Roland Garros, 31 mai 2021

By  | 1 juin 2021 | 643 Comments | Filed under: Actualité, Bord de court, Top 5

Un magnifique cadeau d’anniversaire que de pouvoir aller à Roland-Garros sous un grand ciel bleu en dépit de la crise sanitaire. Après un hiatus de 10 ans des courts principaux et 3 ans tout court, force est de constater que les abords du stade n’ont rien à voir avec la cohue ante-2020 où la compression de la foule commençait 1 km avant les entrées.

WhatsApp Image 2021-05-31 at 12.23.26

Mon billet étant en loge du court Suzanne Lenglen, la porte d’entrée est la numéro 1 que je partage avec bon nombre de présidents de clubs dont un à qui je fais la conversation. Arrivés à 9h30, nous avions encore 30 min à faire passer et j’ai eu l’occasion d’apprendre son opinion sur la gestion de la Fédé: elle était critique et acerbe à l’égard des précédents présidents depuis Bîmes pour qui les mots étaient violents!

Les portes ouvrirent à 10h avec un protocole Covid-19 sans contact (fouille au magnétomètre notamment) pour un début des matchs à 11h. Profitant de l’intervalle, j’ai visité le site en long et en large notant toutes les différences: les investissements réalisés étaient bien visibles avec le toit du Chatrier tout pimpant, le verdissement du parvis du Chatrier et la rationalisation de la disposition des courts. Les courts au fond (le 13 et 14) étaient de petits chaudrons avec une ambiance réminiscente de feu le court n°1 tandis de plus larges espaces étaient alloués à la Grande Boutique et aux restaurants afin d’augmenter les revenus auxiliaires.

En terme d’agora, le ratio était très agréable avec une facilité de circulation certaine sans que le site ne paraissâsse vide. Cette jauge réduite eût l’avantage de mettre en valeur la quantité de main-d’oeuvre employée pour faire tourner un tel événement: hôtes et hôtesses, vendeurs, brigade sanitaire, sécurité, coordination, guest relations, formateurs, dame pipi, ainsi que tous les bénévoles (ou quasi) pour le ramassage de balle, les juges de ligne et entourage.

Assis au 3ème rang en bas du Suzanne Lenglen, côté Est avec ses nouveaux sièges en beau bois et coussin, c’est un grand court toujours aussi agréable: dimension à la fois humaine et statutaire, suffisamment ouvert aux éléments pour l’équité (et rafraîchir les spectateurs cuisant au soleil de mai) et une excellente visibilité.

La programmation du court était à mon sens la meilleure du jour dans l’équilibre entre Français, stars et spectacle à escompter avec le court numéro 14. Premier match entre Sinner et Herbert, suivi de Garcia contre Siegemund, puis Kenin contre Ostapenko et enfin Tsonga opposé à Nishioka.

Sinner-Herbert: 6-1 4-6 6-7 7-5 6-3

WhatsApp Image 2021-05-31 at 12.23.23Le meilleur match de la journée avec un peu de suspense, de très beaux points, un excellent public, un joueur très prometteur et un Herbert valeureux.

Après un faux départ de l’Alsacien lors du premier set bouclé en 22 minutes, la partie s’équilibra sensiblement au 2ème set où Herbert sera souvent en réussite sur les lignes. Sinner, par basculement ne l’était pas du tout et après galéré sur ses jeux de service fini par en céder un de trop. Le 3ème set continua sur la même dynamique jusqu’à 2-5 où Sinner trouva les ressources pour massacrer Herbert l’espace de 4 jeux: une démonstration d’un joueur d’un calibre supérieur (sans que ce soit péjoratif à l’égard d’Herbert). Il cala un peu durant le tie-break mais je n’étais pas plus inquiet que ça. Même s’il sauva un 0-40 qui valait quasi match puis une balle de match au 4ème, Jannik fut capable de mettre le dernier coup de collier pour garder son service puis breaker 2 fois consécutivement pour ensuite filer à la victoire.

Ayant eu les deux joueurs à 3 m de moi, je peux confirmer que Sinner ne gâche pas d’énergie, est très vif et souple dans ses déplacements. Il pratique l’ancrage positif à haute dose avec des petits « Komme an » et serrages de poings quand la situation est tendue ou favorable. Lors de la remontée du 4ème, il se permit un peu plus d’expansivité par poussé d’adréaline: il ne communique pas avec le public, mais correctement avec les ramasseurs. Lors d’un service kické de PHH, une spectactrice se prit presque la balle et il put sussurer un « Are you ok? ».

Herbert a une abominable coupe de cheveux cette saison mais est gracile, il avait besoin de chercher l’approbation de son clan lors de ses beaux points mais sinon il a eu une attitude très professionnelle: dans son match et apparemment en étant capable de gérer la frustration lié au 1er set abominable qu’il a fourni.

Dans les conditions de jeu, c’était rapide et les frappes lors de l’ensemble des matchs étaient beaucoup plus à plat que des lifts à l’espagnole: des coups de boutoirs qui rebondissent pas très haut, souvent de l’essuie-glace qui fonctionne 66% du temps, le reste étant souvent un contre lors de la montée à la volée contre-temps ou une volée pas assez tranchante qui termine par un passing.

Le public a été remarquable lors de ce match, avec jauge remplie, à fond derrière PHH (mais les quelques qui étaient derrière Sinner ne se faisaient pas huer ou insulter comme j’ai connu ça dans d’autres contextes), les beaux points applaudis, les situations favorables à PHH chaudement encouragées. Un public partisan mais amateur et respectueux du jeu.

WhatsApp Image 2021-05-31 at 12.23.24

Garcia- Siegemund: 6-1 6-3

Caroline Garcia a fait l’un de ses meilleurs matchs (parmi ceux que j’ai vu). Elle avait une division d’écart aujourd’hui par rapport à son adversaire, surtout au niveau de la puissance. Elle a réalisé des séquences serenaesques en pliant nombres d’échanges en trois coups de raquette avec des balles rapides, à bon angle et aux bonnes longueurs pour abréger les points.

Siegemund m’a paru bien inoffensive avec un service déliquescent (6 doubles fautes), une incapacité à imprimer du lift. Je n’avais pas le souvenir qu’elle avait atteint les quarts en octobre.

J’ai trouvé que les jeux de jambes des deux joueuses étaient plus bruyants que ceux des joueurs précédents mais j’ai trouvé Garcia très dynamique pour faire ses petits pas d’ajustements. Elle a chuté lors d’une glissade au début du match mais cela ne l’a pas décontenancé.

En terme physique, de toutes les filles vues, Caroline a le physique le plus proche d’une fitness/crossfit girl, très sportif mais harmonieux. Siegemund avait des bandages à l’épaule et à la cuisse, tandis qu’Ostapenko a une stature « obélixienne », ce ne sont pas les bourrelets de la jeune Kvitova mais plus une musculature de bœuf de Kobe : il y a à la fois beaucoup de muscle et de gras, et cela la gêne pour sa mobilité. Kenin a le physique de Schwartzmann: des jambes disproportionnellement grandes et épaisse par rapport au torse.

 

Kenin Ostapenko: 6-4 4-6 6-3

J’ai regardé les deux premiers sets qui étaient très décousus et où les serveurs n’ont pas régné. Ostapenko relativement égale à elle-même, Plan A, A’ ou A »’ ne sont que des nuances des cicatrices qu’elle inflige à la balle, et un peu pestouille avec l’arbitre. Elle s’exprimait de façon intermittente en russe pour se donner un peu d’allant. Malheureusement, depuis 2017 elle n’a pas retrouvé cette magie et les filles gèrent beaucoup mieux sa puissance.

Pour Kenin, elle mouline mais ses mouvements sur le terrain sont très économes: elle sait où ira la balle et elle prend tôt, c’est assez impressionnant. Sa deuxième balle de service est presque aussi rapide que sa première, qui certes n’est pas exceptionnelle. Il n’en demeure pas moins qu’elle est solide sur cet aspect du jeu. Son caractère semblait plus bouillonnant que celui de la lituanienne avec pas mal de jurons lancé dans un anglais américain parfait tandis que ces encouragements alternent des « Come on » sonores et des soliloques en russe.

J’ai quitté le match à l’orée du troisième pour essayer d’aller voir Bencic sur le 14 puis le match qui excitait une belle partie du public: Musetti-Goffin. Le court 14 est un chaudron, la queue était très importante et après 30 min sans avancer d’un mètre, j’ai réussi à trouver un spot avec une vue correcte sur le 13 (Harris-Sonego) et le 14. J’ai raté Bencic mais j’ai pu voir l’avion de chasse de copine d’Harris à côté de moi.

Pour le Musetti-Goffin, j’ai pu voir la moitié du premier set où Goffin se fit exploser. Musetti a un revers magnifique, un coup droit « moderne » à la Kachanov qui me fait craindre pour son futur tandis que Tintin avait des problèmes de centrage.

Tsonga-Nishioka

J’ai pu assister aux deux premiers sets de Tsonga (dans un look sobre et cheveux rasés) qui malheureusement s’est fait phasmer par la mobylette japonaise qui n’est pas dénuée de talent pour imprimer du rythme. Tsonga a pas mal perdu en qualité de service, de déplacement (un peu comme Ostapenko, il est devenu trop charpenté pour le meta-game où le déplacement est absolument déterminant). En terme d’attitude, c’était celui avec les soliloques de frustrations les plus audibles et communs « Flûte j’ai raté deux coups droits de décalage avec le soleil qui m’a ébloui », « J’aurais dû laisser rebondir cette balle, j’en aurai fait qu’une bouchée » etc…

Autres observations

Un petit mot sur les interviews d’après matchs et l’écart abyssal de qualité entre Pioline et Bartoli, miroir inverse de leur conservation physique. En effet, Pioline a une expression anglaise particulièrement limitée (pour quelqu’un qui a eu une carrière internationale s’entend), où il a du mal à poser des questions intéressantes et de façon conversationnelle. Déjà que Sinner avait 3h30 de matchs dans les pattes et n’a aucun problème à ouvrir le robinet d’eau tiède, l’interview post-match était un vrai embarras. Mais en revanche, il porte encore beau à 50 ans passés.

Pour Bartoli, c’était l’inverse : elle sait faire la conversation, passer les plats, et rendre le moment agréable. Son expression anglaise et sa fluidité sont très satisfaisantes et elle et Garcia ont pu parler de façon fort sympathique, avec une petite touche d’humour « En dix de carrière à RG, il était temps que je fasse un bon premier tour ». Mais c’est vrai que Bartoli a un physique ingrat (d’un autre côté, il semble que c’est celui qui lui correspond puisque son physique d’anorexique n’était pas seyant et sa détresse psychologique paraissait patente). Là en effet, elle a l’air très smart et vive avec un micro.

En termes de public, il était clair que les matchs masculins réalisaient des audiences bien plus importantes et il est également indéniable que l’écart de niveau est abyssal. Sur tous les aspects physiques, et en particulier les déplacements, les garçons réalisent des trucs que les filles ne peuvent pas. Pour autant, je suis très fier que le tennis soit un authentique sport pro mixte où les filles ont toute légitimité à s’exprimer : elles sont elles-aussi les meilleures de leur catégorie.

Naomi Osaka

J’ai beaucoup de tristesse à son égard et pas mal de tension à appréhender son cas. En effet, c’est la meilleure joueuse actuelle, qui tyrannise les grands chelems, c’est l’athlète la mieux payée de tout les temps (il me semble qu’elle gagne deux fois plus que Sharapova au faîte de sa gloire) mais il est indéniable qu’elle n’ a vraiment pas l’air à l’aise dans ses baskets.

Par ailleurs, j’ai énormément de difficulté à valoriser positivement son combat « woke » même si je sais pertinemment que c’est ce positionnement qui lui permet de tels émoluments. Pour autant, j’ai l’impression qu’elle plus qu’aucune autre est la marionnette de IMG qui est là pour faire du fric sur son dos et il est clair que l’angle victimaire et racialiste (que je trouve d’une duplicité incroyable) est extrêmement rémunérateur.

A propos de son départ de RG, j’ai deux analyses : soit à son corps défendant c’est encore une attaque culturelle de la part des US contre la France (dans la droite ligne du NYT, Washington Post quant à leur traitement des infos françaises relatives au terrorisme islamiste par exemple) soit elle est en plein burn-out et elle fait une Henin 2012. En tout cas, sa communication est pour le moins mauvaise et d’awkward puis hypocrite, elle passe à être mesquine, dupe et manipulable.

About 

643 Responses to Roland Garros, 31 mai 2021

  1. Anne 10 juillet 2021 at 12:05

    Ce qui est fou c’est qu’à 34 ans passés Djokovic fait mieux que tous les joueurs réunis, et on parle aussi de la crème de le crème, à ce qui était leur zénith physiologique. Lui compris d’ailleurs. On est quand même dans le plus grand creux générationel que le tennis masculin ait sans doute connu. Non seulement la génération post celle de Nadal/Djoko/Wawrinka/Murray n’a pas su rivaliser en Grand Chelem mais celle d’après n’est finalement pas forcément mieux. Sur les tournois au meilleur des 5 sets.
    Ok ils ont eu à faire à trois monstres mais c’est dingue de voir que même face à un Djoko, qui n’a certes rencontré personne avant Shapovalov (et aurait pu s’attendre à avoir nettement mieux classé en face de lui en demi, idem en finale) mais qui est aussi pas au summum de ses capacitiés et bien.. ça coince.
    Dingue aussi de voir le nombre de Grands Chelems que finalement Djoko comme Nadal se sont d’ores et déjà enfilés depuis qu’ils ont passé la barre fatidique des 30 ans. Même Federer semble un petit joueur sur cette stat, lui au jeu autrement moins traumatisant pour l’organisme que ses deux comparses.

    Paulo, Shapovalov avançait une autre explication quant à son craquage à la sortie du court : le fait de ne plus en pouvoir de la bulle sanitaire (autrement plus stricte pour les joueurs à Londres que pour le public) et des efforts de motivation qu’elle requiert, alors qu’is passent leur temps entre l’hotel et le stade, sans possibilité de sortir autrement.

    • Paulo 10 juillet 2021 at 13:38

      Ah d’accord… je sais que depuis le début il a du mal avec les contraintes liées au Covid.

      Ça vient s’ajouter, mais ça n’enlève pas – si on écoute ses propos tenus en conf de presse – la prise de conscience de ses capacités et le regret d’avoir loupé beaucoup d’occases… il va en tirer les leçons, j’en suis persuadé.

    • Sebastien 10 juillet 2021 at 19:02

      Djokovic a confié aux médias serbes qu’il avait souffert d’une intoxication alimentaire, qui explique donc son niveau plutôt moyen face à Shapo. Il a promis d’être à son summum dimanche, et Berrettini a beaucoup être puissant, je pense que ce Wimbledon est déjà terminé.

  2. Jo 10 juillet 2021 at 13:08

    La technique de Zverev, les mérites de Djokovic, les limites de Shapovalov, les avis divergent. Néanmoins, un consensus se dégage autour d’un fait d’importance : ce David Beckham, quel bel homme.

  3. Jo 10 juillet 2021 at 17:14

    Je serais curieux d’avoir l’avis de l’assassin Perse sur le physique de Barty.

    D’une Australienne l’autre. J’ai une pensée pour Kyrgios, au vu de la densité modérée du bas de tableau masculin. S’il avait passé les six premiers mois de l’année à bosser, pas plus, juste les six derniers mois à faire de Wimbledon un vrai objectif, ne serait-il pas sur le Centre Court demain ? Vous imaginez l’affiche ? Un Djokyrgios ? Le mal-aimé contre le mauvais garçon, le seul obstacle sur la route du plus grand joueur de l’histoire…

    • Sebastien 10 juillet 2021 at 18:57

      Les commentaires de Perse sur le physique des joueuses sont exceptionnels, il me semble que sa férocité est maximale avec Serena.
      Moi aussi je crains la petite pique pour Barty.
      Kyrgios est beaucoup trop instable pour atteindre une finale de GC, il aurait en revanche été intéressant qu’il croise notre Serbe cycliste dans les premières étapes ! Ca arrivera peut-être au Rod Laver Serbe dans les prochaines années quand il sera à 28 GC.

      • Perse 11 juillet 2021 at 14:19

        Décidemment, je pense que l’on a une vision déformée de mes propos, et la pique sur Serena (l’hippopodame) n’est pas de moi. Les commentaires concupiscents ne sont pas vraiment mon genre. Sur Barty, elle joue extremement bien au tennis avec une large palette de coups qu’elle utilise à excellent escient et qu’elle très bien préparée athlétiquement.

  4. Jo 11 juillet 2021 at 07:34

    Aujourd’hui, le prophète est indécis. Djokovic est le favori logique et la même logique voudrait qu’il gagne en quatre sets assez accrochés, comme le préconisent nos confrères d’Eurosport (oui, je nous mets au même niveau, après tout, n’écrivons-nous pas mieux que certains d’entre eux ?).

    Néanmoins, Nole ne peut-il faire une Serena à force de marteler son souhait de record ? Beretta n’a-t-il pas les armes pour le fusiller ? Quelques certitudes, Matteo va voir revenir ses services, pas mal de services et il va faire des revers, beaucoup de revers.

  5. Paulo 11 juillet 2021 at 15:32

    Berrettini est tendu comme un arc. Que de fautes. Et logiquement, Djokovic fait le break.

  6. Jo 11 juillet 2021 at 16:21

    Djokovic fébrile, presque faiblard.

  7. Arno, l'homme des antipodes 11 juillet 2021 at 16:24

    J’aime beaucoup Berrettini d’un coup. En tout cas aucune hésitation au moment de conclure ce premier set. Il joue bien, ses schémas de jeu sont clairs.
    Et son revers beaucoup moins faible qu’il n’y paraît. Il tient le coup du fond et son slice fonctionne très bien.

    J’ajoute que je suis étonné par son déplacement, il va vite le bougre !

  8. Jo 11 juillet 2021 at 16:43

    Et en plus, Alja a de jolies mains.

  9. Jo 11 juillet 2021 at 16:51

    Djokovic tente une Monfils en finale de Wimbledon. L’histoire s’écrit sous nos yeux.

  10. Jo 11 juillet 2021 at 17:38

    Tom Cruise est de plus en plus jeune.

  11. Jo 11 juillet 2021 at 18:25

    Ce haussement d’épaules nerveux… Sarkovic ?

  12. Jo 11 juillet 2021 at 18:37

    Petit Chelem. Big three.

  13. Paulo 11 juillet 2021 at 18:46

    On n’aura peut-être pas la série des branlées initiatiques infligées par le taureau de Majorque à la jeunesse aux dents longues, à Roland Garros,
    mais la série de défaites infligées par le lapin Duracell serbe à la même jeunesse aux dents longues en finale de Grand Chelem est bel et bien en cours :
    Medvedev à Melbourne,
    Tsitsipas à Paris,
    Berrettini à Londres,
    et… qui pour se dévouer à New York ? Allez, j’avance Zverev.

    • Colin 11 juillet 2021 at 18:48

      Avec au passage une branlée au deuxième tour pour notre Richard national.

      • Sam 11 juillet 2021 at 19:17

        Oui, a priori c’est déjà dans l’agenda de Ritchie, qui est inscrit à l’Open de Rennes (!) qui se déroule début septembre.

  14. Nathan 13 juillet 2021 at 15:25

    Il se passe aujourd’hui des choses extraordinaires dans le sport. Un sprinter de 36 ans, qui jouait à la belle endormie depuis des années, et qui revient plus fort que jamais. Un jeune cycliste qui brille dans des épreuves où il n’était pas spécialement réputé jusqu’à susciter d’odieuses insinuations de dopage. Je dis « odieuses » car s’il y a bien un sport qui est hyper contrôlé, c’est bien le vélo, pas comme le tennis (cf article précédent de 15 love). Et nous, nous avons notre joueur cycliste qui j’en suis sûr à 40 ans jouera encore mieux que maintenant, pour le plus grand bonheur de son Papa, de sa Maman, de la nation serbe toute entière, et du monde tennistique car ce serait très petit, complotiste et vulgaire d’insinuer sans preuve.

    Nous vivons une époque extraordinaire ! « L’empire du bien » marié au royaume de la Performance résultat du Travail, de la Diététique et la laïcisation de la Méditation.

    • Sebastien 14 juillet 2021 at 02:19

      Nathan ! Mécréant, pharisien, sépulcre blanchi.

      Comment oses-tu ce blasphème contre l’enfant céleste de la sainte Serbie ?

      Sa croix, un poisseux virus SARS-gluten-2 ?

      Il en fut exorcisé pendant une miraculeuse messe de minuit de Noël 2010.
      Gluten-Satan meurtrissait sa chair, corrompait ses poumons depuis 23 ans de vie.

      Le fils initia son règne rayonnant sur le monde.

      Vainqueur transcendé par la volupté d’une déchirure abdominale en Australie car, ô incrédules, l’inexistence du gluten est l’analgésique ultime.

      Exténuant Nadal et Tsitsipas sur terre : le démon gluten chassé, son corps est délivré de la tyrannie lactique.

      L’enchaînement Roland-Wimbledon devint un succulent lit de roses.

      Enfin oeuf et caisson, le Fils fut pyramide énergétique bosniaque.

      A l’instant théophanique où la dernière molécule de gluten fuira Son corps, Il sera le surêtre. Alors, impies, vous devrez vous incliner.

      • Nathan 14 juillet 2021 at 08:03

        Ainsi fut-il délivré du Mal. Amen.

        Voilà une magistrale synthèse, Sébastien, toi dont le prénom me dit qu’en matière de flèches assassines tu en connais un rayon.

        Suis-je plus pessimiste que toi ? Le Mal est partout. Le Mal a plusieurs visages. Et le visage préféré du Mal, c’est le Bien.

        Connais-tu l’AMA, l’hydre poisseuse remplie de pharisiens toujours prompts à vouloir extirper la substantifique moelle de nos héros sportifs à des heures matudinales qui blanchissent la campagne et remplissent de colère, blanche aussi, de nos modernes héros.

        Aujourd’hui, l’AMA est impuissante. Mais demain ?

        Or tout le monde sait que, quand « l’AMA pas contente, l’AMA toujours cracher » fielleusement. Un jour peut-être, plus tard, qui sait… ?

        Mais cessons de jouer à nous faire peur ! Chassons ces pensées impies indignes d’esprits purs et cartésiens ! L’ère du plus grand exploit s’ouvre comme la mer vers la Terre promise. L’avenir sera radieux. L’avenir durera longtemps, comme toujours. Et ce sera la Fête. Car dans l’empire du Bien, c’est toujours la Fête, la communion enfin réalisée. La victoire de l’Un.

      • Sebastien 18 juillet 2021 at 21:12

        Une semaine après Wimbledon, notre Messie serbe remporte le Tour de France, et avec quel brio. C’était magnifique. En avant pour Tokyo, où, n’en doutons pas, il marchera sur l’eau.

        Oui Nathan tu es pessimiste, tu vois un Enfer pavé de bonnes intention.

        Djokovic n’est qu’amour, vertu, travail, team, et pas gluten.

        Le propre d’un Messie c’est que son rayonnement s’accroît avec le temps, contrairement aux bipèdes ordinaires qui par milliards ont foulé ce monde qui eux subissent des ans l’odieux outrage.

        Pourquoi te faire frissonner ainsi. Le Beau, le Bien platoniciens se sont incarnés le 22 mai 1987 à la faveur d’un alignement cosmique unique dans l’histoire de l’univers.

        Donnons-nous la main, sortons nos guitares, laissons pousser nos cheveux et barbes et chantons cette parousie. Oublie l’AMA, ce sont des antéchrists rageurs.

        Je voudrais adresser un message aux gens qui ne croient pas au tennis, aux cyniques, aux sceptiques. Je suis navré qu’ils ne croient pas au miracle, au rêve. Tant pis pour eux !

        Souviens-toi le magnifique coeur dessiné en 2016 à Roland, par notre luminescent fils de l’homme !

        • Nathan 19 juillet 2021 at 10:24

          Oui, le coeur, Sébastien. Le Coeur ! Voilà la Vérité. Le Tennis cordicole incarné !

          Et si en l’honneur du Fils de l’Homme et du Sacré Coeur, nous rebaptisions Roland Garros « Cordicopolis » !

          Imagine, à Cordicopolis 2022, une scène digne de Suskind :

          Notre héros, vainqueur, les bras en croix, après 7 heures de lutte contre le nouvel espoir du tennis Pocagar, dos sur la terre battue rougeoyante, livré à l’Amour de la foule des Cordicoles.

          Et voilà tous les spectateurs se ruant pour dévorer une bouchée gluten free du tennis divin fait Homme et repartir béats, (re)chargés pour l’Eternité de l’Eternité.

        • Sebastien 19 juillet 2021 at 21:18

          Ta prémonition est sublime, Nathan, tu es devenu l’opéra fabuleux, le Voyant que je savais que tu étais !

          Je me consume d’aboutir à ce point Oméga et je le visualise avec une clarté éblouissante.

          Notre Jean-Baptiste Žaba au divin parfum, nous tous nous ruerons sur lui pour dévorer quelques molécules exquises !

          Après la balle de match de Melbourne : https://youtu.be/xtz6dAjWz3g

          Après la balle de match de Cordicopolis :
          https://youtu.be/SFHSKaQESeI

          • Nathan 20 juillet 2021 at 09:25

            Ô toi, Sébastien, à l’esprit prémonitoire vif comme la flèche, penses-tu qu’un jour la douce Jelena puisse un jour être transsubstantée en fiole divine pour la gloire du Tennis fait Homme (les 4 GC) ?

            Réponds-moi en toute sincérité ! Cette pensée me rend tout extatique. Entends-tu déjà les marchands du temple qui nous vendent la chose sublime ? Quelle monde merveilleux nous pourrions vivre…

          • Sebastien 26 juillet 2021 at 08:17

            Oui Nathan, la merveilleuse Jelena, choisie entre toutes les femmes, connaîtra cet acmé apothéotique qui la verra assomptionnée in Cordicopolis, la nouvelle Lourdes et redéployée en pluie divine prestement recueillie dans des fioles et fiasques.

            Les marchands vendront les statues en plastique transparent, bouchon couronne bleu céleste, porteuses d’eau jelenienne.

            L’eau qui relève les estropiés, éblouit les aveugles, ressuscite les tympans des sourds, ôte le gluten du corps des cancéreux, le sénolytique ultime.

            Des chapelets, dont le nombre de grains (60) correspondra aux GC gagnés par son divin parèdre s’arracheront.

            Paix, harmonie, amour !

            Souris, Nathan, cela est pour bientôt (2032, finale Australian Open gagnée contre Carlos Alcaraz, 28 ans, en trois sets secs, une bagarre physique monstrueuse de 4h48 perdue par l’Espagnol contre un Novak ubiquitaire sur le terrain)

            • Nathan 26 juillet 2021 at 21:56

              Ah mon ami, je bois vos paroles comme le suave nectar d’un lacryma-christi !

              Tant de justesse dans le propos, tant de certitude dans l’avenir, tant de précision dans la divination, et voilà mon âme qui flotte dans l’éther épuré d’une joie sans égale.
              t
              L’ubiquité, voilà la vérité. Le Tennis de Cordicopolis sera ubiquitaire ou il ne sera pas. Pas la peine de tortiller du cul pour chier dans une bouteille !

              • Nathan 26 juillet 2021 at 21:57

                pour chier droit… of course !

            • Sebastien 27 juillet 2021 at 07:54

              Tes paroles, Nathan étaient magnifiques, je les entonnais comme une antienne, mais ta dernière phrase, terriblement organique, m’interroge.

              On dirait une sortie de route, si j’ose dire, digne de Cordicopoulos 2020 qui faillit occire la pauvre juge de ligne suffoquée, luttant pour absorber un peu d’oxygène ? Evacue, je t’en supplie, vite ce côté obscur.

            • Nathan 27 juillet 2021 at 11:56

              Que Dieu me veuille absoudre !

              Ce que j’ai fait, seule une bête pouvait le faire. Une bête, vous dis-je ! Je m’en rends compte.

              Hélas, hélas, hélas… trois fois hélas ! Ce matin, je me fouette plus fort qu’un Cathare qui aurait cédé à la luxure. Comment ai-je pu ?

              Parfois, il y a l’Autre, l’Infâme, le Malin, tapi au fin fond de mon cerveau reptilien qui éructe comme le « Tennis fait Homme » brise sa raquette pour un coup droit raté par manque d’ubiquité.

              La chair est faible mais le contrôle du mental aussi. C’est ainsi.

              Que Dieu me veuille absoudre ! Et toi aussi, mon Frère humain.

  15. Anne 15 juillet 2021 at 23:35

    Et après lui et son entourage s’étonnent que l’on puisse douter de sa sincérité et de sa spontanéité…. https://twitter.com/djokernole/status/1415769633777410062?s=21

    • Jo 16 juillet 2021 at 11:55

      Djoko n’a pas le monopole du faux cœur : https://youtu.be/234WeOdq_HQ?t=77

      • Anne 16 juillet 2021 at 16:56

        Cette vidéo est sensée prouver quoi ? Que Federer a fait exprès d’apparaitre dans la vidéo qui était consacrée à Jerôme Golmard ? Qu’il ne lui aurait adressé la parole uniquement parce qu’il y avait une caméra ? Pas sûr de comprendre la comparaison en l’espèce alors que les deux joueurs se connaissaient

        • Anne 16 juillet 2021 at 17:16

          Que tous soient aussi dans la com et en représentation quand ils sont sur le circuit est une certitude. Il y en a un pour qui cela sonne faux nettement plus souvent que les autres

        • Jo 18 juillet 2021 at 10:24

          J’avais vu cette séquence en direct. Il manque le bouquet final, quand les deux hommes se séparent et que la caméra montre le visage de Federer alors qu’il tourne le dos à Golmard et regagne son court d’entraînement. Il a un sourire, administratif, et un regard, lointaaain… Ce moment m’a marqué, non, glacé. Jéro est en train de crever et Rogé n’en a rien à carrer. Dieu est magnifique sur le plan tennistique, artistique même, mais sur le plan humain, pour reprendre une formule de Luchini, il est « merveilleusement médiocre », tout comme toi, moi, Novak ou quiconque.

          • Anne 18 juillet 2021 at 16:15

            Federer serait donc un être humain, pourvu de qualités mais aussi des défauts et ne serait donc pas une réincarnation divine ? Mince alors, tu viens de faire voler en éclats mes dernières illusions
            Trêve de plaisanterie, je n’ai jamais douté que Djokovic comme Federer, Nadal ou je ne sais qui dans le tennis sont des êtres humains dotés de qualités mais aussi des défauts, mais je sais aussi trop comment sont réalisés des reportages pour éviter de porter des jugements définitifs sur la possible médiocrité de quelqu’un sur la foi de quelques secondes d’un reportage

            • Jo 18 juillet 2021 at 18:59

              Anne, ma chère Anne, ne vois-tu rien venir ? Je te renvoie à la saillie définitive de Marie-Jo dans son article prospectif sur l’année 2025 : (A propos du combat des joueuses pour l’égalité) « Roger leur transmettait tout son soutien via Twitter. » Le personnage est merveilleusement résumé.

              • Anne 18 juillet 2021 at 20:50

                Marrant… pour l’égalité, la WTA avait appelé les joueuses à remercier personnellement le président du conseil des joueurs voilà quelques années pour les augmentations substantielles pour lesquelles il avait œuvré en coulisses, pour les hommes comme pour les femmes. A cette époque, le président s’appelait Federer. Mais cela ne devait être qu’un homonyme ;-)

              • Jo 19 juillet 2021 at 08:01

                Le lundi au soleil, Dieu est amour, Dieu est président : « Je vous aime, votez pour moi. »

              • Sebastien 19 juillet 2021 at 21:45

                « This is not good. Srdjan would use the serbian army to attack Fed. »
                Super commentaire de la non moins géniale page : https://tt.tennis-warehouse.com/index.php?threads/djokovic-head-of-serbia.688015/

            • Achtungbaby 20 juillet 2021 at 16:58

              sauf qu’on nous présente souvent Fed comme parfait. Bien entendu chacun est libre de croire ou pas ce que disent les journaux.

    • Elmar 16 juillet 2021 at 19:38

      Moi je pense que ce petit se souviendra toute sa vie de ce message de Djoko. C’est ça le plus important!

  16. Anne 16 juillet 2021 at 20:10

    Peut-être cela a-t-il déjà été dit mais dans le genre service bien moche, Delbonis est certainement dans le peloton de tête. Et Paire fait un sacré tournoi à Hambourg (quelle que soit l’issue de leur match)

    • Anne 17 juillet 2021 at 00:21

      Bon Paire a perdu en trois sets malgré trois balles de match dans le tie break du deuxième set. Mais très belle attitude

      • Anne 18 juillet 2021 at 16:16

        Excepté son jet de bouteille que l’arbitre n’a pas jugé bon de lui faire ramasser d’ailleurs, laissant cette tache au pauvre ramasseur de balles

  17. Anne 18 juillet 2021 at 16:20

    Nouveau forfait pour les JO : Berretini, à cause d’une blessure à la jambe gauche survenue à Wimbledon

    • Anne 18 juillet 2021 at 16:56

      Qui s’ajoute à ceux de Nadal, Thiem, Federer, Shapovalov, Bautista, Ruud, Garín, De Minaur, Goffin, Raonic, Sinner, Evans, Wawrinka, Norrie, Opelka, Isner, Coric, Fritz, Ramos, Mannarino, Lajovic, Krajinovic, Delbonis , Harris, Kyrgios, Pospisil, Paire

      Pour moi le tennis, sous une forme classique au moins, ne devrait pas être aux JO, comme toute autre discipline ou la médaille ne constitue pas le graal absolu. Même si depuis les années 2000, beaucoup de top joueurs en ont fait une priorité. Cette fois, outre les blessés, difficile de donner tort aux absents. Entre l’absence de public, une bulle sanitaire très stricte, l’absence d’interaction avec les autres sportifs, une chaleur humide bien sympa, deux bonnes de décalage horaire qui le sont encore plus… après, il reste aussi de très bons joueurs en lice et il est possible que le tournoi olympique se révèle intéressant

  18. Jo 22 juillet 2021 at 13:46

    J’ai déjà eu l’occasion de raconter ici ma rencontre nocturne avec un Alberto Berasategui complètement déchiré il y a environ dix-huit ans à La Rotonda, discothèque de plage de Saint-Sébastien qui, en dépit d’un panorama exceptionnel, n’a que peu à voir avec le côté sélect de sa cousine parisienne, encline aux festivités présidentielles.

    À la même période, j’en avais croisé un autre. Ou presque. Après une nuit à picoler, dansoter et dragouiller, si tard le soir qu’il était tôt le matin, nous quittions le lieu susnommé avec mon comparse et cheminions d’un pas aussi leste que notre inclination vers le Topo, train de proximité nocturne le samedi, remède imparable contre la viande soûle au volant. Quand tout à coup, l’improbable se produisit à l’aurore. Dans une rue déserte à défaut d’être isolée, nous tombâmes nez à cul sur deux jeunes gens qui faisaient bien plus que se bécoter sur un banc public, en se foutant pas mal du regard oblique des passants stupéfaits. De cette pathétique rencontre du troisième type avec le deuxième sexe, je garde le souvenir des visages. La jolie demoiselle (des)honorée a un sourire détaché. Mon damoiseau a un fort faux air de Carlos Alcaraz. Un brouillon de Carlos, mal dégrossi. Un zygote d’Alcaraz, voilà.

    • Colin 22 juillet 2021 at 20:10

      Si j’ai bien compris ta tranche de vie éthylico-brassenso-voyeuriste, tu es donc en train de nous suggérer que tu as peut-être assisté en direct à la conception de Carlos Alcaraz ?
      Je viens de vérifier, le garçon est né le 5 mai 2003 à El Palmar (Murcia), ce qui place la date de sa conception aux alentours du 5 août 2002…

    • Sebastien 26 juillet 2021 at 08:22

      Jo, tu as vécu là un moment historique ! Quel honneur d’admirer Carlos et Virginia unis dans l’effort pour produire Carlos second du prénom.
      Est-ce que les conceptions du Big 3 ont été aussi spectaculaires ?

  19. Paulo 25 juillet 2021 at 20:28

    Duel de générations ce soir en finale du tournoi d’Umag : Gasquet 35 ans affronte Alcaraz, 18 ans. Rendez-vous compte : quand Jo a assisté, en direct, à la conception du plus jeune, l’aîné des deux avait déjà battu son premier top 100 !
    Carlos n’a aucun respect pour les vieux : il vient de breaker Richard, bien aidé il est vrai par trois vilaines fautes de coup droit du Biterrois.

    • Paulo 25 juillet 2021 at 21:31

      Un Espagnol impavide de 18 ans, qui joue en marcel et qui a des gros biscottos, il faut toujours s’en méfier, Richard. 6-2 6-2 dans la vue pour changer, tiens.

    • Sebastien 26 juillet 2021 at 08:02

      Belle semaine de Richard et trop peu d’essence pour lutter à armes égales contre Alcaraz qui devient le plus jeune à gagner un tournoi ATP depuis Nishikori (2008, Delray Beach, 18 ans également) et Nadal (2004, Sopot, 18 ans).
      Enormément comparé à Nadal, Alcaraz, joue plutôt à la manière sèche d’un Sinner, peut-être même frappant plus fort que l’Italien. Un jeu qui devrait lui permettre de briller sur toutes les surfaces, mais je ne sais pas ce que ça pourra donner contre Djokovic, Nadal ou un Federer en forme. Surtout Djokovic qui progresse chaque année et plus vite que les Next Gen.

      • Paulo 26 juillet 2021 at 13:03

        Oui, même un strapping de malade ne l’empêche pas de cogner comme une brute :

        https://canaltenis.com/wp-content/uploads/2021/07/alcaraz-campeon-umag.jpg

        Vive le sport !

      • Sebastien 27 juillet 2021 at 01:19

        Impressionnant ! Mais ce tennis brutal et stéréotypé ne me séduit pas (idem Sinner ou Auger-Aliassime, ça frappe ultra-fort mais après ? Ce ne suffit pas pour gagner des grands titres).
        J’aime bien le magicien Musetti, à 19 ans, mener 2 sets à 0 contre le Novak ultra-imbattable de 2021, avec un style magnifique (encore plus élégant que Tsitsipas), j’ai envie d’y croire.

Laisser un commentaire

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis