Wimbledon un jour… dans l’histoire pour toujours !

By  | 2 juillet 2012 | Filed under: Regards

Ces joueurs n’ont qu’un seul titre majeur à leur palmarès, mais quel titre ! Brève revue des one slam wonder de Wimbledon.

PAT CASH

Digne héritier de la tradition australienne des serveurs-volleyeurs, Pat Cash explose sur la scène mondiale à seulement 19 ans quand il atteint les demies de Wimbledon 1984 après avoir éliminé Mats Wilander (TS4), le demi-finaliste 1983 Kevin Curren (TS12), et Andres Gomez (TS6). Il s’inclinera finalement avec les honneurs face à un McEnroe au sommet de son art (6/3, 7/6, 6/4). Sur sa lancée il atteint les demies de l’US Open après avoir à nouveau éliminé Wilander au passage. Il s’inclinera au terme d’une furieuse empoignade de 5 sets face à Lendl après avoir eu balle de match (3/6, 6/3, 6/4, 6/7, 7/6), mais son avenir semble s’annoncer radieux. Hélas, il manquera la plupart de la saison 1985 suite à une blessure au tendon d’Achille. De retour en 1986, son année sera en demi-teinte avec pour seul réultat probant un quart de finale à Wimbledon (p.c. Leconte) après avoir (comme d’habitude) battu Wilander au passage. 1987 commence bien mieux: il atteint la finale de l’Open d’Australie (après avoir battu Noah et Lendl) où il s’incline face au tenant du titre Edberg (6/3 6/4 3/6 5/7 6/3). Il prendra sa revanche sur le Suédois au Queen’s avant de s’y incliner en demies face au vieux Connors. Malgré ces bons résultats, personne ne songe à lui quand commence Wimbledon, les yeux étant tous rivés sur les deux finalistes 86, Becker et Lendl. Première surprise : Becker disparait dès le second tour, dégageant par là-même le tableau de Cash ! Après une parcours aisé jusqu’en quarts, il dispose facilement de… Wilander (décidément) avant d’affronter son tombeur du Queen’s, Jimmy Connors. Il n’y a en fait aucun suspense : exténué par son parcours marathon (dont le fameux match contre Pernfors durant lequel il était mené 1-6 1-6 1-4…) Jimbo n’a plus de jus pour s’opposer à la fougue de son adversaire qui se qualifie pour la finale où il affrontera le numéro 1, Ivan Lendl. Et c’est ce jour que Cash tutoya la perfection. D’entrée de jeu il met Lendl la tête sous l’eau et ne cessera de l’y enfoncer tout au long du match. Si Lendl résiste lors du premier set qu’il ne perd qu’au tie-break,  il se fait littéralement exploser lors du deuxième set : Cash le remporte 6/2 en laissant au Tchèque la misère de… 0 points sur sa mise en jeu ! Comme face à Becker en 86, Lendl se ressaisit au troisième et mène 4-1, puis 5-2 mais rien n’y fait : Cash est tout simplement insolent de réussite et de talent et aligne 5 jeux consécutifs pour l’emporter 7/6 6/2 7/5 ! Ce que Cash ne sait encore pas, c’est que sa carrière ne lui réservera plus de joies : la suite de 1987 sera décevante, tandis que 1988 sera le théâtre des deux défaites les plus douloureuses de sa carrière : la finale de l’Open d’Australie perdue 6/3 6/7 3/6 6/1 8/6 face à son jouet préféré, Wilander (la vengeance est un plat qui se mange froid…) et la perte de son titre en quarts de Wimb’ face à Becker, qui le démolit littéralement, bien plus que ne l’indique le score (6/4 6/3 6/4). A nouveau blessé durant l’été, sa carrière au haut niveau est désormais finie, mais son exploit 1987 lui aura au moins conféré la reconnaissance éternelle d’Antoine….

Bonus: extraits des ses plus beaux points en majeur

**********

MICHAEL STICH

1991 : l’ère Lendl est définitivement enterrée et on assiste à la lutte sans merci de ses deux ex-dauphins, Edberg et Becker, pour la domination sur la planète tennis. Un nouveau duopole s’instaure. Vainqueur en Australie et demi-finaliste à Roland-Garros, Becker semble être destiné à la suprématie. Pour ce faire, il doit déboulonner son rival du trône de Wimbledon. Et pourtant c’est là que débute sa fin, par la faute d’un Allemand que personne n’avait vu venir, Michael Stich. Né la même année que Boris, Michael passe pro en 1988, soit trois ans après le triomphe de Boum-Boum à Wimbledon. Passionnés par Boris et Steffi, les Allemands eux-mêmes ne savent pas qui est cet obscur compatriote qui ne réalise aucun fait de gloire jusqu’en 1991 (à part une victoire à Memphis en 1990). Débutant l’année à la 42e place mondiale, Michael réussit de bons tournois où, bien que jamais gagnant, il est souvent placé. Cela lui permet de progresser jusqu’à la 12e place quand débute Roland-Garros. Profitant d’un tableau particulièrement dégagé (Santoro, 50e, est le joueur le mieux classé qu’il rencontre) il arrive en demi-finale, où Jim Courier s’avère trop fort. Ce bon parcours lui permet d’aborder Wimbledon en tant que 7e mondial, mais nul ne mise un kopeck sur lui, la victoire finale ne pouvant aller qu’à Becker ou Edberg. Et ce n’est pas son début de tournoi poussif qui fait penser le contraire : 4 sets contre Nargiso, 4 sets contre Camporese, 5 sets contre Volkov… Même sa victoire en quarts contre son bourreau de Roland-Garros, Jim Courier, n’indique pas grand-chose vu que Jim n’est pas un spécialiste du gazon. Sa route semble devoir s’arrêter en demie face au tenant du titre, Edberg. Après la perte du premier set (6/4) Stich se ressaisit et se met à servir le feu, avec des services avoisinant régulièrement les 190 km/h. Les trois sets suivants se conclurent tous au tie-break, où Edberg fit preuve d’une inhabituelle fébrilité qui lui coûte le match : il s’incline 4/6 7/6 7/6 7/6 sans perdre une fois sa mise en jeu ! On pense néanmoins que sa course ne peut que s’arrêter en finale où Becker sera trop fort. Mais là encore, Stich surprend tout le monde. Solide de bout en bout, il terrasse sans pitié un Becker nerveux et plus occupé à râler qu’à jouer. Il s’impose 6/4 7/6 6/4 et remporte avec brio ce qui restera son seul titre du Grand chelem. La suite de sa carrière sera en dents de scie à cause d’un mental défaillant et d’un physique fragile, mais il obtiendra toutefois de belles satisfactions en remportant la Coupe du Grand chelem 1992 et le Masters 1993, et en atteignant les finales de l’US Open 1994 et de Roland-Garros 1996.

**********

RICHARD KRAJICEK

Notre Richie hollandais restera à jamais célèbre pour son exploit à Wimbledon 1996. Non, ce n’est pas sa victoire en soi qui impressionne, mais le fait qu’il fut le seul à y terrasser (avec la manière) le quasi-invincible Pistol Pete entre 1993 et 2001! Joueur au talent indéniable dont le service (mais pas seulement) était l’atout n°1, Richard a longtemps alterné le bon (demies en Australie en 1992 et à Roland en 1993, où il réalisa un retour à couper le souffle) et le moins bon, principalement à causes de blessures à répétition (ce qui fit dire à Agassi qu’il suffisait à Richard de voir un court pour se blesser). Quand commence Wimbledon cette année 1996, il est 13e mondial et vient de réaliser un bon Roland-Garros (p.c. Kafelnikov, futur vainqueur, en quarts) mais ses deux défaites au premier tour à Londres en 1994 et 1995 ne présagent rien de bon… au point que les organisateurs ne lui attribuent même pas de tête de série ! Le premier signe de sa bonne forme est sa victoire en trois sets face à Stich (récent finaliste à Roland) en huitièmes : il s’impose 6/4 7/6 6/4 sans avoir à forcer. Sur sa route se dresse alors le double tenant du titre, Pete Sampras. Nullement impressionné, Krajicek réussit non seulement une excellente perofrmance sur son service (28 aces pour 90% de points marqués sur première balle) mais crucifie littéralement Sampras en retour. Sa couverture au filet est telle que Sampras donne l’impression de jouer contre un mur qui renvoie tout. L’Américain se bat comme il peut, mais la vérité est qu’il n’y a pas grand-chose qu’il puisse faire; Richie le boute hors de Wimbledon en 3 sets (7/5 7/6 6/4) ! Le reste de son tournoi n’est plus qu’une promenade de santé : trois sets en demies face à Stoltenberg (46e) et trois sets contre MaliVai Washington (20e) lors d’une finale qui sera plus marqué par le passage d’une stripeuse que par son intensité… Sacré Richie, tout lui aura donc souri cette année là!

**********

GORAN IVANISEVIC

Que dire de Mad Goran, le plus célèbre one shot des deux dernières décennies? Rien de plus que ce qui a déjà été écrit dans l’article « Les maudits du grand chelem 2/2 » (paresse quand tu nous tiens :mrgreen: )

Tags:

423 Responses to Wimbledon un jour… dans l’histoire pour toujours !

  1. David 4 juillet 2012 at 18 h 13 min

    Murray est mauvais, mais mauvais… Ferrer va servir pour mener deux sets à zéro…

  2. David 4 juillet 2012 at 18 h 17 min

    Et Ferrer a un mental au carton… Tsonga a quand même une énorme possibilité d’aller en finale là ! Ce serait fâcheux qu’il la perde sur Kohlschreiber…

  3. fieldog (vainqueur Odyssée 2010 et RYSC 2012) 4 juillet 2012 at 18 h 24 min

    Bon, bon, bon.
    Pas vu le match de Fed (ni celui de Djoko d’ailleurs mais ça, on s’en fout…).
    Le suisse est là où il devait être au moment du tirage au sort. Je dirais même qu’il est exactement dans la situation dont il rêvait secrètement depuis sa fin de saison exceptionnelle l’an passé.
    Tout va se jouer vendredi : son tournoi, sa saison, la suite de sa carrière, sa légende… C’est certainement LE match le plus important depuis RG 2009.
    Il doit être motivé et excité comme jamais. S’il continue à s’entrainer dur et à jouer avec autant d’envie malgré tous les succès passés et l’usure du haut niveau, c’est principalement pour des challenges comme celui qui se présente face à lui.
    IL a une chance unique de marquer un peu plus de son empreinte l’histoire de son sport.
    Ne nous voilons pas la face : il ne partira pas favori face au n°1 mondial et le risque d’une désillusion pour tous ses supporters est grand. Mais s’il est (comme je veux le croire) en mission depuis le début de ce Wimbledon, alors il sera très très difficile à battre et Djoko devra sortir un grand match pour conserver son trône.
    J’ai envie de croire que l’histoire est en marche et que je pourrais un jour
    raconter ce match à mes enfants avec les yeux emplis d’un bonheur intense.
    A Roger d’enfiler son costume de Superman et de nous faire rêver…
    Je sais, je suis un indécrottable FFF, peut-être même un peu maso mais putain que je veux y croire.

  4. Antoine 4 juillet 2012 at 18 h 25 min

    Oui la Murène est mauvais comme la pluie et trouve le moyen de perdre son service à 4-4. Une nouvelle fois, comme au premier set, Ferrer a donc pu servir à 5-4 et, comme au premier, il a foiré, enfin pire cette foie puisqu’il a fait n’importe quoi alors que la première fois il avait eu une balle de set.

    Là, il a vu la demie finale se profiler et il a pris peur, comme presque à chaque fois dans ce type de circonstances contre un type mieux classé que lui. C’est quelqu’un qui n’a pas réellement confiance en lui. Il est anxieux de nature aussi même s’il cache bien tout cela mais mainteant tout le monde ou presque le sait…

    • David 4 juillet 2012 at 18 h 33 min

      C’est le paradoxe de Ferrer : il s’accroche comme un dément et a un mental vraiment douteux dans les moments chauds alors qu’il devrait avoir l’habitude maintenant de les gérer.

  5. David 4 juillet 2012 at 18 h 29 min

    Le match entre Tsonga et Kohlschreiber est bien plus intéressant à suivre que la purge qui a lieu sur le central. Là, on voit des points gagnants, des coups frappés à plat et des volées. Du jeu sur gazon quoi…

    • David 4 juillet 2012 at 18 h 31 min

      Kohlschreiber a réalisé deux merveilles de volées amorties pour sauver deux balles de break à 3-3.

  6. David 4 juillet 2012 at 18 h 36 min

    Et set Murray après avoir sauvé une balle de deux sets à zéro…

  7. Antoine 4 juillet 2012 at 18 h 37 min

    1-0 Ferrer qui a deux services à suivre, 3-0 Ferrer…1-3, 2-3, à Ferrer de servir 4-2 Ferrer au changement de côté, comme la dernière fois…5-2 Ferrer, la Murène est très mal barrée…2-5 donc..3-5, 4-5…5-4 Ferrer avec deux services à suivre..Va t il conclure ? Un point de paumé 5-5..6-5 Ferrer, balle de deux sets à zéro mais à la Murène de servir…6-6..7-6 Murène, service Ferrer…8-6 la Murène qui a eu chaud…

  8. Colin 4 juillet 2012 at 18 h 42 min

    En tous cas, après deux premiers quarts en sens unique, voici deux quarts tendus comme des strings de Serena!

  9. Antoine 4 juillet 2012 at 18 h 46 min

    Franchement, est ce que la Murène a le niveau pour gagner ce Wimbledon ? Il a ramé contre Karlovic qui a été volé au passage, il a ramé contre Baggy qui est pourtant à la rue depuis un moment, il rame contre Ferrer comme un beau diable. Comment pourrait il bien gagner ce tournoi contre Djoko ou Federer, à supposer qu’il arrive à battre Ferrer et aller ensuite en finale ?

  10. Antoine 4 juillet 2012 at 18 h 57 min

    Deux sets à un pour Jo, au tie break à nouveau. Il n’a pas beaucoup de marge mais Kohly est au taquet et physiquement Jo devrait arriver à faire la différence, soit dès le 4ème, soit au 5ème..

  11. Antoine 4 juillet 2012 at 19 h 03 min

    C’est frappant de voir à quel point le court n°1 est en bien meilleur état que le Central, complètement rapé derrière la ligne de fond…

  12. Antoine 4 juillet 2012 at 19 h 12 min

    Kohly vient de faire quatre grosses boulettes de suite, peut être les premières du match, et break Jo…Un break qui a toute les chances de l’enmener en demie finale…

    C’est vrai que ce match est très plaisant, un vrai match d’herbe, bien meilleur que celui qui est sur le Central..

    Ca y est: jeu blanc de Jo derrière qui mène donc 4-1..Encore deux jeux des ervice et c’est bon pour lui…

    Kohly est un joueur d’herbe beaucoup plus naturel que lui mais Jo a la puissance pour lui, surtout au service..

  13. Antoine 4 juillet 2012 at 19 h 17 min

    Encore un jeu blanc de Jo…Rien à faire pour Kohly sur le service de Jo qui mène 5-2…

    La Murène vient de gagner le 3ème set 6-4…

    • Clément 4 juillet 2012 at 19 h 20 min

      Et Murray mène 2 sets à 1.
      J’espère que Jo le fessera bien comme il faut vendredi. Déjà 2 défaites contre lui au compteur à Wimbledon, il serait pertinent qu’il le batte enfin histoire de se qualifier en finale. Ce serait le bon moment en tout cas.

      • Antoine 4 juillet 2012 at 19 h 32 min

        A l’époque Jo était nettement moins bon. Ce n’est plus le cas depuis l’année dernière à mon avis…

        Murray n’est pas bon, en tout cas pas sur ce tournoi. Il a fait illusion parce qu’il a battu Cilic facilement mais Cilic sortait d’un match qu’il avait gagné 17-15 au cinquième…IL n’a pas le niveau pour gagner le tournoi, cela me parait clair…

        Et par ailleurs, Murray n’est pas encore tiré d’affaire…

  14. Antoine 4 juillet 2012 at 19 h 25 min

    Et de nouvelles boulettes de Kohly, double break et match pour Jo 6-2 au 4ème…

    Kohly a tenu trois sets, mais pas quatre. La perte du troisième set, une nouvelle fois au tie break, lui a fait du mal…

    Jo est donc en demie pour la deuxième année consécutive. Je trouve qu’il joue moins bien que l’année dernière mais c’est plutôt rassurant. Il n’a pas encore tout donné et arrive en demies sans avoir eu à battre un Federer ou un Nadal, ni puiser dans ses réserves. Je pense que quelque soit son adversaire, Ferrer ou la Murène, il va aller en finale…

    Tiens d’aillaues, voilà ce qu’il dit:

    18:33″It was not easy Philipp played well, he served well, better than me. It was really tough so I’m very happy to be through. »

    Jo n’a pas encore sorti son meilleur tennis…Et pourtant il a du faire qq chose comme 55 services non retournés ou un peu plus…

  15. Antoine 4 juillet 2012 at 19 h 41 min

    Et en relisant le scrpit du match de la Murène, je vois qu’il ne doit, une fois de plus, son salut qu’au fait qu’à 4-4 au troisème, Ferrer, tendu a paumé son service au pire moment..Mais servant à 5-4, comme Ferrer dans les deux premiers sets, la Murène n’a pas flanché lui…

    Comme Jo n’est pas une larve qui se liquéfie au motif qu’il doit servir pour un set ou défendre une balle de break, il ne faut pas que la Murène compte sur trois énormes cadeaux de son adversaire pour arriver à mener deux sets à un. S’il avait joué contre Jo aujourd’hui, il serait déjà à la douche…

    • Clément 4 juillet 2012 at 20 h 05 min

      En attendant c’est assez impressionnant ce que Ferrer fait sur le court. Il tape aussi fort qu’il le peut. Dommage qu’il soit non-puissant, parce qu’il a beau taper comme une brute sa balle n’avance toujours pas très vite.
      Et il se déplace parfaitement sur gazon, parce qu’il a des appuis légers et un centre de gravité assez bas.

      Lors de son 8ème contre Granollers à RG, c’est déjà un truc qui m’avait frappé ça, son déplacement. Je l’avais observé très attentivement à plusieurs reprises depuis les tribunes. Il a pas la souplesse d’un Federer, il ne tricote pas comme Rafa, mais il ultra-rigoureux sur toutes ses frappes, il sautille après chaque coup de raquette, tourne tranquillement autour de la balle, s’ancre dans le sol, et déclenche.

      C’est pas impressionnant dans le sens où il n’est pas particulièrement vif, un peu rigide… mais quelle rigueur. C’est méthodique, presque mécanique. Et puis on sent qu’il a quand même une bonne puissance dans les jambes, d’ailleurs c’est sur les courses latérales qu’il est réellement impressionnant, il va très très vite.

      Avec 15% de puissance en plus il serait imbattable, c’est fou. C’est l’ultime exemple du type qui exploite son potentiel au max du max à s’en faire péter les tendons. Gillou peut aller se rhabiller à ce compte-là.

  16. Clément 4 juillet 2012 at 20 h 21 min

    Je viens de comprendre pourquoi Youyou avait un peu perdu les pédales aujourd’hui : il a eu un nouvel enfant il y a moins de 24 heures. Il avait donc la tête ailleurs, sans aucun doute.

    • Antoine 5 juillet 2012 at 0 h 11 min

      Certainement, comme Llodra en début de tournoi…

      C’est peut être une des raisons qui explique que depuis 17h, la probabilité de victoire de Roger en demie ait été revue à la baisse. Quand cette nouvelle a t elle été connue ?

  17. MacArthur 4 juillet 2012 at 21 h 36 min

    Oufffffffffffffff. C’était chaud. Murray est passé finalement. Rendez-vous est donc pris avec Tsonga. Le H2H affiche 5-1. La seule fois ou Jo a battu Andy, c’était en Australie, en 2008, en 4 sets serrés. La dernière fois qu’ils se sont rencontrés, c’était sur le gazon du Queens, en finale, en 2011, pour une victoire en 3 sets de l’Écossais.

    Je suis donc confiant pour ce match. Tsonga n’est pas Ferrer. Il ne pourra pas tout ramener et Murray va très bien retourner les services du Français. Il sera concentré. Malgré le tableau le plus difficile, il est arrivé encore une fois, en 1/2 chez lui avec toutes les attentes. Chapeau!

    Mon scénario depuis le début est toujours possible. Murray, en finale, rejoindra Djokovic pour son premier titre du GC à la maison. Ce serait beau! Magique!

    S’il retrouvait Federer dimanche, ce ne sera simplement pas possible….Mais qui sait….

    • Kissifrott 5 juillet 2012 at 9 h 31 min

      c’était chaud en effet pour androu face à ferrer, mais perso j’ai trouvé que ça l’était beaucoup moins que contre baggy : l’écossais s’est montré bien moins nerveux que face au chypriote, il est régulièrement monté en puissance dans ce match, et il a terminé sur un 4e set de folie : 83% de 1ères balles et 90% de points marqués sur 1ères balles, c’est presque du rosol… De son côté, ferrer a bien mieux joué que je ne l’attendais.

      Le tableau d’androu était clairement le plus dur du top 4, mais heureusement chacun de ses difficiles adversaires était légèrement inférieur. Au fond, il n’y avait pas de grosse marge, mais chaque obstacle était surmontable. Pour la suite, je pense qu’androu n’aura pas davantage de pression que dans ses matches précédents, et que tsonga ne représente rien d’autre qu’un obstacle respectable mais normalement franchissable (à la différence d’un rafa contre lequel il faut sortir un match d’anthologie pour l’emporter)

      Pour une finale éventuelle, je pense que murray continuera à monter en puissance et qu’il ne se liquéfiera pas du fait de son accoutumance progressive à la pression locale depuis le début du tournoi. Par ailleurs, j’estime qu’androu a le jeu pour dérégler djoko, et qu’il pourrait tout à fait le libérer en finale.

  18. Jérôme 4 juillet 2012 at 22 h 38 min

    Non mais vous êtes regardés un peu, là, les FFF tendance pétochards ??!!!

    Federer seulement 1 chance sur 3 de battre Djoko en demi !!! Je rêve ! Je comprends que vous craigniez la déception mais quand même, il y a des limites. Federer n’est ni Ferrer ni Murray, ni Kohly.

    Il est exactement là où il voulait être : jouant très bien et en phase parfaitement ascendante pour affronter la demi et la finale dans les meilleures conditions. On est gazon, là. Malgré le pépin à la cuisse de 2010 et la léthargie contre un Tsonga surhumain en 2011, Federer reste la référence absolue à Wimby, le dernier cador sachant exploiter toutes les potentialités du gazon.

    Votre 1 chance sur 3 est bidon en ce qu’il intègre le risque de blessure/forfait à cause du pépin au dos. Or le pépin de dos est terminé. Donc votre coef correcteur prenant en compte un physique federien diminué n’a a priori plus aucun fondement.

    C’est donc du 60-40 en faveur de grand Fedoudou qui va déchirer Djoko-œuf en 3 sets. J’ai dit !

    • Jérôme 4 juillet 2012 at 22 h 43 min

      Est-il besoin de préciser que Murray va battre Jo en demi en 5 sets pour venir se faire à son tour déchirer en finale en 3 sets par Feeeeeedereeeeeeeeeerr comme je l’avais pronostiqué au RYSC ?

      Oui ça permet d’enfoncer le clou et de renforcer l’esprit auto-réalisateur de la prophétie. Les étoiles sont alignées et rien ne peut faire obstacle au destin du GOOE. :-)

  19. Marc 4 juillet 2012 at 23 h 02 min

    Bon, j’ai pronostiqué les 4 demi-finalistes au RYSC, et j’aimerais que mes pronostics soient valables jysqu’au bout, à savoir une finale Fed / Tsonga avec Fed comme Winner.

    J’ai bien fait de prendre Couilles de Mammouth dans mes performers, j’espère qu’il va mettre une branlée à l’abominable Scottish.

    Come on Roger, montre au Serbe ce que c’est qu’un vrai n°1 ! c’est dingue de penser que s’il gagne 2 matchs, il repasse n°1, égale le nbre de Wimbledon gagné par Sampras, repasse n°1, bat le record de en terme de nbre de semaines n°1 et enquille un 17è GC.

    Ca vaut vraiment le coup de se sortir les doigts, l’occasion ne se reproduira plus souvent. S’il bat Djoko, le + dur sera fait.

    • Jérôme 4 juillet 2012 at 23 h 58 min

      Eh oui, moi aussi je retrouve dans le dernier carré les 4 demi-finalistes que j’avais prévus au RYSC.

      D’ailleurs, au passage, Arno, comment se fait-il que je ne sois pas dans le haut du classement au RYSC avec une telle vista ? J’ai trouvé ! c’est un COMPLOOOOOOOOOOOOOOOOOOOT ! :lol:

      Sinon, il est indispensable que Murray batte Tsonga. Désolé, pour Jo, mais je préfère que Roger humilie PZ en finale plutôt qu’il ait à à affronter Tsonga. Jo n’est autorisé à aller en finale que si un destin injuste, voire un abominable complooooooooooot, conduisait à ce que Federer ait à nouveau mal au dos et perde DE CE SEUL FAIT sa demi contre l’affreux voleur d’oeufs de poules des Balkans.

      Vas-y Roger ! Je ne pourrai pas te suivre à l’écran mais je serai là, au dessus du centre court, à balancer des chats noirs à tes adversaires !

  20. Antoine 4 juillet 2012 at 23 h 57 min

    A ce compte là, Jérome, tu devrais vraiment parier car si tes prédictions se réalisent, cela vaut vraiment une grosse cote…Je suis plus séduit par celui de Marc, à titre personnel s’entend.

    La perception de la réalité par les bookmakers est différente:

    Juste après la fin des deux quarts du haut du tableau, j’ai été consulté les cotes chez bwin et indiqué que pour la demie Fed-Djoko, les cotes respectives étaient de 1,45-2,7, ce qui correspondait à une probabilité de victoire de Federer, pour cette demie, de 37% environ, un pourcentage un peu supérieur à celui que donnait John, soit 30%.

    Depuis, divers autres bookmakers ont sorti leurs cotes et celles-ci se sont réajustées, avec comme tendance une probabilité de victoire de Federer plus faible qu’à 17h. Chez bwin, la cote respective des deux joueurs est désormais de 1,34-2,8, ce qui donne une probabilité de victoires de Roger de 32,4%.

    En utilisant un comparateur de cote, je me rends compte que cette probabilité est dans le haut de la fourchette s’agissant de Roger puisque 4 autre bookmakers mettent le Djoker entre 1,28 et 1,30 et que deux autres sont à 1,34 (bwin) ou 1,35.

    La plupart d’entre eux rejoignent donc le pourcentage donné par John, soit 30% et au mieux, cela fait une chance sur 3 pour Roger, très très loin du 60% donné par Jérome..

    Ces cotes sont très proches de celles concernant l’autre demie, avec la Murène dans le rôle du favori et Jo dans la peau de Roger. Quand Roger est à 2,80 chez bwin, Jo est à 2,7 et il en va de même chez les autres. Globalement, la probabilité de victoire de Jo est donnée légèrement supérieure à celle de Roger.

    Bref, des quatre demis finalistes, celui qui aurait le moins de chances de gagner sa demie serait Roger, suivi de près par Jo et le pronostic est donc une finale entre la Murène et le Djoker, le pronostic inverse de celui de Marc par conséquent…

    Pour compliquer l’affaire quand on regarde les cotes pour la victoire finale cela donne:

    Djoko: 1,68
    Roger: 4,2
    Murray: 5,0
    Jo: 10

    A midi, avant le début des quarts, c’était

    Djoko: 1,55
    Roger: 5
    Murray: 5,5
    Jo: 11

    Comme les 4 autres ont été éliminés entretemps, il est normal que les survivants aient de meilleurs cotes ce soir qu’à midi.

    Mais ce n’est pas le cas du Djoker dont la cote est moins bonne, contrairement aux autres.

    Ce qui me frappe surtout est la très faible probabilité attachée à une victoire de Jo, tant en demie que pour la victoire finale: je ne pense pas que Jo n’ait qu’une chance sur 3 de gagner contre la Murène. Je pense en réalité qu’il va gagner ce match, qu’il a en tout cas plus de chances de le gagner que de le perdre et, s’il le gagne, je ne vois pas bien pourquoi Jo aurait une chance très faible de gagner en finale. Or sa cote de 10 reflète une probabilité de victoire finale de 9% environ, soit globalement moins d’une chance sur trois en demie, puis moins d’une chance sur trois en finale (1/3 x 1/3= 1/9, soit 11%). Je vais donc miser sur une victoire de Jo: une cote de 10, je prends.

    Sans être au top, et malgré un score assez comparable à celui de la Murène, Jo m’a fait une bien meilleure impression que ce dernier qui doit sa victoire au simple fait que Ferrer lui a fait cadeau des trois sets, en se faisant breaker à chaque set du match à 4-4…Jo lui m’a paru contrôler son match et je n’ai jamais pensé qu’il pouvait perdre. Il est vrai qu’il avait gagné le premier set, contrairement à la Murène..

    Mais le niveau de jeu de ce dernier est tout simplement médiocre: il n’a pas le niveau requis pour gagner ce tournoi..A mon avis, c’est lui qui a le moins de chances d’y parvenir…

    Quand à Roger, il est frappant de voir que bien qu’étant celui des quatre à qui on donne le moins de chances d’aller en finale, il est malgré tout le 2ème mieux placé pour la victoire finale, reflétant l’idée que son problème essentiel est donc de battre le Djoker et que, s’il y parvient, il gagnera le tournoi dans la foulée…Je pense que c’est effectivement le cas comme le dit Marc à la fin de son post..

    Mais autant je trouve que les pronostics concernant Jo vis à vis de la Murène sont très pessimistes pour Jo, autant je suis assez d’accord avec l’idée que Roger a seulement une chance sur trois vis à vis du Djoker.

    Par conséquent mon pronostic personnel serait une finale entre le Djoker et Jo…

    • Jérôme 5 juillet 2012 at 0 h 11 min

      Tu le mets en évidence : devant ces cotes qui ne valent pas tripette, le seul aspect à retenir c’est la tendance. Et la tendance, c’est qu’au vu des quarts, les cotes de Fed et Tsonga ont progressé alors que celle de Djoko s’est dégradée et que celle de PZ est stable.

      Je pense que sur les cotes il y a un effet déformant qui conduit à surestimer la cote du favori. Eh oui, si X est favori, autant que sa cote soit le plus bas possible pour payer le moins possible ceux qui parieront sur le favori.

      Ensuite, je pense aussi que les books sont des ânes, à peu près autant que les crétins des salles de marché qui à force d’avoir le nez fixé sur les micro-variations des courbes en finissent par oublier les fondamentaux et les spécificités structurelles. Les books, ils prolongent à l’infini les mêmes lignes. Djoko a gagné donc Djoko est favori pour gagner et ainsi de suite jusqu’à l’infini.

      Or la différence fondamentale entre les salles de marchés et les books, c’est que dans les 1ères un pool de big pockets peut manipuler les tendances et distordre l’information, puisque le résultat n’est que la conséquence de l’information, alors que dans les secondes le résultat, ce sont 2 joueurs qui le font sur le terrain.
      Je reformule : les prix ne sont pas nécessairement fixés à leur niveau juste mais au niveau auxquels le plus influent arrive à les amener, alors que sur un terrain de tennis, quoi que disent les pronostiqueurs et bookmakers, c’est le meilleur sur la surface qui l’emporte s’il est en bonne forme.

      Sur terre battue ou sur dur lent, oui, un bon Djoko est désormais favori contre un bon Federer.
      Sur gazon, dur rapide ou dur indoor, non : c’est le bon Federer qui reste favori contre le bon Djoko.

      Djokovic n’est plus sur son niveau de 2011, et à l’USO 2011 il n’a gagné sa demi contre Fed que sur un très gros coup de chance (son 1er retour de coup droit coup de poker frappé quasiment en fermant les yeux).

      • John 5 juillet 2012 at 1 h 11 min

        Alors voilà Jérome, je dois te dire une chose: je suis le meilleur pronostiqueur politique – mes exploits en la matière sontnombraux, mais nous sommes ici hors sujet – et tennistique que je connaisse. En toute modestie mégalomane.

        Je ne crois pas que le match de Federer est perdu mais que ce dernier n’a que 30% de chances de le gagner: en d’autres termes, si ce match se joue dix fois, Federer le gagne trois fois.

        Pourquoi? Ce coup-ci c’est simple. Si Federer joue mal, moyennement bien, ou assez bien, il perd le match, puisque Djokovic fera de toutes façons un match solide. Si Federer joue très bien, il gagnera pour exactement les mêmes raisons: car Djokovic sur gazon ne fera qu’un match solide. Malheureusement pour Roger, le niveau de GOAT ne s’atteint plus que deux ou trois fois par an, et le niveau biquette une fois par tournoi grand max. Ce qui nous fait 30%. Ce n’est pas défaitiste, et sonne même, de ma part, comme un hommage que Federer fut et peut être encore les jours de pleine lune. Mais ces 30% m’inciteront soit à jeter mon portable soit à prendre rendez-vous avec un cardiologue juste avant le match.

        • Antoine 5 juillet 2012 at 1 h 28 min

          Je partage complètement cette analyse sur les raisons pour lesquelles Roger a une chance sur trois, ou trois chances sur dix, comme on voudra….

        • Kissifrott 5 juillet 2012 at 8 h 53 min

          il faut pas oublier d’intégrer le mal de dos du doudou, facteur non négligeable pour comprendre sa défaite contre djoko

      • Antoine 5 juillet 2012 at 1 h 23 min

        Jérome, tu n’as pas très bien lu: la cote de Murray n’est pas restée stable à la suite des résultats des quarts, elle a légèrement baissé, comme celle de Roger et de Jo. Cette évolution est normale pusqu’ils ont gagné alors qu’ils étaient confrontés à des adversaires dont la probabilité de victoire n’étaient pas quasi nulle, contrairement au Djoker donné gagnant à plus de 90%….Ceux-ci ayant gagné, il est donc normal que leurs probabilité de victoire finale ait augmenté et que celle du Djoker ait diminué puisque ce sont bien ces adversaires les plus dangereux qui sont passés..

        Rien d’anormal là dedans..

        Ensuite, il est difficile de soutenir que ces cotes ne valent rien mais que leur tendance elle vaut quelque chose, il faut choisir…

        Je vais essayer d’expliquer clairement comment cela se passe car tu n’est pas le premier à faire fausse route sur le sujet.

        Ni ta description du fonctionnement des marchés financiers, ni celle des bookmakers ne me parait très pertinente et l’analogie entre les deux est assez trompeuse car les bookmakers ne sont pas des spéculateurs et souhaitent au contraire réduire leurs risques au minimum. IIs se basent sur toute l’information disponible au moment ou ils établissent leurs cotes et emploient des consultants ou des salariés selon les cas pour dont le boulot consiste a établir une probabilité aussi bonne que possible concernant la réalisation de l’événement, c’est à dire la victoire de l’un ou de l’autre…..comme n’importe quel intervenant sur un marché financier qui cherche à anticiper le sens de la variation d’un marché particulier mais c’est bien le seul élément de comparaison.

        Tous ces gens là sont donc parfaitement au courant des H2H entre joueurs, de leur forme sur un tournoi et même, si possible, de leur condition physique ou autre. C’est pourquoi, les joueurs et leur entourage ont interdiction de parler à toute personne qui serait liée à un site de paris ou un parieur ou de parier eux même bien entendu, un truc difficile à contrôler comme tu peux l’imaginer..Toujours est il que leur boulot consiste à établir une « probabilité technique » et donc une « cote technique »..

        Pour des raisons commerciales (attirer le chaland) ou parce que les parieurs ont tendance à affluer sur tel ou tel joueur, ils donnent une cote, ou révisent une cote existante, qui peut être différente de la cote technique, l’objectif étant que le bookmaker ne soit pas en risque et que les sommes à verser aux vainqueurs ne soient pas inférieurs à celles qui ont été collectées, et ce, quel que soit le résultat..

        C’est là qu’intervient, non pas l’appréciation des bookmakers (ils se foutent de savoir qui va gagner), mais celle des parieurs. En effet, les parieurs ont souvent, pour un nombre significatif d’entre eux en tout cas, tendance à parier sur la victoire de l’équipe ou du joueur qu’ils préfèrent. Ceci va provoquer un afflux de paris sur le joueur en question, ce qui ne fait pas l’affaire du bookmaker qui ne veut pas se trouver dans la situation ou le joueur en question a gagné et ou ils n’ont pas assez de fonds pour régler ces derniers à partir des sommes collectés sur les paris portant sur la victoire de son adversaire…Toute fixation d’une cote compte en fait un risque pour eux qu’ils minimisent ainsi en révisant leur cotes en fonction des afflux de paris sur l’un ou l’autre..Les seuls qui ne prennent aucun risque sont les sites ou les paris sont fait sous forme mutuelle et ou les gains et pertes sont strictement égales (moins la marge du bookmaker bien sûr). Mais ces paris en forme mutuelle ne sont pas très populaire puisque la cote est calculée ex post et que le parieurs ne connaît pas son gain à l’avance s’il gagne…

        En général, tout ceci n’a guère d’importance car quand on match de foot oppose une équipe anglaise à une équipe espagnole, les parieurs espagnols vont davantage miser sur la victoire de leur équipe tandis que les anglais feront l’inverse et que le bookmaker opérant dans les deux pays ne va pas modifier sa cote pour autant…Idem s’il s’agit par exemple de Jo et la Murène…On ne constate pas d’une façon générale que les gens ont tendance à parier sur les favoris parce que parier sur les favoris ne rapporte pas grand chose et que les gens parient pour gagner quelque chose…

        Maintenant, s’il advient qu’un joueur ou qu’une équipe bénéficie d’une cote d’amour générale et que les gens aient tendance à parier sur lui ou elle un peu partout alors, pour éviter de se trouver en risque, le bookmaker va baisser la cote qu’il propose pour éviter un afflux trop important qui le mettrait en risque et rendre au contraire plus attractive la cote de son adversaire…Quand je dis cote d’amour, il peut aussi s’agir de mafieux qui misent un gros paquet sur tel ou tel parce qu’ils ont truqué un match ou obtenu illégalement des infos sur le jouer en question…

        Mais si beaucoup de gens ont ainsi tendance à parier sur Federer parce qu’ils l’aiment bien et se sont mis à parier sur lui dès son quart contre Youz terminé (idem pour celui du Djoker) alors on aurait du observer le phénomène inverse, à savoir – depuis 16h30- une baisse de la cote de Federer et une hausse de celle du Djoker. Or, on constate l’inverse, ce qui tend au contraire à suggérer qu’il y a eu un afflux de paris sur le Djoker dont la cote paraissait malgré tout assez attractive aux parieurs…Elle était de 1,45, elle n’est plus que de 1,34 (chez bwin)…

        Voilà en résumé comment cela fonctionne…

        Maintenant si tu penses que les cotes affichées ne valent pas tripette, ce qui est également mon opinion dans certains cas, il ne faut pas hésiter à parier. Mais tu t’apercevra alors qu’il n’est pas forcément facile de gagner de l’argent…

        • Kissifrott 5 juillet 2012 at 8 h 58 min

          j’approuve ce message aussi rationnel que didactique

  21. Elmar 5 juillet 2012 at 9 h 32 min

    Je serais bien incapable de proposer des pourcentages de réussite dans la demi qui nous intéresse tous.

    Tout d’abord, j’ai finalement très peu vu jouer Djoko sur gazon puisque je n’ai pratiquement rien vu de l’édition 2011 et que je n’ai vu que partiellement son quart hier. Difficile dès lors de savoir ce qu’il vaut sur cette surface. Si Jérôme et quelques autres estiment qu’il n’y est pas bon, je constate néanmoins qu’il a mis 3 sets secs à tous ses adversaires, hormis au Mérou qui a l’expérience pour grappiller un set par-ci par-là. Hier, dans le premier set, Mayer se retrouve à 4-4 et 0-40 sur le service du Serbe qui finit par remporter le set 6-4. Idem dans le 3ème set où Mayer est pas loin de breaker, n’y parvient pas et se fait breaker sur le jeu suivant. Ce que cela nous apprend? Que Djoko est toujours aussi solide mentalement et que, comme le dit John, il est évident qu’il ne se trouera pas.

    De plus, il est également difficile de savoir quel Roger on aura sur le terrain. Il a écrasé ses adversaires dans 3 des 5 matchs qu’il a disputés… des adversaires qui n’avaient pas le jeu pour le déranger. Il a été à deux doigts de la défaite contre un excellent Benneteau, qui a sans doute, parmi les adversaires rencontrés, le jeu qui ressemble le plus à celui de DJoko. Pas très bon signe.
    De plus, il a gagné à l’astuce contre Malisse alors qu’il ne pouvait pratiquement pas bouger sur le terrain. Physiquement, hier, c’était pas mal, notamment avec un service retrouvé. En revanche, il était emprunté en coup droit bout de course où il était à la fois pas très rapide sur la balle et avec des appuis pas très sûr. Youzhny a peu eu l’occasion de profiter de cette brèche parce que Federer a fait tout ce qu’il fallait pour être agressif et abréger les échanges. Mais nulle doute que Djoko saura en profiter si cette faiblesse est encore d’actualité vendredi.

    Bref, je ne sais pas quelles sont les pourcentages de victoires de l’un et l’autre, même si intuitivement, je vois quand même Djoko favori. D’une manière générale, j’imagine que les cotes des bookmakers sont des indices fiables, comme le démontre brillamment Antoine.

    3 chances sur 10 pour Fed? Je prends. C’est suffisant pour espérer qu’on tombe sur l’un de ces trois matchs où il l’emportera. Je ne demande rien de plus. Come on Rog.

    • Colin 5 juillet 2012 at 10 h 13 min

      « la demi qui nous intéresse tous »

      Je tiens à préciser qu’à titre personnel, la demie entre Tsonga, alias le CDM actuel CDMO, et Murray m’intéresse tout autant.

      • Antoine 5 juillet 2012 at 10 h 27 min

        Me too ! Et j’espère bien que l’actuel CDMO va conserver son titre ! Mon souhait serait d’ailleurs d’avoir une finale entre Jo et Roger. Ainsi, si Roger perd, j’aurai au moins la satisfaction de voir que Jo en enfin réussi à gagner un GC…

    • Antoine 5 juillet 2012 at 10 h 20 min

      Les intéressés eux mêmes ont été prudents dans leurs commentaires/ Djoko s’est gardé de dire qu’il était favori et a même ajouté qu’il n’avait rien à perdre…Rien à perdre Djoko ? Vraiment ? Rien effectivement à part un titre à Wimby et sa place de numéro un. En tout cas, il n’a pas voulu s’ajouter de pression supplémentaire.

      Roger lui a dit que leurs chances étaient plus ou moins égales. Pourquoi plus ou moins Roger ? Pour éviter de dire que c’est plutot moins pour lui et un peu plus pour Roger ?

      Comme Elmar, une chance sur trois, cela me va très bien. C’est suffisant. Roger joue mieux qu’à Roland Garros et Djoko aussi. On aura en tout cas un bien meilleur match.

      Ce que je crains le plus ? Qu’ils jouent sous le toit…et un éventuel pépin de santé de Roger. J’ai repiqué ce billet sur wlt. Je n’ai pas vu le match. Ceux qui l’ont vu peuvent ils donner leur avis sur ce billet ?

      « Roger Federer aurait-il un problème plus grave que son petit mal de dos ? A l’issue de son match face à Youznhy, on a remarqué que le Suisse avait le visage plutôt marqué. Transpirant énormément – étrange à la vue du faible temps de jeu de la partie – il est possible que le Suisse souffre d’un coup de froid ou d’une petite grippe. On a aussi remarqué qu’il portait un maillot noir sous son polo blanc ce qui confirmerait l’hypothèse que Roger a besoin de se réchauffer durant le match. De plus, il paraissait avoir perdu quelques kilos par rapport aux jours précédents… »

      • Mathias 5 juillet 2012 at 10 h 45 min

        Une petite grippe plus grave qu’un male de dos pour jouer au tennis? Il y en a a vraiment qui aiment psychotter.

        Après l’incident de lundi, il est logique que Roger ai enfilé des sous-vêtements plus chauds, spécialement sur les lombaires.

        Je ne m’étonnerai d’ailleurs pas qu’il ai également des straps, voir des patchs chauffants et/ou anti-douleurs. J’en ai déjà utilisé personnelement, et c’est très éfficace.
        La contre-partie, c’est que quand vous jouer sous le soleil, comme c’était le cas hier sur la fin du match, cela vous fiche un de ces coups de chaleur…

        • Antoine 5 juillet 2012 at 11 h 08 min

          Ma question s’adressait à quelqu’un qui avait vu le match et qui pouvais donner son avis sur le fait qu’il transpirait beaucoup, ce qui ne lui arrive presque jamais, ou sur le fait qu’il paraissait amaigri…

          • Mathias 5 juillet 2012 at 11 h 36 min

            J’ai vu le match. Il transpirait effectivement un peu, mais je ne lui ai pas trouvé les traits tirés.
            Quand a dire qu’il a maigri… comme il n’a pa senlevé son T-shirt, c’est vraiment difficile à dire. Rien de visible au nivau des jambes ou des bras en tout cas.

  22. Mathias 5 juillet 2012 at 10 h 28 min

    Je suis comme Elmar, je n’ai pas vu vraiment jouer Djoko jusqu’à maintenant.

    Au vu des différents highlights et d’un jeu ou deux vus ici et là, je dirais qu’il n’est pas totalement souverain, mais qu’il est « implacable » dans les moments chauds. Il sert notemment très très bien côté avantage, ce qui lui a permis de sauver de nombreuses balles de breaks. Mais ce n’est qu’une impression vu que si on regarde les stats, on voit que c’est en fait très équilibré (il a même plus d’aces côté égalité).
    Toujours est-il qu’il sert fort, bien et réguliérement.
    A noter aussi qu’il n’a encore pas disputé de tie-break sur ce Wimbly

    Je pense que tout va se jouer au mental, plus que sur le pur niveau tennistique ou tactique. Il y a bien sûr l’inconnue due au faut que c’est la 1ère fois qu’ils se rencontrent sur gazon, mais je ne crois pas que cela jouera un grand rôle.

    Ce sera un match à gros enjeu. Djoko en a déjé fait au moins 2 cette année. Il est donc rôdé, mais risque aussi de manquer de fraîcheur. L’énergie mentale laissée lors de la finale perdue de RG peut jouer contre lui. Mais je n’y crois pas trop. Il n’a pas l’air d’être lassé de la place de no 1.
    Fed, c’est Fed, et on sait tous que ce n’est pas une garantie tout risque lors des matches à enjeu. Mais il faut relativiser car la pluspart de ceux qu’il a perdu, c’est contre sa nemesis nadalienne. Si physiquement on peut se poser des questions, je crois qu’il est prêt mentalement. Il a fait une saison de terre battue en roue libre et a déjà été suffisemment testé sur ce Wimbly pour être bien dans son tournoi.

    Quand à la question du problème au dos de Fed, je crois que cela ne jouera aucun rôle direct. S’il perd, c’est qu’il aura affronté meilleur que lui, point barre!

    Je peux imaginer tous les scénarios et je serais bien incapable de faire le moindre pronostic (je suis nul de toute façon). Evidemment, si Fed évite de se faire marcher dessus en 3 sets, je préfère… ;-)

  23. Ulysse 5 juillet 2012 at 10 h 50 min

    Ce Wimbledon donne une trompeuse impression de coup de frais et de surprises tous azymuths, principalement à cause de la défaite précoce de Nadal. Les sorties rapides de Isner, Berdych, Raonic n’ont pas arrangé les choses.

    On oublie un peu que tout ça c’était la première semaine mais qu’en deuxième semaine avec des acteurs acclimatés à la surface, les résultats sont d’une logique et d’une prévisibilité quasi-parfaites (et n’allez pas me dire que la sortie de Gasquet en huitième est une surprise).

    Les favoris logiques ont gagné au quatrième tour, en huitième et en quarts. Si ça continue sur cette lancée on aura Muray en finale (au pied aussi jardiner que Tsonga mais avec un niveau moyen en milieu d’année supérieur). Pour l’autre demi-finale, il est vrai que Rodg présente des références sur herbe mais Djoko est tenant du titre et surtout finaliste de six des sept derniers grands chelelms. A mon regret, c’est lui le favori.

    Je pronostique donc un vendredi assez déprimant et la qualification du Serbe et du Brit en finale. Ce sera probablement les deux seuls matchs que je verrai de ce tournoi. Si l’un de vous passe par le lounge Iberia du nouveau terminal de Madrid, je serai ce type de 1,90m à l’air fatigué affalé dans le salon TV en train de soupirer et descendre des Bloody Mary.

  24. Remy - Karim d'Or RYSC RG 5 juillet 2012 at 10 h 59 min

    Je vois qu’on calcule à fond le pourcentage de chance de gagner.
    Sauf que c’est du sport et non des maths.

    Demain, c’est la légende du tennis qui reprend ses droits et le Serbe ferait bien de prendre son ticket d’avion pour rentrer chez lui.

    • Kissifrott 5 juillet 2012 at 11 h 16 min

      venant d’un karim d’or, c’est plutôt encourageant

      • Remy - Karim d'Or RYSC RG 5 juillet 2012 at 11 h 27 min

        Je ne peux pas me tromper tout le temps non plus !

  25. Oluive 5 juillet 2012 at 11 h 12 min

    Bon voilà ça y est.
    L’heure de vérité a sonné.
    Me dire que Federer est à deux matches, six sets, 24 jeux, 96 points du Grand Come Back, du coup compte triple… ça me fait bizarre…

    Il n’est clairement pas favori, mais c’est possible.
    Je suis vraiment curieux de voir la façon dont la confrontation va se mettre en place pour cette première sur gazon (fou, non ?).
    Après, les HL Fed / Youz’ ne m’incitent pas à l’optimisme, pas tant sur le niveau du suisse que celui de son opposant : Youzhny a craqué dans un nombre de moments chauds incalculables (deux breaks offerts du DF par ex), et Fed n’a eu ni à s’en faire ni à forcer. Sans compter que, niveau passing et régularité au fond… Federer pouvait même se permettre de faire durer les échanges car c’était d’en face que la faute venait le plus souvent.
    Il faut quand même être réaliste : Fed a eu un parcours en or jusqu’ici. Pas mieux qu’une TS26, et Benneteau en gros test… Mais bon, Djokovic n’a pas eu de gros poisson non plus (même si Harrison pouvait être piégeux)… Reste à voir qui négociera mieux le gap de niveau qui s’annonce…

    Une chose est sûre à mon sens : si Fed veut avoir une chance, il faut absolument que le toit reste ouvert…

    Après, il n’y a pas que Fed / Djoko. L’autre demie est elle aussi grosse d’enjeux.
    Car Tsonga peut le faire.
    Rien à voir avec Pioline ou Grosjean.
    Il a le jeu pour aller chercher Fed ou Djoko. Il a le jeu pour les gêner, il l’a déjà montré.
    Le plus difficile pour lui : enchaîner Murray avec un de ces deux-là.
    Mais c’est précisément sur gazon que c’est possible pour lui.

    • Kissifrott 5 juillet 2012 at 11 h 19 min

      « si Fed veut avoir une chance, il faut absolument que le toit reste ouvert… »

      ah, peut-être le signe d’une préférence céleste : vendredi est prévu pluvieux à 80%
      http://uk.weather.com/weather/10day-London-UKXX0085

    • Antoine 5 juillet 2012 at 11 h 46 min

      Oui, il faut que ce p…de toit reste ouvert ou le saboter avant…!

  26. Oluive 5 juillet 2012 at 11 h 16 min

    Sur la question des points atp et des semaines n°1, impossible de ne pas penser aux BDM du dernier USO ainsi qu’aux BDM de Tsonga en quarts de Roland… Soit 2100 points ATP en moins pour le serbe, et au moins 480 en plus pour le suisse… Pour deux points…

  27. Arno, l'homme des antipodes 5 juillet 2012 at 11 h 18 min

    ATTENTION !!!!!

    Voici le dernier point RYSC avant la fin de ce Wimbledon 2012 !!!!! Comme à RG, je ne donnerai pas d’indications entre les 1/2 et la finale afin de ménager le suspense… Qui, vous allez le voir, est à son paroxysme.

    Le classement:

    1/Fred, Fieldog et Sylvie : 5 points.

    Le duel de deux titans des jeux 15 loviens, arbitré par une Sylvie « on fire » !! Chaud bouillant, mais il ne sont pas les seuls prétendants…

    4/Antoine, William et Kaelin : 4 points.

    Là encore, du taulier… Un point derrière les leaders alors qu’il en reste 4 à prendre, inutile de dire que tout est jouable pour ces trois poursuivants.

    7/Jérôme, David, Robin et JC : 3 points.

    Là, ça devient plus dur de prétendre à la victoire, mais qui sait ??

    11/Quentin, Mathias, May, Oluive et Babolat : 2 points.

    Bon, les gars, à ce compte-là, il falait viser le titre de « Karim amateur » à fond. Parce qu’avec 2 points, vous êtes entre deux eaux, dans le ventre mou…

    16/Remy, Marc, Pat et Nath : 1 point.

    Les vrais, les durs, les mauvais. Remy est en course pour réaliser un fabuleux doublé RG/Wimb de la lose, un peu comme Fieldog dans un autre registre !!! Mais il est devancé par l’actuel génie de la lose de ce RYSC…

    20/Damien: 0 point !

    Mais comment fait-il ?? 0 sur 12 jusqu’ici, un exploit considérable !! Je préviens, si tu arrives à nous faire un zéro pointé au final, je te décerne un Karim d’honneur !! ;)

    A noter que le score de Fieldog à RG, 9 sur 16, ne sera pas atteint à Wimbledon, ce qui tendrait à confirmer que le gazon est plus sujet à surprises…

    Les résultats définitifs seront publiés lundi prochain, à mon retour de Paris après la réunion 15-loveurs pour la finale !!

    C’est la dernière ligne droite, bonne chance à tous !!

    • Oluive 5 juillet 2012 at 11 h 40 min

      Fred, Fieldog : vous êtes parieurs de métier, non ?

  28. Colin 5 juillet 2012 at 11 h 33 min

    ### Nouvel article en ligne ###

  29. Oluive 5 juillet 2012 at 11 h 39 min

    Federer n’a jamais perdu plus de trois fois de suite contre Djokovic.
    Federer n’a jamais connu plus de deux échecs en demi-finale dans la même année en GC.
    Federer n’a jamais perdu quatre demies de GC d’affilée.
    Federer n’a jamais perdu en demie de Wimby.

    Djokovic en est à sa 9e demie d’affilée (12e quart).
    Sa dernière demie perdue remonte à RG 2011 contre… Federer.
    … Et celle d’avant contre Berdych à Wimby 2010.

    En cas de victoire finale du Suisse, on aurait les trois premiers à la race dans un mouchoir de poche :
    Fed à 7095 pts.
    Djoko et Nadal à égalité à 6840 pts.
    … Avec Ferrer comme 4e à 3920 pts !

    Fedalovic seraient tous trois dores et déjà qualifiés pour le Masters à l’issue de Wimbledon (je ne sais pas si c’est jamais arrivé pour deux -ce qui est le cas dès maintenant-, alors pour 3…).

    Autant dire une domination écrasante du trio de tête… Mais une domination tellement serrée qu’on pourrait ainsi parler d’une nouvelle saison à compter des JO, où les compteurs seraient quasi-remis à égalité.
    Passionnant !

    Aussi, si je souhaite la victoire du lombalgique, ce n’est évidemment pas comme supporter abêti, mais comme passionné de tennis qui souhaite vivre une fin de saison palpitante, avec lutte pour le leadership mondial au Masters.
    Evidemment…

    :)

    • Antoine 5 juillet 2012 at 11 h 51 min

      Si le lombalgique gagne, le vrai numéro un de la saison sera celui des 3 qui gagnera l’US Open…Si c’est un autre, alors le Mater’s servira de juge de paix…

  30. Quentin 7 juillet 2012 at 8 h 41 min

    Pas eu le temps de te féliciter avant doncv je le fais maintenant: il est très bien ton article Robert, merci!
    Les victoires de Krajicek et Ivanisevic sont les 2 plus impressionnantes pour moi, la première pour le niveau de jeu montré durant toute la quinzaine, la deuxième pour le décalage entre le nom du vainqueur et son classement ATP.

  31. Marc 7 juillet 2012 at 9 h 02 min

    @ Bob : très bien, ton article, je me souviens comme si c’était hier de la victoire de Cash sur Lendl en 86, et notamment les 2 lobs parfaits qu’il lui plante de suite, notre ami thèque a été vacciné par rapport à ses montées au filet.
    Autant ‘estime que Krajicek était un joueur assez complet, autant je n’ai jalais pu me passionner pour Ivanisevic, dont le jeu était atrophié par le poids démesuré de son service. C’était réellement un serveur d’esception avec une vitesse de bras extraordinaire, mais c’est à son époque que Wimbledon a commencé à m’emmmerder, j’ai adoré les Becker, Edberg, Stich, car ils servaient bien, mais jouaient en au moins 2 coups (service/volée). Ensuite, l’alignement d’aces entre Sampras et Ivanisevic m’a moins intéressé.

    S’agissant de Fed, pas pu regarder le match en direct en étant en réunion, quelques regards sur 15love pour suivre le match (plus vivant et plus discret que l’Esuipe). J’ai revu le match sur Canal ensuite, et j’ai rarement vu Fed servir ainsi en 1ère et 2è balle, je n’y croyais plus avec ce qui avait été dit après son match contre Malisse.
    Quand le Suisse sert comme cela et retrouve son coup droit, c’est vraiment un autre joueur.
    Il reste 2 scories dans son jeu en ce moment :
    -comme Elmar l’a dit, sur coup droit en bout de course, il estt vite débordé et ça fait basduf ensuite, et Murray est plutôt bon en coup droit croisé.
    -son retour sur 2è balle est toujours aussi aléatoire, avec des retours slicés directement dans le filet ou au milieu du court.

    Quant à ceux qui pensent que Jérôme et Quentin étaient les seuls à y croire, il faut arrêter, combien ont mis Fed gagnant dans la RYSC ? Moi en tous cas, et j’y croyais quand même pas mal, même si le début de tournoi ne m’avait pas rassuré. Efectivement, comme le dit Antoine, seul Jérôme voit Fed gagner en 3 sets contre Djoko et Nadal sur TB, mais pour Jérôme, l’amour est totalement aveugle :-)

    Il faut maintenant torcher le Scott, pas possible de rater l’occasion :
    -de redevenir n°1 mondial et d’agaler puis battre le record des 286 seamines n°1 de Pete
    -d’égaler le record de Pete avec 7 Wimbledon
    -d’enquiller un 17è GC
    -de faire perdre à Murray sa 4è finale de GC chez lui, devant son public
    -de se mettre en position de terminer n°1 pour la 6è année (après 2004-2007, 2009) et de redevenir n°1 deux ans après, à 31 ans. Ca serait au moins du niveau de la victoire de Sampras à l’USO en 2002.

    J’ai lu que certains d’entre vous allaient voir le match dans un café à Paris, vous pouvez dire où et quand ? Pas sûr de pouvoir venir, mais j’aimerais bien vivre ce moment avec mes potes de 15love et avec mon cher Antoine sortant de sa caverne :-)

    PS : juste un truc de fou : 24 aces (ou 26 je ne sais plus) de Serena en 2 sets, hallucinant !

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis