Balles perdues 2014, première

By  | 5 novembre 2014 | Filed under: Insolite

Balles perdues, balles égarées, balles oubliées mais balles retrouvées ! Dans quel état ?  A vous de me le dire.

monfilseCapri News a rendez-vous avec Arnaud Clément  au Docteur Wine, le bar à vins que le capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis a ouvert à Dijon avec Mikaël Llodra. Il nous attend, visiblement très détendu debout derrière le comptoir de l’établissement.

 Capri News = Bonjour Arnaud Clément

AC = Appelle-moi Nono !! Tu prends quoi ?

CN = Euh… je ne sais pas trop. Que me conseillez-vous ?

AC = En ce moment on fait une promo sur le citerne, tu veux goûter ?

CN = Vous voulez dire la citerne, non ?

 AC = Mais non ! On a ouvert un bar à vins concept modern style avec Mika. On revisite les appellations, on boit pas du vin de papa ici ! Le Siterne c’est du Sauterne qu’on a coloré en gris terne. Ça change de ces variations de jaune sans intérêt. Génial, non ?

 CN = Je ne saurai dire…mais ça ne change pas le goût du vin ?

AC = J’en sais rien, je bois que du whisky en ce qui me concerne.

CN = Mais alors pourquoi avoir ouvert un bar à vins ?

 AC = Est-ce que tu demandes à Gilles Simon pourquoi il joue au tennis ? Pourtant il n’a aucune qualité pour, tu ne crois pas ? Chacun fait ce qu’il veut. Allez prend un coup de champagne tout de même !

 CN = Bon, d’accord. (Arnaud Clément nous tend alors un verre rempli d’un liquide non gazeux et rouge) Vous allez sûrement me dire que vous avez retiré le gaz du champagne et que vous l’avez coloré en rouge, n’est-ce pas ?

 AC = Ah, non. Absolument pas. C’est vraiment du vin de Champagne (Il nous montre l’étiquette) C’est une commune de Suisse qui ne produit que des vins non pétillants. C’est la dernière bouteille qu’on a pu dégoter avec « Champagne » écrit en gros parce que le comité des vins champenois français a réussi à déposer le nom et fait condamner quiconque cherche à l’utiliser. Bon les vignerons suisses étiquetaient avec le nom de leur commune depuis des siècles, ça ne les pas empêché de perdre le procès. Des fois tu crois avoir toutes les cartes en main et puis tu perds. Le syndrome PHM contre Youzhny, quoi. Souvenons-nous ! 2002 (Il enlève sa casquette de la main gauche et la place sur sa poitrine de manière solennelle.)

CN = C’est juste…

AC (énervé) = Chuut ! Respecte gamin. Une minute c’est pas si long.

 CN = (après une interminable minute) C’est justement l’occasion de parler de la finale de coupe Davis de cette année.

 AC = Ouais. T’as vu ? On y est. JCD attitude !! C’est ce que j’ai seriné aux garçons sans arrêt cette année. JCD attitude, les gars !! Et je leur serinerai tout pareil en finale. JCD ATTITUDE !!!!

 CN = Mais enfin c’est quoi la JCD attitude, Arnaud ?

 AC = QUOI ?!?! Tu connais même pas LBFDS ?! T’es inculte ou quoi ?

CN = En tout cas je ne comprends strictement rien à ce que vous dites.

 AC = L.B.F.D.S. !! Quand même ! Les Bronzés Font Du Ski ! Le film ultime de toute une génération, voyons ! Avec à l’intérieur le JCD credo. Un vrai chemin de Damas pour moi.

 CN = Donc JCD cela doit être Jean-Claude Dusse. Mais quel est son credo ? « Quand te reverrais-je pays merveilleux ? » ?

 AC = Mais non, enfin ! La maxime qui a guidé toute ma carrière. Ce condensé de sagesse intemporelle. Ce qu’il dit à Bernard quand il ramasse les skis. « Oublie que t’as aucune chance. Vas-y, fonce. On sait jamais sur un malentendu, ça peut marcher ». J’ai partagé ma science avec l’équipe cette année et voilà, quelques malentendus plus tard nous sommes en finale.

 CN = C’est vraiment ce qui a suffi pour vous qualifier, vous pensez ?

 AC = Il y aussi quelques fondamentaux à respecter aussi, c’est certain. Par exemple Gilles tu peux le sélectionner mais tu ne le fais pas jouer, évidemment, faut pas être stupide. Autant re-convoquer Paul-Henri sinon, non ? Tu veux goûter un Borgogne… ou un Bourdeaux ?

 CN = Vous vouliez dire Bourgogne et Bordeaux, je suppose.

 AC = Non, tu supposes mal. On a inventé les cocktails de vin ici. On mélange des grands crus de Bourgogne avec des grands crus de Bordeaux. En fonction de la proportion on appelle ça Borgogne quand il contient un peu plus de Bourgogne et Bourdeaux lorsque c’est l’inverse.

 CN = Mais ç’est abominable !

 AC = Pourquoi ? Mélanger deux bonnes choses au départ ça doit rendre un bon résultat en théorie. Attends je vais goûter ! (Il goûte et devient vert et grimaçant) Bon, je crois que je vais rester au whisky définitivement. Je crois que l’association de ces deux vins est aussi réussie qu’une paire Tsonga – Gasquet en double.

 CN = Pourtant c’est la paire que vous avez aligné en demi-finale !

AC = Vraiment ? Faudra que j’arrête le whisky pendant les matchs, moi. Allez, rendez-vous en finale !

CN = Merci Arnaud Clément.

monfilsc

Nous avons rencontré Roger Federer après sa défaite en quart de finale du tournoi de Paris-Bercy

 Vous n’aviez jamais perdu contre Raonic, qu’est-ce qui a fait la différence aujourd’hui ?
Il a extrêmement bien joué, en tout cas il a très bien servi aux moments importants. C’est un Top 10, il sait aussi faire autre chose que servir même si je serais bien en peine de définir ce qu’est cette chose au juste. Je n’ai pas fait un mauvais match, comme à mon habitude, mais ça me fait mal de le perdre.

Dans quel état d’esprit quittez-vous Paris ?
Assez bien. Je me prépare à gagner la Coupe Davis. En relisant mes carnets de trophées cette année je me suis rendu compte que j’avais omis de la gagner. Je suis si distrait parfois mais bon cet oubli sera réparé cette année. 

Vous semblez bien sûr de vous.
Eh, qui donc pourrait m’empêcher de la gagner cette coupe ? A part Stan évidemment.

Tout de même les joueurs français ne sont pas des faire-valoir ! Et ils vous ont tous battu au moins une fois. Gilles Simon en particulier vous ennuie à chaque fois que vous le rencontrez.
Oh oui, Gilles m’ennuie. Vous pouvez le dire. C’est ça, il m’ennuie. Il m’ennuie presque autant que les spectateurs qui assistent à ses matchs. C’est dire. En fait Gilles ennuie tout le monde. Au bout de 3 jeux disputés contre lui j’ai l’impression d’être en retraite depuis des lustres. Alors forcément je m’assoupis parfois et il en profite.

Gaël Monfils peut vous inquiéter, non ?
Mais Gaël m’inquiète en permanence ! A chaque fois que le vois je me demande où sont passées les manches de son maillot. C’est perturbant. Et puis surtout il va finir par nous prendre froid à force de s’habiller comme ça. Oui, Gaël m’inquiète.

Jo-Wilfried Tsonga ?
On parle tout de même d’un gars dont la technique de drague est à base de barres chocolatées industrielles achetées dans des boulangeries artisanales. Vous pensez vraiment que je dois avoir peur ?

Richard Gasquet ?
Lui je le prends au sérieux, d’autant plus qu’il a un revers superbe. Il sera un rival redoutable quand il sera grand.

Mais euh… Richard à 28 ans !
Déjà ?!?! Le temps passe plus vite que je ne croyais. Ah, ah. Je plaisantais en vous répondant, voyons. J’adore être drôle et je suis tellement peu imbu de moi-même que je ne me suis rendu compte que mardi dernier à quel point je pouvais être drôle à hurler. Du coup j’ai écrit un spectacle mercredi. Ça s’appellera « Federer par le rire ».

Un jour pour écrire un spectacle ?!
Oui, je sais c’est un peu long mais Mirka ne tape pas bien vite sur un clavier. Elle n’arrive pas à suivre ma dictée. Mais bon je suis habitué depuis longtemps aux gens qui n’arrivent pas à me suivre. 

Et ce spectacle parle de quoi ?
De moi, de la Suisse. Le titre du spectacle est « Federer par le rire ». Pas mal, hein ? Un clin d’œil subtil et concis aussi bien à moi qu’à la Suisse.

Mais en fait la Suisse est plus une confédération qu’une fédération ? « Confédérer par le rire » serait peut-être encore un meilleur titre ?
(Visage fermé) Dois-je comprendre que vous proposez d’apposer les trois lettres formant le vocable « Con » devant mon nom de famille ?

Oui… euh…enfin non, enfin je veux dire…
(Roger se lève très énervé) Mirka habille les gosses, on s’en va !

monfilsd

 souvenirs

En 2009, Capri news avait croisé par deux fois la route de Gilles Simon. Deux articles que nous avons ressortis de nos archives.

Flash Capri News – Tournoi de Marseille 2009 - Gilles Simon nous a parlé après sa difficile victoire sur Dimitrov (6-4, 3-6, 7-5)

Capri News = Alors cette victoire contre le « Petit Federer » pas évidente finalement, Gilles ?

GS = Première chose, qui vous a permis de m’appeler par mon prénom ? Deuxième chose, ce surnom est d’une méchanceté exagérée. Que je sache il n’a pas encore pleuré après une défaite ou prétexté une blessure pour déclarer forfait. Ayez au moins autant d’indulgence que j’en ai eue avec ce gamin.

CN = De l’indulgence ?!

GS = Oui. Vous imaginez vraiment que j’ai perdu une manche involontairement ? Dans ma grande mansuétude je me suis dit que ça ferait plaisir au gosse de dire qu’il avait pris un set au numéro un mondial.

CN = Euh, votre langue a fourché. Vous vouliez dire numéro un Français ?!

GS = Non, numéro un mondial, blaireau ! Vous êtes comme tous ces bas du front qui ont besoin de classements, de victoires et de trophées pour vous rendre compte du niveau des uns et des autres. J’ai une maîtrise quasi-totale sur le circuit. Parfois il me faut arriver en finale avant de me rendre compte de mon incontestable supérorité sur un tournoi comme à Madrid, parfois, comme à Rotterdam, dès le deuxième tour ma domination est si évidente que je n’éprouve aucun besoin de poursuivre ma démonstration plus avant.

CN = Euh ?! ?!

GS = Oui. Un peu comme le personnage du « Joueur d’échecs » de Stefan Zweig, j’ai au moins une à deux parties d’avance sur mes adversaires sauf que moi j’en suis conscient. Je n’éprouve aucun besoin d’avoir soulever des tonnes de fonte pour me le confirmer.

CN = Vous parlez de Nadal ou encore de Monfils ?! ?! De leur travail physique ?

GS = Non !! Vous ne comprenez vraiment rien !! Quand vous voyez le poids des trophées vous sentez bien que les sculpteurs sont devenus fous. Il faut être haltérophile pour soulever ces trucs, Rafa n’a pas le choix, du moment qu’il gagne il lui faut le physique pour soulever ces horreurs. Pour Gaël, vu qu’il ne rencontre guère ce type de problème je ne vois pas pourquoi il s’est ainsi bodybuildé. D’un autre côté quitte à avoir l’air ridicule autant y aller à fond, non ?

CN = Votre approbation du suivi longitudinal contraignant c’est une pique pour les joueurs qui s’en insurgeaient ?

GS = Absolument pas, crème d’abruti ! Simplement sans que je sache trop pourquoi je n’ai pas d’ami et ma famille peuplée de crétins me fuit. Avec le suivi je suis au moins sûr d’avoir une ou deux visites par an, le dégoût de la solitude est encore une faiblesse que j’ai malgré ma misanthropie. Maintenant veuillez me laisser, votre médiocrité commence à m’importuner.

CN = Merci Gilles Simon

GS = « Monsieur Gilles Simon », ça vous écorcherait la bouche ?!

Dubaï 2009 – Simon à sa main

Gilles Simon (n°3) a eu toutes les peines du monde à se défaire du Koweïtien manchot Mohammed Ghareeb (5-7, 6-4, 6-4) mais a fini par tout de même décider de se qualifier pour les huitièmes de finale après un éclair de lucidité. Il jouera désormais selon son bon plaisir sa place en quarts de finale face au Russe unijambiste Teimuraz Gabashvili, très connu mais on n’a pas encore trouvé par qui.

Le tricolore, après plus de deux heures de jeu, a donc su se faire violence pour aller chercher cette balle de match à 5-4 service adverse. Demi-finaliste à Marseille, Simon, titubant, la démarche mal assurée, a eu du mal à enchaîner, a commis beaucoup de fautes mais a surtout subi le jeu d’un adversaire dont le service et le coup droit l’ont mis au supplice (« Font chier ces types qui boivent pas d’alcool ! » a-t-il dit, hilare, en conférence de presse). Il n’aura pas eu le droit à un seul moment de relâche face à Ghareeb. Ce dernier, n’ayant évidemment rien à perdre, a en effet constamment menacé le n°1 français (« Je connais où t’habites ! », « Mes frères sont dans la salle ! », « Fais gaffe à toi quand tu sers comme ça ! »). Mené 5-3 dans la première manche, Simon a semblé avoir enfin pris la mesure en recollant à 5-5 mais un nouveau jeu de service raté consécutif à la prise de 5 bières allait donner une nouvelle chance à Ghareeb qui, cette fois, n’allait pas craquer : 4 aces magnifiques tandis que Simon s’était caché en pouffant derrière les bâches (7-5).

Un coup d’accélérateur du n°8 mondial (3-0), piqué au pif (a priori abus de Beaujolais entre les deux manches), allait lui donner la marge nécessaire pour s’adjuger la deuxième manche (6-4). Mais, au lieu de poursuivre sur sa lancée en se montrant agressif et dominateur à l’échange, Simon a de nouveau, dans le troisième set, ouvert une bouteille de Beaujolais qu’il a vidé cul-sec, tandis que Ghareeb retrouvait sa qualité de première balle et sa constance à l’échange, dominant un Simon qui passait son temps à marcher à cloche-pied sur les lignes en hurlant la Marseillaise. Simon a su s’accrocher malgré tous ses problèmes du jour (perte du tire-bouchon en fin de partie) pour aller arracher la victoire dans le dernier jeu du match on ne sait trop comment. Nelson Monfort venu l’interviewer n’obtiendra que « Alors ! Il la ramène moins le Tsonga hein !! BURRPPP !! »

 monfilsb

souvenirs

Imbroglio  à Acapulco

Capri News avait en exclusivité recueilli les propos des pères d’Olivier Patience et Gaël Monfils, opposés au premier tour du tournoi d’Acapulco en 2009. Franchement, même 5 ans après, on n’est pas sûr d’avoir tout compris.

Père d’Olivier Patience (POP) = Mon fils à perdu.

CN = Ah, non, Monfils a gagné !

Père de Gaël Monfils (PGM) = Oui, mon fils a gagné !! Il a été à bout de Patience.

POP = c’est mon fils qui était à bout de patience à cause de Monfils !!

PGM = Mon fils n’a rien fait qui puisse énerver ton fils.

POP = Monfils s’est moqué de mon fils à cause de son nom !! C’est nul Monsieur Monfils !

CN = Allons messieurs, un peu de calme !

PGM = Patience atteint vite ses limites dès qu’il s’agit de mon fils. Et quand mon fils est opposé à son fils c’est encore pire !

POP = Tais-toi Monfils ! Mon fils aura sa revanche sur Monfils, vous pouvez écrire ça dans votre journal monsieur Capri !

CN = Euh…

PGM = Faudra avoir de la patience pour voir ça un jour !

POP = Arrête, toi ! Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui Monfils a battu mon fils que demain mon fils ne battra pas Monfils.

CN = Merci messieurs

apitoy

About 

Capri est indéfini.

Tags:

46 Responses to Balles perdues 2014, première

  1. Cochran 5 novembre 2014 at 16 h 17 min

    Ah, que ça fait du bien :)

    • Capri 5 novembre 2014 at 16 h 30 min

      Bien le bonjour sieur Cochran. Comment vous portez-vous ce jourd’hui ?

  2. William 5 novembre 2014 at 16 h 30 min

    Capri is back ! C’est bon ça ! On en redemande.

    • Capri 5 novembre 2014 at 16 h 38 min

      Bonjour William. Je suis de retour mais j’ai viré mon avatar sans le faire exprès. Je dois tout de même reconnaître que celui qui m’a été commis d’office est plus ressemblant que l’ancien.

  3. Sylvie 5 novembre 2014 at 17 h 39 min

    Yes !!! Trop bon ça manquait !!!. Tu t’es fait désirer mais c’est encore meilleur quand on en a été privé.

  4. Sylvie 5 novembre 2014 at 17 h 40 min

    J’adore la première légende sur les clowns menaçants

  5. MacArthur 5 novembre 2014 at 17 h 45 min

    Excellent!

  6. Patricia 5 novembre 2014 at 17 h 47 min

    Ce fut long, si long, revoilà Capri après une traversée du désert, mes zygomatiques (qui pratiquent l’apitoying – culte !) louent Yahvé !

    Je repense régulièrement au « j’ai non gagné » de Fed ;)

    [Conféderer ? Viens Mirka habille les gosses ! mfffr !]

  7. antsiran23 5 novembre 2014 at 18 h 12 min

    Que de trouvailles ! Franchement çà fait du bien de rire. Ce n’est pas le circuit qui nous en donne l’occasion… J’adore.

  8. MarieJo 5 novembre 2014 at 20 h 06 min

    ah ah ! ça fait du bien !
    l’interview de roger est plus vraie que nature ! lololol
    c’est bien que tu sois revenu capri !

  9. Nathan 5 novembre 2014 at 21 h 51 min

    Capri est revenu
    Bougnat, tu peux garder ton vin
    Ce soir je boirai mon chagrin
    Capri est revenu !

    Il a perdu son avatar
    Ce n’est pas un pur hasard
    Mais changement de répertoire

  10. Oluive 5 novembre 2014 at 21 h 53 min

    Merci Capri !
    Ça fait plaisir de te revoir…

    A chacun sa mention.
    La mienne :
    « Vous semblez bien sûr de vous.
    Eh, qui donc pourrait m’empêcher de la gagner cette coupe ? A part Stan évidemment. »

  11. Colin 5 novembre 2014 at 23 h 26 min

    Bravo et merci pour cette séance de laughing out loud que tu nous as offert Capri. Nous sommes des privilégiés.
    Il a fallu faire preuve de patience, mais ça valait le coup.

  12. MarieJo 6 novembre 2014 at 1 h 11 min
  13. Babolat 6 novembre 2014 at 9 h 51 min

    Capri, toujours aussi savoureux tes détournements. En amateur de bon vin, je suis non-impatient de goûter un bon borgogne. ^^

  14. Skvorecky 6 novembre 2014 at 9 h 52 min

    Les infos de ce papier sont non sourcées, les interviews sont apocryphes, Simon, Clément, Federer et Monfils sont scandaleusement caricaturés, et tout cela est financé par de la pub pour une arnaque qui aurait sa place dans un spam! Lamentable, tout simplement lamentable, monsieur Capri!

  15. Skvorecky 6 novembre 2014 at 9 h 54 min

    Sinon, Gilles Simon qui n’éprouve pas le besoin de gagner les tournois pour savoir qu’il est le meilleur, Federer qui omet de gagner la Coupe Davis, Arnaud Clément habité par l’esprit de Jean-Claude Dusse: excellent!

    Voyant arriver dans les brouillons cette nouvelle livraison, j’ai relu ces derniers jours d’anciennes balles perdues. Les Français en Coupe Davis sont manifestement une de tes sources d’inspiration. Je ne résiste pas à citer les mots que tu plaçais dans la bouche de Forget en 2010, guère éloigné de Clément:
    « il faut préparer cette finale de la meilleure manière et ne pas oublier ce qui a bien marché jusqu’ici : le coup de bol systématique ».

    • Héron 6 novembre 2014 at 11 h 25 min

      Sinon Gilles Simon joue blessé pour laisser une chance à son adversaire de gagner.

  16. Capri 6 novembre 2014 at 10 h 51 min

    Merci à tous. Pour la peine je vous donne le début du spectacle de Roger Federer que nos reporters ont pu se procurer.

    Federer par le rire

    Annonce du spectacle par le speaker du théâtre – (Roger entre très, très, très lentement coté cour. Au bout d’un long temps il parle) Je suis Suisse. (un temps) Mais ce n’est pas pour ça que je suis entré lentement. Il faut arrêter avec toutes ses idées reçues sur la Suisse. Je suis entré lentement parce qu’avant dans mon ancien travail je devais courir tout le temps. Alors maintenant j’en profite, je prends mon temps. (un temps) On entend tellement de choses sur les Suisses : on n’a pas d’humour, on aime l’argent, on déteste les étrangers. C’est n’importe quoi tout ça. Tiens pour les étrangers par exemple, vous savez combien de langues officielles nous avons en Suisse. (un temps) 4 ! Oui, nous avons 4 langues officielles : le français, l’italien, l’allemand et…le romanche que plus personne ne parle mais bon c’est une langue officielle quand même. Alors vous voyez que n’importe quel Suisse peut être différent de n’importe quel autre Suisse au point que ces deux Suisses ne peuvent éventuellement pas se comprendre. J’aurais pu faire la même démonstration avec 3 Suisses mais je ne vais pas vous faire un catalogue…d’exemples. Bref, Un Suisse est potentiellement un étranger pour un autre Suisse et pourtant tout se passe bien chez nous. Et nous acceptons les étrangers…du moment qu’ils se comportent en être humain. Et la définition d’un être humain en Suisse elle est la même que partout dans le monde. Ben oui. Un être humain, chez nous comme partout, c’est quelqu’un qui a un compte en banque…(un temps) créditeur. Faut pas exagérer non plus.

  17. La courgette masquée 7 novembre 2014 at 10 h 14 min

    Capri, la JCD attitude pour la finale de Coupe Davis c’est complètement magique. J’imagine tellement Clément, pardon je veux dire « Nono », dire à ses joueurs « Oublie que t’as aucune chance. Vas-y, fonce. On sait jamais sur un malentendu, ça peut marcher » dans le vestiaire ! Je suis fan, et après le tee-shirt I love Roger, j’envisage d’avoir un tee-shirt I love Capri !

  18. Remy 7 novembre 2014 at 10 h 31 min

    Bien bien Capri.
    j’aime la parodie.
    Je trouve que celle de Roger est la meilleure et la plus drôle.
    bravo :D

  19. Antoine 7 novembre 2014 at 11 h 29 min

    Excellent !

  20. Capri 7 novembre 2014 at 13 h 11 min

    Michael LLODRA quitte le circuit – sa déclaration après son dernier match, une défaite contre Tobias KAMKE au tournoi de Mouilleron-le-Captif (ça ne s’invente pas)

    « C’était le dernier match de ma carrière en simple sur le circuit. Je suis effectivement ému, mais aussi soulagé, comme beaucoup de connaisseurs du tennis, je pense « , a déclaré le joueur en conférence de presse après le match où il s’est présenté étrangement nu comme un ver recouvert de mousse à raser dans un placard de vestiaire, précisant qu’il disputera «encore quelques tournois en double». Et d’ajouter : «Aujourd’hui, j’ai envie d’autre chose, notamment de voir grandir mes enfants mais il paraît que même si tu les regardes constamment tu ne les vois pas grandir non plus. A un moment donné, il faut savoir dire stop, comme disait le gars au bord du ravin. J’ai eu la chance de voir mes rêves de gamin se réaliser, à part rencontrer le père Noël. J’ai vécu quinze merveilleuses années sur le circuit, j’ai gagné des tournois aux noms imprononçables, connu des sélections en équipe de France, remporté une médaille olympique, en tennis en plus ! Je pense avoir donné le meilleur de moi, je n’ai pas de regrets comme disait le missionnaire à la tribu cannibale.»

    Et pourtant, un regret sûrement, celui de ne pas pouvoir disputer la finale de la Coupe Davis qui va opposer la France à la Suisse, fin novembre à Lille. «J’ai tout fait depuis trois mois pour y parvenir mais cet enf…euh…cet emp…euh..ce sal…enfin Arnaud Clément ne veut pas de moi. Je n’ai pas gagné ma place, même en tentant de jouer la sélection sur un chifoumi désespéré, c’est un échec pour moi. J’ai été tellement bien dans cette équipe que je veux retenir que les bonnes choses comme les éliminations au premier tour ou les échecs en finale… J’irai soutenir l’équipe à Lille. Ca tombe bien parce qui paraît que la finale se jouera là-bas»

    • Cochran 7 novembre 2014 at 13 h 44 min

      la dernière phrase m’a tuer :)

    • Colin 7 novembre 2014 at 13 h 45 min

      Hervé Vilard, c’est fini ?

      Et dire que c’était l’avatar de nos premières balles perdues…

      • Capri 7 novembre 2014 at 14 h 31 min

        Salut les gars,

        pour mon avatar j’ai changé mon adresse mail dans mon profil et du coup ça a bousillé le lien vers Gravatar. Je ne parviens pas à reconnecter le bazar dans Gravatar.

        • Nathan 7 novembre 2014 at 15 h 25 min

          Il vieillit mal, Hervé Vilard, dis donc …

          • Capri 7 novembre 2014 at 15 h 36 min

            C’est pour ça que j’ai préféré mettre une de ses photos de jeunesse.

            • Nathan 7 novembre 2014 at 15 h 46 min

              c’est son côté « mal léché », alors !

          • Colin 7 novembre 2014 at 15 h 51 min

            Et Woody Allen il vieillit bien?
            (tiens d’ailleurs d’après la bande annonce il y a des scènes de tennis dans son dernier film)

          • Nathan 7 novembre 2014 at 16 h 07 min

            « vieillir bien », c’est presque un oxymore qui le ferait certainement sourire. Pas plus de tennis que dans la bande annonce, ce n’est pas match point. Néanmoins un excellent cru, comédie légère, délicieusement profonde que je recommande aux amateurs de tennis et aux autres…

  21. Kaelin 7 novembre 2014 at 15 h 25 min

    Excellent merci ! :D

  22. Capri 7 novembre 2014 at 17 h 49 min

    Federer est bien un Dieu ! La preuve il a le pouvoir de ressusciter les gens.

    Je m’explique : si vous allez sur le site de l’Equipe section Tennis vous verrez dans les articles recommandés une interview de Raonic suite au quart de Bercy intitulé « Il m’a rendu la vie… » Bon, en fait le titre est tronquée et il manque le mot « difficile ». Voilà. Ca casse pas des briques à un canard mais c’est juste pour dire que parfois il n’y a strictement rien à faire pour trouver un gag.

  23. Capri 7 novembre 2014 at 17 h 57 min

    Radio ch’ti – Flash coupe Davis numéro 1

    Chalut les biloutes ! Pour la finale fache à la Franche, au Stade Gros Quinquin, les quatre joueurs chuiches seront : Roger Federer, l’autre avec un drôle de nom et pis deux aut’s encore qui sont pas Federer. Allez FRANNCCCHE !!

  24. Capri 7 novembre 2014 at 18 h 02 min

    Radio ch’ti – Flash coupe Davis numéro 2

    Pour la Franche y’aura Tchonga, Gachquet, Chimon et pis Monfiche, que des tueurs. Cha va chaigner ! Allez FRANNCCCHE !!

  25. Nathan 7 novembre 2014 at 18 h 13 min

    Y aura aussi des ch’baraques à frites et de la gueuze qu’a ben mieux que le fendant !

  26. Patricia 7 novembre 2014 at 20 h 25 min

    L’homme de la pub a donné une interview où il dit ce que tout le monde pense :

    « – Que pensez-vous de Roger Federer et de Stan Wawrinka?
    – Ils sont plus forts que nous. Mais ça ne change rien, il faudra jouer comme on le fait tout au long de l’année.

    – La terre battue, bon choix?
    – Je pense que la surface importe peu. Ils sont tous les deux meilleurs que nous partout.  »

    JCD ! JCD !

    • Skvorecky 7 novembre 2014 at 21 h 54 min

      C’est un détournement à la Capri? :lol:

      • Patricia 8 novembre 2014 at 9 h 18 min

        Mauvaise langue, c’est « le bon sens près de chez vous » :

        – Avant Paris-Bercy la semaine dernière, vous n’aviez plus joué depuis plus d’un mois. Vous avez atteint les huitièmes de finale (défaite contre Djokovic). Avez-vous été rassuré par votre forme?
        – Je n’ai jamais été inquiet. Oui, j’ai fait un tournoi correct à Paris, c’est sûr. Mais c’est surtout le public qui a été rassuré. De mon côté, je sais comment je vais.
        CQFD

        – Avez-vous besoin de prendre du plaisir pour vous motiver?
        – Je ne veux pas trop me prendre la tête. Mais je ne néglige pas le côté plus professionnel et sérieux, à l’image de la préparation physique. Quand je rentre sur un terrain, c’est pour gagner. Certaines personnes pensent que je suis là juste pour faire le spectacle, mais si j’avais pu remporter 17 levées du Grand Chelem, je l’aurais fait. Qui ne l’aurait pas voulu?

  27. Nathan 8 novembre 2014 at 11 h 06 min

    La question la plus culottée, mais néanmoins fondée, de l’interview étant tout de même celle-là :

    - Vous habitez à Trélex, dans le canton de Vaud. On peut donc dire que, quel que soit le vainqueur à Lille, vous serez gagnant… ?

    • Patricia 8 novembre 2014 at 12 h 18 min

      Une question très canal+, mais je ne la qualifierais pas de fondée, dans cette formulation en tous cas : son choix d’optimisation fiscale ne lui permet pas d’être « gagnant » pour de l’argent gagné en France, qui sera imposé à la source ; par ailleurs, le sentiment patriotique n’est généralement pas indexé à la résidence…

      Je suis d’ailleurs assez sceptique quant à la sincérité du puritanisme fiscal psalmodié par bon nombre de tennix sur les forums, ainsi que celle suggérée par l’interviewer d’ailleurs… Dans les deux cas, la motivation première me paraît être le goût de la provoc bien plus que la vertu offensée.

    • Nathan 8 novembre 2014 at 15 h 42 min

      C’est Canal+ Lausanne alors puisque cette innocente question est posée précisément par un journaliste suisse. Et c’est ça qui est drôle et gentiment vachard. A condition d’aimer l’humour suisse, bien sûr…

      Oui, j’ai écrit « fondée » à cause d’un vieux fond tennix assez vulgaire, j’en conviens, et d’un puritanisme fiscal (que mon percepteur français pourtant adore) qui me contraint à psalmodier une moraline aussi facile que dégoulinante.

      Cela étant, je veux bien étayer mon propos (par des arguments qui n’ont rien de moralisant) mais je crains que cela ne dépasse l’objet tennistique de ce site.

  28. Patricia 8 novembre 2014 at 12 h 55 min

    Ce tweet irréel de Roger illustre à point les détournements d’interviews de Capri (comme avec Monfils, la réalité égale la fiction…)

    Thrilled. Humbled. You guys are the best. Thanks for voting and always supporting me and Tennis. pic.twitter.com/QomoItdgg6— Roger Federer (@rogerfederer) 6 Novembre 2014

    Trouvé avec un article intitulé « Roger Federer’s patented brand of humblebragging reaches new heights » : http://ftw.usatoday.com/2014/11/roger-federer-awards-tweet-humble-twitter-sportsmanship-favorite

    • Patricia 8 novembre 2014 at 12 h 55 min

      et quand c’est moi qui insère un tweet ça marche jaaamaiiis !

      • Patricia 8 novembre 2014 at 12 h 59 min

        faut cliquer sur le lien pour voir l’image !

    • Patricia 8 novembre 2014 at 12 h 57 min

      L’auteur de l’article nous livre une petite perle, sa citation préférée : “It would be great having [Pete Sampras' record for most weeks at No. 1] but my life is very much OK without it, too. Pete is a good friend and was an amazing champion for our game. I don’t need to break every record he has.“

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis