Nadal, le transpirénéen

By  | 25 avril 2011 | Filed under: Regards

Faut-il canoniser Rafael Nadal ? Et au besoin, l’achever tout de suite afin d’hâter son séjour parmi les bienheureux ? Telle est la question que je me posai, l’autre jour, lorsque je lus sur la toile des propos d’une rare violence à l’égard du numéro 1 Espagnol. Haineux, les propos. Aptes à en faire un martyr médiatique, immolé sur l’autel du génie fédérérien injustement bafoué.

Il est rare que l’enfant de Manacor occupe à ce point mes pensées : c’est d’habitude une idée lointaine, presque abstraite, qui se meut dans un inconscient vague dont n’émerge que son rival historique, le divin Federer. Car fédérérien suis et entends le rester : ni son déclin relatif, ni son âge avancé, ni même mes propres coups de canifs assénés à sa statue de bronze, rien ne me fera renoncer à l’admiration que je lui voue depuis plus d’une décennie. Aux voisinages de la quarantaine, c’en est fini des divagations existentielles. On s’est bricolé sa propre religion, et l’on n’en démord pas, parfois plus par confort que par conviction profonde…

Mais pour être fédérérien, on n’en est pas moins homme. Retrouvant les réflexes des temps anciens où l’on me forçait à fréquenter les églises, j’ai fait mon examen de conscience. Ai-je toujours été juste à l’égard de Rafael Nadal ? On s’en moque, après tout, dans la mesure où peu importe au jeune champion qu’un obscur, un anonyme, le voue aux gémonies ou le porte au pinacle. Vrai, sans doute. Mais comme mon antipathie est jumelle de celle du commun comme de l’esthète, il ne m’est pas apparu tout à fait vain d’en analyser les causes, ou du moins d’en faire la synthèse.

Il est des jubilations dont on ne se remet pas. La douleur peut s’oublier, mais pas la joie infâme. Roland-Garros 2009. Celui qui fait régner sa loi d’airain sur l’ocre de la Porte d’Auteuil depuis quatre ans, a un genou à terre. Comme le taureau qui ploie sous les banderilles assassines, il refuse de s’avouer vaincu avant d’avoir expiré son dernier souffle. Pourtant, il sait bien qu’il ne peut pas gagner : ses jambes, le matador viking de l’autre côté du filet, et ce public qui a senti l’odeur du sang, cela fait beaucoup d’adversaires à affronter… même pour un demi-dieu. Lorsque tombe le Minotaure, lorsque ce Thésée de pacotille, ce ruffian, ce teigneux, porte le coup fatal, une immense clameur salue le crime païen. Nadal sort sous les lazzi d’une foule odieuse, et la laisse communier en son sabbat hystérique. Il baisse un peu la tête, le jeune Espagnol, esquisse un salut timide, mais c’est pour vous qu’il a honte. Vous n’avez pas eu les oreilles et la queue : vous avez craché sur l’idole, mais l’idole n’en a pas été souillée. L’insulte, décidément, ne déshonore que celui qui la profère. « Plus grand est l’offenseur, et plus grande est l’offense » se lamente Don Diègue après avoir été souffleté par le comte. La maxime admet sa réciproque : à tout petit public, affront minuscule.

Dois-je l’avouer ? A ce moment précis, dans le secret de ma conscience, tapi dans l’ombre de mes bons sentiments, affleure un atroce soulagement. Celui de voir le principal rival de mon Federer adoré tomber sans gloire et de façon si précoce. Si j’étais habité de cet esprit chevaleresque que j’aime deviner chez les sportifs d’exception, je devrais au contraire me sentir dépossédé : la victoire à Roland ne peut s’envisager contre un anonyme. Seule la victoire est belle ? Pour les sous-porters et les imbéciles, sans doute. Mais pour le héros qui vit sa carrière comme une épopée, il n’y a qu’une seule voie : affronter des adversaires à sa (dé)mesure. Et pour l’apprenti biographe, l’aède de supermarché qui entend chanter sa geste, il ne saurait y avoir exploit là où il n’y a pas eu menace. Il FALLAIT que Federer affrontât son éternel bourreau Porte d’Auteuil, pour que la victoire fût totale. Contre Soderling, il s’est contenté de gagner : il n’a pas triomphé…

Alors, pourquoi cette joie ? Pourquoi, dans ce pays-ci, est-on si nombreux à refuser à Nadal le juste hommage auquel il pourrait prétendre ?

Par hispanophobie ? Il faut être bien sot, il ne faut craindre ni la caricature ni les simplifications  outrancières pour avancer que le supporter moyen vomit systématiquement tout ce qui vient d’Espagne. Nous ne tissons pas avec ce pays de relation vraiment problématique, au rebours de celle que nous entretenons avec les USA, par exemple – mélange de fascination et de répulsion. Depuis longtemps, nous n’avons pas vécu sous son joug économique ou politique. La France a plutôt été une terre d’accueil pour les ressortissants espagnols, dès le début du franquisme, et d’innombrables transpyrénéens ont trouvé en France un travail que leur terre natale leur a longtemps refusé. Si « l’espingouin » est vomi par le xénophobe hexagonal, il l’est ni plus ni moins que le « rital », « le roastbeef » ou le «chleu » (plutôt moins d’ailleurs que ce dernier, pour d’évidentes raisons historiques). Je n’ai pas souvenir qu’un Moya, ou un Bruguera, aux temps de leur splendeur, aient déclenché chez nous  de telles réactions outrancières. On les trouvait plutôt sympas, même lorsque Bruguera faisait régner sa loi à Roland-Garros au préjudice de nombreux nationaux.

Par soupçon sur son intégrité ? Soyons sérieux. Ou convoquons les médecins au premier muscle saillant. Pour un Monfils, par exemple. Moins pour un Simon, c’est vrai… Mais au royaume des costauds, « jambes de poulet » ferait plutôt figure d’exception. Si Nadal est dopé – et je n’ai pas dit que cette hypothèse était inconcevable – il ne doit pas être le seul. Et puis dopez n’importe quel yallo qui ne sait pas tenir une raquette, vous n’obtiendrez jamais Nadal. La piqûre ne donne pas de génie à qui n’en a pas. Elle n’inocule pas non plus la grinta par intraveineuse, ou Gasquet serait numéro 1 mondial depuis longtemps.

Parce qu’il a longtemps tué toute concurrence ? Non, cela ne tient pas. D’abord, parce que dans la première partie de sa carrière, la suprématie du jeune Espagnol s’est surtout exercée sur terre battue. Longtemps, le gazon, le dur, se sont refusés à lui. Et puis, s’il est vrai que  l’on soutient plus facilement l’outsider face au champion sortant, on ne hait pas ce dernier pour autant. L’hégémonique Nadal succède à l’hégémonique Federer, qui lui-même succède à l’hégémonique Sampras. Ont-ils été à ce point testés, détestés, contestés ?

Il semble bien qu’en dépit de ses victoires, de sa sportivité, de son charisme, Nadal doive incessamment souffrir de l’a priori qui condamne le tâcheron au profit de l’esthète. Et qu’importe que le jeu de l’Espagnol ne soit pas bâti uniquement sur le physique. Et qu’importe que Federer à son apogée n’ait pas seulement été cet esthète de la balle jaune, qui n’aurait jamais eu à travailler son foncier autant, voire plus, que les autres. Pour le commun, Nadal, c’est d’abord le « transpirénéen », celui qui construit ses victoires à la sueur de son front, de son bras, de ses jambes. Notez d’ailleurs comme on parle de « patte » pour les artistes (Edberg, Sampras, McEnroe) et de bras pour les (supposés) besogneux : Muster, Lendl… et Nadal.

A l’heure où j’écris ces lignes, Djokovic s’est imposé comme l’homme en forme du moment, le nouveau rival capable de faire vaciller la couronne sur la tête de l’Espagnol. C’est une bonne chose pour le tennis et paradoxalement, c’est une excellente nouvelle pour Nadal. D’abord parce qu’avec la hargne qu’on lui connaît, Rafael va repartir au « fight » avec une énergie décuplée. Ensuite, et surtout s’il continue à perdre, sa cote d’amour pourrait atteindre des envolées encore jamais connues. Le public est versatile, et n’aime rien tant que célébrer les champions à titre posthume. Pas sûr, pour autant, que le jeune homme s’en satisfasse, ni que l’opération soit à ce point aisée.

About 

Prof de lettres passionné de tennis sur canapé. Dernière balle touchée en 1986. Surnom de l'époque: Ali bas bâche, pour ma faculté proprement magique à ne jamais cadrer un coup droit. Suis passé au commentaire tennistique avec un peu plus de bonheur (?).

Tags:

505 Responses to Nadal, le transpirénéen

  1. Jérôme 26 avril 2011 at 07:42

    Un élément de réflexion supplémentaire.

    Hier, je faisais le rapprochement entre Nadal et Sélès. Il en est un autre qui pourrait être opéré, c’est celui entre Nadal et Lendl. Dans les 3 cas, j’ai l’impression qu’on a un avatar de la figure de l’hérétique iconoclaste.

    Un hérétique iconoclaste peut avoir ses fidèles et ses sectateurs, mais il n’est jamais canonisé, quand bien même réussirait-il à être un passeur qui nous fait entrer dans un nouveau monde.

    A contrario, celui qui rend hommage aux valeurs du passé, à l’esthétique conservatrice (d’autant plus conservatrice qu’on est dans un sport relativement bourgeois), en les transformant et en les portant à un niveau plus élevé de maîtrise et d’esthétique, celui-là est beaucoup plus consensuel et finit par être canonisé, parfois de son vivant.

    C’est le vieux mythe de l’âge d’or qu’il s’agit de retrouver. Culturellement, nous avons gardé de plusieurs millénaires de valeurs et de modes de pensée aristocratiques un vieux fonds classique, légitimiste et réactionnaire (ce dernier adjectif étant employé dans un sens non péjoratif).

  2. Sam 26 avril 2011 at 08:41

    Hello
    Très chouette article. Perso, je comprends l’idée centrale (« l’a priori qui condamne le tâcheron au profit de l’esthète »), sans la partager (à moins que l’on considère Lendl comme un esthète, mais généralement, non).

    • Sylvie 26 avril 2011 at 10:18

      Je te confirme, pour Lendl, c’est non

  3. Kissifrott 26 avril 2011 at 12:34

    Le deuil comprend 5 étapes : 1/ déni – 2/ colère – 3/ marchandage – 4/ dépression – 5/ acceptation

    Il me semble que la 1ère étape est en voie de franchissement

  4. Sylvie 26 avril 2011 at 12:51

    Gulbis vient de perdre le premier set face à Marchenko. On ne change pas un Ernest qui perd.

  5. MarieJo 26 avril 2011 at 13:22

    beaucoup de bonnes choses qui découlent la lecture de ton article cher christian !
    le public du Sod/nadal a-t-il été infect ? je ne sais pas j’étais place des mousquetaires et je dirai qu’un minorité bruyante était clairement pour le suédois, des petits djeun’s… le reste des gens s’attendait à un retournement de situation même à 5-2 dans le tie break mais on sentait que ce n’était pas le jour de l’espagnol, enfin moi… bref, je pense que c’était à peu près la même chose sur le central, mais on entendait bcp de brouhaha plus qu’une clameur pour robin… sans pouvoir en jurer, il est fort possible qu’un petit noyau de gens aient donné plus de voix en donnant l’impression que tout le central y allait de concert…

    pour ce qui est de l’anti jeu, je suis complètement contre, tout le monde joue les points faibles de son adversaire y compris fed lui même, la différence est que sa variété de coups lui permet de ne pas s’enfermer dans un schéma de jeu unique pour se défaire d’un roddick ou d’un hewitt… mais s’il avait la possibilité de battre nadal en en jouant que le revers de l’espagnol, il ne s’en priverai certainement pas…

    le dopage en espagne est-il institutionnalisé ? je n’en sais fichtre rien… ce que je trouve regrettable c’est que les affaires qui sont sorties au grand jour fuentes ou galgo(en athlé) n’aient pas été jusqu’au bout, trop d’enjeux financiers sans doute… et peut être parce que le sport qui aurait le plus à perdre est aussi le foot, encore plus que le cyclisme ou autre, c’est lui qui fait les méga audiences… les gars font des arrêts cardiaques sur le terrain et on leur trouve des maladies rares ensuite ? mouais… ça peut arriver, mais la proportion est quand même inquiétante dans le milieu.
    je ne me fait pas d’illusion, le dopage existe partout… et le délit de faciès est la facilité : gros muscles, endurance… j’ai tendance plutôt à trouver les performances de gringalets qui tout d’un coup deviennent injouables plus suspectes… je pense aussi que les doses nécessaires varient énormément d’un sport à un autre, et qu’en tennis elles sont sans doutes plus faibles et peut être moins évidentes à âtre détectées ? c’est possible après tout. Enfin quand on sait que même les canassons de courses ou les élèves de grandes prépas ne sont pas toujours clean… les montagnes d’argent en jeu dans le sport d’aujourd’hui rendent toute investigation plus difficile que par le passé…

    fed un esthète ? je préfère offrir le compliment à edberg malgré un coup droit pourri à ce qu’il parait, moi je n’ai jamais rien vu de tel car sa prestance au filet compensait tous ses petits défauts, j’ai du mal a donner cette appréciation aux attaquants de fond de court vs ceux de volée, pour moi fed est d’un grand classicisme car complet… mais sans plus.

    • Sylvie 26 avril 2011 at 13:33

      Je vais peut-être faire ma FFF mais j’ai du mal à comprendre que tu ne vois pas en Fed un esthète. Cela fait des années que je suis le tennis et c’est l’un des joueurs les plus beau à regarder évoluer qu’il m’ait été donné de voir. Esthétisme et service volée ne vont pas forcément de pair. Un Stepanek ne me donnera jamais l’impression de fluidité, de pureté de jeu d’un Federer.

      Federer est d’une grande fluidité dans ses gestes et ses déplacements, ses mouvements sont d’une grande pureté dans leur exécution, que ce soit au service, à la volée, en revers, en coup droit. Pas de gestes parasites, de coups non académiques. Tout semble simple, facile, élégant. As-tu déjà vu des vidéos en slow motion ? Même son visage est relâché dans l’effort.

      Après, on peut ne pas être sensible à cet aspect et préférer la puissance dégagé par un Nadal mais j’avoue que c’est la première fois que je vois dénier à Federer sa qualité d’esthète du jeu. Même ceux qui le détestent l’appellent la danseuse, c’est dire.

    • MarieJo 26 avril 2011 at 14:42

      fed a un déplacement d’une grande fluidité limite aérienne, c’est vrai, moi je le dissocie du reste de son tennis très académique… tu le vois dans un tout, pas moi c’est deux façons de voir les choses, tout simplement…

  6. Clemency 26 avril 2011 at 13:27

    Salut Christian, article intéressant, sujet costaud.
    Sur le fait que Nadal ait un déficit de popularité en France, je ne saurais dire, on n’ a pas de chiffres là dessus. Moi ce n’est pas mon impression, je trouve même qu’il est très populaire à RG.
    Pour 2009, j’ai tendance à penser que Toni Nadal a reprit un sentiment très répandu en Espagne (j’y passe beaucoup de temps, j’adore ce pays et y compte mes meilleurs amis) qui est que les Français n’aiment pas les Espagnols. Moi je leur dis que ce n’est pas du tout mon sentiment, qu’au pire les Français s’en tapent de l’Espagne, que c’est peut-être le pays frontalier qui bénéficie de la meilleur réputation. Mais non, eux ne sont pas d’accord et me ressortent toujours leur histoire de camions de fraises que les Français leur renversaient à la frontière à je ne sais quelle époque. Bref, de toute façon ce que j’aime dans le tennis c’est qu’on peut s’en foutre des histoire de nations, disons que c’est mon cas. Mais bon, quand Toni fait son calimero j’ai envie de lui dire de se renseigner sur la popularité de Lendl pour qu’il comprenne ce qu’est un champion dont nobody cares, et que l’américanophobie française n’a pas empêché de faire d’Agassi une idole de RG. Ce qu’on aime ou pas en tennis, c’est le jeu et la personnalité, pas la nationalité.
    Bon, mon cas dans cette histoire : En 2008, ma petite soeur qui n’entend rien au tennis m’avait dit : mais pourquoi tu n’aime pas Nadal, il est sympa et il joue bien.
    Qu’est ce que j’aurais pu lui répondre ?
    Que ce mec, dont le jeu m’indisposait, non content de barrer la route à RG à Federer qui était le joueur que j’attendais depuis 10 ans, venait de le battre à Wim en LIFTANT sur le gazon ? Que ce Bruguera des temps moderne était maintenant en train de coloniser les tournois en dur, au lieu de se cantonner comme ses ainés à la terre battue, encore une fois aux dépens du joueur que j’appréciait le plus ?
    Il aurait fallut que j’apprécie à sa juste valeur, posément, tranquillement un type qui battait Federer non pas en le mettant à trois mètres de la balle mais en lui concassant le revers, comme on tord le bras à quelqu’un ?
    Après Wim 2008, j’ai fait un black-out total sur le tennis jusqu’en septembre, si quelqu’un m’en parlait je lui disais sans rire de changer illico de sujet, alors que je suivais semaine après semaine ce sport depuis des années, comme une débile de fan. Le simple fait d’y penser me mettait en rogne.
    RG et Wim 2009 m’ont fait redescendre et fait baisser ma connerie, et j’ai pu à nouveau envisager le tennis sans me prendre la tête, et je me suis même mise à ne plus détester Nadal (et à trouver Fed débile mental avec ses Rolex), juste à me faire chier quand il joue et à souhaiter que quelqu’un lui mette un jour 1 et 2 sur terre. Et même, quand je suis de mauvaise foi, je me dis que Federer aurait tué le tennis s’il n’y avait pas eu Nadal. Mais bon là c’est vraiment quand j’ai fumé un pétard de trop et que tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, faut pas déconner.
    Maintenant, s’il y a quelque chose dont je suis sûre, c’est que tes sentiments, quand ils sont pas beaux et te feraient dire des conneries, tu te les gardes, et de même que je ne parle pas politique en famille, j’évite de m’amener sur un site pour me défouler. Et j’apprécie grandement que ce soit le cas ici. Je lis des fois des appels à la modération, ou des critiques sur la liberté restreinte d’expression. J’imagine que le curseur est difficile à placer et je trouve que c’est globalement pas mal géré.

    • Colin 26 avril 2011 at 15:35

      Clémency, dopée !

  7. Sylvie 26 avril 2011 at 13:37

    Bye bye Gulbis ! Finalement j’ai bien fait de le virer celui-là !

  8. Sam 26 avril 2011 at 13:37

    Je profite de la tonalité générale des débats pour avouer mon ignorance: c’est quoi un « FFF ». Je pense qu’il y a « Fed », et « fan » dedans, mais le troisème « f », c’est quoi ? « fesse » ? « foulée » ? « friture » ? D’avance, merci.

    • Rabelaisan 26 avril 2011 at 13:48

      fédération française de federer?
      fédération féline française?
      un groupe de funk peut-être.

      • Sam 26 avril 2011 at 13:55

        Sans dec, c’est une vraie question !

        • Rabelaisan 26 avril 2011 at 14:00

          Mais ce sont aussi de vraies réponses. Pour être honnête, j’avais oublié le sens du deuxième F. Merci Baptiste.

      • Colin 26 avril 2011 at 15:37

        C’est vrai, il y a effectivement un groupe qui s’appelle « Fédération Française de Funk ».

        La preuve http://www.federation-francaise-de-funk.fr/

    • Baptiste 26 avril 2011 at 13:56

      Fan Fou de Fed je crois

    • Babolat 26 avril 2011 at 14:33

      Vous n’avez pas lu le glossaire ?

  9. Babolat 26 avril 2011 at 14:33
  10. Djita 26 avril 2011 at 17:07

    Salut!

    Super article Christian comme ceux qui l’ont précédés. Comme d’autres j’aurais préféré que l’article soit plus long tellement j’ai aimé.
    Douloureux retour à la civilisation quad je vois que RF n’a pas repris ses bonnes habitudes.
    Rafa toujours invicible en terre battue? Pas étonnant
    Djoko qui écrase tout sur son passage? A moitié surprise car j’attendais cette entrée fracassante depuis au moins 2 ans. Tant mieux pour lui, il deviendra enfin roi et plus l’homme « qui voulait… » Sa série est impressionnante, je crois que 2011 sera fructueux pour Djoko et très contre-productif pour Fed.

    Et les filles? Ca m’enerve donc je ne dirais rien.

    • Sylvie 26 avril 2011 at 17:20

      Coucou toi !

      Justement j’allais demander de tes nouvelles. Tu avais disparu ?
      Et oui, la saison de terre recommence et on a l’impression que le temps s’est arrêté.

    • Jeanne 26 avril 2011 at 21:24

      Djita ? Je commençais à m’inquiéter ! Djoko ? Il est désormais suivi par une sorte de nutritionniste énergéticien qui l’a sauvé de ses allergies alimentaires et il dit avoir perdu du poids.

    • Djita 26 avril 2011 at 22:05

      Salut Sylvie et Jeanne.
      Oui j’avais disparu, j’étais sur une autre « planète ».
      Pour Djoko, il a multiplié ses chances et il sera très dur de l’arrêter surtout qu’il a accumulé une confiance incroyable.
      Alors Djoko dopé? MDR
      Je lis ça partout sur ce site en ce moment qu’est-ce qui s’est passé en 2 mois? :D

  11. William 26 avril 2011 at 17:39

    Ca passe pour Gonzalez, Dustin Brown accroche Wawrinka à Munich et Del Potro remporte le premier 6-2 et va pouvoir nous montrer ce qu’il vaut sur terre depuis son retour…

  12. Nath 26 avril 2011 at 18:56

    Wawa a finalement perdu. C’est la première chose que j’ai vue en regardant les scores. Davy est passé en revanche, et mon poulain Andujar a abandonné à 4 partout dans le 3°, j’aime pas ça :?
    Et Monaco a perdu contre Lopez, sa saison est vraiment pas terrible pour l’instant. Isner a perdu pour la 2° fois en 2011 (et tout court contre Mello). Et enfin JMDP a perdu le 2° set mais mène 5-3 dans le 3°.

    • Colin 26 avril 2011 at 19:30

      Ah ben c’est sûr que la victoire de Dustin Brown face à Waw sur terre battue, ça vaut une très grosse cote.

      • Sam 26 avril 2011 at 19:31

        Dans ma team qu’il est Dustin, dans ma team !!

    • Guillaume 26 avril 2011 at 19:56

      Tandis que Raonic est sur le point de sortir Andreev. Belle petite perf pour le Canadien, qui est en train de gagner son pari terre battue.

      Sinon Gonzo a gagné. Ca fait plaisir de le revoir, lui.

  13. Christian 26 avril 2011 at 20:02

    Merci à tous les posteurs à qui je n’ai pas répondu aujourd’hui. Le coeur y est, c’est le temps qui me fait défaut, y compris ce soir !

    • Jeanne 26 avril 2011 at 20:32

      Arrête de corriger tes copies !

  14. Damien 26 avril 2011 at 21:43

    Merci Christian pour ce très bel article. C’est un régal à lire sur la forme. Sur le fond, c’est une analyse, presque au sens Freudien, de tes sentiments éprouvés à l’égard du Taureau de Monacor.
    Certains peuvent trouver cela « politiquement correct », moi je déteste cette expression qui ne veux rien dire. Au contraire, je trouve que tu ne renies pas tes sentiments dans ce texte, mais tu te donnes le temps d’y réfléchir et de nous faire réfléchir à notre propre passion pour ce sport et ses protagonistes.

    Personnellement, si je suis fan de quelqu’un ce serait du tennis tout simplement. J’aime les matchs, le bruit des balles, les retournements de situation, les matchs serrés, les oppositions de style.
    Nadal m’a fasciné lorsqu’il a déboulé en 2005, raflant son 1er RG. Quel prodige ai-je pensé. Bien sur, son jeu ne m’enthousiasme que rarement car comme beaucoup je préfère les jeux risqués et voir des coups gagnants. Oui mais voila, il a réussit à figurer dans la moitié des meilleurs matchs des 6 dernières années.
    Sa défaite à RG 2009 m’a plutôt réjouie, j’aime les surprises et cela a permis à Fed de remporter ce tournoi. De plus, je suis très souvent pour l’outsider, c’est mon coté écolo style protection des espèces protégées. De meme à Wim 2008, j’étais derrière Nadal, va comprendre Charles…

    Un dernier petit mot sur l’aspect « expression libre » sur ce site : je trouve le curseur entre liberté d’expression et savoir vivre ensemble est idéal, et je regrette que Jean notamment (pourtant je suis rarement d’accord avec toi) ne se sente plus suffisamment à l’aise pour venir plus souvent nous expliquer en quoi McEnroe est le vrai Goat :).

  15. Diana 26 avril 2011 at 22:24

    Avec l’article de Christian , les 15-lovers ont été invités à «jouer le jeu», ou mieux même, conviés à faire pénitence.

    Mais oui, pénitence, ni plus, ni moins. Car lorsque l’un des « cadres » du site déclare « Moi j’ai pris Nadal comme leader de ma team Odyssée, c’est dire si je ne me sens pas visé », il pose l’objectif central de cet article qui tombe à pic, faire amende honorable après les échanges des jours précédents pour ,enfin, honorer celui qui est venu et que nous n’avons pas daigné reconnaître, pauvres pécheurs ignorants et haineux.

    PS : Nadal est aussi mon chef de file, alibi béton, coupable de rien Votre Honneur….

    Alors jouons en ce qui me concerne….

    Je ne reviendrai pas sur ce qui a déjà été écrit par Jean, Jérôme, Yaya ou Rabelaisian, et que je cosigne en totalité, tant ils ont admirablement soutenu leur thèse. Bravo à eux donc.

    J’ai ressenti la désagréable impression néanmoins, en découvrant l’article, que l’on tentait de nous expliquer comment il fallait désormais penser, pire même, comment il fallait éprouver culpabilité de ne pas encenser Nadal comme il le méritait.

    Tout un symbole, en cette période pascale, d’inviter les brebis égarées à retrouver le droit chemin , ouvrir les yeux sur une vérité éclatante qu’elle se refusaient à voir pour des raisons sans doute plus fallacieuses les unes que les autres.

    Alors forcément, Christian se défend d’avoir « visé » 15 en faisant publier cet article, ce dont je ne doute pas un instant, mais alors, pourquoi nous soumettre à la question ? Car, après les quelques échanges sans virulence m’a-t-il semblé, le « Pour moi c’est l’attitude la plus classe à avoir, CELLE QU’ON DEVRAIT AUSSI AVOIR A L’EGARD DE L’IBERE AUJOURD’HUI» de Guillaume, la quête d’une « réconciliation », même factice devant laquelle chacun se plie, contraint ou pas, m’apparaît comme la thèse la plus plausible.

    Faudra- t-il désormais, sur 15, s’extasier avec des oh !!! et des ah !!! tous en chœur devant le super lift de Pépito ? Taire son fair-play, son respect des règles, ses motivations parfois suspects ?

    Il suffit de l’édicter me direz-vous, et alors le non-dit pourra durablement s’installer pour chanter, enfin, la gloire de l’Opprimé .

    Pour avoir roulé ma bosse sur de nombreux forums en France et à l’étranger, je peux vous certifier que Nadal n’est pas à plaindre pour ce qui concerne les appréciations des 15 lovers. Ce qui semble le plus contrarier ici- bas, c’est qu’il ne soit pas encensé comme d’autres le sont, mais que voulez-vous, c’est comme l’amour, ça ne se commande ni ne s’achète. Que son type de jeu, sa personnalité sur le court, ne conviennent pas, quoi de plus humain ? Faut-il le taire ?

    Monfils, Murray, Soderling, Simon, pour ne citer que ceux-là, s’en prennent 10 fois plus dans la trombine , et pourtant, cela ne semble pas émouvoir autant que pour le seul Nadal. Serait-ce alors son statut de n° 1 qui légitimerait cette nouvelle donne ? Ou d’autres raisons qui m’échappent peut-être ? Ou peut-être pas ?

    M’est avis, en conclusion, que l’on tient ici la tempête dans le verre d’eau.

    En son temps, Chewbie, que je salue s’il me lit :), évoquait le martyr de Bâle, aujourd’hui, nous tenons le martyr de 15.

    • Coach Kevinovitch 26 avril 2011 at 23:35

       » Monfils, Murray, Soderling, Simon, pour ne citer que ceux-là, s’en prennent 10 fois plus dans la trombine , et pourtant, cela ne semble pas émouvoir autant que pour le seul Nadal »

      Peut-être parce que Monfils, Murray, Soderling, Simon additionnés, réunis, ou même le carré du produit des quatre, n’ont pas fait le dixième de la contribution au rayonnement et à la popularité du tennis de Nadal?

      Je n’en suis pas absolument certain mais au travers des multiples questionnements de l’article se cache la sensation ressentie peut-être par certains non-fans de l’espagnol qu’ils seraient en train de passer à côté de quelque chose. Peut-être réalisent-ils qu’ils vont manquer le fait d’apprécier et de profiter comme il se doit la présence d’un si grand champion de ce sport que nous aimons tous?

      Peut-être y a t-il un petit regret chez certains de s’être arrêté trop vite sur Nadal dans un contexte de duel Federer-Nadal? Un petit regret de n’avoir vu qu’ un empêcheur de tourner en rond pour Federer en faisant de l’ »antijeu » du fait des affects là où résidait un grand champion?

      J’ai l’impression que le contexte actuel avec la fin du duopole, une relève qui se fait attendre, un Djokovic « numéro 1 en puissance » dont le tennis dans sa créativité et sa singularité ne plaît pas des masses, un tennis 3.0 qui s’annonce et la fin des spécialistes (cf le débat précédent sur la terre battue), couplé à ses récents exploits en GC (je parle de 2010!) ont amené à regarder Nadal d’une manière différente.

      Peut-être se disent-ils que ce serait bête d’être passé à côté et s’en rendre compte qu’après coup ce qui amène à faire de la nostalgie.

      Sérieusement, quand je vois Federer perdre certains matches depuis 2-3 ans et quand je regarde ses highlights, j’ai parfois l’impression d’être un peu passé à coté de ce qu’est ou a été Roger Federer. Trop souvent le prisme des affects nous empêche de réaliser à quel point la présence d’un grand champion à son meilleur niveau peut être bénéfique et nous mène à le voir comme l’ennemi de notre joueur favori ou un dominateur sans âme.

      • Clemency 27 avril 2011 at 00:00

        La nostalgie pour le jeu de Nadal, ça va être trop dur, aucune drogue ne pourra me faire ressentir ça. Bonne nuit si t’es encore là…

    • Clemency 26 avril 2011 at 23:54

      Tempête dans un verre d’eau, tout à fait. Mais tu souffles vachement dedans par contre.
      Bon, je ne partage pas tes sentiments sur la question, trop de parano, par contre on peut certainement faire avec, on a bien fait avec le fait que Nadal ait battu Fed à wimb…
      Bonne nuit si tu me lis, à demain sinon.

    • Diana 27 avril 2011 at 21:05

      Bonsoir Clemency,
      Eh bien vois-tu, si je souffle, c’est parce que j’ai voulu « jouer le jeu » auquel on nous avait conviés… rien de plus.
      Et sans vouloir entrer dans les détails, mes écrits découlent d’un vécu ; je possède donc le recul suffisant, me semble-t-il, pour mesurer l’éventuel objectif de ce papier. J’évoque bien la publication dans les circonstances récentes, pas la conception pour être tout à fait exacte. Ces quelques précisions pour remettre mes propos en contexte. …Aucune parano, juste une approche personnelle de ce que je considère comme l’évolution en marche….

  16. Nath 26 avril 2011 at 23:00

    Damien nous dit que Nadal « a réussit à figurer dans la moitié des meilleurs matchs des 6 dernières années. » C’est tout à fait exact. Heu, ça me fait bizarre de dire ça alors que je n’ai pas compté. Du coup je vais plutôt dire que je suis entièrement d’accord avec lui.
    Par contre, je suis tombée sur un article qui aborde une chose qui a fait couler beaucoup d’encre ici et ailleurs, mais qui n’est pas évoquée sur ce fil.
    Avertissement : mon anglais n’est pas terrible, mais l’auteur me semble très virulent. En plus, ce n’est pas un spécialiste tennis, il écrit sur le sport en général. D’ailleurs il n’a pas l’air de connaître le mode de calcul du classement ATP.
    http://worldsport.blogs.cnn.com/2011/04/26/is-nadals-clay-domination-good-for-tennis/
    Je n’y ai moi-même même pas pensé parce que je suis complètement hermétique aux déclarations des joueurs. Je comprends que ça puisse agacer, même si personnellement, quand un joueur va au bout de son match et perd, il perd, peu importe ce qu’il dit après.

    • Sylvie 26 avril 2011 at 23:07

      Je ne comprends pas, après lecture de l’article, à quoi tu fais allusion par rapport aux déclarations des joueurs ? On parle bien de l’article sur la domination de Nadal ?

      • Nath 26 avril 2011 at 23:13

        Ben, il dit que Nadal a toujours une excuse quand il perd ? Mon anglais est si mauvais ? :oops:

      • Sylvie 26 avril 2011 at 23:15

        Désolée, je ne trouve pas la phrase mais elle a du m’échapper.

      • Jeanne 26 avril 2011 at 23:18

        Pareil, j’ai pas vu

      • Nath 26 avril 2011 at 23:22

        MDR ! C’est le premier post que j’ai survolé qui m’y a fait penser alors.

    • Jeanne 26 avril 2011 at 23:08

      « Nadal is a brute of a player, who snuffs out resistance and leaves his opponents defenseless.

      His game is made for clay, with a deceptive service backed up by crushing groundstrokes, most imparted with the heaviest top spin in the game. His legendary physical strength means he can hit all-out winners from parts of the court, and he can run forever. »

      —-> Il ne mâche en effet pas ses mots. C’est l’anti-Christian !

  17. Sam 26 avril 2011 at 23:54

    Ha, merci de m’avoir éclairé sur le glossaire pour FFF. Je vais donc également y contribuer, car si on est Ok sur FFF, Nadal Haters, biquette, superbiquette, nous manque encore une définition: « doudou ».

    Ma proposition pour Doudou est la suivante (ok, je me suis fait un peu aider …):

    Le doudou (Rogé, donc) fait son apparition dès huit mois et disparaît avant 6 ans. Son rôle est de rassurer l’enfant (le FFF) lorsque celui-ci va se séparer de ses parents pour aller à la crèche ou chez la nourrice par exemple. D’où ce nom d’objet transitionnel : il fait le lien entre la famille (15 love) et le monde extérieur (beuarkkk).

    C’est pourquoi l’enfant l’abandonne souvent dès qu’il s’est fait des « copains » à l’école (pas facile quand on poste jusqu’à 3h du mat’!) Ce doudou a également une importance pour rassurer l’enfant lorsqu’il s’endort (pas de dodo sans doudou, la bande passante en sait quelque chose…)

    Si le rôle du doudou est bien connu, le fait que la moitié des enfants n’en aient pas besoin reste encore un mystère (c’est ce qu’on appelle des « Nadaliens »). Certes, dans quelques cas particuliers, une raison simple peut expliquer cela : un frère ou une soeur déjà à la crèche par exemple (m’en fout de Doudou, y’a déjà Pete). Le Docteur Gabriel Tiriac a présenté, lors du dernier congrès de l’American Psychological Association, une étude qui pourrait expliquer la nécessité d’un objet transitionnel chez l’enfant. Pour lui, la présence ou l’absence de l’un des parents lors de l’endormissement serait essentielle (Pete, Andre, Yannick, etc). D’après l’étude menée sur les parents de 279 enfants, lorsque la mère ou le père est présent (ha, c’est Andre et Steffi) au moment de l’endormissement, l’enfant a moins de chances d’adopter un doudou. D’après l’auteur, cela ne signifie par contre absolument pas que l’enfant « doudouphile » soit plus anxieux que les autres (sauf après une 4ème défaite contre Djoko).

    Gabriel Tiriac était déjà l’auteur d’une précédente étude dans laquelle il comparait l’influence sur l’enfant de la mère ou du Doudou (Rogé, hein, on suit) lors d’une consultation de pédiatrie.

    Il avait remarqué que chacun avait un effet apaisant mais que cet effet ne s’additionnait pas lorsque à la fois la mère et le doudou étaient présents (comprendre: Maman+Rogé = Rogé, c’est fou ! )Pire, l’enfant était parfois moins rassuré en présence des deux (tu m’étonnes: ma mère avec Federer !). Cela peut s’expliquer par le fait que la mère propose à l’enfant de prendre son doudou pour aller chez le médecin (ma mère emmène Rogé chez le toubib !), alors qu’elle sera présente : celui-ci est inquiété par ce supplément de précautions !

    Comme ces deux études le confirment, le rôle des parents est primordial sur le choix d’avoir un objet transitionnel et également sur les effets rassurants de celui-ci. Mais que les parents dont l’enfant a un doudou se rassurent : cela n’a a priori aucune influence positive ou négative sur sa vie future. Il faut juste le laver périodiquement et surtout éviter de le perdre !

    Bigre. Il va falloir laver périodiquement Roger, ou éviter qu’il perde.

    • Nath 27 avril 2011 at 00:15

      Purée, j’en veux aussi !

    • Robin 27 avril 2011 at 00:51

      Gabriel Tiriac, c’est le même que celui qui jouait en double avec Nastase ?

      • Sam 27 avril 2011 at 12:11

        Presque. Dans ce contexte, c’est le fils caché de Gaby Cohn Bendit et Ion T.

    • Guillaume 28 avril 2011 at 14:57

      Mort de rire !

  18. Christian 27 avril 2011 at 00:10

    Bon, je lève un peu le nez de mes copies, et je vois qu’on me prête un certain nombre d’intentions plus ou moins tordues. Je voudrais donc préciser:

    - que j’ai envoyé ce papier à Guillaume il y a une dizaine de jours, et qu’il n’a strictement rien à voir avec la discussion qui a animé ces lieux dimanche dernier.
    - que je vomis le politiquement correct (si vous avez le courage, allez voir un truc qui s’appelle RIP Federer sur SV, c’est signé Giaccomi, un petit auteur qui monte. C’est un peu vieux mais ça doit encore se retrouver). J’ai écrit l’article il y a deux bons mois, et l’ai repris il y a une quinzaine de jours, sans lien direct avec l’actualité. C’était plus un exercice de style, si vous voulez, dont je ne renie pas une ligne, mais dont l’angle d’attaque avait plus pour but d’être original que moralisateur. Moraliser qui, d’ailleurs ? Vous n’ecrivez pas ce que vous voulez ?
    - que je trouve amusant d’être bombardé chef de la Propagande de 15, moi dont la dernière apparition, à part un coucou rapide à Colin, remonte aux Tennigmatics de Capri. Big brother is watching ta mère…

    Certains parmi mes détracteurs se sont exprimés avec courtoisie, en argumentant, parfois avec talent. D’autres sont dans le procès d’intention résolument vomitif. Vous savez quoi ? Je retourne à mes copies: j’y lis aussi des conneries, mais j’y trouve plus de fraicheur.

  19. Jérôme 27 avril 2011 at 07:50

    Cher Christian, si tu acceptes ma médiation (ayant l’immodestie de me reconnaître dans la 1ère catégorie que tu établis comme en atteste par ailleurs ta réponse à 1er comm, même si je ne me reconnais pas comme un détracteur : il s’est agi d’un dialogue courtois et d’une critique amicale, comme en appelle un forum de discussion), je te dirai simplement ceci.

    Il s’agit là d’échanges d’opinions. Ce qu’un tel a pu écrire sur ton article ne dit pas ce qu’est ton article, mais juste ce que ton article lui inspire. Je crois que nous en avons tous reconnu l’intérêt et la qualité remarquables. Il suffit de chercher sur les autres forums pour s’en convaincre. Une fois qu’on a dit ça, on pinaille et on vient te chercher sur tel ou tel point.

    Après, le fait qu’un posteur te reproche de faire de la propagande devrait t’amuser : cela ne dit rien sur toi mais ne fait que mettre en évidence son ressenti. Et tu connais le vieil adage selon lequel ce qui est excessif ne compte pas.

    Je suis tout à fait preneur de nouveaux articles du même genre ou d’un autre de ta part.

    Amitiés.

    • Christian 27 avril 2011 at 08:52

      Comme j’ai réagi un peu vivement, je voudrais préciser qu’évidemment, je ne refuse pas la contradiction… Mais, à moins d’avoir mal compris, j’ai eu le sentiment en lisant certains posts (pas les tiens, je te confirme !) qu’on me prêtait diverses intentions que je n’ai pas. Et lorsqu’on ne m’en prête pas, on fait de moi « l’allié objectif » – ou le pantin – d’une modération machiavélique et liberticide. Sincèrement, je crois que le brio de certains (ceci dit sans ironie aucune) les amène à la sur-interprétation et finalement, à l’injustice. Je proclame mon droit à me moquer de Federer (que j’adore) ou à chanter les louanges de Nadal (que je n’aime pas) sans qu’on me taxe de pudibonderie ou de conformisme. Mais bon, je suis certainement un peu susceptible sur ce coup-là. Atavisme corse, sans doute.

      Merci en tout cas pour cette « médiation » très amicale!

    • Sylvie 27 avril 2011 at 10:27

      J’espère que tu ne vas pas te décourager d’écrire. Tu as abordé un sujet sensible, plus propice aux polémiques qu’un tops/flops mais cela permettait, à mes yeux, d’ouvrir des débats intéressants, justement parce que les points de vue sont très divers.

  20. May 27 avril 2011 at 09:24

    Ça y est tout le monde se fâche, j’ai l’impression que certains sujets sont vraiment à éviter…
    Beaucoup de fans de Federer se sentent légitimes de dénigrer quiconque estime un joueur qui n’a pas l’aura de Fed, c’est une pensée anti-démocratique et qui glisse dans la facilité et qui voudrait que le laid soit éternellement dévalorisé par rapport au beau c’est idem avec le riche vs le pauvre, le fort et le faible et caetera.
    Personne n’est obligé d’apprécier tout le monde c’est certain, c’est tout simplement humain que d’avoir un penchant vers untel plutôt qu’un autre mais rien n’empêche de reconnaître quelques atouts aux valeureux car nul n’en est dépourvu.
    Et ne pas être fan de Fed ne veut pas dire ne pas apprécier son jeu tout est question de mesure et l’inverse est vrai. Ce qui me gêne c’est de pointer du doigt quelqu’un « tu es Nadalien donc tu es un Fed hater ».

    Donc un forum de discussion est sensé permettre un échange mais apparemment il faut que tout le monde soit du même avis ?!

    Je ne sais pas si je suis explicite, je ne veux surtout pas donner de leçon car je ne me permets pas de juger des gens sur leur goûts mais sachant que dans nos entourages perso on connait tous des têtes de mules avec lesquels on ne peut pas discuter aucune raison que ce ne soit pas le cas avec des personnes inconnues.
    Je trouve toujours ça dommage d’autant plus que le tennis est un sujet léger on n’est pas en train de refaire le monde. Donc à toutes proportions gardées…

    L’article de Christian se voulait partial enfin c’est le sentiment que j’ai eu en le parcourant. Il permettait d’ouvrir le débat sur la place de Nadal dans le monde du tennis mais il parait inconcevable pour certain de l’admettre voilà tout. La discussion ne pourra jamais avoir lieu sans jugements négatifs si les esprits restent cadenassés.

    Quelque soit le sujet, un nouvel article est toujours un plaisir, ne te décourage pas Christian.

    • Sylvie 27 avril 2011 at 10:24

      Je co-signe intégralement ton post. Il me semble que cet article était très intéressant car il permettait à chacun de donner son opinion sur le sujet :ceux qui aiment Nadal, ceux qui ne l’aiment pas, ceux qui ont du mal à l’apprécier mais lui reconnaissent des qualités, ceux qui ont fini par l’apprécier au fil du temps, ceux qui aiment Fed et Nadal…

      Je ne vois pas en quoi cet article sert une quelconque propagande. Christian a donné son approche et chacun s’est exprimé sur le sujet. Je n’ai pas , personnellement, lu comme j’en ai senti le reproche, ni l’auteur ni les autres forumeurs demander à qui que ce soit de s’extasier faussement sur un joueur qu’ils n’aiment pas ni de modifier leur point de vue.

      En revanche, reprocher aux gens de faire du politiquement correct, tout simplement parce qu’en tant que fan de Fed, ils devraient nécessairement se situer dans une position extrême face à Nadal, c’est pratiquer ce qu’on dénonce il me semble.

    • Coach Kevinovitch 27 avril 2011 at 10:36

       » Je trouve toujours ça dommage d’autant plus que le tennis est un sujet léger on n’est pas en train de refaire le monde »

      Tu sais, le seul problème est qu’on prête à Nadal et Federer des choses qui les dépassent et auxquelles ils ne devraient pas être assimilés.

      Si seulement les gens voyaient deux excellents joueurs qui donnent tout pour gagner le plus de match possible, il n’y aurait pas tout ces débats si passionnés.

      Un débat sur la place de Nadal dans le monde du tennis peut être intéressant à la base surtout comment Christian en a posé les termes dans son article mais il ne faut pas oublier que l’article « J’aime, j’aime pas » a déjà montré qu’une bonne partie des 15-lovers appréciait Federer tout en appréciant pas Nadal.

      Pour certains d’entre eux, Nadal restera celui qui aura commis le double crime de « briser » le monde parfait de Federer ou plutôt de fans de Federer en fait (traumatisme des défaites à RG 2006 comme 2007, Wim 2008, OA 2009) en utilisant des armes déloyales, contraires à l’esprit du jeu voire de l’antijeu. C’est ainsi May et tu ne peux pas y changer grand-chose.

      Pour ma part comme j’apprécie le joueur et son jeu, j’ai décidé que les jugements défiants à son égard ne m’empêcheront de profiter pleinement de la présence d’un tel joueur. Tant pis pour ceux qui n’en profitent pas.

      • Sylvie 27 avril 2011 at 10:46

        Si je peux me permettre, Coach, résumer le fait de ne pas aimer Nadal à ses victoires contre Federer, c’est un peu réducteur. Je pense que ceux qui n’aiment pas son jeu, ne l’ont pas aimé dés le début, c’est mon cas. En revanche, cette rivalité a certainement exacerbé le phénomène et a certainement masqué le fait que Nadal ait fait évoluer son jeu, notamment sur dur.

        Après, effectivement, je pense que les critiques faites sur un joueur qu’on apprécie, non seulement ne modifient pas nos sentiments mais elles les renforcent souvent. Je ne soutiens jamais autant Federer que quand il est attaqué de toutes parts.

      • Clemency 27 avril 2011 at 11:36

        Salut CK,
        « Pour certains d’entre eux, Nadal restera celui qui aura commis le double crime de « briser » le monde parfait de Federer ou plutôt de fans de Federer en fait (traumatisme des défaites à RG 2006 comme 2007, Wim 2008, OA 2009) en utilisant des armes déloyales, contraires à l’esprit du jeu voire de l’antijeu. » :
        C’est à peu près ça, sauf que la notion d’anti jeu, contraire à l’esprit du jeu, c’est juste n’imp. Pas de morale en sport, si un mec s’amène, fait 2m20 et sert 3 aces et un service gagnant à 250 de moyenne, ce qui le rend invincible, il ne fait pas de l’anti jeu, il joue au tennis, point barre. Maintenant on a le droit de pas aimer, comme dit Jean on tourne le bouton et on va à la pêche.
        Donc ta phrase me convient, sauf qu’à la place de « en utilisant des armes déloyales, contraires à l’esprit du jeu voire de l’antijeu. », je mettrais « avec un jeu que je n’aime pas. »

        « une bonne partie des 15-lovers appréciait Federer tout en appréciant pas Nadal » : et alors ? Tant qu’ils n’en dégouttent pas les autres comme on dit…

        « Tant pis pour ceux qui n’en profitent pas » : tout à fait…

        Sinon ces affaires de politiquement correct ou de propagande, c’est n’importe quoi. Faudrait arrêter de se prendre au sérieux.
        Et rendez-nous Santoro et Gilbert. Et Jordi Arrese.

        Bon Christian, alors on se met une charrette de copies derrière l’oreille alors qu’on avait 2 semaines faire pour ça, mmh ? Roh le coquin qui bacle les corrections à minuit…

        • Serge 27 avril 2011 at 12:45

          Je me faisais exctement la meme reflexion!
          Au sujet de Christian qui bacles ces copies a minuit.
          C est pour ca qu il etait enerver ensuite :)

      • Coach Kevinovitch 27 avril 2011 at 12:43

        Je suis d’accord sur le fait que la notion d’antijeu n’existe pas. Si j’ai écrit ce terme c’était pour reprendre les termes d’un 15-lover qui se reconnaîtra.

        PS1: Christian est un de ces profs qui oublient des points en plus dans les copies de ses élèves.

      • Christian 27 avril 2011 at 14:39

        Purée, je suis démasqué ! C’est vrai que je suis un peu charrette, et que je n’ai rien fichu pendant les vacances ! Feignasses de profs !

    • May 27 avril 2011 at 11:36

      Oui mais justement l’enjeu n’est pas forcément d’apprécier un joueur ou non, mais bien que des « partis » opposés puissent échanger sans se dénigrer les uns les autres. Mais c’est un vœu pieu j’en ai peur.

      Autrement, concernant les joueurs eux-mêmes soyons réalistes toutes les discussions passionnées des blogues doivent les faire bien rigoler si tant est qu’ils s’y intéressent vraiment.

      Je tenais à ajouter aussi un petit mot concernant la défaite de Nadal à RG même si c’est un peu tard mais je ne voulais pas réagir à chaud.

      Je crois que le tonton avait été plutôt surpris voir blessé du manque de soutien de la part du public et non pas d’une attitude irrespectueuse que je n’ai pas non plus remarquée. Le public assistait à la chute du maître des lieux et il est normal que le grondement fût à l’échelle de l’évènement.
      Et manque de soutien, il y a bien eu, je ne vois pas pourquoi alors qu’on reproche au clan Nadal d’être langue de bois il ne pourrait pas l’exprimer. Et même s’il s’est contredit après un peu de recul, il est bien possible de se faire une autre idée que celle de départ lorsqu’on est dans le feu d’un évènement marquant dans la carrière de son joueur. Pas de quoi les diaboliser.
      C’était Roland, l’antre de Nadal et la défaite était douloureuse il est normal que la réaction l’était tout autant.
      Concernant Soderling qui n’était certainement pas un joueur attendu et apprécié plus que cela à ce moment là, il était aussi légitime de s’interroger sur le soutien que lui a reçu. Ça ne remet pas en cause le fait qu’il était aussi méritant mais la surprise était réelle et il me semble que la victoire de Soderling n’a pas été sous-évaluée bien au contraire et il se pourrait qu’il fasse partie de l’histoire pour avoir terrassé le quadruple tenant du titre, c’est déjà ça de pris plus que pour son palmarès.

  21. karim 27 avril 2011 at 12:17

    Je suis un peu surpris d’avoir lu à plusieurs reprises que Nadal est un peu ressenti comme pratiquant de l’antijeu, parce qu’il exploite jusqu’à plus soif la faiblesse de l’adversaire et développe un jeu qui empêche presque totalement celui-ci de pratiquer son meilleur tennis. Personnellement son jeu me donne des boutons, je n’éprouve aucun plaisir à le voir « faire » ce n’est pas du tout ce que j’appelle du beau jeu, mais il faut être réaliste et ne pas perdre l’objectif de vue: gagner. Pour gagner on met tous les atouts de son côté, à commencer par exploiter les avantages liés à un jeu de gaucher. Ce côté gaucher forcé a vraiment des relents de petit Frankenstein, mais ça prouve surtout une intelligence remarquable une stratégie dévouée totalement à la gagne dès la petite enfance.

    Nadal a ce côté téléguidé, cet aspect antinaturel de son jeu qui me le rendent totalement disgracieux et romantique pour zéro. C’est pas beau, c’est moche même, mais ça touche pile poile là où il faut. Quand je parle d’intelligence c’est un peu comme ces équipes de foot au jeu ultra fermé qu’on s’emmerde prodigieusement à voir jouer, qui n’émeuvent pas, mais gagnent le championnat à coups de 1-0 sur contre-attaque. Nadal ne cherche pas à faire joli, Nadal ne cherche pas briller, ni même à se faire plaisir et le public avec. Il est en mission et tout son être est tourné vers ça. Financièrement je n’ai pas d’inquiétude pour lui, mais humainement son après-tennis risque d’être compliqué tant il semble avoir été conçu pour jouer et gagner. Conception, voilà le mot, ce gars me donne l’impression d’avoir été conçu. Une fois sa mission accomplie j’ai comme l’impression qu’il n’aura plus aucune utilité ou but. C’est purement subjectif je le concède.

    Si on se base uniquement sur les résultats obtenus, tonton Toni et sa clique méritent l’Oscar de la meilleure stratégie/vision, et Rafa celui de la meilleure interprétation. Mais ce modèle j’espère va rester unique, je ne serais pas prêt à revivre une domination basée sur les mêmes fondements.

    Parler d’antijeu est naïf et un peu puéril, mâtiné d’un romantisme un peu suranné (noblesse des combattants, respect des règles élémentaires du duel). Il faut être réaliste, la vie c’est pas un dessin-animé, ce que fait Nadal ce n’est pas de l’antijeu c’est de la rationalisation poussée à l’extrême. C’est le ticket gagnant. Quand il y aura une note artistique au tennis et une note technique comme dans le patinage, on pourra le saquer gravement sur l’artistique, mais d’ici-là on ne peut que lui reconnaître une forme de génie visionnaire d’avoir développé ce jeu et ces qualités… qui vraiment me dépriment. J’ai rarement autant détesté un modèle de jeu.

    • May 27 avril 2011 at 12:40

      Tu crois vraiment que Toni Nadal a tout calculé et que tout s’est passé comme prévu? C’est mieux qu’Alice aux pays des merveilles cette histoire. Mais c’est joli ;)
      Moi je pense que Nadal est le premier « choqué » par ce qu’il a déjà accompli.
      Ils ont bossé sur une stratégie qu’ils mettent à profit chaque jour car elle fonctionne ça c’est sûr.
      Nadal jouait à 2 mains enfant et tonton lui a dit que ça ne le ferait pas longtemps étant donné qu’aucun big champion joue comme Santoro et a demandé au petit de choisir et il a fait le bon choix apparement.

      On pourrait demander à Surya Bonali comment elle a intégré le fait qu’elle n’avait pas le physique adapté selon certains critères physique ou artistique les 2 étant indiscociables.

    • William 27 avril 2011 at 14:22

      Salut Karim, je cosigne !

    • Sylvie 27 avril 2011 at 22:30

      Je suis en phase avec ton message et j’ai souvent ressenti la même chose en le regardant jouer. « Antinaturel » est le mot qui évoque le mieux ce ressenti si tant est que le tennis soit naturel.

      Ce qui est amusant c’est que, quand Federer dominait le circuit, il était souvent qualifié de robot, sur les forums, impression amplifiée par son manque d’expression apparente. Quand Nadal est apparu avec ses « vamos » et ses sauts de cabri, beaucoup ont salué le retour de l’émotion, du sentiment, de l’humain sur le court. Enfin un gars qui sentait la sueur et le camboui , qui montrait ses sentiments et pas un mec froid et inexpressif, qui gagnait en souriant à peine. Feu Appoline Céleste louait le retour de la passion sur les courts.

      Aujourd’hui, on est assez nombreux à ressentir Nadal comme une machine programmée pour gagner, un type au physique et au mental d’airain, inaltérable. A côté Federer parait bien humain, bien fragile avec ses larmes, ses sautes de concentration, ses montagnes russes pendant un match, son revers crucifié par l’Ibère et ses clones.

      Je me demande quel sera le joueur qui rendra Nadal plus humain. Djokovic ?

  22. Clemency 27 avril 2011 at 12:37

    Pour ceux que ça intéresse y’a Dimitrov qui joue Bagda en ce moment. 4/1 pour Bagda pour l’instant.
    http://www.livescorehunter.com/Livescores/Livescore-Tennis.html

    • Robin 27 avril 2011 at 13:36

      Match plaisant pour le moment, premier set Bagda et 5-4 dans le second pour Grigor.

      Enchaînement marrant d’ailleurs du Bulgare : avantage pour lui dans le neuvième jeu sur son service, il tente un ace sur seconde balle annoncé faute après que l’arbitre a été prié par Bagda de descendre pour aller vérifier la marque, petite discussion entre Dimitrov et l’arbitre, puis le jeune homme retourne se placer pour servir deux aces consécutifs. Il a de la gueule ce petit.

    • Robin 27 avril 2011 at 13:56

      Dimitrov sauve deux balles de match et remporte le second set au casse-cravate.

  23. William 27 avril 2011 at 14:23

    Et Dimitrov bien parti pour l’emporter ! Baghy est à la rue depuis le début d’année c’est vrai, mais ça reste une belle perf s’il le sort…

  24. Robin 27 avril 2011 at 14:32

    Victoire de Dimitrov, 6-2 dans la troisième manche (avec deux lets sur la balle de match), après avoir sauvé deux balles de match dans le casse-cravate du second set.

  25. antsiran23 27 avril 2011 at 15:39

    A défaut d’ »une note artistique au tennis et une note technique comme dans le patinage » Karim, on va arriver à faire des catégories au tennis comme en boxe (ce à quoi le tennis commence à ressembler…): poids lours, poids léger et je ne sais quel autre welter !

  26. Le concombre masqué 27 avril 2011 at 16:14

    Mon dieu :

    sur le site de l’ATP :

    « Battistone is known for playing with a double-handed racquet, as well as his volleyball-like serve. » (!!) (!!!) (!!!!)

    http://www.atpworldtour.com/Tennis/Players/Ba/B/Brian-Battistone.aspx

  27. Le concombre masqué 27 avril 2011 at 16:22

    Bon ben perdez pas trop de temps sur les liens précédents, la vidéo (en français!) résume tout ici :

    http://www.blinkx.com/watch-video/tennis-il-joue-avec-une-raquette-deux-manches/sc3Yj22jEiICJEZhepytDw

    • William 27 avril 2011 at 16:30

      Je viens de voir le lien sur le site de l’ATP, j’allais le poster ! Affreux le modèle de raquette, le service ben…volley-like !

    • Stephanie 27 avril 2011 at 16:30

      Ah ben bravo…Et quand est-ce qu’on pourra mettre des ressorts aux chaussures ? 0_O
      M’enfin, dans la vidéo ils disent que ça n’apporte rien…pire, faut réapprendre à jouer autrement…Mais sait-on jamais ?..

    • Guillaume 28 avril 2011 at 15:05

      Pour avoir déjà vu jouer le zigoto, c’est clairement spectaculaire, mais ce qu’il gagne en force il le perd en précision. Sans compter qu’il se fait souvent cueillir au retour. D’ailleurs vous remarquerez l’âge déjà assez avancé de Battistone : la trentaine je crois, un peu tard pour flamber et/ou susciter des vocations. Ouf.

  28. Le concombre masqué 27 avril 2011 at 16:32

    Quelqu’un avait écrit un article-fiction avec cette idée justement…Colin tu nous retrouves ça mon grand?

    • Arthur 27 avril 2011 at 18:37

      C’était pas une histoire de grand qui sautait pour servir et qui battait 7/6 7/6 0/6 7/6 Boluda à Roland-Garros?
      Je vais chercher de mon côté!

      • Nath 27 avril 2011 at 18:56

        Ça c’est d’Ulysse et c’est

  29. William 27 avril 2011 at 16:38

    Soderling et Chardy jouent à qui a la plus petite ? Non parce que Jeremy qui mène 5-2 dans le 2e, Soderling qui remonte et sert pour le match à 6-5 et maintenant tie break, ça fait franchement WTA !

  30. Jérôme 27 avril 2011 at 18:08

    Je reviens sur l’expression « politiquement correct » puisque c’est moi qui ai été le premier à l’employer dans ce fil de discussion. Sylvie, notamment, n’a pas compris dans quel sens j’y ai eu recours.

    J’ai fait le lien entre l’introspection morale chrétienne et le politiquement correct parce que la réflexion adoptée par Christian me semblait nous inviter à nous interroger sur ces sentiments mauvais que nous pouvons ressentir. A y réfléchir pour tenter de nous en défaire.

    Or, personnellement, je ne crois pas que le sport soit compatible avec le détachement. Par essence, et depuis les origines, le sport est fait pour susciter les passions. Le sport est la reproduction symbolique et pacifique de l’unité d’une communauté (les cités antiques à l’origine) ainsi que de l’affrontement entre communautés.

    Il est d’ailleurs aujourd’hui le dernier lieu où s’exprime un certain chauvinisme, voire un nationalisme exacerbé.

    A mon avis, vouloir lisser, effacer ces passions, cette subjectivité forcément injuste, c’est méconnaître ce qui restera l’essence profonde du sport.

    Je reviens aussi sur la notion d’antijeu que j’ai également invoquée.

    Bien sûr que Karim a objectivement raison et que la notion d’antijeu n’a objectivement aucun sens dans la mesure où quasiment seul le résultat compte (l’art et la manière laissent quand même des traces dans les mémoires). Il n’en reste pas moins que comme Karim, ça me dégoûte qu’en foot ce soit une équipe pratiquant un jeu fermé qui l’emporte que une équipe flamboyante pratiquant un jeu varié, généreux et créatif.

    C’est comme en économie : oui, les cloneurs et sous-traitants taïwanais et chinois arrivent à mieux que quiconque industrialiser à bon marché les produits high tech. Mais l’innovateur conserve ceci de supérieur que c’est lui qui a l’idée, qui crée le produit et qui fait avancer le schmilblick. Sans l’invention du transistor, du circuit intégré, du micro-processeur, du PC, de l’interface graphique, du CTP/IP, du GSM, du jeu vidéo, …etc, par les américains et les japonais, ils n’auraient rien à cloner ni à industrialiser à bas prix.

    Donc, oui, j’assume ma subjectivité en matière de goût et ce côté suranné et naïf assez constitutif de la culture française qui veut que l’art et la manière ça compte. Et qui plus est, il me semble que Don Quichotte chargeait bien des moulins. ;-)

    Et de surcroît, j’estime que ce n’est pas de la vaine subjectivité mais qu’en effet tout ne se vaut pas : il y a des styles de jeu, des esprits du jeu (pas un seul mais plusieurs) qui tirent le tennis vers le haut, et d’autres styles de jeu et esprits de jeu qui sont peut-être terriblement efficaces mais qui tirent plutôt vers le bas le tennis.

    Je pense qu’il appartient aux instances dirigeantes du sport d’éviter les excès de ces évolutions.

    Pour en revenir à la personnalité de Nadal, je n’ai en revanche pas le même avis sur son avenir après le tennis. Je pense que le Rafa compartimente remarquablement sa vie et qu’une fois la raquette raccrochée, il sera très heureux d’aller planter ses choux ou de s’adonner à toute autre activité.
    D’ailleurs, s’il n’y avait pas des programmes informatiques pour faire ça automatiquement à très haute fréquente, Nadal aurait pu faire un très bon trader dans un hedge fund puisque sa philosophie du jeu consiste en particulier à identifier la distorsion, le point faible dans le jeu de l’adversaire, et à l’exploiter à fond à fond à fond jusqu’à ce que les lois de la gravité finissent par s’imposer.

    • Sylvie 27 avril 2011 at 22:17

      En fait Jérôme, ce n’est pas du tout sur ton message que j’ai réagi mais plutôt sur celui de Yaya. J’ai eu l’impression que pour certains forumeurs, le fait que des fédériens, on va dire comme ça, puisse s’interroger sur leur rapport à Nadal et lui trouver des qualités ou se demander s’ils n’étaient pas injustes ou, par rapport aux discussions de la veille, réagir à ces propos qui semblaient inutiles ou excessifs, étaient assimilés à une forme d’hypocrisie bon teint, de mode bisounours niais alors que, ce n’est qu’une opinion comme une autre.

      Tes posts sont toujours très argumentés et nuancés bien que subjectifs. La subjectivité me va très bien si elle est assumée.

      Et je suis plutôt d’accord avec ta vison du sport comme vecteur de passion. Pour moi, c’est clairement un exutoire mais il peut aussi véhiculer d’autres valeurs.

      Je te rejoins aussi sur une hierarchie des styles de jeu sauf que chacun à la sienne et on demeure dans le subjectif. La mienne rejoins la tienne dans les grandes lignes.

  31. David 27 avril 2011 at 21:02

    http://www.youtube.com/watch?v=QwwLOHVWR0c&feature=related
    Regardez ça, l’herbe est encore verte alors qu’on est jour de finale, les balles fusent… Il y a 10 ans seulement, 10 ans déjà…

    • Jérôme 27 avril 2011 at 21:39

      C’est cruel de ta part, David, de nous rappeler ce qu’était le jeu sur gazon et ce qu’il aurait du rester.

    • Jeanne 27 avril 2011 at 21:45

      David, ton lien ce n’est pas Wimbledon, mais le Queens. En une semaine, l’usure gazonnique est forcément bien moindre qu’en deux semaines ?
      En revanche, exact que le Queens a gardé cette variété de gazon qui était celle du Wimbledon de notre enfance.
      Je ferai remarquer que même sur le gazon inchangé du Queens, on a eu des finales de joueurs de fond de court (cf le Nadal Djoko de 2008). Les matériaux ont donc aussi leur rôle.

      • Jérôme 27 avril 2011 at 21:54

        les matériaux, les cordages et les balles.

        Ce n’est pas à 2008 qu’il faut remonter pour faire les comparaisons. Dès 2006/2007, la transformation des conditions de jeu est manifeste.

        Pour l’état du gazon en fin de tournoi, les conditions météo jouent beaucoup. Mais le fait que les joueurs restent quasi tout le temps au fond du court contribuent à ce que la ligne de fond soit beaucoup plus pelée alors qu’il y a 10/20 ans, ça pelait beaucoup plus sur les lignes des carrés de service.

        • Diana 27 avril 2011 at 22:02

          J’avais posté ce lien Jérôme il y a 1 an je crois, mais toujours intéressant comme explication partielle.

          http://www.youtube.com/watch?v=soJ_FVnijAw&feature=related .

          La modification de la qualité du gazon aura également joué son rôle.

          • Jérôme 27 avril 2011 at 22:41

            Merci Diana. C’est à cela que je faisais référence.

        • Jeanne 27 avril 2011 at 22:06

          ce document est très intéressant et souvent cité, mais me laisse un peu sur ma faim.

          Quelle est la part exact du changement de végétal, et du changement de balles ?

          Il me semble qu’en 2003, le gazon avait déjà été changé, donc ce serait lié au changement de balles très majoritairement.

        • Diana 27 avril 2011 at 22:47

          Tout à fait Jérôme. Pour avoir récemment visionné le match Sampras/Fed en 2003, et avec le souvenir très présent que j’ai de ceux de 2010, j’avoue qu’il n’y a pas photo. Les parpaings du fond de court ont de beaux jours devant eux à Wimby avec l’évolution incontrôlée du matos high-tech notamment.Entre autres.

          • Jérôme 27 avril 2011 at 23:01

            Match Federer/Sampras en 2001. Si on avait les mêmes données remontant à 2000, avant le changement d’herbe (et non pas seulement à 2003), il est assez probable que la tendance au ralentissement apparaîtrait encore plus forte.

            Encore que je ne rafole pas particulièrement des matches se résumant quasiment à un concours d’aces et de services gagnants.

            • Diana 27 avril 2011 at 23:08

              Oh pardon,je serais bien focalisée sur la 1ère victoire du Fed on dirait :)

              Merci quand même…

      • Jeanne 27 avril 2011 at 21:58

        Pas faux, mais je n’arrive pas à voir à quoi correspond exactement 2006/2007 en termes de changements de matériaux ou autres. Sinon que Nadal accède aux finales du tournoi

    • Kissifrott 27 avril 2011 at 21:50

      c’est ptèt aussi que le Queen’s dure une semaine de moins que wim ?

    • Diana 27 avril 2011 at 22:19

      Extrait d’un article du Time en juin 2008

      « In 2001, Wimbledon tore out all its courts and planted a new variety of groundcover. The new grass was 100% perennial rye; the old courts had been a mix of 70% rye and 30% creeping red fescue. The new lawn was more durable, and allowed Wimbledon’s groundsmen to keep the soil underneath drier and firmer. A firmer surface causes the ball to bounce higher. A high bounce is anathema to the serve-and-volley player, who relies on approach shots skidding low through the court. What’s more, rye, unlike fescue, grows in tufts that stand straight up; these tufts slow a tennis ball down as it lands »

      .

    • Jeanne 27 avril 2011 at 22:22

      OK merci Diana, donc c’est 2001 le pivot, ce qui me conforte bien que c’est autre chose que la surface qui justifie la différence 2003/2008

      • Diana 27 avril 2011 at 22:36

        Les conditions météo, comme le rappelait Jérôme, sont déterminantes. On se rappelle que l’an dernier, quasiment pas une goutte d’eau pendant la quinzaine, Nadal qui rame sec en 1ère semaine sur un terrain qui ressemble encore à du gazon, et puis en seconde semaine, le champ de patates bien sec lui a permis de mettre très naturellement en place son jeu de terre battue.

        « There is a danger that we will have only one type of player soon because everyone is growing up on courts that are roughly the same speed, » said Jonas Bjorkman,there was a time when clay-court [specialists] wouldn’t even make the trip [to England],now they hardly even need to adjust their game. »

      • Jérôme 27 avril 2011 at 22:39

        Il y a bien sûr eu l’effet 2001. Mais dans les années qui ont suivi, on a continué à voir du service-volée, hormis l’horrible finale de 2002.

        Mais quand tu regardes les éditions jusque vers 2005, ça volleyait encore pas mal.

        Je pense qu’il y a eu plusieurs effets. D’abord l’effet changement de gazon en 2001. Ensuite l’effet matériel et balles, notamment le film montrant la différence de vitesse de balle et son impact sur le point de frappe des retours de service vers 2007/2008.

    • Clément 28 avril 2011 at 01:18

      Hello à tous,

      Pardon mais je m’inscris en faux de la vidéo postée par Diana, à laquelle énormément de posteurs ont déjà fait référence ici ou ailleurs.
      Le titre est trompeur ; on fait passer ça pour une analyse de l’évolution de la vitesse du gazon alors qu’il s’agit uniquement d’un regard sur l’évolution de la première balle de Federer. Et ça change tout : regardez la trajectoire de la balle AVANT qu’elle ne rebondisse (et a fortiori avant qu’elle ne passe le filet). Ce qu’on voit c’est que la première balle de Fed en 2008 passait quelques centimètres au-dessus de la même première balle en 2003, à vitesse égale ; incidemment une balle qui tombe de plus haut va rebondir… plus haut. Et arriver moins vite sur le relanceur.

      Tout ce qu’on peut conclure de cette vidéo c’est que les premiers services de Fed en 2008 étaient plus liftées que ceux qu’ils faisaient en 2003…

    • Jeanne 28 avril 2011 at 07:16

      Clément, tu m’aides à préciser une incertitude que j’ai par rapport à cette vidéo, merci.

      Sans nier le phénomène, je m’interroge sur la rigueur du document, ou plus exactement, il manque des clés pour qu’on puisse tirer des conclusions définitives.

      Un point très important est effectivement la rotation de la balle sur elle-même. Donc l’effet (lift ou autre)qui change le comportement de la balle après rebond.

      Est-ce que ces deux services sont strictement équivalents du point de vue de la quantité d’effet ? Ce n’est pas dit.

      Il aurait été bien de le préciser (avec une mesure des rotations de la balle sur elle-même). De même, l’hygrométrie du sol (donc les conditions météo) le pelage ou non du point d’atterrissage de la balle, l’usure de la balle en elle-même (balle neuve, ou un peu plus usagée), la température ambiante, la pression atmosphérique.

      Et surtout, livrer plus qu’un seul exemple pour que l’on puisse en dégager une conclusion indubitable.

      Pas facile évidemment puisqu’il aurait fallu, en 2003, anticiper, en enregistrant toute une série de services et en refaisant exactement la même chose en 2008.

      Et plutôt que prendre un joueur, utiliser une machine de façon à obtenir des lancers totalement identiques, en être au même point du tournoi, sur un sol tout aussi intact (ou pas intact), plus une météo identique, une balle au même point d’usure, etc.

      Si la seule chose qui caractérise ces deux services est qu’ils sont partis à 126 mph, ce n’est pas suffisant.

      Cela n’invalide absolument pas les observations faites par ailleurs par Diana et Jérôme, mais la vidéo en elle-même n’est pas probante.

      • Jérôme 28 avril 2011 at 09:26

        Je me demande si Antoine, roi des statistiques, n’avait pas produit des stats sur le point de frappe du retour de service à Wimbledon mais vous me faites douter en partie. En partie seulement parce que ce qui est manifeste, c’est que la qualité des retours de services ne permet quasiment plus de jouer service-volée à Londres.

      • Clément 28 avril 2011 at 11:29

        Eh bien Jeanne merci également pour ton post, tu es encore bien plus rigoureuse que moi ! :) J’ai asséné ma conclusion un peu vite et c’est vrai que beaucoup d’autres critères sont à prendre en compte. Je ne l’ai pas mentionné mais ce qu’on voit aussi dans la vidéo c’est que le lancer de Fed est censé être plus haut en 2008 qu’en 2003, ce qui évidemment la fait retomber de plus haut (donc un élément qui peut en partie invalider ma thèse du lift, à plus forte raison quand on sait qu’en général un lancer plus haut implique un service plus à plat). Je ne reviens pas sur les autres facteurs que tu mentionnes, tu as tout dit. Ce qui est sûr c’est que cette seule vidéo est bien légère pour en dire beaucoup sur l’évolution de la vitesse du gazon.

  32. Nath 27 avril 2011 at 21:40

    Vous avez vu l’affiche de RG 2011 ? Elle est originale, aucune trace d’ocre ! http://www.fft.fr/rolandgarros/?ID=7213

    • Jeanne 27 avril 2011 at 21:46

      Ce renouveau graphique augure-t-il d’une nouvelle ère ?

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis