Tête de citron

By  | 22 avril 2012 | Filed under: Légendes

Provenant du continent américain, je suis un ancien n°1 mondial au talent proportionnel à mon sale caractère. Gaucher à la patte de velours et au toucher exceptionnel, j’étais toujours prêt à en découdre, aussi bien avec mes adversaires qu’avec les arbitres et les journalistes… Qui suis-je ? John McEnroe ? Non ! Je suis Marcelo Rios, dit « El Chino ».

Né à Santiago (Chili) en 1975, Marcelo commence le tennis à l’âge de 11 ans. Premier sud-américain sacré champion du monde junior en 1993, le jeune Rios est un joueur de fond du court doté d’un toucher de balle exquis, d’un déplacement et d’un coup d’œil exceptionnels, le tout accompagné d’une certaine nonchalance sur le terrain qui donne l’impression d’un jeu complètement sans effort tellement il semble naturel. Son passage chez les pros en 1994 suscite d’énormes attentes, beaucoup lui prédisant une carrière dorée.

Ses débuts semblent le confirmer : pour son premier Roland-Garros, il pousse Pete Sampras, le N°1 mondial, à disputer deux tie-break (7/6 7/6 6/4) ; il remporte ensuite son premier Challenger à Dresde, en Allemagne.

Le jeune Chilien accélère sa progression en 1995-1996. La première année, il remporte trois tournois (Bologne, Amsterdam et Kuala Lampur), mais s’incline en finale de son tournoi local à Santiago. En 1996, il atteint quatre autres finales mais n’en remporte qu’une seule, à Sankt Poelten. Surtout, il obtient de très bons résultats en Masters Series (demies à Indian Wells, Monte Carlo, Hambourg, Montréal, quarts à Madrid et Rome), ce qui lui permet d’intégrer pour la première fois le Top 10.

Mais c’est en 1997 qu’il réalise sa première grande saison: il atteint les quarts de finale à l’Open d’Australie (perd contre Chang), remporte Monte Carlo, est finaliste à Rome, arrive en huitièmes à Roland-Garros (p.c. Arazi) et à Wimbledon (p.c. Becker), et dispute un excellent US Open, ne s’inclinant que de justesse en quarts, en cinq sets (à nouveau face à Chang). Après être monté un temps jusqu’à la 6e place mondiale, il finira l’année 10e.

1998 sera le summum de sa carrière. Il commence l’année tambour battant en remportant le tournoi d’Auckland et atteint sur sa lancée la finale de l’Open d’Australie. Malheureusement, le Chilien se loupe complètement lors du match décisif face à Petr Korda (qui sera bientôt suspendu pour dopage à la nandrolone) et s’incline sur le score sans appel de 6/2 6/2 6/2. Malgré cette déconvenue, il continue son excellent début de saison et réalise un fantastique doublé Indian Wells - Key Biscayne qui lui vaut de devenir le premier sud-américain à atteindre le Graal suprême, la place de n°1 mondial (il la conservera au total durant six semaines) ! Il confirme sur terre battue en remportant un troisième Masters Series à Rome (avec des victoires sur Henman, Muster, Krajicek, et Kuerten sans perdre le moindre set !) et le tournoi de Sankt Poelten juste avant Roland-Garros. C’est donc en grand favori qu’il aborde le deuxième Grand chelem de l’année. Hélas, après un parcours aisé jusqu’en quarts, il chute face au futur vainqueur, Carlos Moya, en quatre sets, à l’issue d’un match décousu où il maîtrise mal ses nerfs.

L’état de grâce est passé. Rios connait plusieurs mois de disette avec des éliminations précoces à Wimbledon (1er tour) et à l’US Open (3e tour). Il se ressaisit en fin d’année en remportant la richement dotée Coupe du Grand chelem et le tournoi de Singapour, mais doit se retirer sur blessure après son premier match au Masters, alors qu’il reste au coude à coude avec Sampras pour terminer l’année à la place de N°1 mondial. Il termine l’année avec 7 titres et la place de n°2.

On le savait pas alors, mais 1999 sera le début de la fin pour Rios. Forfait en Australie, son année sera entrecoupée de pépins physiques. Il réussit malgré tout à garder un bon niveau de jeu : il remporte trois tournois (le Masters Series de Hambourg, Sankt Poelten et Singapour), atteint la finale à Monte Carlo et les quarts à Roland-Garros. Il finira l’année à la 9e place mondiale. Mais c’est un peu le chant du cygne du Chilien : miné par des blessures à répétition, Rios s’enfonce petit à petit dans le ventre mou du classement. Il remportera bien trois derniers tournois (un en 2000 et deux en 2001) et atteindra les quarts de l’Open d’Australie en 2002, mais son corps n’en peut plus. Après une année 2003 durant laquelle il ne joue quasiment plus, il se retire officiellement en juillet 2004.

Que retiendra-t-on de Marcelo Rios ? Tout d’abord, que c’était un des joueurs les plus talentueux de sa génération, capable de coups de pattes géniaux et de dessiner des trajectoires époustouflantes, mais dont le physique n’a pas résisté aux exigences du tennis de haut niveau. Que c’était le premier sud-américain à devenir numéro 1 mondial, et le seul n°1 à ne jamais avoir remporté de tournoi du Grand chelem. Et surtout, que c’était l’un des joueurs les plus caractériels à avoir foulé les courts, récompensé par cinq Prix citron, dont quatre consécutifs, de 1996 à 1999 ! Parmi ses phrases devenues légendaires on peut citer les perles suivantes :

- Move your fat ass! (tendre attention à l’égard de Monica Seles)

- L’herbe c’est bon pour les vaches et jouer au football ! (après son élimination à Wimbledon)

- Non, je ne veux rien dire (réponse au Président de la République qui lui demandait s’il voulait dire quelque chose au peuple chilien pour célébrer sa première place mondiale)

- Ce sera déjà bien s’il remporte deux jeux (à un journaliste qui lui demandait s’il pensait battre Muster à Rome en 1998)

- T’es en vacances ? Tu peux y rester… (à Larry Stefanki qu’il vient de virer alors qu’il l’a emmené jusqu’à première place mondiale)

- Affronter Nadal aurait été une promenade de santé pour moi…

- Rod Laver ? Je l’aurai battu facilement…

- Fuck ! (A Nelson Monfort qui lui demandait « Marcelo, just one word »).

Bonus : pour ceux qui comprennent l’espagnol, une émission de ESPN a été consacrée à Rios.

Tags:

230 Responses to Tête de citron

  1. Antoine 24 avril 2012 at 16 h 13 min

    Gros effort de Wimbledon sur le prize money, plus important et plus cohérent qu’à Roland Garros, avec une forte revalorisation pour les premiers tours:

    http://www.wimbledon.com/content/documents/about/2012-prizemoney-breakdown.pdf

  2. Colin 24 avril 2012 at 17 h 12 min

    Rios peut battre Nadal à Roland Garros.

    • Le concombre masqué 24 avril 2012 at 17 h 16 min

      Belle conclusion, monsieur Tartempion.

      • Le concombre masqué 24 avril 2012 at 17 h 55 min

        C’est un alexandrin?

      • Colin 24 avril 2012 at 19 h 23 min

        Tartempion vit en songe Rios dominer Nadal
        Sur la terre de Roland en un combat fatal.
        Mais un Concombre, hostile à ce rêve si doux,
        Le réveilla en sursaut, lui criant « Es-tu fou? »

    • karim 24 avril 2012 at 17 h 16 min

      S’il parvient à passer l’obstacle Vilas. Ce qui n’est pas garanti au vu de sa forme.

      • Colin 24 avril 2012 at 19 h 55 min

        A peine son Nemesis eut-il pris sa retraite,
        Que Vilas entrevit la fin de la disette.

        Hélas ! Ô disgrâce, ô infortune ennemie !
        Dès l’édition de mil neuf cent quatre vingt deux,
        C’est des mains d’un autre viking blond aux yeux bleus,
        Que Guillermo fut privé du Titre à Paris.

        Borg à peine disparu, c’est ainsi Wilander
        qui le spolia de la Coupe des Mousquetaires.

    • Le concombre masqué 25 avril 2012 at 13 h 39 min

      Réponse à « Rios peut battre Nadal à Roland Garros. »

      Ah si seulement! mon cher Maillard,
      Le désarroi de savoir cette issue utopique,
      a fait changer au grand Master son avatar,
      et non pas comme on eut pu croire pour une bique,
      Mais pour un mauvais lapin tigré, à l’instar
      du taureau qui, ayant touché terre à la trique,
      a tout l’air d’attendre le gazon pour mener la fanfare!

      • Le concombre masqué 25 avril 2012 at 13 h 40 min

        a la trique

      • Colin 25 avril 2012 at 15 h 35 min

        Qu’est-ce que tu veux dire par là? « Le taureau a la trique » ? Pas très poétique tout ça :mrgreen:

        • Le concombre masqué 25 avril 2012 at 16 h 04 min

          Mais ci c’est très poétique.

          je dirais même plus : c’est poétrique.

          • Le concombre masqué 25 avril 2012 at 16 h 44 min

            Mais si, putain je suis fatiqué, moi…

  3. Antoine 24 avril 2012 at 17 h 19 min

    Moi, j’aurais donné cher pour voir ce que Kuerten à son top aurait fait à Nadal. Je pense qu’il aurait vraiment eu toutes ses chances.

    • Colin 24 avril 2012 at 19 h 03 min

      La seule occurrence possible aurait été 2004, mais cette année là Kuerten n’a été à son top que le temps d’un seul match (contre… Federer), et Nadal était forfait pour blessure (il a loupé toute la saison de TB de printemps).

      Cependant, puisqu’on est en pleine uchronie, je me demande bien ce que Nadal aurait fait lors de ce Roland-Garros 2004 s’il n’avait pas été blessé. A mon avis il aurait coupé quelques têtes avant d’échouer en huitièmes ou même en quarts.

  4. Antoine 24 avril 2012 at 17 h 58 min

    Puisque Nadal a repris la pôle position des joueurs ayant gagné le plus de M1000, j’ai regardé la décomposition de ses 20 victoires…

    Il est frappant de voir que 15 ont été acquises sur terre battue et que Monte Carlo fait donc plus de la moitié de ce total sur terre battue. 5 titres également à Rome (2005, 06, 07, 09 et 10), 1 à Hambourg (2008), 1 à Madrid (2010). 75% sur terre battue donc, avec un prisme très marqué pour Monte Carlo et Rome…

    Ses cinq autres victoires en M1000 sont Montréal en 2005 (bat Agassi en finale, la dernière bonne année d’André), Madrid en 2005 (bat Ljubicic en cinq sets en finale dans ce qui est à ce jour la seule victoire de Nadal en indoor, tous tournois confondus), IW en 2007 (bat Djoko en finale alors que ce dernier commence son ascension et gagnera à Miami juste après),Toronto en 2008 (bat Kiefer en finale), IW en 2009 (bat très séchement Murray en finale par un jour de très grand vent). Mis à part Madrid en 2005, toutes les autres victoires aont été acquises sur des courts relativement peu rapides. Au total, cela ne fait pas lourd et il n’a obtenu aucune victoire depuis plus de trois ans maintenant…

  5. Antoine 24 avril 2012 at 18 h 42 min

    Voilà une analyse chiffrée et détaillée de l’ATP qui confirme en tous points ce que j’ai écrit après la finale de Monte Carlo a propos des changements tactiques que Nadal a effectué contre Djokovic, tout particulièrement sur ses zones de frappe au service, mais pas seulement. Plus de doutes à avoir: je suis un génie !

    http://www.atpworldtour.com/News/Tennis/2012/04/Features/Nadal-Serve-Forehand-Analysis.aspx

    Des changements que j’avais exigé de Nadal avant la finale de Melbourne, mais c’est à croire que Toni ne lit pas ce que j’écris..Tant pis pour lui !

    • MacArthur 24 avril 2012 at 19 h 00 min

      Puis-je revendiquer mon titre de co-génie ayant apporté de l’eau au moulin de tes propos tout de suite après?

      Effectivement, à croire que le clan Nadal oublie de recourir aux stats lorsqu’ils élaborent leur stratégie anti-djoko.

      Comme le montre le papier de l’ATP, à Melbourne, c’est 52% de points gagnés au service côté avantage sur le revers de Djokopope contre 72% sur le coup droit de ce dernier. À Monte-Carlo, c’est 0 service de ce côté-là sur le revers du Serbe.

      Bon ben Djoko n’est pas bête…..Maintenant que l’ATP l’a rendu public, il va en tenir compte pour les fois prochaines. À Nadal de savoir comment mixer et ne pas être prévisible.

      Lors de l’interview d’avant-match Djoko répondait à la question: « Pensez-vous qu’il va changer de tactique contre vous ? »

      Je ne sais pas vraiment. Nous verrons bien ce qu’il fera demain. Il a un style de jeu que je connais bien. Je ne pense pas qu’un joueur puisse totalement changer son style. On peut faire de petits ajustements tactiques, mais on ne peut pas tout changer. Il n’y a pas de secrets entre nous. Nous savons tous les deux ce qui va se passer, en gros. Et on va tous les deux aller sur le court pour gagner.

      • Antoine 24 avril 2012 at 22 h 54 min

        Djoko va certainement essayer de s’adapter et sans doute y réussir, dans une certaine mesure, mais Nadal lui a bel et bien compris ce qui s’était passé à Melbourne et en a tiré les conséquences..La même remarque vaut pour Federer qui avait persisté à servir sur le revers de Nadal durant tout le match à Melbourne alors que les stats ont montré que c’était une mauvaise zone, particulièrement lorsqu’il servait côté égalité, le côté le plus important pour lui. Il faut donc espérer qu’il en tire aussi les conséquences…

        La zone de service privilégiée est un élément fondamental de la tactique puisque le service est le seul coup qu’un joueur peut complètement déterminer. Je suis très étonné que Federer n’ait pas, à Melbourne, corrigé le tir en cours de match alors qu’il a tous les types de service à sa disposition et qu’il se plante très rarement là dessus..

        A petit changement tactique, grands effets…

        Au delà du résultat de la finale de Monte Carlo, logique vu le piètre niveau de Djoko, le point très positif pour Nadal, c’est qu’il a su neutraliser le revers croisé du Djoker qui est le coup qui lui a fait le plus de mal depuis un an…

        • Bapt 24 avril 2012 at 23 h 35 min

          Antoine, le revers de Djokovic était extrêmement mauvais durant le match avec un nombre de fautes directes impressionnant. Il n’y avait pas grand mérite de neutraliser son revers ce jour là. (au passage cela fait quelques temps que le revers du Djoko n’est pas très bon)
          Avec la qualité de son revers, Rafa aurait même pu servir dessus avec son slice, il aurait sans doute marqué des points… 
          Il a servi au corps et sur le coup droit et ça a marché, tant mieux pour lui, mais ce jour là, Djokovic était mauvais sur tous les plans. Généraliser sur cet exemple cela serait comme si l’on avait fait des développements à n’en plus finir sur le sanibroyage de Federer (copyright Arno) par Nadal en 2011 à Miami avec 6/3 et 6/2 à la clé. On ne pouvait sans doute pas en déduire qu’il avait trouvé la clé pour le battre.
          Je tiens à dire au passage que, bien que je sois conscient de la dimension « tactique » du tennis, notamment sur un match ou deux, je ne crois pas qu’un bon choix tactique garantisse une hégémonie définitive sur joueur au niveau des tous meilleurs. Les h2h très déséquilibrés (Federer/Roddick etc.) tiennent à autre chose.

          Par contre je te rejoins Antoine pour dire les choses vont être bien plus compliquées pour le Djoko cette année et notamment sur terre battue.

          • Antoine 24 avril 2012 at 23 h 43 min

            Je suis d’accord avec tout cela Bapt…Je me demande quel est le niveau réel du Djoker en 2012. Pas celui de 2011, c’est clair, mais pas non plus celui de 2007-2010, entre les deux sans doute. Il fait des GC et des JO sa priorité ce qui est logique. Il a réussi à gagner à Melbourne. Il faudra maintenant attendre Roland Garros pour voir ou il en est et Wimbledon sera le moment de vérité, pour lui comme pour les autres. Celui qui gagnera Wimbledon sera sans doute celui qui sera numéro un à la fin de l’année…Enfin, c’est ce que je pense..

          • Bapt 25 avril 2012 at 0 h 15 min

            En fait Djoko n’a jamais très bien joué depuis le début de l’année sauf peut-être contre des seconds couteaux. Contre les tous meilleurs, il n’est jamais très bon. Peut-être ce qu’il a fait de mieux c’est à Miami pour battre Murray en finale.
            Mais à la différence du Djoko pré-2011, il gère assurément beaucoup mieux ses matchs et ses tournois si fait qu’il a un très bon rapport « qualité-prix » entre son niveau et ses résultats.
            Il est sûr que c’est la confiance qu’il a engrangé et une « sérénité » qui lui permettent de tirer le meilleur de son niveau qui est actuellement « moyen + ».
            Après tout, c’est suffisant pour rester numéro 1 mondial et gagner deux titres importants jusqu’ici.
            Tu as raison de pointer Wimbledon et savoir si cela va fonctionner longtemps avec les trois derrières qui au moment où je parle jouent grosso modo bien.

          • Jérôme 25 avril 2012 at 0 h 22 min

            Bon, en même temps, personne ne s’attendait à ce que Djokovic fasse 4 années de folie d’affilée comme Federer.

            L’impression que j’ai, c’est que :
            - d’une part Djoko est en effet un poil en dessous de son meilleur niveau de 2011 quand il marchait sur l’eau,
            - et d’autre part il est plus souvent sur courant alternatif que l’an passé.

            Mais cela étant, ça n’en reste pas moins lui qui a fait le meilleur début d’année 2012. Il a gagné l’OA et Miami, a fait finale (foirée certes, mais finale quand même) à Monte Carlo et demi à IW.

            Tout le monde aurait signé pour un tel début d’année, y compris Nadal et Federer.

            On ne peut pas arguer de la finale foirée de Djokovic à Monte Carlo pour conclure qu’il va foirer Roland Garros. C’est après Madrid et Rome qu’on en reparlera. D’ici là, tout peut arriver, y compris un pépin physique empêchant un ou plusieurs des cadors de défendre sérieusement leurs chances à RG.

  6. Jérôme 24 avril 2012 at 20 h 34 min

    Eh oui.

    Cela confirme bien que Nadal à beau être un super champion qui a remarquablement su enrichir et faire évoluer son jeu pour être compétitif sur toutes les surfaces, il a toujours été et reste un joueur de surfaces lentes. Et essentiellement un joueur de terre battue où il a gagné 70% de ses titres.

    Borg et Wilander avaient un palmarès nettement moins déséquilibré. Nadal est vraiment le roi de cette surface très particulière comme on n’en rencontre qu’un par génération parce qu’outre sa maîtrise technique, il a une solidité mentale et une mrésence physique hors normes : Rosewall entre le milieu des années 50 et la fin des années 60, Borg entre 74 et 81, et maintenant Nadal.

    Kuerten, s’il n’avait pas été perclus de blessures, aurait eu une grande chance contre Nadal jeune. Contre Nadal arrivé à maturité j’en doute.

    Et enfin, moi aussi je crois que le grand Federer a toujours une chance de battre Nadal à RG. Mais à chaque fois, je finis avec une déception d’autant plus gerbatoire qu’il se délite tout seul (début du 2ème set en 2006, incapacité à convertir 10 balles de break au 1er set en 2007, et sabotage du 1er set de la finale 2011 où il à balle de set à 5/2).

  7. Colin 24 avril 2012 at 20 h 50 min

    La mise à jour de la tennis race 2012 est en ligne.

  8. Antoine 24 avril 2012 at 23 h 35 min

    J’ai dans l’idée que Karim va être de mauvaise humeur demain..Tout baigne ce soir Karim ?

    • karim 25 avril 2012 at 0 h 27 min

      Tout baigne. J’ai juste envie de tuer quelqu’un, même un petit orphelin je pourrais.

    • Colin 25 avril 2012 at 9 h 43 min

      Allo, maître Yoda ? Qu’êtes-vous devenu ?

  9. William 25 avril 2012 at 0 h 07 min

    Après le Real c’est maintenant au tour de Chelsea… Avec un Nadal entre les deux ! C’est pas ma semaine sportive, je vous le dis…

    • Jérôme 25 avril 2012 at 0 h 24 min

      Et ce n’est pas tout. T’as vu la météo pourrie qu’on a depuis 10 jours ?

    • karim 25 avril 2012 at 0 h 24 min

      I feel you man. Putain de merde et maintenant le nadalothon. Le réal, Chelsea, nadal et mourir.

  10. Coach Kevinovitch 25 avril 2012 at 0 h 57 min

    Chelsea qui me fait gagner des sous, le Real, Nadal, Chelsea qui me fait gagner des sous. Ces sept derniers jours ont été ma golden week. Je suis très heureux.

  11. Antoine 25 avril 2012 at 10 h 15 min

    ..Et pour conclure cette belle semaine, notre bon Président Sarkosy de Nagy Bosca réélu contre toute attente avec 50,2% des voix…

    • Remy 25 avril 2012 at 10 h 52 min

      L’horreur a ses limites.
      Et pour commencer Nadal va se faire sortir du tournoi de Barcelone dès le premier tour !

  12. fieldog, vainqueur 2010 de l'odyssée (la seule, l'unique!) 25 avril 2012 at 11 h 09 min

    Et bien moi, contrairement à beaucoup ici (semble-t-il), j’ai été plus que ravi de la qualification de Chelsea !
    D’abord parce que les joueurs ont été héroiques, y ont cru jusqu’au bout malgré des faits de jeu en leur défaveur (expulsion de Terry, méritée certes mais quand même sacrément idiote, péno fantôme,…).

    Ensuite parce que la presse va peut-être arrêter de nous bourrer le mou avec le Barça et Messi, respectivement meilleure équipe et meilleur joueur de tous les temps de l’univers tout entier…

    Enfin parce qu’une victoire du challenger face à l’ogre de la compétition a une saveur particulière et procure un sentiment qu’absolument rien n’est inéluctable dans le sport.

    Pour les mêmes raisons, je supporterais le Bayern ce soir.

    PS : Karim, c’est quoi ce lapin nain en avatar. Il y a des choses qui doivent rester inchangées ! Il en va de l’équilibre de la force…

    • Antoine 25 avril 2012 at 11 h 26 min

      Moi aussi je suis content. Un challenger bat le tenant du titre à 10 contre 11 après avoir été mené 2 à 0 ? Super ! J’espère aussi que le Bayern se qualifiera et gagnera la Coupe chez lui. Wunderbar !

      Imanginez qu’un type batte Nadal à Roland Garros en remonttant de deux sets à zéro, ce ne serait pas beau, çà ?

  13. Antoine 25 avril 2012 at 14 h 25 min
  14. Antoine 25 avril 2012 at 16 h 58 min

    Le Nadalothon a repris cette après midi: 1 et 2 pour Garcia Lopez…What else ?

  15. Arno, l'homme des antipodes 25 avril 2012 at 17 h 01 min

    Et ben moi, l’élimination du Barça, je m’en contrefous. Au contraire, je suis bien content parce que y en a quand même marre de la pensée unique, du jeu unique, etc… Ils peuvent perdre, en voilà la preuve par deux avec le Réal 3 jours avant.

    J’ai énormément de respect et d’admiration pour Messi qui est pour moi bel et bien le meilleur joueur de tous les temps, mais trop c’est trop.

    Barcelone n’est pas invincible, et n’est pas détenteur de la seule bonne façon de jouer au foot. Surtout qu’on parle là d’un sport collectif ou les paramètres sont incroyablement nombreux !! Il ne suffit pas, comme au tennis, de faire le bon geste au bon moment, il faut que les autres suivent le mouvement. Du coup, les possibilités sont quasi-infinies…

    Par contre, faut quand même bien le dire: héroïques, les joueurs de Chelsea, je veux bien, mais toutes leurs femmes étaient à une partouze géante pendant les 2 matches… 4 tirs sur les poteaux, 1 penalty loupé, sans parler des immanquables manqués par Fabregas, sur les 2 rencontres ça fait quand même beaucoup pour le Barça.

    Bref, c’était ma parenthèse foot annuelle. Paris est magique (en passant ;) ).

    Mais passons à l’évènement mondial qui déchire le monde, bouleverse l’actualité, démolit l’ordre établi: putain, Karim, qu’est que tu fous avec Jojo Lapin en avatar ???????????

    COMPLOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOT !!!!!!!!

    • Arno, l'homme des antipodes 25 avril 2012 at 17 h 03 min

      Je gère déjà les « complooooooooooooooot » au poil avec la nouvelle police… Je m’aime.

  16. Pierre 25 avril 2012 at 17 h 51 min

    J’en appelle aux modérateurs : comment peut-on laisser Karim arborer un lapin en guise d’avatar ? Il n’y a pas un règlement contre ce genre d’abus ? Non mais, j’te jure…

    • Le concombre masqué 25 avril 2012 at 17 h 59 min

      nan mais regarde bien c’est un lapin-tigre hein c’est pas mal…comme les autres montages que j’ai posté 5 ou 6 posts plus haut…

    • Le concombre masqué 25 avril 2012 at 18 h 01 min

      après, je dis pas, hein, je suis choqué aussi, j’ai même poèté plus haut que mon luth à cause de cette affaire…

  17. Thomas 25 avril 2012 at 19 h 16 min

    Pas de réaction quant à la décision de Sieur Tiriac d’imposer la terre battue bleue à Madrid ? Le big four à pourtant pas mal protesté contre cette décision unilatérale.
    Personnellement, ça ne me choque pas. Madrid est un tournoi récent dont le fonds de commerce est de bousculer les habitudes. C’eut été à Monte-Carlo ou Roland-Garros, non mais là…le tournoi n’a que 3 ans. De plus, ce n’est même pas une « nouvelle » surface mais juste de la terre battue coloré en bleu. On verra bien la semaine prochaine ce que ça donne.
    A ce propos, quid de la terre battue verte ? C’est sur une telle surface que s’est joué l’US Open entre 75 et 77 ? Cette surface n’existe-elle qu’aux USA ? Il y a quelques années je crois qu’il y avait encore quelques tournois féminins qui se jouaient dessus. Si mes souvenirs sont bons, elle prenait pas mal le lift mais était plus rapide que de la terre battue classique.

    • David 25 avril 2012 at 19 h 24 min

      Charleston se joue toujours sur cette terre-là !

      • Antoine 25 avril 2012 at 22 h 45 min

        A Houston aussi, c’était de la terre battue verte ou plutôt verdatre..Une couleur déguelasse..

    • MacArthur 25 avril 2012 at 20 h 56 min

      Oui tournoi récent donc moins chargé d’histoire. Ils ont même l’outrecuidance de l’appeler « Le tournoi du 21ème siècle ».

      De la TB pas ocre, il y en aussi au Canada. Et ils en ont installé sur le site de la Coupe Rogers à Montréal pour les entraînements des joueurs. Nadal et Djokopope l’avaient alors inaugurée. Mais c’est du n’importe quoi. J’ai joué dessus et ça n’a rien avoir mais alors rien avoir avec la bonne vieille TB européenne et sud-américaine. Je n’ai jamais essayé la TB des États-Unis.

      Pour savoir le processus de fabrication de cette TB bleue, voici la vidéo explicative: http://www.madrid-open.com/en/la-caja-magica/como-se-fabrica-la-tierra-azul/

    • MacArthur 25 avril 2012 at 21 h 16 min

      Sinon ce Madrid 2012, je le sens bien pour l’ami Federer qui va débarquer frais. Djokopope a renoncé à Belgrade. Il veut arriver en pleine forme physique et surtout mentale dans la capitale espagnole. J’espère que les deux ne seront pas dans la même moitié de tableau. J’aimerais bien les voir face à face en finale. Pour cela, Roger a intérêt à se débarrasser de Nadal en 1/2 éventuellement. Je ne comprends d’ailleurs comment il a pu autant paumer l’année dernière au même stade de la compétition. J’espère que la TB bleue va l’aider. Andy aussi a intérêt à ne pas faire le con. Il pourra la faire, sa pagaille, à Rome.

      Mais à Madrid, je veux une belle raclée de la part du sieur Federer au sieur Djokopope.

    • Thomas 25 avril 2012 at 21 h 28 min

      Ça ressemble à quoi la terre battue « canadienne » ?
      Avec cette possibilité de décliner la terre battue, je me demande s’il ne serait pas possible de créer une surface naturelle et relativement rapide autre que le gazon. Bref, une surface qui allie la « douceur » de la terre battue avec des conditions de jeu rapides. On pourrait alors réconcilier la santé des joueurs avec un jeu différent de ce qui est proposé aujourd’hui. Mais resterait le cout d’entretien… (Mais qui, parait-il, à long terme est moins important pour la TB).

      • MacArthur 25 avril 2012 at 21 h 48 min

        Déjà, il faut savoir que ces quatre terrains en TB du stade uniprix ont été construits sur les toîts en lieu et place d’anciens courts intérieurs…Ce qui affecte déjà les sensations…

        Une petite idée ici: http://www.youtube.com/watch?v=9HuT-gXQTdM

  18. Sam 25 avril 2012 at 22 h 27 min

    Rios …

    http://www.youtube.com/watch?v=exxLhZqBZew

    Faut que je fasse quelque chose pour cet avatar, c’est vraiment la honte.

  19. Kaelin 25 avril 2012 at 22 h 48 min

    (attention je vais parler WTA).
    Elle est impressionnante cette Mona Barthel, vous ne trouvez pas ? Je suis par hasard depuis quelques temps ses résultats et se sont toujours des perfs voire énormes perfs. Elle avait posé beaucoup de problèmes à Kvitova (battu ? je ne me souviens plus ..) il n’y a pas si longtemps que ça et là je vois qu’elle a battu Ivanovic (bon d’accord c’est Ivanovic, mais ça reste du lourd et ça confirme son talent). Elle a d’ailleurs déjà un titre WTA, les Internationaux d’Hobart où elle bat les têtes de séries 2,5,4 et 1, pour finir par exploser Wickmayer 6-1/6-2. Bon pas hyper précoce, 21 ans mais bon elle a toute sa carrière devant elle et ses perfs sont notables.

    A suivre je pense … On va voir déjà ce que ça donne contre Bartoli, mais c’est pas gagné pour la française.

    • Kaelin 26 avril 2012 at 21 h 27 min

      Bon tout le monde s’en fout comme d’hab, mais Barthel a bien explosé Bartoli comme je le sous entendais

  20. Antoine 25 avril 2012 at 23 h 00 min

    Ce n’est pas la couleur du revêtement qui va changer quoi que ce soit aux conditions de jeu, normalement..De toute façon, la couleur est juste la dernière couche même si à Madrid la sous couche est également bleue..

    On fait grand cas des différences entre la terre battue américaine et européenne mais c’est très largement du pipeau: c’est différent, de même que les courts à Melbourne ne sont pas exactement les mêmes qu’à Flushing ou ailleurs, mais cela reste du dur. Il y a plus de différences dans les courts en dur qu’entre les courts en terre battue..

    Aux Etats Unis, la terre battue est un peu plus rapide généralement parce que j’imagine qu’en bons pragmatiques qui n’aiment pas dépenser de l’argent quand ce n’est pas nécessaire, les courts sont travaillés plus superficiellement qu’à Roland Garros ou les courts sont composés de différentes couches qui au total font qq chose comme 40 cm d’épaisseur. il semble que moins d’énergie est perdu à l’impact que sur une terre battue européenne: cela glisse, rebondit haut mais c’est un peu plus rapide..Pas de grandes différences à mon avis…

    Enfin, bientôt il n’y aura plus du tout de terre battue aux Etats Unis et guère plus de tournois tout court: le tournoi de San José, le pluas ancien tournoi US après l’US Open s’arrête définitivement en 2013 et le créneau est racheté par une firme qui va monter un tournoi au Brésil en 2014, l’année de la Coupe du monde de foot..

    Durant le printemps il n’y a plus que 5 tournois aux States. Il y en avait 20 à la grande époque..Le tennis décline rapidement aux Etats Unis…

    • karim 25 avril 2012 at 23 h 06 min

      Les américains ne s’intéressent plus vraiment au tennis parce qu’ils n’ont plus de grand joueur… Parce qu’ils ne s’intéressent plus au tennis.

      • Antoine 25 avril 2012 at 23 h 11 min

        Oui, dans les audiences TV, j’ai vu que le tennis était tombé au 8ème rang là bas..ce qui les intéresse, c’est le foot US, le baseball, le basket, le golf, des trucs qui rapportent vraiment du pognon..Après Roddick cela va être dur pour eux , d’autant qu’Isner a 27 ballets et Fish 30, après c’est Harrison qui en a 19 mais je ne vois pas aller très haut..Après, c’est fini, on ferme…

  21. karim 25 avril 2012 at 23 h 03 min

    La page d’accueil du site est un sacré mécano. Je m’y retrouve pas vraiment. Je suggère que les commentaires récents et l’article phare soient mis plus en évidence. Facile bien sur vu de mon lit avec l’ipad sur les genoux.

    • Antoine 25 avril 2012 at 23 h 07 min

      C’est vrai que c’est une honte ton avatar Karim..Si cela continue, je prends Pierre Djokovic, l’atroce caniche..

  22. Antoine 25 avril 2012 at 23 h 26 min

    Je viens de voir la séance des tirs au but entre le Bayern et le Réal: quelle nullité: 3 sur 4 foirés par Madrid ! Et deux loupés pour le Bayern aussi: 5 sur 9 de foirés au total..Et on les paye en plus ! Quelle bande de nazes ces madrilènes..Comme si des joueurs de tennis faisaient trois doubles dans un jeu de service…Nadal va être de mauvaise humeur demain. Il y en a un qui va déguster..

    • karim 26 avril 2012 at 0 h 13 min

      Je bois du petit lait. La vie reprend ses droits, je vais peut-être revenir mon ancien avatar du coup!!!

  23. karim 26 avril 2012 at 0 h 16 min

    Ceux qui conspuent mon avatar, sachez que ce lapin-tigre existe, le plus dur ayant été de tenir la lapine pendant la saillie féline. Un peu de respect.

    • Le concombre masqué 26 avril 2012 at 9 h 29 min

      Mouais…et tu connais le résultat du croisement entre un éléphant et un lapin?

      • karim 26 avril 2012 at 10 h 21 min

        Oui. ça s’appelle un pachyrabbit et ça pèse environ 3.5 tonnes avec des pattes postérieures hypertrophiées qui lui permettent de bondir à environ 12m du sol. A la retombée c’est hyper dangereux pour les autres animaux. C’est d’ailleurs la technique de chasse du pachyrabbit qui n’est plus à un paradoxe près, il est rigoureusement herbivore mais chasse quand-même. Il a deux très grosses incisives masquées par sa trompe et des oreilles disymétriques: une grande en feuille de chou à gauche généralement, et une longue et dressée à droite.

        • Le concombre masqué 26 avril 2012 at 10 h 41 min

          Non.

          La bonne réponse est : un lapin mort avec un gros trou dans le cul.

          • Ulysse 26 avril 2012 at 11 h 14 min

            Quand la poésie vous tient au corps, c’est difficile de s’arrêter. C’est l’effet vague à l’âme de Barcelona + Bucharest.

    • Mathias 26 avril 2012 at 11 h 27 min

      Ben voilà l’inverse – motivé le lapin, isn’it?

      http://www.hiltl.ch/images/werbung/Tiger-e.jpg

      • Mathias 26 avril 2012 at 11 h 34 min

        Et d’autre exploits:
        http://www.persoenlich.com/news/show_news.cfm?newsid=93981

        Pour ceux qui ne comprennent pas l’allemand: il s’agit d’une campagne de pub d’un célèbre restaurant végétarien de Zurich. Ils rajoutent juste des dents de lapins à des photos de carnivores. Ils ont m^me une App gratuite pour les gens puissent créer leur propres montages « végérariens ».

  24. Antoine 26 avril 2012 at 12 h 20 min

    De mieux en mieux Almagro: la semaine dernière, il prend 6-3 6-3 contre Stan lors de son deuxième match à Monte Carlo ce qui lui vaut de se faire doubler au classement par Gilou et de passer à la 13ème place et là, à Barcelone, pour son deuxième match, il prend à nouveau 3 et 3, contre Raonic cette fois en n’ayant pas été foutu de gagner plus de onze points sur le service du Canadien et seulement 55% des points sur le sien..

    Visiblement, il ne faut pas trop compter sur lui cette année sur terre battue. En Amérique du Sud, cela allait mais là, cela ne va plus du tout…

    • William 26 avril 2012 at 12 h 40 min

      Et pendant ce temps Nishikori remporte le premier set au tb contre Ramos, c’est bien, je l’aime de plus en plus le peti Jap..

    • Elmar 26 avril 2012 at 13 h 14 min

      Très bonne nouvelle. Almagro n’a rien à faire, ni de près ni de loin, dans les top-tenables. Le mec foire systématiquement dans les tournois qui comptent et enquille des points là où personne ne vient. Faut encore éjecter Tispa et on commencera à avoir un top-ten avec plus de gueule.

  25. Elmar 26 avril 2012 at 13 h 10 min

    Dans la Tribune de Genève, grande interview exclusive de Federer.

    On n’y apprend pas grand chose de nouveau, mais il revient sur certains points que je reprends en vrac.

    1° Il réitère son envie de jouer encore longtemps et envisage raisonnablement de participer au JO de 2016; il dit ne pas penser du tout à la retraite et ne sait donc pas s’il terminera sa carrière sur un dernier coup d’éclat ou sur une tournée d’adieux. Il est totalement ancré dans le présent.

    2° Ses objectifs sont bien sûr les tournois du GC et les JO; la place de numéro 1 ne le préoccupe pas tant que ça, surtout que Djoko a beaucoup trop d’avance. De la même manière, il s’en fiche totalement de devenir numéro 2 mondial avant Roland-Garros, car pour y gagner, il est persuadé qu’il devra de toutes façons battre Nadal. Son objectif principal reste Wimbledon (le GC, pas les JO).

    3° Il pense avoir toujours été franc dans sa communication, ce qui lui a valu des reproches, qu’il comprend, car c’est la règle du jeu. Certaines décla sont ses ressentis à chaud, et ne correspondent pas tout à fait à ce qu’il a en tête après réflexion. Il donne trois exemple: sa défaite contre Tsonga à Wimbledon l’an dernier où il avait déclaré ne pouvoir rien faire alors qu’il était très fâché contre lui-même, mais qu’il ne savait pas trop quoi dire; sa défaite contre Djoko à l’US Open où il avait estimé que ce dernier avait été chanceux: il dit que tout le mérite en revient à Djoko car il a provoqué cette réussite; ses propos sur Stan à la Coupe Davis où il lui paraît évident qu’en tant que leader de l’équipe et ayant perdu deux fois, il endosse un grosse part de responsabilités.

    4° Il revient aussi sur les gros matchs de GC qu’il a perdus de peu. Dans sa carrière, les plus douloureux pour lui ont été Wimbly 08 et l’US Open 09 car il était vraiment tout près de gagner. Sur ces deux dernières années où cela a moins bien marché, il pense qu’il manquait de confiance sur les points les plus importants; il dit que toutes ces années où il gagnait, il ne s’était pas rendu compte de l’importance de la confiance et qu’il a compris cela en fin d’année dernière. Du coup, avec 6 tournois gagnés sur 8 disputés, il est désormais en pleine confiance. Gagner contre Nadal en outdoor a renforcé cette confiance. Il ne dit pas que c’est ce qui lui permettra de gagner la prochaine fois, mais que c’est un petit plus.

    5° Concernant la « politique » du tennis, il prend cela très à coeur. Il dit qu’à chaud, il aurait déjà démissionné plusieurs fois du Conseil des joueurs, mais il essaie de faire au mieux. Il comprend que Nadal ait jeté l’éponge; mais il aurait préféré qu’il aille jusqu’au bout de son mandat en juin. Il comprend les critiques à son sujet, mais il dit oeuvrer passablement; il a rencontré les dirigeants des 4 GC à Indian Wells et Miami et déjà 2 GC ont accepté de revoir le Prize Money à la hausse.; il a également tenté d’expliquer ses positions aux joueurs qui ont exprimé leur mécontentement.

    6° Cela fait tellement d’années qu’il côtoie Nadal en tournoi, en exhib, et autres opérations marketting que forcément, des liens se sont créés. Cela a été plus difficile et plus long avec Djoko, mais il estime qu’aujourd’hui, leurs relations sont bonnes et qu’ils se respectent.

    • Antoine 26 avril 2012 at 13 h 52 min

      C’est intéressant tout cela Elmar mais bizarremment sur le site de la Tribune de Genève, on ne trouve qu’une petite partie de ce que tu racontes:

      http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/roger-federer-wimbledon-reste-nec-ultra/story/24915886

      L’interview plus complète doit se trouver ailleurs ?
      Je retiens un point, c’est qu’il dit qu’il se moque de redevenir numéro 2 avant RG car de toute façon pour gagner RG il devrait nécessairement battre Nadal. Implicitement, cela suggère qu’il est convaincu que Nadal battrait Djokovic au cas ou il serait alors numéro deux et que ces deux là se retrouvent dans la même moitié de tableau. C’est ce que je pense aussi…

      • Elmar 26 avril 2012 at 14 h 05 min

        Dans la version papier… c’est pour ça que j’ai fait un résumé.

    • Sylvie 26 avril 2012 at 15 h 14 min

      Super intéressante l’interview, merci.

      Je retiens plusieurs points :
      Une volonté d’auto-critique plutôt positive puisque c’est quelque chose qu’on lui reproche souvent. Après est-ce sincère ou une volonté de rectifier son image, lui seul le sait ?

      Mais je veux bien le croire, quand il dit que beaucoup de réactions sont « à chaud » et c’est vrai pour d’autres. En revanche, je suis persuadée qu’il est effectivement assez franc dans ses réactions car c’est un point qu’il a toujours mis en avant .Sur son site, lorsqu’on lui demande sa principale qualité, il répond l’honnêteté.

      Je suis en revanche étonnée qu’il ait découvert récemment l’importance de la confiance dans le succès. J’avoue que tant de naïveté me confond. Que le succès engendre le succès et la défaite récurrente le doute me semble une évidence en sport. On voit bien que tous les sportifs fonctionnent souvent par série.

      Pour son implication dans la politique du tennis je ne doute pas qu’elle soit réelle mais il n’a certainement pas mesuré les écarts entre les meilleurs et les autres vu qu’il en est partie prenante. Je pense néanmoins que son côté suisse et diplomate peut-être un atout et que crier fort et taper du poing sur la table n’est pas toujours la meilleure solution, surtout à long terme.

  26. karim 26 avril 2012 at 14 h 01 min

    Il faut que ça sorte, je vais utiliser ce fil à des fins cathartiques. Le spectacle de la seconde mi-temps du Barcelone-Chelsea a provoqué un tel dégoût en moi… Le football n’est pas forcément le sujet sur ce site mais vu qu’en ce moment l’activité tennis est au point mort, on peut se permettre un petit aparté, qui de toute façon reviendra au tennis.
    Je n’ai pas vu la première mi-temps du match, j’étais encore dans les bouchons. Ce que j’ai vu de la seconde période avait quelque chose de frustrant, de dégueulasse, de sordide et d’abject: deux lignes de cinq puis quatre défenseurs séparées de 20 mètres et posées dans la surface de réparation des londoniens, un bourbier véritable, une forêt inextricable genre la belle au bois dormant. Et c’est dans cet entrelacs de défenseurs que les virtuoses du Barça devaient tenter de se tailler un chemin. Ils se brisaient comme les vagues sur des brise-lames, inexorables.
    Chelsea tenait son résultat, jouait à dix en plus, toutes les raisons pour justifier ce tout défensif sont connues; sauf qu’ils ont joué comme ça pendant 2×90 min, avec comme point d’orgue cette seconde période d’un match retour où les Espagnols ont trusté la balle 90% du temps. J’avais l’impression de voir un camion Mercedes Actros à l’attaque dans Burzet sur le Monte-Carlo, ça ne le fait juste pas. Les attaques s’engluaient dans cette mélasse visqueuse. Chelsea n’avait rigoureusement, strictement aucune intention de jeu si ce n’était celle de défendre. Voir que même Drogba avait replié en défenseur central c’était la curie. Il n’y avait PERSONNE au-delà du rond central.
    C’est alors que me sont revenus les propos de quelques-uns ici, Jérôme ou Quentin je ne sais plus trop, appuyés par Sylvie. Ils s’émouvaient du côté inexorable de la tactique de Nadal contre Federer, son pilonnage du revers et sa défense, et parlaient d’antijeu. Ce débat et ces arguments m’avaient à chaque fois arraché un sourire condescendant « pfffff mais qu’ils sont mignons les FFF mais purée l’important c’est de gagner peu importe la tactique, ils rêvent ou quoi… pas du jeu et quoi encore, non mais quels bébés »!!!! Leurs affrontements ne m’ont jamais donné cette impression, mais je l’ai ressentie en pleine poire à voir Chelsea refuser de jouer au football!!!
    J’ai suivi le match en échangeant des SMS avec un pote qui comme tout Ivoirien, considère Chelsea comme notre seconde équipe nationale. Il était donc super content et quand je m’indignais du spectacle navrant, m’a assené un péremptoire « seule la victoire compte, peu importe le procédé ». Vraiment? J’ai objecté que si les deux équipes jouaient de la sorte, je doute qu’il eût suivi la rencontre dans son intégralité. Ça me ramène à l’essence même du sport, du sport-spectacle. Que veut-on finalement? Le résultat? Le spectacle? La joie de la victoire ou l’émotion dans la manière?
    Pourquoi tout le monde plébiscite les oppositions de style? L’élément indispensable pour faire un grand et beau spectacle c’est au moins un tennisman qui attaque, une équipe qui fait le jeu, un coureur qui tente des échappées, du panache, du feu. Les intérêts priment, économiques notamment et on joue pour ne pas perdre, ou pour gagner et juste gagner. Le JEU. Pourquoi parle-t-on de jeu? Le terme a-t-il encore sa place? On devrait dire « les joueurs vont reprendre l’opposition ». On ne joue plus, et ceux qui jouent perdent.
    Alors oui j’ai trouvé l’argument de Nadal sans panache plat et non-avenu, mais c’est plus que je n’avais pas compris le sens, ça ne m’avait pas ému. Si ce que vous ressentez est semblable au spectacle que Chelsea m’a donné, alors je valide la thèse, ce n’est pas ça le jeu.

    • Remy 26 avril 2012 at 14 h 34 min

      Garer le bus devant ses cages est une tactique compréhensible lorsqu’une équipe est en infériorité numérique et doit défendre un but d’avance.
      Mais la, Chelsea l’a fait pendant la totalité des 2 matches.
      Oui c’est nul, oui c’est moche, oui c’est chiant.
      Et normalement, ça ne marche pas.
      Normalement Barcelone l’emporte tranquillement à l’aller et au retour.
      Mais voila, ils se sont ratés.

      Barcelone a plus perdu que Chelsea n’a gagné.

      Pour revenir au tennis, je ne trouve pas que le pilonnage d’un point faible soit une forme d’anti-jeu. Surtout que ce n’est pas totalement vrai.
      Nadal fait d’autres choses.
      Et même, lors du dernier AO, Nadal a choisi d’attaquer plus le coup droit que le revers de Fed.

      Pourtant je suis FFF …

    • Sylvie 26 avril 2012 at 15 h 05 min

      Si je partage entièrement ton ressenti sur le « winning ugly » et cette impression d’agacement total de voir quelqu’un s’imposer en faisant moins de coups gagnants que l’adversaire (je parle de tennis car je n’aime pas le foot), je n’ai jamais utilisé et n’utiliserais jamais le terme d’anti-jeu en ce qui concerne Nadal.
      Ce n’est pas le style de jeu que j’aime et pour moi cela manque de panache ou d’esprit chevaleresque car dans « jeu » j’aime l’idée de créer mais c’est aussi une forme de jeu. Pilonner le point faible de l’adversaire, c’est une tactique comme une autre.

      Après, effectivement si on définit comme « jeu » la volonté d’être offensif et non défensif, c’est une autre histoire. Je préfère parler de type de jeu.

      Après, hors terre, Nadal est aussi capable de prendre le jeu à son compte et du panache il en a mais plus pour moi dans l’attitude que dans le jeu pur.

      Mais, c’est sur que lorsque je vois son adversaire rentrer dans le terrain, tenter de le déborder de toutes parts, attaquer à tout va et lui remettre inlassablement la balle parfois de justesse pour finir par provoquer la faute, quand j’entends le commentateur nous parler du « fameux coup de plus » qu’il fait jouer (et rater) à son adversaire, j’ai eu souvent envie de casser ma télé.

      Pour moi l’anti-jeu en tennis, ce serait les fausses pauses kiné, les tactiques pour déstabiliser l’adversaire, l’utilisation abusive du public etc. Donc Je ne vois pas Nadal faire de l’anti-jeu mais plutôt jouer un jeu la plupart du temps défensif et en désaccord avec ma conception du jeu.

      • Jérôme 26 avril 2012 at 21 h 43 min

        Et les dépassements systématiques du temps réglementaire de récupération entre les points, parfaitement volontaires (« j’en ai besoin afin de récupérer pour pouvoir jouer mon jeu. »), c’est pas de l’anti-jeu peut-être ? :evil:

        À la réflexion, non. C’est plus que du simple anti-jeu. C’est carrément de la triche massive.

      • Sylvie 26 avril 2012 at 23 h 07 min

        Ça oui, c’est de l’anti jeu, volontaire ou non. Mais dire que sa stratégie c’est de l’anti jeu pas pour moi mais ça se discute.

    • NTifi 26 avril 2012 at 20 h 22 min

      Moi aussi Karim j’aime le FCB, surtout pour sa philosophie de jeu. C’est la meilleure équipe du monde au niveau du jeu, mais si c’est toujours les plus forts qui gagnent, il n’y aura plus la magie du football.

      Le foot est imprévisible, voilà pourquoi c’est passionnant à regarder. Chelsea n’a pas les joueurs pour rivaliser avec le Barca, donc ils ont joué avec leur armes. Et ils ont gagne

  27. Antoine 26 avril 2012 at 17 h 32 min

    Je n’ai pas vu le match de Chelsa vs Barcelone mais je comprends très bien au vu du récit de Karim que l’on puisse être frustré et énervé par le résultat. Mais Chelsa pouvait il faire autre chose ? Barcelone n’a pas été assez bon, ni à l’aller, ni au retour. Sur un match, tout est possible et l’outsider a plus de chances mais normalement sur deux matchs, le plus fort doit passer. Ils n’ont pas été assez bons, voilà l’affaire…

    Certains matchs de Federer contre Nadal m’ont également donné cette impression, en particulier les finales de RG en 2006 et 2007. Mais Federer n’a pas été assez bon et a donc perdu. A ce sujet, je précise que je n’ai plus du tout cette impression quand je les vois jouer leurs matchs récents. Federer ne perd plus ses matchs parce qu’il fait trop de fautes en revers que pilonne Nadal, ce n’est pas pour cela qu’il perd.

    D’ailleurs, quand on regarde leur H2H depuis Melbourne 2009, on voit qu’il est très équilibré, même si Nadal a gagné les deux matchs les plus importants (RG 2011 et Melbourne 2012). Ce H2H depuis Melbourne 2009 est de 5-4 en faveur de Nadal et Roger a gagné sur toutes les surfaces: terre battue (Madrid 2009), indoor (Master’s 2010 et 2011), dur extérieur (IW 2012). Ils n’ont pas joué sur herbe ensemble depuis Wimbledon 2008, mais joueront à Halle cette année. Je n’ai donc pas de sentiment de frustration particulière. C’est la forme du jour qui prime, et la surface aussi car Nadal est meilleur sur terre et Federer meilleur en indoor.

    La tactique employée par Nadal ne me gêne pas non plus. Il en change d’ailleurs plus que l’on ne le lit, de même que Federer, même si leurs styles demeurent ce qu’ils sont. Je trouve cette oppsosition de style généralemnt très plaisante à voir et leurs matchs sont généralement très bons….

    Bien meilleurs que ceux entre le Djoker et Nadal….

  28. Quentin 26 avril 2012 at 18 h 47 min

    Je ne me souviens pas d’avoir parlé d’anti jeu pour la tactique employée par Nadal contre Federer.
    Je ne cesse au contraire de dire que c’est un joueur bien plus complet qu’on ne le dit.
    Ces derniers temps je suis surtout un défenseur de Djokovic catalogué comme un acarien par certains.

    • MacArthur 26 avril 2012 at 20 h 35 min

      Quentin, l’analogie avec les acariens, est-ce parce qu’ils sont ovipares (oeuf!)?

  29. Antoine 26 avril 2012 at 18 h 56 min

    Moi, je n’ai pas traité Djoko d’acarien. je trouve cela péjoratif pour les acariens.

    A Barcelone, 7 des 8 quarts de finalistes n’ont pas fait de détails contre leurs opposants, tous battus en deux sets et le plus souvent très sèchement comme Ferrer qui ne perd que deux jeux contre Montanes ou Murray qui n’en perd que trois contre Giraldo..Ne reste plus à jouer que Fernando contre Anderson..

    On aura donc en quarts Nadal contre Tipsy, Nishikori contre Fernando ou Anderson, Murray contre Raonic et Ferrer contre Lopez..

  30. MacArthur 26 avril 2012 at 20 h 55 min

    Sinon, tchat avec Steve Tignor aujourd’hui sur tennis.com

    Question d’un internaute: Considering the circumstances(Djoko’s grandfather), what does Nadal’s win over him mean for the future?

    Réponse de l’ami Steve: If I’m Rafa, I’m not going to worry about Novak’s situation in that match, but concentrate on the fact that I finally beat him, I neutralized his reutrn, I was effective keeping the ball deep, that I went after my backhand, and that I implemented things that worked against him for the first time in 18 months. I’m guessing that’s how Nadal will approach it. And that has to help.

  31. William 26 avril 2012 at 21 h 43 min

    J’en ai vraiment assez de cet argument qui vient nous apprendre que certaines équipes n’ont pas les armes offensives nécessaires pour faire mal en allant de l’avant. Assez de cette soi disant fatalité ! On parle de club de prestige, avec des moyens financiers obscènes. Il y a des centres de formation non ? Ce n’est pas valable que pour le foot. C’est ce que je réponds toujours quand j’entends que le style de jeu de Simon est conditionné par son physique frêle. C’est faux, il tape très fort au service, Stepanek ou Davydenko ne sont pas des armoires à glace que je sache ! Tout ça c’est dans la tête et il y a des joueurs et des équipes qui aiment trimer sans prendre de risques, c’est comme ça et ce n’est pas une question de « ne pas avoir les armes ». Foutaises : les armes cela s’acquiert.

    • Bapt 26 avril 2012 at 21 h 48 min

      Je te suis tout à fait William : pas besoin d’avoir le physique de Becker ou de Del Potro pour être un attaquant. Toutefois je ne pense pas que ce soit uniquement une question de « boulot ». C’est plus une question de « mentalité », de « personnalité » mais aussi de résultats. Le contexte actuel incite à ce type de jeu… Il « rentable » même si les spectateurs baillent dans leur coin… 

  32. MacArthur 26 avril 2012 at 22 h 01 min

    Voilà, Oncle Toni fait des émules: « Il a bien joué, mais il ne faut pas encore penser à la finale. Nous devons jouer les matchs les uns après les autres. » (Lendl suite à la victoire de Murray sur Santiago aujourd’hui)

    Remarquez le « Nous » :-)

    • Antoine 26 avril 2012 at 23 h 30 min

      C’est parce que Lendl parle de moi..Cela ne vise pas notre ami la Murène..

      Cela étant, c’est vrai qu’Andy a fait deux bons matchs. Il devrait normalement passer Roanic ou alors c’est qu’il est vraiment mauvais. Après c’est plus dur puisque ce sera Ferrer ce qui sera un très bon test de son niveau ce d’autant plus que Ferrer est lui même en forme, mais pour la finale, c’est mal barré puisqu’il risque de sortir lessivé du match contre Ferrer et que Nadal n’aura plus qu’à le ramasser le lendemain. En plus, je ne me fais pas d’illusions: ils feront très probablement jouer jouer Ferrer et Murray après Nadal pour avantager ce dernier le lendemain….Seule solution: battre vite fait bien fait Ferrer, mais c’est peu probable…

      • Bapt 27 avril 2012 at 0 h 45 min

        Surtout qu’il semble que la mobylette ait repris du carburant récemment. 6/0 6/2 contre Montanes !

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis