Australian Open 2012, Chapter VI – extension classico

By  | 26 janvier 2012 | Filed under: Actualité

Un classico ? Qu’est-ce à dire ?

On en a vu pas mal déjà, mais je ne m’en lasse pas…

Les données du problème sont connues : Roger essaie de prendre de vitesse Nadal et de se mettre en bonne position pour frapper ses coups droits, Nadal essaie de prendre lui aussi le contrôle des échanges avec son coup droit en insistant sur le revers du Suisse. Résultat, on voit surtout des revers dans leurs matchs…

Le déroulement en Grand chelem parait devoir obéir à un scénario écrit à l’avance : Roger essaie de prendre de l’avance le plus vite possible et de le maintenir jusqu’au bout ; Nadal essaie de tenir le choc le plus longtemps possible en laissant passer l’orage et en rendant l’opération la plus difficile possible pour le Suisse, en comptant que sur la distance, si Roger n’a pas gagné, l’horlogerie suisse se dérègle ou se fatigue et qu’il puisse finalement faire la différence à la fin en imposant son jeu… C’est pourquoi on voit souvent des pronostics Roger en 3, voire 4, presque jamais en 5…

Pourtant, c’est finalement assez rarement comme cela que les choses se passent mais toujours est-il qu’il est considéré comme crucial pour le Suisse de faire la course en tête, de gagner le premier set, sinon, c’est mort pense t-on… C’est soit le mythe du Federer qui gagne en trois sets en ne lui laissant aucune chance, ou le mythe du Nadal qui finit toujours par gagner à la fin…

L’idée que Nadal puisse gagner en trois sets ne traverse pas davantage l’esprit que celle de Federer gagnant en cinq… Pourtant, Federer a déjà gagné en cinq sets et Nadal déjà gagné en trois.

Cela doit être plus confortable de se dire que le scénario est écrit à l’avance, qu’il doit toujours être le même…

L’autre constante de ces pronostics est de refléter l’idée que Nadal devrait presque toujours gagner, sauf si Roger est brillantissime, au motif, soit que le Suisse a un mental défaillant ou ferait un complexe face à Nadal (ce qui revient au même), soit qu’il ne puisse pas y arriver parce que son revers est trop mauvais… Soit c’est un loser, soit il a un revers vraiment trop pourri… Dans ces conditions, qu’il ait réussi à gagner 16 Grands chelems doit relever du miracle ou peu s’en faut.

Pourtant, quand on regarde leurs résultats sur dur, 9 rencontres au total (tous leurs matchs en indoor se sont déroulés sur dur, aucun sur moquette) on n’a pas vraiment cette impression : 5 victoires pour Federer, 4 pour Nadal… 1 victoire chacun pour ce qui est des matchs en trois sets gagnants, qui sont tous les deux allés aux cinq sets… 1 seule en Grand chelem, gagnée par Nadal ici même il y a trois ans. En ce qui concerne les 7 matchs disputés en deux sets gagnants, Roger mène 4-3. Sur ces 7 matchs, Nadal en a gagné deux en deux sets, et Federer trois. Ils en ont chacun gagné 1 en trois sets.

Pas de quoi faire un complexe, semble t-il. Pas de quoi non plus y voir la confirmation des scénarios prétendument écrits d’avance figurant plus haut. Mais les mythes ont la vie dure…

Au total, leurs résultats sur dur sont donc très équilibrés, avec un léger avantage à Federer. Cet avantage serait nettement plus marqué si Roger n’avait pas perdu deux matchs sur dur (et un autre sur terre battue, incidemment) ou il a gagné plus de la moitié des points, mais perdu le match : lors de la finale de Melbourne il y a trois ans (un point d’écart) et à Dubaï en 2006 (7 points d’écart en sa faveur). Aux points, son avance est donc nettement plus sensible mais l’idée selon laquelle Nadal est difficile à battre n’est, elle, évidemment pas un mythe… Ce scénario atypique où le gagnant a remporté moins de points que son adversaire ne s’est pas reproduit depuis cette finale de Melbourne.

Il n’est écrit nulle part qu’il doive nécessairement se reproduire : avec 3 victoires au total gagnées tout en ayant remporté une minorité de points, Nadal a sans doute déjà largement épuisé son quota…

Demeure en revanche une réalité : 4 des 5 victoires de Federer ont été acquises en indoor, là ou le serveur n’est pas gêné par le vent. Incidemment, j’ai trouvé intéressants les propos d’Amélie Mauresmo indiquant, alors que les conditions de jeu sont plus lentes, qu’elle considérait pour sa part le fait que le match se joue en nocturne comme un avantage pour Federer car elles se rapprochent alors des conditions indoor : peu ou pas de vent…Quand on regarde le pourcentage de premières balles de Roger en indoor et sur dur outdoor, on est tenté de lui donner raison, à rebours de mon impression première… Ces victoires en indoor ont par ailleurs été acquises à une période de l’année ou son adversaire n’est généralement pas au mieux, mais cet argument apparaît sans grande valeur car, sur ce point, on peut en dire autant des victoires de Nadal sur dur face à Federer, exceptée la finale de Melbourne d’il y a trois ans…

La conclusion que je tire de ce qui précède, c’est que rien n’est jamais écrit d’avance.

Le meilleur du jour gagnera, c’est tout.

Le vainqueur gagnera probablement le tournoi.

Et puisque il faut en finir par là, je salue à la fois la présentation et le pronostic de Quentin que je fais également mien :

Roger en 5 !

About 

Né l'année ou Rod Laver réalise son premier grand chelem, suit le circuit depuis 1974, abuse parfois de statistiques, affiche rarement ses préférences personnelles, aime les fossiles et a parfois la dent un peu dure...

Tags:

419 Responses to Australian Open 2012, Chapter VI – extension classico

  1. Noel 27 janvier 2012 at 12:09

    Et murray qui reperd son service derrière avec 3 fautes directes!

  2. Antoine 27 janvier 2012 at 12:09

    Et la Murène qui venait donc de passer en tête au score réussit cet exploit que de le remettre en selle en paumant direct son service derrière….The Lendl effect..

    • Guillaume 27 janvier 2012 at 12:21

      :lol:

  3. Babolat 27 janvier 2012 at 12:10

    Ils devraient tous les deux servir à la cuiller, le résultat serait le même. Dingue tous ces breaks…

  4. Nath 27 janvier 2012 at 12:11

    Murray avait commencé le 3° set avec un bon ratio W/UE… 6/3 à 2-1, 6/6 à 2 partout…

  5. Coach Kevinovitch 27 janvier 2012 at 12:15

    Voilà pourquoi j’aime Maria: http://www.eurosport.fr/tennis/open-d-australie/1973/sharapova-la-glaciale_sto3127625/story.shtml

    Ceux qui se plaignent de la langue de bois sur l’ATP seraient servis s’ils tournaient l’oeil vers la WTA.

  6. Nath 27 janvier 2012 at 12:16

    Murray refuse de mener au score. Nadal est favori en finale, et à ce compte là, je préfèrerais largement que ce soit contre Djoko.

  7. Antoine 27 janvier 2012 at 12:18

    le Djoker remporte son service grace à la betise de la Murène: à 0-30 il se met à prendre trop de risques alors qu’il suffit de faire jouer le Djoker sans en prendre trop pour gagner ce match vu qu’il est à la rue physiquement…

  8. Antoine 27 janvier 2012 at 12:26

    Deux aces dans ce jeu pour le Djoker qui n’en revient pas…les premiers depuis le premier set…

  9. Antoine 27 janvier 2012 at 12:27

    Depuis le début du troisième, il y a désormais autant de winners que de fautes directes…

  10. Babolat 27 janvier 2012 at 12:27

    Djoko se met à enquiller les aces comme Sampras alors qu’il semble toujours à la rue physiquement. Un vrai match de thalassémique qu’il nous fait là… ^^

  11. Antoine 27 janvier 2012 at 12:31

    Tiens, on a vu Lendl mattre de la potion magique dans la bouteile de la Murène…

    Cela lui a réussi: il remporte son jeu de service 4-4..

    Il est tranquillement au milieu du court et distribue tandis que le Djoker rame..

  12. Antoine 27 janvier 2012 at 12:37

    Et le Djoker remporte son service, aidé par la Murène: à 40A, il prend un gros risque en essayant de décroiser son revers et la met dans le filet…

    4-5 service la Murène…Cela va être intéressant..

  13. Nath 27 janvier 2012 at 12:45

    Bien sauvée la énième balle de set. 5 partout.

  14. Antoine 27 janvier 2012 at 12:47

    Le meilleur jeu du match, de loin: Murray sauve trois balles de set sur un ace, un CD gagnat et une amortie..

    le Djoker perd les deux derniers points sur un mauvais retrour et une faute provoquée par le filet mais avait très bien joué pour en arrivé là: deux coup droits gagnats en début de jeu, une atrès bonne attaque au filet entre autres…

  15. Kristian 27 janvier 2012 at 12:47

    Il gambade le Djoker quand meme.. Moi, ces resurrections physiques en plein match 40 minutes apres avoir ete a l’agonie, je trouve ca formidable.. La premiere fois ou ca m’avait marque c’etait Puerta a RG 2005. Depuis je trouve ca.. formidable.

  16. Coach Kevinovitch 27 janvier 2012 at 12:51

    Prenez tout votre temps, les mecs, prenez tout votre temps!

    • Nath 27 janvier 2012 at 12:58

      :lol:
      Si Murray n’alignait pas un tas d’UE chaque fois qu’il mène, ce set serait très bon. Il faut dire aussi que Djoko lui montre qu’il ne lâchera pas.
      Quel point gagné par Djoko pour déminibreaker dans le tie-break, 1 partout !

  17. Antoine 27 janvier 2012 at 12:51

    Et break la Murène derrière…

    Il mène donc 6-5. Service à suivre..

    Ce troisème set, surtout depuis quelques jeux est de loin le meilleur et bizarrement le Djoker est beaucoup plus vif depuis quelques jeux aussi. Encore un peu à la peine mais plus à la rue comme tout à l’heure…

  18. Coach Kevinovitch 27 janvier 2012 at 12:56

    Murray ne veut pas gagner. J’en suis convaincu!

  19. Noel 27 janvier 2012 at 12:56

    Ah be finalement jeu décisif…
    Vu les performances de ces deux-là au service, ça va surement être collector!

  20. Antoine 27 janvier 2012 at 12:56

    Incroyable ! à 15A, il fait une double puis une faute en coup droit de deux mètres et sur la deuxième balle de break encore une faute et le Djoker débreake…

  21. Babolat 27 janvier 2012 at 12:57

    Si Murray ne veut pas de ce match, il n’a qu’à le refiler à Djoko et on n’en parle plus. C’est pas avec ce mental en crépon qu’il va faire trembler Nadal en finale.

  22. Antoine 27 janvier 2012 at 12:58

    Le plus étrange vraiment est de voir le Djoker galopper à nouveau comme si le match venait de commencer….

    • Noel 27 janvier 2012 at 13:02

      Le plus fort, c’est qu’il continue son cinéma au changement de côté! Et vas y que je m’approche en claudiquant vers ma chaise, que je prends ma bouteille en grimaçant…

  23. Baptiste 27 janvier 2012 at 13:00

    Tout a fait d’accord avec Kristian pour cette reflexion sur le djoker et Puerta. Tres flagrant contre Ferrer et encore plus aujourd’hui.

  24. MarieJo 27 janvier 2012 at 13:07

    bon andy l’a fait et je ne sais absolument pas s’il y en a un des 2 avec qque chose dans le réservoir…

  25. Antoine 27 janvier 2012 at 13:08

    Très bon tie break de la Murène à part une grosse faute à 3-1…

    Il mène donc deux sets à un après avoir sauvé magistralement 3 balles de set à 4-5…On ne peut pas dire qu’il n’ait pas de mental mais bizarrement à part là dans ce tie break, dès qu’il mène il joue mal..IL s’est fait reprendre à 3-1 jusqu’à 3-3 mais ensuite a très très bien joué…

    le Djoker a été bon aussi. Il galope comme un fou…C’est très difficile à expliquer…

    • Nath 27 janvier 2012 at 13:13

      …Et break d’entrée de Djoko. Confusion…

  26. Antoine 27 janvier 2012 at 13:12

    Et la Murène paume son service d’entrée en faisant trois fautes directes..Très fort..

  27. Babolat 27 janvier 2012 at 13:12

    Et c’est reparti pour la valse des breaks…

  28. Antoine 27 janvier 2012 at 13:15

    Stats du premier set:

    Djoko: 5 W, 15 UE
    La Murène: 4 W, 20 UE

    2ème set:

    Djoko: 5 W, 15 UE
    la Murène: 14 W, 19 UE

    3ème set:

    Djoko: 13 W, 21 UE
    La Murène: 20 W, 21 UE…

    • Kaelin 27 janvier 2012 at 13:20

      Nom de dieu je suis seulement avec le livescore et vos commentaires, et maintenant je vois les stats que tu mets… mon dieu que c’est moche

  29. Babolat 27 janvier 2012 at 13:19

    C’est plus du tout le même Djoko depuis le début du 4ème…

    • Antoine 27 janvier 2012 at 13:20

      C’est la Murène qui a fait faute sur faute…

    • Babolat 27 janvier 2012 at 13:22

      Et Djoko qui, d’un seul coup, retrouve toute sa mobilité… vraiment étrange.

  30. Antoine 27 janvier 2012 at 13:19

    Très très fort de la part de la Murène qui fait vraiment n’importe quoi…Double break 3-0 pour le Djoker, qui empoche tranquillement…

    Nadal a dit qu’il aimerait bien que leur demie dure cinq heures et quarts. Ils vont peut être y arriver…

  31. Antoine 27 janvier 2012 at 13:21

    jeu blanc pour le Djoker 4-0…

  32. Noel 27 janvier 2012 at 13:22

    4-0 en 15 minutes, c’est surréel… En fait Murray a quitté le court à la fin du 3e set, et depuis lors c’est un hologramme de lui qui est projeté pour tromper le public.
    Je ne vois pas d’autre explication.

  33. Antoine 27 janvier 2012 at 13:25

    La Murène gagne enfin un jeu de service, malgré une nouvelle double..

    Ils servent extremment bien, surtout la Murène: 7 aces et 9 double fautes…Le Djoker est légèrement meilleur: 9 caes et 5 doubles..

    Bilan: 14 breaks..

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis