New York avec eux : la photo des quarts

By  | 8 septembre 2010 | Filed under: Actualité

Les  préliminaires sont finis à l’US Open. Seules surprises à l’orée de ces quarts de finales : la présence du sympathique Wawrinka en lieu et place de Murray qu’il a sorti à la régulière, ainsi que Gaël Monfils qui accède à ce stade avec de bons matchs contre le vainqueur de Roddick et celui de Davydenko. La photo révèle également avec un peu de recul deux tendances générales :

1-Le scénario observé jusqu’aux quarts dans cet US Open ne déparerait pas sur l’ocre de Roland-Garros avec une razzia espagnole, les gros serveurs « classiques » – Roddick, Isner, … – et les spécialistes de dur rapide – Murray, Davy, Fish – sortis depuis longtemps. La fameuse « convergence des surfaces » n’a peut-être pas fini de faire du buzz.

2-On retrouve trois joueurs sur huit avec un revers à une main, ce qui est énorme par rapport à la proportion de joueurs uni dextres dans la population du top 10, 20 ou 50, plus proche de 10%. Prémices d’une réhabilitation ou baroud d’honneur pour ce coup en voie de disparition ?

Nadal – Verdasco (jeudi night session – 2h00)

La thèse admise est que l’emprise morale de Nadal sur le clan des Espagnols lui donne la victoire facile. Il y a néanmoins des exceptions : Ferrer à l’US Open en 2007 bien sûr mais aussi son match de titans en demi de l’Open d’Australie 2009 contre Verdasco, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il avait vendu sa peau chèrement et sans complexe.

A l’appui de l’underdog Fernando, l’US Open est bien le tournoi à l’occasion duquel le bon Rafa a l’habitude d’entamer sa retraite hivernale après un printemps-été flamboyant. Verdasco est moins bon que Juan Martin del Potro, mais pas moins impressionnant que Youzhny ou Ferrer, ses précédents vainqueurs ici. Même si on admet que Nadal est une sorte de super-Verdasco et a toutes les clefs du match, il approche maintenant dangereusement de sa date d’hibernation annuelle. De la machine Fernando dans le contexte présent, il n’y a pas grand chose à dire. Verdasco c’est Verdasco. Il vient de tout donner contre Ferrer dans un match en 5 sets au scénario de péplum. Avec 48 heures pour se refaire et le plein de confiance, il donnera encore tout et s’il en a l’occasion, le Madrilène n’hésitera pas à montrer au plantigrade de Manacor le chemin de sa grotte pour une sieste réparatrice de quatre mois.

En synthèse des indices semblent montrer que l’équipe Nadal a tiré les leçons de ses saisons précédentes. Si l’on en croit ce qu’il montre depuis le début du tournoi, en juillet – août, Rafa a apparemment réduit ses gammes stakhanovistes de fond de court, la ration habituelle de la bête, et plutôt vidé quelques centaines de caddies de balles pour se doter d’une variation supplémentaire au service. Un jeu de fond de court moins industriel, mais une première balle étonnante, du niveau des meilleurs serveurs du circuit, et surtout un physique peut-être moins en zone rouge qu’habituellement. Peut-être la recette nadalienne inédite pour le titre qui lui manque.

Prono risqué, voire carrément fou : Nadal en 3 sets

Wawrinka – Youzhny (jeudi 20h00)

Youzhny renaît cet été après un passage à vide d’une bonne année. Stan est un lunatique confirmé. C’est le match le plus incertain. Stan a été ultra solide contre les poids lourds que sont Murray (qu’il a reconnu comme le meilleur match de sa carrière) puis Querrey pour lequel il a puisé dans des ressources mentales qu’on ne lui connaissait pas. Trop solide. Trois victoires de suite à haut-niveau seraient une première pour lui, qui est surtout un spécialiste des « coups » quand ce n’est pas du syndrome PHMesque (ou mode flamby ?) des matchs « presque gagnés ». De plus l’obstacle Youzhny n’est pas que mental : un gros combat en 5 sets avec ce bagarreur courageux, sorte de Verdasco Russe, est encore à prévoir, scandé par les sautes de concentration dramatiques du Suisse, et pimenté par ses superbes revers lâchés à une main.

Wawrinka est-il vraiment transformé par Lundgren ? Une clef du match sera la caisse physique de Youzhny, peut-être encore fragile.

Prono wishful : Wawrinka en 5 sets sur fatigue du Russe.

Monfils – Djokovic (mercredi deuxième match après le Kanepi – Zvonareva à 19h00)

Le Serbe a peu convaincu cette saison et commencé le tournoi au diesel contre son compatriote Troicki. Mais il s’est réglé depuis et a bien maîtrisé les matchs suivants. Contre Fish son coup droit claquait bien, ses retours étaient cinglants, loin des balbutiements du premier tour. Il semble donc qu’il ait parfaitement réglé sa préparation pour ce tournoi et son monopoumon sera au pic de sa performance cette semaine. Même si son service est encore en souffrance, l’expérience des grands matchs, son intelligence tactique et en particulier sa capacité à varier jeu long et croisé court devrait mettre le spécialiste du 100m en souffrance.

Monfils, tout auréolé de son statut de survivant de la douzaine de Français au deuxième tour, dopé par l’occasion, devrait toutefois offrir une résistance au premier set. Mais l’US Open ne fait pas dans le genre fantaisie charmante, avec des vainqueurs surprise ou des joueurs mineurs en demi-finale. Il a ces dernières années consacré uniquement des cadors dans le dernier carré. Le spécialiste ATP du 100m n’en n’est pas un. Par contre ça fait maintenant 10 GC de suite d’où l’abonné de la troisième place mondiale repart sans titre et ça va bien finir par l’agacer.

Prono : Djoko en 3 sets avec 6-1 dans le dernier.

Soderling – Federer (dernier match de mercredi après le Wozniacki - Cibulkova)

C’est de loin le plus gros choc théorique de ces quarts. Seul Nadal est de taille à contrarier un Federer virevoltant sur le court, qui semblerait avoir remis son costume de Rodgeur. Mais Soderling tient bien la route au service, parpine sans se poser de questions et devrait donc tendre le match. On a besoin d’une indication claire sur les chances de Fed dans sa potentielle revue d’effectif impair à l’ATP en demi et finale car son embellie de l’été n’a pas encore été réellement validée par une victoire convaincante sur un vrai top gun. C’est donc le premier gros test de la saison pour le Suisse, et comme certains l’ont évoqué, peut-être une finale avant la lettre, la première des trois possibles. Si l’idole caprine mérite le dixième de sa dorure, ça ne devrait pas lui faire peur. Temps sec et vent faible dans la night session. On peut s’attendre à un spectacle superbe. Profitez-en, ça ne durera plus des années et des années.

Prono : Federer en 4 sets crispés dont deux tie breaks.

About 

.

Tags:

605 Responses to New York avec eux : la photo des quarts

  1. Antoine 10 septembre 2010 at 10:39

    Et bien en me réveillant, je vois que Stan avait encore un peu de jus après avoir perdu le second set et qu’il a réussi à retarder l’échéance, ne perdant qu’au cinquième. Cela lui fait une belle jambe sans doute.

    Je vois aussi que l’ami Fernando a confirmé tous les espoirs que je plaçais en lui hier soir: perdre en trois sets mais réussir à prendre une fois le service de Rafa ! Bravo Fernando: ce que tu as fait, personne n’avait réussi à le faire, tu es un surhomme ! Enfin pas au point de jouer dans le vent mais c’est une autre affaire..

    J’ai complété mes stats du tournoi et il est vraiment étonnant de voir à quel point la domination des deux meilleurs se lit à travers celles-ci et sans surprise, elles attestent aussi de la supériorité actuelle du majorquin même si le Suisse n’est pas loin derrière:

    Comme noté par tout le monde ici et là, Rafa sert beaucoup mieux ici qu’il ne l’a jamais fait, sauf peut être à Wimbledon cette année et ceci se traduit par le fait qu’il gagné 85% des points derrière sa première balle (3ème du tournoi, meilleur score des quatre restants en piste). Federer qui domine habituellement sur cette statistique n’est pas très loi, à un niveau habituel pour lui, légèrement au dessus même, mais néanmoins derrière Rafa (6ème du tournoi, secon des derniers en liste, 82%). Ni Djoko, ni Youzhny n’apparaissent sur le radar du site du tournoi qui piste les 20 premiers…

    En seconde balle, et c’est nouveau après les quarts parce que la situation était curieusement inversée jusque là entre les deux monstres, Rafa arrive désormais en tête (5ème du tournoi, 66%). Il n’était qu’à 53% jusqu’ici…Federer n’a pas bougé: 59% (11ème du tournoi), un bon score pour lui mais derrière Rafa, tant sur première balle que sur seconde…Ni Djoko, ni Youzhny ne sont sur les radars..

    Ce ne serai pas très gênant si le Suisse passait plus fréquemment sa première que l’Espagnol, mais ce n’est pas le cas: Rafa est à 64% depuis le début du tournoi, un score assez bas pour lui tout en restant élévé et qui est un peu le prix à payer pour passer de meilleures premières. Roger est à un bon 61%..A noter que Djoko est 2ème du tournoi avec un excellent 70% de moyenne..Youzhny, out of sight..

    Rafa plus efficace en premières, plus efficace en secondes et passant plus fréquemment sa première: les choses s’annoncent rudes pour le Suisse en cas de match entre les deux…

    Pour corser l’affaire côté Suisse, Rafa lui a jusqu’ici été supérieur pour éviter que son adversaire n’obtienne des balles de break et pour les sauver lorsque la situation s’est produite: 13 balles de break, 1 seule de convertie (par Verdasco). Federer a du en affronter 25 et en a sauvé 20, soit 80%..Très bon score aussi mais moins bon que Rafa..

    Le point positif pour le Suisse, c’est qu’il a été meilleur que Rafa pour obtenir des balles de break et meilleur aussi pour les convertir: 51 balles de break obtenus par Roger qui en a converti 23, soit un très honnête 45%..Rafa n’a pu en obtenir que 43 et n’en a converti que 16, soit un correct 37%..

    A noter que sur ce point crucial, Federer a été excellent à partir du deuxième tour à tous ses matchs: seulement 5 balles de break convertis sur 19 au premier tour mais depuis c’est 5/10, puis 4/8, puis 4/8 puis 5/6 contre Soderling..Rafa aussi a progressé mais demeure moins bon: 2/10 seulement au premier tour, puis 3/6, 4/9, 3/9 et 4/9 contre Verdasco…

    Au vu de tout cela, la clé probable d’une finale entre les deux réside dans la capacité du Suisse a continuer à obtenir et convertir des balles de break et symétriquement dans la capacité de Rafa à devoir en défendre peu et les défendre excellemment..

    Comme souvent, le match se jouera sans doute sur la capacité-ou l’incapacité- de Federer a convertir les balles de break qu’il obtiendra..Les précédents sont peu encourageants…

    Enfin, d’ici là, il y a les demies mais assez peu de suspense: au mieux Youhny gagnera un set, et probablement aucun..De l’autre côté, c’est plus ouvert..Djoko a t il les moyens et l’envie de se révolter contre sa condition d’esclave ou repartira t il gentiment en trois sets comme d’habitude à cette époque de l’année ??..Trois défaites, pas un set de gagné jusqu’ici…Son service retrouvé lui autorise quelques espoirs mais il est bien évident qu’il n’est pas favori….

    Le favori à ce stade est bien sûr Rafa comme le confirme ce qui précède et ses propres déclarations, bien dans la ligne des précédentes..

    • Yaya 10 septembre 2010 at 13:15

      STATS intéressantes mais qui ne tiennent pas compte de la qualité de l’adversité proposée à chacun des deux joueurs.

      • Antoine 10 septembre 2010 at 13:56

        Effectivement Yaya mais il s’agit d’une moyenne sur cinq matchs de part et d’autre. Les joueurs rencontrés par l’un ou par l’autre étaient ils, en moyenne, de valeur très différente ? Je n’en suis pas sur mais tu peux toujours t’amuser à calculer le rang ATP moyen des joueurs rencontrés…

        • Yaya 10 septembre 2010 at 14:10

          etant au boulot, je n’ai pas le temps.

          Néanmoins on est à peu près d’accord sur le constat: Federer doit passer beaucoup de premières
          et surtout essayer en retour d’avoir les balles de break côté avantage, ce qui implique de se retrouver à 15-40 ou 0-40.

    • Coach Kevinovitch 10 septembre 2010 at 14:00

       » Au vu de tout cela, la clé probable d’une finale entre les deux réside dans la capacité du Suisse a continuer à obtenir et convertir des balles de break et symétriquement dans la capacité de Rafa à devoir en défendre peu et les défendre excellemment.. »

      Ce que tu dis s’appelle la clé de….TOUS LES MATCHES :lol:

      • Antoine 10 septembre 2010 at 14:13

        Oui, c’est une belle lapalissade..

        Il vaut mieux l’exprimer un peu autrement: d’habitude, en moyenne, Roger obtient plus de balles de break que Rafa mais ayant beaucoup de mal à les convertir, il réalise moins de break que ce dernier qui en obtient moins maius en convertit un plus fort pourcentage. Ce dernier gagne donc la majorité des matchs..

        Là, ce que je vois, c’est que d’autres adversaires que Rafa, le Suisse a obtenu pas mal de balles de break et en a converti un ratio très correct, supérieur au nombre moyen des points que ses adversaires ont réussi à gagner sur leur propre service..

        Rafa lui a eu peu de balles de break à défendre et y est toujours parvenu sauf une fois…

        L’un face à l’autre dimanche, le scénario sera t il conforme à ce que l’on a vu de leurs précédents affrontements ou Federer continuera t il sur sa lancée du tournoi en en obtenant et en concrétisant pas mal de balles de break..

        La clé est plutôt là, sur le service de Rafa, que sur le service de Federer car Fderer n’a cédé qu’un pourcentage de break très correct et Nadal n’a jusqu’ici pas brillé par sa capacité à obtenir beaucoup de balles de break, ni sa capacité à les convertir..

  2. karim 10 septembre 2010 at 11:24

    Rafael Nadal… Y’a autant de différences entre le lapin duracell lifteur de 2005 et la joueur complet d’aujourd’hui qu’entre une Citroën Saxo et une DS3. Consécutivement à une perte de lucidité je vais lui lancer des fleurs, mais ce type se remet constamment en cause et bosse comme un fou POUR S’AMELIORER. Dans l’approche de l’entraînement, il a une démarche beaucoup plus modeste et pragmatique que Roger « I know it all » Federer. Quand l’un n’arrête pas d’aligner les je sais ce que j’ai à faire, j’ai pas besoin de ci ou ça, je me connais, l’autre travaille dur ses points faibles et montre de réelles améliorations dans son jeu. EN même temps niveau technique ça aurait été dur pour Fed de s’améliorer!! Je parle plus de l’attitude et des résultats tangibles. Voilà c’est dit.

    Retour à la normale, fin de l’intervalle de lucidité.

    Dimanche matin j’embarque sur un cargo battant pavillon maltais, direction l’antarctique. à bord y’a même pas le chauffage, alors internet vous pensez! le temps d’y arriver on ne parlera plus de ce qui se serait passé le dimanche de mon départ en finale de USO.

    • Antoine 10 septembre 2010 at 11:42

      Tu es plein d’optimisme pour dimanche à ce que je vois ! Ce que tu dis sur Rafa et Fed à l’entraînement est très juste concernant le premier cité. Concernant le Suisse, je me demande parfois s’il bosse vraiment aussi sur qu’il ne le dit. Wilander prétend qu’il s’entraîne en jouant au lieu de faire des gammes; ce n’est peut être pas complètement faux..

      Il y a quand même pas mal de trusc ou il pourrait être meilleur en bossant:

      -retourner mieux un service de gaucher lorsque dernier slice côté extérieur, un grand classique des dégoupillages cruciaux du Suisse face à rafa..

      -bosser sa seconde balle. Elle est parfois faiblarde et s’il était meilleur en secondes, il se rendrait vite compte qu’il devient encore meilleur en premières..

      -apprendre à faire des lobs liftés. Il en est parfois capable en revers mais est nul côté coup droit. Cela réduit ses options tactiques..

      - bosser à la volée. Il est devenu nettement moins bon qu’en début de carrière..

      Voilà un programme pour l’hiver…S’il prend une taule dimanche, cela l’incitera peut être à s’y mettre sérieusement..

      • Yaya 10 septembre 2010 at 12:44

        + le coup droit en bout de course ajouterai-je

    • May 10 septembre 2010 at 12:43

      Oui, et plutôt que de fanfaronner en itw « je le prends au 100 m » il sait que c’est sur le court que ça se passe, pas en face d’un partère de journaleux qui posent autant de questions interessantes que les réponses toutes faites de Nadal.
      C’est bien que de tps en tps on rappel ce qui’il y a de positif chez ce garçon…

    • MarieJo 10 septembre 2010 at 13:19

      la DS3 en même temps, ça prend pas vraiment en compte la vitesse de son jeu de jambes, tiens pour une fois tu aurais put trouver mieux quoi ! une voiture racée et rapide ça doit se trouver non ?

      • Franck-V 10 septembre 2010 at 13:24

        C’est parce que tu ne mesures pas le bond technologique que ça représente de passer de la Saxo à la DS3 :-)

        Par contre, pour le bond esthétique, l’exemple est peu à propos, je reconnais.

        http://www.autocote.com/Admin/HomePage/guide-achat/crash-test/citroen-saxo/moyennes/citroen-saxo.jpg

        http://www.1001ch.com/wp-content/uploads/2009/02/citroen-ds3.jpg

      • MarieJo 10 septembre 2010 at 14:16

        justement hier j’en ai vue une de DS3 et figure toi que j’ai trouvé que la C3 exclusive était mieux !

        tiens tu pourrais nous faire un article si « qui vous voulez » était une voiture… je suis sûr que tu nous trouverai des comparatifs décapants !!! et qui héritera de la fameuse deudeuche ? hein dis moi ? santoro, ça lui va pas si mal, lui l’increvable rouleur de GC ;)

        • Franck-V 10 septembre 2010 at 14:18

          La 2CV est certes une voiture de légende mais la Méhari est bien plus amusante (et très rare), tellement flowers power.

          • MarieJo 10 septembre 2010 at 14:22

            ah ouais ! j’avais un pote qui roulai avec !!! top cool

          • Babolat 10 septembre 2010 at 17:56

            Je verrais bien Monfils en Fuego. :)

    • Pierre 10 septembre 2010 at 13:29

      Hé Karim, que vas-tu faire en Antarctique sur un cargo maltais ????
      Cette question me titille presque plus encore que la seconde balle de Fed…

      • karim 10 septembre 2010 at 16:55

        J’avais le choix entre ça et un pavillon libérien; ce sont les deux champions du monde du pavillon de complaisance là où tous les armateurs, surtout les pourris, font enregistrer leurs navires. Administration peu regardantes.

      • Franck-V 10 septembre 2010 at 16:58

        Le pavillon panaméen reste une alternative.

    • Jean 10 septembre 2010 at 13:46

      @ Karim : je peux venir avec vous ?

      Roger F.

    • Sylvie 10 septembre 2010 at 15:11

      Moi je ne suis pas complètement d’accord avec ce que vous dites car, comme beaucoup, vous comparez un Federer de 29 ans en deuxième partie de carrière avec un Nadal de 24 ans à l’apogée. Il faudrait plutôt comparer l’évolution de Federer depuis ses débuts et celle de Nadal depuis les siens. Et, s’il est vrai que les progrès de Nadal qui s’est mué de jouer de TB battue monolithique à joueur complet sont impressionnants, l’évolution du Federer gringalet, casseur de raquettes caractériel et sans mental ni concentration en maître zen du tennis et en l’un des meilleurs athlètes du circuit l’est tout autant. Si Nadal partait de plus loin que Federer en matière de technique, polyvalence etc. inversement l’Espagnol n’a pas eu a opérer une transformation spectaculaire et un travail sur lui-même comme l’a fait le Suisse. Les deux ont travaillé leurs points faibles. Simplement ce ne sont pas les mêmes. Federer a progressé sur le plan physique, mental, du fond du court, en revers. Après il a un peu perdu en volée mais par manque de pratiques.

      J’avoue être toujours surprise par les jugements catégoriques : il ne bosse pas, il ferait mieux de s’entraîner… A 29 ans il tient encore la dragée haute au petits jeunes et s’il ne bossait pas serait déjà redescendu bien plus bas au classement. J’ai l’impression que certains supporteurs exigeants du Suisse voudraient que Federer possède aussi les qualités de Nadal. Federer ne sera jamais Nadal et réciproquement. Ils ont des modes de fonctionnement trop différents.

      Si on préfère Federer, en général, c’est qu’on est séduit par son côté talentueux, artiste, par les fulgurances qu’il propose parfois sur un court. Mais comme tous les surdoués, il en possède les défauts : problème de concentration chronique et besoin d’éprouver du plaisir.Paganini dit être obligé de lui proposer toujours des choses nouvelles pour ne pas qu’il s’ennuie . Son moteur reste l’envie et le plaisir.

      Je fais peut-être de la psychologie à deux balles mais j’ai l’impression que Nadal est, lui, prêt à souffrir, pour réussir à se faire mal quitte à mettre son corps aux abois. Sa volonté, son abnégation sont les qualités que mettent en avant ses supporters la où ceux de Federer vantent son talent, sa virtuosité.

      On ne peut tout avoir. Federer a des failles mais c’est ce qui le rend humain. Il ne serait pas ce qu’il est sans cet aspect de sa personnalité. Reste à savoir si on aime en Federer le joueur tel qu’il est où la machine à battre des records.

      • Jérôme 10 septembre 2010 at 17:50

        Je cossigne mot pour mot ton propos, Sylvie. En y ajoutant juste une mention pour le Fedounet, en plus du côté talentueux, artice et fulgurant : la grâce, cet art de faire paraître simple et fluide des coups qui exigent en réalité une mécanique de très haute précision et complexité.

        Je ne crois pas qu’il y ait jamais eu un autre joueur de tennis qui me fasse monter l’humidité aux yeux et rire à la fois tant il réussit régulièrement des coups fabubleux.

  3. Baptiste 10 septembre 2010 at 12:29

    Sinon je viens de me rendre compte qu’il n’y que 2 joueurs qui ai fait le Grand Chelem: Laver et Budge soit peut-être les 2 meilleurs joueurs ayant jamais existé.

    Allez hop le débat sur le goat est relancé :)

    Pour le coup si Federer ne deparaillerait presque pas avec eux Nadal ferait un peu tache.

    Et Big bill il a jamais gagné RG. Pour un prétendant au Goat c’est un peu la lose non?

    • Franck-V 10 septembre 2010 at 12:45

      Non ce n’est pas la lose, c’est du panache.

      Tilden, en seigneur, ne venait en Europe (à part Wimbledon) sur une surface étrangère pour lui, que pour y défier les Mousquetaires chez eux, pour lesquelles on avait construit un stade rien que pour y défendre la Coupe Davis. Roland Garros.

      Aurait-il zappé ce tournoi naissant et sans Histoire encore, que cela n’aurait rien enlevé à sa légende. Il l’était déjà alors.

      Par contre RG peut s’enorgueillir de sa présence et pas moins Lacoste et Cochet, ses vainqueurs en finale en 27 (pour la 1ère édition) et 30.

      Tilden reste incontestablement candidat.

    • Antoine 10 septembre 2010 at 14:00

      Les meilleurs années de Tilden sont de 1920 à 1925. Or les championnats de France ne sont devenus les internationaux de France qu’en 1925 en admettant tous les joueurs et non plus seulement ceux qui résidaient en France, c’est à dire les frenchies plus quelques belges. Autrement dit, cela ne devient un GC qu’en 1925…

    • Jean 10 septembre 2010 at 14:09

      Si Antoine n’avait pas passé six semaines à se faire rôtir les entrecôtes à la plage, tu étais émasculé direct, Baptiste.

  4. MarieJo 10 septembre 2010 at 13:16

    @ djita , c’est pret pour cet aprèm l’article des demies ? j’ai un affreux doute sur le fait que tu me l’envoies que demain ! c’est plutôt pour aujourd’hui en fin de journée, c’est encore bon ?

    @ antoine les stats ne sont pas tout, et fed ou nadal savent que la façon dont ils ont joué avant ne comptera pas dimanche, car l’adversaire sera d’un autre calibre dans tous les secteurs jeu. Même si le bât blesse en retour pour federer contre rafa, c’est le seul secteur du jeu, ou l’un a un avantage sur l’autre, et encore ! leur matches se sont joués sur la capacité à saisir les occasions plus qu’autre chose.
    perso j’ai trouvé fed bcp plus relâché et sûr de lui dans les mêmes conditions de jeu que nadal hier qui s’est légèrement frustré avec le vent et qui s’est fait breaker avec le vent de face, verdasco lui a rendu la pareille mais il avait les moyens de tenir sur ce premier set.

    demain, fed aura fort à faire contre djoko, et nadal n’aura pas le droit de se relâcher d’un poil, le russe jouera sans pression, et j’espère qu’il sera pas trop crevé.

    vent+court arthur ashe = pires conditions de jeu possibles d’après les journalistes présent sur place dixit leur twitter ;)

    • Djita 10 septembre 2010 at 13:21

      MarieJo tu me fais peur. Je l’ai envoyé dans la boite de 15-love tu l’as pas reçu ?

    • Antoine 10 septembre 2010 at 14:03

      ..Cela se jouera, comme pour tous les matchs, sur la capacité à se créer des occasions et sur la capacité à les concrétiser ! Une belle lapalissade que je viens d’écrire…

      • Baptiste 10 septembre 2010 at 14:12

        puisqu’on parle de tielden j’ai une question que je me suis toujours demandé: comment a t-il été aceuilli au temple de wimbledon?

        Je veux dire avec Suzanne lenglen il serait celui qui a changé l’image du tennis. Donc je m’imagine un mec qui ne cadre pas avec l’image du tennis de l’epoque c’est a dire bourgeois et aristocrate en pentalon blanc.

        On sait que Suzanne éait detesté parcequ’elle portait des jupes. Il jouait avec quoi Tielden, un short?

        D’ailleurs en parlant de Lenglen, ca page wikipedia dit qu’elle est morte à 39 ans. Les effets du dopage deja à l’epoque?

        • Antoine 10 septembre 2010 at 14:20

          Tilden a toujours eu une sale réputation et n’était bien accueilli nulle part, étant homosexuel. Ni un bourge, ni un aristo, plutôt un marginal que les américains toléraient parce qu’il leur rapportait la Coupe Davis..

          Il n’y a pas de central Bill Tilden à Flushing Meadows et il n’y en avait pas à Forest Hills; idem pour Pancho Gonzalez qui était un chicano, autrement dit un moins que rien aux yeux de l’amércain moyen sous Eisenhower. La Fédé américaine a attendu l’année dernière pour lui rendre un hommage assez discret, à l’occasion du 60 ème anniversaire de son doublé à l’US Open…

          Voilà comment ils traitent les deux meilleurs joueurs qu’ils ont jamais eus..

        • MarieJo 10 septembre 2010 at 14:21

          il parait qu’elle buvait un verre de whisky au changement de coté, à moins que ce soit du schnapps ou du cognac, demande antoine, c’est notre « grissome » à nous :mrgreen:

          • Antoine 10 septembre 2010 at 14:29

            A Wimbledon, elle buvait du Brandy à tous les changements de côté. Ce n’était pas considéré comme du dopage !

            Elle n’était pas détestée ou alors seulement de quelques officiels et de la presse conservatrice. C’était la première star populaire. Les gens faisaient des kilomètres de queue à Wimbledon pour venir la voir jouer et cet engouement n’est pas étranger au déménagement du tournoi qui s’est installé à Wimbledon en 1922 car c’était beaucoup plus grand..Si le sujet t’intéresse, j’en parle un peu dans le premier tome de mon article sur le sport pro avant l’ère open, en ligne ici même..

        • Franck-V 10 septembre 2010 at 14:25

          Un paradoxe amusant chez Tilden, que souligne sa page Wiki, tout homosexuel qu’il était, son allure virile détonnait alors par rapport au stéréotype efféminé du joueur de tennis de l’époque.

           » Il était aussi peut-être la personne la plus paradoxale dans l’histoire de n’importe quel sport : un homosexuel ayant changé presque tout seul l’image du tennis, qui de sport efféminé de « country club », joué exclusivement par des gens blancs et riches, habillés de longs pantalons blancs ou de jupes jusqu’à la cheville, est devenu un sport important joué par des athlètes robustes et masculins.

          L’image efféminée du tennis des messieurs pendant cette époque était si répandue que dans un film de W. C. Fields le comédien a observé au sujet de deux frères  : « L’un est un joueur de tennis; l’autre est un mec assez viril. »

      • Franck-V 10 septembre 2010 at 14:13

        D’ailleurs je trouve que les joueurs laissent trop facilement tomber désormais, la fameuse analyse d’après-match:

        « Il a mieux joué que moi les points importants »

        Maintenant on a: « il a fait son match bien sûr, comme d’habitude, j’étais diminué bien sûr, mais je préfère ne pas trop en parler pour ne pas minimiser sa victoire.. même si le résultat aurait pu être différent ».

  5. MarieJo 10 septembre 2010 at 13:25

    @ dijta il ma manque la pièce jointe sur ton mail ! merci

    • Djita 10 septembre 2010 at 13:27

      Oh l’idiote! Je t’envoi ça.

    • Djita 10 septembre 2010 at 13:36

      Oh l’idiote! Je t’envoi ça.
      Par contre, je ne suis pas chez moi. Je t’envoie ça maxi 18h.
      J’etais tellement pressée ce matin que j’ai fait cette bourde celle-là.

    • MarieJo 10 septembre 2010 at 13:44

      ok ça ira t’inquiète, les filles commencent pas avant 19h30 ;)

    • Djita 10 septembre 2010 at 15:29

      MariJo et Guillaume: c’est envoyé avec la pièce jointe.
      ;)

  6. Sam 10 septembre 2010 at 14:02

    Je plussoie Karim plus haut. Dur à admettre, mais le boulot de Nadal est impressionnant. En gros, là, il s’est notamment construit un service. Ca me rappelle Wilander 88, on sait comment il a gagné l’USO. Ca me rappelle aussi comment Lendl, à forçe de courage, d’abnégation, de chip & charge, à fini par remporter Wimbledon.

    • Kristian 10 septembre 2010 at 14:06

      J’en ai reve, Sam l’a ecrit..

    • MarieJo 10 septembre 2010 at 14:11

      euh je crois qu’il a pas gagné sur ce coup lendl !

      nadal c’est un de ceux de la vieille école : si tu travailles dur tu obtiendra des résultats.
      à l’école des talentueux, tous n’ont pas fait le boulot nécessaire à l’instar de fed.

    • Antoine 10 septembre 2010 at 14:21

      Je lis que l’on tolère des propos révisionnistes au sujet du souriant Ivan sur 15-Love ! Que font les modos ??

    • Franck-V 10 septembre 2010 at 14:30

      Cette victoire magnifique d’Ivan en éliminant de rang sur le Centre Court, Cash, Edberg et Becker a été le fruit mérité de ses efforts enfin récompensés.

      Il n’y a plus lieu d’y revenir, Antoine. On ne reverra plus jamais une volée basse de revers comme ça.

      • Sam 10 septembre 2010 at 14:36

        Oui, encore plus belle que celle de la finale de Flushing 83. Vrai par contre qu’il aurait pû s’abstenir de traiter Connors, vaincu, de « pauvre redneck bas du front », Ivan le bouillant.

        • Sam 10 septembre 2010 at 15:04

          Sans parler de ce qu’il avait collé à Budge.

    • Baptiste 10 septembre 2010 at 15:09

      HAHA

      • Jérôme 10 septembre 2010 at 15:19

        Ca vaut pas le grand chelem réalisé en 2008 par Gaël Bolt Monfils. Parmi les 4 levées du GC remportées cette année-là par le français, on retient en particulier les 2 finales de RG et de Wimb :
        - à RG, contre Nadal, en jouant comme Gaël Monfils doit jouer, le français a réussi à battre l’espagnol en 3 sets secs. Et encore faut-il préciser que Nadal ne s’est pas pris 3 roues que parce que Monfils courait un 100 mètres entre chaque coup de raquette.
        - à Wimbledon, Monfils a carrément réalisé l’ultime exploit du tennis en jouant la finale à 1 contre 2, Federer et Nadal jouant eux, comme dans un double.

      • Franck-V 10 septembre 2010 at 15:23

        Lucide dans son interview: « l’objectif n’est pas atteint car je ne réalise pas ce Grand Chelem comme doit le faire Gaël Monfils, néanmoins, comme je l’avais annoncé, là, plus personne ne rigole »

        Dringggg, le réveil sonne…. tout s’explique.

  7. Kristian 10 septembre 2010 at 14:17

    N’empeche que.. Si Nadal et Federer se retrouvent en finale dimanche, ca en fera et de loin le plus grand duel de l’histoire. 8 finales de Grand Chelem entres ces deux joueurs, dont les 4 differentes (un career slam, quoi) c’est loin devant Sampras – Agassi (5), Lendl – Wilander (5) ou Borg Mcenroe (4). De plus, c’est a chaque fois une opposition entre le numero 1 et le numero 2 mondial (pas du tout le cas des finales Sampras Agassi par exemples) avec souvent la place de numero 1 en jeu plus ou moins directement.
    Bref, c’est le duel le plus dense et le plus intense qu’on ait pu voir..

    • Antoine 10 septembre 2010 at 14:25

      Tu oublies un peu Borg-Connors même si beaucoup de leurs duels se sont déroulés en demies de GC, et non en finale. Mais il y en a quand même eu quatre (USO 76 & 78; Wimby 77 & 78)..Si on compte les demies, il faut ajouter USO 75 & 81, Wimby 79 & 81 portant le total à 8 contre 9 pour Rafa et le Suisse..

      Mais le plus grand duel, c’est de très loin Laver-Rosewall..

    • Franck-V 10 septembre 2010 at 14:34

      On reste loin de ça

      http://en.wikipedia.org/wiki/Evert%E2%80%93Navratilova_rivalry

      Personne ne bat Chris Evert 14 fois de suite.

  8. Julie 10 septembre 2010 at 14:43

    ON se rejouit tous de la finale supposée de dimanche mais à l’heure actuelle… Ils annoncent méga pluie :-(

  9. Julie 10 septembre 2010 at 14:44

    En tout cas, c’est vrai que ca faisait longtps que l’on n’annoncait plus les deux autant à leur top en même tps, rejouissons-nous!

    • Chris 10 septembre 2010 at 17:34

      Oui, enfin…
      Vivant a NYC depuis plusieurs mois, les previsions meteo a 3 jours ne sont pas vraiment fiables.

      Donc tout va bien. La pluie sera pour Samedi…
      La seconde demi finale se deroulera le dimanche matin, entre 9h et 11h, puis pause sandwich, et on y retourne.

  10. Jérôme 10 septembre 2010 at 15:12

    Quand même une nuance pour les chocs Fed-Nad en GC : certes, ils en sont déjà à 8 rencontres demi-finales comprises. Mais sur ces 8 matches, 4 ont eu lieu à Roland Garros. Uniquement 4 confrontations en GC ailleurs que sur terre battue alors que ça fait bientôt 6 ans (2005-06-07-08-09-10) que les 2 sont au sommet du tennis, je trouve que ça ne fait pas lourd.

    Donc j’abonde dans le sens d’Antoine quand il cite plutôt Laver et Rosewall comme la référence absolue en matière de duels, étant entendu que les French Pro, US Pro et Wembley Pro étaient l’équivalent des tournois du GC à l’ère pré-open.

    Je voulais , dans mes précédentes interventions dire la même chose que Kristian : à savoir que, plus un exploit survient, plus ça diminue la portée de l’exploit. En l’espèce, si Nadal gagne Flushing ce dimanche ou l’année prochaine, on aura eu 3 joueurs qui auront réalisé ledit exploit en une douzaine d’années.

    Sur la comparaison entre Nadal et Agassi, autant je suis d’accord sur le fait que Nadal est plus dominant que ne l’a été Agassi (surtout parce que l’espagnol a un domina réserve : la terre battue où il est le maître absolu et a un solide matelas de points garanti : au bas mot 5000 points par an), autant je trouve la victoire à Wimbledon d’Agassi beaucoup plus remarquable que celles de Nadal, parce que gagner Wimbledon en 1992 à l’époque du gazon ultra-rapide et des serveurs bombardiers (Becker et Ivanisevic en 1992), c’est nettement plus fort que de gagner Wimbledon du fond du court sans pratiquement aucune volée.

    @ Karim et Antoine, sur les communications relatives de Nad et Fed sur leurs préparations respectives, il faut bien distinguer la communication de la réalité. Hormis à la volée où son niveau s’est en effet dégradé par rapport à son début de carrière, je trouve que la palette technique du suisse s’est plutôt enrichie et fiabilisée (c’est le plus visible en revers), grâce notamment aux efforts que Nadal et quelques cyborgs l’ont obligé à faire. Mais même pour la volée, il faut bien voir que les matos actuels permettent aussi de frapper des passings forts, bourrés d’effet et plongeants qui rendent beaucoup plus difficile que par le passé le contrôle de la balle côté volleyeur.

    D’ailleurs, à propos de communication et de la question de savoir qui est favori dimanche, j’ai bien aimé l’humour de Federer qui a dit : « Rafa est favori, bien sûr. C’est le n°1 mondial. » :lol:
    Après avoir subi ça pendant 5 ans et demi de n°1, il est normal qu’il renvoie la monnaie à Rafa pour lui coller la pression. Ne manquait plus que l’accent espagnol.

    • Jean 10 septembre 2010 at 15:20

      Je ne vois pas du tout où mène une discussion sur un éventuel career slam de Nadal, il a de toute façon déjà gagné sur toutes les surfaces.

      « En l’espèce, si Nadal gagne Flushing ce dimanche ou l’année prochaine, on aura eu 3 joueurs qui auront réalisé ledit exploit en une douzaine d’années. » Bah non, s’il gagne l’USO, il n’y aura aucun joueur qui aura réalisé cela depuis 41 ans. C’est incroyable le peu de pression que l’on met sur Nadal.

      • Franck-V 10 septembre 2010 at 15:28

        La pression ne peut être que sur Federer, même si par hasard, il se retrouve par hasard n°16 , à 30 ans passés par hasard en finale de RG 2012 par hasard face à Nadal par hasard :-)

        C’est un métier, tu sais, l’intox :-)

        C’est pour ça que la feinte de Fed est amusante, car venant de lui, on situe tout l’humour…même (et surtout) avec l’accent espagnol; étant entendu que même n°2, 3 ou 15, il n’a pas cessé..et ne cessera sans doute jamais de se sentir (savoir?) le n°1 quoiqu’il arrive.

        Là, ce n’est pas un métier, c’est une intime conviction.

        Et c’était (c’est toujours, d’ailleurs) déjà le cas de McEnroe.

      • Jérôme 10 septembre 2010 at 15:31

        Jean, là où je ne te suis pas, c’est parce que je ne vois vraiment pas, à compter du moment où personne ne fait de GC calendaire depuis Laver en 1969, gagner 3 GC d’affilée dans une même année civile aurait plus de valeur que d’en enfiler 3 consécutifs à cheval sur 2 années civiles.

        C’est juste une question de positionnement des surfaces dans l’année civile. Les joueurs de surfaces rapides sont désavantagés parce que Roland Garros coupe l’année en 2. Sinon, Sampras (1 fois) et Federer (2 fois) ont tous les 2 réalisé une passe de trois.

        Et si, comme entre 77 et 85 Roland Garros avait été le 1er tournoi du GC de l’année, l’AO cloturant l’année, eh bien Connors aurait aussi réalisé la passe de 3 en 1974.

        Bref, bien sûr que Nadal aura une énorme pression : presque aussi forte que Federer à RG jusqu’en 2009, mais à mon avis moins forte parce qu’il a 24 ans et non pas 28, donc encore quelques chances futures.

        • Sylvie 10 septembre 2010 at 15:37

          Si pression, il y a, à mon avis c’est plus celle de gagner son premier USO qu’autre chose. Le reste en découle.

      • Jean 10 septembre 2010 at 15:47

        Je ne suis pas d’accord avec toi, Jérôme, le Petit Chelem RG/W/USO est infiniment supérieur à tout autre à mes yeux, parce que 3 surfaces diff, parce que les 3 GC les plus prestigieux (encore et de loin). Gagner sur trois surfaces en une année, c’est affirmer une supériorité maximale sur les autres, même Borg, Mac ou Federer n’y sont jamais arrivés.

        Et puis, si on en est à dire que la rareté d’un exploit fait sa valeur, celui-là est alors un des plus difficile, plus que de gagner 5 éditions d’un même GC visiblement. L’an dernier, on était juste trop défoncés au musc de Biquette pour ne pas se rendre compte de ce à côté de quoi Federer passe au second set, et donc à l’AO.

        Parce qu’en fait, je m’en fous du déplacement d’un mois de l’AO, l’enchaînement traditionnel du GC est RG/W/USO/AO, c’est celui réalisé par Laver et donc celui auquel on peut comparer, même si l’on doit considérer le AO/RG/W/USO comme l’officiel. J’ai d’ailleurs toujours un peu tendance à considérer que l’AO fait toujours partie de la saison précédente, ce que les résultats confirment souvent parfois.

        • Franck-V 10 septembre 2010 at 16:04

          Ce n’est pas l’avis de Laver, bien placé pour avoir son idée.

           » Although Laver allowed that winning three straight would be « pretty impressive, » he said Federer’s three-Slam seasons might have been more difficult.

          « Three in a row — I don’t put much credence in that, » Laver said. « In some ways, three out of four is more impressive, because it’s over nine months, instead of four. »

          • Jean 10 septembre 2010 at 16:09

            Laver ne se rappelle plus que l’on a changé la surface de l’USO. Où, si je reprends le genre de réponse qu’il a été donnée sur l’avis de McEnroe concernant les volées : la vieillesse, tout ça…

          • Franck-V 10 septembre 2010 at 16:20

            C’est un point de vue qui se défend, le tien.

            Rien que tel que la mémoire s’efface pour maximiser les performances « inhumaines » du présent.

            D’ailleurs, dommage que Laver ne soit pas déjà mort, ça lui aurait évité de sortir pareille sornette.

            Néanmoins, comme tu sais.

            Un sage qui s’éteint, c’est une bibliothèque qui brûle.

            • Jean 10 septembre 2010 at 16:34

              « Rien que tel que la mémoire s’efface pour maximiser les performances « inhumaines » du présent » C’est ça, oui. Enchaînement pas fait depuis plus de 40 ans.

              « dommage que Laver ne soit pas déjà mort » Ce souhait n’engage que toi.

        • Coach Kevinovitch 10 septembre 2010 at 16:20

          Jean, je ne suis pas d’accord, le Petit Chelem le plus prestigieux est de très loin l’enchaînement AO-RG-Wimbledon.

          Et ce pour deux raisons:

          1) C’est parmi les petits Chelems possibles, celui qui est le plus proche du véritable Grand Chelem

          2) C’est le seul dans lequel celui qui l’aura réalisé sera resté le plus longtemps en course pour le GC et ça fait TOUTE LA DIFFERENCE!

          Un mec qui fait RG-Wimbledon-US Open a surement gagné les trois tournois les plus prestigieux et sur trois surfaces différentes. Cependant, il aura été éliminé de la course au GC dès Melbourne.

          Enchaîner AO, RG, et Wimbledon aura un retentissement médiatique surement inégalé avec un focus (et une pression) énorme sur le joueur qu’il l’aura réalisé puisqu’il viendra à l’US Open pour faire le Grand Chelem ni plus ni moins.

          PS: L’ordre des deux GC de Laver est l’ordre actuel avec Melbourne en premier: http://fr.wikipedia.org/wiki/Rod_Laver

        • Franck-V 10 septembre 2010 at 16:25

          Pour ma part, il n’y a pas de degré privilégié dans le prestige (la valeur, je devrais dire, car Wimbledon conserve son standing particulier) d’un PC, comme il n’y en a pas actuellement dans chaque majeur , ni aucun doublé, d’ailleurs.

          Chaque joueur a ses facultés propres de temps, d’espace, de forme, de surface et de lieu pour le réaliser.

          Si Nadal a une fenêtre favorable sur 4 mois, il la saisit.
          Si Federer en a une sur 9 mois, il fait de même.

          De toute façon, depuis Laver, surface ou pas, personne n’est allé plus loin que AO et RG dans la quête au GC, Wilander et Courier.

  11. Marque 10 septembre 2010 at 15:13

    On se réjouit de la finale annoncée mais attention, Youzni a dit :
    « Etre en demies est un bon résultat, mais maintenant que j’y suis arrivé j’en veux plus. Je suis prêt à jouer les méchants et à empêcher Nadal de jouer Federer, car la récompense c’est la finale ».

    « Etre prêt à jouer les méchants » dans la bouche de Youzni, avec sa gueule de psychopathe et son staff de maffieux, ça laisse songeur…

    Une déchirure abdominale ou une double fracture des genous,c’est si vite arrivé chez les athlétes de haut niveau, surtout quand il y a des antécédents

    • Franck-V 10 septembre 2010 at 15:18

       » Une déchirure abdominale ou une double fracture des genous,c’est si vite arrivé chez les athlétes de haut niveau, surtout quand il y a des antécédents »

      Surtout quand on a des relations Tchétchènes :-)

    • Jérôme 10 septembre 2010 at 15:23

      C’est la jurisprudence Poutine : Youzhny ira buter ses adversaires jusque dans les chiottes s’il le faut.

      Attention aussi aux boissons radio-actives et aux parapluies utilisées comme pare-soleil, ces derniers pouvant fort bien être des parapluies bulgares.

    • Clemency 10 septembre 2010 at 15:40

      En même temps faudra trouver la première gachette qui veut s’y coller.
      10000 $ ? J’y vais de ce pas, c’est comme si c’était fait. C’est qui ? Federer ? Simon ? Davydenko ? … Nadal ? Euh j’avais oublié j’ai un premier ministre bulgare en retard…

    • Ulysse 10 septembre 2010 at 17:06

      Igor Brutalovitch était déjà en salle d’embarquemennt à La Guardia pour rentrer à Novosibirsk après sa mission sur Davy quand il a reçu le coup de fil. Il a décalé son vol à dimanche.

    • Nath 10 septembre 2010 at 18:41

      C’était écrit en une seule fois ? Ça correspond à deux questions en fait, mais l’enchaînement du journaliste est intéressant, et les posts qui en ont résulté par ici le sont également :P

      Q. What is it like to reach that stage of the tournament?
      MIKHAIL YOUZHNY: Yeah, of course. You know, right now I’m happy because I just finished the match and I win this match. So good result, but already you are in semifinal and you still play. Of course you want more. Anyway, I don’t think now is good result, so I want more.
      [...]
      Q. You know that most people, most tennis fans, will want to see Federer and Nadal in the final. Are you going to be a bad person and try and ruin that?
      MIKHAIL YOUZHNY: Yeah, I’m ready to be bad person. I love to be bad person in this case. (Laughter.)

  12. Antoine 10 septembre 2010 at 16:31

    C’est quoi cette discussion byzantine pour savoir s’il y a des petits chelems supérieurs aux autres ? En tout cas aujourd’hui ou l’OA vaut bien les autres ? J’ai du mal à comprendre..

    Cela étant, il y en deux possibles (OA ou USO plus Wimby plus RG) ou le type gagne sur trois surfaces différentes, ce qui est peut être plus appréciable intellectuellement et peut être plus difficile. je crois que le plus dur c’est de faire un petit chelem comprenant RG parce que gagner les trois autres, comme Fed, cela veut dire tout gagner sur surface rapide, mais pas ailleurs..

    Enfin, tout cela n’a quand même guère d’importance..

    Le pire, c’est ce qu’évoque Coach: gagner les trois premiers et perdre le quatrième en finale comme Crawford ou Hoad..

  13. Kristian 10 septembre 2010 at 16:47

    Tout comme Jean, je pense que l’enchainement RG-Wim-USO serait un enorme exploit, audela des petits chelems precedemment reussis, parce que sur 3 surfaces differentes, parceque 4 mois consecutifs sans debander, parceque inedit depuis 40 ans, parceque les 3 plus grands tournois depuis toujours…

    Enfin, tout cela me parait evident.

    • Franck-V 10 septembre 2010 at 16:51

       » parceque 4 mois consecutifs sans debander »

      Tout là encore est question de perception, long cours ou lapin, et on ne va même pas s’interroger sur le viagra tant que la dame a son compte :mrgreen:

      • Jérôme 10 septembre 2010 at 17:31

        4 mois consécutifs, certes. Mais il faut pas oublier qu’il s’ensuit pour le taureau une déchirure des corps caverneux qui l’oblige à faire ceinture pendant 8 mois d’affilée, jusqu’au printemps suivant.

  14. Jérôme 10 septembre 2010 at 17:00

    Mais en tennis et sur ce site, les discussions byzantines, c’est Byzance !!! ;-)

    Il y a un 1er point sur lequel on semble être tous à peu près d’accord : le fait que le plus prestigieux des petits chelems, c’est celui qui consiste à enquiller les 3 premiers tournois GC de l’année puisque l’impétrant est toujours en lice pour le BIG ONE.

    Pour autant, les performances sont aussi relatives et contingentes. Ainsi, reprocher à Federer (j’allais dire « ou Sampras » mais jamais Pete n’a été en finale de RG ni n’a vraiment eu de chance de s’y imposer) de n’avoir fait leur GC sur surfaces rapides, c’est omettre que le suisse a loupé à 2 reprises le GC parce qu’il a été barré par un des 2 plus grands et plus monstrueux joueurs de terre battue de l’Histoire du tennis. Si Borg 5 ou 8 ans plus tôt et avait croisé Laver en finale de Roland Garros, l’australien se serait-il imposé à RG ?

    C’est aussi pour cela que 2 des 3 petits chelems de Federer font, comme dans le cas de Hoad, figure de quasi-grand chelem : parce qu’il a perdu au pied du trône contre un joueur hors normes et qu’il l’aurait emporté contre n’importe qui d’autre.

    • Franck-V 10 septembre 2010 at 17:05

       » Si Borg 5 ou 8 ans plus tôt et avait croisé Laver en finale de Roland Garros »

      Ah oui, mais ça on ne peut pas, sinon on en revient aux mérites respectifs de Tilden et Sampras, de matos, de concurrence et compagnie.

      Faut faire avec ce qu’on a..déjà que c’est pas facile..

      • Jérôme 10 septembre 2010 at 17:29

        OK. Disons donc que Federer a eu Nadal en 2006 et 2007 alors que Laver n’a, en 1969, pas eu Borg mais un Rosewall qui n’était plus au top de sa condition.

      • Baptiste 10 septembre 2010 at 17:41

        L’énorme exploit de Laver s’est d’avoir fait le Grand Chelem en 1969 en n’étant plus au top non plus.

        D’ailleurs Rosewall gagne encore 3 GC après 69 et Laver aucun

        Deplus en 69 il n’y avait pas que Rosewall, il y avait aussi Newcombe et Roche a battre.

        • Jérôme 10 septembre 2010 at 18:00

          Oui mais sur terre battue, la référence c’était Rosewall,.

    • Clemency 10 septembre 2010 at 17:43

      Sachant qu’il n’a jamais eut réellement sa chance contre Nadal à RG, on pourrait presque dire que l’année ou jamais était 2004…
      Là c’est du rétrospectivement de chez rétrospectivement…

    • Coach Kevinovitch 10 septembre 2010 at 18:20

      Je ne suis pas d’accord!

      Dans ses deux derniers petits chelems, Federer est éliminé de la course au Grand Chelem à Roland-Garros donc il était loin d’y être presque. A partir de Wimbledon, il n’est plus en course pour le GC (personne ne l’était d’ailleurs!)

      Ceux qui sont allés le plus loin dans la course au Grand Chelem depuis Laver sont Borg, Wilander et Courier car ils étaient encore en course pour le GC pendant leur troisième tournoi du GC de leur saison.

      A ce propos, on peut se demander si le doublé le plus difficile ne serait pas Open d’Australie-Roland-Garros plutôt que Roland-Garros-Wimbledon.

      En définitive, pour ma part, celui qui a fait le meilleur PC depuis Laver est selon moi…..MATS WILANDER!!!!

  15. Yaya 10 septembre 2010 at 17:15

    Moi je vote pour une finale Youzhny – Djokovic. :mrgreen:

    Purée ça refroidirait tout le monde !

    Quand je pense qu’on se paluche sévère sur quel petit chelem a le plus de valeur ou la conséquence éventuelle d’une défaite de Federer infligée par Nadal, je me rends compte qu’on est des privilégiés et que la vie est aussi futile qu’une bulle de champagne.

  16. Serge 10 septembre 2010 at 17:19

    D’un autre cotes Nadal est toujours en course pour faire le doubles unique petitchelem +grandchelem.
    Vous enervez pas les pro-Federer c est une boutade (quoi que… :)

  17. Jérôme 10 septembre 2010 at 17:27

    2012, les amis. Retenez bien cette année qui fera date, pas seulement dans le cinéma grand spectacle mais aussi dans l’histoire du tennis.

    Après 2012, la face du monde tennistique aura changé. Ni Federer ni Nadal ne gagneront alors plus le moindre tournoi du GC.

    Et là aussi, c’est en partie une boutade, mais en partie seulement.

  18. Ulysse 10 septembre 2010 at 17:45

    Les discussions sur le mythique Grand Chelem et la place de Fed vis-à-vis de Nadal ou Laver me paraissent un peu éthérées.
    Les deux petits chelems + 2 finales de Fed, ou bien ses 10 finales enchaînées valent bien un grand chelem, faut pas déconner, et sans même avoir recours à l’argument spécieux de l’obstacle Nadal à RG.

    • Jérôme 10 septembre 2010 at 17:52

      3 petits chelems, Ulysse. ;-)

      • Jérôme 10 septembre 2010 at 17:57

        Et je considère qu’un type qui termine sa carrière en ayant fait 3 petits chelems, plus un certain nombre de doublés, et termine sa carrière avec par exemple 19 tournois du GC est pour moi un champion supérieur à celui qui aurait fait un grand chelem calendaire mais ne terminerait sa carrière qu’avec une douzaine de tournois du GC dans sa besace.

        La « grandeur » d’un joueur ne se mesure pas à l’aune d’un unique exploit, fusse le plus grand de tous les exploits. De ce point de vue, malgré son career slam à l’économie (1 RG et 1 Wimb), Agassi vient après Sampras dans mon classement personnel.

        • Franck-V 10 septembre 2010 at 18:04

          Oui, mais faut avouer que, sauf pour Benja, entre Sampras et Agassi, il n’y a pas vraiment débat.

    • Franck-V 10 septembre 2010 at 17:54

      Non, il dit PC PLUS une finale à RG, 2006-07 donc

      • Jérôme 10 septembre 2010 at 17:58

        OK. Sorry d’avoir mal lu. :-)

  19. Rabelaisan 10 septembre 2010 at 18:05

    Mon avis définitif sur la question: en l’absence de Jean-Martin, Rogé va pour une fois faire un effort et « sortir le slip de Nadal de son cul », ce qui mettra un terme définitif à toutes les spéculations sur les petits chelems. Un petit chelem, c’est petit de toute façon, donc aucune raison de comparer les tailles.

    • Sam 10 septembre 2010 at 18:08

      ‘Tain,
      C’est un com’ comme Sam doit faire des com’.

  20. Chewbacca 10 septembre 2010 at 18:13

    Évoquer la valeur de ce possible petit Chelem de Nadal est amusant quand on sait que les deux finalistes n’ont rien gagnés de notable et cumulent 10 titres seulement , soit trois fois moins que Roddick le Sex toys préféré de Roger.

    On peut donc remercier le Suisse d’avoir remporté quelques GC est de s’être incliné à 5 reprises et permettra à Nadal d’avoir un palmarès plus éloquent.

    • Coach Kevinovitch 10 septembre 2010 at 18:45

      S’il te plaît, ne commence pas à évoquer des thèmes qui pourraient être la trame de mon dépucelage journalistique sur 15-love!

      • Chewbacca 10 septembre 2010 at 18:52

        Alors n’hésite pas Coach ,et vu la qualité de tes commentaires je pense que je prendrai un réel plaisir à te lire .

  21. Chris 10 septembre 2010 at 18:44

    Je rebondis sur le com’ d’Antoine plus haut concernant les points a travailler cote Suisse.

    La seconde balle et le retour cote avantage me semble particulierement pertinent. Surtout ce dernier point qui a mon avis a coute au moins deux titres a Federer, dont peut-etre un RG (pas en 2008, hein!)

    Il est tres clair que Super-biquette a beaucoup plus de mal a marquer des points de ce cote la sur le service de Nadal. Et ca lui a coute tres tres cher.
    Car en Tennis, malheureusement les balles de break cote egalite, c’est a 15-30 seulement; cote avantage, c’est a 0-40, 30-40 et avantage of course. Je ne connais pas de statistiques exates, mais je ne serai pas etonne qu’au moins 80% des balles de break se joue cote avantage.

    Alors si on ajoute a cette difficulte pour le Suisse, le fait que Nadal hausse incroyablement son niveau sur les points important, ca donne des taux de conversion de balle de break catastrophique…

    Et un match, ca se joue sur les balles de break, no?

    • Chris 10 septembre 2010 at 19:44

      Apres quelques recherches (pas facile de trouver les infos… Vous avez des bons sites?)

      Federer lors de ces defaites en finales contre Nadal n’a convertis que 20% de balles de Break:
      12/60
      Dont un 1/15 a RG07 et un 1/13 a Wimby 2008

      Je n’ai pas trouve de stats pour ses deux victoires a Wimbledon

      • Babolat 11 septembre 2010 at 08:53

        Ca fait du 6/10 en finale de Wimbly 2006 (avec un 6/0 à la clé qui gonfle bien les stats) et du 3/8 en 2007 d’où un score plus étriqué.

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Commentaires récents

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis