Mes finales de ‘Roland’

By  | 14 avril 2022 | 485 Comments | Filed under: Bord de court, Regards

Bruguera Roland-Garros 1993J’ai commencé en 1986. Oui, horreur, je n’ai pas vu en direct la fameuse finale de 84… En 83, on avait Noah mais j’étais en voyage à Walibi (parc d’attraction belge)… en 85… j’en sais rien. Mon parcours tennis Roland-Garros commence en 1986 (vous pouvez zapper… ce n’est pas un truc super intéressant).

86. Mes parents n’aimant pas le tennis, je n’ai découvert ce sport à la télé qu’en cette année de passage de la comète de Halley. Bof… une finale à sens unique entre Lendl et Pernfors (c’était lui la comète). Lendl me parait antipathique. Mon chouchou est Edberg puis Becker.

87. Ouch… la claque. J’aimais bien Wilander, sa bonne tête et son flegme. Lendl me faisait peur avec ses allures de croque-mort. Victoire d’Ivan. Je pensais que personne ne pouvait le battre et qu’il était LE tennis. Ouf… heureusement, c’était fini.

88. J’aimais bien Leconte mais je savais que Wilander était meilleur. Le premier set était terrible. Leconte bombait le torse, le public était à fond. Puis… pschhit. Finale bizarre. Un Leconte à fond du début à la fin aurait peut-être pu gagner mais Mats était très costaud en cette année 1988.

89. La pire finale pour moi. Certes, c’était en 5 sets, beau combat, Chang n’avait que 17 ans, c’était historique mais Edberg, putain Edberg… pourquoi ? Je crois que j’aurais pu encourager Chang contre n’importe qui (sauf Sampras qui n’était pas encore un outsider à l’époque et qui s’était d’ailleurs pris trois fois 6/1 au deuxième tour contre son « ami » Michael Chang)… mais non… putain non… pas Edberg. J’ai mis longtemps à m’en remettre et j’ai également longtemps… très longtemps haï Michael Chang. Si j’avais été sorcier vaudou, je l’aurais maudit sur 15 générations. Bon, je me suis calmé ensuite et j’ai même été ému lors de sa retraite. Il a mis fin à sa carrière en pleine saison car il ne recevait plus de wild-cards pour les gros tournois (il était au delà de la 100e place)… c’est pas cool pour lui.

90. Agassi… mais bordel. WTF ? On était tous pour Agassi avec mes potes. Journée chips/coca/jus de fruit (j’avais 16 ans et pas encore alcoolo). Mais c’est qui ce vieux qui bat notre Dédé ? Le vieux Gomez a ensuite fait un Masters où il a été ridicule puis n’a plus fait parler de lui. Je n’ai pas vraiment eu le temps de le détester (bien sûr, c’était un grand joueur et certainement que sans Lendl et Wilander, il aurait 2 ou 3 Roland de plus dans sa besace mais j’étais jeune et j’aimais pas les vieux).

91. J’étais pour Agassi bien sûr. C’était mon chouchou après Sampras et Edberg. Clairement, la pluie lui a fait perdre le match. Je me souviens d’une caméra qui avait capté le kid de Las Vegas dans les vestiaires pendant l’interruption. Il se rongeait les ongles, se tapait dans les mains. Courier, en revanche, pourtant mené 1 set 0 et d’un break, était cool comme Fonzie, souriant. Je me suis dit… putain c’est mort. J’ai eu un petit espoir quand Agassi a refait son break de retard dans le 5e pour revenir à 4-4 mais Andre n’avait plus de jus. Il a perdu cette finale sur sa nervosité. J’ai également longtemps détesté Courier. Je voulais qu’il perde contre n’importe qui.. sauf peut-être Michael Chang.

92. Pfff la purge ! J’adorais le revers de Korda (qui avait battu notre Riton en demi) mais je savais qu’il ne ferait pas le poids contre Jim. J’ai gagné 100 francs (cent balles) de l’époque sur un truc de paris par téléphone. Il fallait deviner le nombre de jeux de la finale et le vainqueur. J’avais mis Courier victorieux en 6/4 6/3 6/2. Il lui a mis 7/5 6/2 6/1… j’avais mon nombre de jeux. Je me suis bien fait engueuler par mes parents car c’était une ligne audiotel à 4 francs la minute et je n’avais pas parié que sur la finale. On pouvait également y suivre les résultats en direct (eh oui, pas d’internet et de livescore à l’époque ma bonne dame…) Les cent francs ont a peu près comblé la facture.

93. Ben voilà pourquoi j’étais pour Bruguera contre Jim en cette année « baccalauréatesque » pour moi. Sans être un fan des « limeurs de fond » comme on dit, j’ai toujours apprécié Bruguera pour son jeu pas si classique que ça. Le Sergi n’était pas allergique au filet et y venait souvent à bon escient. Il avait une bonne intelligence de jeu. Comment j’ai flippé ma race quand ce diable de Courier a égalisé à 2 sets partout. Courier était un mammouth à l’époque, un monstre physique et mental. Personne ne tenait le choc. Il avait encore martyrisé mon Edberg en finale de l’Australian 6 mois plus tôt. C’est d’ailleurs Big Jim qui fait le break en premier dans le 5e. J’étais prêt à relire mes notes sur Spinoza et Kant pour expier mon chagrin dans ce bac de philo qui pointait son nez le jeudi suivant. Puis, Jim a mis un coup droit penalty dans le filet et un autre à quelques centimètres de la ligne de fond. Bruno Rebeuh, l’arbitre, était prêt à descendre pour vérifier la marque mais Jim a courbé l’échine… qui sait, cette balle était peut-être bonne… Jim a perdu son service puis le match. C’était le vrai tournant de sa carrière. Comme pour Chang, j’ai appris à l’apprécier en fin de carrière quand il est devenu inoffensif pour mes chouchous.

94. J’étais toujours pour Sergi. Dans la résidence universitaire, les espagnols ont sorti le drapeau pour suivre la finale. Ils font le doublé avec Arantxa et nous chambrent correctement. Pas de gros suspens, je savais que Bruguera était au dessus de Berasategui. Et ce connard de Jim qui bat mon Sampras, pourtant en pleine bourre, en quart 6/4 5/7 6/4 6/4. Il se prendra le même score contre Bruguera en demie. Que j’étais content ! Dégage Courier ! Je fête ça avec les espagnols et quelques Cervezas

95. J’aimais bien Muster. Mais de toute façon, même Casimir contre Chang aurait fait l’affaire pour moi. Chang mène 5/1 au premier set. Mordel de berde, il va pas recommencer ! Muster se règle et plie l’affaire en 3 sets. Ouf. J’ai beaucoup aimé quand il a serré la main, un par un, des ramasseurs et des arbitres pour les remercier. C’était pas du fake à la Djoko qui fait son mec-le-plus-love-de-la-terre, nan c’était sincère. Muster est un mec simple. Le lendemain, il avait pris sa canne à pêche pour ferrer le poisson près de chez lui, loin de l’agitation qu’un tel titre peut susciter.

96. Stich avait battu Musterminator et Kafelnikov avait mis un 6/0 à mon Sampras en demi. BURN IN HELL !! Salaud de Kafel. J’ai pas regardé le 3e set, trop dégoûté.

Kuerten Roland-Garros 199797. Sous le charme de Guga bien sûr. Un peu triste pour Bruguera qui m’avait tant fait plaisir en 93 en dégommant Courier. Mais l’histoire était tellement belle.

98. Bof… à part Bruguera, les espagnols m’ennuient. Je trouve Moya plus intéressant que Corretja. La poignée de main finale est belle avec Alex qui vient relever son vainqueur puis la remise de la coupe par Pelé himself avec un petit échange de têtes entre ce dernier et les deux finalistes. Nous sommes à la veille de cette coupe du monde historique pour la bande à Zizou.

99. Mon ex-chouchou gagne enfin. C’est beau. En plus Medvedev commet l’erreur fatale de battre mon Pete Sampras au deuxième tour et mon Guga en quart. Agassi, à fond ! Je suis toujours étudiant et je regarde la finale dans la salle télé de la résidence universitaire. Un étudiant ukrainien qui a scruté la finale avec nous quitte la salle dès la balle de match. « Pfff… ces Américains, ils achètent tout ! C’est truqué ! Vous voyez pas que c’est truqué ? Putain les Français, vous êtes cons ! » Qu’est devenu ce type ? Complotiste professionnel ?

2000. Guga forever. Je n’aime pas trop Norman et surtout, comme Chamoulaud en fait son favori, j’ai envie qu’il dégage. Ce « Chalumeau » a le chic pour aimer des joueurs que je déteste (Chang, Courier puis ensuite Nadal devant lequel il doit se… faire des trucs). Bref… tout va bien. Sampras remporte Wimbledon ensuite pour devenir le meilleur de l’histoire. Je rencontre ma future épouse. Vive le tennis.

2001. Guga encore mais je suis plus partagé. Je me suis attaché à Corretja qui est un mec bien, très fair-play et je suis triste de le voir prendre une bulle au 4e. Mon Sampras devient nul… Il y a quelque chose de pourri au royaume du tennis.

2002. Pas compris et pas regardé la finale. Bof… j’aime bien le revers de Costa mais je m’en fous. Sur terre, je veux du Safin mais le Russe est trop irrégulier.

2003. Je suis en Corée où j’ai suivi la future Madame Babolat. Le pays ne retransmet le tournoi que sur des chaines payantes pour lesquelles il faut prendre un bouquet hors de prix pour ma modeste bourse. Je suis le livescore mais bof. Je voulais voir Coria contre Ferrero et pas cet illustre inconnu qu’est Verkerk. Mais nom d’un chien, c’est qui ce mec ? Avec Roberto Carretero. il gagne le titre de l’étoile la plus filante de la planète tennis.

2004. En Corée, toujours. Pas de vidéo, pas de streaming à l’époque, ou si peu et de très mauvaise qualité. J’écoute « Radio Roland-Garros » sur le site du tournoi. Il y a Benoit Maylin, Christophe Thoreau et quelques invités. C’est sympa… je me sens comme mon père qui écoutait les résultats du tour de France sur son transistor. « Et c’est la remontée triomphale vers Paris pour Louison Bobet qui caracole dans le peloton et remporte son troisième tour de France. » J’étais pour Coria. Je suis déception.

2005-2006-2007-2008… Ben Nadal. Je ne l’ai jamais aimé puisqu’il a commencé, comme premier fait d’arme, à battre mon nouveau chouchou Roger à Miami. Je dis non mais il dit oui… c’est interminable ce règne. Il est pire que tous les Chang, les Courier et les Lendl du monde. Je m’en veux d’avoir tant gaspillé mon énergie vaudou sur ces trois-là. Nom de Dieu… qu’il dégage !

2009. Le miracle. Je crois qu’il me restait un peu de poudre vaudou. Soderling mérite une statue ou au moins un petit autel sur la plage arrière de ma voiture. Depuis 2007, je peux regarder le tournoi à la télé. Tout va mieux. Un mois plus tard, Roger dépasse mon chouchou Sampras mais je ne lui en veux pas. Deux jours après cette finale de Wimbledon, c’est la naissance de ma fille. La vie est belle. Je suis sur un nuage.

2010-2011-2012-2013-2014. Pfff… ben voilà. Retour sur terre. Nadal est trop fort. Les seuls à pouvoir un peu lui donner du fil à retordre sont Roger (finale 2011) et Djoko (demie 2013)… c’est chiant, je ne regarde pas les finales 2013 et 2014… je suis gavé. Heureusement, il y a d’autres tournois. Djoko ne m’emballe pas plus mais je le déteste un peu moins que Nadal. Je le supporte par défaut quand Roger perd en cours de tournoi.

Wawrinka Djokovic Rolabd-Garros 20152015. Putain d’ordinateur qui me lâche ! On vient de déménager et notre forfait télé vient de changer. On n’a plus LA chaîne du tennis, merde. Je vais dans un PC bang (cybercafé coréen) pour suivre la finale sur un streaming un peu bancal mais je vois l’essentiel. Je supporte Djoko seulement si c’est Nadal en face et là, c’est Stanimal. A 100% derrière le Vaudois qui me fait bien plaisir avec ses revers au laser. Les larmes de Djoko m’émeuvent tout de même. Je crois que c’était vraiment sincère.

2016. Le djokoslam. Je suis dans un resto avec des potes qui ne suivent pas le tennis. Le match est retransmis et on est aux premières loges, Un pote croit encore que c’est Agassi le numéro un mondial. D’autres croient que Murray est américain. Je me contiens, je suis très pédagogue et explique que le mec qui vient de gagner la finale a réalisé un exploit invraisemblable. On me croirait pro-Djoko alors que que je n’ai d’yeux que pour notre Roger. – « Il est fini Roger », me lance un ami peu avisé des choses du tennis. Je bafouille un peu, je lui dis qu’il est blessé et qu’il va revenir… sans y croire vraiment. Sale soirée. Patron, une bière !

2017. Le retour du terreminotaure. Trop content de la victoire de Roger en Australie, je regarde cette finale avec bienveillance. Certes, c’est un de mes chouchous qui est en face mais je ne me fais guère d’illusion. Le match est plié. Il est 1h30 du mat chez moi… je me dis que j’aurais dû aller me coucher plus tôt. Je bosse le lendemain à 8h.

2018. Nan mais merde, il va pas nous refaire une série de 5 le Rafa. Je regarde le premier set. Thiem est au bord de l’apoplexie. Je ne bosse pas le lendemain mais je m’en fous… je ne regarde pas jusqu’au bout. Ma bienveillance de 2017 a ses limites. Il fait franchement « iech » le taureau. Roger, bordel ressaisis-toi ! Il est sur tes talons.

About 

Tags: , , , , , , ,

485 Responses to Mes finales de ‘Roland’

  1. Colin 1 juin 2022 at 08:38

    ### La minute stat de l’oncle Colin ###
    Qu’on s’en rende compte ou non, les choses changent, petit à petit (un peu comme la dérive des continents).
    Et donc, pour la deuxième année consécutive, Roland-Garros va être remporté par un joueur qui n’aura gagné aucun des 4 gros tournois préparatoires sur terre battue.
    Impensable il y a quelques années.

  2. Jo 1 juin 2022 at 09:05

    Voilà, les Djokophobes sont comblés. Leurs prières et autres incantations ont été entendues. On se rapproche dangereusement de la decimocuarta : « Yé souis tellement sourpris, c’est oune milagro. » Tout repose sur Sascha Doubles Fautes, certes très consistant mais face à un jeunot impétueux et impatient.

    Vous préférez Nadal-Ferrer, Nadal-Pernfors, Nadal-Gottfried ou Nadal-Verkerk ?

    Je milite ardemment pour une retransmission de la finale sur Prime Video, l’avenir de la télé dans une mondialisation heureuse (bisous Alain Minc). Je propose une session de nuit noire : minuit heure d’Auteuil, prix d’accès au match égal à celui d’une place en tribune, commentaires assurés par Guy Forget et ce petit gros de Fred Verdier.

  3. antsiran23 1 juin 2022 at 09:08

    Personne pour s’étonner de la forme des trentenaires comparée aux jeunes ? Cilic il avait consommé quoi pour pisser la sueur à grosses gouttes ? Son attitude surexcitée inquiétante. Cocaïne ? Et Nadal et Djokovic ? Des monstres de santé physique à un âge canonique pour des joueurs de tennis. On ne regarde plus du tennis, on regarde des mutants dont la santé inhumaine provoque un profond malaise. Je suis écoeuré.

    • Kristian 1 juin 2022 at 09:47

      ET Messi ballon d’or a 34 ans? Et Benzema qui va l’avoir a presque 35? Quelque chose a change.. Mais ca depasse le tennis. ET d’ailleurs l’idole suisse etait la premiere surprise-anomalie quand il a tout dechire en 2017-2018. ca ne date pas de cette semaine. Cocaine? ca m’etonnerait..

  4. Jo 1 juin 2022 at 10:34

    Au-delà des matches censurés, je demeure dubitatif quant à la gestion de la couverture de l’événement par France Télévision, qui s’échine (s’acharne) à maintenir en place un Laurent Luyat, dont on ne sait pas très bien s’il anime Les Enfants de la télé, Roland-Garros ou N’oubliez pas les paroles. Et Richard commentateur, mon Dieu, pourquoi tant de haine envers Mozart ? Il ne fallait pas chercher bien loin chez les Mousquetons. Gilou, préretraité et disponible, caustique et analytique, c’est pas sorcier.

  5. Rubens 1 juin 2022 at 11:21

    Mes chers compatriotes, permettez-moi de vous adresser mes salutations républicaines.

    Je n’ai rien vu du match d’hier soir, Amazon souhaitait que je donne mes coordonnées bancaires même pour un événement gratuit et il en était hors de question *.

    Mea culpa évidemment à propos de mon pronostic totalement foireux sur ce Nadalovic. Nathan, je salue une fois de plus ton efficacité, le monstre hideux est à terre et cette grande nouvelle l’emporte, en toute circonstance, sur toute autre considération. Merci Rafa d’avoir fait le taf et d’avoir redoré le blason du tennis, comme le font tous ceux qui battent le Djoker.

    Mais je suis tout de même un peu gêné devant la forme miraculeuse affichée par Rafa.

    En 2021, sa saison sur terre, sans atteindre les standards de ses meilleures années, avait été marquée par un titre à Rome. Après un début de tournoi sans histoire, il avait été essoré physiquement en demi-finale par Nole, ce qui était alors une nouveauté dans leurs face-à-face à Roland Garros. Je me disais qu’à 35 ans tout ceci était bien normal après toutes ces années à tirer des chèques sur son corps. Et j’étais triste de le voir trainer la patte sur la fin. Le syndrome de Müller-Weiss, il l’a trainé quelques semaines, avant de faire une tentative de retour rapidement avortée à Washington en juillet. Fin de saison, out pour 5 mois, avant le retour que l’on sait en Australie en janvier.

    J’avais donc toutes les raisons de m’inquiéter pour Rafa à Rome cette année, en le voyant boiter à la fin de son match contre Shapo. Nous n’étions qu’à une dizaine de jours de Roland, et j’avais des doutes sur sa capacité à franchir la première semaine sans abandon ou forfait. Sa victoire en 5 sets sur FAA ne m’a absolument pas rassuré, car il piochait physiquement avant même d’affronter Djoko et n’affichait pas un niveau de jeu si impressionnant. Ajoutons à ce tableau d’ensemble ses allusions – les premières je crois – à l’hypothèse que ce Roland pourrait être son dernier.

    Mais donc tout va bien, à 36 ans il se remet en quelques jours d’une douleur qui le mettait au supplice pendant des semaines voire des mois quand il avait 20, 25 ou 30 ans. Et si le Djoker espérait le faire plier physiquement c’est raté, à 36 ans un tennisman est plus résistant qu’à 35, c’est bien connu.

    Il paraît que le médecin traitant de Rafa est présent sur cette quinzaine. Pourquoi donc le traitement d’aujourd’hui, pourtant si efficace, n’a-t-il pas été envisagé à l’été 2021, puisqu’il lui aurait probablement permis de finir sa saison sur le court et non dans les hôpitaux ?

    J’ai déjà eu l’occasion ici d’expliquer que je n’accordais pas une importance excessive à la com’ du clan Nadal. Mais là, franchement, je fais comme au poker : je demande à voir.

    * Au passage, je glisse un petit message dans la lignée de mon tropisme de gôche relevé par Jo, il existe une loi sur le prix unique du livre, et à chaque fois que vous achetez un livre sur Amazon ou dans un supermarché culturel vous œuvrez à la disparition de la librairie de votre quartier ou de votre ville. En tant que bibliothécaire je suis évidemment sensible à la chose, mais je suis absolument effaré de rencontrer autant de gens qui ignorent cette loi, les mêmes souvent qui se désolent de la disparition des commerces de proximité au profit des magasins franchisés et désormais du commerce en ligne.

    • Kristian 1 juin 2022 at 14:13

      Peut etre pas si simple. D’apres ce qu’il laisse entendre ce traitement qu’il recoit, va se payer. ET le cout serait eleve. Il le prend pour RG car il sent qu’il a peut etre une derniere fenetre de tir. Mais je ne serai pas surpris qu’il y ait derriere un forfait pour Wimbledon, voir plus. C’est quand meme la premiere fois qu’on l’entend evoquer ses possibles derniers matchs a RG

      • Rubens 1 juin 2022 at 15:00

        Nadal n’étant pas Djokovic, je ne serais même pas surpris qu’il prenne tout le monde de court dimanche au soir de son 14ème sacre en annonçant la fin de sa carrière. Parce que derrière ma surprise de le voir aussi frais aussi vite après Rome, je soupçonne, non un dopage qui ne résoudrait en rien son problème, mais plutôt une overdose d’infiltrations, de corticoïdes et autres anti-douleurs, peut-être efficaces à court terme mais dont le coût, comme tu le dis, est très élevé. Et si tous ces traitement sont désormais incontournables pour lui pour se présenter à 100% de ses moyens, il est temps qu’il s’arrête.

    • Jo 2 juin 2022 at 10:00

      Mon cher amoureux des livres, tu soulèves un point intéressant. Tout d’abord, ma librairie de quartier, c’est… la Fnac de la zone commerciale près de chez moi ou alors je dois faire 15 kilomètres jusqu’à Saint-Denis. Se pose ensuite la question de l’efficacité. Avec Amazon, je suis livré en une semaine, même en vivant « de l’autre côté la mer ». Quand je commande à la Fnac, on m’annonce « au moins un mois d’attente ». Pour consommer local, je suis prêt à faire l’effort d’attendre, disons, dix jours au lieu de sept, ainsi que de payer un produit un peu plus cher le cas échéant. Mais un (gros) mois au lieu d’une (petite) semaine…

    • Elmar 2 juin 2022 at 12:18

      Je me serais arraché un rein plutôt que de commander un livre sur Amazon… Jusqu’au jour où, pour la deuxième année consécutive, un libraire se retrouve dans l’incapacité de me fournir avant la rentrée de septembre une vingtaine d’exemplaires commandés début juillet, en arguant d’abord que je n’avais pas passé la commande suffisamment tôt, puis en m’expliquant que c’était la faute du fournisseur et pas la sienne et enfin en répondant à ma provocation (« avec un tel service, je vais finir par commander sur Amazon ») par un « Eh bien commandez sur Amazon ».

      • Rubens 2 juin 2022 at 15:22

        Elmar, pour la saillie finale, tu es tombé sur le dernier des idiots (car oui il en existe aussi chez les libraires). Mais tu tombes à pic, puisque tu habites, je crois, en Suisse. Y a-t-il une loi sur le prix unique du livre en Suisse ?

        Jo, quand tu parles de Saint-Denis, tu parles du 9-3 ou de la Réunion ?

        • Jo 2 juin 2022 at 15:51

          Un indice, en créole, chez vous : « L’ot kôté la mer. » On salue les DOM-TOM.

          • Rubens 2 juin 2022 at 16:40

            Figure-toi que pour mon oral de concours de bibliothécaire (commentaire de texte tiré au hasard), j’étais tombé sur un article évoquant le système de santé dans les DOM-TOM et ses carences. C’était en 2014, et je me demande encore quel était le rapport entre ma connaissance d’un tel sujet et ma compétence ou non comme bibliothécaire. Vive l’administration.

            Mais je me souviens de cet article car j’y ai appris plein de choses. Je me souviens notamment qu’il y avait en moyenne un médecin généraliste pour 11000 habitants dans les DOM-TOM, contre un pour 500 en métropole. J’ai repensé évidemment à ce chiffre au moment de la crise du Covid.

            Je pourrais activer des warnings devant ton histoire de délais de réception de livres, en me cachant derrière le constat que tu es dans les DOM-TOM, où beaucoup de services publics et de commerces de proximité sont plus difficiles à trouver qu’en métropole. Mais la vérité est que beaucoup de zones rurales en métropole en sont désormais tout aussi dépourvues que les DOM-TOM.

            Allez Jo, parce que c’est toi et parce que tu es dans les DOM-TOM, je t’autorise à commander tes bouquins sur Amazon.

            J’ai dit.

          • Jo 2 juin 2022 at 17:16

            On va circonscrire le territoire à La Réunion puisque c’est là que je vis depuis 18 ans (à l’instar de Babolat, je bouffe du Nadal depuis mon arrivée). Il faut dans un premier temps séparer « les bas » (le littoral) des « hauts », en remontant vers les cirques (la montagne), plus isolés et vétustes. J’ai tout un panel de médecins, dentistes, pharmacies, kinés, ostéos accessibles à pied depuis chez moi. Pour ce qui est de ton domaine professionnel, il existe quelques très bonnes médiathèques, d’autres à moderniser. Les BU sont au niveau national. Dans l’ensemble, les services publics sont normalement présents (*). Les commerces de proximité culinaires, dits « la boutique », font partie du patrimoine local tandis que les librairies de quartier ne sont certes pas monnaie courante. La culture créole, qui s’exprime par divers biais, notamment la musique, n’est pas fondamentalement livresque en dépit d’une certaine présence d’auteurs, poètes, écrivains.

            * J’ai voyagé à Mayotte en 2005 et j’avais été frappé d’un contraste saisissant entre des paysages pouvant évoquer l’Afrique australe et, de temps en temps, chemin faisant, pouf ! Une pharmacie. De la route. Pouf ! Un collège. À voir l’évolution depuis l’époque. Pour la petite histoire, ce territoire, fort peu académique, est devenu département français sous Sarkozy…

          • Perse 2 juin 2022 at 19:12

            Mayotte a une histoire singulière et une géographie nettement plus propice à l’immigration par rapport à la Réunion également. Il y a de plus un jeu malsain avec la République des Comores à côté qui « parasite » la bête (bien que Mayotte soit gréographiquement part de l’archipel des Comores, politiquement, l’île a toujours été rétive à être associée aux autres, d’où la mise sous protectorat française au XIXème à la demande du sultan local).

            Il me semble que malgré la départementalisation du territoire, un droit d’exception continue à s’exercer à Mayotte, notamment coutumier musulman. C’est un cas hybride très intéressant mais le vivre-ensemble apaisé et éduqué ne me semble pas être l’apanage de l’endroit.

            ——————

            Pour ce qui du commentaire de Colin, je trouve Swiatek très au-dessus en ce moment, comme l’impression d’avoir un personnage cheaté dans un jeux vidéo (notamment en déplacement et en coup droit) : elle mets la balle où elle veut et en la prenant plus tôt que le reste du circuit.

            Sinon pour Gauff, félicitation à elle et si elle gagne, on aura en revanche le fils de Mourat qui pérorera comme jamais.

            • Jo 2 juin 2022 at 19:59

              Les Mahorais, disposant de la précieuse carte d’identité française en argent massif, ont effectivement quelques réticences à accueillir leurs cousins croisiéristes venus des Comores ou d’Anjouan à bord de kwassas-kwassas qui, du reste, n’arrivent pas toujours à destination.

        • Elmar 2 juin 2022 at 17:17

          Non, pas de prix unique sur le livre ici. Et crois bien que les libraires en profitent pour nous facturer de manière indécente le passage de frontière.

  6. Jo 1 juin 2022 at 17:27

    Gasquet, Hénin, la francophonie est admirablement représentée dans sa diversité.

  7. Jo 2 juin 2022 at 07:40

    Ça pue le Nadal-Verkerk, cette histoire.

    • Kristian 2 juin 2022 at 11:02

      En meme temps, on se doutait des le tirage au sort que les QF et SF seraient plus interessants que la finale

      • Jo 2 juin 2022 at 11:49

        Quoi qu’il en coûte, on pouvait espérer quelque chose avec Fanou et surtout sans Rafa. Tout cela n’est plus que de la poudre de perlimpinpin.

  8. Colin 2 juin 2022 at 18:29

    J’ai regardé un peu, une fois n’est pas coutume, jouer ces dames ces derniers jours. Hé ben le moins qu’on puisse dire c’est que la finale est logique, chacune de ces deux (très) jeunes filles ayant outrageusement dominé sa moitié de tableau. L’écart avec les autres joueuses est abyssal (bon OK Swiatek a perdu un set contre la jeune chinoise Zheng, avant de dérouler). Pour une fois j’attends la finale avec impatience, d’une part ça va cogner grave, d’autre part les deux sont très intéressantes à voir jouer (surtout Coco Gauff d’ailleurs qui a un jeu plus varié je trouve).

    • Jo 2 juin 2022 at 19:27

      Voyant il y a quelque temps qu’Ostapenko reprenait du poil de la bête (elle a d’ailleurs battu Swiatek cette année), j’avais envisagé la possibilité d’une finale explosive entre les deux anciennes gagnantes. Ni le tableau ni le niveau de la première citée ne l’ont permis. Qu’à cela ne tienne, Gauff assumera le rôle de la deuxième parpineuse. Un sombre affrontement s’annonce chez les messieurs et j’attends également la finale féminine, tout de même pas avec impatience mais avec envie, comme j’attendais Halep-Stephens, par exemple.

  9. Colin 3 juin 2022 at 16:27

    « 2-5. Gros enchaînement de Zverev, qui enchaîne. »
    Je dirais même plus !!!

  10. Kristian 3 juin 2022 at 16:36

    tie-break de fous

  11. Rubens 3 juin 2022 at 16:39

    7/6 Nadal. Le sort de ce Roland Garros s’est peut-être joué lors de ce tie-break.

    • Kristian 3 juin 2022 at 16:47

      et ca s’est joue sur 2 passing shots monumentaux de l’espagnol. L’un a 6/4 Zverev ou il sort un croise coup droit en bout de couse, et l’autre sur sa balle de set a 9/8 coup droit long de ligne joue 4 metres derriere sa ligne.

  12. Kristian 3 juin 2022 at 17:51

    Bon sinon, tres moyenne dans l’ensemble cette demi-finale. le deuxieme set est carrement catastrophique en niveau de jeu

  13. ConnorsFan 3 juin 2022 at 17:52

    Le niveau de jeu dans le deuxième set est pitoyable.

  14. Kristian 3 juin 2022 at 18:12

    Bon c’est fini la. La blessure de Zverev visiblement signifie la fin de la purge

    • ConnorsFan 3 juin 2022 at 18:20

      À vitesse réelle, ce n’était pas évident mais, au ralenti, c’est pénible à voir. La cheville a plié à 90 degrés. Sorti en chaise roulante, il revient sur le court en béquilles. Dommage. Espérons qu’il s’en remettra rapidement.

  15. Rubens 3 juin 2022 at 18:16

    Nadal est béni des dieux… Vraiment dommage pour Zverev.

    • Colin 3 juin 2022 at 18:45

      A ce niveau-là de culbordédenouillage, ça promet au moins 10 générations de cocus chez les Nadal.

      • Perse 3 juin 2022 at 19:04

        Pour être encore plus cruel, on peut noter que c’est le seul du Big Four a ne pas être papa : stérilité ?

        En fait, je suis vraiment lassé de ce phagocytage du circuit par les mêmes pour qui le temps n’a pas d’emprise. Je ne connais pas leur entourloupe mais le temps de l’admiration a largement vécu.

        • Kristian 3 juin 2022 at 20:01

          Oui, enfin sa bataille contre le temps il est quand meme en train de la perdre l’espagnol. C’est vraiment a l’arrache et avec de la chance en plus. Moi, je trouve que ce cote « ultime combat » donne une saveur particuliere a ce tournoi

          • ConnorsFan 3 juin 2022 at 20:45

            Côté « chance », Nadal était quand même en avance au score au moment de la blessure à Zverev. Et les conditions de jeu, avec le toit fermé, favorisaient Zverev dans ce match.

        • Achtungbaby 3 juin 2022 at 21:03

          Un peu méchant en dehors d’être hors sujet non ?

      • Elmar 3 juin 2022 at 19:49

        Oui on a envie de voir de nouvelles têtes. Mais Nadal fait son âge sur ce tournoi. Franchement il est dans un piteux état physique et ça se voit.

        A titre personnel, c’est maintenant que j’admire Nadal de parvenir à trouver des chemins vers la victoire alors que le corps ne suit plus.

  16. Jo 3 juin 2022 at 18:31

    Le tennis est quand mêmeuh un sport à la con(g).

  17. Jo 4 juin 2022 at 07:17

    Iga & Coco, ce sera peut-être court, sans doute spectaculaire. Quant à Ruudal, quel régal.

  18. Jo 4 juin 2022 at 15:32

    Pratiquez l’ASMR avec Mary Pierce.

    • Perse 4 juin 2022 at 15:49

      Et pour cause, Mary Pierce a vraiment l’air apaisée et a une aura indéniable depuis qu’elle est à l’île Maurice.

      • Jo 4 juin 2022 at 17:25

        Ah, Maurice, ce saut de puce. Vous accrochez votre ceinture de sécurité, vous décollez, vous attendez que le signal lumineux s’éteigne pour pouvoir décrocher votre ceinture, le signal lumineux s’éteint, vous décrochez votre ceinture, le signal lumineux se rallume, vous raccrochez votre ceinture, l’avion atterrit, vous attendez que le signal lumineux s’éteigne pour pouvoir décrocher votre ceinture.

  19. Jo 4 juin 2022 at 17:29

    Comme prévu, Swiatek a fait du Nadal. Il y a un coup à faire demain, la remise du trophée à Rafa par Iga, qui lui voue quelque chose entre l’idolâtrie et l’amour transi. Amélie ?

    • Colin 4 juin 2022 at 19:12

      Ou alors la remise du trophée par Casper Ruud, qui lui aussi lui voue quelque chose entre l’idolâtrie et l’amour transi. Il n’y avait qu’à l’écouter hier soir après sa victoire face au palindrome humain, encore tout fiérot d’avoir fait un stage à l’académie Nadal à Mallorca en 2018, et déjà tout heureux d’entrer dans l’histoire comme celui qui se sera fait battre par Dieu lors de sa decimocuarta (qui sera sans doute aussi l’última)

      • Jo 5 juin 2022 at 07:37

        Majorque, quand tu nous tiens. Ma foi, un joueur de premier plan qui déclarerait sa flamme, donc son homosexualité, lors d’un grand événement, dans un milieu bien discret sur le sujet, ça aurait de la gueule.

      • Sebastien 5 juin 2022 at 18:22

        Jochou, pourquoi Nadal ne fait-il pas son coming-out ?

  20. Elmar 5 juin 2022 at 11:16

    La rumeur court…

    Rafa aurait demandé une conférence de presse spéciale. Roger serait à Paris (ce serait un beau symbole qu’il remette la coupe).

    Après ses déclarations depuis le début du tournoi, l’annonce d’une fin de carrière de Nadal m’apparait comme tout à fait plausible.

    • Jo 5 juin 2022 at 11:45

      Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Piqué se sépare de Shakira. Gageons que son attention financière sera détournée de la Coupe Davis.

    • Rubens 5 juin 2022 at 15:03

      Et l’annonce conjointe de la fin de carrière de Federer achèverait de sceller cette journée.

    • Colin 5 juin 2022 at 16:13

      Personnellement je préfèrerais l’annonce de la mort de Poutine pour que mon bonheur soit parfait.

  21. Kristian 5 juin 2022 at 16:45

    Ce n’est pas un mauvais match, mais prendre Nadal dans la filière pure terrien comme le fait Ruud ça reste une voix sans issue, à moins que l’espagnol ne lâche physiquement. Même Thiem dans ses meilleures années n’y était pas parvenu.

    • Jo 5 juin 2022 at 16:56

      Cette finale est fétide. Néanmoins, un bon point pour France Télévision qui a préféré le chirurgical Glouglou au neurasthénique Richard.

    • Sebastien 5 juin 2022 at 18:28

      Pour parler sérieusement, Ruud n’était pas prêt mentalement et doit largement améliorer son revers, pas digne d’un top 10. Son coup droit est l’équivalent de celui de Nadal mais ça ne peut pas suffire.

  22. Jo 5 juin 2022 at 17:17

    Je ne sais pas si vous avez vu le plan large sur les deux joueurs avant leur entrée sur leur court. Nadal bondissant comme un fauve. Ruud figé, regard perdu, ne sachant pas où se mettre. Le match était déjà plié dans le vestiaire.

    • Colin 5 juin 2022 at 17:24

      La finale était déjà pliée dès que Zverev s’est cassé la cheville.

      • Jo 5 juin 2022 at 17:27

        Dès la victoire de Zverev contre Alcaraz (?)

      • Colin 5 juin 2022 at 17:33

        Non, je ne pense pas : Zverev jusqu’à sa chute était dans le coup, même s’il passait son temps à osciller entre domination et soumission. Au moins, sa kolossale entorse lui a permis de trancher (c’est le cas de le dire, pour ce qui concerne ses ligaments) une bonne fois entre les deux.

      • Jo 5 juin 2022 at 17:37

        Lu sur Eurosport.fr : « Zverev était le patron sur le court. » Je ris. Sascha était à un tie-break d’être éventuellement mené deux sets à rien.

      • Colin 5 juin 2022 at 17:55

        Ah ah ah j’ai lu ça aussi, c’est sûr que c’était juste un peu exagéré !
        Mais bon, c’est ça le miracle Nadalien à Roland-Garros. Il gagne même quand il est manifestement moins fort que son adversaire. Parce que son adversaire finit toujours par se liquéfier sur les points qui comptent vraiment. Ça ne rate jamais (Soderling et Djokovic² exclus).
        Tout le monde s’esbaudit sur la balle de set que Nadal sauve à 6/4 dans le tie-break du 1er set (il tire un passing shot gagnant depuis les bâches). Sauf qu’en fait, il aurait suffi que Zverev ait une micro-seconde de lucidité et envoie son revers dans le contre-pied et non dans la course de Nadal pour faire le point et donc, avoir le 1er set dans la poche. Même Gasquet l’a dit à l’antenne (« dès que je vois Zverev jouer dans le déplacement de Nadal, je sais déjà que Rafa va être sur la balle et qu’il va lui mettre un passing gagnant »).
        C’est ce que j’appellerais la jurisprudence Harrison :
        https://www.youtube.com/watch?v=lkC7d-mrkMQ

        • ConnorsFan 5 juin 2022 at 18:49

          Et Harrison n’était pas le seul…

          https://m.youtube.com/watch?v=m8-RwLDYZzA

        • Colin 5 juin 2022 at 19:12

          Il y a de tout en termes de passing shots gagnants dans cette vidéo. Evidemment il y a celui de Harrison, mais aussi celui auquel j’ai pensé vendredi soir, à savoir le passing qu’il tire en coup droit de depuis les bâches lors de la fameuse finale 2009 à Melbourne contre Federer (à 2’39 » dans la vidéo). Celui de vendredi contre Zverev était encore plus improbable car Rafa arrivait de beaucoup plus loin depuis la droite du court (mais, en contrepartie, cela rendait d’autant plus facile la possibilité pour Zverev de jouer dans le contre-pied, tandis que Fed était dans une position bcp plus difficile pour choisir son côté (volée haute de revers)). Mais il n’empêche que la palme va à Harrison qui donne l’impression de se concentrer à mort pour que son smash arrive pile dans la raquette de Rafa alors que pourtant celui-ci est lancé dans une course latérale à 60 km/h.

          • ConnorsFan 5 juin 2022 at 19:35

            En effet. Je pense que le « manque de lucidité » vient surtout du fait que le joueur doit garder les yeux sur la balle en tout temps. Comme spectateur, on a beau jeu d’examiner le déplacement de l’adversaire juste avant la frappe. Autre chose : si Zverev avait joué le contre-pied, sa préparation aurait été un peu différente. Nadal aurait peut-être réagi en conséquence. Zverev a joué les probabilités. Même Nadal doit perdre la majorité des points dans ces situations lorque l’autre frappe en puissance dans l’ouverture béante.

          • Colin 5 juin 2022 at 19:44

            Si on fait des stats, tu as peut-être raison, mais Nadal est quand même unique dans sa capacité à tirer des « running passing shots ». Et d’autre part, j’ai tendance à penser que les joueurs les plus remarquables (notamment sur terre battue, et notamment face à des défenseurs de la trempe de Nadal) sont ceux qui sont capables de prendre leur temps et de « fixer » leur adversaire. Un peu comme au foot certains tireurs de pénalties qui sont capables de « fixer » le gardien.

      • Jo 5 juin 2022 at 18:03

        Si l’on s’en tient à ce qui est arrivé, à savoir que Zverev n’a pas gagné le premier set mais abandonné au deuxième, je trouve intéressant le propos, en substance, de Justine : « Il y avait de la tension chez Zverev et sa blessure n’est pas arrivée par hasard. » Noah ne disait pas autre chose concernant celle d’Edberg en finale de la Coupe Davis en 1996. Le corps cède parce que la tête a cédé.

      • Colin 5 juin 2022 at 18:15

        Tout à fait d’accord avec Justine. C’est d’ailleurs un peu le sens de mon post de 17:33. J’avoue que ces deux derniers mois je viens de me taper les deux saisons de « En Thérapie » et que, depuis, j’ai un peu tendance à voir des actes manqués et des lapsus révélateurs de partout. La chute de Zverev il me semble qu’un psy un peu expéditif pourrait qualifier ça d’acte manqué.

      • Jo 5 juin 2022 at 18:53

        Et Dayan de conclure : « Oui, Sascha, cet appui manqué est un acte manqué. Si j’ose dire, vous n’étiez pas de taille pour gagner cette rencontre. Peut-être pensiez-vous, au fond, que vous auriez dû laisser votre place à quelqu’un d’autre. »

      • Colin 5 juin 2022 at 19:17

        Peut-être à son frère Mischa ? (cf. Alain Abgrall (Jacques Weber) et son frère aîné… Michel :mrgreen: )

  23. Sam 5 juin 2022 at 17:19

    Alors comme ça le n°8 mondial n’a pas de revers et parvient tout de même en finale de RG. Je le trouve franchement mauvais aujourd’hui.

    • Kristian 5 juin 2022 at 17:28

      Il n’a pas été mauvais jusqu’à 3/1 pour lui dans le deuxième. Et puis il n’a plus marqué un jeu

    • Alexis 5 juin 2022 at 17:29

      Il est hyper décevant oui. Impasse tactique permanente (les décalages coup droit en mousse…), aucune idée intéressante, des fautes à gogo, ne sait pas glisser en coup droit, c’est consternant.

    • Colin 5 juin 2022 at 17:35

      J’ai mis la télé à 3/1 pour Ruud dans le deuxième set. Puis j’ai attendu patiemment qu’il marque un jeu… mais non, rien!

  24. Coach Kevinovitch 5 juin 2022 at 17:40

    Sampras : 14 tournois du Grand Chelem ; Nadal : 14 Roland-Garros !

    Ruud est un bon terrien donc ne peut opposer comme armes que les mêmes que Nadal en moins bien et sachant qu’il n’a pas le revers , la défense et la force du bûcheron de Thiem ou même la capacité à prendre la balle tôt de Schwartzman.

    Cilic aurait eu plus de chances car aurait pu faire mal , celui qui doit pleurer aujourd’hui c’est Zverev.

    • Jo 5 juin 2022 at 17:48

      Celui qui peut pleurer de rage, c’est Djokovic, qui pourrait (devrait) être à 21 partout ce soir sans l’imbroglio australien. Quelle connerie ! C’est du calibre de la dissolution de 1997.

      • Alexis 5 juin 2022 at 18:16

        Et si en plus c’est Nadal qui fait le grand chelem en 2022…

      • Sebastien 5 juin 2022 at 18:19

        D’accord avec toi, Jo : Djokochou est une victime qui a subi des horreurs. Comme il le dit lui-même : « sans vouloir dévaluer la victoire de Nadal, si j’avais été là, les choses auraient été différentes »
        Djokochou reste un Christ incompris et un Spartacus mondialisé.
        Mais mon Jo très chéri, ne t’inquiète pas, Djokochou a encore 5-7 belles années devant lui. Il aura 30 GS et méritera d’être reconnu comme le fils de Dieu.
        Bisous à mon Jochou.

        • Jo 5 juin 2022 at 18:40

          Houla ! Il y a méprise. Tout d’abord, je ne suis pas fan de Djokovic (ni anti, comme d’aucuns ici). Je regarde les choses avec logique. Je ne dis pas que Nole est victime mais qu’il s’est tiré une balle dans le pied, d’où ma référence. Rappel historique, en 1997, Jacques Chirac dissout l’Assemblée nationale et installe la Gauche au pouvoir pour cinq ans, tout seul comme un grand. Là où je veux en venir, c’est que Djokovic aurait dû se faire vacciner, comme tout le monde, et affronter ses collègues joueurs, qu’il domine en temps normal dans « son » tournoi, plutôt que de se lancer dans une guerre psycho-juridique qu’il ne pouvait que perdre face aux autorités australiennes. Melbourne valait bien trois doses.

    • Coach Kevinovitch 5 juin 2022 at 18:20

      Djokovic, je demande un film sur lui sur la période 2020-2022.

      Entre le CSC sanitaire de l’Adria Tour, le CSC disciplinaire de l’US Open, la saison 2021 dans laquelle il est allé jusqu’à jouer le dernier match de ce qui aurait pu être un Grand chelem pour être refoulé d’Australie traité comme un réfugié illégal lambda dans une affaire politique mêlant organisateur de tournois peu scrupuleux, joueur fraudeur de test et de formulaire d’immigration…traitée d’une manière illégale et inhumaine par le pays en question, le mec a eu des hauts et des bas faisant passer les montagnes russes pour un simple pont-levis.

  25. Jo 5 juin 2022 at 18:10

    « Vous croyez que j’embellis le monde ? Perdu, je le bousille. » Octave Parango – 99 Francs

    • Sebastien 5 juin 2022 at 18:20

      Nadal = Al-Masih ad-Dajjal

    • Colin 6 juin 2022 at 11:20

      Plutôt Nadal = Bouteflika. Même malade, même sur un fauteuil roulant, même gâteux, même mourant, même mort, il continuera de gagner Roland Garros.

      Ou alors Nadal = Zidane. Son 14ème titre à Roland face au fantôme de Ruud, après que Zverev se soit fracassé la cheville en demie, ça m’a rappelé la blague de « Zidane vs. Angleterre », blague datant de quelques années déjà (à cette époque pas de smartphones et de 4G donc pour avoir le livescore hors de chez soi il fallait regarder le télétexte à la télé):

      Euro 2004, la France et l’Angleterre sont tombés dans le même groupe au tirage au sort. Nous sommes au 2ème match de poule : Angleterre – France. Les français se réunissent pour discuter de la tactique à adopter. Mais l’Angleterre est tellement nulle que ça emmerde les français de jouer. Alors Zidane a une idée :
      - Bon les gars je vais jouer tout seul, ça devrait aller !
      Tout le monde est d’accord. Zidane va au stade et les autres vont au bar et se font un billard et des fléchettes. Henry se souvient que le match a débuté depuis un bon quart d’heure, il allume la télé, consulte le télétexte et lit :
      - Angleterre 0 – France 1 (Zidane 10′)
      Tout va bien, il éteint la télé, le billard et les fléchettes reprennent. A l’heure de la fin du match, les joueurs français reconsultent le télétexte et lisent :
      - Angleterre 1 (Schearer 93′) – France 1 (Zidane 10′)
      Alors toute l’équipe se précipite au stade et retrouve Zidane au vestiaire assis sur le banc, effondré, la tête dans les mains et qui ne cesse de marmonner :
      - C’est pas possible, c’est pas possible !!!
      Ils demandent à Zizou ce qui c’est passé et celui-ci de répondre :
      - Je marque à la 10ème, j’avais le match en main j’étais au top… Quand ce salaud d’arbitre m’a expulsé à la 12ème !

  26. Jo 5 juin 2022 at 19:02

    Allez, adieu, Kasper Juul : https://www.youtube.com/watch?v=pmRJiZ4mFQU

  27. Rubens 5 juin 2022 at 22:52

    Jo, il n’était pas nécessaire de me rameuter avec Borgen…

    J’ai suivi la finale d’un œil, je n’ai pas l’impression d’avoir raté grand chose. Ruud s’est troué, il a été écrasé par le contexte autant que par l’adversaire et cette finale est la mauvaise conclusion d’une édition par ailleurs très réussie. Mauvaise conclusion, pas d’annonce choc à la fin, pas de Roger pour remettre la coupe à son vieux rival.

    Le plus intéressant, finalement, c’est la levée partielle du voile sur l’état du pied de Nadal : il a passé la quinzaine avec le pied anesthésié, il n’a donc pas souffert, mais il reconnaît que c’était un one shot et qu’il ne le refera pas. La suite va sans doute s’écrire en pointillés pour lui, à moins qu’il trouve aujourd’hui le traitement miraculeux après lequel il court depuis des années. J’aurais trouvé bien plus de panache à une sortie par la grande porte aujourd’hui, mais bon, la décision lui appartient et, à l’instar de ce qui guette Roger, une sortie ratée pour raison médicale n’enlèvera rien à son empreinte sur le tennis. Je me souviens d’une discussion il y a trois ans avec Antoine, où il avançait que le cru 2019 serait le dernier remporté par l’ogre. A ce moment-là, je ne voyais pas de signe de réel fléchissement de sa part. En 2021 oui, clairement, et je ne croyais pas qu’il en avait encore un dans la raquette. Encore moins un titre à Melbourne, d’ailleurs.

    Voici donc la 14ème rugissante à Roland, j’ai une pensée pour les plus jeunes qui doivent se demander s’ils vont vivre autre chose que la domination nadalienne à Paris. Je pense que ce sera pour l’année prochaine, encore un peu de patience. Mais quand donc va-t-il arrêter de nous faire ch… ?

    Je préfère rester en marge de la discussion sur la blessure de Zverev, je ne suis pas certain d’avoir bien compris de quoi vous parlez. En revanche, je découvre que Noah a expliqué que le corps d’Edberg avait cédé parce que la tête avait cédé lors de la finale de Coupe Davis 1996. Il a vraiment dit ça Yannick ? C’est original. Mais donc, quand en 86 il se prend une valise sur le pied juste avant Roland, là aussi c’est la tête qui a exigé l’accident. Pas la peine, donc, de tenter de nous faire croire a posteriori qu’en cas de match contre Lendl il l’aurait bouffé, puisque sa tête a commandité un accident rendant impossible de vérifier l’hypothèse.

    • Kristian 6 juin 2022 at 09:36

      Oui, bon il y a une bonne dose de mauvaise foi dans ton post. Se fouler la cheville apres 3 heures de match est clairement une consequence du match en lui-meme. C’est un mauvais geste que tous les sportifs conaissent et essaient d’eviter, et c’est tres certainement une consequence physique et/ou psychologique de ce qui se passe sur le cours. Alors que bon, la valise..

      • Anne 6 juin 2022 at 11:04

        Certains se sont demandés si son pied n’avait pas buté sur un petit amoncellement de terre, entre l’humidité omniprésente et la durée du set

      • Rubens 6 juin 2022 at 15:20

        Le pied qui vrille à 90°, je n’ai vu ça qu’une fois sur le circuit. C’est arrivé à Stich, en 1995, à Vienne.

        Attention aux âmes sensibles : https://www.youtube.com/watch?v=17ImXAD_tig

        Tu remarqueras avec moi que la terre battue a une couleur bien spéciale. Et la vidéo ne précise pas que le score est de 2/2 au premier set, trois heures de jeu, convenons-en, ne sont pas de trop pour arriver jusque-là.

        Il est possible, voire probable, qu’ici ou là un tel accident soit arrivé ailleurs. Il n’en reste pas moins un fait ultra-rarissime. Le seul point commun que je verrais, c’est que Stich et Zverev sont grands et longilignes, peut-être ont-ils une même fragilité au niveau de la cheville. Mais avec deux exemples je me garderai de fixer une règle.

        Pour info, des gens qui se prennent une valise sur le pied, il y en a 5 et 10 chaque jour à Roissy, un lieu certes où transitent chaque jour plus de personnes qu’il n’y a peut-être jamais eu de joueurs classés à l’ATP. Noah a-t-il vraiment qualifié la blessure d’Edberg d’acte manqué ? Il est possible en effet qu’il ait dit ça à son joueur (Pioline) pour le mettre en confiance en légitimant sa victoire. Mais psychologiser une blessure, ça me semble à peu près aussi absurde que psychologiser un accident de valise.

        Zverev a en effet un problème entre les deux oreilles, lorsqu’il parvient à perdre le premier set en menant 4/2, puis 6/2 dans le tie-break, puis en se retrouvant à 6/6 dans le deuxième après avoir mené 5/3, trois jours après avoir été un modèle de concentration contre Alcaraz. C’est là-dessus que moi je m’interroge.

      • Colin 6 juin 2022 at 15:36

        On a déjà largement débattu de la balle de set ratée à 6/4 dans le TB du 1er set.
        Mais que dire de son jeu de service à 5/3 dans le 2ème set? Trois doubles-fautes pour Zverev. Alors que contre Alcaraz, si je ne me trompe pas, il fait sa première double faute au 3ème set (après avoir gagné les deux premiers 6/4 6/4).
        Donc, oui, il y a bien une emprise mentale de Nadal sur tous les joueurs, Zverev évidemment, mais aussi cette année Djokovic (qui y avait échappé l’an passé), et bien sûr, au plus haut degré, Ruud, mais ça on le savait avant que la finale commence.

        • ConnorsFan 6 juin 2022 at 15:53

          Au premier set, Zverev se serait épargné bien des soucis en réussissant la volée facile à 6-3 dans le bris d’égalité.

          Au deuxième set, les deux joueurs jouaient tellement mal. Nadal a eu plusieurs chances de creuser l’écart dès le départ mais les a toutes ratées. Heureusement pour lui, Zverev était tout aussi mauvais.

  28. Anne 6 juin 2022 at 08:57

    Merci Nathan ! Ton efficacité est toujours redoutable. Ultime requête : n’oublie pas que Wimbledon pointe déjà le bout de son nez, il te faut redoubler d’efforts. Après rassure-toi, si les dieux douaniers ne subissent pas le courroux divin, tu devrais pouvoir te reposer jusqu’à… Roland-Garros 2023.

    Nadal et son clan nous aurons joué depuis plus de 15 jours la sérénade sur le thème « attention, tout match pourrait être le dernier à Paris », tout ça pour qu’il nous affirmer trophée à la main « j’espère que je reviendrai »… on va espérer que c’est l’adrénaline qui parle sinon ils nous prennent vraiment pour des jambons…
    J’ai un peu de mal d’ailleurs avec cette com permanente (mais elle date de… toujours finalement) sur les blessures de Nadal par lui et son clan. Là, il aurait perdu au premier tour ou n’importe quand, il avait de toutes façons gagné… et les mêmes auraient sorti leur astérisque pour nous dire « oui mais bon si Nadal avait été en forme, c’est lui qui aurait soulevé le trophée »…
    J’ai un peu de mal aussi avec les torrents d’éloges qui déferlent pour saluer cette performance extraordinaire (elle l’est en soi) que de jouer le pied anesthésié avant chaque match. Super exemple à suivre… et comment un médecin, encore plus personnel, peut seulement envisager un tel traitement qui est un contresens médical à court, moyen et long terme ? Et après, Nadal ose prétendre qu’il n’a jamais couru après le record, n’en a jamais fait une obsession etc…

    Enfin, après un US Open 2017 qu’il aura remporté sans croiser le chemin d’un top 20 ou 25, voilà qu’il remporte pour la première fois un Roland Garros en jouant 4 top 10. Bon ça aide quand même sérieusement quand deux des-dits joueurs s’appellent F2A (et encore lui a un jeu varié, et sa prestation a été vraiment très bonne en 1/8e) mais surtout Ruud… sans parler du mental de Zverev sur tous les points importants dans un match avec autant d’enjeu… les vieux ont vraiment raison de jouer les prolongations (même si leurs corps ne leur disent pas merci) vu le niveau de la concurrence alors que les joueurs sont sensés être au pic de leur forme…

  29. Anne 6 juin 2022 at 09:05

    Petit bilan côte femmes

    Mauresmo aura eu le tort de dire tout haut ce qui ne peut se dire que tout bas. Oui, ça fait des années que le tennis féminin est à la rue médiatiquement. Et pas seulement parce qu’il y a trois monstres sur le circuit d’à côté. Et encore merci à Swiatek d’être une vraie numéro 1 qui devrait poser sa patte sur le circuit pour un moment.
    Selon Mauresmo et d’autres la solution pour éviter les purges de certains matchs a sens unique, il faudrait faire au moins la finale au meilleur des 5 sets voire toute la quinzaine… ils imaginent vraiment que le format pourrait faire que les parties soient plus équilibrées ? Ça risque surtout de faire des purges plus longues en fait…
    Il faudra qu’au passage ils nous expliquent comment ils les font entrer dans un tel tournoi si les matchs sont plus longs… à l’heure où le tennis souffre dans son exposition… cette solution est de toutes façons mort-née… à croire que ce serpent de mer ne sert qu’à donner l’illusion d’agir

    • Rubens 6 juin 2022 at 15:54

      Pas mieux, Anne. Amélie a tenu un propos qui, venu de son prédécesseur, aurait été perçu comme horriblement machiste, mais de sa part à elle il est juste maladroit. C’est un signe des temps. Pour maladroit qu’il soit dans sa formulation, le constat n’en reste pas moins exact. Le tennis féminin est à la rue médiatiquement, parce que la majorité des joueuses à fort potentiel, qui ont gagné un GC ou en ont un dans la raquette, ne supportent pas l’exposition dont elles font l’objet. Ce sont elles, les joueuses, qui ont un gros travail à faire de ce côté-là.

      Le jour où il y aura plus de chocs bankables dans le tennis féminin, nous pourrons envisager des matchs féminins en nocturne, et notamment des nocturnes de deux matchs, un féminin et un masculin. Je trouve qu’Amélie a déjà été bien généreuse avec le Cornet-Ostapenko.

      Là où Amélie a du pain sur la planche, c’est sur les droits TV de Roland. En devenant partiellement payant à la télé, le tennis s’expose à un déclin de popularité. En France, donc. Et il n’a pas besoin de ça.

  30. Jo 6 juin 2022 at 16:07

    J’avais un jour commis un post dans lequel j’établissais des parallèles politennis : Philippoussis-Villepin, Coria-Jospin, Federer-De Gaulle, Paire-Morano… Nadal, qui vient de boucler un deuxième septennat à Paris, est désormais le Mitterrand du tennis. Le neveu de Toni est, toute proportion gardée, aussi mal en point que notre Tonton national en fin de règne, mais refuse de céder la place. Les trois tyrans sont maladivement accrochés au pouvoir, il y aurait une analyse politico-psychanalytique à faire. Birgitte ? Docteur Dayan ?

    • Rubens 6 juin 2022 at 21:05

      Tout dépend de ce que veulent signifier tes comparaisons, s’il s’agit de palmarès ou de personnalité. Côté personnalité, un binôme me semble évident : Hollande/Gasquet.

      Coria/Jospin ? Un huguenot austère et taiseux ne me semble pas pouvoir être comparé à un Coria hystérique sur le terrain. Jospin, je le comparerais davantage à Lendl. Ou à Chang à la rigueur, mais Jospin n’était pas un bigot.

      • Babolat 8 juin 2022 at 02:02

        Djoko / Sarko ? Ca rime en plus. ^^

      • Jo 12 juin 2022 at 08:50

        Coria-Jospin, ce n’était pas une histoire de caractère mais une focalisation sur un point de palmarès. De mémoire, j’avais évoqué le fait de s’auto-couillonner lors des championnats de France. Gasquet-Hollande, oui et non. Jean-Pierre Mignard dit ceci du mari de Julie Gayet : « Il n’est pas si gentil que ça. Il peut être terrible, d’une causticité terrible, l’animal mord. » Matois, madré, Hollande a, justement, couillonné beaucoup de monde, a commencer par les Éléphants. Et il est arrivé au pouvoir (même s’il s’est planté par la suite). Et il a un palmarès féminin de qualité. Et il est un commentateur plaisant de son univers. Or, Richard…

  31. Guillaume 8 juin 2022 at 09:37

    Je ne sais pas si vous avez suivi les derniers développements, mais en se montrant à peu près transparent sur ses infiltrations à répétition, Nadal a sacrément secoué le cocotier du monde sportif. Il faut relever qu’il n’est pas seul : en peu de temps, on a donc Rafa qui parle de l’importance des injections quotidiennes pour pouvoir se présenter sur le court ; mais aussi Alcaraz qui explique avoir joué (et gagné) une finale de M1000 en ayant recours à une infiltration ; et Simon qui confesse être shooté aux antidouleurs et anti-inflammatoires pour jouer RG ; le tout sans qu’aucun n’ait l’air d’y voir le moindre souci.

    De quoi jeter un pavé dans la mare dans le monde du sport – au moins français. Soit, d’un côté, le tennis, le foot et les sports US, représentés par le basketteur NBA Evan Fournier : c’est totalement normal, si c’est légal pourquoi se priver. De l’autre côté, le cyclisme, l’athlétisme et le biathlon via Emilien Jacquelin, mobilisés sur au moins 2 thèmes :
    1/ pourquoi c’est interdit dans notre sport et open bar ailleurs ? Dans un sens ou dans l’autre, mais il faudrait a minima une harmonisation, par souci de cohérence.
    2/ point soulevé par quelques individualités, si c’est légal, est-ce pour autant moral ? Si la pharmacopée permet de mobiliser artificiellement des ressources que l’on n’a pas, ou plus, à l’instant T, n’est-on pas déjà dans la triche, vis-à-vis des autres et de soi-même ? D’un Nadal qui a recours minimum à une infiltration par tour (minimum car il n’a pas voulu donner le nombre exact, c’est sans doute plus) à RG et chez qui l’assistance de ce type n’était pas une première (RG 16 au poignet mais aussi Wim 2008 pour l’autre pied, ce qu’il n’a divulgué qu’en 2020), à un Thibaut Pinot qui la refuse sur le Tour 2019 pour son genou douloureux (heurté contre une voiture, le truc vraiment con, pour le coup) alors qu’il joue la gagne, on est sur les extrêmes du spectre. Idem avec les sports US où le recours à l’assistance médicale est fort. A opposer à un Kevin Mayer très ‘nature’, en mode ‘je veux sentir la moindre fibre de mon corps et savoir ce que j’ingère’, qui refuse une infiltration aux JO (les JO, quoi ! Une fois tous les 4 ans, 2 à 3 fois max dans une carrière. C’est encore une autre rareté que le tennis et ses 4 GC par an) et, d’un Intérieur sport que j’avais vu, rechigne même à prendre le moindre Doliprane.

    (Aparté : à l’aune de ceux qui en ont parlé, on pourrait se hasarder à en tirer la conclusion qu’on peut réaliser des performances de tout premier plan sans surmédicalisation : Pinot a gagné le Tour de Lombardie, fait podium du Tour, Mayer est champion du monde et recordman du décathlon… Et on peut imaginer que sur 22 GC Nadal a bien dû en gagner sans recours médical. En revanche, sans pharmacopée, impossible d’ancrer les performances dans le temps et les répéter à foison. Fin de l’aparté).

    Bref c’est un sacré sujet, assez fascinant dans ce qu’il révèle des cultures des différents sports, de la très grande permissivité du tennis (souvent pointé d’ailleurs comme un sport peu désireux de s’ouvrir à l’antidopage) à la très grande rigueur du cyclisme (héritée des scandales des décennies précédentes), où des organismes comme le MPCC font même plus de zèle que les réglementations internationales. Rien que pour ce débat suscité, qui a largement fait sortir les sportifs de leur réserve, à un point qu’on n’imaginait sans doute même pas, on peut savoir gré à Nadal d’en avoir parlé. J’ose même pas imaginer ce que Djokovic aurait pris dans la poire s’il s’était agi de lui et pas de Rafa :mrgreen:

    • Elmar 8 juin 2022 at 09:42

      (oeuf)

    • Anne 8 juin 2022 at 09:59

      IL y a plusieurs choses qui me dérangent avec la communication de Nadal. Pour moi, il est faussement transparent. Il reste très, très vague sur le nombre d’infiltrations mais aussi sur leur nature même. J’ai l’impression que les médias ont un peu vite rempli les trous pour lui. Par exemple, oui les infiltrations de corticoïdes sont interdites pendant une compétition et même 5 jours avant, sauf… en cas d’AUT. Aurait-il pu en bénéficier (je n’ai pas l’impression que les joueurs aient l’obligation de les rendre publiques) ?

    • Rubens 8 juin 2022 at 10:47

      Ce que Djokovic aurait pris dans la poire s’il s’était agi de lui aurait évidemment sans commune mesure avec les questionnements soulevés par le cas Nadal. Mais ça n’aurait été qu’une pièce de plus à son dossier psychiatrique.

      Je ne peux pas te répondre sur les autres sports, auxquels je ne connais rien, je m’en remets à toi quand tu parles de différences culturelles. Concernant le tennis, j’ai eu l’occasion de dire que la victoire de Rafa sur le Djoker en quarts me laissait dubitatif. Tout dépend, en fin de compte, d’où l’on positionne le curseur de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas. Je trouve moins grave de subir des infiltrations à répétition au cours d’un tournoi que de fanfaronner en public en se sachant atteint du Covid, parce que les conséquences ne concernent qu’une personne, celui-là même qui subit les injections. Pour autant, je ne souhaite pas que Rafa poursuive dans cette voie, parce qu’il ouvre la porte à une généralisation de ce type de traitement, et de fait cesse d’être un exemple en termes d’éthique qu’il a été jusqu’ici. C’est pour cela que j’aurais vu un certain panache à ce qu’il se retire du jeu au soir de sa victoire de dimanche, il aurait alors envoyé au monde entier le message que sa santé à long terme importait plus que les lignes de son palmarès.

      La victoire de Rafa en demi-finale contre Zverev restera de ce point de vue une injustice totale. C’est Rafa qui jouait avec un pied anesthésié, c’est donc à lui qu’un dévissage de cheville pendait au nez, faute de mobilité suffisante. Et c’est Alex qui en a finalement été victime. Mais comme je le disais, Nadal est plus petit et râblé que Zverev, sa cheville est naturellement plus forte.

      Bref, bravo l’artiste, mais pour moi, dès lors que tu décides de convoquer la chimie et la médecine pour prolonger ta carrière au plus haut niveau, tu cesses d’être un exemple.

    • Perse 8 juin 2022 at 16:19

      Sur le plan de la médicalisation de la performance sportive, de l’antidopage etc…, je ne peux que vous recommander la lecture du magazine Sport & Vie qui tient 2 rubriques permanentes sur le sujet.

      Le dernier numéro a d’ailleurs un dossier très intéressant sur la nouvelle inflation des performances en cyclisme (l’hypothèse est que les dopeurs ont réussi à repasser aux transfusions sanguines sans être détectables pour le moment).

      Le magazine est par ailleurs très critique des sports co dont le suivi des athlètes n’est pas aussi traçable que pour les sports individuels : en effet, il suffit d’être mis sur la liste des blessés pour rentrer dans un angle mort de l’antidopage au contraire des sportifs individuels qui doivent en permanence être localisables pour un contrôle inopiné.

      Même si la référence de la culture du dopage est le cyclisme, il faut savoir gré que c’est également la référence de l’anti-dopage, où la dialectique de l’épée et du bouclier est la plus équilibrée.

      L’indulgence dont bénéficie le football, les sports co américains, le rugby également auprès du grand public est un biais dont il ne faut pas être dupe : les aides médicales et dopage valent largement les dérives du cyclisme.

      Par exemple, Justin Leonard (capitaine des champions du monde de rugby à XV en 2003, Johnny Wilkinson, Dimitri Szarzieski etc…) ont tous déjà parlé de leur addiction aux anti-douleurs et toutes les conséquences néfastes pour leur santé, en football, une immense victime des aides chimiques est bien Ronaldo R9 dont la cure d’hormone au PSV Eindhoven a déréglé le système hormonal etc…

  32. Guillaume2 9 juin 2022 at 13:25

    Bonjour
    Nouveau sur le forum, j’ai lu l’article sur les finales de RG avec interet. J’ai à peu près le meme age que l’auteur !!!
    Et j’en garde à peu près les memes souvenirs meme si j’aimais Lendl.
    Quelques reactions sur ce RG 2022:
    - Nadal a gagné=> La purge….. Encore un. Bref, j’ai envie de dire que c’est la faute des autres. Pas un qui soit convaincu qu’il peut gagner. FAA qui sourit au filet après avoir perdu . Il est content !!!! Oncle Tony lui a dit de pas trop en faire mais il avait le match en main…
    Djoko et ses balles de set au 4ème? Inexplicable. Surtout du seul joueur qui lui est convaincu de pouvoir gagner. Que lui est il arrivé?
    Zverev? J’y croyais pas. Il aurait mieux fallu qu’Alcaraz passe.
    Quant à la finale, c’était couru d’avance. Un Remake de 2013
    Mention spéciale au décevant Tsitsipas qui ne gagnera finalement jamais un GC!
    Pour ce qui est du traitement Nadalesque; je suis bien embêté.
    Les infiltrations de Cortisone, j’en ai eu mais pas plus de 2 par an me disait mon medecin alors que la sciatique était violente.
    Mon chouchou Dédé de Las Vegas a joué un ou 2? Us Open sur le flan et sous infiltration dont le 2005 jusqu’à sa finale contre Fed. Mais en 2006, il a mis un terme à sa carrière. Trop dangereux de continuer comme ça.
    B Rodriguez, un obscur (ou pas?) footbaleur du PSG, vient de se faire amputer car il avait trop joué sous infiltration et que cela lui a nécrosé la jambe.
    Alors ce n’est peut etre pas du dopage au tennis, mais la cortisone a des effets bien connus sur le maintien de la performance cardio respiratoire. Demandez aux cyclistes !!!!
    Allez, sur ce, j’attends avec impatience un bon Wimbledon sans points, sans Russes mais avec Djoko dans le rôle de l’ultra favori

    • Rubens 9 juin 2022 at 22:41

      Bienvenue le Prussien, sur ce forum de passionnés.

      Un petit conseil au débutant que tu es : bien que le procureur général Antoine se fasse rare ces derniers temps, il reste ici de nombreux dinosaures qui ont subi dans leur chair la finale de Roland 1984 et la domination du croquemort d’Ostrava. Je n’y suis pour rien, je ne suis moi-même pas si ancien sur ce forum, mais il est des plaies qui semblent ne jamais se refermer. Je ne prétends pas l’expliquer, je le constate.

      Attention, donc, au relâchement de ton expression. Ce forum n’est pas un divan, mais tu dois bien prendre la mesure des douleurs que tu provoques en accolant une déclinaison du verbe « aimer » à proximité immédiate du patronyme honni. La remarque vaut également pour « champion », voire « joueur », tant la qualité-même de joueur de tennis semble lui être contestée.

      En ce qui me concerne, tu pourras même dire que tu es un fan absolu de Novak Djokovic, tu susciteras ma fascination bien plus que ma consternation.

    • Montagne 9 juin 2022 at 23:07

      Guillaume II, pas étonnant avec un tel pseudo d’avoir à effacer d’urgence une phrase de ton post.
      Si tu as trouvé laquelle, on pourra accepter ce pseudo teutonique.

    • Babolat 11 juin 2022 at 11:14

      Entre ici Guillaume II. Enfin du sang neuf… (si je puis dire car s’il a le même âge que moi, il a déjà quelques heures de vol si je puis m’exprimer ainsi) ;)

  33. Guillaume2 10 juin 2022 at 10:02

    Je reconnais que McEnroe est magique.
    Mais la victoire de Lendl en 1984 n’est pas anecdotique du tout.
    C’est la victoire du travail sur le Talent.
    Elle a signifié qu’à partir de ce moment là, qu’importe tes aptitudes, si tu n’es pas 100% Pro, tu ne réussiras plus.
    Lendl, the champion that nobody cares about…… Horrible une d’un magazine célèbre. Les connaisseurs savent de quoi je parle.

    • Rubens 10 juin 2022 at 11:00

      Tu prêches un convaincu.

    • Kristian 10 juin 2022 at 11:42

      Je vais faire mon vieux con, mais retrospectivement on l’avait compris un an plus tot avec la victoire de Noah a RG. Qui avait fait pour la premiere fois (et je crois la seule) de sa carriere une tres grosse prepartion a RG et qui en juin 83 etait devenu un monstre physique.
      Mac en 84 etait probablement aussi pro qu’il est possible de l’etre. Injouable 364 jours sur l’annee. So constance au top niveau cette annee la est remarquable. Mais il n’etait pas taille pour jouer 5 sets sur terre battue. Il ne l’a jamais ete.

    • Sam 10 juin 2022 at 12:09

      Bienvenue GuillaumeTheSecond !
      Et tout d’abord, n’écoute pas ce qu’ils disent. Les défenseurs d’une certaine tradition anti-Lendleiste sont de nos jours très minoritaires. Personnellement, je n’ai jamais eu de problème.

Laisser un commentaire

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis