Génération 86-87: Destins croisés

By  | 21 octobre 2009 | Filed under: Regards

Prologue (mythologico-féérique)

Young Guns

Le 1er juin 1986 à midi, les Dieux du Sport se réunirent sur le Mont Olympe sous la Présidence de Jesse Owens. A l’ordre du jour de cette réunion au sommet, le tennis. Ils avaient donc convoqué la fée du tennis masculin, laquelle se reposait depuis quelques années, non loin de là, sur une île des Cyclades.

Il faut dire à sa décharge qu’elle avait eu pas mal de boulot en début de décennie, notamment un chantier «kolossal» à Bâle en août 1981. Les Dieux du Sport, sous l’influence des rapporteurs Tilden, Lacoste et Budge, craignaient d’avoir engendré à cette occasion un monstre du jeu appelé à régner sans rival, et donc à leur faire une ombre funeste. Ils autorisèrent donc la fée du tennis masculin à recommencer la distribution généreuse de dons, et ce, pendant une période de 365 jours.

Celle-ci commença donc son travail illico. Le printemps était doux sur la Méditerranée et elle décida de rester dans le secteur. Pas à Chypre, non, car elle avait déjà fait un petit tour à Limassol un an plus tôt. Elle appareilla donc vers les Baléares, dont elle gardait un excellent souvenir depuis son précédent séjour (en août 1976). Elle n’eut pas à chercher longtemps le berceau sur lequel déverser sa poudre de perlimpinpin, puisque dès le 3 juin à Manacor un nouveau-né était arrivé dans une famille qui avait déjà goûté aux joies du sport de haut niveau (en la personne de l’oncle Miguel Angel). La fée y alla très fort ce jour là, puisqu’elle n’oublia quasiment aucun don, tout juste laissa-t-elle au bébé, comme jadis à Achille au talon, une légère faiblesse dans les pieds et les genoux, parce que quand même, hein, faut pas exagérer.

Traversant la Méditerranée dans le but de passer son été au soleil sur la Côte d’Azur, elle laissa tomber le 18 juin sur une maternité de Sérignan dans l’Hérault, quelques grains de sa poudre, contenant notamment un don pour un somptueux revers à une main qui n’avait pas servi à Manacor.

Elle passa l’été à buller au soleil puis se rappela ses engagements. Elle aurait bien aimé aller visiter les Antilles, mais jugea qu’elle n’avait pas le temps de parcourir le globe et décida finalement de rester en Europe. C’est à Paris le 1er septembre qu’elle trouva un bébé prometteur, et, de plus, dont les parents étaient originaires de Martinique et Guadeloupe, ce qui la consola d’avoir dû abandonner ses velléités de voyages transocéaniques.

L’automne fut peu productif: aucun nouveau-né ne semblait mériter ses grâces. Elle passa l’hiver en quasi-hibernation dans la forêt de Brocéliande. Le 1er mai 1987 les feux du printemps la réveillèrent en sursaut, et elle réalisa qu’elle n’avait plus qu’un mois pour finir d’accomplir sa tâche. Elle traversa donc la Manche, car cela faisait des lustres qu’elle n’était pas allée rendre visite à ses amis les Leprechauns, Banshees et Korrigans de Grande-Bretagne. Il lui fallut remonter jusqu’en Ecosse pour trouver, le 15 mai, un bébé digne de recevoir ses dons. Elle n’était d’ailleurs pas la seule à se pencher sur ce berceau, puisque la fée de la chance était présente aussi ce jour là, ce qui valut à l’heureux élu d’échapper au massacre de l’école de Dunblane huit ans plus tard. Certains racontent que la sorcière «Turkeyface» était également présente autour du berceau, mais ce ne sont que des médisants.

Redescendant vers la Grèce pour faire le compte-rendu de sa mission aux Dieux du Sport, elle se rendit compte en chemin que son grand sac à poudre de perlimpinpin n’était pas vide. Aussi elle déversa précipitamment tout ce qui restait sur la ville de Belgrade qui était encore à l’époque la capitale de la Yougoslavie. Par chance ces dons ne furent pas perdus puisqu’ils retombèrent le 22 mai sur le berceau d’un bébé issu d’une famille de skieurs.

Jugeant qu’elle avait bien travaillé, les Dieux du Sport dirent à la fée du tennis masculin de se reposer, et qu’ils l’appelleraient quand ils auraient à nouveau besoin d’elle.

On raconte qu’elle a repris une activité notable le 23 septembre 1988 du côté de Tandil en Argentine, et qu’elle a (encore une fois) fini de vider son sac de dons en rentrant vers l’Olympe, au dessus de la ville de Medjugorje en Yougoslavie, 5 jours plus tard. Pour cette mission, il paraît qu’elle était accompagnée par la fée «6pieds6pouces», qui ne l’aurait plus quittée depuis…

Que sont-ils devenus ?

Qu’ont fait nos cinq héros de tous ces dons?  Plus de vingt ans se sont écoulés depuis ces évènements et il est temps de tirer un premier bilan de cette génération dorée, puisque, pour la première fois, un joueur plus jeune qu’eux vient de remporter un Grand chelem.

Calendrier des naissances 1983-1988. En gras les joueurs ayant atteint le top 10. Entre parenthèse leur classement ATP (meilleur - actuel 19/10/09)Sur le registre de la précocité, les plus remarquables ont été… les deux plus âgés.

Petit RichardNadal et Gasquet ont été tous les deux des Mozart du tennis, habitués à faire les gros titres des journaux dès leur plus jeune âge. En France tout le monde se souvient de cette fameuse Une de Tennis Magazine dès 1996 («Richard G… 9 ans»), puis des exploits d’adolescent de Gasquet : victoire au tournoi des «Petits As» de Tarbes en 1999, champion du monde junior en 2002 (en remportant notamment Roland-Garros et l’US Open), et victoire la même année au 1er tour du tournoi de Monte-Carlo contre Franco Squillari (alors nº54 à l’ATP), le faisant devenir le plus jeune joueur (15 ans et 10 mois) à gagner un match en Masters Series.

Pequeño RafaelCôté espagnol, Rafael Nadal Parera est presque aussi précoce puisqu’il remporte les «Petits As» de Tarbes en 2000, puis en décembre est le porte-drapeau de la sélection ibère pour la finale de la Coupe Davis qui se déroule à Barcelone. Wikipedia nous apprend qu’en mai 2001, le jeune Nadal, alors âgé de 14 ans, bat Pat Cash (36 ans) lors d’un match exhibition sur terre battue à Majorque (Rafa avait été appelé pour remplacer au pied levé Boris Becker qui s’était blessé). Il ne fera en revanche pas grand-chose chez les juniors : juste une demi-finale à Wimbledon 2002, l’année où Gasquet termine n°1, préférant se concentrer sur les tournois Futures voire Challengers.

L’année suivante (2003), c’est Marcos Baghdatis, d’un an plus vieux que Gasquet et Nadal, qui devient n°1 mondial chez les juniors, tandis que nos deux prodiges grimpent déjà à vitesse V les échelons du classement mondial séniors.

2004 sera l’année de l’explosion pour Rafael Nadal, s’affirmant à cette occasion comme le major de la promo (ce qui ne s’est jamais démenti depuis, malgré deux ou trois éclipses bien compréhensibles): première victoire en tournoi ATP à Sopot, et surtout première victoire en Coupe Davis qui le révèle au grand public, grâce à ses matches gagnés face à Clément en demies et Roddick en finale.

Cette même année 2004, qui voit donc Nadal et, à un degré moindre Gasquet, faire leurs armes au sein du Top 100, verra enfin nos trois autres «élus» se distinguer sur le circuit des juniors, à un âge «normal» dira-t-on. A ce petit jeu c’est Gaël Monfils qui se montre le plus impressionnant, réussissant un tonitruant petit chelem. Seul l’US Open lui échappe, au profit de… Andy Murray. Quant à Novak Djokovic, c’est le cancre de la classe cette année-là chez les juniors, avec une maigre demi-finale à l’Open d’Australie. A sa décharge il faut dire qu’il est alors classé devant les deux autres au classement ATP (largement au-delà de la 150ème place quand même) grâce à des très bons résultats en Futures et Challengers. Il faudra attendre 2005 pour que nos trois compères arrivent à se hisser dans le Top 100, respectivement en avril (Monfils), juillet (Djokovic) et septembre (Murray).

Après, l’histoire est bien connue:

  • Palmarès comparés (ATP)Nadal qui gagne Roland-Garros (et 10 autres tournois !) en 2005, et qui, depuis, collectionne les titres, à un point tel qu’il est devenu l’une des deux stars incontestées du circuit (et d’ores et déjà dans le Top 10 des meilleurs de l’ère Open);
  • Gasquet qui bat Davydenko et Federer à Monte-Carlo 2005 (mais qui, déjà, cale face à Nadal en demies),  fait deux finales en Masters Series, remporte quelques tournois, atteint les demies à Wimbledon 2007, et, petit sommet d’une carrière qui a pour l’instant un goût d’inachevé, se qualifie pour les Masters 2007 à la faveur d’une victoire sur Murray en quarts de finale à Bercy. Depuis, il n’a fait que redescendre;
  • Djokovic qui se révèle à Roland-Garros 2006 avec une place en quarts, puis qui explose au printemps et à l’été 2007 (finale à Indian Wells puis victoire à Miami, demi-finales à Roland-Garros et Wimbledon, victoire à Montréal en battant successivement les n°3, 2 et 1 (Roddick, Nadal et Federer), finale à l’US Open), avant d’atteindre en 2008 la consécration à Melbourne en janvier (puis en novembre aux Masters);
  • Murray qui voit sa progression freinée par des blessures, et, qui, en gros, fait tout comme Djokovic mais avec un an de retard, et sans avoir (encore) réussi à décrocher ni Grand chelem ni Masters; cependant sa régularité impressionnante dans les Masters Series et les petits tournois, et ses « head-to-head » positifs face aux autres topguns lui valent d’être devenu leur égal ou presque;
  • Et enfin Monfils, le plus tardif de la bande, qui a dû attendre mars 2009 pour enfin atteindre le top 10, grâce entre autres à une demie-finale à Roland-Garros’08, et qui reste pour l’instant le moins titré du club des cinq.

Le graphique ci-dessous permet de visualiser l’évolution de nos héros au classement mondial depuis leur tout premier point ATP. On a utilisé une échelle logarithmique. Ce graphique fait bien ressortir la grande précocité de Gasquet et Nadal, dont les courbes sont, au départ, en avance de deux ans sur celles des trois autres, alors qu’ils n’ont que 3 mois de plus que Monfils et 11 mois de plus que Murray et Djokovic.

Classements ATP comparés de nos cinq protagonistes

On voit, par ailleurs, clairement apparaître un plafond pour les trois meilleurs d’entre eux, solides membres du Top 4. Nadal a été comme d’habitude le premier à toucher le sien, dès juillet 2005 (et a même réussi à le percer pendant un an à la faveur d’un triplé historique et inédit Roland-Garros / Wimbledon / J.O. 2008). Nole a atteint le sien deux ans plus tard, en juillet 2007. Murray est le moins précoce de la bande, ayant attendu septembre 2008 pour atteindre son rang, mais pas forcément le moins talentueux puisque depuis mai 2009 il a fait bouger les lignes, échangeant son rang avec Djokovic et même, pendant quelques semaines, avec Nadal. A l’heure où Djokovic reprend sa troisième place, à la faveur d’une blessure au poignet de son conscrit, on peut imaginer que la phase de stabilité est terminée et que les cartes vont être rebattues dans les mois à venir du fait des résultats – et des blessures – des uns et des autres (et aussi grâce à l’arrivée de del Potro). Rien n’indique cependant que les 3 cadors soient en danger de sortie du Top 5 à moyen terme.

Les deux Français, eux, montrent des courbes beaucoup plus irrégulières, quoique Gaël Monfils semble, pour la première fois de sa carrière, se stabiliser (en l’occurrence autour de la 13è – 15è place). Gasquet, qui avait connu les joies du Top 10 bien avant son compatriote, semble avoir atteint le climax de sa jeune carrière en 2006 et 2007, à seulement 20 ans. La question est de savoir s’il va être capable d’aller se construire une deuxième carrière au plus haut niveau, après les soucis qu’il a eus cette année avec les lignes blanches, ou s’il va se traîner ad vitam aeternam au delà de la 20ème place mondiale.

Promotion 86/87 (montage d'après photos http://www.atpworldtour.com (c) Getty Images)

Si la fée du tennis masculin revenait aujourd’hui pour voir où en sont les élus de cette prolifique cuvée 1986/87, elle constaterait avec fierté que si deux d’entre eux n’ont été «que» des n°1 mondiaux juniors (2002 et 2004) et d’éphémères membres du top 10, les trois autres forment désormais l’élite du tennis mondial. Et que, s’ils n’ont pas réussi à renverser le roi Federer, ils ont par moments fait vaciller son trône, et l’ont empêché de régner de façon trop autocratique, nous préservant ainsi de la monotonie.

Elle se délecterait également des exploits récents de ses deux jeunes protégés de septembre 1988, del Potro et Cilic.

Et enfin, elle pourrait nous rencarder sur l’identité des prochains maîtres du jeu: Grigor Dimitrov, né en mai 1991 à Haskovo (Bulgarie) ? Bernard Tomic (Australien mais né à Stuttgart en octobre 1992) ? Ou encore Carlos Boluda-Purkiss, né à Alicante en janvier 1993 (pour le coup, en l’absence de la fée « 6pieds6pouces », remplacée par sa petite soeur « 5pieds5pouces ») ?

About 

Sous d'autres cieux et en d'autres temps, je fus connu sous le sobriquet de "Colin Maillard et Tartempion".

Tags: , , ,

97 Responses to Génération 86-87: Destins croisés

  1. karim 21 octobre 2009 at 9 h 52 min

    Du très très très très grand Colin. Il y a tout dans cet article, l’art et la manière, l’intérêt, la précision, les illustrations. C’est un travail remarquable, vraiment.

  2. karim 21 octobre 2009 at 10 h 06 min

    Pour en revenir au fond, je ne savais pas que La Monf avait fait péter un petit chelem chez les juniors, ce qui prouve bien que les perfs en junior sont tout sauf des garanties pour la carrière pro.

    Gasquet numéro 7 mondial ça semble tellement loin. Et il a pris tellement de retard qu’à mon avis il ne remontera pas la pente. Trop de lacunes physiques, morales et mentales. Et le pire c’est que son tennis aujourd’hui est dépassé, même dans un bon jour. Quand je vois la vitesse de jeu d’un Djoko ou la couverture de terrain d’un Monfils, je ne vois pas comment Gasquet pourrait passer.

    Murray je ne suis pas loin de penser qu’il a laissé passer sa chance et que la concurrence va s’avérer trop rude pour lui. Entre JMDP, Djoko qui revient, il n’est plus forcément le numéro 3 attendu. Et il n’a toujours « rien » gagné.

    Nadal a vraiment un parcours exceptionnel, on a l’impression qu’il a trente ans tellement il est là depuis longtemps. Mais je pense que physiquement il va un jour regretter énormément les sacrifices et risques qu’il s’est imposés.

  3. Antoine 21 octobre 2009 at 10 h 33 min

    Bravo pour le boulot effectué; j’ai particulièrement aimé le dernier graphique sur le classement des intéressés avec l’échelle log qui permet de visualiser les choses; également les rappels historiques que j’ignorais pour certains: Nadal bat Cash à 14 ans ! Waouh!

    Maintenant je ne suis pas sur d’avoir tout compris: que signifient les chiffres entre parenthèses accolés aux noms des joueurs dans le deuxième tableau ? Et puis, j’ai une question plus essentielle: qu’est ce que tout ceci démontre au fond ? On voit bien que Nadal et Gasquet ont été plus précoce que les autres, mais ce n’est pas un scoop.

    Peut être surtout le caractère exceptionnel de l’ascension de Nadal qui arrive n°2 trois ans et demi seulement après son premier point ATP ? soit un peu moins que Djoko qui met quatre ans pour arriver numéro 3 ou Murray qui met 5 ans pour devenir numéro 4 ?

    Ce que l’on voit aussi, c’est que Gasquet est revenu à son classement du printemps 2005, c’est à dire le moment ou l’on pouvait penser qu’il allait vraiment exploser…

    • Jean 21 octobre 2009 at 11 h 42 min

      La légende des tableaux apparaît lorsque tu passes ta souris dessus.

  4. Jean 21 octobre 2009 at 11 h 21 min

    Aaah, j’attendais hier un article du Homard armoricain, mais marée basse toute la journée, cette nouvelle parution est donc très bienvenue, d’autant qu’elle est vraiment excellente, à la fois complète et sérieuse comme le sont tous les écrits de l’auteur, mais également légère.

    Bon, quant on voit la brochette, on se dit que c’est quand même dommage que notre (trop ?) gentille fée n’ait pas ajouté à la poudre déversée sur le berceau de RG un soupçon de filtre de « détestation de la défaite », celle avec des morceaux d’ego surdimensionné dedans, mais bon, c’est comme ça, peut-être n’en avait-elle plus. Résultat, Mozart jouant off key depuis deux ans, il nous reste les galériens, ouaiiiis.

    On sait quelles sont les données pour les n°3 et 4 mondiaux, qui se sont cette année un peu fait griller leur mise par un Poney qui nous a à nouveau montré que ce ne sont pas forcément ceux qui cartonnent chez les jeunes qui se retrouvent ensuite en tête d’affiche. Voilà pourquoi j’ai du mal avec ces noms de Dimitrov,… On verra.

    On (j’) en met généralement plein la tête à Gaël Monfils, souvent caricaturé comme un super physique avec une technique tennistique de stagiaire chez John Deere. Perso, je ne suis pas si sûr du truc, le problème est dans la caboche et j’aurais tendance à inverser les données en me disant que c’est déjà pas si mal d’être arrivé Top10 avec un tel handicap (« Le tennis est un sport d’intellectuel », m’avais un jour asséné mon très estimé et important prof de sport du collège, me foutant un peu la honte devant l’armada de footeux). Mais son inconstance mentale lui fait aussi parfois oser des trucs (« c’est à ça qu’on les reconnaît ») et avec un bon alignement d’étoiles, le soutien du public, la grippe porcine qui dévaste les vestiaires, j’en suis parfois à flipper qu’il réussisse vraiment quelque chose, sans le faire exprès, d’ici quelques années. Heureusement, pour l’instant ça coince.

    Sinon, quelques remarques :
    - Tsonga est un peu plus vieux mais je le mets dans la même catégorie, également parce qu’il a perdu du temps avec ses blessures.
    - les photos des jeunes joueurs, ça donne un côté « Amicalement vôtre » sympa à l’article. Par contre, sur sa troisième photo, Nadal ressemble un peu à Alexia Deschaumes…
    - Je ne savais pas qu’Andy Murray était un rescapé du massacre de Dunblane. Quelle horreur ce truc.
    - J’ai mis une demie heure à comprendre cette histoire de « 6pieds, 6pouces ».
    - Je constate que tu attribues au grand Jesse Owens le titre de plus grand sportif de l’histoire, cela se défend tout à fait, mais j’aimerai bien savoir quand même quelle place occupent Emil et Mohammed sur l’Olympe…

    • Guillaume 21 octobre 2009 at 15 h 37 min

      Le homard arrive. Il s’est remis à la tâche pour proposer un met de choix aux 15lovers affamés. Ce sera le prochain repas au menu.

      • fieldog38 21 octobre 2009 at 16 h 07 min

        un homard picard??? Doit pas être très frais tout ça… ;)

        • Guillaume 21 octobre 2009 at 16 h 12 min

          Non, breton. Et si j’ai bien compris passé par les arrières-cuisines de la rue de la Soif à Rennes !

          • fieldog38 21 octobre 2009 at 16 h 14 min

            Houlà ça ne me rassure guère. La rue de la soif à Rennes…connaît que de réputation mais quelle réputation ! J’espère que ça sera du 1er choix :) .

            • Sam 22 octobre 2009 at 2 h 36 min

              Pas foutu les pieds là-bas depuis 91.

              Très surfait au demeurant.

  5. Antoine 21 octobre 2009 at 14 h 00 min

    Le tableau n°3 avec tout le top 10, ce serait vraiment génial Colin !

  6. Guillaume 21 octobre 2009 at 15 h 35 min

    Voilà un article qui me rappelle que la tradition des tableaux et graphiques, très en vogue à une certaine époque, s’était un peu perdue avec la naissance de 15Lt. TB travail Colin, très propre.

    La première frise est celle qui me parle le plus : on y voit clairement ce que la cuvée 86/87 a eu d’exceptionnel. Deux vainqueurs en GC, un multi-vainqueur en TMS, deux membres (ou anciens membres) du Top 10… et même un ou deux seconds couteaux pas dégueux (Chardy, Querrey).

    C’est d’autant plus fort quand on compare avec la génération 84/85, clairement celle du gâchis et des déceptions. Déception pour Baghdatis (qui fait preuve de bcp de caractère en repartant de zéro en Challengers), déception pour Ancic, déception aussi pour Berdych, qui serait capable de beaucoup mieux. Sans parler d’un Wawrinka ou d’un Almagro dont on attend toujours qu’il explosent réellement…

    Ah oui, j’oubliais : excellent d’avoir été rechercher les photos de Richie et Rafa gamins. C’est drôle, déjà sur ces vieux clichés on a clairement l’impression qu’il y a un teigneux et un rêveur. Comme quoi on ne change pas tant que ça avec l’âge !

    • DenDen 21 octobre 2009 at 15 h 49 min

      Ah non, ah non, je ne suis pas d’accord ; dans la génération 84, on a Gilles Simon. Hé oui, quand même !!

      • fieldog38 21 octobre 2009 at 16 h 07 min

        Ben justement, lol

  7. fieldog38 21 octobre 2009 at 15 h 45 min

    Du très beau boulot Colin, tu as été fort bien inspiré de traiter ce sujet sous un angle « mythologico-féérique » pour reprendre ton expression. Cela donne un caractère léger et plaisant à toute l’intro qui aurait pu être « barbante » si tu l’avais traitée de manière plus conventionnelle.

    Sur le fond, ton article démontre avant tout la précocité exceptionnelle du natif de manacor. Je trouve que c’est une bonne chose de se le remémorer en ces temps bénis où l’accumulation des records de Fed et dans une moindre mesure de Nadal font passer leurs exploits pour des performances ordinaires. Ces 2 là sont des géants du tennis qui traverseront les époques et l’espagnol a mis du cœur à l’ouvrage pour s’y atteler le plus tôt possible.

    Gasquet a eu la trajectoire que l’on sait et tout a été dit à son sujet. Malheureusement je ne suis pas loin de penser comme Karim quant à la suite de sa carrière : il possède trop de lacunes aussi bien mentales que tennistiques et ce n’est pas son seul revers à une main qui le sauvera et lui permettra de réintégrer le top 10. Son jeu et d’ores et déjà dépassé.

    En comparant les parcours de Nadal et Gasquet, on est frappé par les trajectoires opposés que leur entourage leur a fait suivre. Pendant que Richard faisait « mu-muse » en junior (avec la réussite qu’on lui connait), Rafa suait sur les cours des tournois Future et Challenger du circuit sénior. Cela signifie que très tôt il a pu construire un jeu efficace contre des membres du top 100. Etant donné la suite de leurs parcours respectifs, on ne peut que féliciter tonton Toni d’avoir choisi cette option.

    Pas grand-chose à ajouter sur Gael « je me matte Ali vs Foreman pour avoir l’œil du tigre » Monfils (désolé mais celle-là je ne peux pas m’en empêcher), si ce n’est que comme l’auteur je flippe de le voir réussir à RG, surtout sur un mal entendu…Du coup, chaque année, je suis son parcours sur la terre battue parisienne avec la boule au ventre. Heureusement dans sa grande bonté, Federer nous a, par 2 fois, épargné un crève-cœur…

  8. Guillaume 21 octobre 2009 at 16 h 27 min

    Richie condamné ? Je ne sais pas. Ce que les graphiques de Colin rappellent bien, c’est que Gasquet a été aussi précoce que Nadal (révélé en 2004). Et que, dans les méandres d’une carrière pour l’instant assez tortueuse, il paraît loin le temps du Richard deux fois finaliste en Master series, qui titillait Federer en finale à Montréal et le battait même à Monte-Carlo. Gasquet était alors un gamin qui jouait sans se poser de questions, et qui pointait Top 10 en donnant l’impression d’en avoir encore sous la semelle… Est-il maintenant dépassé à jamais ? Les choses vont vite en tennis, et seule la confiance fait la différence entre un Top 10 et un Top 50.

    • fieldog38 21 octobre 2009 at 16 h 36 min

      « seule la confiance fait la différence entre un Top 10 et un Top 50″ : ce que tu dis est tout à fait exact. Mais le problème avec Richard c’est qu’il donne l’impression d’être à son max tennistiquement parlant quand des Cilic et consort semblent encore pouvoir progresser… C’est là que le bas blesse et c’est ce qui me rend pessimiste quant à son avenir.

  9. fieldog38 21 octobre 2009 at 16 h 44 min

    Concernant Djoko, il semble de nouveau retrouver une partie de ce tennis qui en faisait la terreur début 2008 sur surface rapide. Mais mentalement cela fait plus d’un an qu’il se pose beaucoup trop de questions et qu’il gamberge sur les points importants. Sa demi perdue contre Davydenko la semaine dernière et dans une moindre mesure celle de l’US contre Fed en sont les meilleurs révélateurs. Plus que jamais je soutiens que Nole a besoin d’un changement d’entraineur pour passer la vitesse supérieure et se mêler à nouveau à la lutte pour la place de number 1…

    Pour ce qui est de Murray, je ne serais pas aussi rédhibitoire que Karim. Il ne faut pas sous-estimer le talent de ce garçon (bien que je trouve son jeu chiant à en crever) et l’orgueil de tout écossais qui se respecte. Je pense qu’il va se préparer comme jamais cet hiver et qu’il frappera un grand coup à l’OA…

  10. benja 21 octobre 2009 at 18 h 14 min

    super boulot, bravo.

    pas le temps de lire tout mais je le ferai demain.

    Sacré Nikolai, voilà qui fait un cadeau d’Adieu à Marat, je vais finir par l’aimer moi, Davy. :-)

  11. fieldog38 21 octobre 2009 at 18 h 19 min

    Marat, Marat! In your face little green man, lol. Je t’attends à la bastille bravant la pluie et le froid. J’aurais un homard dans chaque main et je vais te désosser façon boucher du Kansas…

  12. colin 21 octobre 2009 at 18 h 21 min

    Salut à tous et merci pour vos commentaires. Je réponds en vrac :

    « Qu’est-ce que ça démontre au fond » ? En fait cet article ne défend aucune thèse, il se base juste sur deux observations (et brode autour):
    1. Les 12 mois en question ont produit une concentration de grands joueurs remarquable, probablement la meilleure qu’on ait jamais eue sur 12 mois. Je n’ai pas fait l’étude, ça serait fastidieux, c’est juste amusant de le noter.
    2. Les deux qui ont tout fait péter chez les juniors sont aussi ceux qui sont montés le moins haut chez les séniors (coïncidence ou pas, cf. remarques de Karim et Fieldog38).

    Ces deux observations nous permettent de tirer des courbes, pour 5 joueurs nés la même année et tous hyper doués au départ, faisant apparaître leurs profils de maturité respectifs. Si l’on peut considérer que le « plafond » atteint par chaque joueur nous renseigne sur son talent tennistique propre (en gros, il était programmé pour arriver à ce niveau), en revanche l’âge auquel il atteint ce niveau, et surtout, la durée pendant laquelle il y reste, renseignent sur d’autres talents: la précocité, la force mentale pour se maintenir à l’excellence voire continuer de progresser après 20 ans, l’absence de blessures qui vous font retomber dans le trou… Comme tout le monde ici connaît bien les 5 joueurs dont il est question, on peut se faire une idée sur les raisons qui poussé untel à être plus précoce, un autre tel (ou le même) à être vite dépassé, etc. C’est aussi pour ça que j’ai mis le tableau « vertical » du calendrier des naissances : quand on voit que Kohlschreiber, Verdasco et Soderling n’ont jamais joué aussi bien que cette année, alors que les deux premiers cités sont plus vieux que Ancic qui lui, prend sa retraite, on se dit que toutes les configurations sont possibles !

    PS : pour ceux qui n’auraient pas lu le post de Jean, je confirme, « La légende des tableaux apparaît lorsque tu passes ta souris dessus ».

    PS2 pour Jean : L’Olympe des Dieux du Sport est un endroit extrêmement démocratique, où le Grand Patron est élu par ses pairs pour une durée d’un an, non renouvelable. En 1986 ils ont élu Jesse Owens, à l’occasion du 50ème anniversaire de ses exploits de Berlin. Emil était encore vivant en 1986 donc ne faisait pas partie de cette joyeuse assemblée (qu’il a rejointe en 2000). Quant à Muhammad (à l’instar de Edson Arantès), il n’a pas pu rejoindre l’Olympe, aujourd’hui encore (la maladie de Parkinson n’étant pas qualificative).

    PS3 pour Jean : J’ai failli appeler l’article « Amicalement vôtre », mais, sans la musique, et à 5, c’est moins bien.

    • Jean 22 octobre 2009 at 1 h 27 min

      Ah bah oui, c’est vrai, moi j’ai tendance à olympiser assez rapidement. Ca me semble en tout cas être un bon (futur) trio (je veux bien que tu rajoutes un Pelé mais j’invite alors Bikila l’homme aux pieds nus. Après c’est tout, c’est pas un moulin non plus, ni la piaule à Lenglen…). Non renouvelable ? Aïe ! Sinon, pour les prochaines élections et selon les derniers sondages, est-ce que tu penses que Horst Skoff a une chance (voire Michel Berger) ?

    • colin 22 octobre 2009 at 9 h 53 min

      MDR ! Michel Berger qui meurt sur un court de tennis et qui se retrouve coincé pour l’éternité avec les dieux du sport, par le fait d’une erreur d’aiguillage… C’est comme si notre Yannick national mourait sur scène, et se retrouvait au paradis des chanteurs, à côté de Piaf, Brel, Brassens, Barbara, Ferré… Cherchez l’erreur. Au moins il pourrait fumer un oinj de temps en temps avec Bob Marley.

  13. MarieJo 21 octobre 2009 at 20 h 09 min

    ben je vois qu’il n’y a pas que moi avec la musique d’amicalement votre comme background sonore… une génération et demi quoi !!!! ahhh toni curtis… mon chouchou !

    pour ce qui est de rafa, une petite précision, tonton toni n’y est pour pas grand chose dans le choix de jouer en ITF. c’est les parents de nadal qui n’on jamais voulu que rafa dispute les grands chelem hors période scolaire, priorité aux études; donc out pour l’oz et RG, ok pour Wimb et US, sans doute trop de frais pour son jeu de young gunn de 15 ans. C’est sans doute pour cela que wimb l’a sans doute marqué plus qu’un autre. Après, c’est une spéculation de ma part, le fait qu’il n’ait pas été directement dans le giron de la fédé espgnole, qui comme la française fait bcp pour faire jouer les juniors en circuit ITF. Les Nadal n’ont sans doute pas eu cette pression de devoir renvoyer l’ascenseur, car rafa ne faisait que qques entraiements pas an à barcelone, dans la couveuse de la fédé. je pense que l’expérience de sportif de son oncle Miguel angel a aussi bcp joué dans sa façon d’envisager sa carrière.

    la où oncle toni a eu du génie, c’est pour en faire un gaucher alors qu’il ne l’était pas, du coup son revers à 2 mains est bien meilleur que le coup droit de certains autres… et sa bombe liftée de gaucher a fait les ravages que l’on sait.

    en ce qui me concerne, pour baggy rien n’est encore perdu, il commence a enchainer les matchs et les victoires, j’espère qu’il recevra une petite WC à bercy et qu’il évitera les 5 premières têtes de série si possible, il a une poisse pas possible dès qu’il tente une incursion dans un tableau atp.

    ahhh j’apprends que marat récolte les fruits du jetlag chinois ;)
    j’espère qu’il garde un dernier run pour tenter une ènième fois de gagner moscou… faut que je mette un petit cierge ?

  14. Antoine 21 octobre 2009 at 21 h 50 min

    En voyant que le Davydenko Safin ne se disputait qu’aujourd’hui mercredi, je n’osais y croire, me disant que Davydenko aurait eu le temps de récupérer,

    Mais si !!! Marat l’a planté proprement et en perdant le premier set en plus ! Ca c’est vraiment trop beau et je vais ouvrir une bouteille de champagne à la gloire du GOAT russe !

    Colin: sérieux, si ce n’est pas trop compliqué, ce serait super de mettre tout le top 10 sur ton tableau numéro 3 !

    Je suis complètement d’accord avec Marie Jo sur Nadal: il a bénéficié d’une très bonne éducation: pas à la traîne de la Fédé espagnole, pas de vieux os sur le circuit junior, la dure loi des Futures et Challengers: c’est ce qu’il faut si on veut forger un champion; sinon, c’est la couveuse, la surmédiatisation sans fondement et au final un espoir déçu. L’environnement familial de Nadal me parait fondamental dans son parcours: tu vas apprendre, tu ne vas pas la ramener, tu ne vas pas claquer ton blé stupidement, tu ne vas pas t’amuser avec des poufs, tu gardes tes amis d’enfance etc..

    • colin 22 octobre 2009 at 9 h 48 min

      Le tableau Top10, je le ferai un jour… sans engagement sur la date.

      En re-regardant le tableau, je me rends compte que Djoko et Murray ont eu des courbes quasiment identiques jusqu’à mars 2007, date à laquelle Djoko s’envole (il fait 10 => 3 en trois mois) alors que Murray stagne et régresse jusqu’en juillet 2008, où il fait la même évolution que Djoko à l’époque (10 => 4 en deux mois). Si ma mémoire est bonne ce sont des blessures qui l’ont handicapé à ce moment là, plutôt donc qu’un manque de maturité.

  15. Pierre 21 octobre 2009 at 22 h 05 min

    Quel boulot ! Les bras m’en tombent, Mister Colin… L’idée est excellente et le traitement ne l’est pas moins : chapeau bas.
    C’est assez fascinant d’observer ces trajectoires de haut niveau et cela suscite pas mal d’interrogations : Gasquet était doué mais aurait-on vraiment pu lui éviter ce déclin précoce ? Nadal est extraordinaire mais l’aurait-il été autant s’il avait ménagé ce physique qui le tourmente ? Monfils a-t-il autre chose que de l’eau dans la tête ? Pourquoi Murray ? Diable, me voilà bien avec toutes ces questions…

  16. Alex 22 octobre 2009 at 0 h 06 min

    Monfils est donc hydrocéphale,ceci explique beaucoup de choses.Richie lui,c’est en flocons.Ces Français alors..ils sont toujours les pires,même au sein d’une couvée de champions ! Soupirs..

    Sinon c’est vrai qu’il s’agit d’une sacrée génération là ! En termes de concentration générationnelle de haut de pavé Il y a bien eu celles des Lendl/Noah/Gomez/Mayotte de 1960 ; les Wilander/Aguilera/Sundström/Mecir/Cash/Novacek de 64/65 (à vérifier si leur dates de naissance se tiennent en 12 mois),qui m’avaient frappé,et aussi celle de 75/76 entre Rios (décembre 75)/Kuerten/Moya/Philippousis/Lapentti/Shuettler.Oui je sais Shuettler et Novacek ça fait tâche un peu mais je considère comme toi les top ten (j’en ai peut-être oublié),Monfils et Gasquet,tout surdoués qu’ils soient n’ont pas (encore) prouvé plus qu’une demi en GC et des places d’honneur chez les 10…Avec tout le respect que l’on doit à ces performances déjà fantastiques !

    Énorme travail Colin,on s’en doute,tu as des « nègres » en sous traitance c’est ça ? Et plusieurs tableaux s’il vous plait ! Et il y a la touche d’humanité et d’originalité qui poétise le truc,les données s’en trouvent embellies.Un travail de joailler précis et superbe.

    Un détail qui saute aux yeux,ce sont les getty images capturées depuis le site ATP : des cinq les deux seules qui font pas peur je vous le donne en mille…

  17. Alex 22 octobre 2009 at 0 h 08 min

    Davai Marat !

  18. Alex 22 octobre 2009 at 0 h 55 min

    Sur les juniors il semble que les Français se demmerdent toujours bien : un paquet de champions du monde depuis 30 ans : Forget ,Tulasne,Gasquet,Monfils et j’en passe… puis quand il s’agit de couper le cordon,de sortir de la couveuse féerique,la magie s’évapore et on pleure maman Lation (une fée coquine) ..

    Sérieux c’est bien la faute à quelqu’un ce fait ! Qui ? La fédé,les entraîneurs ? Le système ? Les joueurs ? Quand donc l’aura t-on ce super champion cocardier ?

    Simon et Tsonga ont le mental eux et la tactique,mais Jo est trop bourrin et pas assez subtil et Gilles ne peut pas faire un grand cru de son monocep.Sur Gasquet je ne serai pas aussi définitif,je crois toujours en lui pour une finale à Wimbledon,je ne sais pas pour quelle année mais j’en ai rêvé..qui va me rappeler mon rêve avec un Safin en quarts à l’US open ? Si et seulement si il change de shamp….de coach et envisage sérieusement de s’y mettre grave physiquement,genre levage de fonte (pas celle des neiges) et prise de muscles,des Verdasco,Roddick,Monfils, Murray s’y sont mis avec des résultats à leur niveau respectif,le reste pourrait suivre,il a déjà le bras,du toucher et un bon déplacement toutes surfaces..oui j’y croiiiis encoore..

    Sur Murray,je vais poster pour le défendre car le diable -the devil- a bien droit à la défense lui aussi.Je dirai qu’il sert au moins à mieux apprécier les joueurs qui tentent en comparaison de lui,et qui sont agréables de comportement,il est un négatif nécessaire qui fait ressortir par contraste la beauté des preux chevaliers Suisses et des guerriers Espagnols.Et son jeu n’est pas si insipide que ça,varié et subtil.

    PS : le dernier paragraphe n’est pas à prendre au sérieux de même que la personne…

  19. Duong 22 octobre 2009 at 9 h 24 min

    Juste une chose :

    on n’arrête pas de parler de « champions du monde juniors » :

    c’est une notion extrêmement surfaite (et c’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles on a eu pas mal de déceptions en France parce qu’on en a fait des montagnes là-dessus alors que les Français ont souvent été champions du monde juniors en jouant assez tard chez les juniors).

    1. parce que souvent les meilleurs juniors arrêtent leur carrière sur ce circuit à 17 ans : ceux qui « ramassent tout » à 18 ans (cf Monfils qui ramasse tout … 2 ans après Gasquet alors qu’ils sont de la même génération à 3 mois près !, et pas mal d’autres Français qui ont continué plusieurs fois assez tard par le passé) n’ont donc pas grand mérite.

    2. parce que pas mal de jeunes joueurs talentueux ne fréquentent guère le circuit juniors : comme déjà dit ici je crois, Nadal n’a joué qu’un grand chelem juniors (Wimbledon à 16 ans, battu en demie par Lamine Ouahab), Djokovic ne s’est pas intéressé au circuit juniors et on ne s’est pas beaucoup intéressé à lui alors qu’il a très vite progressé au classement. Il y en a pas mal d’autres, Berdych par exemple.

    Autre chose : s’agissant de grande génération, la génération 81 est énorme : une vingtaine de top-40, le double de toutes les autres générations ! Et s’agissant de génération sur 12 mois des « top-joueurs », on a Federer-Hewitt-Nalbandian-Coria-Davydenko sur 12 mois. Les joueurs ci-dessus se tenant en 15 et non en 12 mois, je peux même ajouter Roddick (même si avec Hewitt, ça fait limite : 18 mois).

    A priori, la prochaine très belle génération c’est 92, avec Tomic-Krajinovic-Bhambri-Harrison-Berta.

    Boluda on en a trop fait : il n’a que 3 mois de moins que Tomic (janvier 93) et n’a strictement rien fait ni sur le circuit juniors ni sur le circuit futures.

    • Duong 22 octobre 2009 at 9 h 31 min

      quand Monfils (plus jeune que lui de seulement 3 mois) faisait presque le grand chelem juniors, Nadal battait Federer à Miami et intégrait le top-50 !

      L’année précédente (!), Nadal battait Ancic (vainqueur de Federer l’année précédente) à Wimbledon et atteignait le 3e tour !

      Alors oui Monfils a « été champion du monde juniors » et « presque fait le grand chelem juniors »
      … mais autant le mot « champion du monde junior » fait fantasmer, autant vous vous rendez compte là qu’il y a un gros problème avec cette notion.

      2 ans avant (!), donc 2 ans plus jeune, Gasquet n’était pas loin non plus de faire ce grand chelem (à Wimbledon il perd 9-7 au 3e set, je crois, en demie)

    • Duong 22 octobre 2009 at 9 h 32 min

      autre exemple de type qui s’est foutu du circuit juniors : Del Potro ! Gulbis aussi.

    • Duong 22 octobre 2009 at 9 h 36 min

      une dernière chose : Ancic n’a pas pris se retraite, d’après les journaux croates il a eu le feu vert des médecins pour reprendre l’année prochaine.

      • fieldog38 22 octobre 2009 at 10 h 08 min

        Si l’info est confirmée, c’est vraiment une bonne nouvelle pour Mario (mais non pas le plombier, l’autre…) car c’est un des rares joueurs à encore pratiquer le service volée.

      • colin 22 octobre 2009 at 10 h 33 min

        Hélas je n’ose pas trop y croire, Ancic nous ayant fait le coup du retour à plusieurs reprises ces dernières années, et à chaque fois il a rechuté… Un peu comme Joachim Johansson. En tous cas au moins dans l’intervalle il n’a pas chômé vu qu’il a passé une maîtrise (de droit je crois?)

      • Duong 22 octobre 2009 at 10 h 50 min

        D’abord, Ancic n’a jamais annoncé officiellement sa retraite
        : c’est moi qui l’avais évoqué ici, car lu dans les journaux croates.

        La seule chose officielle qu’on savait c’est qu’Ancic travaillait à temps plein dans un cabinet de droit pendant l’été (ayant obtenu son diplôme un ou deux ans avant, je ne sais plus).

        Les journaux croates en avaient tiré la « conclusion » de sa « retraite », mais lui-même ne l’a jamais dit.

        Sur le plan médical, il est vrai que depuis sa mononucléose en 2007, sa rechute en 2009 n’est pas de très bon augure. Mais il a quand même eu une période de jeu prolongée à bon niveau du printemps 2008 au printemps 2009, rejoignant presque le top-30.

        Joachim Johansson jusque maintenant n’a plus eu de retour prolongé depuis longtemps … même si là il a annoncé depuis plusieurs mois déjà un retour « définitif » à partir de … Stockholm.

        L’échéance qu’il se fixait alors qu’il a joué plusieurs tournois de temps en temps pour tester son épaule de temps en temps mais sans continuité.

        Au passage sur les retours, un qui fait quand même un vrai retour depuis quelques mois, c’est Gaudio qui écume actuellement les challengers sud-américains avec une certaine réussite (pas comme Puerta ou Zabaleta qui ont des résultats de crocodile de challenger sud-américain très moyen).

    • colin 22 octobre 2009 at 10 h 44 min

      Le circuit junior, en soi, n’est pas bien violent je te le concède. Cependant la plupart des joueurs qui brillent sur ce circuit, ou, au moins, lors des 4 tournois du GC juniors (les seuls à être médiatisés, et les seuls qui m’ont intéressé dans cet article), disputent aussi des futures et des challengers. Dans le cas des GC, cela permet de rentabiliser le déplacement: d’abord les qualifs du tournoi sénior histoire de se frotter aux top150 (ou directement le 1er tour en cas de wild-card); puis le tournoi junior dans la foulée. D’ailleurs si tu regardes bien les courbes tu vois que Gasquet, lorsqu’il est n°1 junior en 2002, passe cette année là de la 1200è à la 180è place ATP, grâce à ses résultats en Futures et Challengers. Idem en moins précoce et moins performant, Monfils en 2004 passe de la 900è à la 300è place mondiale, ce ne sont bien évidemment pas ses résultats sur le circuit junior qui lui ont permis d’amasser des points ATP, il jouait sur les deux tableaux. Mais je te concède qu’il était alors un « vieux » junior (comme Baghdatis en 2003).

    • Duong 22 octobre 2009 at 11 h 10 min

      je comprends, Colin, mais le fait est que les résultats sur le circuit juniors et notamment pendant les grand chelems juniors sont infiniment plus médiatisés que les résultats sur le circuit futures ou challenger. C’est ce que je voulais dire.

      Et c’est d’autant plus trompeur quand le type qui réussit en grand chelem juniors réussit à un âge … où les meilleurs de sa génération sont déjà passés à autre chose.

      C’est le cas de Monfils et de quelques autres Français par
      le passé (exemples : Di Pasquale, Julien Jeanpierre, Chardy -génération de Djoko et Murray et vainqueur de Wimbledon juniors quand ces types-là étaient passés à autre chose, et beaucoup d’autres …).

      Personnellement, je suis les résultats des jeunes sur le circuit futures et challengers, et leur progression au classement ATP. C’est un sujet qui m’intéresse, mais qui ne passionne personne d’autre qu’un obscur statisticien, bien loin des sunlights du grand chelem.

      Tiens, deux infos :

      - à un très jeune âge (jusque 18 ans), Djokovic progressait plus vite au classement ATP que Murray : en fait, Djoko a eu une progression très rapide en fait … mais loin des sunlights du circuit juniors, ce qui fait que personne n’en a parlé.

      - s’agissant des grands chelems juniors, un truc que je peux vous dire, c’est que Wimbledon est un tournio qui fait fantasmer … mais que de fait, parmi les vainqueurs de Wimbledon juniors, il y a beaucoup de types qui n’ont rien fait ensuite … alors que le palmarès de grand chelem juniors qui a donné le plus de futurs « grands », c’est … Roland-Garros. Quasiment aucun clampain … et parmi ses vainqueurs, Edberg, McEnroe, Leconte, Ramesh Krishnan, des types qui n’étaient pas spécialement des crocodiles. Tu diras, Lendl et … Tulasne ont bien gagné Wimbledon chez les juniors … (mais pas Noah contrairement à ce que j’ai souvent lu, y compris sur Wikipedia ! vous pouvez vérifier sur le site officiel : c’est Winitsky qui a gagné Wimbledon 77 ! je vais d’ailleurs de ce pas demander la correction à Wikipedia même si Noah a été ma seule idole de jeunesse).

  20. Guillaume 22 octobre 2009 at 10 h 34 min

    Le classement mondial junior est intéressant dans le sens où les N°1 donnent toujours des joueurs professionnels de bon niveau. C’est une projection relativement fiable pour se dire : « tiens, voilà un futur membre de l’élite ». Ca assouvit une petite curiosité quant à l’avenir, les jours où on se dit « et demain ? »

    Après, les compétences demandées sur les circuits juniors et seniors sont trop différentes pour que le passage d’une catégorie à l’autre soit gage de totale réussite. Chez les jeunes, c’est un peu la prime au bras, à la part d’inné du jeune joueur. Un Gasquet, doué techniquement mais pas forcément matcheur invétéré, pourra s’en sortir. Un Zabaleta, teigneux balayeur des lignes de fond et déjà doté d’une bonne caisse à 16 ans, pourra compenser un manque de coups forts. Chez les seniors, ce genre d’absence n’est pas compatible avec un destin de vainqueur en Grand chelem. Il te faudra ET la technique, ET le physique, auxquels on ajoutera pour compliquer encore la recette la solidité mentale. La part d’acquis devient incontournable.

    Les jeunes qui se lancent directement dans le grand bain des Futures et Challengers se frottent tout de suite à cette apreté du monde professionnel. Ils affrontent des gars au top de leur niveau, quel qu’il soit, des mecs qui jouent le couteau entre les dents pour boucler leurs fins de mois, ce qui reste on en conviendra la motivation la plus efficace de toutes. Un apprentissage plus rude que le monde junior, apte à briser les jeunes les moins solides, mais extrêmement enrichissant pour progresser. C’est un peu la loi de la jungle, où seuls les meilleurs survivent. Alors que le circuit junior s’apparente plus à une pouponnière préservant tous les adolescents qui le fréquentent… quitte à ne pas suffisamment les armer pour le grand circuit. Après,il ne s’agit pas d’une vérité absolue et elle peut bien sûr être enfreinte (Lendl, Edberg ou Fed l’ont bien prouvé) en mixant les deux. Je me souviens que l’année de son petit chelem chez les juniors, Monfils est déjà quart de finaliste à l’Open de Metz.

    Tiens, vous avez vu que Joachim « Aceman » Johansson est en quarts de finale à Stockholm ?

    • colin 22 octobre 2009 at 10 h 52 min

      Ouais, mais un événement encore plus incertain vient de se produire à Stockholm : Arnaud Clément vient de gagner son premier match ATP depuis… le 1er tour de Roland-Garros!

    • colin 22 octobre 2009 at 18 h 13 min

      Après Beck, Berrer. On n’arrête plus Arnaud Clément!

  21. Duong 22 octobre 2009 at 11 h 33 min

    Quelqu’un peut-il m’éclairer sur ce mystère ?

    je cherche et je lis partout sur les sites journalistiques + Wikipedia et sites internet divers, que Noah a gagné Wimbledon juniors en 1977.

    Or sur le site officiel c’est Van Winitsky qui bat Teltscher :

    http://www.wimbledon.org/en_GB/about/history/rolls/boysroll.html

    Sur le site de l’ITF, Van Winitsky est le vainqueur.

    Mais je ne vois nulle part le tableau !

    Le site de l’ITF ne donne pas les tableaux avant 1991.

    j’ai bien pensé qu’il avait gagné le double … mais pas de double juniors sur le site officiel avant 1982.

    Alors d’où vient cette info ?
    qu’a t-elle de vrai ?

    • colin 22 octobre 2009 at 12 h 17 min

      Yannick, si tu nous lis, c’est le moment de t’exprimer !

    • Guillaume 22 octobre 2009 at 12 h 19 min

      Je ne sais pas, mais toutes les sources s’accordent à donner le titre à Van Winitsky : sur le site de l’ATP, il est même indiqué que ce joueur américain a remporté Wimbledon et l’US Open juniors en 77. L’hypothèse d’un Noah vainqueur semble donc avoir tout de la légende urbaine.

    • Duong 22 octobre 2009 at 12 h 31 min

      ce qui est incroyable, c’est que cette info est partout : des dizaines de pages de sites internet, notamment journalistiques, variés, même étrangers !

      dans des courtes biographies de Noah c’est toujours ça : repéré par Arthur Ashe, passe professionnel en 1978 (ça c’est vrai) après sa victoire à Wimbledon juniors 1977.

      D’ailleurs, pour revenir au sujet et à mon argumentation précédente, ça montre encore la puissance médiatique de ces grands chelems juniors :

      dans la biographie des types, on cite leurs victoires en grand chelem seniors … et leurs victoires en grands chelems juniors !

      au lieu de citer d’autres faits et gestes chez les seniors infiniment plus glorieux !

      le mot « vainqueur de Wimbledon » … junior
      … est presque mis sur le même plan que vainqueur chez les seniors, car les deux premiers mots sont communs « vainqueur de Wimbledon ».

      Or, au-delà des arguments que j’ai cités ci-dessus, et au-delà de l’argumentation classique « difficile de confirmer à l’âge adulte », il est quand même évident qu’être le meilleur de sa génération et être le meilleur chez les seniors, donc sur plusieurs générations, c’est complètement différent !!

      La force symbolico-médiatique de ces mots « vainqueur de grand chelem » (junior) et « champion du monde » (junior) est stupéfiante !

      Pour revenir à Noah, le mystère est tellement énorme que j’ai presque imaginé qu’on l’avait rayé de la carte du site officiel par racisme ! je rigole mais ça me semble tellement énorme, la portée de cette légende !

    • MarieJo 22 octobre 2009 at 13 h 37 min

      effectivement, c’est partout ! il s’agit peu être d’une victoire en double ??? ah, non sur le site de l’atp tu finis par trouver qu’il a perdu en double mais dans le grand tableau… je pense qu’une fois l’info rentrée sur wiki a fait foi sur tout le reste… surement des fans un peut idiots ! mais sur le site de l’itf ou ici

      http://bmarcore.perso.neuf.fr/tennis/chelem.html

      tu vois bien que ce n’est pas lui le vainqueur !

      tiens franck-V a disparu ? faut signaler une disparition, où même franck prend des vacances sans internet ?

    • colin 22 octobre 2009 at 14 h 33 min

      MarieJo, rien n’empêchait Noah de disputer le double dans le tableau juniors ET dans le grand tableau

    • Antoine 22 octobre 2009 at 14 h 48 min

      Il y a énormément d’âneries sur Wikipédia. C’est une bonne base pour aller à la pêche aux infos et aux références mais en tant que source de référence, cela ne vaut rien..Quelqu’un qui dit: j’ai lu cela sur Wiki , celà ne vaut guère plus que : il y a un type hier soir au comptoir qui disait que..

    • Duong 22 octobre 2009 at 14 h 53 min

      moi je pense que Wikipedia a plus subi l’erreur que créé (pour info c’était dans la toute première version de l’article de Wikipedia en 2004 : le type fait 10 lignes sur Noah et se croit obligé de mentionner un titre chez les juniors comme quoi encore une fois c’ets dingue l’importance qu’on y donne !).

      Ca a l’air plus ancien, j’ai même lu un site qui disait que c’était Ashe qui avait permis à Noah d’être invité à Wimbledon ! Alors un mauvais souvenir de Ashe ? (entre parenthèses je suis tombé sur un site où la veuve d’Arthur Ashe Jeanne Moutoussamy-Ashe disait qu’elle avait gardé des contacts avec Noah, qu’il l’avait aidée, etc, c’était tout mignon)

      Effectivement, il pouvait être dans le double du grand tableau (avec Ashe il y était en 78 apparemment d’après ce que j’ai lu) et chez les juniors … mais le site de Wimbledon ne donne pas de vainqueur en double juniors avant 82 ! Et c’est pas lui qui a gagné le double mixte.

    • Duong 22 octobre 2009 at 14 h 56 min

      Pour Antoine : il y a sûrement beaucoup d’âneries sur Wikipedia, mais il y en a au moins autant dans les journaux …

      • Antoine 22 octobre 2009 at 15 h 02 min

        Certainement !

    • Duong 22 octobre 2009 at 15 h 04 min

      Voilà le site où j’ai vu la veuve d’arthur Ashe (qui était par ailleurs très mignonnne d’après des photos) parler de Noah :

      http://sports.espn.go.com/sports/tennis/news/story?id=2446974

      c’est à la fin

    • Duong 22 octobre 2009 at 15 h 40 min

      j’ai eu soudain une idée, et j’ai trouvé en cherchant la fiche de Noah sur l’ITF : même s’ils ne donnent pas les tableaux des tournosi avant 90, ils donnent les résultats du joueur :

      http://www.itftennis.com/juniors/players/activity.asp?player=10000998

      Noah a perdu en 1/8 de Wimbledon junior 77 contre le dénommé Van Winitsky, futur vainqueur du tournoi, 7-5 9-8 (drôle de score) (après avoir passé le premier tour contre Roland Stadler).

      C’est le seul tournoi noté pour Noah entre 1977 et 1978.

      Pour info : en 76 il avait déjà participé à Wimbledon junior et perdu contre Brad Drewett 6-3 6-4. Je ne sais pas si c’est pour ce tournoi-là que Ashe lui avait obtenu l’invitation.

      Rien de noté en double (« no activity ») alors que le site de l’ITF chez les juniors donne toujours les résultats en double de la même manière qu’en simple.

  22. MarieJo 22 octobre 2009 at 13 h 07 min

    personnellement, j’ai vu tomic à Rg cette année et je l’ai trouvé pas terrible, en tous cas sur terre, oposé à dominik shultz, il a été incapable de conclure le 2è set alors qu’il pouvait passer… kholschreiber n’en n’a fait qu’un bouchée dans la grand tableau messieurs.

    terminer numéro un mondial chez les juniors vous permet d’avoir qque privilèges de WC sur les tournois ATP, encore que je ne suis pas très sure du fait.
    le circuit junior n’est ni plus ni moins qu’une vitrine pour les fédés de tous bords.

  23. Sam 22 octobre 2009 at 13 h 34 min

    « terminer numéro un mondial chez les juniors vous permet d’avoir qque privilèges de WC sur les tournois ATP »: sinon, même pas accès aux WC ca devient carrément du bizutage, quelle honte. Pardon.

  24. maedel 22 octobre 2009 at 14 h 26 min

    salut –

    j’aime beaucoup cet article (j’ai pas encore lu tous les commentaires, ni tous les articles recents; malheureusement je peux lire 15-LT seulement au bureau—-shhhh!—le mardi et jeudi a cause d’un programme anti-malware trop agressif chez moi)…mariejo et guillaume, je crois qu’il plairait (?) au gens du TennisWorld, non?

    pendant que je suis la–celui de karim sur les tops et flops m’a plu aussi parce qu’il a mis mon cher rafa parmi les tops. oui, je suis shallow comme ca. et puis, j’aime bcp son style (on dit ca, style?)

    vamos!

    • colin 22 octobre 2009 at 14 h 38 min

      Yes, maedel, you can really use the word « style » (especially when speaking about Karim’s way of writing !)

    • karim 22 octobre 2009 at 19 h 53 min

      Hello Maedel. Merci pour le compliment. Et pour le style, Colin n’y est pas étranger (remember CMT).

  25. Lionel 22 octobre 2009 at 15 h 58 min

    Si Colin n existait pas…

    En fait, le graphique et les photos se suffient a elle meme.

  26. karim 22 octobre 2009 at 19 h 51 min

    La fin d’année est dure, encore plus que d’hab. J’ai du mal à coller à l’actu, on joue où cette semaine? Et y’a qui? Je suis même pas allé sur lequipe.fr ou quoi depuis dimanche, c’est dire. J’attends Bercy (un peu) et le Masters (un peu plus). On joue sur quelle surface à Londres?

    j’ai une envie d’article sur le dopage dans le tennis, avec des accusations sans fondement et des présomptions de culpabilité terribles. Mais je n’ai pas trop envie de créer la troisième guerre mondiale. Comme tout le monde a l’air un peu endormi je vais peut-être en profiter…

  27. Franck-V 22 octobre 2009 at 20 h 51 min

     » je n’ai pas trop envie de créer la troisième guerre mondiale »

    bah, il suffit d’appuyer sur le bouton.. après, ça ne dépend plus de toi; :-)

  28. Jean 22 octobre 2009 at 21 h 12 min

    Vas-y Karim, si tu précises ta subjectivité en début d’article, ça passe. De toute façon, la course aux dopés étant une illusion totale, on en est réduits faute de transparence aux supputations, et puis t’auras qu’à dire que c’est Santoro qui a allumé la mèche. Pis, avec ton fuckin’ style, ça ne pourrait être qu’intéressant.

    Je ne sais pas si quelqu’un a lu l’article sur le blog de Pete Bodo consacré au match de poule Ashe/Nastase des Masters de Stockholm en 75 (bas de la page d’accueil). Je ne connaissais pas cet épisode au cours duquel l’Afro-américain, excédé par les provocations du Roumain et par son attitude, jette l’éponge en signe de protestation alors qu’il menait 4-1 au troisième ! Nastase est déclaré vainqueur, mais disqualifié à posteriori le lendemain, sur ce match seulement, la victoire étant ainsi attribuée à Ashe. C’était un match de poule et Nasty, courroucé, s’en ira éclater Borg en finale. Au passage, Bodo est dithyrambique sur Nastase (“He was as fluid and graceful as a great cat, and he had more imagination, shot-selection wise, than anyone until Roger Federer came down the pike. No player has ever gotten closer to the art of making his racket seem a natural extension of his arm and hand”), il faut absoluement que je me procure l’un des matchs de sa grande période.

    D’autre part, j’ai vu récemment que John P. McEnroe, le papa avec un bob, postait sur le forum (par exemple pour louer l’état d’esprit de James Blake) !!! Putain, la classe, pourquoi qu’on a pas des darons, nous ? En fait, il travaille en ce moment avec Bodo sur un livre, comme l’explique un autre article de la page d’accueil relatant cette fois-ci le Monday Night Massacre, le houleux McEnroe/Nastase de l’USO 79 (Ilie disqualifié), où Mac avait trouvé son maître en matière de foutage de merde. Bon, je crois que pour concurrencer Pete, il est indispensable que M. Federer père, minimum, vienne poster. Ou Mme Hingis, pour avoir le numéro de sa fille. Ou le papa de René Lacoste…

    • MarieJo 22 octobre 2009 at 22 h 10 min

      salut jean, le blog de peter c’est ce qui se fait de mieux sur le monde tennis, mais je suis pas objective je suis très fan ! et j’ai eu la chance de le rencontrer… y voir poster mac senior n’est pas une première, j’y ai même vu chris lewis sur un article…
      mais si ton anglais est bon je te conseille d’y poster à l’occasion…

      • Jean 23 octobre 2009 at 11 h 55 min

        MarieJo, faute de temps, je ne suis malheureusement pas un lecteur régulier de ce blog, c’est un hasard que je sois tombé sur les posts de Daddy Mac, je ne lis que très rarement les nombreux commentaires.

    • Antoine 22 octobre 2009 at 23 h 56 min

      J’ai lu les mêmes articles que toi sur son site et je partage l’avis selon lequel Nastase question talent, il n’y a pas eu mieux..mais en ce qui me concerne, y compris lorsqu’on inclue Federer dans la liste..

      Je ne sais pas si comme le dit Marie Jo, c’est ce qui se fait de mieux sur Internet comme blog; en réalité j’espère que 15 Love fera mieux que cela… C’est un point de vue très américain, rédigé dans un mauvais anglais, avec des digressions d’une très grande longueur et sans intérêt sur ses journées (comment je me suis rendu au stade, ce que j’ai fait après mon petit déjeuner, quand je vais revenir vous parler de ceci ou cela etc..) mais il a des choses intéressantes, voire parfois très intéressantes à raconter..

      Il n’a envie de se fâcher avec la fédération américaine et défend parfois des thèses aberrantes comme par exemple: le Super Tuesday à l’US Open, finalement, c’est très bien comme cela…IL ne faut pas compter sur lui pour critiquer ni l’USTA, ni CBS, ni l’ATP, ni personne en réalité…

    • MarieJo 23 octobre 2009 at 11 h 58 min

      salut antoine, je suis d’accord sur le côté très américain centré… après, il y a eu un glissement vers un blog plus personnel du fait que le petit monde du blog a commencé à se fréquenter… pour ceux qui viennent de l’extérieur ça peut paraitre surprenant, quand on a suivit son site depuis 2006, c’est aussi du fait que les discussions hors sujet se sont immiscées en force dans tous les articles,(le nombre de posteurs a du être multiplié par 5 ou 10 pendant les GC en 2007), du coup, il a fait des articles hors sujet pour discuter de la finale du super bowl, ou des vacances, afin que les articles tennis restent centrés sur le sujet… c’est un choix qui lui a permis de fidéliser et socialiser le blog et ses membres pendant les périodes creuses avec des sujets assez drôles, ou des sujets plus légers. mais je pense que ce n’était pas l’idée originale d’aller dans ce sens.

      après, s’il n’évite pas toujours les poncifs sur certains sujets, j’aime bien ce qu’il propose, et les membres du blog y sont aussi érudits drôles et passionnés qu’ici ;)

  29. Guillaume 22 octobre 2009 at 21 h 32 min

    Rhoo Karim tu suis pas l’actu ? Marat qui remet à l’heure les pendules de la suprématie nationale en battant Nikolay à Moscou… pour mieux céder le sceptre au redouble Evgueni… Korolev ? Baghdatis qui poursuit sa remontée au classement avec son premier quart de finale sur le grand circuit depuis le début de l’année ? Joachim Johansson qui gagne ses premiers matchs depuis un siècle, tout comme Arnaud Clément ? Ernests Gulbis et un de ses potes (on parle de Dimitrov) qui finissent la nuit au poste pour avoir voulu faire de l’exercice avec des professionnelles de la profession ? Je t’assure que le feuilleton des feux de l’ATP bat toujours son plein ;)

    On est beaucoup à avoir un peu de mal à s’accrocher en cette fin de saison. 2009 a été une année prenante, palpitante, et rien de ce que peut proposer la saison indoor pourra approcher ce qui a été vécu auparavant : l’impitoyable règne annoncé du King Nadal de janvier à avril, le mémorable gadin de l’Espagnol suivi d’un retour de flamme de celui qui allait devenir le GOAT à l’issue d’un Roland-Garros mythique et d’un Wimb dont on retiendra surtout la finale. Cerise sur la gâteau, la tournée américaine voyait l’explosion d’un troisième larron qui apportait du sang neuf à une histoire qui commençait à manquer de nouvelles têtes. Bref, on en a eu pour tous les goûts cette année. Les fans de Fed ont été rassasiés par un enchaînement RG/Wim auquel ils ne croyaient plus, ceux de Rafa avaient touché le ciel avec le premier GC sur dur de leur poulain en début d’année. Arrivés en octobre, les joueurs sont fatigués, ne courrent plus après grand-chose pour 2009… et les fans de tennis sont un peu à leur image.

    Moi j’aimerais écrire un truc sur « L’après Federer ». Que seront les premiers mois sans Federer ? A quoi ressemblera le panorama sportif d’un circuit privé de SA star absolue ? Quel impact cela aura t-il sur les fans ? Je pense que les courbes d’audience du tennis vont s’effronder les mois suivant la retraite du Suisse. Le gadin va être énorme.

    • Antoine 23 octobre 2009 at 0 h 10 min

      Sûr qu’après Federer, il y en a pas mal qui vont laisser tomber pour un moment et moi le premier..

      A compter du déclin de Big Mac, je n’ai plus suivi que par intermittence jusqu’à ce que Sampras devienne vraiment bon et puis après lui jusqu’à ce qu’il en aille de même pour Federer. J’ai zappé RG pendant les années de plomb, je veux dire les années de purge latino-espagnole. Entretemps il a a eu Kuerten, puis Safin sinon je crois bien que j’aurais complètement laissé tombé tellement je trouvais le niveau nul.

      Heureusement je pense que Federer il y en a encore pour un bon moment..Mais après franchement cela fait de la peine à voir tellement c’est d’une pauvreté tactique et technique comme on a peine à le croire si on a vu des types comme Laver, Nastase, Panatta, Mc Enroe et quelques autres…

      • Lionel 23 octobre 2009 at 14 h 02 min

        Encore une fois d’accord avec Antoine, après Mc et Noah, j’ai du décrocher jusqu’à Federer, enfin j’ai suivi avec irrégularite.

        Quand au blog de Bodo 100% d’accord, c’est mal écrit, avec 300 mots de vocabulaire, des expressions de merde ricaine. Bref on cherche le bon article qui existe de temps en temps il est vrai. Et parfois c’est tres intéressant.

        Je n’ai malheureusement pas pu suivre Nastase pour cause de pas né, mais j’ai du mal à croire qu’il avait plus de talent que McEnroe.

    • Duong 23 octobre 2009 at 8 h 59 min

      le 2e joueur interpelé dans cette histoire stupide n’est pas Dimitrov (on parle de Deivs Juksa, jeune joueur letton partenaire d’entrainement de Gulbis sur le circuit).

      l’après-Federer ça veut dire quoi ?
      Federer va décliner petit à petit, et sera surpassé bien avant d’arrêter.

      le concept du « je gagne tout et du jour au lendemain je disparais » ça serait seulement en cas de blessure ou autre coup de couteau
      … ou un fantasme mythologique comme l’adorent les fans de tennis, c’est votre truc ça vous plait très bien, moi je suis pas capable de parler des mythes.

      • fieldog38 23 octobre 2009 at 10 h 32 min

        Ou simplement que question « beau jeu » il n’y a pas foule derrière Fed, c’est un peu le « no man’s land ». Je crois que c’est principalement pour ça que le suisse cristallise toutes les attentes des passionnés de tennis. Federer est le seul capable actuellement d’élever sur un match, un set ou quelques jeux, son tennis à un niveau proche de la perfection. Evidemment cela sera de moins en moins le cas mais après sa retraite, je pense que ça sera, pendant un certain temps, très dur de s’enthousiasmer à nouveau… Après ses contemporains de me f

        • fieldog38 23 octobre 2009 at 10 h 33 min

          Sorry pour le bug : je voulais dire : A ses contemporains de me faire mentir, je ne demande que ça…

    • Guillaume 23 octobre 2009 at 10 h 27 min

      Qui a parlé d’un tel concept ? Quand on apprécie un joueur, c’est au-delà de ses victoires en Grand chelem. Les fans de Sampras ne se sont pas détourné de lui quand il enchaînait les défaites en 2001-2002. Ceux de McEnroe ne l’ont pas oublié de 1986 à 1992 sous prétexte qu’il ne gagnait plus. On le suit peut-être moins fidèlement, mais on le suit toujours.

      Quand un joueur vous fait rêver, vous l’appréciez même s’il ne gagne plus de gros tournois. Le simple fait de le voir évoluer sur un court et gagner quelques matchs, voire petits tournois, est un plaisir : vous savez que vous n’en profiterez plus très longtemps, alors carpe diem. Ne vois aucune mythologie là-dedans : « l’après-Fed », c’est quand le Suisse arrêtera. D’ici là, d’autres l’auront bien sûr remplacé au palmarès des GC, mais susciteront-ils le même engouement que leur immense et encore encore trop proche prédécesseur ? Lleyton Hewitt N°1 n’a jamais fait oublier l’ombre de Pete Sampras, il me semble. Il aura fallu l’arrivée de Fed pour que la page se tourne définitivement. Là, c’est pareil : il faudra un nouveau monstre pour faire oublier Federer.

    • Duong 23 octobre 2009 at 13 h 46 min

      Bon comme tu m’as répondu, je dois préciser ce que je veux dire.

      Si on se restreint à la signification de la retraite de Federer pour les fans de Federer (dont je suis d’ailleurs), OK c’est ce que tu dis.

      Mais d’abord pour les autres fans de tennis… bon tu cites Hewitt d’accord, mais bon, en 2000-2001 il y a quand même eu Safin-Kuerten-Agassi. Il me semble que ça a quand même intéressé des gens.

      Là on a Nadal-Del Potro-Djokovic-Murray-Cilic-Tsonga et j’en passe, il y a encore un potentiel d’intérêt qui existe pour le grand public, il me semble.

      D’autre part, quand je parle de mythologie, je veux dire que je pressens dans le sujet ce concept d’ »ère », omniprésent dans la manière de voir des fans de tennis.

      Tu vois vous parlez de « trou de quelques mois ou années » avant l’arrivée d’un autre grand, de passage entre Sampras et Federer.

      Voilà : cette idée d’ »ère Sampras », un joueur incarnant à lui seul toute une période, avec un « pendant » et un « après ».

      Sampras poussant même le bouchon jusqu’à gagner son dernier grand chelem lors de son dernier match … et hop on sent l’idée : le « real number one » c’était toujours lui.

      J’ai bien noté l’essentiel des commentaires sur ce site : c’est pas Del Potro qui a gagné, c’est Federer qui a perdu, sous-entendu quand Federer le voudra, il gagnera toujours jusqu’à sa retraite.

      Voilà c’est cette idée-là elle est partout dans les propos des fans de tennis, donc je sentais ton article partir dans cette direction quand tu parles d’ »après-Federer ».

      Ca plait aux gens de parler comme ça, je sais bien, donc je vais pas te reprocher de parler comme ça, je ne dirai strictement rien sur ton article, désolé d’avoir dit ça, j’ai déjà trop parlé.

      J’appelle ça « mythologie », voilà c’est ma manière à moi de définir cette manière de voir les choses, désolé il faut pas le prendre mal.

      J’arrête mes remarques de vieux statisticien bourru.

    • Guillaume 23 octobre 2009 at 14 h 26 min

      No pbm, Duong ! Je comprends bien ton point de vue.

      Mais n’oublie jamais que beaucoup de gens sont venus (ou revenus) au tennis par le Suisse, et surtout par la rivalité hispano-helvétique. Pour eux, la notion « d’ère Sampras », « ère Federer » et Compagnie est bien réelle et englobe – engloutit ? – tout sur son passage (un peu comme en histoire le grand public parlera de « Moyen-Age », quand le mordu t’expliquera que cette notion ne renferme pas grand-chose de cohérent et te la scindera en trois ou quatre époques différentes)

      Les fous furieux comme nous qui se jettent chaque semaine sur les résultats des tournois Challengers, qui se réjouissent sincèrement de la victoire d’un Johansson (Thomas) ou d’un Costa en Grand chelem, qui surveillent attentivement les résultats d’un Johansson (Joachim) ou d’un Dimitrov ne courrent pas les rues. Alors bien sûr, ceux-là resteront toujours. A la limite, les périodes d’instabillité chronique type 2001-2003 les fascineront (c’est mon cas. La saison 2003 reste l’une des plus belles que j’ai suivi). Ceux-là sont d’indécrottables malades du tennis et ne décrocheront vraisemblablement jamais :) Mais il s’agit d’une catégorie qui ne doit pas dépasser les 50% de la population qui fréquente les forums.

      M’enfin… On verra déjà si un jour je me mets à ce papier (pas trop de temps en ce moment).

    • Duong 23 octobre 2009 at 15 h 05 min

      Pour être honnête Guillaume, je fais justement partie de la catégorie de ceux qui se sont vraiment réintéressés au tennis par et pour Federer (pour moi la révélation a été le Masters 2003) après une période de relatif désintérêt (qui a commencé vers 1996, je crois).

      Je n’ai donc pas toujours été ce fou furieux que je suis actuellement ;)

      Mais bon, je suivais quand même encore, et en 2000-2001, je n’ai absolument pas le souvenir de « Sampras, Sampras, Sampras » :
      j’ai vu l’éclosion de Safin, la belle période de Kuerten, et puis d’autres choses, même les Français Pioline-Grosjean-la coupe Davis …

      Je veux dire : il y a les fans de Federer d’accord, il y avait les fans de Sampras d’accord.

      Mais le « grand public » il voit aussi autre chose.

      C’est vrai que sur les forums, les fans de Federer, ça fait du monde, mais déjà je suis persuadé que quand Federer gagnera moins, l’effectif sur les forums va pas mal diminuer bien avant sa retraite (j’ai vu des types tourner casaque sur les forums dès 2008 où Federer était encore un grand quand même !).

      Pour le reste, je me souviens très bien que Safin et Kuerten ont eu pas mal de fans.

      Et puis tu parlais de McEnroe en 86-92 mais je me souviens parfaitement (et là je suivais plus le tennis) que McEnroe était quantité relativement négligeable à l’époque, il était vu comme une curiosité, une vieille légende objet de curiosité mais qui incarnait un peu le passé quand même.

      Et il y avait Becker, Lendl, Edberg, Wilander, et d’autres Cash, Mecir, Leconte, Noah …

      McEnroe n’était pas la star qui faisait de l’ombre aux autres !

      Mais il est clair que la vieillesse puis la retraite de Federer vont être durs à vivre pour nous, fans de Federer.

      Et que ça sera encore plus dur pour le tennis si Nadal régresse, et si Djoko ne devient pas numéro 1 (car c’est lui qui a le plus le potentiel de star dans le lot).

      Enfin en France, je pense que la période sera assez intéressante pour intéresser encore des gens car on a des joueurs, il n’est pas dit que ça sera encore le cas dans 5 ans.

  30. benja 22 octobre 2009 at 21 h 46 min

    je ne pense pas que l’après fed fera un bug négatif sur le tennis.
    les nombreux exemples passés me donnent raison. Borg arrête à 26 ans et la rivalité Lendl Mac fait vite oublié le Suédois.
    Idem quand Mac coule en 85, les arrivées de Becker, Edberg puis Agassi et Sampras ne laissent pas le temps aux amateurs de s’ennuyer et que dire des retraites de ses deux derniers cités, Fed arrive comme un avion entrainant Nadal dans son sillage.

    les générations se succèdent, et si le doute était permis jusqu’il y a deux ans tant fed et nadal se partageaient les parts du gateau, avec les Murray, Nole et Delpo (+ Cilic ?), Rafa a des soucis à se faire jusqu’en 2015…

    • Guillaume 22 octobre 2009 at 22 h 08 min

      Vite ? Il y a toujours un trou de plusieurs mois, voire plusieurs années, entre deux règnes. Et c’est ce vide-là qui m’intéresse. Celui qui mène Hewitt au sommet entre Sampras et Federer. Celui qui permet à Andres Gomez d’enfin gagner ce Roland-Garros après lequel il a tant couru. Des périodes intéressantes à suivre pour le passionné, mais peu attractives pour le spectateur occasionnel. Et même parmi les fans de tennis, soyons honnêtes : combien reconnaissent avoir un peu décroché durant le règne de Lleyton Hewitt ? Il me semble avoir lu que les finales de GC de la période 2002-2003 sont les plus faibles en Audimat de toute la période 1999 – 2009… Simple hasard ?

      Et puis, en terme d’impact, je pense que la rivalité Federer/Nadal est montée bien plus haut qu’Agassi/Sampras. Rivalité plus totale car s’exprimant sur tous les Grands chelems, douze mois sur douze. Rivalité plus universelle car opposant deux joueurs complètement différents dans leur jeu, leurs caractères, leurs personnalités… Et rivalité plus exclusive dans le sens où ces deux-là ont tout mangé, ne laissant que des miettes aux autres pendant six ans. Tout le monde a son avis à propos de Roger et de Rafa, et chacun a son petit préféré. Alors qu’Agassi/Sampras était un truc plus… américano-américain, auquel on pouvait très bien rester allergique et y préférer un Rafter, Kuerten ou Bruguera (il a bien dû y en avoir un ou deux !) de derrière les fagots. Tandis que Nadal et Fed ont tout polarisé autour d’eux.

      Faut que j’y réfléchisse, mais oui, j’aimerais écrire un article là-dessus.

      • fieldog38 22 octobre 2009 at 22 h 26 min

        C’est sûr que l’après Fededer va être pénible pour beaucoup de monde et, je dois bien l’avouer, pour moi le 1er. Mais comment pourrait-il en être autrement? Est-ce que je continuerais à suivre le tennis. Assurément. Est-ce que je serais aussi passionné qu’en ce moment? Clairement non…

    • Bastien 23 octobre 2009 at 6 h 45 min

      L’après-Federer, ce sera exactement comme l’après-Jordan en NBA.

      Un gouffre abyssal à combler. Des succédanés au goût mièvre. L’attente éperdue d’un nouveau graal. Mais également de petits mets à déguster en fins gourmets.

    • Duong 23 octobre 2009 at 15 h 10 min

      il y a eu un événement conjoncturel, un intérêt affaibli en 2002-2003, c’est vrai, mais il me semble que Benja a raison de dire qu’en dehors de ça, il n’y a pas eu vraiment de « gadin » dans la perte d’intérêt.

  31. benja 22 octobre 2009 at 21 h 48 min

    et moi qui pensait que Marat avait organisé une sortie victorieuse à Moscou… décidemment la saison de trop pour Safin.

  32. MarieJo 23 octobre 2009 at 12 h 17 min

    l’après fed ? moi ce qui m’inquiète c’est que fed et rafa partent dans le même wagon à 12 mois près, fed à 32et nadal à 28… et là ça va être un gouffre abyssal à combler… pour les médias et pour l’intéret du tennis.
    si fed attire les fans du beau jeu sans conteste, nadal et leur rivalité au plus haut niveau a amené bcp de gens qui avaient plus ou moins décroché du tennis comme moi… enfin en dehors de Rg et bercy of course ;)

    perso, je pense que l’atp n’anticpe pas du tout en faisant la promo des petits nouveaux et reste trop focalisé sur la promo du top 5.

  33. Jean 23 octobre 2009 at 12 h 27 min

    Sur l’après-Roger, le simple fait de se poser la question reflète une certaine inquiétude quant à la créativité du jeu futur. Sur tous les forums, on voit la même nostalgie d’un jeu plus tactique chez ceux qui ont connu les périodes précédentes, le même désintérêt pour un jeu de plus en plus uniforme au niveau du style comme à celui des personnalités.

    Tous les schémas sont possibles, mais l’on a bien du mal à imaginer débouler un Mecir ou un Rafter. Perso, cela fait un moment que mon intérêt s’est effrité (depuis la génération du forgeron Courier), et il doit son rehaussement à deux choses : effectivement la présence de Federer (comme beaucoup je pense), ainsi que la rencontre virtuelle avec de talentueux petits hommes verts de l’espace, historiens moscovites, statisticiens scrupuleux ou fans de Corretja, si ça existe (évidemment, j’en oublies), qui a ajouté le plaisir de l’écriture et de la lecture à celui du visionnage et de la pratique (de moins en moins fréquente).

    On ne changera pas le sens de l’histoire, mais bon, notre civilisations de l’image a au moins ce mérite de nous faire disposer d’archives jusqu’alors très difficiles à dénicher, j’en suis à la redécouverte du dernier des Mohicans Pat Rafter que j’avais quasiment raté. Quant on pense à toutes les espèces disparues : les dinosaures à cause d’une météorite, les Dodos à cause de la chasse, les volleyeurs à cause de l’ATP…

    Pas grave, je materai dans le noir et au ralenti la finale des Masters 84, et Karim sera fan de Marin Cilic…

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis