Bercy est à nous

By  | 12 novembre 2009 | Filed under: Bord de court

Marat Safin (photo Guillaume)Lundi 9 novembre. Night Session. Safin bat Ascione (6/4 4/6 7/6), Ljubijic bat Grosjean (7/6 6/4). 

Par Martin

Après courte réflexion, et surtout après avoir pris connaissance du programme de la soirée, j’ai décidé de venir à Bercy ce soir-là. Soyons clair : si Marat Safin n’avait pas été au programme, je serais resté sagement chez moi.

Quinze minutes de queue à la caisse, une place en catégorie 2 en poche, c’est bon, je peux m’installer confortablement au milieu de 100 sièges vides, pour assister au premier match de la soirée.

Safin mène déjà 2 jeux à 1, sans avoir fait le break. Le niveau global du match fut désespérant, surtout du coté russe. En fait, il me semble qu’ils ont peu ou prou joué au même niveau, mais… on attend bien mieux de la part de Safin que de celle de notre ami Ascione, 168e mondial et qualifié. Très honnêtement, Ascione a même plutôt bien joué, compte tenu de son classement. Il a bien servi, a été relativement solide dans l’échange. Il n’avait pas grand chose à faire cela dit car au bout de trois frappes, Marat faisait la faute. Nous avons donc eu droit,  de la part des deux  joueurs, à quelques fort jolis points, un dictionnaire de fautes directes,  une trentaine d’aces et… trois balles de matches sauvées par Marat.

Ces trois balles de matches… Ascione mène 5-4 dans le troisième set et 15-40, sur le service de Safin. Alors qu’il s’apprête à servir, je réalise que je suis peut-être sur le point d’assister au dernier point officiel du Russe. Tout simplement. Je reconnais avoir ressenti un peu d’émotion. Et de crainte aussi. Non, je ne veux pas qu’il parte comme ça. Devant un public aussi clairsemé, au premier tour du tournoi qu’il préfère, dans cette salle où il a tant de fois brillé… La fin aurait été top triste. Il mérite mieux.

L’ambiance est plutôt animée, malgré un contingent de moins de 2000 personnes. Bien sûr, la présence des joueurs de l’équipe de France de foot, accompagnés de leur sélectionneur, a aidé. Les « Allez Raymond ! » chambreurs fusent. C’est de bonne guerre : s’il ne veut pas entendre ces sifflets contre lui, il n’a qu’à rester chez lui, notre Raymond préféré ! 

15-40, donc. La fin de l’histoire ne dépend que de Marat. Il a les cartes en mains. Le champion qu’il fut fait un passage éclair sur le court, juste pour dégainer les aces (as ?). 30-40. Puis 40A. Un point oubliable et oublié plus tard, et notre Français, qui n’avait pas le rôle le plus facile hier soir, a l’avantage. Troisième balle de match. Troisième ace. Facile. Tonnerre d’applaudissements. A 2000, on peut faire du bruit, quand même… Ascione qui doit se dire : « P…. mais c’est qui le Français sur le court ??? » Eh oui, la vie est cruelle, parfois. Tomber contre Safin au premier tour de Bercy en 2009, c’est pas un cadeau, Français ou pas Français.

Dans quelques instants, une malheureuse raquette va perdre la vie (photo Guillaume)Le match s’est terminé au tie-break. Ascione a fait trop de fautes, Safin a servi sérieusement, et il a gagné. Mais sincèrement, il ne méritait pas de gagner. Il a trop mal joué. Il ne doit sa victoire qu’à son service. Le reste… Qu’il est loin le grand (mais épisodique) Safin du début du siècle !!! J’aime énormément ce joueur. Charisme, sens de l’humour, franc-parler, talent évident, il a tout. Il devrait jouer son dernier match mercredi. L’Argentin del Potro ne devrait pas lui laisser plus de huit jeux. Il risque même une sévère raclée.  Ca serait triste mais c’est la loi du jeu.

So long Monsieur Safin ! Profitez bien de vos derniers instants sur le court de Bercy. Vous pourrez vous consoler en conservant précieusement les clés du court. Elles sont à vous.

La suite fut intéressante mais Sébastien Grosjean n’avait pas sa chance. Une fois le moteur diesel d’Ivan Ljubicic lancé (il a attendu trois jeux de service avant de claquer son premier ace !), ça allait trop vite pour le corps usé de Grosjean. Il s’est bien défendu mais avec ses moyens du bord… Contre le récent vainqueur de Lyon, sur une surface similaire, ils étaient vraiment trop limités.

Ljubicic, lui, avec son allure de faux mou (vraiment mou à partir de 3-0 pour lui au premier set, toutefois), promenait son grand corps nonchalant d’un bout à l’autre du court. Et de temps en temps, il vous claquait un retour de coup droit bien saignant, ou une accélération de revers très élégante. Son revers à une main est très agréable à voir, comme tous les revers à une main, d’ailleurs.

Grosjean et Ascione ont fini leur tournoi quand d’autres ne l’ont pas encore débuté. Ainsi va la vie. Au revoir et à l’année prochaine !

Et s’il vous plait Monsieur Safin, faites un peu d’exercice avant de retrouver Juan Martin del Potro sur le court ! Vous ne méritez pas une raclée. Pourtant, elle vous pend au nez. Ne finissez pas comme ça…

Mercredi 11 novembre. Session de jour. del Potro bat Safin (6/4 5/7 6/4), Nadal bat Almagro (3/6 7/6 7/5).  

Par Guillaume               

Nicolas Almagro (photo Mariejo)Martin a donc été exaucé. Marat Safin a réussi ses adieux face à un Juan Martin del Potro plutôt conciliant. Hier, le Russe n’avait pas envie de foirer son dernier match. Alors il s’est appliqué. Et comme la boîte à aces était de sortie (15 en tout, et autant de services gagnants), Marat a pu faire jeu égal avec le vainqueur du dernier US Open.

Alors certes, ce n’était justement pas le del Potro de Flushing Meadows que l’on a vu sur le court. Sans être brillant, l’Argentin a fait son match, permettant de faire durer le plaisir pour un public venu en nombre. De son côté, Marat Safin a tenu le choc, gratifié le public de quelques revers sautés fusant sur la ligne, de quelques raquettes cassées aussi (deux pour être exact, respectivement ses 428e et 429e en carrière, soit autant que de matchs gagnés par Fabrice Santoro en vingt ans), et a même chipé un set à l’Argentin. La cérémonie d’adieu, avec remise des clefs de Bercy et discours malicieux obligé, était un show bien rodé, saupoudré d’un hétéroclite contingent de joueurs dont on se demande bien ce que certains fichaient là : Karlovic ? Simon ? Albert Costa ? Nous aurait-on caché qu’ils étaient les meilleurs amis de Marat Safin ? On aura en revanche souri tendrement quand Marc Rosset, connu pour être l’un des très grands potes du Russe, lui fit un petit bisou sur le crâne, à la Laurent Blanc.

Bref, une mécanique bien huilée, un truc pas forcément très spontané, mais l’émotion était telle devant les adieux de l’une des personnalités les plus charismatiques de la décennie qu’on n’en tiendra pas rigueur aux organisateurs.

Et pourtant, sur le central du POPB, un joueur a volé la vedette à Marat Safin, faisant presque oublier ce dernier match et la cérémonie en l’honneur du Russe. Nom : Almagro. Prénom : Nicolas. Signe particulier : fait les vendanges hors-saison. Tout commença pourtant bien. Nadal, timide, jouant très loin de sa ligne, tout en défense et remises sans consistance à mi-court. Almagro, tennis explosif, revers dynamite et coup droit TNT, lui rentre dedans bille en tête, et c’est sans surprise et même sans trop d’émotions que l’Espagnol au profil de hibou remporte le premier set 6/3. Rebelote dans le deuxième set : Almagro breake rapidement. C’est là que le match bascule, et le public de Bercy avec lui, suffoqué par ce match fou fou fou. On rit, on trépigne, on applaudit, on se désespère, on s’égosille. Car Nadal débreake. Pas grave, Almagro reprend le service du Majorquin et sert pour le match à 6-5. 40-0, trois balles de match. Le début du calvaire. Le service ne passe plus, le coup droit TNT devient hautement instable, et l’amortie, si payante face à un Nadal qui joue quatre mètres derrière sa ligne, est oubliée. Nadal recolle à 40A. Deux autres balles de match suivront. Toujours pas. Un peu gêné de se voir offrir tant de cadeaux, Rafa finit par poliment accepter et hop ! tie-break rapidement empoché 7/2.

On ne donne pas cher de la peau d’Almagro au troisième set, et un break de Nadal dès le premier jeu semble nous donner raison. Mais non, Almagro debreake tout de suite, et prend une seconde fois le service adverse pour mener 3-1 service à suivre. Seulement Almagro menant au score n’est pas le même joueur qu’Almagro courant derrière. Même symptômes qu’à la fin du second set : angine au service, grippe du poulet en coup droit. Reste ce merveilleux et infaillible revers à une main, suffisant pour multiplier les égalités. Le tournant ? Peut-être cette scène ubuesque. Sur une balle de jeu pour Almagro, Nadal demande un arbitrage vidéo… mais retourne s’asseoir, genre « je suis convaincu qu’elle était dehors, j’ai juste demandé la vidéo par acquis de conscience ». Les deux joueurs ont retrouvé leur siège et avalent leur morceau de banane. Les portes ont été ouvertes et les gens commencent à aller et venir dans les allées. Sauf que le hawk-eye, que l’on avait presque oublié, vient donner raison à Nadal : il faut rejouer le point. Quelques minutes plus tard, Nadal coureur de fond en défense a raison d’un Almagro qui fait les points et, en l’occurrence ici, les fautes.

Fin de l’histoire ? Et bien non. Almagro breake une nouvelle fois, mène 5-3… avant de se retrouver tétanisé par les crampes. Intervention du kiné, qui était déjà venu soigner Nadal pour des ampoules au pied quelques jeux plus tôt. Vous suivez toujours ? 4-5 puis 5-5, puis 6-5 Rafael Nadal. Le Majorquin sert pour le match… et, lui, ne tremble pas. Pas de blague : il fallait bien que quelque chose vienne nous rappeler que l’un est N°2 mondial quand l’autre n’est que N°20.

Une belle poignée de main, mais pas de cri de joie chez Rafael Nadal. Il sait qu’Almagro a plus perdu ce match que lui ne l’a gagné. Le Murcian quitte d’ailleurs le court sous des applaudissements bien plus nourris que ceux réservés à son vainqueur.

Grosse journée, et je dois bien dire que je suis bien content d’avoir sur un coup de tête (merci Martin) décidé d’aller voir Marat Safin « en vrai », pour la première et dernière fois. L’autre révélation de la journée – le mental en papier mâché de Nicolas Almagro n’en est hélas plus précisément une – concerne Rafael Nadal : je n’avais jamais vu un joueur mettre autant de violence dans sa frappe de balle. En live, c’est réellement impressionnant. Bref, une belle et riche journée de tennis. Le speaker lui-même n’en est tellement pas revenu qu’à la fin du match, il annoncera « on a vécu des choses énormes aujourd’hui : les adieux de Rafael Nad… euh non, de Marat Safin ! »

Jeudi 12 novembre. Session de jour. Djokovic bat Clément (6/2 6/2), Cilic bat Verdasco (3/6 6/3 6/4), Stepanek bat Murray (1/6 6/3 6/4).

Par Isabelle                              

Marin Cilic (photo Guillaume)J’arrive à Bercy vers 14h, flanquée de mon pique-nique, pour le match de Djokovic. Bon, autant vous dire que je n’étais pas très motivée pour le premier match au programme, Davydenko contre Soderling. Après une night session achevée très tard la veille, j’avais bien besoin d’une grasse matinée ! Un mot rapide sur Federer : je ne suis pas sûre que Bercy le motive vraiment. Je crois que quoi qu’il en dise n’avait pas trop envie d’être là. Mais je pensais quand même qu’il s’en sortirait. Benneteau a fait un match énorme, mais… ce n’est que Benneteau, quoi !

Bref, me voilà fin prête pour assister au match d’un de mes chouchous, Novak Djokovic. Heureusement que je ne suis pas arrivée en retard, car Arnaud Clément n’a pas fait le poids. Une vraie promenade pour le Serbe : je l’ai rarement vu aussi détendu sur un court. En gros, il s’est offert un entraînement un peu poussé. J’attends avec impatience le quart de finale qui va l’opposer à Robin Soderling : gros morceau en vue.

Les joueurs Français (Tsonga, Simon, Monfils, Benneteau) envahissent le Central… et nous on émigre sur le Court N°1, où Marin Cilic affronte Fernando Verdasco. Cilic, c’est ce Croate teigneux qui renvoie tout sans jamais s’énerver, hyper-patient. Le genre de gars qui attend tranquillement que passe l’orage… et donc le genre de gars propre à faire disjoncter Verdasco. Pas manqué : l’Espagnol attaque très fort – break d’entrée – et boucle le premier set très facilement. Mais dès qu’il commence à faire des fautes, Cilic est à l’affût et en profite. Le Croate remporte la partie, Verdasco n’a plus son destin en main pour le Masters. Il est retombé dans ses travers et laisse une nouvelle fois une sensation de gâchis. Il avait pourtant un bon tableau avec l’élimination de Fed… L’Open d’Australie 2009 restera sans doute une parenthèse dans sa carrière. Surtout qu’il aurait dû gagner la demi-finale contre Rafa.

Le court N°1 est maintenant pris d’assaut : les organisateurs n’ont rien trouvé de mieux qu’y programmer Andy Murray. Forcément, ça se bouscule pour trouver un siège. Je n’ai jamais vu autant de monde sur ce court, pas même pour un « Charlie » Moya – David Nalbandian en 2007.  Bon, le match contre Radek Stepanek est bizarre : je crois que le Scot n’a pas récupéré de son match contre James Blake. Mais en tout cas, contente pour Stepanek. Voir un attaquant battre un N°4 mondial, ça fait toujours plaisir ! 

Vendredi 13 novembre. Djokovic bat Soderling (6/4 1/6 6/3), Nadal bat Tsonga (7/5 7/5), Monfils bat Cilic (3/6 6/4 6/4), Stepanek bat del Potro (4/0 ab.).

Par Antoine

Rafael Nadal (photo Guillaume)Hier, vendredi 13, jour de chance, marqué d’abord et fondamentalement par une réunion de 15 Lovers, dans un bistrot du côté de Bercy, composée de Marie Jo, sa soeur Isabelle, Guillaume et votre serviteur. Une première pour moi, ce qui m’a permis non seulement de faire la connaissance de ces derniers, de siffler une bière avant de reprendre des forces pour aller voir Monfils et Cilic en découdre.

Quatre matchs de suite dans la journée à Bercy, c’est très fatiguant, et je remercie Juan Martin del Potro de m’avoir permis de rentrer à une heure encore décente (minuit quand même) pour libérer ma nièce, employée comme baby sitter pour l’occasion. J’ai été surpris comme tout le monde par son abandon mais il n’était guère fringuant Juan Martin, perdant ses deux premiers jeux de service que Stepanek n’avait guère de difficulté à retourner, se retrouvant à 0-4 après que ce dernier eut finalement remporté son deuxième jeu de service, très disputé celui-là, mené 15-30, pour finalement abandonner. Jusqu’à ce moment-là, je me disais que l’Argentin tapait fort, mais pas si fort que cela, moins que Soderling, Djoko, Tsonga ou Cilic en tout cas ; il est vrai que taper sans abdos, ce n’est pas possible et il a préféré arrêter les frais afin manifestement de ne pas prendre de risques à dix jours du Masters.

Avant lui, Monfils avait réglé son compte à Cilic en jouant très bien. Cilic n’a pas été mauvais et jouait nettement plus vite au premier set avant de baisser un peu, surtout au service, et finir par commettre les fautes que la défense de Monfils lui forçait à commettre. Quelques coups incroyables de la part de Sliderman, vraiment difficile à déborder. Le prix de la meilleure défense de la journée avec Nadal of course. Le court est assez intermédiaire : l’avantage des attaquants réside dans le fait que le rebond est bas, celui des défenseurs dans le fait que la balle perd énormément de vitesse au rebond. Il faut vraiment taper pour faire avancer la balle qui prend peu le lift, nettement mieux le slice.

Avant lui, Tsonga avait perdu sans gloire contre Nadal, contrairement à mon prono. Il a dominé assez nettement la plus grande partie du premier set, a raté le coche à 2-3 0-40, mais à partir de 5-5, Nadal a nettement pris le dessus, ne commettant plus une faute et servant très bien durant tout le match. Dès l’échauffement, je trouvais que Tsonga manquait de pêche et il est finalement apparu assez rapidement que c’était bien le cas. Il a fait l’essentiel des points et des fautes comme on pouvait s’y attendre mais la balance a inexorablement penché du côté de Nadal, très sérieux, très appliqué et qui globalement mis à part au début, a été bon, voire très bon quand il le fallait. Quand j’écris qu’il servait très bien, je veux dire par là qu’il a tapé de très nombreux aces (à 195 sur le T), très bien varié et qu’il était donc très loin d’être ridicule sur ce coup en comparaison de Jo qui perd aussi faute d’avoir été capable de passer plus d’une première sur deux… Plus de problèmes aux abdos pour Rafa en tout cas.

Un Rafa qui va donc retrouver Djoko cette après-midi pour ce qui est la finale avant la lettre parce que de l’autre côté Stepanek / Monfils, ce n’est quand même pas le même niveau. C’est Djoko qui me parait jouer le mieux, même s’il est fatigué de façon assez évidente. Finalement il s’en tire parce qu’à la fin, Soderling était encore plus fatigué que lui, lui faisant littéralement cadeau du match servant à 3-4 au dernier set, faisant quatre fautes, et Djoko que de servir pour le match deux minutes plus tard…En tout cas, pas un match de poètes que celui-là ; cela tapait, et fort… Au fond, je me dis que c’est en cassant les pattes de Sod avec ses amorties de revers (une bonne dizaine et plus des deux tiers qui amènent le point) que le Djoker qui a su laisser passer l’orage au second, a finalement réussi à être un peu plus frais que le Suédois en fin de rencontre… Fatigué mais il joue bien le Djoker, peu de fautes hier.

A l’arrivée, deux demies très ouvertes pour cette après-midi, le vainqueur de la première ayant quand même sur le papier les meilleures chances pour la finale. La demie entre le Djoker et Rafa me parait importante pour tous les deux. A suivre…

Dimanche 15 novembre. Finale. Djokovic bat Monfils (6/2 5/7 7/6).

Par Isabelle

Novak Djokovic (photo Guillaume)Bon, Djokovic a gagné. Je suis heureuse pour lui, ça se voyait qu’il en voulait, qu’il avait la rage. On a eu un beau match, avec des échanges de fous. A un set zéro, 3 – 1, je me suis dit que c’était bon, que dans un quart d’heure ce serait fini, et puis non… Monfils s’est accroché, comme contre Cilic, et Djoko était fatigué. Il a eu un gros coup de pompe à partir du deuxième set. Le Serbe, ça se voit tout de suite quand il est fatigué, il se traîne un peu sur le court, tête basse, un peu comme Marat. A chaque fois qu’il a le break, dans les deuxièmes et troisièmes sets, il se fait reprendre et se retrouve finalement tout prêt de perdre. Cinq défaites en finale de Master 1000 cette année, ç’aurait été vraiment dur !

Il a puisé la rage de vaincre en regardant son box, où ses parents étaient venus avec l’un des petits frères. Marian Vajda a même dansé après la balle de match. Moi, sur mon siège, j’essayais de ne pas trop manifester mon soutien à Djoko : j’étais un peu seule cette après-midi à le supporter et j’avais pas envie qu’on me regarde de travers. J’étais une supportrice silencieuse !

Gaël, lui, a été trop attentiste. Il faut vraiment qu’il apprenne à devenir agressif, surtout qu’il a la frappe pour ça. Sur la balle de match, au moment où Gaël sert sa seconde, quelqu’un a crié « allez Novak ». Stupide.

Mais Monfils a mérité d’être en finale. Ses victoires contre Cilic et Stepanek sont admirables, surtout la seconde. Contre Radek, il a moins bien joué que contre Cilic, mais s’est arraché et a vraiment gagné au mental.

Bercy 2009 aura donc été un bon cru. Ambiance très chouette tout le week-end. Quand les Français sont là en fin de semaine, l’ambiance est tout de suite différente. Ca reste bon enfant mais c’est beaucoup plus chaud.

On a vu pas mal de beaux matchs, des grosses bagarres, quelques abandons sulfureux… Mes meilleurs matchs ? Le Djokovic/Nadal pour le niveau de jeu de Djoko. Il était sur un nuage. Et c’est fort d’être encore capable de produire ça en fin de saison. Pour l’intensité, je dirais le Cilic/Monfils ou le Nadal/Almagro. J’ai vu tellement de matchs cette semaine que j’ai un peu du mal à faire une synthèse. Mais le match de Djoko contre Nadal est vraiment le truc qui me saute à l’esprit. Le bijou de la semaine.

Bon, un mot sur le Masters pour finir : Djoko va avoir intérêt à sérieusement se reposer la semaine qui vient s’il veut faire quelque chose à Londres. Federer est-il motivé ? Nadal, lui, le sera, Murray à domicile encore plus. Roddick, non, je n’y crois pas… Si je devais parier, je dirais Murray vainqueur. Il doit rattraper ses échecs en Grands chelems cette année. Et puis il joue à la maison. Nadal en challenger principal s’il regagne de la longueur de balle. Une pièce sur l’outsider Verdasco en demies s’il ne fait pas sa tête de cochon. Soderling hyper dangereux aussi s’il y va. Mais c’est difficile de se livrer au petit jeu des pronostics tant que l’on n’a pas le tirage des poules.

Rendez-vous à Roland-Garros pour retrouver la baroudeuse dans ses grandes œuvres !

About 

Tags:

156 Responses to Bercy est à nous

  1. Jean 12 novembre 2009 at 10:52

    Guillaume, tu n’es pas très gentil avec Almagro : nous sommes bien en pleine saison des vendanges. Et là, il nous a fait un millésime, du grain très noble, du travail d’artisan. Respect.

    • Franck-V 12 novembre 2009 at 11:26

      Des « vendanges tardives » même, les plus savoureuses :-)

      Encore merci Nico, j’ai bien ri.

  2. Ulysse 12 novembre 2009 at 11:30

    Bien écrit et intéressant ton compte-rendu. Je suis un ex-fan de Marat mais un peu déçu quand même par le rôle de faire-valoir expiatoire de Ascione qui a vraiment besoin maintenant dans sa carrière d’un peu d’encouragements et d’exposition média, tandis que le Russe s’en fout depuis bientôt 5 ans.
    Et l’ambiance sonore ? Est-ce que c’est le cirque assourdissant qu’on entend dire ou est-ce que finalement ça passe ?

    C’est peut être un des premiers Bercy où vraiment tout le gratin est présent. Seul Roddick a un mot d’excuse dans le top 20. Le top 5 est comme toujours nonchalant à Bercy, particulièrement peu convaincant dans ce premier tour après le Bye, mais au moins ça donne des beaux matchs dès le début. Mon impression que ce Bercy est une fois encore destiné à un second couteau en sort renforcée.

  3. Antoine 12 novembre 2009 at 14:31

    Très bien ce compte rendu..

    Je n’ai pas trouvé que Federer ait mal joué hier, loin de là. C’est surtout le niveau et la constance de Benneteau qui m’ont impressionné.Je l’avais déjà vu bien jouer mais là, il a été très bon du début jusqu’à la fin, sur la fin surtout d’ailleurs..Je ne vois pas grand chose à reprocher à Federer sur ce match. Il a perdu contre un type qui a fait l’un des meilleurs matchs de sa vie; cela arrive..Cependant, Federer avait trois objectifs après l’US Open: Bâle (perdu), le Master’s (à voir) et terminer numéro un; on verra ce qu’il en est..En tout cas, il ne sera pas fatigué en arrivant à Londres, c’est sûr..En revanche, il manquera sans doute un peu de compétition et de confiance..

    Nadal: pas vu mais pas surpris qu’il s’en sorte une fois de plus..Les autres espagnols font de toute façon un complexe face à lui mais son niveau de jeu n’a pas l’air bien terrible, c’est le moins que l’on puisse dire. cela étant Robredo se fera aimablement battre comme toujours. Après ?

    J’ai bien aimé le Del Potro-Safin: logique respecté mais je ne peux pas m’empêcher de penser que Del Potro est loin de valoir ce que valait Safin après son premier US Open en 2000 et même aujourd’hui (hier), Del Potro ne gagne que parce que Safin ne se déplace plus et dégoupille en coup droit…Del porto joue actuellement au niveau ou il jouait il y a un an en fin de saison..

    Bon, qui va gagner le tournoi ? Murray, Djokovic, Soderling ?

    • Franck-V 12 novembre 2009 at 14:37

      Sans faire offense à Verdasco et à Roddick (un forfait de dernière minute n’est pas à exclure) je préférerais Davydenko et Söderling à Londres, et Tsonga juste derrière.

      Le Russe et le Suédois ont ce petit côté imprévisible face au top 4 que n’a pas forcément Verdasco, même si il n’aurait pas volé sa qualif.

    • Duong 12 novembre 2009 at 18:37

      Del Potro n’aime pas l’indoor et le rebond bas, qui était les meilleures conditions pour Safin, voilà la différence.

      Oui, hier il a joué à peu près au niveau de l’an dernier, mais c’était son premier match depuis longtemps et ça change vite d’un jour sur l’autre.

      Qui va gagner le tournoi ? N’importe quoi peut arriver à mon avis, sur ce que j’ai vu hier les joueurs étaient loin de leur meilleur niveau, mais Djoko et Murray peuvent élever leur niveau de jeu, de même que Del Potro même si ce n’est pas sa meilleure surface.

  4. martin 12 novembre 2009 at 15:04

    Le suédois a justement éliminé le russe. ca fait les affaires de Verdasco. Mais je suis OK avec toi, Franck. Verdasco, c’est pas mon truc, et un Roddick sur une jambe, franchement… Je préfère d’assez loin Davydenko et son tennis ping pong et Soderling. Nous verrons bien. Tsonga a de bonne chances d’être remplaçant, mais il lui faut aller loin à Bercy. 1/2 finale minimum, ça serait bien.

    Malgré tout ça, les médias commencent à me courir sur le haricot avec leur course au Masters… Les meilleurs iront et basta. Tsonga, il est mignon, mais ça sert à quoi d’aller au masters si c’est pour se faire déchirer en poule, car fatigué physiquement et mentalement ? A prendre du fric, mais à écourter aussi sa préparation hivernale. Pour moi, une qualif au mesters se joue entre janvier et septembre, pas en cotobre novembre. Si tu dois aller la chercher à ce moment-là, c’est que t’as pas éé assez bon avant. Les meilleurs, ça fait 3 mois qu’ils sont qualifiés. Ils se prennent plus la tête avec ça. Globaleent, au vu de leur saison, ni Simon ni Tsonga ne méritent d’être dans les 8 meilleurs mondiaux. Leurs résultats en GC sont trop justes.

  5. Benoît 12 novembre 2009 at 18:11

    Murray Stepanek sur le court n°1…

  6. Antoine 12 novembre 2009 at 18:27

    Benetteau n’a pas confirmé..Evidemment, le programmer à 16h alors qu’il a fini à 23h hier ne pouvait faire ses affaires. De l’autre côté, Nadal qui avait fini en fin d’après midi hier, est programmé pour la session de nuit..

  7. Benoît 12 novembre 2009 at 18:29

    Bon résumé !

    Par contre si je me souviens bien, sur les balles de match, Almagro sert au moins 4 premières balles. Comme il l’a déclaré, Nadal n’a bien joué que les balles de match, le reste consistait à slicé court en revrs et à lifter (toujours très court) dans le revers adverse.

    Vraiment décevant de voir Federer se faire battre par un mec qui fait le match de sa vie avant de redescendre de son nuage dès le lendemain. La glorieuse incertitude du sport !

    Mes favoris pour le tournoi sont Soderling, Murray et Djokovic.

    • Duong 12 novembre 2009 at 18:32

      Nadal a très bien joué les 3 premières balles de match.

      Ensuite Almagro s’est tendu sur les suivantes, mais quand même Nadal a beaucoup de mérite là-dessus.

      Ceci dit, si Almagro ne se blesse pas, il gagne le 3e.

    • Duong 12 novembre 2009 at 18:43

      Nadal a très bie joué les 3 premières balles de match
      … et aussi, et c’est très important, il a eu du pot car il y a touché la ligne plus d’une fois.

      2 centimètres en plus sur une de celles-là et il était sorti.

      Pas de pot pour Almagro … qui a eu le mérite de toujours y croire malgré une fiancée dans les tribunes bourré d’anxiété (à mon avis, quand on a une fiancée comme ça, il vaut mieux pas l’emmener aux matches sinon elle peut vous refiler son anxiété … mais Almagro n’a pas vraiment succombé à l’anxiété malgré sa fiancée, malgré Nadal, malgré l’enjeu, et donc contrairement à l’article, je l’ai trouvé admirable, y compris mentalement).

  8. Duong 12 novembre 2009 at 18:31

    A mon avis, Benneteau n’a pas pu prendre ses amphétamines aujourd’hui : il devait être convoqué au contrôle anti-dopage …

    Non mais vous avez vu comment il bougeait et réagissait au quart de tour hier ? le balle était à peine arrivée qu’elle était repartie, avec changement de direction en plus !

    Je sais pas si l’adrénaline peut faire ça, mais j’ai très rarement vu une chose pareille.

    Evidemment les services sur la ligne c’est le tennis et la réussite d’accord, mais dans la rapidité de réaction et de mouvement, il y avait quelque chose d’étonnant.

  9. Antoine 12 novembre 2009 at 20:19

    Bon maintenant, c’est au tour de Murray de passer à la trappe, battu par Stepanek, ce qui me fait plaisir…

    Cela m’étonnerait que Nadal n’y passe pas aussi, sinon ce soir, du moins demain contre Jo qui est en forme..

    Qui va tirer les marrons du feu ? Comme Benoit, je voyais Murray, Djoko, ou Soderling. cela fait un de chûte..Jo a sa chance aussi..

  10. Cochran 12 novembre 2009 at 21:49

    Je suis globalement d’accord avec ton commentaire sur le match de Fed, Antoine. Le niveau de Benneteau hier m’a méchamment impressionné. A un moment, entre la fin du premier et le milieu du second, il a aligné 25 1er service d’affilée ! Et pas des services pour rire, du bon, du lourd, du varié. Je ne l’avais jamais vu jouer aussi juste, aussi précis, aussi vite. A côté de cela, Fed n’a pas signé un match sans non plus. Son service est en place (15 aces), pas mal de coups gagnants et quelques difficultés en coup droit tout de même. Pas du grand Fed, mais pas une catastrophe. D’ailleurs au décompte des points, Benneteau ne l’emporte que d’une unité…

    Ce qui est plus inquiétant, c’est que Fed perd encore un match au dernier set, le huitième de la saison (sur 10 défaites) contre seulement 4 victoires dans le set décisif (dont 3 en GC). J’espère pour lui que les matchs du Masters seront moins serré ou tout du moins qu’il saura mieux gérer ce dernier set. En tout cas, ce masters s’annonce assez ouvert. Du côté du top 5, tous ou presque ce sont au moins battus une fois mutuellement sur l’année (sur le coup j’ai un doute sur une victoire de Djoko sur Nadal cette année) et tous ou presque ont montré des signes de fatigues ces derniers mois. Une chance pour le plus frais des 8 ? A voir.

    • Antoine 12 novembre 2009 at 22:11

      Je n’ai pas souvenir que Djoko ait battu Nadal cette année…

      Ledit nadal vient de démontrer par A + B que Robredo n’est qu’une larve…Almagro, Robredo, même combat…Lamentable de voir à quel point ces Espagnols se liquéfient quand il s’agit de servir pour battre Nadal..Ils n’ont pas le centième du mental de Nadal…

      • Pierre Andre Chewbacca 12 novembre 2009 at 22:18

        Djoko à battu Nadal à Cincinnati,je crois?

        • Cochran 12 novembre 2009 at 22:20

          Effectivement, bien vu ! Rafa l’a par contre battu 4 fois cette année…

      • Cochran 12 novembre 2009 at 22:20

        L’emprise de Nadal sur les joueurs adverses, particulièrement espagnols, n’est plus à démontrer. Il est moins tranchant qu’il y a 6 mois, mais quel monstre de mental ce mec !

      • karim 12 novembre 2009 at 22:31

        Robredo doit se dire aux vestiaires « putain j’ai eu chaud, j’ai failli battre Rafa »!!!!

        On a vu Rafa torse nu longuement à la fin du match, vous avez dit « pfiouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu ». c’est plus un taureau mais une vachette. Mais qu’est-ce qui se passe-t-il?

    • Duong 13 novembre 2009 at 08:58

      Almagro, Robredo pas même combat.

      Almagro je le redis : blessé en fin de match mais bien mentalement, c’est Nadal qui mérite le 2e set.

      En revanche, Robredo quand il s’agissait de conclure, il met la balle au milieu du filet …

  11. Cochran 12 novembre 2009 at 22:23

    Et n’empêche, si Rafa va jusqu’au bout (avec lui, faut jamais douter de rien), rien ne dit qu’il ne chipera pas la place de n°1 cette année… La finale de la coupe Davis pourrait jouer en ce sens au cas où… Coup dur assurément pour Fed si cela devait être le cas.

    • Duong 13 novembre 2009 at 08:56

      ça c’est du raisonnement sur papier : sur le terrain Nadal ne touche pas un clou et va se faire étendre méchamment par Tsonga sauf si celui-ci réussit le tour de force de se péter les deux poignets comme il a déjà réussi à le faire …

      Et si Nadal joue comme ça à Londres, il ne gagnera pas un match sauf contre un type blessé.

  12. Pierre Andre Chewbacca 12 novembre 2009 at 23:19

    Bon tu sais Cochran je crois que le truffiers Suisse se fiche pas mal de la place de N°1 a présent ,seul la perspective de glaner 1 ou 2 GC voir 3 peut le motiver et quand il dit vouloir jouer jusqu’à 35 ans il se fou un peu de notre gueule,il suffit de voir son sourire hier soir pour être convaincu que le tennis le gonfle un peu . D’ici là qui sait ?on aura droit à la Bio de Santoro »Frodon le Hobbit »celle de Safin « Gaviscon me soulage l’estomac »!

    Par contre je ne me suis pas encore remis de la moumoute de Dédé!

  13. Jean 13 novembre 2009 at 00:15

    Federer était en chaussons hier, quelqu’un y avait cru ? Pas complètement mauvais, bah oui, c’est Federer, mais en chaussons.

    Del Potro me fascine par l’impression de lenteur qu’il donne, de souffrir pour se mouvoir entre les points. Je le verrais bien pendu à un arbre en Amazonie à bouffer ses feuilles. En attendant, cette tête de nœud de Gonzo le ferait presque passer pour Stefan Edberg. Un type qui boise plus de trois fois dans un match devrait être disqualifié (déjà quatre dans le deuxième).

    • Duong 13 novembre 2009 at 08:55

      Non c’était un bon Federer mais en face il y avait du grand Roger … Benneteau !

      Si « un type qui boise plus de trois fois dans un match devrait être disqualifié », Nadal aurait déjà été disqualifié depuis longtemps à Bercy cette année …

  14. Cochran 13 novembre 2009 at 01:14

    Sept ! Il a eu sept balles de match le Gonzo !!! Et il abandonne pour une douleur au genou. Plutôt l’impression que c’est une douleur à l’amour propre qui l’a fait abandonner. Incroyable cet Open avec des morts vivants qui remportent des matchs qu’ils n’auraient jamais du gagner…
    J’attends avec impatience le retour de Gerulaitis

  15. Jean 13 novembre 2009 at 01:19

    Gonzalez est lamentable, une palourde le battrait au mental. Mais les sept balles de match sont toutes magnifiquement sauvées par Del Potro.

    • Duong 13 novembre 2009 at 09:00

      il faudra m’expliquer ce raisonnement lu communément chez les fans de tennis : pouvoir dire « machin lamentable mentalement » parce que sur le papier il n’a pas conclu 7 balles de match … alors que tes « yeux » ont vu Del Potro les sauver.

      Moi je crois plus mes yeux que les raisonnements statistiques pour ce qui s’agit de commenter un match de tennis.

    • Jean 13 novembre 2009 at 09:34

      Là c’est pas sur les balles de match, Del Potro les sauve vraiment, chaque fois me semble-t-il par un winner. Mais Gonzalez n’avait pas l’air très touché avant son abandon, le dernier match que j’avais vu de lui, c’était contre Nadal à l’USO, où il avait également baissé les bras et s’était couché. Pour moi ça fait beaucoup, surtout si l’on ajute à ça son attitude toujours un peu limite (comme quand il demande un hawkeye assez systématiquement après avoir raté un coup).
      Ceci dit, à part ces balles de matchs à partir de 5-4, Gonzalez a un nombre incalculable de balle de break.

    • Duong 13 novembre 2009 at 10:23

      on ne sait pas pourquoi il a abandonné, alors dire qu’il s’est couché c’est un peu rapide, non ?

      sinon Gonzo a fait un bon match, un peu inférieur à Del Potro au premier mais il a gagné, clairement supérieur dans le 2e mais il a perdu : c’est le tennis …

      Gonzo c’est toujours une alternance de coups magnifiques et d’erreurs : c’est son jeu.

      En tout cas, je continue de penser que son coup droit est sous-estimé parce qu’il n’a pas le palmarès d’un Federer, d’un Nadal ou d’un Del Potro, mais quand je regarde les choses franchement, je pense que c’est lui qui a le meilleur coup droit.

      En tout cas c’est pas le match d’hier qui me fera penser le contraire, au contraire.

  16. Jérôme 13 novembre 2009 at 07:00

    C’est un compliment de ma part : Nadal est décidément la plus énorme paire de c… (désolé les filles) que j’ai jamais vu sur un court de tennis. Quand bien même n’aurait-il plus de genoux et serait-il au bord de l’évanouissement que ses roudoudounes continueraient à cavaler sur le court et à renvoyer la balle.

    Il était clairement à poil pendant son match contre Robredo. Le gars breake Nadal à 4/4. Et soudain, au moment de servir pour le match, comme vous le dites, il dégoupille.

    Je ne sais même plus si on peut dire que Tsonga va bouffer Nadal tout cru. Logiquement, oui. Ca devrait être comme à l’OA 2008. En pratique, tout est possible avec ce diable d’homme.

  17. Lionel 13 novembre 2009 at 07:01

    Intéressant finalement ce tournoi avec des vrais matchs…

    L’évènement de la décennie, ca restera quand meme la moumoute de dédé, il doit l’avoir mauvaise le Roger. Ridicule avec ses 15 titres. Il a joué avec jusqu’en 93? Plus fort, ca serait d’apprendre que Nadal est une femme, ou que Federer est a la tete d’une vaste entreprise d’armement, genre le federergate! Vive dédé. Il s’en prens meme à Chang, le mec le plus inoffensif sur un court de tennis… Enorme, Vamos dédé.

    Vu sur le forum de Marca, moins con que le journal c’est pas dur, ils y croient au retour du Nadal, meme s ils sont pas impartiales, Espagne oblige.

    Prono, donc forcement foireux, Tsonga – Monfils en finale.

    Combien manque t il de semaines a Roger pour battre le record de numéro 1?

    • Duong 13 novembre 2009 at 09:01

      jusqu’après le Queens l’an prochain

    • Ulysse 13 novembre 2009 at 10:22

      Ouais,
      Sur la grande lessive de Dédé je me perds en conjectures :
      - Il a perdu un pari stupide ou est puni dans le cadre d’une relation sado-maso avec Steffi ?
      - En passe d’être dépossédé de tous ses records par le Suisse, il veut reprendre l’initiative en portant très haut le record de l’auto-démolition la plus rapîde et complète ?
      - Ou il s’est simplement laissé influencer par son porte-plume ex-paparazzi ?

      Lionel, le seul déballage Agassien que je rejoins en revanche totalement, c’est la critique de ce ridicule cul-béni de Chang dont j’ai toujours vomi les clowneries religieuses sur le court, comme Johnathan Edwards d’ailleurs. Le genre « je prie pour que Dieu me sauve cette balle de match » est une preuve d’insondable idiotie.

      • Jean 13 novembre 2009 at 10:36

        Hoùla, doucly quand même, faut être gentil avec Jonathan Edwards, on parle du Goéland là, de « Monsieur 18.29 », de l’un des sportifs qui m’ont donné mes plus grands kiffs olympiques, du type qui a défié la gravité. Pas un calculateur à la Marion Jones, mais une vraie sincérité d’expression, très transparente et honnête, qui n’a jamais caché ses doutes mais également ce que cela lui apportait. L’Homme a d’ailleurs complètement renié sa foi en 2007 : « the man who won gold but lost God » http://www.timesonline.co.uk/tol/sport/more_sport/athletics/article1991114.ece

      • Ulysse 13 novembre 2009 at 16:30

        Jean,
        merci de me rassurer sur Johnathan Edwards. Je connais des croyants qui sont des personnes admirables dans 4 religions différentes mais j’exècre les prosélythes en la matière. Je cherchais un exemple de sportif cul-béni et je me suis remémoré cette image du signe de croix avant la course d’élan, et aussi que le goéland refusait de concourrir le dimanche à cause de sa confession assez gratinée (plus extrémiste que la simple « Church of England »).
        J’ai été voir sur Wikipedia et c’est vrai qu’il a annoncé sa conversion en 2007 et a même fait une belle déclaration « When you think about it rationally, it does seem incredibly improbable that there is a God. » Marrant, il n’a donc pas vu le Federer-Gonzalez 2006 en Australie…

        J’ignorais complètement ce changement. Je suis très content de l’apprendre car j’avais énormément apprécié l’homme qui commentait une bonne partie des JO de Pékin sur la BBC l’été dernier et ça ne cadrait pas avec ce que je m’imaginais de lui.

    • Jean 13 novembre 2009 at 10:23

      C’est dommage, j’aurais bien vu Ljubicic ou Davydenko se pointer sur le court avec une perruque, pour rigoler. Mais Nastase ne joue plus, et Davydenko et rigoler dans la même phrase, ça ne va pas.

    • Duong 13 novembre 2009 at 10:30

      Chang est de famille culturellement chinoise : ça explique sa relation superstitieuse à la religion. C’est culturel, et pour moi, ce genre de choses ne se juge pas, tant que ça ne porte atteinte à personne.

      En tant que jeune Français, j’étais à choqué par les propos de Chang à l’époque et les trouvais ridicules, mais depuis j’ai vu d’autres cultures, découvert notamment cette culture chinoise, et compris la relativité culturelle en général. On est tout empreints d’une culture. Et une culture c’est un tout : à différents endroits du monde, se sont développées différentes cultures qui sont autant d’adaptations de l’homme à la vie, il y a une cohérence globale et chacun est formé dans ce moule.

      • Ulysse 13 novembre 2009 at 16:54

        Duong,
        Je m’efforce, parfois sans succès car c’est un combat toujoursd renouvelé, de ne pas être un gros boeuf qui méconnait les différences culturelles. Si Chang manifestait des dévotions bouddhistes, Taoistes ou je ne sais quoi d’autre dans le genre, j’adopterais bien sur l’attitude de réserve prudente qui évidemment convient à l’abord d’une culture différente.
        Ce n’est pas sa grand-mère de Shangaï qui a appris le signe de croix à Michael. L’ostentatoire religieux chez Chang né et éduqué aux US pue le bon vieux obscurantisme puritain et conservateur américain à la GW Bush qui représente une des communautés de pensée et d’action les plus puissantes et que je méprise le plus.

    • Duong 13 novembre 2009 at 10:31

      moi j’ai souvent vu Davydenko rigoler …

  18. Kristian 13 novembre 2009 at 07:50

    Bravo et merci pour pour ce tres bon texte.

    On a en effet un tres bon tournoi. Tsonga-Nadal va etre tres ouvert, mais je crois que Nadal va s’en tirer. L’AO 2008 est un fantasme. Un peu comme RG 83, un truc inoui dont on va parler pendant des annees mais qui ne se repetera jamais. Tsonga ne jouera plus jamais comme ca, Nadal ne se fera plus jamais avoir de la sorte.
    Par contre Djokovic devrait lui regler son compte en demi finale.

    Celui dont on ne parle pas mais qui a tout du baroudeur en embuscade bien place pour rafler le gros lot, c’est Cilic. Le profil type d’un gars qui va gagner Bercy.

    • karim 13 novembre 2009 at 08:55

      Bien vu. Pour cilic notamment.

    • Duong 13 novembre 2009 at 09:04

      le fantasme c’est de croire Nadal sur ce tournoi aussi fort … même qu’à l’AO 2008.

      moi je préfère mes yeux.

      Vous l’avez vu jouer Cilic, pour dire ça ?

      Evidemment non.

      Alors tout ce qu’on sait c’est que dans le haut du tableau, les demies sont Monfils-Cilic et Del Potro-Stepanek.

      Et les gens ici n’ont vu jouer que Monfils et Del Potro, éventuellement Stepanek.

      Alors pronostiquer un gars sans l’avoir vu, c’est rien d’autre qu’une phrase en l’air signée à l’encre de papier.

    • Duong 13 novembre 2009 at 09:06

      l’AO 2008 est très loin … là on est sur Bercy 2009.

  19. Ulysse 13 novembre 2009 at 09:47

    Franck disait que Verdasco manquait du coté imprévisible face au top que possèdent Tsonga ou Soderling. Je peux documenter cette assertion avec une statistique frappante.
    Depuis qu’il est top 10, Verdasco a perdu la totalité des 10 matchs qu’il a joué contre des top 10 : 0% de réussite. Le même critère donne 50% pour Jo Wil et 44% pour Davy. Même Gilles Simon réalise quand même 20%.

  20. Antoine 13 novembre 2009 at 09:49

    Mis à part leur premier match à l’US Open 2007 ou Nadal s’était imposé facilement mais ou Tsonga n’avait pas encore atteint le niveau qui est désormais le sien, en moyenne celle d’un bon top 10, voire d’un top 5 en indoor, Nadal a toujours eu de gros problèmes avec Tsonga même s’il a gagné 2 des 3 matchs qui ont suivi.

    La raclée qu’il a prise à Melbourne n’est pas représentative puisque Tsonga a fait ce qui demeure le meilleur match de sa vie dans un GC à ce jour mais, deux mois plus tard, à Indian Wells, nadal s’était imposé très difficilement au troisième alors que Tsonga a servi pour le match. Cette année, à Rotterdam, il a également connu de grandes difficultés pour gagner. Tsonga a un type de jeu qui gêne beaucoup Nadal qui ne parvient pas à se régler et à jouer son propre jeu. Par ailleurs, Tsonga n’est pas Espagnol et n’a pas peur de lui..

    Tout cela pour dire qu’indépendamment de leurs parcours respectifs, c’était déjà un match très ouvert…et que lorsqu’on tient compte de leur forme du moment au vu de leurs parcours respectifs, du fait que les organisateurs donnent un sérieux coup de pouce à Tsonga en programmant le match en 2ème vers 16h, le favori logique, c’est Tsonga. C’est également l’avis de Nadal qui aime bien qualifier son adversaire de favori.

    Ce qui peut faire perdre Tsonga, c’est son irrégularité coutumière mais s’il joue comme hier (il n’a perdu que 4 points sur son service..), il battra Nadal, peut être même en deux petits sets..

    J’espère que Djoko-Soderling sera un bon match. Les stats sont clairement à l’avantage de Djoko (4-0) mais le Sod est en forme..

    Monfils-Cilic: très ouvert je pense. Monfils a bien joué hier mais je n’ai pas vu Cilic..

    Stepanek-Del Potro: avantage Del Porto que je n’ai pas vu jouer mais dont je lis qu’il a lui aussi sauvé son quota de balles de match contre Gonzo, ce qui prouve a minima qu’il a des nerfs..

  21. MarieJo 13 novembre 2009 at 09:54

    juste pour vous signaler que si vous actualisez la page, la partie III du texte ‘Bercy est à nous’ est venue s’ajouter aux deux premiers récits.

    et pour avoir vu jouer Cilic, je confirme qu’il ne faudra pas le prendre à la légère. il a un petit côté Berdych cuvée 2005 ;)

    • Antoine 13 novembre 2009 at 10:05

      Mais c’est un reportage continu ! Merci à Isabelle.

      Vu son tableau, Cilic parait avoir une bonne chance d’aller en finale: il peut bien battre Monfils, puis éventuellement Del Potro qui a quand même l’air d’être dans un forme assez éloignée de celle qu’il avait à Flushing. Il n’est pas le seul d’ailleurs…

  22. Duong 13 novembre 2009 at 10:38

    Les fans de Nadal feraient bien de prendre de la graine de leur champion.

    Lui est dans l’instant présent et dans la réalité : il joue mal mardi, il le dit « je ne peux pas jouer plus mal qu’aujourd’hui ».

    Il sait, lui, qu’il peut jouer du grand tennis et qu’il n’a pas passé son temps à gagner avec ses seules couilles. Quand il joue mal, ça devient dur : il se bat, mais il arrive un moment où ça ne suffit plus.

    Il sait, lui, que le tennis se joue sur le terrain avec une raquette, pas sur du papier. L’AO 2008, franchement il n’y est plus : là il est à Bercy.

    C’est un type admirable, et si les fans de tennis pouvaient s’inspirer de son état d’esprit …

  23. Duong 13 novembre 2009 at 10:43

    « Benneteau a fait un match énorme, mais… ce n’est que Benneteau, quoi ! »

    commentaire typique : voilà Benneteau, numéro 46 mondial, tout est dit pour les raisonnements de papier.

    Benneteau, mardi, aurait battu tous les autres joueurs du jour.

    Et il a battu un bon Federer, tout à fait motivé.

  24. Ulysse 13 novembre 2009 at 10:54

    J’avais pas remarqué que le reportage était mis à jour quotidiennement. Ca doit turbiner pas mal dans les coulisses de 15-LT et ça devient vraiment élaboré !
    C’est moi où ce Bercy-là est vraiment plus intéressant que les autres ? Est-ce le tableau à 48 joueurs qui est peut-être une bonne idée ? Est-ce l’aiguillon des qualifs encore ouvertes pour les Masters ? En tout cas il y a beaucoup de matchs vraiment intéressants. Rien à voir avec le morne Shangaï…

    • Duong 13 novembre 2009 at 10:56

      le tableau est à 48 joueurs depuis des années.

    • Ulysse 13 novembre 2009 at 16:57

      Bon ben c’est pas les 48 joueurs alors. Autant pour moi.

  25. Duong 13 novembre 2009 at 10:55

    Merci pour le commentaire du match de Cilic : bon il comptait sur les fautes de Verdasco, c’est ça l’info, c’est pas son style habituel.

    Ca ne semble donc pas le grand Cilic de Pékin.

    Moi je suis pas capable de dire qui va passer dans le haut du tableau, c’est très ouvert, mais tant qu’à dire une parole en l’air moi aussi, ce que je « sens » plutôt, c’est Stepanek.

    Le style pour battre Del Potro, il a battu Cilic la semaine dernière et a l’expérience et le style pour battre le Croate, il a superbement joué contre un très bon Djoko la semaine dernière (car Djoko a été très bon toute la semaine : Wawrinka et Stepanek étaient en feu pendant que Federer se payait des adversaires pas terribles, mais ça se voyait que Djoko était bien au-dessus de Federer, même si Djoko était plus constant en finale).

    Ce qui va contre lui : le court un peu lent ne l’avantage pas, ça se voyait hier.

    En tout cas, je ne vois pas pourquoi il aurait moins de chances que les autres …

  26. MarieJo 13 novembre 2009 at 11:07

    nadal a la haine de la défaite plus qu’un autre, c’est la marque de fabrique des plus grands, faudrait faire le compte des matchs gagnés alors qu’il a sauvé des balles de match ou qu’il était mené au dernier set, son compteur est 13 pour 2009, et hier il n’est pas passé loin de sauver une 14è…
    si les espagnols n’ont pas de c… pour savoir enfoncer le clou contre nadal, c’est sans doute parce que nadal a récupéré tout le stock disponible ! nadal c’est comme jack bauer, increvable jusqu’à ce que qqu’un le mette à terre au premier uppercut de droite, faut pas le rater, si non c’est la punition assurée, bcp y compris fed l’on vécu à leurs dépends.

    hier je me disais, que la différence en ce moment avec fed, c’est que le suisse est complètement blasé, en passant sampras et en gagnant RG, il ne lui reste plus grand chose à prouver cette fin de saison, je doute que le masters l’interresse vraiment et on se demande ce qui va le remotiver en 2010 à part wimb ? alors que nadal lui veut se prouver qu’il peut revenir à son meilleur, en ce moment il est loin du compte. Son problème c’est de gagner un gros match contre un top joueur, s’il bat tsonga il va être bcp mieux, s’il perd, ça risque d’être une petite crise de confiance.

    pour ce qui est de robredo, hier il a fait quand même un match fantastique en particulier au service et avec un nombre de fautes directes minime, il a essayer de faire du almagro et il a joué bcp long de ligne contre nadal, ça paye cash ! même si pour lui c’était presque aller contre nature, il savait que son salut était là, et si almagro a vacillé après avoir obtenu ses 5 balles de match, robredo a senti le poid écrasant d’un nadal qui était près à tout pour ne pas perdre, et qui ne donnera plus rien. Robredo n’a jamais été un foudre de guerre pour conclure un match, il a souvent ramé contre d’autres joueurs de moindre calibre. C’était décevant surtout après avoir fait un des meilleurs matchs contre nadal, sa déception était flagrante sur son visage, j’ai raté l’occasion de l’année.

    • Kristian 13 novembre 2009 at 11:19

      Je suis bien d’accord Robredo a ete excellent hier. A vrai dire je ne me souviens pas l’avoir vu jouer aussi bien. Nadal n’est pas si mauvais. Robredo est quand meme 15e mondial, et hier il jouait top 10.

      Ce n’est pas du grand Nadal, ca ne suffira pas contre Djokovic tel qu’on le voit depuis 10 jours, mais contre Tsonga…

    • Duong 13 novembre 2009 at 11:46

      je suis désolé : Nadal est admirable, mais la différence principale en ce moment avec fed, c’est pas que Fed est blasé (je ne le crois pas du tout : Federer a perdu sur son niveau, point),

      c’est quand même que :

      - Federer est forfait à Tokyo et Shanghai, et se paie « Roger » Benneteau au premier tour

      - Nadal se fait dominer à Shanghai par Ljubicic qui se blesse, puis a la chance de voir Lopez sortir Söderling ; à l’US Open, il avait déjà eu du pot au tirage et avec des adversaires qui flanchent malgré un niveau défaillant ; à Bercy, il a la chance de tomber au tirage sur Almagro et Robredo, ce qui était un très bon tableau, mais il est tellement en petite forme que même ceux-là peuvent le battre, il faut dire qu’ils jouent un peu au-dessus de leur niveau, mais Almagro se blesse et Robredo flanche un peu ; Robredo a fait un bon match hier, mais top-10 il faut pas rigoler … et c’est un type qui a de l’expérience, avec un fantastique record dans les tie-breaks, mais son problème contre Nadal, c’est qu’il doit plus travailler qu’un autre contre lui car il manque de coups de débordement, d’où une situation plus difficile : bon il a flanché mais Nadal a aussi du mérite évidemment

      Donc oui Nadal a beaucoup de mérite, mais la différence EN CE MOMENT avec Federer, c’est pas la motivation : c’est la chance.

      Enfin, c’est une compensation pour être tombé sur un Söderling en feu à Roland-Garros.

      Mais ça me fait toujours marrer les commentaires des journalistes et des fans qui interprétent ce que fait un joueur uniquement en fonction du résultat.

      Concrètement, si Federer jouait Almagro mardi pendant que Nadal rencontrait Benneteau, aujourd’hui tout le monde serait en train de masturber Federer comme à son habitude pendant que Nadal se ferait descendre : est-il fini ? etc …

      Sic gloria transit …

      C’est assez marrant de voir ces joueurs, que ce soit Federer ou Nadal, encenser ou démolir, selon qu’ils gagnent ou perdent, avec le même niveau de jeu. Et les interprétations à la noix qui te trouvent la bonne explication après coup.

      Ainsi va la mythologie du tennis …

    • Guillaume 13 novembre 2009 at 11:56

      Euh… mais toi aussi tu nous fait des interprétations, duong ! Et tes théories sont aussi valables (ou non valables) que les autres, après tout :)

      C’est la part d’interprétation, justement, qui fait que ce sport est si beau. Si on enlève ça, on peut tous cesser de communiquer et regarder le tirage au sort du loto !

    • Duong 13 novembre 2009 at 12:08

      oui je sais Guillaume, que mon ton déplait.

      Ceci dit, non toutes les théories ne se valent pas.

      Que je puisse me tromper est tout à fait possible, mais toutes les théories ne se valent pas non : c’est justement ce que je te reproche de dire ça, je suppute que tu es journaliste dans la vie, a minima tu as développé cette théorie pour « vivre en paix » sur un forum,

      mais tu ne me feras jamais acquiescer à l’idée que « tout se vaut, et inversement ».

      je peux me tromper : c’est différent.

      Mais la vérité, elle, est unique, même si elle est complexe.

      Ceci dit, je sais très bien que ce que je dis, pour être à mon avis extrêmement vrai, n’en est pas moins désagréable et donc sans doute déplacé pour le véritable objectif d’un forum, qui est plutôt de passer un bon moment ensemble en ressassant le bon vieux temps que de s’intéresser à la vérité et chercher des infos (ce qui est mon objectif).

      C’est pour ça que je comprends très bien que je suis déplacé et malvenu.

      Mais tu ne me feras jhamais acquiescer à l’idée que « tout se vaut, et inversement » : je te le dis tout de suite, jamais tu ne me feras dire « oui » à ça.

      Je préfèrerais ne plus venir ici que d’acquiescer à une idée pareille qui est la négation même de toute vérité, qui est la seule chose qui m’intéresse.

      D’ailleurs, je suppute que j’avais pris la bonne décision pour tout le monde de ne plus venir ici.

      Evidemment on peut toujours faire du « mais non, mais non, reste, on est copains », mais il y a des vérités et des choses qui existent de la même manière qu’il y a des personnes qui ne peuvent vivre ensemble.

      Vous êtes très bien dans votre petite ambiance sympa, moi je ne colle pas à ça.

      • Antoine 13 novembre 2009 at 13:05

        Mais il me semble que tu en fait partie Duong, de cette petite ambiance très sympa ! Tu ne vas pas nous faire une Gasquette, j’espère !?

      • Ulysse 13 novembre 2009 at 17:09

        Duong,
        J’apprécie tes contributions et j’espère bien qu’elles vont continuer. On sent bien l’exigence de vérité et d’objectivité très forte derrière tes analyses au point que parfois ça fait un peu abrupt et brut de fonderie. Mais ta rigueur est appréciable et apporter la contradiction est indispensable sinon il n’y a pas de débat.

      • Guillaume 13 novembre 2009 at 21:10

        Pareil que les autres. Peace, brother.

  27. benja 13 novembre 2009 at 11:26

    Je pense que Fed est tout de même fort motivé.

    La persepective de voir Nadal reprendre la place de numéro 1 aux Masters alors qu’il n’a pas joué Wimbledon et a joué RG à cloche pied ne doit pas réjouir Fed.

    Je pense aussi que sa motivation était énorme à l’Usopen et à Bâle.
    Peut-être un peu moins à Paris, ville qu’il a pourtant appris à aimer en Mai…

    Pour en revenir à Nadal malgré son niveau de jeu qui paraît assez moyen depuis son retour, il est de loin le plus régulier du top 5.
    Sans titre certes mais à part ça, on a:
    1/4 à Cinci, 1/2 au Canada, 1/2 à l’USopen, Finale à Shangai et au moins 1/4 à Bercy.

    Delpo à Shangai et Fed à Bercy ont perdus trop tôt. Ils étaient pourtant devant l’Ibère après l’Usopen.

    Néanmoins, seul le titre compte. C’est la règle.

    • Duong 13 novembre 2009 at 11:58

      Bein oui il était motivé :

      quand Fed perd, on trouve toujours des explications à la noix car il est « censé » tout gagner.

      On peut pas admettre que tout simplement, Del Potro à l’US Open, Djoko à Bâle (où Federer n’était pas encore bien au point, mais Djoko a fait un super-match, très au-dessus de lui), « Roger » Benneteau à Bercy étaient tout simplement bien meilleurs.

      • Cochran 13 novembre 2009 at 12:15

        Je suis assez d’accord avec toi, concernant Fed ou Nadal (mais plus encore pour le 1er cité), il est très difficile pour les commentateurs, journalistes, fans transis (que je suis) et j’en passe, d’admettre que sur un match donné, il peut tomber sur plus fort que lui. Point.

        J’ai bien aimé ton analyse sur la chance (un peu plus haut) qui est assez révélatrice aussi des parcours de ces derniers mois mais qui reste, in fine, un élément tabou. La prétendue chance dans les tirages reste un sujet infiniment polémique mais prodigieusement intéressant !

      • Kristian 13 novembre 2009 at 12:30

        Interessant mais tellement polemique. Nadal a t il eu de la chance au tirage au sort?

        Oui, car enchainer Almagro et Robredo qu’il a toujours battu, c’est plutot favorable.

        Sauf qu’il aurait pu aussi bien se coltiner Chiudinelli, l’un des gars en forme cet automne, et Berdych, ex-vainqueur a Bercy. Pas vraiment un cadeau.

        Heureusement ces deux la se sont fait laminer par les espagnols. Heureusement. Ou pas. Car Almagro et Robredo ont sacrement bien joue, et n’ont pas vole leur victoire au tours precedents.

  28. Guillaume 13 novembre 2009 at 11:51

    Salut à tous.

    Il y a un bout de temps que je n’avais pas trouvé Bercy aussi intéressant. On voit vraiment de belles choses cette année.

    Delpo – Gonzo a été un truc de malades. J’ai vu le premier set dans les tribunes, c’était démentiel. Deux fous furieux qui se sont collés pralines sur pralines. Et plus ça frappait fort, plus ça revenait vite, au point que les joueurs étaient quasiment plus à l’aise à la relance qu’au service. Si je dois faire un Top 3 des coups droits qui m’impressionnent le plus à l’heure actuelle, ce serait Gonzalez, del Potro et Soderling.

    Chacun dans leur style, Robredo et Cilic m’ont aussi fait grosse impression hier : Robredo d’abord par sa capacité à jouer agressif. J’ai vu un paquet de matchs de Tommy depuis ses débuts, et je pense que c’était hier un de ces tous meilleurs. Dommage qu’il ait clairement mouil…craqué au moment de conclure. Le passif de tous les joueurs espagnols contre Nadal a pesé lourd dans sa raquette à ce moment-là (je m’étais amusé à calculer une fois, Nadal mène quelque chose comme 50 victoires pour 7 défaites contre ses compatriotes… Les défaites étant à mettre au crédit de Ferrer (2x en 07), Ferrero (Cincy 06 et Rome 08), Moya (en 03 et 06) et Lopez (en 03).

    Quant à Cilic, son flegme pendant que Verdasco l’arrosait de coups gagnants au premier set est digne d’un vieux briscard. Il n’a même pas (plus ?) besoin de jouer chaleur pour éliminer un Top 10. Je ne sais pas s’il va gagner Bercy, mais il en a assurément le potentiel.

  29. Lionel 13 novembre 2009 at 13:52

    Federer gagne Roland, Bercy est grand en 2009, Agassi Moumoutte avoue que RG 99 l’a libéré de tous les poids. Bref la France du tennis gagne en renommée.
    Ca rattraperait presque l’année de merde des francais que l’on annoncait tous comme la pêche miraculeuse. A ne plus savoir qui de Simon Mathieu ou Gasquet allait gagner le plus de GC.

    Duong calmons-nous, ce n’est qu un blog tennis. Néanmoins je te rejoins, tout ne se vaut pas… Ainsi « En 2005, les journalistes américains de Tennis Magazine ont élu Andre Agassi au 12e rang des « quarante plus grands champions de tennis de ces quarante dernières années » (hommes & femmes confondus), derrière John McEnroe (11e) et devant Monica Seles (13e). » Wiki.

    Je pense qu’il doit gagner quelques places depuis son livre, il va falloir que Colin rajoute une colonne dans son classement GOAT. Le plus ouf.

    Sinon je crois avoir compris pourquoi il joue son 1er Open d’Australie en 94, a 24 ans, à sa 1à ème année de carrière, et victoire l’enfoiré… 45 degres avec une Moumoute, même dédé il pouvait pas.

    Moralité, nous vivons dans un monde bien étrange. Quand aux 7 péchés capitaux, Agassi aurait orgueil, envie, gourmandise peut-être. Société de consommation auquelle nous appartenons tous surtout.

    • Chewbacca aime Federer 13 novembre 2009 at 14:52

      Moi y a un truc qui me taraude! avec quoi il la collé cette putain de moumoute?quand on sait les pralines qu’envoyait le Dédé ça ne pouvait pas tenir!j’opte pour un scellement chimique (Hilti)je ne vois que ça….

      Bon pour Gonzales je crois sérieusement qu’il est atteint d’une affection qui mérité que l’on fabrique un vaccin rapidement car la contamination se propage rapidement.

      • Jean 13 novembre 2009 at 23:14

        Bah oui, très rapidement, même.

        • Chewbacca aime Federer 14 novembre 2009 at 10:12

          @Daurade
          j’ai des dossiers sur toi, dont un qui peut ruiner ta réputation ici, alors reste tranquille.
          http://www.youtube.com/watch?v=u4ukESl6Lqo

        • Jean 14 novembre 2009 at 14:34

          Mon Dieu, je crois que c’est la femme parfaite. Méfies-toi également Chewbacca, j’en ai aussi des dossiers, et je ne pourrais pas garder le silence très longtemps, au sujet du petit trou dans le tuyau : http://www.youtube.com/watch?v=R0d3eqyaqCk
          C’est malin.

    • Chewbacca aime Federer 13 novembre 2009 at 14:53

      Moi y a un truc qui me taraude! avec quoi il la collé cette putain de moumoute?quand on sait les pralines qu’envoyait le Dédé ça ne pouvait pas tenir!j’opte pour un scellement chimique (Hilti)je ne vois que ça….

      • Chewbacca aime Federer 13 novembre 2009 at 14:57

        Qu’est-ce que j’ai fait?pfffffffffffffff

  30. Jean 13 novembre 2009 at 21:20

    C’est intéressant comme discussion, il est bien évident que tout ne se vaut pas, mais la vérité, quelque soit le domaine, n’est bien heureusement qu’une notion, une idée. Toute perception sensorielle est elle-même en permanence soumise à interprétation…

    Federer motivé ?, il subit quand même en MS des défaites qu’il ne connaît pas en GC, et depuis un moment. Une question de niveau, technique, physique, mental, mais c’est toujours le cas au tennis.
    Le problème, c’est qu’il y a un moment où les joueurs doivent 1- se reposer, 2- entamer un travail foncier, 3- passer à une préparation spécifique et technique, tout cela ne demandant pas une semaine. Pour moi, il est évident que Federer termine sa saison après l’USO, l’enchaînement Bâle/Bercy/Masters se trouvant probablement en plein milieu de sa période de préparation sensée aboutir à un pic de forme en janvier pour l’AO. On a des cas différents avec Nadal, motivé par la CD et qui a très peu joué cette année, ou Djokovic et Murray, toujours en quête de prestige.
    Benneteau a été très bon, Federer pas mauvais, mais on ne me fera pas croire que le Suisse s’était préparé spécifiquement pour l’évènement. Le changement de calendrier n’a finalement pas fait évoluer beaucoup les choses, les épreuves de fin d’année, que ce soit l’AO ou les Masters, morflent.

  31. karim 13 novembre 2009 at 22:02

    IL fait une crise Duong? C’est qui qui l’a énervé?

  32. Alex 13 novembre 2009 at 23:05

    Pour une fois que je peux regarder un match il faut que Jean-Martin abandonne.!.. J’avais rien remarqué jusque là,un peu l’impression d’un abandon un peu facile,non ?

  33. karim 14 novembre 2009 at 00:22

    En cette fin de saison abandonner est devenu la façon normale de terminer un match où on n’est pas à 101%. c’est très insultant pour le public qui se déplace. enore qu’à 4-0^premier set je veux bien, ce qui me tue surtout c’est l’abandon à deux jeux de la fin, histoire de dire à l’autre, ben c’est pas toi qui gagne, c’est moi qui abandonne. inacceptable et devenu tellement banal.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis