Du tennis aux Arènes… de Metz !

By  | 28 septembre 2009 | Filed under: Bord de court

Semaine creuse d’après Coupe Davis ? On pourrait le penser à première vue puisqu’aucun des 12 meilleurs joueurs mondiaux ne s’est aligné en cette dernière semaine de septembre. Mais ce serait oublier que s’est déroulé le troisième tournoi français de l’année, et non des moindres puisqu’il s’agit de l’Open de Moselle ! Cette page sera entièrement consacrée au tournoi messin, ville où je réside. Mes excuses au tournoi de Bucarest (remporté par Albert Montanes au détriment de Juan Monaco, dans une affiche 100% crocodile).

Gaël Monfils exulte, il vient de remporter son 2ème tournoi ATP en carrière, enfin dira-t-on, quatre ans après son premier titre acquis à Sopot, en Pologne… mais surtout, après  six revers consécutifs en finale, de quoi nourrir un complexe.

Depuis un an et demi et sa demi-finale à Roland-Garros, le Français semble avoir pris une nouvelle dimension : un jeu moins attentiste (même si cela reste encore son défaut), un physique impressionnant et une couverture de terrain toujours aussi « tentaculaire » ! Mais on a encore du mal à voir un mental de champion chez Gaël « j’me matte les matchs d’Ali » Monfils. Faire des petits sauts façon Nadal au moment du tirage au sort, c’est bien beau, mais quand on le voit se liquéfier devant le 120ème mondial pour son premier match en Davis Cup, on peine à y croire et à voir un champion digne de ce nom !

Pourtant, « la Monf’ » est impeccable tout au long du tournoi, ne concédant pas le moindre set avant la finale et éliminant facilement Grosjean, Tipsarevic puis Gasquet. Le premier set en finale face à Kohlschreiber est encore maitrisé par le Français, qui perd très peu de points sur son service. Mais il manque d’initiative sur les huit balles de break qu’il se procure tout au long du premier acte. Néanmoins il réalise le tie-break parfait, faisant craquer l’Allemand sur son coup droit et parvenant souvent à le contrer. Dommage qu’il n’utilise pas un peu plus souvent sa patate en coup droit, car votre serviteur peut en témoigner, ça avance !

Mais par pêché d’orgueil peut-être, Monfils oublie d’enfoncer le clou à l’entame de la seconde « reprise », repartant dans ses travers : s’épuiser à trois mètres de sa ligne à renvoyer des balles cotonneuses bien exploitées par Kohlschreiber qui règle la mire en coup droit (où Gaël a décidé de l’enfermer). Face aux hordes de « Allez Gaël! », je suis bien seul avec mes timides « Come on Kohly ! » : je ne suis pas venu pour deux sets, moi ! Et puis rien n’y fait, je préfère les revers à une main.

D’ailleurs Kohlschreiber est un modèle du genre, son revers délié est une pure merveille… qui tranche avec son coup droit, où on le voit décoller de 10 cm à chaque coup. Plus lifté, moins rapide donc et moins régulier, Gaël a bien raison de cloîtrer l’Allemand sur ce coup. Mais le Bavarois fait face et profite d’une baisse de régime de « la Monf » pour breaker à 3-2. Le match a changé d’âme, Monfils jamais poussé à 30A sur ses jeux de service précédemment doit lutter à présent face à un matcheur de choix.

Mais le Français remet le couvert à l’entame du 3ème set, boosté par 4300 – 1 personnes l’acclamant à tout va. Un coup droit surpuissant long de ligne, un passing bien placé et une volée bien vendangée de l’Allemand permettent au Français de s’échapper d’entrée. L’Allemand se frustre, quelques décisions d’arbitrage litigieuses n’arrangent rien à l’affaire. Et le voilà qui sert à 2-5 pour rester dans le match. Les enfants se ruent au changement de côté derrière les bancs des joueurs, en attente des prestigieux autographes. La Monf refait ses lacets (sans avoir besoin de plier les jambes, bien sûr !), c’est pas le moment de tomber ! Il ne veut pas attendre de servir pour le match et tient sa ligne devant les missiles envoyés par Kohly. Mais l’Allemand est moins précis, y croit moins fort et, à 15-40 tente une montée au filet désespérée… suivie d’une volée à nouveau manquée !

« Merci Maman, je ne t’avais plus vu depuis 2 mois. Je suis content d’avoir gagné mon 2ème titre devant toi ». L’émotion est palpable chez le Français, lui qui hésitait même à déclarer forfait en début de semaine (début d’une micro-déchirure).

Mais Gaël Monfils n’était pas le seul Français à disputer une finale. Arnaud Clément et Mickaël Llodra ont également lutté dans les Arènes de Metz, quelques heures auparavant… En vain puisqu’ils s’inclinent au super tie-break face à la paire anglaise Colin Fleming – Ken Skupski, dont c’était la première finale ATP.

Les Français ne feront pas la passe de trois à Metz, mais le plaisir est toujours là quand on les regarde évoluer ensemble. Il n’est pas rare de les voir rire après un point, chose que l’on voit peu en simple (surtout avec Clément). Llodra a même quelques mots sympas pour le directeur du tournoi, Julien Boutter (« Je voudrais qu’on applaudisse Julien et sa compagne qui ont eu un bébé la semaine dernière. ») et pour les ramasseurs (dont on sait qu’ils  sont souvent cibles de mots parfois déplacés avec ces deux-là) à la remise des trophées : « On est un peu débiles sur le terrain, surtout Arnaud… mais dans le fond, on vous aime bien ! ». Courage Mika, tu pourras te consoler avec les bouteilles de champagne offertes aux finalistes !

Mais votre serviteur ne s’est pas seulement contenté des finales. Je suis allé à l’Open deux autres jours et ai pu observer quelques autres belles batailles. Je pense notamment à ce huitième de finale conclu au tie-break de la 3eme manche par Christophe Rochus face à Fabrice Santoro. Pour paraphraser Guillaume avec Bob Dylan, Fabrice, c’est Like a rolling stone ! Le français joue le feu pendant un premier set de folie (6-0) où tous les coups du tennis sont revus et corrigés. Mais la pierre s’effrite inexorablement au fil du temps, ou plutôt du match, et le magicien baisse petit à petit pavillon et manque même sa chance au moment de servir pour le match à 5-4 dans la 3ème manche ! Fabrice fait ses adieux aux Arènes, après avoir livré une énième bataille.

Du papy en tournée d’adieux, on passe au papy en come back : Sébastien Grosjean signe son retour officiel sur le circuit face à Mahut. Les Arènes lui rappellent en effet de bons souvenirs, lui qui en 2002 avait amené deux points décisifs face aux Pays-Bas en coupe Davis (tiens, bizarre !), dans ces mêmes Arènes de Metz. C’est aussi « Seb » que j’ai vu pour mon premier match en tant que spectateur, là encore aux Arènes en 2006, face à Djokovic en demi-finales. Le plaisir est là pour Grosjean, qui signe sa première victoire cette saison. Malheureusement la satisfaction sera de courte durée. Le lendemain, le Français s’incline sèchement face au futur vainqueur (6-1 6-1). Et oui, « Seb » doit maintenant faire face à la nouvelle génération !

J’ai aussi eu la chance de voir Arnaud Clément, en simple cette fois-ci, face au littéraire Tipsarevic. Cela fait de la peine de voir Arnaud se frustrer pour une porte ouverte, un cri pendant un échange, un ramasseur qui lui envoie mal une balle… Et puis non, c’est trop jouissif de le voir hurler lorsqu’il « claque » des premières balles… à 160 !

Le temps passe… mais rien ne change ! En effet, année après année, Paul-Henri Mathieu reste le même, son jeu monolithique peut l’emmener en demi-finale, mais guère mieux sans un peu plus de variations (c’est un euphémisme !) et un mental à la hauteur. Même topo pour Richard Gasquet, qui, malgré son envie manifeste, présente les mêmes lacunes qu’à 17 ans. Et je doute que Deblicker le fasse changer sur ce plan…

Mon coup de cœur de la semaine : Andreas Beck. Ce bon contreur fera, je pense, parler de lui l’année prochaine : un revers solide et une patte du gaucher en coup droit qui lui permet de trouver de belles zones courtes croisées. Manque juste encore un peu de confiance…

Enfin le huitième de finale Llodra – Zverev, gagné par le Français en trois sets, fut de toute beauté. Les deux serveurs-volleyeurs se sont rendu coup pour coup pendant 2h de toucher et de volées bien tranchées. J’ai en plus eu la chance d’accéder à une place VIP, à deux mètres des joueurs, de quoi prendre de belles photos !

Alors que des animations sont proposées entre deux matchs (je me souviens notamment d’un double avec chaque équipe composée d’un handisport et d’un valide, plutôt plaisant à voir), j’en profite pour poser quelques questions au cordeur du tournoi :

B : Etes-vous cordeur seulement à Metz ?

C : Non. Je travaille dans un magasin Technifibre à Roland-Garros. Mais je me déplace seulement pour les tournois ATP sur sol français : Marseille, Lyon, Metz, Bercy, et bien sûr Roland-Garros.

B : Combien de raquettes estimez-vous corder par tournoi ?

C : Cela dépend la taille du tournoi. A Roland Garros, c’est plus de 3000…

B : Y a-t-il des joueurs capricieux ?

C : Disons qu’ils aiment tous le travail bien fait et changent rarement de tension. Nous, on essaie de respecter les machines et de les satisfaire.

B : Travaillez-vous seulement pour les joueurs à raquette Technifibre ?

C : Non. Mais pour les joueurs sponsorisés par Technifibre, les cordages sont gratuits. Les autres doivent payer. A part cette différence, nous cordons pour tous les joueurs pendant le tournoi.

B : Coup de cœur / Coup de gueule vis à vis de l’Open de Moselle ?

Coup de cœur : l’emplacement du stand, bien plus proche des joueurs que les années précédentes. Coup de gueule : les horaires parfois difficiles lorsque les matchs se jouent encore à minuit et qu’on doit se lever le lendemain à 7h…

B : Un tournoi préféré ?

Monaco pour le cadre. Avec la mer à proximité, c’est le tournoi le plus agréable !

Somme toute, cette semaine fut riche en belles batailles. L’Open s’était doté cette année d’un plateau plutôt sympa par rapport à son statut (450 000 euros) et on est heureux de ne pas avoir eu Ivo Karlovic en tête de série n°1 (comme cela avait été le cas l’année passée). Quelques points noirs cependant…

L’affluence pendant la semaine fut parfois décevante. Jusqu’aux demi-finales, les 4300 places étaient à peine remplies à moitié ! Alors, défaut de médiatisation, places trop onéreuses ? 18 à 44 € le billet au fil de la semaine, un prix plutôt raisonnable je pense. Le tournoi a, de mon point de vue, pêché par manque de médiatisation. Les affiches ne sont apparues qu’un mois avant l’évènement et étaient souvent peu visibles pour les non licenciés. La radio a certes fait quelques annonces, mais seulement la locale Direct FM. Difficile donc de remplir les salles tout au long de la semaine.

La question qui se pose à présent est la suivante : y aura-t-il encore un Open de Moselle l’année prochaine ? En effet, après sept ans, le contrat avec la ville de Metz arrive à échéance : pourrons-nous le renouveler ? A mon avis oui, et pour une raison bien simple : la construction du centre Pompidou à 100 m des Arènes. La structure, qui a pour but une décentralisation du centre Pompidou de Paris, sera sur pied d’ici mai 2010 et consistera en un centre d’expositions et de création (ateliers d’art contemporain). La création de ce Centre vise plusieurs objectifs pour la ville de Metz : le développement du tourisme bien sûr, et l’enrichissement du patrimoine messin, pour que Metz renoue avec son destin européen, cette ville au carrefour de quatre pays de l’Union Européenne.

On peut donc penser que le centre Pompidou sera un argument de poids à la conservation de l’Open pour les années à venir. C’est tout ce que l’on souhaite à cette ville dont je vous conseille la visite. N’oublions pas qu’elle a été élue 39ème dans un classement publié par le New York Times en début d’année sur les 44 destinations incontournables du monde !

About 

Tags:

39 Responses to Du tennis aux Arènes… de Metz !

  1. colin 28 septembre 2009 at 1:24

    Super complet, merci à notre éminent envoyé spécial à Metz (en l’occurrence, c’est d’ailleurs plutôt un envoyé permanent!).

    Ton serviteur, colin

  2. Sam 28 septembre 2009 at 2:02

    Jusqu’à quel âge ne pas voir sa mère pendant deux mois, c’est long ?
    Où était Mme Ali mère pendant ses combats ?
    Ce Monfils, quel gladiateur (…Et, combien mesure mme Karlovic mère ?).

  3. Guillaume 28 septembre 2009 at 3:08

    Good job, Benoît. J’aime beaucoup l’alternance « on court » avec les résumés de matchs, et le « off court », avec l’interview du cordeur (tu t’es présenté en tant qu’envoyé spécial de 15-Lt ???) ou les perspectives d’avenir pour l’évènement. Ca dresse un patchwork pour le moins complet, et très vivant, de ton Open régional.

    Trajectoires croisées : hier, Kimiko Date, 39 ans, remporte le tournoi de Séoul (2e joueuse plus âgée à remporter un tournoi WTA, après Margaret Court). Aujourd’hui, Dinara Safina, N°1 en exercice, perd au 1er tour à Tokyo contre une Taïwanaise 140e mondiale.

    Le mieux pour Safina serait qu’elle perde enfin cette première place mondiale qui devient une véritable malédiction pour elle. Quand elle a pris le trône, après l’OZ, je pense qu’elle s’est dit : « Je suis N°1 sans Grand Chelem ? Pas grave, je suis sûre que le Grand Chelem suivra bientôt ». Du coup, elle a plutôt bien assumé le rôle (plusieurs titres en Tier 1 jusqu’à Roland). Survient la déconvenue de Roland-Garros où, d’impressionnante en première semaine, elle se liquéfie progressivement, jusqu’au non-match en finale. A Wimb, elle se fait dessouder en demie face à Venus et, à l’US, c’et l’élimination prématurée contre Kvitova. En trois tournois (et Roland est sans doute celui qui fait le plus mal), ses certitudes quant à une prochaine victoire en GC se sont effriteés, et Dinara ne sait plus où elle habite. Maintenant, seule la perte du trône pourrait la soulager, en lui permettant de reprendre les choses dans le bon ordre.

    Pendant ce temps, Date, 39 ans, poursuit le travail de démolition entamé par Clijsters à l’US Open. Je suis en train de la voir jouer contre Wozniak : Kimiko Date, c’est une sorte de grande soeur de Martina Hingis. Aucune puissance de frappe, un coup droit à chier, un service à la Sugiyama, mais un revers extrêmement précis et un sens tactique au poil. Autrement dit, c’est la fille qui, s’en avoir l’air d’y toucher, rend chèvre ses adversaires en leur faisant visiter le court, alternant jeu long/jeu court et maîtrisant plutôt bien les effets. Face à ça, on s’aperçoit que les Wozniak ou les Kleybanova, avec leur tennis binaire boum-boum droite-gauche droite-gauche, en cadence, sont dépourvues d’alternative face à une fille aussi INTELLIGENTE. C’est dramatique pour la WTA. Parce que Kimiko Date, à la base, c’est quand même pas Justine Hénin ou Kim Clijsters.

    Bon, à part ça, après l’Open de la Baie de Somme et l’Open de Moselle, Kristian ou Fabien joueront-ils les envoyés spéciaux à la Kremlin Cup ? Avec un peu de chance, vous ramènerez une itw exclusive de Marat pour MJ ou un poster dédicacé de Nikolay pour Karim !

    • Fabien 29 septembre 2009 at 11:47

      Pour ce qui est de la kremlin cup, sauf imprévu j’y serai, j’ai mes places pour les journées des quarts et des demis (encore faut-il parvenir jusqu’au stade!).

      Pour l’interview, disons que mon russe est un peu heu… inexistant. Et puis moi je n’ai toujours pas reçu ma carte de presse 15LT!

  4. Jean 28 septembre 2009 at 4:35

    C’est super complet comme article, je n’ai rien à rajouter à ta description de la finale, d’autant que tu l’as vue de plus prêt que moi.

    Juste un truc, c’est quoi cette histoire du New York Times là, un piège ? Parce que tu vas pas réussir à m’avoir aussi facilement…

  5. MarieJo 28 septembre 2009 at 4:35

    merci beaucoup ben ! intéressant de voir que l’open de moselle risque de passer à la trappe si les autorités locales et la fft n’y prennent garde… quand on connait les mésaventures des tournois allemands, on se rend compte qu’un petit tournoi comme celui là peut payer les frais de la politique de l’atp.

    bon, c’est confirmé, le lundi les 15-lovers font relache !
    on se sent bien seuls sur cet article… très complet et bien écrit, un vrai plaisir !

    franchement, comment ne pas aimer monaco, avec le tennis club suspendu au dessus de la mer, c’est un cadre magnifique, et le club garde une taille humaine par rapport au gigantisme de certains master series.

  6. Ulysse 28 septembre 2009 at 5:03

    Bravo Benoit pour cet article très vivant. Le tentaculaire réseau de correpondants locaux 15-LT a encore frappé. Ils sont vraiment partout.

  7. Ulysse 28 septembre 2009 at 5:18

    Je profite de la tribune offerte par cet excellent papier pour publier le Classement final du concours de Pronostics US Open.
    Comment ça c’est un peu tard, MarieJo ?… Bon je reconnais que le scénario de la finale a eu une mauvaise influence sur ma réactivité…

    Pronostiqueur / classement général / classement hommes

    Duong……..15……..8
    Marc………15……..9
    Geo……….16……..9
    Bastien……13…….10
    Guillaume….15…….10
    Colin……..16…….11
    Jean………17…….11
    Fawaz……..17…….11
    Benoit…….17…….11
    Antoine……15…….12
    Franck-V…..18…….12
    Jerome…….18…….12
    Marie-Jo…..18…….12
    Alex………20…….13
    Rony………20…….15
    Ulysse…….21…….15
    Fieldog38….20…….16
    Fabien…….24…….16
    Mathias …..24…….18

    Bravo à tous, en particulier les leaders détachés des deux classements Duong et Bastien et à la prochaine
    xxx

    • Guillaume 28 septembre 2009 at 6:09

      Donc si j’ai bien compris, le nouveau champion du monde de prono de 15-love est Bastien. Podium complété par Duong, Marc, Guillaume et Antoine (départagés par le classement masculin). Shit… Je rate encore le titre pour pas grand-chose :)

      On verra peut-être pour un petit dernier en 2009 lors du Masters ? Histoire de départager Benja et Bastien…

    • Antoine 28 septembre 2009 at 6:20

      Il y avait un seul concours et les résultats sur les hommes seulement sont donc HS.

      Je comprends que le chiffre du classement général correspond au nombre d’erreurs de pronos..

      Bastien est donc vainqueur haut la main !

  8. Hasek 28 septembre 2009 at 5:53

    Bel article, on attend la réaction de Karim sur la semaine de la Monf’ :D

    Pour le tennis féminin, là ça devient inquiétant quand même parce que Wozniak fait une saison pas mal (à moins que je confonde avec la Danoise mais il me semble que la Canadienne est pas manchote non plus, bon je sais pas si manchote se dit par contre). Pour Safina, pas sûr que la perte de la place de numéro la libère tant que ça, ya qu’à voir Ivanovic et Jankovic actuellement

  9. Antoine 28 septembre 2009 at 6:17

    Excellent article, très complet, bravo ! A propos de Monfils, histoire de lui sauver la mise Forget a laissé entendre que Monfils avait un léger bobo en fin de semaine dernière histoire de justifier un peu le fait d’avoir pris Chardy pour le cinquième match décisif..La semaine de Monfils à Metz montre bien que cette communication n’était que du pipo..

  10. Benoît 28 septembre 2009 at 9:28

    Merci pour les réactions.

    Je confirme, le Times a publié un classement en début d’année des 44 destinations incontournables en 2009 et Metz est 39ème :

    http://www.nytimes.com/interactive/2009/01/11/travel/20090111_DESTINATIONS.html

    @ Guillaume, oui je me suis présenté en tant que 15lover, je liu ai même donné le nom du site, il m’a dit qu’il irait le visiter !

  11. karim 28 septembre 2009 at 10:55

    Jolie promenande dans les allées des arènes de M

  12. karim 28 septembre 2009 at 11:04

    Zut, erreur de frappe qui a validé un dixième de commentaire.

    Bref je reprends, très bel article, sorte de patchwork « sans but et sans mobile » comme chantait Glodman, mais avec comme résultat un chouet papier qui vient égayer une soirée tranquille. Bon boulot mon p’tit Guillaume (au fait dès que tu as le droit de vote dans la vraie vie fais moi signe, j’arrête de t’appeler mon p’tit Guillaume fissa).

    Monfils a trop une tête d’abruti quoi, j’ai un problème avec ça, clairement. Second titre en carrière, après… Sopot!!! le cinquième GC. C’est moi ou son palmarès n’égale pas encore celui d’Ali?

    « J’ai aussi eu la chance de voir Arnaud Clément, en simple cette fois-ci » là faudrait que tu m’expliques ta notion de la chance. C’est Coluche qui disait que la chance (ou le bonheur je ne sais plus) en URSS c’est quand le KGB frappe à ta porte à 02:00 du mat et demande « Vladimir Ivanof? » (j’ai oublié le nom exact) et que tu réponds « non non c’est juste au-dessus ».

    Pour en revenir à Kimiko Date, elle me sert de référence puissance depuis des années. exp untel est moins puissant que Kimiko Date. Respect pour son retour. Mais les Japonais ça mange que du poisson cru et ça vit jusqu’à 145 ans. Alors ça compte pas.

    Ulysse, ton classement pour le jeu de pronos… je crois qu’il y a un souci, je pense avoir gagné. Il faut recompter les points, on se croirait dans une élection en Afrique sub-saharienne. je demande un re-comptage des voix.

    • Hasek 28 septembre 2009 at 11:16

      Pas besoin d’aller en Afrique subsaharienne pour recompter les voix, c’est arriver aujourd’hui je sais plus où dans une circonscriptions :D

      Sinon, c’est clair qu’être dans le top 15 mondial (il a même été dans le top 10 non?) en n’ayant gagné en carrière que Sopot et Metz, c’est un peu abusé quand même à mon sens. Surtout qu’il est pas énorme en GC (RG 2008 ne comptant plus) ni même en Masters 1000. 2 huitièmes en GC + 1 quart et seulement 1/8ème en Masters 1000, ça casse pas trois pattes à un canard, en tout cas, ça vaut pas un top 10 mondial comme il l’a pu l’être cette année. Il va les chercher où ces points? La remarque vaut un peu aussi pour Tsonga mais moins quand même car Jo a gagné un Masters Serie et compte 4 titres sur les 12 derniers mois ce qui est déjà plus potable.

  13. Kristian 29 septembre 2009 at 7:41

    Oui, oui tres bon resume. Vivant et original. Comment ca, ca n’interesse personne le tournoi de Bucarest? Juan Monaco y est devenu le joueur a avoir gagne le + de match sur TB. Moi, j’aime bien Juan Monaco. Il a une belle patte et un beau revers a deux mains. Car il n’y rien de + beau qu’un revers a deux mains.

    La Kremlin Cup… oui.. on va voire. Fabien?

    • karim 29 septembre 2009 at 9:27

      « Car il n’y rien de + beau qu’un revers a deux mains. »

      Bastille? Je te propose le 03 Janvier, je suis over booké avant. Check ton schedule et let mi no, okay?

      • fieldog38 29 septembre 2009 at 1:21

        P**** tu me fais des infidélités…! mdr

    • Fabien 29 septembre 2009 at 11:50

      Ben moi je regarde les matchs et toi tu fais les interviews ça te va?

  14. Lionel 29 septembre 2009 at 8:48

    Bravo pour ces reportages à Metz, pas gagné de s’intéresser à l’Open de la Moselle après l’US Open.

  15. Guillaume 29 septembre 2009 at 10:16

    L’info inattendue du jour :

    http://www.lequipe.fr/Tennis/breves2009/20090929_083454_la-grosse-frayeur-de-querrey.html

    Moi ce qui m’effraie le plus, c’est que l’une des premières préoccupations de Querrey après être sorti de l’hosto a été… de se jeter sur son Twitter ! Les gens sont barges…

  16. fieldog38 29 septembre 2009 at 1:07

    Attention, Monfils a reçu de la cryptonite après sa victoire metz : http://www.eurosport.fr/tennis/atp-metz/2009/c%27est-encourageant_sto2076587/story.shtml

    Quel sera son effet sur cette grosse tête? mdr

  17. fieldog38 29 septembre 2009 at 1:19

    Bravo pour ton article. C’est très complet et intéressant. Déçu pour Kohly qui je trouve a un jeu nettement plus « excitant » que celui de LaMonf’.

    Pour le français, la citation complète, c’est : Gael « jme matte le match d’Ali vs Foreman pour avoir l’œil du tigre » Monfils (copyright déposé par bibi… ;) )

    J’espère que le tournoi restera au calendrier l’année prochaine. A suivre

  18. Benoît 29 septembre 2009 at 4:06

    Oui désolé je me souvenais pas de la citation exacte ! =)

    @ Karim : Eh me confond pas avec le dénommé Guillaume Hardi de SV, moi c’était roger01 ! Sinon pour Clément, c’était de l’ironie bien sûr !

    • Kristian 29 septembre 2009 at 4:34

      Tu es bien tendre. Ce genre de confusion, c’est convocation Bastille minimum.

      • karim 29 septembre 2009 at 7:43

        Place du Kremlin face au mausolée de Lénine. Tu me reconnaitras, j’aurai un pull à capuche à son effigie et le short d’Ivan Drago dans Rocky 4. Et yé vé té brrrrrrrrrisé!!

    • karim 29 septembre 2009 at 7:41

      Mais c’est bien-sûrrrrrr. Je sais que tu étais Roger01 mais j’ai fait le mix avec Guillaume Hardy et son orthographe qui défiait les lois de la pesanteur. Il parait que Bernard Pivot refuse de le relâcher. Lui c’était le minot qui réinventait la langue et toi t’étais le minot qui avait 45 ans en vrai, j’ai toujours été impressionné par ta maturité.

      Sorry for the confusion.

    • Guillaume 29 septembre 2009 at 7:45

      Oh p… Moi je croyais que la confusion était préméditée, juste histoire de taquiner le benjamin du site !

      100% d’accord avec Kristian : un tel amalgame mérite Bastille. Et plutôt deux fois qu’une.

    • Benoît 29 septembre 2009 at 7:54

      RDV Bastille demain 16h et tu verras si j’ai 45ans !

  19. Guillaume 29 septembre 2009 at 4:55

    … Quant à la nouvelle exotique du jour, elle nous vient de Kuala Lumpur, où Lleyton Hewitt a été battu au premier tour par… Joachim Johansson. Tout comme son ex-future belle-soeur Kim Clijsters, Pim-Pim is back… enfin, jusqu’à la prochaine blessure !

    • karim 29 septembre 2009 at 7:46

      Pim-Pim c’est qui? Pam-pam c’est le lapin ami de Bamby, Pim Pam Poum aussi je connais, mais pas de Pim-pim.

      Pom pom pooooooom bonneeee nuiiiiit les petiiiiits…

      Je suis déjà dehors, je m’en fous.

    • Hasek 29 septembre 2009 at 7:52

      En tout cas, c’est un début de bonne nouvelle pour la Suède qui manquait sacrément de monde en simple.

      A confirmer toutefois dans la mesure où Lleyton n’est sans doute plus capable d’être aussi régulier et doit sans doute parfois être court physiquement

      • Franck-V 29 septembre 2009 at 9:19

        Oui, c’est fou la Suède, à Wimbledon et à RG, y’avait que Soderling dans le tableau, je crois.

        Cela change d’un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître… (tilala)

        • Franck-V 30 septembre 2009 at 10:46

          Edberg-Jarryd, eux-mêmes au nez et à la barbe de McEnroe-Fleming, ce qui se faisait de mieux à l’époque.

          Quelle époque épique!

      • Kristian 30 septembre 2009 at 7:29

        Ah oui.. l’armada de 84 qui gagnait la Coupe Davis au nez et a la barbe de Mcenroe et Connors. Avec une pleyade de supers joueurs en simple : Wilander, Nystrom, Sundstroem.. A tel point qu’Edberg et Jarryd n’etaient utilises qu’en double, mais c’etait l’une des meilleurs paires au monde.

      • Jean 30 septembre 2009 at 11:20

        Il faut dire qu’en plus d’avoir reçu sur du sable et d’avoir fait de supers matchs (Sundström avait été énorme en passings), la Suède avait usé de torture psychologique en diffusant Abba aux changements de côté. Pas très gentil, je me demande même si cela n’a pas été interdit depuis, de nos jours, on ne consomme plus les abba.

      • colin 30 septembre 2009 at 1:15

        Hasek : « A confirmer toutefois dans la mesure où »… Pim Pim nous a déjà habitué à des retours qui n’ont duré qu’un match ou deux hélas…

        Quant à Hewitt on peut en effet le soupçonner d’avoir été un peu trop gentil avec son (ex?) beau-frère

  20. benja 30 septembre 2009 at 7:28

    C’était pas un challenger à Metz??

    ah non, le championnat de France sans les meilleurs…

    ah non c’est à Bangkok ça, Simon et Tsonga TS 1 et 2, mmmm fin de saison pénible grrrr

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis