Signes avant-coureurs

By  | 20 mai 2009 | Filed under: Regards

Crédit : DR

Crédit : DR

Monte-Carlo ou Rome ? Toronto ou Cincinnati ? La question se pose : comment interpréter les résultats des tournois de préparation aux épreuves du Grand chelem ? Quelles sont les victoires qui mettent en évidence ceux qui brilleront lors des tournois majeurs ? Probablement pas de vérité ni de règle à ce sujet, juste un peu de statistiques.

 

Le principe ici est le suivant : nous analysons le dernier carré des tournois de préparation et le dernier carré du tournoi du Grand chelem qui va suivre. Tout joueur présent en demi-finale de chacun des deux tournois donnera un point au tournoi de préparation. Exemple : les demi-finalistes de Monte-Carlo 2008 étaient Rafael Nadal, Roger Federer, Novak Djokovic et Nikolaï Davydenko. En demi-finale de Roland Garros la même année, on a retrouvé les mêmes Nadal, Federer, Djokovic, auxquels est venu se joindre Gaël Monfils. Monte-Carlo obtient donc trois points en 2008. Nous ajoutons un point de plus si le vainqueur du tournoi de préparation devient le vainqueur du Grand chelem qui va suivre. Nadal vainqueur en 2008 à Monte-Carlo et a Roland-Garros donne un point de plus au tournoi monégasque.

 

Nous reprenons ici les résultats statistiques cumulés sur 19 saisons, de 1990 à 2008. 1990 a été choisi comme point de départ car c’est la date d’introduction des Masters Series, système qui a fortement nivelé les tournois de préparation au Grand chelem. Aucune donnée n’a été retenue pour l’Australie, car il n’y a pas vraiment de tournoi de référence, ni réellement de saison de préparation.

tableau-recapitulatif

Terre battue

Ce n’est vraisemblablement qu’une demi-surprise : le tournoi phare de la saison sur terre battue, celui qui révèle les joueurs qui brilleront Porte d’Auteuil, c’est Monte-Carlo. 31 points au total, Monte-Carlo est non seulement le tournoi de préparation le plus significatif, tous Grands chelems confondus, mais surtout, depuis 1990, il a couronné neuf fois le futur vainqueur de Roland Garros (soit près d’une année sur deux). Curieux tout de même qu’avec un tel palmarès le tournoi ait été presque évincé des Masters Series l’an dernier.

Et pourtant, ce tournoi est positionné très tôt dans la saison : six semaines en général avant Roland Garros. On serait tenté de penser qu’il est difficile de présager de ce que sera l’état de forme des champions un mois et demi plus tard. Mais la terre battue a ses règles, et c’est celui qui démarre le plus tôt qui a toutes les chances d’arriver le premier. La terre battue a surtout ses spécificités : celle de Monte-Carlo, selon les joueurs, est la plus proche des caractéristiques du court Philippe Chatrier. La vitesse, la hauteur du rebond y sont pratiquement les mêmes.

A l’autre extrême, le Master Series de Hambourg ressemble à une exhibition tant ceux qui l’animent disparaissent très vite des tableaux de Roland-Garros. 19 modestes points et deux fois seulement en 19 saisons le vainqueur d’Hambourg a été couronné Porte d’Auteuil. Les conditions de jeu y sont très différentes : il y fait un temps épouvantable et froid, et le toit rétractable, le plus souvent fermé, accélère artificiellement une terre battue au rebond réputé plus bas. D’autre part, Hambourg souffrait d’un calendrier qui le positionnait au lendemain du Master Series de Rome, si bien que les finalistes de Rome ne faisaient même pas le déplacement certaines années.

 

Madrid qui remplace cette année Hambourg a t il une chance de devenir plus significatif ? Vraisemblablement pas. Malgré un calendrier plus clément (une semaine de repos après Rome), Madrid au contraire réunit toutes les caractéristiques du tournoi le plus exotique de la saison sur terre battue. Altitude, vitesse de la surface, conditions proche de l’indoor, le nouveau Master Series semble destiné à couronner à l’avenir les seconds couteaux de la terre battue. Les descendants des Carretero, Portas et autre Aguilera, vainqueurs oubliés du Master Series de Hambourg, ont de fortes chance d’inscrire leur nom au palmarès du tournoi de Ion Tiriac.

 

Gazon

L’analyse de la saison sur gazon d’avant Wimbledon, très courte, se limite à deux tournois qui ont le désavantage de se jouer en même temps : le Queen’s et Halle.

Halle malgré l’intérêt qu’il semble dernièrement susciter est un tournoi insignifiant. En fait, seule la présence régulière de Roger Federer l’a mis sous les projecteurs. Sur les 10 points ici obtenus par Halle, 9 sont dus au seul Federer qui l’a choisi depuis 2002 comme unique préparation a Wimbledon. En dehors du Suisse, seul Patrick Rafter était parvenu à briller dans la même saison sur les courts en gazon allemands et anglais.

Bien entendu, le vrai tournoi de référence pré-Wimbledon, c’est le Queen’s. 26 points au total, soit autant que la moyenne des Master Series ici représentés. Le Queens curieusement ne s’est pas vu attribuer le statut de TMS en 1990. Pourtant, il est à tous points de vue l’équivalent de Monte-Carlo pour le gazon : il se joue dans le même pays que le Grand chelem qui va suivre (et dans la même ville), sur la même surface, dans un lieu qui allie prestige, histoire et palmarès. Son palmarès qui n’a rien a envier à Wimbledon. Dans les années 80 et 90, l’enchaînement victorieux Queen’s-Wimbledon était un classique réussi par les plus grands champions herbivores : Connors, McEnroe, Becker, Edberg, Sampras l’ont tous fait et souvent plus d’une fois.

Aujourd’hui le tournoi a perdu de son lustre et, depuis 1990, le vainqueurs du Queen’s n’a soulevé que quatre fois la coupe de Wimbledon, Nadal étant le dernier en date. Malgré tout, ceux qui brillent sur le gazon londonien du Queen’s club restent ceux que l’on retrouve le plus souvent dans le dernier carré de Wimbledon trois semaines plus tard.

 

Dur US

Difficile de tirer des conclusions sur la saison de dur US. La seule évidence est qu’il n’y a que deux tournois qui comptent véritablement : ce sont, sans surprise, les Master Series du Canada et de Cincinnati. Les conditions de jeux sensiblement identiques entre les deux tournois permettent difficilement de les hiérarchiser. Cincinnati obtient plus de points (31), mais c’est le vainqueur de l’open du Canada qui a le plus souvent été couronné à l’US Open (6 fois).

 

Conclusion

Monte-Carlo, le Queen’s et Cincinnati. C’est le tiercé gagnant des tournois à surveiller à l’approche des épreuves du Grand chelem. Ils révèlent le plus souvent l’identité des joueurs qui vont animer les épreuves majeures. Même si, bien entendu, tout cela ne reste que de la statistique…

 

 

About 

Tags:

15 Responses to Signes avant-coureurs

  1. Franck-V 20 mai 2009 at 9:00

    Intéressant.

    Avant McEnroe en 81, le Queen’s avait la réputation de chat noir, son vainqueur ne s’imposant jamais ensuite à Wimbledon.

    Bien sûr, Mc Enroe (4) et Connors (2) ont infirmé cela les 1ers, ainsi que Becker (4), Edberg ou Sampras (2)… mais il n’en demeure pas moins que Lendl l’a gagné 2 fois… dont une en battant Becker!

    Quant à Roddick et Hewitt, être quadruples vainqueurs du Queen’s ne leur a pas permis d’ouvrir une porte plus large que one shot sur le Center Court.

    Quant à Borg, quintuple vainqueur de Wimbledon, jamais aucun tournoi de préparation sur gazon.. afin de brouiller les statistiques :-)

    • Ulysse 21 mai 2009 at 8:15

      Ouais, Borg se préparait tout seul au gazon en tapant comme un forcené 8 heures par jour dès le lendemain de la finale de Roland. Il avait besoin de tout ce temps pour avoir un niveau tout juste présentable dans les premiers tours de Wimby, souvent les plus dangereux pour lui.

      C’est le travail de conversion terre=> gazon que Yannick Noah, n’a jamais été capable de faire et qui est une des causes de ses parcours médiocres à SW19 (l’autre étant quand même son niveau top 200 en retour).

  2. admin 20 mai 2009 at 10:23

    C’est rigolo cette histoire de chat noir, Visi… euh, Franck. Pour moi, la ‘jeune’ génération, le Queen’s est au contraire significatif de répétition générale de Wimby. Hormis l’improbable finale Scott Draper/Laurence Tieleman de 1998, il n’y a que des grands qui gagnent au Queen’s. Draper et Wayne Ferreira mis à part, tous les vainqueurs du tournoi ont été au moins finalistes à Wimby. Alors oui, c’est clairement un manque que le Queen’s ne soit pas un TMS.

    Sinon, très bien l’article : il apporte des éléments concrets pour étayer des suppositions qui étaient aussi les miennes depuis longtemps. Surtout pour la saison de terre battue. Sur gazon, le Queen’s est le seul. Halle a juste bénéficié de ce que Fed préférait passer par là avant d’aller en GB (sûr que pour le Fed du début des 2000′s, mieux valait se coltiner Kafelnikov ou Kiefer à Halle que sa bête noire Hewitt au Queen’s^^)

    Pour la saison de dur US, je suis un peu étonné que l’écart ne soit pas plus grand entre Montréal et Cincy. Après tout, derrière Hambourg, voire Bercy (et encore), Montréal est le TMS qui consacre les vainqueurs les plus inattendus : Chris Woodruff, Guillermo Canas, Andrei Pavel, Mickaël Pernfors… Alors que Cincy ne couronne quasiment que des N°1 (ou anciens N°1) mondiaux. A la lecture du palmarès, la Palme du « moins bon joueur titré à Cincy » se joue entre Guy Forget et Brad Gilbert.

    Intéressant aussi le bon total de points pour Indianapolis : quasiment égal au TMS de Hambourg, définitivement maillon faible de la chaîne. D’ailleurs, si on enlève Federer, qui sont les contributeurs d’Hambourg dans ce classement? Kuerten en 2000 ? Nadal en 2007 ?

    • Kristian 21 mai 2009 at 7:40

      Les points d’Hambourg sont en fait tres recents 2008 et 2007 avec Nadal, Federer et Djokovic ont rapportes 6 points sur le total de 19. Avant, en effet Kuerten en 2000, Federer et Davydenko en 2005, et Matilla Corretja en 98 que l’on trouve dans le dernier carre a RG. sinon, c’est le grand vide..

      Au Canada, vainqueurs improbables, mais enchainement victorieux ave l’US open assez frequent (Agassi, Rafter, Safin, Roddick et Federer 2 fois). A noter d’ailleurs que dans la cas d’Agssi (94) et Safin (2000) personne ne s’attendait vraiment a les voire aller au bout a l’US Open.

  3. Franck-V 20 mai 2009 at 11:40

    bien sûr, ça fait remonter loin, mais Noah en 83 fait le doublé Hambourg-RG ..en battant Wilander ( 1/4 et F)les 2 fois.

    Pas un hasard non plus si c’est le dernier attaquant vainqueur du French..

  4. colin 21 mai 2009 at 6:34

    Très intéressant et instructif. Comme le dit Morglen, ceci étaye le fait que Monte-Carlo reste un grand prix euh pardon un MS de choix.

  5. Ulysse 21 mai 2009 at 8:32

    Bonne idée et bon traitement sobre et informatif. Pour Monte-Carlo et Cincinatti, la démonstration est sans bavure.

    Pour le Queen’s c’est un peu plus délicat. Comme ce n’est pas un MS, les joueurs de premiers plans se partagent entre les deux tournois possibles, pareillement dotés. Du coup choisir le Queen’s ou Halle devient pour Sampras, Fed et les autres une affaire de choix personnel. Peut-être que la qualité de l’hotellerie, des terrains d’entraïnement, les habitudes qu’ils ont dans la ville sont les vrais critères de choix. Peut-être aussi que le mâle dominant sur herbe jetant son dévolu sur un tournoi, les challengers préfèrent aller à l’autre pour maximiser leur chances de gagner un titre supplémentaire. Maintenant avec Fed à Halle et Rafa au Queen’s, Djokovic et Murray ont le choix entre la peste et le choléra…

    • MarieJo 21 mai 2009 at 8:58

      pour djoko je crains que le choix ait été financier : l’année dernière le sponsor du queens avait pu se « payer » rafa, murray et djoko, pour la modique somme de 750 000€, sans compter nalby et gasquet ; cette année le principal sponsor a changé et a peut être révisé les prix… et puis djoko a sans doute eu une meilleure offre cette année à halle ? qui sait, c’est peut être aussi une incitation de l’atp que de redistribuer les rôles tittres sur les tournois, l’année dernière halle faisait vraiment trop germanophile+roger… et le reste des partipants valaient nettement moins qu’au queens. ça sera interressant de voir où ira tsonga cette année, l’année dernière il était encore bléssé au genou.

  6. MarieJo 21 mai 2009 at 8:45

    on pouvait facilement se douter que Monte Carlo serait le tournoi le plus représentatif des favoris de RG, le fait que le court et j’imagine les balles y soient les mêmes qu’à roland doit accentuer l’effet, et bon s’y on s’en tient qu’au palmarès des 2 tournois, les similitudes sont criantes. mais c’est toujours bon de le savoir à l’heure de replacer un tournoi dans un perspective historique.

    par contre pour les tournois US, j’aurai pensé que le tournoi canadien serait plus représentatif que cinci avec sa chaleur moite, mais il ne se fait dépasser qu’en nombre de points par participants au dernier carré et non en nombre de vainqueurs à l’USO, donc globalement ça se vaut.

    pour l’oz on aurait pu prendre en compte les derniers MS series indoor et le masters, mais la recette risque d’être moins évidente à analyser du fait des nombreux forfaits de fin de saison… seul safin a réussi le triplé : madrid-bercy-oz, après tout sauf si franck ou colin me ressortent becker ou sampras, j’aurai l’air euh… de pas grand chose !

    bref, on aurait pu ajouter les 2 autres tournois de gazon : hertogen bosch et nottingham qui ont souvent révélé des outsiders (rusedski, ancic d’ailleurs forfait pour RG) ou des futurs finalistes (rafter), voir qques vainqueurs comme krajicek ou hewitt goran et sampras…

    en tous cas ça nous change des articles récement lus du côté obscur du site bien connu de tous, merci kristian ! d’ailleurs je vois que certains y sont toujours aussi assidus, sans rancune la réhab en désintox risque de prendre un peu de temps ;)

  7. Franck-V 21 mai 2009 at 9:07

    Je ne rentre plus dans les polémiques sur le site bien connu, je me limite à donner quelques infos complémentaires..dont chacun fait ce qu’il veut :-)

    • MarieJo 21 mai 2009 at 9:26

      bonjour, je m’appelle franck-V, j’ai arrêté le voxisme addictif depuis x jours…

      wellcome, franck-V !!!

  8. Franck-V 21 mai 2009 at 9:34

    veux-tu être mon ami? :-)

  9. Franck-V 21 mai 2009 at 9:35

    dépêche-toi de me répondre car armand ne cesse de me solliciter ;)

    • MarieJo 21 mai 2009 at 9:37

      c’est honteux, ce garçon n’est pas un modèle à suivre, voyons !!! bien sûr, je veux bien être ta gentille marraine qui t’aidera à ne pas succomber à la tentation une nouvelle fois, soit fort !

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis