TRWC 2019 : Le point avant le Super GP de New-York outdoor

By  | 31 août 2019 | 354 Comments | Filed under: Actualité, Tennis Race

TRWC2019Classement après dix courses

Les trois Grands prix disputés depuis notre dernière mise à jour n’ont pas apporté de modification substantielle à la hiérarchie des TRWC. Les trois monstres sont toujours aux trois premières places, deux d’entre eux s’étant imposés (Djokovic devant Federer à Londres, puis Nadal à Montréal). Seule nouveauté, l’irruption soudaine dans le top 5 d’un « petit » nouveau (membre lui aussi du club des 6 pieds 6 pouces, avec Del Potro, Cilic, Zverev-le-jeune et autre Khachanov), à savoir le russe Daniil Medvedev, deuxième à Montréal puis vainqueur à Cincinnati.

Le dernier Super GP de l’année démarre à New York dans quelques jours, et comme d’habitude, les membres du triumvirat sont les favoris pour s’y imposer. Medvedev, Tsitsipas, Zverev, Thiem, voire Khachanov, n’y seront que des outsiders.

Classement_TRWC_201908

Signalons que le nouveau barème imposé par la FIA depuis la saison 2010, favorise plus le vainqueur de chaque course, et permet aux 10 premiers de marquer des points: 25-18-15-12-10-8-6-4-2-1.

Rappelons que 14 Grands prix sont disputés cette année, dont 4 «super grands prix» (Melbourne, Paris-outdoor, Londres-outdoor et New-York) qui apportent deux fois plus de points qu’un GP classique, et un «masters GP» indoor qui clôture l’année (réservé aux huit meilleurs cogneurs de la saison, ce dernier rapporte 50% de points en plus qu’un GP classique; il sera disputé cette année, comme lors des neuf éditions précédentes, à Londres).

About 

Sous d'autres cieux et en d'autres temps, je fus connu sous le sobriquet de "Colin Maillard et Tartempion".

Tags:

354 Responses to TRWC 2019 : Le point avant le Super GP de New-York outdoor

  1. Patricia 8 septembre 2019 at 00:05

    La gamine a battu 8/8 top ten cette année. 3 en finale de grands titres.

    • Anne 8 septembre 2019 at 00:09

      Tellement impresionnnante tout au long du match. Comment à 19 ans, elle est arrivée à gérer ses nerfs, la remontée de’ son adversaire et un public devenu aussi’ fou qu’assez excecrable…
      quant à Serena Williams n’arrive vraiment pas à gérer ses finales de GC depuis son retour post-maternité

    • Sebastien 8 septembre 2019 at 00:31

      Le public de l’US Open semble le plus difficile de ceux des 4 GC. Peut-être aussi un effet chaudron et la taille du stade ?

  2. Sebastien 8 septembre 2019 at 00:30

    Triste pour Serena qui n’y arrive plus, dévorée par la tension aussitôt qu’elle est en finale de Grand Chelem ; ça aurait été sympa qu’elle égale ce record des 24 GC. Je l’ai rarement vu aussi mal servir, 45% de premières (!), et toujours démolie sur ses 2èmes
    Mais chapeau à Bianca, qui a merveilleusement bien joué, puissante, tactique, solide mentalement, retourneuse et longueur de balle à la Djokovic. Une belle vainqueure, dont on est tenté de dire qu’elle va récidiver mais Osaka et les autres nous incitent à la prudence.
    A noter le comportement correct de Serena dans ce match, qui a permis à Bianca de savourer sa victoire contrairement à Osaka.

    • Patricia 8 septembre 2019 at 15:52

      Mais Osaka a justement récidivé dès le GC suivant ! Ce serait incroyable si Bianca faisait de même.

      On peut effectivement souligner que Serena s’est comportée correctement envers l’arbitre et son adversaire après la défaite – mais elle n’a guère besoin d’avoir recours à un comportement intimidant vis-à-vis de son adversaire avec une foule aussi terriblement partisane et bruyante, qui se comporte en porte-flingue.

      Il demeure que son langage corporel reste constamment « c’est la fin du monde, je souffre terriblement » dès qu’elle rate un point. Son explication d’après match jette un éclairage complétement mégalo et irrespectueux sur son expression tragique : « Serena n’était pas là, Serena n’est pas venue ».
      Ah ben tu comprends ma cocotte, si Elle était venue, elle t’aurais torché proprement, ç’aurait été vite vu. Après Nadal, qui ne perd que blessé d’après certains, on a Serena, qui ne perd que quand elle ne vient pas (mais là, c’est elle qui le dit).

      • Anne 8 septembre 2019 at 16:10

        Tellement hallucinant. Elle est tellement persuadée que le résultat ne dépend que d’elle alors qu’elle a été surclassée mentalement mais aussi tennistiquement… tellement révélateur du personnage

        C’est aussi édifiant de voir que l’on en est presque à féliciter Serena pour s’être bien comporté vis’a vis de l’arbitre ;-)

        Aussi intimidante soit-elle, force est étonnant constater qu’elle n’y arrive vraiment pas en finale depuis son retour. Pas un set de gagné en quatre matchs.
        Que ce soit Osaka ou Andreescu hier, elles n’ont pas été intimidées ni par le lieû, ni par le public,ni par la finale de Grand Chelem et encore moins l’identité de leurs adversaires. Fort, très, très fort surtout pour leurs premières finales de Grand Chelem.
        Quant à Serena, je pense que le 24e titre de GC ne sera que de plus en plus dur à avoir

        • Sebastien 8 septembre 2019 at 16:40

          Je ne crois plus qu’elle puisse y arriver, au 24ème, face à des filles dont elle pourrait être la mère et surtout ce blocage mental en final qui fait d’elle une joueuse au niveau quelconque, et psychologiquement une pleurnicharde et vaniteuse. L’approche trop statistique de Mouratoglou ne suffit pas, elle a besoin d’un psy pour comprendre ce qui se passe et de larguer encore 20 kilos.

    • Sebastien 8 septembre 2019 at 16:20

      Oui, Osaka a récidivé, avant de plonger dans une sorte de torpeur lunaire bizarre. Andreescu ne semble pas aussi bizarre qu’Osaka, mais des précédents comme Ostapenko, Muguruza m’incitent à la prudence d’autant que Bianca semble souvent blessée. Tu pourras me dire qu’Ostapenko et Muguruza étaient plus âgées et moins talentueuses que Bianca. Mugu et Osta sont des cogneuses pas géniales et surtout très irrégulières. Osaka, l’ayant vue contre Cori, je pensais qu’elle retrouvait son niveau, mais Bencic est sa bête noire

      Ils ont mis une arbitre femme (très effacée) pour atténuer le risque de guerre des sexes de l’an dernier.
      Sur Serena, je suis d’accord qu’elle est une Drama Queen. Je ne sais pas si c’était le cas quand elle était jeune, mais ce côté là m’énerve. J’ai beau dire que Bianca a hyper bien joué, quelque part je trouve que Serena se met une pression de dingue en finale et ne joue pas comme sur les tours précédents. C’est comme ça que je comprends le « Serena n’était pas là ». Elle est monstrueuse orgueilleuse, mais si j’avais 23 GC, je pense que je serais assez peu humble !

      Ca fait maintenant 4 finales qu’elle joue très mal, et sans vouloir gommer le mérite de ses adversaires, je pense que ça ne peut pas toujours être le fait que ses collègues sont tellement plus fortes qu’elle.
      La vieille est fatiguée mentalement, et pète les plombs en finale. Tout ce que son adversaire a à faire, c’est faire abstraction de sa commedia dell’arte. Et elle a toujours des kilos en trop même si elle est moins pachydermique que l’an dernier, où elle avait 40 kilos en trop, là elle est à 20 kilos en trop.

      • Anne 8 septembre 2019 at 20:20

        Je pense qu’il y a aussi une autre donnée : beaucoup de joueuses ont score peur de Serena, jouent petits bras face à elle et sa puissance qui reste inégalée sur le circuit féminin. Elle a aussi la chance d’arriver en finale sur la plupart de ses 4 GC où elle s’y rend en n’ayant pas eu à affronter une énorme adversité avant. Mais en finale, elle se retrouve tout d’un coup contre une joueuse qui joue bien. Et ses lacunes qu’elle n’a pas comblées depuis son retour sont alors criantes dès lors qu’en face ça joue bien.
        Après, oui, elle se met une pression d’enfer et ça ne risque pas d’aller en s’ameliorant bien au contraire mais hier elle n’a pas perdu uniquement’ pour ça, loin de là… mais surtout parce que son adversaire qui du haut de ses 19 ans aurait dû être prise par l’emotion du moment, du lieu, du public, de son adversaire a crânement joué sa’ chance. Même quand elle l’a littéralement allumée au filet (ok, c’est le jeu… mais c’était totalement volontaire), elle n’a pas bronché. Pas plus quand le public applaudissait chacune de ses fautes, parfois même avec des standing ovations, ou s’exprimait Lourdement pendant les changes…
        Andreescu était impressionnante dans son jeu mais aussi dans son attitude. Aux cris de Serena et du public, elle repondait par des « come on » ultra sonores.

        Je me suis toujours demandée à quel point Mouratoglou était réellement son entraîneur. Cette impression est renforcée par le fait que visiblement cela semble un secret de polichinelle sur le circuit qu’il est le vrai coach de Tsitsipas. Pourquoi s’en cacher ?

  3. Perse 8 septembre 2019 at 09:10

    Andreescu est sacrément impressionnante et j’espère que les blessures l’épargneront. Elle s’est en 8 mois forgé un beau palmarès. Elle a fourni de beaux matchs, j’ai bien aimé son match contre Bencic également.

    Sinon, la finale de double masculine a été jolie avec ses quelques points: certes les joueurs de doubles sont lents par rapport à ceux de simple et pourtant que ça va vite!
    https://www.youtube.com/watch?v=yfD7B86s6QQ

  4. Anne 8 septembre 2019 at 15:33

    Carnet blanc : Lucas Pouille s’est marié hier. Vu que même pour un mariage civil, il faut au moins un délai de 3 semaines pour la publication des bans, ce n’est pas trop rassurant sur ses ambitions d’avant-tournoi

    • Sebastien 8 septembre 2019 at 16:24

      Ah oui en effet, il devait avoir pour ambition la seconde semaine tout au plus mais pas la victoire. Dommage car il fut un temps où Lucas se voyait gagner des Grands Chelems. Je n’ai jamais revu son niveau de 2016 contre Nadal (dont cependant le jeu semble bien lui convenir)

    • Colin 9 septembre 2019 at 13:44

      Oui, bizarre, en tout cas c’est le signe d’un manque évident d’ambition.
      D’autant plus bizarre d’ailleurs pour un garçon qui a fait demi-finale à Melbourne…
      Là si par le plus grand des hasards (abandons, blessures…) il s’était retrouvé en 1/8ème à l’USO il aurait dû balancer son match… Pas très pro tout ça.

  5. ConnorsFan 8 septembre 2019 at 22:39

    Medvedev en avance 2-1, avec le bris de service. Nadal en mode « paralysie nerveuse » en ce moment. Incapable de faire quoi que ce soit.

    • ConnorsFan 8 septembre 2019 at 22:58

      Les deux joueurs sont prudents, le rythme de jeu est très lent. Nadal est toujours coincé; il devrait faire travailler Medvedev mais semble trop figé pour prendre le contrôle des échanges.

    • ConnorsFan 8 septembre 2019 at 23:25

      Nadal un peu plus entreprenant à 6-5. Il brise Medvedev et gagne le premier set 7-5. Ça ressemble aux deux premiers sets contre Schwartzman. Pas un grand match mais Nadal se bat, comme toujours.

  6. Rubens 9 septembre 2019 at 00:09

    7/5 6/3 Nadal. Bon… Pour le renouvellement il faudra attendre un peu.

  7. ConnorsFan 9 septembre 2019 at 00:14

    Nadal joue mieux maintenant et gagne le deuxième set 6-3. Son revers en croisé sur le point de set était à l’extérieur, mais jugé « IN ». Le score aurait dû revenir à 40-40.

    Le premier point du 3ième set est assez divertissant, gagné par Medvedev.

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 00:30

      Le niveau de jeu est meilleur maintenant. Un très beau point gagné par Nadal à 2-1 dans ce troisième set. Medvedev tient son bout et ne lâche rien. On est à 2-2.

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 00:34

      Autre jeu de très bon niveau. Nadal brise et mène 3-2. Medvedev joue quand même très bien.

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 00:42

      Tellement bien qu’il brise en retour, 3-3. Medvedev fait preuve d’une défensive et d’une résistance phénoménales.

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 01:21

      Fin de 3ième set incroyable, remmporté par Medvedev 7-5. À partir de 4-4, Medvedev a sauvé sa peau alors que Nadal le baladait d’un côté à l’autre. Le Russe ne rate plus rien et Nadal s’épuise à frapper. Ça rappelle Ali-Foreman en 1974. On sent que tout pourrait basculer maintenant.

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 01:51

      L’atmosphère dans le stade est électrique. Si certains pensaient que la relève n’était pas arrivée, je crois qu’elle l’est. Ce Medvedev est un sérieux client. Impressionnant.

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 02:12

      Medvedev brise Nadal avec un retour de service parfait pour prendre le 4ième set 6-4. Il est increvable et imperturbable. On dirait parfois qu’il a une poêle à frire dans les mains mais il sait quoi faire avec. Il contrôle tous ses coups et semble ne rien rater. Les deux joueurs viennent assez régulièrement au filet.

    • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 02:24

      ConnorsFan, tu es le seul à tenir la baraque?

      Medvedev est incroyable depuis le milieu du troisième set. 2-1 pour lui au cinquième!

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 02:29

      Point fantastique à 2-1 30-15 au cinquième set. Nadal est poussé dans ses derniers retranchements. Quel match!

    • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 02:36

      Break Nadal! 3-2 service à suivre!

      Bon il avait breaké à 2-2 au troisième et on y est encore en ce moment donc….

      • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 02:39

        Ah, je ne suis plus seul ici. :-)

      • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 02:44

        Je te lisais, je pensais que d’autres te rejoindraient au fur et à mesure que Medvedev remontait au score.

        Personne ne venait donc je me suis dit : « Allons-y »

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 02:38

      Nadal brise Medvedev, qui menait 40-0. 3-2 Nadal. Un peu contre le cours du jeu. Medvedev est 17/20 en service-volée, tandis que Nadal est 15/18.

    • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 02:42

      Break confirmé! 4-2!!

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 02:45

      Et Nadal qui brise de nouveau. 5-2.

    • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 02:45

      Break à nouveau ! 5-2, Nadal va servir pour le titre!

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 02:52

      Les deux joueurs sont à bout. Pour la deuxième fois, Nadal perd sa première balle pour avoir pris trop de temps et se fait briser sur la double faute. 5-3.

      • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 02:56

        En fait, c’est Nadal qui avait l’air à bout à 30-15. Quant à Medvedev, difficile à dire.

    • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 02:54

      Medvedev qui débreake sur une « double » faute de Nadal ! 5-3

      Et 15-0 pour Medvedev! Et 15-15 maintenant!

    • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 02:56

      30-40! Championship point pour Nadal!

    • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 02:57

      Sauvée en deux coups par Medvedev!!

    • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 02:57

      Balle de match numéro deux pour Nadal!

    • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 02:58

      Sauvée sur un service-volée sur seconde balle par Medvedev!

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 02:59

      Un point de match sauvé par Medvedev. Encore un… encore sauvé. Erreur de Medvedev sur point de partie. Medvedev gagne son service. 5-4. Beaucoup d’ambiance!!!

    • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 03:00

      Medvedev finit par remporter son jeu de service ! 5-4!

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 03:05

      Pas de premières balles pour Nadal. 15-30. Son père a l’air un peu nerveux…

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 03:06

      Ce Medvedev est très zen. 30-40. Balle de bris.

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 03:08

      Belle amortie de Nadal. Balle de match!

    • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 03:10

      Troisième balle de match à l’avantage!!

      Et c’est fini!!!! Enfin!!! Enfin!!!!!

      Quelle partie de dingue !!!! J’ai cru que Medvedev allait nous faire une Del Potro!!

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 03:11

      C’est fait! Victoire de Nadal 7-5, 6-3, 5-7, 4-6, 6-4. Belle accolade après le match. On a vu un classique ce soir. Félicitations aux deux joueurs, en particulier à Medvedev qui a été fantastique à tous points de vue.

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 03:14

      Durée du match : 4h49.

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 03:20

      Les deux joueurs sont assis et regarde le grand écran qui présente les 19 titres de Nadal en GC. L’autre soir, on voyait Nadal qui faisait un peu de vélo stationnaire après son match et qui regardait la TV où on analysait le match qu’il venait de jouer, en compagnie de ses coaches qui lui donnaient leurs propres commentaires.

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 03:34

      Très sympathique Medvedev dans ses déclarations d’après-match. « À la fin du troisième set, je me demandais ce que j’allais dire dans mon discours ». « En voyant l’historique des victoires de Rafa à l’écran, je me demandais : si j’avais gagné, qu’auraient-ils montré à l’écran? » En bonus, un rappel de ses prises de bec avec les spectateurs, qui l’ont bien soutenu ce soir.

      • Perse 9 septembre 2019 at 08:51

        Comme quoi son troll a plutôt fonctionné. J’avais trouvé sa provocation plutôt sympathique et drôle mais c’est sur que le public a souvent le QI d’une poule. Il n’est pas passé loin de réaliser sa prophétie en plus.

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 04:52

      Nadal établit un record avec un 5ième titre GC après l’âge de 30 ans. Qui l’eût cru?

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 05:18

      Tweet de Laurent Vergne : « Personne n’est plus très frais, moi non plus, mais je crois que Rafa est vraiment rincé de chez rincé. »

  8. Kristian 9 septembre 2019 at 10:37

    Bon, je n’ai pas tout vu, mais c’etait quand meme quelque chose ce match. Medvedev est passe tout tout pres d’un enorme exploit : remonter de 2 sets 0, break dans le troisieme contre Nadal en finale de GC. Et meme dans le cinquieme, mene 5/2, il revient a 5/4 balle de 5/5 face a un Nadal agonisant, il est vraiment passe tres pres de la victoire. Nadal donnait l’impression d’etre au bout du bout a ce moment la.
    La, on a clairement un client serieux : il a le talent, le physique, et l’envie. Il a retourne Djokovic comme une crepe a Cincy, et il a failli faire la meme chose a Nadal cette nuit. Aucun complexe le gars. S’il ne surjoue pas dans les semaines a venir, il va encore beaucoup gagne.

    • Patricia 9 septembre 2019 at 13:33

      Pas de bol, j’ai laissé tomber au bout de 2 sets, où tous deux jouaient franchement très moyen !^^ Medvedev, je l’avais vu jouer bien mieux,c’est très fort mentalement de s’être mis à jouer son meilleur à 2 sets + 1 break contre lui, mais un peu tard hélas…

    • Colin 9 septembre 2019 at 13:51

      Avec ce qu’il a montré en demie et en finale, Medvedev a clairement changé de niveau. A titre de comparaison, c’est comme si Thiem avait enchaîné, ce printemps, 4 finales à Barcelone, Madrid, Rome et Roland-Garros.
      Bref Medvedev me semble clairement faire partie désormais de la catégorie DelPotro/Wawrinka, et non plus de la catégorie Nishikori/Raonic/Dimitrov/Thiem/Zverev/Khachanov (parmi ceux qui ont gagné un M1000 et/ou la Masters Cup et/ou fait une finale en GC). Rien n’est écrit à l’avance évidemment mais il se pose maintenant comme le leader de la meute qui court (qui rame, plutôt) derrière les 3 affreux.
      Reste à confirmer.

      • Remy 9 septembre 2019 at 14:07

        Puisses-tu avoir raison.

        Cette nuit, j’ai rêvé que Medvedev gagnait en 4 manches.

        Quelle souffrance le tennis mes amis…

    • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 14:25

      C’était un match de légende. Il était assez dingue en termes de niveau de jeu surtout les trois derniers sets.

      Medvedev a montré sur cet été un niveau de jeu et des états de service très supérieur à tous ceux que la next gen à montrer. C’est un client véritablement sérieux pour les grands titres, désormais, il va falloir le battre pour en gagner et il va sans doute en gagner.

      C’était vraiment un match à voir et il était à mon sens même meilleur que la finale de Wimbledon de cette année.

      • Patricia 9 septembre 2019 at 15:33

        Quand même pas, les deux premiers sets étaient plutôt chiants.
        D’ailleurs les stats sont claires : 47% de 1è balles pour Nadal au 1er, 16W 20 UE Med, 10W 10 UE Nadal, alors que le 3è set c’est 18/8 pour Med et 16/8 pour Nadal (remonté à 63% de 1è) !

      • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 15:54

        C’est surtout le type de points auquel on a eu droit à partir du 3ième set qui a rendu ce match si mémorable. Nadal jouait très bien, maîtrisait ses frappes et variait avec des balles plus hautes, des balles slicées, des amorties, des montées au filet, des coups de massue des deux côtés, mais Medvedev retournait absolument tout sans fléchir. Et lorsque Nadal ne savait plus quoi faire, le jeune passait à l’attaque et les rôles s’inversaient. Qu’ils aient conservé un ratio positif W/UE est remarquable, étant donné la qualité de la défensive des deux, et en particulier de celle de Medvedev.

        Par certains côtés, ça me rappelait la finale de 2011, mais avec une issue moins prévisible.

        On peut remarquer les statistiques des deux joueurs au filet. Nadal : 51/66, Medvedev : 50/74. On a eu droit à quelques échanges où les deux étaient au filet et où Medvedev se tirait très bien d’affaire.

      • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 18:30

        @Patricia: Lors de la finale de Wimbledon, le niveau de Djokovic est descendu parfois très bas surtout au second set. C’est seulement au cinquième set et au sixième set que Federer et Djokovic ont réussi à bien joué ensemble.

        Après il y a peut-être un peu plus de dramaturgie avec les balles de match manquées de Federer et le premier tie-break à 12 partout.

        @ConnorsFan: Lors de la finale de 2011, il y avait quand même moins de tennis offensif que dans celle de 2019. Ce qui a produit des points merveilleux de part et d’autres dans cette finale, c’est tout l’éventail technique et tactique qu’ont utilisé Nadal et Medvedev pour tenter de gagner des points.

        • Paulo 9 septembre 2019 at 18:37

          Le sixième set de la finale à Wim, c’était après la remise de la Coupe, dans le vestiaire ? Ils se sont mis dessus ? :mrgreen:

        • Coach Kevinovitch 9 septembre 2019 at 18:59

          Le sixième set c’est celui qui a commencé à 6-6 et qui s’est terminé au tie-break après 12-12!

  9. Paulo 9 septembre 2019 at 17:57

    Au-delà de la déception quant à son issue, une grosse finale, une grosse intensité, surtout à partir du 3ème set, qui montre que Medvedev a remarquablement digéré la déculottée que lui avait infligé Nadal en finale de Montréal.

    Des stats positives quasiment partout :
    - Medvedev : 75 winners pour 57 UE – 50/74 au filet – 14 aces pour 4 DF et 64 % de premiers services
    - Nadal : 62 winners pour 46 UE – 51/66 au filet – bémol au service avec 5 aces pour 5 DF et 58 % de premiers services
    La prime aux retourneurs avec une faible réussite sur balles de break : Medvedev prend le service de Nadal 5 fois sur 15, quand Nadal en est à 6 sur 21.

    Nadal a fait du Nadal, autrement dit solide, variant bien avec des slices, des balles parfois bombées et parfois plus tendues, des montées à bon escient, parfois un service-volée.
    Face au rouleau-compresseur, Medvedev a su lui aussi varier, tantôt ralentissant tantôt accélérant, montant au filet, distillant des amorties… De ce que j’ai vu (1er et 3-4èmes sets et un peu du 5ème) je l’ai trouvé globalement « couillu » le Russe, comme contre Djokovic à Cincinnati. D’ailleurs à la fin du 4ème set il avait remporté en tout 8 points de moins que Nadal, mais avait égalisé à 2 sets partout… preuve qu’il a su gagner les points importants.
    Il cède donc au 5ème set, et pourtant en début de set bien malin celui qui aurait misé sa maison sur une victoire de l’Espagnol. Je crois que Medvedev a fini par payer la note de la fatigue accumulée depuis 6 semaines, y compris sur ce tournoi de Flushing Meadows ; moins tranchant, moins audacieux, plus de fautes. En fin de match il accuse un déficit de 13 points (177/164) sur son rival. Il n’a pas su surprendre Nadal, qui de son côté a poursuivi et fini en mode arme de destruction massive.

    Medvedev, c’est certes un Gilles Simon pour sa capacité à tout remettre, mais doublé d’un sacré serveur et d’une faculté de varier le jeu, avec une amortie de temps en temps, de grosses accélérations qu’il n’hésite pas à suivre au filet (peu de slice en revanche) ; et ce culot quand il se met à servir des deuxièmes premières à la Sampras ou Kyrgios…

    Un article intéressant sur Medvedev, « l’artiste peu orthodoxe et déroutant qui ne cesse de gagner. » https://www.atptour.com/en/news/medvedev-coaching-artist-feature-2019 … son côté non conventionnel fait dire à son coach Gilles Cervara que le diriger, c’est un peu comme coacher un artiste : « Vous ne comprenez pas toujours ce qu’il fait ou pourquoi il le fait, mais parfois, vous devez le laisser faire. »
    C’est un peu un OVNI du tennis, ce Medvedev. Un côté fantasque bien slave, diront certains… et un type qui sait se servir de sa tête. Je ne sais pas s’il saura se maintenir à ce niveau, mais son jeu et son approche des matches changeront de ses collègues de la Next Gen>/em>, c’est sûr.

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 18:46

      On peut espérer qu’il saura maintenir ce niveau, ou même continuer à s’améliorer, et qu’il évitera les blessures. Durant le match, McEnroe avait l’impression que Medvedev évoluait et devenait un meilleur joueur devant nos yeux, au fur et à mesure qu’on avançait dans le match.

      Je me demande ce qu’on pensé les Zverev, Thiem, Tsitsipas, Rublev, FAA, Shapovalov, Khachanov et les autres jeunes en voyant ce match. C’est tout un obstacle qui pourrait se dresser devant eux durant les prochaines années. Ils devront trouver une solution à cet adversaire au style tellement unique.

      • Patricia 9 septembre 2019 at 19:44

        Je pense que chaque joueur a son ressenti très personnel, qui dépend énormément de ses H2H avec le Russe. Tsitsipas a perdu 4 fois sur 4, Zverev a gagné 4 fois sur 4, j’imagine qu’ils ne le ressentent pas de la même façon. Thiem l’a affronté récemment 2 fois, dont une finale, dans un cas il trouve la solution et lui colle même un bagel, dans l’autre il est vidé physiquement et ne considère sans doute pas la défaite comme significative… Les compatriotes, c’est encore une autre configuration, ils doivent être sacrément impressionnés.

        Mais Thiem a joué deux finales de GC contre Nadal et un 5 sets complétement dantesque à l’USO, je pense que par rapport aux autres il ne se sent pas du tout largué face à l’été de Medvedev.

        • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 21:24

          Je suis curieux de voir ce que ça donnera lors du prochain affrontement contre Zverev. Medvedev a tellement progressé depuis quelques mois; ce n’est plus le joueur classé 30ième ou 50ième que Zverev a battu 4 fois. En fait, j’ai bien l’intention de suivre tout ce que fera Medvedev, et de voir si quelqu’un a la clé pour percer sa défense.

        • Sebastien 10 septembre 2019 at 08:52

          A ce niveau seul Thiem peut battre Medvedev, avec sa puissance et son slice, mais sur dur je demande à voir, il y aurait un gros match. Le Zverev de cette année a beaucoup régressé malheureusement, et Medevedev l’expédierait. On veut revoir Zverev comme une menace, c’était si bon quand il battait Djokovic. Mon meilleur souvenir de lui : la finale de Rome de 2017, un chef d’oeuvre de puissance (et d’insouciance). Ce joueur ne peut pas avoir définitivement disparu !

      • Bapt 9 septembre 2019 at 19:46

        De toute façon pour la next gen le plus gros problème n’est pas Medvedev mais, surtout eux-mêmes. Parce qu’avant d’avoir besoin de trouver la solution pour le battre et gagner un grand chelem il faudrait déjà arriver en finale, voire au moins en demi-finale.

      • Paulo 9 septembre 2019 at 21:49

        Mouratoglou disait quelque chose de similaire sur Tsitsipas, au printemps dernier, à savoir sa capacité à progresser en fonction des difficultés auxquelles il est confronté en cours de match ; une telle envie de gagner qu’elle le conduit à chercher des solutions voire à en inventer « sur le tas » pour pouvoir remporter les points et les matches.
        Je pense que Medvedev est aussi comme ça : sa faculté à s’adapter en cours de match à ce que lui propose son adversaire saute aux yeux.
        Pour ce qui est de ses collègues de la Next Gen, certainement qu’ils sauront eux aussi trouver la solution pour le battre. On peut se rappeler de Federer qui perdait presque toujours contre Hewitt au début de leur rivalité, et qui une fois qu’il a trouvé la solution n’a presque plus jamais perdu contre l’Australien…

        • Bapt 9 septembre 2019 at 22:44

          Mouratoglou vend toujours un peu du rêve sur ses poulains. J’aime bien Tsitsipas mais déjouer durant trois mois de suite en plantant lamentablement dans deux grands chelems car il n’a pas réussi à supporter sa défaite en 5 sets en huitième de finale face à un excellent joueur comme Wawrinka, ce n’est pas ce que j’appelle chercher des solutions ni démontrer une « capacité à progresser ». Là il régresse.

          Je doute que Medvedev fasse de même alors que pourtant les enjeux étaient bien plus importants que le simple huitième de finale de RG de Tsitsipas.

          • Paulo 10 septembre 2019 at 09:29

            Ce n’est pas incompatible. Tsitsipas a quand même énormément progressé entre janvier 2018 et en gros Roland 2019, et c’est de ça dont Mouratoglou parlait (c’était ol y a 6 mois environ).
            Après Tsitsipas traverse une mauvaise passe en ce moment, il s’est manifestement vu trop beau trop vite comme le dit Sébastien, il a des failles dans son jeu (revers…), mais le principe de la progression « sur le tas » (en plus des entraînements) est le même.
            Par ailleurs on ne sait pas ce que va donner Medvedev dans les mois qui viennent : là il surfe sur une incroyable vague de confiance, mais ce joueur a aussi des failles qui peuvent ressurgir, soit à la (dé)faveur de défaites difficiles, soit suite à un pépin de santé.
            Medvedev a aussi plus de 2 ans de plus que Tsitsi, ce qui à ce stade de leur carrière est beaucoup.

          • Patricia 11 septembre 2019 at 19:40

            Bon, un peu sévère pour Tsitsi… A Wim, est-ce qu’il « plante lamentablement », et est-ce pour une question de « digestion » ? Il ne joue pas super sur herbe, tombe contre un gars qui fait un très bon match, est en grande confiance, adore la surface. Il fait un match en 5 sets.
            Est-ce pire à l’USO ? Bon, c’est Rublev, en forme, en confiance, le 2è joueur « chaud » de l’été après Medvedev. 4 sets, deux TB, c’est pas une branlée.

            Dès qu’un mec a une mauvaise passe, on attribue ça à son « melon », mais franchement, des mecs comme Zverev ou Tsitsi, ils avaient le même melon quand ils gagnaient, et ça contribuait à les faire gagner !…. Zverev il galère pas à cause du melon, mais pour plein de raisons extra tennistiques. Tsi, il perd pas contre des gars qui font leur match tranquillou. Ses vainqueurs cet été, c’est Rublev, Kyrgios, Struff, Hurkacz, FAA…

            • Paulo 12 septembre 2019 at 09:40

              En plus, pour Zverev et Tsitsi, il y a le fait qu’ils ont énormément joué en l’espace d’un an 1/2 ou 2 ans ; forcément, ils jouaient tous les 250 et les 500 passant à leur portée, avec l’objectif de progresser au classement, de prendre de la confiance… à un moment, il y a une forme de saturation, ce qu’exprimait Tsitsi après sa défaite face à Rublev : « J’ai le sentiment de faire toujours la même chose, encore et encore. Et mon cerveau n’en peut plus. »
              Il est normal que les progressions ne soient pas parfaitement linéaires ; et je suis persuadé que Medvedev passera lui aussi par là…

        • Sebastien 10 septembre 2019 at 08:57

          Tsitsipas à mon avis, s’est vu un peu trop beau trop vite. Battre Federer en Australie et battre Nadal à Madrid lui ont donné un melon impressionnant. Du coup perdre contre Waw a été un choc immense. Il ne sait pas encore bien jouer sur herbe et là aussi grosse désillusion, alors qu’il se voyait en mission pour déboulonner le Big 3. J’espère le revoir dangereux dès l’année prochaine, il est encore jeune.

          • Paulo 10 septembre 2019 at 09:32

            Tout à fait, il a confondu ambition et présomption, et les événements se sont chargés de le ramener sur terre.

  10. Paulo 9 septembre 2019 at 18:01

    Next Gen, Ahem, foutues balises

  11. Sebastien 9 septembre 2019 at 21:26

    Coucou !
    J’ai regardé le match d’hier soir avec GRAND plaisir, l’issue n’était pas importante pour moi. J’ai adoré les variations de Nadal, leur jeu très porté vers l’avant, avec un nombre hallucinant de montées au filet qu’on ne voit presque jamais dans aucune finale, beaucoup de points gagnants et peu de fautes directes malgré les rallies de folie. La dureté des échanges approchait parfois de celle de la finale 2011 Djokovic Nadal, où Djokovic était un mutant inépuisable.

    Medvedev m’a étonné par son physique : c’est un monstre, le plus épuisé des deux était de loin Nadal qui n’a plus la résistance d’antan. Medvedev me semble pouvoir devenir un nouveau Djokovic.
    2019 sera-t-il l’équivalent pour Medvedev de 2011 pour Djokovic ?
    J’aime bien ce joueur, astucieux, malin et taquin. Il est tellement plus intelligent que Kyrgios (bon vous me direz que ce n’est pas difficile, haha).

    • ConnorsFan 9 septembre 2019 at 23:37

      Tu parles probablement de 2020 pour Medvedev, s’il doit reproduire le 2011 de Djokovic. Ou bien le 2019 de Medvedev serait le 2010 de Djokovic, qui avait aussi perdu en finale du US Open contre Nadal. Trois titres GC en 2020 pour un gars qui était 50ième deux ans plus tôt, ce serait un retournement assez spectaculaire. On va voir s’il parvient à en gagner un. Qui sait, peut-être en Australie? Ça me ferait bien plaisir en tous cas.

      Hier, c’est vrai que Nadal était sur les rotules au 5ième set. Vers 5-2, il s’est accroupi après un point et est resté là pendant une dizaine de secondes. Je me demandais s’il avait des crampes ou une blessure. De ce que je comprends, il récupérait et se préparait à souffrir encore quelques minutes. Il a quand même tenu le coup, ce qui n’est pas banal pour un gars de 33 ans avec un jeu aussi exigeant physiquement.

    • Sebastien 9 septembre 2019 at 23:57

      Oui pardon, je voulais dire 2020 Medvedev = 2011 Djokovic
      Mais bon la probabilité est faible, on n’a jamais vu un joueur autant hausser de niveau d’une saison à la suivante, et de Nakunpoumon devenir le mec à 30 poumons.
      J’avais déjà vu Nadal épuisé au 5ème set de l’OA 2017 contre Fed, ou encore au 5ème set de Wimb 2018 contre Djoko.
      Bien qu’il essaie de jouer de manière plus économique, le jeu de Nadal consomme une énergie énorme.

    • Sebastien 10 septembre 2019 at 00:00

      En finale 2010 de l’US Open, on a vu le Djokovic de 2011 pendant un set seulement, puis disparaître. Puis Cetocevic et d’autres sont passés !

    • Sebastien 10 septembre 2019 at 09:01

      Nadal après le match a eu une énorme crampe au mollet droit. En fait il a baissé physiquement dès le 3ème set et je ne donnais pas cher de lui après la perte du 3ème et je m’attendais à sa défaite. C’est à se poser la question de son autonomie physique qui a beaucoup baissé.

  12. Rubens 10 septembre 2019 at 09:21

    Vu cette finale jusqu’au bout, elle était magnifique. Et en effet il n’est pas fréquent que Nadal soit le plus fatigué des deux à la fin. En regardant juste le score, on ne s’attendrait pas à ce que Nadal se fasse remonter comme ça, on imagine plutôt l’inverse. Bravo à Medvedev, qui a vendu chèrement sa peau. Il a été dos au mur tout le match, et au final il n’a pas été loin du titre. Capacité de résilience hors normes.

    Et je vais radoter, ce sont les signes avant-coureurs de la sénilité, mais tout de même, l’épouse de Medvedev est charmante.

    • Paulo 10 septembre 2019 at 09:35

      Je croyais que tu plaisantais quand tu parlais de l’épouse de Medvedev, mais non, en fait tu étais sérieux.

      • Rubens 10 septembre 2019 at 10:03

        Il avait qu’à ne pas à arriver en finale, tant qu’il ira loin dans les tournois on la verra elle aussi !

      • Coach Kevinovitch 14 septembre 2019 at 23:38

        L’épouse de Medvedev est très douce en effet mais ma révélation esthétique féminine dans le tennis cette saison est l’arbitre de chaise Marijana Veljović.

  13. Patricia 10 septembre 2019 at 12:52

    Avec tout ça le titre de Tsonga à Cassis passe inaperçu ! ^^

    Sinon, Mc Enroe a publié sa sélection pour « le reste du monde » en Laver cup : Isner (20è), Raonic (24), Kyrgios (27), Fritz (30), Shapo (33) et Sock (206). C’est sûr que c’est un peu pâle à côté du plateau européen (Fed, Nadal, Thiem, A.Zverev, Tsitsipas, Cilic), mais après avoir regardé le classement, je m’aperçois qu’il y avait peu d’options : un seul top 10 (Nishi, qui joue jamais), un seul autre top 20 (Schwartzman), Anderson étant blessé, FAA, 21è, a refusé ; y avait Pella (22) mais Mc n’aime pas les Argentins ont dirait ; le suivant hors Europe est de Minaur (31). Bref « le reste du monde » est à la ramasse en attendant que le Canada fasse une incursion dans le top 10 !

    • Colin 10 septembre 2019 at 15:05

      Schwartzman aurait été une bonne recrue, après tout il truste les deux premières places du top10 des plus beaux points de l’US Open 2019 selon Eurosport.

    • Colin 10 septembre 2019 at 15:07

      Au fait, ça me fait penser que c’est à Genève cette année…
      @Montagne, tu y vas?

      • Montagne 10 septembre 2019 at 17:00

        Je recule devant le prix des places (320 francs suisses pour la session du vendredi après-midi…

        • Anne 10 septembre 2019 at 17:36

          perso j’ai dû acheter les places pour l’ensemble des 5 sessions à ce prix

        • Colin 10 septembre 2019 at 20:22

          Tu as « dû »? Ou tu as « pu »??
          Anne, si tu y assistes, comme je comprends, alors tu as intérêt à nous préparer un beau reportage « bord de court » (avec photos à l’appui)!!!!

          • Anne 10 septembre 2019 at 20:36

            Tu as raison Colin, il s’agissait bien de « pu » et non pas « dû »
            Avec plaisir pour une reportage « bord de court »,en revanche je ne suis pas sûre de savoir mettre des photos ;-)

          • Colin 11 septembre 2019 at 09:13

            Cool.
            Quant aux photos ce n’est pas très compliqué mais si tu as besoin d’aide je me chargerai de la mise en page.

  14. Patricia 11 septembre 2019 at 13:18

    Je viens de voir le plateau de Vienne, c’est dense pour un 500 : ils ont un joueur sur deux du top 16 (Med, Thiem, Nishi, Khachanov, Monfils, Coric et Berrettini), et en plus FAA, Pella, Rao, Dimitrov, Pouille, Kyrgios et Edmund !

    J’imagine qu’à Bâle ils auront Fed, Zverev et Tsitsi, pas mal non plus… Avec la montée des jeunes, y a des tournois un peu snobés qui retrouvent du pimpant ^^

  15. franckie 13 septembre 2019 at 17:38

    bonjour vous pensez que NADAL depassera FEDERER?

    • Rubens 13 septembre 2019 at 19:39

      Oui. Et je pense aussi que Djokovic sera encore devant Nadal.

    • Paulo 14 septembre 2019 at 12:31

      1. en nombre de GC : 3 chances sur 4 que oui, je dirais. La seule chance à mon avis que Fed reste devant étant qu’il remporte encore un GC (Australian ou Wimbledon l’an prochain) et que Nadal soit out pour un moment à cause de son corps.

      2. en nombre de coupe des Maîtres : non :-)

      3. en nombre de semaines comme numéro un mondial : non

      4. en nombre d’années terminées à la 1ère place mondiale : non (il tient la corde pour une 5ème fois cette année, pour la suite ce sera dur à mon avis)

      5. au H2H : oui…

      6. en gains financiers : non – Federer est un trop bon business man :-)

    • Paulo 14 septembre 2019 at 12:33

      J’oubliais :

      7. en nombre de gosses : non, il part avec un trop grand handicap :-)

  16. Patricia 14 septembre 2019 at 19:53

    Pétard, Thiem s’est fait rétamer par un jeune Finlandais pour sa reprise (heureusement Novak a gagné son match pour sauver l’Autriche- en 3 sets au TB, et alors qu’il était malade 2 jours plus tôt, c’est un vrai joueur de CD). Thiem dit qu’il est loin d’avoir récupéré physiquement, mais qu’il se voyait quand même plus compétitif que ce qu’il a montré sur le court. Punaise, s’il fait la tournée asiatique où il est toujours KO, il va retomber malade, je le sens.

    A propos du Finlandais : Ruusuvuori (4U), 20 ans, j’en avais jamais entendu parler mais il est sur un bon run, il a gagné deux Challengers et fait une finale cet été. Le mec avait joué 2 top 100 dans sa vie, et là il bat un top 5… Gasp.

    • Sebastien 14 septembre 2019 at 23:06

      Le score est incroyable 6-3, 6-2 ! C’est dommage cette fragilité de Thiem ; ne devrait-il pas mieux planifier son agenda ?
      On a envie de le voir offrir son potentiel toute une année sans décrochage.

    • Anne 15 septembre 2019 at 09:42

      Plus ça va et plus les symptômes de Thiem ont l’air de ressembler à une mononucléose, non ?

    • Sebastien 15 septembre 2019 at 14:03

      Mononucléose, ou un système immunitaire un peu fragile je dirais. Est-ce qu’il tire trop sur la corde au niveau de l’entraînement, et de l’enchaînement des matchs ? Patricia qui le connaît très bien pourrait mieux le dire.

      • Patricia 16 septembre 2019 at 14:41

        Oui, il a le système immunitaire fragile, il a traîné pendant des années une infection quand il était en junior qui a largement retardé sa percée sur le circuit adulte. De manière récurrente, il choppe des trucs quand il y a du gros décalage horaire (tournée américaine, tournée asiatique, tournée Australienne…) ou pendant sa prépa intensive d’hiver. Ca dure plus longtemps que la moyenne et du coup, il prend du retard dans sa prépa physique.
        Cette année il a un programme moins intensif au niveau des tournois(il a quasi 20 matchs de moins au compteur que Medvedev) mais il a eu exactement les mêmes moments où est malade que l’an passé (sauf que ça dure plus longtemps).

  17. Anne 15 septembre 2019 at 09:47

    Deux informations à 24h d’intervalles sur Le circuit féminin… les retours annoncés sur le circuit de Clijsters et de Golovin, respectivement après 8 et 11 ans d’absence… c’est moi ou elles ont une piètre opinion du niveau actuel du circuit pour penser avoir une chance, même si l’une et l’autres prétendent revenir sans pression hormis celle d’avoir des choses à se prouver ?
    Dans le cas de Golovin, si ça nous permets de plus l’entendre sur une quelconques antenne, c’est peut être un mal pour un bien ;-)

    • Sebastien 15 septembre 2019 at 14:11

      Clijsters, pour moi, est clairement inspirée par Serena, qui à 38 ans continue à être dans des finales, même si elle ne les gagne plus.
      Au niveau puissance, Clijsters n’est pas dépassée par les filles d’aujourd’hui et c’était en souplesse l’équivalent de Djokovic (et même mieux, avec ses grand écarts). Son retour incroyable en 2009, doit probablement aussi lui donner confiance, même si c’est 10 ans après. Comme toi, je pense que même si son discours officiel c’est « je ne me mets aucune pression, je ne vise aucun résultat », elle doit viser mieux que ça.
      Golovin, je la croyais atteinte d’une spondylarthrite ankylosante, c’est guéri ?

  18. Achtungbaby 23 septembre 2019 at 10:58

    ya pu personne ici ?
    victoire de Tsonga à Metz, de Fed en Laver Cup…
    tout le monde s’en fout ?!

    • Rubens 23 septembre 2019 at 12:07

      La Laver Cup oui je m’en fous. Tsonga vainqueur à Metz, très bien mais c’est un tournoi de deuxième catégorie, c’est plus intéressant de voir ce que fait Tsonga à l’US ou à Wimbledon, ou du moins qu’est-ce qu’il donne face aux gros bras.

      Je me fous un peu moins de la victoire de Medvedev à Saint-Petersbourg, ce type est vraiment sur une lancée extraordinaire.

      • Patricia 23 septembre 2019 at 13:24

        Surtout que Med était super content d’avoir gagné à domicile. Le plateau de St Petersburg était d’ailleurs pas mal du tout, bien mieux qu’à Metz avec 2 top 10, 2 top 20 et un top 30, que du jeune bien chaud avec Rublev, Berret’, Medvedev…

        Cette année j’ai jeté un oeil à la Laver Cup, belle ambiance, joueurs motivés et parfois clairement mécontents de perdre (donc plus logique de match amical que d’exhib), mais je déteste ce format de super TB et les mecs qui se font remplacer (logiquement) pour un bobo, ce qui fait que les clashes les plus attendus passent souvent à la trappe (Nadal Kyrgios qui devient Thiem/Fritz, le double Fed/Nadal…)

      • Remy 23 septembre 2019 at 14:24

        La laver cup est une belle exhibition qui donne de jolis moments d’échanges entre les joueurs quand ils se coachent.

        Cependant je trouve que toutes les réactions victorieuses et d’encouragement sont surjouées.
        Bref c’est un show mais dans le jeu c’est sérieux.

        • Paulo 23 septembre 2019 at 15:34

          Le jeu sans enjeu, c’est du bidon.
          Des équipes très déséquilibrées, une sélection bizarroïde, où la garantie financière est énormissime, résultat des gars qui se font porter pâle à la moindre occasion, et qui surjouent l’enthousiasme pour compenser, sans doute… sans parler du conflit d’intérêt, quand un joueur en activité, et pas des moindres, est le patron d’un événement aussi lucratif.

          Bref, j’avais envie de taper sur cette super-exhibition qui n’apporte rien au tennis, le vrai, celui de la compète qui compte pas pour de la compote, celui des mecs qui mouillent le maillot pour des prunes, bien souvent, et ont d’autant plus envie de gagner quand ils sont engagés sur un tournoi : ça, c’est fait.

          • Achtungbaby 23 septembre 2019 at 15:43

            oui, il reste la grosse question du conflit d’intérêts, mais qui à la limite pose plus le pb de l’influence de Federer sur les compétitions à enjeu finalement, que du rôle de Fed sur la Laver Cup en tant que telle.

            Mais pourquoi ne pas aprécier cet événement en le prenant pour ce qu’il est et conscient de ses limites ? C’est du tennis très sérieux et détendu.

        • Achtungbaby 23 septembre 2019 at 15:34

          Sur la Laver Cup :

          - le niveau de jeu est clairement au rdv, les joueurs ne lachent rien.

          - on voit des choses qui sortent de l’ordinaire (coaching entre joueurs) qui sont plutôt plaisantes

          - je me suis dit la même chose sur le côté un peu factice des réactions victorieuses et des encouragements, mais finalement je me dis que les joueurs se laissent dans doute plus aller spontanément du fait que c’est sans véritable enjeu et que c’est collectif.

          Regardons les réactions et les encouragagements en Coupe Davis, ça paraît souvent surjoué aussi. Et pourtant c’est bien réel et lié à l’enjeu. Le collectif joue donc un grand rôle dans la différence avec les réactions d’un tournoi individuel.

          Donc j’ai revu ma critique sur ce point.

          « au final » (grrrr) c’est un tournoi plutôt agréable qui donne à voir un autre aspect du tennis.

      • Paulo 23 septembre 2019 at 15:41

        Belle confirmation à Petersbourg par Medvedev de son nouveau statut, en effet.

        Le match vs Rublev valait le coup d’œil : j’aime bien la niaque de Rublev, son tennis sans complexes, et j’ai d’autant plus aimé la façon dont Medvedev est allé chercher le match, à 5-3 contre lui dans le 2ème set, se faisant violence, montant au filet à contre-temps, bref haussant son niveau de jeu quand ça comptait : il m’a fait penser à un membre du Big Three, ce faisant. Et contre Coric face à qui il était mené 4 victoires à 1, il a assuré, même si trop défensif à mon goût.

        Quant à Tsonga, bravo à lui, une victoire, même à Metz, à 34 ans, montre qu’il en a encore dans la raquette. Pouille en 1/2 a été fidèle à lui-même : fébrile dans les moments chauds, quand Jo se montrait hyper solide, au contraire.

Laisser un commentaire

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis