Rafael Nadal : un nouveau Borg ?

By  | 3 mai 2010 | Filed under: Regards

La domination absolue exercée par Rafael Nadal sur terre battue (97,3% de victoires) depuis sa défaite contre Andreev à Valence en 2005 (pour rappel, quatre matchs perdus dont deux contre Federer à Hambourg 2007 et Madrid 2009, ainsi qu’un contre Ferrero à Rome 2008 pour cause d’ampoules au pied et un contre Soderling à Roland-Garros 2009) et la sévérité des défaites infligées, rappellent la période 1974-1981, durant laquelle un autre grand champion a, comme lui, dominé de la tête et des épaules le tennis sur la surface ocre : Bjorn Borg.

Tous deux ont gagné Roland-Garros sans perdre un set (2008 pour Nadal, 1978 et 1980 pour Borg). Chacun a gagné Roland-Garros quatre années consécutives (2005-2008 pour Nadal, 1978-1981 pour Borg). Tous les deux peuvent s’appuyer sur des qualités comparables :

Un physique hors normes, même si l’impression dégagée n’était pas la même : Borg était un athlète exceptionnel, avec un cœur de marathonien (35 pulsations minute au repos) et de vraies qualités de vitesse (il a battu Guy Drut sur 400 m haies, ce qui reste un exploit, même si le Français était champion olympique du 110m haies). Nadal dégage pour sa part une explosivité phénoménale, qu’il est capable de maintenir plusieurs heures durant, et ses qualités d’appuis et de reprises d’appui sont exceptionnelles, portées par des cuisses et une ceinture abdominale très musclées. Ce physique est un des éléments clés de leur domination mentale, car chacun de leurs adversaires n’imagine pas être en mesure de tenir physiquement plusieurs heures contre ces « monstres » de résistance.

Un mental exceptionnel : Borg comme Nadal, sur terre battue comme ailleurs, ont démontré leur capacité à se sortir des situations difficiles, à gagner les points importants, à ne jamais craquer ni laisser tomber. L’aura d’invincibilité qui les entoure sur terre battue et la perspective mentale de devoir jouer le match de sa vie pour simplement rivaliser avec eux, couplées à la dimension physique de leur domination, ont conduit bon nombre de futurs adversaires des deux caïds à se présenter en victime expiatoire face aux deux légendes, avec pour seul objectif de limiter les dégâts en gagnant quelques jeux : cette tactique s’est rarement révélée payante, et les victimes expiatoires n’ont jamais pu compter sur la mansuétude de ces ogres, qui, loin de s’économiser, étaient déterminés non seulement à gagner, mais aussi à laisser le moins de jeux possibles à leurs adversaires.

Un jeu taillé pour la terre battue : même si Borg et Nadal savent et ont su gagner sur d’autres surfaces que la terre battue (5 Wimbledon pour Borg, 1 Wimbledon et un Open d’Australie pour Nadal), c’est sur terre battue que leur jeu trouve toute sa quintessence, cette surface mettant en avant leurs meilleures qualités :
- La régularité
- La puissance du lift qui repousse l’adversaire loin derrière sa ligne
- La qualité des passing-shots, propre à décourager les rares téméraires qui risqueraient de s’aventurer à venir au filet
- La couverture du terrain, exceptionnelle, les rendant très difficiles à déborder
- Un gros coup, le coup droit, permettant de dicter le jeu, avec un revers de très bonne qualité (Nadal ayant au fur et à mesure des années comblé de handicap)

Nadal serait-il alors un Borg réincarné ? Tout est question d’appréciation et les fossiles de 15LT qui ont connu les deux époques peuvent avoir des opinions différentes de l’auteur de ces lignes, né au tennis en 1978, à l’âge de dix ans, pour découvrir la finale Borg/Vilas de Roland Garros 1978 (ce qui l’a amené, au regard de la médiocre qualité du spectacle proposé, à toujours soutenir les attaquants contre les défenseurs).

Au départ, en terme de style, d’engagement physique mis dans les frappes, avec son lift de gaucher, Nadal semble plus proche d’un Vilas que d’un Borg, et rappelle même furieusement un Thomas Muster, lui aussi archétype du frappeur « ahaneur », dégageant une impression de puissance écrasante. C’est sur ce point que Nadal et Borg se différencient le plus : Borg semblait jouer en apnée, en footing, sans dégager une forte impression de puissance, alors que Nadal au contraire semble marteler la balle et dégage plus une impression de puncheur qui saoule son adversaire d’uppercuts et de crochets. La balle de Nadal, même liftée à outrance, avance très vite, au contraire de celle de Vilas.

Par ailleurs, le jeu de Borg semblait légèrement plus complet, avec un service de très bonne qualité (c’est le point faible de Nadal) et la capacité à enchaîner service/volée, notamment sur gazon. Mais Nadal progresse chaque jour dans de nouveaux compartiments du jeu, avec notamment un très bon revers slicé et une bonne « main » au filet.

Difficile de départager les deux hommes d’un point de vue tennistique, en tous cas sur terre battue. Si on regarde du côté de la concurrence, on relèvera quand même l’absence de très grands joueurs de terre battue pour affronter les deux champions :

• Borg n’a eu comme vraie concurrence qu’un Vilas qu’il dominait très facilement. On ne peut pas considérer que les Dibbs, Barazutti, Solomon, crocodiles du fond de court, adeptes des « moon-balls » et sans aucun coup d’attaque majeur, constituaient une concurrence de haut niveau sur terre. Beaucoup d’Américains ne jouaient pas le French Open, Connors n’a rejoué Roland-Garros qu’en 1979, et imaginer un Gerulaitis, adapte du service/volée, finaliste en 1980, comme un Pecci en 1979, montre que les concurrents n’étaient quand même pas de très haut niveau. Dès que Lendl, pourtant tout jeune, est arrivé en finale en 1981, Borg a dû singulièrement se battre pour l’emporter en cinq sets. Finalement, seul un Panatta, avec son jeu d’attaquant complet, a su battre Borg à Roland-Garros.

Nadal a rencontré des joueurs intrinsèquement plus forts que Borg pour triompher : lui a battu à quatre reprises (dont trois fois en finale), le n°1 mondial, ce que Borg n’a pas eu à faire. Il bat facilement tous les spécialistes de la terre battue qui lui sont opposés (Ferrer, Ferrero, Almagro, Verdasco…) lesquels, sans être de très grands joueurs, sont d’un niveau qui semble plus élevé que les Dibbs et Solomon. Pourtant, on peut regretter que Rafa n’ait pas eu à rencontrer un grand champion de terre battue (en plus d’un grand champion toutes surfaces comme Federer), et notamment un Gustavo Kuerten, ou un Jim Courier, voire un Sergi Bruguera (même si on peut penser que Bruguera n’aurait pas fait le poids). Imaginer un Nadal/Kuerten au mieux de leur forme fait saliver. La concurrence semble donc plus forte pour Nadal que pour Borg, au moins sur terre battue.

Pour conclure, il est difficile de dire avec certitude qui est le meilleur joueur de tous les temps sur terre battue : Nadal a gagné quatre Roland Garros contre six à Borg, mais il reste plusieurs années à Rafa pour dépasser le Suédois. Nadal a établi un nombre de victoire sur terre battue (147 matchs depuis 2005) et une série d’invincibilité (81 matchs) sur la surface absolument hors du commun… mais n’oublions pas que le Suédois jouait beaucoup moins.

Les deux joueurs sont d’immenses champions qui ont su élargir leur pré-carré, la terre battue, pour gagner sur d’autres surfaces. Les deux champions auraient surtout réussi dans n’importe quel sport : Nadal aurait pu aussi bien être footballeur professionnel, comme Borg aurait pu être champion de hockey ou d’athlétisme.

Il s’agit certainement des deux plus grands sportifs chez les tennismen. D’autres ont su développer des qualités physiques, et notamment de déplacement, assez extraordinaires (Agassi, Federer), mais ces qualités physiques semblent être spécifiquement adaptées au tennis, à l’inverse de celles de Borg et Nadal.

Il est finalement logique que la terre battue, surface la plus exigeante, sacre les meilleurs athlètes. Nadal a les cartes en mains pour rejoindre Borg au palmarès de Roland-Garros et devenir, de manière indiscutable, le meilleur joueur de tous les temps sur terre battue.

About 

Tags:

299 Responses to Rafael Nadal : un nouveau Borg ?

  1. Sylvie 3 mai 2010 at 14:52

    Merci pour cet article très intéressant. Même si Borg était un remarquable athlète, il n’a jamais dégagé, effectivement, cette impression de puissance propre à Nadal. Et physiquement, il était plus proche d’un Federer, assez fin, longiligne.

    Mais c’est vrai que tous les ans, à Roland, on se demandait qui serait la victime en finale, tellement le titre lui semblait acquis. Pour moi le records de Nadal sont encore plus impressionnants que ceux de Borg sur terre et il devrait en toute logique dépasser le nombre de titres à Roland.

    En revanche, les cinq Wimbledon de Borg sont énormes à une époque où le gazon était une affaire de spécialiste, surtout qu’ils sont consécutifs.

  2. Kristian 3 mai 2010 at 15:22

    Le parralelle est evidemment immediat entre les deux joueurs. Hors Roland Garros, le palmares de Nadal sur Terre est deja beacoup plus impressionnant que celui du suedois : 6 Monte Carlo, 5 Rome (3 vodkas…), c’est le double de ce qu’a gagne Borg a son epoque. Et puis il y a cette serie incroyable de 81 victoires sur terre.. 2 fois plus longues que celle de Borg.

    Ensuite Borg n’a pas vraiment domine la terre battue de 74 a 81. De 78 a 81, certainement. Avant, pas evident. en 74, il arrache son premier Roland Garros a Orantes. Et de 75 a 77, lorsque l’US open se joue sur terre battue, il ne parvient pas a s’y imposer. A cause de blessures inopportunes, certes, mais aussi parcequ’il y avait Connors en face, contrairement a Roland Garros.

    Nadal est parti pour faire six saisons consecutives de domination totale. Il va devenir le plus grand joueur de l’histoire de la surface. Mais il y a encore deux RG a gagner pour lever tous les doutes..

  3. Ulysse 3 mai 2010 at 15:51

    Bon article qui rend justice au deux joueurs.

    Nadal domine encore plus la terre que son ainé comme les stats et séries de victoires diverses le montrent, il est également plus impressionant dans le genre machine de guerre ultime sur la surface.

    Par contre même si Nadal est bon à Wimby il est loin (très) d’y avoir le palmarès de Borg. On pourrait également parler du Masters (4 finales dont deux victoires) et de l’USO (4 finales) où Borg se détache nettement. En définitive le palmarès de Nadal est – pour le moment – plus spécialisé que celui de Borg.

    • Quentin 3 mai 2010 at 15:57

      Certes, mais Borg n’a jamais eu affaire à un joueur du talent de Federer sur herbe et sur dur. Tu enlève le suisse, Nadal a déjà 3 imbledon. Ça a toute de suite plus d’allure.

      • Humpty-Dumpty 3 mai 2010 at 16:17

        Tu enlèves Mc, Borg a un Wimby de plus, et combien d’USO ? Ça a plus d’allure aussi, non ?
        (Quant à l’OA, il ne le jouait pas).

        Le palmarès est ce qu’il est ; avec des si on peut beaucoup s’amuser, mais pas dire grand chose de pertinent face à la réalité des faits.
        Pour le moment, Borg a un palmarès plus complet, même si Nadal a les moyens de passer devant et, en gagnant encore un RG ou deux, d’asseoir sa supériorité comme « monstre de la TB ».

  4. Ulysse 3 mai 2010 at 16:04

    A chacun de faire au mieux dans les conditions de son époque :
    - Nadal bénéficie des méthodes d’entraînement et de préparation moderne mais se coltine Federer.
    - Borg lui vivait une ère de professionnalisme encore balbutiant mais s’est tapé Connors, Mac, Lendl.

    • karim 3 mai 2010 at 16:41

      Si on restreint l’analyse à la terre battue – ce qui je pense est le sujet de Marc – Federer n’a jamais été une gêne pour Nadal sur terre.

      Et il n’est même pas question de savoir qui a le meilleur palmarès à ce stade. Nadal est encore trop petit.

      • Yaya 3 mai 2010 at 17:00

        A l’instar de Karim je pense que citer Federer pour réhausser le palmares de Nadal sur terre est une blaque! Federer n’a jamais été une gêne et Federer ne s’est intéressé à la surface qu’à partir du moment où gagner Rolland lui permettait d’assoir sa stature. Le dernier grand spécialiste que Nadal a eu à vaincre sur cette surface c’était Coria en 2005 à Rome.

        • Quentin 3 mai 2010 at 17:38

          Pourtant, le palmarès de Federer sur terre battue (1RG, 5 masters 1000) est supérieur à celui de Coria (2 masters 1000).

        • Quentin 3 mai 2010 at 17:41

          D’accord pour dire que le dernier grand spécialiste sur terre avant Nadal etait Coria, mais cela ne veut pas dire que Coria aurait opposé plus de résistance à Nadal que ne l’a fait le suisse. Les finales Rome 2005 contre Coria et Rome 2006 contre Fed montre un niveau de résistance à Nadal équivalent.

      • Quentin 3 mai 2010 at 17:14

        Je citais Federer pour rehausser la palmarès de Nadal sur herbe, puisque la Manacori a perdu deux fois en finale de Wimbledon contre le suisse.
        Mais après avoir lu les posts de réaction, je reconnais que l’argument est un peu spécieux.
        Et effectivement, Federer n’a jamais été une gêne pour Nadal sur terre (2 défaites seulement, aucune en GC).

    • Colin 3 mai 2010 at 16:58

      Tu y vas un peu fort Karim, ou bien tu as déjà oublié Rome 2006, Hambourg 2007, Madrid 2009 (il est vrai que ton grand âge…)

    • Colin 3 mai 2010 at 17:14

      Federer a juste l’un des plus gros palmarès de l’histoire de la TB: RG 1 victoire + 3 finales, Hambourg/Madrid 5 victoires + 1 finale, Monte-Carlo 3 finales (toutes perdues contre Nadal), Rome 2 finales. Ce qui lui fait par exemple le même palmarès que Muster, pourtant reconnu, lui, comme un des plus grands terriens de l’histoire.

      • Yaya 3 mai 2010 at 17:57

        Cela ne veut rien dire. Federer a bien perdu en 2003 la finale de Rome contre Mantilla et s’est fait battre sèchement en 2004 à RG par un Kuerten alors loin de son niveau de 2000 – 2001. Federer après 2004 profite aussi de la disparition des grands terriens. Ok il s’est bien amélioré depuis, mais en face il n’y a plus de Corretja, Mantilla ou Costa pour lui mener la vie dure. Pour moi ces 3 là sont largmeent supérieurs à Verdasco, Almagro et Ferrer.

        • Colin 3 mai 2010 at 18:50

          « En face il n’y a plus de Corretja, Mantilla ou Costa pour lui mener la vie dure. Pour moi ces 3 là sont largmeent supérieurs à Verdasco, Almagro et Ferrer ».
          Il faut dire aussi que ces trois-ci ont croisé sur leur route un astéroïde géant nommé Nadal, qui les a transformés en nains, et sans qui ils auraient peut-être aujourd’hui le même palmarès que ces trois-là… Qui sait?

      • Colin 3 mai 2010 at 18:39

        Ah bon, le palmarès ne veut rien dire. Je ne savais pas, tu me l’apprends. Merci!

        • Yaya 3 mai 2010 at 19:26

          Je vois qu’on fait dans l’ironie.
          Le palmares ne veut rien dire si on ne le met pas en rapport avec la concurrence.
          Remporter 5 open d’australie n’a pas la même signification si tu le fais au début des 80s alors que les meilleurs n’y vont pas ou dans les 90s.

        • Elmar 3 mai 2010 at 19:39

          Je réfute depuis toujours cette idée. Si tu commences à mettre des bémols à un palmarès, tu t’en sors plus. Il y a dès lors trop de paramètres à prendre en compte. Mon opinion, c’est clairement la suivante: soit tu te fondes sur l’impression visuelle d’un joueur (le plus subjectif donc) soit tu considères son palmarès brut de décoffrage (le plus objectif).
          Dès que tu fais rentrer des paramètres pour reconsidérer un palmarès, tu fais rentrer la subjectivité dans l’objectivité (quels paramètres choisir? sur quelle base et sur quelle période? etc…)

          • Yaya 3 mai 2010 at 20:12

            Tu as le droit de réfuter Elmar. Seulement dans la carrière de Nadal celui-ci à toujours fait son beurre sur le dos de Federer. Cela a toujours été dans l’intérêt des Nadal d’encenser le suisse. Regardez je viens de battre le meilleur joueur de l’histoire! Donc je suis candidat à ce titre cqfd! Or Federer et Djokovic sont les arbres qui cachent le désert. Federer n’est pas Kuerten. Et le fait qu’il perde sèchement contre le brésilien alors qu’il est fraichementn°1 et que Kuerten est en perte de vitesse situe où se trouve Federer dans la hiérarchie des meilleurs joueurs sur terre battue. Et là je me fondes sur mon impression visuelle.

        • joseph 3 mai 2010 at 19:44

          oopsssssss

        • Colin 4 mai 2010 at 11:35

          Tsss… Quelques défaites par ci par là ne permettent pas de démolir un palmarès comme tu le fais.
          Federer a perdu à RG face à Kuerten à RG2004 et face à Mantilla à Rome2003 donc il n’est pas un cador de la TB???
          C’est cela, oui…
          Avec des raisonnements comme ça, j’en déduis que:
          * Borg a perdu contre Panatta à RG en 1976, ce n’est donc pas le monstre de la TB qu’on croit: s’il gagne 6 RG, c’est parce que Panatta n’était pas là (mais il était où, au fait?).
          * Nadal a perdu contre Soderling à RG en 2009, ça prouve bien que c’est un joueur qui perd contre n’importe qui, donc qu’il n’est pas si bon que ça.

  5. karim 3 mai 2010 at 16:39

    La terre battue est une surface vraiment à part. Moi qui n’ai joué que sur dur, je n’ai posé qu’une seule fois de ma vie le pied sur l’ocre, c’était en Belgique pendant mes études. J’avais attendu ce moment avec tellement d’impatience, ma déception a été phénoménale. Esthétiquement ça a toujours été ma surface préférée, et Roland Garros était encore à l’époque et de loin mon tournoi favori (dépassé par l’AO depuis). Bref je bavais d’impatience d’enfin comprendre la surface, comment glisser, lifter à mort, j’étais prêt à jouer au petit Muster. Au lieu de ça j’ai eu l’impression de jouer à un autre jeu, de pratiquer un autre sport de raquette, comme si j’étais au squash ou badminton. Encore un peu et je parlerais de cesta punta (sais pas comment ça s’écrit désolé).

    Tout ça pour dire que dans les faits, la totale inadéquation de certains tennis set de la terre peut se comprendre, c’est vraiment un autre monde, d’autres sensations, d’autres qualités. Bloqué dans un délire schizophrène, j’adore cette surface mais déteste ses spécialistes. J’aimais beaucoup Borg pour son aura, son look de Jésus invraisemblable et aussi parce que je haïssais McEnroe. Mais avec le recul et comme j’étais encore inexpérimenté, ce n’est que bien plus tard que j’ai réalisé que son jeu m’exaspérait au plus haut point.

    Nadal est venu trop tard pour moi; à une époque ou mes références cinématographiques incluaient toute la filmographie de Schwarzy et que je récitais des vers de Rambo the first blood de mémoire, à une époque où rien n’était assez violent et musclé pour moi, Nadal aurait été mon idole. Pensez, j’ai été un fan de Muster à ses débuts. J’aimais le tennis brutal, les ahans, les râles. J’avais rien compris. Quand Sampras démantèle Agassi en finale de Flushing en 90 je manque d’avaler ma luette, je trouve qu’il a un tennis de pédé parce qu’il a un revers à une main et ne semble pas dégager une grosse impression de violence, en plus il ne crie pas quand il frappe. Quand j’y repense qu’est-ce que j’ai honte de moi…

    Bref je me suis égaré, Borg ou Nadal? Je suis persuadé que chacun a été à son époque et avec ses moyens et sa concurrence le nec plus ultra du jeu sur terre. Tant mieux pour eux. Pour ce qui est des aptitudes physiques, tout ce que Borg faisait a l’air autrement plus aisé et naturel. C’était réellement un athlète exceptionnel. Nadal s’est construit un physique exceptionnel mais à un prix que lui-même ne connait pas encore.

    • Colin 3 mai 2010 at 17:03

      Moi je n’ai joué sur terre battue que pendant 2 mois, l’été 1990, à l’occasion d’un stage dans une entreprise qui avait deux courts en TB juste à côté. J’ai adoré, j’avais l’impression bizarre que mes balles restaient dans le court (alors que d’habitude ma spécialité était d’arroser les bâches et les couloirs), comme si je m’étais mis « naturellement » à lifter, sans avoir pourtant jamais appris à le faire.

  6. Colin 3 mai 2010 at 16:55

    En fait, Nadal est un cy-borg.

    OK je sors.

  7. Colin 3 mai 2010 at 16:59

    Borg était surnommé l’extra-terrestre. Nadal serait plutôt l’extra terrien.
    OK, je ressors, et cette fois je reste dehors.

  8. Antoine 3 mai 2010 at 17:25

    Rafa, un nouveau Borg ?

    De par le palmarès et la domination qu’il exerce sur terre battue, certainement et on verra bien dans quelques années jusqu’où celle-ci conduit Nadal en termes de résultats. Egalera t il, battra t il le record de Bjorn Borg à Roland Garros ? Je n’en sais rien et on verra bien… Borg lui même disait la veille de la finale de 2008 que Rafa pouvait très bien gagner 8 ou 9 fois Porte d’Auteuil. En 80, Dick Stockton avait parié que Borg gagnerait 10 Roland Garros..On sait ce qui est arrivé à Borg, on ne sait pas ce que l’avenir réserve à Rafa.. Cela dépend de lui mais pas que de lui..En tout cas, la domination de Rafa sur terre est tout à fait comparable à celle que Borg a exercée à compter de 78…Avant, en 74 et 75, c’est vrai Borg était moins fort et a bénéficié du fait que Roland Garros était déserté par beaucoup des meilleurs joueurs du monde mais seul un, Connors, était capable de le battre sur terre. Il l’aurait peu être fait ces années là s’il avait pu venir, en 74, ou s’il avait voulu venir, en 75 mais on ne refait pas l’histoire..

    Pour autant, je ne vois guère de rapprochement entre les deux: sur le plan tennistique, Rafa ressemble beaucoup plus à Vilas, un Vilas qui aurait le mental de Connors, qu’à Borg..et il faut se souvenir que Borg absent, comme en 77 à Roland Garros, Vilas dominait outrageusement sur terre battue. IL battait, voire écarsait tout le monde mais n’arrivait jamais à battre Borg. Contre Borg, c’est lui qui était obligé d’attquer, comme contre Wilander en 82, et contre Borg l’attaque du fond du court sans avoir un service et une volée, cela ne marchait pas..

    Physiquement, on ne peux imaginer plus dissemblables: Borg était aérien, ne transpirait pas et ne donnait jamais l’impression de faire d’efforts, assez Fédérien en quelque sorte. Il se déplaçait aussi vite de Nadal mais avait un meilleur sens de l’anticipation. Il avait aussi un très bon service à partir de 76 et était globalement un joueur beaucoup plus complet que Rafa. Sa marge était plus faible sur herbe, dur ou indoor que sur terre mais il gagnait partout y compris sur des surfaces indoor alors très rapides..Le fait qu’il n’ait jamais gagné l’US Open demeure la tâche de son palmarès et pour l’instant Rafa est logé à la même enseigne mais si l’on compare les deux palmarès, il n’y a pas photo: hors terre battue, Borg était beaucoup plus fort que Rafa et si l’on peut se demander ce que sera leur palmarès respectif à Roland Garros, il n’y a pas de doute que jamais Rafa ne gagnera cinq Wimbledon…

    • Quentin 3 mai 2010 at 17:31

      Tout à fait d’accord pour dire que Borg était plus complet que Nadal. Marc aurait pu ajouter dans son très bon article que Borg a remporté 2 fois les Masters de tennis masculin (1979 et 1980) sur surface synthétique en indoor et a atteint 2 autres fois la finale (1975 sur dur indoor, 1977 sur synthétique indoor). Nadal, lui, n’a jamais dépassé les demi-finales (2006 et 2007, dur indoor).

    • Franck-V 3 mai 2010 at 18:03

      Rien à rajouter… Antoinosaurus Rex

      • joseph 3 mai 2010 at 18:36

        idem

  9. Franck-V 3 mai 2010 at 17:55

    Comme Marc, j’ai accédé au tennis par la finale de RG 78.
    Comme Karim, j’adulais Borg, mon Dieu, et détestais ce petit ricain rouquin rondouillard, vitupérant pour un rien (sauf contre l’icône nordique, il est vrai) avec ses mauvaises manières d’émigrant Irlandais.
    Je savourais chaque déconvenue du big brat comme de son ainé Jimbo l’arrogant transpirant aux bâtons de réglisse dans les cheveux.. et je maudissais l’US Open..

    Seul Borg comptait, seul Borg devait exister et régner et en accord avec son aura christique, chaque échec américain était vécu comme un chemin de croix…

    Le « New-York, New-York » qui résonnait à mes oreilles n’était pas celui de Liza Minelli ou de Frank Sinatra, mais le no future de Nina Hagen. C’est pourquoi je vivais chaque épopée parisienne mais plus encore londonienne comme un récital qui promettrait encore une fois, peut-être cette fois.. l’inaccessible.

    En vain, même la quête sans enjeu magique de 81 se termina inéluctablement, McEnroe était devenu trop fort, trop sûr de son talent et le regard déjà ailleurs du Suédois annonçait l’impossible… le tennis allait continuer sans Borg!

    Ah oui, je m’égare, ça parle de Nadal aussi… je laisse les spécialistes en parler mieux que moi :-)

  10. joseph 3 mai 2010 at 18:06

    Je me risquerai pas à départager les deux joueurs, mais il ne fait aucun doute, qu’il y a là, un parallèle entres les deux, que tu développes très bien dans cette article.
    Je rejoins Ulysse dans ce qu’il dit. Pour moi Nadal, a des racines plus terrienne que Borg. On sent, qu’il trouve et qu’il puise son énergie dans ce sol, dans cette terre, qu’il ne le fait sur toute autre surface pour qui il semble en souffrance. Sa façon lourde de se déplacer, est parfaitement adapté à la terre battue, au contraire de wimbledon, ou l’herbe demande plus de légèreté. Mais si il y réussit aussi bien (sur cette surface), c’est parce qu’on y retrouve encore cette terre (et encore plus vrai en fin de tournoi). il semblerai donc qu’a son contact, un anneau (un peu comme une aura) d’invincibilité se crée en lui, que tout ses sens se mettent en mode éveil. Et c’est d’autant plus vrai, lorsque l’on voit arriver la saison de terre battue, il y a comme une renaissance qui s’opère chez lui. Alors pas de doute pour moi, Nadal est un vrai terrien plus que ne l’était Borg, un terrien comme il en existe plus. A son niveau, il n’y a pas de concurrence, il y avait bien quelques argentins à une époque dont coria qui n’était pas mauvais, mais ont leurs à tapés dessus. Et c’est cette non concurrence que je pleurs aujourd’hui.
    Je ne suis pas un pro Nadal, ni de son jeu et encore moins de son personnage. Mais il faut reconnaitre qu’il y a bien quelque chose chez lui…
    Par contre, dire que Nadal et Borg sont les deux plus grand sportif chez les tennismans, il y a là une frontière délicate que je n’aurai pas osée franchir.
    Nadal n’a que 23 ans et 4 RG, alors je mets une pièce, qu’il fera tomber le record de Borg (6).

    • Colin 3 mai 2010 at 18:35

      Oui, la détente de Sampras par exemple sur ses « dunk smashes », c’était quelque chose aussi.
      On pourrait citer aussi Noah, Becker et Lendl, parmi ceux qui étaient des sportifs hors pair et qui auraient sans doute réussi dans un autre sport.
      Quand j’étais étudiant à Lyon, un copain footballeur, pourtant pas manchot à ce sport, me racontait qu’il avait joué au foot avec Gilles Moretton, et que celui-ci avait littéralement écrasé tous les autres joueurs présents sur le terrain ce jour là, par sa simple emprise physique. En particulier sur les corners il était le seul à toucher le ballon de la tête, il faisait le ménage dans la surface.
      D’ailleurs quand Yannick Noah jouait avec le Variétés Football Club, aux côtés de pros tout juste retraités, il était loin d’être ridicule.

    • Franck-V 3 mai 2010 at 18:39

      Moretton et Noah en double… deux monstres physiques, pas étonnant que l’Argentine de Vilas (sans Clerc..) ait baissé pavillon à Buenos Aires en 82, là où le Mc invaincu en CD et consorts s’étaient inclinés l’année précédente.

    • joseph 3 mai 2010 at 19:14

      MRDDDDDDDDD certain on vraiment une mémoire d’éléphant…

  11. DIANA 3 mai 2010 at 18:26

    Que dire ? Borg, j’adorais, c’est lui qui m’a amenée au tennis :)
    Nadal m’en fera sortir :mrgreen:

    Je reconnais l’excellent palmarès de ce joueur, son abnégation pour en arriver là, et tout et tout, mais y’a rien à faire, le personnage dans son ensemble ne me branche pas. C’est intuitif, assez inexplicable, et heureusement que tout le monde n’est pas comme moi :mrgreen:

    • Franck-V 3 mai 2010 at 18:33

       » heureusement que tout le monde n’est pas comme moi »

      Ça serait un de ces bordels, le monde…. d’ailleurs, c’est un beau bordel.. je me demande si tout le monde n’est pas comme moi :mrgreen:

    • DIANA 3 mai 2010 at 18:39

      ?????????????????????????????? Excuse après une dure journée de reprise du boulot, j’avoue être peu réceptive à ta subtilité légendaire :)

      • Quentin 3 mai 2010 at 18:43

        Sketche de Coluche

  12. Jérôme 3 mai 2010 at 18:56

    Encore une fois ;-) comme Antoine, je conteste l’équation Nadal = Borg. La seule chose qui les rapproche, c’est leur domination écrasante sur terre battue. En revanche, les ressorts de cette domination sont très différents.

    Sans les raquettes profilées grand tamis, grande surface utile à cordages Babolat, le jeu de Nadal était tout simplement impossible. Antoine a bien rappelé que le style de jeu Borg/Wilander était foncièrement supérieur sur terre battue. Pour faire craquer cette domination par la génération de terriens qui a arpenté les courts dans les années 80, il a fallu l’archi-domination physique de Lendl avec son monstrueux coup droit de Terminator. Borg c’était davantage la vitesse, l’endurance, la précision chirurgicale, celui qui parvenait à renvoyer la balle une fois de plus que le super-crocodile de terre battue.

    J’insiste sur le coup droit de Lendl parce que la part relative de son coup droit dans la domination de Lendl était beaucoup plus forte qu’elle peut l’être dans le jeu de Nadal aujourd’hui.

    Je ne peux qu’abonder dans le sens de ceux qui privilégient une fialiation Vilas/Muster avec Nadal. La différence entre Nadal et ces ancètres, c’est qu’il a en effet un mental beaucoup plus péchu ainsi qu’une faculté d’adaptation et – j’ose le dire – un talent supérieur à l’argentin et à l’autrichien.

    En revanche, je m’élève en faux contre l’idée que Borg aurait eu une concurrence inférieure à celle de Nadal sur terre battue. Il me semble plutôt que Nadal a un jeu plus marqué et atypique que celui de Borg. Bien plus que Borg, Nadal est un grand champion qui a poussé à l’extrême les qualités qui font sa force sur terre battue (un jeu marqué par un lift agressif) pour réussir à les rendre très efficaces sur terre battue. Mais foncièrement, Nadal est un joueur de terre battue alors que Borg était beaucoup plus polyvalent et adaptait davantage son jeu aux autres surfaces. La terre battue c’est le royaume de Nadal et il y est bien plus enfermé que ne l’était Borg.

    Quelques statistiques éclairantes :
    71% des 38 titres remportés à ce jour par Nadal (y compris le tournoi olympique, 73% si on exclut le tournoi olympique) l’ont été sur terre battue.
    Pour Borg, ce taux n’est que de 44% sur ses 63 titres officiellement recensés par l’ATP. Les titres remportés par Borg ailleurs que sur TB sont loin de ne l’avoir été que sur le gazon londinien. Borg était aussi redoutable sur les autres surfaces rapides non naturelles.
    Quant à dire qu’il manquait de concurrence sur surfaces rapides, cela me paraît erroné quand on sait ce que valaient Connors et Mac Enroe, mais aussi Tanner, Gerulaitis et quelques autres gros cogneurs de surfaces rapides.
    Pour Vilas, ce taux est de 73%.
    Pour Muster de 90%.
    Pour Kuerten de 75%.
    Pour Wilander de 61%.

    Un point sur lequel je me retrouve, en revanche, d’accord avec Marc, c’est sur le fait qu’il ne faut pas non plus dévaloriser le potentiel de Federer sur terre battue contre Nadal. Notamment contre le jeune Nadal de 2005/2007 qui n’était pas à son sommet de 2008 sur terre battue.
    Je ne parle pas tant de Hambourg 2007 et Madrid 2009 que de plusieurs défaites de Federer sur TB.
    Primo il y a Rome 2006 que Federer a perdu d’un cheveu après avoir eu des balles de match. Il le perd selon moi au mental.
    Secundo, j’ajoute Roland Garros 2006. Federer a tenu le match en main jusqu’à ce qu’il dégoupille tout seul en début de 2ème set. Je revois ce point maudit où, alors qu’il mène 40/0 et que le juge de ligne donne « out » une balle de Nadal qui permet à Federer d’égaliser à 1/1. Le suisse, grand seigneur, conteste la décision d’arbitrage (alors que je crois le hawk eye révèlera qu’elle était bien dehors) et fait rejouer le point. Et là, il se met à aligner les fautes directes et perd le 2ème set 6/1, très certainement parce qu’il s’en veut à mort d’avoir été aussi inconséquent de rendre ce point.

    Dernier élément enfin, pour ce qui est de départager qui est le meilleur joueur de tous les temps sur terre battue, le match se joue à trois, Ken Rosewall ayant des arguments particulièrement impressionnants à faire valoir.

    • Jérôme 3 mai 2010 at 20:07

      Oups ! Coquille de ma part.

      Je voulais dire : « Bien plus que Borg, Nadal est un grand champion qui a poussé à l’extrême les qualités qui font sa force sur terre battue (un jeu marqué par un lift agressif) pour réussir à les rendre très efficaces sur surfaces rapides. »

  13. antsiran23 3 mai 2010 at 19:24

    Je suis également arrivé au tennis avec Borg. J’y suis retourné avec Edberg, Sampras, Federer et alors que j’allais en sortir, je retrouve Gulbis en fondant de gros espoirs sur lui (je sais, c’est un peu prématuré…). Borg dominait, certes physiquement, mais sans cette brutalité herculéenne de Nadal. Il exerçait, sans en rajouter (pas de bondissements pendant le toss, pas de jogging frénétique dans les vestiaires, pas de poings serrés à chaque balle perdue par son adversaire, etc…) un ascendant mental sur son adversaire inexorable. Pas de transpiration (comme Federer), pas un signe de fatigue apparente, pas l’ombre d’un doute visible… Absolument incroyable. Et un physique hors du commun, oui. Mais pas démonstratif. Des jambes fines, musclées, un jeu de jambe d’une précision inouïe. Oui, il n’avait jamais l’air à la bourre. Et pour finir, son jeu : il a dû faire 3 doublés RG/W et 5 W consécutifs. Pour le moment, Nadal n’a pas ce palmarès. Mais j’ai l’impression que tous les ans on passe d’avril à juin en se demandant qui pourra un jour battre Nadal ? Et juillet arrive et la question ne se pose plus. Exception 2008. On a arrêté de parler lui vers le 10 juillet.
    La question c’est combien de temps il pourra jouer au tennis. C’est certain qu’au rythme où il va il va pulvériser Borg en nombre de tournois gagnés sur TB. Je devrais être baba. Je ne le suis pas. J’ai du mal à comprendre pourquoi ?
    En attendant, comme je joue beaucoup au tennis, il m’arrive souvent de rêver que j’ai les coups d’untel ou untel. Et là, il n’y a pas photo, je ne rêve jamais de Nadal !

    • Elmar 3 mai 2010 at 19:35

      Pour 2008, on a quand même encore pas mal parlé de Nadal jusqu’en août…

    • Jérôme 3 mai 2010 at 20:25

      Effectivement, beaucoup de gens rèvent plutôt de facilité et de fluidité apparentes que d’effort physique plus manifestement visible, même si l’effort physique n’est pas contradictoire avec un immense talent et avec une réelle facilité.

      La référence au service, c’est un Sampras matiné de Federer, car même si on aime voir un joueur sortir un ace ou un service gagnant pour se sortir d’une mauvaise passe ou s’assurer quelques points faciles, on n’aime pas les joueurs qui gagnent 50% ou 75% de leurs points au service sur ace ou service gagnant.

      La référence au fond de court, c’est un joueur qui a un revers à 1 main, si possible ressemblant fortement au revers d’Edberg, assaisonné des petits coups de poignet à la Mac Enroe et à la Federer qui lui permettent de sortir d’invraisemblables petits revers courts croisés à 1 main, tout comme des revers long de ligne (le must étant le passing de revers en bout de course), et qui sont capables de tenir la dragée haute en revers à des cadors du revers à 2 mains (je jouis encore de la leçon de revers donnée par Federer à Murray lors du dernier OA).
      Toujours au fond de court, on rève là encore d’une sorte de croisement entre trois quart de coup droit de Federer pour la variété et la maîtrise technique, ainsi que celui de Sampras pour le coup droit en bout de course et les frappes un chouia plus explosives quand il faut.

      On voudrait aussi un gars qui monte assez régulièrement à la volée, et qui, sans y aller systématiquement, soit capable d’y monter avec le sens de l’anticipation de Mac Enroe, la volée de revers d’Edberg et la volée de coup droit de Cash.

      Ajoutez-y enfin les coups de patte et le toucher génial de Mac Enroe, et dans une moindre mesure de Federer, et vous avez le fantasme absolu.

      C’est ça le portrait robot du joueur idéal. Et plus un type correspond au profil, plus la tension artérielle monte.

      J’ajoute surtout que le phénomène est cumulatif, le tennis étant encore finalement un sport assez jeune.

      Je ne fais pas là principalement référence au fait que la plupart des gens ont une mémoire tennistique s’approchant de Dory, le poisson-chirurgien dans le monde de Nemo. Ce qui me paraît le facteur essentiel qui a un effet d’optique déformant, c’est qu’au fur et à mesure que le temps passe et que le nombre de grands champions s’accroît, la valeur prétée à celui qui arrive en tête du classement (selon tel ou tel critère discutable) s’accroit. Etre 1er sur 10 prétendants, c’est plus impressionnant qu’être 1er sur 5.

    • Djita 3 mai 2010 at 20:31

      C’est super intéressant ce que tu dis Antisiran.
      Je comprends ce que tu veux dire. Mais le palmarès de Nadal sur TB est tellement impressionnant qu’il force l’admiration.
      Ça fait un bout de temps qu’on se pose la question de la longévité de Nadal mais les années passent et il est de plus en plus impressionnant. Cette année encore il devrait remporter RG.

  14. Elmar 3 mai 2010 at 19:34

    Merci pour ce nouvel article. Un sujet de saison, bien qu’un peu rabaché ces 3-4 dernières années…

    Sur le fond, comme l’avait dit il y a longtemps J. Blake : « Federer est fait pour le tennis et Nadal pour la terre battue ». Et ce bien plus encore que Borg, comme il a été brillamment rappelé par de nombreux intervenants. Borg était moins spécialisé que ne l’est Nadal.

    Je m’offusque aussi contre les trois derniers paragraphes selon lesquels Borg et Nadal sont les plus grands sportifs chez les tennismen. Dire qu’ils auraient réussi dans n’importe quel sport, ca me parait totalement invérifiable. De la même manière, je ne saisis pas sur quoi se base Marc pour dire que les autres grands tennismen étaient des athlètes plus spécialisés pour le tennis et qu’ils n’auraient pas réussi dans d’autres sports. Qu’ont Borg et Nadal de plus physiquement que Lendl, Becker ou… n’importe quel joueur des années 2000 (à l’exception notable de la crevette Gilles Simon)?

    • joseph 3 mai 2010 at 19:59

      tu couves l’offusqueguinal, attention difficile à soigner…je connais, parce que moi ce qui m’a beaucoup offusquinalé longtemps, c’est qu’on est tapé que sur les argentins (comme mentionné plus haut) et pas les e……les autres. bon chacun son offusquination :)

  15. Lionel 3 mai 2010 at 19:43

    L’important c’est que Ivo Karlovic est de retour, victoire contre Dusan Lajovik. Et Karlo c’est un sacré phénomène. Un nouveau tennis, comme Rafa.

    Sur Nadal beaucoup à dire, au niveau de la pharmacopée, il aura donné un tour décisif à son sport, 20 ans après Benoîde en athlé et repoussé des limites. A faire passer Muster et Victor Pecci pour des mecs sains.
    Sur la forme, beaucoup de positif, il a mis fin à 15 ans -1989 à 2004-de seconds couteaux vainqueurs à Paris et a redonné à Roland Garros du lustre. Donc voilà quitte à voir un bourrin et un espagnol, autant que ce soit lui.

  16. Franck-V 3 mai 2010 at 20:09

    Il semble que l’équation Borg= Nadal ne rencontre que peu d’écho ici.. y’a bien les dates de naissance similaires à 30 ans d’écart, le revers à deux mains et une TB peu ingrate envers eux mais par contre, en d’autres lieux,
    Nadal= Ali+Merckx+Schumacher+Michel-Ange+Einstein+le docteur Schweitzer+Mère Thérésa + etc, etc a eu son petit effet :-)

    Quant à la filiation Muster-Vilas (avec un soupçon de Mancini), y’a du vrai avec ces gauchers lifteurs mais leur manque le revers à deux mains caractéristique.

    • DIANA 3 mai 2010 at 20:11

      C’est où les autres lieux, je connais?

    • DIANA 3 mai 2010 at 20:43

      C’est à peine croyable :oops: il y en a qui ont un grain, tout de même :mrgreen:

  17. karim 3 mai 2010 at 20:14

    Ben si on parle de qualités athlétiques totales, Borg c’est fort, Nadal c’est bien, mais je trouve que Noah, Rafter, Monfils ou d’autres encore c’est tout aussi bien.

    Pour moi les deux joueurs les plus parfaitement proportionnés pour jouer au tennis, entre puissance, souplesse, fluidité, explosivité, sont Sampras et Federer, comme par hasard. y’a plus costaud (Nadal ou Berdych) y’a plus souple (Kuerten ou Silder man) y’a plus léger (Rocchus ou Rocchus) mais dans le mix, y’a pas mieux.

    Y’a une autre catégorie de joueurs parfaits pour le tennis, ce sont les 190cm bien proportionnés genre Moya, Kafel à son meilleur, Murray ou qui encore.

    Et y’a les cyborgs, pas encore des freaks mais déjà de belles forces de la nature comme Berdych, Safin ou Medvedev (avant ses soucis de poids).

    Borg et Nadal c’est super, mais y’a d’autres physiques impressionnants.

    • joseph 3 mai 2010 at 20:26

      Karim ça va t’attrister mais on parle maintenant d’une opération pour Delpo, et si ça arrive l’US open, pas sur pas sur.

      • hamtaro 3 mai 2010 at 20:29

        sur delpo il y a bcp de choses à dire, je continue de recouper et je vous mettrais des liens mais parait il que ce ne serait pas physique…

        • joseph 3 mai 2010 at 21:01

          A quoi tu fais allusion?

    • DIANA 3 mai 2010 at 20:46

      J’ai eu des échos également,enfin des rumeurs, mais la décompression suite à son 1er titre d’un tournoi du GC semble terrible : il aurait du laisser gagner Fed, il en serait pas là, et au moins le Fed, il assume lui :mrgreen:

      • hamtaro 3 mai 2010 at 20:56

        je serais plus indulgente que toi…, regarde novak…

    • DIANA 3 mai 2010 at 21:01

      quoi Novak, qu’est ce qu’il a fait ou pas fait ? parce qu’il n’a qu’un titre majeur? mais il n’a pas fait de dépression que je sache.

  18. hamtaro 3 mai 2010 at 20:28

    j’aurai bien aimé participer mais n’ayant pas vu jouer borg je m’abstiens :mrgreen:

    • Franck-V 3 mai 2010 at 20:35

      Tu es trop jeune pour avoir vu jouer Borg comme je suis trop vieux pour regarder jouer Nadal…. mais comme je n’ai parlé que de Borg, rien ne t’empêche de ne parler que de Nadal, on fera un pot-pourri :mrgreen:

      • hamtaro 3 mai 2010 at 20:51

        quelle bonne idée , mais je n’ai pas envie de parler de nadal :evil:

    • DIANA 3 mai 2010 at 20:56

      Y’en a un qui aime bien parler de Nadal sur un autre site duquel je viens :mrgreen: : son coup lasso dont on ne se lasse pas etc… etc… que d’emphase, en n’omettant pas au passage de resservir le 6/0 (tiens, tiens)de Fed :mrgreen:

      • Franck-V 3 mai 2010 at 20:58

        Oui, enfin bref, n’évoquons plus d’autres lieux, ça risque d’éveiller les fâcheux, d’ailleurs, j’efface mes liens précédents.

        T’as sûrement oublié 13-7 au passage ;-)

        • DIANA 3 mai 2010 at 21:00

          efface les miens aussi please

        • Franck-V 3 mai 2010 at 21:03

          Bah t’en as pas mis

          • DIANA 3 mai 2010 at 21:13

            non, mes posts concernant l’autre site, ca ne sert à rien, tu les a lus objectif atteint :) fais le ménage, c’est ton job :evil: :mrgreen:

          • Nath 3 mai 2010 at 22:03

            Ah, je croyais que son job c’était DRH ? :mrgreen:

    • DIANA 3 mai 2010 at 21:08

      Mais non, mais non, Franck, je ne pense qu’à ça, ça m’empêche de dormir la nuit, terrible qu’une telle domination ne soit pas récompensée avec un palmarès inversé :mrgreen: et pourtant, ça devrait, ce ne serai que justice :evil:

    • DIANA 3 mai 2010 at 22:16

      Non, son job c’est le ménage, et je m’aperçois qu’il le fait mal :evil: viré :mrgreen:

  19. Jean 3 mai 2010 at 21:04

    Merde, c’est quoi ces conneries de dépression post GC chez Del Potro, il est en carton lui aussi ? Bon, c’est sûr que c’est mieux qu’une dépression anté GC, mais on va bien réussir à mettre ça aussi sur l’envergure du Roger, nan ?

    Fais chier.

    • Franck-V 3 mai 2010 at 21:06

      C’est vrai à la fin, pas de quoi déprimer, ça ne l’a pas tué Fed :mrgreen:, il a remporté le suivant.

      Juan Martin, ressaisis-toi, je t’assure, personne ne t’en veut, ça s’est très bien passé :-)

    • DIANA 3 mai 2010 at 21:11

      C’est la faute à Fed, l’ a trop fatigué, et la Tour s’est rendu compte que c’était pas si facile de rester au top, et combattre comme un chacal pour atteindre la postérité, peut-être pas son trip, hein ?

      Il pourrait ne pas revenir avant l’automne, vamos a ver. Que mierda :oops:

      • hamtaro 3 mai 2010 at 22:21

        s’il est là pour l’USO ce serait déjà pas mal…

  20. MONTAGNE 3 mai 2010 at 21:36

    Le match se joue à 4 : Nadal, Borg, Rosewall, Lacoste

  21. Coach Kévinovitch 3 mai 2010 at 21:44

    Nadal=Borg?

    Pour l’instant, je me contenterai comme Mc Enroe de dire sue Nadal est le « Borg actuel » pour ce qui est de la domination terrienne puisque c’est bien de cela qu’on parle ce qui signifie que je ne vois pas pourquoi on parlerait du palmarès hors terre battue pour les différencier.

    Nadal n’a pas encore gagné 6 Roland-Garros donc pour l’instant, je pense qu’il ne peut être à égalité devant Borg même si selon moi grâce à la série record sur terre, s’il atteint un jour les six victoires, je mettrais Nadal devant après c’est un avis personnel!!

    Après, ils en imposent au niveau de l’attitude pas de la même manière mais c’est normal, Nadal est espagnol et latin là ou Borg est suèdois donc scandinave!!! Après on aime ou on aime pas!!

    Leurs jeux sont très différents mais parce qu’aussi de même qu’on ne pouvait dans les seventies jouer comme Nadal à cause du matériel, on ne pourrait pas régner sur terre avec un jeu à la Borg à cause du matériel aussi!!!

    L’impression de domination est au niveau des chiffres (hors RG) plus forte chez Nadal car par saison, il gagne plus de tournois terriens que Borg mais c’est tout simplement parce qu’il y a plus de tournois plus ou moins majeurs OBLIGATOIRES!!!

    Du coup, je botterais un peu petit en touche en disant que les époques (et donc circuit, matériel…) étant trop différentes, l’équation Nadal=Borg est insoluble, Nadal est juste (et je pense que c’est déjà ça) le Borg actuel!!

    • Ulysse 3 mai 2010 at 22:27

      « je ne vois pas pourquoi on parlerait du palmarès hors terre battue pour les différencier »

      Ben oui c’est vrai je ne vois pas.

      Juste un truc : quand tu (CK) dis que l’impression de domination plus forte chez Nadal est parce qu’il y a plus de tournois obligatoires, tu loupes une occasion de dire du bien de ton poulain. Les Masters obligatoires concentrent tous les meilleurs joueurs de sorte qu’il est au contraire maintenant beaucoup plus dur de se construire un palmarès pléthorique ou des séries de victoires d’affilée.

      Dans les années 70 et 80 les gros joueurs s’évitaient une bonne partie de l’année, chacun sur son continent.

    • Sylvie 3 mai 2010 at 22:41

      C’est marrant, comme tu mets plein de points d’exclamation dans tes messages, double ou triple même, on a toujours l’impression que tu es en colère.

  22. Valentin 3 mai 2010 at 22:19

    Beaucoup de choses ont été dites, je n’ai rien à rajouter.
    Si ce n’est une petite observation pour l’odyssée. Je trouvais déjà bizarre la règle qui faisait qu’on ne peut remplacer son Top 5, maintenant que Del popo semble forfait quasi toute la saison je la trouve vrmt absurde. Quoi de plus pénalisant dans la course que de perdre son top? Un remplacement, justifié par un papier du médecin me paraîtrait le bienvenu pour l’année prochaine. Bon je dis pas ça parce que De la poutre est mon poulain hein, c’est uniquement par soucis d’équité :)

    • Colin 4 mai 2010 at 09:32

      Oui, pareil que toi Valentin.
      Je ne vous dis pas la fin de saison que va faire notre grand poulain, je vois bien un triplé Shanghaï / Bercy / Masters, et la finale de Coupe Davis comme cerise sur le gâteau.

  23. Antoine 3 mai 2010 at 22:23

    Etonnant de voir qu’un joueur qui a remporté son dernier grand chelem il y a plus de trente ans désormais continue à susciter autant de commentaires, sinon de passion..

    Nous sommes toujours, et sans doute pour longtemps encore, dans l’ère borgienne. Borg est celui qui a montré, pour la première fois depuis des années très reculées, les années 20 pour être exact, que l’on pouvait dominer en jouant principalement du fond du court, avec, il est vrai Connors qui révolutionne le jeu en 74…

    On n’a pas retenu Connors, sans prédécesseur, ni successeur, mais on retient Borg, à bon droit..Il y a un avant et un après Borg que tous ont ressenti à ce moment là, qui tient à lui même, à l’époque et à l’incroyable influence qu’il a eu sur le jeu et dont nous ne sommes pas toujours sortis, et pour cause..

    Nadal ne révolutionne rien du tout, il poursuis la route..C’est un descendant..Assez limité d’ailleurs quand on veut bien considérer objectivement son palmarès vis à vis de celui du Suédois…Cela étant, Nadal n’a que (presque) 24 ans et on peut toujours inférer qu’il aura, à 28 ou 29 ans, l’âge auquel il a fait référence il y a un peu moins d’un an comme étant celui au delà duquel il ne se voyait pas, à l’époque, poursuivre, un palmarès beaucoup plus conséquent que celui de Borg mais je n’y crois, pour ma part, pas un instant..

    Ce n’est pas à presque 24 ans que l’on s’améliore soudainement et Rafa est, et demeurera, essentiellement, un joueur de terre battue sur laquelle il a construit l’essentiel de son palmarès…

    Les deux meilleures choses qui puissent lui arriver sont de gagner à l’US Open, et de gagner une deuxième fois à Wimbledon, et c’est tout le mal que je lui souhaite…

    • May 3 mai 2010 at 22:37

      Borg c’est la 1ère star de Tennis, l’un des premiers dumoins que tout le monde reconnaîssait sans même avoir jamais vu un match de Tennis. La première idole des enfants et des ados qui voulaient s’identifier à lui.

    • Yaya 3 mai 2010 at 23:24

      Moi je pense que ça fait un bon moment que nous ne sommes plus dans l’aire borgienne. Ok tout le monde joue du fond en 2009 mais c’est oublier un peu vite le retour des bombardiers avec Boum Boum Becker en 85. Ces mecs là ont fait la loi jusqu’en 2001 avec le titre d’Ivanisevic à Wimbledon.

  24. May 3 mai 2010 at 22:30
    • Sylvie 3 mai 2010 at 22:43

      Drôle d’article. De parti pris, non ?

    • May 3 mai 2010 at 22:46

      J’espère que ce n’est pas un journaliste qui a pondu cet article. C’est pas tant le parti pris qui m’a marqué mais on dirait qu’il en veut à Nadal de s’être fait bousculer. La mérite en reviens à Gulbis non?

    • DIANA 3 mai 2010 at 22:49

      Pas sûr. Une autre façon de voir les choses.

  25. karim 3 mai 2010 at 22:35

    Trop con pour JMDP. Avec un vrai poignet, un vrai moral pour Gulbis, on aurait le duel des années 2010. Dommage.

    • May 3 mai 2010 at 22:51

      Karim, tu penses que tu lui portes malchance au Delpo car depuis que tu l’as pris dans ta team Odyssée on ne l’a plus revu?
      Trève de plaisanterie, après une opération au poignet va t-il retrouver sa force de frappe? Ça se guerrit totalement un poignet après une opération?
      Mine de rien sans son grand coup droit je ne vois pas comment il pourrait revenir à son meilleur.

    • DIANA 3 mai 2010 at 22:59

      Ben, il y a des rumeurs qui circulent selon lesquelles il n’aurait rien au poignet, seulement quand il s’agit de s’entraîner pour participer à un tournoi : somatisation ?

      Si tel était le cas, cette victoire à l’US n’aurait-elle pas été un sacré cadeau empoisonné des dieux?

      Par ailleurs, les Federer et Nadal nous prouvent, une fois de plus, la force de caractère qui les habite

    • DIANA 3 mai 2010 at 23:04

      Gulbis a un vrai moral, sauf qu’il n’est pas encore bien formaté. N’oublie pas qu’il a été un intermittent du spectacle en 2009, il commence tout juste à s’équilibrer, et ce sont les matches de haut niveau qui lui feront acquérir ce qui lui manque encore.

      Car le dingue de service, punaise, qu’est-ce qu’il a bien joué samedi, comme il a tenu les échanges du fond, et il s’en est fallu de très peu.

      Imaginons qu’il tienne son service : 5/5 puis 6/6 : t’aurais donné cher de la peau de Nadal dans un tie-break ? Pas moi.

    • May 3 mai 2010 at 23:05

      Tu veux dire qu’après 2 ans au top niveau et 1 titre de GC il est cramé mentalement? Peut-être que dans son esprit remporter un GC correspond à un accomplissement et qu’il ne trouve plus la motivation pour gagner? bizarre bizzare!
      et Davy c’est quoi son fardeau c’est le tournoi des Maîtres?

    • DIANA 3 mai 2010 at 23:13

      Franchement, je ne sais pas. Je lis trop de plans sur la comète pour en faire autant. Peut-être n’est-il pas suffisamment motivé, peut-être n’a t-il pas d’ambition, peut-être que la pression, il ne la gère pas, il peut y avoir pleins de raisons. Et peut-être que ce n’est rien de tout ça.

  26. Ulysse 3 mai 2010 at 23:05

    C’est quoi les infos FIABLES sur JMDP ? Vous avez des liens ?

  27. Ulysse 3 mai 2010 at 23:54

    Merci toutes.

    Je retiens qu’il a consulté un orthopédiste de la main aux US qui l’a mis au repos pour 4 semaines. Tout le reste est basse spéculation journalistique.

    On peut conclure qu’il ne sera pas au top même s’il joue à RG. Pauvre JM, ça casse son élan. Sans parler de Karim…

  28. Nath 4 mai 2010 at 00:03

    Quelles que soient les raisons de l’absence de delpo, il y en a un qui doit faire la gueule, c’est le Nalby, pour la coupe Davis :|

  29. Ulysse 4 mai 2010 at 02:03

    Je change de sujet.

    Pour les millionaires ou très passionés, voici le prix des places à Wimbledon cette année.
    http://www.wimbledondebentures.com/prodtype.asp?strParents=&CAT_ID=140&numRecordPosition=1

    Inflation de 30% par rapport à 2009. C’est la loi du marché. L’économie anglaise va mal mais l’image du tennis va bien et … certains vont mieux que d’autres apparemment.

    • Jean 4 mai 2010 at 02:15
      • joseph 4 mai 2010 at 02:51

        excellent
        il y a un album de lui « forces of victory » une tuerie…

    • Antoine 4 mai 2010 at 08:15

      C’est là que l’on voit que les places pour Roland Garros, c’est cadeau…

  30. Ulysse 4 mai 2010 at 02:07

    Au fait on a perdu nos avatars shaddocks ! MarieJo c’est quoi cette histoire ? J’avais fini par m’habituer au mien…

  31. Marc 4 mai 2010 at 06:41

    Merci à tous pour vos commentaires sur cet article.

    Il me semble que je mettais au moins autant en évidence les proximités que les différences entre Borg et Nadal, mais manifestement, beaucoup d’entre vous semblent retenir de cet article que je vois surtout des ressemblances : je dis au contraire que le jeu de Nadal est beaucoup plus proche de celui de Muster et de Vilas.

    Le point commun que je mets le plus en avant n’a guère été discuté : c’est la domination physique et mentale. Ce sont des gars qui gagnent les matchs avant de les avoir commencés, car c’est décourageant d’affronter des gars qui sont prêts à jour 5h sans pb et qui ne lâchent jamais un point.

    Quelques remarques en lisant vos postes intéressants

    @ Antoine : ma comparaison portait sur la seule terre battue, pour le reste, il n’y a pas photo, au moins pour l’instant, en terme de palmarès

    @ Kristian : on ne peut pas comparer le TB de Forest Hills et celle de RG

    @ Franck V : honte à toi d’avoir détesté Mc Enroe : je jubilais quand je le voyais taper de renvoyeur de Borg

    @ Joseph : réellement, Borg et Nadal auraient pu envisager une carrière pro dans plusieurs sports

    @ tous : sans être un spécialiste de TB, Fed est juste le n°2 sur terre depuis 2005, et aurait gagné un paquet de RG sans Nadal. Ce n’étaiit pas le cas de Connors…

    • Antoine 4 mai 2010 at 08:27

      Et pourquoi ne pourrait on pas comparer la terre battue de Roland Garros et celle de Forest Hills ? ou celle de Rome, Hambourg, Barcelone, Madrid, Monte Carlo et tutti quanti ?

      Les conditions de jeux sont toutes différentes mais ces différences sont faibles, de même qu’il y a de légères différences entre Flushing et Melbourne.

      Il ne faut pas les exagérer et ces différences sont beaucoup plus faibles que celle entre n’importe lequel de ces tournois et un autre tournoi doté d’une surface différente. il est donc parfaitement légitime à mon sens de les mettre toutes dans un même panier dénommé « terre battue »..Ce ne sont des variantes de la même chose..

      Il suffit de regarder les résultats de Forest Hills pour s’en convaincre.

      En 75 et 77, Orantes et Vilas gagnent et ce sont deux spécialistes de terre battue. En 76, c’est Connors qui jouant l’un de ses meilleurs matchs l’emporte de très peu contre Borg, déjà polyvalent puisqu’il vient de gagner Wimbledon. Mais à ce moment là, Connors est encore au niveau de Borg, voire lègèrement au dessus. Idem quand on regarde l’identité des joueurs parvenus en quarts ou en demie. Ils n’ont plus grand chose à voir avec ceux de 73 ou 74 du temps ou l’on jouait sur herbe…

      Connors était loin d’être mauvais sur terre : il jouait bien sur toutes les surfaces avec un prédilection pour le dur sur lequel il a été élevé mais il a gagné un bon paquet de tournoi sur terre aussi..

    • Kristian 4 mai 2010 at 09:41

      Tout a fait. D’ailleurs il a fallu attendre 1979 et la presence de Connors a Roland Garros pour qu’on se rende compte que Borg etait un extra-terrestre sur TB. Avant, on s’en doutait bien, mais en 1979 Connors est la et Borg continue a gagner RG sans verser une goutte de sueur. Et la on se dit que ce type est phenomenal..

    • Franck-V 4 mai 2010 at 12:14

      C’est totalement assumé, Marc, Borg c’est mes 14 ans, le BEPC et plein de choses qui s’éveillent.. ça restera éternellement ma 1ère idole, qui m’a amené à la passion pour le tennis même si mes préférences actuelles vont à un autre style de jeu..

      On a souvent eu l’occasion d’échanger sur ce qu’il représentait alors, je crois qu’on ne reverra plus cela dans ce sport.. voire même dans d’autres, de mon point de vue.

      C’est plus tard que j’ai (re)découvert le génie de Mc, avec le recul, le temps passant, associé dans l’histoire, pour ses duels avec Dieu (1er du nom).
      Malgré son année 84 d’enfer, le plus grand Mc reste le contestataire de Borg et l’Américain lui-même ne doit pas être loin de le penser… Aujourd’hui, pour les jeunes, il est plus réputé pour ses colères et Borg que pour 1984.

      Mais rien n’y faisait, j’ai accueilli l’arrivée de Wilou , et ses succès contre Mc avec le même enthousiasme, comme un clin d’oeil du destin… mais surtout, j’ai plus savouré contre Lendl et sa dimension d’ogre, à défaut de Dieu, contre lequel Mats faisait figure du lutin malin, et puis Mats gagnait RG quand je passais le bac :-). En 83, j’étais pour lui contre Yannick.
      Après c’était Edberg, carrément la Swedish connection pour leur esprit dans le jeu. Pour la finale de CD 84, j’étais bien entendu pour « les copains d’abord ».
      PS: je ne suis pas Suédois.. sauf pitet le phénotype ^^

      Ce parti pris unilatéral que j’ai connu me rend à présent indulgent avec les Rafafans, je mesure leur intransigeance à l’aune de la mienne d’autrefois.

    • Jean 4 mai 2010 at 13:03

      « En 83, j’étais pour lui (Wilou) contre Yannick. » Hein ??? Mais Franck, même Mats était pour Yann !! En tout cas, ça ne m’étonne pas du tout que tu ne saches pas reconnaître les jolies chemises : http://www.youtube.com/watch?v=HPrjyLhmcWI&feature=related

      Mais c’est vrai que Borg était fascinant, et puis tu as raison, le temps qui passe fait voir les choses bien différemment, par exemple, je reconnais aujourd’hui que Lendl était très… euh, … Ah bah non, rien. Le mystère c’est : comment ce type-là a pu générer un fan comme Sam ?

      Quand Karim a écrit « Quand Sampras démantèle Agassi en finale de Flushing en 90 (…), je trouve qu’il a un tennis de pédé », j’ai failli m’évanouir, pire connaître une crise majeure, une remise en question complète de mon système de perception. Vraiment. Pis j’ai lu ça : « Quand j’y repense qu’est-ce que j’ai honte de moi… » Ouf. Bon, moi j’écoutais Guns’n’Roses au lycée. Voilà, c’est dit. Putain…

      C’est le quart d’heure des coming out, allez-y.

    • Kristian 4 mai 2010 at 16:25

      En 83, moi aussi j’etais pour Mats. J’ai ete fan (extreme) de Lendl qui est le Goat parceque c’est comme ca. Et j’ai meme eu de la sympathie pour Sergi Bruguera. Je continue?

      • May 4 mai 2010 at 16:51

        Berasategui? Courier?

  32. Ulysse 4 mai 2010 at 11:34

    Ça commence tôt à Belgrade. Le match très attendu de battling Richie contre Olivier Rocchus démarre maintenant.

    • Colin 4 mai 2010 at 11:42

      Ça alors, après Miami et Casablanca, la belle à Belgrade!

    • DIANA 4 mai 2010 at 13:23

      Gasquet est devenu la bête noire de Rochus : 6/0 6/1 en 54 minutes. 3 rencontres en 2010, ça commence à faire.

  33. Yaya 4 mai 2010 at 12:21

    Pour répondre à Colin :

    Je ne démolis pas le palmarès de Federer sur TB je le remets à son vrai niveau.

    Il ne s’agit pas de défaites par ci par là quand tu te fais éliminer 2 fois au premier tour en 2002 et 2003 et au 3e tour en 2004.

    Federer est devenu bon en 2005 alors qu’il vient de faire un petit chelem et que gagner à RG devient clairement un objectif. Et il s’est bien amélioré depuis cette époque en étoffant sa palette technique et sa persévérance a fini par payer.

    Si on devait faire un classement des meilleurs joueurs sur cette surface Federer serait dans le 3e chapeau. Dans le premier on a Borg et Nadal – dans le second on a Wilander – Cochet – Kuerten – Lendl – Lacoste, dans le 3e on peut ranger Federer aux coté des Bruguera –Muster – Vilas.

    Federer est assurément très bon sur terre battue mais le fait que le premier opposant à Nadal à partir de 2006 soit un type qui a connu les pires difficultés les années précédentes à RG laisse songeur. Heureusement qu’il y a eu Federer pour mettre un peu de piment à la saison de terre battue avec cette question lancinante de l’époque : arrivera-t-il à remporter RG là où d’autres grands ont échoué ? Par ce qu’en dehors de cela, les saisons de Terre Battue aurait été aussi intéressante que regarder Derrick excepté pour les fans de Nadal !

    • Franck-V 4 mai 2010 at 12:32

      Ton chapeau est intéressant Yaya, mais du coup il amène la controverse..

      Si Nadal est dans le chapeau 1 avec Borg, et que Federer est dans le 3, considérant que le Suisse a été son plus sérieux rival à RG, la place de Wilander et Lendl ne tient plus car confrontés à la plus sévère concurrence.

      Ces deux-là ayant été rivaux directs dans les 80′s et un des deux présents dans 8 finales consécutives de 81 à 88, vainqueurs de 6 éditions à eux deux, rivaux directs en 82 (1/8), 84 (1/2), 85 (F), 87 (F), il est logique qu’ils intègrent le chapeau n°1, considérant que ni Borg, ni Nadal n’ont eu de rivaux présents dans ton chapeau 2.
      Ils se sont neutralisés au même titre que Becker et Edberg à Wimbledon, de plus contestés occasionnellement par de vrais joueurs de gazon comme Cash ou Stich.

      « Seulement » Vilas pour Borg, et Federer pour Nadal, l’Argentin et le Suisse dans ton chapeau 3.
      Du reste cohérent, tous deux (pour l’instant), vainqueur d’un RG sans y avoir battu le 1 sur TB de l’époque.

    • Kristian 4 mai 2010 at 12:36

      Donc Federer = Muster, c’est bien ce que disait Colin, non? Il est ou le debat?

    • Franck-V 4 mai 2010 at 12:42

      Y’a de ça :-) .. mais là, on touche aux « one shots » typique de RG, Muster mais aussi Chang, Gomez, Costa, Ferrero etc etc, ça devient un autre débat.

      Federer est avant tout un joueur polyvalent, originaire de surface rapide, ayant rempli « son contrat » minimum à RG.. pour ne plus être ennuyé avec ça (comme il l’a dit), là où Mc, Connors, Edberg, Becker, Sampras ont échoué.

      On n’a jamais attendu de lui des records sur TB, alors serait-il classé 10° sur cette surface, ça n’aurait pas grande importance, tant l’essentiel est « ailleurs », désormais.

      • Yaya 4 mai 2010 at 12:54

        Franck tu as tout à fait compris ce que je voulais dire. Et c’est vrai que ta remarque sur Wilander Lendl est ultra pertinente. En effet Sampras et Federer auraient-il battu le record d’Emerson s’ils avaient du s’affronter à la même époque ?

        Dans le chapeau 1 on peut aussi ajouter l’australien Ken Rosewall, et ajouter Rod Laver dans le 2e chapeau.

      • Franck-V 4 mai 2010 at 13:15

        Entendons-nous bien,je ne remets pas en cause les palmarès, Yaya; je ne vais pas faire usage de « if ».

        Mais les cas Lendl et Wilander sont intéressants, car l’un sans l’autre, c’est pour chacun au moins 10 GC (cf. aussi H2H US 82-83-87-88 et AO 83)… déjà qu’ils sont souvent sous estimés…

        Au demeurant, Nadal sans Federer, quantitavement,ça serait peut-être 8 pour l’Espagnol, ça ne changerait pas grand chose pour lui, il chercherait toujours où est l’US Open. Mais la mention « bat Federer » dans les 3 autres sur le CV change la donne… Il avait besoin de Federer.

        Pour Federer sans Nadal, bien sûr.. 22 titres et peut-être 2 GC calendaires consécutifs :-), mais ça dépasserait l’entendement dans son cas, toute mesure raisonnable…

        Son palmarès est bien plus parlant avec Nadal que sans ;-)

    • Colin 4 mai 2010 at 14:47

      Oui, quand j’écrivais plus haut que « Fed a l’un l’un des plus gros palmarès de l’histoire de la TB » cela ne voulait évidemment pas dire que je le mettais tout en haut, il est évident que Borg, Nadal, Kuerten, Lendl et Wilander (pour se limiter à ceux que j’ai connus, donc je ne parle pas de Rosewall, encore moins de Cochet et Lacoste) ont un palmarès supérieur.
      Par contre, même s’ils ont gagné 2 fois à RG, je mettrais Bruguera et Courier au même niveau que Fed, avec Muster et Vilas.

      • Yaya 4 mai 2010 at 14:52

        On est d’accord.

        • Yaya 4 mai 2010 at 14:55

          et donc Nadal n’a jamais eu comme concurrent l’équivalent d’un Kuerten,Lendl ou Wilander.

        • Colin 4 mai 2010 at 15:16

          Kuerten non plus n’a jamais eu comme concurrent l’équivalent d’un Kuerten, Lendl ou Wilander. Donc il faudrait le déclasser? ;-)

          • Yaya 4 mai 2010 at 16:58

            Certes mais il a affronté une partie de ceux que je mets dans le chapeau 3 : Fed – Ferrero – Bruguera – Muster. :)

      • Colin 4 mai 2010 at 19:38

        Yaya, je te propose donc la synthèse suivante. Si tu es OK nous la ferons voter par le comité central lors de sa prochaine réunion.
        * Chapeau 1 : Borg, Nadal
        * Chapeau 2 : Lendl, Wilander, Kuerten (tout en reconnaissant que Lendl et Wilander avaient sans doute le potentiel pour atteindre le chapeau 1, mais ils ont eu la malchance d’avoir l’autre en face (et même Borg’81 pour Lendl!))
        * Chapeau 3 : Vilas, Muster, Bruguera, Courier, Federer (tout en reconnaissant que Vilas et Federer avaient sans doute le potentiel pour atteindre le chapeau 2, mais ils ont eu la malchance d’avoir un chapeau 1 en face (Borg pour l’un, Nadal pour l’autre))
        * Chapeau 4 : les autres vainqueurs de RG ou de l’USO version ‘hard tru’ (Nastase, Connors, Orantès, Panatta, Noah, Chang, Gomez, Kafelnikov, Agassi, Moya, Costa, Ferrero, et même, si, si, l’inénarrable Gaston Gaudio!), et j’irais jusqu’à rajouter Medvedev, Corretja et Coria pour l’ensemble de leur oeuvre.
        * Chapeau 5 : Tous les terriens illustres qui n’ont jamais réussi à briller à RG mais qui ont gagné ailleurs (Nyström, K.Carlsson, Mancini, Aguilera, Chesnokov, Rios, Safin, Mantilla, Djokovic…) et les finalistes célèbres de RG (Gerulaitis, McEnroe, Leconte, Edberg, Norman). Et puis Becker à la limite (et Sampras mais uniquement pour faire plaisir à Karim, parce que là, quand même…)

        J’exclus de cette liste ceux que je n’ai jamais vu jouer (Laver, Rosewall…).

        • Franck-V 4 mai 2010 at 19:45

          Comme tu précises que dans le chapeau 2, Lendl a eu la malchance de croiser Wilander et Borg à RG; dans le chapeau 3, Vilas a eu la même malchance pour sa dernière finale ;-) car en 82, il ratisse encore large , 7 titres au total, avec par exemple des victoires sur Connors à Rotterdam et Milan (moquette), puis sur Lendl à Madrid et Monte Carlo (TB) .

          Ces deux là ne font pas leur plus mauvaise saison puisque Connors fait doublé Wimbledon-US et que Lendl gagne la bagatelle de 15 titres, Vilas termine du reste l’année 4° mondial avec encore une demi à l’US Open.

          Même tarif pour Fed qui se mange la dernière de Kuerten avant de goûter au Nadal :mrgreen:, on ne s’en sort pas avec ces chapeaux truqués.

        • Yaya 5 mai 2010 at 02:08

          entre deux valises je dis Ok! beau travail!

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis