Les Revenentes

By  | 9 décembre 2014 | Filed under: Coupe Davis

Détresse

Légende d'Hervé V.

Légende d’Hervé V.

Week-end de rêve : télé, 2 Helvètes prêts en dem’ , belle perf ! Ne reste que l’excellent Serbe. Les French tremblent.

Et espèrent cette sèche et célèbre mésentente : le 2ème Helvète sert, prend le net et perd. Et se prend le bec : the femme de Federer, the mère de 4 bébés, énervée, le blesse de ses verbes ; et Federer  sert, prend le net et lève le chef. Et prend des remèdes : l’envers de ventre est blessé.

Le week-end de rêve est sévèrement ébréché. L’ensemble des terres Helvètes est stressé, désespéré…  Excès de regrets ! C’est détresse chez les FFF.

Les experts tentent de remettre Fed en desserte, tel le prêtre céleste et éternel vénéré de cent et cent zélés fervents. C’est secret défense chez Sevé et le cercle : l’entregent et les recherches ne servent, même les dépêches des réd en chef ne relèvent d’éléments sensés.

Serment : Espérer

Les événements se pressent. Federer recèle et renferme des réserves extrêmes ! Le règlement ne permet d’errer, le recensement des scènes le révèle : Le Ménestrel des Revers de l’Extrême vs Verge de Serpent (le père de ce terme est embêté, c’est net) et L’Elève d’Edberg vs Le Mec Empressé de Péter Le Chelem. C’est the Revenge de ce célèbre 1/4.

Hé ! Les fées règnent-elles en cette entrée de week-end ? Le n°2 Helvète se venge des sentences égrenées véhémentement en septembre et écrème le n°1 de Clément ! Le Cerbère est excédé : les gens présents n’émettent les bêlements espérés.

Federer entre. Les French reprennent sève. Le blessé est sévèrement renversé. Renversé tel les crêpes jetées en l’éther.

Fed est renversé, certes… n’empêche, the chèvre est exercée !

Cherchez-l’E !

Fête

Et le FedExpress, récemment blessé, est rené de ses cendres ! Les préceptes de McPher’ servent excellemment. L’entente est perRFect : les fédérés s’entendent en frères esthètes. Les effets célèbres, les défenses léchées et les détentes élevées de Fed, les serves effrénés et les revers déments de M. n°4 de l’échelle terrestre permettent de percher les sergents de Sevé en tête et de rendre réel le rêve…  Même Bennet’  se repend: 0 brèche détectée, excepté ce let en entrée de 2ème set.

J-1 : j’émerge en cette légende : le jet de Genève me mène en terre belge ; je prends le TGV vers le centre de ce respecté 59… exempt des entrées recherchées fermement. Les déesses de l’entêtement se penchent vers mes dèches et me permettent d’en enlever 2 ! Effervescence ! Emmener l’envers de père et être présent en ce 23.11, c’est l’exemple même de recette secrète céleste.

L’ex-relève expectée des presses spé et le klephte de Pete délesté de perf en perf de ses emblèmes se présentent. Remplacer le regretté (réellement ?) n°1 french semble relever de l’excès. Brettelé, dépecé et démembré, bébé Fed ! Même les revers décentrés de l’Elève d’Edberg l’emmerdent (n’est-ce réel ?). L’Expert l’enlève! Ventre penché en terre, des perles émergent. Les Helvètes déferlent ! Le Weltkelch (j’espère me rémérer de  ce terme!) est en dextres respectées !

Bref, les rets recherchés,  et exercés en septembre vs Step’, Berd’ et les Czech, merdent. Sevé et les Helvètes enterrent Clément et les French. C’est fête et excès entre Genève et Berne.

Le terme de ce week-end est très bête : le Ménestrel des Revers, éméché, se venge légèrement des sentences jetées des becs french en été. Les mecs de Clément se défendent, se rebellent et le serrent de préférence en les WC. C’est l’essence même de l’échec!

Et le « je »? Pensez-le ! En terres french et helvète, je célèbre l’événement et me permets ce dérèglement : YEEEEAAAAAAAHHHHH!

2 emblèmes: repérez-les!

2 emblèmes: repérez-les!

 

About 

174 Responses to Les Revenentes

  1. Renaud 14 décembre 2014 at 20 h 03 min

    Je l’avais déjà posté mais j’espère rapidement un match et une victoire nette et sans bavure de Wawrinka sur Jo, tiens par exemple en 1/8 ou 1/4, au prochain OA afin qu’on en finisse une bonne fois pour toute avec le moindre début d’un développement d’une idée qui consisterait à croire que Jo est plus fort que Stan.
    Une bonne branlée, le débat sera clos.

    • Achtungbaby 14 décembre 2014 at 20 h 52 min

      il y a débat ?
      Stan fait tout mieux que Tsonga, le physique en plus.

      Il n’y a pas photo !

    • Antoine 15 décembre 2014 at 13 h 18 min

      Pour l’instant il y a 3-3 : http://www.atpworldtour.com/Players/Head-To-Head.aspx?pId=T786&oId=W367 mais cela va vite changer puisque Stan a beaucoup progressé depuis 2013 et il est plus fort que Jo sur toutes les surfaces sauf peut être sur herbe.

  2. Elmar 14 décembre 2014 at 21 h 51 min

    Un point de l’ami Tomic que j’avais encore jamais vu: https://www.youtube.com/watch?v=7S55Pq4RrfI

    • Colin 14 décembre 2014 at 22 h 45 min

      La gueule de Bennet’ !!!

  3. Homais 15 décembre 2014 at 9 h 05 min

    Ouais, ça a l’air si facile qu’on se demande pourquoi ce n’est pas plus utilisé… et pourtant !

    • Antoine 15 décembre 2014 at 13 h 20 min

      Dolgo en fait des comme cela de temps à autre..

  4. Nathan 15 décembre 2014 at 10 h 28 min

    A Ivan avec un I, à Patricia et aux autres s’ils aiment les ratiocinations.

    Bien sûr que Richard a le droit de prendre la parole. Mais lui ai-je interdit de le faire ? Reste à savoir ensuite si c’est bien « sa » parole, ce dont parfois je doute, je dois l’avouer.

    Il ne s’agit pas de « noyer le poisson » mais simplement d’essayer de préciser, dans la mesure du possible, ce dont on parle pour éviter de soliloquer, ce qui ne présente pas un grand intérêt.

    Patricia a parfaitement vu le problème dans sa réponse puisqu’elle fait bien la différence entre « le niveau de jeu » d’un joueur à un instant T, qu’elle qualifie immédiatement « d’indécidable », et les « référents objectifs » que constitue « la carrière d’un joueur ». Nous y voilà ! Nous sommes au cœur du sujet.

    Nous, observateurs extérieurs et lointains, nous avons le droit de nous amuser ad libitum à décider de la valeur d’un joueur à un moment donné, contre un joueur donné, sur une surface donnée, dans un contexte donné, à partir de « référents objectifs », c’est-à-dire la carrière du joueur au sens large, pour décréter : ce joueur est fort ou pas.

    En faisant cela, ce ne sera pas forcément déconnant, on se rapprochera peut-être du niveau de ce même joueur à un moment donné, précis, identifié, si on est un très fin analyste de la chose tennistique et du joueur en particulier (et pourtant combien de pronostics erronés de très grandes gloires du tennis ou de grands journalistes qui pourtant devraient être plutôt bien placés pour savoir !). Mais dire que c’est « objectif », non, c’est tout de même nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

    Exemple : Patricia franchit le pas du « référent objectif » pour appuyer le discours de Richard en disant que le Sampras de la finale de 1991 n’était pas le grand Sampras que nous avons en tête :

    « Sampras est 8è et vient de gagner les Masters après un parcours assez dantesque. Il est donc en forme tennistiquement mais aussi sans doute un peu grillé mentalement et physiquement après deux semaines d’affilée en finale contre le top du top ». Alors que Federer, lui, est Federer, l’homme aux 17 GC etc.

    Cette démonstration de Patricia a la couleur du bon sens, présentée comme cela. Cela se tient. On se dit : « ouais, elle a raison « . Sampras n’est pas 1er, il est 8ème, Sampras a 20 ans, Sampras n’a pas l’expérience de la Coupe Davis.

    Sauf que je peux jouer, moi aussi, au « référent objectif » mais en l’appliquant cette fois au cas Federer en disant par exemple :

    « Le Federer qui s’est présenté à la finale de 2014 n’était hélas pas le grand Federer que nous avons tous connu, (je dis « hélas » parce que je suis un FFF transi), celui de la période 2004-2007 où il gagnait ce qu’il voulait quand il le voulait. Descendu à la 8ème place mondiale courant 2014, il s’est imposé un programme infernal pour tenter, mais en vain, de reprendre la 1ère place mondiale. A ce jeu-là, à 33 ans, il s’est épuisé. 2014, c’est l’année où il perd en finale contre son dauphin, Stan. Tout un symbole. Sans aucun GC, battu précocement à Bercy sans convaincre, Federer s’est grillé mentalement et physiquement après deux semaines d’affilée en finale contre le top du top au Masters de Londres, sans le remporter. C’est le dos en compote et en pleine incertitude physique et psychologique que Federer s’est rendu à Lille, plus seul que jamais (sans Mirka, qui compte tant pour lui, pour le soutenir pour les raisons que l’on sait et qu’il est inutile de rappeler). Sampras, lui était en pleine ascension en 1991. Il venait de remporter brillamment le Masters, après un parcours exemplaire. C’est un jeune joueur en pleine confiance qui s’est rendu à Lyon. La jeunesse, un talent inouï, la confiance, l’ascension, tous les ingrédients étaient réunis pour faire de Pete Sampras le plus redoutable des adversaires en finale de Coupe Davis en 1991″.

    Ce que je veux dire, c’est que Patricia et moi, nous n’avons ni tort ni raison, simplement nous éclairons le même phénomène à partir de deux subjectivités en se basant sur des éléments passés.

    Mais la réalité, c’est que Monfils, Gasquet, Leconte, Forget ont rencontré des joueurs réels et pas des référents objectifs.

    Si nous, observateurs, nous pouvons jouer à qui est le plus fort, le plus grand (et cela a un sens à la fin d’une carrière du joueur, une fois que les choses sont faites), parce que nous, nous ne pouvons faire que cela, j’avoue qu’entendre Richard, c’est-à-dire un joueur qui se bat contre des joueurs réels et pas contre des référents objectifs, dire, parlant de Federer : « en 1991, Sampras n’avait pas ce niveau-là » me laisse pantois. Et tout ça à propos d’un match qui a eu lieu il y a 23 ans, contre un adversaire qu’il n’a jamais rencontré et alors qu’on ne lui demandait rien.

    Je réagis ainsi parce cet interview de Richard m’attriste. Il m’attriste parce qu’il est sincère et, à mon avis, parce qu’il exprime naïvement quelque chose de l’état d’esprit de cette équipe qui ne va pas.

    Il m’attriste, je ne dis pas que c’est volontairement, j’ai entendu les arguments de Patricia, mais il n’empêche, parce que cet interview est inélégant indirectement.

    Inélégant à l’égard de Leconte, de Forget, de Noah, mais aussi de Tsonga dont on sait maintenant qu’il fait le guignol pour 1 million de dollars (et je le comprends bien, à sa place je ferais pareil), et surtout de Stan puisqu’on y apprend que sans Federer, les Français auraient eu le saladier. Mais quand est-ce que les Français cesseront de considérer Stan comme un bûcheron vaudois, quantité négligeable ? Même après cette défaite cinglante, ils continuent, comme si rien ne s’était passé.

    Cet interview m’attriste surtout à cause de cette phrase-là qui me laisse sans voix : « on n’a pas eu de chance que Federer soit revenu cette année. Sinon, on la gagne, cette Coupe. L’an prochain, il n’y aura sûrement pas Federer, il n’y a pas l’Espagne… Deux finales perdues, ça donne envie de finir par gagner ».

    Une ambition de caniche doublée d’une cécité aveuglante. Au jardin des hypothèses, la culture des illusions donne parfois ce genre de fleur.

    • Ivan 15 décembre 2014 at 11 h 33 min

      Épuisant…

    • Elmar 15 décembre 2014 at 12 h 31 min

      Si je résume ta pensée: tu es attristé car Riri raisonne comme un spectateur et non comme un acteur. Ca se tient assez bien. Il dit des tas de trucs sensés mais qui ne devraient pas provenir de sa bouche.

      Bon, si Riri était un Champion, je crois qu’on le saurait, depuis le temps.

      • Ivan 15 décembre 2014 at 13 h 35 min

        Il est attriste car Richie fait un constat d’apres lui subjectif sur le Sampras de 91 alors que celui-ci est OBJECTIF.

        • Nathan 15 décembre 2014 at 13 h 47 min

          Schwarzy, fais attention ! épuisé comme tu es, tu risques de finir comme Stallone !

          • Ivan 15 décembre 2014 at 14 h 00 min

            Mais je l’aime bien moi Stallone. Plus que Woody c’est sur.

      • Nathan 15 décembre 2014 at 13 h 44 min

        Entre autre, oui, c’est parfaitement résumé.

        J’avais un objectif secondaire, assez mesquin, il est vrai, c’était d’épuiser Terminator qui m’avait accusé de « relâchement » dans l’argumentation. Objectif atteint à 100 %.

        • Ivan 15 décembre 2014 at 14 h 18 min

          Je te reconnais volontiers cette capacité d’épuiser ton contradicteur. J’en viens presque à te soupçonner d’être le vrai Woody caché derrière l’avatar.

          Blague à part, dans ton post du début tu reprochais bien à Richard le fait qu’il était trop petit pour émettre une opinion sur le niveau de Sampras ou en tout cas de le comparer avec un autre, Fed en l’occurrence. Tu as beaucoup (trop?) développé pour appuyer ce point en déviant sur la subjectivité mais ça reste beaucoup de bla-bla pour pas grand chose. Je t’ai posé une question sous la forme d’un exemple, j’attends toujours la réponse. Borg ou Bruguera? Fangio ou Alesi? Oui, je sais, il est probable que sur certains matchs (certaines courses) à conditions similaires Bruguera ou Alesi eut étés meilleurs. Le constat global est pourtant évident. Et objectif.

          Je maintiens donc ce que j’ai écrit précédemment: des qu’on essaye d’établir une comparaison qui n’est pas nécessairement chiffrable, on est taxé de subjectivité. C’est le meilleur moyen de clore tout débat et de nier le réel. Il est évident que nous avons tous une perception différente d’une même réalité. Ce n’est pas pour autant qu’il faut éliminer toute tentative d’établir un constat OBJECTIF sur cette même réalité. Procéder de la sorte c’est tuer tout dialogue dans l’oeuf.

          • Nathan 15 décembre 2014 at 14 h 26 min

            S’il te reste un peu de force, tu me relis puisque je dis exactement le contraire de ce que tu me fais dire…

            • Ivan 15 décembre 2014 at 14 h 54 min

              Je t’ai relu donc:

              « Le niveau d’un joueur (opinion subjective s’il en est, et ne parlons même pas du niveau d’une équipe…) s’apprécie parce qu’on a vu son match dans des conditions réelles ou tout au moins convenables. Sinon, on raconte un peu n’importe quoi.

              Je doute fort qu’à 5 ans Richard ai vu ce match. Quand bien même l’a t-il vu, avait-il à 5 ans les capacités suffisantes pour en apprécier le niveau ? Je sais que c’était un enfant prodige, même si on n’a plus le droit de le dire tellement Tennis Magazine lui a fait du mal d’après la légende noire que gobent les naïfs, mais j’en doute un peu. Quand bien même avait-il les capacités pour apprécier le niveau de Sampras ce jour-là, en a-t-il gardé une mémoire suffisante pour péremptoirement déclarer à 23 ans de distance : « le Federer que j’ai rencontré, c’était tout de même autre chose que le Sampras que Leconte ou Forget ont rencontré ! ».

              C’est une affirmation stupide, tout au moins gratuite, puisque Richard n’a jamais rencontré Sampras en dépit de son extraordinaire et magnifique précocité. A moins que j’ai loupé un épisode. »

              C’est bien toi qui l’a écrit nous sommes d’accord?

              • Ivan 15 décembre 2014 at 14 h 55 min

                PS: sois gentil tu veux vraiment pas répondre à ma question sur Borg?

            • Nathan 15 décembre 2014 at 15 h 37 min

              Et alors, que vois-tu là dedans qui te permette d’affirmer ce que tu affirmes dans le dernier paragraphe de ton post précédent ?

              Si tu ne comprends ce que je veux dire, tu peux relire ce que j’ai écrit après qui est le développement et un éclairage complémentaire de mes propos que tu viens de rapporter.

              J’ai toujours pensé que c’est en creusant sa subjectivité qu’on pouvait échanger de façon intéressante. Cela ne veut pas dire pour autant que toutes les opinions se valent dans une espèce d’aquoibonisme qui aurait le masque de la tolérance.

              Et je ne répondrai pas à ta question parce qu’elle ne correspond pas au sujet de la discussion. Le sujet de la discussion est le suivant : nous nous pouvons très bien discuter du point de savoir si le Sampras de 1991 est plus faible ou plus fort que le Federer de 2014. Et nous pouvons en discuter des heures s’il le faut. Je développe ce point-là. Mais qu’un joueur qui a le privilège de jouer des joueurs réels, qui vient de se prendre 3 sets secs sans avoir une seule balle de break, dise que que Federer est plus fort qu’un autre joueur qu’il n’a jamais rencontré m’interroge beaucoup. Et ce point-là, je le développe aussi.

              Là-dessus, bonne journée, Ivan.

              • Ivan 15 décembre 2014 at 16 h 39 min

                Que dire..? Relis toi toi-même à ce moment-là. Tu dénies à Richard le droit de juger du niveau de Sampras au prétexte d’une prétendue jeunesse. Puis, tu développes dans un post suivant que la subjectivité ne lui est pas permise étant donné qu’il est joueur :

                « Ce que je veux dire, c’est que Patricia et moi, nous n’avons ni tort ni raison, simplement nous éclairons le même phénomène à partir de deux subjectivités en se basant sur des éléments passés.

                Mais la réalité, c’est que Monfils, Gasquet, Leconte, Forget ont rencontré des joueurs réels et pas des référents objectifs. »

                L’idée fausse vendue en sous-main vient nous faire croire que cette comparaison est subjective et n’a donc pas de valeur. Pour des petits spectateurs comme nous on ferme les yeux, c’est du domaine du bistrot mais pas pour des joueurs hein!

                Libre à toi de le penser mais pour moi ce raisonnement ne tiens pas debout.
                Quant à ma question, selon toi Gasquet n’aurait pas le droit d’y répondre au prétexte qu’il n’a jamais joué Borg.

    • Antoine 15 décembre 2014 at 13 h 29 min

      Richie termine l’année 26ème..Autrement dit, c’est une année pourrie pour lui

      Il est derrière JO (12ème), Monfils (18ème), Simon (21ème), et même Benneteau (25ème). Partant de là, il ne fallait pas attendre des miracles de lui même c’était parait il celui qui jouait le mieux à l’entrainement. Durant la finale, il a sans doute joué 10-15ème..

      • Sebastien 15 décembre 2014 at 18 h 30 min

        De là à se poser la question sur le choix de Bruguera ?

  5. Antoine 15 décembre 2014 at 13 h 34 min

    Il est pas mal celui là, élu le plus beau point de l’année par ESPN :

    https://www.youtube.com/watch?v=Y_BNBi-TnlU&feature=player_embedded

    • Elmar 15 décembre 2014 at 13 h 48 min

      Ouais. Pas convaincu. Un de ces rallies comme on en voit de plus en plus. Y a eu des coups de patte autrement plus géniaux durant l’année.

      • Antoine 15 décembre 2014 at 13 h 52 min

        Pour Steve Tignor, la finale de Wimbledon était le meilleur match de l’année :

        http://www.tennis.com/pro-game/2014/12/no-1-nole-takes-long-way/53412/#.VI7ZFiuG_XM

        ..opinion que je partage..

        Selon Santoro, leur set en Inde la semaine dernière, dont l’Equipe indique que c’est Roger qui l’a gagné (je n’avais rien compris et n’étais pas le seul) était du même niveau…Ca va la tête Fabrice ?

        • Sebastien 15 décembre 2014 at 17 h 46 min

          Santoro n’a jamais été modeste apparemment ! On raconte qu’il dit toujours qu’il a été numéro 1 mondial car effectivement il aurait été numéro de la race, en fin de la première semaine de l’année MDR

        • Sebastien 15 décembre 2014 at 18 h 27 min

          Je suis maso mais j’ai revu. Objectivement oui c’était un beau match. Subjectivement, horrible.
          J’ai quand même trouvé que Federer ne jouait pas assez le coup droit du Serbe et malgré la nouvelle raquette un tout petit manque de puissance.

  6. Sebastien 15 décembre 2014 at 17 h 40 min

    Ben dites donc ! Du Perec tennistique ! Impressionnant ! Elmar, tu déchires !
    Nathan tu es très très fort aussi. Tes commentaires plus longs qu’un article, tu prends des trucs ou quoi ? J’en veux aussi !

    • Nathan 15 décembre 2014 at 23 h 14 min

      Volontiers. Cela dit, j’en ai filé à Ivan mais lui ça le ralentit plutôt. Comme quoi, il faut être prudent avec ces trucs-là !

    • Ivan 15 décembre 2014 at 23 h 27 min

      Pour pondre 300 lignes à se contorsionner pour justifier que Gasquet n’a pas le droit de comparer le niveau de Fed sur cette Coupe Davis à celui de Sampras sur celle de 91, mieux vaut avoir pris des trucs en effet…

  7. Antoine 15 décembre 2014 at 17 h 54 min

    Après Tony Roche qui disait il y a dix jours : « Je pense que Roger Federer peut jouer aussi longtemps qu’il le veut grâce à son mental. Physiquement, je pense qu’il peut encore jouer quatre ou cinq ans, sans aucun problème. Après, la question d’un nouveau titre en Grand Chelem… Bien sur, Wimbledon reste sa meilleure chance mais il s’est aussi montré lors des autres Majeurs ces derniers temps. Aussi longtemps que les joueurs respecteront Federer, il restera une menace »

    … ce qui correspond en gros à ce que je pense, voilà que Pat Cash abonde dans le même sens et voit plus loin encore, selon wlt :

    « Federer se déplace incroyablement bien et il a déjà tout connu. S’il reste aussi bien préparé physiquement, il peut jouer jusqu’à 45 ans. ».

    Encore plus fort ! J’imagine que Pat Cash dit cela en pensant au simple, parce qu’en double Roger peut viser plus haut. Borotra jouait bien en Coupe Davis en 1947 (25 ans après sa première sélection..) à 48 piges et en 1964, il jouait encore en double à Wimbledon alors qu’il avait 65 piges. C’est le record à battre et c’est à la portée de Roger..

    • Sebastien 15 décembre 2014 at 18 h 30 min

      Qu’il joue déjà jusqu’à 40 ans me comblerait, après s’il va jusqu’à 50, c’est encore mieux. J’ai toujours voulu qu’il gagne une 15-aine de Wimbledon. A cette époque-là Kyrgios aura pris sa retraite !

  8. Renaud 15 décembre 2014 at 20 h 09 min

    Ouh la la les plans sur la comète
    Autant personne ne trouvera un post de moi sur la théorie du déclin à laquelle je n’ai jamais souscrit concernant FED autant il ne faut pas pousser Mémé dans les orties.

    Disons que jusqu’à Rio c’est clair qu’il jouera encore, ensuite j’ai posté dernièrement les 2-3 records qu’il pourrait en théorie encore viser, les tournois c’est mort vu certains tournois de plage remporté par Connors et Lendl, mais le nombre de victoire en carrière semble jouable.

    Mais comme Connors (son illustre prédécesseur au niveau durée) acceptera t’il de jouer la plupart du temps les faire valoir pour quelques coups d’éclats ???

    Sur le débat Ivan, Nathan je suis perplexe…. je ne sais plus avec lequel des deux je suis d’accord !!!! à la base je crois que c’est avec Nathan sourire.

  9. John 16 décembre 2014 at 9 h 52 min
    • Antoine 16 décembre 2014 at 11 h 12 min
      • John 16 décembre 2014 at 16 h 08 min

        Délicieux, en effet.

      • Kaelin 16 décembre 2014 at 16 h 24 min

        Le Jean-Claude Van Damme du circuit, assurément ! J’adore, j’adore !

        • Patricia 18 décembre 2014 at 13 h 08 min

          JCVD est quand même à Gaël ce que Fed est à Dimitrov…

          Une de mes favorites :  » Je suis fasciné par l’air. Si on enlevait l’air du ciel, tous les oiseaux tomberaient par terre….Et les avions aussi…. En même temps l’air tu peux pas le toucher…ca existe et ca existe pas…Ca nourrit l’homme sans qu’il ait faim…It’s magic…L’air c’est beau en même temps tu peux pas le voir, c’est doux et tu peux pas le toucher…..L’air c’est un peu comme mon cerveau…  »

          Ou les cacahouètes :  » J’adore les cacahuètes. Tu bois une bière et tu en as marre du goût. Alors tu manges des cacahuètes. Les cacahuètes c’est doux et salé, fort et tendre,comme une femme. Manger des cacahuètes, it’s a really strong feeling. Et après tu as de nouveau envie de boire de la bière. Les cacahuètes c’est le mouvement perpétuel à la portée de l’homme « .

          Ou Proust : « Marcel Proust, oui. Un peu comme moi. Longtemps il s’est couché aware ».

          Ou Adam et Eve : « Moi, Adam et Ève, j’y crois plus tu vois, parce que je suis pas un idiot : la pomme, ça peut pas être mauvais, c’est plein de pectine… »

          • Nathan 18 décembre 2014 at 13 h 18 min

            Génial !

    • Achtungbaby 17 décembre 2014 at 10 h 09 min

      Forget dit dans l’Equipe qu’il a quelques petits trucs à dire qui pourraient aider l’équipe de France. Et il en donne un pour exple : à Bercy il rapporte que la paire Gasquet/Tsonga a joué le double en dilétente, et qu’ils se sont pris 6/2-6/2. Ils estime que les français auraient dû jouer le double à fond, pour préparer au mieux la finale, puisque c’était la paire préssentie.

      Et là on se dit que si tous ses conseils sont du même style, et que si l’équipe de France en est à avoir besoin de ce genre de conseils, c’est pas demain que les bleus vont la gagner, et qu’ils sont vraiment des branquignols.

      J’ai hate de connaitre le conseil n°2 !

      • Patricia 18 décembre 2014 at 10 h 54 min

        Ca fait un an que je pointe l’inconscience complète des joueurs français sur les exigences du double. Cette anecdote sur Bercy n’est pas la moindre (ils se sont même fait siffler et la prise de conscience post incident paraissait bien molle…). Il se trouve que Clément était gravement malade à Bercy et n’a pu venir dans la salle qu’à partir des 1/4 – on peut espérer qu’il aurait eu à cœur d’éveiller un minimum la conscience de ces deux nouilles quant à leur niveau….

        Ceci dit l’article posté par Antoine (interview de McPherson dans un journal australien) montre à quel point l’heureuse (et nécessaire) idée de Lüthi pour le double suisse était bricolée : ça s’improvise à Bercy avec une petite discute de Roger et des Bryan, qui passent le mot à McPherson, qui heureusement est aussi aux Masters, et donne son accord pour le coup de main « parce que c’est Roger »… Les Masters donnent l’occasion d’entraîner les schémas de jeu. Dans le genre ric-rac c’est pas mal…

        Quand Biquette déclare : « je n’avais pas la moindre idée d’à quel point le double était tactique », ça montre aussi combien cette discipline est méconnue chez les joueurs de simple. Mais vieux motard que j’aimais !

        Une meilleure nouvelle pour l’équipe française, c’est que Monfils a vu la lumière et va se raccrocher plus fermement au wagon Gilou-de Witt, avec un coaching officiel.

        Jo de son côté est forfait à Abu-dabi et se dit très nadalement incertain pour l’AO…

  10. Don J 17 décembre 2014 at 12 h 09 min

    Salut les gens,

    vous pouvez votez pour vos sportifs de l’année sur http://2014.eurosport.fr/

    le tennis (ATP, parce-que côté WTA…) est plutôt bien représenté, avec Djoko en sportif de l’année, Stan et Cilic en moment le plus dingue (dur de choisir), et leur 2 coachs, Goran et Norman en coach de l’année (avec Mouratoglou mdr ^^), l’équipe de suisse de CD en équipe de l’année, Kyrgios en révélation, et l’équipe d’Espagne de DC en flop… avec devinez qui ?

    perso j’aurai mis Federer en sportif de l’année, avec ce qu’il nous a sorti à 33 ans, mais bon… c’est pas moi qui fait les listes hein ^^’

  11. Renaud 17 décembre 2014 at 13 h 16 min

    La meilleure interview bien entendu est celle de Marion Bartoli, Forget et Llodra c’est plus consensuel et effectivement si les joueurs en sont là alors le mal est profond.
    La France ne peut gagner la coupe Davis qu’avec un grand double vu la force des N° 1 et 2 de certaines équipes.
    Ce devrait donc être un engagement important dans le calendrier des joueurs français ce qui n’est pas le cas.

    Et merci pour le lien vers les « Monfilseries » il faut d’urgence déposer le mot !!!!

  12. Homais 17 décembre 2014 at 13 h 42 min

    Une bien bonne de Toni Nadal
    https://es.eurosport.yahoo.com/noticias/toni-nadal-critica-tenis-actual-empeorado-espect%C3%A1culo-110657067–ten.html

    « París, 17 dic (EFE).- Toni Nadal, tío y entrenador del tenista español Rafael Nadal, critica en una entrevista publicada hoy por « L’Équipe » que la evolución del tenis ha ido en detrimento del espectáculo.

    « El juego va demasiado rápido. (…) Cada vez hay que darle antes a la pelota, golpearla más fuerte. Para eso, prefiero mirar el ping-pong », indica al diario deportivo, en el que considera que debería ponerse un freno al desarrollo de las actuales raquetas y pelotas, que en su opinión pueden salvar golpes mediocres.

    El espectáculo, afirma, ha empeorado: « El público a menudo no reacciona porque no ve nada. No se aprecian demasiado los matices. Prefiero ver el estilo de Federer o de Gasquet, ver a Djokovic o a Rafael, que corren, atacan y defienden, que a otros que golpean fuerte sin movimientos correctos ».

    Bref, il n’aime pas le tennis en un coup et regrette que « le jeu s’accélère » et que le spectacle en pâtisse. C’est bizarre ça, parce que les balles sont les mêmes et les courts toujours plus lents. Il regrette que des joueurs, non nommés (Raonic ?) puissent mettre leurs adversaires (son neveu sans doute particulièrement) à trois mètres de la balle, et ce sans aucune technique, et préconise un frein à course aux armements côté raquettes et balles.
    Enfin… je ne suis pas persuadé que Rafa soit un puriste question technique et pense même qu’il bénéficie pas mal pour ses coups en bout de course à l’arrache de matériels très permissifs autorisant à ne pas cadrer la balle tout en la faisant tout de même avancer.
    Au passage, il met Djoko, Rafa Gasquet et Fed dans la même barque des « techniciens du tennis » donc, mêmes adeptes d’un tennis complet…

    • Antoine 17 décembre 2014 at 14 h 09 min

      Dans l’Equipe ce matin, il y a une grande interview de Tonton Toni dont on voit un bref extrait ici :

      http://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Toni-nadal-vote-mauresmo/522693

      • Elmar 17 décembre 2014 at 15 h 53 min

        Ou comment se dédouaner à peu de frais de l’accusation de misogynie. Tonton Tony, je suis pas loin de penser que c’est un génie.

        • Achtungbaby 17 décembre 2014 at 16 h 04 min

          Tennez, en parlant de misigynie, en voilà un qui est à la hauteur de sa réputation (in l’Equipe.fr):

          Le bras gauche en écharpe, Michaël Llodra, opéré mardi du coude, a encore du mal à évoquer la Coupe Davis. L’imbroglio Noah ? Non, «le fait de ne pas avoir été appelé sur le stage de préparation par Arnaud (Clément). C’a été très dur à encaisser, il m’a fallu faire le deuil de tout ça et encore aujourd’hui, ça me fait un petit pincement. Je ne demandais pas à faire partie des quatre sélectionnés, j’aurais juste voulu qu’il me laisse ma chance, histoire que je puisse lui montrer de quoi j’étais capable. Ca m’a d’autant plus déçu qu’on se connaît bien… Et puis, cette saison, j’ai apporté un point important (avec Julien Benneteau, il a apporté le point du double face à l’Allemagne, en quarts de finale, alors que la France était menée 2-0 après les simples, ndlr). Sans ce point, on ne serait peut-être pas allés en finale derrière» disait-il mercredi, aux Etoiles du Sport.

          Concernant Yannick Noah, «je pense que c’est plus une maladresse qu’autre chose. Et le faire dans la presse, ce n’était pas la bonne manière. Je peux comprendre à la fois Yannick, qui a exprimé son amour du maillot, et Arnaud. Mais je ne remets pas en cause le travail d’Arnaud et du staff.»

          Enfin, lui qui connaît bien Amélie Mauresmo, que pense-t-il de la « proposition » de Toni Nadal, qui la verrait bien prendre le capitanat ? «J’adore Amélie mais je ne la vois pas à ce poste, je ne la vois pas gérer une équipe masculine avec tous ces egos, ces caractères… Y’a du travail dans notre équipe (sourire) ! Avec un seul joueur, comme Andy Murray, c’est possible, mais pas plusieurs. Il faut un homme pour ça.»

          • Achtungbaby 17 décembre 2014 at 16 h 05 min

            Sur Noah il est plein de bon sens.

            • Renaud 17 décembre 2014 at 16 h 16 min

              Avec Mauresmo dans les vestiaires Gasquet irait pas faire le coup de poing avec Waw dans les toilettes !!!
              Quoi une attaque sur le physique de camionneur de monsieur Mauresmo, pas du tout.

        • Patricia 18 décembre 2014 at 12 h 40 min

          …un grand pervers !

  13. Renaud 17 décembre 2014 at 16 h 13 min

    Comme je parle pas Espagnol je m’appuie sur la traduction de Hornais pour commenter.

    Comme beaucoup l’ont signalé à de nombreuses reprises il semble acquis (et ce quel que soit le jouer que l’on supporte) que par rapport aux années Borg, Connors, Mc Enroe, Lendl et dans une moindre mesure Sampras, Agassi, Becker, Edberg les joueurs d’aujourd’hui (donc autant Nadal que Djoko que Fed…) peuvent du fait du couple raquette, cordage ne pas avoir à choisir entre puissance et précision alors que leurs aînés eux devaient opter soit pour l’un soit pour l’autre.

    Que Nadal et Djoko semblent plus avantagés que Fed sur la capacité à sortir des coups de défense et/ou d’attaque de fond de court impossible il y a encore 10 ans n’est que la conséquence d’un tennis différent et d’un avantage physique résiduel au delà de 2h30/3h30 de jeu.

    Là ou je trouve Tonton Toni audacieux (pour pas dire malhonnête et menteur comme un arracheur de dents) c’est de mettre Djoko avec Fed en les opposants à son poulain!!!!
    La ressemblance tennistique dans la dimension physique de Djoko no gluten et de Nadal semblant une évidence.

    Question purement technique je pense que Nadal est largement sous estimé par le fait que l’analyse de sa technique est biaisée par au moins deux monumentales « fausse barbe »
    1°/ Comparaison vis à vis de FED qui est dans une autre dimension vis à vis de ces contemporains mais aussi de ces prédécesseurs.
    2°/ Trop grande prise en compte du physique lorsque l’on parle de Nadal ce qui conduit à sous estimer le reste.

    Nadal tout comme Djoko mais tout comme n’importe quel sportif pro leader dans son domaine n’a rien à voir avec les sportifs limite amateur des années 50-80.

    Ce n’est plus possible aujourd’hui d’être un sportif professionnel majeur ( dans les 1-20 meilleurs de son sport) sans avoir un physique irréprochable voir nettement supérieur justement aux poursuivants.
    Messi, Ronaldo sont aussi des athlètes, Fontaine, Cruyf d’honnête sportif physiquement parlant
    Vettel, Hamilton, sont aussi des athlètes, Prost en comparaison c’était un physique honnête, pas exceptionnel.

    • Achtungbaby 17 décembre 2014 at 16 h 35 min

      ce n’est qu’un indicatueur de la technique d’un joueur, bien sûr, mais à la volée, Nadal est bien meilleur que Djoko, qui est vraiment très moyen dans ce domaine. L’espagnol à une meilleure main que le serbe je trouve.

    • Antoine 22 décembre 2014 at 15 h 10 min

      « les joueurs d’aujourd’hui peuvent du fait du couple raquette, cordage ne pas avoir à choisir entre puissance et précision alors que leurs aînés eux devaient opter soit pour l’un soit pour l’autre ».

      Absolument : Les cadres et cordages d’aujourd’hui permettent de donner plus d’effets à la balle (cordages) et plus fréquemment ces effets (cadre plus grand et plus rigide autorisant un moins bon centrage).

      Il est devenu possible de faire des coups plus croisés et/ou plus rapides. De ce fait la géométrie du court a changé : la zone de tir possible a considérablement augmenté. Les possibilités d’arbitrage entre puissance et précision sont beaucoup plus importantes qu’avant. C’est beaucoup plus facile de faire un passing gagnant qu’avant..ce d’autant plus que le niveau moyen a la volée à régressé dans le même temps.

  14. Remy 18 décembre 2014 at 11 h 20 min

    Noah s’explique à nouveau : http://t.co/y70PjgVNDq
    Autant je ne sais pas trop quoi penser de la précédente intervention, autant la … je suis complètement d’accord.

    En ce moment, Gasquet parle pas mal. C’est à se pendre à chaque fois.
    Ce mec est un désespoir total.

    • Patricia 18 décembre 2014 at 13 h 57 min

      C’est beaucoup plus plaisant et développé dans cette interview 3 fois plus longue… N’empêche que quand il se fout de Clément qui a réagi à son intervention en se disant blessé, il fait son oie blanche. C’est pas un système qui a réagi, c’est un mec assez nettement mis en cause par ses propos qu’il a choisi de porter sur la place publique. Il en remet d’ailleurs un peu en parlant de « copinage » alors que c’est plus l’apanage de l’ère Forget/Llodra.

    • Nathan 18 décembre 2014 at 14 h 20 min

      Bien sûr que c’est désagréable à l’égard de Clément. C’est évident. Mais sur le fond, ce que dit Noah me semble assez juste.

      Quant au copinage, le monde du tennis est un petit monde, donc forcément il y en a eu et il y en a encore. Je signale que Clément est le témoin du mariage du DTN actuel, ce qui n’est pas anormal non plus, cela ne me choque pas.

      Mais il est évident que gravitent autour ou dans la Fédération d’anciens joueurs qui n’ont pas eu forcément de brillantes carrières pour les mettre à l’abri du besoin (je ne parle pas pour Clément qui a fait une carrière tout à fait honorable).

      Le bon côté des choses, c’est que l’intervention de Noah pourra peut-être réussir à provoquer un réflexe salutaire de rejet (« gagnons au moins cette finale pour prouver à tous que Noah est un vieux con qui a tort ») dans cette équipe normale de « copains de la même génération » qu’est aujourd’hui l’équipe de France.

  15. Kaelin 18 décembre 2014 at 12 h 05 min

    Tsonga gère vraiment son corps et son calendrier à la perfection :

    http://www.tennismagazine.fr/inquietudes-pour-tsonga-et-monfils-_r_52_a_3879.html

    pour Monfils, encore, on est habitués …

  16. Elmar 18 décembre 2014 at 15 h 10 min

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis