Australian open 2012, Chapter VII : Antipodes… de départ

By  | 28 janvier 2012 | Filed under: Actualité

Ou « Les ouvreuses » et « Alienovak vs Prénadalator 3, pas de gluten contre 3 grammes dans la raquette ».

Il y a une génération maintenant, l’adolescent parisien que j’étais a connu ces petites salles miteuses des quartiers plutôt populaires de Paris où pour le prix d’un billet, vous pouviez voir deux films. D’une part une vraie petite bouse de série Z, un nanar façon Les tomates tueuses, ou un kitchissime film hong-kongais. Et d’autre part la bonne grosse production hollywoodienne, bourrée de pyrotechnique à défaut de faire dans la finesse de scénario.

Tout pareil, cette fois le Melbourne Majestic cinéma a choisi de faire précéder la série blockbuster du moment par un film mi-innovation conceptuelle sonore, mi-coquin pour ados solitaires.

Samedi à 9 heures, finale dames avec une WTA qui n’en finit pas de s’enfoncer dans la crise. D’ailleurs, la coïncidence est bienvenue : deux joueuses venues de l’ex-URSS qui illustrent bien la grisaille soviétique dans laquelle la WTA est plongée, définitivement on peut le craindre.

Ça va gueuler côté Sharapova. Ça va gueuler aussi mais un peu moins du côté d’Azarenka. Et en fermant les yeux, Onan pourra peut-être trouver une inspiration efficace. Et encore, il faudra qu’il ait envie.

Des filles qui cimentent leurs longues guiboles dans le sol pour frapper le plus fort possible droit devant. Who cares ?

Je ne regarderai pas. Mon prono : l’une des deux va bien finir par s’imposer dans ce qui prétend encore être du tennis. Combien de sets ? Plouf, plouf : deux sets à zéro pour Sharapova parce qu’elle crie plus fort et déconcentre donc plus son adversaire.

Côté messieurs, la logique implacable du classement est finalement respectée pour la troisième fois consécutive en Grand chelem. Le n°1 rencontre le n°2 en finale.  Novak contre Rafa.  Le Serbe reste même sur 6 victoires d’affilée et a pris un avantage consécutif sur l’Espagnol qui est devenu son challenger. Pourtant, la majorité des 15-lovers estime que le Serbe joue moins bien, est prenable, et va se faire manger par l’Espagnol puisque ce dernier a (encore une fois) battu Federer.

C’est oublier la théorie du triangle, dite théorie ciseaux-pierre-feuille.

Dire que Nadal va gagner parce qu’il a bien joué contre Federer c’est commettre, selon moi, un contre-sens. On sait tous pourquoi Nadal a battu Federer ou plutôt pourquoi Federer a perdu encore une fois contre Nadal.

Federer, outre un choix tactique complètement erroné, a un revers à une main que Nadal peut torturer avec son coup droit lifté de gaucher. Eh oui. Mais Novak Djokovic a le meilleur revers à deux mains du circuit et n’est pas gêné par le coup droit lifté de l’Espagnol.

Federer a mal retourné. Djokovic a le meilleur retour de service du circuit, comme Agassi en son temps. Et le service peu rapide de service de Nadal est un régal pour un relanceur de la qualité de Djokovic.

Djokovic a certes un jeu de fond de court un peu pauvre, hyper-standardisé de gauche-droite, mais ce jeu est ultra-rapide et il n’a pas de point faible du fond du court. Or comme Federer, Nadal a un point faible que le Serbe pourra exploiter dans toutes les positions : son revers qui est relativement faiblard et qu’il joue bombé mi-court dès qu’il est un peu sous pression.

Rafa risque de continuer de se prendre en pleine figure la même tactique qui lui a garanti tant de succès contre Roger. Novak va torturer son revers avant de l’achever par une attaque sur son coup droit. Rafa va forcer et commettre beaucoup plus de fautes que d’habitude.

La relative lenteur des conditions de jeu est-elle un avantage pour Rafa ? Pas sûr du tout quand on se souvient que c’est sur terre battue que Djokovic a obtenu ses victoires les plus nettes contre Nadal. Pour mémoire, lors du Master 1000 de Rome 2011, après une demi-finale remportée au finish contre Andy Murray (6/1 3/6 7/6), Djokovic avait dominé Nadal en finale en deux quasi-petits sets (6/4 6/4).

Nadal n’a pas de tactique de rechange parce pour décoder l’énigme que lui pose le jeu de Djokovic. Il a seulement envisagé de se donner les moyens de taper encore un peu plus fort, comme si c’était un déficit de puissance dont il souffrait contre Djokovic. Une seule échappatoire pour Nadal qui n’a de toute façon pas grand-chose lui permettant d’échapper à sa faiblesse relative en revers : essayer de briser Djokovic physiquement. C’est ce à quoi il était parvenu à l’US Open 2010. Eh oui, mais depuis l’US Open 2010, Djoko a bien appris la leçon : il s’est débarrassé du gluten, fait du caisson, et est capable comme Nadal d’aller faire deux séries de 1000 pompes sur une main après un match de 5 heures. On peut s’attendre à la même débauche effarante d’énergie que lors de leur dernier affrontement à Flushing Meadows.

Mon analyse est catégorique. Vous direz par vos réactions si elle est avec ou sans appel.

Sauf si Djokovic a une défaillance physique, les mêmes causes produiront les mêmes effets pour Nadal.  Je pense que le Serbe est suffisamment bien préparé et suivi par son équipe pour ne pas avoir de défaillance physique dimanche. Mon pronostic va vous choquer : Alienowak va bouffer Prénadalator en 3 sets. 3 sets serrés mais 3 sets.

About 

Tags:

501 Responses to Australian open 2012, Chapter VII : Antipodes… de départ

  1. Jeanne 29 janvier 2012 at 12:51

    NG est vraiment impressionnant. Il démarre le match un peu mou et petit à petit il accentue son emprise. Il a le jeu naturel pour gêner Nadal qui ne peut plus compter sur un craquage physique

    • Sylvie 29 janvier 2012 at 12:54

      Même si je trouve cela un peu étrange cette métamorphose physique, je trouve plaisant que Nadal soit obligé de chercher d’autres solutions que celle-là.

    • Jeanne 29 janvier 2012 at 13:05

      Il a commencé un peu rouillé du fait de son match précédent. Le temps d’être bien chaud, il est revenu à ses standards physiques habituels

  2. Jérôme 29 janvier 2012 at 12:52

    C’est ce qu’on appelle le théorème feuille-pierre-ciseaux.

    Je pourrais dire la même chose en évoquant tous les débats suscités par les recherches scientifiques dans le domaine de la neuro-science et de la génétique.

    Mais pour rester dans le tennis, je me contenterai de dire qu’il y a des combinaisons de forces et de faiblesses respectives qui font qu’en général, un joueur a, sauf conditions de jeu extrèmes (terrain, vitesse, humidité, vent et chaleur), un gros avantage de départ et l’autre un gros handicap de départ.

    Bien sûr qu’ils ont du talent et qu’en jouant à son meilleur l’un peut renverser la montagne d’en face quasi-inébranlable. Mais le rapport de force de départ est déséquilibré.

  3. Jeanne 29 janvier 2012 at 12:54

    Injouable ! Nadal est KO dans la tête

  4. Jeanne 29 janvier 2012 at 12:56

    Un set qui fait la moitié en durée du premier. Sauf improbable fléchissement de Djoko, le titre est pour lui.

  5. William 29 janvier 2012 at 12:56

    Nadal dépend trop de sa première, Djokovic l’agresse sans cesse sur ses secondes.
    2 sets à un maintenant…
    Djokovic joue vraiment mieux maintenant, on ne voit pas trop ce que peut faire Nadal à part espérer une forte chute d’intensité côté serbe.

  6. Jérôme 29 janvier 2012 at 12:57

    Enorme coup droit d’Alienovak pour empocher le 3ème set en bouffant un bras de Prénadalator.

    Il est sonné le Rafa. Et la qualité de retour du serbe est exceptionnelle sur ce jeu. Djoko c’est un mélange d’Agassi et de Lendl. A moins qu’il ait juste réussi à 24 ans ce qu’Agassi, avec ses errances, n’a réussi qu’à compter de 29 ans.

  7. William 29 janvier 2012 at 12:59

    Le point de fou de Djokovic !

  8. Bapt 29 janvier 2012 at 13:06

    Je quitte mes copies et je remarque que le match a tourné… que se passe-t-il ? Djoko joue mieux ? Rafa sert moins bien ? C’est surprenant… 

    • William 29 janvier 2012 at 13:08

      Djoko a bien joué dans le troisième, là ça a l’air de se resserrer un peu.

  9. Jérôme 29 janvier 2012 at 13:07

    L’Alienovak avait l’air fatigué (ou du moins d’avoir besoin de souffler) : il se contentait de s’appuyer sur la balle de Nadal. Super attaque de Prénadalator.

    • Bapt 29 janvier 2012 at 13:10

      Tu parles du point ou du match.

      • Jérôme 29 janvier 2012 at 13:50

        je parlais des points de ce jeu de service de Nadal.

  10. Jérôme 29 janvier 2012 at 13:10

    Le gauche droite de Djoko est vraiment impressionnant.

  11. Coach Kevinovitch 29 janvier 2012 at 13:15

    Je ne sais plus si c’est William ou Ulysse qui est en train de lire « Winning Ugly » de Brad Gilbert et qui m’avait répondu qu’il ne fallait pas servir en premier pour je ne sais plus quelle raison mais je suis toujours persuadé de l’inverse.

    Encore une fois, Rafa a perdu ces deux derniers sets en concédant son jeu de service. Face à un joueur qui à l’avantage tactique, c’est toujours mieux d’être devant non?

    • Ulysse 29 janvier 2012 at 13:41

      C’est moi qui ai écrit ça. Mais ce n’est valable qu’en début de match et c’est assez compréhensible pour un round d’observation (Gilbert est haïssable, mais loin d’être con).

  12. Jérôme 29 janvier 2012 at 13:19

    On retrouve les 2 données essentielles du problème que Nadal rencontre contre le Djoker (comme d’ailleurs contre les gros cogneurs).

    Primo son revers est un peu faiblard et frappé trop mi-court dès qu’il est sous pression.

    Secundo, même l’énorme coup droit de Nadal lui pose à cause du mouvement coup de lasso. Ce mouvement est tellement ample qu’il prive Nadal d’un temps précieux pour réagir vite dans des échanges ping-pong.

  13. Nath 29 janvier 2012 at 13:20

    Le rythme de l’AO est en train de me rattrapper, j’ai envie de dormiiiiir.

  14. Jérôme 29 janvier 2012 at 13:21

    Si Nadal veut attraper sa dernière chance, il faut qu’il l’arrache maintenant avec les dents.

  15. Jérôme 29 janvier 2012 at 13:22

    Et il lâche absolument tout ce qu’il a !

    • Jérôme 29 janvier 2012 at 13:25

      Mais ça n’a pas suffi. Le Djoker sert bien et il domine l’échange alors que Nadal est souvent contraint de bomber la balle, à mon avis plus pour s’assurer qu’elle est bien dans le court que pour gêner Djokovic.

  16. Jérôme 29 janvier 2012 at 13:35

    Djokovic sert de mieux en mieux de set en set. Nadal suit le chemin inverse. D’où le score.

    Trop de fautes directes de la part de Nadal qui permet ainsi à Djoko de passer sans encombre le cap du 7ème jeu.

  17. Jérôme 29 janvier 2012 at 13:39

    Djoko joue très intelligemment. Et c’est lui qui construit les points.

    A 2 points du break fatal.

  18. Bapt 29 janvier 2012 at 13:39

    0/40 sur le service du Rafa… c’est mal parti… Djoko est extrêmement serein. C’est impressionnant.

  19. William 29 janvier 2012 at 13:39

    Enormes accélérations de Djokovic : 3 balles de break.

  20. Jérôme 29 janvier 2012 at 13:39

    La mise à mort du taureau. Djoko est injouable et Nadal passif. Mais le taureau vendra chèrement sa peau.

  21. Bapt 29 janvier 2012 at 13:41

    bien servi 30/40

  22. Jérôme 29 janvier 2012 at 13:43

    Il est en feu le Prénadalator !!! 3 balles de break sauvées !

  23. Bapt 29 janvier 2012 at 13:45

    quatre à de belles balles de service.

  24. Jérôme 29 janvier 2012 at 13:46

    Ils vont fermer le toit pour cause de pluie. Les conditions de jeu vont être encore plus favorables à Djokovic. Mais cette interruption ne risque-t-elle pas aussi de casser le rythme de l’un ou de l’autre ?

  25. Sylvie 29 janvier 2012 at 13:51

    Belle réaction de Nadal qui a magnifiquement sauvé sa peau. Qui sait s’il ne peut pas arracher ce 4e set en profitant du break ? Depuis deux sets et demie Djoko est au-dessus mais tout reste possible.

  26. Bapt 29 janvier 2012 at 13:56

    le Djoko gagne tranquillou son service avec notamment un coup droit en bout de course terrible. Il ne semble pas déconcentré.

  27. Jérôme 29 janvier 2012 at 13:56

    Superbe point pour terminer ce jeu. Rafa met une énorme attaque de revers croisé, et Novak le contre en s’arrachant avec un coup droit long de ligne gagnant.

  28. Jérôme 29 janvier 2012 at 14:03

    Le taureau ne veut pas mourir. Le serbe a intérêt à faire gaffe au prochain rush d’adrénaline.

  29. Coach Kevinovitch 29 janvier 2012 at 14:04

    Ce match est un long supplice pour moi! Nadal doit arrêter ce NoGluten!!! Je me sens aussi impuissant qu’un FFF devant un coup droit lifté sur le revers de Rog’.

  30. Bapt 29 janvier 2012 at 14:04

    Oui, Rafa est impressionnant de courage… Il faut vraiment que Djoko le plante (et ne pense pas à ses trois balles de break).

  31. Jérôme 29 janvier 2012 at 14:04

    Stat qu’on n’était pas habitué à voir. Nadal a fait plus de fautes directes (52) que Djokovic (48).

  32. Bapt 29 janvier 2012 at 14:08

    S’il y a bien un seul truc qui est impressionnant dans ce match c’est leur détermination respective. Aucun ne veut lâcher et ne lâchera jusqu’à jeu set et match.

  33. Jérôme 29 janvier 2012 at 14:21

    L’un a un regard de tueur, l’autre un regard de fou.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis