Soul Sisters

By  | 4 juillet 2009 | Filed under: Les filles

Venus et Serena Williams (photo DR)Il y a quinze ans le paisible microcosme du  tennis féminin était secoué par un séisme de magnitude 6.0 sur l’échelle de Richter : deux étoiles noires s’écrasaient sur cette terre et la déflagration promettait d’en changer à tout jamais la face. Du moins si l’on en croyait les prophéties du démiurge responsable de cette cosmogonie nouvelle, un certain Richard Williams.

Venus et Serena, Serena et Venus, deux extraterrestres, deux supernovas qui déboulent attifées et fardées comme personne avant, et attirent sur elles tout micro errant, toute caméra oisive. Le déferlement médiatique est à la hauteur des promesses entretenues : elles apportent une explosion de couleur dans un monde tout blanc qu’elles ambitionnent de régenter en occupant les deux premiers rangs, rien de moins ! L’intérêt suscité se nourrit de ce mélange de fascination et de révulsion, d’admiration teintée de mépris, d’opportunité mâtinée de crainte pour le tennis féminin. Nous sommes en plein baby boom tennistique et les stars classe biberon éclosent désormais sans incubation: les Seles, Capriati, Hingis, Kournikova frappent aux portes de la gloire avant même d’avoir fini leur croissance.

Venus et Serena sont de cette épopée, mais à la précocité elles ajoutent leurs origines inusitées et Papa Richard sait habilement susciter l’effervescence médiatique en dosant avec parcimonie l’événementiel, le show, le marketing, l’arrogance de déclarations péremptoires et volontiers tapageuses, quelques affabulations ou au moins une certaine propension à la dramaturgie. Tout le monde s’émeut de l’histoire des deux panthères échappées du ghetto où elles ont appris à courir après les balles, en évitant les balles.

Quinze ans après, qu’en reste-t-il ? Je choisis sciemment l’option d’un grand écart temporel pour nous poser ce samedi 4 juillet, jour de la finale féminine de l’édition 2009 du tournoi de Wimbledon. Il met aux prises, comme l’an dernier, les deux étoiles noires qui quinze ans après déchirent toujours le ciel de la WTA. Présentation des protagonistes.

Venus

Venus Ebony Starr Williams. Quand  le nom choisi prend déjà l’option d’un destin unique. Venus sera une planète, un astre. Ebony sera ce que la couleur noire offre de plus beau. Starr sera une étoile, une vedette. Du haut de ses 185cm elle toise le circuit féminin dont elle arpente les cimes depuis 1994. Son jeu athlétique et puissant fait merveille sur gazon où son service supersonique, sa solidité en fond de court, son jeu d’attaque, et sa formidable couverture de terrain en font un rempart quasi-inexpugnable sur cette surface.  Du haut de ses cinq titres au All England Club elle parle de la pluie et du beau temps avec des Navratilova, des Graf, des King. Oui, sur cette herbe prestigieuse, Venus est tout simplement l’une des meilleures de l’histoire.

Serena

Serena Jameka Williams est un peu l’antithèse de sa sœur, bien qu’elles soient quasi-indissociables. Au caractère plus introverti et timide de sa sœur, elle répond par une assurance et un aplomb qui peuvent friser l’arrogance. Serena est une championne, point barre. Elle exacerbe encore plus que son aînée les qualités morales et mentales exceptionnelles que Richard semble avoir saupoudré au–dessus des berceaux de sa progéniture. Hargneuse, battante, parfois vindicative et mauvaise perdante, volontiers vantarde, Serena est surtout une compétitrice née. Son jeu se base sur un service qui, bien que rendant quelques km/h à celui de sa sœur, est certainement le meilleur de tous les temps sur le circuit féminin. Ses coups de fond de court perforants et son retour de service exceptionnel complètent sa panoplie. Elle reste moins à l’aise au filet que sa sœur, ralentie par un physique lesté par les formes dont dame nature a généreusement voulu l’honorer (à lire avec la voix de Nelson Montfort) « ah cette tenue noire catwoman à Flushing Meadows il y a quelques années, ce fffffffffessier reeeeeeebondi et gourmand qui bat au rythme de ses courses, ce sein lourd soumis à la constante gravitationnelle emprisonné dans une trop solide brassière dont on rêve qu’il puisse s’échapper dans un instant Marceau, je bbbbbbbénis l’invention du ralenti arghhhhhhhhhh) ».

Venus vs Serena

Venus contre Serena c’est l’affiche de la finale dames de ce Wimbledon 2009, la huitième finale du Grand Chelem les opposant. C’est le choc entre deux monstres sacrés, avec 41 tournois remportés dont 7 Grands Chelems pour Venus, et 33 titres dont 10 Grand Chelem pour Serena. C’est une égalité parfaite dans le tête-à-tête avec dix victoires chacune. Alors oui, ces duels crève-cœurs ont souvent accouché de matches où la moins mauvaise des deux l’a emporté, mais leur récurrence force l’admiration.

Venus et Serena

Venus et sa petite sœur Serena ce sont dix titres du Grand Chelem en double remportés ensemble, ce qui en fait l’une des paires les plus prolixes de l’histoire. Venus et Serena c’est également une harmonie, une entente, une solidarité, un Amour jamais démentis. Voir Venus présente dans les tribunes supporter sa sœur en finale de Grand Chelem quand elle-même a été éliminée huit jours plus tôt mais est restée vaut mieux qu’un long discours. Les défaites infligées n’ont jamais altéré le respect et l’admiration mutuels qu’elles se vouent, Venus ayant notamment survécu à un Grand chelem sur deux ans de finales perdues face à sa cadette. Des fratries se sont sabordées pour moins que ça.

Alors qui va gagner dimanche, laquelle des deux fera basculer le compteur en sa faveur et aura une victoire de plus dans sa besace ? Sur le niveau entrevu je serais tenté d’avancer le nom de l’aînée ; mais le grand vainqueur sera probablement Papa Richard, une fois de plus.

Richard Williams

Comment ne pas tirer son chapeau à cet homme exceptionnel ? Ses prophéties n’auront pas été un effet d’annonce, ses filles ayant occupé toutes les deux la première place mondiale. Richard avait un plan, il l’a exécuté. Plus qu’un coach, il a été un mentor, un gourou. Ce sont davantage les valeurs qu’il aura su insuffler à ses filles qui auront garanti leurs succès, que les heures passées à limer les courts sous le cagnard californien. Ces valeurs et cette philosophie de la vie font toute la différence entre le plan Williams, et celui des trop nombreux papas éleveurs de championnes aperçus depuis vingt ans.

L’amour du tennis

Steffi Graf. Monica Seles. Martina Hingis. Lindsay Davenport. Jennifer Capriati. Kim Clijsters. Justine Hénin. Sans aller jusqu’à mentionner des épiphénomènes comme Anna Kournikova, Iva Majoli ou Jelena Dokic, Venus et Serena ont croisé le graphite avec toutes ces championnes, ex-numéro un WTA. Leur point commun à toutes? Elles sont retraitées, soit pour date de péremption avérée, soit pour burn-out déploré. Les modes se font et se défont, les joueuses passent et parfois repassent, la carrière de sportif de haut niveau étant par essence fugace, éphémère. Dans ce méli-mélo de frivolité, les plus tenaces finalement n’auront pas été celles qu’on croit. Quinze années après leur début en fanfare, quasi-trentenaires et devenues institutionnelles, les ‘soul sisters’ sont encore là, tenant la barre du bateau ivre de la WTA. Que ceux qui auront cru à l’origine à un soufflet vite retombé, à des carrières Kournikovaesques, quittent la salle. Il fait bien froid tout à coup. Quinze années après, malgré des éclipses Agassiennes nombreuses pour blessures physiques, morales, ou simples prises de recul, les ‘soul sisters’ sont encore là. Presque seules rescapées d’une génération dorée. On les a souvent soupçonnées de ne pas aimer le tennis « plus que ça », mais leur présence encore aujourd’hui n’est-il pas la meilleure preuve du contraire? Car à respectivement plus de 22 et 24 millions de dollars de gains, ce n’est sûrement pas après le cachet qu’elles courent ces jours-ci.

Le parfait équilibre

Lorsqu’elles se projettent, les sœurs évoquent la possibilité de jouer en double aux JO d’été de 2016, si la candidature de Chicago était retenue. Elles ne se fixent donc pas de limite temporelle pour leur implication dans le tennis, un peu à la Navratilova. Cette fraîcheur finalement qu’elles témoignent encore à presque trente ans est le fruit du parfait équilibre qu’elles ont pu initier dans leurs vies respectives, la place accordée au tennis n’ayant jamais consumé la Vie justement. Là où on leur a reproché leur dilettantisme parfois et leur implication dans d’autre domaines – Venus a monté sa propre agence de design d’intérieur et Serena sa propre ligne de vêtements, les deux sœurs sont notamment impliquées dans de nombreux projets communautaires et honorées de nombreux prix y-relatifs – on voit finalement que le développement de passions et activités connexes leur aura permis de se réaliser, et continuer à goûter au tennis là où tant d’autres régurgitent, dégoûtées.

La place dans l’histoire

Au moment de refermer le chapitre tennistique de leurs vies, j’espère que les sœurs Williams seront honorées et reconnues pour ce qu’elles auront finalement été, des figures marquantes de l’histoire de ce sport, du sport en général. On pourra regretter qu’elles ne se soient pas données à 100% au tennis (Serena notamment aurait pu avoir un palmarès à la Graf), mais soyons-leur reconnaissants pour la part d’elles qu’elles auront bien voulu y investir, et de porter encore aujourd’hui la WTA à bout de bras.

Que la meilleure gagne aujourd’hui. Aujourd’hui. Mais la victoire est collective et totale sur l’ensemble de leurs vies.

Tags:

135 Responses to Soul Sisters

  1. Franck-V 4 juillet 2009 at 10:39

    Putain 15 ans!

    Déjà!

    ça ne nous rajeunit pas non plus tout ça, si à l’ATP les vieux font de la résistance, à la WTA c’est encore pire, imaginons que les Pointer Sisters retournent à leur rubrique déco d’intérieur ou Vanity fair, on pourra dire comme Coluche, le tennis féminin.. mouhaha , « rien que le nom m’amuse.. « .

    Non, plus sérieusement, Venus et Serena sont susceptibles d’avoir une carrière aussi longue que.. Grace Jones et Tina Turner ;-) Au moins.

    Bravo Karim, je me demandais comment tu allais t’en sortir avec ce dossier chaud, respect, zatsss zatsssss ouonedairrrfoullll dixit Nelson, cette graaavitééé de Sereeenaaa sur le court que n’aurait pas renié Isaac Nioutonne!

    • karim 4 juillet 2009 at 11:07

      Ton pronos pour cet aprem?

      Moi je donne Venus en deux sets genre 6/4 6/3.

      • Franck-V 4 juillet 2009 at 11:22

        Bien sûr, Venus en toute logique, mais on ne sait jamais trop comment ça se passe entre les WiWi dans l’avant match, ce 10-10 est un autre indice…

        C’est pourquoi, je miserais quand même sur 3 sets et sûrement un tie-break.

  2. Christian 4 juillet 2009 at 11:27

    Ah !! Superbe article ! La Karim’s touch, l’instant Yoda ! Qui mieux qu’un extra-terrestre pouvait parler de ces filles sortant de nulle part ?

    C’est tout ce que j’aime: un style léché, un vrai propos, de l’humour et des infos. Tu vois, ayant suivi très superficiellement l’évolution de la famille (l’arrogance de Serena agit sur moi comme un repoussoir) je me figurais Richard Williams en tyran façon Papa Jackson. Mais c’est vrai qu’elles n’ont pas l’air traumatisé, de toute façon, ces jeunes filles…

    Corrige juste ton « prolixe » (bavard, trop long) en « prolifique » (qui produit beaucoup) quand tu parles d’une « des paires les plus prolixes de l’histoire » et ce sera parfait !

    • karim 4 juillet 2009 at 19:06

      Oui oui prolixe, bavard. Je sais que c’est prolifique qui convenait mais je trouve ce mot plus joli et j’ai pensé qu’un palmarès qui en avait à raconter ça le faisait. My bad…

  3. Antoine 4 juillet 2009 at 11:30

    Quel excellent article, tant sur le fond que la forme !

    J’aimerai bien en savoir un peu plus sur le rôle de leurs parents..

    Sinon, j’ai un gros faible pour Vénus dont le déplacement et les coups sont beaucoup plus fluides que ceux de sa soeur..Serena ne se déplace pas bien, surtout sur herbe et elles est une fois sur deux sur le mauvais pied quand elle frappe..Je préfère aussi la personnalité de Vénus, Serena étant vraiment arrogante, mais mentalement, c’est elle la plus forte..

    Sur herbe, Vénus est supérieure et je donnerai peu ou prou le même pronostic que Karim. Je suis dubitatif sur le point consistant à dire que Serena a un meilleur service que Vénus…

    • karim 4 juillet 2009 at 19:09

      Le service de Serena est nettement plus précis. Venus frappe fort mais assez loin des lignes. Serena a je pense une moyenne d’aces plus élevée parce qu’elle place beaucoup mieux son service. D’une façon générale elle est plus précise dans ses coups que Venus mais est souvent mal placée. Avec le déplacement de sa soeur elle serait injouable.

  4. Marc 4 juillet 2009 at 12:47

    Je suis moi-aussi un vrai fan de ton style, Karim. C’est très bien écrit, et très complet, et le mélange de fascination/aversion qu’on peut éprouver pour elles est très bien décrit.

    Fascination devant leur mental de championne, leur hargne, leur engagement, leur qualités physiques, leurs capacités à revenir au 1er plan après des éclipses, leur entente…

    Aversion devant leur morgue et leur arrogance (qui ne sont peut-être qu’une vraie conscience de leurs qualités), aversion devant leurs déclarations imbues de leur personne (et du pater Richard), aversion de voir que Serena gagne en affichant des kilos en trop à la pelle, énervement devant leur jeu peu varié, en force, exaspération de voir que le niveau du tennis féminin est tellement faible que les 2 frangines peuvent vaquer à leurs occupations extra-tennistiques pendant 1 an et revenir pour gagner tout face à des joueuses qui ne savent que taper fort du fond du court.

    Justine, tu nous manques ! Tes combats contre les soeurs Willimas, c’était quelque chose ! Amélie, reviens en forme, rajeunis comme en 2006, et achète toi un mental ! Là, on aurait un Top 4 intéressant, pas avec des Safina (Safina is a joke !) ou des Jankovic n°1 sans avoir gagné un GC. Quand on pense que Vénus, avec son palmarès, n’a jamais été n°1 ! Quelle injustice !

  5. Franck-V 4 juillet 2009 at 16:50

    Bien.. encore tout faux mon prono, j’ai le tie-break quand même :-)

    Sinon, Serena comme intermittente du tennis, détentrice de 3 titres du GC sur 4, elle aurait tort de se fouler plus que ça…

    Celle-là aussi a clairement choisi ses objectifs, la place de n°1?

    Pourquoi faire? bah si ça se présente, ok, c’est plus une conséquence qu’un objectif.. comme dirait l’autre… là..

    11 titres en GC, pas mal pas mal… et en sauvant des balles de match svp, contre Dementieva!

    Dur pour Venus après sa démonstration contre Safina.

  6. Pierre 4 juillet 2009 at 16:55

    Vu que la fin, quel ennui…je préfère l’article de Karim.

    • Franck-V 4 juillet 2009 at 17:06

      Normal Pierre, elles ne devaient pas trop se fatiguer, elles ont encore la finale double à disputer ensemble..

      Quelques photos vite faites et hop retour sur le court où on les attend, le filet a déjà été changé..

  7. Antoine 4 juillet 2009 at 17:15

    Décevante, vraiment décevante cette finale, surtout de la part de Vénus mais ni l’une ni l’autre n’ont joué aussi bien qu’en demies, surtout l’aînée bien sur..C’est rare qu’elles jouent toutes les deux bien quand elles jouent l’une contre l’autre. Mentalement Serena est quand même beaucoup plus solide et j’avais l’impression que Vénus ne mettait pas une première balle dans le court mais en regardant les stats après coup, je me rends compte que cette impression est fausse; environ 60% pour les deux..Pourtant autant Serena a très bien servi, autant le service de sa soeur était peu efficace, surtout au deuxième set..Je me demande dans quelle mesure Vénus fait un complexe face à sa soeur…

    • karim 4 juillet 2009 at 19:15

      Je pense que Venus a atteint un sommet contre Safina, le genre de perf parfaite dont on sait que le prochain match ne pourra qu’être moins bon. C’est mieux que ça arrive en finale évidemment!

      Je pense que si complexe il y a eu, ça a été dans la période faste de Serena qui rappelons-le a remporté les quatre GC à la suite en torchant sa soeur à chaque fois. Cette double perf d’ailleurs n’est pas reconnue à sa juste valeur pour moi. Mais depuis quelques années c’est à nouveau plus équilibré entre elles. Mais j’avoue que Venus m’a un peu déçu aujourd’hui. J’ai coupé après le tie break du premier set, je ne la voyais pas revenir. Je la préfère nettement à sa cadette, toute histoire de fessier ou de mamelle mise à part évidemment.

  8. franckie 4 juillet 2009 at 17:56

    euh…marc,venus a déjà été n01

  9. franckie 4 juillet 2009 at 18:40

    ANTOINE, »complexe » au langage freudien relève de l’inconscient,donc je ne sais pas si venus fait un complexe face à sa petite soeur.si t’as vu entièrement ou presque le match serena VS dementieva,alors tu verrais que l’issue de cette finale n’a rien de surprenant,je l’avais parié.JAMEKA a de la hargne comme jamais,elle peut briser des raquettes à maintes reprises mais contrairement à beaucoup d’autres(safin,rodgeur,safina)c’est pour mieux recharger des batteries et devenir encore plus hargneuse.à la conférence de presse d’avant match,venus a dit quelque chose d’interessant: »elle(serena)n’évolue pas à son meilleur niveau mais je ne dois pas faire attention à la joueuse qu’il aura en face de moi,mais plutôt au combat qui m’attend ».venus jusque là n’a eu que des matchs aisés,toutes les joueuses qu’elle a eu à rencontrer jusque là n’ont pas été à la hauteur et donc elle n’a pas été suffisamment testée,or serena si(dementieva à mon avis était du niveau de venus,quel match!).comme nadal lui même l’affirme,c’est pas évident de l’affronter dans les grands rendez-vous,pareil pour serena.

    • Franck-V 4 juillet 2009 at 18:55

      Venus n’a pas été testée.. c’est le moins qu’on puisse dire, elle n’avait plus perdu un set à Wimbledon depuis… 2007 avant le tie break d’aujourd’hui.

      Quant au complexe, avec 11-10 depuis cet aprém en H2H, difficile d’en tirer une tendance.

      Toujours est-il que Serena gère nettement mieux ses finales que Venus ( Ser. 11V-3D ; Ven. 7V-7D)

  10. franckie 4 juillet 2009 at 18:51

    je me refuse de croire que roger perdra demain avec un tel niveau surtout face à roddick.c’est pas comme si le suisse n’avait pas un aperçu de ce que valait l’américain depuis la collaboration de ce dernier avec stefanski.il l’a déjà joué 3 fois cette année.pour gagner fed,il faut déjà le gêner dans le jeu,ce que ne fait pas roddick et ne le fera sans doute pas demain(je me demande comment est-ce qu’il pour s’entreprendre?)?comme à l’accoutumée face à lui,la clé sera au service,il ne faudrait pas seulement que le suisse vendange les balles de break comme dans les tours précédents,d’ailleurs plus que n’importe qui d’autre il sait qu’il a en face de lui.je ne voyais pas roddick sortir murray,mais c’est pas parce qu’on se trompe une fois de justesse qu’on se trompera la prochaine fois dans les mêmes conditions(l’ultra favori)

    • karim 4 juillet 2009 at 19:17

      Roddick pourrait nous faire la pire farce de ce siècle encore jeune. Méfiez-vous. But then again en y réfléchissant.. nannnnnnnnn pas possible!!!!!

  11. colin 4 juillet 2009 at 19:15

    Hello boys and girls

    ça fait plaisir de retrouver la plume yodiesque dans ces nouvelles contrées…

    J’ai regardé un bout de la finale de cet après-midi, à partir de 4-4 première manche. Il ne fallait pas s’attendre à des sommets de jeu, entre les deux soeurs, mais il y a eu quelques belles séquences quand même. D’après les commentateurs de Canal le début avait été très équilibré mais dès 4-4 Serena était au dessus et Venus essayait de limiter les dégats. Serena a fait un extraordinaire tie break, et a continué de maintenir la pression dans le 2ème set. Rien à dire, victoire nette et méritée.

    Cheers

  12. Guillaume 4 juillet 2009 at 21:08

    Très bien ton papier, Karim. J’ai beaucoup rigolé sur ton imitation Nelson Monfortienne.

    Les Wi-Wi ont compris que la clé pour durer chez les filles, c’est de ne pas consacrer toute sa vie à ce sport. Les filles débutent tellement jeunes sur le grand circuit (15 ans en moyenne) que le burn-out les guette donc bien souvent dès 21-22 ans. Que sont devenues les camarades de promo des Wi-Wi ? Où sont les Hingis, Kournikova, Majoli, Lucic et autres Dokic ?

    Je lisais dans les commentaires que certains regrettaient que Serena ne se soit pas consacrée au tennis à 100%. Mais, si ç’avait été le cas, elle n’aurait sans doute pas la même longévité. Là… 11 GC à 27 ans. Et d’autres devraient encore suivre.

  13. Guillaume 4 juillet 2009 at 21:47

    Conférence de presse d’après-finale de Serena, où on lui demande si elle se sent comme la N°1 mondiale :

    « J’ai trois titres du Grand Chelem sur les 12 derniers mois mais ça ne suffit pas aux yeux de l’ordinateur. Ma motivation, c’est donc d’en gagner un autre et de rester n°2 mondiale. Dinara mérite sa place de n°1 : elle a quand même gagné Rome et Madrid. »

    Vous avez dit arrogante ???

    • Franck-V 4 juillet 2009 at 22:11

      C’est ce que beaucoup pense.. la stricte vérité mais c’est justement la seule à ne pas pouvoir la dire…

      Plus que de l’arrogance, c’est du chambrage en règle envers la WTA et la valse des n°1 « no slam ».

      D’ailleurs, dans une autre ITW (avec beaucoup d’éloges sur BJK son idole, et assez de recul pour ne pas comparer ses 11 titres aux 18 d’Evert-Navratilova), elle précise que ça ne la dérange pas d’en gagner 3 autres de plus et de rester n°2 :-).. ce en quoi je suis d’accord avec elle.

      Imaginez simplement la même chose à l’ATP .. Rios, on en parle encore 10 ans après..

    • karim 4 juillet 2009 at 22:59

      Je trouve sa réponse délicieuse au contraire!

    • karim 4 juillet 2009 at 23:01

      Et ça n’a rien à voir avec son puissant fessier et ces cuisses baobabesques. Ah que j’aimerais lui pratiquer une palpation mammaire pour m’assurer qu’elle ne risque aucun cancer arghhhhhhhhh. Excusez-moi, j’ai dérapé.

    • Guillaume 5 juillet 2009 at 11:39

      Effectivement, Serena a entièrement raison. Ces dernières années, Mauresmo, Clijsters (qui ont réparé l’erreur par la suite), Jankovic et Safina ont pu être N°1 sans gagner autre chose que des T1. Il y a donc un gros problème dans l’attribution des points.

      Toutefois, la pique de Serena s’adresse au final tout autant à la WTA qu’à Dinara Safina. Or, la Russe n’a rien demandé. Est-ce sa faute si le barême est ainsi fait qu’il l’a portée sur le trône sans titre en GC ? Je pense même qu’elle en souffre plus qu’elle n’en profite, de cette place. Donc Serena aurait à mes yeux pu s’abstenir de la saillie concernant Madrid et Rome…

      Tiens, pour finir : c’est quand même la deuxième fois que ce genre d’aberration arrive à Serena. Déjà, en 2003, tenante du titre de 3 GC (Wim, US et Oz à cheval sur deux ans), elle avait dû céder la place de N°1 à une « non-titrée » en GC : Kim Clijsters. Seule différence (de taille) : Kim était tout de même double tenante du titre au Masters. Ca ne vaut pas trois GC, mais c’est déjà plus valorisant que la situation de 2009.

  14. Franck-V 4 juillet 2009 at 23:31

    Timing pile poil, ton article, Karim.

    Les WiWi ont rajouté le double également.

  15. Antoine 5 juillet 2009 at 00:04

    Serena dit la vérité au sujet du classement WTA qui est ridicule tout simplement. Il parait que son mode de calcul a été modifié récemment mais je ne m’y suis pas intéressé. De toute façon le classement n’a pas d’importance, ce qui compte ce sont les titres..

    Je trouve plus que moyen que Federer perde son temps et sa concentration à faire une nouvelle interview aujourd’hui pour nous parler de ses records, de l’histoire et tutti quanti, tout en disant qu’il est 100% concentré sur sa finale à venir contre Roddick..

    Il le sous estime..Roddick a été excellent contre Murray, son meilleur match depuis très longtemps..Cela me donne presque envie de miser un peu sur Roddick tant sa côte est faible..8 contre 1…

    • Franck-V 5 juillet 2009 at 01:25

      Antoine, si Fed sous estimait A-Rod, jamais il ne mènerait 18-2 contre lui…

      Au contraire, il le prend très au sérieux, ainsi que ses efforts constants pour progresser, bon an, mal an.

      Murray hier encore a sous estimé Roddick (c’était flagrant au 1er set), Djokovic l’a sous estimé également, ce qui explique en partie leurs récents revers de fortune face à lui.

      Roddick peut battre Fed, ce dernier le sait bien, et si cela devait arriver, ce serait du seul fait d’Andy ou d’une mauvaise prestation de Fed, pas à cause d’une quelconque sous-estimation de ses capacités.

  16. Jean 5 juillet 2009 at 00:39

    Bonsoir. Je ne doutais pas que cet article serait excellent, il l’est. Très utile aussi, car Venus et Serena sont toutes deux d’énormes championnes, c’est vrai que ça fait un bon taux de réussite pour les géniteurs, si ils avaient pu nous faire un garçon aussi… Le plus formidable est qu’elles sont finalement mentalement et tennistiquement très complémentaires, qu’elles ont pu développer leurs qualités personnelles en une très saine ambiance psychologique, ce qui n’était pas forcement évident au départ, on a vu tellement de cas de championnes écrasées par leurs parents.

    Bien que je ne sois pas insensible non plus aux charmes de Serena (de l’éternelle supériorité des culs de blacks…), j’ai une préférence pour le tennis plus technique, moins à l’arrache, de Venus. Serena, c’est parfois incroyable comme ses frappes sont un contre exemple technique : en appui sur la jambe arrière avec quasiment aucun transfert de point vers l’avant, balles décentrées… mais ça passe, à l’envie, avec la fièvre. C’est un bel exemple d’esprit de combat, qu’en tennis, oser est souvent payant (voir la balle de match de Dementieva), j’aimerais voir parfois les hommes, chez qui les choix tactiques semblent très rationalisés, jouer dans cette optique.

    Leurs combats avec Hénin, Clijsters, Mauresmo ou Davenport ont été l’une des plus belles périodes de ce sport féminin, imaginons seulement la gueule du circuit si elles arrêtaient leurs carrières de suite…

    Sur leur état d’esprit, je n’ai jamais été gêné, il faut dire que les concours d’ « estimabilité » m’emmerdent. Et comme dit Karim, elles sont de part leurs origines socio-géographiques singulières dans cet univers, ça fait du bien. Serena transporte avec elle un positivisme à saluer, réel et profond. Je me souviens de sa conf’ après qu’elle eut été étrillée sans raison par le public de RG, je l’avais profondément admiré quant en larmes et très touchée elle avait déclaré ne rien pouvoir faire d’autre que de continuer à sourire et à avancer (je ne retrouve plus l’interview), répondant à l’agressivité avec beaucoup de grandeur. Bravo Karim, et bravo Serena pour son titre (pas vu).

    Roddick va probablement être assez soutenu demain.

    Je me permets enfin de saluer et de souhaite courage et réussite à Martin.

  17. Franck-V 5 juillet 2009 at 13:36

    Finalement Sampras ne sera pas là cet aprém, et c’est très bien comme ça.

    Déjà que quarante ans après, Laver devait faire la tournée du Grand Chelem annoncé de Nadal dès l’AO…

    Merci Pete , on te racontera comment ça s’est passé ;-) et puis ce sera plus pratique pour toi à l’US Open.

  18. Kristian 5 juillet 2009 at 13:39

    Vraiment tres bon article Karim.

    Je suis partage sur les soeurs Williams. Longtemps j’ai considere que leur capacite a faire des breaks, se desinteresser du tennis et puis revenir et gagner des GC traduisait surtout le niveau faible de la WTA. Impensable chez les hommes de voire un champion mener une veritable activite parralelle, faire des coupures, revenir et gagner. Regardez Ferrero.

    Ceci etant dit quand je vois aujourd’hui leur longevite, et Venus, globalement la moins bonne des deux mettre 0 et 1 a la numero 1 mondiale, je me dis qu’il y a peut etre la l’un des secrets de la longevite.

  19. karim 5 juillet 2009 at 15:12

    ça y est on y est. Je regarde Arnaud Lagardère au micro de canal qui fait son petit malin parce qu’il envoie des textos à Roddick. Je ne l’avais jamais entendu parler, un peu efféminé le garçon.

    Roger vient de faire son entrée, dans sa sape ridiculissime que je n’avais pas vue depuis. Et la main dans la poche. Je l’ai trouvé d’une suffisance assez incroyable. Je suis surpris pour la première fois depuis 2002 de le trouver insupportable, hautain. Je n’ai pas du tout aimé cette entrée.

    Et la terre entière qui est sûre d’assister à un moment historique aujourd’hui, chaque faux-cul disant « mais ne sous-estimons pas Roddick ». Ben pour une fois, je suis pour le gars qui est de l’autre côté du filet. Fed semble avoir oublié qu’il était à la rue y’a trois mois, et le monde avec. Allez Andy!!!!!!!!!

    Mais bon si Fed gagne ce n’est pas la fin du monde non plus!!!!

  20. karim 5 juillet 2009 at 15:18

    Le service de Roddick ne m’a jamais impressionné, pour moi il est très rapide certes mais en variations, en précision, c’est pas encore Sampras ou même Fed. Par contre là où il est assez incroyable c’est dans ses pourcentages de premières, souvent au-dessus de 70%. Avec des mines pareilles c’est presque incroyable. ça prouve une très très grande maîtrise de son geste.

    Sampras est là, il vient d’entrer.

  21. karim 5 juillet 2009 at 15:38

    Si c’est pas à se damner…

    http://www.youtube.com/watch?v=vDuMtL-Y-Xc

    Sinon que Sampras est vraiment classe. J’apprécie. Quelle présence. Je n’ai jamais compris ceux qui pensent qu’il est moins charismatique qu’un buccin.

  22. MarieJo 5 juillet 2009 at 16:05

    salut, et roddick qui utilise la seule opportunité du set pour empocher la manche alors que fed l’avait bien serré contre l’enclume au jeu précédent !

    je regarde un stream en anglais, je suis contente de ne pas avoir a supporter cette cireuse de pompes de forget…

  23. karim 5 juillet 2009 at 16:15

    Roddick va envoyer tout le center court se faire foutre aujourd’hui. Il ne doit pas y avoir cent personnes dans l’enceinte qui sont derrière lui où lui donnaient une chance.

  24. karim 5 juillet 2009 at 16:20

    Alors Forget, comme on dit chez moi, si Federer crache il va laper. C’est plus que de l’admiaration, c’est de l’idolatrie.

  25. MarieJo 5 juillet 2009 at 16:43

    dommage roddick a gaché l’ocase de sa vie avec 4 balles de set qu’il laisse filer, dont 2 sur son service en panne de première.
    dommage, c’est aussi dans la tête qu’on gagne.
    si non roger était à la rue, là il survit.
    je pars à la plage.

    • Pierre 5 juillet 2009 at 16:44

      C’est pas fini MarieJo, reviens, la plage attendra !

  26. Marc 5 juillet 2009 at 16:47

    Absolument pas d’accord sur Forget qui me gonfle d’habitude, ce coup ci, il n’arrête pas d’encenser Roddick, et à raison, mettant sans arrêt en avant les progrès d’Andy et sa capacité à attaquer. Sur le blog, Forget vient d’être taxé de pro-Roddick !

    Quant à l’accoutrement de Federer, ok, on peut trouver cela ridicule, maintenant, si mettre une main ds la poche, c’est être méprisant, où va-t-on ?

    Il y a 3 mois,c’est vrai, Fed était loin, et toi Karim, tu étais le 1er à l’avoir enterré…

    Roddick joue très bien, Fed aurait dû gagner le 1er et Andy le second, moi je suis admiratif de Roddick et des progrès qu’il a fait sous la houlette de Stefanki.

    • karim 5 juillet 2009 at 17:25

      Je lui avais lu son oraison funèbre. Tout ce qu’il fait en plus désormais pour moi c’est du bonus. Ses victoires ne me transportent plus, et ses défaites ne m’enterreront plus non plus. Je ne crois pas qu’il y en ait beaucoup y’a trois mois qui misaient sur un doublé RG-W. Si on doit nous passer au goudron et aux plumes Marc, tu risques d’avoir du boulot parce qu’on était nombreux!!!

      • karim 5 juillet 2009 at 17:30

        Je reste un fan inconditionnel de Fed, mais vraiment pour moi le surplus vient comme un doux complément. Plus de quoi me faire vibrer, stressé devant ma téloche. Mais cette résurrection est géniale pour lui.

  27. Marc 5 juillet 2009 at 17:23

    2 sets à 1 pour Fed, c’est toujours aussi serré.
    Quels progrès chez Roddick !

    @ Karim : je pese que tu te trompes sur un éventuel mépris de Fed vis à vis de Roddick : ils sont très copains, et dans l’Equipe de ce jour, il y avait tout un article sur leurs relations, et l’admiration qu’a Fed pour Roddick pour ses qualités de combattants, sa régularité et ses progrès.

    • karim 5 juillet 2009 at 17:28

      Je ne dis pas que Fed méprise A-Rod, ou si je l’ai écrit ça ne reflète pas ma pensée. Je dis juste que l’impression qu’il m’a donnée était celle d’un gars suffisant, et c’est bien la première fois. Et aussi qu’il se voyait sûrement déjà avec le trophée remis par Sampras. Ceci dit ça s’appelle juste croire en soi, je ne peux pas l’incendier non plus pour ça. Mais j’aurais bien aimé la même attitude quand il entrait sur le court à Melbourne contre Rafa en février.

      Quelqu’un a des nouvelles de Nadal? Ce serait sympa un article sur lui et les défis qui l’attendent. Voilà un moment intéressant dans la carrière du torillon.

      • karim 5 juillet 2009 at 17:31

        Ceci dit, Sampras, Borg, Laver dans les tribunes et Fed sur le court. Pas dégueux la photo de famille!!!

      • Fabien 5 juillet 2009 at 17:36

        oui je suis d’accord, si MariJo voulait nous pondre un petit article bilan/perspectives sur Nadal ça ne tomberait pas trop mal. Je sais, je n’interviens que pour réclamer un article sur ceci ou sur cela!

        Ah tiens, balle de break Roddick, va-t-on vers un 5é? Ce serait pas mal. Je crois que Roddick mérite ce Wimbledon, ça le réhabiliterait, lui qui a toujours été résumé à son service.

      • Fabien 5 juillet 2009 at 17:38

        Non franchement, je préfère de loin le jeu de Federer, mais là il faut avoir de la m… dans les yeux pour ne pas voir les progrès et la détermination de Roddick. Vraiment, vraiment, il le mérite.

  28. karim 5 juillet 2009 at 17:49

    Fed n’est absolument pas entreprenant du fond du court c’est fou. Il laisse Roddick dicter tous les échanges en attendant la faute. Il ne tente rien sauf service perforant avant. Initiatives zéro pointé. Il pousse en attendant la faute. Murray devrait lui expliquer que ça ne marche plus. Fed joue comme contre l’ancien Roddick.

    • Fabien 5 juillet 2009 at 17:52

      ben oui, il est tellement persuadé qu’il va le prendre tranquille au tie break, vu ses stats qu’il se laisse embarquer. Mais ce n’est plus le même roddick…

  29. Fabien 5 juillet 2009 at 17:54

    ah ben cool un cinquième set… pour moi c’est du 50/50

  30. Kristian 5 juillet 2009 at 17:55

    Ca fait quatre sets de joues et Federer n’a toujours pas pris le service de Roddick. J’ai rarement vu ca.. Bravo a Rod. Maintenant c’est le cinquieme, il ne faudra plus compter sur un tie break salvateur.

  31. Fabien 5 juillet 2009 at 18:18

    bon, ils sont partis pour nous faire un 15/13 là…

  32. Fabien 5 juillet 2009 at 18:30

    Roddick est bourré de Red Bull c’est pas croyable!

    Oui désolé j’essaye de mettre un peu d’ambiance…

  33. Fabien 5 juillet 2009 at 18:47

    J’espère que roddick ne va pas regretter trop longtemps ces deux balles de break. Il avait match gagné, dommage.

    • Kristian 5 juillet 2009 at 18:52

      Roddick aurait du gagner ce match il y a 1h30..

    • Fabien 5 juillet 2009 at 18:53

      oui d’accord il aurait du emporter le second set. Mais il n’a pas baissé les bras et c’est tout à son honneur.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis