WTA 2011 : Kvitova et les autres

By  | 5 décembre 2011 | Filed under: Les filles

État des lieux du circuit WTA à l’issue d’une saison où certes Caroline Wozniacki est demeurée N°1 mondiale sans gagner le moindre titre du Grand chelem, mais où quelques championnes intéressantes ont émergé, faisant naître des promesses pour 2012. C’est parti !

Les flops

  • Caroline Wozniacki.

Il peut sembler paradoxal de la placer dans cette catégorie car elle termine l’année en tête de la hiérarchie pour la deuxième année consécutive. Mais la Danoise a vu sa place extrêmement critiquée, du fait de ses performances médiocres en grand chelem, pour ne pas dire indignes de son statut : deux demi finales certes à Melbourne et New York, mais une élimination au troisième tour à Roland-Garros face à Daniela Hantuchova et en huitièmes à Wimbledon face à l’autre slovaque, Dominika Cibulkova. Si l’on ajoute l’humiliation subie face à Serena Williams à l’US Open, un charisme à la Gasquet (épisode du Kangourou, imitation des crampes de Nadal) et un jeu soporifique à souhait, l’addition commence à être lourde. Six titres viennent cependant récompenser sa régularité. Pour terminer, notons que la joueuse la mieux classée qu’elle ait battue cette année est Francesca Schiavone, classée numéro cinq mondiale à l’époque.

  • Serena Williams.

Une année passée à soigner diverses blessures, dont une blessure au pied à cause de verre répandu dans un restaurant (qui a fait couler beaucoup d’encre et de sang aussi apparemment), l’a empêchée de prétendre aux premiers rôles. Un retour probant en août sanctionné par deux titres consécutifs pouvait faire croire à son retour définitif, voire à une qualification pour le Masters.  Mais, après un parcours brillant à l’US Open puisqu’elle élimine notamment Azarenka et Wozniacki, elle se fait écraser par une Stosur implacable en finale. A croire que les deux avaient échangé leur mental… Elle ne rejouera plus de l’année et termine la saison au 12e rang. 2012 pourrait la voir récolter les grands titres comme au bon vieux temps si son physique la laisse en paix.

  • Kim Clijsters.

Éphémère leader du classement WTA en février, elle a remporté l’Open d’Australie face à Li Na mais a dû faire face par la suite à divers pépins physiques qui lui ont gâché la saison. Celle que beaucoup d’observateurs donnaient comme numéro un mondial en début d’année, du fait de l’immaturité de la nouvelle génération et de l’intermittence des sœurs Williams, a arrêté sa saison à Toronto, annonçant par ailleurs qu’elle prendrait sa retraite définitive en 2012. Les Jeux olympiques seront sa priorité.

  • Jelena Jankovic.

Annonciatrice de Wozniacki en terme de style de jeu et de charisme, elle avait atteint la première place mondiale en 2008, sans remporter non plus de Grand chelem. Las, les saisons se font de plus en plus dures pour la Serbe, qui avait sauvé de justesse sa place dans le Top 8 l’an dernier. Elle termine la saison au 14e rang, avec pour seule performance notable une finale à Cincinnati perdue face à Maria Sharapova. Un peu maigre… Je ne vois pas comment elle pourrait faire mieux l’an prochain tant sa confiance s’est effritée et son physique, base de son jeu, a décliné. Wozniacki devrait en prendre de la graine…

  • Svetlana Kuznetsova

2009 avait été une excellente année pour celle qui demeure, à mes yeux, l’une des toutes meilleures en terme de technique. 2010 avait été plutôt décevante, avec un seul titre remporté, à San Diego. Même irrégulière, on pensait la Russe capable de revenir tutoyer les sommets du classement. Mais malgré une finale à Dubaï et un quart à Roland-Garros, elle termine l’année à une très décevante 19e place. On retiendra de son année son match fou contre Schiavone à l’Open d’Australie.

  • Ana Ivanovic

La jolie Serbe n’a plus obtenu de résultats probants depuis 2008 et son titre à Roland-Garros. Chaque année, elle déclare qu’elle compte retrouver le Top 10, et à chaque fin de saison, s’en éloigne un peu plus. Heureusement pour elle, il reste toujours le Master bis à Bali, qui lui permet depuis deux ans de sauver les meubles. On notera qu’elle s’est imposée cette année en ne remplissant pourtant pas les critères de participation – à savoir avoir gagné un International Event dans l’année – mais qu’invitée par les organisateurs, elle a su profiter du système pour redorer une saison particulièrement difficile, qu’elle termine au 22e rang (26e sans Bali).

Et aussi :

Les tournois combinés, avec maintenant Rome, Madrid, Cincinnati et l’Open de Canada qui se jouent simultanément chez les hommes et les femmes. Est-il utile de préciser que le tableau féminin passe alors au second (voire troisième) plan ? La patronne de la WTA a émis l’idée de faire se disputer les deux Masters, masculin et féminin, dans une même ville aux mêmes dates à partir de 2014. Chouette alors !

L’absence de joueuse régulière et en même temps charismatique qui puisse devenir une figure de proue de la WTA. Peut-être l’a-t-on trouvée en la personne de Kvitova… En attendant confirmation (voir plus bas), il a été rare de retrouver les mêmes joueuses dans les derniers carrés des gros tournois cette année, ce qui nuit aussi à l’intérêt que l’observateur lambda pourrait porter au circuit féminin.

Les cris des joueuses, de plus en plus insupportables. Même des joueuses comme Kuznetsova, qui criaient modérément auparavant, se mettent à beugler sur le moindre point. Azarenka et Sharapova sont les pires ; Wozniacki étant au contraire silencieuse, peut-être la seule raison pour laquelle il faut encourager les gens à la regarder jouer. Heureusement que Michelle Larcher de Brito n’est pas assez bien classée pour qu’on la voie régulièrement…

Le jeu stéréotypé qui trouve ses meilleures représentantes en Sharapova et Azarenka : pauvreté technique, absence de plan B et volée indigeste sont quelques-unes des lacunes de ces demoiselles qui occupent les 3e et 4e rangs mondiaux. Si l’on ajoute les Pavlyuchenkova et autres figures montantes de l’Est, le circuit féminin est vraiment mal barré.

La dotation des tournois du Grand chelem : je ne vois pas pourquoi les femmes seraient aussi bien payées que les hommes alors qu’elle ne jouent qu’en deux sets gagnants et attirent beaucoup moins de public que le tableau masculin. Certaines finales du Masters féminin s’étaient tenues en trois sets gagnants sans que personne ne se plaigne. C‘est bien la preuve qu’elle peuvent tenir physiquement ce format, non ?

Le tennis féminin français : hormis Marion Bartoli, c’est le désert. Notre descente en division 2 de Fed Cup résume à elle seule la situation française. Où sont les Mauresmo et Pierce des années 2000 ? Elles ont été remplacées par les Cornet et autres Parmentier qui végètent entre la 70e place et la 100e place mondiale. Quand le prince charmant redevient crapaud… Le cas d’Aravane Rezaï est en revanche plus particulier.

Le Masters bis de Bali : une anomalie pure et simple, venant après le véritable Masters, devant opposer et récompenser des joueuses ayant déjà remporté un tournoi dans l’année mais se contredisant allégrement via deux wild card, parmi les huit joueuses, attribuées à qui les organisateurs le souhaitent et changeant de formule au fil des éditions (des poules en 2009 et 2010, un tableau qui débute en quarts en 2011). Bref du grand n’importe quoi made in WTA !

Les accessits

  • Victoria Azarenka

La Biélorusse âgée de 22 ans (seulement, sic…) a bondi de sept places cette saison pour terminer l’année au 3e rang mondial. Joueuse stéréotypée, au jeu tout en rythme et en monotonie, aux cris suraigus, effrayée par le filet, au retour foudroyant mais au service friable, elle est sans aucun doute l’un des deux joueuses amenées à dominer le circuit féminin dans les années à venir. Ses progrès se sont situés à deux niveaux cette année : d’une part sur le plan physique, avec moins d’abandons spectaculaires en tournoi, d’autre part sur le plan mental avec quelques résultats significatifs dans les tournois importants comme une demi-finale à Wimbledon et une finale au Masters. 2012 pourrait la voir remporter un Grand chelem (perspective qui m’effraie énormément !) et accéder à la première place mondiale si elle poursuit sur sa lancée de cette fin d’année.

  • Maria Sharapova

On ne présente plus « Masha », la grande Russe longiligne vainqueur de trois Grands chelems. Numéro une mondiale en 2008, elle avait connu une longue descente en enfer ces dernières années suite à une épaule en miette. 2011 a marqué sa résurrection avec un retour parmi l’élite, deux titres prestigieux à Cincinnati et, plus étonnant, sur terre battue à Rome, ainsi que deux finales, à Miami mais surtout à Wimbledon. Sa fin de saison a en revanche été plus décevante, la faute à une entorse à la cheville. Elle termine l’année au 4e rang mondial.

  • Li Na

La Chinoise trentenaire, meilleure représentante du continent asiatique, a réalisé cette année une saison extraordinaire, enfin du moins jusqu’à Roland-Garros. Finaliste à l’Open d’Australie, victorieuse à Sydney mais surtout Porte d’Auteuil, elle est devenue en juin la première Chinoise à remporter un Grand chelem, et ce sur sa moins bonne surface ! La suite de sa saison est beaucoup plus terne avec des éliminations précoces dans à peu près tous les tournois. Avec le nombre de points qu’elle a défendre sur le premier semestre, elle devrait disparaître du Top 10 en 2012, à moins de profiter de la pause hivernale pour se remettre dans le droit chemin.

  • Samantha Stosur

Bras de déménageuse, kick terrible en coup droit et au service : l’Australienne avait réalisé une très bonne saison 2010, mais gardait cette réputation de « chicken » que la finale de Roland-Garros 2010, où elle partait favorite, avait mis en exergue. Le début de saison de Stosur est décevant, avec des éliminations précoces partout, Rome excepté. Il faut attendre l’été américain avec une finale à Toronto, perdue sèchement face à Serena Williams, pour qu’elle remontre le bout de ses lunettes de soleil. A l’US Open, elle écarte Petrova et Kirilenko en deux matches épiques avant de battre la tête de série N°2, Vera Zvonareva, en deux sets, et de se qualifier pour sa deuxième finale majeure en battant l’invitée surprise des demi finales, l’Allemande Kerber. Face à Serena,  personne n’ose pronostiquer la victoire de Stosur. Mais l’Australienne réalise un match exceptionnel face à une Américaine étonnamment très nerveuse et décroche ainsi son premier Grand chelem. Si un verrou mental est vraiment tombé, Stosur pourrait encore faire mal l’an prochain.

Et aussi :

- Agnieszka Radwanska (n°8) : Vainqueur à Carlsbad et auteur d’une fin de saison faste avec des victoires à Tokyo et Pékin, empêchant par là même Marion Bartoli de se qualifier pour le Masters.

- Marion Bartoli (n°9) : Grosse saison de la part de la Française, lauréate à Eastbourne et Séoul, finaliste à Indian Wells et demi-finaliste à Roland-Garros. Elle échoue à quelques points d’un premier Masters en tant que titulaire.

- Andrea Petkovic (n°10) : La jeune Allemande, régulière, a atteint deux quarts de finale en Grand chelem et plusieurs finales. Bien que son jeu soit stéréotypé, elle a une personnalité plutôt sympathique.

- Sabine Lisicki (n°15) : Très gravement blessée fin 2009, l’Allemande a atteint les demi-finales à Wimbledon et remporté deux titres (Birmingham et Dallas). Elle sera à surveiller de près en 2012.

- Anastasia Pavlyuchenkova (n°16) : Dernier char sorti des usines russes, elle a atteint deux quarts de finale en Grand chelem (Roland-Garros et US Open) et pourrait elle aussi causer quelques dégâts l’an prochain.

- Julia Goerges (n°21) : Dernière venue de cette nouvelle génération allemande, elle a obtenu quelques résultats très intéressants sur terre battue (titre à Stuttgart, deux victoires sur Wozniacki au printemps).

Les Tops :

  • Le Masters à Istanbul.

Après deux éditions bien ternes à Doha, le Masters féminin a repris son souffle à Istanbul cette année, où il a été un immense succès en terme d’entrées, avec une salle quasi-pleine tous les jours. Associer salles combles et circuit féminin est suffisamment rare pour être souligné, et démontre donc que c’est possible sans en passer par des évènements mixtes.

  • La joie de Marion Bartoli à Roland-Garros.

Jamais Marion Bartoli n’avait été autant soutenue par le public à Roland-Garros que cette année. Portée comme n’importe quel autre joueur français peut l’être Porte d’Auteuil, la fille de Walter a signé sa première demi-finale à Paris. Sans pour autant la défendre (faut pas pousser), j’ai trouvé cela plutôt touchant.

  • Le jeu d’Agniezska Radwanska.

La Polonaise manque malheureusement de puissance, mais fonde son jeu sur des contres et une variation de coups qui désorientent complètement ses adversaires. Ajoutez à cela une excellente volée (en même temps, à part elle, seules Kuznetsova et Schiavone savent poser une vraie volée) et vous obtiendriez la meilleure joueuse du monde si elle faisait quinze centimètres et dix kilos de plus.

  • Le parcours de Francesca Schiavone à Paris.

Tenante du titre à Roland-Garros mais auteur jusque-là d’une saison médiocre, Francesca Schiavone a su s’arracher et défendre son titre parisien avec beaucoup de cœur. Contre Jankovic d’abord, contre la grande frappeuse Pavlyuchenkova ensuite, et enfin face à Marion Bartoli en demies, l’Italienne a encore administré quelques jolies leçons de jeu sur terre battue. Un doublé à Roland aurait été beau pour la dernière spécialiste de la surface à l’heure actuelle.

  • La fraîcheur du tennis allemand.

Elles s’appellent Andrea Petkovic, Sabine Lisicki, Julia Goerges, et font beaucoup de bien au tennis féminin. Les trois Allemandes ont toutes, à un moment ou un autre, frappé fort cette année. Et cette fraîcheur ne se trouve pas seulement dans leur jeu…

  • La critique des cris par Caroline Wozniacki.

Lors du dernier Masters, Caroline Wozniacki a osé relancer les critiques autour des cris des joueuses… s’attirant du même coup les foudres de Vika Azarenka ! Aucune sanction n’est malheureusement prévue par le règlement pour l’instant.

  • Les nerfs de Vera Zvonareva.

La capacité de Vera Zvonareva à perdre ses nerfs, et avec eux des matches imperdables, reste impayable. Contre Radwanska au Masters, elle a mené 5-3 40-0 sur son service au troisième set et a finalement perdu 7-5. A ce niveau là, ce n’est plus tragique mais risible, tant cela lui arrive souvent.

Et pour finir…

  • Honneur à la meilleure joueuse de l’année : Petra KVITOVA.

La jeune Tchèque avait commencé l’année à la 34e place mondiale, suite notamment à une première demi-finale à Wimbledon en 2010. Gauchère, dotée d’un excellent coup droit frappé très à plat, d’un revers plus irrégulier mais très puissant, d’un excellent service, mais surtout d’une volonté perpétuelle d’aller vers l’avant et de marquer le point, elle a fait souffler un vent de fraîcheur sur le circuit féminin. Le contraste avec Caroline Wozniacki est doublement frappant : de par la philosophie de jeu tout d’abord, de par le palmarès ensuite. Au terme d’une saison qui a vu les quatre Grands chelems partagés entre quatre joueuses différentes, Kvitova a remporté Wimbledon après une première finale majeure maîtrisée de bout en bout face à quelqu’un qui n’est pas sans référence dans ce genre de matchs : Maria Sharapova. Enfin, elle a su se ressaisir en fin de saison pour remporter ses cinq matches au Masters (infligeant au passage une véritable punition à Wozniacki) et montrer qui était la véritable patronne du circuit, malgré les quelques points d’avance conservés par la Danoise au classement.

Mais le plus impressionnant demeure ce constat : elle n’est encore qu’un diamant brut qui doit travailler de nombreuses carences. Son déplacement est par exemple médiocre, elle a une bouée abdominale qu’elle aurait tout intérêt à perdre et peut faire des progrès importants à la volée, bien que son toucher soit convenable par rapport aux standards du circuit féminin. Les quelques services-volées (en dehors du nombre très important de fois où elle est montée, et pas seulement pour venir claquer une volée toute faite) qu’elle a pu effectuer lors du Masters, ainsi que des changements de rythme en slice et des amorties, montrent que la demoiselle compte bien travailler cet aspect. Et là, on pourrait vraiment tenir une joueuse capable de redonner au circuit féminin de l’intérêt. En toute franchise, et comme de nombreux autres 15-lovers, je ne m’étais pas enthousiasmé pour une joueuse de cette manière depuis fort longtemps. Espérons que la baudruche ne se dégonfle pas !  Seul bémol : ses cris lorsqu’elle gagne certains points : on dirait qu’elle caquette comme une poule. Elle devrait logiquement accéder à la première place mondiale d’ici Miami, vu l’écart avec Wozniacki et les points que celle-ci a à défendre en début d’année. 2012 doit être sa saison !

About 

Tags:

116 Responses to WTA 2011 : Kvitova et les autres

  1. Guillaume 5 décembre 2011 at 9 h 08 min

    Deux articles au programme en ce début de semaine : Cucumber vous attend aussi, sur la Une, pour sonner le départ de son Iliade.

  2. May 5 décembre 2011 at 10 h 10 min

    Superbe article, clair, net précis et tellement juste.

    J’aurais juste mis une note un peu plus positive à Serena qui finit quand même 12ème mondiale après une année presque blanche.
    Petkovic n’a pas un jeu si stéréotypé que cela, elle a encore une bonne marge de progression mais elle est loin du tank Pavlyuchenkova.

    Ceci dit, voilà un résumé archi complet de cette année chez les demoiselles.
    Kvitova apporte un souffle nouveau sur ce circuit tellement stéréotypé signifiant qu’il y a toujours une lueur d’espoir même quand on pense que c’est fichu. Si quelques coachs pouvaient en prendre de la graine… Que ce soit sur le circuit masculin ou féminin l’ère et surtout le style Bollieteri ne doit plus mener la danse…
    Marion Bartoli mérite sans doute beaucoup de respect pour ce qu’elle arrive à produire (cela doit bien faire + de 3 ans qu’elle finit au moins dans le top 15…) avec ses moyens limités dans tous les domaines. Quelle abnégation! C’est juste insupportable pour les yeux mais chapeau quand même!
    Wozniacki est juste insignifiante, c’est du Bartoli en plus joli…
    Si Ivanovic pouvait, elle, arrêter de faire la belle et de se concentrer sur son tennis.

  3. Robert "AxelBob" 5 décembre 2011 at 10 h 28 min

    Excellent article de David qui résume bien la saison 2011 de la WTA.

    Je n’ai pas vu jouer Kvitova, mais comme le dit si bien May il est évident que le tennis féminin souffre d’un excès de jeu stéréotypé et ultra-soporifique. Même dans les années 80-90 ce n’était pas aussi chiant. Il y avait certes les moonballeuses comme Arantxa, mais il y avait aussi de la diversité avec les Sabatini, Graf, Navratilova, Seles, Novotna, etc., qui garantissait au moins des oppositions de style plus ou moins intéressantes.

    C’est pour cette raison que, chauvinisme à part, je préfère regarder encore Schiavone qui au moins utilise une panoplie faite d’amorties, de volées, de slices, etc et un beau revers à une main. Mais rien que le fait qu’elle soit arrivée 2 ans de suites en finale de RG montre à quel point le niveau moyen du tennis féminin est faible. Bien que la supporte, selon moi Schiavone a un niveau d’honnête top 15, voire top 20m mais pas plus.

  4. Arno 5 décembre 2011 at 10 h 57 min

    L’article est génial, sincèrement. Bon résumé, bien écrit, rien à dire, ça donnerait presque envie de suivre la WTA…

    Presque, malheureusement, parce j’ai beau essayer, j’y arrive pas. Kvitova semble un bon espoir de relever le niveau, on verra l’an prochain.

    En tout cas, merci pour l’effort, David, c’est du tout bon!

  5. karim 5 décembre 2011 at 11 h 08 min

    Voilà un article plein comme oeuf et avec lequel je suis d’accord sur tout ce qui est dit, vraiment tout.
    Le jeu de Kvitova m’a franchement emballé lors du masters où je la découvrais sur des matches entiers, n’ayant vu que quelques youtube jusque là. Je pense que même les hommes seraient heureux d’avoir un espoir aussi prometteur. Elle a ce grain de folie et cette envie de mettre l’autre loin de la balle, mais en s’écartant du schéma WTAien classique. Si elle pouvait juste arrêter de crier quand elle marque le point j’apprécierais beaucoup. C’est la seule raison pour laquelle je ne lui mets pas la note maximale. ça et son revers à deux mains pour une gauchère talentueuse c’est péché (mais pfiouuuu il part bien).

    Azarenka comme je l’écrivais une fois c’est celle que je vais adorer détester les prochaines années. J’espère que Kvitova va lui pourrir la vie au maximum et lui mettre des roustes pas possible. Elle a tout ce que je n’aime pas dans le tennis féminin actuel, tout. Dire qu’on va peut-être en prendre pour cinq ou six ans avec elle. Damned!

    C’est vrai que Bartoli à RG ça faisait presque plaisir. Il y a quelque chose de touchant chez elle… ou pas.

    Le Masters de Bali? La poupée double lauréate l’a remis à sa juste valeur en avouant qu’elle venait aussi pour le spa.

  6. MarieJo 5 décembre 2011 at 11 h 56 min

    J ai raté bcp de matchs chez les filles en dehors de roland garros… Et un bout d US et du masters… Donc ta revue
    des troupes me parait fort complète :)
    Azarenka et sharpie c’est du pareil au même… A vous dégouter d aller regarder du tennis féminin !
    Mon top 4 chez les filles va a stosur, kvitova et radwanska et schiavo : on y trouve plus de talent et de sens tactique que dans tout le reste de la wta…
    Clijters et les wiwi vont partir en 2012… A moins que serena garde encore un grand titre sous son séant !

  7. Antoine 5 décembre 2011 at 12 h 20 min

    Vraiment très bon et très complet cet article.

    Deux ou trois choses avec lesquelles je suis d’un avis différent:

    Petkovic a un jeu stéréotypé ? J’aimerais bien qu’il y en ait plus des Petkovic pour ma part..Quand on gagne un GC, cela mérite mieux que de figurer dans la catégorie des accessits, non ? Ou alors, qu’est ce qu’un GC ?

    Enfin, un mot sur les sous: David dit ne pas voir pourquoi les dotations en GC sont les mêmes pour ces dames que pour ces messieurs. Il remarque qu’il y a davantage de tournois mixtes. Les deux sont liés en réalité: si la WTA fait du lobbying pour avoir des tournois mixtes, c’est pour pouvoir ensuite exiger une dotation identique. Le fait que les tournois soient mixtes assure un niveau de diffusion TV, de sponsoring et de public supérieur à celui des tournois purement féminins qui sont nettement moins attractifs. Du coup, les dotations ne peuvent pas être les mêmes sur le circuit WTA que sur celui de l’ATP, environ 40% de moins au total. Ces dames essaient donc de se greffer sur le circuit masculin actuellement plus atttractif pour pouvoir ensuite extraire une plus grosse part du gâteau…

    Dans les GC, Roland Garros a été le dernier tournoi à céder à la demande de parité des dotations. Comme cela n’a pas empêché la dotation de ces messieurs de progresser bon an mal an de 5 à 8% par an, personne ou presque ne s’en est plaint mais s’il y a plus de tournois mixtes on verra l’ATP commencer à râler parce que l’équilibre économique des tournois non GC n’est pas du tout le même que celui des GC ou le taux de redistribution des revenus aux participants est faible et peut donc supporter la parité sans dommage pour ces messieurs. C’est le profit des organisateurs de GC qui est impacté. C’est parce que les tournois sont mixtes que l’on ne peut mesurer facilement ce qui est imputable aux unes et aux autres.

    Faire jouer ces dames en trois sets gagnants est saugrenu. Cela ne peut pas être la règle. D’une façon générale, il n’y a aucune raison économique d’avoir des dotations identiques. La parité est simplement une demande que l’on n’ose plus refuser dans les tournois mixtes. David a l’air de regretter le bon vieux temps du début de l’ère Open ou ces dames avaient une dotation qui ne dépassait pas le dixième de celle des hommes. C’est grâce à l’action de certaines de ces dames, Billie Jean King en premier lieu, que cette situation a pris fin. C’est même pour cela que la WTA a été crée…

    Personellement, cela ne me dérange pas plus que cela..

    • Colin 5 décembre 2011 at 12 h 40 min

      Toutafé. La dotation des tournois de tennis obéit avant tout (voire uniquement) aux règles du show-business, or la notion de spectacle qui est là-derrière est quelque chose d’éminemment subjectif. Et la durée n’entre en rien dans le calcul (quand tu vas au cinéma, tu paies le même prix, que le film dure 2h30 ou 1h30).

      Beaucoup de gens préfèrent payer pour voir un Sharapova/Williams de 1h30 plutôt que pour un Ferrer/Chela de 3h30, si vous voyez ce que je veux dire.

    • Baptiste 5 décembre 2011 at 14 h 42 min

      Pektovic a gagné un GC? A bon?

    • Colin 5 décembre 2011 at 20 h 37 min

      Je pense qu’il parlait de Li Na et de Sam Stosur.

      C’est encore pire pour Clijsters, qui gagne un GC mais qui est carrément mise dans les flops!

  8. Colin 5 décembre 2011 at 12 h 22 min

    Pas vu beaucoup de tennis féminin cette année donc mal placé pour juger sur le fond.
    Par contre sur la forme c’est un parfait cours de rattrapage, bravo et merci.
    Seul bémol, la relance de la polémique sur les gains des joueuses, qui n’a, à mon avis, rien à faire dans un tel article bilan…

    • Colin 5 décembre 2011 at 12 h 43 min

      PS très bien la photo de Kvitova qui orne l’article, on dirait une statue gréco-romaine

  9. Patricia 5 décembre 2011 at 13 h 04 min

    Hmm, article très intéressant et fouillé, mais je suis comme antoine : j’ai du mal à comprendre – même avec une subjectivité revendiquée – comment on peut coller en accessit des joueuses qui ont obtenu le Graal ! qui plus est, leur premier, longtemps attendu, et dans des circonstances qui confèrent à ces victoires un panache particulier : Stosur contre LA Williams dans SON tournoi, Na Li qui remet le couvert après une finale et remporte le premier GC de sa nation… avec un jeu pas désagréable en plus. Puisque le critère retenu c’est « capacité à ranimer l’intérêt pour le tennis féminin », j’ai l’impression que l’exotisme des deux miss leur est préjudiciable au regard d’un européanocentrisme inconscient…

    J’imagine n’importe quel français réaliser ce qu’a fait Na Li, le gars serait mis au panthéon direct, dusse-t-il par la suite ne plus rien gagner de sa vie…

    En ce qui concerne les gains, je suppose qu’il y a une raison économique à ça, je les vois pas faire dans la charité. Après parler d’équité pour les gains tennistiques, hmmjpjfffrr !… On n’est pas payé à l’heure au tennis ! sinon je ne vois pas pourquoi le gagnant aurait plus que les gars qui passent par les qualifs…. Et les matches en 5 sets, on les rémunère mieux que ceux gagnés secs ?
    Ce qui serait équitable (enfin, moins indécent) serait que les têtes d’affiche gagnent un dédommagement de leurs frais et se goinfrent uniquement sur les revenus publicitaires mirifiques procurés par le prestige de leurs victoires.

    Sinon j’ai bien aimé les coups de coeur Bartoli, les p’tites allemande et l’incontournable Kvitova.

  10. Ulysse 5 décembre 2011 at 13 h 39 min

    Je réagis à cette phrase d’Antoine : « Faire jouer ces dames en trois sets gagnants est saugrenu. Cela ne peut pas être la règle. »

    Autant je comprends qu’on ne lie pas le prize money à la durée du match, la logique économique étant plutôt axée sur l’intérêt des sponsors, autant je ne comprends pas pourquoi les femmes continuent à jouer en deux sets.

    Pense-t-on que les pauvrettes n’en sont pas capables physiquement, ça les fatiguerait trop ? Alors que ça fait belle lurette que Paula Radcliffe fait le marathon dans les temps du record du monde masculin des années 60 ?

    La parité sportive progresse. Maintenant les femmes sautent à la perche, nagent le 1500m, …. Il leur reste des domaines à conquérir comme le décathlon par exemple. Des aménagements leur sont consentis dans les disciplines atrhlétiques mais c’est juste manière d’utiliser les mêmes installations avec des performances physiques différentes :
    - en lancer du poid, 4kg pour les femmes contre 7kg et quelques pour les hommes, pour utiliser les mêmes aires de lancer,
    - 100m haies plutôt que 110m pour adapter à la longueur moyenne des foulées,
    - etc…

    A part ces différences techniques qui ont une raison d’être il est clair qu’elles sont capables de tenir sur la même durée que les hommes, à leur niveau de performance et d’intensité. Pourquoi les considérer comme des catégories de jeunes qu’il convient de ménager pour leur assurer un développement progressif et harmonieux ? Si on juge qu’un match de tennis en 3 sets gagnants est plus glamour et prestigieux qu’en deux sets, pourquoi ne pas leur en offrir la possibilité comme les hommes dans le cadre restreint des quatre grand chelems ?

    • Antoine 5 décembre 2011 at 13 h 54 min

      Intéressant..

      Pourquoi pas en définitive en GC (et en Fed Cup si l’on veut rapprocher cette apreuve de la CD) ?

      L’argument contre qui me vient à l’esprit est le risque de blessure. On pourrait peut être le faire avec des balles un peu plus légères pour ces dames..D’ailleurs, les balles ont été sensiblement alourdies ces dernières années. D’après l’article posté par je ne sais plus qui et qui était une interview de Papy Ljubi, ce dernier disait que c’était d’ailleurs le principal changement ces dernières années…Cela rendrait par ailleurs le jeu plus rapide..

      • Ulysse 5 décembre 2011 at 18 h 49 min

        Balles alourdies ? Jamais entendu parler ce qui ne veut pas dire que c’est pas vrai bien sur. J’avais lu qu’elles avaient grossi en diamètre entre 2001 et 2002 pour ralentir les services au contraire (le frottement dans l’air devient un facteur de ralentissement très important au delà de 200 km/h).

    • Colin 5 décembre 2011 at 13 h 57 min

      Papi Ljubicic a déclaré que ses balles s’étaient alourdies ces dernières années?
      Sans doute l’effet d’un produit dopant exotique :lol:

    • Ulysse 5 décembre 2011 at 18 h 46 min

      Le risque de blessure ne va pas augmenter significativement parce que en un an, les habituées du dernier carré vont faire 4 x 5 x 1,5 = 30 sets de plus que d’habitude sur un total de 2,5 x 70 = 175 sets WTA annuels. De toutes façons elles tapent moins fort.

      Le même argument de risque de blessures était utilisé pour les empêcher de faire du marathon.

  11. William 5 décembre 2011 at 16 h 40 min

    Merci David, pour ceux qui n’auraient pas intégralement suivi cette année WTA, et j’en fais partie, ton article est un parfait résumé.
    Quelques points de vue personnels :

    -Sharapova m’avait impressioné à Rome et même pendant Roland Garros, elle passe malheureusement complétement à côté de son match contre Na Li
    -Na Li est une énigme : demi-finaliste à l’OA 2010, finaliste en 2011, victorieuse à RG 2011 et derrière plus rien. Finalement le plus difficile c’est de courir après le lièvre… Grosse perf quand même, si cela avait été Bartoli on en parlerit encore et on ne se plaindrait pas de ses contres perf postérieures.
    -Kvitova : super, fraiche, rien à dire de plus. J’espère qu’elle va déloger Woznialose.
    -un peu déçu pour Rezaï, impressionnante de brutalité quand tout est en place dans son jeu. Pas de chance non plus avec ses soucis familiaux.
    -un tennis allemand varié et original qui peut faire mal en 2012. Mention spéciale à Petkovic que j’aime beaucoup.
    -Mention très spéciale au match Kuznetsova/Schiavone à l’AO : le match de l’année pour moi s’il n’y avait pas eu la demi de Roland.

  12. Pierre 5 décembre 2011 at 17 h 27 min

    Très bon article qui se retourne avantageusement sur l’année du tennis féminin. En effet, cette facette de notre sport est en crise, à cause essentiellement du formatage à outrance du jeu proposé. On apprend à jouer en cadence, en cadence et en cadence : gauche, droite, etc… (vous allez me dire, pour une année électorale…)

    Heureusement, la demoiselle est arrivée, avec ses grandes guiboles et son jeu d’attaque, on en redemande ! C’est pour dire : les seuls matches féminins, ou presque, pour lesquels je me suis passionné cette année sont ceux de Kvitova et…de ma fille !

  13. Jeanne 5 décembre 2011 at 19 h 58 min

    Eh bien David, que voilà un excellent article avec plein de fines observations. Je suis une cancre en matière de WTA, ce soir je me coucherai donc plus forte.

    Mes coups de coeur : Kvitova et Radwanska dans une moindre mesure. Mon regret éternel : Kuznie que j’ai envie d’engueuler à chaque défaite.

    Wozniacki est à baffer, tout comme Jankovic. Et plus le temps passe, plus je sympathise avec Bartoli. Azarenka est une Sharapova v2.
    Quant à Serena, elle devient de plus en plus lourde et lente et même Karim ne fantasme plus sur elle.

  14. Oluive 5 décembre 2011 at 20 h 45 min

    Amateur de Kvitova itou.
    Avec Petra, pour peu qu’on ait suivi son parcours Wimb 2011, on a la chance de pouvoir suivre une (peut-être) future grande à peu près à ses débuts… En tous cas dès son premier gc (pas vu son parcours à Wimb 2010).

    Si je suis assez supporter chez les gars, je peux suivre une partie dont je me moque du résultat avec grand plaisir tennistique. Chez les filles, franchement, ben… A part vouloir la défaite de Serena (j’avoue, désolé) et celle de la Woz -et soutenir chauvinement Bartoli à Roland- impossible de tenir plus d’un set.

    Kvitova a 21 ans… Certes elle a un jeu d’attaque et c’est plus long à mettre en place, mais, quand on voit que Graf faisait victoire à Roland puis finale à Wimb/USO l’année de ses 18 ans, puis grand chelem doré celle de ses 19, on se dit que les records de la WTA ne sont pas près d’être battus… Et je trouve ça très bien (je veux dire, pas pour les records, mais que les filles n’arrivent plus sur le circuit à 15 / 16 ans et pour moitié se crament -je crois que c’est légiféré aujourd’hui cette histoire d’âge, non ?-)

    • Oluive 5 décembre 2011 at 20 h 53 min

      Et je parle même pas d’Evert (1ere participation à un GC -l’USO 71- à 16 ans, et pouf, 1/2 finale; 1er titre un peu plus tard à Roland 74 à 19 ans, mais surtout des 1/2 finales minimum dans TOUS les GC auxquels elle prend part de son tout premier jusque Roland 1983 compris… Soit 34 de suite comme série d’ouverture… Non ‘consécutifs’, car elle en a zappés en route)

      Ceci dit, pour Navratilova (tennis d’attaque s’il en est), 1ere victoire à 21 ans (Wimb 78)… Et dernière à 33 ans à Wimb 90 (dernière finale à 37 ans à Wimb 94!)… On souhaite la même longévité à Kvitova…

      • Oluive 5 décembre 2011 at 20 h 57 min

        Ah, cette période où le tennis féminin avant les demies, c’était de l’échauffement (aujourd’hui on a un peu ça chez les mecs, mais c’est de l’épuisement, pas de l’échauffement…) C’était pas beaucoup mieux…
        Ces dernières années, on est passé à l’exact inverse, mais avec notre petite tchèque, je prédis une correction (au sens boursier du terme).

  15. Marc 5 décembre 2011 at 22 h 42 min

    Excellent résumé de la saison, David, et remarquable analyse du jeu de Kvitova, qui m’a emballé, malgré les nombreux domaines dans lesquels elle peut encore s’améliorer.

    Elle a quelques bons kilos à perdre, sans pour autant atteindre la silhouette d’une Graf.

    Sinon, comme d’autres ici, je te trouve un peu dur sur Na Li et Stosur, qui même si elles n’ont pas confirmé, ont quand même gagné un GC.

    Le niveau moyen du tennis féminin n’est quand même pas brillant, formatage et bourrinage étant les 2 mamelles des pays de l’Est. C’est triste, mais c’est comme cela, c’est le meilleur moyen d’atteindre des résultats corrects rapidement.

    @ Oluive : pas complètement d’accord avec les joueuses qui arrivent au sommet moins jeunes. Certes, il n’y a plus (et heureusement !) des Austin, Jaeger, Hingis qui jouent le top à 14 ans, et les Graf, Seles, Sabatini demi-finalistes de GC à 15 ou 16 ans, mais Ivanovic, Sharapova et même Wosniaki sont arrivées jeunes au top…et sont d’ailleurs déjà usées, sans parler d’une Vaidisova, qui a arrêté sa carrière à 20 ans, gravement amoureuse du magnifique Stepanek :-)

  16. Sylvie 5 décembre 2011 at 22 h 53 min

    Excellente revue des troupes, David avant une année 2012 qui, je l’espère, va nous débarrasser du leadership de l’insipide Danoise. Franchement, il n’y a rien qui m’attire chez cette fille : ni le jeu ennuyeux à souhait ni la personnalité, ni même le physique de gretchen. Le vide.

    On peut ne pas supporter une Serena mais on n’est clairement pas dans la même catégorie.

    Je te trouve dure avec Sharapova. Certes, elle est formatée comme toutes les joueuses de l’Est ou presque mais elle a quelque chose en plus. Du charisme, une volonté, un palmarès aussi. Entre Maria et Wozniacki, il n’y a pas photo selon moi.

    Je pense que Kvitova fait l’unanimité : du talent, un jeu offensif, un mental blindé, un palmarès déjà intéressant pour une numéro 2 mondiale. Comme tout le monde, j’espère qu’elle va devenir très vite la patronne du tennis féminin pour montrer d’autres voies et redonner de l’intérêt à la WTA.

    • Patricia 6 décembre 2011 at 8 h 29 min

      le physique de Gretchen, mdr ! Sylvie tu te bonifies chaque jour :D

  17. May 5 décembre 2011 at 23 h 00 min

    Breaking News!!!!

    Je pense que c’est à l’insu de son plein gré mais quand même, le message est limpide en tout cas!

    http://www.atpworldtour.com/Tennis/Players/Ma/P/Paul-Henri-Mathieu.aspx?t=rh

    • Nath 5 décembre 2011 at 23 h 11 min

      Juste avant ses 30 ans, plus le moindre point ATP. Mais la vraie question est : que venais-tu faire sur son profil ?

      • May 5 décembre 2011 at 23 h 15 min

        Parfois on ne fait pas toujours ce qu’on veux dans la vie tu sais… j’étais en mission pour 15LT je te rassure.

    • Elmar 5 décembre 2011 at 23 h 17 min

      Nath, tu m’enlèves les mots de la bouche!!!

  18. Sylvie 5 décembre 2011 at 23 h 08 min

    Dur !

  19. Jeanne 5 décembre 2011 at 23 h 15 min

    C’est juste un paramétrage de la base ATP, à mon avis. Vu que sa playing activity de 2011 est nulle (pas un seul match) et que l’année 2011 ATP est révolue, son statut bascule en inactive. Pas d’intentionnalité.

    • Jeanne 5 décembre 2011 at 23 h 20 min

      Avec ce système Thomas Muster est considéré comme actif, à 1 073 longueurs de NG

  20. Nath 5 décembre 2011 at 23 h 18 min

    David, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce bilan. Je vais en profiter pour commenter ton article sous le format top / flop.

    Je commence aussi avec les flops :
    Mettre Serena et Kim dans les flops est discutable. J’aurais préféré que tu parles de « fin de cycle ? », il parait que c’est à la mode ces temps-ci. Et y ranger également Jankovic, voire Schiavone, qui n’a pas obtenu de résultats probants depuis sa 2° finale à RG. Ou une catégorie « chant du cygne ? », avec les mêmes sans Jankovic.
    La dotation des tournois du Grand chelem : je ne suis pas sûre que cela ait sa place dans cet article. Cela dit, puisque le sujet du 3 sets gagnants chez les filles a été abordé, je vais donner un semblant de point de vue de pure spectatrice. Peu après RG, j’ai eu une discussion avec ma tante, qui regarde le tennis depuis des années (particulièrement la WTA, elle aime quand ça cogne, et puis elle n’a qu’eurosport), sur une éventuelle virée à RG dans un futur plus ou moins éloigné. Après que je lui aie (mal :? visiblement) vanté les mérites des courts annexes, elle me sort : « Ah mais moi, je veux voir La finale, de préférence celle des filles ! ». Et là, gloups 8O j’ai mentalement visualisé les tarifs, me suis remémorée certaines finales (2007, 2008 et 2009, au hasard), et j’ai eu envie de pleurer. Tout ça pour dire que 15 jeux en demie ou en finale, ça ne fait pas lourd. Voilà…

    Les accessits :
    Li Na et Samantha Stosur sont pour moi à ranger dans la catégorie des tops. La Chinoise qui gagne un GC à 30 ans, qui plus est sur sa moins bonne surface comme tu l’as signalé, c’est quelque chose qui marquera sa carrière, et également l’histoire sportive de son pays : c’est une pionnière, non mais ! Quant à Sam, c’est la manière qui compte dans ce titre à l’US Open, et puis après tout elle finit 2011 aussi bien classée que l’année précédente, avec un GC à la place d’une finale.
    Lisicki mérite aussi un top : elle a fait un retour tonitruant, atteignant son meilleur classement sans prévenir alors que ceux qui ne suivent pas le tennis féminin à la loupe l’avaient complètement oubliée. Je ne suis d’ailleurs pas sûre qu’elle fera mieux de manière constante à l’avenir.
    Le Masters à Istanbul : je l’ai tellement peu suivi que je me fie au jugement de David à 100%.

    Les tops :
    En vrac, je suis complètement ok avec David sur le Masters bis de Bali, qui se joue de surcroît la même semaine que la finale de la Fed Cup, ce qui est complètement aberrant :roll: Ainsi que sur les sujets Svetlana Kuznetsova, sur lequel je ne vais pas m’éterniser cette fois (p***, que c’est dur !) et Ana Ivanovic, pour qui quelqu’un (??? une fille, je ne sais plus qui, May ???) a inventé l’excellente formule « joueuse bis », qui lui va comme un gant.
    Sharapova, je ne m’attendais plus à un éventuel come back de sa part ; je ne suis personnellement pas opposée à sa présence au top (le top 5, pas le top 1, pas envie de subir ses cris 7 finales par an !)
    Vika et la Woz, d’accord avec le fond, et la forme n’est pas en reste, ce sont mes deux têtes de turc préférées sur ce circuit !
    Les cris des joueuses et les tournois combinés, grrrr ! D’autant que c’est difficile d’y échapper.
    Le jeu stéréotypé : ben ouais, ça plus les deux derniers points relevés, difficile de rester à l’affût.

    En ce qui concerne la vedette de l’article, je ne la trouve pas désagréable à regarder jouer, mais contrairement à pas mal d’autres, je n’ai pas eu de coup de cœur, j’ignore pourquoi.

    Pour finir, surprise que Patricia n’ait pas relevé le charisme à la Gasquet…

    Pour vraiment finir, bravo David, cet article et certains des posts qui ont suivi ont été une bonne source d’inspiration.

    • Patricia 6 décembre 2011 at 8 h 27 min

      Ben, Nath, quand une comparaison tombe complétement à côté, on ne prend pas la peine de relever !
      Un match de Wozniazki (à part le fait louable qu’elle ne crie pas, tout comme Gasquet est l’un des rares avec Fed à s’abstenir de grogner ou de gémir – je comprends pas que cette habitude ne soit pas plus souvent la cible de critiques, crypto-machisme ? ;-)), c’est apparemment sans saveur, sans surprise mais à la fin elle est N°1. Difficile de trouver description plus antithétique du principe Gasquet (appelé aussi le Funambule)…

  21. Jeanne 5 décembre 2011 at 23 h 42 min

    Je viens de voir « l’humiliation subie face à Serena Williams à l’US Open ». Quel match de Serena ! C’est du tir aux pigeons à tous les coups ! Elle m’a semblé bien plus motivée qu’en finale. A noter l’extraordinaire et très réputé 0 winner de Woz dans le premier set.

  22. Renaud 5 décembre 2011 at 23 h 55 min

    Une précision d’importance sur les Graf, Chris Evert (ah Chris Evert j’ai aimé le tennis avec elle, mes premiers émois lol) Navratilova, Séles oui elles ont gagnées jeunes mais c’était loin d’être un feu de paille. Tout au contraire.
    Ce qui prouve bien qu’il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark.
    Les femmes avant les hommes (mais nous y venons pauvre de nous) montrent ce que devient un sport technique, tactique, mental quand le physique prend le dessus.
    Des carrières courtes, des blessures à répétition …

    WARNING: Je ne lance pas le débat sur le dopage. Rien à voir. RIen ne dit ni ne prouve que les sportifs (homme et femme) se dopent plus maintenant qu’avant SI DOPAGE il y a.

    Je disais simplement que je regrettais ce que devenait ce sport que j’aime ou le physique prime sur la matière grise.

    • Patricia 6 décembre 2011 at 8 h 34 min

      « quelque chose de pourri au royaume du Danemark. » Rhhoo, c’est pas très gracieux pour Gretchen, ça ! ^^

  23. Coach Kevinovitch 6 décembre 2011 at 1 h 12 min

    Très beau résumé de la saison 2011 de WTA dont j’ai vu vraiment très peu de matches.

    Plusieurs choses que j’ai a dire sur la WTA:

    Il est grand temps que Serena Willianms, Venus Williams, Clijsters prennent leur retraite. La formule est sans doute vacharde et assez méchante, je le reconnais. Si je l’emploie ce n’est pas parce que j’ai une aversion envers ces 3 joueuses mais parce qu’elles sont la depuis trop longtemps (1994 pour Venus) et le fait qu’elles arrivent a gagner des grands titres même après de longues interruptions de carrière montre que le circuit WTA n’avance pas et n’a pas avance depuis une décennie. Or, c’est ce dont il a le plus besoin, voila pourquoi je réclame leur retraite.

    « Je te trouve dure avec Sharapova. Certes, elle est formatée comme toutes les joueuses de l’Est ou presque mais elle a quelque chose en plus. Du charisme, une volonté, un palmarès aussi. Entre Maria et Wozniacki, il n’y a pas photo selon moi »

    Merci Sylvie, ca fait plaisir. Ne pas mettre les autres joueuses formatees, sur le meme plan que Maria. Maria, c’est Maria…….

    …et c’est d’ailleurs pour cela que j’ai un peu de mal avec Kvitova, je lui en veux encore pour cette finale de Wimbledon qui aurait du parachever la « renaissance » de Masha avec le triomphe inattendu a Rome.
    De plus, je n’ai pas eu le coup de coeur avec elle. Oui, son jeu détonne comparée a certaines mais je ne suis pas séduit et ça risque de pas le faire même ces résultats s’améliorent.

    Des matches WTA en trois sets gagnants? Je pense qu’il y a de meilleures solutions que cela pour dynamiser le circuit féminin comme créer une catégorie de tournois après les GC comme les M1000 qui soient claire, précise et lisible pour tout le monde. Les matches en 5 sets en finale du Masters donnait lieu a des montagnes russes avec écroulement physique des joueuses (voir la finale du Masters 1996).

    La fin des joueuses ultra-precoces (ah Martina Hingis!!) , je trouve cela dommage car cela apportait du renouvellement au circuit et ces joueuses-la avaient un jeu techniquement supérieur a la plupart voire la totalité des joueuses actuelles. J’inclus dans cette categorie Anna Kournikova egalement, la preuve en images: http://www.youtube.com/watch?v=uwyUuGxuDNg

    Demi-finale de Wimbledon, Hingis (16 ans et 9 mois) contre Kournikova (16 ans et 6 mois). Le plaidoyer pour le retour des hyper-précoces.

    Le dopage est présent également comme dans tous les sports avec la spécialité WTA-esque des suspensions masquées (Henin, Serena etc).

  24. Patricia 6 décembre 2011 at 8 h 38 min

    J’ai vu des finales de Masters au meilleur des 3 avec Hingis/Davenport, deux physiques bien éloigné de David Ferrer, et c’était très bien. Ca encourage soit le tir aux mouettes et les gros services(ça de toutes façons c’est la norme) soit la variation…

    « Le dopage est présent également comme dans tous les sports avec la spécialité WTA-esque des suspensions masquées (Henin, Serena etc). » dit le gars que je me rappelle avoir poussé de vertueux soupirs sur l’absence de preuve concernant le tennis masculin… Au minimum, le « soupçon de dopage », non ? Parce que c’est aussi avéré (mais moins documenté) que l’enlèvement de Sarkozy par les vénusiens, pour l’instant.

  25. Djita 6 décembre 2011 at 8 h 44 min

    Super article David. Au moins grave à toi on atteint on atteint notre quota d’article sur la WTA. je suis d’accord avec toi. Bartoli faisait vraiment plaisir à voir à RG. Kvitova à été sublime. J’ai hâte de voir ce que cela va donner face à une grande Serena Williams. L’année 2012 de la WTA aussi va être excitante.
    Merci David.

    • MONTAGNE 6 décembre 2011 at 20 h 36 min

      Le lapsus « grave à toi » cooncernant la WTA est magnifique !!

  26. Guillaume 6 décembre 2011 at 9 h 08 min

    Ouf, c’est un peu plus calme par ici. Merci pour l’article, le premier consacré à la WTA depuis… janvier. Il était temps !

    Clairement, le mot-clé de cette année chez les filles est « espoir ». Kvitova a séduit beaucoup de monde par son tennis punchy, sa volonté permanente de tenter et d’imposer à nouveau un tennis, pas d’attaque, mais offensif. Et quel bras, quelle qualité de frappe ! C’est un plaisir de la regarder jouer, même quand elle est moins bien. Au Masters, ça ne souriait pas toujours, mais elle s’accrochait, continuait de chercher le point gagnant, quitte à arroser, mais gardait toujours la clé des matchs dans sa raquette. Ca faisait un moment que je n’avais pas autant accroché à une joueuse. Et son palmarès 2011 est lui aussi plaisant : Wimbledon, Masters, FedCup. Et un total de 6 titres, acquis sur toutes les surfaces (Madrid sur terre, Coubertin en indoor, Brisbane sur dur…). Pas encore une N°1 mondiale, mais si tout va bien cela devrait venir dès l’Australie.

    J’aime aussi bcp le jeu de Radwanska, mais à vrai dire encore plus les 3 Allemandes (content que tu y ais pensé !). Petkovic en joueuse de dur, Lisicki sur herbe (quel service !) et Goerges sur terre, elles ont mis de l’animation cette année et j’aimerais toutes les retrouver à l’avenir.

    Assez d’accord sur le flop Clijsters, même si elle prend un Grand chelem. Derrière, c’est saison blanche complète et la patronne a fait long feu. Par contre, les trois autres sont clairement des tops pour moi. Na Li, finale en Australie et titre à Roland, a juste sombré avec les sollicitations nées de sa victoire à Paris. Premier Majeur pour la Chine… Ca doit être vertigineux. Normal qu’elle ait disparu après ça. Quant à Stosur, un an après sa finale à RG, elle a fait un excellent US Open, ponctué d’une superbe démonstration en finale contre la maîtresse des lieux. What else ?

    Flops… Oui, Wozniacki, une fois de plus. Elle est à sa place dans le Top 5, pas en 1. Azarenka… Faudra voir si on en prend pour si longtemps que ça. Pour avoir pas mal suivi son parcours, c’est une sorte d’Andy Murray au féminin, reine des M1000 mais qui bloque beaucoup en GC. Très émotive, la demoiselle. Et quoique puissante assez limitée dans son tennis. Je ne serais qu’à moitié étonné si elle devenait à Kvitova ce que Roddick a été à Federer.

  27. Colin 6 décembre 2011 at 10 h 05 min

    J’ai vu hier soir quelques uns des highlights proposés par David, histoire de rattraper mon retard de l’année.

    Je suis assez d’accord avec l’avis général (Kvitova, c’est bien, Wozniacki, c’est pas bien)… sauf sur Radwanska. Dans ce match contre Zvonareva au moins, elle n’a rien montré du tout, si ce n’est que c’est une extraordinaire défenseuse (oui je sais c’est pas français). Elle se contentait de renvoyer toutes les pralines que Zvonareva distribuait, en attendant que la russe finisse par faire la faute. Mais des variations, que dalle, des prises de risque, que dalle, je renvoie, c’est tout. Et à la volée, c’est carrément grotesque, sur une échelle de 0 à 10 je pense qu’on peut mettre Stosur à 9.5 et Radwanska à 0.25.

    Nom de diou, quel match de Stosur (Stosseur pour prononcer comme les commentateurs) en finale de l’US Open. C’était carrément « demolition woman » pour le coup. On a du mal à imaginer que Serena, après avoir magistralement laminé Gretchen comme elle l’avait fait, puisse deux jours plus tard être « outpowered » de la sorte par l’Australienne.

  28. Clément 6 décembre 2011 at 11 h 58 min

    Super article David, hyper complet. Un résumé parfait de la saison, surtout pour les cancres comme moi qui regardent si peu de tennis féminin.

    J’avais quand même regardé la finale de Wimbledon, et même si j’étais alors pour Sharapova, force était de constater que cette petite Kvitova dont je n’avais jamais entendu parler impressionnait son monde. La voir jouer une heure aura suffit à me convaincre de son talent, et j’espère qu’elle confirmera (ce qui semble assez bien parti grâce à son titre au Master’s).

    Pour le reste, kudos à Schiavone qui contre toute attente a presque réussi à conserver son titre à RG… Elle a ce qui reste pour moi le plus beau jeu de la WTA et la voir revenir des abysses contre Pavlyuchenkova en quart de RG et en live valait son pesant de cacahuètes ! J’étais triste pour elle après la finale mais c’était déjà un petit exploit qu’elle y parvienne.

    Stosur, improbable victoire à l’USO selon moi, surtout après l’avoir vu se dégonfler complètement en finale de RG 2010 alors qu’elle était largement favorite à l’époque ! Comme quoi la pression était probablement plus sur les épaules pourtant bien larges de Serena ; en tout cas félicitations à elle, et je pense qu’on la reverra dans les derniers carrés des GC à venir.

    Enfin, déception pour Clijsters à qui la saison était promise et puis patatra. J’ignorais qu’elle souhaitait prendre sa retraite définitive l’année prochaine du reste.

    Une dernière chose à propos du débat sur les prize money des femmes : je ne crois pas l’avoir lu, mais un des arguments avancés par les détracteurs de l’égalité hommes-femmes sur ce terrain est aussi le fait que le niveau moyen des hommes est beaucoup plus élevé, autrement dit qu’il est beaucoup plus facile pour les jeunes filles de percer que pour leurs homologues masculins.
    Quand on voit l’état du circuit depuis le premier départ de Juju Hénin, difficile de leur donner tort…

    • Colin 6 décembre 2011 at 12 h 14 min

      C’est intéressant ce que tu dis et c’est à diffuser très largement. Ainsi dans les pays où les gens ont tendance à noyer les bébés filles à la naissance, désormais ils noieront plutôt leurs bébés garçons et garderont les filles pour les former à devenir championnes de tennis. Il suffit qu’une sur un million réussisse pour que la communauté s’y retrouve financièrement. Les autres deviendront profs de tennis pour former la génération suivante.

      • Arno 6 décembre 2011 at 12 h 23 min

        Hourra, noyons des bébés pour l’avenir du tennis!!! Hein?? Du second dégré??

        Ah, pardon…

  29. Ulysse 6 décembre 2011 at 13 h 56 min

    David,
    J’ai bien aimé cette idée WTA 2011, mais je ne comprends pas une chose : est-ce qu’une joueuse finaliste rapporte quend même un point et est-ce qu’Antoine a donné son accord ?

  30. Nath 6 décembre 2011 at 23 h 08 min

    50 commentaires sous cet article très bien documenté, volontairement subjectif et avec la dose d’humour qui va bien. Même avec Kvitova, la WTA a du mal à faire recette ici…

  31. Baptiste 7 décembre 2011 at 15 h 55 min

    Federer le filou qui annonce sa participation à la Davis cup pour l’année prochaine des le premier tour.

    Il a bien raison roger, personne ne va participer pour cause de JO, certainement pas les espagnols, voila donc une occasion en or d’aller au bout!

    Sans compter qu’au premier tour il jouera Roddick et co. Voila bien un premier tour facile pour le goat des années 2000

    Les Francais feraient bien de faire pareil.

  32. Guillaume 7 décembre 2011 at 19 h 11 min

    Et oui, la vie est dure pour ces demoiselles. En même temps il suffit de regarder le classement 1ère série française pour avoir peur :
    1- Marion Bartoli
    2- Pauline Parmentier
    3- Mathilde Johansson
    Moi je veux bien, si tu le monde le dit c’est que c’est vrai, mais j’en étais resté à l’époque où Parmentier et Johansson étaient d’aimables sparrings des meilleures Françaises, rien de plus. Les découvrir 2 et 3, ça fait un choc !

    En revanche, un petit top – ou accessit, au choix – à Caroline Garcia pour son joli sourire et son Roland-Garros. J’ai vu son match contre Sharapova, et elle avait vraiment le tennis pour battre la Russe ce jour-là.

  33. Guillaume 7 décembre 2011 at 19 h 17 min

    Ah si, un aspect plus gai de la WTA : en outre de perpétuer une grande tradition tchèque (Navratilova, Mandlikova, Novotna), je viens de me rendre compte que Petra Kvitova est la première gauchère à remporter un Grand chelem depuis 1996, et Monica Seles en Australie. Dingue, et pourtant… A part Schnyder je n’ai même pas souvenir de beaucoup de gauchères au top mondial ces dernières années.

    Bon voilà, j’ai fait ce que j’ai pu pour tenter de dynamiser cet article. Ou alors après il faut reparler de Sabatini aux plus anciens de la maison…

    • Arno 7 décembre 2011 at 19 h 43 min

      Alors attention, là je lance un gros débat:

      Je vois pas, mais alors vraiment pas ce que l’on peut trouver de sexy à Gabriela Sabatini… J’ai essayé, mais non, pas possible.

    • Colin 7 décembre 2011 at 20 h 02 min

      Ah ah ah bien tenté ça Guillaume.

    • Guillaume 7 décembre 2011 at 20 h 04 min

      Bien joué, ça, Arno ! On tient le bon bout, là !

      Il me semble que pendant les fêtes de fin d’année l’an dernier j’avais proposé aux filles du site de concocter leur Top 5 des plus beaux joueurs du circuit… L’idée avait séduit, mais personne n’a jamais osé s’y coller. On retente le coup ?

      • Arno 7 décembre 2011 at 20 h 20 min

        C’est vrai qu’on parle souvent de la plastique de ces demoiselles, rarement de leurs homologues masculins…

        Julie???? On a un thème d’article fait pour toi!!! ;)

      • William 7 décembre 2011 at 20 h 55 min

        En tout cas il y a de quoi faire chez les filles. Ca peut faire un bon top sympa ! Et pourquoi pas un vote top 5 des plus belles joueuses pour les mââââles du site et des plus beaux joueurs pour les femmes ? On se donne quelque chose comme deux trois jours pour voter, histoire d’avoir un bon nombre de voix, et on prend les 5 plus gros scores. Non, non, je ne lance pas un jeu et ce n’est pas compliqué !

        • Robert "AxelBob" 7 décembre 2011 at 21 h 00 min

          Encore faudrait-il savoir quelles tronches ont les joueuses vu que personne ne regarde la WTA :mrgreen:

        • William 7 décembre 2011 at 21 h 02 min

          Joueuses d’hier ou d’aujourd’hui Bob ! Et tout le monde sait à quoi ressemble Sharapova… Ou Bartoli !

          • Robert "AxelBob" 7 décembre 2011 at 21 h 08 min

            Sharapova, aucune idée! Les soeurs Williams et Hingis oui. Bartoli, j’ai vu pour la première fois cette année en 1/2 contre Schiavone (avec une espèce de position de canard au service, horrible!)

            • Ulysse 7 décembre 2011 at 22 h 48 min

              Ça le triple dandinement de Bartoli pour servir c’est un must dans son genre de beauté.

            • Sylvie 7 décembre 2011 at 22 h 57 min
            • Ulysse 7 décembre 2011 at 23 h 07 min

              Marrant ! Je l’ai posté plus bas aussi.

        • Antoine 7 décembre 2011 at 23 h 37 min

          Super William !

          Tu me passes le projet de règlement ?

      • Julie 7 décembre 2011 at 21 h 34 min

        rho ouiiiiiiiiiiiii

        alors la j en aurais à dire! je veux je veux!

        • Guillaume 7 décembre 2011 at 22 h 13 min

          Alors fais-toi plez, on a tous envie de lire ça !

        • Julie 7 décembre 2011 at 23 h 53 min

          mais y a pas de deadline non? Pq la cette semaine un peu tendue

        • Guillaume 8 décembre 2011 at 0 h 08 min

          Meuh non, pas de deadline, ni d’obligation : tu fais ça quand tu veux/peux, et seulement si le sujet t’inspire – mais ça on en doute pas !

        • Julie 8 décembre 2011 at 2 h 48 min

          jajaja, ca m inspire!

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis