RYSC 2016 : Rome

By  | 6 mai 2016 | Filed under: RYSC

bnl-internazionali-d-italia-2013-large

 Les quarts de finale à Madrid ne sont pas terminés que le tableau de Rome est déjà disponible. Rarement un tableau aura été aussi déséquilibré.
La partie haute rassemble Djokovic, Nadal, Federer, Nishikori, Roanic, Thiem et Gasquet. Murray doit se sentir bien tranquille …

Rappel des règles du RYSC

Pour chacune des 16 premières têtes de série, il vous faudra pronostiquer à quel stade du tournoi elle finira en respectant le format suivant : 2rd, 3rd, 4rd, Quart, Demi, Finale, Victoire.

Un joueur est à choisir parmi les non têtes de série. Il rapportera 1 point à chaque victoire contre une tête de série.

La réponse à la question subsidiaire permettra de départager le premier en cas d’égalité au points et peut rapporter 1 point si la réponse exacte est donnée.

Têtes de séries

  1. Djokovic
  2. Murray
  3. Federer
  4. Wawrinka
  5. Nadal
  6. Nishikori
  7. Tsonga
  8. Berdych
  9. Ferrer
  10. Raonic
  11. Gasquet
  12. Goffin
  13. Thiem
  14. Monfils
  15. Bautista Agut
  16. Anderson

Question subsidiaire : combien de breaks pour le vainqueur du tournoi ?

Tableau

draw_roma_16

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Limite des participations : Lundi 9 mai à 11h

About 

Après de trop nombreuses années sans tennis, je retrouve enfin mon amour de jeunesse. Et le constat est lapidaire : je suis ultra nul. Je compense en regardant les matches du Federer tant qu'il en est encore temps, de jour comme de nuit.

Tags: ,

128 Responses to RYSC 2016 : Rome

  1. Mat4 11 mai 2016 at 14 h 57 min

    Oui, Pat, il paraitrait qu’il lui tient au cœur de ne pas manquer le rendez-vous des demies. Et, d’ailleurs, il n’a pas bramé comme un veau (« on » a dû mal entendre à cause de l’hélicoptère), mais rugit comme un lion, en hommage à son adversaire valeureux.

    • Sebastien 11 mai 2016 at 21 h 46 min

      Un lion très très OGM alors notre adoré Mentonovic, élevé dès sa plus tendre enfance avec les plus beaux melons de Cavaillon, ultra-filtrés pour enlever toute molécule de gluten depuis fin 2010.

      Il y a aussi eu la phase king-kongesque, martèlement animal primitif de poings sur poitrail, avec strip-tease explosant le tee-shirt, menton décroché et projeté vers l’ennemi comme un scud maxillaire, mandibule à tête chercheuse. Il est capable de servir sa mandibule à 200.

      Je ne parle même pas des gigantesque boners face à Nadal, suant la melonstérone

      Vive Jesuvak Christovic !

      • Mat4 11 mai 2016 at 22 h 53 min

        Il me semble me souvenir que l’OGM, il y a une dizaine d’années, d’après nos preux joueurs francophones — tant français que belges — était un certain suisse qui alignait une centaine de matches par an sans sans transpirer. Mais ce sont les mystères de l’organisme : chez certains, c’est le menton qui pousse, chez d’autres, c’est le nez.

        Quant à King Kong, il ne se défoule qu’après avoir terrassé un — serait-ce trois ? — monstres jurassiques assoiffés du sang de la blonde innocente. Au moins, on a du pittoresque à la place de la fadeur, de la spontanéité à la place du narcissisme.

        Finalement, ô Saint Séb, touche pas la bébête !

      • Sebastien 11 mai 2016 at 23 h 17 min

        Jamais je ne m’en prendrai à la maigre bête de la nuit fils d’un narcisse et d’un gorille antédiluvien

        L’absence de transpiration, c’est la propreté suisse, une forme de politesse et de noblesse.C’est de l’eau minérale qui coule dans le physique du parfait joueur. Tu compares un glacier bleu et un marécage glauque saturé de sans-gluten. Galadriel et Azog.

        Le glacier d’Oberwil C’est l’esprit souverain qui gouverne le corps, chaque atome du corps et même au-delà.
        Un nez hypertrophié bienveillant me fera toujours moins peur qu’une mandibule à tête chercheuse

        • Mat4 12 mai 2016 at 16 h 54 min

          De loin, tu confonds tout : ce ne sont ni Galadriel ni Azog, mais la reine de glace et Quasimodo. Et comme d’habitude, le cœur pur et honnête n’est pas là où, se fondant sur l’apparence trompeuse, on pense qu’il se trouve.

  2. Patricia 11 mai 2016 at 15 h 24 min

    frustrasssssion, Riri est en train de défoncer Seppi et je peux rien voir…

    Rien à voir, mais Rublev est dans une bien mauvaise passe, sorti d’entrée 62 62 contre un certain Skugor à Heilbronn….

    • Nathan 11 mai 2016 at 17 h 00 min

      J’ai regardé le match, voulant savoir où en était « le futur n°1 mondial ». Bien triste à voir, des doubles fautes en pagaille, un bandage sous le genou (tendinite rotulienne ?), pas très véloce en coup droit, les bras en croix s’adressant à son banc aussi désespéré qu’un Saint Sébastien transpercé de flèches. Et encore Saint Sébastien il avait la foi, Rublev, lui, semble l’avoir perdue.

      • Sebastien 11 mai 2016 at 21 h 51 min

        Oui j’ai la foi en Jesuvak Christovic. Et alors ?
        Merci de m’avoir reconnu Saint. Que Melon te garde !

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis