La Laver Cup et moi

By  | 26 septembre 2019 | 126 Comments | Filed under: Actualité, Bord de court
DBD4E34A-71E6-45B9-B65D-C48F1B741CAEAvant d’entrer dans le vif du sujet, un petit préambule : la Laver Cup, au départ, je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre.
Exhibition pour le fun mais alors sur trois jours, n’est-ce pas lassant ?
Matchs truqués ?
Matchs joués hyper sérieusement ?
Un entre-deux qui du coup laisse sur sa faim ?…
Mais à l’annonce de l’ouverture de la vente des tickets pour Prague, je m’étais laissée tenter. Et j’avais adoré. Tant l’ambiance sur place que le niveau pratiqué et si les matchs avaient été trafiqués à l’avance alors ils étaient tous de sacrés bons comédiens. Idem pour Chicago…
.
18314A60-93A3-4122-A7C5-FA1CEC63C7B4
Quant à Palexpo, je l’avais déjà pratiqué une fois, en Coupe Davis : en 2014, trouvant probablement que la demi-finale France/Tchéquie était beaucoup trop près de chez moi, j’avais décidé d’aller plutôt voir du côté de nos voisins suisses qui eux-mêmes recevaient nos voisins communs les Italiens, y compris déjà l’ineffable Fabio Fognini qui n’avait alors pas plus remporté ses simples que le week-end dernier.
.
.

Autant le décorum était très limité en 2014, autant là, il faisait presque oublier que l’on était dans la version genevoise de notre Porte de Versailles parisienne. Déjà, l’entrée était en fait un long corridor avec des images phares des deux précédentes éditions (celle avec Rafa dans les bras de Roger aura été sans aucun doute la plus appréciée tout au long du week-end), agrémentées du son de points en train de se jouer.
.
.
[NB: Cliquer sur les photos pour les voir en pleine résolution]
.

B0DFA861-520C-4B03-B67F-E4723C7BD598

Puis on arrive dans le hall aux lumières tamisées avec très vite le court d’entrainement vitré qui fait un peu penser à un énorme aquarium. Déjà présent sur les deux précédentes éditions, il permet d’être au plus près des joueurs en train de s’entraîner, un simple filet séparant alors le spectateur du joueur (et bien un ou deux vigiles quand même aussi, histoire de prévenir la moindre bousculade).

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
5AC70F04-0712-4772-8CEA-E9FBEFBB66B5L’enceinte où se déroule les matchs, créée pour l’occasion, est vraiment magnifique. Là où celle de la demi-finale de Coupe Davis faisait vraiment «provisoire», celle-ci donne l’illusion d’être permanente.
.
.
La couleur du terrain est vraiment très agréable sur place aussi. Facile de comprendre pourquoi des tournois aient essayé de la récupérer.
.
.
.
.
.
2756235B-1546-45DE-8691-E352411A5932Le jeudi avait lieu la « journée des enfants ». Imaginez 2000 enfants d’écoles primaires réunis en un seul lieu clos (sans compter au moins les 4 enfants Federer, mais a priori eux ne semblaient pas très bruyants… en même temps ce n’était pas comme s’ils n’étaient pas habitués de voir leur père ou même ses compères jouer quelque part)… forcément le niveau sonore était haut, très haut même.  D’abord pour Nadal et Tsitsipas s’entrainant et forcément encore bien davantage quand le maître des lieux à fait son entrée d’abord pour taper la balle avec Nadal puis avec Bautista Agut. Et comme en plus beaucoup d’enfants étaient persuadés que quand Federer faisait un signe aux ramasseurs de balles, il leur faisait un coucou personnalisé… imaginez le nombre de décibels ! Idem quand il a envoyé de nombreuses balles dans leur direction. Ce qui a d’ailleurs fait dire à Federer à la fin en rigolant qu’il allait se coucher pour se remettre d’un tel bruit !
.
F411FE60-9F7A-4348-B3F7-6AFA526F3E53Le vendredi débutaient les hostilités. La palme de l’applaudimètre revient à… Rod Laver ! Si Federer a bel et bien été accueilli telle une rockstar, plus encore que les autres joueurs, par un public très cosmopolite, composé visiblement pour moitié de Suisses, 30% d’Européens et 20% du reste du monde (prés de moi j’avais par exemple une groupe de Suisses qui commentaient vraiment tout, des anglo-saxons qui pouvaient tout aussi bien crier pour soutenir un joueur de l’équipe monde qu’un autre de l’équipe Europe), Rod Laver a lui eu le droit à une acclamation bien plus longue encore. À Prague, déjà, à chaque fois qu’il apparaissait sur les écrans, il était chaleureusement applaudi.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
2DED7602-7E8A-4ACF-9913-6301F35289A9J’ignore à quel point la télé retranscrivait ou non bien l’ambiance, mais quand Federer dit qu’il avait rarement eu une comme celle-ci, il est peu probable qu’il disait ça juste pour la com. Elle était sans commune mesure avec celle de 2014 pour cette fameuse Demi-finale de Coupe Davis. Ni même aux sessions de Grand Chelem auxquelles j’ai pu assister depuis Melbourne jusqu’à New York, ni à Bercy, ni ailleurs … Elle était aussi très bon enfant, le public applaudissant les bons points de part et d’autres même s’il y a eu des envolées plus que notables notamment pour la fameuse volée réflexe de Federer face à Kyrgios (match de très grande qualité comme à Prague, pas comme à Chicago où le match avait été à sens unique), ou pour son deuxième simple qui permettait à l’Europe de rester dans la rencontre puis dans l’ultime partie du week-end… et oui même un match mettant aux prises Raonic peut générer une ambiance totalement exceptionnelle… qui l’eut cru (je dis ça, mais en même temps, je trouve son jeu plus attrayant qu’avant…) Mais ce qui ne veut pas dire qu’il n’y avait pas d’ambiance sur les autres matchs, bien au contraire. Elle était juste encore plus impressionnante sur ces moments-là, limite à vous donner la chair de poule, sans exagération aucune. Et la partie ayant été à ce point serrée jusqu’au bout (comme quoi la vérité du papier et celle du terrain peuvent être deux choses différentes) cela a bien aidé à amplifier encore un peu plus la chose.
.
15234F76-ADAA-48FE-AB8D-6AB7A2F44E2E
Bien sûr qu’il y a quelques trucs too much comme l’entrée de RF pour son premier simple sur « Carmina Burana ». Je sais que beaucoup ont reproché l’omniprésence des sponsors, Ce n’était certainement pas pire que pour tout un tas d’autres événements sportifs. Le prix d’à peu près tout était exorbitant sur place pour se sustenter auprès de food-trucks plus ou moins bons mais dans la droite ligne de ce qui est pratiqué dans la ville elle même.
Bien sûr la Laver Cup est richement dotée mais c’est quand même pas la LC qui a introduit beaucoup d’argent dans le tennis.
.
Oui, elle vient en concurrence de deux tournois ATP 250 mais il n’est pas sûr qu’elle leur nuise tant que ça. D’abord, chiffres  à l’appui, ils arrivent à faire venir autant de Top 20, si ce n’est pas plus depuis 3 éditions (une des années précédant l’introduction de la LC, Metz n’avait réussi à faire venir aucun top 20, en moyenne il y en avait autour de 4 pour les trois dernières éditions… comme ce qui a longtemps été le cas avant)  …mais surtout les journalistes ou affiliés tels Benoît Maylin et consorts (certes, le cas de St Petersbourg n’a pas l’air de les émouvoir, sans parler des tournois de la WTA… par exemple, L’Equipe a couvert deux événements sur place… Metz et Genève) semblent n’avoir jamais autant parlé de Metz que depuis 2017. Beaucoup de tournois de cette catégorie aimeraient probablement qu’on parle autant d’eux…. et puis ce n’est pas comme si Federer, Nadal, Zverev, Tsitsipas, Kyrgios ou Thiem, les principales têtes sur lesquelles de tels tournois peuvent s’appuyer pour faire leur pub, avaient eu un jour l’intention de s’y rendre depuis qu’ils sont bien implantés dans le circuit.
.
0DCE61DF-E585-4D6E-ACF4-2C632CC9F3C5Personnellement, j’aime beaucoup la Laver Cup car c’est une vraie fête du tennis. Chaque année, les 5 sessions sont archi-combles et ce du début à la fin. Combien d’événements tout au long de l’année peuvent se targuer d’en faire autant ? Le public est dedans totalement. Dans les allées, ça parle toutes les langues, on peut aussi bien croiser Rod Laver qu’Yves Allegro que la famille Nadal au grand complet. Pour moi, c’est telle une bulle de champagne, une parenthèse dans une saison somme toute assez longue mais où surtout les matchs se ressemblent trop. Là c’est un événement très différent. Mais le niveau de tennis pratiqué sur le terrain est très haut. A voir le stress de Federer quand Zverev était mal embarqué dans le dernier match, s’il savait les résultats en avance, là il faut qu’il se reconvertisse direct en comédien.
.
.
.
Peut-être la LC communique-t-elle  un peu trop sur les réseaux sociaux mais beaucoup, à commencer par Roland Garros, devraient au moins s’en inspirer en partie plutôt que de chercher à bannir tous les comptes qui osent diffuser quelques images. J’ai l’impression aussi que moins on la regarde et plus on la critique…
.
985EEB59-31BE-4ED4-8170-0C8610522EA3Surjouent-ils leur enthousiasme ? S’ils arrivent à tenir un rôle tout au long des trois jours, de 13h à 22/23h (12h/20h pour le dimanche), ils sont décidément très forts. A voir les matchs, tous les jouaient hyper sérieusement. Eh oui, pour eux il y avait de l’enjeu pour cet événement qu’ils prennent tous au sérieux. Ils ne placent certainement pas la Laver Cup au dessus d’un Grand Chelem ou d’un certain nombre de tournois mais elle semble suffisamment haut dans leur estime pour qu’ils soient particulièrement frustrés quand les choses ne vont pas dans leur sens et au contraire très heureux quand elles tournent en leur faveur.
.
La Laver Cup laisse entrevoir la personnalité des joueurs, comment Federer et Nadal tentent de trouver du positif dans chaque point par exemple. Si le circuit ressemblait à la LC toute l’a3B26193B-22BF-40D2-A373-E72DF86EEB75nnée ce serait lassant mais une fois dans l’année, avoir quelque chose de différent, ça fait aussi du bien. Surtout dans un sport si accroché à ses traditions qu’il en oublie parfois qu’il fédère de moins en moins, au-delà des amoureux de la première heure de la petite balle jaune.

About 

Tags:

126 Responses to La Laver Cup et moi

  1. Perse 26 septembre 2019 at 16:43

    Merci beaucoup pour ce récit et ces impressions Anne.

    Effectivement, la qualité de l’organisation de l’événement était visible et tant mieux que le spectacle fut de qualité.

    Mon opinion est qu’en temps que show, la LC est très bien mais ne préfigure pas un futur souhaitable. Le golf a une structure qui se prête beaucoup mieux à un événement de type Ryder Cup que le tennis.

    En matière de droit à l’image, la référence est Wimbledon qui offre de bonnes vidéos rapidement avec une longueur pas trop courte et une belle diversité dans les catégories. L’Us Open a été pas mal en diffusant des highlights gonflés en seconde lame. RG n’a pas encore en interne de bonnes compétences avec leurs vidéos de 1 min 30 qui sont bien trop courtes.

    En matière de team spirit, Team World a tendance à superformer avec des joueurs au dessus de leur niveau moyen et je pense que McEnroe n’y est pas encore étranger: il a toujours la flamme du tennis, le pratique encore à excellent niveau et n’a jamais coupé le lien au contraire de Borg qui mérite plus que jamais le nom de légende au sens originel.

    Le super tie-break convient très bien dans cette exhibition mais jamais je n’en voudrais en simple en compétition.

    J’adore le double de la LC qui sont intenses et spectaculaires avec Sock en facteur X (c’est impressionnant comme il fait la différence dans ce format par ces interceptions et par ses sets-ups).

    • Anne 27 septembre 2019 at 09:10

      Je t’en prie

      Il y a quelque chose que j’ai oublié de préciser. Si Federer a été tout le week-end le plus acclamé,et de loin, des joueurs en activité, vient ensuite Nadal et après… Kyrgios !

      • Perse 27 septembre 2019 at 11:35

        ça me choque pas que Kyrgios soit si populaire: ses aspérités et ses saillies sont authentiques, ou en tout cas c’est ce qu’il transmet.

        Par constraste, ça le distingue et quand on ajoute ses coups de génie ça en fait le joueur le plus spectaculaire à défaut d’être régulier.

        Zverev est mercurien mais il réalise rarement des échanges de folie, des coups hallucinants, Thiem est très lisse, Raonic est fade comme un navet, Shapovalov pas assez présent et plus de gros coups d’éclat depuis 2 ans.

        A voir si Medvedev continue cette année et l’année prochaine ses bons résultats mais je suis continue que ses provocations de l’US ont considérablement accru sa popularité.

        • Anne 28 septembre 2019 at 07:52

          Totalement d’accord avec toi sur tous ces points.

          Ce qui est amusant c’est que même dans une salle acquise presque totalement à la cause de l’équipe d’en face, mega fan de Federer et fan de Nadal, Kyrgios était le plusieurs populaire des autres. On l’aime ou on le déteste mais le tennis a clairement besoin de personnages comme lui.

          Pour Medvedev, oh que oui. Et en plus, elles ont été accompagnées d’excellents résultats…

        • Paulo 28 septembre 2019 at 10:47

          Il y a quand même une différence de taille entre Kyrgios et Medvedev, et même deux :

          1. Medvedev a regretté à plusieurs reprises ses provocations, et s’il est parvenu à se mettre le public de NY dans la poche, c’est avant tout pour cette raison. Kyrgios, lui, regrette rarement voire jamais ses frasques.

          2. Medvedev est autrement plus consistant que Kyrgios, donc mieux classé que l’Australien le sera jamais (sauf changement radical d’attitude auquel je ne crois désormais plus)

          En conclusion, je ne suis pas d’accord avec vous deux, et ne pense pas que Kyrgios fasse du bien au tennis. À court terme peut-être (il remplit les stades), mais à long terme non, car les gosses veulent l’imiter : bonjour le comportement des futurs joueurs à tous les niveaux de la compétition : insultes aux arbitres, aux adversaires, matches balancés, bref comportement de caillera, comme au foot. Pour moi, c’est non merci.
          Pareil pour la comparaison Kyrgios-Big Mac souvent faite : Big Mac était d’un autre calibre, en termes d’état d’esprit : un vrai winner, entièrement consacré à son sport, pas un dilettante lunatique comme l’Australien.
          Kyrgios, c’est avant tout un type complètement immature. Entre ses deux oreilles, c’est le foutoir absolu.

          • Perse 28 septembre 2019 at 14:42

            Medvedev a été assez malin mais le fond de sa personnalité correspond plus à ses propos trollesques (plus que de la provocation, j’ai vraiment adoré comment il s’est nourrie de cette hostilité) que ses regrets.

            Effectivement Medvedev est plus régulier et consistant que Kyrgios. Mais Kyrgios a l’instar d’un Leconte a son époque peut à l’occasion le plus irrésistible coupeur de tête. Je ne mise plus du tout sur lui pour gagner un GC car pas assez pro et rigoureux et concentré.

            Pour le dernier paragraphe, je suis ambivalant: trouver des modèles parmi les sportifs signe la défaillance d’ensemble de la société à transmettre des normes et valeurs. Le milieu sportif est par nature inégalitaire, élitiste et transgressif, ce n’est pas un microcosme d’une société idéale. Et c’est clair que Kyrgios a réellement débordé cette année à Rome, ses exploits antérieurs viennent de la tartufferie de l’époque et des réseaux sociaux qui n’ont n’avait rien d’excessifs.

            Tant que Kyrgios produira des points tels cette amortie contre Nadal à Acalpulco cette année, qu’il gagnera ses matchs en faisant un ace sur le conseil du public comme à Washington cette année et qu’il allumera des pétards, les gens continueront à venir au stade car c’est vraiment unique et remarquable par rapport à la fadeur de Thiem, Raonic ou Zverev.

          • Anne 28 septembre 2019 at 22:26

            Donc 99% des joueurs ne font jamais un pas de travers, beaucoup d’ailleurs regrettent que le circuit soit trop aseptisé, mais parce qu’il y a un Kyrgios, qui plus est se fait régulièrement et à juste titre sanctionné, il y aurait un risque que les enfants prennent exemple sur lui ? J’ai du mal à le croire. Oui, il va régulièrement trop loin mais faut arrêter aussi de vouloir lui faire porter le chapeau pour tout.

            Il fait aussi le show dans le bon sens du terme, il fait aussi beaucoup de choses extrêmement positives hors du tennis, et il ne faut pas aller chercher très loin pour s’en rendre compte. Il a un talent exceptionnel. Oui il ne sera probablement jamais ultra titré ni autre chose, faute de dédier suffisamment de temps et de lui même à son sport mais le premier à qui il nuit c’est lui même.

            McEnroe aurait-il eu la carrière qui a été là sienne si les réseaux sociaux avaient existé à l’époque ? J’ai plus que des doutes.

            Quant à Medvedev, je partage les propos de Perse et son côté troll qui semble davantage le caractériser. Et puis, s’il n’avait pas été en finale, il n’aurait jamais eu l’occasion de pouvoir exprimer ces-dits regrets ;-)

            Enfin, il n’est certainement pas question de comparer les niveaux des deux joueurs.

            • Paulo 29 septembre 2019 at 19:40

              Medvedev a exprimé ses regrets bien avant la finale…

              McEnroe pas eu la carrière qu’il aurait eu avec les réseaux sociaux ? Sérieux ? 77 titres en simple et 79 en double… sans commentaires.

              Sur le côté exemple des joueurs de tennis (ou de tas d’autres sportifs d’autres disciplines), souvent dans le mauvais sens hélas, pas besoin de sortir de saint Cyr quand même pour s’en apercevoir…

              Je maintiens que Kyrgios est hors catégorie à ce niveau ; qu’il soit sanctionné n’est pas la question, la question est : fait-il du bien au tennis ? Et moi je crois que non. C’est mon avis, j’ai le droit de l’avoir. Bref… fin de la discussion, sinon on est encore parti pour des pages et on ne se mettra manifestement jamais d’accord.

              • Don J 30 septembre 2019 at 15:32

                @Paulo qui ne lâche jamais rien.

                Le ton de ton post ne donne envie de te répondre.

                « À court terme peut-être (il remplit les stades), mais à long terme non, car les gosses veulent l’imiter : bonjour le comportement des futurs joueurs à tous les niveaux de la compétition : insultes aux arbitres, aux adversaires, matches balancés, bref comportement de caillera, comme au foot. Pour moi, c’est non merci. »

                Alors 1/ à court terme comme tu le dis toi même oui Kyrgios fait du bien au tennis plus qu’il rempli les stades et augmente l’audimat.

                2/ à long terme, il fera au pire naître des baby Kyrgios qui de par leur comportement ‘border-line » feront aussi remplir les stades, ce qui est bon pour le tennis. Après c’est loin d’être avéré. Tous les futur joueurs de tennis ne seront pas comme lui, si il y en a quelques un se sera déjà très bien. Ton argument est quand même un peu léger. De plus le « comportement de caillera, comme au foot. » c’est quand même une sacrée généralisation, les footballers ne sont pas tous comme ça non plus… et là encore certains de ces footballers « caillera » sont parmi ceux qui sont les plus bankable, je crois qu’en définitif Kyrgios a tout compris. Alors après que ce soit ce genre de comportement que les foules veulent voir aujourd’hui, c’est un autre débat sur les valeurs de notre société, qui ne te correspondent pas vraiment à priori.

                Enfin pour conclure, @paulo même si tu ne semble pas porter Kyrgios dans ton coeur, tu lui rend un bel hommage ici en ces pages, en endossant un peu son rôle parmi les 15loveur, le mec un peu subversif, qui fait beaucoup débat. Et donc merci de le nourrir, ce débat =)

              • Paulo 1 octobre 2019 at 10:36

                @ Don J :

                « à long terme, il fera au pire [...] ce qui est bon pour le tennis »

                Alors, c’est pire, ou c’est bon ? Moi qui ai l’esprit simple, je me dis que c’est l’un ou c’est l’autre, mais pas les deux à la fois…
                Bref, bonjour la contradiction :-)

                Je crois en fait qu’on n’a pas la même définition du « bien » pour le tennis, so…

              • Achtungbaby 1 octobre 2019 at 11:24

                Paulo, je ne vois pas en quoi le fait que Big Mac était d’un autre niveau justifierait plus son comportement que celui Kyrgios.

                A la limite c’est pire : dans ta logique un numéro 1 mondial aussi mal élevé que l’était l’américain fait bien plus de mal au tennis qu’un jeune chien fougueux qui n’arrivera jamais à franchir le plafond de verre du TOP 5.

                Est-ce que Big Mac a entrainé dans son sillage des bataillons de joueurs sales gosses ? Je ne crois pas.

              • Paulo 1 octobre 2019 at 13:52

                J’ai dit ça où, Achtung ?

                J’ai dit : « Big Mac était d’un autre calibre, en termes d’état d’esprit », ce n’est pas la même chose.
                Il y a un lien entre son état d’esprit entièrement dédié à son sport et ses résultats, c’est évident : mais je pointe son état d’esprit, son respect pour le tennis, ici.

              • Nathan 2 octobre 2019 at 16:17

                En fait, si j’ai bien compris les explications, Medvedev est un faux-cul de première alors que Kyrgios est un rebelle qui s’assume et persévère dans « l’empire du Bien » du professional tennis ? (le mec qui veut relancer la discussion)

            • Paulo 29 septembre 2019 at 19:53
            • Colin 1 octobre 2019 at 17:18

              « Bref… fin de la discussion, sinon on est encore parti pour des pages et on ne se mettra manifestement jamais d’accord. »

              Belle tentative, pas franchement couronnée de succès. Mais l’important c’est d’essayer :lol:

  2. Paulo 29 septembre 2019 at 19:51

    Très belle victoire d’Alex de Minaur à Zhuhai, après des victoires su Millman (expéditif), puis sur Murray, sur le top 20 Coric, sur le top 10 Bautista Agut qu’il écrase 6-2 6-2, et enfin sur notre loser national Mannarino au terme d’un match accroché de 2h05 7-6 6-4.
    12 balles de break sauvées sur 13 par Manna quand même, mais 2 vilaines fautes dans le tie break du 1er set alors qu’il menait 4 points à 2…
    De Minaur est un sacré pou, il ramène tout, mais j’aime bien les variations qu’il met dans son jeu, et je trouve que son coup droit s’est bien amélioré, il est capable d’être bien agressif de ce côté. Au service aussi j’ai l’impression qu’il a progressé. 3ème titre cette année pour lui.
    Manna qui conserve toutefois le sens de l’humour, déclarant : « Je suis plutôt bon pour les perdre ([les finales] mais c’est bien d’en voir joué deux cette année . Plus on en joue, plus on a de chances d’en gagner ! »

  3. Patricia 29 septembre 2019 at 20:50

    Déjà 21 tournois remportés par des moins de 25 ans cette année : 3 pour Medvedev (dont un 1000 et un 500) et de Minaur (le plus jeune), 2 pour Tsitsipas, Kyrgios, Garin et Berrettini, 1 pour Opelka, Djere, Zverev, Sonego, Fritz, Jarry et Hurkacz. A quoi on peut ajouter une finale et deux demis en GC, et sans doute deux qualifiés pour les Masters, pas mal tout de même.

    • Colin 30 septembre 2019 at 18:10

      En ces temps de disette, on se contente de (très) peu…

      • Patricia 1 octobre 2019 at 12:55

        Au hasard, j’ai regardé en 2015 et j’ai vu que les moins de 25 ans avaient gagné 6 tournois dans l’année (dont 3 pour Thiem), que des 250…

      • Colin 1 octobre 2019 at 17:30

        Hé oui depuis 2015 le big4 (ou plutôt le big3 depuis que Murray a lâché l’affaire début 2017), et ses affidés du little4 aka les ramasseurs de miettes en chef (Waw/ Ferrer/ Delpo/ Tsonga/ Berdych/ Cilic), ont laissé filer les 250, puis les 500, puis les 1000, et même, depuis 2017, la Masters Cup.
        Il ne leur reste plus qu’à laisser tomber les GC et on sera contents. Mais sur ce point le temps passe, passe, passe, et on ne voit rien venir.
        Dit autrement, la surface de leur Chasse Gardée ne cesse de diminuer, mais ils ne lâchent pas un pouce carré sur la partie la plus prestigieuse (et rémunératrice).

    • Paulo 1 octobre 2019 at 13:54

      Il y en a un qui doit commencer à s’impatienter, c’est Shapovalov. À 20 ans, aucune finale disputée, quand son presque jumeau en âge, de Minaur, a disputé déjà 6 finales, pour 3 titres…

  4. Nathan 3 octobre 2019 at 17:43

    Tadzio contre F2A : 6/3 6/1. Avantage pour l’instant à la préparation Laver Cup sur la préparation réelle. Je suis un peu comme Mc Enroe. Quel manque de curiosité de F2A tout de même !

    Anisimova, après le décès de son père et coach, va s’allier avec Carlos Rodriguez, le coach de Justine Hénin. Voilà un très bon choix qui devrait faire des étincelles. Pour une fois, je suis d’accord avec Glouglou, je crois en l’avenir tennistique d’Anisimova. Cet accord me fait douter…

    • Paulo 3 octobre 2019 at 19:04

      F2A, de toute façon, ne met plus un pied devant l’autre depuis Montréal : une victoire, et 4 défaites dont 3 d’entrée (dont une rouste par Shapo à l’US).
      À Wimbledon déjà, il semble qu’il commençait à fatiguer, avec une défaite en 3 sets face à Humbert.
      Un peu comme Tsitsipas, il donne l’impression de s’être mis en sur-régime en première partie de saison…

  5. Paulo 3 octobre 2019 at 19:11

    Le tableau à Tokyo est complètement décimé, notamment la moitié basse, où en quart de finale on trouve 2 qualifiés (Millman et Uchiyama), un invité (Taro Daniel) et Opelka, 53ème mondial… si avec ça Djoko ne remporte pas le titre les doigts dans le nez…

    À Pékin c’est quand même mieux, avec 4 top 10 en quart + 2 top 20 + Murray…

  6. Paulo 3 octobre 2019 at 19:21
  7. Patricia 4 octobre 2019 at 14:16

    A Pékin c’est peut être parti pour un dernier carré sans vieux, et bien concerné par les Masters : Thiem est qualifié s’il remporte le tournoi, Tsitsipas sécurise sa place vis à vis de BA qui a abandonné d’entrée, Zverev passe les 9 et 10 (Berret et Nishi) s’il gagne contre Querrey.
    A Tokyo Goffin se place bien, dommage pour lui qu’il ne soit pas dans la partie moisie Millman/Opelka, il passait devant BA (à moins que l’épaule de Djoko…)

  8. Nathan 4 octobre 2019 at 15:28

    Et voilà qui est fait pour Zverev qui a très bien joué, en dépit d’un Querrey phénoménal au service dans le 1er set jusqu’au tie-break. Après, je n’ai pas vu la suite A ce moment-là, il était à 84 % de 1er services et à 11 aces !

    • Anne 5 octobre 2019 at 11:13

      et Zverev n’a pas commis de double faute du match ! Une première depuis un match contre Basilashvili à…. Shanghai l’an dernier !

      • Nathan 5 octobre 2019 at 15:54

        Au fait, merci Anne pour ce long commentaire sur la Laver Cup. Pour ce que j’ai pu en voir, je partage ton ressenti sur cet événement. La Laver est une sorte d’OVNI flottant quelque part entre une ambiance d’exhibition et de Coupe Davis dénationalisée. C’est un double paradoxe : une épreuve qui ne rapporte aucun point, où on joue pour du chocolat (suisse tout de même !) créée par le joueur qui a enquillé le plus de GC dans l’histoire du tennis ; une épreuve où les joueurs participants sont grassement payés et au cours de laquelle pourtant est palpable le plaisir de jouer pour le plaisir de jouer (et de bien jouer), en quelque sorte l’irruption du plaisir désintéressé dans les paillettes du sport business. Etrange, étrange… mais après tout, il faut bien de tout pour faire un monde, et le plaisir, ça ne se boude pas, sauf par les suradaptés du monde de la performance.

  9. Nathan 6 octobre 2019 at 15:25

    Après un épatant Osaka/Andreescu hier, aujourd’hui un très très gros match entre Tsitsi et Thiem, un set partout.

  10. Patricia 6 octobre 2019 at 15:25

    La finale thiem/Tsitsipas est exceptionnelle !
    Ca fera du Highlight au kilomètre ^^ !
    C’est parti pour un set décisif bien mérité après ce combat du 2è pour Thiem.

  11. Patricia 6 octobre 2019 at 15:43

    Ca continue , encore et encore, ce match est un joyau !

  12. Patricia 6 octobre 2019 at 15:59

    Dans la poche pour Thiem, qui a tysonné la gueule de Tsitsi (toujours excellent) dans le dernier set !

  13. Nathan 6 octobre 2019 at 16:03

    Je suis d’accord, face à un excellent Tsitsipas qui était à deux doigts de prendre l’ascendant dans le 2ème set, Thiem a été exceptionnel : puissance, variété, filet, mental. Un très beau match.

    Très grand match aussi d’Osaka retrouvée hier face à Andreescu.

    Bref les beau matches étaient à Pékin.

  14. Nathan 6 octobre 2019 at 16:13

    Mention spéciale aussi pour Barty qui sait « cuisiner » ses adversaires comme personne aujourd’hui sur le circuit. On dirait presque un jeu à l’ancienne tant elle a de possibilités dans sa raquette. Cela repose des sous-sharapova décérébrées qui punchent du fond du court. Je dis bien sous-sharapova parce que j’ai un faible pour Sharapova dont la méchanceté, l’insensibilité et la violence du jeu avaient quelque chose d’assez fascinant.

  15. Paulo 6 octobre 2019 at 17:19

    Il a été remarquable dans son refus de perdre, dans sa capacité à y croire, à s’encourager, dans toutes les langues, à se faire violence en montant au filet, en étant hyper agressif, mais OMG, quelle brutalité dans ses frappes… je ne sais s’il existe des stats sur la vitesse moyenne des coups du fond de court, mais je crois que si elles existent, Thiem a battu les records lors de cette finale… aux ch. pardon aux oubliettes les Blake, les Gonzalez et autres Tsonga ! Ouch !

  16. Patricia 6 octobre 2019 at 17:44

    Le tournoi est intéressant parce que plusieurs joueurs qui marquaient le coup montrent à nouveau un niveau de jeu intéressant pour la fin de saison – pour rendre les Masters plus intéressants, j’espère.
    Zverev qui était dans une spirale vraiment déprimante au service retrouve des stats de doubles fautes acceptables. Contre Tsitsi, il était plutôt supérieur du fond de court mais aussi bien la confiance que la capacité à finir les points (vraiment pas efficace au filet) lui ont manqué.
    Tsitsi retrouve une inspiration et une grinta qui étaient passées aux oubliettes. Il gagne contre Zverev malgré un coup droit qui ne passait pas bien, et retrouve contre Thiem son meilleur niveau.
    Thiem montre que son physique répond de nouveau présent, et réalise une performance mentale remarquable aussi bien en demi qu’en finale. On voit des progrès dans de nombreux compartiments de jeu cette année : slice, construction des points, volée, lob, amortie, retour (même si ça reste son point le plus attaquable).
    Pour Khachanov, le niveau de jeu est encourageant après une saison largement décevante, même si la physionomie de la rencontre doit l’avoir énormément frustré.

    Après, dans l’immédiat ça ne va pas être facile pour thiem et Tsitsi d’encaisser une grosse semaine pour repartir direct à Shanghai. Tsitsi chope Djoko en quarts de toutes façons, mais Thiem a un chemin abordable jusqu’en demi même s’il chope sans doute d’entrée la TS 1 des qualifs, CB, récent vainqueur à Chengdu. Il joue BA ou Berrettini théoriquement en quarts, BA ayant abandonné à Pékin et Berrettini restant sur deux éliminations précoces (Murray et Gerasimov)

  17. Nathan 10 octobre 2019 at 19:28

    Très impressionnant Zverev depuis quelque temps. Un service dévastateur, une belle agressivité dans ses frappes. Ca cogne dur. Rublev en a fait les frais à Shangaï qui a encaissé 9 jeux d’affilée ! Heureusement pour ce dernier, Zverev a une faiblesse : quand il mène, il se déconcentre et commet des fautes. C’était ce qui lui était arrivé à Pékin face à Tsitsipas qu’il dominait, c’est ce qui a failli lui arriver face à Rublev dans le deuxième set que le jeune Russe aurait pu, avec un peu de chance, remporter. Federer devra se méfier sinon…

  18. Montagne 11 octobre 2019 at 10:40

    Et Tsitsi bat Djoko à Shangaï…

    • Nathan 11 octobre 2019 at 10:50

      et de belle manière.

    • Colin 11 octobre 2019 at 13:03

      Si Fed venait à passer à la trappe face à Tadzio, on n’aurait que des « jeunes » en demi-finale…
      On pourrait même enlever les guillemets à ‘jeunes’ dans la phrase ci-dessus si Thiem se faisait surprendre par Berettini.

    • Nathan 11 octobre 2019 at 13:18

      Le « jeune » Suisse se ressaisit en début de 2ème set.

  19. Nathan 11 octobre 2019 at 13:55

    Oh my God ! revenu de 40/0 sur le service adverse. Jeu splendide !

  20. Remy 11 octobre 2019 at 13:56

    Zverev sert pour le match contre Fed.
    40-0

    Roger sort sa raquette 5 points consécutifs vers A++ comme il n’en fait plus depuis longtemps et se donne le droit à un tie-break.

  21. Nathan 11 octobre 2019 at 14:09

    Une étoile veille sur lui !

  22. Nathan 11 octobre 2019 at 14:13

    Comme le match précédent, Zverev sert à plus de 220 de moyenne. Difficile de se régler à ce compte-là.

    • Remy 11 octobre 2019 at 14:23

      Fed tente beaucoup et Zverev réussit beaucoup.
      point de pénalité pour Roger qui a 2 balles de double break à défendre maintenant ..
      Roger exprime beaucoup son mécontentement et balance des balles dans le public ..

      • Anne 11 octobre 2019 at 15:26

        sans doute l’un des warnings les moins justifiés de l’histoire des warnings quand même le deuxième. Et qui lui vaut un point de pénalité en plus…

    • Remy 11 octobre 2019 at 14:25

      Roger s’en sort mais à la colère.
      Il hurle beaucoup.

  23. Nathan 11 octobre 2019 at 14:29

    Fed doit s’accrocher car Zverev peut se dérégler au mauvais moment. Cela étant, celui qui domine, c’est Tadzio.

    • Achtungbaby 11 octobre 2019 at 14:39

      230 sur seconde, le pépère ne paraît pas trop perturbé pour l’instant !

      • Perse 11 octobre 2019 at 20:12

        Sur les Highlights je pense plutôt que le radar yoyote un peu de la touffe, tous les joueurs ont eu des très grosses valeurs, visuellement les services de Zverev n’ont pas l’air de sortir de l’ordinaire.

        En 2008, à Pékin le radar avait aussi des valeurs hors normes.

    • Achtungbaby 11 octobre 2019 at 14:39

      Fed a mal joué sur le jeu où il se fait breaker ?

      • Nathan 11 octobre 2019 at 14:48

        Plutôt oui. Mais Zverev est très bon depuis le début du tournoi, c’est l’explication majeure. Il sert l’enfer et joue très vite et fort. Cela étant Roger a joué un jeu d’anthologie.

  24. Remy 11 octobre 2019 at 14:49

    Belle victoire de Zverev, très fort au service et en revers.

  25. Colin 11 octobre 2019 at 14:50

    Voilà c’est fait.
    Désormais ça se joue entre « Thiem et les garçons »

  26. Don J 11 octobre 2019 at 15:52

    On veut voir la même chose à Melbourne en janvier, continuez les garçons =)

  27. Patricia 11 octobre 2019 at 16:03

    Youhouuu! (et grrr, parce que j’ai raté ça !) Oh mon dieu, c’est trop bon, il aurait fallu pour que mon bonheur fût entier que Nadal se fasse latter au même stade par disons Shapovalov ou Rublev ^^!

    • Montagne 11 octobre 2019 at 16:42

      « Se faire latter », c’est bien sûr se faire sortir à coups de lattes.
      Latte synonyme de godasses, de grolles, de pompes.

      Mais c’est vrai qu’écrire que Nadal se fait pomper par Shapovalov, ça peut être compris différemment.

  28. Perse 11 octobre 2019 at 16:40

    ça fait plaisir pour Zverev qui a le meilleur palmarès de la Next Gen et un peu de personnalité. Cette année de facto de transition, minée par ses soucis avec son ex agent lui aura au moins permis de préserver son physique et de se débarrasser de sa poupée russe.
    Vivement que la chasse gardée des GC s’ouvre car je n’en peux plus de Nadal et Djoko dans ce format. En 2 sets gagnants le jeu s’est bien ouvert et les jeunes sont spectaculaires et caractériels, c’est bon pour le sport.

  29. Paulo 11 octobre 2019 at 16:58

    La Next Gen à l’abordage : 4 joueurs de 23 ans et moins en demi-finale… moyenne d’âge 22 ans 1/2.

    Accessoirement, taille moyenne 1m96. Il me semble que c’est Jo qui prédisait que le futur est au tennis-puissance…

    • Paulo 11 octobre 2019 at 17:02

      Tiens, Berrettini est assuré d’être le numéro un italien lundi prochain : 11ème ATP devant Fognini 12ème…

      Voilà aussi Berrettini 8ème à la Race, donc bien placé pour le Masters…

  30. Anne 12 octobre 2019 at 15:53

    Je ne sais pas vous mais la finale de demain me donne bien envie !
    Et si les directeurs de tournois pouvaient s’inspirer de Shanghai pour arrêter de ralentir les’ surfaces et d’en proposer à nouveau dès plus variées…

    • Nathan 12 octobre 2019 at 16:17

      Allons, allons ! Mais non, Anne ! Ici, il n’y a pas de surface ralentie ou accélérée, il n’y a qu’une évolution du matériel, de plus en plus performant, et de l’entraînement au sens large, de plus en plus efficace, qui fait que nous en sommes arrivés là où nous en sommes arrivés, voyons ! La surface reste la surface, le gazon n’a pas bougé, et le dur reste le dur. Seuls les esprits faibles, par paresse intellectuelle, croient voir des évolutions là où il n’y en a pas. Le ralentissement des surfaces ? Un mythe.

  31. Nathan 12 octobre 2019 at 16:38

    Federer devait se méfier. Il ne m’a pas écouté. Zverev est fort sur ce tournoi. Très fort. Et maintenant il est en finale. Et s’il bat Medvedev, alors il sera très, très fort. Mais battra-t-il Medvedev ?

    Medevedev est un malin. Il a un tennis malin qui s’adapte, qui louvoie, qui improvise. Au fond, il est plus Chinois que Russe.

    Zverev n’est pas malin pour deux sous, du moins son tennis. Un beau tennis, clair, limpide, fluide ô combien, simple, pas vicieux.

    Alors ?… Je sais pas mais je pense que ce sera une grande (qui se jouera à près de 2 mètres) et belle opposition.

  32. Anne 13 octobre 2019 at 07:20

    L’Equipe, qui dédie sa Une au non-record du Kenyan Kipchoge, consacre une colonne (même pas un tiers de page) à la finale de Shanghai où ils ont un envoyé spécial et… une double page à la défaite 3 et 1 de Golovin au premier tour des qualifications du tournoi de Luxembourg pour son premier match après 11 ans d’absence. Aucune hiérarchie de l’information…

    • Perse 13 octobre 2019 at 11:20

      Exemple particulièrement frappant effectivement. C’est le problème du manque de concurrence et du niveau de l’écrit qui diminue.

      Le non-record de Kipchoge est tout de même assez exceptionnel, j’ai un lu un article de Sport & Vie sur les investissements consentis dans les chaussures et les avancées ont été très fortes ces dernières années, représentant jusqu’à 2 minutes pour un marathon.

    • Patricia 13 octobre 2019 at 12:39

      A ce niveau on ne peut plus vraiment parler l’information sportive, mais d’une chambre d’écho médiatique où la hiérarchie existe bien, mais c’est celle du buzz. Golovin est une « figure médiatique », elle importe plus que deux étrangers, célébrités de second rang, dans un évènement doublement étranger de second rang aussi (le premier rang, c’est ce dont ont entendu parler même ceux qui ne suivent pas le sport concerné).

  33. Patricia 13 octobre 2019 at 12:56

    Bon, sinon la logique a prévalu : Zverev revient à un bon niveau, mais la confiance des deux joueurs n’est aucunement comparable. Medvedev commence à avoir une constance de N°1 et il ne marque pas le pas ni mentalement, ni physiquement. Il compte jouer la coupe Piqué, est toujours inscrit à Moscou… si ça ne saute pas c’est vraiment tenter le diable mais sinon, le Big 3 peut commencer à s’inquiéter. En 2 mois et demi, il perd 3 fois en 32 matchs, dont 23 sont au moins de niveau M1000. Il n’a pas battu Fed ni Nadal, mais ceux-ci laissent suffisamment d’espace dans l’année.

    Quant à Zverev, je voudrais bien qu’il « mérite » sa place aux Masters selon mes critères en remportant un titre, de préférence Bercy…

Laisser un commentaire

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis