France – Suisse : trois jours au stade Pierre-Mauroy de Lille

By  | 25 novembre 2014 | Filed under: Bord de court

Wawrinka - TsongaEn premier lieu, ce week-end s’annonça sous les meilleurs auspices, ayant croisé dans mon petit wagon TGV un cortège de Suisses romands, flanqués de rouge et blanc, au génépi généreux, à la bonne tomme vaudoise, et à l’humeur franchouillarde. Malgré leur sous-nombre évident, ils ne se sont pas laissés impressionner et ont amené l’ambiance latitudinalement toujours plus nordique de ce vendredi de novembre à se réchauffer sensiblement, à grand coup de chants gaillards, laissant monter doucement une douce euphorie au sein du wagon.

Ensuite, un invité exceptionnel se joignit à la célébration en la personne de mon voisin de couloir démasqué de façon fortuite par un Suisse plus féru de petite balle jaune que le reste de la troupe. Monsieur Georges Deniau, sans doute un des interlocuteurs les mieux placés pour donner un savant avis sur la rencontre à venir. Autant vous dire que le forum improvisé dans cet étroit couloir nous a captivés jusqu’au terminus.

Journée du vendredi rétrospectivement bien savoureuse, mais sur le coup un peu frustrante au vu de ces matchs à sens unique… quelle ne serait pas ma déception par la suite. D’abord l’écrin confectionné par la commune de Lille au sein du stade Pierre-Mauroy ou encore Grand Stade de Lille était absolument magique, juste chapeau bas. Éclairage, son, ambiance de feu, clameur rugissante de la foule, ferveur des supporters des deux camps, tout était réuni pour la grand-messe du tennis tant attendue. Et pourtant, aucun match vraiment accroché, aucun tie-break, aucun cinquième set… Évidemment, la team France et surtout les joueurs français ne sont pas les seuls responsables, ben ouais, sur le papier, les deux champions suisses la gagnent 8 fois sur 10 cette finale (surtout sans mal de dos intempestif…).  Juste tenir compte des prestations en demi-teinte des Français, c’est avant tout oblitérer le niveau pharamineux des deux Suisses, qui ont à peine été sous pression au cours de ces trois jours.

Mais justement, c’est là que le bât blesse, c’est là que mon malaise commence vis-à-vis du déroulement de cette finale, ils la gagnent 8 fois sur 10, peut-être, mais en aucun cas de façon aussi nette… Le propre des champions de la trempe de ceux qui gagnent des Grands chelems est de savoir jouer les points importants et d’être capable d’augmenter sensiblement leur niveau de jeu dans le money time, je ne vous apprends rien… Cependant, les Français, malgré leur belle stratégie, leur intense préparation, et leur « supposée » super motivation, n’ont jamais été en mesure d’emmener leurs adversaires respectifs jusque dans ce fameux money time, où la pression est palpable, où se révèlent ceux qui en veulent le plus et sans laquelle le sport et la compétition n’auraient pas la même saveur. Nous n’étions pas en droit d’exiger des Français d’amener cette finale au cinquième match décisif (même si un Wawrinka-Monfils à couteaux tirés aurait valu son pesant d’omelette à la banane), mais nous étions en droit d’avoir un ou deux matchs serrés, même avec la défaite au bout.

Nous avons perdu sans honneur, sans âme et sans esprit de groupe, et le stade tout entier, ce magnifique stade, ce public suisse certes en infériorité, mais impeccable tout au long de la rencontre, et ce grand public français, pour une fois derrière ses joueurs du premier point à la dernière amortie de Roger, tous auraient mérité un peu plus de panache, d’adrénaline, de suspens, et pour finir d’émotion, émotion qui a cruellement manqué. Tsonga a eu beau se plaindre, j’ai mainte fois applaudi Stan sur des points fabuleux de sa part parce que, même si mon cœur était français, j’étais bien obligé d’exprimer mon amour du tennis et du beau jeu, tandis que lui, que j’ai malgré tout supporté, n’arrivait pas à se relâcher suffisamment pour jouer son tennis si flamboyant parfois, si capable d’amener son adversaire dans ses retranchements, et lui faire alors goûter à cette formidable pression que seules 20 000 voix à l’unisson sont à même de générer (excusez-moi du peu, record d’affluence à un match de tennis en passant avec 27 432 gentils visiteurs, mais vous saviez cela). D’ailleurs Monfils, lui, à contrario, a réussi a véritablement enflammer le public avec son jeu, il ne tenait donc qu’à Tsonga d’en faire autant, avec quelques prises de risques et de points bien sentis. Le public n’attendait que ça, il avait les cartes, il ne s’en est pas servi, dommage pour lui.

Tsonga qui ensuite s’est soi-disant blessé au coude et qui a cédé au dernier moment sa place en double à Bennet et sa place en simple à Richard : « vas-y mon grand, allez t’inquiètes pas il est blessé au dos, c’est du tout cuit pour ce match qu’il faut ABSOLUMENT gagner, sur lequel tout repose et qui nous condamnerait à des railleries à n’en plus finir en cas d’échec, ce qui fait que je préfèrerais franchement que tu serves de victime expiatoire à ma place, si tu veux, mon rôle de numéro 1, de patron de l’équipe de France, ben je l’assume pas vraiment là tout de suite, j’aurais plutôt tendance à m’en tamponner le coquillard, sauf ton respect hein… Pour tout te dire, je veux bien y aller si on mène deux manches à rien, et que papy Fed s’est disloqué la colonne vertébrale en sept, et qu’il joue de la main gauche, avec son bandeau sur les yeux, là je te promets que je ferais mon maximum, tu sais pour les copains avant tout, pour la fierté du pays, et pour le beau sourire de Chamoulaud, oui là je mourrai sur le terrain pour arracher ce dernier point, en toute humilité tu vois, mais pas maintenant hein, pas de bol là j’ai ma douleur qui revient, c’est difficile pour moi tu sais, nan t’excuses pas Richie, ça va aller, je vais t’applaudir à m’en péter le bras si il faut, nan n’essayes pas de m’en dissuader, je suis fermement décidé, c’est mon devoir d’homme et de leader, tu sais, allez mon petit, c’est évident que tu peux le faire, et rappelles-toi, la pensée positive hein, la pensée positive !!! »

Personnellement contre Stan, j’ai trouvé TsonTson bien emprunté, pas à son aise, et plutôt stressé dans son body langage. Mon avis, c’est qu’il a carrément mouillé sur ce match, lui le joueur solide aux couilles de mammouth souvent décrits sur ce site, en même temps, vu comment il s’est mis la pression tout seul comme un grand avec son « ce sera le moment le plus important de toute ma vie », énorme erreur de communication là quand même, personne ne lui a demandé d’endosser ce rôle du patron déterminé à tout faire pour gagner et à assumer toute la responsabilité du groupe, depuis quand Tsonga est le leader de cette équipe ? Et après la perte de ce premier match, qu’est-ce qui me dit qu’il n’a pas simplement somatisé une blessure par peur tout simplement ? Voire même carrément s’inventer une excuse pour ne pas avoir à assumer son rôle ? Je sais j’y vais fort, mais son comportement sur et en dehors du terrain laisse supputer beaucoup de lâcheté cachée… De plus Roger a joué trois matchs avec un dos en délicatesse, une douleur au coude peut-être à ce point plus handicapante ?

ClémentCe qui me fait en venir à d’autres reproches que j’adresse directement à notre capitaine bien aimé, qui va devoir sérieusement revoir sa copie dans les années à venir.

De toute façon, si on choisit de s’appuyer sur Jo pour cette finale, il est évident qu’il ne faut pas choisir la terre battue comme surface, sinon le choix de Clément aurait dû être Monfils en numéro 1. Si Gaël bas Stan le vendredi, indépendamment de la condition physique et de la préparation de Federer, la rencontre change du tout au tout. De plus lorsqu’on a deux joueurs qui ont gagné Roland-Garros et fait demi-finale au Masters en double, il faut bien évidement s’en priver pour la finale de Coupe Davis à domicile… et franchement à propos de ce double, mais qu’est-ce qu’ils ont branlés sérieusement pendant leur stage à Bordeaux ? Dernier point, Simon et Bennet sont bien mieux armés que Gasquet contre Federer, de plus ils ont fait une très bonne tournée asiatique juste avant, mais non ne les sélectionnons surtout pas en simple, pour au moins user ce bon vieux Roger du haut de ses 33 ans…

Mais bon malgré tout, ces 2-3 points n’auraient servi selon moi, qu’à resserrer un peu le suspens de cette finale, mais pas son dénouement. Et soit dit en passant, plusieurs personnes ici ont souligné le malgré tout « bon » match de Richard, qui s’est battu jusqu’au bout, et bien je suis d’accord avec eux, même si malheureusement ce n’était clairement pas le ressenti des gens dans les gradins, qui ont malheureusement juste vu un gamin succomber sous la pression et le génie inégalable de son adversaire 5 ans plus âgé… Et niveau combativité pour un match encore plus décisif que les autres, et bien oui désolé, Richard est le plus mauvais choix, ce n’est pas lui qui se transcendera et saura se nourrir de la ferveur du public, tout le monde le sait, alors à quoi beau s’obstiner, Clément attendait son miracle de la saint Clément (et oui la mauvaise blague… bonne fête capitaine en passant !). Cependant, il ne restait plus que Benneteau comme autre choix, ce qui n’aurait rien changé, le mal était déjà fait avec le double perdu.

Certes Clément qui a participé à de nombreuses campagnes a donc une grande expérience en tant que joueur, et oui il va déjà en finale après seulement deux années de capitanat, les résultats sont donc là, mais je trouve que la manière manque cruellement, on ne dirait pas qu’il a bien réussi à prendre en main cette équipe, à mobiliser ses joueurs et à bien utiliser toutes les cartes dont il dispose, en un mot il manque d’expérience en tant que capitaine, alors laissons-lui encore quelques années pour tirer la quintessence de son effectif, qui reste quand même un des plus fournis au monde. Ils auront encore des chances, pourvu simplement qu’ils arrivent à se remobiliser et à ne pas laisser cet échec répandre la discorde au sein du groupe afin de raviver l’esprit valeureux des Mousquetaires.

Autrement, moi l’amoureux du revers à une main, et en particulier de celui de Stan, moi le fervent supporter du tennis offensif, du jeu à la volée et du tennis léché de Roger, que j’ai toujours supporté contre tout adversaire, moi qui avait émis mes interrogations sur mon inclinaison lors de cette finale sur l’article de William et bien je dois confesser que la réponse m’est apparue limpide au cœur des matchs, comme l’avait prédit Colin, dans le feu du stade, grisé par une chaleureuse marseillaise, j’ai nettement penché pour les Français durant ces trois jours. Globalement j’étais un peu comme Kaelin devant un match, toujours pour l’outsider qui est mené au score, pour Tsonga lors du premier match, pour qu’il offre du spectacle, même si j’ai adoré le tennis percutant de Stan. Ensuite pour Federer lors du second match, qui me faisait mal au cœur de se prendre une telle volée, mais en même temps super excité par le tennis exultant de Monfils et heureux pour la France qui recollait au score. Le samedi, j’étais pour la paire française tout du long, car je savais pertinemment que sans le point du double, les carottes étaient précuites façon pilaf, même si j’ai quand même bien kiffé le jeu magique au filet de Roger qui tenait la baraque Suisse. Enfin le dimanche, le public m’a parfois fait vibrer, malgré le scénario, malgré le break dès le deuxième jeu de service de Gasquet, j’ai réussi à y croire un petit peu, même si à 6-4 au premier set, j’ai compris.

Et à partir de ce moment, ce fût donc, la seule fois de mon existence, alors même que Federer nous sort un grand match plein de panache et rempli de coups somptueux, que j’étais foncièrement pour son adversaire. J’ai ressenti une telle étrangeté à être catapulté ainsi de l’autre côté du miroir et à ne pas pouvoir profiter pleinement de la chance que j’avais de voir en véritable live vraiment réel le maitre nous sortir son tennis le plus flamboyant. Et pour tout dire, mes voisins suisses, même si très fair-play, me tapaient sur le système dès qu’ils exprimaient leur crainte à la moindre faute de leur champion, tellement j’étais frustré d’être dans l’autre camp, de celui des vaincus qui doivent s’incliner, sans avoir ne serait-ce que la fierté de s’être bien battus. Franchement, ce dimanche a été très dur à encaisser pour les gens présents, je n’aurais pas du tout été dans cet état devant Chamouleau aucotédarnaud puisque j’aurais sans doute éteint purement et simplement mon écran suite à ce premier set, mais là dans cette enceinte, impossible d’éteindre les feux, Roger l’astre rayonnant a dévoilé une bien sombre amertume, dont je ne me croyais pas doté. Avec le recul l’émotion fût au rendez-vous, mais pas celle escomptée au départ…

About 

A découvert le tennis avec... sa game-boy. Fan de RG depuis 1996, est devenu fan de tennis tout court lors de la période de grande révélation "streaming" des années 2000. Militant engagé et défenseur invétéré du mouvement "RG c'était mieux avant... 2005."

Tags:

456 Responses to France – Suisse : trois jours au stade Pierre-Mauroy de Lille

  1. Renaud 3 décembre 2014 at 1:40

    Un dernier mot sur le lien qui nous en dit beaucoup sur la mentalité de Nelson Monfort (voir le lien juste au dessus).
    Je n’étais pas un chaud partisan de cet homme car je le trouvais autocentré.
    Partant du principe que l’histoire est vrai, c’est un vrai salopard et un enfant de put… qui ne pense qu’à sa geule. Tout ce qui concours en sport comme ailleurs à discrédité les vrais journalistes qui se font de plus en plus rare.

  2. Renaud 3 décembre 2014 at 1:51

    gueule pardon

  3. Antoine 3 décembre 2014 at 10:57

    Tiens, il y a 48h, je disais que je pensais que Roger jouerait encore 3 à 5 ans, sauf pépins physiques et je vois que je ne suis pas seul dans ce cas.

    Tony Roche qui fut l’un de ses coachs, a déclaré ceci à une agence de presse indienne selon WLT:

    « Je pense que Roger Federer peut jouer aussi longtemps qu’il le veut grâce à son mental. Physiquement, je pense qu’il peut encore jouer quatre ou cinq ans, sans aucun problème. Après, la question d’un nouveau titre en Grand Chelem… Bien sur, Wimbledon reste sa meilleure chance mais il s’est aussi montré lors des autres Majeurs ces derniers temps. Aussi longtemps que les joueurs respecteront Federer, il restera une menace ».

    • Nathan 3 décembre 2014 at 11:09

      On disait qu’il était fini. Et maintenant le voilà éternel… S’il gagne Melbourne, on dira qu’il gagnera les 3 autres derrière. S’il se blesse à Rome, on dira qu’il faut qu’il arrête avant qu’il ne soit trop tard… et ainsi de suite. Mais que dira Wilander, ma boussole ? :)

      • Achtungbaby 4 décembre 2014 at 10:21

        et oui, on s’embale. En 2011 Djoko devait gagner 25 GC. Et en 2010 Nadal était fini.

        Pour Fed, il ne faut pas exagérer. 4 ou 5 ans, ça parait utopique. Certes, son année 2014 est très bonne, mais il reste en déficit de puissance face aux jeunes cogneurs, et ça ne va pas s’arranger.

        • Elmar 4 décembre 2014 at 11:16

          Ca dépend de quoi on parle. Je pense qu’il pourrait rester encore 4 ou 5 ans dans le top-ten. Plus haut c’est moins sûr.

          Mais bon, ça fait depuis la création de 15 que je répète que Federer nous fera une fin de carrière à la Connors, avec l’envie de voir s’il peut encore challenger les petits jeunes.

          • Antoine 4 décembre 2014 at 12:20

            Dans le top 10, c’est certain. Il peut y rester jusqu’à 40 piges..

            La question est de savoir quand il estimera qu’il ne peut plus gagner un GC. Ce jour là, il décidera d’arrêter…

            • Achtungbaby 4 décembre 2014 at 3:26

              Même le Top 10 à 40 ans, faut pas rêver. L’an passé il a fait une année moins bien, il a vite décroché à N°8.

              Pour moi le critère c’est Ferrer. Le jour où l’espagnol bat Fed, c’est que l’heure de la retraite de Rodger a sonné !

              Et tant que le maestro est capable de mettre une rouste à Djoko comme cette année à Shanghai, j’en redemande !

  4. Don J 4 décembre 2014 at 12:18

    N. Monfort, je le boycotte et le dédaigne depuis des années, c’est le mec le plus horripilant que je n’ai jamais entendu déblatérer… d’ailleurs il a pourri Montel, un des seuls vieux croulant de france télé qui est plus ou moins professionnel et qui s’écoute relativement bien. Le grand ménage à france télé sport c’est pour quand ? Bilalian en tête… y’en a vraiment assez de ce régime de dictateurs, d’autant plus quand on voit ce qui se fait à l’étranger.

    Montaroglou et Noah on raison de l’ouvrir, franchement la FFT a besoin de leçon, c’est exactement pareil que pour France TV, pas de remise en cause, pas de turn-over, un auto-centrage interne qui a montré ses limites…

    1/ La gestion du double par Clément, pourtant spécialiste, ma laissé dubitatif.

    2/ ensuite absence totale de plan B, c’est à dire une fois Tsonga sur le flanc, la messe était dite, alors que justement il ne prenait pas ERV pour avoir plus de polyvalence avec Gasquet, perso je l’ai pas bien vu la polyvalence.

    3/ la communication, et je crois que tout est dans mon article

    4/ le système de choix de l’entraîneur par les joueurs, sérieux c’est quoi ça ? ça doit-être le seul cas dans un sport « collectif » de part le monde

    Autrement Roger va jouer encore 250 ans, cherchez pas ;-)
    (un truc quand même qu’il devrait surveiller c’est sa vision, ça morfle bien avec l’âge, et franchement ça aide pas à mieux retourner !)

    ah oui et à propos du goat, subjectivité mis à part, je trouve un peu scandaleux les procès qui sont intentés à Nadal sur ce site, on a beau ne pas l’apprécier lui ou son jeu ou les deux (et j’ai vraiment du mal avec lui, son jeu et les deux), mais il faut quand même reconnaître que c’est un des plus grands champions de tennis que l’on ai jamais vu sur un terrain, je sais pas si vous vous rendez compte de l’exploit phénoménal qu’il a accompli en gagnant (au moins) 9 RG. Moi qui ait toujours pensé que le record de Borg était à jamais inaccessible, on peut dire que ce joueur aura au moins repoussé cette barrière là. De plus je ne vois pas bien pourquoi dévaloriser forcément les M1000, si ils ne valent rien, comment ça se fait que seuls une poignée de joueurs les gagnent depuis près de 10 ans ? leurs véritables valeurs se révélera dans les futures années, quand dans 20-30 ans on se retournera pour voir que la période que nous vivons aujourd’hui est véritablement exceptionnelle, et qu’aucun joueur n’aura atteins la marque laissé par Djoko, Federer et Nadal. Enfin si Roger est le goat, et il aura beaucoup d’arguments à faire valoir quand il rangera ses raquettes, Nadal demeurera le seul joueur à l’avoir battu à wimbledon à son apogée, un anti-goat ? (ce qui ne fait pas de Soderling l’anti-anti-goat, ça marche pas comme ça hein ^^’)

    pour terminer, http://live-tennis.eu/race
    on s’emmerde grave à l’inter-saison, j’aime pas cette période, heureusement que certains font le buzz pour lancer quelques débats éclairés ^^

    • Elmar 4 décembre 2014 at 7:40

      A peu près d’accord avec tout ce que tu viens de dire.

    • Remy 4 décembre 2014 at 9:25

      non mais faut que je me sorte les doigts du cul pour clôturer le RYSC …

    • Achtungbaby 4 décembre 2014 at 10:33

      D’accord sur presque tout, notamment sur Nadal.
      Pour la Coupe Davis, on pourrait ajouter le choix de la surface dans les loupés évidents.

      Par contre Noah l’ouvre pour ne rien dire sur un mode vieux con. ça n’apporte pas grand chose.

  5. Kaelin 4 décembre 2014 at 4:34

    Excellente perf de Corentin Moutet, qui rentrera dans le classement atp la semaine pro avec cette victoire, à seulement 15 ans. Plus jeune français depuis Richie.

    http://www.tennisactu.net/news-santiago-itf-la-tres-belle-performance-de-moutet-34465.html

  6. Remy 4 décembre 2014 at 10:18
    • Don J 4 décembre 2014 at 11:37

      superbe papier Remy !

      petit extrait criant de vérité, que pourrai bien en penser R. Gasquet ?

      « Il a grandi dans un environnement sain, affirme Marc Rosset. S’il avait été français, une chaine de télé l’aurait suivi 365 jours par an dès son plus jeune âge. Je pense que vous auriez inventé Federer TV. Aujourd’hui, il ne pourrait pas manger au restaurant sans que ce soit une émeute. Avoir pu se construire dans le calme a été, pour lui, appréciable et très important. »

    • Ivan 4 décembre 2014 at 11:46

      Comme j’avais du temps à perdre, j’en ai lu une grosse partie et ça sent l’hagiographie à plein nez.
      Que nous apprend ce texte? Que Roger est « poli » « équilibré » « très fiable », qu’il a une fondation qu’il supervise « lui-même ». Qu’il parte vivre une partie de l’année à Dubaï, un des rare pays à pratiquer encore à moitié, voire carrément l’esclavage est une contradiction qui semble avoir échappée à l’auteur…
      Il se sent « très suisse » aussi et « très patriote ». A tel point qu’il fête Noel avec un sapin, c’est dire…

      La suite reste un rabâché sur son coté compétiteur dans l’âme (« il pleurait à chaque défaite… ») perfectionniste (le cote suisse forcement) et gendre idéal (d’ou l’attirance des sponsors), mais reste un monsieur tout-le-monde (toujours ce coté suisse…)

      Que nous apprends ce texte au final? J’ai hâte de lire la suite pour le découvrir…

    • Remy 4 décembre 2014 at 11:50
      • Nathan 4 décembre 2014 at 1:32

        Ah ça, c’est mieux !

    • Achtungbaby 4 décembre 2014 at 11:59

      D’accord avec IVAN, une fois n’est pas coutume. Le cirage et la brosse à reluire sont de sortie. Le tout est assez creux finalement.

    • Nathan 4 décembre 2014 at 1:13

      Federer raconté aux petits enfants le soir au coin du feu quand la neige tombe lourde et moelleuse sur la belle Suisse tranquille mais fière.

      Moi qui aime Federer, je n’ai pas pu aller jusqu’au bout. Peut-être parce que j’ai perdu mon âme d’enfant…

      Rien sur Dubai, le mauvais goût de Federer pour un pays où les femmes peuvent être encore battues en toute légalité et où les étrangers travailleurs sont exploités. En plus, y a rien d’intéressant, à Dubaï, touristiquement et culturellement parlant.

      • Elmar 4 décembre 2014 at 1:26

        Oui, je me réjouis de lire cela à mes fils. Un joli conte de Noël avec une jolie morale au bout: Federer, c’est le meilleur.

      • Ivan 4 décembre 2014 at 2:38

        Le fait même que l’ATP accepte d’organiser un tournoi dans un pays arriéré à tout point de vue (construire des grattes-ciel ne suffit pas) comme Dubaï me fait sévèrement chier. L’omniprésence de plus en plus pesante de ces Emirats féodaux sur le sport (et pas que) ne peut malheureusement qu’aller en s’accélérant. L’argent n’a pas d’odeur comme on dit. N’est-ce pas chers supporters du Fc Qat.. euh..PSG?

        • Achtungbaby 4 décembre 2014 at 2:44

          Ivan, pourquoi pas, mais alors il ne faut pas aller en Chine non plus.

  7. Sylvie 4 décembre 2014 at 12:07

    Sinon Carole Bouchard a changé de crèmerie mais pas de style, hélas
    http://www.huffingtonpost.fr/carole-bouchard/le-malaise-tsonga_b_6253014.html

    Il n’en fallait pas plus pour en entendre que la tête de Tsonga s’était autant défilée que son avant-bras droit alors qu’en face Federer avait fait taire son dos. Mouais… A Cordoue en 2011 lors de la demie face à l’Espagne, j’étais là quand Tsonga lors de la conférence de presse d’après double, s’est auto-sélectionné, sûr de son fait, pour aller à la castagne face à Rafael Nadal.

    • Antoine 4 décembre 2014 at 12:31

      Elle s’est fait virer de l’Equipe apparemment. Pas une perte énorme pour l’équipe.fr, je pense..

      Jo est malheureux des critiques qui lui sont adressées. Je crois que je vais me mettre à pleurer…

      C’est pas lui par hasard qui a dit que Stan n’aurait pas du gagner à Melbourne avant lui ? Que cette finale de Coupe Davis était le moment le plus important de sa carrière ? Que le public ne l’avait pas supporté assez vendredi contre Stan ? Qui a fait partie de la petite bande qui a osé aller coincer Stan dans les WC lors du dîner officiel au motif que les déclarations de ce dernier ne leur plaisaient pas ?

      A part se plaindre, tenir des propos débiles et y aller de sa petite larme lors de la Marseillaise, qu’est ce qu’il a montré Jo ?

      • Achtungbaby 4 décembre 2014 at 1:24

        il a montré qu’il n’était pas à la hauteur ! c’est déjà pas mal.

      • Sylvie 4 décembre 2014 at 1:38

        Qu’est-ce qui te fait dire qu’elle s’est fait virer ? ça me semble plus être un choix de carrière, non ?
        En tous les cas, elle présente ça comme un choix perso avec plus de terrain.

        • Achtungbaby 4 décembre 2014 at 2:37

          Sylvie, verriez-vous quelque sexisme dans la remarque d’Antoine selon laquelle la brave dame se serait forcément fait virer ?

        • Sylvie 4 décembre 2014 at 3:32

          Non pas de sexisme, des infos dont je ne disposerais pas plutôt.

  8. Nathan 4 décembre 2014 at 1:01

    Et le pire dans l’épisode tragico-comique des WC de la Chambre de Commerce, c’est que cette buse de Lionel Roux était de la partie (il me semble que c’est Clément qui le dit incidemment dans son interview). Quand même l’encadrement est atteint d’une telle veulerie qui confine à la cécité, c’est qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans cette équipe de France !

    • Elmar 4 décembre 2014 at 1:07

      C’est quand même plus comique que tragique, tout cela. En tous cas moi, ça me fait bien marrer. Et si Stan sur le moment devait pas trop rigoler, je suis sûr qu’il doit en rire à gorge déployée tout seul dans son lit la nuit.

      • Nathan 4 décembre 2014 at 1:21

        Ce qui aurait été vraiment drôle, c’est que Gachassin se sente lui-aussi une envie pressante ! Je me demande si finalement l’équipe de France au grand complet ne souffre pas d’un problème de prostate. C’est inquiétant à cet âge-là et pas forcément bon signe pour l’avenir.

      • Achtungbaby 4 décembre 2014 at 1:26

        Sauf qu’à la place de Stan, je me serais pas excusé.
        Il doit avoir l’alcool indulgent.

        • Nathan 4 décembre 2014 at 1:34

          C’est ton mauvais côté, Ivan Lendl !

          • Achtungbaby 4 décembre 2014 at 2:38

            je veux bien me faire traiter de tous les noms, mais pas d’Ivan Lendl ok ?

  9. Thomas 4 décembre 2014 at 1:11

    Ah ah, pas mal la race en live. Un top 10 dominé par l’Amérique du Sud : n°1 et n°2 argentins, n°3 uruguayen, n°6 bolivien, n°8 colombien…

    Vu qu’on est sur les traditionnels débats de fin de saison (jusqu’à quand Federer va-t-il jouer ? Nadal fera-t-il une saison complète ? Djokovic va-t-il faire le grand chelem ? La France va-t-elle gagner la coupe Davis ? Lionel Chamoulaud va-t-il prendre sa retraite ?) je me suis replongé un peu dans le palmarès de Connors et notamment ses records et c’est vrai qu’ils sont impressionnants. On peut disserter longtemps sur le nombre de matchs gagnés et les tournois de plage remportés mais quand-même :

    - Plus grand nombre de matchs remportés à Wimbledon (84, Federer est 2e à 73)
    - Plus grand nombre de matchs remportés à l’US Open (98, Federer est 4e à 72)
    - Plus grand nombre de matchs remportés sur gazon (170 !, celui là n’est pas prêt d’être battu je pense, Federer est 2e à 131 et le 3e est… Hewitt a 127 !)
    - Plus grand nombre de demi-finales d’un même tournoi du grand chelem : 12 à l’US Open ( Federer en est à 11 à l’Open d’Australie)

    Du coup, en y pensant, Federer n’est pas si loin de battre quelques uns de ces records un peu anecdotiques certes. Il peut aussi effacer Fabrice Santoro de l’histoire avec ses 70 participations en GC (Federer en est à 62 (ex-aequo avec Hewitt encore, décidemment!) : encore 2 ans sans pépin et c’en est fini de l’historicité de Fabulous Fab.

    Sur les questions plus sérieuses (titre du GC, place de n°1 etc…) paradoxalement j’aurais tendance à penser que ses chances s’améliorent (j’entends, par rapport aux années 2010 évidemment). En effet, en 2014 la concurrence s’est un peu densifiée avec les Wawrinka, Nishikori, Cilic, Raonic et consorts. M’est avis qu’il aura de plus en plus de mal à aligner 3/4 tops 10 en GC mais je pense qu’on se dirige en 2015/2016 vers des tableaux du GC un peu plus ouverts. Je n’irais pas jusqu’à paraphraser Jean-Claude Düss mais pourquoi pas !

  10. Renaud 4 décembre 2014 at 2:42

    Je pense que FED a en tête, et pas depuis peu, certains et pas des moindres des records de Connors et notamment le nombre de victoire en carrière (1253 à 996 aujourd’hui) même si l’écart semble très important.
    Sur ce sujet précis et compte tenu de son niveau le problème est différent me semble t’il par rapport à Connors à son époque.
    Il est évident que FED pense encore être capable de gagner un GC et lui seul sait au fond de lui s’il admet ou pas qu’il lui faut aujourd’hui un tirage favorable et disons qu’un « outsider » sorte Nadal.

    Le jour ou lui même sera convaincu qu’il n’en gagnera plus, décidera t’il comme le prédit Antoine de mettre fin à sa carrière ou cherchera t’il à « gratter » encore quelques records.
    Comme il semble évident aujourd’hui qu’il fera encore 2 années complètes et disons environ 120/140 victoires de mieux il serait alors à fin 2016 à environ 1120-1140 victoires (soit dit en passant 2ème derrière Connors mais devant le pendu qui a lui 1071 victoires !!!)

    Il viendrait en passant fin 2016 de virer l’infâme Santoro (je m’en fous de Santoro mais quand même çà me fait mal au c.. de voir son nom dans les palmarès des plus grands records du tennis, et en plus il est tout petit le c..) de la tête du nombre de participation en GC !!!

    il viendrait aussi certainement de prendre à Connors le nombre de victoire à Wimbledon (il aurait ainsi le plus grand nombre de victoire à Wimb et en Australie, et ne serait pas loin, aussi dingue que cela paraisse vu la différence sur le nombre de titre dans le tournoi, que cela de Nadal en nombre de victoire à RG (66 à 61 pour l’instant en faveur de Nadal).

    Bref jusqu’à 2016 et Rio la route semble tracé.
    Ensuite cela dépend de son amour du jeu, acceptera t’il comme Connors de prendre de plus en plus de tôle et de parfois plus rarement avoir un tournoi du GC ou il performerait comme au plus beau jour ou presque (on parle plus de victoire finale là) presque pour le plaisir ou mettra t’il les pouces ???

    Jo est con en 8 lettres c’est le meilleur résumé que je puisse faire de ce que m’inspire et m’inspirera ce type à l’avenir.

  11. Renaud 4 décembre 2014 at 2:49

    Stan se marrer dans son lit en repensant à cette algarade dans les WC !!!

    Vous êtes dingue le type se fait soigner pour une crise de rire depuis la fin de l’épisode, les docteurs ne savent plus quoi faire, tout ce qui fait référence à la France (je sais pas moi, la vue du fromage lors des repas, une voiture française vu par la fenêtre, parler français, un homme de couleur (je suis diplomatique ici), une chanson de Johnny, l’exil fiscal….) le fait replonger.

    Je prie surtout pour un affrontement rapide dans les premiers mois de l’année entre lui et Tsonga !!!

  12. Renaud 4 décembre 2014 at 3:02

    Tiens un truc sidérant sur ces questions du nombre de victoire par surface.

    Nadal a plus de 2 X MOINS de victoire sur TB que Vilas ( 318 pour 644) il est « seulement » 10ème aujourd’hui au nombre de victoire sur la surface (devancé par des Muster, Orantès, Lendl oui Lendl…) mais question tournoi remporté il y a pas photo, plus qu’un pour égaler Vilas (46 à 45).

    Pour le dire autrement il aura gagné autant de tournoi sur TB que Vilas avec 2 FOIS MOINS de match que lui !!!

    Il n’y a aucun autre exemple similaire de rapidité sur les autres surfaces avec un tel écart entre la place au nombre de match remporté et le nombre de tournoi gagné !!!
    Ce qui se traduit dans le pourcentage ahurissant V/D sur TB à 93%

    Contre exemple parfait, FED est premier sur dur pour tous les critères mais seulement 83% de V/D
    Et même sur gazon ou FED performe plus il n’est « qu’à » 87% !!!

    • Sylvie 4 décembre 2014 at 3:35

      Plus la carrière de Fed s’allonge, plus ses pourcentages baissent. Fin 2007, il devait avoir des stats hallucinantes.

      • Don J 4 décembre 2014 at 4:06

        pourtant cette année 2014 a fait « grimper » son % de victoire en carrière de 81.1% à 81.4%, comme quoi…

      • Sylvie 4 décembre 2014 at 7:33

        Oui c’est vrai pour cette année mais il est moins régulier depuis quelques années ce qui est normal.
        Après j’imagine que dans les stats on ne compte que les matches joués. Un Nadal qui fait des black out sur des grosses parties de saison depuis quelques années, hormis 2013, garde des bonnes stats car il est assez performant sur les tournois qu’il joue ou alors ne joue plus du tout.

    • Antoine 4 décembre 2014 at 10:46

      Cette comparaison entre Rafa et Vilas est impressionnante parce que Vilas sur terre, c’était un caïd. Il battait tout le monde sauf Borg..

      • Achtungbaby 4 décembre 2014 at 11:18

        Vilas le type qui avait un bras deux fois plus gros que l’autre. Je ne sais pas si un joueur a déjà eu une telle différence. Impressionnant.

  13. Don J 4 décembre 2014 at 3:20

    Roger semble porté par un amour du tennis incommensurable et surtout sans équivalent jusqu’à présent dans l’histoire de ce sport. Sauf peut-être un certain Jimbo justement, l’homme de tous les records de longévité, que j’ai appris à connaitre dans l’ouvrage de référence co-écrit par le boss et ornant fièrement la bannière du site ;-)

    D’ailleurs je tiens à remercier et féliciter Mr Gdalia pour ses portraits léchés du kid de las vegas et de son prédécesseur, père spirituel jamais revendiqué, Jimmy Connors, qui ont été particulièrement savoureux à lire. Et le paradoxal parallèle entre ces 2 idoles générationnelles des grandes années du tennis US, avec l’amour de sa mère et du jeu pour le plus vieux, et la rudesse du père et la torture du jeu pour le plus jeune, est absolument fascinant. N’ayant pas connu le tennis des années 70-80, et ayant très peu suivi le tennis des années 90, ces témoignages trouvent un écho parfait dans ma nébuleuse cérébrale, décidément, le tennis est un superbe spectacle qui raconte simplement des histoires d’hommes.

    Pour en revenir au livre, il m’a fait prendre conscience de la richesse du tennis des années 80, en nombre de champions d’envergures (ces multi-vainqueurs de GC, si rares aujourd’hui…) et de duels de légende, il n’y a qu’à regarder le post-it de maitre Colin, sur les Head to Head des numéro 1 mondiaux à cette époque, pour s’en convaincre. Je suis désormais certain comme jamais d’être né un poil trop tard, et de n’avoir à regret pu suivre et apprécier la plus magnifique période tennistique de tous les temps. Sampras et Agassi, ont joué Connors et Mc Enroe, Agassi a joué Federer et Nadal, ce mec est un témoin privilégié et éminent de l’histoire du tennis, si un jour je venais à échouer sur une île déserte, j’emporterai… Agassi sans conteste !

    Petit bémol sur le bouquin, Djoko, Fed et Nadal sont encore en lice pour marquer l’histoire de ce sport encore plus fortement, et j’exigerai une mise à jour ! (ceci dit c’est une véritable bible concernant les records de chaque multi-chelemisé). D’ailleurs cela aide énormément à apprécier l’œuvre tennistique de chacun et de se faire une meilleure idée de qui c’est qui est le plus meilleur goat de l’histoire, en gros si t’as pas lu le bouquin en entier avec tous les principaux records ligne par ligne, t’as pas la permission de participer au débat du goat, nah !!! enfin, sachez que Connors, Federer et Nadal sont les seuls avec 3 pages de records…)

  14. Renaud 4 décembre 2014 at 6:27

    Je n’ai pas ce livre donc je ne ferai qu’une remarque sur ta dernière remarque.
    Que Connors et Fed aient 3 pages de record me semble OK mais Nadal aussi rien ne va plus.
    Sauf à prouver le contraire, je ne pense pas que Nadal ai plus de record que Lendl et Sampras lorsque l’on parle si j’ai bien compris d’un ouvrage exhaustif sur l’ère open.

    Aucune attaque ad hominem juste une demande de clarification

  15. Renaud 4 décembre 2014 at 6:32

    Quand j’entends parfois Toni se plaindre que la TB n’est pas assez représenté, genre faire le Master de fin d’année sur TB je trouve cela fort de café même si je comprends que chacun défend sa chapelle.

    La surface la moins bien représenté et heureusement qu’il y a Wimbledon en Angleterre patrie assez conservatrice donc qui me rassure sur son avenir à moyen-long terme, donc je disais la surface la moins représenté c’est l’herbe.

    Comme nous venons de le voir
    Sur TB Vilas qui n’a pas joué plus longtemps que Connors me semble t’il c’est 644 victoires
    Sur dur il me semble que Fed est dans les mêmes eaux
    Sur herbe il y a Connors à 170 et le 2ème Fed n’est qu’à 131

    C’est donc bien cette surface avec la moquette qui disparait peu à peu et non pas la TB

    • Antoine 4 décembre 2014 at 10:44

      Jusqu’en 74 inclus, 3 des 4 GC se jouaient sur herbe et leurs tournois de préparation aussi. Et jusqu’86 ou 87, je ne me souviens plus, l’OA, certes déserté, se jouait encore sur herbe aussi..D’ou en partie les 170 victoires de Jimmy. .

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis