Un tour aux Qualifs de Bercy

By  | 30/10/2012 | Filed under: Bord de court

Le rendez-vous incontournable de cette fin de saison juste avant le Masters, c’est Paris ! Bâle ou Vienne sont si peu de chose… Partie au débotté, je décide de m’offrir un premier tour aux qualifs ce samedi, au motif que Grigor Dimitrov et David Goffin y sont engagés. Le Bulgare à l’étiquette : « best thing in the making » se fait attendre plus que prévu, trop attendu sans doute – je vous recommande un podcast dans la liste ici. Goffin quant à lui s’est payé une bonne tranche de scalps pour sa première année pleine sur le circuit ATP (Stepanek à Roland-Garros, Tomic à Wimbledon, Troicki à Winston-Salem, Isner à Valence). Je n’avais pas eu l’occasion de voir jouer le Belge mis à part quelques points superbes gagné au nez et à la barbe de Messire Roger, donc j’avais hâte de le voir à l’œuvre !

J’arrive sur le Court 1 au moment où Edouard Roger-Vasselin perd le premier set contre « Are You »  Hanescu. J’aime bien le jeu du Français, pas très puissant mais varié et académique. Cela me plait bien, et le Roumain a quand même un beau revers à une main… Je pensais qu’une fois remonté à un set partout, « ERV » serait en mesure de s’imposer. Hanescu faisait les points et les fautes mais il a su s’accrocher, et une grosse panne de premières balles chez le Français a suffi à la mascotte de 15lt pour s’imposer… J’imagine le goût amer chez Vasselin.

J’enchaine avec Alejandro Falla, le redoutable « Colombien qui sait jouer sur gazon », contre Andrey Kuznetsov. Le jeune Russe a de la puissance de frappe à revendre au service et en coup droit, le revers peut assurer aussi, mais alors il arrose allègrement ! Falla n’est pas au mieux et il se retrouve mené rapidement 5-2 au tie break du premier set. Il remonte pourtant ce handicap sur quelques bons coups… et des gros cadeaux de l’adversaire comme une balle de set gâchée au passage. Falla s’adjuge le tiebreak 10-8. Difficile de s’enthousiasmer, mais le match d’à côté est apparemment une purge incommensurable entre Garcia Lopez et Ouanna. A un moment le score reste bloqué pendant 25 minutes à 2-2 au deuxième, je compatis alors avec ceux qui pour des raisons professionnelles ont dû se coltiner le pudding indigeste !

Je n’aime pas me moquer du physique mais Falla a quand même un look de pitbull avec une casquette, quoi ! Ce pauvre Alejandro est un peu court sur pattes et costaud comme un bulldog… Malheureusement le bulldog a mangé Kuznetsov, non sans l’avoir baladé à coup de revers bien frappés et autres coup droits bien à plat, on aurait dit du Berdych du Sud… en moins bien ! Bon, j’exagère un peu, beaucoup. Pourtant on sentait que le Russe avait la capacité en deux, trois frappes de le renvoyer à « la casita » comme on dit chez les hispanos ! Mais voilà, il suffit d’un mauvais jeu à 6-5 et pschiiiittt le match envolé après avoir bataillé plus de deux heures ! Deuxième gars qui s’arrache et bataille dur, tout ça pour échouer sur la ligne de finish… Le tennis est vraiment un sport cruel, non ?

Je change de court pour suivre les derniers jeux de  Luckas Lacko contre Igor Sijsling, et ils me font un copié/collé du match Falla – Kuznetsov… On joue le troisième set, et au finish c’est le Hollandais volant au filet qui s’impose. Surprenant car Lacko semblait tenir son match ! Pschiiiiit numéro 3 !

David Goffin lui a réussi à faire pschiittt dès le début. Il était pourtant bien parti mais, menant 3-0 et balle de double break, c’est à ce moment que Ricardas Berankis a retrouvé son jeu. Plus de fautes, il se met à bien retourner, et Goffin se retrouve à la peine sur tous ses jeux de service. Il se fait remonter 5-3 sans avoir rien compris… Rapidement mené dans le deuxième, on le sent un peu fatigué et avec un taux de combativité au fond de la réserve… Le match est plié facilement pour le Lituanien. Je reste sur ma faim, mais certainement de belles choses à venir chez ce Belge qui sait déjà exploiter des schémas de jeux assez aboutis. Avec un peu de boulot sur sa deuxième balle de service et de la fraicheur, il fera parler de lui !

Avant l’entrée en scène de Dimitrov, j’ai droit à un match de poètes entre Dmitry Tursunov et Jerzy Janowicz… Déjà le son de chaque frappe de balle est différent. Ils tapent fort, à plat, j’ai mal pour la petite balle jaune. Janowicz n’est pas si brutal que ça, il fait quand même deux amorties gagnantes dont une sur la balle de set. Tursunov, c’est sûr, ne l’avait pas vue venir, c’est quand même vache ce genre de coup tout en finesse dans un match de brutasses ! Mais le must du must reste cette volée tapée à plein régime par le Russe, sans doute excédé de n’avoir eu aucune chance de breaker le Polonais. Un vrai massacre !

Et finalement en fin de journée, arrivent Grigor Dimitrov et Steve Darcis, deux revers à une main, bref ma cerise de la journée ! Le Bulgare prend le meilleur départ avec un break à 4-2, mais il se fait rattraper, commence à accuser un peu la fatigue de son enchainement Bâle-Bercy. Le match devient plus serré. J’ai droit à tout : revers long de ligne, attaques suivies au filet, amorties… Pas besoin de Nadal ou Roger à tout bout de champ ! Darcis a quand même un revers d’une grande qualité, il le place dans tous les coins et son service est loin d’être mauvais. Mais aujourd’hui, le ciel est avec Dimitrov, ou plutôt le filet : deux lets gagnants,  dont un qui passe Darcis au filet… le Belge en était dégoûté au plus haut point ! Le premier set est plié, mais on sent Dimitrov pas loin de la panne d’essence. Il commence à accuser un peu le coup, et se fait breaker presque facilement au deuxième set, à 4-4. Darcis va servir pour le set. Et là je commence à me dire que Grigor ne va pas pouvoir revenir. De rage il explose sa raquette. Cette frustration enfin sortie de son corps, et voilà Dimitrov qui débreake aussi sec. Il y a encore peu, ce renversement de situation n’aurait pas eu lieu, il serait parti en vrille et le match avec !  J’ai l’impression que le Bulgare a pas mal mûri dans son jeu et dans la gestion de ses matchs. Son service s’est amélioré, sa prise de balle précoce côté revers aussi, son coup droit également, seul son retour de service côté revers reste un gros chantier, bref il dispose encore d’une belle marge de progression. C’est sympa de voir l’évolution d’un joueur, presque étape par étape. Il termine le match au deuxième tie-break, profitant d’un troisième let qui surprend à nouveau Darcis qui remet dans le filet. Vraiment pas son jour au Belge !

Allez, j’espère bien qu’un ou deux de ces gars seront encore là mercredi !

About 

Grande prêtresse de 15-LT : je désigne les prochains rédacteurs quand on manque d'articles, ils sont automatiquement inspirés pour écrire dans les plus brefs délais ! Un miracle ! ps mon avatar moi sur le canal St Martin un jour d'hiver 2009, en pensant à ce que pourrait être 15love :)

Tags:

377 Responses to Un tour aux Qualifs de Bercy

  1. Quentin 04/11/2012 at 18:52

    Très heureux de ce 1er masters 1000 pour Ferrer, bravo à lui!

  2. MarieJo 04/11/2012 at 19:30

    finalement y’a des 15loves content pour ferrer :D vu le traitement anti-pouxomachique dont il est l’objet, c’est sympa et fair play !

    ne soyez pas timides, venez faire votre coming out et déclarer votre flamme pour Ferru !

  3. MarieJo 04/11/2012 at 19:53

    et merci à ceux qui ont aimé ce petit opus bord de court! ça fait plaisir :)

    du coup j’ai eu une idée pour un prochain article !

    pour info Jezry fête son anniversaire le 13 novembre prochain, il va pouvoir s’offrir une méga teuf à la hauteur de sa fin de saison ! 234865€… le père noël va passer avant l’heure cette année pour jerzy !

    une petite blague repérée sur twitter : jerzys christ ! après un beau coup ;)

  4. Jeanne 04/11/2012 at 20:25

    Apparemment Jerzy Christ est le nom d’un hockeyeur polonais, aussi.

  5. Jeanne 04/11/2012 at 20:36

    Moi franchement j’aime plutôt bien Ferrer. Il joue comme peut jouer un tennisman de sa taille, c’est-à-dire sans armes de destruction massive. Je ne me rends pas compte s’il est possible, en faisant 175 cm, d’avoir un jeu spectaculaire ?

    Mais quelle mobilité et quelle abnégation. Il a optimisé à 200% tout ce dont il disposait. Peut-être sera-t-il encore plus fort l’année prochaine ?

    C’est devenu un joueur vraiment complet cette année, quelle que soit la surface.

    Tout au plus peut-on lui reprocher des petits effondrements contre les T4, mais c’est aussi parce qu’il lui manque l’armement pour faire la différence dans les moments chauds. Sans coup extraordinaire, difficile de prévaloir lors des moments très chauds face à un T4 d’une telle qualité.

    Et vivre à l’ombre d’un Nadal adulé ne doit pas être facile, il l’a fait avec humilité. Il me semble aussi que c’est quelqu’un d’humainement pas mal en dehors du court.

    C’était mon petit coming-out !

  6. Sylvie 04/11/2012 at 21:00

    Finalement tout le monde est content pour Ferrer. C’est le brave soldat, plein d’abnégation, humble et sympa en dehors des courts et qui a la gentillesse de ne gagner que des tournois mineurs et de ne s’imposer dans les grands événements que lorsque nos joueurs favoris sont hors course. Certes, un exploit de JJ m’aurait davantage fait vibrer mais, comme dit par tout le monde, il le mérite bien son MS 1000. Je ne sais pas si la notion de justice existe en tennis mais c’est vrai qu’il aurait été amer de voir un gars de 21 ans sorti de nulle part casser la baraque pour sa première finale là où le trentenaire Ferrer aurait échoué. Tout est donc bien qui finit bien.

    Maintenant, comme dit Antoine, il ne faudrait pas que ça se renouvelle trop souvent. Son tennis a évolué, il a plein de qualités mais bon, pas de quoi se pâmer non plus en ce qui me concerne.

    • Jeanne 04/11/2012 at 21:50

      Je cosigne à 92%. Les 8% restants, c’est la notion de « brave », un rien surplombante, ainsi exprimée. Désormais avocate de Ferru, je voudrais disposer d’autant de bravitude !

      De toutes les manières, seul Fedou peut nous véritablement mener aux cimes du plaisir. Les autres sont des miroirs obscurcis et plaintifs de l’Idée du Beau ainsi incarnée.

    • Skvorecky 04/11/2012 at 22:32

      Le terme de soldat est plutôt bien choisi; d’autres l’appellent le gladiateur. Et tout le monde semble en effet content pour lui, il ne fait pas de vagues et ne génère aucune hostilité.

      Il fut un temps où ses airs de caféinomane faisaient naître des sous-entendus pharmaceutiques (à mon avis injustes par rapport à ses concurrents).

      Il y eut aussi cette vidéo d’un US Open où il a des mots charmants envers l’arbitre (une femme en l’occurrence, ce qui a son importance dans le contenu des propos du Ferru). Je sais, c’était il y a longtemps et tout le monde peut faire une erreur. Mais si c’était un membre du top 4, les propos en question seraient constamment ressortis.

      Globalement sa personnalité me plaît bien; son tennis, c’est une autre affaire…

    • Jeanne 04/11/2012 at 23:41

      Oui je connais la vidéo en question. Pas terrible du tout, c’est clair, mais bon, ce que je dis c’est qu’il semble charmant en dehors du court. Sur le court, c’est une autre histoire (quoique depuis cet incident, je ne crois pas qu’il y ait eu autre chose).
      Un top 4 ne tomberait pas dans cet écart de communication, tout ça est trop planifié. Ce qui est clair pour moi, c’est qu’il a le meilleur déplacement du circuit et que comme Federer, il ne régresse pas sur ce point.

      • Patricia 05/11/2012 at 09:59

        Ah non Jeanne, la bravitude, je veux bien lui donner l’oscar, mais le déplacement… Parfaitement correct et studieusement efficace, oui. Mais il y a des artistes dans ce domaine aussi, et c’est le secteur du jeu où l’ensemble du Big Four me paraît confiner au génie esthétique et athlétique : le jeu de jambes de Rafa, Roger, Novak et Andy, c’est Baudelaire, Rimbaud, Nerval et Lautréamont en mouvement. Ferrer c’est Lamartine. Musset. Boileau.

  7. Alex 05/11/2012 at 00:18

    Masters > What The Fuck

  8. Ronald 05/11/2012 at 00:40

    @MONTAGNE > bien vu car Gicquel a finalement remporté le challenger de Genève, en 3 sets ctre Bachinger. Il revient à la 150ème place ATP, à bientôt 36 ans…chapeau !

    Brands remporte Eckental à la maison ctre Gulbis, bonne fin de saison pr l’allemand, l’indoor convient parfaitement à son jeu.

    Lorenzi remporte un nouveau challenger sud-américain, ctre le gaucho Leo Mayer.

    Aux US le jeune Kudla (20 ans) remporte son 2ème titre. Ca fait qqes jeunes US (en + d’Harrison déjà présent) : Kudla donc, mais aussi Sock, Klahn, et pqoi pas Williams, Sandgren ou Kosakowski.

  9. Jérôme 05/11/2012 at 09:04

    Salut à tous.

    Très occupé ces dernières semaines, je n’ai fait qu’un passage éclair précédemment. Je n’avais suivi que la finale de Bâle, et ce encore pas entièrement puisque je m’étais arrêté au début du 3ème set pour aller faire autre chose, pressentant que l’incapacité de Fed à convertir la moindre balle de break contre Del Potro n’augurait pas grand chose de bon pour la fin du match. J’en ai eu la confirmation en ballade sur mon smartphone.

    Mais pourtant, j’ai trouvé les résultats de Bâle encourageants en ce que Fed n’était vraiment pas en forme. Il était en retard sur ses placements, et manquait de percussion en fond de court, mais au moins il allait au charbon et a fait tout ce qu’il pouvait contre un très bon Del Potro. Et tant qu’à faire, je préfère cette défaite là à celle de la finale de l’US Open 2009 où il aurait du plier le match en 3 sets.

    Sur Bercy, dont le niveau se situait quelque part entre un M500 et un M250, je n’ai rien regardé hormis quelques jeux du 2ème set de la finale diffusés en différé sur je ne sais plus quelle chaîne de la TNT. Ferrer a gagné contre un qualifié. Formidable. Dommage que la belle histoire se soit arrêtée là pour son jeune adversaire polonais mais décidément il vendangeait bien trop au delà du 3ème coup de raquette.

    Globalement, tout le monde est au bout du rouleau en cette fin d’année.

    Alors quand je vois le tirage du Masters, je me dis, contrairement à Antoine, que c’est la 1ère fois depuis très longtemps que Federer a eu … le popotin bordé de nouilles au tirage au sort !

    Groupe A = le groupe de la mort ! Je cite : Djokovic, Murray, Berdych, Tsonga. Tsonga étant le moins en forme des 4, il est hautement probable qu’il reparte fanny.

    Groupe B = Federer, Ferrer, Del Potro et Tipsarevic. Ca n’est vraiment pas le même niveau que le groupe B, en tout cas sur le papier.

    Ce que j’escompte, et même que j’espère bien, c’est que les mecs du groupe A vont s’entretuer dans les matches de poule et arriver en lambeaux en demi-finales.
    Et là, le 7ème titre de Federer dans LE Masters commencera à prendre sérieusement corps.

    Bien à vous.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis