Fernando Gonzalez, la main de pierre s’est brisée

By  | 13 février 2012 | Filed under: Légendes

Chi-Chi-Chi… Le-Le-Le… Viva Chile ! Voilà un cri de ralliement que l’on n’entendra plus avant longtemps sur les courts du monde entier. Après Rios, après Massu, la dernière figure du brelan de rois chilien quitte la scène.

Comme un coup de marteau. Disons-le franchement, Fernando Gonzalez possède probablement le plus énorme coup droit jamais vu sur un court de tennis. Plus que sa personnalité, parfois volcanique, plus que ses résultats, pourtant excellents, c’est bien ça qui restera de lui. « Mon coup droit est tellement violent que je pourrais tuer quelqu’un avec », avait coutume de dire celui qui était surnommé « Mano de piedra ». Un coup d’une puissance extrême, assez prévisible dans son anticipation mais pourtant totalement imparable dans la conclusion.

Chez les juniors, Fernando se tire la bourre avec Federer, Ferrero, Nalbandian et… Julien Jeanpierre (oui, oui) pour la place de N°1 mondial. Et déjà « Gonzo » leur fait faire à tous des cauchemars. En 2003, lancé sur la route de son Roland-Garros victorieux, Ferrero sue à grosses gouttes en quarts de finale, lors d’un cinq sets dantesque agrémenté d’un point qui s’est à jamais figé dans les mémoires des témoins, un coup droit gagnant réussi depuis les bâches du Central Philippe-Chatrier (à 1’30). Il faudra six balles de match à un Ferrero au bord de la crise de nerfs pour conclure. « Après avoir perdu la finale des juniors face à lui, je n’aurais pas supporté de perdre encore contre lui ici », s’exclamait ensuite l’Espagnol à propos de son grand pote chilien.

Perçant sur le circuit relativement tard, à 21 ans bien tassés, Fernando rattrape vite le temps perdu, ridiculise Moya et Sampras sur le dur de Miami, tape Roddick sur celui de Cincinnati, perd un quart de finale d’US Open au tiebreak du cinquième set contre Schalken… Personne n’est à l’abri, pas même André Agassi, tendance N°1 mondial, sur dur américain en 2003. Il se stabilise bientôt dans le Top 20 et fait preuve d’une polyvalence certaine en jouant les quarts de finale de tous les Majeurs. La partie la plus difficile de ce Chelem personnel est signée à Wimbledon en 2005, avec des victoires au passage sur Johansson et Youzhny.

Mais le déclic est encore à venir. C’est son association avec Larry Stefanki qui va lui faire franchir un palier. L’entraîneur américain se met en tête de doter Fernando Gonzalez d’un revers, définitivement son coup faible depuis le début de sa carrière. Sous cette influence, « El Bombardero » étrenne bientôt un slice vicieux, fusant à ras du filet, très pénible à redresser. Il va faire des ravages sur le Rebound Ace austral. Nous sommes en 2007, et Gonzalez réalise l’un des grands exploits de ces dernières années en écrasant tour à tour Lleyton Hewitt, James Blake, Rafael Nadal et Tommy Haas. La recette est simple, mais personne ne trouve la parade : du slice, du slice et encore du slice en revers, et une mine en coup droit dès que le décalage est rendu possible. « Gonzo » est chaud comme la braise, et même Federer manque passer à la casserole en finale. Le Chilien mène 5/4 40/15 sur son service dans le premier set, et… joue tout à coup petit bras. Il a laissé passer sa chance. Federer est intouchable à l’époque et cette simple hésitation du Chilien fait basculer la rencontre (7/6 6/4 6/4).

Le voilà certes 5e mondial, mais l’histoire ne repassera pas les plats. Gonzalez aura bien une dernière petite chance à Roland-Garros en 2009, renvoyant Andy Murray à ses études de terre battue, mais bute en demi-finales sur un Robin Soderling en mission. Il aura beau taper son cul par terre, avec son élégance si caractéristique, rien à faire ce jour-là. C’en est quasiment fini de Fernando Gonzalez : la première grosse blessure de sa carrière, la hanche en 2010, lui sera fatale. Durablement marqué par le tremblement de terre qui secoue le Chili au même moment, il met sa carrière entre parenthèses… et ne parviendra jamais à relancer la machine.

A Miami cette année, où la communauté latino donne toujours de la voix, là aussi où son compatriote Marcelo Rios fut sacré N°1 mondial en 1998, « Mano de Piedra » mettra un terme à sa carrière. Et s’il ne monta pas tout à fait aussi haut que son prédécesseur, la faute notamment à Roger Federer et Rafael Nadal qui prirent un malin plaisir à le barrer en finale de gros tournois – Open d’Australie, Jeux Olympiques, Masters Series de Madrid et de Rome – Fernando Gonzalez fut lui le roi de Vina del Mar, le tournoi maison qu’il remporta quatre fois, quand Rios se contenta à plusieurs reprises du plateau de finaliste. Surtout, Gonzalez restera pour un bon moment Monsieur Jeux Olympiques, avec ses trois précieux métaux autour du cou : l’or du double en 2004, l’argent du simple en 2008, le bronze du simple en 2004. Joueur populaire – « Ou que je joue, j’ai toujours beaucoup de fans. C’est facile pour moi de me sentir comme à la maison » – il fut d’ailleurs le porte-drapeau de sa délégation nationale à Pékin. De quoi dès lors susciter un petit regret de ne pas le voir tenir le choc jusqu’à Londres cette année… Quoi qu’il en soit, la trace laissée par « Gonzo » dans l’histoire de son sport sera finalement à l’image de son jeu : une droite fulgurante.

About 

Prenez ma nouvelle adresse : http://livre.fnac.com/a7085832/Marc-Gdalia-Les-monuments-du-tennis-moderne

Tags:

165 Responses to Fernando Gonzalez, la main de pierre s’est brisée

  1. Antoine 15 février 2012 at 10 h 05 min

    IIl y a une brute épaisse doté d’une énorme coup droit, Andreev, qui vient de battre Gonzo à Sao Paulo au premier tout 6-2 6-3..

    Tu vas vécu par le coup droit ? Tu périras par le coup droit…

  2. Antoine 15 février 2012 at 10 h 08 min

    Vendredi, le co-Goat a battu le Goat putatif en Coupe Davis…Aujourd’hui, le deuxième co-Goat battra le Goat putatif à Rotterdam !

    Roger n’a aucune chance contre Mahut ! Tel est le destin !..

  3. David 15 février 2012 at 10 h 22 min

    Site de l’ITF :

    There are five separate events being contested at London 2012, with Mixed Doubles having now been reinstated to the Olympics as a full medal sport for the first time since Paris 1924.

    1) Men’s Singles: 64 draw with a maximum of four players from each country

    2) Women’s Singles: 64 draw with a maximum of four players from each country

    3) Men’s Doubles: 32 draw with maximum of two pairs from each country, and both players in each pair must be from the same country

    4) Women’s Doubles: 32 draw with maximum of two pairs from each country, and both players in each pair must be from the same country

    5) Mixed Doubles: 16 draw with maximum of two pairs from each country, and both players in each pair must be from the same country, and must already be playing in the singles and/or doubles events

    • David 15 février 2012 at 10 h 25 min

      Donc en gros, on aura : Tsonga Monfils Simon Gasquet (même si je pense que Llodra ou Benneteau auraient plus de chances que Monfils au moins, mais on ne va pas risquer de se fâcher avec l’un des « mousquetaires »…) en simple.
      Benneteau/Llodra et sans doute Tsonga/Gasquet en double.
      Peut-être Parmentier en simple chez les femmes si elle progresse au classement d’ici Roland.
      Peu de chances d’avoir un double mixte.

      • Antoine 15 février 2012 at 13 h 55 min

        Tsonga/ Gasquet, ce n’est pas un double mixte ?

        Sinon, ils ne parlent pas de cut ?

      • Colin 15 février 2012 at 15 h 17 min

        Si, top30, cf. post de Patricia à 9h30

      • Colin 15 février 2012 at 15 h 18 min

        En récompense pour l’ensemble de son oeuvre sur gazon, ils ne pourraient pas sélectionner Mahut en double?

  4. Sylvie 15 février 2012 at 14 h 32 min

    Quelqu’un avait vu que Dolgopolov a perdu d’entrée à Rotterdam ?

    • Babolat 15 février 2012 at 15 h 25 min

      Oui… je l’avais d’ailleurs mis en 1/2 contre Fed au challenge. Me fait perdre des points l’animal.

      http://www.tennisdrawchallenge.com/home

      D’ailleurs, s’il y en a qui veulent me rejoindre… on a les grand chelem, les masters 1000 et quelques autres tournois comme Rotterdam. Le groupe 15 Love est créé… (le code est ulfstenlund )

      • Nath 15 février 2012 at 18 h 18 min

        Je m’inscrirai, si tu me confirmes que ta bal n’est pas envahie depuis ton inscription, j’ai tendance à être méfiante ;)

        • Babolat 16 février 2012 at 0 h 42 min

          Tu veux parler des spams ? Je reçois des notifications quand on a un tableau à remplir… c’est tout.

  5. Sylvie 15 février 2012 at 16 h 59 min

    Il a un peu loupé le coche LLodra, il y avait moyen de passer face à Del Potro aujourd’hui. L’Argentin continue donc sa route.

  6. William 15 février 2012 at 18 h 34 min

    Del Potro qui perd un set au tie break contre Llodra sur surface rapide, bon, pas la mer à boire. J’espère un choc contre Berdych en demi ! Dans le haut de tableau il n’y a pas grand monde pour affronter Roger en demi-finale… Peut-être Paulo, qui sait ?

  7. Ulysse 15 février 2012 at 18 h 53 min

    May, peux-tu me renvoyer le fichier le plus recent STP ?

    • May 15 février 2012 at 19 h 41 min

      It’s done!

  8. Antoine 15 février 2012 at 20 h 28 min

    Mahut bien parti pour gagner ce match contre Roger comme je le pensais: il joue très bien. Il a juste perdu le premier set en faisant quelques conneries sur son premier jeu de service, mais depuis les remportent tous blancs ou en laissant un seul point au Goat putatif…

    • Antoine 15 février 2012 at 20 h 49 min

      Bon, c’est con mais Mahut a aussi perdu son dernier jeu de service et cela fait donc 6-4 6-4 pour Roger..Match très sympa a voir: trois frappes de balles en moyenne par point. Du jeu à l’ancienne…

    • May 15 février 2012 at 20 h 49 min

      Il a aussi perdu le 2ème mais il n’est pas loin de pouvoir l’emporter. Ah non raté!

  9. Oluive 15 février 2012 at 21 h 11 min

    Bon, Federer ne perdra pas 3 matchs en simple de suite…
    Je me demande d’ailleurs la dernière fois que ça a bien pu lui arriver.

    Un match plaisant, avec certes un peu de déchet, mais aussi des séquences de jeu rapides qui font du bien, et une surface où on sent que les surprises sont infiniment plus possibles que sur le caoutchouc de l’AO.

    J’ai cru comprendre lors de l’ITW que Fed disait être déjà en 1/4 suite au forfait de son prochain adversaire (Youzhny), mais je ne vois trace de ça nulle part.
    Je dois faire une licence d’anglais ou j’ai bien compris ?

    Si c’est le cas, c’est pas Nieminen qui va l’inquiéter.
    Par ailleurs sur cette surface, Del Potro ne me semble pas être un danger majeur.
    Berdych en revanche nettement plus.

    • Oluive 15 février 2012 at 21 h 26 min

      En tous cas s’il joue bien Youzhny, comme ça semble être le cas (je sais pas ce qu’il a dit pour que je comprenne cette histoire de forfait -j’ai compris qu’il disait qu’il jouerait pas demain-), et comme il connait ensuite son prochain adversaire (Nieminen), il va jouer contre deux des 4 joueurs qu’il a battu le plus sans concéder la moindre défaite (11/0 contre le russe, 12/0 contre le finlandais, auxquels il faut rajouter Ferrer -12/0- et Robredo -10/0- pour le carré d’as).

      Jusqu’ici, il a échoué à la 13e tentative je crois (pour Davy et Söd). Nieminen devrait donc gagner, et Ferrer devrait le battre la prochaine fois.

      Lequel va être le dernier mousquetaire à rester fanny ?

    • Nath 15 février 2012 at 22 h 34 min
      • Oluive 16 février 2012 at 12 h 18 min

        Ah, tu me rassures…

        Il faut croire que Youzhny a prévenu Fed en premier.
        En tous cas, il le savait au moment d’entrer sur le court, et pas les journalistes, qui d’ailleurs écoutent vachement les itw d’après-matches : après la victoire du Suisse, ils titraient tous : prochain adversaire, Youzhny…

        Les mecs ont dû écrire leur papier à l’avance, en laissant le score en blanc, poster l’article une seconde après la balle de match, et se barrer bouffer.

        Il doit bien y avoir des exemples de fausse victoire (le journaliste se barre avant la fin de la Bdm, et poste son article sans se rendre compte qu’il y a eu un retournement de situation).

    • Antoine 16 février 2012 at 0 h 36 min

      Effectivement, Youzhny est forfait et Roger déjà en quarts. C’est le deuxième tournoi de suite ou il bénéficie d’un WO..en ayant passé une heure sur le court, c’est correct..

      Nieminen est en forme depuis le début de l’année. Ce serait une surprise qu’il batte Roger à sa 13ème tentative, mais bon, tout arrive..D’ailleurs l’article posté par Nath indique que la seule fois ou Nieminen lui a pris un set, c’était au dernier tournoi de Bâle..La fin de série se rapproche..!

      Dans son match contre Mahut, il a fait le break très tôt mais ensuite Mahut a fait jeu égal avec lui jusqu’à 3-3 au deuxième. Puis, Roger s’est mis à retourner enfin son service, a eu quatre balles de break, toutes perdues, mais à 4-4, Mahut a fait un jeu pourri avec trois fautes directes plus un let particulièrement chanceux de Roger en retour à 0-30..

      Pas mal de fautes comme le dit Oluive, mais beaucoup de points très spectaculaires, des deux côtés. Mahut est vraiment bon à la volée et Roger n’a pas voulu rester en reste et est monté très souvent lui aussi..

      Il a quand même intérêt à réduire sérieusement son nombre de fautes directes pour pouvoir gagner le tournoi..Ce serait logique qu’il retrouve Berdych en finale. On joue tous les jours et Del Po vient quand même de passer deux heures et demies contre Llodra..ce serait étonnant que la victoire échappe à l’un des trois en tout cas..

    • Ulysse 16 février 2012 at 11 h 29 min

      « Bon, Federer ne perdra pas 3 matchs en simple de suite…
      Je me demande d’ailleurs la dernière fois que ça a bien pu lui arriver. »

      Ben la dernière fois c’était en août 2002.

      • Oluive 16 février 2012 at 12 h 18 min

        Merci Monsieur, ça va effectivement un bail.

        Et deux défaites de suite, c’était quand ?

        • Oluive 16 février 2012 at 12 h 21 min

          Canas ?

        • Babolat 16 février 2012 at 13 h 14 min

          Canas 2007 ? Non, à Miami, il avait battu Querrey et Almagro avant de rechuter sur l’argentin.

          Je pense que 2 défaites de suite, ça remonte à 2008 avec sa finale perdue à Wimbledon contre Nadal suivie de celle contre le phasme au Canada.

          Notons qu’en été 2002, Federer ne s’est pas contenté de ne perdre que 3 matchs de suite, il en a perdu 4. Défaite contre Stepanek au deuxième tour de Gstaad suivie d’une autre au premier tour de Toronto contre Canas (toujours dans les bons coups), puis d’un revers d’entrée contre Ljubicic à Cincinnati et enfin, c’est Massu qui le bat dès le premier tour à Long Island. Il brise la malédiction pour aller en 1/8 à l’Us open. (battu par Mirnyi)

        • Babolat 16 février 2012 at 13 h 53 min

          Ah ben non… en 2010, on a Berdych a Miami puis Gulbis à Rome qui lui font mordre la poussière.

  10. Oluive 15 février 2012 at 21 h 12 min

    Ah, un petit PHM Davydenko, alors ça c’est vintage.
    Je vais finir par préférer le circuit 500 moi.

  11. Nath 15 février 2012 at 23 h 03 min

    Je viens de revoir les highlights de la demi-finale Gonzo-Nadal à l’Open d’Australie et il y a quelque chose qui me frappe. Je trouve la façon de volleyer du Chilien vraiment personnelle en revers, j’ai l’impression qu’il joue la balle comme s’il s’agissait d’un truc collant dont il faut se dépéguer au plus vite.

  12. Sylvie 15 février 2012 at 23 h 36 min

    Afflelou a gelé tous ses contrats publicitaires avec Canal + à cause de l’affaire des Guignols.

    • NTifi 16 février 2012 at 13 h 54 min

      Il a même fait une lettre à canal+

      http://www.le10sport.com/vips/vips/medias/afflelou-lache-canal-pour-soutenir-nadal-58647

      Très courageux de sa part en tout les cas

    • Sylvie 16 février 2012 at 14 h 36 min

      Courageux ? Mouais, il doit surtout avoir des intérêts en Espagne et préfère au contraire prendre ses distances.

      • fieldog, vainqueur 2010 de l'odyssée (la seule, l'unique!) 16 février 2012 at 14 h 44 min

        255 franchises en Espagne d’après l’article en lien…
        Business is business!

  13. Antoine 16 février 2012 at 1 h 21 min

    (AFP 16/2/2012 23:44)

    Nicolas Sarkozy vient de promettre que s’il est réélu un deuxième GC serait organisé en France en plus de Roland Garros, sur courts couverts celui là.

    La France deviendrait le seul pays à pouvoir se targuer d’organiser deux GC dans l’année..

    Ceci doublerait les chances de voir un joueur français gagner un GC en France, a t il indiqué.

    C’est cela aussi la France forte ! a ajouté le président-candidat.

  14. Antoine 16 février 2012 at 1 h 34 min

    (AFP 16/2/2012 23:56)

    Au cours du même meeting, Nicolas Sarkozy s’est engagé à ce que les contribuables puissent dorénavant déduire de leurs impôts la totalité des frais (licence fédérales, de clubs, équipements) supportés dans le cadre d’une activité sportive.

    Nous devons développer la pratique sportive des français et dépasser l’Espagne au niveau des résultats, sans pour autant avoir recours au dopage, a déclaré le président-candidat.

    « Enfin, personne n’est obligé, vous imaginez Hollande sur un court de tennis ? » a t il dit.

    Cà aussi, c’est la France forte ! a t il conclu

  15. Antoine 16 février 2012 at 1 h 42 min

    (AFP 16/2/2012 23:59)

    Nicolas Sarkozy a également indiqué que le référendum qu’il organiserait sur l’indemnisation du chômage comportera une disposition obligeant ceux-ci à avoir une pratique sportive sous peine de radiation de Pôle Emploi.

    « Vous pensez sérieusement que des types avachis qui traînent au lit ont une condition physique suffisante pour exercer les emplois dont la France a besoin ? » a t il déclaré.

    Voilà la France forte dont nous avons besoin ! a t il conclu.

    • Nath 16 février 2012 at 7 h 45 min

      Tu rapportes des dépêches AFP du futur (proche) ?

  16. Sam 16 février 2012 at 11 h 56 min

    Comme le chantait Théo Akola, les filles de gauches sont plus belles.
    Dans la lignée, Eva Joly, statistiques à l’appui, soulignait le week-end dernier que le peuple de gauche pratique majoritairement le revers à une main (à deux mains, la dépense d’énergie est supérieure, dit-elle) ….

    • Antoine 16 février 2012 at 12 h 47 min

      Mais dis moi, il doit être très minoritaire le peuple de gauche alors ??

      Le revers à une main est un coup réactionnaire, élitiste pratiqué par des anarchistes de droite. Le revers à deux mains, accesible à tous, est un coup démocratique qui contribue beaucoup à la pénétration du tennis dans les classes populaires.

      Mainteant, c’est vrai que la dépense d’énergie est plus forte et que les écologistes sont donc ralliés au revers à une main mais cela confirme simplement que ce sont d’authentiques réactionnaires…La seule raison pour laquelle ils ne s’opposent pas au format des raquettes actuelles, est qu’il craignent le retour à l’usage de raquettes en bois ce qui aggraverait les problèmes de déforestation..

  17. Sam 16 février 2012 at 13 h 10 min

    Effectivement…
    Bien qu’il n’existe pas aujourd’hui de sondage sérieux permettant d’établir des corrélations statistiques formelles entre la pratique du revers à une, ou deux mains, et les choix politiques, indéniablement, des tendances sont présentes. Devons nous rappeler que l’anarchiste macenroe était fils d’avocat ? Que le fameux modèle social scandinave, qui protège tant les classes moyenne est l’héritage direct de Borg ?

    • Ulysse 16 février 2012 at 17 h 13 min

      Interprétation à contre-sens de Antoine et Sam.

      Le revers à deux mains a été il est vrai un outil de contestation dans les années 70, début 80, aux mains de révolutionnaires aux cheveux longs et portant bandeau. Puis comme toujours, dès que sa diffusion a été significative, il a été récupéré par le système capitalo-consummériste qui en a fait un produit marketté en masse.

      Le revers à une main offre plus d’allonge et économise l’effort cela a été dit. En ce sens il est seul compatible d’un mode de jeu décroissant porté par les valeurs de gauche. Mais plus encore, c’est la parfaite adaptation de ce geste au tennis d’attaque et de prise de filet qui en fait l’appanage du gauchiste, cet empêcheur de lifter en rond, ce coupeur de trajectoires toutes tracées. Le revers à une main porte en germe l’insurrection.

      Le revers à deux mains est quant à lui le parfait représentant du taylorisme. C’est le porte-étendard de la standardisation, de la pensée unique au service de la maximisation du temps de cerveau disponible.

      D’ailleurs quelle meilleure preuve en donner que le simple constat que le revers à deux mains est en voie de domination totale et sinistre de la planète tandis que le revers monodextre ne survit qu’au travers d’ilots de plus en plus isolés de résistance ? Comment imaginer que le président Nicolas Sarkozy soutiendrait le revers à une main ?

    • Colin 16 février 2012 at 20 h 26 min

      Tiens, c’est simple, je suis sûr qu’Alain Affreulou a un revers à deux mains.

  18. fieldog, vainqueur 2010 de l'odyssée (la seule, l'unique!) 16 février 2012 at 14 h 51 min

    Je suis grave à la bourre en ce moment : je viens juste de trouver le temps de lire article…
    Merci Guillaume pour ce coup de projecteur sur ce bon tâcheron de Gonzo! Je l’aimais bien moi le chilien, un joueur spectaculaire bien que monosynaptique mais ça pouvait faire de sacrés dégâts.
    Le PHM du riche en quelque sorte….

  19. Robert "AxelBob" 16 février 2012 at 15 h 42 min

    Merci Guillaume pour ce flashback sur ce joueur que je ne connais quasiment que de nom (je voyais pas bcp de tennis à l’époque).

    Apparemment son retrait ne sera pas une grande perte pour le tennis: de ce que j’ai lu et compris, si on enlève son coup droit ce gars est juste un honnête top 10 avec quelques coups d’éclats de temps à autre mais aucun grand titre à se mettre sous la dent. En gros, pas grand monde se souviendra de lui dans 10 ans…

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis