Des demi-finales expédiées et d’exaltants barrages

By  | 26 septembre 2009 | Filed under: Coupe Davis

La Suisse se maintient dans le Groupe mondial (photo DR)Retour sur la Coupe Davis : les demi-finales

 

Croatie – République Tchèque (1-4) : Ivo est maudit.


A force de l’emporter toujours de justesse, la Croatie a fini par se faire prendre. Victorieux d’extrême justesse lors de la première journée face aux Etats-Unis, respectivement face à James Blake et Mardy Fish, Ivo Karlovic et Marin Cilic ont été, cette fois-ci, battus en cinq sets par Radek Stepanek et Tomas Berdych.

Le premier match de cette rencontre restera dans les annales au moins par les statistiques sinon par la qualité: quatre tie-breaks et un ultime set de 30 jeux, 6 heures de jeu et 78 aces du géant croate, record pulvérisé (55 au premier tour de Roland-Garros 2009 face à Hewitt) grâce à une moyenne de deux aces par jeu. Malheureusement, la malédiction a encore frappé: à quatre reprises un joueur a dépassé les 50 aces dans un match et il s’est, à chaque fois, incliné. Karlovic est d’ailleurs un grand contributeur à cette statistique puisqu’il compte trois de ces quatre matchs à son actif, le dernier étant pour Joachim Johansson (face à Agassi). Pourtant, Karlovic a été à deux doigts de rompre le signe indien avec quatre balles de match obtenues dans le dernier set, mais il n’a pas été en mesure de les convertir. Finalement, c’est Stepanek qui a réussi à faire craquer Ivo au trentième jeu du cinquième set dans une rencontre caractéristique des styles de ces deux joueurs.

Dans le deuxième match, Marin Cilic affrontait l’irrégulier Tomas Berdych pour tenter de remettre les deux équipes à égalité. Malheureusement pour le jeune Croate, le Tchèque semblait dans un bon jour puisqu’il réussit à empocher les deux premiers sets. Mais rien n’est jamais terminé dans un match avec Berdych et, dans un schéma inverse de celui des deux premiers sets, Cilic revient à deux sets partout en breakant au début des troisième et quatrième sets. Mais il manque encore de la caisse au jeune Croate (comme cela s’était vu à l’US Open face à Del Potro), qui a finalement lâché prise dans le cinquième set et offert le point du 2-0 à Berdych.

Pour le double, les Tchèques ont maintenu leur confiance au duo Stepanek-Berdych, toujours invaincu en Coupe Davis, et ceci malgré la présence du numéro cinq mondial en double Lukas Dlouhy. Côté Croate, on ne semble déjà plus vraiment y croire puisque c’est Zovko, obscur joueur du top 100 mondial en double, qui est associé à Marin Cilic: la sanction est immédiate puisque la paire Tchèque ramène le point de la victoire en trois sets secs. On notera néanmoins les absences de Ljubicic et d’Ancic, qui ont privé le capitaine Croate d’un plus large choix tactique à l’issue de la première journée. Les Tchèques, eux, s’offrent leur première finale de Coupe Davis depuis la victoire tchécoslovaque en 1980.

Pour l’anecdote, Jan Hajek, numéro 3 Tchèque, vient à bout de Roko Karasunic dans le match N°4 avant que Zovko ne sauve l’honneur face à Lukas Dlouhy pour terminer.

 

Stepanek bat Karlovic 6/7 7/6 7/6 6/7 16/14

Berdych bat Cilic 6/3 6/3 3/6 4/6 6/3

Berdych-Stepanek bat Cilic-Zovko 6/1 6/3 6/4

Hajek bat Karanusic 7/6 6/4

Zovko bat Dlouhy 6/3 6/4



Espagne – Israël : Israël déçoit.


Avec l’absence de Nadal et de Verdasco, la fébrilité de Robredo et Ferrer en Coupe Davis ces derniers temps, et l’impressionnante victoire israélienne sur la Russie (certes sur le déclin), on se disait qu’il y avait un coup à jouer pour Israël. Malheureusement, ce match a montré les limites sur terre de l’équipe israélienne, surface sur laquelle Dudi Sela n’a par exemple joué que cinq matchs cette saison sans qu’il ait une quelconque blessure.

Lors de la première rencontre, Harel Lévy, auteur d’un exploit face à Igor Andreev au tour précédent, a vite été dépassé par David Ferrer, qui s’impose sans réelle surprise en trois sets secs.

En revanche, Dudi Sela a déçu. Le joueur israélien, une des meilleures progressions de la saison, a montré d’énormes lacunes sur terre face à Juan Carlos Ferrero, préféré à Robredo alors que le vainqueur de Roland-Garros 2003 n’avait intégré la sélection qu’après le forfait de Nadal. Dudi Sela joue trop peu sur terre battue pour être performant sur cette surface… ou peut-être y est-il trop peu performant pour jouer beaucoup sur terre. Enfin, bref, le résultat est sans appel puisque Ferrero bat Sela en trois sets, avec une bulle dans le dernier. Après sa victoire décisive face à l’Allemagne d’Andreas Beck au tour précédent, Ferrero a été une nouvelle fois essentiel pour l’Espagne, avec cette victoire dans un match qui aurait pu s’avérer piégeux.

Comme la République Tchèque, l’Espagne a validé son billet pour la finale dès le double, ce qui n’était pourtant pas gagné d’avance face à la paire Andy Ram (N°10 mondial en double) – Jonathan Erlich, paire qui avait remporté l’Open d’Australie en 2008. Mais le manque d’automatisme de cette paire suite à la blessure d’Erlich s’est vite fait ressentir, comme cela s’était déjà entre-aperçu au tour précédent face à la paire Safin-Kunitsyn. En quatre sets, Tommy Robredo et Feliciano Lopez (pilier du double espagnol) amènent l’Espagne en finale pour la deuxième fois consécutive. Les Ibériques tenteront de devenir la première équipe, depuis la Suède en 1997-98, à remporter deux fois consécutivement le trophée, le tout à domicile.

Pour l’anecdote, Andy Ram s’incline lors du match 4 face à David Ferrer avant que Harel Lévy ne sauve l’honneur israélien face à Feliciano Lopez.

 

Ferrer bat Lévy 6/1 6/4 6/3

Ferrero bat Sela 6/4 6/2 6/0

Robredo – Lopez bat Ram – Erlich 7/6 6/7 6/4 6/2

Ferrer bat Ram 6/3 6/1

Lévy bat Lopez 7/5 6/2

 

 

Les barrages

 

Chili – Autriche (3-2) : L’avertissement lancé à Gonzalez.

 

Fernando Gonzalez avait décidé de boycotter ce match pour protester contre la présumée incompétence de sa fédération. Le match qui s’est déroulé ce week-end vient donc de démontrer que le Chili peut battre une bonne équipe même sans son leader, quelques jours seulement après son pétage de plomb à l’US Open. Pourtant, avec un Nicolas Massu sur le déclin, on donnait peu de chances de l’emporter aux Chiliens. C’était sans compter sur la relative émergence de Paul Capdeville, l’instinct de guerrier de Massu et la faiblesse des Autrichiens sur terre battue.

Le premier match est pourtant mal engagé avec le gain du premier set par Melzer face à Massu et le break réalisé par l’Autrichien au début du deuxième set. Mais le champion olympique d’Athènes réussit à relever la tête petit à petit pour finalement débreaker, puis empocher la deuxième manche et en faire de même dans les deux derniers sets, apportant ainsi le premier point au Chili. 

Le deuxième match commence bien pour les Chiliens avec les deux premiers sets empochés par Paul Capdeville, pur terrien, face à Stefan Koubek. L’Autrichien revient à deux manches partout à l’expérience mais, au sortir d’une saison ponctuée par de nombreux pépins physiques, il ne réussit pas à retourner complètement la situation et doit céder la cinquième manche, et donc le deuxième point, au Chili.

Le duo chilien Massu – Capdeville ne peut cependant s’offrir une victoire en deux jours puisque Melzer, associé au spécialiste de double Julian Knowle, parvient à éviter le 3-0. Le même Melzer réussit même à ramener les deux équipes à égalité au match 4 après un long bras-de-fer de quatre heures et cinq sets face à Paul Capdeville.

Mais finalement, l’Autriche ne réussit pas l’exploit de l’emporter après avoir remonté un handicap de deux matchs, puisque Nicolas Massu s’avère une nouvelle fois décisif en battant en quatre sets Stefan Koubek.

 

Massu bat Melzer 4/6 6/4 6/4 6/3

Capdeville bat Koubek 6/4 6/4 1/6 3/6 6/4

Melzer-Knowle bat Capdeville-Massu 6/2 6/4 6/3

Melzer bat Capdeville 7/6 4/6 6/2 5/7 6/4

Massu bat Koubek 6/4 4/6 6/4 7/6

 

 

Belgique-Ukraine (3-2): le retour de la Belgique.


Pourtant dans une phase de déclin relatif sur le plan individuel, la Belgique a réussi à remonter dans le Groupe mondial, bien aidée en cela par la faiblesse d’une Ukraine qui ne doit sa présence à ce niveau qu’à la défection d’Andy Murray au tour précédent.

Ainsi, sans surprise, les leaders belges Christophe Rochus et Steve Darcis battent respectivement Marchenko et le N°1 Ukrainien Stakhovsky en quatre et trois manches.

L’Ukraine ne jette pas l’éponge puisque son leader et Serguei Bubka Jr, fils du Tsar de la perche, réussissent à prolonger le suspense d’une journée grâce à une victoire en quatre sets (dont deux tie-breaks) face au duo de vétérans Olivier Rochus-Xavier Malisse.

De façon surprenante, c’est Xavier Malisse qui est aligné pour le premier simple du dimanche face à Stakhovsky. Un choix de l’expérience perdant puisque, à l’issue d’un match étrange ponctué de sauts de performances notables des deux côtés, c’est l’Ukrainien qui remet les deux équipes à égalité, en cinq sets.

C’est finalement Steve Darcis qui boucle la rencontre en faveur de la Belgique en prenant le meilleur sur Bubka fils en trois sets. Il ramène le Plat pays dans le Groupe mondial, évitant ainsi une grosse déconvenue à l’équipe Belge.

 

C. Rochus bat Marchenko 6/3 6/4 3/6 6/2

Darcis bat Stakhovsky 6/2 6/3 6/4

Bubka-Stakhovsky bat O.Rochus-Malisse 7/6 3/6 6/4 7/6

Stakhovsky bat Malisse 6/3 3/6 0/6 6/1 6/3

Darcis bat Bubka 6/2 6/1 6/0

 

 

Brésil-Equateur (2-3): Les Lapentti remontent le temps.

 

Ils ont été à l’origine de la victoire historique en barrages lors de l’année 2000, à Wimbledon, face à Henman et Rusedski (tous deux dans le Top 20 mondial à l’époque alors que Giovanni n‘était même pas dans le Top 1000 !) et ils ont à nouveau frappé : ce sont les frères Lapentti.

Ce match aurait pu signifier la fin de carrière de Nicolas en cas de défaite, comme l’aîné des frangins équatoriens l’avait annoncé peu avant le match. Mais il ne voulait pas partir maintenant et a sorti deux matchs de très haute facture face aux leaders brésiliens, Marcos Daniel et Thomasz Bellucci, tous deux proches du Top 50 mondial et spécialistes de terre battue, alors que Nicolas Lapentti n’est plus dans le Top 100 et que son frère n’apparaît même pas parmi les 200 meilleurs mondiaux. Cette rencontre rappelle l’importance de l’expérience en Coupe Davis, notamment celle de Nicolas Lapentti, recordman du nombre de victoires en cinq sets en Coupe Davis. Et dire que Franck Dancevic a eu des balles de match dans la quatrième rencontre du Canada – Equateur au premier tour !

Pourtant, tout avait mal commencé pour l’Equateur avec la défaite logique de Giovanni Lapentti face à Marcos Daniel. Une défaite tout de même porteuse d’espoir car le cadet n’était pas si loin que ça avec une défaite en quatre sets, dont deux tie-breaks, face à un joueur censé être bien meilleur et qui a surtout paru fébrile.

Nicolas Lapentti remettait les pendules à l’heure dès la deuxième rencontre avec une victoire nette et sans bavure en trois sets face à Thomaz Bellucci, auquel il rend pourtant quasiment 100 places à l’ATP.

C’est alors que les frères Lapentti réalisent un nouvel exploit en venant à bout, en cinq sets, de la paire composée de Marcelo Melo et d’Andre Sa, une paire de double qui s’était révélée en 2007 à Wimbledon (demi-finales).

En définitive, c’est Nicolas Lapentti qui a ramené le troisième point de son équipe au terme d’un match particulièrement intense, long de cinq heures, contre Marcos Daniel dans un stade où l’ambiance était très chaude. Après deux premiers sets relativement équilibrés, remportés à l’expérience par l’Equatorien, ce dernier craque physiquement dans les deux sets suivants – ce qui n’est pas illogique vu qu’il en était à son troisième match du week-end. Il parvient néanmoins à trouver les ressources nécessaires pour remporter la dernière manche et ramener l’Equateur dans le groupe mondial. Et pourtant, Dieu sait s’il fallait en avoir pour l’emporter après s’être fait remonter deux sets puis avoir gâché une balle de match sur son service à 5/4 et une sur service adverse à 6/5 !

En revanche, le Brésil va devoir se poser des questions pour son quatrième échec consécutif en barrages. C’est bien dommage quand on voit la véritable ferveur du public brésilien durant cette rencontre, même dans les moments difficiles pour l’équipe auriverde.

Pour l’honneur, Bellucci bat le réserviste équatorien Campozano dans l’ultime rencontre de ce barrage.

 

Daniel bat G. Lapentti 7/6 3/6 7/6 6/2

N. Lapentti bat Belluci 7/6 6/4 7/5

Lapentti-Lapentti bat Melo-Sa 3/6 6/3 6/4 4/6 6/4

N. Lapentti bat Daniel 6/4 6/4 1/6 2/6 8/6

Belluci bat Campozano 6/2 6/4

 

 

Pays Bas – France (1-4) : Rien de très rassurant.

 

Pour une équipe qui a les moyens, au moins par les classements individuels de ses joueurs, de remporter le trophée, ce genre de match ne devrait poser aucun problème. La France a donc encore du travail. Avec deux joueurs du Top 15 mondial face à une équipe qui n’en avait aucun dans le Top 100 et qui ne disposait pas de joueurs de double de renom, on pouvait s’attendre à une victoire facile. La France a pourtant montré que rien n’était facile, et a surtout montré ses faiblesses face à une équipe composée de joueurs accrocheurs, mais limités, comme l’avait montré le match face à l’Argentine au premier tour.

Il faut dire que la défaite de Gael Monfils a immédiatement l’équipe sous pression. Pas dans le match, vite breaké, jamais dominant, le Français a beaucoup déçu face à Thiemo De Bakker. On n’est même pas sûr qu’il aurait pu l’emporter sans ses problèmes physiques qui lui ont valu de faire appel au kiné à plusieurs reprises. Il ne s’en est d’ailleurs pas caché.

Heureusement, Jo-Wilfred Tsonga remet les deux équipes à égalité, sans briller toutefois puisqu’il devra jouer deux tie-breaks sur trois sets face à l’obscur Jesse Huta-Galung. Mais l’important était le point rapporté.

Critiqué pour ne pas avoir fait jouer Tsonga en double face à la République Tchèque, Forget prend cette fois la décision de le titulariser le samedi au côté de Mickaël Llodra. Le résultat est mitigé puisque, si la France vire en tête après la deuxième journée, on ne peut pas dire que cette paire ait eu un niveau de jeu suffisant pour les grandes rencontres dans cette compétition. Néanmoins, on peut accorder le bénéfice de l’inexpérience à cette doublette.

Enfin, c’est encore Jo qui rapporte le troisième point du week-end (il devient le premier joueur Français à accomplir une telle perf’ depuis Pioline), pour assurer le maintien de la France dans le Groupe mondial. Mais, une nouvelle fois, la tâche s’est révélée ardue face à un Thiemo de Bakker on fire. Il faudra finalement quatre sets, dont deux tie-breaks, pour que Jo assure le maintien avec un premier set qu’il est passé tout prêt de perdre.

Le plus rassurant aura presque été Jérémy Chardy qui, lors du match 5 sans enjeu, est venu facilement à bout de Huta-Galung, montrant par là un réservoir français intéressant pour les rencontres les moins difficiles, en cas de forfait des leaders.


De Bakker bat Monfils 6/3 5/7 6/3 6/4

Tsonga bat Huta Galung 7/6 6/2 7/6

Tsonga-Llodra bat Sijsling-De Bakker 6/3 3/6 7/6 6/4

Tsonga bat De Bakker 7/6 6/2 3/6 7/6

Chardy bat Huta Galung 6/3 6/2

 


Afrique du Sud – Inde (1-4) : L’Inde malgré tout.


Dans ce remake de la finale annulée de 1974, l’Inde partait favorite mais aurait pu aussi bien tout perdre. En effet, la paire Bhupathi – Paes reste sur 22 victoires consécutives en Coupe Davis, ce qui en faisait un atout indéniable vu les niveaux semblables des deux équipes en simple. Mais l’absence de Leander Paes, puis la blessure de Mahesh Bhupathi, ont failli mettre à mal l’équipe indienne. C’était sans compter sur les joueurs de simple qui ont (enfin) pris les choses en main.

En effet, dès la première rencontre, Somdev Devvarman, joueur aux portes du top 100 et finaliste à Chennai début 2009, ramenait le premier point à son équipe avec une victoire en trois sets face au numéro 2 Sud-africain, Van Der Merwe.

L’expérience du numéro 2 Indien Rohan Bopanna (présent dans l‘équipe depuis 2002), classé aux alentours de la 500e place mondiale, offrait le deuxième point à l’Inde face à Rik de Voest, modeste numéro 1 Sud-africain, puisque tout juste classé dans le Top 200.

Dans ce contexte, le double, grand atout des deux équipes, devenait vital pour l’Afrique du Sud qui pouvait profiter de l’absence de Leander Paes pour l‘emporter. Finalement, c’est  l’abandon sur blessure de Bhupathi qui permet à l’Afrique du Sud de garder espoir. Mais Devvarman met fin au suspense dès le quatrième match en l’emportant en cinq sets face à De Voest, alors même qu’il était mené deux sets à zéro.

Yuki Bhambri, 422e joueur mondial, parachève le succès indien face à Van der Merwe.

 

Devvarman bat Van Der Merwe 7/6 6/3 6/4

Bopanna bat De Voest 2/6 6/4 6/2 6/4

Coetzee-Moodie bat Bhupathi-Bopanna 6/3 3/6 4/0 ab.

Devvarman bat De Voest 3/6 6/7 7/6 6/2 6/4

Bhambri bat Van der Merwe 3/6 6/3 6/4

 

 

Serbie – Ouzbékistan (5-0) : Pas de piège sans le « Djoker ».

 

L’absence de Novak Djokovic, conjuguée à la saison moyenne de Janko Tipsarevic, pouvait donner des motifs d’inquiétude à la Serbie face à l’Ouzbékistan de Denis Istomin, auteur d’un US Open intéressant et artisan des victoires face au Japon et la Corée du Sud cette année. Néanmoins, la Serbie a su faire respecter son rang avec autorité en s’assurant le maintien dès le double.

Tipsarevic évitait ainsi dès le premier match le piège tendu par le gros serveur Istomin en l’emportant relativement aisément en quatre sets, sans être réellement inquiété.
Viktor Troicki, une des révélations de la saison, qui émarge au 32e rang mondial, eut quant à lui toutes les peines du monde à soumettre le numéro 2 Ouzbek, Farrukh Dustov, classé au -delà de la 400ème place mondiale : il ne s’impose qu’en cinq sets.

Enfin, Nenad Zimonjic, grand spécialiste de double associé pour l’occasion à Tipsarevic, amène le troisième point à la Serbie, en trois sets, face à Istomin et Dustov. Le « Djoker » sera donc de nouveau dans le Groupe mondial l’an prochain.

D’ailleurs, on notera que tous les joueurs du Top 25 mondial auront leur nation dans le Groupe mondial… sauf Andy Murray dont l’équipe est même descendue à l’équivalent du troisième niveau mondial après une défaite face à la Pologne ce week-end, et ce malgré les deux victoires en simple du Britannique.

Troicki et Bozoljac, le numéro 4 Serbe, profitent de la dernière journée pour rajouter deux victoires à leur pays face aux remplaçants Ouzbeks, Murad Inoyatov et Vaja Uzakov.

 

Tipsarevic bat Istomin 6/2 5/7 6/1 6/4

Troicki bat Dustov 6/4 3/6 6/3 4/6 6/2

Tipsarevic-Zimonjic bat Dustov-Istomin 6/2 6/3 6/2

Troicki bat Inoyatov 4/6 6/4 6/3

Bozoljac bat Uzakov 6/1 6/4

 

 

Suède – Roumanie (3-2) : maudit qui comme Vinciguerra… reste dans le Groupe Mondial.

Décidément, Andreas Vinciguerra est maudit depuis son retour au premier tour de la Coupe Davis 2009. Battu dans deux matchs très serrés face à Israël, il a cette fois dû abandonner à l’issue du deuxième set alors qu’il tenait la dragée haute à Victor Hanescu, membre régulier du Top 30 mondial, en poussant le Roumain à deux tie-breaks lors des deux premiers sets. Heureusement, Robin Söderling remettait immédiatement les pendules à l’heure par une victoire en trois sets face à Victor Crivoi.
Avec un Vinciguerra incertain pour la dernière journée et l’inexpérience énorme en simple des joueurs pouvant le remplacer (Aspelin et Lindsedt étant des spécialistes du samedi), le double devenait donc vital pour la Suède qui alignait Söderling avec Robert Lindstedt, face à une paire roumaine composée d’Hanescu et d’Horia Tecau (présent lors de quelques victoires importantes du double roumain ces dernières années, notamment face à Clément-Llodra). Sans trop de difficulté, la Suède bat en trois sets l’équipe roumaine, posant ainsi une option sur le maintien.
Option validée par Söderling, qui vient facilement à bout d’Hanescu en trois sets dès le quatrième match.
Pour l’honneur, le numéro 4 roumain Marius Copil réduit le score pour la Roumanie… après l’abandon de Vinciguerra qui venait pourtant tout juste d’empocher le premier set !

 

Hanescu bat Vinciguerra 7/6 7/6 ab.

Soderling bat Crivoi 6/2 6/1 7/5

Soderling-Lindstedt bat Hanescu-Tecau 6/1 7/6 7/6

Soderling bat Hanescu 7/5 6/1 6/0

Copil bat Vinciguerra 4/6 ab.

 


Italie – Suisse (2-3) : Y a pas le feu au lac.

 

Avec Stanislas Wawrinka et Roger Federer dans l’équipe, la Suisse s’est simplifiée un déplacement qui aurait pu se révéler périlleux sur la terre battue italienne.

En effet, « Stan » montrait d’emblée la marche à suivre avec une victoire en trois sets face à Andreas Seppi – pourtant bon sur terre battue – montrant ainsi que les Helvètes ne sont pas là pour rigoler.

Federer imitait son compatriote avec une victoire toute aussi sèche face au jeune et imprévisible Simone Bolelli.

La Suisse semble tellement « facile » qu’elle se permet le samedi d’économiser Federer en double, et le remplace par Marco Chiudinelli pour accompagner Wawrinka face à Bolelli et Potito Starace. Cette absence offre le point du double à l’Italie et permet de maintenir un semblant de suspense. Elle souligne tout de même le manque de réservoir de cette équipe suisse.

Finalement, Roger Federer termine le boulot en trois sets face à Starace, préféré pour l’occasion à Seppi, malgré une interruption due à la pluie.

Fabio Fognini gagne pour l’honneur, face à Michael Lammer, la dernière rencontre.

 

Wawrinka bat Seppi 6/4 6/1 6/2

Federer bat Bolelli 6/3 6/4 6/1

Starace-Bolelli bat Wawrinka-Chiudinelli 6/2 6/4 7/6

Federer bat Starace 6/3 6/0 6/4

Fognini bat Lammer 7/5 7/6

About 

http://

Tags:

48 Responses to Des demi-finales expédiées et d’exaltants barrages

  1. Guillaume 26 septembre 2009 at 10 h 23 min

    Salut Hasek. Intéressant ce premier article. J’ai eu beaucoup de mal (doux euphémisme) à m’intéresser aux demi-finales. En fait, ça fait même quelques années que le Groupe mondial m’intéresse moyennement. Ce n’est pas le propos ici, mais il y aurait pas mal de choses à changer pour dépoussiérer le Saladier d’argent.

    Les barrages, c’est autre chose. Je trouve qu’il y a un vrai charme dans ces matchs de la peur. Ne serait-ce que grâce à la foule de seconds – voire troisièmes – couteaux qui s’y taillent leur heure de gloire. Nicolas Lapentti toujours excellent dans cette compèt alors qu’il est porté disparu sur le circuit depuis des lustres, Thiemo de Bakker qui se souvient tout à coup qu’il fut N°1 mondial junior, Leander Paes qui terrorise toujours les équipes adverses… Oui il y a un petit côté touchant dans les barrages de Coupe Davis.

  2. colin 26 septembre 2009 at 11 h 56 min

    Merci Hasek pour ce « résumé » qui est d’ailleurs plutôt un dossier complet ! Enfin, au moins c’est exhaustif. Mais je pense que ça aurait mérité d’être coupé en deux, par exemple un article pour les demies et un autre pour les barrages. Car là je crains que peu de mordus aient le courage d’aller jusqu’au bout.

    @ Guillaume, pour le coup Leander Paes n’a pas terrorisé grand monde le W.E. dernier, blessé qu’il était.

  3. Jean 26 septembre 2009 at 12 h 45 min

    Bon nettoyage, Hasek. Malheureusement, l’épreuve est terminée, le seul espoir Tchèque résidant en une indisponibilité passagère de Nadal, et encore. Radek Stepanek est un joueur que j’aime beaucoup, qui à mon sens aurait mérité ce genre de trophée pour l’ensemble de son œuvre, pas assez saluée. Enfin, sait-on jamais… Vamos Daffy Duck !!

    Bon, la question avait été posée il y a quelques temps ailleurs, mais que penser du bilan du fonctionnaire Guy Forget, qui prend bien soin de préciser après chaque rencontre, même si la question n’a pas été posée, qu’il est prêt à rempiler ? Chacun son opinion, pour moi, outre les nombreuses erreurs stratégiques (ex : recevoir la Russie sur terre en 2002 alors que l’on a l’équipe parfaite pour gagner sur gazon avec Grosjean et Escudé, mais est-il possible de faire un court en gazon en France ?, aujourd’hui, ne pas construire une équipe de double,…), le gars n’est pas vraiment apte à transcender ses joueurs et à les motiver, et il est anormal, bien que glorifiant pour lui, que Tsonga joue tout seul. Mais c’est vrai qu’un an après, l’ « effet mousquetaire » a fait pschiiiit, comme dirait l’autre. Vrai aussi que je ne suis pas objectif, je n’ai jamais pu blairer Forget, mielleux représentant suisse du tennis Auteuil-Neuilly-Casablanca. Comme on dit chez moi, « Dieu vomit les tièdes ». Perso, je n’étais pas loin de penser qu’une défaite en barrage aurait pu mettre un bon coup de pied au cul à tout le monde, Monfils a été bon dans la stratégie, Tsonga non.

    Et bonne référence à Smoke on the water, comme beaucoup, j’aimerais bien sûr que le Génie des Alpages, aux records maintenant assurés, se consacre sérieusement à l’épreuve, il a bien écrit l’hymne de l’équipe.

  4. Hasek 26 septembre 2009 at 14 h 36 min

    Merci pour vos réactions.

    Concernant la finale, je mettrais pas ma main à couper sur une victoire espagnole. Certes, les Espagnols sont favoris mais Stepanek-Berdych peuvent leur donner du fil à retordre. De plus, à part Nadal (et Ferrero mais face à une opposition moindre), aucun des joueurs espagnols pouvant jouer en simple n’a été rassurant que ça soit Verdasco, Ferrer ou Robredo. D’ailleurs, en cas d’absence de Nadal, je vois les Tchèques gagner. Avec Nadal, ce sera plus dur mais pas impossible.

    Pour Forget, il semble quasiment acquis qu’il soit maintenu vu les déclarations du président de la fédé et de Tsonga qui se prenait pour le président de la FFT. Sur son bilan, je pense qu’on le renouveler n’est pas aberrant: trois finales de Coupe Davis dont 1 victoire + 1 victoire en Fed Cup quand il entraînait les 2 équipes, c’est pas si mal comme bilan surtout que ce n’était pas toujours des effectifs de premier couteau (à part en Fed Cup) même si c’était tout de même des bonnes équipes. Bref, lui donner une deuxième chance avec cet effectif, pourquoi pas?

    Concernant le double, c’est relativement compliqué aujourd’hui puisqu’il n’y a plus de grandes paires de double en France avec la fin de la paire Clément-Llodra. Peut-être qu’un retour de Santoro dans ce contexte n’aurait pas été idiot vu le contexte (ils ont rejoué ensemble à RG) mais il aurait fallu le faire cette année. De plus, il encourage Tsonga à jouer en double avec Llodra sur le circuit et les résultats sont relativement intéressants pour le moment (une ou deux victoires face à des paires correctes ce qui est pas mal pour un début avec des matchs serrés face aux très bonnes paires). Enfin, aujourd’hui, il n’y a plus de vrais spécialistes de double français (à part Llodra qui abandonne peu à peu le double sur le circuit) donc difficile de trouver une paire car on peut difficilement présumer de savoir qui a les qualités pour jouer en double surtout qu’on ne peut pas non plus prendre une brelle en simple pour jouer en double et que les joueurs bien classés se concentrent souvent uniquement sur le simple.

    Pour le match France-Russie, je pense que le gazon était un premier problème mais je suis pas sur que ça soit Forget qui est fait le choix de l’endroit et de la surface (raisons économiques, …). En tout cas, le cas de l’Espagne l’an dernier à propos de l’altitude du terrain (le président avait désigné une ville en altitude ce qui diminuait l’écart entre terriens et non-terriens sur terre, après je sais pas pour quelle raison physique^^) et les critiques des joueurs contre le président de la fédé espagnole montre que ce ne sont pas toujours des choix de bon sens tennistique

    • Jean 26 septembre 2009 at 15 h 13 min

      Je l’ai dit, je ne suis pas très objectif sur Forget. Il est vrai que son bilan est excellent, mais que les bons résultats sont quand même concentrés en début de capitanat et qu’ils se font aujourd’hui attendre. Disons que la nouvelle génération de joueurs semble hors Tsonga assez fragile psychologiquement (Monfils, Gasquet, Simon) bien que doué tennistiquement et qu’ils donnent vraiment l’impression de devoir être boostés mentalement, deux mots que j’ai du mal à associer à Forget. En fait, j’ai toujours eu l’impression qu’il avait surfé sur la vague Noah au début de son mandat, influence qui s’est peu a peu estompée. Mais de toute façon, je n’ai aucune idée de qui pourrait le remplacer dans cette position où il faut être bien avec la fédé et les joueurs. Tsonga peut-il suffire à insuffler une dynamique positive ?

      Sur le choix des surfaces tu as probablement raison, et il est vrai également que la nouvelle génération est beaucoup moins orientée vers le double que les précédentes, ce qui est problématique étant donné l’excellence française depuis des années dans la discipline.

      Sur la finale, je suis d’accord avec toi sur l’éventuelle faiblesse dans les grands évènements des coéquipiers de Nadal, mais j’imagine que ce dernier en fera un objectif prioritaire étant donné son absence estivale (mais je n’ai rien lu là-dessus). Trois points seront très difficiles à aller chercher si le Majorquin est là, cela oblige à un sans faute dans tous les autres matchs. Si Nadal n’est pas là (je ne vois pas pourquoi il ne le serait pas), c’est bien entendu plus jouable, mais Daffy Duck et Berdych sur terre, il faudrait vraiment que les Espagnols se craquent méchamment.

  5. MarieJo 26 septembre 2009 at 15 h 25 min

    merci à l’auteur de nous avoir fait une récap exhaustive ! moi j’adore la CD :)

    j’ai pu y aller une fois, l’année dernière pour les demis contre les USA, et c’est une ambiance incomparable !

    c’est vrai qu’hormis la marathon de stepanek contre ivo, les demi finales n’ont pas eu bcp de suspens…
    même si l’espagne avait aligné des 3è couteaux, ils seraient sans doute passés aussi, sans doute moins facilement mais, pour aller les chercher sur terre il va faloir se sortir les tripes, on peut compter sur la hargne des tchèques, qui joueront sans complexes en finale.
    stepanek a toujours posé des problèmes aus espagnols même sur terre… ferrer a toujours ramé contre lui, je me souviens d’un 5 sets mémorable à roland ou l’espagnol a frolé le pétage de plombs ! robredo a curieusement un très bon ratio contre lui, et un nadal berdych, c’est un bon vieux western de pistoleros, non ?
    ça serait un exploit énorme, car avec 2 bon joueurs, ils réussissent ce que la suisse par choix de priorités de son atout maitre n’a pas encore fait… je doute que cela inspire roger pour 2010, Stan risque d’être papa juste avant la CD… autant dire qu’il n’aura pas la tête au tennis.

    et puis les lapentti, cette qualif’ est quand même énorme. bravo à eux !

    la CD c’est une compète qui doit vous fouetter l’orgueil, qui vous sublime, ceux qui ne peuvent pas s’y accomplir, rament à contre courant quand ils sont jetés dedans.
    forget paye des années d’attentisme, où pendant les tournois classiques voir en MS, il ne teste pas des paires de doubles, llodra y est très bon à condition d’avoir pu mettre en place des automatisme avec un partenaire solide, on n’improvise pas un double comme il l’a fait contre les tchèques.
    forget a fait son temps, et il devrait logiquement sortir du capitanat, sauf que là où le bas blesse : qui vont ils trouver pour le remplacer ?
    escudé, trop tendre…
    pioline ? bof
    leconte ? au secours !
    perso, j’adorerai y voir santoro avec ses petites fiches techniques, son charisme et le fait qu’il ait de bonnes relations avec la jeune génération et son expérience ferait le reste.

    dans l’immédiat, je vois forget bien accroché au siège. si seulement canal pouvait le virer pour les commentaires de match, ça serait déjà très bien !

    • Hasek 26 septembre 2009 at 17 h 12 min

      ça ne serait pas totalement un exploit de voir les Tchèques l’emporter puisque la Croatie a déjà réussi à gagner la CD 2005 en n’utilisant que Ancic et Ljubicic dans tous les matchs à enjeux simple et double (Cilic était encore junior et Karlovic était relativement bas encore au classement).
      De +, sur un point de vue strictement sémantique, les Tchèques n’ont pas utilisé que 2 joueurs dans les matchs à enjeux puisque Minar avait été préféré à Stepanek lors du match 2 face à Del Po en quarts sans doute pour préserver Stepanek dans les deux derniers jours vu que ses chances restaient limitées face au perforateur argentin. Alors, certes ça n’est qu’un match, mais ça compte un peu tout de même car je pense qu’il s’agissait d’un choix tactique, surtout que c’est Stepanek qui a joué (et remporté) le match décisif. D’ailleurs, pour l’anecdote, Minar a été contrôlé positif à l’issue de son match face à Del PO.

  6. Antoine 26 septembre 2009 at 15 h 31 min

    C’est un peu dommage je trouve que ce long et bon article d’actualité paraisse si tardivement parce que l’on a déjà parlé de quelques rencontres et des résultats de l’Equipe de France.

    Je regrette de ne pas avoir vu le match Stepanek-Karlovic et j’ai l’impression que l’auteur ne l’a pas vu non plus parce qu’il semble que cela a été un des tous meilleurs matchs de l’année, avec les deux joueurs passant plus de 80% de premières pendant six heures ! seulement trois balles de break pour Stepanek (une seule de convertie, la dernière, synonyme de balle de match) contre deux à Karlovic (aucune de convertie)…

    En ce qui concerne la finale de la Coupe Davis, je crois que les tchèques n’ont quasiment aucune chance sur Nadal joue et une petite chance (une sur quatre ou cinq) s’il ne joue pas..

    Sur Forget, dont je lis avec surprise que son bilan serait excellent, il faut voir que les résultats sont, en réalité, demeurés un temps excellents lorsque Forget est arrivé..Cela n’a duré que jusqu’en 2002..

    Depuis 2003, soit 7 campagnes, le résultat moyen de l’Equipe de France est un tour de passé (soit les 1/8ème) et défaite en quarts…A une seule reprise en sept ans l’Equipe a fait mieux: une demie..

    Je trouve que ce bilan depuis sept ans n’est pas déshonorant mais guère brillant non plus, surtout quand on le compare avec la période précédente ou, au cours de 4 campagnes (99-2002), l’équipe est allée trois fois en finale et gagné une fois…

    • Hasek 26 septembre 2009 at 17 h 04 min

      Malheureusement, je n’ai pu voir que la fin du match qui était vraiment pas mal. A la place du début, j’ai eu droit à la perf de la Monf puis à celle de Tsonga vu que le match en Croatie commençait + tard. Mais bon, sur ce que j’ai vu, c’était vraiment bien mais comme j’avais pas vu le début, j’ai préféré m’abstenir concernant le niveau de jeu (le « sinon par le jeu » n’était pas péjoratif pour le coup) surtout que le cas Karlovic est souvent déclencheur de débat.

    • Hasek 26 septembre 2009 at 17 h 07 min

      Sinon pour Forget, j’ai pas dit que son bilan était excellent, j’ai juste dit qu’il était honorable. ç’aurait pu être mieux mais je pense aussi que la défaite de PHM face à Youznhy a marqué sérieusement PHM qui aura pu être un très bon numéro 2 en CD. Maintenant, il y a une nouvelle génération sans PHM donc pourquoi pas ressayer une fois avec Forget? En plus, qui pour remplacer Forget?

    • colin 26 septembre 2009 at 18 h 24 min

      Ce qui tendra un tout petit peu à rééquilibrer les débats pour la finale Esp/Tch, c’est que; à moins de disputer la finale aux Canaries (et encore), celle-ci aura lieu en indoor.

      Or chacun sait que la TB indoor est nettement moins « discriminante » que la outdoor. Cf. les victoires de Mac et de Gene Mayer en 83 sur Noah et Leconte (oui je sais je radote).

      Ceci dit je pense malgré tout que si Nadal est présent, les espagnols s’imposeront malgré le indoor. Sinon, c’est du 50/50.

  7. Franck-V 26 septembre 2009 at 20 h 30 min

    Le bilan de Forget n’est pas mauvais, c’est le moins qu’on puisse dire.

    Ces dernières années, il a buté sur la Russie souvent (4 fois), à part le cas de la finale 2002 où PHM se liquéfie, sur les autres matchs, les Russes étaient supérieures avec très souvent un Safin très mobilisé 3 fois en 1/4. Les autres défaites, c’est contre les USA en 1/4 et L’Espagne en 1/2.

    Si on veut être sévère, c’est cette année contre les Tchèques qui est vraiment une contre performance.. et encore.. ils sont en finale et ne l’ont pas encore perdue.

    Faut pas non plus se voir plus beau qu’on est, avant la finale de 82 (Colin, pas 83), fallait remonter au début des années 30 (1933)pour voir la France en finale, soit 50 ans.

    Depuis 82 compris, 3 victoires (91-96-02)et 3 finales (82-99-02). Sur ce bilan, Forget c’est 1 victoire et 2 finales. Bonjour le successeur qui présentera un tel bilan avec un effectif qu’on nous vend comme supérieur et qui doit tout casser.

    Forget a pris l’EDF en 99 où il fait finale, en 97-98, c’était relégation en 2° division et les barrages.

    C’est un bilan honnête au regard des effectifs français, et il ne faut pas non plus oublier que les succès de 96 et 01 ont été obtenu avec le forfait des leaders de l’équipe adverse (Edberg, Rafter). Forcément, si Safin avait fait pareil au moins une fois… :-)

    Les fantastiques qu’on nous vend sont peut-être plus médiatisés que leurs prédécesseurs mais ils n’ont sûrement pas encore démontré êtres meilleurs joueurs de CD que les Escudé, Grosjean, Clément, Pioline et cie.

    Moi, ce n’est pas Forget qui m’a fait rendre mon décodeur en 2008, c’est Viard .

    • Benoît 26 septembre 2009 at 20 h 44 min

      Ah non Viard est très sympa ! Un peu beauf parfois mais honnête et spontané, ça change des mecs comme Sébastien Heulot qui ne parle qu’en stats !

  8. karim 26 septembre 2009 at 21 h 15 min

    Un nouvel auteur et qui ne ménage pas sa peine, champagne!!

    Très bon résumé, mais comme le dit Antoine, dommage que ça sorte un peu après la fête. Surtout que la fête ressemblait plus à celle de l’Huma qu’à celles de Puff Daddy à St Trop. Passons.

    J’ai beaucoup, beaucoup de mal à m’intéresser à la CD depuis une dizaine d’années, voire plus. Potentiellement cette compète pourrait être la plus passionnante de l’année, devant les GC pratiquement, si les chefs de file jouaient le jeu et que le calendrier le permettait. On a déjà évoqué au cours d’un débat ancien la possibilité de la jouer tous les X ans, au lieu de le faire chaque année, comme la Rider Cup en golf par exemple. De la rareté, des points ATP par tonnes, et plein de bougnac (argent dans le slang ivoirien)voilà le cocktail qui ferait de la CD un truc vraiment incontournable.

    Cette finale s’annonce comme la moins intéressante de l’ère open. J’exagère à peine.

    Excellent premier papier, tous mes encouragements pour la suite.

  9. Guillaume 26 septembre 2009 at 22 h 12 min

    Forget ? Je lui ai longtemps été favorable, mais là je pense qu’il serait temps de laisser la place. D’abord parce qu’une décennie, c’est bien, et que ça commence un peu à faire « je m’accroche à mon siège ».

    Ensuite, parce qu’il me semble que Forget, depuis 3-4 ans qu’il a lancé la génération Gasquet dans le bain, n’a jamais trouvé la clé avec cette génération. Gasquet ? Ne s’est jamais fondu dans l’esprit commando Coupe Davis. Simon ? Première sélection catastrophique. Monfils ? Première sélection ratée. Une paire de double en alternative aux vieillissants Clément – Llodra ? Rien en vue. Seul Tsonga s’est adapté. C’est peu.

    Forget avait magnifiquement compris la génération des Grosjean-Clément-Escudé. Une bande de potes, à l’esprit d’équipe exacerbé par leurs amitiés et leur passion pour les sports collectifs, avec qui Forget a su trouver la distance idéale : ni trop loin (pas d’autogestion des joueurs), ni trop près (pas de syndrome d’étouffement). Résultat ? Un titre en 2001, deux finales (1999 et 2002), la bonne intégration de Llodra dans le groupe, la réintégration d’un Pioline pourtant resté fermé à l’esprit Coupe Davis une décennie durant… Donc oui, énormément de réussite avec cette génération, qu’il semblait parfaitement comprendre.

    Seuls couacs en 6 années globalement excellentes : avoir envoyé PHM à l’abattoir en 2002, et avoir ostracisé Santoro sans que quiconque sache vraiment pourquoi.

    Mais tout ça, cela commence à faire loin et Forget ne semble pas aussi en phase avec la nouvelle génération qu’il ne l’était avec l’ancienne. Peut-être un peu l’usure du pouvoir, aussi. Un petit nouveau devrait apporter du sang neuf. La question est : qui ? Nicolas Escudé a manifestement été mis en couveuse Fed Cup, et il lui faudra encore quelques temps pour s’aguerrir. A part lui ? Peu de concurrents émergent. Seb Grosjean me paraît aussi un bon candidat. Mais, à ce jour, il est toujours joueur ! Donc, vraisemblablement, un peu par obligation, un peu en « last chance », Forget sera encore là un an ou deux.

    @ Tuco et Antoine : râleurs.

  10. Hasek 27 septembre 2009 at 1 h 03 min

    Merci pour vos réactions tout d’abord.

    Sinon, concernant la parution, j’avais envoyé une première mouture lundi mais elle ne comprenait pas le match décisif Massu-Koubek (il a commencé à 3H, heure à laquelle j’avais fini de regarder Daniel-Lapentti donc j’étais un peu crevé^^) donc j’ai modifié ça que mercredi et après, c’était normal que Guillaume passe en priorité vu qu’il était dans une série et avait rédigé ses articles avant moi.

    Pour Forget, le seul argument en sa défaveur est le fait qu’il est là depuis 10 ans à mon avis. Mais lui donner une ultime chance avec cette équipe qui vient tout juste d’arriver ensemble au top niveau ne me parait pas absurde.

    Enfin, moi, je verrais bien les tchèques sortir le grand jeu en Espagne et pourquoi pas l’emporter ou en tout cas, sacrément accrocher les Espagnols, même avec Nadal. Je mets une piécette sur eux.

  11. Sam 27 septembre 2009 at 1 h 40 min

    Super article, la CD c’est comme les challengers, on peut causer sérieusement du top 800 et des Lapentis.

    Ceci dit, le problème avec Forget (« 60 millions de sélectionneurs »!), c’est qu’il est objectivement, logiquement, lucidement à sa place. Mais subjectivement, chiant.

    Mais c’est peut-être le boulot qui veut ça. D’ailleurs, ca consiste en quoi, Capitaine ?
    - Sélectionner les joueurs. Pas trop difficile,le classement ATP sort tous les lundis matin. Une complication: prendre les meilleurs selon la surface. Tous les rédacteurs de 15 love ou de SV …Non, quand même pas de SV, en sont capables.
    - Les faire jouer: d’abord pendant la « Préparation », et s’assurer que tout ce beau monde ne se fasse pas bobo, voir lesquels se démerdent le mieux en priant pour que le remplacant ne mette pas des bulles au N°1, ce qui pousserait le Capitaine dans des abîmes de perplexité avant de « Reveler la composition ». Au final,99% des fois le meilleur au classement joue en 1, son suivant immédiat en 2, et c’est marre.
    - Les faire jouer, sur le terrain. Mais c’est quand même leur métier. Et au final, après ses quelques années d’exercice, je reste personnellement sur l’idée que la présence de Guytou sur la chaise ne cahnge pas grand chose au résultat final.
    - En optin, pour la prese, le « gérer les égos »: là non plus M. Forget ne semble pas faire preuve d’un talent indiscutable.
    - Enfin, aller justifier du résultat final aux micros des journalistes. Et là, il est inpec’ Forget, dans un style tiédasse entre Domnique A et Bernard Laporte, et surtout, terriblement sérieux et comprimé, en unmot, chiant.
    Tous ces mecs jouent impeccablement au tennis. Reste le travail de leur donner un peu plus confiance en eux, de les rassurer, de maîtriser la part émotionnelle qui va faire que Un jour, le top 20 joue Top 10 ou 15, et que le top 10 joue Top 5. Et là, sérieux, qui ferait confiance en Guy FOrget ?

    • Sam 27 septembre 2009 at 1 h 46 min

      Aieaieaie: « en option pour la presse » / « impec » / ( …etc…)

      Et à force de me creuser pour lui trouver un remplaçant, j’en suis arrivé à considérer que le candidat le plus intéressant selon moi pourrait être: Jennifer Capriati. Arretez de rigoler et essayez de considérer un peu sérieusement l’option (qui me semble légèrement préférable, d’ailleurs à Hingis).

  12. Franck-V 27 septembre 2009 at 11 h 09 min

    Et la comédie WTA continue avec la bientôt quarantenaire Kimiko Date qui gagne à Tokyo.

    Steffi Graf n’a rien à craindre, elle peut le faire.

    • Franck-V 27 septembre 2009 at 11 h 10 min

      à Séoul, pardon

      • Antoine 27 septembre 2009 at 11 h 35 min

        Vraiment top Date ! 11 années d’interruption et cela repart à 39 ballets !

  13. Antoine 27 septembre 2009 at 11 h 16 min

    Tout à fait d’accord avec Guillaume: Forget a fait son temps et n’apporte plus rien à cette équipe..Depuis 2003, les résultats sont moyens. Or, un grand capitaine, c’est par définition quelqu’un qui arrive à tirer plus de ses joueurs que leur classement ATP. Cela n’a plus été le cas depuis 2002…

    Un grand capitaine, c’est aussi quelqu’un qui prend des risques, sais dire non et n’aligne pas nécessairement quelqu’un parce qu’il a le classement qui va bien..Dans ce domaine là, Forget a fait quelques erreurs aussi, mais peu..

    Bref, il serait temps de changer mais cela ne vaut la peine que s’il a y a quelqu’un de compétent et qui a un projet qui tienne la route..Or il n’y en a pas ou en tout cas pas de déclaré..Dans ces conditions, je ne vois pas bien par qui ni pourquoi remplacer Forget…

    • Franck-V 27 septembre 2009 at 11 h 23 min

      Antoine, je ne sais pas si tu te souviens de JP Loth sur le « fauteuil » de capitaine, c’est le cas de le dire.

      Très bon au micro du reste avec Duthu comme commentateur, mes meilleurs souvenirs, mais le bon Jean Paul en CD , c’était remplir le gobelet et passer la serviette aux joueurs.

      Bon, dans le style, il bougeait un peu plus que Tarpishev ou Ashe mais quand même…

      Objectivement, Noah et Forget ont été de grands capitaines.

       » C’est aussi quelqu’un qui prend des risques, sais dire non et n’aligne pas nécessairement quelqu’un parce qu’il a le classement qui va bien.. »

      C’est un luxe de riches, ça, fut un temps où on n’avait pas trop le choix de la sélection; mais de quelles erreurs particulières parles-tu?

      • Antoine 27 septembre 2009 at 11 h 32 min

        Faire jouer Simon contre les Tchèques n’était pas une bonne idée…la présence de Gasquet aux Etats Unis l’année d’avant…..et que dire de la préparation mentale de Monfils la semaine dernière…

    • MarieJo 27 septembre 2009 at 12 h 22 min

      le problème de guy pendant longtemps, c’est que sélectionner uniquement par le classement c’était l’assurance vie pour garder le poste, quel que soient les résultats obtenus ! aller affronter les US, laisser gasquet sur le banc et jo chez le kiné, c’était aller au casse pipe, et surtout pendant ce match il a lamentablement foiré sa comm’, il a laissé richard en prendre plein la gueule, histoire que la chronique d’une défaite annoncée ne repose pas entièrement sur sa tronche.

      honnêtement, forget n’a pas toujours été mauvais, mais c’est évident qu’il n’a pas su inspirer les petits derniers comme il avait pu le faire avec les seb, clément and co… et quand on écoute les dires de seb’ sur la CD, on se demande même si forget n’a pa hérité d’une bande de potes qui avaient ça en eux : l’esprit d’équipe, la gnac et le dépassement de soi…

      la avec les simon, gasquet, monfils et tsonga, l’osmose de l’équipe prend pas, et les 2 claques contre les US et les tchèques vont pas aider pour l’avenir.

      • Antoine 27 septembre 2009 at 12 h 53 min

        Je suis tout à fait d’accord avec toi !

        Il est bien évident que Forget est arrivé au bon moment et que les résultats sont demeurés très bons jusqu’en 2002. Je ne sais pas quelle part du mérite lui revient mais il n’y a rien à lui reprocher sur cette période. Le mérite essentiel revient toutefois aux joueurs eux mêmes qui sont devenus une équipe soudée, peut être en partie grâce à Forget.

        Cela fait sept ans qu’on est dans une autre phase.

        Aujourd’hui, il n’y a toujours pas d’équipe..Il y a un leader mais ils ne forment pas une équipe. Pas de double. C’est lamentable vu que le double est traditionnellement un point fort de l’Equipe de France. Elle n’a jamais pu gagner sans un grand double puisque en simple les joueurs n’étaient pas plus fort que les autres, et souvent moins.. Or forger une équipe de double, cela fait partie de la responsabilité première du capitaine. Forget n’a rien fait mis à part demander gentiment aux joueurs de jouer ensemble…Sans résultat, bien entendu..

        Il a comme tu le dis également une part de responsabilité importante dans le foirage total de la rencontre contre les américains.

        Il ne veut pas exercer le pouvoir vis à vis des joueurs. Ils les protège et les couve au motif de créer un bon esprit d’équipe mais en réalité, il ne veut pas s’opposer à eux car il pense, à juste titre d’ailleurs, que cela pourrait lui retomber sur la gueule. Il n’a donc peu ou pas d’autorité sur les joueurs et ne peut donc pas en tirer davantage que ce que vaut leur classement..

        C’est pour cela que les résultats sont moyens depuis 2003. Il n’arrive pas à obtenir des résultats meilleurs que ce que valent les types pris individuellement, au contraire de la période antérieure.

        Dernier exemple en date: la gestion du foirage de Monfils il y a une semaine:

        Dans les 48h précédent le premier match , Monfils fait des décalarations à la presse en disant en substance que pour lui, l’effet coupe davis, c’est du pipo et qu’il va faire son match contre l’autre comme d’hab et ramener un point peinard..

        Réaction de Forget: néant, du moins en public. Il n’a pas compris que les déclarations de Monfils montraient qu’il était tendu ou s’il l’a compris, il I’a laissé aller au casse pipe, droit dans le mur à fond, avec Monfils qui va s’en prendre plein la gueule tout seul.. Arrive ce qui doit arriver, Monfils n’est même pas choisi pour jouer un éventuel cinquième match et il n’est toujours pas dans l’Equipe….

      • Franck-V 27 septembre 2009 at 18 h 39 min

        Oui, enfin, on prend un peu trop les joueurs pour des enfants irresponsables.. ce qu’ils sont peut-être au demeurant.

        Quand Monfils va joueur sur TB au Mexique juste avant un match de CD sur dur en Europe, on ne peut pas dire qu’il se soucie de la compétition. Là, c’est lui qui laisse Simon se débrouiller (surtout Tsonga en fait), pas Forget.

        La France n’a pas de leader et pas d’esprit d’équipe. Mais elle est servi en ego savamment entretenus par les médias.

        Les 4 fantastiques, je rêve… les nouveaux Mousquetaires aussi… mdr de la distribution? Ils ont gagné quoi?

        Faut voir aussi les références qu’on prend, pas étonnant que ça donne le melon à des garçons qui n’en n’ont initialement pas besoin pour péter plus haut qu’ils n’ont le postérieur.

        Maintenant, si vous pensez que virer Forget va changer cet état d’esprit, virons-le mais on va bien rigoler.

        Si vous croyez qu’un Noah providentiel changerait ça, on a déjà eu un aperçu avec la remarque de Simon sur un éventuellement retour de Yannick au poste: « Noah?… Noah le chanteur?.. »

        C’est dire la culture Coupe Davis de ces gars-là… Effectivement, pour changer cette mentalité, Forget est incompétent.. et ça ne sera pas le dernier.

      • Guillaume 27 septembre 2009 at 19 h 06 min

        Noah ? Et pourquoi pas Hagelauer ? Ah non, pardon, lui s’est déjà trouvé une planque :)

        • Franck-V 27 septembre 2009 at 19 h 52 min

          Reviens JPL, reviens!!!

          AH ben pourquoi?

          Parce que la France, elle a besoin de toi

      • Antoine 28 septembre 2009 at 9 h 50 min

        Et pour en remettre une couche: avec qui Llodra faisait il équipe cette semaine à Metz en double ?

        ..avec Clément..

      • colin 28 septembre 2009 at 13 h 27 min

        Ben, en l’absence de Tsonga, il allait pas jouer le double tout seul non plus ;-)

  14. franckie 27 septembre 2009 at 12 h 18 min

    la CD,je ne la vois que par circonstances.plus sérieusement,le calendrier est déjà assez chargé comme ça pour insérer cette compétition

    • Antoine 27 septembre 2009 at 12 h 24 min

      Et dire que cela nous devons supporter cela tous les ans depuis 1900 !..

  15. karim 27 septembre 2009 at 21 h 38 min

    Monfils a gagné à Metz. Je vois sa photo sur l’équipe.fr, je sais c’est subjectif, mais tout de même quelle tronche d’ahurri ce gosse…

    Je me demande si je ne préfère pas encore Gilles Simon… nan! Simon est intouchable.

    • Hasek 27 septembre 2009 at 22 h 31 min

      D’ailleurs, quand tu regardes la photo sur lequipe.fr, tu te demandes si le cerveau est à gauche (le trophée vert) ou à droite^^

      • karim 27 septembre 2009 at 23 h 09 min

        Et la coiffure, on dirait qu’on lui a mis une ligne haute tension dans le fion!!!

        • Hasek 27 septembre 2009 at 23 h 11 min

          EN tout cas, sacré tête de winner^^
          SInon, un peu bizarre le trophée, ça fait suppo géant un peu

        • Jean 28 septembre 2009 at 0 h 33 min

          C’est une noix de coco stylisée.

  16. DenDen 28 septembre 2009 at 9 h 28 min

    Safina qui perd contre la 140ème mondiale…pfffff

  17. Kristian 28 septembre 2009 at 10 h 22 min

    Juste un mot en passant, pour dire qu’en effet il est tres bon cet article. C’est d’ailleurs le meilleur resume que j’ai pu trouver sur le net sur ces journees de Coupe Davis.

  18. MarieJo 28 septembre 2009 at 12 h 13 min

    pour revenir à cette finale, l’itf a donné un sursis à l’espagne pour le choix du lieu, dernier délai le 10 octobre, visiblement barcelone et madrid (possiblement à la caja magica)se disputent à nouveau cette finale… comme en foot la rivalité se hisse à tous les niveaux !

    si non,je rappelle volontiers que l’espagne avait battu chez eux les tchèques en 2004 en indor et que pour sa première sélection, l’ami rafa avait certes perdu son premier simple et le double, mais qu’il avait ramené le 5è point décisif, avant d’entamer une campagne victorieuse pour remporter le fameux saladier… à 17ans, c’est ce qui s’appelle de la graine de champion !

    pour la finale, je vois bien les tchèques aligner un 2è couteau en simple, pour le match aller et réserver berdych ou stepanek pour le match retour contre rafa, pour l’instant berdych et step sont bien loin du pauvre jan hernych.

    • colin 28 septembre 2009 at 13 h 31 min

      « Match aller », « match retour » : ça aussi c’est du foot.

      D’ailleurs tu as peut-être trouvé la solution MarieJo : le match aller à Barcelone (le vendredi), et le match retour à Madrid (le dimanche).

      Ah oui mais zut où est-ce qu’on joue le double???

    • Hasek 28 septembre 2009 at 17 h 50 min

      C’est ce qu’avait fait les Tchèques en quart face à l’Argentine avec 2ème simple Del Po-Minar.
      Vu le résultat, pas sûr qu’il le refasse: grosse rouste + Minar contrôlé positif. Après, ils ont gagné mais je pense qu’ils auraient pu le faire même sans ça

    • Franck-V 28 septembre 2009 at 18 h 30 min

      « pour remporter le fameux saladier… à 17ans, c’est ce qui s’appelle de la graine de champion ! »

      Si c’est la finale CD 04 , à 18 ans, mais c’est déjà très bien. (03/06/86)

      Donc du germe ou du bourgeon de champion :-)

  19. fieldog38 29 septembre 2009 at 13 h 26 min

    Super article, tu sembles vraiment être un amoureux de cette compétition :)
    Comme déjà dit dans un autre article, si Nadal est présent, ça sera du 90/10 pour l’espagne. En revanche en cas d’absence du leader espagnol, je pense à du 50/50…

    Petite question ton pseudo « Hasek », c’est en hommage à l’ex-fantasque gardien tchèque des « Reds wings »?

    • Franck-V 29 septembre 2009 at 14 h 21 min

      Ou Jakob Hlasek ..sans aile :-)

    • Alex 29 septembre 2009 at 14 h 37 min

      Ou encore ce célèbre champion des samedi soir cryptés ;)

    • Hasek 29 septembre 2009 at 18 h 55 min

      C’est bien pour le gardien des Wings ;)

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis