Ball wars, the Masters fight

By  | 20 novembre 2011 | Filed under: Actualité

Ils sont les Maîtres et ils n’ont peur de rien. Ils ont la force, mais pas toujours du bon côté. Ils défendent l’Empire du jeu de fond de court ou le combattent de l’intérieur. Ils sont huit. Il n’en restera qu’un.

Le dernier rendez-vous de l’année pointe le bout de son nez au terme d’une saison 2011 qui aura vu la fin du règne du duopole le plus titré du sport. Une année marquée par la domination sans partage, ou presque, d’un Novak Djokovic impérial. Si les deux premiers mondiaux avancent masqués à l’entame de cette semaine, alimentant les interrogations autour de leurs pépins physiques, d’autres arrivent au contraire regonflés par une fin de saison encourageante, Andy Murray et Roger Federer en tête. Rapide passage en revue des forces en présence avant le début des hostilités cet après-midi.

Groupe A

- Novak Djokovic

L’homme qui voulait être le Roi aura enfin réussi son pari, à savoir franchir les deux remparts qui le séparaient de la première place mondiale. Qui aurait cru qu’une cure sans gluten pouvait produire de tels résultats ? C’est presque à se demander si Novak n’aurait pas aussi percé le mystère de l’anti-matière…

Les superlatifs n’ont en effet pas manqué pour souligner l’incroyable saison du Serbe qui n’a, sur l’année, perdu que deux matchs à la régulière et été contraint à trois abandons (si on compte Bercy). Son bilan est tout simplement phénoménal : avec ses trois levées du Grand chelem et ses cinq Master 1000, il a vraiment écrasé tout le monde. Le contraste est saisissant avec 2010, où il ne remporte que deux « 500 », n’atteint aucune finale en M1000 et signe 4 victoires pour 8 défaites contre le Top 10. Avant de faire son entrée à Londres, il affiche là un bilan ahurissant de 20 victoires pour seulement 2 défaites (dont une sur abandon) et se paye également le luxe d’infliger un cinglant 6-0 à Nadal en autant de finales. Entre l’Australie et New York, il rafle 13 070 points sur 14 750 possibles. Aouch.

Pourtant, depuis son sacre new-yorkais, la machine s’est enrayée et les pépins physiques se sont succédés. Contraint à l’abandon en Coupe Davis, il annule ensuite sa tournée asiatique et n’opère sa rentrée qu’à Bâle où il perd à nouveau sur blessure. Après un léger suspens, il s’aligne finalement à Paris, pour évacuer la polémique autour de son prize money, pense-t-on, mais remporte tout de même deux matchs avant de déclarer forfait quelques heures avant sa rencontre contre Tsonga. En cause, une épaule douloureuse qui l’empêche de servir convenablement. Sera-t-il réellement prêt à en découdre cette semaine ? Apparemment, oui. Il vient de déclarer qu’il servait « au maximum de [s]es possibilités depuis deux ou trois jours », affirmant qu’il était « vraiment à 100%. » Info ou intox ? Premiers éléments de réponse ce lundi soir face à Tomas Berdych.

- Andy Murray

L’année ou jamais pour Murray ? Depuis qu’il participe au rendez-vous des maîtres, il n’est jamais arrivé dans d’aussi bonnes dispositions. Etincelant durant la tournée asiatique, avec 3 tournois remportés, performant en Grand chelem (trois demies et une finale), Murray est en outre le seul joueur à avoir battu le Top 2 cette année, et peut légitimement prétendre à une place dans le dernier carré. Pour une fois, il ne tombe pas sur Federer et devrait logiquement aborder tous ses matchs en favori, position qui, malheureusement, ne lui convient pas trop… Parviendra-t-il à mieux gérer la pression cette année et enfin décrocher un titre significatif qui ferait taire les critiques ? Le groupe du nouveau leader syndical de l’ATP apparait en tout cas bien plus favorable à son jeu et son entrée en lice, face à David Ferrer, devrait lui permettre de rapidement prendre ses marques avant d’affronter le Djoker.

Une victoire à Londres pourrait booster une confiance encore trop chancelante et lui permettre de confirmer là où ça compte vraiment, à savoir en Grand chelem. Greg Rusedski, en tout cas, y croit à mort : « L’an prochain sera très important pour Andy Murray. […] Federer a déjà 30 ans et Djokovic ne pourra pas rééditer les mêmes performances. Enfin, Rafael Nadal gagne surtout Roland-Garros. Du coup, je suis sûr que Murray gagnera un Majeur en 2012. » Bref, si Greg le dit !

- David Ferrer

Souvent placé, jamais vainqueur. On pourrait ainsi résumer le parcours de l’increvable David Ferrer, dont la postérité se souviendra surtout qu’il fût le méritoire partenaire de PlayStation de Rafael Nadal. Il participe au tournoi pour la troisième fois et ne part pas vraiment avec la faveur des pronostics.

Son bilan face à ses adversaires directs n’est, il est vrai, pas très encourageant, pour quelqu’un qui affiche un ratio sur carrière de 33-62 face au Top 10. Sur dur, il n’a battu Djokovic qu’à une seule reprise, au Masters 2007 où Nole était arrivé, tiens tiens, laminé par une saison éprouvante. Il n’a jamais battu Murray sur cette surface non plus et vient d’ailleurs de le rencontrer coup sur coup à Shanghai et Tokyo. Seul son match face à Tomas Berdych peut être envisagé avec sérénité, unique participant du tournoi qu’il domine au head to head (5-2). Pourtant, celui qui réalise, de son propre aveu, sa meilleure saison jusqu’ici (deux titres, demi-finale en Australie, deux finales en M1000), a montré de belles dispositions lors de la tournée asiatique, particulièrement à Shanghaï où il atteint la finale (défaite face à l’Ecossais donc), battant successivement des spécialistes de la surface (Raonic, Roddick, Lopez). Favori des bookies pour une défaite précoce, le petit David pourrait bien tirer son épingle du jeu s’il parvient à cueillir un Djokovic diminué et confirmer son avantage sur Berdych. Son jeu de défense et de contre pourrait bien achever des organismes déjà usés par une saison longue. Une place en demie pour le « pou » n’est pas aussi improbable qu’il n’y parait. D’autant plus que personne ne l’attend.

- Tomas Berdych

A défaut de véritablement briller cette année, le grand Tomas s’est souvent montré régulier et a assuré sa présence à Londres grâce à son unique titre de la saison, remporté à Pékin. Solide joueur d’indoor, sa prestation face à Andy Murray à Bercy est la parfaite démonstration de son jeu à plat et dévastateur, à condition que ça rentre et qu’il ait le temps de préparer ses grandes frappes. S’appuyant sur une solide première balle, il peut, dans un bon jour, priver l’adversaire de temps et lui faire faire l’essuie-glace pendant deux heures. Mais Berdych a rarement aligné une série de plusieurs « bons jours » de suite, à fortiori contre l’élite. S’extirper de son groupe serait donc déjà un exploit pour celui qui signe ici sa deuxième présence d’affilée.

Groupe B

- Rafael Nadal

Sept. Cette année, Rafa a perdu sept fois en finale, dont six face au même adversaire, et deux fois en Grand chelem. La statistique est assez exceptionnelle pour être soulignée, surtout dans le chef d’un joueur qui, justement, avait la réputation de maitriser ces importants rendez-vous. Il faut remonter à  1984 pour trouver pareille déconvenue avec Lendl qui perdait 7 finales sur le circuit (dont l’US Open et le Masters) pour 3 victoires également (dont Roland-Garros). Face à Djoko, Rafa doute. Le Serbe lit son jeu à merveille et parvient à le contrer partout, même sur terre. Jamais il n’a rencontré pareille bête noire, jamais il n’avait échoué 6 fois de suite contre le même adversaire.

Comme l’an dernier, il arrive à Londres sans avoir joué depuis la tournée asiatique. Porté par son Petit chelem, il avait atteint la finale, après un match d’anthologie face à Andy Murray. Difficile de prédire quelle sera l’issue de son parcours cette semaine. Défait en Asie, il s’est par la suite infligé de solides séances d’entrainement chez lui, s’occasionnant même une petite blessure à l’épaule.

Son premier match face à Mardy Fish, contre lequel il a perdu pour la première fois à Cincinnati, sera un bon révélateur de son état de forme, et surtout de confiance. Le match suivant, face à Federer, sera assurément l’affiche de ce début de tournoi, à condition bien sûr que les deux jouent à leur niveau. Habitué à monter progressivement dans les tours, Rafa devra se montrer très vigilant face au Suisse mais bénéficiera d’une entrée en matière à priori enviable. Comme pour Novak, ce premier match servira de baromètre pour mesurer le niveau de jeu de l’Espagnol qui sera sans doute désireux de montrer qu’il faudra compter sur lui.

- Roger Federer

Roger est en forme, merci pour lui. Invaincu depuis 12 matchs, il vient de remporter deux tournois indoor consécutifs, brisant sa malédiction à Paris au passage. Le niveau de jeu affiché par le Suisse a rassuré, tutoyant à nouveau les sommets dans son match contre Berdych notamment. Après un été américain moyen et une défaite douloureuse (pour ses fans surtout) à l’US Open, tous les voyants semblent de retour au vert et c’est déjà une bonne nouvelle en soi, même si le désormais n°4 mondial n’a pas vraiment été testé ces dernières semaines.

A contrario, pour la première fois depuis longtemps (pour la première fois tout court ?), il aborde ce dernier rendez-vous avec un bilan largement défavorable contre le Top 10. Si l’on compare à 2010, cela devient même effrayant. Il y avait en effet été le plus performant de tous, s’adjugeant 16 victoires contre 6 défaites (11 victoires avant le Masters). Cette année, le ratio est retombé à seulement 5-9… Défaites parfois cinglantes (Dubaï, Miami, Monte-Carlo, Cincinnati) ou plus disputées (Roland-Garros, Wimbledon, US Open), mais défaites quand même. S’il peut mathématiquement encore renverser la vapeur et terminer sur un ratio favorable, Roger a clairement manqué de ce petit plus face aux meilleurs cette année et devra rendre une copie parfaite s’il veut devenir le premier joueur à enquiller 6 Masters Cup.

C’est loin d’être utopique. Son groupe est certes très relevé, mais il a une bonne carte à jouer et se présente en favori pour la première place. Aucun des autres membres du groupe ne l’a encore jamais battu en indoor et sur ses 9 participations, il ne s’est arrêté qu’une seule fois en poule. Reste à voir comment il abordera son premier match qu’il doit impérativement bien négocier pour se permettre un match plus « détendu » contre Rafa, qui l’a encore battu à deux reprises cette année.

- Jo-Wilfried Tsonga

Au terme d’une saison en dents de scie, Jo arrive à Londres avec le meilleur classement de sa carrière et rêve de marquer les esprits. Vainqueur au moins une fois cette année de ses opposants directs, il ne se présente plus en victime à moitié consentante comme en 2008 où le simple fait d’être présent était déjà une victoire en soi.

Deux fois vainqueur de Federer, dont le mémorable retournement de situation à Wimbledon, Tsonga sait quel jeu il doit déployer s’il veut gêner la mécanique Suisse. S’il venait à remporter ce match, le boost de confiance pourrait lui permettre d’avancer tranquillement sur Mardy Fish avant l’ultime rencontre face à un Rafa peut-être lui aussi déjà qualifié. Par contre si son service est branché sur courant alternatif, comme à Paris, les jeux risquent de défiler rapidement…

Encore trop souvent blessé, Tsonga mise désormais sur une nouvelle préparation physique qui devrait lui éviter de trop malmener un corps fragile et ainsi enfin confirmer qu’il peut régulièrement jouer les troubles-fêtes parmi l’élite, et pas uniquement ponctuellement.

- Mardy Fish

L’invité surprise de cette édition qui a su profiter, comme l’an dernier, d’un été favorable pour thésauriser tranquillement et se placer en position idéale pour ce rendez-vous très select. Auteur de belles performances, il n’a cependant guère brillé en Grand chelem et doit surtout sa place parmi les 8 à ses résultats dans les tournois « secondaires ». Top 10 à 29 ans, Fish a dépassé Roddick pour la première fois de sa carrière et semble porté par un souffle nouveau.

Il arrive au Masters, comme Ferrer, dans la peau de l’outsider qui n’aura rien à perdre et tentera de forcer un peu le destin, même si la blessure à la cuisse gauche contractée à Bâle et réveillée à Bercy sera forcément préoccupante. Cet attaquant-né devra écourter les échanges, en tentant le tout pour le tout s’il veut perturber le jeu de Rafa dans son match d’ouverture. Les matchs qui durent, très peu pour lui. Maillon faible du groupe, une surprise n’est pas à écarter, même si on n’y croit pas trop. La vraie surprise finalement, serait qu’il soit encore là l’année prochaine.

About 

Tags:

444 Responses to Ball wars, the Masters fight

  1. Jérôme 21 novembre 2011 at 00:23

    So predictable once more.

  2. Jérôme 21 novembre 2011 at 00:23

    C’est forcément Fish qui a le plus de pression.

  3. Marc 21 novembre 2011 at 00:24

    Fish vendange grave dans ce tie break. 1/4

  4. Bapt 21 novembre 2011 at 00:25

    Et c »est lui qui sort tout. Pathétique…

  5. William 21 novembre 2011 at 00:26

    C’est tout de même dommage de mener tout du long et de se faire coiffer au poteau de cette façon… Je crois que quelqu’un parlait de hold up, non ?

  6. Bapt 21 novembre 2011 at 00:27

    Il n’y a qu’un minibreak de retard. C’est jouable… 

  7. Jérôme 21 novembre 2011 at 00:27

    Couillu le Fish. Il n’hésite pas à prendre des risques pour s’en sortir et ça paie.

  8. Bapt 21 novembre 2011 at 00:29

    et une volée haute de revers foirée pour finir !

  9. Bapt 21 novembre 2011 at 00:30

    Rafa est heureux comme tout… 

  10. Jérôme 21 novembre 2011 at 00:30

    Et voilà. Service minimum pour Nadal mais il passe quand même.

    Quasiment 3 heures de quasi-pensum. Il me reste à vous souhaiter bonne nuit.

  11. benja 21 novembre 2011 at 00:30

    vamos!! mais mauvais

  12. Alexis 21 novembre 2011 at 00:30

    Que de fautes…

  13. Elmar 21 novembre 2011 at 00:31

    Deux matchs assez identiques où les favoris, malmenés, ont mieux géré le money time. Mauvais tie-break de Fish. C’est dommage, parce qu’avec le break d’avance qu’il avait au 3ème, il y avait moyen de conclure.

    Putain, Nadal torse nu, on dirait Hulk.

  14. Clément 21 novembre 2011 at 00:33

    Pour résumer.

    Set 1 : Nadal rentre bien dans son match et commence petit à petit à envoyer de bonnes pralines en coup droit. De son côté Fish ne joue pas si mal avec quelques enchaînements service-volée très bien senti, mais trop de fautes malgré tout pour espérer quoi que ce soit. Au service ce n’est pas terrible ni chez l’un ni chez l’autre, avec environ 55% de premières pour les deux. Un Nadal opportuniste sur ses occasions remporte logiquement la manche 6/2.

    Set 2 : trou d’air de l’Espagnol (ça n’arrive pas qu’aux autres…) qui permet à Fish de breaker dès le début de la manche. Ce dernier commence à très bien servir

    • Clément 21 novembre 2011 at 00:42

      (suite, saloperie de clavier)
      Fish commence à très bien servir donc, et à retourner aussi très correctement les services de l’Espagnol. Nadal se dérègle en coup droit avec pas mal de fautes inhabituelles et de passings ratés. Pendant ce temps-là le petit poisson reste bien concentré et finit par remporter le set malgré 4 balles de sets vendangées à 5/2 service Rafa. 6/3 Fish.

      Set 3 : niveau de jeu assez faible avec pas mal de fautes de part et d’autre, malgré quelques coups pas dégueulasses, notamment de très jolies volées de l’Américain. Pour illustrer le tout, les deux compères s’échangent poliment 2 breaks chacun jusqu’à 3/3. A 4/3 sur le service de Nadal, Fish est volé d’un point à 15/15 qui lui aurait permis de refaire le break, puis de servir pour le match, si les points suivants s’étaient déroulés comme ils se sont déroulés… Fish sauve deux balles de match à 4/5 sur son service. Au tie break, alors qu’il avait bien retourné jusque-là il se troue sur quasiment tous les services de l’Espagnol. Victoire Nadal à sa 3ème balle de match…

      Bref, c’était pas jojo. J’ai pas parlé des moonballs de chaque côté mais c’était rigolo ça aussi… Bizarre que Rafa se soit déconcentré après une 1ère manche très correcte. Poisson peut s’en vouloir, il a eu ses chances.
      Nadal ne sera pas favori contre Roger, et Fish ne le sera pas non plus contre Jo !

  15. Antoine 21 novembre 2011 at 00:48

    Une victoire typiquement nadalienne, non ? Pas vu le premier set mais appris en cours de route que Fish avait fait 16 fautes directes dans ce set. Bien meilleur ensuite, surtout à la volée..Marrant comment Fish sait faire des ronds comme Nadal; résultat, tout cela prend deux fois plus de temps que le match entre Federer et Jo..

    Bien rouillé Nadal, beaucoup de fautes (27 fautes directes au total dit l’Equipe, dont 24 dans les deux derniers sets), pas de longueur de balle le plus souvent, un service très très moyen avec 5 doubles fautes, ce qui ne lui arrive quasiment jamais, parfois lent dans le déplacement ou facilement pris à contre pied mais bon, comme Federer, il a fait l’essentiel, c’est à dire gagner ce match..

    C’est assez clair qu’il a plus de choses à améliorer que Federer…

    Il ne partira pas favori après demain mais il sera certainement meilleur qu’aujourd’hui et peut bien entendu gagner contre son meilleur ami d’autant que si l’on en croit le Suisse, les balles rebondissent peut être plus haut que l’année dernière..

    Cela étant, il faudrait vraiment qu’il soit bien meilleur que cela. Federer a des réglages à faire, lui doit carrément changer de niveau de jeu sinon, il peut prendre deux sets secs. Avantage Federer, d’autant qu’il n’a encore jamais perdu en indoor contre lui..

    PB: Cochran: Merci; me suis bien amusé..!

  16. Djita 21 novembre 2011 at 08:50

    Quand je lis mes déclarations de Fed quand il dit qu’il fallait être limite mathématicien pour savoir qui allait se qualifier il y’a 2 ou 3 ans je me dis qu’il a fait exprès d’éliminer Murray. Il savait très bien ce qu’il faisait le bougre. ;)

  17. Sylvie 21 novembre 2011 at 09:48

    Encore une fois c’est la grille de lecture appliquée aux deux matches qui me saôule. Federer a gagné parce que Tsonga a craqué, Nadal a été au bout de lui-même en grand champion. Tout le monde signale le niveau exceptionnel de Fish, mais jouer Tsonga d’entrée semble être une promenade de santé. Federer malmené et qui s’en sort ne doit jamais rien à lui-même ni à son mental au contraire de Nadal qui ne s’en sort jamais autrement que par son mental et son esprit de guerrier. J’aurais pu écrire les articles à l’avance tellement c’est téléphoné.

  18. William 21 novembre 2011 at 10:02

    Ca va faire rire Karim, on en parlait hier : http://www.welovetennis.fr/atp/42090-llodra-s-excuse-pour-noah

    • Sylvie 21 novembre 2011 at 10:05

      Tsonga aussi s’est excusé.

    • Colin 21 novembre 2011 at 10:10

      On dirait une famille de culs-serrés qui s’excuse pour les gros mots proférés par le grand-père indigne.

    • Arno 21 novembre 2011 at 10:18

      On a le droit de ne pas partager ses propos, mais enfin s’excuser en son nom… C’est bon, à la fin!

    • Sylvie 21 novembre 2011 at 10:45

      Oui moi aussi ça me gonfle ces excuses au nom de la France ! Noah a parlé en son nom pas au nom du peuple français, ils ont le droit d’être en désaccord et de le dire mais de là à présenter des excuses à sa place. Faut arrêter. Et Nadal qui en remet une couche en disant que c’est son pays que Noah discrédite pas l’Espagne.

      Il ne me semble pas que Noah soit membre du gouvernement ou porte-parole officiel de la France. Ce n’est ni la première ni la dernière fois qu’il l’ouvre pour donner son avis et mettre les pieds dans le plat avec plus ou moins de finesse.

    • Djita 21 novembre 2011 at 11:14

      Totalemet ridicule. Qu’est ce que ça m’horripile ce genre de comportement. On leur a demandé de s’excuser? Nan mais vraiment faut pas exagérer non plus. Ils ont attrapés le syndrome Royal.

    • May 21 novembre 2011 at 11:29

      A mon avis ils s’excusent car au fond ils pensent tous comme Noah mais ils ne veulent surtout pas que cela se sache, sujet tabou parmi les joueurs qui se côtoient toute l’année. Donc ils plient l’échine pour se désolidariser de cette accusation généraliste et je le répète complètement stupide et sans fondement.

    • Antoine 21 novembre 2011 at 11:38

      Dans l’Equipe de ce matin, on lit des choses assez différentes: 1) Llodra ne se serait pas excusé 2) Il n’a pas d’opinion sur ce qu’à dit Noah n’ayant pas lu son article..On se demande bien d’ailleurs ce qu’il a pu dire..

      • Sylvie 21 novembre 2011 at 11:43

        Nadal a dit en conférence de presse que lui et Tsonga se seraient excusés mais qu’ils n’avaient pas à le faire.

        Les propos de Llodra auraient été entendus par un ou une journaliste : il se serait excusé et aurait dit que Noah était stupide ou alors qu’il était bourré.

      • Sylvie 21 novembre 2011 at 11:45

        On sent le mec qui veut être bien avec tout le monde. Il dit un truc contre Noah au clan Nadal mais, de peur d’être brouillé avec Noah, il n’assume pas derrière.

  19. Arno 21 novembre 2011 at 10:22

    J’ai apparemment bien fait de me coucher après le premier set de Rafa/Fish quand je lis vos comms…

    Bref, Rafa a gagné à l’arrache et a donc rempli sa part du contrat. Il sera beaucoup plus fort contre Fed, à n’en pas douter. Le vainqueur de ce match déterminera le grand favori du tournoi si toutefois Djoko n’est réellement pas dans son assiette, ce qu’on va vite voir aujourd’hui.

    • Sylvie 21 novembre 2011 at 10:53

      Nadal est diminué et dit ne pas savoir s’il pourra s’entraîner aujourd’hui. On a déjà la raison d’une éventuelle défaite et s’il gagne, il y en a un qui passera obligatoirement pour un blaireau.

      • Djita 21 novembre 2011 at 11:08

        Tout à fait d’accord avec toi. J’espère que c’est vrai. Qu’il est vraiment mal.

      • Sylvie 21 novembre 2011 at 11:32

        Je pense qu’il est malade mais, une fois de plus, c’est sa communication qui vise toujours à le faire passer pour un héros et à expliquer une éventuelle défaite, qui me fatigue. Je suis sûre que plein de joueurs jouent malades ou souffrant de blessures mais ils ne l’étalent pas toujours en conférence de presse avec force détails.

        Le pire c’est la petite phrase glissée, mine de rien, sur le fait de ne pas être sûr de s’entraîner le lendemain. Le match qui était un calvaire, la tête qui tourne et tout mais la victoire à la fin comme tout bon héros qui se respecte. Et l’auréole est encore plus dorée. On a eu la grippe à Doha, les genoux, le pied, maintenant c’est la gastro. Soit il est plus poissard que toute l’ATP réunie, soit il fait plus de comm sur ses problèmes que les autres. Et ça marche, il n’y a qu’à voir les titres de presse.

        Federer a le malheur d’évoquer une fois en conférence de presse des problèmes et il passe aussitôt pour un mauvais perdant. Le truc c’est qu’il faut annoncer ses problèmes après une victoire et non après une défaite. Ça permet de passer pour un héros et d’anticiper la suite.

        Bon après, c’est subjectif, les fans de Nadal n’ont évidemment pas cette grille de lecture mais je trouve que c’est quand même incroyablement récurrent.

        • Elmar 21 novembre 2011 at 11:45

          Sylvie, change de disque! Si tu peux écrire les articles à l’avance, moi je pourrai écrire tes commentaires à l’avance aussi!

          On a déjà glosé en long, en large et en travers de tout ça et ça n’est qu’une pierre de plus à l’édifice. Rien de surprenant là-dedans et, en ce qui me concerne, plus rien qui puisse me faire hausser le sourcil. La vérité est sur le terrain, point barre.

        • Sylvie 21 novembre 2011 at 11:48

          Charmant… :(

          Désolée de gonfler. Je prends conscience d’être saoûlante et je fais un break.

    • Antoine 21 novembre 2011 at 11:45

      Bof..Il n’était pas bien hier et est sorti du court pour aller aux toilettes alors qu’il devait servir à 2-0 au troisième…C’est idiot d’avoir modifié les règles pour permettre ce genre de pause. Fish n’était pas vraiment content mais a breaké aussitôt après..

      Ce qui est préocupant, ce n’est pas cette gêne passagère mais son niveau de jeu. S’il ne joue pas mieux demain, il va morfler contre le Suisse.

      • May 21 novembre 2011 at 12:11

        Oui, c’est mieux de vomir sur le court devant tout le monde à la Sampras. Ça évite en plus les polémiques sur ses prétendues maladies…

        • Antoine 21 novembre 2011 at 12:26

          Oui, mais je veux bien que l’on leur donne des sacs en papier comme dans les avions..

      • Colin 21 novembre 2011 at 12:28

        Tant qu’il ne s’agit que de vomir…

        • May 21 novembre 2011 at 12:33

          et là pas d’alternative possible!

  20. Ulysse 21 novembre 2011 at 11:45

    J’aimerais bien voir l’effet sur les cotes de la journée de dimanche. En principe, la cote de Nadal a baissé, et celles de Jo et Fed ont monté ?

    • Antoine 21 novembre 2011 at 12:20

      Federer a vu sa côté progresser (c’est à dire baisser), passant de 2,75 avant son match d’hier à 2,6 aujourd’hui tandis que Nadal a fait le chemin inverse, passant de 6,0 à 6,5…

      Par contre la côte de Jo a évolué défavorablement, passant de 13 à 20, ce qui est logique puisque ayant perdu son premier match, la probabilité qu’il ne se qualifie pas pour les demies a augmenté. Pour l’instant, il est dernier de sa poule..A 20 pour 1, je trouve que c’est un côte attractive d’ailleurs. Jo est désormais dans la peau d’un type qui doit se dire qu’il démarre son tournoi et que comme dans chaque tournoi, il n’a pas le droit de perdre. C’est en tout cas l’approche qu’il doit avoir..

      A noter que les côtes du match Federer-Nadal sont presque les mêmes que celles du match Jo-Fish: Federer est à 1,4, tandis que Nadal est à 2,35. De son côté, Jo est à 1,45 et Fish à 2,25..

      Betclic n’accorde donc quasiment pas plus de chances à Nadal qu’à Fish. Cela doit faire un bail que Federer n’a pas eu une côte aussi favorable avant de jouer un match contre Nadal…

    • May 21 novembre 2011 at 12:31

      Si Fish continu a bien jouer, il peut battre Tsonga que je ne trouve pas au mieux depuis quelques matches. Nadal quand à lui ne devrait que s’améliorer à moins qu’il ne soit vraiment à la rue. Dans cette poule les 4 joueurs ont eu des hauts et des bas pendant leur match, difficile d’en tirer des conclusions.

      • Antoine 21 novembre 2011 at 12:39

        Cela m’étonnerait beaucoup que Fish batte Jo que j’ai trouvé très bon dans les deux derniers sets, mis à part son dernier jeu de service bien sûr..

        Je pense, au vu de ces deux premiers matchs, que Federer va battre Nadal et que Jo va battre Fish. Si c’est le cas, la deuxième place de cette poule se jouerait alors entre Nadal et Jo au cours d’un troisème match décisif pour le coup. Dans cette hypothèse, je donnerais une très bonne chance à Jo de l’emporter…

  21. Kristian 21 novembre 2011 at 11:47

    L’article de Noah dont on parle tant depuis 3 jours est quand meme assez nul. C’est mal ecrit, faiblement argumente, bref leger a tout point de vue. A la place de la redaction du Monde, je lui aurait colle un negre pour au moins travailler la mise en forme et esquisser des semblants d’arguments.
    C’est dommage car il y avait surement matiere a developper un point de vue que tout le monde pense tout bas du haut de sa stature de vainqueur en Grand Chelem.

    Faire l’amalgamme « Espagnol = dope » est probablement dangereux, d’autant que tout le monde doit etre au moins un peu dope. Par contre, depuis Indurain, premiere superstar de l’EPO (tiens? un espagnol..) superbement decrit par la serie d’article de Ditch sur SV, je crois dur comme fer que certains peuvent etre mieux dopes, voire beaucoup mieux dopes que d’autres. Et il faut beaucoup d’organisation derriere, de vraies structures.
    Je crois aussi que Nadal et les autres auraient tout interet a accepter les controles inopines. Il en va de leur cedibilite. Ces gars la ne cessent de nous parler des sacrifices qu’ils font pour etre la ou ils sont. Et bien ce sacrifice la, probablement pas le plus grand, devrait etre obligatoire.

    • Antoine 21 novembre 2011 at 12:23

      C’est déjà obligatoire Kristian…mais ce sont seulement des tests d’urine..

      L’article de Noah est vraiment stupide: passe encore qu’il accuse sans preuves bien qu’il eut pu donner pas mal d’éléments convergents qui légitiment le fait d’avoir des soupçons sérieux , mais il généralise à tous les sportifs espagnols ce qui est idiot et insultant, et pour finir il en tire une conclusion débile: de la potion magique pour tous le monde ! résultat: il aboutit au contraire de l’effet recherché: il passe pour un crétin mal informé et/ou malveillant, et l’ensemble des espagnols pour des victimes injustement attaquées, le tout dans un grand concours d’hypocrisie générale..Alors, si c’est pour écrire cela, il aurait mieux fait de s’abstenir.. Ce n’est pas l’avis du Monde qui dans son édition du jour dit que Noah a bien fait de dénoncer l’hypocrisie ambiante au sujet du sport en Espgane même si on n’est pas obligé de partager sa conclusion..en effet..Ils ont une dent contre la justice espagnole depuis que’ils ont été condamnés à titre définitif à payer 15 000€ au FC Barcelone à cause d’un article co,ncernant le bon Dr Fuentès..

  22. Antoine 21 novembre 2011 at 12:08

    Grande interview de la Murène sur deux pages dans l’Equipe aujourd’hui !

    Cela commence mal pour lui: « Vous aimez la boxe et pourtant vous donnez l’impression d’être un geignard. Vous aimez votre body language ? »; En substance, la Murène raconte que tout cela n’a guère d’importance, ce en quoi je pense qu’il se trompe.

    A la lecture de cette longue interview intéressante, j’ai surtout trouvé la confirmation de ce que je pense à savoir que le problème principal de la Murène est d’ordre psychologique, mental..Il admire Nadal et ses qualités qui lui font penser à un boxeur, aime d’ailleurs la boxe, mais lui n’est pas comme cela… Il n’aime pas jouer devant un stade de 10 000 personnes indiquant que cela stresserait tout le monde d’être ainsi seul sur le court. Il y en a qui adorent et qui se subliment ainsi, visiblement pas la Murène…

    Quand on lui demande si, quand il rêve, il voit la Coupe de Wimbledon, il répond que son rêve est de fonder une famille heureuse, que c’est plus important que le tennis et que cela ne doit pas être si facile vu le nombre de personnes divorcées qu’il connait. Il dit ailleurs un peu avant que ce qu’il préfère, c’est d’être en famille et avec son chien. Quand on lui demande comment il se définierait, il répond qu’il est quelqu’un de respecteux des autres..

    Tout cela est fort respectable mais est ce compatible avec le fait de devenir numéro un mondial ? J’ai comme un doute surtout qu’il est convaincu que d’être numéro un, cela doit être épuisant: il n’y a qu’à regarder le Djoker selon lui..

    Il dit avoir progressé cette année. Les résulats semblent lui donner en partie raison mais il ajoute qu’il est tombé dans un trou après la finale de Melbourne (3 défaites au premier tour ont suivi), comme l’année d’avant, alors qu’il dit avoir été moins affecté par cette défaite que par celle de 2010..

    Bref, il pense être sur la bonne voie et que tout ceci finira par payer, citant le Djoker en exemple… Peut être…Je me demande cependant si l’un des blocages de la Murène n’est pas du au fait qu’il se sait être un survivant heureux du massacre au cours duquel son institutrice et un très grand nombre de ses petits camarades d’école ont trouvé la mort, un sujet tabou puisqu’il a prévenu la presse il y a plusieurs années qu’il ne répondrait jamais à aucne question sur le sujet..Il est bien évident que ce genre d’épisode vous marque à vie. Le rôle de sa mère n’est il pas en partie lié à cela ? Je pense pour ma part que la Murène devrait sans doute aller voir un psy…mais c’est peut être déjà le cas..

    Sinon, la Murène s’est mis au régme sans gluten, comme le Djoker, et déclare avoir plus d’energie..C’est vraiment dans la tête..

  23. MarieJo 21 novembre 2011 at 14:40

    Entre nadal qui comunique de trop sur ses bobos et l’omerta sur le dos de fed… Ya forcément un juste milieu, perso chacun a choisi un mode de comm sur son état physique mental et cela fait partie de leur mode de fonctionnement… Et on trouvera le pour et le contre sur les 2 approches.
    Tenter de s’attaquer aux clichés et étiquettes est une cause perdue d’avance…
    Sinon pour les fans de fed une interview du times reprise dans un journal australien
    http://m.theaustralian.com.au/news/sport/roger-federer-finds-his-one-per-cent/story-e6frg7mf-1226199385223?sv=6e1bbf13b7b6f55afc0d57f6bf5fade6

  24. Antoine 21 novembre 2011 at 14:45

    Grande interview de Federer également, dans le Journal du Dimanche ce week end:

    Une bonne nouvelle: le maestro déclare de façon très ferme qu’il n’envisage nullement d’arrêter sa carrière dans un avenir proche et qu’il a bien l’intention de continuer durant de nombreuses années ! IL estime que son style de jeu favorise d’ailleurs sa longévité car quand on a un jeu défensif, c’est l’autre qui détermine l’énergie que vous laissez sur les courts.

    Par ailleurs, il a toujours pour objectif de redevenir numéro un tout en étant conscient du fait que c’est bouché pour les six mois à venir. Il pense que le Djoker ne va pas continuer des séries de 40-45 victoires de suite mais pour l’instant il met cet objectif entre parenthèses..

    Très concerné par les JO, dit que sa génération a une opportunité unique: jouer le tournoi Olympique à Wimbledon, ce qui n’arrivera pas deux fois..

    Il trouve qu’il a fait une très bonne saison, qu’il n’est pas moins bon qu’il y a quelques années (cela dépend sans doute du point de savoir de quelles années exactement on parle..) mais que le Djoker a fait une saison incroyable et qu’en ce qui le concerne, il a juste manqué un peu de chance pour faire à nouveau une année exceptionelle. La faute à pas de chance par conséquent pour Roger…

    Ces déclarations sont cohérentes avec son programme 2012 qu’il a cru devoir rendre public juste avant le début du Master’s. La liste des tournois qu’il entend disputer est effectivement celle d’un joueur qui n’a pas renoncé à redevenir numéro 1…

    Le problème, c’est que tout n’est pas possible. Demeurer à son top jusqu’à la fin des JO, soit la fin juillet va l’empêcher de prendre les vacances qu’il prend d’habitude à ce moment là. Comment préparer l’US Open ? Commed’habitude avec Montréal et Cincy ? Pas très crédible…continuer à aller à IW et Miami est il compatible avec tout cela ? Continuer à disputer les mêmes tournois sur terre battue, est ce une bonne idée pour être au top à Wimbledon et aux JO ? Roger a décidé de ne pas faire d’impasse et d’envoyer le message qu’il court toujours après la place de numéro 1 mais alors que la saison 2012 est plus chargée à cause des JO et qu’il a fait un bug dans sa préparation en étant à son pic de forme à Roland Garros cette année, tout ceci devrait normalement conduire à des choix qu’il se refuse donc à faire, pour l’instant…

  25. Antoine 21 novembre 2011 at 15:15

    C’est affreux…les roastbbefs exploitent les enfants qu’ils obligent à accompagner les joueurs jusqu’à leur place en leur mettant une tenue et une casquette marquée Barclays en gros. L’oligarchie est chez elle à Londres…

    La Murène a une tenue vraiment ignoble, sans doute pour faire peur à Ferrer..

    On apprend que Ferrer a gagné 2 433 914 $ depuis le début de l’année. Qui a dit que le travail ne payait plus ?

    Combien gagne le bon Dr Fuentès ? L’ATP ne le dit pas…

    Ferrer fait sortir sa langue même à l’échauffement. Cela devrait être interdit. il ressemble à un serpent avec sa langue pointue..

  26. Antoine 21 novembre 2011 at 15:35

    La 4ème tentative est la bonne: break pour la Murène qui mène 2-1..Cela va être compliqué pour Ferrer. Il n’a aucune arme pour gêner la Murène. Il ne peut gagner que quand l’autre est vraiment mauvais..Dire qu’il y a des spectateurs qui ont payé fort cher pour voir cela est étonnant, presque autant que de savoir que Ferrer est 5ème mondial..Comment fait il David ? Ca, cest un vrai mystère…

    Ca y est: j’ai trouvé l’explication. Ferrer empoche les cadeaux. La Murène perd aussi sec son service à 15..David gagne le sien derrière: 3-2..Encore un coup droit out de la Mrène: 0-15 et il commence un grand discours adressé à lui même..

    • Bapt 21 novembre 2011 at 15:50

      Tu as beau vaticiner Antoine, la domination de la Murène n’est pas évidente du tout depuis le début du match. Ferrer n’est pas ridicule… 

    • Elmar 21 novembre 2011 at 16:23

      Ce qui m’épate le plus, ce n’est pas tant que le David soit 5ème mondial. On a eu des Bjorkman ou des Schuttler 4ème mondiaux en fin d’année! Sur une saison, un joueur dans la forme de sa vie, avec un peu de chance et de la confiance peut percer dans le top-5. Ca a existé depuis toujours et il n’y a rien de neuf sous le soleil.

      Non, le plus surprenant, c’est que le David en question dispute son 3ème Masters (et le 2ème consécutif)!!! Là, c’est quand même plus surprenant: c’est dire qu’il est désormais non pas dans la forme de sa vie, mais qu’il y est à sa place. Alors un Ferrer à sa place en tant que 5ème mondial, c’est quand même pas très reluisant sur le niveau moyen du tennis actuel.

  27. Djita 21 novembre 2011 at 15:42

    Murray! Murray! Murray!

  28. benja 21 novembre 2011 at 15:44

    Il est clair que Nadal n’était pas du tout dans son assiette hier.
    L’excuse du mal de ventre semble justifiée: on l’avait déjà vu mal jouer, mais là, c’était carrement nullissime à certains moments.

    Cependant, on a vu que les balles montaient facilement, si Nadal retrouve donc un brin de longueur, Fed aura du mal a controler cette balle haute et liftée. Il faudra aussi que Nadal aille vite s’acheter un service de joueur professionel car hier, il servait moins fort qu’Aranxta Sanchez, avec un pourecentage de première très faible et bcp de doubles fautes.

    • Antoine 21 novembre 2011 at 15:52

      Il peut faire un deal avec Jo: lui racheter quelques 2ndes. Elles valent bien les premières de Nadal..

      • William 21 novembre 2011 at 15:55

        Et que demanderait Jo en échange ?

  29. Antoine 21 novembre 2011 at 15:49

    La Murène finit par remporter son jeu de service. Beaucoup de mérite car c’est bien simple, il est à qq chose comme 25% de premières..

    17ème faute directe de la Murène et 4-3 pouir Ferrer. Normalement il devrait déjà avoir gagné ce premier set..

    • Bapt 21 novembre 2011 at 15:51

      16 UE pour Murray contre 7 coups gagnants. C’est du match de haute tenue !

  30. Antoine 21 novembre 2011 at 15:58

    Un vrai concours de nullité..Ce court est vraiment très lent; il faut vraiment taper dans la balle pour qu’elle avance et comme ni l’un ni l’autre ne le font, cela n’avance pas. on a l’impression qu’ils s’echauffent..

  31. Antoine 21 novembre 2011 at 16:04

    Incroyable: l’un des joueurs vient de faire un coup gagnant, Ferrer en l’occurence qui mène donc 5-4. Cela faisait bien 20 mm que cela n’était pas arrivé..

  32. Bapt 21 novembre 2011 at 16:11

    ce jeu de 5-4 est interminable… 

  33. Antoine 21 novembre 2011 at 16:20

    6-4 pour Ferrer. A cette allure là, il y en a pour un moment..

    On a eu droit à un très grand tennis de la part de la Murène avec 37% de premières dans ce set..mais là à 4-5 il a fait très très fort:

    A 30-15, il ne sait pas quoi faire: il fait une moon ball, puis envoie un coup droit out. Sur une première balle de jeu pour la Murène, Ferrer fait un retour gagnant. Sur une deuxième, la Murène fait encore une amortie foireuse, puis il expédie un CD out de 40 cmm pour lequel il demande un challenge. Ferrer foire ensuite une première balle de set. Puis la Murène fait encore une faute en CD, puis sur la deuxième balle de set, envoie un autre CD out de quatre bons mètres..Du grand art !

    Cinq amorties dans ce set, quatre points pour Ferrer..

    Je me demande pourquoi il persiste à jouer sur le revers de la Murène vu qu’elle ne met pas un coup droit dans le court, mais bon, en attendant Ferrer a déjà fait mieux qu’à Tokyo ou à Shangaï..

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis