du jeu.

      • Remy 23 novembre 2015 at 11:51

        Le dopage ne se réduit pas à une capacité physique. C’est bien plus compliqué et large à mon avis.
        Mais c’est clairement pas mon argument vis à vis de cette (ces) année(s) de merde.

        Je ne crois pas qu’une seule personne ici n’ait dit que Djoko n’était pas le meilleur joueur actuellement.
        On ne pleure par sur une quelconque idée d’injustice ou autre chose du genre.
        Juste que Novak nous emmerde : dans son jeu et aussi dans son attitude.

        Par contre, ne me dis que c’est une joueur hors norme au filet :P

      • Lucile 23 novembre 2015 at 13:18

        Faux : Il n’est pas meilleur dans tous les compartiments du jeu. Il n’est pas meilleur tenisman que Federer ou même Nadal. Il est meilleur dans sa filière qui est la plus efficace compte tenu des conditions de jeu sur le circuit tout au long de l’année. c’est tout.
        Sinon comment explique tu que Djokovic perde contre Federer sur surfaces rapides (Shanghai, Dubai, cincinnati) ?
        Après on peut presque dire que Djokovic a eu la « chance » de rencontrer Federer sur 3 grandes finales tant ce dernier n’arrive plus à jouer son niveau sur les gros rendez-vous. Quand il a rencontré un gars qui n’avait aucun complexe et pas d’état d’âme en finale ça n’est pas passé. J’évite de parler de Murray pour ne pas être désagréable^^

      • MacArthur 23 novembre 2015 at 13:23

        Ton dernier paragraphe est tres vrai. J’adhere a 1000%.

    • Lucile 23 novembre 2015 at 13:34

      Antsiran23 ta comparaison avec Armstrong est intéressante. Même physique (sec mais puissant), même endurance. L’impunité dont a bénéficié Armstrong pour des raisons de business fait penser au peu d’entrain des instances pour détecter les anomalies chez les top joueurs.
      Il serait amusant de pouvoir calculer le rapport poids puissance des joueurs comme on le fait en cyclisme. On aurait surement des surprises.

  30. Mat4 23 novembre 2015 at 11:37

    Ce long post est une réponse à Homais et cosignateurs.

    « Je n’ai pas parlé de ralentissement des surfaces mais d’uniformisation. On ne joue plus sur moquette, ni sur parquet, ni sur ciment. Et les durs ont des rebonds de plus en plus haut. »

    Oui, ça c’est bien vrai. Mais quand il s’agit du rebond, je me permettrai de citer une des conclusions de l’article auquel j’avais renvoyé :

    If many matches nowadays seem to unfold in similar ways on different surfaces, the effect of increasing topspin probably bears more responsibility for it than any conspiracy to homogenize court surfaces. Blame the string manufacturers, not the court surface technicians or tournament directors.

    Jeff Sackmann nous donne d’autre statistiques, ici:

    http://www.tennisabstract.com/blog/2013/04/08/the-mirage-of-surface-speed-convergence/

    Les surfaces ne sont pas l’élément clef dans le « ralentissement optique » du jeu, mais bien les nouveaux cordages, qui permettent beaucoup plus de lift, beaucoup plus de contrôle en défense, des trajectoires très bombées de la balle, et un rebond très haut. C’est plutôt un manque d’adaptation de ces surfaces aux nouvelles conditions de jeu qui serait à déplorer. Alors vous pouvez ne pas être d’accord, mais il faudrait quand même lire ces articles attentivement — la thèse de la convergence n’y est pas soutenue.

    Passons à Djoko, maintenant.

    « En quelques semaines à l’aube de la saison 2011, il affiche de tout nouveaux standards »

    La prémisse est erronée. D’abord, une analyse des résultats de Djoko (on peut consulter tous ses matchs sur tennisabstract, ici: http://www.tennisabstract.com/cgi-bin/player.cgi?p=NovakDjokovic&f=Acx2007010120101121qqP2 ) de 2007 à 2010 montre que son conditionnement est très bon — il gagne la grande majorité de ses matchs en 3 sets, de ses matchs en 4 sets, de ses matchs en 5 sets. Pourtant, après sa rencontre contre Nadal à Madrid, il engage Phil-Gritsch pour améliorer encore cet aspect de son jeu.

    Son régime no-gluten, ce n’est pas un secret, il le décrit en détail dans un livre. Il ne boit même plus d’eau froide à cause des problèmes de digestion qu’il a eu pendant certains matchs (conter Tsonga à l’AO 2010, par ex.). D’autres joueurs adoptent des régimes similaires.

    Quant à ses retirements, ils sont les conséquences non pas de fatigue, mais de pépins de santé ; ex. à Belgrade, ou en demie de Wimbledon, quand ses pieds sont couverts d’ampoules après trois matchs joué en quatre jours (deux en 4, dont un avec trois TB contre Hewitt, un en 5 sets). Il est aussi très sensible à conditions climatiques, mais j’en ai déjà parlé.

    Tiens, voilà un tableau récapitulatif fait en 2012 :

    http://www.tennisabstract.com/reports/retirementReport.html

    On voit que Novak n’est pas un monstre en la matière, bien au contraire. Il faut admettre qu’il faisait souvent appel au kiné dans ses jeunes jours, mais c’était plutôt d’ordre psychologique — admettre la défaite, la regarder en face, est qqchose de très difficile pour certains de nos champions — Djokovic entre autres. Il abusait des MTO.

    Il faut, sur ce point, lui accorder un peu de bienveillance. Depuis les critiques répétées à ce sujet, il a même joué blessé — à MC, l’année dernière — juste pour éviter un retirement.

    Pour conclure, en 2011 Djokovic change de raquette (même modèle, mais avec des matériaux différents pour moins de vibrations), améliore largement son coup droit (Vajda, dans un interview avec Ubaldo Scanagatta explique qu’il avait fait des exercices spécifiques pour le coup droit et le revers ; d’ailleurs, voilà l’interview https://www.youtube.com/watch?v=czE_SxvgJvc), retrouve son service, et fait les 3% de progrès nécessaires pour battre Roger et Rafa plus régulièrement (notons qu’entre Montréal 2007 – l’USO 2010 son H2H contre Fed est de 6-7 à un certain moment ; contre Nadal, il est à 6-4 sur dur ; c’est pas vraiment une nouille, y a pire).

    Passons au dopage, à présent.

    En 2011, Novak perd 4 kg. Sur des matchs long, ses 75 kg sont toujours un avantage par rapport aux 85-90 kg de Nadal ou de Murray. Il manque d’explosivité, il est plus lent que ces deux joueurs, mais sa technique de déplacement est supérieure (même sur TB ! Regardez les analyses de Mark Petchey sur sa couverture du court, elles sont très instructives… Tiens, en voilà une : https://www.youtube.com/watch?v=CxtByvqYGqM ; il y en avait d’autres sur Sky sports . Novak gagne un pas sur chaque changement de direction).

    Tout de même, posons nous la question : quelle sorte de dopage est optimale pour le tennis ? Sur le plan de l’endurance, par exemple. Les joueurs jouent en moyenne 7 mn par heures, et ils couvrent entre 600 m et 1500 m (dans les cas les plus extrèmes) par set. C’est pas vraiment de l’EPO qu’ils ont besoin. [La fatigue, chez eux, provient le plus souvent des voyages, des changements de fuseau horaire, de la pression mentale. (Tiens, Djokovic a écrit sur la caméra, hier : « maintenant, le repos ».)]

    Par contre, ils ont besoin de puissance — pour être plus rapides et frapper plus fort. On s’attendrait à ce que Djokovic, pour améliorer ses performances, gagne en muscles. Ben non. Par contre, Nadal à 18 ans (voir ici : https://www.reddit.com/r/tennis/comments/2jw3qe/c_roelant_ama_60_itf_atp_player), Murray en 2008, Cilic en 2013, tous prennent du poids. Regardez les torses des top joueurs — Feliciano Lopez, Ferrer, Roddick, Gonzalez, Tsonga, Dimitrov — ils sont tous très carrés. Les seuls qui n’ont pas gagnés en puissance sont Djokovic et Federer. Non, les mecs, vous regardez dans la mauvaise direction.

    En ce qu’il s’agit des contrôles, pour les top 50 de l’ATP, depuis 2013 ils sont contrôlés assez souvent. En moyenne, plus de 7 contrôles sanguins et plus de 7 contrôles d’urine par an. Avec un passeport biologique qui permet de comparer les niveaux d’hématocrite, il est facile de détecter les anomalies. Je pense avoir donné un lien, mais le revoilà :

    https://cleaningthelines.wordpress.com/2015/02/14/38-analysis-of-the-itfs-2014-anti-doping-programme/

    (il y a, sur ce site, une série d’article sur l’âge en tennis ; à ne pas manquer).

    Reste qu’on peut déjouer les tests. Les témoignages d’Angel Heredia sont clairs sur ce point. Mais notons que Heredia a été chopé, Garcia del Moral, Fuentes aussi et que, tôt ou tard, on découvre la vérité.

    Federer extenué — Djokovic frais comme un gardon. C’est encore de l’illusion optique. En tant que fan de Djoko, je me rends vite compte quand il est fatigué — il l’était hier, par exemple. Je le vois essouflé, respirant difficilement. Par contre, Federer… C’est l’inverse pour les fedfans.

    Il faudrait arrêter avec la mauvaise foi. Les matchs à l’USO et au WTF ont tous été décidé au mental, pas au physique. L’enjeu est très grand — ces deux mecs se battent pour l’histoire. On les voit rarement relâchés au même moment.

    Si Djokovic domine en 2015, c’est parce qu’il a amélioré son service, son jeu en général, et par un concourt de circonstances. En 2011 aussi, il avait eu beaucoup de chance, autant qu’il avait eu de poisse en 2012 ou en 2013. C’est pas au physique, bien au contraire.

    (Notons, à la fin, son élasticité, qui est hors du commun.)

    • Skvorecky 23 novembre 2015 at 13:18

      Tu abordes beaucoup de points à la fois en un seul post, avec pas mal de documentation, il faudrait prendre beaucoup de temps pour faire une réponse vraiment complète. Je me contenterai de deux-trois remarques en passant:

      - L’uniformisation des surfaces?
      L’abandon de la moquette, il y a une dizaine d’années (ou moins encore?), est un fait. Certes, c’est marginal.
      Finalement, si la conclusion est qu’il y a une uniformisation du jeu dû à l’évolution des raquettes – et non des surfaces – je dirais que ça revient au même.
      Pour raisons d’exactitude, il faudra donc parler d’uniformisation du jeu. OK.

      - Djokovic qui perd 4kg en 2011 (quand exactement, d’ailleurs?). La perte de poids d’un athlète de très haut niveau n’est pas un phénomène banal. Tu insistes sur la puissance essentielle au tennis et tu as bien raison. C’est un sport complet. Si tu obtiens un avantage en endurance, tu perds sur un autre aspect du jeu. Modifier le poids d’un joueur qui a atteint un niveau quasi-optimal (nº3 mondial), c’est de la… sorcellerie.

      Par ailleurs, rappelons que Djokovic n’est pas allergique au gluten (cela se sait très vite, entre 6 mois et un an). Et que le concept d’intolérance au gluten n’a à l’heure actuelle pas plus de validité scientifique que la sensibilité aux ondes wifi. Je sais que l’effet placebo est parfois surprenant, mais là…

      Quant à ses capacités physiques, si elles étaient élevées dès le début, comme tu le rappelles, il est tout aussi indéniable qu’elles ont nettement augmenté. L’US Open 2011 et l’Open d’Australie 2012 n’ont pas été gagnés au mental. Enfin, si. Très à la marge.

      (Certes, depuis presque 4 ans, on n’a pas assisté à des démonstrations physiques aussi incroyables, juste à une incroyable constance dans les performances – ce que je trouve moins suspect.)

      Si on replace cette transformation liée à un « régime-miracle » dans la longue histoire du dopage, c’est impossible de ne pas s’interroger. Mais peut-être que tout cela n’est que l’effet d’une com un peu trop spectaculaire et que les choses sont plus simples qu’elles n’en ont l’air.
      Je crois comme toi qu’avec tout ce qui est permis actuellement en matière d’aide médicale, on peut se doper en toute légalité.

      • Mat4 23 novembre 2015 at 14:17

        « Pour raisons d’exactitude, il faudra donc parler d’uniformisation du jeu. OK.»

        C’est bien mon avis. Je me répête — les surfaces auraient dû évoluer en prenant en compte l’évolution du jeu. Elles ont changé pour des raison économiques, sans vrai plan préétabli. Malheureusement.

        « il a perdu 4 kg »

        Désolé, Skvo, je n’ai pas pu retrouver ma source. J’avais moi-même d’abord pensé à l’utilisation d’hormones de croissance — on perd du poids, mais on gagne en muscles (tiens, un bon article, bien que long : http://www.outsideonline.com/1924306/drug-test), mais un régime sans gluten peut expliquer une perte de poids pour une personne qui mange des hamburgers et des pizzas. (Facile à sourcer.)

        De plus, il y a la physiologie individuelle. Certains joueurs perdent du poids pendant la saison. D’autre, non.

        Quant à ces deux matchs… à l’USO, Djokovic et Nadal étaient morts au quatrième set. C’est grâce à ça que Novak a gagné — il a tendance à lâcher ses coups quand il est exténué. L’AO, tu peux trouver les calculs sur le net : 1h20 de perdue entre les services par rapport à d’autres joueurs, en tout, une couverture de terrain de 6 à 8 km (au grand maximum) dans un match en presque 6 heures. Un nombre de coups équivalent à ce que les boxeurs font en 12 rounds, sans les bobos. Souvenons-nous que JMac-Becker, c’est 6h12 en DC.

        Alors, c’est vrai que c’est impressionnant, mais ce sont des choses qui se produisent de temps en temps depuis des décennies.

        Sensibilité au gluten. Skvo, il n’est pas prouvé que la sensibilité au gluten n’existe pas. C’est une question qui reste à débattre. Mais que Djokovic tient un régime sans gluten, ça a l’air évident. Est-ce que ça l’aide ? Qui sait.

        • Coach Kevinovitch 23 novembre 2015 at 15:42

          « Désolé, Skvo, je n’ai pas pu retrouver ma source. J’avais moi-même d’abord pensé à l’utilisation d’hormones de croissance — on perd du poids, mais on gagne en muscles »

          Pour répondre brièvement, le meilleur produit actuel pour faire le doublé perte de poids + gain en puissance musculaire s’appelle l’AICAR quand il est combiné au GW1516!

          Dans un autre sport que le tennis, on a pu constaté l’émergence des sportifs plus maigres qu’avant mais plus puissants qu’avant donc bien meilleurs qu’avant à partir de la fameuse année 2011…comme par hasard! :mrgreen:

          Nombreux sont ceux ici à connaître mon avis sur le dopage à savoir que tous les sports d’élite qui sont parmi les tout meilleurs de leurs sports ont mis leurs doigts dans le pot de confiture. C’est aussi pour cela que le cas Djokovic est encore plus stupéfiant pour moi car avant 2011, il n’était pas numéro 100 mais numéro 3 mondial! Sur le plan physique, il pouvait donc difficilement progresser autant à une époque durant laquelle les découvertes « légales » en matière de préparation physique ne courent plus les rues.

        • Skvorecky 23 novembre 2015 at 16:12

          Le gluten, je ne mets pas en doute que Djokovic pratique ce qu’il affirme. Et si ça favorise son tennis: peut-être, peut-être pas.

          Pour le poids, ce que je voulais signaler etait bien la difficulté de modifier le physique d’un athlète de très haut niveau *sans altérer ses performances*. En tennis, une perte de poids, c’est un risque de perte de puissance rédhibitoire. Et quand on a passé 4 années sur le podium, difficile de considérer qu’on n’est pas à son poids de forme.

          Justement, concernant les grands matchs Nadal-Djokovic, on ne peut quand même pas prétendre que la dépense physique est anodine. 8km si c’est bien cela, ça paraît peu de choses. Mais on oublie qu’il n’y a pas que les jambes qui bossent. Et que tout est dans l’intensité. Quant à perdre 1h20 entre les services, ça signifie une moyenne de 13 secondes de plus que « les autres ». 13 secondes de plus en moyenne! Il faudrait voir ces calculs dans le détail… Ça me paraît nettement surestimé.

          Mahut et Isner ont dû nettement moins courir le deuxième jour de leur fameux match (7h de jeu et des wagons d’aces). Isner n’en était pas moins vidé les jours suivants.
          Leo Mayer avait dû recevoir du sérum physiologique suite à son marathon contre Souza, et a été forfait à Indian Wells.
          6 heures de tennis, ce n’est pas du footing pépère.
          Surtout que pour un McEnroe-Becker, la longueur des échanges est forcément moindre. Or un effort physique fatigue d’autant plus qu’il est moins fractionné.

          Et puis aussi: Djokovic, deux jours avant ses deux finales intenses contre Nadal, avait joué 5 sets.

          En effet au quatrième set de l’US Open, il avait lâché ses coups car il ne devait plus avoir grand chose dans le réservoir. Ça paraît facile à dire. Nadal, lui, n’était plus capable de résister (Nadal!!).
          Bref. Ces matchs restent le summum de la performance physique en tennis, à mon avis. Surtout pour celui qui les a gagnés.

          • Nathan 23 novembre 2015 at 16:23

            Je souscris tout à fait à ton propos.

            L’argumentation est fallacieuse. Elle donne l’impression d’être construite parce que s’appuyant sur des données alors qu’elle ne fait que mélanger des choux et des carottes.

            A ce jeu-là, on pourrait dire aussi qu’il est impensable de se doper pour un 100 mètres puisqu’il y a des coureurs qui font des marathons. Donc quand on court 420 fois moins, on n’est pas fatigué, donc le dopage ne se justifie pas :)

            • Mat4 23 novembre 2015 at 20:04

              Cher Nathan,

              Il faudrait que tu cesses d’insinuer, et que tu dises ouvertement ton opinion. Comme ça, on pourrait te répondre. Et, s’il te plaît, ne joue pas « the innocent bystander ». De plus, démontre la fausseté de mes arguments — l’ironie gratuite est un truc qui marche bien avec les incultes, mais pas avec l’audience, les posteurs de 15-love, dont l’érudition est largement au dessus du lot.

              Pour ceux qui n’auraient pas lu, cherchez le post de Nathan se référant à Cetojevic. Òn peut voir que je ne suis pas un idiot que réfère à des accusations inexistantes. J’avoue être un c…, mais pas à ce point.

          • Mat4 23 novembre 2015 at 23:38
            • Skvorecky 24 novembre 2015 at 10:55

              OK, c’est ce que je me disais: c’est 13 secondes de plus… que le temps limite officiel en Grand Chelem, soit 20 secondes entre chaque point.

              Limite que ne respecte quasiment personne aujourd’hui, l’ATP étant d’ailleurs à 25 secondes. Ça ne fait donc pas 80 minutes de plus que les autres joueurs. A la rigueur, on pourrait estimer que le match a duré 50 minutes de plus que s’ils s’étaient limités aux 25 secondes « coutumières » entre chaque point.

              Autre chose, si on relativise le temps de jeu de ce match, relativisons-le pour tous les matchs (notamment ceux où participent Nadal ou Djokovic). Sinon on compare des parapluies avec des machines à coudre.

              De toute manière, cet hypothétique temps supplémentaire de match, ce n’est pas une séance de relaxation, au cas où on l’aurait oublié.
              Ce sont des secondes passées debout, au cagnard*, tendu par le stress intense de la compétition**.
              C’est une dépense physique supplémentaire et non négligeable, que le jeu se dispute ou non.

              Bref, faux débat pour moi, et article peu rigoureux de espn. Le match a duré 5h50 pauses comprises, point. En 3 jours, Djokovic a passé sur le court 10 heures et 40 minutes au plus haut niveau d’exigence de ce sport. Heureusement que ça ne se passe pas comme ça à tous les Grand Chelem, sinon on ne parlerait pas de doutes, mais de certitude.

              *signalons néanmoins qu’il avait plu au cinquième set
              **Savez-vous qu’un joueur d’échecs de haut niveau perd du poids pendant un match? Les mecs sont pourtant assis et ne mobilisent pour ainsi dire que leurs doigts (et un tout petit peu leur cerveau). Alors un type qui se prépare à servir ou à retourner…

      • Mat4 23 novembre 2015 at 14:19

        « Je crois comme toi qu’avec tout ce qui est permis actuellement en matière d’aide médicale, on peut se doper en toute légalité. »

        C’est même pratique courante, au niveau des fédérations. Ils ne s’en cachent même pas. Un article sur la préparation des skieurs français me tombe à l’esprit.

    • Lucile 23 novembre 2015 at 13:38

      Mat4, toi qui a réponse à tout concernant ton champion, peux tu m’expliquer l’origine des troubles très curieux dont a souffert Djokovic à plusieurs reprises pendant des matchs (et notamment les pertes de coordination extrêmement troublantes comme à Shanghai en 2014 ou l’Ao cette année il me semble) ?

      • Skvorecky 23 novembre 2015 at 14:13

        Lucile, je pense que le sujet a déjà été traité ici. À Shanghaï 2013, Djokovic a perdu l’équilibre plusieurs fois car ses semelles accrochaient trop au court. Aucun problème de coordination.
        Ça a duré un jeu, il a dû changer de chaussures à la pause suivante.
        https://www.youtube.com/watch?v=yEEFi6C469k
        Suggérer qu’il s’agit d’une « perte de coordination extrêmement troublante » (provoqué par une drogue mal dosée?!), c’est aller vite en besogne. Si tel était le cas, ces problèmes auraient continué tout le match, et il aurait dû abandonner. D’autant que les images ne me semblent laisser aucun doute.

        Pas vu la scène australienne, par contre.

      • Mat4 23 novembre 2015 at 14:24

        Lucile,

        Un des défauts dans le jeu de Djoko est son positionnement et son timing sur son coup droit. Comme il ne réussit pas toujours à glisser, il perd son équilibre.

        Ou il boit de la vodka au changement de côté.

      • Kenny 23 novembre 2015 at 14:38

        Le procès du Joker semble avoir commencé, mais où sont donc les preuves ?
        Perso la domination de Djoko me gave sérieux, mais j’apprécie l’arrivée sur le site de Matt4 et de ses commentaires argumentés et « sourcés », ce qui est très appréciable.
        Si j’osais, j’écrirais qu’il est à l’image de son modèle, très affuté et difficile à déborder.
        C’est vrai que sur 15L la tendance a souvent été à considérer le serbe au mieux comme un truand. Pourtant, même au All England Club où j’ai eu la chance de me rendre récemment, des officiels mettent Djoko au même niveau que Rafa et Rogé.
        Pour moi Djoko souffre en partie du même « délit de sale jeu » qu’en leur temps Agassi face à Sampras (même si le péruqué m’emballait bien plus dans son jeu) : la caricature du contreur de fond face au flamboyant attaquant ?
        Il souffre aussi de son image de balkanique replié sur soi, là où Rogé se la joue jet-seter internationale. C’est plus dans le sens de la marche du monde donc niveau popularité ça joue…
        Et comme en plus il est slip…

    • Patricia 23 novembre 2015 at 19:32

      J’ai aussi répondu sur la page précédente.
      Avant de répondre à propos de l’EPO, je tiens à dire que je ne pense pas que la domination actuelle de Djoko sur ses rivaux directs soit principalement du fait d’une endurance supérieure (parce qu’il est largement supérieur à la grande majorité du circuit mais pas spécialement au dessus de Murray) : il gagne d’une part parce que son niveau combiné au service et en retour met une pression énorme sur l’adversaire, d’autre part parce qu’il est extrêmement dur de le faire reculer alors qu’il est capable de contrer très long à peu près tout ce qu’on lui envoie. Bien sûr l’endurance permet de faire ça longtemps en gardant sa lucidité, mais dans ces deux secteurs personne ne lui arrive à la cheville.

      Concernant l’EPO : elle augmente la capacité du sang à transporter de l’oxygène. Ce n’est pas utile seulement lors des efforts longs, mais aussi lors des efforts intenses et répétés. Il n’y a qu’à voir les joueurs après un échange très disputé : ils sont essoufflés, le cœur monte la fréquence de ses battements, il est plus dur de servir avec lucidité…. La respiration rapide, comme le rythme cardiaque élevé, servent à nourrir l’organisme en oxygène dont ils manquent.

      En plus, les douleurs dues à l’acide lactique sont diminuées : il est produit quand l’oxygène manque. L’EPO diminue les courbatures et favorise donc la récupération.

      Par ailleurs, les joueurs de haut niveau s’entraînent jusqu’à 8 heures par jour (tennis et foncier combiné). Durant les périodes de préparation physique pure, l’effort est intense. L’EPO est une aide bienvenue pour s’entraîner avec intensité, plus longtemps.

      Enfin, il est physiologiquement difficile d’associer entraînement d’endurance et entraînement de force (très important pour les jambes au tennis). Une p’tite dose d’EPO et tu peux concentrer l’entraînement sur le maintien de ta masse musculaire…

      • Mat4 24 novembre 2015 at 00:08

        Pat,

        J’ai vu ta réponse à la page précédente (j’y ai répondu), et les effets de l’EPO me sont connus.

        Mais, outre le fait que grâce au passeport biologique on peut facilement contrôler le niveau d’hématocrite d’un joueur (quand on le veut), le fait que j’observe le jeu de Djokovic depuis des années, ses hausses et ses chutes d’énergie, me fait éliminer cette supposition.

        J’ai eu mes propres doutes en 2011 et 2012, surtout après cette demie à Rome, ou je pensais voir un accès de « roid rage ». Puis je me suis mis à suivre cas par cas, à calculer les distances, la vitesse, à noter les rares informations offertes par Hawk-Eye, etc. Djoko a des hauts et des bas évidents. Ses résultats, en 2015, comme je l’ai déjà écrit, sont le fruit d’un concours de circonstances. Il joue beaucoup mieux après des plages de repos (à Pékin, par exemple), il flanche déjà au deuxième tournoi d’affilé. À y regarder attentivement, il est très humain.

        Mais sa domination, comme celle de Fed, est également mentale. Combien de sets ont-ils gagné à 5-4 ou à 4-3 ? Combien de fois Djoko a-t-il battu Berdych, par exemple, sur des fautes inouïes aux moments clefs ?

        Nan… Je suis même convaincu que le dopage, Djoko n’y pige que dalle. Autrement, tout comme Armstrong, il serait un ennemi vociférant du dopage.

        • Patricia 24 novembre 2015 at 15:31

          Sur la domination mentale, Jeff a fait tourner quelques stats (uniquement sur les Tie breaks toutefois) et à l’époque il n’y avait que 3 joueurs sur l’ère open à dominer plus les TB que le reste du jeu (candidats pour l’effet d’une emprise morale sur l’adversaire) : Federer, Nadal et Isner. Ce serait intéressant de voir ce que ça donne aujourd’hui.

          Je ne pense pas que Djoko (ou d’autres d’ailleurs) adopteraient une attitude à la Armstrong, vu que le dopage est une préoccupation bien moins médiatique dans le monde du tennis. Il n’est nul besoin de se récrier quand aucun joueur du top 100 ne se fait prendre avec des substances. Il me semble qu’on n’entend pas tellement les footeux sur la question non plus, alors qu’on sait que la lutte anti dopage y est nulle et les pratiques douteuses…

          Pour le passeport biologique, c’est tout récent… et il me semble qu’une manière de le déjouer, c’est d’être avec constance à la limite. Contrairement aux sports où l’on n’a qu’un ou deux évènements dans l’année, en tennis c’est tout le temps qu’il faut assurer alors tant qu’à faire…

          Je n’ai pas de soupçons tellement plus marqués envers Djoko qu’envers d’autres de l’élite dont la condition physique est exceptionnelle. C’est juste un raisonnement général : il est impossible qu’il n’y ait pas de dopage en tennis, vu que c’est faisable et profitable, et que les recherches montrent que dans ces conditions, entre 7 à 30% des athlètes y ont recours (en passant, ça invalide le « tous dopés » de Coach K). Dans les cas célèbres de dopage, les meilleurs de la discipline en ont été convaincus, pas seulement les peintres et les tâcherons… Statistiquement, s’il y a entre 1 et 3 joueurs du top 10 qui se dopent, Djoko fait partie des bons candidats… mais Murray, Fed, Ferrer, Nadal, Wawrinka ont tous leurs arguments à faire valoir…

          • Mat4 25 novembre 2015 at 13:03

            Pat, désolé, je n’avais pas vu ta réponse à temps. J’y aurais répondu plus tôt.

            Pour les TB, j’ai ça comme données:

            https://en.wikipedia.org/wiki/ATP_World_Tour_records#Pressure_situations

            Ce qui manque, c’est comme toujours les niveaux moyens et médians de l’opposition. C’est très difficile de se faire une opinion fondée sur des stats incomplètes, comme d’habitude.

            Pour le reste, je suis d’accord avec tes arguments.

  31. Achtungbaby 23 novembre 2015 at 15:34

    Fan de Fed, je déteste le jeu de Djoko et je n’aime pas du tout le personnage.

    Mais les procès en dopage sont indignes. Soit on a des preuves, soit on se tait. Si ça se trouve, c’est Fed qui se dope. Aucun arguement sérieux ne peut rendre cette affirmation insencée. Carl Lewis et Mac Enroe, génies de leur sport, étaient dopés.

    Bref laissez Djoko tranquille avec ça.

    • Coach Kevinovitch 23 novembre 2015 at 15:47

      Mais de toute manière, Djoko, Fed, Murray, Nadal, Berdych, Ferrer, Tsonga, Messi, CR7, Messi, Froome, Bolt, Gatlin et tout le toutim sont tous dopés !

      Vous pensez réellement que de nos jours, on peut arriver au sommet mondial de sports pratiqués par des milliers de personnes au niveau professionnel sans dopage alors les cas de dopage sont légions (qu’on veuille les voir ou non) et ceux depuis bien longtemps?

      Dans certains sports, l’intensité du dopage a baissé mais le tennis ou le football n’en font clairement pas partie!

      • Achtungbaby 23 novembre 2015 at 17:16

        Non, je ne pense pas !

        Pas un petit basketeur dans votre liste ? Ni un nageur ?
        on rigole !

      • Coach Kevinovitch 23 novembre 2015 at 22:12

        « Pas un petit basketeur dans votre liste ? Ni un nageur ? »

        J’ai écrit « tout le toutim » donc tu peux les mettre dedans !

  32. Nathan 23 novembre 2015 at 16:03

    Ce qui est indigne, c’est le dopage. Ce n’est pas le doute qu’on peut avoir à l’égard de tel ou tel joueur qu’on soupçonne de se doper.

    Le doute pourrait être indigne, ou plutôt pathologique d’ailleurs, si les contrôles anti-dopage étaient sans faille. Je crois que ce n’est pas franchement le cas dans le domaine du tennis aujourd’hui.

    Le problème n’est pas que Djokovic gagne, ni a fortiori qu’il réalise une année exceptionnelle.

    Le problème est qu’il fasse cela alors même que des faits troublants nous amènent à nous interroger : une modification physique surprenante, des explications nébuleuses sur les bienfaits d’un régime que la médecine dément, un régime mis en exergue par un médecin bien curieux, un bond considérable physique alors même que le joueur en question faisait déjà partie de l’élite mondiale (car le dopage ne profite vraiment qu’aux plus doués).

    Ce ne sont pas des preuves. Ce sont des doutes alimentés par des signaux forts. Ne pas en avoir confinerait à la naîveté ou à la « fanitude » énamourée comme dirait Mme Royal.

    • Achtungbaby 23 novembre 2015 at 17:26

      l’absence de preuve du non dopage de Djoko n’est pas la preuve de l’absence…

  33. antsiran23 23 novembre 2015 at 16:24

    Indigne le débat ??? Comme il était indigne de soupçonner Armstrong. Et les avocats du cycliste argumentaient magistralement, eux aussi. Par ailleurs, tous les scenarii de dopage évoqués ici sont probablement totalement obsolètes au regard de l’avancée de la médecine des apprentis sorciers du sport.

    Enfin, je reste convaincu que ce débat – ces soupçons – n’auraient pas lieu si le tennis n’avait pas pris cette dimension majoritairement physique.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis