US Open 1997 : le rebond du kangourou

By  | 7 février 2012 | Filed under: Légendes

Sevrée de titres majeurs depuis la victoire de Pat Cash à Wimbledon en 1987,  l’Australie trouve finalement en Patrick Rafter un héritier digne de sa tradition tennistique. Sa victoire à l’US Open 1997 marque le début de l’embellie que vivra le tennis australien jusqu’au milieu des années 2000.

Pourtant, à la veille du tournoi new-yorkais personne ne parierait le moindre kopeck sur les chances de victoire de l’Aussie. Certes, il vient d’atteindre à Roland-Garros sa première demi-finale en Grand chelem et a atteint son meilleur classement (14e) après deux finales consécutives à New Haven (p.c. Kafelnikov 7/6 6/4) et Long Island (p.c. Moya 6/4 7/6), mais le favori incontestable du tournoi reste le numéro 1 mondial, Pete Sampras.

Si l’année a en effet été assez mouvementée, entre la retraite de champions du calibre de Becker et Stich (tous les deux ayant tiré leur révérence à Wimbledon, le premier contre Sampras en 1/4, le deuxième contre Pioline en 1/2), les errements d’un Agassi retombé à la 63e place mondiale, et l’avènement de jeunes loups aux dents longues (Carlos Moya, finaliste à l’Open d’Australie, Gustavo Kuerten, vainqueur surprise à Roland-Garros, et Marcelo Rios, joueur dont le talent est proportionnel à son caractère de superconnard), « Pistol Pete » a lui été d’une constance implacable: cinq tournois remportés dont deux majeurs, l’Open d’Australie et Wimbledon. La seule menace sérieuse s’interposant sur la route de son éventuel Petit chelem vient de son dauphin au classement et finaliste malheureux en 1996, Michael Chang.

Le début du tournoi semble confirmer cette impression: 8 des 16 têtes de séries (dont six Tops 10) sont éliminées durant les trois premiers tours ! L’hécatombe continue en huitièmes et elles ne sont plus que 4 au stade des quarts de finale. Mais le plus incroyable est que… Pete Sampras n’en fait pas partie : il a été éliminé en huitièmes, à l’issue d’un match homérique, par un Petr Korda éblouissant de classe, alors qu’il menait 3-0 dans le set décisif (6/7 7/5 7/6 3/6 7/6) !

Les quatre survivants à ce jeu de massacre sont donc : Michael Chang (n°2), Marcelo Rios (10), Pat Rafter (13) et Petr Korda (15), auxquels on peut rajouter l’ex-top 10 Krajicek. La voie semble donc pavée pour Michael Chang, finalement débarrassé de ses compatriotes Sampras et Agassi (qui s’incline en huitièmes face à Rafter, 6/3 7/6 4/6 6/3). On le pense encore plus lorsqu’il bat en quarts celui qui semble être son adversaire le plus dangereux pour le titre, Marcelo Rios, en cinq sets palpitants (7/5 6/2 4/6 4/6 6/3). Si l’on considère que le tombeur de Pete, Petr Korda, abandonne contre Jonas Bjorkman tandis que Krajicek s’incline lors du duel de serveurs contre la mascotte des quizz des 15-lovers, l’inénarrable Greg Rusedski, on ne voit vraiment pas qui de Bjorkman, Rusedski et Rafter peut le priver de ce titre qu’il convoite depuis si longtemps et qui semble finalement à sa portée.

Et pourtant… En demi-finales, Patrick Rafter réalise le match parfait du serveur-volleyeur, un récital au service (aucun break concédé) et au filet. Chang s’accroche, court dans tous les sens, remet des balles impossibles, tente des passing-shots, mais rien n’y fait : Pat s’est métamorphosé en un mur implacable qui renvoie tout, écœurant par là-même l’Américain dont les rêves de gloire s’envolent définitivement. Pat se qualifie (6/3 6/3 6/4) pour la finale où il rencontrera Greg Rusedski, difficile vainqueur de Bjorkman.

C’est la finale des premières : Rafter est le premier Australien à atteindre la finale de l’US Open depuis Ken Rosewall en 1974, tandis que Rusedski est le premier Britannique à atteindre la finale à New York depuis… Fred Perry en 1936 ! Dès les premiers jeux du match, on comprend que le titre ne peut échapper à Rafter. Toujours aussi solide au service et à la volée, il montre aussi ses excellentes aptitudes en retour de service et en passing-shot, crucifiant régulièrement Rusedski pour remporter aisément les deux premiers sets (6/3 6/2). Un petite baisse de régime au service de l’Australien lors du troisième acte permet à Greg de finalement rentrer dans le match. Il remporte le set 6/4 et se met à servir la foudre (dont un service chronométré à 143 mph, environ 230 km/h, record de l’époque). Hélas pour lui, même s’il refait un break de retard dans la quatrième manche (de 1-4 à 4-4), cela ne suffira pas face à un super Rafter qui l’emporte 6/3 6/2 4/6 7/5.

Après cinq finales perdues en 1997, l’Australien remporte enfin son premier titre de l’année – le deuxième seulement en carrière… Mais quel titre ! Sa victoire le catapulte de la 14e à la 3e place mondiale et marque le vrai début d’une carrière riche en satisfactions : un autre US Open remporté en 1998, deux finales de Wimbledon (2000 et 2001) et plusieurs demi-finales en Grand chelem. Ce sera aussi le début d’une petite période dorée pour le tennis australien qui de 1998 à 2003 comptera deux n°1 mondiaux (Rafter et Lleyton Hewitt), 4 titres majeurs (US Open 1997, 1998 et 2001, Wimbledon 2002) et deux Coupe Davis (1999, 2003).

Quant à Greg, sa déclaration d’après-match montre qu’il n’était surement pas un prophète: « I’m sure this won’t be my first and last Grand slam final ». Qu’il se console : depuis l’ère Perry il reste le Britannique qui s’est le plus approché de la victoire en Grand chelem !

Tags:

421 Responses to US Open 1997 : le rebond du kangourou

  1. Quentin 12 février 2012 at 16 h 17 min

    Autant j’apprécie beaucoup tant le jeu que la personalité de Federer, autant pour le coup qu’il charge Stan de la défaite est tout simplement dégueuulasse de sa part: il a fait une contre performance au moins aussi conséquente que Wawrinka en simple (même si il a mieux joué que Stan vendredi, il a quand même perdu contre un Isner certes en feu, mais quand même à sa portée), et il a fait un double franchement moyen, à peine mieux que Stan là aussi. Wawrinka est dans le dur depuis 6 mois, il sait qu’il a planté ce week-end, l’accabler publiquement est tout simplement scandaleux.
    OK que ces interviews viennent juste après la déception de la défaite peuvent expliquer un certain dérapage, mais pas l’excuser. Et que Fed arrête d’imposer Luthi comme capitaine!

    Voilà, c’était le coup de gueule d’un FFF en colère :evil:

    • Nath 12 février 2012 at 17 h 23 min

      Bof, si ça pouvait permettre à Stan de lui signifier en public qu’il n’est pas son souffre-douleur, ça me va. (je n’ai toujours pas lu d’interview complète)

  2. Jeanne 12 février 2012 at 17 h 04 min

    D’après ce que dit Sylvie plus haut, on s’est tous fait avoir par trois phrases extraites de leur contexte et grossies, intentionnellement ou non et si oui pourquoi ? C’est un peu inquiétant ces couper/coller médiatiques car comme on voit, on s’y fait prendre facilement, c’est mégavendeur et ça engendre du temps humain de post sur les forums et met à mal pas mal de bandes passantes, et finalement compromet l’équilibre énergétique de la planète. J’en arrive presque à comprendre Nadal qui ne fait que réciter un texte doucereux écrit par Toni avec le même acharnement qu’il pilonne les revers adverses.

    • Nath 12 février 2012 at 17 h 29 min

      J’arrête pas de leur répéter !
      …enfin, de se méfier des extraits d’interview sans la question qui va avec, et même sans l’intégralité de la réponse, pas à propos de l’équilibre énergétique de la planète ;)

  3. Antoine 12 février 2012 at 18 h 21 min

    Roger n’est pas assez stupide pour avoir enfoncé Stan bille en tête: il a simplement minimisé totalement sa propre part de responsabilité, pourtant évidente, même en double et mis en exergue celle de Stan qui n’ pas gagné son match, ce qui a booster Isner, alors qu’il a eu des occasions, allant jusqu’à dire qu’il aurait pu gagner même s’il jouait mal, puis dit que dans le double, le maillon faible c’était encore Stan qui n’est pourtant pas le seul à avoir perdu son service…

    Il y a assez de média et de déclarations de sa part pour voir ce qu’il en est..

    Comble de l’aveuglement, il dit même que si c’est à refaire, ils rejoueraient sur terre contre cette équipe US..A la même altitude et avec les mêmes balles ? Cà, il ne l’a pas précisé..

    Les deux compères n’ont même pas cherché à sauver l’honneur préférant laisser les seconds couteaux se faire dérouiller à leur place: 0-5…..

    • Sylvie 12 février 2012 at 18 h 41 min

      Le problème c’est que, la plupart des médias français reprennent l’article du 20 min qui contient une erreur. Il n’a pas dit « j’ai fait un bon double et Stan pas tant » mais « j’ai fait un bon double, Stan pas mal mais il a eu un peu de peine sur son service » et il ajouté plus loin que les Américains ont fait un grand double. Il a surtout voulu souligné que les deux n’étaient pas si mauvais mais que ce sont surtout les Américains qui ont été bons.

      La source la plus fiable est l’article du Temps ou celui de la TSR, qui est très critique et souligne une partie de ce que tu dis, mais cette histoire du double, mise en avant par Eurosport est un copier-coller de 20 minutes, article à charge et volontairement polémique.

      Honnêtement, autant je suis d’accord sur le fait qu’il devrait faire son autocritique et ne pas accabler Stan en public surtout qu’il a failli lui-même et n’a pas été impérial, autant cette histoire de double me semble douteuse. Je suis loin d’être persuadée qu’il ait voulu mettre la défaite en double sur le compte de son coéquipier. Mais bon, je n’étais pas à la conférence de presse non plus.

      Ce qui me choque c »est que des sites comme Eurosport ne prennent même pas la peine d’aller aux sources mais se contentent de recopier quasiment à la lettre un article pas forcément très fiable.

      Pour l’altitude, si j’ai bien compris, c’était la seule salle libre à cette époque de l’année donc ils n’ont pas vraiment eu le choix.

      • Antoine 12 février 2012 at 20 h 33 min

        OK..Pour ce qui est de la salle, j’ai quand même du mal à croire que la seule salle de libre en Suisse était celle là..Par ailleurs, ils ne sont pas obligé de jouer en Suisse: ils pouvaient proposer aux Américains de jouer en France par exemple..

      • Sylvie 12 février 2012 at 21 h 03 min

        J’avais lu à l’époque que la plupart des grandes salles étaient louées. La Suisse est un petit pays,ils n’ont pas tant de salles que cela capable d’accueillir suffisamment de public.
        Et puis il y a ces histoires de faire tourner entre les cantons pour ne pas que cela soit toujours les Romands ou les alémaniques qui soient avantagés.. Elmar t’expliquerait ça mieux que moi mais je crois qu’il y a aussi des susceptibilités de ce côté là.

  4. Sylvie 12 février 2012 at 18 h 48 min

    J’ai été émue par les larmes de Marion Bartoli. Il faut que je consulte à votre avis ?

    Plus sérieusement, autant je déteste son jeu, autant j’admire sa combativité. Elle m’a parue sympathique et touchante sur le discours de remise des prix.

    Mais je suis satisfaite de la victoire de Kerber que j’ai trouvé bien meilleure.

    • May 12 février 2012 at 19 h 07 min

      Oui pour le jeu, c’était mieux que Kerber l’emporte et effectivement Marion peut gagner la palme de l’émotion. Elle est plus expansive qu’il y a quelques temps, du coup elle a l’air moins antipathique surtout avec ses adversaires. J’espère juste que c’est sincère.

    • Sylvie 12 février 2012 at 19 h 12 min

      Tu penses qu’elle ne serait pas sincère ? Je pense que cette fille est tout de même toujours vue à charge. Ce n’est pas la première fois que je la trouve plus sympa que ce que l’on dit d’elle.

      Et pourtant on ne peut m’accuser d’être fan mais je ne crois pas aux gens tous blancs ou tous noirs. C’est surtout une fille élevée à la gagne dans un microcosme familial assez particulier ce qui peut expliquer beaucoup de choses mais elle de grosses circonstances atténuantes aussi.

    • Antoine 12 février 2012 at 20 h 38 min

      Pour quelle raison s’est elle mise à pleurer ? Parce qu’elle a perdu la finale de ce tournoi ? Elle perdrait une finale de GC en ayant laissé passé des balles de matchs en sa faveur, je comprendrais, mais là ?

      Je pense que son père est cinglé et qu’elle est totalement sous sa coupe. Cela ressemble à une mini secte, les Bartoli avec le père dans le rôle du gourou qui a inventé une sois disant méthode révolutionnaire pour optimiser les résultats de sa fille…Et avec le discours qui va avec quand elle perd…Je n’ai rien contre elle, sinon que je n’aime pas son jeu et ne la regarde donc pas. Elle me fait plutôt pitié qu’autre chose..

      • Sylvie 12 février 2012 at 21 h 04 min

        Oui, secte, j’ai aussi eu cette impression. Leur relation me semble pesante et compliquée.

  5. Antoine 12 février 2012 at 20 h 48 min

    Une bonne nouvelle:

    « Jim Curley a démissionné de son poste de Directeur de l’US Open. Il est remplacé par David Brewer, membre de l’USTA – la Fédé américaine. Curley demeure consultant pour l’USTA. Cette décision intervient peu après ses déclarations dans la presse australienne, où il expliquait qu’il n’y aurait pas de changements dans la programmation, pourtant discutée, de l’US Open, cette année. »

    Repiqué de welovetennis.com

  6. Jeanne 12 février 2012 at 20 h 55 min

    Ach Marion vaincue ! Las ! Je l’aime bien, moi Marion. Photocopie 3D plus ou moins aboutie de Monica Seles et issue des béchers de papa W, elle combat comme une vraie amazone de guérilla, avec un lance-balles d’une symétrie absolue.

    Jeu privé de l’Oscar white swan de la grâce ou du Grand Prix Doudou de la voltige angélique en apesanteur, mais pour une fille sans condition athlétique elle figure plus que bien.

    Ses interviews dévoilent parfois quelqu’un de plutôt intelligent, observateur et pas si antipathique (je la trouve même plutôt intéressante à lire, si on ne la provoque pas) et j’ai savouré sa joie enfantine de paraître face à son idole. Qui est cette Kerber tricéphale qui est partout sur le court ? Je pensais vraiment que Marion la musellerait.

  7. Sylvie 12 février 2012 at 22 h 07 min

    Coup de malchance pour les Canadiens. Dancevic remplace Raonic qui s’est blessé au genou. Autant dire que la France est en quart.

  8. Elmar 12 février 2012 at 22 h 17 min

    Je rentre de Fribourg et autant vous dire que c’est la soupe à la grimace.

    Je vous la fais courte: les Suisses ont été moyens. Le premier match Stan-Fish, c’était très moche. Bcp de fautes directes de part et d’autre. Seul le suspense du 5ème set a permis de donner au match une dimension intéressante. Mais Fish, collé à sa ligne, méritait plus la victoire que le Vaudois, 2m derrière sa ligne.

    Ensuite, Isner-Federer, ca a été le gros coup de massue. Franchement… Isner INJOUABLE. Vraiment monstrueux, le mec. Sa deuxième balle était au moins aussi impressionante que sa 1ère. Le mec est mené 0-40 sur son service? Il sert 3 aces sans sourciller. Et des retours gagnants à la pelle. On avait l’impression que la 2ème balle de Fed, c’était du caviar pour lui. Alors bon, le match s’est joué sur pas grand-chose, mais l’Américain méritait sa victoire.

    Quant au double, là encore, y a pas photo. Bryan-Fish, c’était du très, très solide. Pratiquement aucune faute directe, deux très bons services, des retours toujours plongeants et un jeu parfait au filet. Les Suisses ont été très nuls en retour; Stan mauvais à la volée. Et Fed s’est écroulé dans le 4ème set.

    Bref, je m’attendais à tous les scénarios sauf celui-là, mais ce qui est sûr, c’est que les Américains ont largement mérité leur victoire.

    • Sylvie 12 février 2012 at 22 h 35 min

      Super d’avoir un envoyé spécial !

      Tu nous confirmes donc que ce sont bien les Américains qui ont été forts. Est-ce que tu as trouvé Fed vraiment mauvais comme je l’ai lu ici ou ailleurs ou, comme tu sembles l’indiquer, c’est vraiment une perf à mettre au crédit d’Isner.

      Courier dit que ce match a prouvé qu’il pouvait battre n’importe qui.

    • Antoine 12 février 2012 at 22 h 41 min

      Et oui Elmar, ça , c’est le déroulement de la rencontre en effet…

      Reste à savoir pourquoi:

      -Les suisses ont opté pour la terre battue alors que n’ayant que deux joueurs devant jouer durant trois jours de suite, ils avaient tout intérêt à jouer sur une surface ou au moins les matchs seraient courts et non sur terre battue ou, sauf à gagner les trois premiers matchs ils risquaient de souffrir énormément physiquement le dimanche;

      -Pourquoi ils ont joué à 700 m d’altitude;

      -Pourquoi, jouant à 700 m, ils ont joué avec des balles pressurisées pour une altitude zéro et non avec des balles moins pressurisées, de surcroît sur un court pourri plein de faux rebonds;

      Pourquoi tout cet amateurisme en définitive ?

    • Sylvie 12 février 2012 at 22 h 47 min

      Je persiste à penser que la TB n’était pas un mauvais choix mais il fallait une terre battue lente style RG ou Monte-Carlo pas la surface choisie.

      D’ailleurs ça ne m’étonnerait pas que les Français choisissent la terre battue également mais ils ne feront pas l’erreur des Suisses.

      • Antoine 12 février 2012 at 23 h 04 min

        Ce pouvait être un choix correct si la Suisse avait plus de deux joueurs et si c’était en extérieur au printemps ou l’été, à faible altitude, et avec des balles ad hoc..Là, c’est tout simplement débile…

        D’une façon générale, c’est une erreur très courante d’essayer de choisir la surface qui est supposée convenir le moins bien à l’adversaire plutôt que d’essayer de choisir celle qui vous convient le mieux. L’équipe de France a fait plusieurs fois cette erreur, notamment lors des finales de 1982 et de 2002..

        La meilleure surface de Federer est un indoor au rebond bas, pas trop rapide non plus pour permettre à Stan de jouer aussi et pour que les services d’Isner et de Fish ne fassent pas trop de dégâts: c’est là dessus qu’il fallait jouer bien sûr..Une surface à peu près identique au Master’s aurait été quasiment idéale…

      • Sylvie 12 février 2012 at 23 h 06 min

        « D’une façon générale, c’est une erreur très courante d’essayer de choisir la surface qui est supposée convenir le moins bien à l’adversaire plutôt que d’essayer de choisir celle qui vous convient le mieux »

        Là je suis d’accord. De même qu’on dit souvent qu’il vaut mieux s’appuyer sur ses forces que sur les faiblesses de son adversaire.

    • MarieJo 12 février 2012 at 22 h 55 min

      salut elmar !
      c’est pas de bol pour le fan que tu es, je compatis !
      merci pour le compte rendu quand même !

    • Elmar 12 février 2012 at 22 h 56 min

      La terre battue était a priori un bon choix puisque les deux Suisses sont à l’aise sur cette surface alors que les Américains non.

      Pour le choix de Fribourg, c’est très simple en fait: c’était la seule salle dispo en Suisse.

      Le choix des balles, j’en sais rien.

      Enfin, la surface ne semblait pas proposer un rebond très haut et, surtout, il y avait un tas de faux rebonds. Je crois que les Suisses ont été très déçus du travail effectué par l’entreprise qui a préparé la surface.

      Quand tu parles d’amateurisme, faut aussi voir les moyens à disposition de la Fédération. Alors ok, on est en Suisse, on a la réput’ d’être bourré de thune… mais niveau sport, c’est assez la cata. D’ailleurs, y a très peu de pro à Swisstennis. On est très loin des moyens de la Fédé française, ça, c’est clair.

      • Antoine 12 février 2012 at 23 h 06 min

        V. mon post plus haut en réponse à Sylvie, Elmar…

        C’était un choix absolument désastreux…

    • MarieJo 12 février 2012 at 23 h 23 min

      donc, celui qui a installé ce court est une brêle, c’est un bon résumé ?

      disons que le court+balles ont favorisé les américains plus que les suisses, et a surtout déservi fed au service car celui d’isner a peu été affecté par le rebond de la terre, l’altitude compensant largement les effets…

      après, fed et stan n’ont pas été au top, c’est ça qui doit être vraiment décevant…

  9. MarieJo 12 février 2012 at 22 h 43 min

    bon c’est vraiment une tuile pour raonic… c’est évident que jouer 3 jours semble too much pour n’importe quel joueur aujourd’hui en CD.
    a méditer…

    • Antoine 12 février 2012 at 22 h 53 min

      Ah bon ? …

      Dodig, Karlovic, Petzschner, Stepanek, Berdych, Melzer et Tipsarévic ont joué tous leurs matchs sans problèmes, et pas mal d’entre eux en ont joué trois…

    • Nath 12 février 2012 at 22 h 57 min

      3 sets vendredi, 3 sets samedi, ça arrive régulièrement en GC, même si rarement (voire jamais) dans les derniers tours.
      Je pense plutôt que Raonic est plus fragile que d’autres, d’ailleurs il n’a pas été comparé à Philippoussis ?

    • MarieJo 12 février 2012 at 23 h 01 min

      c’est vrai aussi, mais je pense que l’investissement sur 3 matchs n’est as à la portée de tout le monde…
      raonic a quand même subit une opération du genou, alors oui lui n’est pas le mieux disposé pour tirer sur la corde…

  10. Antoine 12 février 2012 at 22 h 44 min

    Rahan HS- ou n’ayant pas voulu jouer en tout cas: ce n’est pas seulement la faute à pas de chance, c’est aussi le risque pris quand ils ont décidé de le faire jouer en double aussi..d’autant qu’il se confirme que physiquement il est fragile..

    Bref, la rencontre est terminée: Jo va mettre trois sets secs à Dancevic et on n’en parle plus…

    • Bapt 12 février 2012 at 22 h 48 min

      Pour une fois ce sont les Français qui ont plutôt du bol… Bon on attend le match quand même et le résultat, puis il va falloir se pencher sur le cas des Américains qui ont l’air bons cette année.

      • Antoine 12 février 2012 at 22 h 55 min

        Ce serait du bol si cela avait influé sur le résultat de la rencontre mais ce n’est pas le cas…

        Si les Canadiens menaient 2-1, Rahan serait certainement sur le court ce soir. Il savait que c’était mort pour gagner le troisième point de toute façon et n’a donc pas voulu prendre de risque à titre personnel pour rien, en définitive….

        • Bapt 12 février 2012 at 23 h 03 min

          On peut le comprendre ! En jouant le double hier, il avait déjà pas mal donné à l’équipe.

          • Antoine 12 février 2012 at 23 h 10 min

            Sûr, prendre un risque pour gagner Ok, mais là..Il avait probablement assez peu de chances de battre Jo et même s’il y arrivait, ce n’est pas Dancevic ou Pospisil qui allaient rapporter le 3ème point de toute façon…

  11. Sylvie 12 février 2012 at 23 h 14 min

    Le journaliste de 20 minutes.ch, celui qui a rédigé le premier papier qui a été repris sans vérification par la presse française en remet une couche cherchant à attiser une polémique visiblement.

    http://www.20min.ch/ro/sports/tennis/story/Un-malaise-dans-cette–bande-de-copains–11641380

    • Antoine 12 février 2012 at 23 h 22 min

      Il dit quand même deux choses factuelles: un, Stan n’était pas là aujourd’hui, ce qui est effectivement contraire à la tradition qui veut que les joueurs au repos soutiennent les autres sur le banc, même si cela compte pour du beurre et deux, Marc Rosset aurait déclaré que les propos de Roger n’aurait pas du sortir du vestiaire et qu’à la place de Stan il l’aurait mal pris, (ce qui explique probablement son absence aujourd’hui…)..

    • Sylvie 12 février 2012 at 23 h 35 min

      Rosset a raison, cela n’aurait pas dû être dit en public mais comme toujours les journalistes font monter la mayonnaise avec des supputations. Les propos de Federer étaient déplacés et maladroits mais largement amplifiés et déformés par la presse. Reste à savoir si Rosset a assisté à la conférence de presse ou s’il a lu les journaux. Les versions diffèrent et Stauffer qui était à la conférence de presse dit que Federer n’a jamais dit que Stan avait mal joué dans le double. Il a réécouté les bandes et dit qu’il ne comprend pas d’où ça sort.

      Qui croire ?

      Federer aurait mieux fait de se taire on est d’accord mais, comme l’affaire des guignols et pour d’autres raisons, cela prend des proportions ridicules. Entre une maladresse un peu blessante et les propos qu’on lui prête dans certains journaux il y a un gouffre.

      Par ex, dans la version allemande il dit  » c’est dommage qu’on n’ait pas pu mettre la pression sur les Américains en gagnant le premier point », Schade en allemand, dans la version anglaise de l’Ap c’est devenu « it’s a shame », ce qui est loin d’être la même chose.

      Il dit que stan n’a pas joué à son meilleur niveau et ça devient « he didn’t play well » ce qui n’est pas pareil. Etc.

      Après, Stan a pu néanmoins être blessé et c’est injuste et impardonnable. Comme je l’ai dit plus haut, on gagne ensemble et on perd ensemble. Et ils sont bien deux ) avoir perdu.

      En revanche dire que Federer a balancé son dernier set face à Isner me parait du n’importe quoi.

      • MarieJo 12 février 2012 at 23 h 57 min

        pour moi it’s a shame veut bien dire c’est dommage, on peut aussi dire it’s a pity… tout dépends du contexte, shame peu accentuer un peu plus la déception, qui était évidente côté suisse ce week end, donc je ne suis pas d’accord.

      • Antoine 13 février 2012 at 0 h 16 min

        Je n’ai pas parlé du fait que ce journaliste avait dit que Federer aurait balancé le 4ème set contre Isner parce que c’est effectivement débile, mais de faits avérés et vérifiables, et de déclarations de l’intéressé rapportées par plusieurs journalistes…

        Je trouve que tu te donnes quand même beaucoup de mal pour défendre le grand homme qui a très loin d’avoir été bon et qui aurait mieux fait de s’abstenir critiquer son partenaire….certes pas meilleur que lui mais qui s’est au moins dispensé de dire que Roger avait été très loin du niveau que l’on aurait pu espérer..

      • Sylvie 13 février 2012 at 12 h 22 min

        Je pense Antoine que tu déformes mes propos et mes intentions puisque j’ai été la première sur le site à critiquer Federer et à dire qu’il n’avait pas à critiquer Stan. Je n’ai pas changé d’avis sur ce point. Relis bien mes propos, à aucun moment je ne l’excuse.

        En revanche, s’il y a une chose dont j’ai horreur c’est d’être manipulée et des méthodes malhonnêtes d’une certaine presse qui fait monter la mayonnaise et déforme les propos ou les amplifie. L’article du Temps est excellent car très critique, notamment envers Federer mais sans en rajouter des tonnes, ne déformant pas les propos et ne les amplifiant pas mais critiquant ce qui est critiquable, et posant surtout les bonnes questions sur le bilan à tirer, les responsabilités de chacun : joueurs, capitaine, Swiss tennis, entreprise chargée de préparer la surface. C’est du vrai travail journalistique, qui pose les vraies questions, qui se permet un regard critique sans brosse à reluire mais ne cherche pas à reduire une interview complète à deux bouts de phrase.

        Libre à toi de penser que j’agis par groupitude alors que je redis clairement que Federer a tort, qu’il est critiquable, qu’il ne fait preuve d’aucune remise en cause ce qui est incompréhensible et qu’il doit, pour le moins des excuses à Wawrinka.

        En revanche, sauter à pieds joints dans une polémique attisée par un article douteux repris sans vérification par les médias français ou étrangers très peu pour moi…

        Le regard critique sur la presse fait partie de mon job, donc déformation professionnelle, j’imagine.

        Restons-en là et passons effectivement à autre chose

      • Colin 13 février 2012 at 12 h 23 min

        « I can cry like Roger, it’s a shame I can’t play like him »

        En effet, « it’s a shame » se traduit plutôt par « c’est dommage » que par « c’est une honte »

        • Sylvie 13 février 2012 at 12 h 38 min

          Ok, je me suis trompée sur ce coup mais en revanche ses commentaires sur le double ont bien été mal traduits.

      • Sylvie 13 février 2012 at 12 h 58 min

        Allez, pour détendre l’atmosphère sur ce sujet et prendre tout ça à la rigolade

        http://marcrosset.blogspot.com/2012/02/le-rendez-vous-manque.html

        J’ai bien aimé ce passage :
        « nous avons pris cette rencontre contre les Etats-Unis comme un match de gala, comme si on organisait une foire à la choucroute pour Duduche, Rémy et Clotilde. »

        et ça aussi :
        « Deux joueurs qui sont apparus aussi combatifs et volontaires qu’un prisonnier de Guantanamo après 10 ans de bagne »

  12. MarieJo 12 février 2012 at 23 h 39 min

    karim, vraiment désolée pour toi ce week end, fed qui perd en CD, et la côte d’ivoire qui perd aux tirs au buts en finale de la CAN…
    a coté le blues des suisses c’est du pipi de chat !
    j’espère que ta gardé une bonne biture de au frais et que tu as pris ton lundi de repos !

    • Sylvie 12 février 2012 at 23 h 41 min

      La Suisse qui perd en coupe Davis, il doit s’en foutre un peu j’imagine. En revanche la finale de la CAN :( On compatit.

  13. MarieJo 12 février 2012 at 23 h 59 min

    ben dancevic tient son service en sauvant 3 balles de set ?
    jo en grande discussion avec guy…
    dancevic joue mieux que son classement, logique !

  14. Antoine 13 février 2012 at 0 h 25 min

    Il joue pas mal du tout Dancevic, bien meilleur que Pospsil avant hier en tout cas..Vite largué au premier set: 4-0 mais depuis il fait jeu égal avec Jo en tapant sur tout ce qui bouge..Et comme il n’ rien à perdre, zéro pression il joue de mieux en mieux. C’est même lui qui domine dans ce deuxième set; 4-3 après avoir perdu le premier 6-4…

    Tiens au fait Roger joue à Rotterdam cette semaine, pas sur terre battue et rencontre Mahut d’entrée….En tout cas, on ne pourra pas l’accuser d’avoir opté en CD pour une surface qui collait avec son programme…

    • Antoine 13 février 2012 at 0 h 38 min

      Bon à 4-4, rattrapé par la pression, Dancevic craque et break Jo qui sert donc pour boucler ce deuxième set…

      • Antoine 13 février 2012 at 0 h 42 min

        Et voilà, derrière jeu blanc 6-4 6-4, c’est plutôt bien parti..

        • Antoine 13 février 2012 at 1 h 11 min

          Et dernier set qui n’est plus qu’une formalité 6-1…

          France-USA en quarts en avril..Cela peut être bien..Au Mans ?

  15. Antoine 13 février 2012 at 1 h 16 min

    Sinon, je viens de voir que la Zambie a gagné la finale de la CAN contre la Côte d’Ivoire au tie break 8 à 7 et que les Ivoiriens rentrent donc chez eux sans avoir encaissé un seul but, mais les mains vides..Comme dans un match de Karlovic qui gagne trois tie breaks sur quatre. Karim, si tu supportais tes compatriotes, sincèrement désolé de ce coup du sort…

    C’est de la faute de Roger, ne me demandes pas pourquoi, je ne sais pas, mais j’en suis sûr…

    • MarieJo 13 février 2012 at 8 h 31 min

      Das ces cas là et puisque c’est la propsition la plus commune : pendons roger federer !!!
      Sincères condoléances à nos FFF :twisted:

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis