Le K… Petra

By  | 25 janvier 2019 | 54 Comments | Filed under: Actualité, Les filles

Kalifiée, à Melbourne et à bientôt 29 ans, pour sa première finale en Grand Chelem depuis 2014, Petra Kvitova était promise à une karrière bien plus grandiose que celle qu’elle a réalisée jusqu’à aujourd’hui.

Petra Kvitova, Wimbledon 2011 (photo DR)Premier titre WTA en 2009 à 19 ans, première demie en Grand chelem en 2010 (à Wimbledon) ; c’est en 2011 qu’elle réalise sa « breakthrough season » : Nous fûmes alors nombreux ici à 15-lovetennis à tomber sous le charme de la Grande Gauchère quand elle réalisa le doublé Wimbledon / Masters, exactement comme l’avait fait en 2003 un certain joueur Suisse. On voyait alors en elle un Federer en jupette, qui allait mettre fin à la situation partagée et illisible que vivait le cirkuit féminin à l’époke : d’un kôté, l’hégémonie des WiWi, Serena en tête, battue en brèche en 2011 pour cause de saison ratée ; de l’autre, l’émergence de la génération « K », joueuses venues de l’Est, notamment, le club des 4K (rien à voir avec Thanasi Kokkinakis) : Azarenka, Wozniacki, Radwandska et, donc, Kvitova. Comme Federer en 2003, Petra ratera de très peu la première place au klassement mondial en fin d’année au profit de l’insipide Wozniacki (pour Fed en 2003, ç’avait été Roddick) pourtant inkapable de gagner le moindre titre important cette année là. K’à cela ne tienne, Petra sera élue « joueuse WTA de l’année » par un jury de journalistes, tout komme par notre David à nous dans ce fameux artikle « WTA 2011 : Kvitova et les autres« . 

Florilège certifié d’époke :

  • Guillaume (à l’issue de Wimbledon) : « La quatrième Tchèque à s’imposer en Grand chelem – après Mandlikova, Navratilova et Novotna – possède un réjouissant tennis de gauchère, à base de puissantes frappes à plat et, sur herbe, de trajectoires coupées au filet. Un cocktail tout aussi plaisant que détonnant, sans doute amené à triompher encore souvent à l’avenir.« 
  • Marc : « Kvitova a un très beau jeu d’attaque, et je l’espère, deviendra numéro 1 une fois qu’elle sera devenue régulière et aura digéré tout ce qui lui est arrivé cette année.« 
  • David : « Ce qui est marrant, c’est que Kvitova réalise une saison similaire à celle de Federer en 2003 : elle gagne Wimbledon et le Masters et finit à une poignée de points de la numéro un mondiale. En plus, elle gagne son premier Master 1000 (enfin, équivalent) sur sa surface la moins bonne à Madrid, comme Federer à Hambourg.« 
  • Karim : « J’ai vu Kvitova jouer contre je ne sais plus qui en finale de Linz. Malgré un physique pas vraiment athlétique, elle a un super jeu, ça dépote sévèrement. Et elle a fait quelques incursions au filet pas dégueu non plus. Son physique me rappelle un peu Davenport, le genre placard qui n’y peut rien avec une force brute de lutteur turc. Elle envoyait des missiles à qui mieux mieux. (…) Kvitova c’est un séjour à la montagne, plus qu’un bol d’air frais. Elle a tout, une puissance phénoménale, une super qualité de frappe (c’est deux choses différentes), de la variété (si si elle fait des amorties intéressantes, elle va au filet) et un même un physique totalement improbable entre ses bouées et son souffle court qui la rendent humaine. Super joueuse, je suivrai ses évolutions de près y’a vraiment du spectacle. »
  • David encore : « Gauchère, dotée d’un excellent coup droit frappé très à plat, d’un revers plus irrégulier mais très puissant, d’un excellent service, mais surtout d’une volonté perpétuelle d’aller vers l’avant et de marquer le point, elle a fait souffler un vent de fraîcheur sur le circuit féminin. Le contraste avec Caroline Wozniacki est doublement frappant : de par la philosophie de jeu tout d’abord, de par le palmarès ensuite. (…) Mais le plus impressionnant demeure ce constat : elle n’est encore qu’un diamant brut qui doit travailler de nombreuses carences. Son déplacement est par exemple médiocre, elle a une bouée abdominale qu’elle aurait tout intérêt à perdre et peut faire des progrès importants à la volée, bien que son toucher soit convenable par rapport aux standards du circuit féminin. Les quelques services-volées qu’elle a pu effectuer lors du Masters, ainsi que des changements de rythme en slice et des amorties, montrent que la demoiselle compte bien travailler cet aspect. Et là, on pourrait vraiment tenir une joueuse capable de redonner au circuit féminin de l’intérêt. En toute franchise, et comme de nombreux autres 15-lovers, je ne m’étais pas enthousiasmé pour une joueuse de cette manière depuis fort longtemps. (…) Comme tout joueur/joueuse qui fait une énorme perf un peu imprévue, elle a besoin d’un peu de temps pour digérer l’exploit (même Sampras est passé par là !), mais a tout d’une future patronne.« 
  • May : « Kvitova apporte un souffle nouveau sur ce circuit tellement stéréotypé, signifiant qu’il y a toujours une lueur d’espoir même quand on pense que c’est fichu« 
  • Karim toujours : « Le jeu de Kvitova m’a franchement emballé lors du Masters où je la découvrais sur des matches entiers. Je pense que même les hommes seraient heureux d’avoir un espoir aussi prometteur. Elle a ce grain de folie et cette envie de mettre l’autre loin de la balle, mais en s’écartant du schéma WTAien classique. Si elle pouvait juste arrêter de crier quand elle marque le point j’apprécierais beaucoup. C’est la seule raison pour laquelle je ne lui mets pas la note maximale. ça et son revers à deux mains pour une gauchère talentueuse c’est péché (mais pfiouuuu il part bien). « 
  • Pierre : « Heureusement, la demoiselle est arrivée, avec ses grandes guibolles et son jeu d’attaque, on en redemande !« 
  • Clément : « J’avais regardé la finale de Wimbledon, et même si j’étais alors pour Sharapova, force était de constater que cette petite Kvitova dont je n’avais jamais entendu parler impressionnait son monde. La voir jouer une heure aura suffit à me convaincre de son talent, et j’espère qu’elle confirmera (ce qui semble assez bien parti grâce à son titre au Masters).« 
  • Sylvie : « Je pense que Kvitova fait l’unanimité : du talent, un jeu offensif, un mental blindé, un palmarès déjà intéressant pour une numéro 2 mondiale. Comme tout le monde, j’espère qu’elle va devenir très vite la patronne du tennis féminin pour montrer d’autres voies et redonner de l’intérêt à la WTA.« 
  • William : « …avec Kvitova, la WTA a de grandes chances de s’être trouvé une vraie leader, avec un style de jeu qui fait plaisir. Et le triplé Wimbledon-Master’s-Fed Cup n’est pas mal non plus. »
  • Et, pour conclure, Guillaume (encore) : « Petra Kvitova est la première gauchère à remporter un Grand chelem depuis 1996, et Monica Seles en Australie. Dingue… (…) Kvitova a séduit beaucoup de monde par son tennis punchy, sa volonté permanente de tenter et d’imposer à nouveau un tennis, pas d’attaque, mais offensif. Et quel bras, quelle qualité de frappe ! C’est un plaisir de la regarder jouer, même quand elle est moins bien. Au Masters, ça ne souriait pas toujours, mais elle s’accrochait, continuait de chercher le point gagnant, quitte à arroser, mais gardait toujours la clé des matchs dans sa raquette. Ca faisait un moment que je n’avais pas autant accroché à une joueuse. Et son palmarès 2011 est lui aussi plaisant : Wimbledon, Masters, FedCup. Et un total de 6 titres, acquis sur toutes les surfaces (Madrid sur terre, Coubertin en indoor, Brisbane sur dur…). Pas encore une N°1 mondiale, mais si tout va bien cela devrait venir dès l’Australie.« 

Mais malheureusement ça ne s’est pas passé komme on le lui souhaitait. Début 2012, elle passe (à deux reprises) à une viktoire près de la place de n°1, qu’elle n’atteindra jamais (enfin, pour l’instant…). Ensuite, ça se komplique, entre blessures à répétition, pertes de konfiance, et éklats passagers. Rien ne se passe jamais komme prévu à la WTA, entre le retour de Serena qu’on avait enterrée un peu vite, et l’émergence de nouvelles grandes championnes et/ou vainqueures en GC (hé oui ces deux statuts ne sont pas forcément kumulatifs), qu’elles soient garanties sans K (Halep, Bartoli, Penetta, Muguruza, Stephens…) ou avec (Kerber, Ostapenko, et enfin Osaka dont on reparlera plus bas), et je ne parle même pas de Wozniacki, dont, un peu komme les poux, on n’arrive jamais à se débarrasser komplètement.

Il faudra attendre 2014 pour la revoir en finale en GC, toujours à Wimbledon, avec une nouvelle viktoire-korrection à la klé (sur Eugénie Bouchard 6/3 6/0). Elle rejoint ainsi NavratilovaGraf et les WiWi dans le klub très fermé des multiples vainqueures du GC britannique.

Ses résultats depuis sont honnêtes, mais irréguliers et globalement très éloignés de ce que son talent brut mériterait. Certes, elle a déjà 26 titres à son aktif (mais Wozniacki en est à 30). Certes, elle a dékroché le bronze à Rio en 2016 (mais sa défaite surprise en demie face à Monica Puig fut un échek kuisant). Certes, elle akkumule les Fed Kups à un rythme infernal : déjà rien moins que 6 à son palmarès (bien aidée par ses konsœurs tchèkes : Safarova, Pliskova, Hradecka, Strycova & ko).

Fin 2016, sa karrière a failli s’arrêter brutalement. Alors que Peter chantait jadis « The K… nife« , Petra, elle, s’en prend un dans la main gauche : le 20 décembre 2016, elle est agressée au kouteau à son domicile de Prostejov par un kambrioleur. Les 5 doigts de sa meilleure main sont profondément entaillés, deux nerfs partiellement sektionnés, elle doit subir une lourde opération et est ékartée des rakettes pendant plusieurs mois (jusqu’à Roland Garros). Le reste de sa saison sera erratique et elle finira l’année à la 29ème place.Petra Kvitova (photo SIPA)

Heureusement 2018 verra son retour aux affaires avec 5 titres, notamment son troisième à Madrid, et un retour dans le top 5.

Je fais partie, vous l’aurez kompris, du klub de ceux qui sont ravis de la voir revenue en finale de Grand chelem en même temps qu’à son meilleur niveau, et pas qu’un peu : aukun set lâché en route jusqu’à présent à Melbourne.

Le K

Face à elle, un autre K remarquable et emballant : la toute jeune Naomi Osaka, 21 ans, née japonaise d’un père haïtien et d’une mère du kru dont elle porte le nom de jeune fille (qui est aussi celui de la province où elle est née), puis qui a véku à New York et bénéficie aussi de la nationalité états-unienne. Naomi n’a enkore que deux titres WTA à son aktif, oui mais voilà, parmi ceux-ci il n’y a rien moins que le dernier GC en date, l’US Open 2018 où elle triompha en finale de Serena dans un match où ses nerfs ne tremblèrent jamais, kontrairement à ceux de sa prestigieuse aînée.

Les deux ne se sont enkore jamais kroisées sur un kourt. Mais quoiqu’il arrive, une chose est sûre : demain, ça va kogner ! Aukune de ces deux filles n’a l’habitude de temporiser ou de rekuler. Du beau spektacle en perspektive.

About 

Sous d'autres cieux et en d'autres temps, je fus connu sous le sobriquet de "Colin Maillard et Tartempion".

Tags:

54 Responses to Le K… Petra

  1. Montagne 25 janvier 2019 at 16 h 50 min

    Article à garder soigneusement au chaud pour pouvoir placer la lettre « K » (10 points) à votre prochaine partie de scrabble.

  2. Paulo 25 janvier 2019 at 18 h 02 min

    On peut ajouter que Petra a perdu (à l’intersaison ?) sa fameuse ceinture de sauvetage. C’est la première fois que personnellement je la vois aussi mince ; et j’ai l’impression que cette nouveauté n’est pas pour rien dans sa qualification pour sa première finale à Melbourne (et de quelle manière).
    Je peux comprendre l’enthousiasme qu’elle a suscité en 2011, vu le côté très offensif de son jeu, mais pour autant que je la connaisse elle ne m’a jamais paru aussi complète que Federer, par exemple dans le déplacement donc sa capacité à défendre. De plus son mental semble sujet à des hauts et des bas. C’est pour cette dernière raison que je pense qu’Osaka l’emportera demain : pour Petra, être en finale d’un GC après ce qu’elle a traversé, c’est probablement au-delà de ses espérances (selon un poète commercial, comme dit Jo, qui rappelait hier son histoire sur Eurosport, le chirurgien qui l’a opérée suite à son agression n’a pas voulu lui dire, à son réveil, qu’elle ne pourrait plus jamais jouer au tennis). Néanmoins, pour la beauté de son histoire et pour la brutale beauté de son tennis, je serai pour elle.

    PS : pour pinailler sur la forme, manque un k au mot « klassement » à la 4ème ligne avant la fin de ton paragraphe 2, Kolin.

  3. Alex 25 janvier 2019 at 19 h 14 min

    Klap Klap Klap

  4. Patricia 26 janvier 2019 at 8 h 55 min

    Super article, Kvitova est très sympa et sur ce registre aussi la finale est bien serrée, puisque Osaka possède également une personnalité tout à fait plaisante et remarquable. Les cotes donnent une finale dames encore plus indécise que celle des tanks masculins, légèrement en faveur de Petra (tandis que chez les messieurs, c’est Djoko qui est vu favori après son écrapouillage et, j’imagine, sa stat ici).

  5. Sam 26 janvier 2019 at 10 h 31 min

    Super artikle pour kui n’a rien suivi du tennis féminin depuis 10 ans.
    Enfin, 25 ans, en fait.

  6. Sam 26 janvier 2019 at 11 h 18 min

    Pendant ce temps là…. :
    « Open de Rennes – Internationaux de tennis masculin
    13 h ·

    Abandon de Benoit Paire !

    Benoit a dû effectuer un aller-retour à Lyon aujourd’hui pour raisons familiales. Il a tenu à revenir jouer son match à #Rennes par respect pour le tournoi et le public. Néanmoins trop affecté, il a renoncé pendant le 2ème set. »

  7. DenDen 26 janvier 2019 at 11 h 31 min

    Artikle très sympa. J’avais été attristé par l’agression de Kvitova et le fait d’elle pourrait ne plus rejouer, c’est Kool de la revoir a ce niveau.

    Komment fait-on pour proposer un artikle a la publikation ? J’ai ekrit une petite prose sur ma journée a Melbourne que je souhaiterais partager ici, kommme evoké dans l’artikle précédent :-)

    • Colin 26 janvier 2019 at 15 h 44 min

      DenDen tu as déjà le statut « Auteur », ce qui signifie que tu peux directement créer et éditer ton article (clique sur le bouton « + Créer » en haut de cette fenêtre », puis « Article »).
      Et pense bien à l’agrémenter des multiples photos que tu n’as pas manqué de prendre lors de ton séjour à Flinders Park !!!

      • DenDen 27 janvier 2019 at 8 h 29 min

        Merci Colin ; J’ai rédigé l’article et mis des photos. Je l’ai enregistré en brouillon. Comme cet article-ci est récent, la publication peut attendre quelques jours je pense. Je laisse les admin du site décider de la date de publication :-)

  8. Noel 26 janvier 2019 at 11 h 36 min

    Très agréable la finale dame mais ça reste WT-esque: à 5-3 pour elle au 2e set et trois balles de tournoi sur le service de Kvitova, Osaka a non seulement paumé les 3 balles mais les 4 jeux suivants. 1 partout, balle au centre.

  9. Paulo 26 janvier 2019 at 12 h 17 min

    C’est moi ou Bartoli est en adoration devant Osaka et la brutalité williamesque de son jeu ?

  10. Colin 26 janvier 2019 at 17 h 21 min

    Naomi Osaka a remporté trois titres dont deux Grands Chelems. Ça doit être une sorte de record.

  11. Jo 27 janvier 2019 at 5 h 56 min

    Nous y voilà, le 52e choc entre les deux monstres, le plus grand ou plus exactement le plus gros duel de l’Histoire.

    L’ami Thoreau s’emballe: https://fr.sports.yahoo.com/news/mes-carnets-australiens-ix-la-piste-aux-etoiles-pour-terminer-131559648.html

    L’ami Vergne s’enflamme: https://www.eurosport.fr/tennis/open-d-australie/2019/djokovic-nadal-acte-53-entre-blockbuster-et-oeuvre-d-art_sto7116973/story.shtml

    Les commentaires sont dithyrambiques, les chiffres pleuvent. On fait le maximum pour masquer que tout le monde en a plein le cul de ce duel éreintant. Djokovic-Nadal saison 13, ça commence à faire beaucoup (trop).

    • Perse 27 janvier 2019 at 9 h 01 min

      Bien d’accord pour une fois. Même si le match de Wimbledon était superbe, ces deux larrons me saoulent.

      Je serai du côté de Djokovic parce que c’est le tueur de géant pour reprendre le chapitre du livre de Guillaume. Bien qu’il me soit antipathique, son parcours tient plus de l’apologue que celui de Nadal dont les éclipses et résurrections perpétuelles me laissent songeur.

      • Jo 27 janvier 2019 at 9 h 29 min

        Bien sûr que l’affrontement des deux monstres sera spectaculaire, mais c’est un spectacle éculé, rugueux, répétitif, rasoir. Imaginez un 52e LONG-métrage mettant aux prises Stallone à Schwarzenegger. Djokovic et Nadal sont les Expendables du circuit.

    • Noel 27 janvier 2019 at 10 h 27 min

      La vraie purge était quand même Djokovic-Murray, des heures de pousse-baballe d’un ennui intersidéral.
      Nadal et Djokovic, on ne peut pas leur enlever que leur opposition est spectaculaire, avec les retournements de situation liés aux baisses physiques, les râles d’agonie, les mimiques rageuses et les appels rockyesques à la foule. Pas sûr que ce soit du tennis, mais c’est divertissant une fois de temps en temps. Un peu comme se faire un fast-food: on sait que c’est anti-diététique, bourré de produits chimiques, économiquement et écologiquement désastreux, mais il reste le plaisir régressif et coupable de se faire une purge de gras.

      • Jo 27 janvier 2019 at 11 h 23 min

        Tout ce que tu dis est très juste (et spirituel), surtout l’expression « bourré de produits chimiques ».

  12. Paulo 27 janvier 2019 at 9 h 29 min

    Les Français Mahut et Herbert remportent le titre et bouclent le Grand Chelem en carrière : cocorico !
    Au moins je sais quoi faire si le match Nadal-Djoko vire au remake de la finale 2012 : voir le replay de la finale du double sur Eurosport.

  13. Paulo 27 janvier 2019 at 10 h 06 min

    Bon, si Novak continue à jouer comme ça, ça va faire trois petits sets et ce n’est pas plus mal. Rafa n’arrive absolument pas à le retourner.

    • Paulo 27 janvier 2019 at 11 h 04 min

      1 heure 15, deux sets à zéro, 6-3 6-2, what else ?

      Djoko bien parti pour nous refaire le GC à cheval sur deux ans…

    • Perse 27 janvier 2019 at 11 h 13 min

      Ce qui m’impressionne souvent dans les GC, c’est que souvent le Terminator des tours précédents se prend un arrêt-buffet par le titan adverse, comme si l’écart entre le n°1 et le n°2 était le même qu’entre le 2 et X.

      Cette finale est analogue à Wim 1999 où Agassi arrive de façon flamboyante tandis que Sampras ne fut guère convaincant et pourtant, passé 3-3 au premier set Agassi se fait rouster comme un junior.

      Je pense qu’il serait intéressant d’étudier la relation Vajda/Djokovic puisque force est de constater que seule cette connexion permet au Djoker d’être aussi bon. Même si je pense que Becker a eu des apports intéressants également.

  14. Renaud 27 janvier 2019 at 11 h 32 min

    C’est moi ou tout le monde est blasé
    On a un numéro 1 qui est en train de concasser un numéro 2 qui a lui même fait du petit bois du reste des autres joueurs !!!
    A moins que Nadal ne soit en mode je le laisse voir la ligne d’arrivée et après je le concasse !!!

  15. Paulo 27 janvier 2019 at 11 h 52 min

    6-3 6-2 6-3 en 2h04, une correction.

    Comme dit par Renaud, il y a le n°1, puis le n°2, puis les autres…

  16. Jo 27 janvier 2019 at 11 h 53 min

    Djokovic a purgé cette finale de suspens.

    • Bapt 27 janvier 2019 at 11 h 54 min

      Je n’ai pas vu le match sauf les derniers jeux . Qu’est-ce qu’il s’est passé.

      Je ne me souviens pas d’un match au sein du Big 4 avec un tel résultat depuis… une finale de RG entre Nadal et Federer dont j’ai quasiment tout occulté dans ma mémoire… 

      Que s’est-il passé alors que Nadal était monstrueux depuis le début de la quinzaine ?  

      • Jo 27 janvier 2019 at 11 h 59 min

        Nadal a rendu un bien bel hommage a feu Andy Murray aujourd’hui.

        • Renaud 27 janvier 2019 at 12 h 04 min

          Exact, Murray n’a jamais été aussi débordé par Djoko que Nadal !!!
          Et cela met effectivement mieux en lumière que jamais les qualités de Murray à qui il n’a vraiment pas manqué grand chose pour étoffer son palmarès !!!
          Barré par Nadal à RG, Fed à Wimb et donc Djoko en son jardin
          Djoko définitivement seul au monde à Melbourne !!!

        • Bapt 27 janvier 2019 at 12 h 11 min

          Et oui Andy prenait au moins un set à Djoko… 

          Mais alors là. Le problème est sans doute surtout dans la tête de Nadal. Peut-être n’a-t-il pas été assez « challengé » durant la semaine. Perdre un set ou deux durant une quinzaine, avoir un adversaire un peu coriace pour s’obliger à hausser son niveau de jeu, cela peut servir.

          • Paulo 27 janvier 2019 at 12 h 23 min

            Il a été pris de vitesse tout le temps par Djokovic, je crois que l’explication est aussi simple que ça. Et Djoko fait tout mieux que les autres, en particulier au retour de service. Il a totalement neutralisé Nadal au service.

          • Bapt 27 janvier 2019 at 14 h 05 min

            Je viens de voir les highlights.

            Effectivement Djoko jouait plus vite que Rafa sans faire trop de fautes de son côté (donc sans surjouer et prendre trop de risques).

            J’ai l’impression qu’il était très concentré aussi avec très peu de relâchement de l’attention : il tenait au bout du harpon la bête et ne tenait à relâcher sa prise.

            Le service de Nadal m’a paru beaucoup moins efficace que dans les autres matchs.

            Pour finir, j’ai eu l’impression que Djokovic avait le contrôle des points : il savait où mettre la balle et quand.

  17. Renaud 27 janvier 2019 at 12 h 00 min

    Ce qu’il se passe quand les autres joueurs ne font pas le taf minimum et nous font croire à un Nadal plus impitoyable qu’il ne l’est car il ne l’a jamais été sur CETTE surface !!!
    Et arrivé à son premier vrai test il a montré toutes les lacunes qui sont les siennes face à un Djoko qui n’a même pas eu besoin d’être impérial
    De quoi regretter le match de sa vie de Tsisipas car j’estime que Federer aurait apporté une autre contradiction….mais ne ne nous méprenons pas il aurait lui aussi perdu !!!

  18. Jo 27 janvier 2019 at 12 h 20 min

    Et pendant ce temps-là, quelque part en Suisse Alémanique, un père de famille, en charentaises, devant son écran incrusté : « Qui aurait cru que ce connard me rendrait un jour un tel service… »

    • Bapt 27 janvier 2019 at 14 h 03 min

      En fait c’était déjà le cas sur Wimbledon 2018.

      Entre nous sans Djoko en demi, Nadal l’avait dans l’escarcelle.

      Djoko aura sans doute « pris » 4 titres du grand chelem à Rodg’ (j’intègre la demi-finale qu’il a gagnée en 2011 à l’OA car je ne doute pas un instant que Fed ait fait une bouchée de Murray en finale), mais il aura bloqué 5 fois Nadal aussi.

      Sans parler de l’impact psychologique pour faire douter Nadal.

      Et dans les années à venir, étant donné l’état de forme de Rodger on peut concevoir que Djoko « protège » son record. Lui-même aura sans doute du mal à aller jusqu’à 15.

      • ConnorsFan 27 janvier 2019 at 17 h 40 min

        Que veux-tu dire par « lui-même aura sans doute du mal à aller jusqu’à 15″. Si tu parles de Novak, il est déjà à 15. À moins d’une baisse de régime comme les deux années après RG 2016, c’est lui qui risque de battre le record de Roger. Il a gagné les 3 derniers GC; combien en aura-t-il à la fin de la saison? L’écart entre lui et les autres est immense.

      • Bapt 27 janvier 2019 at 18 h 33 min

        Effectivement je voulais dire bien « 20 ».

        Actuellement Djoko a-t-il plus de chance que Nadal d’atteindre les 20 avec son handicap de 2 par rapport à Rafa ?

        Difficile à dire. Rafa a pour lui la « rente » de RG où il part avec un avantage impressionnant. Djoko a pour lui un organisme peut-être en meilleur état et une suprématie réelle actuellement (mais qui peut tourner aussi).

        Bon les deux ont surtout pour eux une adversité assez nulle du côté de la jeunesse, inconstante, paralysée par l’enjeu, trop souvent blessé etc.

        • ConnorsFan 27 janvier 2019 at 18 h 47 min

          Au vu de ses 3 derniers titres en GC, je n’exclus pas la possibilité d’un Grand Chelem en 2019 pour Novak. Il a tout ce qu’il faut pour gagner les 4 tournois.

          • Colin 28 janvier 2019 at 9 h 33 min

            …ce qui ferait une série de 6 GC consécutifs… Légèrement improbable quand même.

            • Bapt 28 janvier 2019 at 9 h 54 min

              Depuis l’ère Open personne ne l’a fait.

              Avant ? Il faudrait demander aux paléologues du site… 

              S’il avait 26 ans, ça serait quand même un poil plus envisageable.

            • Baptiste 28 janvier 2019 at 15 h 54 min

              Don Budge si je ne m’abuse avant de passer pro

            • ConnorsFan 28 janvier 2019 at 18 h 52 min

              Vu que les 3 premiers sont déjà en poche, on doit considérer la probabilité qu’il gagne les trois prochains. S’il gère bien son calendrier, il peut le faire. On sent que ça dépend vraiment de lui.

        • Bapt 27 janvier 2019 at 21 h 12 min

          Oui, c’est possible. Surtout qu’il semble bien affamé actuellement et affuté.

          Il peut toujours se blesser toutefois.

  19. Renaud 27 janvier 2019 at 12 h 23 min

    J’aime bien l’humour noir !!!
    Même si ne nous y trompons pas, personne ne « prend » des titres à personne, Fed a eu en Nadal son Némésis et Nadal en Djoko le sien et à part égale Fed et Nadal ont quand même bien rogné les ailes de Djoko jusqu’en 2010 ….mais celui ci s’est bien rattrapé et contre les 2 ce qui n’est pas le moindre de ses exploits !!!

  20. Jo 27 janvier 2019 at 12 h 56 min

    Suite de la saison 13 bientôt sur vos écrans de France Télévision. Vivement le 60e affrontement, le 70e, le 80e…

  21. Juan_el_Kiko 28 janvier 2019 at 12 h 58 min

    Bonjour à tous,

    J’ai revu les stats de la finale d’hier : Nadal a son plus petit % de 1ère balles du tournoi (66%) et n’a marqué qu’un point sur 2 derrière. En revanche, il a marqué 2/3 des points derrière sa seconde. Ceci est totalement l’inverse du reste du tournoi pour lui.

    Conclusion : Son nouveau premier service l’a bien aidé contre les autres joueurs (une fois qu’il était aux alentours de 69%) mais n’a absolument pas dérangé Djoko, encore moins que d’habitude.

Laisser un commentaire

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis