Tennis Race 2013 : Coup double à Miami poupour Mumurray

By  | 1 avril 2013 | Filed under: Tennis Race

Un air de déjà vu

Parfois, on a l’impression que l’histoire bégaie.

Flashback : Shanghaï 2011, un grand prix déserté par deux membres du « Big 4 » (à l’époque, Federer et Djokovic), un troisième (Nadal) qui fait une sortie de piste dès le 3e tour sous la pression d’un cogneur allemand (Florian Mayer), et, à l’arrivée, Murray qui s’impose au finish devant Ferrer.

Miami 2013 : remake. Deux abonnés du « Big 4 » sont forfaits (Federer encore, et Nadal), le troisième (Djokovic) éjecté du circuit au 3e tour après avoir raté le dépassement d’un cogneur teuton (Haas), et, sous le drapeau à damiers, Andy Murray l’emporte d’une courte tête devant David Ferrer, après un mano a mano ponctué de nombreuses fautes de pilotage de part et d’autre.

Petite nouveauté qui a fait plaisir aux aficionados français : la place sur le podium de Richard Gasquet. C’est vrai qu’il n’a pas le châssis le plus résistant et le moteur le plus puissant, mais son pilotage tout en finesse lui permet de temps en temps de s’immiscer au milieu des grosses cylindrées.

Dans un style proche, le revenant Tommy Haas complète le carré d’as de ce grand prix. « Attendu au tournant », un autre ancien de l’académie Bollettieri et donc habitué du soleil de Floride, Kei Nishikori finit pour la première fois de la saison dans les points, à un modeste 10e rang.

Place désormais à la saison des Grands prix sur terre, qui commencera comme d’habitude par le rallye de Monte-Carlo, dont Rafael Nadal est l’octuple tenant du titre et, comme d’habitude, l’immense favori. L’histoire risque bien de bégayer à nouveau.

Classement général après trois courses

Coup double pour Andy Murray qui profite à fond de la contre-performance de Djokovic pour prendre (sans doute assez provisoirement compte tenu de sa faible appétence pour l’ocre) la conduite de la Tennis Race.

Cogneur
Pts
TRWC-GP01
TRWC-GP02
TRWC-GP03
TRWC-GP04
TRWC-GP05
TRWC-GP06
TRWC-GP07
TRWC-GP08
TRWC-GP09
TRWC-GP10
TRWC-GP11
TRWC-GP12
TRWC-GP13
TRWC-GP14
1
A. Murray 69 36 8 25
2
N. Djokovic 62 50 12
3
D. Ferrer
48 30 18
4 T. Berdych 41 20 15 6
5
R. Federer 34 24 10
6
R. Nadal
25 25
7
J.M. Del Potro
18 18
8
J. Chardy 16 16
9
R. Gasquet
15 15
10
T. Haas
13 1 12
11
N. Almagro
12 12
-
J.W. Tsonga
12 8 4
13
M. Cilic
10 10
14
J. Melzer
8 8
15
K. Anderson
6 6
-
G. Simon
6 2 4
17
S. Wawrinka
4 4
18
E. Gulbis
2 2
-
A. Seppi
2 2
20
K. Nishikori
1 1

Signalons que le nouveau barème imposé par la FIA depuis la saison 2010, favorise plus le vainqueur de chaque course, et permet aux 10 premiers de marquer des points: 25-18-15-12-10-8-6-4-2-1.

Rappelons que 14 Grands prix sont disputés cette année, dont 4 «super grands prix» (Melbourne, Paris-outdoor, Londres-outdoor et New-York) qui apportent deux fois plus de points qu’un GP classique, et un «masters GP» indoor qui clôture l’année (réservé aux huit meilleurs cogneurs de la saison, ce dernier rapporte 50% de points en plus qu’un GP classique; il sera disputé cette année, comme lors des quatre éditions précédentes, à Londres).

About 

Sous d'autres cieux et en d'autres temps, je fus connu sous le sobriquet de "Colin Maillard et Tartempion".

Tags: , , ,

20 Responses to Tennis Race 2013 : Coup double à Miami poupour Mumurray

  1. Colin 1 avril 2013 at 12 h 00 min

    Après 3 courses, on peut commencer à comparer le classement TRWC avec celui de la race ATP.

    Djokovic y maintient encore un léger avantage de 360 pts sur Murray (l’effet de sa victoire à Dubaï qui lui en a rapporté 500).

    Ferrer 3ème aux deux classements.

    Nadal occupe à la race ATP une remarquable 4ème place, grâce à sa moisson sud- et centr-américaine (150 pts au Chili, 250 au Brésil, 500 au Mexique, et voilà 900 pts ATP dans l’escarcelle, selon une recette bien rodée dans le passé par ses dauphins Ferrer et Almagro).

    Berdych est donc 5ème.

    Del Potro (6ème) et Gasquet (7ème) se retrouvent devant Federer, là encore sous l’effet d’un plus grand succès dans les petits tournois (Rotterdam pour DelPo, Doha et Montpellier pour Richie, tandis que Fed empilait de son côté les contre-perfs à Rotterdam et Dubaï).

    Enfin, le quatrième membre du « Little 4 », Tsonga, se fait actuellement squatter sa place dans le top8 par son compatriote Gasquet, mais il n’est pas si loin puisqu’il émarge à la 9ème place. Il a quand même intérêt à faire une très bonne saison de terre battue s’il ne veut pas voir Almagro (11ème) lui passer largement devant. « Attendu au tournant », Nishikori occupe une bonne 10ème place quand on compare à son classement TRWC (20ème).

    • Coach Kevinovitch 1 avril 2013 at 12 h 45 min

      « selon une recette bien rodée dans le passé par ses dauphins Ferrer et Almagro »

      C’est Nadal qui a déposé le brevet de cette recette en 2005 avec un quart de finale à Buenos Aires suivi déjà d’un doublé Brasil Open (qui se jouait à Costa Do Sauipe, la station balnéaire de Salvador do Bahia)-Acapulco.

  2. May 1 avril 2013 at 21 h 06 min

    Merci beaucoup Colin pour cet update et aussi le précédent, c’est rare que l’on puisse discuter sur un fil de la TRWC, j’en profite donc!

    Djoko et Murray aux commandes, c’est attendu depuis longtemps et cela n’a rien d’étonnant, c’est même dans l’ordre des choses. M’étonnerait que le Scottish reste longtemps numéro 1 à la TRWC à moins que Djoko redescende définitivement de son nuage sans gluten. Ils étaient voués à succéder à Federer et Nadal un jour ou l’autre ces 2 -là. Murray a été un peu lent à rejoindre Djoko en tête du classement. D’abord parce qu’il est beaucoup moins constant que ces illustres ainés et parce que Federer fait (faisait) encore de la résistance. Aujourd’hui c’est fait, il a rejoint Nole et il faudra qu’on s’habitue à les voir en bas et en haut des tableaux. Murray va-t-il jouer au chat et à la souris avec Federer? Possible! Murray à 720 pts à défendre jusqu’à RG inclus, Federer 2080. Aujourd’hui seuls 80 pts les séparent.
    Maintenant, voir que Ferrer complète le podium à la Race ATP ainsi qu’à la TRWC de Colin c’est tout simplement hallucinant et surtout très inquiétant surtout que la tournée sur le « dirt » Européen n’a pas encore démarré. On attendrait plutôt Del Potro ou Tsonga mais Ferrer??!! Enfin c’est tout à son honneur et en plus il peut continuer à amasser des points sur terre ce printemps. Chouette!
    Enfin on ne va pas se plaindre, Nadal sera quasi sûr d’être tête de série 5 à RG et voilà que les cartes sont redistribuées. L’autre interrogation se situe dans le camp Federer, va-t-il engranger des points précieux pour se préserver pour Wim ou va-t-il continuer à reculer, comment va-t-il aborder les tournois éprouvants sur tb?

    La bonne nouvelle de la semaine c’est Haas 14ème joueur Mondial à 35 ans dans 2 jours. C’est dans les vieux pots…
    La mini bonne nouvelle c’est Gasquet, mais on attend quand même qu’il passe la vitesse supérieure, il continu à caler face à des tops joueurs mais Murray était mauvais toute la semaine. Si dans des cas favorables il n’en profite pas que pourra-t-il quand arrivé en GC les meilleurs jouent généralement le mieux.

    Le pompon c’était cette finale de Miami pathétique de nullité. Tout au long de la partie, j’ai eu l’impression qu’aucun des 2 ne voulaient terminer ce match à s’échanger des breaks à tout va sans parler de la nuée de fautes directes et ce manque de plan de jeu de l’un et de l’autre.

    • Patricia 1 avril 2013 at 22 h 26 min

      Ah mais May, que ce soit Gasquet ou Haas, les deux finalistes ont servi une tout autre partition en demi contre les artistes et il faudrait ne pas tenir compte de bien des choses pour ne pas excuser leur défection : contre Richard, dans un set entamé par un break par le français et conclu par un TB stratosphérique, Murray a mené un jeu bien plus proche de sa partition contre Federer à l’AO (le mimétisme c’est sa finale de lose après la demi étincelante) : 80% de premières balles, 20 winners dont une douzaine en coup droit, une défense d’enfer – même si notre petit Richard, décidemment méconnaissable, remporte la plupart des très longs rallyes. Disons que les stats en winners du premier set Murray sont celles de la totalité de la finale… Que Gasquet flanche physiquement, tout comme Haas et pour les mêmes raisons, mais avec les circonstances atténuantes supplémentaires d’une entorse doublée d’une ampoule, ce n’est que la morne fatalité contre les supermen physique du top 5 : si tu joues aussi bien qu’eux, ils t’ont à l’usure qui ne les atteint pas (ou alors uniquement contre leurs homologues). De même que Haas flanche exclusivement au physique contre un Ferrer qui fait plus de winners et plus de volées gagnantes que lui – malgré là encore un niveau de jeu de spoutnik.

      Et je connais Ferrer : il fait pareil quant il a Richard en face, jeu hyper agressif, intensité physique absolument monstrueuse, spécial briseur de cristal. Pourquoi Murray joue-t-il le croco du Nil contre les mecs qui ont son niveau en retour et défense, et sort-il la panoplie du couteau suisse contre les orfèvres (en dehors de nous casser les c*** ?) Il doit y avoir une raison stratégique à ça qui m’échappe.

      Pour le manque de plan de jeu de la finale, j’ai toutefois l’impression que les 5 jeux initiaux que j’ai été capable de regarder, Ferrer avait une stratégie très proche de son ultra-offense de la demi, fonçant à la volée, attaquant intensément, avec un résultat tout autre puisque Murray était grotesque et Haas génialissime, d’une part, et respectivement inentamé et corrodé à l’os par l’effort fourni.

      • Elmar 2 avril 2013 at 10 h 51 min

        C’est un choix qui lui permet d’être numéro 2 mondial… il ne doit donc pas avoir faux sur toute la ligne même si au final c’est éminemment frustrant. On sait quel tennis il peut produire, ça pourrait donner de grands affrontements et au final on se retrouve avec du pousse-balles.
        Je repense souvent à sa demi de l’USO 2008 où il avait baladé Nadal de manière très impressionante. Le mois suivant, il avait accompli une prestation hallucinante contre Federer à Madrid (leur rencontre au Masters étant à mon sens moins significative) et il avait vraiment le costard du patron. Et puis comme si l’habit était trop grand pour lui, il s’est mis ensuite à jouer à l’épicier qui rend de la petite monnaie. A noter toutefois que cette petite monnaie de la petite semaime lui suffit pour gagner un Master 1000. C’est toijours à doible tranchant: d’un côté, un niveau de jeu médiocre n’augure rien de bon; d’un autre côté, gagner en jouant mal donne une belle assurance pour le jour (s’il arrive!) où on joue bien.

        Cela étant dit, la vrai surprise /info de cette trop longue tournée américaine, c’est la décompression de Djoko. Simple coup de mou? Chute significative? Ou baisse programmée avant un primtemps chargé? En tois cas, je connais quelques rascals qui seront prêts à profiter de la situation…

      • May 2 avril 2013 at 12 h 38 min

        C’est quoi la parade à ces fatalités? c’est qu’il faut être une grosse brute et en plus être dans un bon jour comme Del Potro, Tsonga, Berdych, feu Soderling…?
        On pourra toujours reprocher aux ténors d’être toujours présents au finish mais Gasquet à réussit à remporter le 1er set alors que sur ce que tu en dis, Murray jouait vraiment bien. Donc, il n’y a pas de fatalité. Il y a les perdants (beaux) et les gagnants (pas beaux mais ça dépend qui).
        Gasquet, Waw & Almagro sont à mettre dans le même panier.
        Il y a une catégorie à ne pas oublier avec en tête Nalbandian, Gulbis super héros par intérim mais sans état d’âme quand il faut achever la bête, malheureusement cette catégorie de joueur est trop peu répendue.
        Le tennis c’est dans la tête. Si Gasquet et Ferrer avaient vraiment cru en la victoire ils auraient assommé Murray en 2 sets mais non la marche est encore trop haute.
        Sinon je veux bien croire que la surface était bien trop abrasive pour faire avancer la balle, quelle sinécure pour faire un point gagnant même si le parcourt de Haas prouve qu’on peut y jouer un tennis offensif.
        Concernant Djoko, je ne me fais aucun soucis pour lui, ses défaites à IW et Miami augurent que l’œuf œuvre en vue de RG.

        • Guillaume 2 avril 2013 at 13 h 01 min

          Peu de temps devant moi, mais je plussoie May : la def contre Haas ne veut rien dire pour Djokovic. Son objectif cette année, il l’a dit, c’est Roland. Et avec le message adressé par le Minoterre à Indian Wells, Djoko savait qu’il ne pouvait plus se permettre de perdre son temps sur le ciment US : c’est Paris qu’il doit préparer le plus tôt possible.

          Dans le même ordre d’idées, pas vu le Gasquet – Murray, mais des échos de-çi, de-là, le garçon n’avait pas non plus envie de faire de vieux os à Miami : un quart de finale de CD l’attend sur terre à Buenos Aires, et la Davis est un objectif majeur des Français cette année.

          • Sam 2 avril 2013 at 13 h 19 min

            Guillaume, tu insinues que Ritchie se serait économisé d’une victoire en M1000 en vue de l’honneur suprême de la Patrie ? Quel sens de l’abnégation…

          • May 2 avril 2013 at 13 h 44 min

            Tu as peut-être raison pour Richard mais je pense qu’il a dû être menacé par son entourage alors! J’espère pour eux que ces fins stratèges rentreront victorieux. On en reparle plus tard!

        • Patricia 2 avril 2013 at 14 h 52 min

          Je ne suis pas d’accord sur Wawrinka/Almagro/Richie même panier : Waw et Almagro sont du même tonneau que Tsonga/Berdych/del Po : des gars avec une puissance de feu d’enfer – Waw étant le plus complet de tous. Ce qui les différencie du little 4, c’est effectivement la tête.
          Richard est à mettre dans le même panier que Haas, Kohlschreiber, Dimitrov, Tomic ou Youzhny : des gars qui savent tout faire, grande palette technique, moins perforants que le little 4 moins Ferrer, moins aliens physiquement que le top 5. Le mental est fluctuant, parce que la concentration et la confiance doivent être sans failles pour que l’arsenal fonctionne, et parce que l’endurance et le volume de certains entament leur physique, ce qui impacte sur la lucidité et le placement – perturbant le boulot d’orfèvre.
          Et mentalement, Richard est peut être finalement (actuellement en tous cas) le plus costaud et le plus constant de ce lot…

          • Patricia 2 avril 2013 at 17 h 44 min

            J’ajoute ceci sur la perf : jouer à ce niveau avec une cheville en vrac, c’est quand même pas une mince affaire mentalement « Le menu proposé à Gasquet sera sûrement différent dans les premiers jours, le Biterrois ayant terminé son périple à Miami sur les rotules et surtout avec le pied droit salement amoché. Obligé de glacer sa cheville tous les jours suite à son entorse contractée à Indian Wells, « Richie » a tenté de faire abstraction de la douleur contre Almagro et Murray. Mais son pied, enflé, n’était pas beau à voir à l’issue de sa demi-finale perdue face à l’Ecossais. « 

  3. Antoine 2 avril 2013 at 13 h 51 min

    IL se passe quelque chose sur le circuit ces dernières semaines ? Rien vu en ce qui me concerne à part la moitié de la finale d’IW et quelques highlights. Je me contente de lire les résultats et les comptes rendus dans « l’Equipe ». Pas le temps de venir commenter ici non plus.

    Alors en vrac, quelques impressions plus ou moins positives:

    1) J’ai lu que Gulbis avait réussi non seulement à gagner deux matchs de suite, un truc inouï pour lui, mais qu’il avait même fait une série remarquable comme il lui arrive une fois par an. Sa bonne semaine était donc Delray Beach puis IW où il a fini par être battu par Nadal après avoir gagné 10 matchs en treize jours. Au passage, on voit que le type a quand même le niveau quand il joue. Laisse deux jeux à Tipsarévic pourtant top 10, bat de très bons joueurs au passage, dont Haas

    2) Haas est épatant. Va donc avoir 35 piges cette semaine. La preuve vivante du fait que l’on peut très bien jouer à trente cinq piges quand on a eu le niveau avant. Toutes les salades sur l’inéluctable moindre longévité actuelle sont du pipeau, comme à chaque fois qu’on en parle. Agassi jouait très bien à 35 piges, Haas joue très bien à trente cinq piges et Roger jouera très bien à 35 piges. Haas au passage est le plus vieux à avoir battu un numéro un, Djoko donc, depuis Rosewall qui battait Newcombe à Wimbledon en 74. Cela remonte donc à un bail.

    3) J’avais trouvé suspect que Djoko perde en demies à IW contre Del Po après avoir mené 3-0 dans le troisième set et me disais qu’il était sans doute un peu au bout du rouleau mentalement, qu’il avait besoin de repos. J’attendais Miami pour en avoir la confirmation ou l’infirmation. Sa défaite contre Haas est donc la confirmation. A besoin de se reposer. Ira t il à Monte Carlo ??

    Del Po qui avait fait un parcours remarquable à IW a perdu dès son premier match à Miami. Fatigué lui aussi manifestement, comme Berdych, insignifiant contre Richie.

    4)Fort sagement, Nadal et Roger ont préféré zapper ce tournoi de Miami. Cela vaut à tous les deux de perdre une place au classement et Nadal de se retrouver à nouveau 5ème, mais cela vaut mieux pour eux. En attendant, ni l’un, ni l’autre ne sont dans le top 2, pour la première fois depuis 10 ans…

    Murray lui pouvait jouer puisqu’il était frais, pas brillant mais frais. Seul top 4 en finale, il gagne donc le tournoi, non sans mal mais cela apprendra à Ferrer à ne pas interrompre un point que ne vous a pas donné l’arbitre pour essayer de gagner un titre avec le hawkeye. Quel abruti ! Et quelle plaie… Déjà, il a gagné à Bercy. Cela lui fait un M1000, cela devrait suffire, non ?

    5) à propos de M 1000, il est quand même anormal que ces deux tournois US qui comptent un tour de plus que les autres ne comptent pas plus que les autres M1000. Ils sont une catégorie supérieure à eux seuls et devraient distribuer plus de points comme ils distribuent plus d’argent. De plus en plus, le plus important des deux apparait être IW. Miami est devenu le tournoi de rattrapage. Et c’est atroce à voir tellement c’est lent. Je finit même par me demander si ce n’est pas plus lent qu’IW, c’est dire. IL faudrait vraiment jouer ces tournois avec des balles rapides sinon on termine avec Murray et Ferrer en finale qui font leur bataille d’attrition jusqu’à ce que l’un ait plus de crampes que l’autre. Cette finale était affligeante comme niveau de jeu. Mieux vaut jouer sur terre battue.

    Depuis Melbourne, j’ai l’impression que la saison n’a pas redémarrée, mis à part le fait que Nadal est revenu, beaucoup plus rapidemment que je ne le pensais d’ailleurs. Je me dis que c’est parce que je n’ai rien vu, mais quand je vois les résultats, cette impression n’est pas démentie.

    Place à la terre battue donc jusqu’à la finale de Roland Garros. C’est là que Nadal rafle tout et la question est toujours la même: va t-il recommencer ? Un 9ème Monte Carlo pour commencer, un 8ème Roland Garros pour finir ? Le plus amusant est qu’il peut gagner des points cette année par rapport à l’année précédente puisqu’il avait perdu à Madrid assez tôt. Quand on pense qu’il avait perdu contre Fernando, on se dit que cela devait vraiment se jouer sur une autre planète. Cela avait été une bonne opération pour Roger en tour cas.

    Grâce à l’altitude, ce tournoi de Madrid est toujours le plus ouvert et cela ne devrait pas changer. C’est là que quelqu’un a le plus de chances de battre Nadal. S’il perd un match, ce sera sans doute là. C’est là aussi qu’il peut récupérer sa quatrième place ce qu’il serait quand même bien avisé de faire avant Roland Garros…

  4. Antoine 2 avril 2013 at 16 h 48 min

    En y réfléchissant bien, je me dis quand même que l’évènement majeur de la période qui vient d’être officialisé hier, c’est que ni Roger, ni Nadal n’occupent l’une ou l’autre des deux premières places du classement et ce pour la première fois depuis novembre 2003, c’est à dire presque dix ans…

    Non seulement cela ne rajeunit personne mais quand on voit qui les remplace, je me demande bien qui cela peut réjouir. Certainement pas les organisateurs du tournoi de Miami: contrairement à Indian Wells qui bat chaque année son record de fréquentation (370 000 cette année), Miami est à la baisse et leur abscence conjointe n’y est certainement pas pour rien.

    Quand on regarde le classement et sa décomposition, on peut également en conclure qu’il y a peu de chances que Roger repasse devant Murray d’ici à Roland Garros et également peu de chances que Nadal puisse repasser devant Ferrer d’ici là aussi…

    Roger-Andy:

    Murray n’a que 80 points d’avance sur Roger, autrement dit, rien.

    Mais la grosse différence est que Murray n’a gagné que 360 points l’année dernière entre Miami et Roland Garros (1/4 à Monte Carlo, soit 180, 1/4 à Barcelone soit 90, 0 à Madrid (forfait) et 1/8ème à Rome, soit 90). Pour Murray, l’année passée avait été fort médiocre sur terre ou il avait fait nettement moins bien qu’en 2011. Cela s’était terminé ar un match disputé en quarts à Roland Garros contre Ferrer qu’il avait fini par perdre.

    Durant cette même période l’an passé, Roger avait gagné 1000 points de plus que lui très exactement, en deux tournois: Madrid (vainqueur, 1 000 points) et Rome (1/2, 360 points).

    Comme Roger n’a pas l’intention de jouer à Monte Carlo ou à Barcelone, ni ailleurs, il ne peut pas espérer gagner plus de points et va probablement en perdre, tandis qu’Andy va très probablement en gagner. Après sa défaite à IW, Roger a laissé entendre qu’il pourrait réviser son programme, laissant la porte ouverte à une participation supplémentaire mais on voit mal où : Monte Carlo arrive trop tôt vu son programme d’entrainement et tout le monde étant là (y compris Del Po qui vient d’obtenir une WC aujourd’hui), il est loin d’être sûr qu’il puisse y récupérer beaucoup de points de toute façon. Il pourrait rajouter Estoril mais outre le fait que le tournoi ne rapporte que 250 points en cas de victoire, il se joue la semaine avant Madrid et il n’y a pas de semaine de repos entre Madrid et Romme comme l’année dernière, ce qui l’obligerait à jouer trois semaines de suite en tournoi sur terre battue ce qui parait déraisonable. Le plus probable est donc qu’il ne changera rien et qu’il arrivera donc à Roland Garros en tant que numéro 3, et donc TS 3.

    Nadal-Ferrer:

    Nadal a réussi un come back très profitable d’abord en allant chercher des points en Amérique du Sud, en y battant Ferrer au passage, puis en gagnant à IW tandis que Ferrer chutait d’entrée, de sorte qu’il lui repassait devant dès le classement post IW : un résultat presque inespéré au vu de son retard sur son compatriote après Melbourne. Mais Miami est IW en inversé: Nadal ne vient pas et perd les points de sa demie de l’année dernière, tandis que Ferrer va en finale. Résultat: Ferrer a aujourd’hui 665 points d’avance sur lui.

    C’est loin d’être négligeable quand on regarde les points qu’ils vont perdre d’ici à Roland Garros:

    Ferrera gagné 840 points l’année dernière: 0 à Monte Carlo, 300 à Barcelone (Finale), 180 à Madrid (1/4) et 360 à Rome (1/2 finale). Comme Ferrer va aller à Monte Carlo il y a de fortes chances qu’il fasse mieux que l’année dernière. Ce n’est pas complètement sûr car il a sans doute besoin de repos (à quand remonte la dernière crampe de Ferrer ?), mais cela parait plus que probable.

    De son côté Nadal a gagné 2 590 points l’année dernière: 1000 à Monte Carlo (victoire), 500 à Barcelone (victoire), 90 à Madrid (1/8ème) et 1 000 à Rome. Au mieux, il peut donc gagner 910 points de plus en remportant Madrid et en gagnant tout le reste. Mais même dans cette hypothèse très favorable, il suffit à Ferrer de gagner 250 points de plus que l’année passée pour demeurer 4ème d’ici à Roland Garros, ce qui est faisable au vu de ce qui précède.

    Ceci veut dire que sauf contre performance notable de Ferrer, Nadal a fort peu de chance de lui passer devant. De plus, encore faudrait il que Nadal gagne tout alors qu’il est 5ème, ce qui veut dire gagner tout en battant un top 4 de plus à chaque tournoi M1000 que d’habitude.

    La saison sur terre battue va donc a priori être plus difficile pour Nadal que d’habitude. Il pourra tomber sur n’importe quel top 4 dès les quarts, et devoir continuer ensuite. A Indian Wells, c’est tombé sur Roger, mais Roger ne sera très probablement pas l’unique victime des tirages. S’il tombe sur Ferrer, cela ne changera pas grand chose, mais s’il tombe sur le Djoker, cela pourrait changer beaucoup plus de choses.

    Si Nadal est certainement pénalisé par cette situation, ceux qui vont également être pénalisés sont ceux qui se trouveront sur sa route en quart, puis en demie et quand on regarde qui sont ceux qui ont beaucoup de points à perdre mis à part lui d’ici à Roland Garros, les deux qui ont le plus à perdre à le renconter tôt sont indiscutablement Djoko et Roger.

    Murray n’a pas grand chose à perdre comme on l’a vu. Roger a beaucoup plus à perdre, en particulier à Madrid ou le tirage aura donc une (très) grande importance pour lui. Le Djoker a lui, pratiquement le même nombre de points à perdre que Roger: 1 380 points (600 à Monte Carlo, 180 à Madrid, 600 à Rome, soit au total 20 de plus que Roger). Ses points sont davantage dispersés que ceux du Suisse. Il est moins vulnérable que Roger à un mauvais tirage sur un tournoi donné, c’est à dire au fait de renconter Nadal en quarts, alors que le Suisse joue très gros à Madrid, mais il a trois chances, et non deux, de le rencontrer à ce stade…

    Les tirages de Nadal sur ces 3 M1000 vont donc avoir beaucoup d’importance. Ils peuvent contribuer de façon importante, voire déterminante, à réduire l’écart qui sépare Murray de Djokovic, ou au contraire maintenir le premier cité à distance raisonnable du Serbe. Il y a 58% de chances que Nadal se retrouve au moins une fois du côté du Djoker dès les quarts sur l’un des M1000….

    • MacArthur 2 avril 2013 at 18 h 26 min

      Tu dresses un bon portrait de la situation au sommet de la hiérarchie et des perspectives pour les prochaines semaines. En gros, il y a de fortes chances que Nadal joue déjà ses finales en 1/4. Il s’y attendait de toutes les façons avant son retour sur le circuit.

      L’objectif de Nadal, comme à chaque année, étant de gagner RG, et l’objectif de Djokovic, cette année, encore plus que l’année dernière étant de l’en empêcher, les choses pourraient être assez intéressantes à suivre du côté de Paris.

      Comme tu l’as sans doute déjà lu, Nadal a, dans une des rares déclarations de ce type que j’ai lues de lui, affirmé qu’il n’a pas besoin d’être top 4 pour gagner RG: « Repasser quatrième, vu tous les points que j’ai à défendre, ce sera difficile d’ici à fin mai. Après est-ce que j’en ai besoin pour gagner Roland-Garros ? Non. Je sais que je peux avoir retrouvé le niveau du Top 4 sans y être. (…). Je n’ai pas besoin de l’être pour gagner. »

    • MarieJo 2 avril 2013 at 23 h 54 min

      présentation aussi impécable qu’impitoyable…

      et je suis bien d’accord sur roger, qui risque de perdre très gros juste avant Wimb… parce que les plus vunérables face à nadal ou djoko sur terre sont nos amis roger, david et andy… dans le désordre ça marche aussi.
      bref, à Monte-Carlo on verra de suite si le djoker est en baisse de forme ou non… et où en est le suisse, tomber à la 5è place ou plus trop vite pourrait encore lui nuire plus gravement qu’à nadal par la suite.

      de toutes façons, RG, il s’en fout il l’a déjà et son coeur de saison va se situer entre wimb et le masters, pour cette année, et aussi les suivantes.

      le dur lent de l’oz à miami, sauf dubai, ne peut plus être un objectif pour le suisse… djoko, murray et rafa sont meilleurs sur cette surface, sauf si roger sort le costume des grands soirs… ce costard là, en principe c’est pour wimb, l’US et le masters… le reste n’est que fioriture, comme nous le dit si bien rochefort ;)
      les débuts d’année seront un objectif que si la place de numéro un pouvait se jouer là dessus… mais à quoi bon gratter encore qques semaines de plus ? par orgueil ? possible, roger est comme ça… il peut se garder ce genre de joker dans la manche, au cas où !

      nadal, ne poussera pas trop la « maquina » cette année, même si sa marge sur terre est grande, l’enchaînement madrid-rome pourrait être indigeste à une semaine de RG s’il ne croise que djoko en finale…
      l’objectif n’est pas le classement mais RG et y ariver dans les conditions optimales : gagner monte carlo et surtout battre djoko au moins une fois avant RG… le reste n’est que fioritures pour lui aussi ;)
      Andy a tout intérêt a gratter pas mal de points sur terre pour espérer être de la partie pour la place de number 1, qui cette année sera serrée.

      les aventures de david ferrer sont peu ou prou anecdotiques, sauf s’il arrivait à battre djoko ou fed ou rafa :mrgreen:

      bref, cette année je n’ai pas de billet pour les 1/4 de RG… je risque de regretter si jamais on a un delpo nadal !

      vamos anyway !

      • MarieJo 3 avril 2013 at 0 h 28 min

        pour roger je voulais dire ap madrid… parce qu’avant !

      • Antoine 3 avril 2013 at 1 h 46 min

        Si Nadal est toujours 5ème à RG, il ne risque pas de croiser Del Po avant les 1/2 donc tu es tranquille…

        Ni Roger, ni Andy ne jouent réellement pour le titre à Roland Garros. Pour eux, en GC, cela commence à Wimbledon.

        A Roland Garros, on aura très probablement une finale identique à celle de l’année dernière entre Rafa et le Djoker, sauf s’ils sont dans la même partie du tableau..Et il y a une chance sur deux pour que cela se produise et une sur quatre pour qu’ils se rencontrent dès les quarts…

        C’est ce quart là que tu risque de rater….

        Mais Roger ne peut pas réellement perdre très gros d’ici à Wimbledon. Au pire, il sera 4ème au moment du tirage sauf à se louper totalement d’ici là ce qui est peu probable. C’est après que cela peut se gâter s’il se plante aussi à Wimbledon.

        Le plus probable me parait être qu’il fasse au contraire tout pour arriver à son top à ce moment là..Un peu comme l’année dernière encore qu’il était arrivé au top vraiment en fin de course après un Roland Garros ou il avait été franchement médiocre et n’aurait jamais du dépasser les quarts, et guère meilleur à Halle ensuite…Sans parler du tournoi de Wimbledon lui même ou il aurait du perdre en 1/8ème et ne doit le salut qu’au fait qu’en face de lui ce jour là il y avait Malisse incapable de profiter de la situation alors que n’importe quel top 20 aurait du en venir à bout…enfin, dû, c’est vite dit car ce n’est jamais facile, même contre un type qui n’arrive manifestement pas à servir et à se déplacer normalement…Faut quand même voir ce qu’il lui a fait avec le bras…Mais bon, Roger aurait du perdre ce match..et aurait certainement perdu contre un autre ou sur une autre surface…Aucun doute pour moi en tout cas..

        Je pense d’ailleurs que cette victoire contre Malisse est l’une des plus impressionnantes de sa carrière. Après cela, et une fois son dos rétabli deux jours plus tard, il était au top niveau confiance et tennis, a pulvérisé Youzhny en quarts, battu facilement le Djoker en demies, puis fait le plus dur en finale…

        • Elmar 3 avril 2013 at 13 h 12 min

          Entièrement d’accord avec toi, Antoine.

          D’ailleurs, je n’irai pas par quatre chemins: cette victoire contre Malisse est le plus grand exploit de sa carrière et ce fut à la fois une souffrance de le voir dans cet état et une vrai jouissance de le voir capable de mener ce match avec tous les trickshots possibles et imaginables.

          Une vraie leçon de tennis.

          • William 3 avril 2013 at 16 h 57 min

            Mon match préféré du tournoi.

  5. Remy assure l'intérim d'arno ! 3 avril 2013 at 14 h 36 min

    Si j’étais Guillaume, je compilerais les 3 pavés d’Antoine et je ferais une nouvelle rubrique sur 15love que j’appellerais l’analyse de tonton Antoine. :roll:

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis