Roland Garros, 31 mai 2021

By  | 1 juin 2021 | 383 Comments | Filed under: Actualité, Bord de court, Top 5

Un magnifique cadeau d’anniversaire que de pouvoir aller à Roland-Garros sous un grand ciel bleu en dépit de la crise sanitaire. Après un hiatus de 10 ans des courts principaux et 3 ans tout court, force est de constater que les abords du stade n’ont rien à voir avec la cohue ante-2020 où la compression de la foule commençait 1 km avant les entrées.

WhatsApp Image 2021-05-31 at 12.23.26

Mon billet étant en loge du court Suzanne Lenglen, la porte d’entrée est la numéro 1 que je partage avec bon nombre de présidents de clubs dont un à qui je fais la conversation. Arrivés à 9h30, nous avions encore 30 min à faire passer et j’ai eu l’occasion d’apprendre son opinion sur la gestion de la Fédé: elle était critique et acerbe à l’égard des précédents présidents depuis Bîmes pour qui les mots étaient violents!

Les portes ouvrirent à 10h avec un protocole Covid-19 sans contact (fouille au magnétomètre notamment) pour un début des matchs à 11h. Profitant de l’intervalle, j’ai visité le site en long et en large notant toutes les différences: les investissements réalisés étaient bien visibles avec le toit du Chatrier tout pimpant, le verdissement du parvis du Chatrier et la rationalisation de la disposition des courts. Les courts au fond (le 13 et 14) étaient de petits chaudrons avec une ambiance réminiscente de feu le court n°1 tandis de plus larges espaces étaient alloués à la Grande Boutique et aux restaurants afin d’augmenter les revenus auxiliaires.

En terme d’agora, le ratio était très agréable avec une facilité de circulation certaine sans que le site ne paraissâsse vide. Cette jauge réduite eût l’avantage de mettre en valeur la quantité de main-d’oeuvre employée pour faire tourner un tel événement: hôtes et hôtesses, vendeurs, brigade sanitaire, sécurité, coordination, guest relations, formateurs, dame pipi, ainsi que tous les bénévoles (ou quasi) pour le ramassage de balle, les juges de ligne et entourage.

Assis au 3ème rang en bas du Suzanne Lenglen, côté Est avec ses nouveaux sièges en beau bois et coussin, c’est un grand court toujours aussi agréable: dimension à la fois humaine et statutaire, suffisamment ouvert aux éléments pour l’équité (et rafraîchir les spectateurs cuisant au soleil de mai) et une excellente visibilité.

La programmation du court était à mon sens la meilleure du jour dans l’équilibre entre Français, stars et spectacle à escompter avec le court numéro 14. Premier match entre Sinner et Herbert, suivi de Garcia contre Siegemund, puis Kenin contre Ostapenko et enfin Tsonga opposé à Nishioka.

Sinner-Herbert: 6-1 4-6 6-7 7-5 6-3

WhatsApp Image 2021-05-31 at 12.23.23Le meilleur match de la journée avec un peu de suspense, de très beaux points, un excellent public, un joueur très prometteur et un Herbert valeureux.

Après un faux départ de l’Alsacien lors du premier set bouclé en 22 minutes, la partie s’équilibra sensiblement au 2ème set où Herbert sera souvent en réussite sur les lignes. Sinner, par basculement ne l’était pas du tout et après galéré sur ses jeux de service fini par en céder un de trop. Le 3ème set continua sur la même dynamique jusqu’à 2-5 où Sinner trouva les ressources pour massacrer Herbert l’espace de 4 jeux: une démonstration d’un joueur d’un calibre supérieur (sans que ce soit péjoratif à l’égard d’Herbert). Il cala un peu durant le tie-break mais je n’étais pas plus inquiet que ça. Même s’il sauva un 0-40 qui valait quasi match puis une balle de match au 4ème, Jannik fut capable de mettre le dernier coup de collier pour garder son service puis breaker 2 fois consécutivement pour ensuite filer à la victoire.

Ayant eu les deux joueurs à 3 m de moi, je peux confirmer que Sinner ne gâche pas d’énergie, est très vif et souple dans ses déplacements. Il pratique l’ancrage positif à haute dose avec des petits « Komme an » et serrages de poings quand la situation est tendue ou favorable. Lors de la remontée du 4ème, il se permit un peu plus d’expansivité par poussé d’adréaline: il ne communique pas avec le public, mais correctement avec les ramasseurs. Lors d’un service kické de PHH, une spectactrice se prit presque la balle et il put sussurer un « Are you ok? ».

Herbert a une abominable coupe de cheveux cette saison mais est gracile, il avait besoin de chercher l’approbation de son clan lors de ses beaux points mais sinon il a eu une attitude très professionnelle: dans son match et apparemment en étant capable de gérer la frustration lié au 1er set abominable qu’il a fourni.

Dans les conditions de jeu, c’était rapide et les frappes lors de l’ensemble des matchs étaient beaucoup plus à plat que des lifts à l’espagnole: des coups de boutoirs qui rebondissent pas très haut, souvent de l’essuie-glace qui fonctionne 66% du temps, le reste étant souvent un contre lors de la montée à la volée contre-temps ou une volée pas assez tranchante qui termine par un passing.

Le public a été remarquable lors de ce match, avec jauge remplie, à fond derrière PHH (mais les quelques qui étaient derrière Sinner ne se faisaient pas huer ou insulter comme j’ai connu ça dans d’autres contextes), les beaux points applaudis, les situations favorables à PHH chaudement encouragées. Un public partisan mais amateur et respectueux du jeu.

WhatsApp Image 2021-05-31 at 12.23.24

Garcia- Siegemund: 6-1 6-3

Caroline Garcia a fait l’un de ses meilleurs matchs (parmi ceux que j’ai vu). Elle avait une division d’écart aujourd’hui par rapport à son adversaire, surtout au niveau de la puissance. Elle a réalisé des séquences serenaesques en pliant nombres d’échanges en trois coups de raquette avec des balles rapides, à bon angle et aux bonnes longueurs pour abréger les points.

Siegemund m’a paru bien inoffensive avec un service déliquescent (6 doubles fautes), une incapacité à imprimer du lift. Je n’avais pas le souvenir qu’elle avait atteint les quarts en octobre.

J’ai trouvé que les jeux de jambes des deux joueuses étaient plus bruyants que ceux des joueurs précédents mais j’ai trouvé Garcia très dynamique pour faire ses petits pas d’ajustements. Elle a chuté lors d’une glissade au début du match mais cela ne l’a pas décontenancé.

En terme physique, de toutes les filles vues, Caroline a le physique le plus proche d’une fitness/crossfit girl, très sportif mais harmonieux. Siegemund avait des bandages à l’épaule et à la cuisse, tandis qu’Ostapenko a une stature « obélixienne », ce ne sont pas les bourrelets de la jeune Kvitova mais plus une musculature de bœuf de Kobe : il y a à la fois beaucoup de muscle et de gras, et cela la gêne pour sa mobilité. Kenin a le physique de Schwartzmann: des jambes disproportionnellement grandes et épaisse par rapport au torse.

 

Kenin Ostapenko: 6-4 4-6 6-3

J’ai regardé les deux premiers sets qui étaient très décousus et où les serveurs n’ont pas régné. Ostapenko relativement égale à elle-même, Plan A, A’ ou A »’ ne sont que des nuances des cicatrices qu’elle inflige à la balle, et un peu pestouille avec l’arbitre. Elle s’exprimait de façon intermittente en russe pour se donner un peu d’allant. Malheureusement, depuis 2017 elle n’a pas retrouvé cette magie et les filles gèrent beaucoup mieux sa puissance.

Pour Kenin, elle mouline mais ses mouvements sur le terrain sont très économes: elle sait où ira la balle et elle prend tôt, c’est assez impressionnant. Sa deuxième balle de service est presque aussi rapide que sa première, qui certes n’est pas exceptionnelle. Il n’en demeure pas moins qu’elle est solide sur cet aspect du jeu. Son caractère semblait plus bouillonnant que celui de la lituanienne avec pas mal de jurons lancé dans un anglais américain parfait tandis que ces encouragements alternent des « Come on » sonores et des soliloques en russe.

J’ai quitté le match à l’orée du troisième pour essayer d’aller voir Bencic sur le 14 puis le match qui excitait une belle partie du public: Musetti-Goffin. Le court 14 est un chaudron, la queue était très importante et après 30 min sans avancer d’un mètre, j’ai réussi à trouver un spot avec une vue correcte sur le 13 (Harris-Sonego) et le 14. J’ai raté Bencic mais j’ai pu voir l’avion de chasse de copine d’Harris à côté de moi.

Pour le Musetti-Goffin, j’ai pu voir la moitié du premier set où Goffin se fit exploser. Musetti a un revers magnifique, un coup droit « moderne » à la Kachanov qui me fait craindre pour son futur tandis que Tintin avait des problèmes de centrage.

Tsonga-Nishioka

J’ai pu assister aux deux premiers sets de Tsonga (dans un look sobre et cheveux rasés) qui malheureusement s’est fait phasmer par la mobylette japonaise qui n’est pas dénuée de talent pour imprimer du rythme. Tsonga a pas mal perdu en qualité de service, de déplacement (un peu comme Ostapenko, il est devenu trop charpenté pour le meta-game où le déplacement est absolument déterminant). En terme d’attitude, c’était celui avec les soliloques de frustrations les plus audibles et communs « Flûte j’ai raté deux coups droits de décalage avec le soleil qui m’a ébloui », « J’aurais dû laisser rebondir cette balle, j’en aurai fait qu’une bouchée » etc…

Autres observations

Un petit mot sur les interviews d’après matchs et l’écart abyssal de qualité entre Pioline et Bartoli, miroir inverse de leur conservation physique. En effet, Pioline a une expression anglaise particulièrement limitée (pour quelqu’un qui a eu une carrière internationale s’entend), où il a du mal à poser des questions intéressantes et de façon conversationnelle. Déjà que Sinner avait 3h30 de matchs dans les pattes et n’a aucun problème à ouvrir le robinet d’eau tiède, l’interview post-match était un vrai embarras. Mais en revanche, il porte encore beau à 50 ans passés.

Pour Bartoli, c’était l’inverse : elle sait faire la conversation, passer les plats, et rendre le moment agréable. Son expression anglaise et sa fluidité sont très satisfaisantes et elle et Garcia ont pu parler de façon fort sympathique, avec une petite touche d’humour « En dix de carrière à RG, il était temps que je fasse un bon premier tour ». Mais c’est vrai que Bartoli a un physique ingrat (d’un autre côté, il semble que c’est celui qui lui correspond puisque son physique d’anorexique n’était pas seyant et sa détresse psychologique paraissait patente). Là en effet, elle a l’air très smart et vive avec un micro.

En termes de public, il était clair que les matchs masculins réalisaient des audiences bien plus importantes et il est également indéniable que l’écart de niveau est abyssal. Sur tous les aspects physiques, et en particulier les déplacements, les garçons réalisent des trucs que les filles ne peuvent pas. Pour autant, je suis très fier que le tennis soit un authentique sport pro mixte où les filles ont toute légitimité à s’exprimer : elles sont elles-aussi les meilleures de leur catégorie.

Naomi Osaka

J’ai beaucoup de tristesse à son égard et pas mal de tension à appréhender son cas. En effet, c’est la meilleure joueuse actuelle, qui tyrannise les grands chelems, c’est l’athlète la mieux payée de tout les temps (il me semble qu’elle gagne deux fois plus que Sharapova au faîte de sa gloire) mais il est indéniable qu’elle n’ a vraiment pas l’air à l’aise dans ses baskets.

Par ailleurs, j’ai énormément de difficulté à valoriser positivement son combat « woke » même si je sais pertinemment que c’est ce positionnement qui lui permet de tels émoluments. Pour autant, j’ai l’impression qu’elle plus qu’aucune autre est la marionnette de IMG qui est là pour faire du fric sur son dos et il est clair que l’angle victimaire et racialiste (que je trouve d’une duplicité incroyable) est extrêmement rémunérateur.

A propos de son départ de RG, j’ai deux analyses : soit à son corps défendant c’est encore une attaque culturelle de la part des US contre la France (dans la droite ligne du NYT, Washington Post quant à leur traitement des infos françaises relatives au terrorisme islamiste par exemple) soit elle est en plein burn-out et elle fait une Henin 2012. En tout cas, sa communication est pour le moins mauvaise et d’awkward puis hypocrite, elle passe à être mesquine, dupe et manipulable.

About 

383 Responses to Roland Garros, 31 mai 2021

  1. Colin 1 juin 2021 at 18:52

    Si tu y étais allé aujourd’hui, tu aurais pu voir Fernando Verdasco (37 ans) face à Philip Kohlschreiber (pareil). Non non, ce n’est pas le Senior Tour.

    Bon, Kohly en 4, le teuton à l’élégant R1M a vaincu son conscrit le garçon coiffeur.

    Et Gasquet (pas encore 35 ans mais presque) qui réalise un score Nadalien face à Gaston. Ça tombe bien, car son prochain adversaire risque de lui faire subir à son tour un score Nadalien, mais le véritable, l’authentique, le certifié, dans un combat de presque-cinq-et-trentenaires. Je doute que cette année France Télévisions arrive à nous vendre ça comme le clash des titans de 1986. Vus les scores des précédentes éditions (2005 : 64 63 62 ; 2018 : 63 62 62) on peut arithmétiquement prendre les paris pour un 62 61 62.

  2. Jo 1 juin 2021 at 19:01

    Il manque juste à ce Roland-Garros un abandon sur blessure de Djokovic en première semaine et ce tournoi deviendra paradisiaque.

    Nadal contre Popyrin, puis Gasquet (pff…), Norris (peu importe), Monfils (tu vois ?), Alcaraz (panpan cucul), Papy Rogé (youpi) et Tsitsipas pour la branlée initiatique.

  3. Rubens 2 juin 2021 at 11:00

    Salut Perse,

    Je vais lire en détail ton carnet de voyage, mais je dois d’abord te répondre, et à Guillaume aussi, sur Naomi Osaka. Je contresigne ce que vous avez écrit tous les deux. Guillaume, tu mets le doigt sur le malaise, perceptible bien avant l’épisode de Roland, dont semble souffrir la jeune femme. En effet elle joue peu, en effet elle ne semble pas pressée de prendre pour de bon les rênes du tennis féminin, et en effet elle ne respire pas la joie de vivre sur le terrain. Ses aveux sur sa souffrance psychologique ne font qu’éclairer un tableau d’ensemble qui présentait de nombreux signes avant-coureurs.

    Perse, la comparaison avec Agassi et le cultissime « image is everything » fait sens. Mais il y a quand même une grosse différence, c’est le rapport des deux à leurs responsabilités. C’est dans Tennis Mag (once again) que j’avais lu une interview d’Agassi, où il revenait sur cet épisode. La phrase importante, c’était « ces choses ont été faites avec mon accord, j’en endosse donc toute la responsabilité ». En gros, le kid n’a pas cherché à se dédouaner sur une tierce personne de cette pub ridicule, pour laquelle lui et lui seul avait signé.

    Sur cette question de responsabilité, il en est de même aujourd’hui pour Naomi Osaka. Elle a des responsabilités. Oui, son agent lui a dégoté des contrats mirobolants au détriment de sa santé mentale. Mais elle a 23 ans, elle est majeure, et il lui revient de se poser et de réfléchir à ce qui est important pour elle. Et ça devrait, en toute logique, la conduire à se séparer de son agent et à mettre un bémol sur sa vie publique.

    • Perse 2 juin 2021 at 11:19

      Bonjour Rubens,

      Pour Agassi, n’étant pas né à l’époque de sa première carrière, je ne peux que me baser sur son autobiographie, où il explique qu’il était totalement dépassé, inculte et qu’à la réflexion il fut la marionnette d’intérêts qui l’ont dépassé.

      L’autre différence est que l’angle marketing d’Agassi n’était pas victimaire, et ceci est d’une grande aide dans la vie. Or dans le monde d’aujourd’hui, c’est bien l’angle victimaire qui fonde la valeur marketing d’Osaka, ce qui ne doit pas l’aider pour sa sérénité.

      • Rubens 2 juin 2021 at 11:43

        Oui, les temps ont changé, clairement. Mais dans le cas d’Agassi, être homme et blanc ne donnait pas de prédispositions particulières pour jouer les victimes. Le propos de Tennis Mag date de 99 je crois, mais déjà en 90 au moment de la pub il ne s’en est pas publiquement pris à la marque Canon, alors qu’en effet à cette époque il n’avait pas une franche maturité.

        Rien que de très banal finalement, comme le dit Guillaume c’est le signe de notre époque. Naomi Osaka est un filon à exploiter, qui mérite bien le sacrifice de son équilibre personnel. Mais justement, si elle renonçait à tout ce cirque, là pour le coup elle prendrait une autre ampleur en tant que personne publique. Parce que la starification à outrance, il est temps de la documenter, on commence aujourd’hui à avoir un peu de recul, et à prendre la mesure des vies qui ont été détruites.

        Reste une question, finalement, qui n’est pas le véritable problème de Naomi Osaka mais qu’elle a soulevée presque sans le faire exprès : est-il vraiment nécessaire de faire une conférence de presse pour chaque joueur à la fin de son match gagné ou perdu ? A mon avis non.

        • Perse 2 juin 2021 at 11:58

          « être homme et blanc ne donnait pas de prédispositions particulières pour jouer les victimes » : c’est là où on voit que nous sommes bien influencé par notre époque.

          Il semblerait qu’Agassi n’a pas eu une vie privilégiée , au moins pendant les 15 premières années à se authentiquement maltraité par un père extrêmement dur, en tant que natif de Las Vegas, il n’avait pas de privilège blanc et de classe à imposer aux autres.

          En terme social, c’était un outsider avec une éducation très violente psychologiquement. Et c’est peut-être cette souffrance qui a rendu l’identification possible pour le grand public mais Agassi ne s’est jamais complu dans une logique victimaire où il aurait été pourtant pas mal placé.

          Mais au contraire, finalement c’est par le biais de ses mentors Gil Reyes et Streisand, ainsi que Shield qui s’était bien investi qu’il acquis un véritable sens de « l’ownership ». Ceci s’est définitivement ancré après avoir conclu l’affaire avec Steffi Graf qui était sa muse, et il finalement comblé cette insécurité psy.

  4. Perse 2 juin 2021 at 16:25

    En fait, pour en revenir à Osaka, j’ai enfin trouvé à qui me fait penser la cas Osaka: Dinara Safina. Et elle a rendu son tablier avant 25 ans.

    En effet, en terme de pression et de complexe, Safina était un cas assez lourd: petite soeur d’un joueur idolâtré, aussi ingrate que son frère était beau, elle était restée dans l’ombre écrasante de son frère adoré, dont les accomplissements seraient difficilement égalables: numéro 1, vainqueur en GC etc…

    Pourtant dans le rétro, Safina a fait une très belle carrière à laquelle manque seulement un tournoi du GC, pourtant elle avait intériosé qu’elle serait nulle par rapport à son frère, et les médias n’ont pas été d’une psychologie irréprochable à son égard. Sans oublier que le légendaire tempérament de la famille n’était pas aussi bien perçu pour une fille, et que son physique lui était régulièrement rabâchée.

    • Rubens 2 juin 2021 at 16:59

      Est-ce que tu ne confonds pas les médias classiques et les médias sociaux ? Parce que j’imagine bien que Safina a eu droit à de nombreuses allusions à son frère. En revanche, dans un univers où le respect et la bienveillance sont la règle tacite (parfois trop d’ailleurs), j’ai beaucoup de mal à croire que quiconque en conférence de presse s’en soit pris à son physique.

      Par contre, si Dinara s’amusait à aller sur Facebook pour voir ce qui se racontait sur elle, alors là j’imagine que le ton pouvait changer… Mais était-elle maso à ce point ? En tout cas, elle ne m’a pas semblé être d’une timidité maladive comme Osaka, par contre elle était bourrée de complexes. Et son frère n’y était probablement pas étranger.

  5. Sam 3 juin 2021 at 12:04

    Well, ce jeudi,
    - Je n’imagine pas Gael se trouer contre Ymer : Gael en 3.
    - Le Musetti / Nishioka n’est pas inintéressant, le japonais semble en phase progressivement ascendante …Musetti en 5 !
    - Ma passion naissante tardive pour P.Cuevas est attristée de voir qu’il joue Djoko et je crois que ce dernier a les armes pour, disons lui laisser 8 jeux.
    - Enfin, pour ce qui est de l’affiche de finale Fed / Cilic, sérieusement, Cilic 2021, sur terre ? Roger en 3.

    Il n’y a absolument aucune autre affiche intéressante à pronostiquer dans le tableau masculin.

    • Alexis 3 juin 2021 at 13:11

      Pourtant Guy Forget a fait tout son possible pour rendre une de ces non-affiche accessible à tous en la programmant en prime (time). Rha.

  6. Guillaume 3 juin 2021 at 13:48

    Il semble que le tennis féminin nous réserve son habituel rendez-vous manqué : au soir du deuxième tour, exit Osaka, Barty, Muguruza, le mystère Andreescu (encore plus insondable qu’Osaka, en un sens)… De toutes les joueuses en forme des derniers mois, reste déjà plus que Swiatek et Sabalenka. C’est terrible parce qu’on sent un potentiel dingue en terme de matchs-ups avec ces filles-là – il ne faudrait pas grand-chose pour que ça m’intéresse plus que le tennis masculin qui n’a plus que des chiffres à nous vendre – mais elles ne se croisent JA-MAIS, c’est fou.

    • Jo 3 juin 2021 at 14:10

      Ca va pas ce Simonne-Mathieu. Les matches censurés sur France Télévision ou sur leur player : « Au programme du jour, il y a tout ceci… mais pas cela. » La session nocturne, à la rigueur des rigueurs, il y a une forme de logique : « Nous rendons l’antenne, rendez-vous chez nos merveilleux amis d’Amazon Prime Video, ce n’est que du bonheur. » Morglen, fais quelque chose, bon sang !

  7. Kristian 3 juin 2021 at 14:10

    Le programme du jour avait pour interet de savoir qui de Federer, Nadal ou Djokovic allait se retrouver sur le Lenglen. C’est evidemment Djokovic qui s’y colle. Ce n’est pas anodin car on annonce de la puie en fin d’apres midi, et la fin de journee du serbe sur le Lenglen pourrait s’averer bien longue..

  8. Sam 3 juin 2021 at 14:32

    Le nouveau service de Gael, service qu’on pourrait qualifier de décontracté, est assez cool. Mais à part ça, on voit quand même ce que ça fait de ne pas jouer suffisamment de matchs : tout va bien, ou mieux, dès lors que le cerveau de Gael est dans le match, tout se barre en vrille, comme ça, par moment, sans qu’on sache trop pourquoi, à coup d’étranges coups droits chopés vaguement amortis, et qui remettent Ymer qui n’en demande pas tant et plutôt pourquoi il n’est pas déjà au vestiaire, dans le match.

  9. Sam 3 juin 2021 at 14:38

    Mon Dieu, si quelqu’un a parié il y a 15-20mn que Gael perdait ce set, il est riche.

  10. Nathan 3 juin 2021 at 14:49

    Perdre contre Ymer… Gaël semble considérer que c’est une improbable éventualité qu’il pourrait rendre possible.

  11. Sam 3 juin 2021 at 14:56

    2 Sets à 1 et 3/0 pour Ymer et cela reste toujours aussi improbable tant dès que Gael joue un tant soit peu rigoureusement, il lui roule dessus. Mais, mais, mais…

  12. Sam 3 juin 2021 at 14:57

    (« improbable qu’il perde », voulais-je dire)

  13. Paulo 3 juin 2021 at 14:58

    Allez Kohli !

    Sinon on dirait que Musetti est en train de rendre à Nishioka la monnaie de la pièce reçue à Parme : 2 sets à 0 pour l’Italien. Sinner aussi mène 2 sets à 0 face à un 3ème Italien, Mager.

  14. Sam 3 juin 2021 at 15:04

    4/1 Ymer. Je continue à ne pas prendre pour vraisemblable une possible défaite de Gael sur ce match.

  15. Paulo 3 juin 2021 at 15:09

    Monfils out (mené 2 sets à 1 et 5-1 dans le 4ème set), nous n’avons donc aucun Français au 3ème tour dans le tableau masculin – sauf victoire de Richard dont j’imagine que les books doivent le donner gagnant contre Nadal à dix mille contre un…

  16. Sam 3 juin 2021 at 15:10

    Tututut, Monfils pas out du tout, 2/5, rien n’est fait.

  17. Sam 3 juin 2021 at 15:14

    3/5…Ymer sert pour le match, je persiste à voir Gael gagner en 5.

  18. Sam 3 juin 2021 at 15:14

    J’aurais probablement dû m’abstenir de ce dernier commentaire.

  19. Paulo 3 juin 2021 at 15:19

    Musetti vainqueur de Nishioka 76 63 62, le petit Japonais n’aime clairement pas les balles bombées.

    Et Kohschreiber qui mène 3-0 dans le 4ème set face à Karatsev. Ça sent bon le 3ème tour pour le vétéran teuton !

  20. Sam 3 juin 2021 at 15:19

    Bon, une soixantaine de fautes directes et un retour amortie quand l’autre sert pour le match, faut pas pousser ça peut pas passer, quel gâchis.

  21. Nathan 3 juin 2021 at 15:24

    Je crois que Gaël peut être content :

    Il a montré à la fois la différence de niveau hallucinante qu’il y a entre lui et le modeste Ymer.

    Mais aussi que, quand il a décidé de montrer à tout le monde qu’il peut perdre contre n’importe qui, personne ne peut l’arrêter, ni le public, ni le coach, ni Svitolina. Gaël, seul maître à bord du radeau de la Méduse.

    Tout ceci est bien dommage.

    • Colin 3 juin 2021 at 15:48

      J’imagine assez bien Benoît Paire et Gaël Monfils, dans quelques années, en train de jouer ensemble au badminton, dans la cour de la clinique psychiatrique où ils seront internés tous les deux, chacun faisant des efforts désespérés pour laisser gagner l’autre.

  22. Paulo 3 juin 2021 at 15:26

    @ Sam : même si Cuevas est écrasé par Djokovic, ce dernier ne pourra jamais faire ça : https://www.youtube.com/watch?v=aFUIoagsV-g

  23. Jo 3 juin 2021 at 16:54

    Une vraie réussite dans ce tournoi : la prise de son. PAAAF ! CLOOONC ! Un régal pour les ouïes.

  24. Rubens 3 juin 2021 at 17:08

    Si je compte bien, Gasquet, le Bison du tennis français, est le dernier espoir de voir figurer un frenchie au troisième tour. Allez Richie, on y croit, ce n’est que Nadal en face.

    La nouvelle équipe aux manettes de la FFT a au moins un avantage, c’est que ça ne peut pas être pire.

  25. Rubens 3 juin 2021 at 17:42

    Et pour compléter mon post précédent, je rappelle que nos collègues d’Outre-Atlantique ont pour habitude de faire des séjours très courts Porte d’Auteuil. Il faut les comprendre, ils font confiance au site de l’ATP Tour qui leur indique que Houston se déroule sur « Clay » et ils sont persuadés de jouer sur de la vraie terre battue. Évidemment ils tombent de haut dès qu’ils atterrissent en Europe.

    Mais je constate que 4 Yankees seront au troisième tour : Opelka, Giron, Isner et Johnson. A méditer.

  26. Perse 3 juin 2021 at 17:51
  27. Paulo 3 juin 2021 at 18:55

    Ferro battue, il ne reste plus que deux Français en course : Gasquet et Mladenovic – laquelle vient de perdre le 1er set 6-2 face à Kontaveit… ça promet.

    Richard, tu es sommé de faire abstraction de tes 16 défaites en 16 matches contre Nadal pour te transcender et sauver la patrie !

    Bon, il nous restera toujours Roger, ce presque Français, à encourager au 3ème tour, dans le pire des cas.

    • Colin 3 juin 2021 at 19:09

      Ce soir, Richie va choquer le monde, et à la fin du match il s’exclamera, paraphrasant Vitas Gerulaitis:
      « Let that be a lesson to you all. Nobody beats Richard Gasquet 17 times in a row! »

  28. Paulo 3 juin 2021 at 21:32

    Qui est ce junior qui joue contre Nadal ?

  29. Paulo 3 juin 2021 at 21:33

    Nadal a remporté 21 points sur 28 soit 75% : tout est dit, c’est une boucherie. La prédiction de Jo est en voie de réalisation.

    • Paulo 3 juin 2021 at 21:37

      Voilà, 6-0 en 24 minutes, un petit échauffement pour Rafa.

      Gasquet a mis une taule à Gaston et prend lui-même une taule contre Nadal. Qu’aurait fait Gaston contre Nadal ?

    • Colin 4 juin 2021 at 00:36

      Il aurait pris une tautaule.

  30. Jo 4 juin 2021 at 08:11

    Hommage à Nadal. Il y a un coup que j’adore chez lui, son smash de revers. Aérien, inspiré, technique et athlétique. Je crois ne jamais l’avoir vu en rater un. Le temps d’une frappe, je suis sur une plage californienne ou australienne. Un bac à sable, du beach tennis, des bellâtres au physique de surfeurs, des bimbos en bikini.

  31. Sam 4 juin 2021 at 09:45

    L’Equipe ce matin semble – je n’ai pas d’abonnement, juste les titres – tirer à boulets rouges sur la FFT au vu des « résultats » des frenchies à Roland et on peut difficilement lui donner tort. Ce moment devait arriver, les choses se sont peut être juste un peu accélérées because Covid, et encore, mais surtout de la simultanéité du baissage de pavillons des 4 Mousquetons, du moins sur ce tournoi. A la limite, autant que ce soit fait. Des 4, Gael semble le seul à se projeter sérieusement sur le long terme, du moins à ne jamais évoquer le temps qui passe et une éventuelle retraite. Mais quoi qu’il en soit, il ne pourra à lui tout seul faire oublier ce qu’à montré ce Roland, à savoir qu’il n’y a personne et que les airs suffisant des cadres de notre fédé ne suffisent plus à le cacher.
    Et l’Equipe d’y aller de son couplet sur nos jeunes pousses, « trop choyées », surement trop valorisées trop tôt, au prétexte du moindre début de performance. Mais qui en a fait des kilos sur Hugo Gaston et ses innombrables prédécesseurs ? J’ai vu dernièrement qu’ils titraient sur la retraire de Gianni Mina, remember ? Ils mentionnaient sa ressemblance avec Gael, notamment au motif qu’ils ont les mêmes initiales. Oui, les mêmes initiales. Alors, trop exposés, effectivement…

    • Rubens 4 juin 2021 at 09:57

      Il y a un point tout de même qui m’interroge, c’est la baisse significative de résultats de nos frenchies depuis la reprise de l’été dernier. J’ai écrit (en parlant de la finale burlesque de l’US entre Thiem et Zverev) que la reprise post-confinement s’avérait difficile pour tout le monde, un peu comme si tous revenaient de blessures. Mais avec 9 mois de recul désormais, je constate une tendance française à ne pas parvenir à retrouver un rythme de compétition digne de ce nom. Je ne sais pas l’expliquer, mais il est clair que les autres s’en sortent mieux.

      • Sam 4 juin 2021 at 10:12

        Possible, mais au cas par cas cela donne aussi qu’on a des vieux, Tsonga, Ritchie, Simon qui sont peut être définitivement toujours plus ou moins blessés et s’acheminent vers la sortie, et que dans d’autres circonstances, les résultats auraient été les mêmes; des jeunes plus ou moins jeunes et pas si nombreux, Humbert, Moutet, dont quelque chose indique qu’il manque quelque chose pour aller vraiment, vraiment haut, bref, ce ne sont ni Sinner ni Musetti, et enfin… Les deux grands caractériels hypersensibles que sont manifestement Gael et Paire. Au final est-ce que ce ne sont pas ces deux là qui ont particulièrement mal géré la période ?

        • Rubens 4 juin 2021 at 10:58

          Il faudrait vérifier, mais peut-être que le plus objectif serait de regarder le classement qu’auraient les Français si on ne tenait compte que de ce qui s’est passé depuis août 2020. J’ai un petit doute sur Humbert et Mannarino, mais pour tous les autres ils seraient moins bien classés (et parfois BEAUCOUP moins bien).

  32. Kristian 4 juin 2021 at 10:01

    Toujours est il que cette premiere semaine en dehors du desastre annonce du tennis francais n’est quand meme pas tres palpitante. Le Sinner Herbert conte plus haut par Perse est peut etre bien le meilleur match qu’on ait eu jusqu’a present. C’est maigre. Les cessions de nuit sont un flop. Aucune ambiance et c’est tant mieux, car supposons qu’il y ait finalement un gros match : qui va regarder du tennis apres minuit?
    La seule bonne nouvelle est le niveau de jeu de federer qui a finalement bien fait de venir. Les affiches du troisieme tour ne font pas vraiment fantasmer, vivement la deuxieme semaine que le tournois commence vraiment.

    • Perse 4 juin 2021 at 12:00

      Je pense que le meilleur match a du être le Nishikori-Kachanov, mais il est clair que les courts principaux n’ont pas donné grand chose.

      A la limite, je suis presque content que Forget a filé la boucherie Gasquet-Nadal à Amazon, le nom sur la qualité, la réputation sur les faits, le culte de l’ignorance :)

    • Jo 4 juin 2021 at 15:14

      Le duel dell’arte italiana entre Musetti et Cecchinato peut être très joli.

  33. Perse 4 juin 2021 at 11:58

    Problème de caméra sur sur France TV et on a la caméra tribune, qui permet de mettre en valeur le lift de Ruud, les balles sont bien plus bombées que lors du Sinner PHH. Le match est très accroché, ça reste des tâcherons (dans le sens où il ne sont ni très connus, ni très médiatiques, ni spectaculaires) mais le suspense est bon.

    Le 14 est un court annexe et le programme de cette première semaine était probablement le plus attrayant en terme de match-up et de spectacle. Il remplace l’ancien n°2 en tant que petit chaudron et remplace sans peine les 3 grands courts à une fraction du prix en 1ère semaine.

    • Alexis 4 juin 2021 at 14:22

      Des tâcherons talentueux alors parce que les winners pleuvaient avant l’interruption. ADF est hyper explosif et agressif, tandis que Ruud fait un peu Wilander 2.0. Très beau match.

      • Perse 4 juin 2021 at 14:25

        C’est comme on se gaussait de Benneteau « joueur de club » qui fait souffrir Federer, c’est ingrat mais l’ATP est le sommet ultime de la pyramide.

Laisser un commentaire

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis