TRWC 2019 : Le point avant le Super GP de New-York outdoor

By  | 31 août 2019 | 354 Comments | Filed under: Actualité, Tennis Race

TRWC2019Classement après dix courses

Les trois Grands prix disputés depuis notre dernière mise à jour n’ont pas apporté de modification substantielle à la hiérarchie des TRWC. Les trois monstres sont toujours aux trois premières places, deux d’entre eux s’étant imposés (Djokovic devant Federer à Londres, puis Nadal à Montréal). Seule nouveauté, l’irruption soudaine dans le top 5 d’un « petit » nouveau (membre lui aussi du club des 6 pieds 6 pouces, avec Del Potro, Cilic, Zverev-le-jeune et autre Khachanov), à savoir le russe Daniil Medvedev, deuxième à Montréal puis vainqueur à Cincinnati.

Le dernier Super GP de l’année démarre à New York dans quelques jours, et comme d’habitude, les membres du triumvirat sont les favoris pour s’y imposer. Medvedev, Tsitsipas, Zverev, Thiem, voire Khachanov, n’y seront que des outsiders.

Classement_TRWC_201908

Signalons que le nouveau barème imposé par la FIA depuis la saison 2010, favorise plus le vainqueur de chaque course, et permet aux 10 premiers de marquer des points: 25-18-15-12-10-8-6-4-2-1.

Rappelons que 14 Grands prix sont disputés cette année, dont 4 «super grands prix» (Melbourne, Paris-outdoor, Londres-outdoor et New-York) qui apportent deux fois plus de points qu’un GP classique, et un «masters GP» indoor qui clôture l’année (réservé aux huit meilleurs cogneurs de la saison, ce dernier rapporte 50% de points en plus qu’un GP classique; il sera disputé cette année, comme lors des neuf éditions précédentes, à Londres).

About 

Sous d'autres cieux et en d'autres temps, je fus connu sous le sobriquet de "Colin Maillard et Tartempion".

Tags:

354 Responses to TRWC 2019 : Le point avant le Super GP de New-York outdoor

  1. Paulo 24 août 2019 at 11:58

    « Qu’est-ce que j’fous là ? J’peux plus voir une raquette de tennis !
    Ça fait 4 semaines que je suis aux États-Unis, j’fais une overdose de tennis.
    J’ai envie d’me barrer ! »

    Benoît Paire, Winston Salem, au début du 2ème set de son 1/8ème contre Humbert, alors qu’il est mené d’un set et un break.

    Il affronte ce soir Hurkacz pour le titre…

    PS, Colin : un H à Humbert, c’est à son prénom Ugo qu’il n’y en a pas ;-)
    Sinon, une belle 14ème place pour Tiafoe à ce stade de la TRWC 2019 ! On ne peut pas en dire autant de Zverev-le-jeune…

    • Colin 24 août 2019 at 16:53

      Souhaitons bonne chance à l’inénarrable Benoît Paire pour sa finale à Winston Salem face à Ubert Urkacz :lol:

  2. Patricia 24 août 2019 at 13:13

    A Winston Salem, certains ont dû jouer deux matches dans la journée pour compenser la pluie. Shapo a battu Rublev en deux sets (bon match, mais grosse sensibilité à la frustration chez Denis après le débreak de Rublev dans le 2nd set), puis a plié en 2 sets contre Hurkacz (vainqueur en 3 sets de Tiafoe), qui a de bonnes chances d’être un nouveau next gen titré.

    Déjà titré : Zverev, Tsitsipas, Medvedev, Khachanov, Coric, Berrettini, Fritz, Garin, de Minaur, Opelka, Rublev, Tiafoe, Nishioka, Jarry

    Déjà finaliste, mais en attente de titre : Hurkacz, Shapovalov, FAA, Kecmanovic, Ruud

    Paire bat Johnson sur un score très bizarre : 16 60 60, difficile de comprendre le scénario du match…

    • Patricia 25 août 2019 at 12:08

      HH vient donc s’ajouter aux Next Gen titrés ! Les 99 ou post (auxquels s’ajoutent Moutet) sont les derniers puceaux !

      Dommage que les bons perfeurs de Winston Salem se prennent des premiers tours costauds, la météo leur a joué un sale tour… le tournoi était censé finir samedi, et ils ont joué quarts et demis ce jour là. HH joue demain contre Chardy…

  3. Paulo 27 août 2019 at 18:14

    Tsitsipas n’est pas sorti de l’auberge face à Rublev, il est mené 1 set à 0 et a été mené d’un break dans le 2ème, même s’il vient de débreaker.
    Le Russe est bluffant dans sa capacité à lire le service de son adversaire : il est en train de faire à Tsitsipas ce qu’il a fait à Federer. Il est quasi toujours sur la trajectoire de la balle et frappe à fond dès qu’il peut. On dirait Becker ou Edberg à Wimbledon à la fin des années 80.
    Et dans le jeu, je trouve qu’il rappelle un peu Davydenko : pas de fioritures, pas de temporisation, il prend la balle tôt et frappe à plat sans se poser de questions.

    • Nathan 27 août 2019 at 18:32

      C’est le fils de Davydenko, le pétard en plus, la régularité en moins.

    • Paulo 27 août 2019 at 21:19

      Voilà, c’est fait pour Rublev en 4 sets. Tsitsipas crampait terriblement au 4ème set…

      Mine de rien, il engrange les perfs depuis un moment le Russe : Wawrinka et Federer à Cinci, Tsitsi à Flushing… il a battu aussi Thiem à Barcelone comme top 10 ce qui lui fait un bilan flatteur de 3 top 10 battus en 2019 pour une défaite.
      En plus là il vient de s’ouvrir le tableau…

      Du coup, ça fait 3 des 16 premières TS qui sont éliminées, avec Fognini et RBA.

      • Colin 27 août 2019 at 22:28

        Thiem, ça ne devait pas être à Barcelone…

      • Paulo 28 août 2019 at 11:03

        Effectivement, Thiem c’était à Hambourg.

        Sinon, avec les éliminations de Thiem justement par Fabbiano (il est bon le petit Italien, j’aime bien son style très tonique) et de Khachanov par Pospisil en 5 sets, ça fait 5 des 16 premières TS qui sont out dès le premier tour.

        Une autre demi-surprise est venue de Shapo qui sort F2A de façon très sèche : 6-1 6-1 6-4. Très bon en retour notamment le Denis sur ce match…

        Pas mal de matches en 5 sets hier :
        Zverev qui bat Albot,
        les déceptions françaises Humbert face à Copil, et Tsonga face à Sandgren,
        compensées par la victoire de Hoang sur Mayer, (Hoang qui honore sa wild card)
        Andujar qui domine Edmund,
        le revenant Chung qui bat Escobedo,
        Laaksonen qui sort Cecchinato,
        et les victoires de Majchrzak (Polonais de 23 ans) sur Jarry, de Berankis sur Vesely, de Bublik sur Giraldo.

        En jeunes au 2ème tour on a Kecmanovic, Opelka, Brooksby (Ricain de 18 ans), Medvedev, Majchrzak, Garin, de Minaur, Rublev, Hoang, Berretini, Popyrin, Shapovalov, Bublik, Zverev, Tiafoe, auxquels on peut ajouter les revenants 4K et Chung.

        • Patricia 28 août 2019 at 13:09

          Zverev a avancé un peu dans l’amélioration de ses soucis hors du court, puisqu’il a engagé Godsick (l’agent de Federer) pour remplacer celui avec lequel il est en conflit juridique depuis des mois. (En passant, il lui en a fallu du temps pour prendre cette décision de bon sens – en attendant c’est lui qui gérait tout ça et ça devait lui prendre plein de temps et de charge mentale… pas très réactif, le clan Zverev….) Mais 5 sets contre Albot, ça prouve que l’effet n’est pas immédiat ni miraculeux. Tiafoe, puis Paire, puis Schwartzmann, c’est son parcours pour atteindre les 1/4 et c’est incertain, vu ce démarrage.

          Concerant les surprises : deux des « upsets », Fog et Thiem, n’en sont pas puisque les gars sont notoirement atteints sur le plan physique… Tsitsipas aurait pu passer contre un excellent Rublev très en confiance, mais il crampait depuis la fin du 2è set qu’il a remporté avec un excellent TB. Un peu étrange, quoique ça arrive aux jeunes. BA, c’est beaucoup plus surprenant, Khachanov aussi, dans une moindre mesure puisqu’il s’était fait sortir par Tsonga à Washington, et son niveau de jeu était tangent malgré une bonne performance au Canada.

          Shapo joue mieux ces derniers temps alors que Félix est en chute libre dans son niveau de jeu (et à mon avis, ça toussote mentalement aussi), donc je ne suis surprise que par la sécheresse du score. Tsonga c’est un peu surprenant, même s’il s’était fait découper par Struff au Canada. Mais Sandgren est un joueur de coup, et il y a tout de même eu 5 sets.

          Pour les jeunes, très contente pour les revenants, ce sont deux joueurs de 96 qui auraient dû beaucoup plus animer les débats ces dernières années sans leurs déboires physiques que je crains rédhibitoires. 19 jeunes (y a Coric et Nishioka aussi), c’est pas mal tout de même !

          Kyrgios, Shapo, Berrettini et Rublev sont dans la demi dévastée délestée de Thiem, BA et Tsitsipas, ce serait vraiment sympa si l’un d’entre eux pouvait en profiter. malheureusement pour Rublev et Kyrgios, ils s’affronteraient dès le 3è tour… Pour Shapo, ce serait Monfils.

  4. Paulo 28 août 2019 at 11:30

    Le quart de tableau de Monfils est hyper dégagé : Gaël est le mieux classé des joueurs encore en lice, après les éliminations de Tsitsipas, de Thiem, de RBA, de F2A…

    À part lui, il reste Shapo, Kyrgios et Rublev comme joueurs vraiment ayant une chance de se retrouver en 1/2… pour y affronter Nadal, en principe.

    • Patricia 28 août 2019 at 13:17

      Je me demande si pour Shapo, il y a un effet Youzhny. Un tacticien, et un ancien top 10, ça peut pas lui faire de mal en tous cas….

  5. Remy 28 août 2019 at 19:55

    Dans la ligné de ses matches contre Rublev et Nagal, Roger est complètement à côté de ses pompes.
    Il enchaine les fautes directes et les volées foireuses.
    Il ne remporte rarement le point sur seconde balle et ne passe pas souvent la première.

    double break Dzumhur qui mène 4-0

  6. Paulo 30 août 2019 at 09:43

    Nadal est décidément verni sur cet US Open : forfait de 4K au 2ème tour, un Chung qui vient de batailler 5 sets deux fois de suite au 3ème tour, le vainqueur de Cilic-Isner en 1/8, sans doute un Zverev toujours en plein doute en 1/4 (ou alors Schwartzy), puis au pire Monfils en 1/2…

    Hier, belle contre-perf de Paire, qui menait pourtant 2 sets à 0, qui je crois mené d’un break au 4ème, qui a mené 4-1 dans le 5ème, qui en fin de 5ème multipliait les doubles et les fautes grossières en coup droit… bref qui a littéralement donné le match à Bedene. heureusement qu’il y a à peine 24 heures il déclarait « Ma sérénité, ma force cette saison » :-)
    Pareil pour notre irremplaçable Lucas Pouille, tétanisé face à Daniel Evans et sorti sans gloire en 4 sets.

    Zverev a dû s’employer mais il a des excuses : en face c’était Tiafoe, pas un cadeau.

    Medvedev a bien failli subir le sort de Tsitsipas : il crampait au 4ème set. Mais il s’est débrouillé pour gagner.

    On n’a plus qu’un Français en lice au 3ème tour (Monfils), à se demander si ce n’est pas un score historiquement bas. Duel explosif en perspective contre Shapovalov au 3ème tour…

    En jeunes, à part Zverev et Medvedev il reste Majchrzak, Rublev qui affronte Kyrgios, de Minaur, Berrettini qui affronte Popyrin, Shapo, Bublik et Chung.

    • Paulo 30 août 2019 at 09:51

      Djoko quant à lui risque bien de retrouver Waw en 1/8 : allez Stan, finis de démolir son épaule ! Et si le Serbe s’en sort, sans doute Medvedev en 1/4, puis Fed en 1/2 : un peu plus copieux quand même que le Majorquin… un petit Fedal en finale ? Je vote pour (surtout sachant leur historique récent en GC, héhé).

      • Paulo 30 août 2019 at 09:55

        Un bémol tout de même : Roger a déclaré que les conditions sont très lentes cette année, c’est pire que de la terre battue…

    • Patricia 30 août 2019 at 10:02

      Paire a même eu 3 balles de match…

      Vu le Zverev/Tiafoe, assez plaisant même si grosse tendance à ne pas jouer bien en même temps (scores en miroir 63 36 62 26 avant le 5è où Zve breake assez tôt). Bcp de BB de part et d’autre (23 à eux 2). Tiafoe a rendu fou Zverev en montant énormément avec bcp de réussite, car Zve n’arrivait pas à passer. 11 doubles aussi côté allemand même si le double d’aces. Vu le niveau en dent de scie, c’est quand même Zverev qui s’est compliqué la tâche… J’aime bien Tiafoe, il est très créatif, mais pas assez stable, il fait plein de fautes. Il y aurait pu y avoir bcp plus de HL : https://www.youtube.com/watch?v=oKkiB5MaoRA

      Sinon, Taylor Townsend qui fait épisodiquement un match énorme (comme Ons Jabeur, une de mes chouchoutes chez les filles), se paye Halep !

      • Patricia 30 août 2019 at 10:06

        Je regrette d’avoir loupé le Townsend/Halep, superbe opposition de style, elle est montée 100 fois au filet, comme d’hab, service volée, retour volée… plus de la moitié des points ^^

        • Paulo 30 août 2019 at 11:51

          Ah ben justement, je viens de le visionner en replay. C’est rare que je regarde un match féminin, mais là, vu le commentaire de Di Pasquale (« il y a du McEnroe en elle »), je l’ai regardé.
          Effectivement, 106 montées (avec 60% de réussite) sur 198 points disputés en tout, elle a été au filet plus d’un point sur deux, c’est énorme.
          Très belle main, joueuse très explosive avec une belle patate aussi du fond tant en coup droit qu’en revers.
          Un régal de voir un tel jeu et une belle opposition de style avec Halep (qui ne m’a pas paru très bonne toutefois, il faut le reconnaître).

          • Patricia 30 août 2019 at 13:10

            Moi j’avais complétement kiffé sa prestation révélation à RG (elle joue quasi pareil sur TB), frappée notamment par sa vitesse de bras en CD, me faisait penser à un del Po femme sur ce coup

    • ConnorsFan 30 août 2019 at 22:42

      Paulo : « au pire Monfils en 1/2″ pour Nadal? J’aurais dit « au pire Kyrgios en 1/2″. Plus instable mais plus dangereux que Monfils, à mon avis.

      • Paulo 31 août 2019 at 12:32

        Je parlais en termes de classement (Monfils est le mieux classé de son 1/4 de tableau).

        Mais tu as raison, si Kyrgios, pour une fois, est sérieux, et s’il n’a pas de pépin physique, il peut très bien rallier les demies et sera alors plus dangereux pour Nadal que Monfils.

  7. Paulo 30 août 2019 at 12:05

    Damian Steiner viré de l’ATP !

    https://www.bbc.com/sport/tennis/49491254

    La sanction paraît quand même très sévère…

    • Patricia 30 août 2019 at 13:06

      J’ai lu que la sanction était sévère parce qu’il ne s’était pas contenté de donner des interviews non autorisées, mais que dans le contenu il avait largement failli à l’impartialité, donnant son avis sur des réformes souhaitables selon lui par exemple…
      D’un autre côté, il me semble qu’il s’est lâché parce qu’il avait décidé de changer de job, il bosse pour une fédé maintenant.

  8. Rubens 31 août 2019 at 00:33

    Salut à tous,

    De retour après 6 semaines à tenter de soigner mes hémorroïdes. La victoire de Djoko à Wimbledon (bien plus que la défaite de Federer) m’a été administrée par les voies naturelles, 6 semaines plus tard c’est toujours aussi douloureux.

    Quoi de neuf depuis ? Pas grand chose. Nadal a profité des absences de Djoko et de Fed pour gagner à Montréal, ensuite il s’est sagement retiré de Cincinnati car il n’avait évidemment aucune chance face à l’un ou l’autre. Il est vrai que les renoncements de l’Espagnol sont légion dans sa carrière, franchement ses efforts auront été limités. En plus il a un tableau en carton à l’US, il ne semble pas avoir grand monde sur sa route, avant Monfils en demi donc.

    Gaël devra déjà passer Shapovalov, ce qui n’est pas acquis. Et le Canadien sera mon favori. Spontanément j’ai du mal à soutenir un joueur au seul prétexte qu’il est né dans les mêmes frontières que moi, un voile de turpitudes m’empêche d’y voir une qualité. Mais surtout, Denis n’a jamais saccagé une demi-finale de Grand Chelem pour expliquer ensuite que c’était une stratégie. Et je plaide pour une relève des cadres : si c’était bien l’ogre Rafa qui se profilait en demi, je préfère voir Shapo en face, il se prendra peut-être une branlée mais il ne balancera pas le match.

    Quant à Fed, il vient de faire une mise au point sur la programmation, qui lui serait prétendument favorable. Quand il joue en fin de journée il est avantagé car il fait plus frais, mais là il a joué en début de journée et il a été avantagé aussi, car Evans-Pouille a été reporté au lendemain et l’Anglais n’avait pas suffisamment récupéré. Je pose la question à la place de Roger : à quel moment doit-il jouer pour qu’ils arrêtent enfin de raconter n’importe quoi sur ses prétendus caprices de star ? Pour résoudre le problème, je fais une proposition : que les deux futurs adversaires N+1 jouent leur match N en même temps. En deuxième semaine ça se complique, mais en première semaine au moins ça ne devrait pas poser de difficulté.

    Roger en a également remis une couche sur la lenteur. Cette fois tu as presque raison Paulo, il n’a pas dit « c’est encore plus lent que la terre battue », il a dit « ça me fait penser à de la terre battue ». Ce qui reste une belle connerie, mais en effet cette fois il a bien dit cela. Il paraît qu’aujourd’hui (contre Evans) les conditions étaient « plus rapides » selon le maestro. Il faudra qu’il m’explique comment un terrain en dur devient plus rapide au fil d’une édition. Ou peut-être les dirigeants de l’USTA ont négocié un nouveau contrat en plein tournoi avec une nouvelle marque de balles ?

    La vie est un éternel recommencement.

    Un dernier mot, sur la quasi-disparition du tennis US. Ils sont encore trois au troisième tour, Kudla (contre Djoko) et Sandgren (contre Schwartzmann) ne seront pas favoris. Reste Isner, qui semble avoir plus de chances, contre Cilic, mais quoi qu’il en soit le sympathique John a 33 ans et n’incarne plus une quelconque relève. J’ai bien aimé Tiafoe hier, c’était sympa, mais il va devoir gagner en régularité. 38ème mondial à 21 ans, il n’y a pas encore à s’affoler, mais les carrières du type Wawrinka ne sont pas non plus légion. Je regarde dans le rétro, 25 ans en arrière, quand Sampras, Agassi, Courier et Chang s’entretuaient en fin de parcours à l’US…

    • Paulo 31 août 2019 at 12:45

      Sur les conditions qui évoluent en cours de tournoi, il peut y avoir l’humidité (qui fait que les balles avancent plus ou moins vite) et la température.
      De plus j’ai entendu (et ce n’est pas la première fois) je ne sais plus qui (Federer ?) dire que la surface pouvait devenir plus rapide à mesure que le tournoi avance (question d’usure du revêtement, lequel est refait juste avant le tournoi). Cela dit ce n’est pas ce facteur qui a changé en seulement deux jours, dans le cas du Federer-Evans…

      De toute façon, je trouve cet US Open lent, y’a qu’à voir le nombre de longs échanges qu’on voit, par exemple sur le Wawrinka-Lorenzi ou le Nishikori-de Minaur, ou encore le Goffin-Carreno Busta.
      Dans ces condition c’est un quasi-miracle que Townsend l’ait emporté sur Halep (avec plus de 100 montées au filet), même si de ce que j’ai vu Halep n’était pas au top.
      Si tu veux voir du tennis champagne, ne loupe pas le prochain match de la jeune Américaine (à 17h00 ce soir)…

      • Rubens 31 août 2019 at 16:32

        Salut Paulo,

        Pour la surface qui devient plus rapide au fil du tournoi, je n’y crois pas. Ca dépend à quel moment on se situe après la pose du béton, et ça dépend aussi de la qualité du béton (le décoturf à l’US, le plexicushion à Melbourne). Dans les tout premiers jours en effet le ciment pas encore solidifié a tendance à devenir plus rapide, avant de se stabiliser. Mais si on était dans cette période à l’US, ça signifierait que les qualifs se sont jouées sur un béton qui n’était même pas sec ! Une fois stabilisé, le béton va vivre sa vie, il va effectivement se polir et s’user au fil des années, et devenir plus rapide. Mais là on parle en années, pas sur une quinzaine. A moins que l’organisation de l’US soit constituée de charlots notoires, ils ont posé le béton aux alentours du 15 août, en 3-4 jours il était stabilisé, et le tournoi pouvait commencer dans des conditions qui ne seraient pas variables durant la quinzaine.

        Là où je te rejoins, c’est sur les conditions atmosphériques. Et là, oui, elles sont bel et bien variables d’un jour à l’autre. Mais alors pourquoi Roger invoque t-il la surface ou les balles ?

        Le problème avec Federer (et Nadal et Djoko), c’est qu’il nous a tellement habitués à gagner partout, tout le temps et quelles soient les conditions de jeu, que tout le monde s’attend à ce que son niveau de jeu soit le même d’un bout à l’autre d’un Grand Chelem. Ce qui n’a jamais été le cas. Roger est comme tout le monde, il a besoin de temps d’ajustement à une nouvelle surface (les terrains sont rarement les mêmes d’un tournoi à l’autre), et aussi à de nouvelles conditions atmosphériques. Et comme en plus pendant très longtemps il allait très loin dans pratiquement tous les tournois qu’il disputait, il avait d’autant moins de temps pour se régler en vue du tournoi suivant.

        Cette réalité, Roger l’a affrontée pendant très longtemps, sans jamais s’en plaindre. J’imagine que l’âge venant, son niveau de jeu peut devenir plus variable en fonction des conditions atmosphériques. L’année dernière à l’US, il semble qu’une splendide soirée d’été indien, suffocante à souhait, ait eu raison de sa résistance physique contre Millman. D’aucuns, quelques mois plus tard, se sont demandés si la fraîcheur de la soirée n’était pas à l’origine de sa défaite contre Tsitsi à Melbourne. Mais là ce n’est pas Roger qui l’a évoqué, ce sont les journalistes. Il faudrait savoir…

        Quoi qu’il en soit, je crois Roger suffisamment expérimenté pour savoir que les conditions de jeu sont ce qu’elles sont, qu’en extérieur elles sont par définition variables et qu’il faut faire avec de toute façon. Et donc il est hors sujet en invoquant la surface ou les balles, qui n’avaient absolument pas changé entre son deuxième et son troisième tour. Il est tout simplement en train de se régler et ça ne se fait pas en un claquement de doigts.

        • Paulo 1 septembre 2019 at 18:25

          Quand je parlais de revêtement, je ne parlais pas de béton, mais plutôt de peinture, cf http://www.slate.fr/story/82393/tennis-surfaces : « Une plaque en béton est coulée et tapissée d’une matière élastique plus ou moins épaisse composée souvent de résidus de pneus ou de balles usagées, avant d’être recouverte d’une ou plusieurs couches d’une peinture acrylique à base de sable. Tout dépend ensuite de la quantité de sable contenue dans la peinture. Plus il y en a, plus la surface est ralentie —ce qui est le cas du Plexicushion par rapport au Decoturf. »
          encore qu’à l’US Open, il s’agit plus précisément de https://fr.wikipedia.org/wiki/Decoturf donc « un mélange d’acrylique, de caoutchouc, de silice, et autres ».

          Je ne sais pas où on peut avoir le détail de ce qu’ils refont régulièrement (tous les ans ?) ou pas… donc je répète ce que j’ai lu ou entendu. Pour Roger se plaignant de la lenteur cette année, et espérant une accélération en cour sde tournoi, c’est là : https://www.eurosport.fr/tennis/us-open/2019/federer-n-aime-pas-la-surface-ca-me-fait-penser-a-la-terre-battue_sto7431078/story.shtml

      • Rubens 31 août 2019 at 16:52

        Par ailleurs Paulo, je voudrais revenir sur un point qui me réjouit, et qui devrait te réjouir aussi. Townsend, eh ouais… elle a battu Halep en se ruant au filet.

        J’ai un autre petit indice, c’est Pouille, désespéré en conférence de presse après sa défaite contre Evans. Sans se chercher d’excuse (respect à lui, ne serait-ce que pour l’avoir dit), il a évoqué le jeu d’Evans, fait de revers à une main slicés et de montées au filet, ce jeu a semblé le gêner plus qu’autre chose. Et le match d’hier soir de Lopez face à Medvedev est encore un autre indice, il ne l’a pas battu mais il l’a sérieusement ébranlé.

        Dans un futur plus ou moins proche, je ne vois pas pourquoi un génie qui maîtrise le service-volée ne pourrait pas viser le sommet. Vu qu’en face il n’y a plus que des cogneurs qui ne savent affronter que des cogneurs (faute de quoi ils sont incapables de se régler), ça me semble possible. Évidemment je parle d’un génie, ce que ne sont ni Evans ni Lopez, ni Townsend d’ailleurs. Ce sont de très bons joueurs mais pas des génies. Et en particulier, un génie devra aussi savoir faire autre chose que le service-volée. Mais j’y vois un espoir !

        • Nathan 1 septembre 2019 at 16:10

          Mais de quel « génie » parles-tu donc ? De génie, je n’en vois qu’un : celui qui, malgré une douleur épouvantable à l’épaule le privant de service et de revers, inflige métroniquement 3 sets à chacun de ses adversaires.

          Et puis qu’est-ce que le génie ? Si ce n’est une sale habitude alors que, comme disait un ancien Phénix de ce site (tu sais l’oiseau qui renaît de ses cendres), ce qui compte au tennis, c’est « l’intelligence », même si en l’occurrence elle s’avère passablement soporifique.

          Tes propos sur la vitesse/lenteur sont frappées au coin du bon sens. Quelle légitimité peut donc avoir un joueur ayant plus de vingt ans de pratique du tennis au plus haut niveau et tout autant de grands chelems sur ce sujet ? Elever la sensation au rang d’analyse, quel toupet ! Alors que nous, bien assis sur notre canapé, après avoir parfaitement assimilé la substantifique moëlle de tous les Tennis Magazines depuis l’origine, élevant la rationalité, l’objectivité, le réel au rang d’idéal, nous sommes en droit de corriger le malhonnête prétentieux qui chercherait, on le voit bien, à imputer ses calamiteux débuts de match à la lourdeur des balles ou à la surface. A-t-on déjà vu Nadal ou Djokovic, adeptes des surfaces rapides, se plaindre de cette façon ? Non, bien sûr. Il était temps de révéler l’imposture par une analyse scientifique et approfondie des matériaux, notamment du béton new-yorkais, comme tu l’as fait magnifiquement.

          Moi, cet US me convient bien. Rublev, pour l’instant, joue son tennis pétaradant. Cela suffit à mon plaisir. J’aime les feux d’artifice, fussent-ils précaires ou peut-être justement parce qu’ils sont porteurs par essence de cette précarité. Certains diront que ce tennis est un peu sot. Mais j’aime la bêtise au tennis (et ailleurs parfois) parce que, comme disait Baudelaire, « la bêtise est souvent l’ornement de la beauté ».

          Quant à tes hémorroïdes, pas d’inquiétude : une 21ème victoire de ton idole Federer à NY devrait faire rentrer les choses dans l’ordre. On appelle cela soigner le mal par le mal.

          • Rubens 1 septembre 2019 at 17:54

            Moi aussi Nathan cet US Open me convient bien. Pour la 21ème de Roger j’en rêve, mais il n’est pas si simple de revenir à l’alignement de planètes du dernier Wimbledon, et j’y crois, disons, modérément. Et en cas de nouvelle joute du maestro avec Djoko, Roger ne sera pas favori.

            Tu noteras au passage que je ne dis pas qu’il n’a aucune chance. Je n’aurais même pas dit ça à propos d’Evans en amont de leur troisième tour. Et je n’aurais sûrement pas dit ça de Nadal forfait à Cincinnati.

            En dépit d’une carrière de quelques années en seconde série, il est vrai que beaucoup de mes connaissances tennistiques viennent de mes lectures, Tennis Mag oui, mais aussi l’Equipe, entre autres. Et j’en ai notamment un souvenir, assez vague, celui d’un joueur qui venait de se prendre une branlée au premier tour, et qui avait expliqué qu’il avait trouvé le terrain très lent. Ce devait être en 2005, 2006 ? Toujours est-il que son adversaire, un certain n°1 mondial appelé Roger Federer, s’était vu poser la question en conférence de presse sur la lenteur de la surface. Et il avait répondu que presque tous les joueurs avaient cette sensation quand ils débarquent à New York, et que cette sensation disparaît au bout de quelques jours. Et il avait rajouté, en guise de (légère) pique envers son adversaire battu, que les conditions sont ce qu’elles sont, que les joueurs n’en sont pas maîtres et qu’ils doivent s’y adapter.

            Voila pourquoi le Roger d’aujourd’hui aiguise ma causticité. Si l’on ajoute ses remarques (sur la surface je crois) du dernier Masters, je commence quand même à le soupçonner d’être un peu râleur sur le sujet. Ce qui ne m’empêche pas de continuer à admirer ce dont il est capable raquette en main.

            Le problème de Roger, c’est que le moindre de ses propos est pris comme un oracle par la majorité de la planète tennis. Ivanisevic et Safin ont marqué leur époque, entre autres pour leurs propos souvent décalés et parfois farfelus en conférence de presse, qui alimentaient leur réputation et leur charme. L’époque présente refuse, catégoriquement, les mêmes libertés à Roger.

            Pour ma part, ce que je retiens de cette histoire, c’est qu’en tant que n°3 mondial à 38 ans, ses sensations sont plus longues à revenir quand il aborde un tournoi. En tant que GOAT (à ce jour) des joueurs de plus de 35 ans, c’est toujours intéressant à savoir, notamment pour ses successeurs (Rafa et Djoko en tête) qui arriveraient au même âge en produisant un même niveau de jeu.

            Et pour le coup Nathan, tu tombes mal concernant les surfaces du tennis. Mon frère bosse dans une société qui installe (ou qui refait) des terrains de tennis un peu partout en France. Il m’a expliqué qu’au boulot ils ont un tableau d’école où ils listent les couillonnades des joueurs et des joueuses du circuit principal concernant les surfaces. Et ils sont bien embêtés que Roger figure à leur tableau depuis mardi dernier.

            • Anne 2 septembre 2019 at 11:10

              on a vu meilleur alignement de planètes dans un Grand Chelem que d’avoir à jouer toutes les meilleurs têtes de série que le tirage au sort a mis sur sa route et notamment Nadal puis Djokovic… pour moi, un alignement de planètes, c’est quand on arrive à taper un Grand Chelem en n’affrontant aucun top 25 ou en arrivant en finale en ayant eu trois adversaires qui ont soit déclaré forfait juste avant le match ou abandonné en cours de match

    • Anne 2 septembre 2019 at 11:05

      La surface est plus rapide en plein soleil en journée et moins le soir. Quand le toit est fermé, il y a énormément d’humidité, ce qui ralentit considérablement les conditions

  9. Paulo 31 août 2019 at 12:58

    Medvedev l’a donc fait : il dépasse son meilleur résultat à l’US Open en ralliant les 1/8èmes. A priori il devrait battre le qualifié Koepfer et rejoindre les 1/4, contre Djoko si ce dernier se défait de Wawrinka.
    Medvedev qui est sorti sous les huées du public et qui en a rajouté dans la provoc’ pendant son interview de fin de match… ça promet pour la suite.

    Une chose est sûre : le Djoker va devoir être solide pour éliminer Stan puis Medvedev, puis sans doute Fed puis sans doute Nadal…

  10. ConnorsFan 1 septembre 2019 at 04:40

    Match incroyable entre Monfils et Shapovalov. Le niveau de Shapovalov est excellent, même au filet (tellement mieux qu’à Montréal). Il a servi pour le 2ième set mais Monfils a fini par le gagner au bris d’égalité. Rendu au 4ième set, Shapovalov semblait vidé mentalement, amorphe, et Monfils menait 4-1 avec deux bris de service d’avance. En fin de set, Shapovalov a retrouvé ses moyens et a enchaîné les coups spectaculaires pour finalement arracher le set. C’est maintenant 3-1 pour Monfils dans la 5ième manche.

    L’autre match, entre Rublev et Kyrgios, doit être très bon aussi. On avait tout à l’heure les deux matches à l’écran en même temps, les deux en bris d’égalité. Rublev a gagné les deux premières manches 7-6, et il mène 4-2 dans la troisième.

    • Rubens 1 septembre 2019 at 05:43

      Vu les 4ème et 5ème sets. Très beau match. Shapo a un beau jeu de gaucher, offensif et créatif. Il était légèrement dominé, parce que Monfils était plus puissant. Il lui manque un chouia de muscles pour rivaliser. Dans l’attitude, il est trop nerveux aussi. On sent en permanence le volcan sur le point d’entrer en éruption. Pour le reste, Gaël a fait du Monfils, plutôt concentré ce soir, quelle puissance physique une fois de plus. Mention spéciale à la double faute sur la balle de 2 sets partout. Un kador qu’il parviendrait à vraiment menacer pourra toujours compter sur le talent de Gaël pour se saborder tout seul au pire moment.

      Pour Nadal, la route vers la finale me semble ouverte. Grande ouverte.

    • Colin 1 septembre 2019 at 16:34

      Quatorze minutes et 40 secondes de highlights sur Eurosport. Ça doit être une sorte de record :
      https://video.eurosport.fr/tennis/us-open/2019/monfils-shapovalov-les-temps-forts-d-un-enorme-match_vid1235728/video.shtml

    • Paulo 1 septembre 2019 at 17:36

      Je me suis tapé le replay de ce Monfils-Shapo sur Europport. Il y a des fois où je maudis les commentateurs français (Simon jesaisplusquoi et Pioline, que pourtant d’habitude j’aime bien) à cause de ce parti-pris systématique pour les joueurs français, fussent-ils horribles à voir jouer, voire parfois dans leur attitude.
      Je ne dis pas que Monfils est horrible à voir jouer : il est capable à ce niveau du meilleur comme du pire ; mais ce qui m’agace souverainement chez lui, hormis cette façon qu’il a parfois de se contenter de remettre, remettre encore et encore, c’est son instabilité « mentale », cette faculté de se transcender sur certains matches pour faire pschiiitttt sur d’autres matches, notamment les plus importants, contre les meilleurs joueurs. Je vois d’ici la demie Nadal-Monfils où notre Frenchy risque fort de redevenir un petit garçon résigné et d’encaisser 3 sets secs, et ça me sort d’avance par les yeux et les oreilles.

      Bref, j’ai soutenu Shapo tout du long, en vain donc. Je l’ai trouvé bien meilleur que lors de la plus grande partie de la saison, signe que l’association avec Youzhny semble vraiment aller dans le bon sens. Je regrette évidemment le craquage, dans la tête avant tout, quand il sert pour mener 2 sets à 0, à 5 jeux à 4. Son mauvais 3ème set aussi, clairement la conséquence de la perte du 2ème set : ça, c’est un axe de progression : ne pas se laisser submerger par la déception et la frustration, et littéralement donner un set à son adversaire. Bon, même s’il avait été plus constant il n’est pas dit qu’il remportait ce match, parce que Monfils est en mode warrior sur ce début d’US Open, et qu’un Monfils en mode warrior est très difficile à battre, en tout cas par tout ce qui n’est pas Big Three.

      PS : Shapo n’est pas si mauvais que ça au filet : 74% de réussite sur 65 montées. Ce n’est sans doute pas le meilleur volleyeur, mais pas le plus mauvais non plus.

  11. ConnorsFan 1 septembre 2019 at 05:29

    Chez les dames, j’espère que notre Bianca Andreescu ira jusqu’au bout. Cette fille a un arsenal très varié et n’hésite pas à utiliser toutes ses armes. Je n’ai jamais été très « patriotique » dans mes préférences, surtout durant les années de Raonic et Bouchard, mais la nouvelle vague de joueurs canadiens donne envie de les soutenir. Je suis même tenté de croire qu’Andreescu est la meilleure joueuse au monde en ce moment (elle a une fiche de 7-0 contre les joueuses du top 10 cette année). Dommage qu’elle affronte Taylor Townsend au prochain tour, car j’aime aussi cette joueuse aux gestes très fluides et au jeu de volée rafraîchissant.

    • Paulo 1 septembre 2019 at 17:44

      Taylor Townsend, parlons-en : j’ai vu son match contre la 2ème Roumaine qui prétendait lui barrer la route, Cirstea, et malgré un début de match laborieux elle remporte le match, assez facilement en fait. Ç doit rendre fous (et folles, en l’occurrence) les joueurs/joueuses en face de se payer ce type de jeu « atypique » (qu’ils disent, mais qui était la norme il y a encore 20 ans à Flushing, faut-il le rappeler), ces joueurs et donc joueuse en l’espèce qui se rue au filet, coupe les trajectoires, volleye superbement avec un vrai don à ce niveau.
      En tout cas moi j’en redemande, de ce type de jeu !
      Dommage que Townsend soit si mal classée : du coup, elle joue bien à l’US parce que c’est chez elle, mais on risque de ne plus la voir du reste de la saison.
      PS : comme pour Bartoli à l’époque où elle jouait, il me semble que Townsend gagnerait à perdre quelques kilos (même si elle a manifestement une forte constitution naturelle, avec des épaules quasiment aussi larges que celles de Teddy Riner).

      • Perse 1 septembre 2019 at 18:26

        A propos de Townsend, le poid est un problème récurrent qui est malheureusement naturel semble-t-il et elle a déjà subi énormément de « fat-shaming », c’est une ectomorphe pathologique en quelque sorte. Et manifestement, elle n’en tire pas avantage comme une Serena.

  12. Patricia 1 septembre 2019 at 10:50

    Je jetais un oeil à la Race, Djokofedal sont qualifiés bien sûr, on a ensuite 3 joueurs des plus légitimes qui devraient s’y pointer : Thiem, Medvedev et Tsitsipas. Puis il y a BA, légitime en régularité, mais un peu figurant. Et puis il y a la dernière place, actuellement occupée par Nishikori, que je n’aimerais pas y voir s’il ne fait pas une grosse perf, genre un M1000 sur la fin de saison. Sont en lice plein de joueurs encore en course à l’USO : Goffin, qui mériterait largement s’il bat Fed et va en demi ; Zverev, qui joue mal (enfin très en dents de scie et friable) mais avec son tableau abordable, a des bonnes chances de pointer en quarts ou personne ne lui en voudra de perdre contre Nadal. Sauf s’il y va et fait un très bon match, pas suffisant pour que je soutienne sa candidature à moins d’un bon titre en fin de saison ; Monfils qui a de nouveau de la chance au tirage, mérite tout de même avec un beau match contre Shapo, mais risque de sauter contre Andujar parce que des fois, Andujar joue incroyable et qu’est ce qu’il fait là ? Evidemment, s’il fait demi, Monfils mérite sauf s’il refait son cirque usopenien façon match contre Djoko ; Schwartzman et Berrettini sont juste derrière, un peu loin aux points, mais candidats à la demi abordable (je pense et j’espère que Rublev va gagner, même si l’Italien me plait parce qu’il ferait mieux contre Nadal je crois ; Diego est sympa mais ce serait un figurant façon BA). Et voilà, intercalé derrière Goffin il y a Fog, que j’adore mais qui est blessée et serait non opérationnel s’il ne perfe pas en fin de saison.

    En résumé, les places de BA et Nishi seraient à mon sens mieux occupées par Goffin et Monfils s’ils font demi, ou Zverev et Fog sous condition peu probable d’une grosse fin de saison. Goffin, Monfils et Fog peuvent de toutes façons se blesser 12 fois d’ici là, auquel cas la régularité de BA, avant tout, serait plus méritante.

    • Paulo 1 septembre 2019 at 18:10

      J’ai pas regardé le détail, mais à ce stade, « mériteraient » à mon sens de se qualifier pour le Masters, parmi ceux que tu cites, les joueurs qui ont un bon bilan face au top 10 : histoire de ne pas être ridicules une fois à Londres…

      • Patricia 1 septembre 2019 at 19:18

        En théorie c’est un bon critère, en pratique, c’est pas forcément hyper clair si on considère le bilan sur la saison parce qu’il n’y a pas tant de matchs que ça (et si on prend le bilan en carrière c’est trompeur… ou on envoie Tsonga aux Masters !)
        J’ai regardé à l’instant t pour les joueurs considérés (et pour ceux en lice à l’USO, y a que Goffin qui en croiserait un en allant en demi)…
        Faudrait envoyer BA et Berrettini !
        BA a 4 victoires et 4 défaites. Dans les victoires, y a 2 fois Djoko, ce qui est très crédible, plus Khacha et Cilic, bcp moins glorieux cette année.
        Berrettini a 3 victoires et une défaite, mais 2 fois Khacha et une fois Zverev….
        Viennent ensuite Schwarzman et Fog à 2 victoires, Nishi et Thiem pour Diego, Nadal et Zverev pour Fog.
        Goffin et Monfils ont une victoire, 1/6 pour David (Zverev…) et 1/3 pour Monfils (Cilic…)
        Bons derniers, Zverev et Nishi à 0/3. Mais Nishi c’est Fed, Nadal, Djoko avec un abandon…
        Au final je trouve pas ça hyper significatif, car des tops 10 battus sont en complète perte de vitesse et perdre contre le B3 n’est pas non plus rédhibitoire.

        • Paulo 1 septembre 2019 at 19:28

          Tu as raison, sur une seule saison ce n’est pas forcément significatif.

          Sinon, disons le classement de Colin : les joueurs qui perfent sur les événements qui comptent… comme par hasard, ce sont les mêmes huit qu’à la race officielle.
          Pourtant, moi aussi je trouve Nishi très juste cette année : il se fait régulièrement sortir par moins bien classé que lui, et contre les gros il ne vaut plus rien.
          Cela dit, ça doit + ou – être comme ça tous les ans…

  13. Paulo 1 septembre 2019 at 18:03

    Sinon, très content de la qualif de Rublev, décidément intenable. Mettre 3 sets à 0 à Kyrgios, ça pose un joueur. D’autant que Kyrgios devait avoir (normalement, mais y a-t-il quelque chose de normal chez lui ?) dans u coin de sa tête la demie contre Nadal, vu le tableau dégagé d’ici là.
    Sans avoir vu le match certes je pense qu’en fait cela montre aussi que Kyrgios n’est pas forcément le crack que certains voient en lui : il perd souvent contre des bons joueurs, des gars classés entre 5 et 20-25 (et Rublev joue largement top 15 en ce moment).

    Sinon :
    J’ai vu jouer un peu Zverev, il y a du mieux ; il a battu un excellent Bedene, sans se désunir, alors qu’il aurait eu de quoi par moments, tant le Slovène jouait bien.
    Cilic, il y a du mieux aussi ; mais contre Nadal, ça ne suffira très probablement pas. Nadal en 3 sets.
    Schwartzy très solide, encore un 1/8 en GC… un bon test pour Zverev.
    En haut du tableau, normalement Federer devrait se défaire de Goffin, s’il joue à son niveau – puis du vainqueur de Dimitrov-de Minaur.
    Djoko quant à lui n’est (je l’espère) pas sorti de l’auberge, avec Waw en 1/8 puis Medvedev en 1/4.
    la question à ce stade est donc : qui pour battre Nadal en finale ? Wawrinka, je pense qu’il est encore trop court pour aller au bout ; Medvedev, il s’est fait laminer par Nadal à Montréal… Fed ? La surface est quand même lente – ou alors, les raquettes sont outrageusement trop favorables aux contreurs. Ne reste que Djoko, mais s’il franchit tous les obstacles d’ici la finale, lui restera-t-il du carburant ?

    • Perse 1 septembre 2019 at 18:32

      Pour Kyrgios, je trouve qu’outre son déplacement qui est souvent suspect, son coup droit paradoxalement est trop souvent trop bombé sans être lourd. Son geste n’est pas efficace, il est très souvent trop mal placé pour vraiment faire quelque chose du fond et son génie régulièrement étincelant ne remplace pas une régularité et un volume de jeu important.

      Bien que le tennis se joue sur des points importants, Tennis Abstract montre tout de même que la loi des grands nombres s’applique: ainsi les joueurs à plus de 10 GC gagnent 53% des points, le Big 4 gagne 54% et Kyrgios que 51% surtout à cause de l’indigence de son jeu de retour où il est le pire joueur après Karlovic et Isner.

      • Bapt 1 septembre 2019 at 19:26

        Oups… je finis : on a l’impression que pour lui c’est indigne de lui de faire un vrai effort pour se positionner. Tout comme tout donner sur un retour.

    • Bapt 1 septembre 2019 at 19:25

      Effectivement Kyrgios est très souvent « dilettantesque » dans son positionnement. On

  14. Patricia 1 septembre 2019 at 19:28

    En tous cas Roro est en train de piler Goffin, ça devrait rassurer les FFF marris par ses débuts de match diesel et pimenter le suspense pour le haut du tableau…

  15. Patricia 1 septembre 2019 at 19:31

    Pauvre Goffin, il a le cul tout rose, là.
    Roger peut être cruel, tout de même….

  16. Patricia 1 septembre 2019 at 19:37

    Sublime balle de match !

  17. Rubens 1 septembre 2019 at 19:38

    6/2 6/2 6/0. Vu la fin seulement, ahuri par le score. Goffin avait un problème ?

    En tout cas, je suis certain que le terrain, cette fois, était assez rapide…

    • Bapt 1 septembre 2019 at 19:39

      En tout cas David faisait beaucoup beaucoup de fautes. Ça semblait aller assez vite effectivement.

    • Patricia 1 septembre 2019 at 19:40

      Goffin vraiment pas bon, et quand Fed a de bonnes sensations et le temps il lamine vraiment le mec en face…

  18. Rubens 1 septembre 2019 at 21:15

    Et ce sera Dimitrov pour Federer en quarts. Spontanément je me dis que ce ne sera pas si simple pour le maestro, mais bon, je prenais déjà Goffin pour un test…

    • Bapt 1 septembre 2019 at 21:38

      Dimitrov n’a jamais battu Federer en 7 rencontres. Il lui pris deux sets en tout. Difficile de craindre Dimitrov qui fait manifestement un énorme complexe contre le Big Three (même s’il a réussi à battre une fois Djoko et Nadal). Franchement je n’ai pas trop d’inquiétude.
      Il est possible qu’il joue un peu mieux que Goffin. Il a un jeu plus sécurisé et filera moins de points. Il faudrait éviter de perdre des forces évidemment contre Grigou mais c’est tout à fait possible.

  19. Rubens 2 septembre 2019 at 07:46

    Oh mais que voila une bonne nouvelle !

    Djoko abandonne, et en plus il s’est fait siffler à la sortie du court. La journée commence très bien.

  20. Nathan 2 septembre 2019 at 10:02

    En tennis, j’ai des préférences. Il m’arrive d’avoir des jugements injustes et partisans. Mais qu’on puisse se réjouir de l’abandon sur blessure de n°1 mondial est assez désolant. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’intérêt du tennis, pour le site et pour cette notion peut-être surannée qu’on appelle l’esprit de compétition.

    • Remy 2 septembre 2019 at 10:44

      En effet, Djokovic aurait pu jouer les quelques jeux qui restaient dans ce match.

    • Anne 2 septembre 2019 at 11:21

      Au minimum, il lui restait 4 jeux… pour une blessure qu’il dit avoir depuis deux semaines et qui ne l’a empêché de s’aligner ni à Cincinnati, ni à New York malgré la perspective des 5 sets, je ne suis pas sûre que quatre jeux (ou un ou deux de plus) auraient fondamentalement changé la gravité de sa blessure….

  21. Montagne 2 septembre 2019 at 10:39

    Il se fait siffler car les spectateurs pensent qu’il abandonne car sentant sa défaite inéluctable, il ne veut pas laisser dans son palmarès la ligne d’une défaite en 3 sets dans un GC.
    Je ne suis pas trop d’accord avec cette analyse, s’il souffre réellement de l’épaule, et je pense que c’est le cas, il ne veut pas finir de se la détruire en continuant à jouer.
    C’est souvent une question que l’on se pose en voyant un joueur mené 2 sets à 0 abandonner.

    • Elmar 2 septembre 2019 at 10:47

      Attendre d’être mené 2 sets à 0, break dans le 3ème pour abandonner sans être capable pour autant de rallier la fin du match avec 4 jeux restants, je trouve que c’est un manque de classe consternant.
      J’aurais très certainement fait parti des gens le huant si j’avais été dans le stade.
      Il a joué plusieurs matchs avec cette même douleur, je pense qu’il aurait parfaitement pu terminer ce match. Cet abandon, c’est une manière de préserver son ego plus que son épaule.

      • Patricia 2 septembre 2019 at 11:20

        Ca paraît assez évident, et il l’a déjà fait dans le temps. Il abandonne parce qu’il a mal et ne peut plus gagner, alors qu’il a joué ses matches précédents avec le même douleur mais pouvait gagner, donc il a joué jusqu’au bout.
        La question est toujours « est-ce qu’on risque d’aggraver la blessure en jouant jusqu’au bout » ? Elle se pose lorsque le joueur se blesse durant le match, ce qui n’est pas le cas ici. Djoko a certainement passé des examens qui lui ont indiqué qu’il ne risquait pas d’aggraver sa blessure en s’alignant contre Stan…. C’est donc une question de classe : est-ce que j’ai envie de souffrir pour offrir à mon adversaire une victoire plus prestigieuse, et au public un match complet ? On peut se raconter que ce surplus de prestige est vain, qu’on l’aurait su diminué même s’il avait fini le match… Mais c’est souffrir par altruisme et ça rend les choses plus avantageuses pour lui-même : il peut toujours se dire qu’avant le match il avait sous-estimé la douleur, qu’il était encore plus diminué qu’il pensait, que sinon, même diminué il aurait pu vaincre cet adversaire qui est un des rares à l’avoir dominé…

        La vérité est que sans doute, Djoko aurait gagné s’il n’avait pas été blessé, il avait d’excellentes sensations et Stan est moins bon qu’avant. Sauf que c’est sa malchance, il est blessé, et ça fait partie du jeu.

        • Anne 2 septembre 2019 at 11:27

          Stan est visiblement revenu à un très bon niveau. Et même en forme, Djokovic n’aurait pas rigolé d’avoir à l’affronter dès les huitièmes

        • Remy 2 septembre 2019 at 11:30

          Rien ne dit que Djoko aurait battu Stan sans blessure.
          Et visiblement, il pensait pouvoir gagner malgré sa blessure.

          Cette nuit, il se fait breaké dans le 3ème set en alignant 4 fautes directes. Il pouvait tout à fait continuer le match dans son état. Mais non, ça fait partie du bonhomme et d’une partie du pourquoi il n’est pas apprécié à la hauteur de son palmarès.

          • Patricia 2 septembre 2019 at 11:57

            Rien ne le dit, mais j’ai vu jouer les deux sur ce tournoi et je le pense. Stan reste excellent au service et dans les moments clés, mais dans le jeu c’est bof, il a eu du mal contre Lorenzi. Alors oui, il y a l’effet « je me transcende contre les gros » qui a joué contre Tsitsi à RG par exemple. Mais Stan était dominé dans ce match, un bon Djoko est meilleur que Tsitsi à l’évidence. Djoko était bon dans le jeu sur ce tournoi, malgré sa blessure il a contrôlé tranquillement les gars précédents(moins puissants que Stan qui lui a truandé l’épaule, ce que j’avais anticipé).
            Evidemment qu’il pensait avoir sa chance, sinon il ne l’aurait pas tentée !

            • Paulo 2 septembre 2019 at 12:23

              Stan a quand même été énorme pendant les deux sets et quelques qu’il a disputés contre Djoko : c’était à nouveau du grand Stan… je suis de l’avis de Rémy, il n’est pas certain du tout que le Serbe l’aurait battu sans « blessure ».

              • Anne 2 septembre 2019 at 12:39

                Et puis s’il y a bien un joueur qui débute diesel ses tournois du Grand Chelem (au point de pouvoir être battu par beaucoup de joueurs lors des premiers tours) et peut considérablement élever son niveau au fil des tours, c’est bien Stan

              • Patricia 2 septembre 2019 at 13:37

                Il n’était pas énorme contre le grand Djoko, c’est trompeur (par exemple le Fed/Goffin, Fed est très aidé par le Belge). Djoko était vraiment diminué. On parle d’un joueur qui annulait tous ses entraînements pour protéger son épaule.

                @Anne : ben les 2 fois qu’il a battu ou tenu tête à un bon Djoko en GC, Stan n’était pas diesel : à RG 15, il perd un seul set avant les demis (et met 3 sets notamment à Fed qui l’a toujours dominé) ; à l’AO 2013 il ne perd pas un set avant le match contre Djoko. Pour l’USO 2016 où Stan rame au 3è contre Evans, Djoko était en plein burnout, jouait mal, il arrive en finale avec un forfait, 2 abandons et l’ultime pantalonnade de Monfils en demi….

              • Paulo 2 septembre 2019 at 14:11

                @ Patricia : parfois (souvent même) quand tu joues moins bien, c’est que c’est justement ton adversaire qui te fait moins bien jouer… c’est valable à la fois pour Djoko et pour Goffin contre Fed, à mon avis.
                Djoko, on verra ce que donnera sa « blessure ». M’est quand même avis que vu le match qu’il a fait contre Kudla l’avant-veille, ce n’est pas si méchant que ça.

    • Paulo 2 septembre 2019 at 11:48

      Je constate pour ma part que Wawrinka a démoli l’épaule de Djokovic, comme je l’espérais il y a quelques jours, et j’en suis très heureux. Pour Stan d’abord, qui rejoue très très bien, et parce que depuis Wimbledon, je considère que la motivation de Djoko, qu’il a clairement affichée comme consistant à vouloir battre le record de GC de Roger dans un esprit de revanche vis à vis du public – dont il estime qu’il ne l’aime pas assez, lui Novak Djokovic – ; cette motivation est détestable.

      Bon, maintenant il faut absolument que l’Affreux en chef se fasse sortir avant la finale, peu importe qui soulève la coupe, même si voir un jeune l’emporter, comme Rublev ou Zverev, ou simplement Stan, qui sort quand même le numéro un mondial et tenant du titre, ou carrément celui que plus personne n’attend, Dimitrov, me plairait assez. Sans oublier bien sûr un 21ème titre du Grand Chelem pour celui qui s’en est si incroyablement privé au profit de la sangsue des courts en juillet dernier, histoire de remettre les pendules à l’heure suisse.

  22. Nathan 2 septembre 2019 at 12:18

    Tout ceci est fort intéressant du point de vue interprétatif.

    Mais le propos de départ était : pouvons-nous réjouir de l’abandon sur blessure du n°1 mondial ?

    Pour moi, le réponse est définitivement non.

    D’abord parce que ce n’est pas très fair play (la question de savoir si la décision de l’intéressé d’abandonner est elle-même fair play en est une toute autre).

    Mais surtout parce que j’adore les Fedal quand les deux adversaires sont en possession de leurs moyens.

    • Nathan 2 septembre 2019 at 12:21

      Mais je me console car il reste Rafa qui me semble bien, voire très très bien.

    • Colin 2 septembre 2019 at 12:23

      La « question de départ » n’aurait-elle pas plutôt dû être « pouvons-nous nous réjouir de la défaite du n°1 mondial » ?
      En effet, si, au lieu d’abandonner à 4 jeux de la fin du match, Djoko avait continué jusqu’au bout comme il aurait sans doute pu le faire, quitte à se prendre 6/1 au troisième, on parlerait alors ce matin de « défaite », et pas d’ « abandon sur blessure ».

      • Nathan 2 septembre 2019 at 12:31

        Non, je ne pense pas car…

        1/ car je ne doute pas de cette blessure

        2/parce qu’une défaite par abandon reste une défaite, la composante physique n’étant qu’un élément comme un autre de la panoplie du grand champion.

        3/ enfin parce qu’on aurait parlé de sa blessure tout autant.

        • Anne 2 septembre 2019 at 12:40

          l’astérisque n’est jamais le même quand il y a abandon. Sauf bien sûr si Djokovic s’était pris un 6/1 6/1 6/0 en une heure

    • Colin 2 septembre 2019 at 12:24

      Et à part ça, je ne vois pas de lien entre l’abandon de Djokovic et le fait que Federer soit ou non en possession de ses moyens.

    • Nathan 2 septembre 2019 at 12:25

      Fedal, lapsus révélateur, je voulais dire les Fedovic, of course.

    • Anne 2 septembre 2019 at 12:37

      Se réjouir, définitivement non. Ne pas trouver très fair play d’abandonner comme Djokovic cette nuit, oui

      • Nathan 2 septembre 2019 at 12:43

        Exactement. Même si, personnellement, le fait d’abandonner ne me choque pas. De toute façon, un abandon est une défaite. Point barre. Le reste c’est de l’enfilage de mouches.

  23. Laslo 2 septembre 2019 at 13:20

    J’ai pu voir la majeure partie du match, et je ne partageais pas vraiment l’avis des commentateurs qui qualifiaient les deux premiers sets de « formidables ». Il me semble que Djokovic se fait notamment breaker en fin de deuxième manche en faisant deux doubles, il a fait quelques erreurs assez grossières tout du long et sa fin de match était carrément catastrophique. Je ne sais pas s’il aurait pu continuer sans risques, mais il ne semblait plus capable de produire un tennis divertissant…
    Quant à Wawrinka, il a par moments retrouvé cette capacité qu’il a eue dans ses matchs précédents à servir bien mieux lorsqu’il était en danger, mais en début de second set il ne sert plus une première et se fait breaker en jouant beaucoup moins bien.

    Il y a bien-sûr eu quelques échanges impressionnants, mais je ne pense pas que Wawrinka soit de retour au niveau qu’il avait entre 2014 et 2016. Peut-être cette victoire peut-elle lui apporter la confiance nécessaire pour y arriver ?

    • Patricia 2 septembre 2019 at 13:57

      D’accord avec toi, je l’ai trouvé motivé et au niveau mental du thriller contre Tsitsi pour sauver les BB (il était déjà excellent au service contre Lorenzi), mais il est mauvais au filet, il fait un pauvre winner en revers sur tout le match et 2 en CD, il profite des nombreuses fautes directes de Djoko (35 pour 15 winners)…
      Si on compare aux stats de Fed contre Goffin (qui était très mauvais), elles sont bien meilleures : 35 winners pour 17 UE, 19/23 à la volée, contre 17 W 19 UE pour Stan, 5/11 à la volée. Pourtant le match de Fed est allé vite !

    • Anne 2 septembre 2019 at 14:28

      Djokovic a-t-il vraiment besoin d’être blessé pour ne plus être capable de produire un tennis divertissant ? ^^

  24. Patricia 2 septembre 2019 at 14:04

    Tiens, elles ont bien bougé les cotes pour le vainqueur depuis hier : chez Betclic Nadal est à 2, Fed 3, Stan 10, Medvedev 12 (dans la partie basse, Rublev, Zverev et Monfils à 25 ^^) !

    • Laslo 2 septembre 2019 at 14:11

      Il est logique de voir Nadal avec une cote plus basse que celle de Federer au vu du tableau, mais en cas de finale entre les deux hommes, qui placeriez-vous en favori ?
      Au vu de leurs dernières confrontations sur surface rapide, j’aurais tout de même tendance à dire Federer.

    • Paulo 2 septembre 2019 at 14:18

      Logique que la cote de Fed baisse, il n’a plus à se coltiner Djoko puis Nadal pour gagner le tournoi. Surtout que s’il enchaîne Dimitrov, son souffre-douleur, puis Wawrinka, qui n’y arrive pas contre lui hors terre battue, papy Roger a un pied et demi en finale.
      En bas du tableau j’espère un réveil de Zverev-le-jeune, histoire de débarrasser le tableau de l’ogre de Majorque. Monfils, je n’y crois pas un centième de seconde ; Rublev, j’aimerais bien, mais je le crois encore trop tendre…
      Certains diront qu’un Fedal en finale de l’US Open, et la boucle sera bouclée entre ces deux-là, puisqu’ils se seront affrontés dans les 4 Grands Chelems ; surtout si le maestro réitère ses matches de Melbourne 2017 et de Wimbly 2019 !

  25. Sebastien 2 septembre 2019 at 20:56

    Quelle journée ! Djokovic qui quitte le tournoi sans le gagner, c’est une petite bouffée d’air.
    Comme beaucoup, je pense que sa douleur à l’épaule est bénigne, et qu’il va vouloir finir fort pour défendre sa 1ère place mondiale, symboliquement hyper importante pour dépasser Roger.
    Roger justement qui joue à un niveau juste phénoménal avec un ratio winners/unforced = 2
    Je serais très étonné qu’il soit stoppé avant la finale, et je le place favori contre n’importe qui.
    Roger qui considère la surface très lente, Rafa qui la considère très rapide. Rafa justement que je ne trouve pas très bon, il a beaucoup de mal à contrôler la balle et fait quasiment autant de fautes directes que de winners. Cilic peut l’embêter et même plus…
    Dans le cas où Nadal et Roger se rencontreraient, Nadal n’a plus la défense monstrueuse d’avant qui permettait de battre Roger partout et il joue maintenant en rythme contre Roger, ce qui me paraît suicidaire.
    Bref, je vois assez bien le 21ème se profiler et les B3 lutter pour la place de N°1 en fin d’année.

  26. Rubens 2 septembre 2019 at 22:29

    @ Nathan,

    Désolé de m’être exprimé un peu rapidement ce matin, je t’ai induit en erreur en mentionnant l’abandon de Djoko sur blessure. Je pourrais m’en sortir en rappelant que souhaiter la victoire de l’un revient implicitement à souhaiter la défaite de l’autre, et qu’en l’espèce j’aime beaucoup Stan et sa victoire me réjouit. Mais tout cela serait un peu facile. En réalité, mon cas est beaucoup plus grave que ce que tu imagines : non, je ne souhaite pas la défaite du n°1 mondial, encore moins sur abandon. Je souhaite la défaite du joueur Novak Djokovic, partout, toujours et en toutes circonstances.

    Comme je te l’expliquais, je suis ancien joueur. Ma philosophie du combat sur le terrain, elle me vient de mes parents, et de mon entraineur historique. Je me défonce sur le terrain, jusqu’à la dernière balle. C’est le respect que je me dois à moi-même (si je ne le fais pas, à quoi bon rentrer sur le terrain), mais c’est aussi le respect que je dois à l’adversaire, car ça renforce la crédibilité de sa victoire s’il me bat. Or, je suis tombé pas mal de fois sur des types qui utilisent le langage du corps pour tenter de m’expliquer pendant le match que ce que je fais n’est pas crédible. Exemple type, le joueur à qui je fais un coup gagnant magnifique, qui me fixe quelques secondes, jusqu’à ce que je le regarde, et là il éclate de rire. Message : ton coup est chanceux, il te sera impossible de le refaire. Ces types, que l’on retrouve à tous les niveaux du tennis, ils ont quelquefois réussi à me perturber, et ils ont toujours suscité mon mépris inconditionnel. Et je regrette la situation actuelle, récurrente depuis le début des années 2010, où un type coutumier de ce genre de langage corporel est n°1 mondial.

    Djokovic est un grand professionnel dans l’usage de toute une batterie de mimiques et de gestes, qui ne sont pas interdits par le règlement mais qui visent à perturber l’adversaire en minimisant ses mérites sur le terrain.

    Quand il se chauffe avec Roddick à l’US 2008, c’est parce que l’Américain lui reproche de simuler des blessures dès que les choses commencent à mal tourner pour lui. Message à l’adversaire : tu ne m’accroches pas parce que tu es à mon niveau, mais parce que j’ai un problème physique.

    Quand il fracasse se raquette à la fin du deuxième set contre Stan en finale de RG 2015, il vient de sauver magnifiquement une bonne dizaine de balles de break. Sur la dernière, il fait une faute. Message à l’adversaire : je te donne ce deuxième set, mais tu ne le mérites pas.

    Quand il n’attend ni une minute ni une seconde pour quitter le terrain suite à l’interruption de sa demi contre Thiem à RG 2019, là non plus ce n’est pas anodin. Message à l’adversaire et au public : on me fait jouer dans des conditions inacceptables, maintenant qu’enfin l’arbitre m’autorise à quitter le terrain je me barre illico, les choses ne tournent pas en ma faveur, la météo en est la seule cause et je ne reste pas une seconde de plus dans ces conditions.

    Evoquons les raquettes cassées à 6/2 5/0, alors qu’un moment d’inattention couplé à une ou deux fulgurances adverses occasionnent un débreak, 5/1. Message à l’adversaire : tu viens de gagner ce jeu parce que j’ai fait n’importe quoi.

    Les points rendus à l’adversaire ? Je te domine tellement que je peux même me permettre de te rendre un point. Est-ce qu’une fois, une seule fois, Novak a rendu un point dans un moment serré ? Non. Sa sportivité est à géométrie variable.

    Au fil des années, le public a de plus en plus pris Nole en grippe à cause de ce langage corporel dont je parle, qui n’est pas interdit (hormis fracasser sa raquette, mais franchement si avec ça il peut rentrer dans la tête de l’adversaire ce n’est pas cher payé). Je trouve ces comportements, pour ma part, totalement antisportifs. Et plutôt que de la mettre en veilleuse, il s’est mis, ces dernières années, à manifester au public sa désapprobation. Une petite mimique de dégoût qui n’appartient qu’à lui, il secoue la tête, il pointe son pouce pour en rajouter. Et là où un Daniil Medvedev s’excuse en 48h (ardoise effacée Daniil, mais apprends à te maîtriser à l’avenir), j’attends les excuses de Djokovic pour un seul de ses débordements. Et lorsqu’un journaliste lui a demandé un jour si tout ceci ne le gênait pas, il a répondu que c’étaient eux, les journalistes, qui amplifiaient ce genre de détails, et qu’il n’était pas le seul à exprimer sa frustration sur le terrain. Les publics des finales de l’US 2015 et de Wimbledon 2019, aussi différents soient-ils dans leurs tempéraments, étaient vent debout contre lui, avec, il est vrai, la circonstance aggravante que c’était Federer en face. Ce n’est donc pas seulement un fantasme de journaliste.

    On parle de son rôle au sein du Conseil des joueurs ? Par exemple ses deux conférences de presse consécutives lors du dernier Wimbledon, où les journalistes ont tenté de le faire parler du cas Gimelstob ? La première fois il a répondu qu’il n’avait pas lu le document annonçant la condamnation de l’Américain, la deuxième fois il a juste dit qu’il ne souhaitait pas en parler… Comme quoi, on peut être n°1 mondial expérimenté, l’un des plus grands champions de tous les temps, et tenir des propos burlesques devant la presse (cf. notre discussion plus haut sur Federer et la lenteur des surfaces).

    Je pourrais charger la barque encore longtemps. Alors OK, Nole n’est pas le seul à s’énerver sur le terrain, il n’est pas le seul à avoir ce genre de langage corporel, et il n’est pas le seul à avoir l’ambition de contrôler plus ou moins l’ATP, provoquant au passage des démissions en cascade. Mais il est le seul à cumuler un tel faisceau d’indices négatifs.

    Le public qui a sifflé Nole la nuit dernière n’avait pas forcément tout ça en tête, beaucoup n’en connaissent sans doute qu’une partie. Je n’ai pas vu ce qui s’est passé, et je reconnais qu’annoncer simplement « Blessure, abandon Djokovic, jeu set et match Wawrinka » est une information insuffisante pour le public, qui va spéculer ensuite sur la réalité du problème, en effet Nole aurait-il pu ou non poursuivre un peu plus, histoire de légitimer davantage la victoire de Stan ?

    En tout cas je suis sûr d’une chose : les spectateurs qui ont sifflé Nole à sa sortie ne l’ont pas tous fait parce qu’il venait d’abandonner. C’est l’ensemble de son œuvre qu’il convenait de couronner.

    • Sebastien 3 septembre 2019 at 01:06

      Ce post est le plus sublime que j’ai jamais lu ! J’aurais tant aimé pouvoir en être l’auteur !

    • Achtungbaby 3 septembre 2019 at 09:19

      ce qui m’agace le plus chez le serbe c’est sa façon de féliciter l’adversaire qui vient de le battre. On dirait le Parain.

    • Remy 3 septembre 2019 at 09:30

      Bouah c’est du lourd !
      Je suis tellement d’accord avec tout ça. Bravo

    • Quentin 3 septembre 2019 at 12:20

      Pas d’accord sur tout:
      Djokovic qui félicite son adversaire qui vient de mettre un beau point, il l’a toujours fait, même contre Federer et Nadal avant 2011 qd il était régulièrement dominé.

      Djokovic qui rend un point à l’adversaire c’est arrivé en finale de RG 2012 contre Nadal de mémoire, donc bien dans un moment qui compte.

      Enfin, Djokovic qui casse des raquettes quand il joue mal, je ne le vois pas comme un message à l’adversaire « Tu ne me bat que parce que je suis nul » mais plus comme une colère contre lui même « Je peux jouer mieux que ça punaise! »

      Le bris de raquette contre Stan en 2015, pour moi le message c’est plutôt « je sens que ce match va m’échapper, j’ai pourtant flinguer l’espagnol en quart je DOIS le gagner cette année, mais il joue super bien là, de mieux en mieux même, stresse pas, stresse pas, pête une raquette ça ira mieux! »

      • Bapt 3 septembre 2019 at 13:00

        Je suis d’accord sur le bris de raquette. Il y a pas mal de joueurs qui font ça (Dimitrov, mais aussi Stan aussi je crois). Ça n’a rien de très méprisant envers l’autre. C’est surtout une déception personnelle qui s’exprime contre son propre outil.

        Sinon Djoko est plutôt déplaisant mais il est sans doute moins anti-jeu qu’un Connors ou un McEnroe de la grande époque.

      • Rubens 3 septembre 2019 at 14:25

        Quentin, tu as bien le droit de ne pas voir les raquettes cassées de Djoko comme moi je les vois. On est même ici pour en parler ! Moi je les englobe dans un package que j’appelle « langage corporel ». Djoko ne casse pas sa raquette innocemment, à n’importe quel moment d’un match ou face à n’importe quel adversaire. Il y apporte une dimension quasi-théâtrale. Je te dirais qu’en lui-même le geste ne me semble pas nécessairement anti-sportif. Je ne le cautionne pas, mais c’est bien souvent un geste autodestructeur, parfois une soupape de sécurité pour repartir d’un bon pied. Mais Djoko, je n’ai déjà vu le faire, par exemple, quand il se prend un ace. Ou un coup droit gagnant (de mémoire, il l’a fait contre Monfils en Coupe Davis, finale 2010). Là je commence à m’interroger…

        Il a rendu un point à Nadal à RG 2012 ? Je ne m’en souviens pas, mais admettons. A 2/2 15/0 au premier set, ou à 5/5 au quatrième ?

      • Anne 3 septembre 2019 at 14:45

        voilà un point qui résume bien le langage corporel de Djkovic après un point extraordinaire à un moment chaud pour lui https://www.youtube.com/watch?v=OqC2fSr7uMM

  27. Paulo 2 septembre 2019 at 22:46

    Superbe victoire de Berrettini sur un Rublev désemparé par la qualité de service, le jeu de défense, les variations, la puissance de l’Italien.

    Dans l’autre 1/8ème en cours, Zverev semble encore une fois parti pour caler, mené 2 sets à 1. De ce que j’ai cru comprendre, c’est dans la tête que ça se passe, une fois de plus…

    • Nath 2 septembre 2019 at 23:00

      J’ai beaucoup apprécié les quelques jeux que j’ai pu regarder entre Berretini et Rublev, c’est vrai que l’Italien a un jeu très agréable et varié tout en étant puissant.

      Zverev est mené 4-0 dans le 4° et sans doute dernier set. En comptant celui-ci, cela lui fera 18 sets en 4 matches, forcément qu’il cale : 18 sets, c’est 6 matches en 3 sets. Il faudra voir s’il se qualifie pour le Masters, celui-là…

  28. Rubens 2 septembre 2019 at 23:20

    Et belle victoire aussi de Schwartzman sur Zverev.

  29. ConnorsFan 3 septembre 2019 at 06:39

    Andreescu est excellente mais son assurance est devenue de l’arrogance. Le succès rapide peut monter à la tête. Je lui souhaite de corriger ce défaut.

  30. Paulo 3 septembre 2019 at 10:09

    Chez Betclic, Nadal est désormais à 1.90 pour le titre.

    Roger est à 3, Stan à 10, Medvedev à 12, Monfils à 20, les 3 autres (Berrettini, Schwartzy et Grigor) à 50.

    C’est sûr que Nadal a une autoroute devant lui pour la finale.
    Mais pour Roger c’est quasiment pareil : ni Dimitrov ni Stan ne devraient lui poser de problème ; même contre Medvedev il mène par 3 victoires à 0.
    Et en finale, je crois que Roger a largement ses chances contre Nadal. Donc si j’étais Antoine, je miserais quelques euros sur le maestro…

    • Paulo 3 septembre 2019 at 10:13

      Disons que si les chances de Stan contre Roger sont infimes, il peut quand même lui prendre un set, éventuellement deux, et que ça pourrait le fatiguer en vue de la finale ; ce qui peut expliquer la cote de 3 contre un Nadal qui devrait broyer ses deux adversaires à venir.

  31. Paulo 3 septembre 2019 at 10:51

    Pour mettre de l’eau au moulin de Rubens, une déclaration-choc de Jean-René Lisnard au journal suisse Le Temps :

    « A quelques exceptions près, aucun joueur ne l’aime. Djokovic peut vous poser un lapin à l’entraînement quatre jours d’affilée. Il peut partir au beau milieu d’une séance sans vous adresser la parole, en fracassant une raquette. Avec son staff, il peut devenir odieux. J’ai assisté à des scènes surréalistes. Sa carrière mérite le plus grand respect mais tout le monde sait que Djokovic est détesté et que ce n’est pas pour rien. Il essaie de se faire aimer mais ça ne marche pas, alors il devient encore plus fou. »

    Rapporté par https://www.welovetennis.fr/atp/151475-lisnard-tout-le-monde-sait-que-djokovic-est-deteste-et-que-ce-n-est-pas-pour-rien

    L’article d’Eurosport rappelant l’altercation entre Roddick et le Serbe en 2008 est assez savoureux aussi (quel humour, ce Roddick).

  32. Renaud 3 septembre 2019 at 12:29

    C’est fou que je sois obligé de m’y coller pour défendre le Serbe mais je me sens « obligé » non pas par un quelconque respect ou amour de ce joueur mais pour la suite de faisceaux mis en avant par Rubens et qui me semble pour nombre d’entre eux tout à fait applicable à ce cher Fed et à ce non moins cher Nadal.
    Bien entendu qu’ils n’ont pas tous les 3 exactement les mêmes comportements mais in fine ils recherchent tous les 3 le même résultat.

    De toute manière le combat était perdu d’avance pour Djoko quel qu’aurait été sa nature, son comportement du moment qu’il est venu troubler le si bel ordonnancement dans l’affrontement entre un Fed élégant, gendre idéal, parfaite icône glamour du siècle débutant et un Nadal hypervitaminé, impressionnant de musculature, de hargne et limite de férocité.

    Djoko a raison, même s’il commet certainement le péché d’orgueil comme les 2 autres, de trouver qu’il n’est pas reconnu à la hauteur de son talent.
    Impossible de prétendre aujourd’hui qu’il est supérieur à Fed dans le palmarès global (mais il se rapproche de certains records qu’on pensait inattaquable) mais tout autant impossible aujourd’hui de ne pas prétendre qu’il a globalement un palmarès déjà égal si ce n’est déjà supérieur à celui de Nadal.

    Ici aussi le combat pour lui était perdu d’avance, le site est à 70-80% pro Fed et pour le reste Pro Nadal et le pauvre Djoko n’a que des pâles défenseurs !!!

    Depuis 2011 faites vos comptes, le joueur le plus dominant sur TOUS les tableaux c’est bien Djoko. Sans bavure aucune

    On aurait visiblement préféré avoir un JMDP ou un Wav ou un Murray qui gagne 1 GC de ci de là, allez 3 à la limite mais ensuite faut se coucher, éteindre les lampions et laisser briller les 2 étoiles !!!
    Djoko lui il l’a fait et objectivement dans des conditions plus dure que les 2 autres puisqu’il a du se les coltiner tous les deux durant toute sa carrière

    Après je fais ce post pour me marrer, les à côtés du tennis j’en ai rien à faire, au sens que je n’ai plus d’illusion.

    Je pense par exemple que Nadal est certainement plus dopé que Fed (rapport à son tennis et au fait qu’il est partie prenante dans de nombreux duels ressemblant plus à un concours de physique que de tennis) MAIS je ne serai pas plus surpris si c’était Fed qui était un jour pris par la patrouille…..ah oui j’oubliais pour le dopage adressez vous aux sports condamnés d’avance par la vox populi téléguidé par les mass média (cyclisme, athlétisme, haltérophilie et un peu le fond alpin) mais ne venez pas ennuyer les sports de riche (foot, golf, formule 1, tennis, boxe pro) et je parle pas du sport US

    Mais bon ceci est un autre sujet.

    • Bapt 3 septembre 2019 at 13:04

      Je n’aime pas Djoko mais il faut reconnaitre que ce qu’il a fait dans la décennie 2010 est assez ahurissant. Ses grands chelems ils les a quasiment tous gagnés contre un cador en finale excepté Anderson l’an dernier à Wimbledon (avec Nadal sur son parcours). C’est quand même assez hallucinant comme performance.

      De facto, il a dû se construire durant cette décennies pour gagner contre les autres du Big Three. Il a assurément un des plus gros mental de l’ère open. Peut-être même le plus gros.

    • Rubens 3 septembre 2019 at 14:01

      Mais Renaud, je ne parle pas ici du champion Djokovic. Comme tu le dis toi-même, son palmarès est éloquent et parle pour lui. A aucun moment (ni ici ni depuis mon arrivée sur ce forum) je n’ai cherché à minimiser son palmarès. Je parle de son comportement, et seulement de son comportement. A la rigueur, je veux bien discuter des éventuelles intimidations REELLES qui auraient été causées par con comportement, ce qui expliquerait une partie de ses victoires. Mais je n’y crois pas, Djoko est un trop bon joueur pour ne pas être capable de gagner sans perturber son adversaire. Le champion est immensément respectable, l’homme qui se cache derrière c’est autre chose.

      J’avais cru faire une frappe préventive pour me prémunir à l’avance d’un soupçon de tropisme pro-Fed ou pro-Rafa (qui ne serait d’ailleurs sans toute pas complètement infondé, même si j’essaie de m’en soigner) en rappelant qu’il n’est pas le seul à afficher ces écarts de comportements, mais qu’il est en revanche le seul à les cumuler. Mais chassez donc le naturel par la porte, il reviendra bien par la fenêtre, voila qu’arrive le dopage. Donc Renaud, le dopage de Nadal et de Federer (et de Djoko d’ailleurs), peux-tu affiner un peu, car j’avoue avoir du mal à voir la connexion avec ce que je disais ?

Laisser un commentaire

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis