RYSC 2014 : Shanghai

By  | 4 octobre 2014 | Filed under: RYSC

shanghai-skyline-in-ChinaEscale à Shanghai avant de finir à Paris puis Londres pour les meilleurs. Après un été qui a mis en valeur des joueurs assez inattendus, ils sont nombreux à chercher les derniers points nécessaires à la qualification de l’ultime tournoi 2014.

A part les français, qui ont d’autres priorité que le circuit ATP, tout le monde sera présent. Cette année a remis en question les lignes du classement, qu’en sera t’il cet automne au moment de faire les bilans ?

Règles du RYSC

Pour chacune des 16 têtes de série, il vous faudra pronostiquer à quel stade du tournoi elle finira en respectant le format suivant : 1rd, 2rd, 3rd, Quart, Demi, Finale, Victoire.

Chaque participant peut choisir un samouraï parmi les non têtes de série. Il rapportera 1 point à chaque victoire contre une tête de série.

La réponse à la question subsidiaire permettra de départager le premier en cas d’égalité au points et peut rapporter 1 point si la réponse exacte est donnée.

Les têtes de série

  1. Novak Djokovic
  2. Rafael Nadal
  3. Roger Federer
  4. Stan Wawrinka
  5. David Ferrer
  6. Tomáš Berdych
  7. Kei Nishikori
  8. Milos Raonic
  9. Marin Čilić
  10. Grigor Dimitrov
  11. Andy Murray
  12. Ernests Gulbis
  13. John Isner
  14. Bautista-Agut
  15. Fabio Fognini
  16. Kevin Anderson

Question subsidiaire : combien d’aces pour le vainqueur du tournoi ?

Tableau

draw_shan_14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Date limite des dépôts

Lundi 5 octobre 2014, 7h00 (heure française)

About 

Après de trop nombreuses années sans tennis, je retrouve enfin mon amour de jeunesse. Et le constat est lapidaire : je suis ultra nul. Je compense en regardant les matches du Federer tant qu'il en est encore temps, de jour comme de nuit.

Tags: ,

578 Responses to RYSC 2014 : Shanghai

  1. MarieJo 12 octobre 2014 at 12 h 53 min

    Gilou n’a pas su pu enfoncer Roger quand il en a eu les occasions… c’est la recette pour perdre un match face à fed… faut pas se louper sur les points clés !
    c’était du bon gilou contre un fed parfois très bon, parfois moyen ou à côté de ses chaussettes sur quelques montées au filet… mais ça passe encore pour lui !

  2. Elmar 12 octobre 2014 at 13 h 07 min

    Roger à moins de 1000 points de Djoko avant la saison indoor qui lui réussit bien. Masters et Coupe Davis. .. on ne sait plus à quel ratelier bouffer.

  3. Alexis 12 octobre 2014 at 13 h 21 min

    ce que je retiens :
    Rodg’ solide mentalement (les balles de break, les tie-breaks!), lucide sur ses challenges, concentré sur l’ensemble des matches (pas de ces trous d’airs que tous ses adversaires attendaient avec confiance auparavant), un revers très solide, un coup droit en bout de course à nouveau fiable (rappelez-vous comment Djoko l’avait enfoncé de ce côté il y a quelques temps…). Service et smashes excellents, jeu à la volée aussi, moins côté coup droit avec qq toiles heureusement sans conséquence.
    Plus généralement, je me disais que ce jeu d’attaque au filet renversait les rôles établis : en montant au filet, il oblige le défenseur à tenter un coup difficile et donc à prendre des risques, alors qu’en restant au fond contre un bon défenseur c’est lui qui doit prendre des risques pour trouver le coup qui tue… ça doit être plus reposant, physiquement et psychologiquement.

    Dans ce match comme dans celui d’hier, il y a eu ces moments où je me dis et m…. là ça y est il a manqué le coche ça sent le moisi ; mais non, il est resté serein et ne semblait pas ressentir la pression.
    Bon en gros il m’a fait une très forte impression sur le tournoi : carpe diem!

  4. Skvorecky 12 octobre 2014 at 14 h 35 min

    Tout a été dit. Federer a engrangé un maximum de confiance cette semaine. Trois démonstrations de beau jeu, encadrés par un premier tour et une finale empochés au mental, sans toujours briller. Les tours de magie et le coup de bol contre Mayer sont la clef pour une fin de saison qui peut être énorme.

    Par contre, le programme c’est Bâle (où il va toujours en finale – il faudra gagner cette fois!), Bercy, Masters… Et un finish sur les rotules à Lille! Chargé… Donc ce serait une bonne idée de zapper Bercy comme en 2012. Surtout que si les choses se goupillent bien, Jelena accouchera vers cette date et Djokovic pourrait y être forfait aussi, la place de nº1 se décidant alors à Londres.

    Mais bon, carpe diem comme dit Alexis.

  5. Homais 12 octobre 2014 at 16 h 18 min

    Pour une fois que je faisais un prono « réaliste » et mettait Fed éliminé par Djoko en demie… Heureusement que je ne fais jamais de pari sportif pour de vrai, mais je ne vais pas bouder mon plaisir.

    Le match d’hier fut une merveille de placement, de vitesse, de coups droits gagnants, de montées à l’abordage, cocktail qui se révéla explosif pour Djoko. Aujourd’hui, ça claquait moins et il a manqué de culot sur quelques BB qu’il aurait dû convertir dans le second, ce qui lui aurait évité de se compliquer la tâche. Mais au final, il fait valoir l’expérience. Chapeau !

    Pour ce qui est de la fin de saison, il me semble que Fed revient à 1000 pts de djoko, qui ne joue pas pendant la semaine de Bâle. Il a donc la possibilité théorique de revenir à 500 points en cas de victoire. Imaginons le cas: victoire de Fed à Bâle.

    Vous croyez qu’avec un Djoko à portée de fusil, il devrait zapper Paris ? A plus forte raison si le futur papa choisit de pouponner et fait l’impasse sur Paris ! Fed a alors des chances d’arriver à Londres à seulement 200 points de retard (une demie à Bercy),ou à égalité (finale perdue à paris) ou carrément avec 500 points d’avance (victoire, soyons fou) et en mettant Djoko sous pression au master.

    Je n’imagine pas un instant que Fed n’ait pas la sixième année en numéro 1 dans le viseur et en bcp plus gros que la finale de Coupe Davis… L’opportunité est en train de se présenter, il a une semaine de repose entre bercy et le masters, et il vaut mieux pour lui ne pas « couper » et perdre le rythme. Je pense qu’il a intérêt à jouer le coup de la place de numéro 1 à fond et, comme on dit, de prendre les échéances les unes après les autres. Le master d’abord; la CD, il sera temps de voir après. De toute façon, il va tjrs au master pour gagner, cette année ne va pas changer la règle mais s’il arrive en position de gagner Et de devenir numéro 1, je suis sûr qu’il ne va pas se gêner.
    Sa joie en gagnant aujourd’hui est celle de quelqu’un qui se projette, pas de qq’un qui atteint un accomplissement.

    J’ajoute que, pour lui, de toute manière, la CD sera quoi qu’il soit difficile, qu’il ait fait ou pas quatre jours à bercy : changement de surface, peu de temps de récup entre les deux, et l’incertitude Wawrinka, peu performant ces temps-ci. Je le vois mal lâcher la proie (à portée de fusil, immédiate), pour l’ombre.

    • MarieJo 12 octobre 2014 at 16 h 47 min

      la tentation de courrir plusieurs lièvres à la fois peut s’avérer très dangeureuse pouor fed qui pourrait perdre sur plusieurs tableaux la place de n1 et la CD… à 33 balais il faut vraiment qu’il soit sélectif

    • Elmar 12 octobre 2014 at 17 h 01 min

      Faut faire l’impasse sur Bâle.

  6. MarieJo 12 octobre 2014 at 17 h 04 min

    Darcis s’est imposé à rennes sur un très beau match de sa part contre Mahut ! très contente pour lui !

  7. Sebastien 12 octobre 2014 at 17 h 09 min

    Quelle joie de voir Fedoudou qui revient à son niveau de 2007 (et même 2006 pour le match contre cette petite frappe de Djoko). Il est super fort physiquement, que ce soit dans les échange courts où les très longs où ça a souvent été le Serbe qui a craqué.

    Je le vois capable d’une fin d’année façon 2011. C’est fou de se dire que la place de numéro 1 en fin d’année pourrait tenir à un revers dans la bande du filet de Mayer !
    L’Equipe a pondu des infographies intéressantes où l’on voit que Roger casse clairement la tendance descendante depuis 2007 avec cette année 2014 d’exception. Le Djoker va avoir un choix à faire, bébé ou numéro 1.

    Cela va aussi dépendre de la vitesse de la surface à Bercy. Si c’est rapide, mon chouchou sera hyper bien placé. Il doit tout gagner et finir numéro 1, il n’a pas le choix : je le veux.

  8. Homais 12 octobre 2014 at 17 h 20 min

    L’impasse sur Bâle est plus judicieuse au plan comptable. C’est sûr. Et elle évite deux semaines de tournoi d’affilée.

    Mais je persiste à penser que le pb n’est tant pour fed l’enchainement des matches que les coupures trop longues et le manque de rythme qui s’ensuit. Il a une semaine et trois jours d’ici Bâle (il commence le mercredi son tournoi), puis entre le dimanche à Bâle et le début de Bercy, il peut avoir encore trois jours, et après Bercy, une semaine de coupure.
    Vu le niveau de fraîcheur qui est le sien actuellement, je ne vois pas l’enchainement comme un marathon. Ne pas oublier qu’un joueur qui n’est pas en tournoi joue quand même tous les jours pour ne pas perdre le rythme. Et les premiers tours des tournois sont souvent des matches d’1 heure dix pour Fed, moins que ses jours d’entrainement… et comme ce n’est plus le moment de faire du foncier et que son jeu est en place (coup droit, revers, service), autant garder le rythme en faisant des matches, je pense.

    Faire l’impasse sur Bâle, c’est ne plus jouer de compét pendant 18 jours. Pas sûr que ce soit bon pour lui.
    On va voir ce qu’il décide…

  9. Kaelin 12 octobre 2014 at 17 h 42 min

    super content pour Roger! quelle semaine. Celle de Gilou aussi, il est très en forme. Enfin c’est peut être Benneteau qui fait les meilleurs résultats dans cette histoire haha : finale à KL et demi à Shanghai pour ce qui est du simple et en double, finale à Pekin et finale à Shanghai! il est bon le con mine de rien!

  10. Skvorecky 13 octobre 2014 at 1 h 26 min

    Nº1 en fin d’année pour la sixième fois ou victoire en Coupe Davis pour la première fois.
    Je sens qu’il va falloir choisir.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Buridan#Paradoxe_de_l.27.C3.A2ne_de_Buridan

    Sur le plan purement sportif, le premier accomplissement serait nettement plus impressionnant (et puis il y aurait un record égalé). Mais sur le plan du mythe, de la gloire « romantique », le saladier est incomparable.

    Ajoutons cependant que la Coupe Davis est l’objectif le plus réaliste, tandis que la première place n’est encore qu’à l’état de vague désir. Du coup, le romantique en Federer ne va plus savoir où donner de la tête.

    Vous préférez quoi?

    • Kaelin 13 octobre 2014 at 4 h 21 min

      Haha c’est dur de choisir ! on serait tenté de dire que tout le monde peut-être content si Roger chopait la place de numéro 1 et que la France remportait la CD mais je trouve aussi que l’histoire serait bien plus romantique et belle si la Suisse la remportait … je suis vraiment hyper partagé pour cette finale, j’adore tellement Roger et j’aime aussi beaucoup Wawrinka. La Suisse mérite tellement ce saladier … j’étais davantage pour la France il y a encore quelques semaines mais, d’autant plus que je trouve que choper la place de numéro 1 mondial avant la fin de l’année me parait moins réaliste, je crois que je suis un peu plus pour la Suisse finalement … L’état de forme de Stan me laisse un peu perplexe mais bon .. le contingent français, hormis Bennet-Simon, 2 joueurs a priori non selectionnés en tout cas en simple, n’est pas beaucoup plus au top! Je suis aussi pour la proposition de les envelopper dans du papier bulle jusqu’à la finale ^^.

    • Lorio 13 octobre 2014 at 4 h 28 min

      Puisque tu me le demandes, cher Skvorecky, je vais te le dire.

      Si Federer avait gagné Wimbledon, j’aurais préféré une sixième couronne a un saladier.
      Mais là, cela me dérangerait presque que Federer soit premier, a fortiori en fin d’année, sans avoir gagné de Grand Chelem. « Déranger » est peut-être un peu fort… Disons que j’aurais le flacon mais pas l’ivresse.

      Et, objectivement, Djokovic mérite sa place de numéro 1 avec les résultats qu’il a obtenu cette année (un GS + une finale, trois Masters 1000 au moins). C’est vrai qu’il la mériterait encore plus s’il en finissait avec les cris bestiaux quand il mène d’un set et de deux breaks… Cela dit, il a arrêté de déchirer ses polos, donc l’espoir est permis.

      La fin de saison que j’aimerais voir, c’est une victoire à Bâle, une finale à Bercy perdue contre Djokovic, un sans-faute à Londres où Roger battrait en finale un Djoker qui aurait gagné ses trois matches de poule, et deux victoires à Lille avec le saladier à clef.

      Ainsi, Roger finirait l’année à la deuxième place, à 165 points du Serbe. Et avec pas mal d’avance sur le troisième. Enfin, si mes calculs sont bons.

      Mais bon, ça c’est la théorie, hein. En pratique, si le trône se joue entre les deux lors de la finale du Masters, je ne me vois pas agiter un drapeau serbe…

    • Patricia 13 octobre 2014 at 9 h 50 min

      Je ne pense pas qu’il faille choisir en fait. Le plus sûr c’est d’emballer les deux, non ?

      Sinon je trouve plus romantique (car plus grandiose) de redevenir N°1 mondial après l’année 2013 et sa désacralisation (à laquelle l’émergence de Stan a contribué) que de remporter une compétition où il est avec Stan le large favori. Je pense que la CD ferait plus plaisir aux Suisses, mais que la dimension romantique de Fed s’appuie sur un héroïsme individuel qui nécessite de se mesurer à de grands rivaux ; en ce sens, tant qu’à rapporter un truc impossible pour son pays, les JO 2016 serait plus grandioses – reculant les limites de l’âge, de l’adversité…
      Le romantisme de « compléter la collec’ » ne me touche pas tant que ça (je trouve plus touchant qu’il ait battu Djokovic le Chinois après son entame ric-rac contre Mayer que « fantastique il n’avait jamais remporté Shanghai! »)

      C’est bien différent quand il n’y a rien d’autre à se mettre sous la dent et que l’aspect collectif joue à plein, mais si l’on considère le parcours de la Suisse, avec pour adversaires Bozoljac/Lajovic, Golubev/Kukushkin, Fognini/Seppi et, disons, Tsonga/Gasquet, c’est mignon tout plein tout de même.

  11. Lorio 13 octobre 2014 at 4 h 55 min

    J’ai moi aussi une question : Cilic a-t-il déjà gagné sa place pour le Masters ?
    Il est assuré d’être dans le top 20, mais sur le site officiel du tournoi il n’apparaît pas dans les qualifiés…
    http://www.barclaysatpworldtourfinals.com/en/

    • Colin 13 octobre 2014 at 8 h 18 min

      Ben oui c’est le cas.
      Mais comme cette règle désavantage Murray, ET qu’elle est inconnue du grand public, les organisateurs anglais font comme si elle n’existait pas (ce qui augmente (faussement) les chances de Murray de se qualifier pour la Masters Cup, et donc les ventes de tickets).

    • Elmar 13 octobre 2014 at 8 h 30 min

      Je sais pas si la règle existe encore…

    • Skvorecky 13 octobre 2014 at 10 h 29 min

      Ces couillons de l’ATP commencent à me faire douter. Ils sont capables de dire au dernier moment que la règle du « vainqueur de Grand Chelem hors top 8 mais dans le top 20″ n’est écrite nulle part et que les qualifiés sont les huit premiers au classement sans autre forme de procès.

      Mais en toute logique, oui, Cilic sera à Londres. Et il reste 3 sièges à prendre, dont un auquel un plaisantin a gravé au cutter les initiales K. N.

    • Guillaume 13 octobre 2014 at 10 h 53 min

      Après consultation du Rulebook 2014, nos amis de l’ATP ne cessent d’ajouter des astérisques à la règle – qui serait sans doute trop simple à leurs yeux – voulant que tout vainqueur de GC soit qualifié pour le Masters. Il y avait jusque-là 2 conditions à remplir :

      - Ledit vainqueur de GC ne devait pas être classé en-dehors du Top 20 à la fin de la saison régulière (soit dit en passant, faudra qu’on m’explique comment un vainqueur de GC pourrait ne figurer dans le Top 20 : avec ses 2000 points pris à l’US, Cilic aurait bien pu perdre au 1er tour de chaque tournoi joué en 2014, il serait encore 14e ATP. Bref, pourquoi édicter un réglement simple quand on peut faire compliqué).

      - Ledit vainqueur de GC ne doit pas être précédé d’un autre vainqueur de GC également non qualifié pour le Masters (pourquoi un seul et pas deux ? Mystères de l’ATP…)

      - Et donc, en 2014, nouvel astérisque : un vainqueur de GC non classé parmi les 8 premiers mais classé parmi le Top 20 est qualifié pour le Masters à condition que les 3 autres vainqueurs de Chelem soient classés parmi les 7 premiers à la Race – et non parmi les 8. Car, dans le règlement, c’est bien la 8e place, et pas une autre, que doit prendre notre ami Cilic. Autrement dit, le Masters se joue avec les 7 premiers à la Race + le vainqueur de GC à la traîne du Top 8, mais présent dans les 20.

      Or, dans ce cas de figure d’un strapontin numéro 8 précisément réservé au trainard, et pas juste d’une qualif parmi les 8, Marin Cilic n’est pas encore qualifié à 100% pour le Masters. Car si Wawrinka venait à s’écrouler et à terminer 8e à la Race, Cilic ne pourrait pas bouter un autre vainqueur de GC hors de Londres. Le Croate ne sera donc à 100% qualifié que lorsque Stan ne pourra plus descendre au-delà de la 7e place. Ca va, vous avez suivi ? :)

      Pour résumer : Cilic est qualifié à 99,9%, et l’ATP ne cesse de faire preuve de mesquinerie à l’égard de l’ITF (NB : la mesure de qualification de tout vainqueur de GC pour le Masters avait été négociée entre les deux partis à la fin des 90′s, condition émise par l’ITF pour accepter de supprimer sa Coupe du Grand chelem).

  12. Jérôme 13 octobre 2014 at 7 h 11 min

    Salut les 15-lovers.

    C’est vrai qu’une place de numéro 1 sans avoir gagné un titre du GC dans l’année, ce serait incongru. A tout choisir, j’aurais préféré que Riger gagne Wimb mais ne finisse pas 1er. Cette finale me reste vraiment en travers de la gorge : il n’aurait jamais du la perdre.

    • Elmar 13 octobre 2014 at 8 h 14 min

      Bien sûr qu’elle nous reste à travers de la gorge. Mais la vérité, c’est que cette finale, il n’aurait jamais dû la gagner! Le tour de force est de nous avoir fait espérer jusqu’au bout alors qu’il a été dominé pendant 5 sets, à l’exception de la fin du 4 ème et tout debut du 5 ème où tout à coup il a l’occasion de faire basculer le match. Comme on sait qu’il n’aura plus 50 occasions, c’est vraiment regrettable, mais sur ce match là, il n’a vraiment pas grand chose à se reprocher.

      • Oluive 13 octobre 2014 at 10 h 07 min

        Entièrement d’accord. Même chose pour l’USO.
        Les seuls regrets possible selon moi : Monte Carlo, pour une occasion sans doute unique, et Indian Wells, ce dernier suffisant à lui tout seul pour le mettre quasi au niveau du Serbe.

        En fait, Federer est sans doute en train de compléter sa collec’ de j’y étais presque, perdant magnifique sur le fil : à un poil de bite près il finissait l’année 2003 en tête. A une poignée de cheveux près c’était 2012. Au tour de 2014 !

        • William 13 octobre 2014 at 10 h 11 min

          Monte Carlo et Indian Wells, sûr que ça me reste en travers de la gorge… A Wimbledon, c’est Djokovic qui aurait dû gagner plus rapidement. Fed a entretenu l’espoir mais il n’a jamais été favori de ce match une fois celui-ci débuté.

        • Oluive 13 octobre 2014 at 10 h 12 min

          Ouais bon pour 2012 je viens de regarder il y avait quasi 3000 points d’écart, j’abuse… On va donc rester sur 2003 pour les trophées manqués de peu (et l’AO 2009, le masters 2005, Monte Carl’ 2008… Lindsey Vonn, Sharapova…)

          • Fawaz 13 octobre 2014 at 16 h 39 min

            LOL!

            Tiens donc! Personne ne relève le fait que Lindsey VONN et Maria SHARAPOVA soient citées au nombre des trophées manqués de Herr Federer.

            Je crois bien qu’il a eu la lucidité de s’en tenir écarter, même s’il a forcément été un tant soit peu tenté, je parie.

          • William 13 octobre 2014 at 16 h 52 min

            Sharapova, une FFF ? Pour Vonn je savais, mais Maria ? On la voit de temps en temps dans le box de Djokovic…

            • Fawaz 13 octobre 2014 at 18 h 48 min

              Certes!

              Mais tu oublies sans doute cette tournée-exhibition en Amérique du Sud à l’automne 2012, qui nous avait notamment gratifié d’une photo assez parlante sur laquelle Federer semblait subjugué par le postérieur de Maria.

              Sans compter l’absence de Mirka et l’ambiance chaleureuse qui aurait pu favoriser certaines choses.

              Quoique?!

            • Skvorecky 13 octobre 2014 at 19 h 01 min

              Tout cela me fait penser que ça doit être difficile d’être champion sportif et fidèle…

              • Coach Kevinovitch 13 octobre 2014 at 20 h 21 min

                C’est impossible! Trop de tentations pour eux….meme quand ils sont au boulot cf Nadal au tournoi de Rio avec la superbe porteuse de parasol.

                Pour Vonn, Superbiquette a ete sympa et l’a laisse a son ami Tiger Woods tandis que Maria a prefere se rabattre sur la version baby de Roger.

  13. Elmar 13 octobre 2014 at 8 h 28 min

    Qqn pourrait-il m’expliquer exactement comment fonctionne le décompte des points en Coupe Davis? Je crois me souvenir qu’elle peut rapporter au max 650 points et qu’elle compte comme un 500.
    Il me semble donc que dans le cas où Roger gagne Bâle puis la Coupe Davis – il devrait remporter dans les 600 points – je crois bien que les points de la Davis se substitueront aux points de Bâle (on ne compte que deux 500, non?). Bref, au final, il me semble bien que dans ce cas de figure, les points acquis compteraient pour beurre. Autant ne pas y aller donc.

    • Skvorecky 13 octobre 2014 at 10 h 50 min

      Federer peut comptabiliser 4 GC, 8 M1000, 4 ATP500 (Monte Carlo et Davis inclus), et 2 ATP 250 + le Masters.

      En « ATP 500″, il aura joué Dubaï, Monte Carlo, Bâle et la Coupe Davis. Les points de Bâle compteront.

    • Elmar 13 octobre 2014 at 11 h 53 min

      Exact, merci pour ces précisions. En fait, Rog’ avait pris l’habitude de ne disputer que 2 500 (hormis le cas spéciale MC), raison de mon fourvoiement.

  14. Oluive 13 octobre 2014 at 9 h 45 min

    Tout ça, c’est un noeud de dilemmes.

    La coupe Davis ? Comme pas mal de français je suis pour la France dans l’absolu… Mais en l’espèce il y a un cas particulier, à vrai dire le seul où la question se (re)pose. Encourage-t-on la Suisse ou Federer ? Sans compter que l’ajout de points ATP sur la Coupe fausse la perception de celle-ci : imaginons par exemple (exemple improbable mais de moins en moins impossible) que Federer soit à moins de 200 points de Djoko à l’issue du masters… Quel est le plus gros enjeu (je ne parle même pas du cas de figure où Rogé aurait « besoin » d’une 2e victoire en simple pour tout rafler, et donc aurait intérêt à voir perdre le double Helvète, si d’aventure la Suisse menait 2/0) ? Je comprends la logique de récompense de l’assiduité en Coupe, mais de là à lui permettre de jouer le leadership mondial, il y a un pas. Un pas qui fausse sa « philosophie », puisque mettant en avant un joueur bien plus qu’une nation. J’ai même envie de dire que c’est Rogé qui fausse à lui tout seul l’esprit de la Coupe : combien de non-Suisses soutiendront la Suisse rien que pour voir un joueur (et pas une nation) soulever le saladier ? (oui, parce que les « et j’aime beaucoup Waw » ne trompent personne : l’équipe Suisse serait composé du Vaudois et de n’importe qui d’autre, ça ne suffirait pas à faire virer leur cuti à tant de français). On verra dans le stade (enfin, pour ceux qui auront le sésame… respire Elmar, tu vas y arriver…), mais je suis prêt à parier que le public sera beaucoup plus partagé dans les matches de Rogé que dans ceux de Stan… Je dois l’avouer : officiellement indécis depuis l’annonce du choc, je sens officieusement -et plus ou moins confusément- que mon choix est déjà fait. J’applaudirai tout le monde et voudrai que l’ensemble se joue au couteau, mais serrerai en vérité beaucoup plus les fesses si Federer manque de peu des occasion que si c’est Tsonga… Parce que c’est lui, pas parce que c’est la Suisse.

    Pour Bâle, si ce que tu dis est vrai Elmar, Federer n’ira pas. Il est bien entendu au courant, et sait qu’il n’a rien de comptable à y gagner. Il n’est pas fou. Bien sûr il trouvera une autre raison, ou pas de raison d’ailleurs, mais ce sera la raison.
    Quelqu’un pour confirmer ?

    Entre Bâle et Bercy de toutes façons, le choix est simple : il y en a un qui rapporte deux fois plus de points que l’autre. Parce qu’on parle de la place de n°1 en fin d’année, certes la plus symbolique, mais il peut très bien aussi la chopper en début d’année prochaine, on ne sait jamais (bon ok, il lui faudrait gagner l’AO ou quelque chose du genre)… Et surtout, être numéro 2 un peu longtemps lui permettrai une fois sur deux d’avoir un Djoko / Nadal théorique en demies… Il a dans tous les cas intérêt à amasser un max de points maintenant, qui lui feront une petite couverture pour toute la saison, couverture d’autant plus épaisse que Nadal n’est pas (encore?) au mieux, et que le djoker risque à tout instant de pouponner (personne ne sait pour quand le bébé est prévu ? C’est secret défense?).

    On en arrive du coup au dilemme-points-ATP. Voir un Federer sans GC depuis deux ans 1/2 n°1 à la faveur d’un Nadal blessé, d’un Djoko papa, d’une balle de match qui reste dans la bande et de deux victoires en Coupe dévisse, franchement ça fait beaucoup. Pas certain qu’il ait tant de prestige que ça à gagner dans l’affaire (même pas de vrai record, puisque Sampras a fait ses 6 ans d’affilée). En vérité, le prestige ça y est, il l’a. Tout simplement en étant à 33 ans un prétendant crédible au trône à un mois de la fin de saison. Il ferait mieux -et c’est je crois ce qu’il va faire- de pousser son petit bonhomme de pion au max dans les trois tournois qui lui restent. Le reste suivra ou pas, ce n’est qu’une conséquence. Sa sixième année, Sampras l’a obtenu avec cette seule obsession, obsession qui a fini de l’épuiser, en grattant chaque bout de point possible, et je ne pense pas que ça change grand-chose à son accomplissement général…
    Et puis bon, pas -encore- de quoi s’enflammer : ce tournoi il le gagne avec une odeur de souffre au cul papy. C’est pas passé loin au premier tour, mais aussi en finale. Le voir tout gagner d’ici la fin de saison relève à mon avis du fantasme. Donc, pour enfin réponde à ta question Skvo, je crois que c’est clair : je préfère follement qu’il gagne Bercy, le masters et la Coupe Davis plutôt que d’être n°1 (comment ça, c’est pas un choix ? :)), et opte plus raisonnablement pour le masters.

    Pour lui finalement, c’est pas plus mal d’avoir tant d’enjeux : ça pourra toujours atténuer la défaite possible à Lille (entre le double vacillant, les limites physiques du vieux, et les limites mentales du jeune, il y a pas de quoi hypothéquer sa maison)… C’est même sans doute plus probable que Federer vienne là de gagner son dernier titre de la saison que l’inverse (bon, ok, c’est du 50/50 pour dévisse, Sylvie, sors de ce corps!)… mais putain, qu’il soit en mesure de rafler l’ensemble : qui l’eût cru ?

    P.S. la prochaine fois que tu rencontres Djoko ou Nadal Rogé, choisis de RECEVOIR (je me doute bien que personne n’a ça, mais je demande quand même : qui saurait où trouver les stats de victoire en carrière en fonction de ce paramètre -genre Jeff, au hasard- ?)

    • Patricia 13 octobre 2014 at 10 h 03 min

      Jeff n’a pas mis ces stats à disposition, mais il avait fait une étude globale pour évaluer « l’importance de servir en premier » pour l’issue du match en tenant compte de chaque set. Les données sont donc quelque part…

    • William 13 octobre 2014 at 10 h 09 min

      Ta dernière requête est piégeuse car Federer choisit TOUJOURS de servir et Nadal de recevoir. Alors ça dépend aussi du toss, par exemple je crois que Djokovic aime bien essayer de court-circuiter Roger en choisissant de servir le premier, mais je peux me tromper.

      Je te rejoins sur le reste et ta réflexion me bouffe pas mal le raisonnement que je compte inclure dans mon article sur la finale de CD. Sors de ma tête !
      Je dois bien avouer que je me fiche un peu de la place de numéro 1, il n’a pas gagné de GC cette année et même s’il peut prétendre au Masters, je ne me fais pas d’illusions : en performance dans les GC, Djokovic est devant lui, et c’est ça qui compte. L’histoire retiendrait qu’il aura été numéro fin 2014, mais pas nous et pas les autres observateurs fous. Je ne saurais quoi lui « conseiller » pour la fin de saison »… Tout ce que j’aimerais, c’est qu’il remporte le Masters et la CD. Je sais, c’est déjà beaucoup…
      Et, comme tu le fais à juste titre remarquer, si je le souhaite voir soulever le Saladier, c’est en tant que fan, pas en tant que supporter de la Suisse. Comme je l’ai déjà écrit, l’histoire de cette finale de Coupe Davis est celle-ci : la cerise sur le gâteau de celui qui a déjà presque tout, ou la médaille en chocolat pour ceux qui n’auront vraisemblablement jamais rien de plus…

  15. Patricia 13 octobre 2014 at 10 h 25 min

    J’ai tout loupé ce WE, ne découvrant les résultats que tard le dimanche, mais je vais fouiner pour les sessions de rattrapage parce que ça avait l’air bien juteux !

    J’ai jeté un coup d’œil au tableau de Vienne, où Thiem revient TS8 cette année ; la course à Shanghai fait des ravages, avec Ferrer et Murray qui ramènent leur fraise, ne laissant pas les autres faire tranquillement leurs emplettes de fin d’année. Sinon c’était du normal : Karlovic, Kohli, Lopez, Rosol, GGL…
    Pas con de la part des nantis : Nishi s’abstient heureusement, Raonic et Cilic vont à Moscou, très rapide et peu fréquenté, Berdych et Dimitrov font Stockholm. Vienne sera sans doute le plus lent, les Autrichiens vont faire en sorte de favoriser le lokalmatador.

  16. Sam 13 octobre 2014 at 10 h 49 min

    ###################
    Roger a eu clairement tort de faire l’impasse sur Rennes. En cas de victoire, il aurait fait un bond de 82 places###########################

    • Kaelin 13 octobre 2014 at 11 h 04 min

      82 places? Roger Rasheed, j’imagine alors

  17. Remy 13 octobre 2014 at 11 h 30 min

    Je sais que vous l’attendez tous mais le RYSC arrive demain.
    Quant à Roger, il va gagner Londres et Lille.
    Désolé j’ai spoilé la fin de la saison

  18. Patricia 13 octobre 2014 at 13 h 21 min

    Il m’avait échappé que Thiem poursuit sa tradition des tirages mouisards avec un 1er tour contre Haase, finaliste l’an dernier.

    Lopez a passé BA à la race chez les Espagnols, ce qui fait qu’il talonne Gulbis ; Ferrer est 9è, avec Lopez 14è, BA, 15è, et Robredo, 20è, ça fait une grosse densité, plutôt vieillissante, pour mener l’Armada espagnole…

    A noter que Gilou est 2è Français à la Race, doublant Monfils qui sort du top 20. Pas mal pour un gars qui n’a pas remporté de titre cette année, et compte tenu des deux quarts de la Monf’. Pour compléter l’Armada française, Richard a chaud aux fesses parce que Bennet est juste derrière lui, 26è – là encore une belle saison à son âge.

  19. Montagne 13 octobre 2014 at 13 h 59 min

    Expliquez à ‘ignare que je suis la signification (s’il y en a une) des ### dans de nombreux com.
    Merci

    • William 13 octobre 2014 at 14 h 27 min

      #hashtag #twitter #flashrennes #motsclésquiaidentpourlarecherche

      Sam l’utilise pour ses flashs Rennes, c’est son signal d’alarme. Mais pour le commun des mortels férus de réseaux sociaux, le « hashtag » sert à faire apparaître un terme en tant que mot-clé en faciliter sa recherche. Par exemple, si je décide de poster une photo d’Ivan Lendl sur Twitter et que je mets en guise de légende « #ivanlendl », tous ceux qui chercheront des publications ou des photos liées à Lendl et qui taperont dans la barre de recherche « #ivanlendl » pourront tomber sur cette photo du glorieux Ivan. C’est chiant à expliquer, je ne sais pas si je suis très clair mais, même si c’est utile, c’est absolument dispensable et tu pourras tout à fait survivre sans souscrire à cette pratique cher Montagne !

  20. Lorio 13 octobre 2014 at 15 h 12 min

    Pendant que certains se demandent si Federer compte faire une impasse sur l’un de ses deux prochains tournois afin d’éviter de jouer trois semaines et un week-end en cinq semaines, le jeune Ferrer enchaîne son quatrième tournoi en allant à Vienne, puis ira à Valence et enfin à Paris. Soit six semaines d’affilée de tennis et d’avion.
    Tout cela pour dire que je pense que Roger ne fera aucun calcul, il ne fera pas d’impasse, jouera tous ses matches à fond et ne se reposera pas avant le 23 novembre.

  21. Lorio 13 octobre 2014 at 15 h 36 min

    Tiens, je viens de remarquer que dans son total de points à la Race, Djoko comptabilise les 150 points de sa finale de coupe Davis de l’an dernier. Il n’a donc, en réalité, que 840 points d’avance sur Federer.

    • Lorio 13 octobre 2014 at 15 h 51 min

      D’ailleurs, à moins qu’il ne demande une WC à Bâle (ou Valence), Djokovic finira l’année en n’ayant joué que 15 tournois, alors que le règlement autorise d’avoir des points dans 19. En 2011 il en avait joué 16, 17 en 2012 et 2013.

    • Elmar 13 octobre 2014 at 16 h 31 min

      En fait apparemment, tout ce qui se joue après le Masters compte pour l’année suivante. Il semble donc bien que le numéro 1 de fin d’année soit attribué à l’issue du Masters et ce quel que soit le résultat ensuite en Coupe Davis. Ca ne fait pas les affaires de Roger car non seulement il ne pourra pas comptabiliser les points marquer en finale, mais en plus Djoko bénéficie dans cette équation de poi ts glanés l’an dernier…

    • Thomas 13 octobre 2014 at 16 h 48 min

      Ce qui signifie qu’hypothétiquement, la place de n°1 mondial pourrait se jouer en janvier 2015, aux tournois de Brisbane, Doha et Chennai ? Amusant !

    • Skvorecky 13 octobre 2014 at 17 h 20 min

      C’est surprenant cette histoire de points de la finale de Coupe Davis qui comptent dans la Race de l’année suivante, mais c’est logique, enfin, c’est compréhensible. La Race c’est la course au Masters, et tous les points glanés dans les 12 derniers mois comptent (et non depuis le 1er janvier comme on aurait pensé).

      Mais bon, Djokovic et Federer étant qualifiés, ça n’a guère d’importance pour eux. Et une fois la finale de cete année disputée, les points serbes seront évidemment soustraits, et les éventuels 75, 150 ou 225 points de Federer seront ajoutés. Le classement de fin d’année ne comptera donc pas de points marqués en 2013.

  22. Skvorecky 13 octobre 2014 at 18 h 23 min

    Entre la botte de foin et le seau d’eau, donc, que préférer?

    Je pense déjà que Federer doit tout jouer sans se poser de questions, et que les choses se feront naturellement. De toutes façons, même sans motivations au classement ATP, Federer ne pourrait pas faire l’impasse sur Bâle et le Masters, deux tournois qu’il a toujours essayé de gagner. Cette multitude d’objectifs n’est pas forcément une mauvaise nouvelle, ça évite de trop se mettre la pression sur une échéance en particulier. La question est de savoir s’il ne serait pas convenable de zapper un tournoi pour raisons de fatigue, donc Bâle ou Bercy? J’aurais tendance à penser que les 500 points de Bâle sont plus accessibles qu’une finale parisienne (il suffit de regarder les résultats passés). Alors autant se faire plaisir à domicile. Et la semaine de pause entre Bercy et Londres ayant fait son retour, ça ne coûtera rien de tenter sa chance… Bref, tout jouer.

    Ne pas oublier qu’il y a encore une grosse différence de points; une élimination précoce en Suisse, et toutes ces conjectures retourneront à l’état de chimères.

    Maintenant, sur la valeur de cette potentielle première place. Il y a une tendance très nette qui se dégage des interventions de Lorio, ou Jérôme, que je qualifierais de légitimiste, et dans laquelle je suis persuadé qu’Antoine se retrouverait également. En gros, vous nous dites que la place de nº1 sans Grand Chelem ne vaut pas grand chose: le flacon mais pas l’ivresse. Et je suis bien sensible à cet argument. Mais je suis perplexe envers la nécessaire fusion de ces deux accomplissements.

    Si la place de nº1 ne vaut rien par elle-même, pourquoi Nadal et Djokovic se sont-ils tant tiré la bourre à l’automne dernier? Nadal pourtant crevé ayant joué plus de matchs que jamais à cette période, Djokovic ayant réalisé la deuxième meilleure série victorieuse de sa carrière. (Le plus comique étant que ce soit l’ITF et non le classement ATP qui ait finalement pris le contre-pied des résultats en Grand Chelem, qui désignaient aux yeux de tous le champion de l’année.) Et pourquoi l’automne 98 de Pete?

    Je suggérerais de considérer que le nombre de victoires en Grand Chelem et la place de nº1 sont deux buts bien distincts.

    Souvent, et presque tout le temps, ils coïncident. Et justement, toutes ces années où le calcul de l’ATP donnait le même résultat que l’intuition des médias et du public donnent une vraie légitimité au classement. Un classement qui peut bien se permettre une fantaisie de temps en temps sans perdre sa valeur. Une chose est d’être le joueur qui a accumulé le plus de points dans l’année, une autre est d’être le « champion du monde », c’est-à-dire le boss du Grand Chelem. D’autant que cette année, il n’y a pas vraiment de patron en trois sets gagnants (mais 4 candidats, disposant tous d’un avantage décisif sur Federer). Bref, la régularité sur une année mérite aussi une récompense, même si elle se traduit en un certain nombres de finales et demi-finales perdues, peu de titres, et aucun titre majeur.

    Bref, ça ne vaut pas rien, à mes yeux.

    J’irais d’ailleurs plus loin: dépasser au classement Djokovic, Nadal et le reste du circuit sur une année complète (peu importent les aléas des uns et des autres), ce serait, sur le plan sportif, un exploit énorme. Comme un titre.

    Quant au record de Sampras, si l’aspect consécutif est inégalable, le possible 6 suisse ne devrait pas souffrir de dépréciation. D’abord en raison des considérations qui précèdent, mais aussi par comparaison entre le contenu des 5 années de Federer comme nº1, et des 6 de Sampras (dont 2 années à un seul titre majeur), et le rappel de 2003 où Federer vainqueur de WB+Masters manque le trône d’un cheveu. Non, les deux records se vaudraient bien.

    Cela étant dit, ça reste encore peu probable, et je n’y croirais que le jour où il restera un match à gagner pour y arriver.

    Quant à ce putain de saladier, voir Federer le soulever est un rêve partagé par de nombreux fans, et avec raison. En matière de prestige, d’histoire, de symbole, ce serait énormissime. Mais en valeur sportive, ne nous mentons pas, ce n’est pas le Graal ultime non plus. Comme rappelé par Patricia, l’opposition (qui est d’ailleurs tout à fait normale pour une Coupe Davis) se serait résumée, en cas de victoire, à Bozoljac, Kukushkin, Golubev, Bolelli, Fognini, Monfils et Tsonga. (Si cela se produit effectivement, Colin a réservé une case pour Federer dans sa colonne « Davis Cup », celle des joueurs qui ont rapporté 7 points à l’équipe victorieuse.) Et une victoire suppose la participation active d’autres personnes, ce qui fait tout le charme de cette coupe, mais en minore le sens à l’échelle d’une carrière individuelle. Cela dit, émotionnellement, il est certain que ce serait un moment incroyable. Comme l’or de Pékin en double, en fait.

    Allez, on va dire que si le numéro 1 lui échappe, des victoires à Londres et Lille feraient de 2014 une saison comme on n’en rêvait plus. Et plus j’y pense, plus Lille tout seul me suffirait.

    • Antoine 13 octobre 2014 at 19 h 23 min

      Tiens on parle de moi ici ? Je posterai lorsqu’il y aura un nouvel article, ce fil est surchargé et va tout faire sauter…

    • Skvorecky 13 octobre 2014 at 19 h 35 min

      Tu es toujours susceptible d’être un sujet de conversation dans ces pages, Antoine, tiens-toi le pour dit!

  23. Oluive 13 octobre 2014 at 22 h 04 min

    S’il vise la place de numéro 1, Federer a intérêt de toutes façons à engranger des points maintenant (Nadal pas au mieux, Djokovic absent à un moment ou un autre -comment se fait-il que personne ne sache pour quand le bébé est prévu ????!!!!- oui oui c’est mesquin de profiter des pb adverses), car elle risque plutôt à mon avis de se jouer sur IW Miami, tous deux gagnés l’an dernier par le Serbe (si off course Rogé ne se troue pas à l’AO ; et s’il ne le gagne pas, auquel cas le leadership il l’aura à moins d’avoir perdu bcp de terrain sur cette fin de saison)… Bon bref, qui vivra verra, moi ça me ferait juste marrer qu’il la reprenne, même pour une semaine. Après, c’est sûr que finir l’année n°1 dix ans après sa première fois et 5 ans après la dernière, ça en jette grave.

    Pour finir sur cette histoire de points ATP qui ne change tout de même pas la face du monde, Rogé dit que c’est dans la raquette de Djoko (Q. Is No. 1 in the world your goal for the end of the year?
 ROGER FEDERER: I’m not even going to change my schedule because of it. I haven’t thought about it, to be quite honest. I was lucky enough to actually even be here. We all know that. 
I’m going to anyway look at things when I come back to Switzerland in the next few days, discuss my schedule with the team, like I mentioned the other day. Nothing is going to change really. It all comes down now to what are my goals, what is my energy level like, and what are my priorities in terms of tournaments. 
What does it need for world No. 1? I’m not quite sure. I need to look into that, how realistic it is or not. I mean, it’s in Novak’s racquet. He dictates. But nevertheless, I’m still going to be playing and hopefully playing well again.)

    
Mais en fait pas du tout. Pire (mieux?) il n’a même pas besoin de jouer Bâle pour que ça soit toujours dans sa raquette à lui : s’il gagne Bercy et le masters (2500 pts) et donc que Djoko ne peut faire mieux que finaliste (1500pts) il lui passe devant pour 10 points… Il peut auquel cas même se payer le luxe d’une défaite en poule au masters s’il gagne un match en finale de Coupe Davis (+75pts pour lui ; et – 150pts pour Djoko de ttes façons si j’ai bien compris).
    Mais rangeons les calculettes.

    Car le plus important on est tous d’accord, c’est l’amoûr. L’amoûr est le moteur du monde dixit un grand amoûreux (où l’on se rend compte que le vocable est multiforme). L’argent est son carburant qui le fait partir en troommmbe…
    …Or, en matière de carburant, Fed et Shapavora son plus que fournis… c’est dire la fournaise…

    Pour ceux qui feignaient encore de l’ignorer, les preuves par l’image de la HOoOTline entre les 2 :

    http://www.rogerfedererfans.com/forum/topic/940-pics-of-federer-with-sharapova-wozniacki-azarenka-and-excerpts-from-roger-federers-press-conference-in-sao-paulo-brazil-gillette-federer-tour/

    Pour la bande passante et cie Antoine : depuis qu’on est passé aux articles par pages, il y a encore un risque de bug ??

    • Oluive 13 octobre 2014 at 22 h 12 min

      P.S. quand on voit tout ça, on se demande vraiment ce que le Suisse qui ne gagnait plus va foutre en Inde à l’intersaison…

    • Coach Kevinovitch 13 octobre 2014 at 22 h 17 min

      C’est surement Aishwarya Rai et Sonam Kapoor qui l’ont invite. Quel coquin ce Roger! :mrgreen:

      • Kaelin 14 octobre 2014 at 10 h 28 min

        ou la magnifique Sania Mirza! plus sexy que Rohann Bopanna c’est sûr

  24. Homais 14 octobre 2014 at 6 h 57 min

    Accord avec toutes les analyses de Skvorecky.
    Avoir le plus de points sur une année, ça a une signification. Et le fait qu’on ait ou non remporté les deux derniers jeux d’un cinquième set à Wimbledon n’y change pas grand chose. Oui, c’est moins flamboyant que de finir l’année avec en plus un grand chelem mais cela n’enlève rien à la valeur de la performance en elle-même.

  25. Kaelin 14 octobre 2014 at 8 h 46 min
  26. Kaelin 14 octobre 2014 at 8 h 56 min

    Sinon j’ai vu que Malisse est le nouveau coach de Tomic ! Sacré duo. Malisse entrainait l’espoir belge plus si jeune Bemelmans avant je crois, c’est sûr que Tomic c’est un tout autre niveau et potentiel, à voir même si j’y crois peu vu leurs 2 caractères.

    Et Lendl a pensé à aider Berdych, voire le coacher mais il a dit qu’il n’avait pas le temps lol.

    (infos l’Equipe)

    • Skvorecky 14 octobre 2014 at 9 h 51 min

      J’hésite à le dire mais c’est dommage que Lendl ait refusé. Ce sinistre personnage apporte sa touche personnelle au monde du tennis. Ça aurait été désagréable de voir ce tandem gagner de gros titres, mais…

    • Patricia 14 octobre 2014 at 9 h 53 min

      Malisse/Tomic, ou le duo qui incarne la rigueur. On sent Xavier très crédible sur le plan du foncier.
      En même temps, Tomic peut se sentir entendu, compris, pas jugé… Et puis Malisse veut bien de lui. En tous cas si ça marchait ce serait un sacré gag.

      • Kaelin 14 octobre 2014 at 10 h 00 min

        ouep c’est pour ça, sait on jamais ^^.

  27. Skvorecky 14 octobre 2014 at 9 h 56 min

    Le RYSC! Le RYSC!

  28. Patricia 14 octobre 2014 at 10 h 11 min

    Petit débat lancé sur lequipe.fr ; ils semblent avoir des infos (sans le dire clairement) sur la non sélection de Simon hormis blessure des titulaires habituels, quels que soient ses résultats actuels…

    C’est sûr que Gilles et Bennet font leur maximum pour créer le doute en sélection, au risque de se blesser ou de se cramer. A priori, c’est en fait un duel entre les deux puisque s’ils sont bons pour le service, Tsonga, Monfils et Gasquet seront pris : est-ce que Clément prend Gilles comme remplaçant en simple, en limitant ses options de double au seul Gasquet/Tsonga ? Ou bien est-ce qu’il prend Bennet comme remplaçant en double, considérant que Monfils et Gasquet font l’affaire comme remplaçants ?
    Jusqu’à présent c’est la dernière option qu’il a privilégiée, et je pense qu’il s’y tiendra.

    Toutefois la perspective d’une blessure de Monfils ou Gasquet reste assez envisageable, même s’ils en font un max pour épargner leurs bobos. En particulier, lors de la quinzaine d’entraînement intensif juste avant la rencontre, ils ne pourront plus y aller à moitié. Si Gasquet était forfait, Bennet serait titulaire en double ; si c’est Monfils qui s’abstenait, je pense qu’il prendrait Gilles.

    • Skvorecky 14 octobre 2014 at 13 h 52 min

      Il a trop d’options, Arnaud…

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis