Jeu de massacre à Shanghai

By  | 18 octobre 2009 | Filed under: Actualité
Davy vous salue bienLe sprint final de la qualification pour le Masters de Londres bat son plein et les morts de faim ont fait escale cette semaine à Shanghai pour l’antépénultième événement tennistique important de l’année. Le Masters 1000 qui s’y déroule est le petit dernier de cette fratrie des neuf tournois les plus importants de l’année, hors Grand Chelem. Le tennis business y touche en même temps ses limites et les diktats du marketing et du dollar qui font voyager la troupe de l’ATP toujours plus loin (rarement plus haut) nous ont livré un simulacre de Masters 1000 avec la bande son d’Urgences comme générique de fin.

Shanghai, la ville aux 5000 tours de verre et aux 25 millions d’habitants est une curiosité à bien des égards. Même si la Chine rattrape à la vitesse du son les années d’isolement qu’elle s’est infligée et essaime à tout vent des mégalopoles futuristes, Shanghai reste de par son histoire un cas à part dans cette Chine Consumériste. Heu Communiste je voulais dire. Avec son mode de vie mêlant « subtilement » la fièvre occidentale à la zen attitude asiatique, cette Gotham City réussit le grand écart improbable entre Mao et Mickey et fait passer New York pour une gentille ville de campagne. Après avoir accueilli le Masters pendant quelques années, Shanghai s’est vue honorer d’un Master 1000 lorsque l’événement phare de fin d’année a plié bagages pour Londres et son soleil éclatant, ses plages de sable blanc, ses cocotiers…

Shanghai par certains égards rappelle un peu Dubaï, sans le côté Disneyland surfait et puant le fric pompé à même le sous-sol, ou encore Abu Dhabi ou Doha, toutes ces villes éclairs et nouveaux eldorados qui en plus de devenir des places financières majeures, des pôles commerciaux et industriels qui croissent à deux chiffres et des destinations touristiques privilégiées, veulent maintenant s’inviter à la table des événements sportifs majeurs. Grands Prix de F1, tournois PGA, et désormais tournois de tennis primés. L’argent ne fait pas tout et dans des stades flambants neufs et superbes de réalisations architecturales, le spectacle sur le court ne risque pas de réveiller les quarante spectateurs égarés dans ces centraux immenses.

Mon premier flop va donc tout naturellement au tournoi de Shanghai, à la politique de l’ATP et au calendrier dément qui vont avec. Oui, je fais un prix de gros pour ces trois-là. Organiser une tournée asiatique à ce moment de l’année s’inscrit clairement dans une volonté de conquérir de nouveaux marchés, mais avec la conséquence d’un produit qui a passé sa date de péremption et dont les joueurs sautent comme des fusibles branchés sur le réseau électrique de Conakry (Lionel explique-leur si tu me lis). Neuf abandons en cinq petits jours de compétition ? Les organisateurs auraient mieux fait de domicilier le tournoi sur le parking de l’hôpital général de Shanghai. La saison est trop longue, on le chante chaque année entre deux tendinites et trois contractures, mais rien ne semble aller vers une maîtrise de cette frénésie. Aux joueurs de limiter leurs apparitions me direz-vous; mais à part Federer qui peut se permettre ce luxe dans la course aux points ? Tout le monde ne peut se targuer d’avoir dans son contrat une clause qui lui garantisse quatre finales de Grand chelem par an. Et que dire de ces tribunes désertées, bien que Shanghai de ce point de vue s’en sorte mieux que Pékin la semaine dernière ? Les Cocos c’est plus ce que c’était, à la belle époque le Parti t’aurait mobilisé deux ou trois millions de personnes – une broutille – convoyées à pied depuis une campagne située à 3000kms de là et qui auraient assisté malgré elles et dans l’allégresse à ce grand événement tennistique. Au lieu de ça on se tape des affluences inférieures à celle des derniers championnats du monde de macramé à Tirana.

Sur le court, les tauliers de l’ATP ont connu des fortunes diverses et les vrais déceptions ont émaillé le tournoi asiatique:

-          Fernando Verdasco, ma tête de turc préférée cette année, a été sorti dès son entrée en lice par l’octogénaire Ivan Ljubicic (qui fera c’est vrai un beau tournoi). Pour un prétendant à la course au tournoi des Maîtres, les sorties calamiteuses lui garantissent une place sur le podium des déceptions de l’année.

-          J’ai été assez déçu par la défaite en deux petits sets de Chardy face à Melzer le Shakespeare des courts. La saison s’éternise pour ce brave Jérémy qui n’est pas rompu à cet exercice à rallonge, mais se coucher en deux sets secs face à un adversaire qui sur le papier fait tout moins bien que vous, ça fait désordre.

-          Richard Gasquet qui n’arrive toujours pas à résoudre l’équation Ferrer, bien que celle-ci fût à une seule inconnue et que la réponse lui ait été soufflée par le public. Pour un gars qui n’a joué que trois mois et devrait être frais comme un gardon, je brandis un carton rouge.

-          La défaite sur le fil de Marin Cilic face au truculent Thomas Berdych porte également un petit coup à mon baromètre du tennis. Après son très beau tournoi à Pékin, peut-être s’est-il ressenti de la fatigue; je n’en reste pas moins dubitatif sur la façon dont il rend les armes face au côté obscur de la force que représente le Tchèque.

-          Juan Martin del Potro aura fait une bien médiocre tournée asiatique. Le  récent lauréat de Flushing Meadows s’est encore ratatiné et ne se pose vraisemblablement pas en concurrent sérieux pour le titre au Masters pour lequel il est déjà qualifié. Après une première victoire en Grand chelem, en général c’est euphorie ou trou d’air; la tour de contrôle de Tandil subit la seconde option.

-          Notre ami Andy Roddick nous a rejoué sa pièce favorite cette année, celle du laissé-pour-compte au moral d’airain et qui à force de volonté et d’abnégation revient au sommet… sans pouvoir l’atteindre et replonge dans le ventre mou de la quasi-élite mondiale. L’arbre de l’embellie constatée cette année semble avoir donné tous ses fruits et se débarrasse désormais de ses feuilles pour passer les frimas hivernaux. A l’année prochaine Andy.

-          Marat Safin a grillé une belle occasion de s’offrir une dernière petite performance en sortant l’idole des foules, j’ai nommé Thomas Berdych (qui apparaîtra trois fois malgré lui dans ce papier). Comme depuis cinq ans, le miracle n’aura pas eu lieu au grand désespoir de Marie Jo. Sur les sites de paris en ligne, une victoire majeure de Safin côte proche du retour attendu de Jésus-Christ. So long Marat. Et je ne pense même pas que ce soit dommage.

-          Jo-Wilfried aurait fait un tournoi honnête compte-tenu de sa prestation éreintante la semaine dernière, si le score et la manière n’étaient si secs et pourris face à Soderling. Face à un concurrent direct pour l’oblitération des derniers tickets pour l’Eurostar en direction de Londres, Tsonga est apparu sans énergie, inspiration ni volonté. Ce gars me fait penser à une Porsche 911 Turbo version 996, qui malgré son impressionnante cavalerie n’avait que 250kms d’autonomie, la faute à un réservoir ridicule de 65 litres (quand ses rivales en embarquent au moins 90).

-          Novak Djokovic est un cas un peu à part, ni top ni flop. Une demi-finale en M1000 est le tarif requis pour une pointure de son acabit mais l’extrême nervosité et l’agacement dont il a fait preuve contre Davy ont contrebalancé l’excellent tennis qu’il développe ces jours-ci et qui me l’indiquait comme favori pour le Masters. La tension était palpable pour le jeune Serbe et les coups de raquette moins fluides. Face à un Russe à la tactique monomaniaque, Novak n’a jamais essayé de varier le jeu et déstabiliser un adversaire qui ne dispose pas d’autant de subtilité que lui. Au lieu de ça le n°3 mondial est monté sur la table de ping-pong en répondant favorablement à l’invitation-piège du natif de Severodonezk; personne ne monte sur la table comme et contre Nikolay.

Ceci dit, malgré le chapelet d’abandons et la qualité moyenne du tennis proposé, le tournoi de Shanghai n’a pas été perdu pour tous. Quelques individus arrivent à tirer leur épingle du jeu et profitent des pépins et absences des cadors pour briller enfin après des mois de disette:

-          Nikolay Davydenko évidemment. Malgré difficultés rencontrées début saison, Nikolay redresser cap brillant fin d’année. Victoire Shanghai représenter troisième titre Masters 1000 pour grand joueur Mère Russie. Victoire Djokovic puis Nadal et qualifier Masters grande performance. Famille Davydenko organiser grande fête au goulag avec barbecue phoque et vodka artisanale.

-          Rafael Nadal… ou l’homme qui tombe à pic. Notre cul-de-jatte sans abdos préféré (formule énorme copyright Kristian je crois) nous refait le coup à chaque fois, et on tombe toujours dans le panneau. Avec ses voutes plantaires comme des tranches de saumon, ses genoux qui craquent comme des amuse-gueules trop salés et ses abdos en carton pâte, on le laisse pour mort sur le bord de la route sans jamais s’assurer que le gueux ait rendu son dernier souffle. Et il en a du souffle le morbac. Lui et son clan nous font toujours le coup du tableau noir, où le gris anthracite le dispute au noir profond; mais à la fin de l’envoi on a une toile de maître et le phénix renaît de ses cendres. Sans bien jouer – comme souvent – ni impressionner, en donnant toujours cette impression de gagner par désistement de ses adversaires, Rafa fait le boulot et engrange les points. L’insulaire unijambiste qu’on nous décrit aligne les demi-finales dans des tournois qui ne lui sont pas favorables et dans un état de santé prétendu dramatique. Nadal c’est Garcimore  en plus musclé.

-          Feliciano Lopez mérite de figurer dans ce top, malgré sa performance contre Nadal qui rappelle celle de Gonzalez à New York face au même adversaire. Pourrie. Le beau et désormais brun Feliciano réalise sa meilleure performance en carrière dans un M1000, il faut le souligner. Pour un gars dont je n’avais plus entendu parler depuis son match de doux-dingue face à Roger à l’US Open en 2007, c’est la confirmation d’une appétence pour les tournois indoor de fin d’année.

-          Gilles Simon, si si si, j’insiste. Le joueur le plus musclé de la WTA fait une fin d’année d’un tout autre gabarit et que ses performances indigentes ne laissaient augurer il y a un mois encore. Sa démonstration face à cette tête de nœud de Berdych – j’ai craqué – restera comme sa performance la plus aboutie de l’année. Il pousse Djoko au bout de l’effort et s’incline les armes à la main. Clairement un joueur de fin d’année, un de ces dénicheurs de bonnes affaires à la fin des soldes. Ce n’est pas la bonne taille, pas le bon coloris, mais à ce prix-là on saute sur l’occasion.

-          Un petit mot sur Gaël Monfils qui s’avoue épuisé mais réalise une démonstration saisissante face à ce baudet de PHM, puis remporte un combat de rue face à Street fighter himself, j’ai nommé le Pitbull Lleyton Hewitt. Dommage qu’il s’arrête face à un très bon Ljubicic qui cette semaine vraiment ne faisait pas ses quatre-vingts ans.

En conclusion de ce tournoi, on ne peut que se dire qu’il était temps que cette épuisante campagne asiatique s’achève. La course au Masters revient vers des contrées plus usitées; mais plus que de géographie, c’est de médecine qu’il est question. Dans quel état allons-nous retrouver cette infirmerie itinérante à Bercy, tournoi calamiteux de sinistre mémoire s’il en est? Le Masters de Londres semble se dessiner avec la même palette de couleurs que l’édition précédente, décapitée de quelques pions essentiels et dont les remplaçants avaient été recrutés au noir sur un quai pluvieux de Manille. Wait and see.

Tags:

68 Responses to Jeu de massacre à Shanghai

  1. Franck-V 18 octobre 2009 at 14 h 28 min

    Pas encore lu, mais déjà..

    WAOWWWW le timing!

  2. Antoine 18 octobre 2009 at 14 h 40 min

    Damned: Karim a tiré plus vite que Lucky Luke ! Du coup je remets ici mon com sur cette finale et viendrais commenter un peu plus tard:

    Je trouve que ce tournoi ne finit pas trop mal puisqu’on a eu une bonne finale avec un super Davydenko. Cela m’a rappelé la finale de Miami l’an passé sauf que Nadal avait pris 4 et 1, alors que là, c’était beaucoup plus serré pendant un set et demi. Ce tournoi de Miami avait marqué le début de la période de domination de Nadal qui a duré un an en gros.

    Côté Nadal, la bonne nouvelle, c’est qu’il n’hésite plus à taper dans la balle au service et que ce n’est pas faute d’être capable de servir qu’il a perdu. En défense, il est vraiment très très fort. C’est amusant mais Nadal joue désormais la majorité de ses revers à une main et son slice de revers, inspiré de celui de Federer a dit tonton Toni, est un véritable poison qui retombe à dix ou vingt centimètres de la ligne mais qui, la plupart du temps, est suffisamment rapide pour que le type en face n’ose pas monter à contretemps au moment ou il le frappe, suffisamment lent et en plein dans l’axe pour ne pas donner d’angle et pour avoir le temps de se replacer. Pour gagner contre lui, il faut faire un grand match avec un très grand nombre de points gagnants comme aujourd’hui Davydenko: 35 en deux sets face à Nadal pour 38 fautes directes, c’est très très bon..

    Je crois que c’est surtout tactiquement que Nadal a perdu car Davydenko a pu appliquer son shéma tactique jusqu’au bout (l’enfermer sur son revers) sans que Nadal ne tente de le perturber avant qu’il ne soit trop tard. Trop attentiste Nadal qui ne parvient à marquer que 9 points gagnants (pour 23 fautes directes) et qui a joué plus de 90% de ses frappes en dehors du court, le plus souvent à 3 mètres derrière, tandis que Davydenko frappait la majorité des siennes dans le court. Nadal a donc fait l’essuie glace avec le talent que l’on lui connait mais il a fallu attendre qu’il soit mené 5-2 pour qu’il rentre dans le court et prenne des risques. Il marque d’ailleurs 3 de ses 9 points gagnants dans ce seul avant dernier jeu. Après avoir perdu le premier set, il aurait, bien sûr, dû changer de tactique, et quand il l’a fait, c’était trop tard…

    Ce qui m’a plu, c’est de voir que pour une fois Davydenko n’a pas craqué quand cela se tendait. Une autre chose qui m’a plu, c’est qu’un type d’un gabarit modeste démontre aisément qu’il se sert à rien d’avoir le gabarit de Tsonga pour faire avancer une balle..La puissance, ce n’est pas la question, ni le problème sur surface rapide: il s’agit de jouer vite et long et pour cela, rien de mieux de d’avoir un bon sens de l’anticipation et prendre la balle tôt en profitant de la puissance adverse. En court d’échange, la balle de Davydenko avait 10% de vitesse de plus que celle de Nadal..

    je m’attendais à une victoire de Nadal pensant que Davydenko n’aurait plus beaucoup de jus après sa demie face à Djoko mais il est frais le Russe. Il a vraiment très bien joué et battre ces deux là en deux jours montre qu’il est à son top. En ce qui concerne Nadal, plus que sa place en finale largement due aux défaillances de ses adversaires, son niveau de jeu est encourageant et nettement meilleur de la semaine dernière ou Cilic l’avait vraiment maltraité..A Bercy, on aura peut être du grand Nadal…

  3. Alex 18 octobre 2009 at 15 h 31 min

    Dans les tops aussi,le langage imagé de Karim,encore une fois très bon ! Je ferais juste mon Christian une seconde : « quatre-vingtS ans » comme ça se prononce et Fernando Gonzalezz mais ce dernier c’est cuit ça rentrera jamais lol..

    Mais..dites-moi,le Davy,il vient pas de prendre une sérieuse option pour Londres là..?

  4. Guillaume 18 octobre 2009 at 16 h 30 min

    Alors là, Karim, je dis respect ! Un article mis en ligne dès la balle de match, on appelle ça du travail de pro. Le passage sur « à la belle époque du Parti » est hilarant. Je note aussi que tu as fait de sacrés progrès en mise en page depuis ton premier essai ! Sniff, j’suis zému. Allez, j’attends ton opinion à propos de mon article sur Delpo et je te fiche la paix jusqu’à… allez, au moins jusqu’au mois prochain ;)

    C’est moi où Nikolay est abonné aux plus moches trophées de l’ATP ? Après le ventilateur à Hambourg, la jambe de Goldorak à Umag, voilà qu’on lui refile cette fois un porte-parapluie. Enfin… Au moins s’il ne sait pas quoi faire à la fin de sa carrière, il pourra toujours ouvrir un bric-à-brac.

    • Franck-V 18 octobre 2009 at 16 h 54 min

      T’as oublié la colonne de lavabo de hambourg ?

    • karim 18 octobre 2009 at 21 h 07 min

      Je ne me suis quasi pas connecté la semaine dernière, j’ai lu le JMDP sans pouvoir participer aux échanges qui ont suivi. L’article est implacable, voilà l’impression qu’il me donne. C’est rond et carré à la fois, ça glisse tout seul, ça dit tout sans rien omettre. En même c’est pas de jeu, tu es un pro!!!!!!!!!

  5. Marc 18 octobre 2009 at 16 h 35 min

    Il y a une justice, et c’est celui qui a pris des risques qui a gagné.

    9 points gagnants en 2 sets, c’est assez consternant pour un n°2 mondial.

    On a l’impression que Nadal revient à ses premières amours, le jeu de défense exclusiveent, 3m derrière la ligne de fond, et que la période 2008 – début 2009 durant laquelle il prenait le jeu à son compte n’était qu’une parenthèse.

    Je ne crois pas que Nadal gagne beaucoup de tournois s’il continue à subir le jeu et à se contenter de défendre, même s’il le fait très bien. C’est à la fois épuisant pour lui, et à mon avis inefficace contre les Djoko, Davydenko, Cilic, Delpo, Murray, pas gênés par les gros lifts de coup droit sur leur revers à 2 mains, et qui peuvent attaquer en coup droit et revers quasiment à plat sur les balles courtes, mettant Nadal à 3m de la balle.

    Comme Antoine, je suis content pour Davydenko qu’il ait été en mesure d’enchaîner contre Djoko et Nadal et de bien joue les points importants, sans craquer.

  6. Marc 18 octobre 2009 at 16 h 36 min

    Bravo à Karim pour son article, tout est bon, le fond, la forme et le timing !

  7. Antoine 18 octobre 2009 at 16 h 47 min

    Bon maintenant que j’ai lu cet excellent et très marrant tops flops, je n’ai pas grand chose à dire car je suis tout à fait d’accord avec ce qu’écrit Karim à quelques détails près:

    Je serais encore plus sévère sur le tournoi de Shangaï qui distribue 25% d’argent de plus que les autres MS pour ce résultat consternant. Il convient de rappeler que le nombre des spectateurs fait partie des conditions requises pour demeurer un MS (ou M1000 selon la nouvelle dénomination). Il y a deux ans, Bercy avait du prendre des engagements pour l’année suivante, à savoir faire un minimum de 100 000 entrées (ce qui a été fait l’année dernière). Shangaï a du terminer autour de 70 000 places sur la semaine. Jamais plus du quart ou du tiers des places occupées avant les demies..Ce piètre résultat a une cause Suisse: En Chine, et plus généralement en Asie, la Star, c’est Federer. Le public n’est visiblement pas assez mature pour se déplacer s’il n’est pas là…

    Je serais également plus sévère à propos de Monfils qui abandonne un match sans être blessé. lamentable..

    En revanche, je serais moins sévère pour Tsonga qui a certes perdu sans gloire mais perdre contre Soderling n’est pas un crime, surtout quand on a gagné un tournoi la semaine avant. De surcroît Tsonga a gagné le double avec Benetteau, en battant les n°1 mondiaux au passage, ce qui n’était pas arrivé à un joueur français en MS depuis Santoro il y a deux ans. Ce n’est donc pas si mauvais comme semaine pour Jo…

    Dans les Tops, j’aurais bien mis Ljubicic. A près de 80 ans (je n’ai pas vérifié l’info de Karim), il arrive à nouveau en quarts d’un MS cette année (4ème fois sur 8), soit une fréquence sur l’année qui égale celle de Tsonga, Simon et Monfils tous ensemble. Pas mal pour un fossile qui a démarré l’année au 55ème rang à l’ATP et qui avait une bonne chance de taper Nadal s’il ne s’était pas blessé, non ?

    • Franck-V 18 octobre 2009 at 16 h 58 min

       » le tournoi de Shangaï qui distribue 25% d’argent de plus que les autres MS  »

      Tu croyais que Davy s’arrachait à sortir Djokovic et Nadal dans la foulée pour le prestige de Shanghaï? :-)

  8. Le Chat de Schrödinger 18 octobre 2009 at 17 h 13 min

    [Au lieu de ça on se tape des affluences inférieures à celle des derniers championnats du monde de macramé à Tirana...les joueurs sautent comme des fusibles branchés sur le réseau électrique de Conakry ]

    Très bon Karim !

    Le cas Nadal m’interpelle. Je trouve que sa balle n’avance plus en coup droit et tactiquement, il s’est fait avoir comme un cadet par un Davy qui l’a enfermé sur son revers. Il fait clairement moins peur qu’avant et les autres n’hésitent plus à lui rentrer dans le lard.

    Problème de confiance ? Baisse physique ? Il reste impérial dans la défense droite-gauche mais ne parvient plus à renverser le sens des échanges, ce qui faisait sa grande force.

    Selon moi, si Davy n’avait pas dévissé en coup droit quand il menait 4-2 dans le premier set, c’était 2 et 2 pour ce bon Rafa. De plus à 4-4 le Russe était à l’agonie et Nadal n’en a pas profité. J’ai l’impression qu’il manque quelques pignons à la machinerie qui ne parvient plus à passer la surmultipliée comme avant.

    Face à des Del Potro, Djokovic, Murray, Cilic, Davydenko dans un « jour honnête » Nadal ne semble pas (ou plus) avoir de plan B. C’est là qu’on se rend compte que le tennis de ce type est avant tout basé sur une énorme combustion d’énergie mentale et physique. Après avoir passé 6 ans à faire l’essuie-glace sur tous les courts du monde, l’ami Rafa semble quand même au bord de l’implosion.

    D’un autre côté, à part en 2008, la carrière du joueur est familière de gros trous d’air entre Wimbledon et Monte Carlo. Il peut revenir plus fort, mais en face de lui il n’a pas que le revers de Federer qu’il peut martyriser à sa guise mais toute une armada de jeunes loups qui me paraissent tout bonnement plus plus forts que lui, du moins sur dur…

    Je ne le vois pas gagner en Australie, la saison sur terre 2010 risque d’être capitale pour lui. Il a été quasiment invincible pendant 5 ans. Tout autre résultat que gagner Roland et 2 ou 3 MS sur la surface pourrait être interprété comme un déclin…

  9. MarieJo 18 octobre 2009 at 17 h 55 min

    bon, rafa a raté l’occasion sur sa balle de set, lob au lieu d’un passing long de ligne… mauvais choix ! après comme le souligne le chat, le sentiment que sa balle n’avançait plus assez… fatigué ou manque de confiance ? je ne suis pas d’accord avec l’analyse de karim évidement, il y a bien plus pleureuse de bobos sur le circuit que lui…
    davydenko est un des joueurs qui lui a posé toujours le plus de problèmes, et même si le H2H lui est encore favorable, sur dur davy lui passe devant avec 3-1 en sa faveur avec sa victoire d’aujourd’hui.
    c’est vrai que le trophée est moche… mais bercy a quand même réussi encore mieux avec son espèce de metal contorsionné… tu peux même pas t’en servir comme ventilo ou porte parapluie, la lose totale, non ?

    • Franck-V 18 octobre 2009 at 18 h 15 min

      à Bercy c’est un porte-serviettes, ça peut être utile aussi :-)

      Mais Davy l’a déjà celui-là.

      Plus sérieusement, c’est censé représenter un arbre dont chaque branche porte le nom des vainqueurs de l’épreuve.

    • MarieJo 18 octobre 2009 at 18 h 22 min

      nikolay a l’arbre de fanti, pas l’immonde truc que jo soulève comme haltères !

      http://www.rfi.fr/sportfr/images/107/432Tsonga12.jpg

      à part attrape mouches à condition qu’une araignée y tisse sa toile je voie pas ;)

      • Franck-V 18 octobre 2009 at 18 h 48 min

        argg en effet,ça fait peur il m’avait échappé celui-là.

        Des haltères? Oui, mais bon, mais Davy ne fait pas de muscu, c’est râpé pour Bercy:-(

        J’en étais resté au premier trophée, moi.

      • MarieJo 18 octobre 2009 at 19 h 07 min

        franchement on devrait faire le top 10 des trophées les plus moches, le conehead vert du trophée de metz devrait être sur la liste aussi !
        avec le vase en céramique d’estoril… la tradition ok, mais je donnerais cher pour savoir où trône celui gagné par nalby en 2007

        http://farm2.static.flickr.com/1130/1321293517_19c0a3dc53.jpg?v=0 :)

      • Franck-V 18 octobre 2009 at 19 h 25 min

        N’empêche qu’on voit bien que Davy est envieux car…

        CéKiKya la plus grosse?

        C’est Roger, huhu

        http://cornedbeefhash.files.wordpress.com/2008/04/roger-federer-final-estoril081.jpg

  10. MarieJo 18 octobre 2009 at 18 h 19 min

    pour ceux que ça interresse les points ATP en cours à la fin de shanghai…
    http://www.barclaysatpworldtourfinals.com/en/home/

    plus les perspectives de points à défendre :

    http://www.elmundo.es/elmundodeporte/2009/10/18/tenis/1255852011.html#masters

    pour info, jo et cilic ne peuvent plus marquer de points en series 250, bref Bercy sera sans doute le tournoi qui décidera du voyages à londres, en plus des éventuels blessés comme roddick.

  11. benja 18 octobre 2009 at 18 h 43 min

    bravo à Davydenko, deuxième tournoi important sans une finale de Fed ou Nadal, ça fait un bien fou au tennis.

    Ca doit faire 5 ans que ce n’était plus arrivé ça, un GC puis un Masters séries non gagné par un des deux. Je préfère ça.

    Les blessures, la fatigue, c’est la même chanson chaque année.

    J’ai eu la chance de vivre le double abandon simultané de FEd et Nadal en live l’an passé, depuis les abandons ne me font plus d’effet, ç’est ça le sport de haut niveau.

    Allez vivement Bâle pour voir un vrai tournoi :-)

    • Franck-V 18 octobre 2009 at 18 h 52 min

      « Ca doit faire 5 ans que ce n’était plus arrivé ça, un GC puis un Masters séries non gagné par un des deux. »

      Ben AO 08 Djokovic bat Tsonga et Miami 08 Davy bat Nadal justement.

      Je sais pas, je ne vois que ça.

  12. Antoine 18 octobre 2009 at 18 h 48 min

    J’en ai ma claque de la retape insensée que fait l’ATP pour promouvoir le Master’s comme si c’était l’évènement majeur de l’année avec compte à rebours, annonce des qualifiés, de la « course » de ceux qui essaient de se qualifier encore, présentation du lieu « magique » ou se tient la compétition etc..

    Le Master’s n’est rien d’autre qu’un vulgaire MS joué à 8 ou comme dans les MS, les 8 meilleurs ont cinq matchs à gagner pour rafler la mise, avec le droit de perdre un match en plus..

    Le Master’s, c’était qq chose quand cela se jouait au Madison Square Garden en janvier, après la trève hivernale, au moment ou les joueurs étaient en forme. Aujourd’hui, ce n’est plus qu’une simple histoire de (très) gros sous, en raison du prize money, en raison du bonus à répartir entre les qualifiés et en raison du fait que les directeurs de tournois 250 et 500 se déplacent pour rencontrer les agents des joueurs pour fixer des contrats offrant aux joueurs des « garanties » contre leur présence dans leurs tournois. En plus, la finale n’est même plus en trois sets gagnants.

    Au finale, ce n’est guère mieux qu’un MS ou les 8 têtes de série parviennent en quarts comme c’est arrivé cet été…

    Cela ne mérite pas tout ce foin…

    • Franck-V 18 octobre 2009 at 19 h 08 min

      En ce temps-là, chers petits amis,

      L’AO se disputait juste avant la Coupe Davis en Décembre et le gratin se retrouvait après les fêtes, dans de cordiales retrouvailles, pour entamer l’année en disputant le Masters couronnant l’année précédente.

      Ivan Lendl ne faisait jamais la fête lui,il en profitait pour s’entraîner, avec de rigueur, le footing dans la neige avec ses bergers allemands la nuit du réveillon.

      Ce qui explique qu’il était souvent l’Ivan Drago du MSG et que niveau bourre-pifs, y’a eu une tripotée d’Apollo Cread qui ont mangé sévère.

    • Jérôme 19 octobre 2009 at 8 h 04 min

      Antoine, tu exagères un peu. :-)

      Ca fait un sacré bail que le Masters ne se joue plus en janvier. Le Becker-Lendl somptueux de 1988, c’était déjà en novembre et c’était encore au Madison Square Garden. Le Sampras-Becker de 1996, c’était à Hanovre et c’était formidable.

      Le Masters, ça n’a jamais été plus que 5 matches à enfiler. Mais la différence fondamentale par rapport aux tournois dis MS par un mélange de tromperie et d’usurpation, c’est que chaque match se joue forcément contre un des 8 meilleurs mondiaux (nonobstant les forfaits), alors que dans un MS, on commence contre un type qui tourne autour de la 30ème ou 40ème place mondiale.

      C’est pour cela que le Masters, le seul qui mérite une majuscule, est supérieur à tous les MS et se situe en termes de prestige juste en dessous des tournois du GC. Du début des années 70 jusqu’en 1983, une victoire au Masters avait clairement plus de valeur qu’une victoire à un open d’Australie dévalué car déserté par les meilleurs.

  13. Thomas 18 octobre 2009 at 19 h 48 min

    Magnifique, comme d’habitude un article très agréable à lire. J’ai beaucoup apprécié le passage sur le « régime ». Enorme!!

    Tiens, en parlant des trophées, est ce qu’il existe un site ou l’on puisse tous les voir, avec si possible un petit historique ou explicatif?? (Au moins pour les GC ou tournoi important)

  14. Pierre 18 octobre 2009 at 21 h 24 min

    Très bon, Karim, très bon, tu as déjà mis les pieds à Shangaï, n’est-ce pas, le côté Gotham City et tours de verre ne t’a pas échappé ? Le côté coco VS pognon non plus ?
    Rien de bien palpitant dans ce tournoi, hormis le tennis joué par Davydenko : du rythme des 2 côtés avec une résistance permanente aux accélérations adverses (vrai contre Djokovic, superbe match, et vrai aussi contre Nadal, qui retrouve l’ennuyeux tennis de défense qui l’a porté aux nues). Voilà la bonne surprise de fin d’année : le moineau russe a joué fort avec beaucoup d’intelligence. C’est vrai qu’il ne volleye pas très bien, mais il est quand même monté. Ce tennis là, quand il est pratiqué par un homme au physique proche de Michel Blanc période Bronzés, a quelque chose de stupéfiant : ce mélange de légereté et de punch semble alors le rendre délicieusement intouchable. Au risque de me répéter, cela m’a plus plu que le Del Potro de l’US Open.
    Quant à Nadal, le voilà atteint mentalement : il reconstruit doucement les bases de son jeu défensif mais n’est plus intouchable. Il lui manque sans doute une grosse victoire sur Fed pour se refaire un mental ! D’un autre côté, comment se reconstruire un mental d’acier avec un short à carreaux…?
    C’est justement Fed que j’ai hâte de revoir jouer, s’il n’a pas la flemme de se déplacer à Bercy, le tournoi parisien pourrait peut-être y gagner une intensité qu’il n’a jamais vraiment eue.
    Quant au Masters, pareil qu’Antoine : ça rimera pour toujours avec Madison Square Garden…au meilleur des cinq sets.

    • karim 18 octobre 2009 at 21 h 57 min

      « comment se reconstruire un mental d’acier avec un short à carreaux…? »

      cultissime.

      Sinon jamais mis les pieds à Shanghai. Voilà à quoi ça sert de passer son temps télévisuel entre Voyage, planète thalassa et cuisine TV (à elles trois 90% de mon temps passé devant le petit écran de lundi à vendredi). Y’avait un super docu (encore un) sur Shanghai vendredi soir sur planète, suis tombé dessus par hasard, dites moi pas que c’est pas vrai me suis-je exclamé!!!

      • karim 18 octobre 2009 at 21 h 59 min

        sur voyage le docu je voulais dire.

        J’ai un vrai faible pour les docus sur l’Asie et l’Océanie. Quand j’irai, ce sera en aller simple.

        • Antoine 18 octobre 2009 at 22 h 00 min

          Aller simple pour Shangaï, cela fait un titre ça, non ?

    • Antoine 18 octobre 2009 at 21 h 58 min

      Je ne pense pas du tout que Nadal soit atteint mentalement par cette défaite, au contraire..

      C’est un bon tournoi pour lui: il ne va pas si souvent que cela en finale d’un MS sur dur; il a, à mon avis, très sensiblement progressé par rapport à la semaine dernière ou par rapport à son niveau de l’US Open. Il a retrouvé son service, ce qui n’est pas vraiment un atout, mais ce qui n’est plus un handicap. IL manque encore de compétition et n’ose pas faire ce qu’il doit faire, c’est à dire prendre plus de risques sur surface rapide. Je crois qu’il joue Valence avant Bercy..J’attend et j’espère un grand Nadal à Bercy !

      • Jérôme 19 octobre 2009 at 8 h 17 min

        Entièrement d’accord sur ce point. Regardez les résultats de Nadal sur les tournois d’octobre/novembre les années passées (pas seulement en 2008 où il avait des pépins physiques mais aussi en 2007, 2006), et vous verrez que faire une finale dans un tournoi à cette période de l’année, c’est tout à fait en ligne avec les résultats habituels de Nadal.

        On est juste en train de réaliser à nouveau que Nadal n’est pas le meilleur joueur sur surfaces rapides et qu’il y est prenable, comme il l’a toujours été, sauf à 2 très brèves périodes :
        - juillet/août 2008,
        - fin janvier/mars 2009.

        2 périodes où il a tapé plus violemment dans son physique qu’il ne l’avait jamais fait et dont il paie de plus en plus le prix : on l’a vu dès la fin de l’été 2008 et on le voit à nouveau depuis la fin du printemps 2009.

        Ce n’est pas faire injure au bonhomme que de dire qu’on peut difficilement être le meilleur joueur de TB parce que le meilleur défenseur d’une part, et qu’on ne peut pas autre part être le meilleur sur surfaces rapides.

        Ca remet en perspective les victoires de Nadal à l’OA et à Wimbledon : elles étaient d’autant plus méritoires et exceptionnelles que Nadal n’est pas le meilleur sur surfaces rapides.

        Je pense que personne n’a autant que Nadal la capacité à aller chercher au fond de lui-même des victoires improbables. C’est son fameux mental qui n’est pas du tout atteint. Nadal a un côté chasseur. Il guette la proie et l’occasion.

  15. karim 18 octobre 2009 at 22 h 01 min

    Qui a vu Santoro hier soir chez Ruquier? Cette larve de Zémour qui essaye de lui arracher l’aveu du dopage de Nadal, c’était suant de bassesse. Il aurait léché le cul du même Nadal s’il était dans le fauteuil de l’invité. Qui a vu ça?

    Et Santoro quand il parle de joueur qui a pris 6kgs de muscles et doublé son volume de bras pendant l’hiver, il ajouterait « Monfils » que sa phrase n’en serait pas plus complète.

    Pour Tsonga le Masters c’est loupé.

    • Franck-V 18 octobre 2009 at 22 h 57 min

      En tout cas y’en a un qui bavait de concupiscence quand Santoro disait que les latins se balladent à poil dans les vestiaires, c’était Ruquier: « Nadal?? Nadal??? hein!! hein!! »:-)

      La vidéo est sur DM.

    • Hasek 18 octobre 2009 at 23 h 07 min

      Ouais j’ai vu ça, bon c’est du Zemmour quoi.
      J’ai largement préféré l’émission d’il y a 2 semaines où il s’est fait rétamer par Tareq Ramadan^^. En plus, Zemmour avait la prétention de lui apprendre la langue français dans le genre « Toi y en a comprendre moi ». Résultat, Zemmour s’est tapé une grosse tehon en direct live, ça valait le détour :D

      Sinon, pour revenir au sujet, bon article qui résume bien le tournoi même si j’ai 4 objections:
      - Melzer, un Chardy qui fait tout moins bien, ça reste à prouver, mais bon, ça on s’en fout :D
      - Ljubicic a certes pas mal baissé au classement mais il a encore sorti de gros matchs en 2009, victoire sur DelPo, Simon (2 fois), Soderling, Tsonga. D’ailleurs, le Croate remonte peu à peu puisqu’il a obtenu son meilleur classement depuis juillet 2008 (37ème actuellement, il devrait encore monter vu qu’il a quasi rien à défendre)
      - Cilic perdant face à Berdych me parait pas honteux, suffit de voir la CD.
      - Le retour de Nadal reste à voir, deux abandons + 1 blake hors de forme, ça fait pas un bon tournoi

  16. Jean 18 octobre 2009 at 22 h 29 min

    Bon, bah les autres ont déjà tout dit. Davy énorme, Nadal presque comme avant 2008, à caler dès le premier Top10 sur dur, mais en progrès notables en revers slicés.

    Un truc qui m’énerve depuis un moment, c’est le droit donné aux joueurs d’appeler le kiné et d’interrompre le match pour un gargouillis dans le ventre, une ampoule au genou, ou un caillou dans a chaussure. La largeur de la règle devient ridicule, autant que l’étroitesse de celle sur les comportements sur le court, si on ajoute à ça les interruptions dues au hawkeye, c’est parfois à se demander si on assiste réellement à un match. Ça fait un nombre incalculable de fois que je vois le kiné se pointer, discuter avec le joueur 3’, et repartir après n’avoir quasiment rien fait, ça devient ridicule, il faut absolument restreindre ces interventions aux cas de nécessité. J’ai vu récemment l’épisode de la banane de Nadal contre PHM, c’est cultissime !

    • karim 18 octobre 2009 at 22 h 33 min

      Quel épisode de la banane?

    • Jean 18 octobre 2009 at 22 h 53 min

      http://www.youtube.com/watch?v=ZLVy77i7hxw

      C’est pas contre Nadal, c’est juste pour prendre un exemple. Lopez aussi, j’ai jamais vu qu’une ampoule au pied demandait une confession de 3’ et le pansement, il aurait pu se le mettre tout seul.

      • colin 18 octobre 2009 at 23 h 03 min

        Je ne peux pas lire ton post, j’ai une banane dans l’oeil…

  17. colin 18 octobre 2009 at 22 h 35 min

    Super-top l’article, me suis bien marré comme d’hab.

    Du coup je me régale à l’avance d’une possible retranscription de la future finale de la Coupe Davis par Karim : Berdych / Verdasco, voilà une affiche qui devrait l’inspirer !

    Pas vu la finale, juste un bout de la demie entre Davyd et joko, donc je me tairai.

    Finalement les deux derniers épisodes de cette tournée asiatique auront eu au moins une vertu : celle de permettre aux vaincus de 2008 (Djokovic à Pékin, Davydenko à Shanghaï) de revenir sur le lieu de leur défaite et, cette fois, d’enlever la mise (dans un contexte, il est vrai, nettement moins glorieux).

    • Franck-V 18 octobre 2009 at 22 h 53 min

      Moi, j’attends avec impatience le Tennis Race World Championships pour Shanghaï, ça va y aller les sorties de route et les chicanes loupées :-)

    • colin 18 octobre 2009 at 23 h 05 min

      Heureusement dans les GP indoor, les sorties de piste ne sont jamais trop douloureuses.

  18. colin 18 octobre 2009 at 23 h 25 min

    Haut de tableau cocasse à Moscou : 1er tour Davydenko / Safin. Et le vainqueur affrontera au 2ème tour le vainqueur du match Korolev / Kunitsyn. J’imagine assez bien le vieux Tarpischev sur la chaise de juge arbitre…

    Entre celui qui veut marquer un max de points en vue des Masters, et l’autre qui veut sûrement bien figurer dans son dernier tournoi à la maison… Si j’étais cynique, je me demanderais lequel va faire cadeau du match à l’autre… Mais je ne le suis pas.

    • Antoine 19 octobre 2009 at 7 h 55 min

      C’est la dernière bonne occasion pour Safin..

  19. Antoine 19 octobre 2009 at 9 h 47 min

    Voilà une nouvelle qui va faire plaisir à Karim: Simon est enfin sorti du top 10, perdant deux places et se retrouvant donc 12ème, juste devant Cilic et Stepanek.

    Davydenko gagne deux places et se retrouve 6ème.

    Ljubicic en gagne 18 et se retrouve désormais 28ème. Baggy en gagne 21 et passe à 66.

    Enfin, la plus forte chute parmi les 80 premiers est à porter au crédit de Richard Gasquet qui perd 15 places et se retrouve 72ème…

    • karim 19 octobre 2009 at 10 h 14 min

      Gilles Simon ne serait plus dans le top ten? Fichtre! Le fait qu’il y soit resté un an est le plus gros scandale depuis l’affaire Lewinsky.

      • Antoine 19 octobre 2009 at 10 h 27 min

        Tu vas nous faire « Petits meurtres entre amis à Bercy » Karim ?

  20. Le Chat de Schrödinger 19 octobre 2009 at 13 h 08 min

    Vous êtes un peu dur avec Simon. Dans l’esprit, c’est un joueur qui ne lâche rien et qui avec les moyens du bord optimise son potentiel à 400%. De plus un type qui malgré une melonite en phase terminale est toujours intéressant à entendre parler lors des ITV.

    • rony 19 octobre 2009 at 13 h 10 min

      en + simon c’est santoro en mieux ;)

  21. rony 19 octobre 2009 at 13 h 09 min
    • Fabien 19 octobre 2009 at 13 h 32 min

      Désolé mais la photo date un peu. Ca c’est quand il était junior, il y a bien cinq ans de ça.

    • Franck-V 19 octobre 2009 at 13 h 52 min

      Je crois que ça date de l’AO 08.

      ça avait impressionné tout le monde.. sauf Tsonga.

      Néanmoins, ça a plus fait ses preuves pour la suite de la saison..

    • Antoine 19 octobre 2009 at 15 h 07 min

      Est ce une photo de Nadal ? Je veux dire une photo réelle et non retouchée..J’ai peine à y croire tant il n’a jamais ressemblé à cette espèce de monstre body buildé…

    • Guillaume 19 octobre 2009 at 15 h 18 min

      C’est pas Schwarzy dans Conan le barbare, ça ?

  22. rony 19 octobre 2009 at 13 h 26 min

    Depuis quelques temps j’ai remarqué qu’il faut posséder un revers slicé ou choper,des armes anti soderling ou davydenko.
    Soderling s’est fait manger de cette façon par lopez.
    Tres peu de joueurs savent l’utiliser,et des gars comme simon,ou mieux soderling ne savent meme pas comment ça marche.

  23. Le Chat de Schrödinger 19 octobre 2009 at 13 h 28 min

    Whaoo ! Mes moustaches en frémissent…
    T’es sur que c’est pas une nouvelle production Marvel. Ca sent un peu la retouche, non ?

    • rony 19 octobre 2009 at 13 h 33 min

      possible,mais il me semble quand meme qu’il était plus de ce genre là.

    • karim 19 octobre 2009 at 17 h 56 min

      Je ne pense pas que la photo soit retouchée. En fait On fait souvent l’amalgame entre volume musculaire et définition musculaire. Un gars comme Monfils est encore plus sec et strié que Nadal, et dans les mêmes conditions donnerait une photo encore plus impressionnante. Mais en volume Tsonga par exemple est plus balaise. Mais moins dessiné, noueux, sculpté. Nadal sur la Photo n’est pas différent de ce qu’on devinait sous ses polos y’a deux ans.Et l’angle sous lequel le cliché est pris donne une fausse impression de Hulk. J’ai déjà du des photos de Rafa torse nu, il est musclé c’est clair, mais n’a pas le volume d’un rugbyman c’est clair. Certains coureurs de 100m sont beaucoup plus impressionnants encore.

  24. Sam 19 octobre 2009 at 13 h 39 min

    Une fois de plus, l’auteur s’acharne SCANDALEUSEMENT sur Marat Safin, qui n’a pourtant pas besoin de ça tant il ressemble de plus en plus à Elvis en 76.

    Un paquet de bonnes nouvelles à l’ATP: Simon -2, Monfils -1, Karlovic -13, Ginepri -27, Ascione +12.

    • MarieJo 19 octobre 2009 at 15 h 46 min

      sam, on a ton article dans les starting blocks, tu a un com’ de fin de tournoi à ajouter ? allez ne fait pas ton timide !

  25. Sam 19 octobre 2009 at 17 h 43 min

    Aiieaiie, je m’y met ce soir, je refais les copiécollés que vous avez peut-être déja fait, je trouve même une photo, et je ferai concurrence à Bercy !

  26. rony 19 octobre 2009 at 20 h 07 min

    Je pense que karim avait préparer deux articles selon le gagnant du jour et il à juste appuyer sur envoyé apres le match .
    Bien joué mec 8|.

    • karim 19 octobre 2009 at 22 h 55 min

      J’ai écrit l’article à 90% samedi aprem. Et pour Nadal et Davy j’avais mis trois petits points en guise de paragraphes. Je les ai laissés à 5-4 le matin en allant au supermarché, et quand je suis rentré de mes courses Davy avait plié l’affaire. J’ai mis 15 min pour boucler les deux petits paragraphes, la mise en page et poster le tout. Et le tour était joué. Je me disais que j’avais promis quelques papiers jamais délivrés au Chef (Guigui le Gredin) alors sur celui-là si je ne voulais pas être blacklisté j’avais intérêt à le poster.

      Oui, Guillaume est méchant. Et me fait peur. Sur le mail, et à votre insu, il se livre à la torture psychologique, au harcèlement moral et au matraquage encéphalique. Je fais mon coming out, Guillaume est très cruel en coulisse. Sur 15-LT il nous sourit et attire le chaland, mais en coulisse c’est nettement moins rose pour sa ménagerie. Mari Jo est rentrée plusieurs fois aux urgences, la dernière fois elle avait son fémur en pendentif autour du cou.

      • Franck-V 20 octobre 2009 at 0 h 36 min

        Après cet exploit de Karim, Guillaume est bien obligé de convenir de bonne grâce que Sampras est définitivement le GOAT , la preuve, son jouet favori était le Sacha Distel Ibère .

        Poussant la plaisanterie jusqu’à le placer sur orbite pour le titre de Maître des maîtres 98 (lol),il avait mis Dédé au parfum, et gourmandise raffinée le consacrant définitivement devant tout le circuit comme terreur sur dur à Scottsdale en 2000. Alex s’éxécuta sans moufter.

        Néanmoins, le momentum reste évidemment pour l’éternité la meilleure farce sur gazon de l’Histoire, dans un match de Coupe Davis bien sûr sans conséquence quant à l’issue de la rencontre, faut quand même pas déconner; même quand on a envie de rigoler comme Pete, on ne va pas impliquer les intérêts supérieurs de la patrie.

        Corretja y bat donc le septuple vainqueur de Wimbledon… presque comme Krajicek!

        J’ai toujours pensé à une vengeance personnelle et très mesquine à l’égard du Néerlandais .

        Après cela, certains prétendront que Sampras n’avait aucun humour.

        Dans d’autres circonstances après tout ces exploits, on aurait pu voir Alex acrobate tout terrain, joueur ultime du millénaire à venir….

        Mais précaution initiale avant tout ça, Sampras pour établir les règles du jeu mit un point d’honneur à ne jamais laisser la moindre chance à l’Espagnol sur terre battue, la meilleure surface d’Alex, la pire de Pete, afin que le second degré soient bien saisis par les plus incorruptibles sceptiques et de bien définir les rôles.

        Alex, garçon intelligent, a d’emblée accepté son destin d’être la chose du Grec selon son bon plaisir, je gagnerai donc quand le Maître le décidera, quand je l’aurai fait rire, pas autrement. Il fera de moi, le roi d’un jour.

        Comment est née cette allégeance spontanée? Nul ne le sait, mais on ne peut que la constater.

        bien, comment on change d’IP pour ouvrir un nouveau compte, ici?

    • colin 19 octobre 2009 at 23 h 36 min

      Sam sait maintenant ce qui l’attend s’il ne nous livre pas très vite son article sur le challenger de Rennes.

  27. Sam 19 octobre 2009 at 23 h 55 min

    Ayé ayé j’y suis presque pas taper (hop, copié, collé, la jolie photo, et zou: sportvox).

  28. Guillaume 20 octobre 2009 at 18 h 37 min

    On parle beaucoup de son bouquin (pas inintéressant, d’ailleurs. J’en ai lu quelques pages, et c’est bien au-dessus de ce que produisent généralement les sportifs qui se lancent dans l’exercice), mais le père Santoro, lui, semble garder en tête qu’il a encore quelques matchs à livrer. Aujourd’hui, il a battu un Kuznetsov dont je me demande s’il a un lien de parenté avec Svetlana. Et c’est à peu près tout pour les actus de la journée, si l’on omet que Joachim Johansson a encore battu un Australien et que Sorana Cirstea va prématurément faire blanchir la chevelure de Jean.

    Ah si, l’autre info du jour : Grigor Dimitrov, le « Federer bulgare », se cherche désespérement depuis son super tournoi de Rotterdam, en début d’année. Il s’est fait laminer (6/0 6/2) au premier tour du tournoi de Stockholm par Jarkkho Nieminen.

  29. fieldog38 20 octobre 2009 at 18 h 45 min

    Clap, clap ,clap! Karim ton humour fait toujours mouche. Certains passages sont cultissimes.

    En revanche, je vois que ton aversion pour le grand Marat est irrévocable. Il faut dire qu’en ce moment le bougre se donne du mal pour te donner raison…

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis