RYSC 2015 : Wimbledon

By  | 26 juin 2015 | Filed under: RYSC

wim20150626 Voila maintenant trois semaines que Stan the Man a fait l’impossible en s’imposant face à Novak Djokovic qui restait invaincu en 2015 dans les gros matchs (Grands chelems, Masters, Masters 1000), en finale de Roland-Garros. Il a mis fin à tout débat concernant le Grand Chelem (en carrière et en saison) pour cette année.

Au programme cette quinzaine, des fraises, le chauvinisme anglais, du beau gazon qui devient terre et, on l’espère, des grands moments de tennis.

La place de numéro 1 mondial de fin d’année semble promise à Djokovic tellement son avance à la Race est importante : déjà 7585 points alors qu’il reste deux Grands chelems, le Masters et 4 Masters 1000. Il part donc défendre son titre à Wimbledon dans des conditions assez particulières où il devra surmonter la déception de Roland-Garros alors qu’il est finalement assez tranquille sur son trône de n°1. Avant une possible finale, il évitera Murray, Federer et Nadal qui sont dans l’autre moitié de tableau.

Andy Murray, autre homme fort en 2015, a brillé sur terre et c’est nouveau ! Alors qu’il n’a pas remporté de Grand chelem en 2015, il est déjà tout proche des 5000 points à la Race. Ce retour en forme couplé avec ce gazon où il a gagné en 2013 en font un des très grands favoris pour le titre. Sa victoire au Queen’s (malgré l’enchainement de la demie et de la finale le même jour) la semaine dernière confirme son statut. Son parcours s’annonce relevé avec des matches contre Tsonga et Nadal avant une possible demie contre Roger.

Le Suisse vient clairement pour s’imposer. C’est sans doute l’un des derniers Wimbledon où il a ses chances. Physiquement, il est prêt. Son jeu est en place. Il vient de remporter un 8e titre à Halle et son ratio victoires / défaites sur les 12 derniers mois est sensiblement le même qu’en juin… 2012 (avec moins de titres cependant). Cette année-là, il avait battu Djoko puis Murray dans les deux derniers tours. Il devra faire l’inverse pour arriver au même résultat et au passage prendre sa revanche sur la finale de l’an dernier. Mais on est encore loin de ça, un certain Berdych devrait l’attendre en quart. De quoi rappeler de douloureux souvenirs…

Nous avons quitté le dernier Grand chelem sur une finale exceptionnelle et surprenante. Voila ce qu’il nous faut pour ce Wimbledon, du jeu, des surprises, des jeunes, du plaisir en somme !

Seeds

  1. Djokovic
  2. Federer
  3. Murray
  4. Wawrinka
  5. Nishikori
  6. Berdych
  7. Raonic
  8. Ferrer
  9. Cilic
  10. Nadal
  11. Dimitrov
  12. Simon
  13. Tsonga
  14. Anderson
  15. Lopez
  16. Goffin

Question subsidiaire : combien d’aces pour le vainqueur de l’édition 2015 de Wimbledon ?

Head reducer

En plus des 16 TS, chaque participant au RYSC peut choisir un champion qui n’est pas tête de série. C’est-à-dire en-dehors des 32 joueurs suivants : Djokovic, Federer, Murray, Wawrinka, Nishikori, Berdych, Raonic, Ferrer, Cilic, Nadal, Dimitrov, Simon, Tsonga, Anderson, Lopez, Goffin, Isner, Monfils, Robredo, Bautista-Agut, Gasquet, Troicki, Karlovic, Mayer, Seppi, Kyegios, Tomic, Cuevas, Garcia-Lopez, Fognini, Sock et Thiem.

Le joueur que vous aurez choisi vous rapportera un point supplémentaire pour tête de série qu’il battra (parmi les 32 noms précédents).

Tableau

draw_wim_top_15draw_wim_bot_15

Deadline

Merci de publier vos listes et coupeur de tête avant le début du premier match : le lundi 29 juin à 12h30 (heure française).

About 

Après de trop nombreuses années sans tennis, je retrouve enfin mon amour de jeunesse. Et le constat est lapidaire : je suis ultra nul. Je compense en regardant les matches du Federer tant qu'il en est encore temps, de jour comme de nuit.

Tags: ,

583 Responses to RYSC 2015 : Wimbledon

  1. Jérôme 2 juillet 2015 at 10:37

    Sur Nadal, je trouve que ceux qui plaident pour l’enchaînement de malchance font un bel exercice syllogistique.

    Quand tu as fait 5 finales en 6 ans, tu ne peux pas mettre sur le dos de la malchance le fait de dégager systématiquement en 1ère semaine sur le compte de la malchance. Nadal n’a plus le niveau, la vitesse, la rigueur, la régularité et l’application qu’il avait sur cette surface jusqu’en 2011. C’est une évidence incontestable.

    Encore plus marquée que le Fait pour Sampras, de se faire systématiquement dégager par des seconds couteaux en 1ère semaine de Roland Garros à partir de 1997.
    De même ampleur que le contraste des résultats en GC de Federer entre Wimbledon 2003 et l’OA 2010 (22 finales et 16 titres en 6 ans et demi) et ceux depuis RG 2010 (3 finales et 1 titre en 5 ans).

  2. William 3 juillet 2015 at 12:01

    @Remy : c’est dans la boîte !

  3. Antoine 3 juillet 2015 at 2:39

    PLAYING ON LAWN…
    ——————

    @Coach & others

    Surface mineure…Le tennis a été inventé pour jouer sur herbe. C’est vrai, on ne joue plus beaucoup dessus, à peine six semaines par an, une de plus que les années passées mais il se trouve qu’on y joue encore le tournoi le plus important de l’année parce que le plus ancien. C’est comme cela et cela ne va pas changer parce que Wimbledon n’est pas prêt d’abandonner l’herbe comme l’on fait l’US Open et l’Open d’Australie. Jusqu’en 74, on y jouait 3 grand chelems sur 4, 2 à partir de l’année suivante et un seul depuis 1988. En réalité, ce qui est anormal est de ne pas jouer plus sur herbe et si cela ne tenait qu’à moi, on ne jouerait que sur herbe et sur terre battue, sauf en indoor ou cela n’a guère d’importance.

    La terre battue, surface de prédilection de Nadal a été inventée par les frères Renshaw qui passaient leur été après Wimbledon sur la Riviera et qui ont mis au point la surface compte tenu de la difficulté à y entretenir un court en herbe. Une raison purement pratique qui explique également que leurs cousins d’outre Atlantique aient construit des courts en dur, sur des parkings de supermarchés à l’origine du tennis pro, ce qui coûte beaucoup moins cher à entretenir. Depuis cette saloperie contre laquelle Nadal protestait régulièrement a essaimé et l’on joue même sur dur en indoor, ce qui est une hérésie car l’on devrait y jouer sur moquette. Passons sur cette brève histoire des surfaces.

    Nadal a donc perdu aujourd’hui contre Brown au deuxième tour de Wimby ce qui est sa première défaite contre un qualifié en grand chelem. C’est également la quatrième fois consécutive qu’il perd à Wimby avant les quarts de finale contre un joueur classé à chaque fois entre la 100ème et la 144ème place, lui qui n’avait jamais perdu auparavant contre un non top 100. C’est d’autant plus étonnant que précédemment Nadal avait atteint 5 années de suite la finale en en remportant deux au passage, 2008 et 2010.

    Nadal serait il subitement devenu très mauvais sur herbe après avoir été très bon ? Cela me parait invraisemblable. Je pense plus réaliste de penser que Nadal n’a jamais été un joueur d’herbe et qu’après avoir connu beaucoup de succès, il connait beaucoup de déboires parce que la marge qui sépare le succès de l’échec sur herbe est très faible, beaucoup plus faible qu’ailleurs, car la vitesse des conditions de jeu a tendance à réduire l’écart de niveau entre les joueurs, de sorte qu’un joueur plus faible a beaucoup plus de chances de créer une surprise sur herbe qu’ailleurs.

    Dans sa conférence de presse d’avant tournoi, Nadal expliquait fort bien la différence entre l’herbe et es autres surfaces, indiquant que sur herbe c’était une histoire toute différente ou l’on ne pouvait pas se permettre le moindre relâchement car deux ou trois fautes sur son service, et bien c’est un set de perdu..

    Si j’en juge par le très bon match calling de l’Equipe et ses déclarations d’après match, c’est ce que Nadal a fait aux troisièmes et quatrièmes sets contre Brown : « Le 1er jeu du 4e set a été terrible, avec deux revers que je ne dois pas rater. Après, je me suis battu jusqu’au bout, mais je n’ai plus eu ma chance ».

    « 2-2 troisième set, Nadal au service :

    30A :Nadal inquiété sur sa mise en jeu. Derrière le retour adverse, l’Espagnol propulse directement son coup droit dans le filet !

    30-40 : Sur une 2e balle de Nadal, Brown prend sa chance et lâche un retour de coup droit croisé gagnant ! Balle de break pour l’Allemand !

    40A : Nadal sert une 2e balle au corps et prend de court Brown, incapable de remettre la balle dans le court. Le 10e mondial efface donc la balle de break.

    Egalité : Nadal commet une vilaine double faute !

    Av. Brown :Encore une double faute de Nadal !

    3-2 Brown, break : Brown met la pression sur Nadal qui envoie une petite 2e balle. L’Allemand prend le filet d’assaut et réussit une magnifique volée de revers amortie ! Le 102e mondial réalise le break et mène 3-2, service à suivre ».

    Nadal commet donc deux doubles fautes de suites et, afin d’en éviter une troisième, envoie un deuxième balle faiblarde sur le troisième point..Un break qui permet un peu plus tard à Brown de mener deux sets à un…Nadal a commis deux double fautes dans ce jeu pour un total de trois dans le match…

    4ème set, premier jeu, Nadal au service :

    Brown étonnant : Après une première accélération côté coup droit, Brown parvient à jouer une balle basse de manière chopée tout en ajoutant de la profondeur à sa remise. Nadal est surpris et envoie son passing dans le couloir. 15/30.

    Nadal réagit : Nadal revient au filet et conclut le point par une volée de revers. 30/A.

    Balle de break pour Brown : Nouvelle montée au filet de Nadal. Le Majorquin est cette fois-ci battu sur ce passing de revers long de ligne de Brown. 30/40.

    2ème chance pour Brown : Nadal explose sur cette attaque de coup droit croisée. 40/Av.

    Jeu Brown, 1-0 : Sur une remise courte de Brown, Nadal tente d’accélérer avec son coup droit croisé. Le n°10 mondial part une nouvelle fois à la faute et cède sa mise en jeu ».

    Deux fautes, dont une grossière…Nadal n’a pas commis beaucoup de fautes directes dans le match, 15 en tout, mais elle lui ont coûté cher, très cher..Nadal n’a jamais pu debreaker…

    « «Entre l’adversaire, moi-même, c’est un ensemble de choses qui m’a fait perdre. Sur ce court, vous affrontez des gars qui ne veulent pas rester derrière, et il en fait partie. Ce court donne à ce genre de joueurs la possibilité de jouer et gagner comme ça. Contre un gros serveur comme lui, qui sert presque à la même vitesse en seconde balle qu’en première. qui n’a rien à perdre, il ne faut pas faire d’erreurs. Je n’ai pas pu donner du rythme, frapper trois fois d’affilée le même coup. Et quand il faut placer le bon coup, vous n’avez pas la confiance nécessaire. Après avoir perdu le 1er set, vous vous retrouvez sous pression tout le match. Le 1er jeu du 4e set a été terrible, avec deux revers que je ne dois pas rater. Après, je me suis battu jusqu’au bout, mais je n’ai plus eu ma chance ».

    Brown avait sa tactique bien en place : se ruer au filet, 85 montées, 49 points gagnés (et donc l’acceptation de se faire passer ou de rater une volée 26 fois), comme Stakho contre Roger, un match qui s’est joué sur deux ou trois points il y a deux ans, et ne jamais donner deux fois la même balle à Nadal.

    Il a fait son match, comme Stakho il y a deux ans, comme Rosol il y a trois ans, comme Kyrgios l’année dernière, comme Jo contre Roger il y a quatre ans…Demain, un autre..

    Juste a few points…

    « If you can meet with Triumph and Disaster
    And treat those two impostors just the same… »

    • Nathan 3 juillet 2015 at 7:42

      Je partage tout à fait cette analyse. Je rajouterai juste un point, c’est que Nadal sublime le jeu des Brown, des Rosol, des Kyrgios, des Dolgopolov and co pour un ensemble de raisons qui se cumulent : parce que Nadal, c’est Nadal, c’est-à-dire un extraordinaire champion, une statue à faire tomber ; parce qu’ils savent aussi que ce champion-là est sur le déclin et donc qu’il est faillible et donc que c’est possible ; parce que Nadal, le sécuritaire, symbolise l’antithèse de leur jeu, que c’est presque un choc de civilisations quand ils se rencontrent, au moins un choc des contraires et que ce choc électrique des contraires pousse les Brown, les Rosol, les Kyrgios and co à sublimer leur jeu, à le porter jusqu’à une incandescence extraordinaire et rarement répétée dans les matchs qui suivent. Ensuite, la surface fait le reste.

      • Nathan 3 juillet 2015 at 7:47

        quand je dis la surface fait le reste, ce reste est tout à fait important, c’est qu’il permet à ce coktail de raisons de détonner.

        Et il n’y a aucun « escroquerie » là-dedans.

    • Kaelin 3 juillet 2015 at 8:15

      Excellente analyse que je partage aussi. Merci pour ton rapide historique des surfaces, je ne connaissais pas cela !

      Sinon si j’en crois les stats de Wim, Brown a fait service volée 99 fois pour 71 points marqués derrière.

    • Ivan 3 juillet 2015 at 12:31

      Très bien dit.

      Petite précision cependant: concernant le fait que l’herbe soit devenue une surface « mineure », il s’agit je pense de la part de Coach d’un constat et non d’un jugement de valeur. Vu le nombre de tournois joués sur cette surface c’est une évidence bien que cette surface soit historique.

      Nous avons donc le plus prestigieux tournoi de l’année joué sur une surface historique devenue (hélas) mineure.

  4. David 3 juillet 2015 at 4:57

    Personne n’a envie de coller une paire de claques a cet enfant gâté de Benoit Paire ?

    • Antoine 3 juillet 2015 at 9:21

      Si….

    • Kaelin 3 juillet 2015 at 10:10

      C’est une vraie tête de con celui-là. Qu’il retourne écumer les challengers sur terre battue (et se faire éliminer en quart de ces derniers) puisqu’il apparemment il préfère même ça à Wimbledon (où apparemment tout est pensé pour le martyriser lui, son clan et sa famille). Il va vite voit que financièrement ça va être juste et qu’avoir la chance de participer à des tournois aussi prestigieux et rémunérateurs est un rêve pour 90% des joueurs qu’ils ne verront jamais réaliser. Je me permets de parler d’argent puisqu’apparemment c’est qq chose qui l’obsède aussi : il fait que dire « ce tournoi c’est de la merde mais au moins j’ai ramassé pleins de frics et maintenant je me casse ».

      J’adore quand un joueur est foufou, dans son jeu comme dans son attitude. Brown en en est le parfait exemple, Paire est juste un enfant gâté qui n’a rien dans le crâne. 0 titres à 26 ans, c’est pas le tout de sortir un gros match tous les 3 ans, c’est pas comme ça qu’on se rappelera de lui. Franchement il est bien parti pour finir sa carrière sans un titres et jmen plaindrai pas s’il continue avec cette mentalité (d’ailleurs j’adore les reportages de canal + Intérieur Sport en général mais le seul que je n’ai pas aimé est justement celui sur lui où même un format comme celui-ci censé montrer uniquement ses bons côtés, il parait un peu débile et paumé).

      • Nathan 3 juillet 2015 at 10:34

        Paire a une amortie de revers avec effet rétro jouée à 2 mètres du fond du court absolument exceptionnelle.

        Rien que pour cela, je lui pardonnerai quelques déclarations maladroites amplifiées par des médias pervers qui jouent la vertu mais n’attendent que cela.

        On objectera qu’une amortie de fond de court aussi magnifique soit-elle ne permet pas de gagner de grands tournois. C’est vrai. Mais quoi ? Vous ne pouvez pas encenser Brown quand il fait une partie sublime et cracher sur Paire quand il foire médiocrement ses matchs. Au fond, au delà des différences d’expression publique, ils font partie de la même lignée des joueurs déjantées, un tantinet borderline, en tout cas hyper réactifs.

        Un jour, d’une autre façon, sans doute sur terre battue, Paire battra un Nadal ou un cador. Mais il ne gagnera pas le tournoi. Mais Brown ne gagnera pas Wimbledon non plus

        • Kaelin 3 juillet 2015 at 10:47

          Ah ça on est d’accord sur le fond de jeu, le type de joueurs que sont Brown et Paire ! Monfils et Dolgo appartiennent à la même typologie (à un niveau de constance et tennistique plus élevés tout de même). Là je faisais uniquement référence à sa mentalité, vraiment exécrable en général et vraiment ridicule sur ce wimbly (il pète une chaise d’énervement à un moment contre BA notamment).

          D’ailleurs Paire est globalement meilleur que Brown, ça ne fait pour moi aucuns doutes. Son potentiel est bien plus élevé mais là n’est pas la question. Brown ne gagnera jamais de tournoi et si Paire a un plus gros potentiel, je doute qu’il en gagne un à jour aussi … enfin la 30aine va venir vite et il va peut-être se calmer. Ca me désole car j’adore son jeu franchement, c’est sûrement pas à moi qu’on va reprocher le manque d’attrait pour les joueurs « cinglés » ^^.

    • Coach Kevinovitch 3 juillet 2015 at 10:36

      Non car si on commencait, comment pourrait-on s’arrêter?

    • Patricia 3 juillet 2015 at 9:04

      Ils auraient dû l’obliger à attendre en bout de la Queue pendant une heure ou deux. Avec un Bobby pour surveiller. J’imagine bien un couple de vieux fonctionnaires british assis sur leurs pliants, en train de servir le thé à un Mulet effondré avec ses écouteurs rose fluo.

      • Kaelin 3 juillet 2015 at 9:11

        L’image est vraiment tordante en tout cas ^^. J’aime bien imaginer la tienne aussi !

        Hewitt et 4K ont du bien se marrer en apprenant ça !

  5. Jérôme 3 juillet 2015 at 8:54

    Eh bien pour ma part je n’adhère pas complètement à l’analyse d’Antoine.

    Pour autant que je sache, les gros cogneurs qui font boum-boum et qui profitent des conditions de jeu particulièrement rapides de la 1ère semaine, quand le gazon n’est pas encore usé, il y en a toujours eu. Entre 2006 et 2011, Nadal parvenait à se sortir de ces marchés pièges en 5 sets serrés ou en 4 sets serrés parcelle que ce qui faisait sa caractéristique, c’est qu’il était encore plus que Fed le roi des points importants. Il ne faisait pas de double faute sur les points importants.

    Je veux bien faire une exception pour la 1ère fois contre Rosol en 2012 parce que le niveau de Rosol avait en effet été hallucinant et que Nadal avait été très bon.

    Mais depuis, c’est Nadal qui est moins bon. Surtout au niveau mental, mais aussi au plan technique. On en arrive au stade où des numéros 100 ou 150 passés par les qualif sur se disent : « génial ! Je tombe dans le tableau de Nadal. J’ai une chance de faire les gros titres en étant celui qui le battra en GC. »

    Ça n’a rien à voir avec le Fedeer de 2013 qui avait le dos en vrac.

    • Nathan 3 juillet 2015 at 9:50

      « Je pense plus réaliste de penser que Nadal n’a jamais été un joueur d’herbe et qu’après avoir connu beaucoup de succès, il connait beaucoup de déboires parce que la marge qui sépare le succès de l’échec sur herbe est très faible, beaucoup plus faible qu’ailleurs, car la vitesse des conditions de jeu a tendance à réduire l’écart de niveau entre les joueurs, de sorte qu’un joueur plus faible a beaucoup plus de chances de créer une surprise sur herbe qu’ailleurs » dixit Antoine.

      Oui Nadal est moins bon. Mais si peu au fond. Et ce peu en moins suffit pour que la brèche s’élargisse.

      • Jérôme 3 juillet 2015 at 10:20

        Je suis d’accord avec cela mais avec des nuances toutefois.

        Sa marge a en en effet toujours été plus faible sur gazon mais ce constat n’est évident que par rapport à sa surface fétiche de la terre battue. Nadal avait-il moins de marge sur gazon que sur dur ? On peut en douter. L’ami Antoine a déjà eu l’occasion de dire que Nadal était surtout un joueur de surfaces naturelles.

        Et même si cela m’a fait hurler de voir Nadal gagner Wimbledon 2 fois (surtout en 2008) avec son jeu de gros lifteur limant sur le revers avec des balles bondissant haut, je dois reconnaître que c’était particulièrement efficace. Ca lui a fait faire 5 finales dont 2 titres en 5 participations entre 2006 et 2011.

        Regardes a contrario ses résultats à l’OA. Il y a fait 3 finales dont 1 titre.

        Et à l’US Open, il a fait 3 finales et 2 titres.

        Depuis 2012, je trouve que sur gazon, le style de jeu de nadal a évolué par rapport au style qu’il pratiquait jusqu’en 2010 ou 2011 (je crois que la transition a commencé dans ces eaux-là). Il lifte moins et frappe plus à plat et plus fort.

        Je pense plutôt que le jeu de Nadal a évolué et que cette évolution a des effets nuisibles quand il joue sur gazon.

        Et il me semble que cette évolution est due à Djokovic. Nadal a fait évoluer son jeu pour s’adapter au défi que lui avait lancé Djokovic en 2011. Pour rééquilibrer le rapport de force (les 7 défaites subies consécutivement entre 2011 et début 2012), Nadal s’est mis à jouer plus à plat et à avoir des frappes plus sèches, à tourner plus souvent autour de son revers. Or, ce type de tactique, compte tenu de ses mouvements particulièrement amples en coup droit, le handicape sur une surface rapide comme le gazon (ne parlons pas de Stuttgart qui était un tournoi de plage où la TS1 était le numéro 10 mondial). Ajoutez-y l’usure mental et un certain déclin physique (un peu moins rapide), et je pense qu’on a là l’explication essentielle des résultats assez piteux de Nadal sur gazon depuis 4 ans.

        • Nathan 3 juillet 2015 at 11:06

          Pour dire les choses simplement, Nadal est effectivement moins bon comme l’attestent ses résultats depuis quelque temps, mais en même temps Brown, comme Rosol en son temps, comme Kyrgios, comme Dolgopolov il n’y a pas si longtemps, a fourni une énorme partie.

          Il y a les deux phénomènes concomitamment, même si c’est impossible à prouver autrement que par un ressenti à la vision du match. Nadal a perdu pas seulement parce qu’il a baissé, et il a baissé, mais aussi parce que le niveau de jeu de son adversaire et son type de jeu étaient hier sublimes.

          Est-ce qu’un grand Nadal aurait battu ce Brown là sur herbe ? C’est forcément une mauvaise question.

          Quant au reste, je ne pense pas que le tennis de Nadal ait fondamentalement évolué. Le génie de Nadal, c’est son physique. Et quand je dis cela ce n’est pas péjoratif. Quand le physique baisse, c’est toute la mécanique qui s’en ressent. C’est vrai aussi pour Federer mais dans une bien moindre mesure. Nadal n’a pas de plan B et il ne pourra pas jouer jusqu’à 34 ans.

  6. franckie 3 juillet 2015 at 3:39

    Bonjour quelqu’un peut me donner un lien pour suivre le tournoi

  7. Kaelin 3 juillet 2015 at 3:47

    hahahaha mais quel débile ce Dimitrov, pourquoi il laisse passer cette volée ultra facile sur un point aussi important ! au pire elle était faute mais tu fais le point quand meme, donc quel risque !! mais le con !!

    break qui parait déterminer l’issue finale de ce match pour Richie … 2 sets 1 break pour Richie.

    Kyky revient à 2 sets à 1. SW mène 2 sets à 0, pas de breaks dans le 3eme vs Vever.

    Anderson mène 1 set à 0 vs Mayer masi tout le monde s’en fout!

  8. Kaelin 3 juillet 2015 at 4:03

    putain richie qui loupe 3BDM dont la derniere sur une double aah!

  9. Kaelin 3 juillet 2015 at 4:05

    5eme bdm !!! allez

  10. Kaelin 3 juillet 2015 at 4:07

    La 5eme est la bonne !!! Putai Richie méga fébrile pour finir le match car franchement Dimitrov faisait rien de spécial, il a été nul tout au long de la partie globalement j’ai l’impression (bon j’ai vu que la 2eme moitié) et Gasquet très bon.

    Il finit sur une faute dégueulasse.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis