Le Top 3 des plus grands « autres » exploits en Grand chelem

By  | 31 mars 2012 | Filed under: Top 5

Voici mon Top 3 des plus grands autres exploits en Grand Chelem. Le critère principal sur lequel s’est basé cette sélection particulière n’est pas tant l’exploit en lui-même que la difficulté, pour le champion ou la championne, que représentait cet accomplissement à l’instant T. Mais pourquoi le mot « autre » me direz-vous ? Tout simplement car l’auteur de cet article juge que certains exploits ont été injustement mésestimés ou pas célébrés à leur juste valeur pour la seule et unique raison qu’ils n’ont pas été réalisés par les « bonnes » personnes ou qu’ils ont été réalisés aux dépens de ces derniers. Tel un vengeur masqué, ce top 3 vient réparer ces manques.

1) Finale de Roland-Garros 1984 : Lendl bat McEnroe 3/6 2/6 6/4 7/5 7/5

Dimanche 10 juin 1984, Paris, Stade Roland-Garros. John McEnroe, le numéro 1 mondial, est au zénith de sa carrière. Il joue mieux que jamais, a remporté les 42 premiers matches de sa saison. La terre battue, sa surface ennemie, semble s’être soumise à l’artiste. D’ailleurs en ce jour, il mène deux sets à zéro face à Ivan Lendl, le chicken, le riant Tchèque, en jouant peut-être le meilleur tennis d’attaque sur terre battue de l’histoire.

Lendl, celui que l’on se plait à haïr ou à lui demander de rentrer à la maison au lieu d’être en finale de l’US Open. D’ailleurs, les finales de Grand chelem ne sont clairement pas la tasse de thé du Tchèque, qui fait déjà partie du Top niveau mondial depuis 1981… mais a perdu ses quatre premières finales de Grand chelem, dont deux échecs mortifiants contre ce « vieux lion » de Connors. Alors, pour un serial loser tel que lui, cette configuration est sans doute la pire possible pour vaincre cette malédiction. Tout le monde avait déjà entrevu sa défaite, même le public qui se met à l’encourager, non pas par coup de foudre envers lui mais de peur que la finale se termine trop vite.

Du coup, ce qui va suivre tient de l’exceptionnel, du légendaire. Lendl se rebelle, joue mieux, s’accroche. McEnroe ne s’écroule pas contrairement à ce qui a été trop souvent raconté, n’a pas de break d’avance non plus dans ce troisième set que Lendl remporte au forceps 6/4. McEncore aura beau mener 4-2 dans le quatrième set, Lendl ira remonter ce déficit et empochera la manche 7/5. Dans le dernier set, le suspense demeure à son comble, chaque joueur tient son service jusqu’au fameux douzième jeu où Lendl obtient deux balles de break qui sont deux balles de match. La première est sauvée avec aplomb par « Big Mac ». Sur la seconde, McEnroe choisit un service slicé qui repousse le Tchèque loin du court et l’oblige à retourner assez court. Mais alors que l’Américain a une volée facile à placer dans un court tout ouvert, il la dépose dans le couloir.

Lendl peut lever les bras, il a gagné ce match et a enfin remporté un tournoi du Grand chelem après quatre tentatives infructueuses. McEnroe ne sera plus jamais aussi proche de s’imposer Porte d’Auteuil et, malgré une année 1984 fantastique, cette défaite le marquera indubitablement. Nombreux sont ceux qui considèrent ce dimanche 10 juin comme un jour funeste, regretté ou regrettable, une tragédie en cinq actes à Roland-Garros. Moi je vois là l’un des plus grands triomphes de l’histoire. Lendl a ressuscité tel un phénix dans ce match en revenant de deux sets à zéro et a réussi à enfin empocher un Grand chelem dans la situation la plus difficile qui soit. Rien que pour cela, ce qu’il a réalisé est tout simplement le plus grand comeback en finale de Grand chelem.

2) Roland-Garros 1989 : L’insensé triomphe de Chang

Michael Chang a 17 ans et 3 mois, il est en huitièmes de finale de Roland-Garros 1989 face à Ivan Lendl, co-propriétaire de ce tournoi dans les années 1980 avec Mats Wilander. Depuis 1981 en effet, il y a toujours eu l’un des deux joueurs en finale de ce tournoi où ils ont le même palmarès, trois victoires et deux places de finalistes – dont une perdue face à l’autre. Chang n’est donc pas favori contre Lendl, et c’est logiquement qu’il se retrouve mené deux sets à zéro… C’est là que l’incroyable va se produire et que le tournoi deviendra complètement imprévisible. Chang, avec sa science du jeu et son abnégation, remonte à deux sets partout et, dans le cinquième set, au bord de l’épuisement (sa mère lui indique le rythme de respiration à suivre) , réussit à faire craquer mentalement le Tchèque en deux temps : premièrement avec son mythique service à la cuillère et deuxièmement avec sa position très avancée en retour de service qui pousse Lendl à une double faute fatale sur balle de match.

Chang bat ensuite Ronald Agenor en quarts, puis Chesnokov – tombeur de Wilander – en demies, tous deux en quatre sets, et devient ainsi le plus jeune finaliste de l’histoire du tournoi. Face à lui se dresse Stefan Edberg, un joueur plus âgé (22 ans) et surtout plus expérimenté que lui en Grand chelem (trois titres déjà), même si la présence en finale d’un tel attaquant-né relève aussi de la surprise car la terre battue est loin d’être sa meilleure surface. Malgré cela, Edberg demeure le favori et Chang l’outsider… Mais le gamin a l’habitude de cela depuis le début de son tournoi et, bien que le public soit derrière son adversaire, il ne se montre pas impressionné. Il expédie le premier set manu militari 6/1, avant qu’Edberg retrouve son jeu d’attaque flamboyant et remporte les deux manches suivantes 6/3 6/4.

C’est à ce moment-là que Chang va montrer une bravoure et une force mentale exceptionnelles pour un adolescent. Dans le quatrième set, Edberg domine et obtient dix balles de break qui sont presque des balles de match : Chang va toutes les sauver une par une et finit par empocher le quatrième acte 6/4. Et le combat est alors loin d’être terminé. Le premier jeu de la cinquième manche dure 17 minutes et Edberg parvint à prendre le service de l’Américain. Toutefois Chang a encore de la ressource, Edberg un peu moins. Le camarade de promo d’Agassi et Sampras n’est pas ce que seront plus tard des Verkerk ou Soderling, finalistes sensationnels dont le talent s’étiole le dernier jour. De ce fait, il va trouver l’énergie pour combler ce break de retard, puis finalement se détacher et mener 5-2. Dans le dernier jeu, Edberg commet trois fautes en coup droit, dont une sur la balle de match, dans le filet : Chang réalise l’exploit majuscule, il a remporté un tournoi du Grand chelem à seulement 17 ans et 3 mois, un record qui n’est pas près d’être battu.

Je conçois que certains amateurs de tennis d’attaque et supporters d’Edberg puissent avoir été déçus par le résultat final de ce match, mais faire passer le 11 juin 1989 comme un jour funeste pour le tennis, un crime contre ce sport, sans féliciter l’exploit fantastique que constitue la victoire d’un adolescent de 17 ans, témoigne presque d’un manque de respect.

3) Finale de Roland-Garros 1989 : Sanchez bat Graf, où quand David terrasse Goliath

La fin des années 1980 voit l’avènement de l’une des plus grandes championnes de l’histoire du jeu, la joueuse ouest-allemande Stefanie Maria Graf. En 1987, Roland-Garros est déjà conquis, puis, en 1988, tous les tournois du Grand chelem ainsi que l’or olympique tombent entre ses mains pour un « Golden Slam » légendaire. Conservant son titre à Melbourne en janvier 1989, Steffi Graf est virtuellement invincible et la grande favorite de la finale de l’édition 1989 de Roland-Garros, c’est évidemment elle. Surtout qu’en face se dresse Arantxa Sanchez Vicario – sœur de Javier et Emilio – 17 ans et 6 mois lors de ce qui est sa première finale en Grand chelem. La précédente néophyte en finale majeure n’avait tenu que 38 minutes contre la reine Steffi, sans même gagner le moindre jeu…. On s’attend donc au pire pour la petite Espagnole.

Seulement voilà, Arantxa ne vient pas sur le court sans ambition ni plan de jeu. Depuis deux ans, Steffi Graf détruit ces adversaires grâce à un coup droit fantastique qui lui a valu le surnom de Fraulein Forehand (Mademoiselle coup droit). Ses adversaires essaient donc toujours d’insister sur son revers, que Graf ne fait que slicé, mais elles se retrouvent confrontées à une autre qualité de Steffi : son fantastique jeu de jambes que lui permet de tourner autour de son revers et de réutiliser ce fabuleux coup droit. C’est sur ce point qu’Arantxa va enrayer la machine allemande. Comment ? En jouant systématiquement le coup droit de Graf, elle éteint alors l’efficacité de son terrible jeu de jambes. Avec sa défense et son abnégation extraordinaires, parsemées de quelques échanges conclus au filet (oui, j’ai bien écrit « au filet »), Arantxa va faire mieux que Zvereva, beaucoup mieux : elle va remporter le premier set au jeu décisif 8-6.

Se sentant piégée, Graf va commencer à jouer plus à l’intérieur du court, voire prendre le filet, une stratégie payante qui lui donne le second set 6/3, conclu sur le service de son adversaire. Au début du troisième acte, on s’attend à ce que l’Allemande s’échappe définitivement vers le titre, mais non. Le « bourdon de Barcelone » résiste avec des défenses héroïques, fait tout simplement preuve d’un caractère de championne. C’est elle qui va porter l’estocade en breakant à 5-5, pour servir pour le titre. Et comme une championne toujours, elle ne tremblera point et va conclure sur sa première balle de match. Après un dernier revers slicé de Graf dans le filet, elle laisse éclater sa joie, lance sa raquette et s’écroule. Incroyable mais vrai : Steffi Graf a été vaincue en Grand chelem, au bout de 41 victoires d’affilée ! L’Allemande est redevenue humaine, vaincue par une jeune championne de 17 ans et demi, une bleue en finale de Grand chelem qui a fait tomber un mythe dans son propre jardin. La Reine Steffi est détrônée. Pour ce que représente Graf et les performances ahurissantes de l’Allemande à cette époque, Arantxa a tout simplement accompli un exploit colossal qui méritait amplement sa place dans ce top 3

Voilà donc mon top 3, vous êtes invité bien évidemment à proposer le vôtre, si bien sûr vous avez supporté le choc émotionnel de cet article…..

Tags: , ,

379 Responses to Le Top 3 des plus grands « autres » exploits en Grand chelem

  1. Antoine 31 mars 2012 at 23:34

    A propos de Miami, j’avais dit après avoir vu son match contre Sushikori et son incapacité à se déplacer correctement que Nadal n’avait plus aucune chance de gagner ce tournoi et d’ailleurs parié sur sa défaite contre Jo. J’avais ajouté que je ne serais pas surpris qu’il déclare forfait..

    Je me suis planté en ayant raison trop tôt: Nadal s’est pointé sur le court, bien que diminué, face à Jo parce qu’il pensais, à juste titre, que Jo était capable de paumer tout seul ou presque en faisant un mauvais match et c’est ce qui s’est passé avec ses 55 fautes directes. Un type comme Ferrer n’aurait pas loupé le coche: il aurait fait jouer Nadal en diminuant de 10% la puissance de ses coups pour les assurer et ne pas commettre de fautes, comme il l’avait fait contre le même en quarts de Melbourne en 2011. Jo a été incapable de profiter de l’occasion, encore un mauvais point pour lui qui conforte l’idée qu’il a vraiment besoin de reprendre un coach..

    Nadal ne s’est pas pointé sur le court parce qu’il savait qu’il n’avait aucune chance contre Murray qui lui, ne l’aurait pas raté. Pour le coup, j’en suis assez mécontent d’ailleurs puisque j’avais parié sur ce dernier et que le pari a été annulé.

    Andy se retrouve donc en finale à Miami après avoir bénéficié de deux WO, Raonic, puis Nadal. Il est frais mais n’a joué que trois matchs et au vu de ses deux derniers matchs, Ferrer puis Monaco, deux matchs très similaires, le Djoker est favori pour cette finale.

    Le Djoker joue assez gros sur le coup. Il vient de perdre deux tournois. Perdre un troisième, en finale cette fois, ferait désordre. Un deuxième match de suite, sur dur, paumé face à Murray serait problématique pour lui, particulièrement positif en revanche pour Murray…

    On a bien préparé le petit avec Ivan. Il n’a pas vraiment le choix : il faut qu’il gagne ce match, sinon, cela va barder.

    • Ulysse 31 mars 2012 at 23:46

      Je serai à fond derrière la harpie brit et contre le playmobil serbe. J’avais prévu cette finale depuis la semaine dernière déjà et le passé récent n’a fait que me conforter dans son pronostic. Je serai très surpris – bien qu’agréablement – que Ivanovitch batte le maître de Pierre.

    • Elmar 31 mars 2012 at 23:51

      Je n’ai pas vu suffisamment les deux jouer sur ce dernier mois pour oser proposer un prono… mais c’est clair que je serai à fond derrière Murray.

    • Quentin 31 mars 2012 at 23:54

      « Le Djoker joue assez gros sur le coup. Il vient de perdre deux tournois. Perdre un troisième, en finale cette fois, ferait désordre. »

      Même si il perd, Djokovic passe premier à la race lundi. Ce n’est pas comme si il avait raté son début de saison.
      En revanche le dur lent est sa meilleure surface, si il ne creuse pas l’écart ici sur cette partie de l’année, il a intérêt à assurer derrière.

    • Antoine 1 avril 2012 at 00:23

      Il ne faut pas s’imaginer que c’est plié pour le Djoker…

      Quand on regarde leur H2H, cela fait 7-5 pour le Djoker. Quand on enlève leurs deux matchs sur terre battue pour ne retenir que les matchs sur dur, cela fait 5-5

      Quand on enlève les matchs antérieurs à 2008, année ou Murray a intégré le top 10, cela fait 5-2 pour Murray..

      Les deux seules victoires du Djoker sont celles de Melbourne 2011 (finale) et Melbourne 2012 (demie finale)..

      Sur les matchs en deux sets gagnants sur dur depuis 2008, cela fait 5-0 donc pour la Murène…

      Dernier match à Miami entre les deux: finale de 2009. Murray 6-2 7-5.

      Pas si mal face au Djoker, non ?

  2. Jeanne 1 avril 2012 at 00:38

    Tout cela est bel et bon, mais une joueuse surpasse intellectuellement Stephen Hawking ou Einstein. Qui ? Marion Bartoli

    • Patricia 1 avril 2012 at 10:59

      Je suis sûre qu’il n’est pas impossible que Bartoli se trimbale avec un QI de mammouth et qu’elle ait passé un test le mesurant – si c’est le cas, c’est sans doute les matrices de Raven, et pas comparable aux scores de QI classiques proposés ; mais ce n’est pas le cas de la majorité des autres cités dans cet article (sauf Bill Gates et Hawkins)… Roddick et sa nana ont fait un quizz sur un plateau télé. Par ailleurs, selon le test de QI (scientifique) pratiqué, il peut y avoir de sacrés écarts. Celui passé par Hawkins n’est absolument pas classique et le situait entre 200 et 250 (pas de score précis)… Il y a aussi une estimation de « 160 ou plus » qui traîne basée sur le fait que l’échelle de Wechsler plafonne à 164. Il y a une méthode complexe, utilisée en recherche, pour affiner les dépassement de seuil. Il y a aussi la possibilité de le donner en âge. Le 130 du Wisc correspond au 150 de Catell Bref, sans préciser le test, l’âge de passation, l’échelle utilisée, ce type d’affirmation est une fumisterie complète… Comparer des générations différentes est aussi contestable vu la fluctuation du niveau 100 (effet Flynn)
      Quant au QI de Platon ou Beethoven c’est une approche complètement farfelue!

      • Florent 1 avril 2012 at 11:14

        En tant que Vulcain avec un QI de 468, par ailleurs officier scientifique sur l’Enterprise NCC-1701, et physicien théoricien dans la vie réelle, permettez moi de vous dire je n’ai aucune idée de ce que le QI mesure, mais l’intelligence, c’est autre chose! De plus ce qui compte dans la vie, ce sont les accomplissements, pas les notes.

        Faire le malin avec son soi-disant QI, comme cela, cela montre une stupidité assez incroyable, un peu comme se balader avec son vieux cahier de classe de CM2 ouvert sur le torse au milieu de vos collègue dans votre boite pour montrer qu’on a eu un jour 20/20 en calcul mental…

        Ca m’en dit plus long sur Bartoli que son soit disant genie!

        • Patricia 1 avril 2012 at 16:17

          sûr, c’est pas une révélation, le génie le plus sûr de Bartoli est de se rendre insupportable au public (mais ça aussi c’est distinct de la bêtise à mon avis : c’est de la stupidité médiatique, comme les tests sont de l’intelligence logico-verbale)

      • Jeanne 1 avril 2012 at 11:34

        Sublime réponse Patricia, merci (je pressentais que tu commenterais finement sur ce sujet). Je suis certaine que tu exploses tout, que ce soit des matrices de Raven, ou les autres tests ; Wechsler ou Catell seraient insuffisants pour toi et tu es, à toi toute seule, la cause du Flynn actuellement constaté :wink:

        • Patricia 1 avril 2012 at 16:07

          hmmmf broumf, j’accueille sobrement le compliment ou je fais ma pédante ? Avec un temps d’hésitation minimal, je choisis de gloser sur l’effet Flynn ;-) : cette augmentation importante du niveau moyen au QI (particulièrement flagrante au test des matrice qui est le moins biaisé culturellement) est dûe essentiellement à l’énorme augmentation des niveaux très faibles, les plus hauts scores étant très stables et les moyens-hauts plutôt en baisse…

          • Nath 1 avril 2012 at 17:13

            Conclusion, la population, au regard du QI, est victime de l’uniformisation. Aussi.

      • Ulysse 1 avril 2012 at 12:32

        Les tests de QI mesurent… la capacité à répondre aux tests de QI. C’est comme le tennis on peut s’entraîner pour y être rapide et régulier. Ça rajoute un biais non négligeable.

        • Patricia 1 avril 2012 at 16:10

          Les biais sont encore plus nombreux, notamment dans leur construction statistique, mais ils restent un repère (pas une mesure au sens scientifique du terme) très fiable pour dépister un risque de difficulté scolaire… ou de réussite !

  3. Yaya 1 avril 2012 at 01:11

    Chang a eu la chance en 89 de ne pas croiser sur sa route son nemesis Becker qui l’aurait surement bastonné.

  4. David 1 avril 2012 at 11:14

    Sharapova a fait du Sharapova : je tape et je vois si ça rentre. Ca n’est pas rentré : 46 fautes directes en deux sets, c’est monstrueux ! Je crois que je préfère encore Azarenka qui a une vraie tactique alors que la russe ne sait que frapper, encore et toujours. Et dire qu’elle est numéro deux mondiale…
    Radwanska est en pleine progression. Elle a renvoyé son père et engagé un coach en juillet dernier et est passée de la 14ième à la 4ième place depuis… Entretemps, elle a gagné quatre tournois dont Tokyo, Pékin et Miami soit des équivalents de Master 1000. En 2012, elle a enregistré 4 défaites, toutes face à Azarenka. Elle est 3ième à la race. Pas mal… Il faut maintenant qu’elle passe un cap en grand chelem, elle qui bloque toujours en quarts, et qu’elle devienne plus agressive.

    Le double homme a été remporté par Paes et Stepanek. Deuxième titre en 2012 pour les deux hommes, après l’Open d’Australie. Une équipe qui a donc l’air de très bien fonctionner ! On risque de voir pour encore quelques saisons le tchèque sur le circuit :)

    • Jeanne 1 avril 2012 at 11:38

      Je préfère nettement Rade à la Woz, elle joue beaucoup plus finement et avec une vraie intelligence. Elle souffre d’un déficit de puissance qui peut la gêner contre Azarenka et peut-être Kvitova mais à elle seule, elle est une heureuse exception dans cet océan de puissance, aux houles trop mornes.
      En revanche le QI tennistique de Sharapova est probablement epsilon.

      • Oliv 1 avril 2012 at 16:01

        Epsilon pour parler d’un infiniment petit ! Tu as fait des études de maths ?

      • Jeanne 1 avril 2012 at 23:16

        Oh non ! J’éprouve pour les maths, la même chose qu’un FFF pour Nadal

  5. Jeanne 1 avril 2012 at 11:55

    Je lis plus haut qu’Arantxa était laide. Je dirais plutôt commune. Je vois pas mal d’Arantxa dans les transports en commun de ma ville. Graf n’était pas plus exceptionnelle, j’en vois aussi en nombre équivalent. Un jour, sans qu’on sache pourquoi, j’ai vu une Graf gifler une Arantxa, en heure de pointe.
    Arantxa de ce que j’ai pu en voir sur Youtube, est la GOAT de la défense. Même le Nadal 2005/2006 est moins bon qu’elle. Elle avait intégré quelque chose de spatial dans les trajectoires de ses balles. L’adversaire, désemparée, attendait l’alunissage de la balle, qui advenait avec la même grâce qu’un coucher de lune sur une mer d’huile.

    • Alexis 1 avril 2012 at 12:40

      Arantxa est moonball.

    • Ulysse 1 avril 2012 at 12:54

      C’est pas moi qui viens sur le terrain du physique. Mais Graf, Arantxa sont aussi opposées qu’on peut l’être. Tss, tss. Les jambes, Jeanne, les jambes…

  6. Quentin 1 avril 2012 at 12:54

    Mon prono:
    Murray en 2 sets 7-5 6-4 en 2h02

    • Nath 1 avril 2012 at 13:24

      Si me basant sur les deux derniers matches de Djoko et sur le fait que Murray risque de manquer de rythme (son quart de finale a eu lieu mercredi), je pronostique Murray en trois sets avec un Djoko qui démarre très fort puis Murray qui inverse la tendance en fin de 2° set : 2-6 7-5 6-3

      • Bapt 1 avril 2012 at 13:56

        Oui, j’imagine tout à a fait des difficultés pour Murray en entame de match. Par contre rien ne dit qu’il puisse renverser la vapeur. Il peut sans doute perdre 7/5 au second sec ou se faire breaker très tôt et galérer pour débreaker.

  7. Antoine 1 avril 2012 at 15:07

    Ce n’est pas Murray qui risque d’avoir des difficultés en début de match, c’est le Djoker.

    • Bapt 1 avril 2012 at 15:09

      Je vois que tu es à fond derrière ton poulain Antoine, mais jusqu’ici Murray n’a pas été exceptionnel dans ce tournoi alors que Djoko démarre fort. Il y a de fortes chances pour que ça continue durant les premiers jeux au moins.

      • Antoine 1 avril 2012 at 16:46

        C’est bien ce que va faire le Djoker en effet, mais il va se faire contrer..Plus nerveux, il commettra également plus de fautes que lors de ces derniers matchs et c’est Andy qui prendra l’avantage au score en début de match.

        Le Djoker, on l’attend.

        • MacArthur 1 avril 2012 at 17:14

          En effet, c’est cela. Djokopope va commencer avec son habituelle stratégie d’intimidation de l’adversaire en frappant très fort et en renvoyant tout. Sauf que toutes ses balles vont lui revenir. Et là, il va commencer par s’énerver qu’on lui résiste. Ceci sonnera sa fin.

          Andy en 1:15 qu’on en finisse avec ce M1000 pourri et qu’on passe à autre chose.

  8. Ulysse 1 avril 2012 at 17:36

    Djoko va gagner les premier et troisième sets. Hélas.

    • MacArthur 1 avril 2012 at 17:54

      Je pense que tu as eu un petit problème de clavier Ulysse. Tu voulais écrire « Djoko va perdre les premier et troisième sets. » Ça arrive. :-)

      • Ulysse 1 avril 2012 at 18:03

        Je n’utilise pas de clavier. Je pense directement dans le registre A4F34B56.

      • Jeanne 1 avril 2012 at 18:37

        Fabuleux, tu penses, et ainsi, tu changes les clés des ruches du registre ? Et sous les autres OS, tu fais comment ? Je me doutais que ton esprit pouvait être un transistor géant gravé en 1 nm.

  9. Quentin 1 avril 2012 at 18:02

    Je ne comprend pas très bien le déli de sa gueule dont souffre Djokovic ici: pourquoi est-il détesté seulement depuis l’année dernière alors qu’il n’a pas changé de personnalité ni de jeu en 2011? Parce qu’il gagne plus souvent seulement?
    Antoine c’est son côté nationaliste bigot ainsi que la métamorphose physique qui l’agace un peu, mais les autres? C’est pas uniquement parce qu’il bat Federer régulièrement (les FFF ne sont pas aussi puéril qu’on le dit parfois ici), alors pourquoi?

    • MacArthur 1 avril 2012 at 18:12

      Quentin, Antoine avait résumé, en un post ici, pourquoi ça passait mal avec Djokovic. J’hadère à 100% à tous les points qu’il a relevés. Et ce n’est pas qu’ici que Djoko passe mal…

      Mais au-delà de tout, il est important qu’Andy engrange de la confiance en battant le No.1 pour définitivement se mêler à la bataille au sein de ce qu’il est désormais convenu d’appeler le Big 4…. Car, il faut le reconnaître, il est quand même le plus « faible » des 4. Mais pas le moins talentueux.

  10. Jérôme 1 avril 2012 at 18:10

    Je me suis déjà longuement exprimé sur le sujet. Et pour ma part, je suis un FFF qui aime plutôt bien le joueur Djokovic. Sa personnalité ne m’a jamais plu, et ce dès son arrivée au top en 2007. En revanche, je ne trouve rien à reprocher à son jeu et à son approche du tennis.

    Djoko a peut-être un jeu stéréotypé (grosso modo, c’est le petit-fils spirituel de Connors et le fils spirituel d’Agassi), mais je l’ai trouvé franc du collier. J’ajoute que mon côté FFF ayant souffert, trop souffert du fait de « He who must not be named », me fait aussi apprécier Djoko en ce qu’il m’apparaît comme l’instrument de la divine providence, et plus précisément son bras vengeur. :evil:

    VENGEANANANANANANANANANANANANANANANANCEEEEEEEE !!!! :lol:

    • Jérôme 1 avril 2012 at 18:14

      Ceci étant dit, je m’en contreficheras presque que ce soit Murray PZ plutôt que le Djoker qui gagne la finale de Miami.

      Presque seulement parce qu’il ne faudrait pas non plus que Murray passe devant Federer au classement. Le Djoker a encore le temps de perdre des points : notamment 1000 à Madrid, 1000 à Rome, 2000 à Wimbledon, 1000 à Montréal et 2000 à l’US Open.

      Et le Djoker a une mission cette année : taper Nadal en demi-finale de Roland Garros. Après, il peut perdre. Il peut tout perdre. Il le doit même puisque Dieu l’appelle sur le Mont Athos où il lui a réservé la place de 1er officiant de l’Eglise orthodoxe ! :mrgreen:

    • Coach Kevinovitch 1 avril 2012 at 18:19

      Pfff, devoir utiliser comme instrument de vengeance, Djokovic est d’une bassesse sans nom! :mrgreen:

      La comparaison avec mon instrument de protection des intérêts de Nadal fait très mal.

      Quand je pense que c’est toi qui te dis esthète, nous n’avons pas les mêmes valeurs… :mrgreen:

      • MacArthur 1 avril 2012 at 18:23

        C’est vrai que c’est un peu du pur fanatisme que d’instrumentaliser un joueur à des fins de veangeance. Mais bon, Jerôme a quand même tout dit lorsqu’il a rappelé qu’il était un FFF.

      • Jérôme 1 avril 2012 at 18:48

        Fallait bien ça contre un sorcier manipulant les étoiles et mettant en danger l’équilibre cosmique. ;-)

        Je l’avoue, c’est pas bien, mais depuis 1 an, je biche plutôt.

  11. Babolat 1 avril 2012 at 18:50

    Je ne déteste pas Djokovic. Je dirais presque que je l’aime bien… si si… dès le départ (2006/2007). M’en tape de son clan semi mafieux, je vis pas avec. Je ne suis pas non plus un FFF pur et dur il est vrai.

  12. Antoine 1 avril 2012 at 18:50

    9ème finale de M1000 pour Andy, 18ème pour Djokopope.

    Andy en a gagné 8 sur 9 pour l’instant…Une seule défaite: IW en 2010 contre Nadal ou il avait pris 1 et 2 un jour de (très) grand vent. Un stat record..Djokopope est à 10-7..

    Et comme je l’ai déjà écrit, contre le Djoker sur dur en deux sets gagnants, depuis 2008, il en est à 5-0.

    Andy est le seul joueur à avoir battu deux fois Djokopope depuis qu’il est numéro un.

    Dans ces conditions, qui peut être assez fou pour miser un kopeck sur Djokopoe ?

    Le bémol, c’est que les autres fois, si Andy avait atteint la finale, c’est qu’il était en grande forme. Là, il l’a atteint en bénéficiant de deux WO, dont le plus important en demies contre Nadal. Rien ne prouve par conséquent qu’il soit au point.

    De son côté, le Djoker n’est pas transcendant non plus: deux bons premiers sets et c’est à peu près tout.

    Mais Ivan est sur place et Andy sait ce qui l’attend s’il paume ce match. Cela devrait hautement le motiver.

    Pas de prono en ce qui me concerne sur ce match.

    • Jérôme 1 avril 2012 at 18:56

      Si j’étais parieur, Antoine, c’est maintenant que je mettrais un kopeck sur Djoko. Parce que cette série de victoires de Murray sur Djoko en dur extérieur hors GC a de fortes chances de se finir. Il faut rappeler que la finale de Cinci 2011, c’était sur abandon que Murray l’a gagnée.

      Perso, je soutiens Djoko sur ce match : il ne faut pas qu’il baisse trop vite parce qu’il ne faut pas que Murray monte trop ni trop vite. Il faut qu’on arrive le plus vite possible à la situation où Nadal sera obligé de s’enquiller les 2, et Djoko (classé numéro 1) et Fed (futur classé numéro 2), pour gagner des tournois.

      • Antoine 1 avril 2012 at 19:01

        Je n’adhère pas:

        Pour que Federer passe numéro deux ou numéro un, il serait sans doute utile qu’il batte le Djoker de temps en temps et la tâche sera plus aisée si la confiance du Djoker s’est en partie envolée…

        Plus le Djoker perdra de matchs, plus Federer aura de chances de récupérer sa place.

        Je n’ai pas de doutes sur le fait que l’intérêt du Suisse, comme de tous les postulants à la place de numéro un, c’est à dire les trois autres, est de faire chuter le Djoker le plus fréquemment possible…

      • MacArthur 1 avril 2012 at 19:03

        Jerône, penses-tu vraiment que Nadal a du souci à se faire, lors de cette période de l’année dans laquelle on entre, s’agissant de la perspective de rencontrer Fed en 1/2 pour gagner un tournoi?

        • Jérôme 1 avril 2012 at 19:23

          Ce que je pense, c’est qu’être dans les 2 premiers augmente nettement vos chances de victoire en GC parce qu’être dans le top 2, c’est :
          - d’une part avoir la certitude de ne rencontrer l’autre membre du top 2 qu’en finale,
          - d’autre part avoir une chance sur 2 que le le numéro 3 et l’autre top 2 que Roger s’entretuent en demi dans un match de folie qui laisse le vainqueur sur les rotules pour la finale.

          Ce n’est pas mesquin, c’est juste honnête et réaliste que de le dire.

    • MacArthur 1 avril 2012 at 18:58

      J’espère qu’Andy a eu la bonne idée de ne pas regarder toutes ces stats qui parlent en sa faveur avant ce match. Ivan, a, j’espère confisqué son BB et son ordi :-)

    • Nath 1 avril 2012 at 19:06

      Même pas un petit sur la durée des 3 premier jeux ? :|
      Je dis qu’au bout de 17 minutes, 3 jeux auront été joués. Je prends goût à la pronostiquite :mrgreen:

    • Babolat 1 avril 2012 at 19:09

      Calculs d’apothicaires que tout cela. Fed, Nadal et Djoko seraient effarés de voir que des types spéculent sur une hypothétique deuxième place de machin au moment du tirage au sort de X tournoi.
      Quand ils disent qu’ils ne regardent pas le tableau du tournoi qu’ils jouent au delà du round qu’ils doivent jouer… ben parfois je me dis que ça vaut mieux pour leur santé mentale.

  13. Antoine 1 avril 2012 at 19:25

    Ce n’est pas le cavalier seul de Djokopope au premier set. En face ce n’est pas Ferrer ou Monaco.

  14. Antoine 1 avril 2012 at 19:47

    Break confirmé par le Djoker..En dehors du fait qu’il a fait beaucoup de fautes durant ces deux derniers jeux, Andy joue surtout épouvantablement court et laisse donc la plupart du temps le Djoker diriger le jeu…

  15. Jérôme 1 avril 2012 at 19:54

    C’est plus serré que le score ne le dit, mais Djoko est plus solide que Murray et construit davantage.

    Je vous en dirait plus sur la préparation évidente de Djokovic à la TB dès ce tournoi.

  16. Jérôme 1 avril 2012 at 19:54

    Antoine, c’est le coup droit de Murray qui est souvent beaucoup trop court. La greffe de celui de Lendl n’a manifestement pas encore pris, et de toute façon elle ne prendra pas.

  17. MacArthur 1 avril 2012 at 19:58

    C’est pas possible !

  18. Quentin 1 avril 2012 at 20:02

    9W 13UE pour Djokovic, 6W 13UE pour Murray
    Pas du tennis champagne ce match.
    Murray sert mal (50% de premières) et retourne mal (88% des points derrière sa seconde balle pour Djokovic).

  19. Antoine 1 avril 2012 at 20:02

    Et bien si, finalement 6-1 pour le Djoker…

    Murray avait bien commencé mais nettement baissé ensuite..Beaucoup de fautes et surtout très court. De son côté, le Djoker joue bien mais pas exceptionnellement bien. Ce qu’il fait de mieux est retourner et il gêne beaucoup Andy en ayant modifié sa position de retour ouvrant le court sur son coup droit..

  20. Jérôme 1 avril 2012 at 20:04

    Pas d’accord avec toi Quentin. Dans leur filière, ils ont joué à très haut niveau en début de match. Puis comme le dit Antoine, Murray a baissé après avoir été très accroché sur son jeu de service finalement perdu alors que Djoko continue à très haut niveau.

    • Quentin 1 avril 2012 at 20:08

      Je regarde le match et le trouve moyen, mais c’est subjectif bien sûr.
      Les stats ne sont pas bonnes, mais elles ne disent pas tout.

  21. Quentin 1 avril 2012 at 20:17

    Excellente la murène pour sauver la deuxième balle de break!

  22. Coach Kevinovitch 1 avril 2012 at 20:31

    Je suis déçu par ton poulain, Antoine!

    Il doit gagner coûte que coûte!

  23. MacArthur 1 avril 2012 at 20:33

    Je comprends pas pourquoi il s’est crispé subitement au service Andy et ne passe plus de première.

  24. Coach Kevinovitch 1 avril 2012 at 20:39

    Bon Andy, si tu veux gagner arrête de suite, deux choses:

    1) Arrête de perdre systématiquement le premier point de tes jeux de service

    2) Arrête de relancer comme Mahut et relance comme Murray.

  25. Nath 1 avril 2012 at 20:49

    C’est maintenant que je commence à m’inquiéter pour mon prono. Et encore 0-15…

  26. Elmar 1 avril 2012 at 20:57

    A l’échange, la cuisine de Murray commence à prendre et le métronome serbe se dérègle tranquillement. Mais comme ce dernier est supérieur tant au service qu’en retour, il semble encore tenir le couteau par le manche.

  27. Elmar 1 avril 2012 at 21:10

    Z’avez vu cette stat’ tout à l’heure? Sur l’ensemble du match, il n’y a eu que 5 coups droits gagnants, 2 pour Djoko et 3 pour Murray!
    Alors bien sûr, la surface est lente et l’un comme l’autre sont d’excellents défenseurs… mais enfin, 5 coups droits gagnants en 2 heures de jeu!!!

    • Bapt 1 avril 2012 at 21:15

      J’ai vu Elmar ! Ça m’a fait sursauter aussi. Il est possible qu’en revers ça soit un peu près la même chose… 

  28. Julie 1 avril 2012 at 21:11

    Je suis arrivee il y a qqs jeux, murray a t il une chance?

    Pquoi tous les ricains crient ils murray? Ou ils detestent djokovic comme toute personne qui se respecte?

    • Nath 1 avril 2012 at 21:19

      Toi, je te retiens, j’ai eu « Andy, dis-moi oui toute la semaine » à cause de toi :lol:
      Il ne se fait pas écrabouiller, donc il a une chance, comme à peu près toujours contre cet adversaire. Aïe, tie-break.

      • Nath 1 avril 2012 at 21:20

        Ah, guillemets mal placés…

  29. Nath 1 avril 2012 at 21:16

    Pfff, ça fait 2 fois qu’il loupe le point à égalité ou à 30 partout. Bon, encore égalité.

  30. Elmar 1 avril 2012 at 21:16

    Etonnant comme Murray est systématiquement surpris par les secondes balles très courtes et kickées sur son revers.

  31. Colin 1 avril 2012 at 21:20

    Voilà un match qui passionne les foules ou je ne m’y connais pas.

  32. Nath 1 avril 2012 at 21:23

    Ouf, ce coup de défense !

  33. Elmar 1 avril 2012 at 21:23

    Quel point!

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis