L’amour du RYSC

By  | 4 janvier 2013 | Filed under: Actualité, RYSC

D’abord et avant tout, de manière indispensable et primordiale, opérons un rappel d’importance: qu’est-ce que le RYSC ?

Le RYSC est un des nombreux concours 15-loviens qui ont fait la légende du site. Né avant Roland-Garros 2012 et issu du cerveau malade de moi-même, son principe était le suivant : déterminer où va s’arrêter le tournoi pour chacune des 16 premières têtes de série engagées. Mais il ne s’agissait que des prémisses d’un comploooooooooooooooooooot plus vaste…

Car désormais, à partir de dorénavant, le RYSC devient calendaire !

Non content de désigner un vainqueur pour chaque tournoi du Grand chelem, il s’appliquera également aux Masters 1000 ! Un classement annuel sera également mis en place qui déterminera les participants au Masters de fin d’année ! Et enfin, au bout de la route, après quatorze tournois acharnés, le même classement désignera en fin de saison « The RYSC World Champion. »

Voici maintenant le règlement dans son ensemble, qui, je le précise,  est encore ouvert à la discussion ! Veuillez pardonner sa longueur, mais il a fallu que j’essaie de prévoir tous les cas de figure, sinon un de nos forumeurs préférés va grogner (pas de nom, mais ça commence par « Antoin », je vous laisse libre de toute interprétation).

Article 1/A- Le principe du RYSC est de trouver jusqu’à quel stade du tournoi vont parvenir les 16 premières têtes de série inscrites (exemple : pour Djokovic, la réponse était « finaliste » concernant l’US Open). En Grand chelem, chaque bonne réponse rapportera deux points pour un total maximum de 32 points. En Masters 1000,  un point, pour un total maximum de 16 points en cas de sans-faute.

Pourquoi cette différence de barême ? Pour deux raisons : tout d’abord, et avant tout, le nombre de tours est supérieur lors des tournois du Grand chelem, en conséquence de quoi le pronostic est clairement plus difficile à établir. Ensuite, cela suit, proportionnellement, le barême ATP pour lequel un Grand chelem vaut deux Masters 1000;  j’ai apprécié le parallèle.

1/B- Au Masters, de par le format du tournoi, ce système variera légèrement. Il concernera les 8 joueurs participants et les réponses possibles seront, de manière inchangée : vainqueur, finaliste, demi-finaliste, puis nous basculerons sur « 3e de poule » et « 4e de poule ». De la même manière que pour les Grands Chelem, chaque bonne réponse rapporte deux points, pour un score maximum de 16 points.

Article 2- Si plusieurs concurrents arrivent à égalité en tête du classement de fin d’année, ils seront départagés par une question subsidiaire posée en tout début de saison, dont je me réserve le choix. En cas de nouvelle égalité, le premier à avoir répondu à cette question sera déclaré « RYSC World Champion. »

Article 3- Si plusieurs concurrents arrivent à égalité en tête d’un tournoi, Grand chelem, Masters 1000 ou Masters de Londres, ils seront départagés par une question subsidiaire posée avant le début du dit tournoi. En cas de nouvelle égalité, le premier concurrent à avoir présenté sa liste sera déclaré vainqueur du tournoi.

Article 4- Le classement annuel sera calculé simplement en additionnant les points obtenus lors de chaque tournoi. Facile. Aucune prime ne sera allouée aux différents vainqueurs de tournois, afin que les seuls pronostics fassent la différence.

Article 5- Seront admis au Masters de Londres :

A/ Les huit premiers du classement annuel publié après l’Open de Paris-Bercy.

B/ Les vainqueurs de Grand chelem n’appartenant pas à la catégorie A.

C/ Le participant le moins bien placé au classement annuel ayant participé au moins aux quatre tournois du Grand chelem. Ce sera son ultime chance de briller, c’est « La revanche du Perdant ». En cas d’égalité sur ce critère, le « Perdant » sera désigné grâce à sa moyenne de points par tournoi: si deux concurrents sont à 10 points, que l’un a joué quatre tournois et l’autre treize, ce dernier est bien évidemment beaucoup plus nul et sera considéré comme « Perdant » ! En cas de nouvelle égalité, les ex-æquo seront admis ensemble au Masters de Londres.

Article 6-En cas de forfait d’un des joueurs concernés par le RYSC avant son premier match lors d’un tournoi, il sera purement et simplement exclu du jeu et non remplacé.

Article 7-Le format de vos réponses devra suivre ce modèle de liste postée avant Roland-Garros 2012:

Djokovic : 1/8
Nadal : 1/8
Federer : Vainqueur
Murray : 1/8
Tsonga : 1/8
Ferrer : finale
Berdych : 1/4
Tipsarevic : 1/8
Del Potro : 1/8
Isner : 1/8
Simon : 1/2
Almagro : 1/4
Monaco : 1/2
Verdasco : 1/4
Lopez : 1/8
Dolgopolov : 3e tour
Entre parenthèses, suivez le modèle, pas les pronos qui sont ceux de Remy, l’incontestable loser du RYSC 2012 s’il avait été mis en place…

Et voilà, mes amis. Je rappelle que ceci est une proposition de règlement et que les bonnes idées sont les bienvenues, même si c’est moi qui décide au final vu que c’est moi le patron et que je fais ce que je veux, après tout, merde, à la fin !!!

J’espère vous voir nombreux à tenter votre chance pour décrocher ce qui sera sans doute un des titres de gloire de l’année 2013 sur 15 Love ! J’en profite pour lancer un appel aux nouveaux et aux posteurs perdus depuis longtemps : venez participer ! Ces petites listes ne vous prendront pas beaucoup de temps et la tension du résultat vous maintiendra en éveil tout au long des différents tournois. Un concours, ça vous implique personnellement, mine de rien, et c’est ce qui nous manque cruellement en ce moment sur ce beau site : de l’IM-PLI-CA-TION !! Alors viendez ma bande, viendez courir le RYSC.

Tags:

165 Responses to L’amour du RYSC

  1. May 5 janvier 2013 at 18 h 38 min

    Solide dans ce 3ème Set Richard, contrairement à Davy qui fait pas mal de fautes mais il est proche de son 1er titre de rentrée 2013. Plus qu’un jeu!

  2. Guillaume 5 janvier 2013 at 18 h 44 min

    Bon ben demain c’est Patricia.

  3. Kaelin 5 janvier 2013 at 18 h 57 min

    Yes Richard ! J’adore Davy mais bon un 1er titre d’entrée de saison pour Richard comme ça, ça fait quand même bien plaisir ! Il a montré de très belles choses, du moins jusqu’à 1-1 au 3ème set après jme suis cassé mais j’imagine que ça a suivi et que Davy a fait plus de fautes et a pêché un peu physiquement, surtout qu’il avait l’air gêné par sa jambe.

  4. Patricia 5 janvier 2013 at 19 h 13 min

    Si on chantait si on chantaaaait lalalalaaa !!!

    Trop contente ! Richard qui couronne d’un tournoi sa 300è victoire sur le circuit ! Il n’aura pas mis 4 mois à récidiver après 2 ans de disette.

    Boule de cristal : je le vois bien rempiler, faire un 1/4 en GC, et s’accrocher au top 10, avec une entame comme ça. Sinon, on pourra dire qu’il aura gagné le tournoi à la sueur de son front ! C’est une vraie piscine au bout de 3mn ce mec ! :-)

    Il n’était pas loin du 5/2 contre lui dans le 2è set, ç’aurait fait la 2ème remontée fantastique après Zemlja dans le tournoi. On va peut-être pouvoir associer Gasquet et combativité dans la même phrase sans se faire rire au nez, si ça continue !!!

    • Patricia 5 janvier 2013 at 20 h 11 min

      Les HL : http://video.eurosport.fr/tennis/doha/2013/atp-doha-gasquet-s-impose-face-a-davydenko-en-trois-sets-((3-6-7-6-6-3)._vid258631/video.shtml

      Le passing en CD long de ligne était génial au ralenti… la contorsion pour reprendre l’équilibre, frapper et le coup de poignet simultanés !!! Mais ils ont zappé dans les HL un autre passing (revers long de ligne) tout aussi merveilleux – et encore plus difficile!)

      • Kaelin 5 janvier 2013 at 22 h 02 min

        Vraiment superbe ! Oh jsuis vraiment super content pour Gasquet, il pète la forme en ce moment j’ai l’impression, il a plus l’air prostré, malheureux, etc sur le terrain et sa joie vraiment fait vraiment plaisir à la fin et son jeu s’en ressent ! Sur les GC, jpense sa condition physique tout de même pas ouf l’empêche d’aller plus loin qu’un éventuel quart (ce qui est déjà pas mal!) mais sur des 500 ou 1000, c’est là qu’il faut qu’il donne tout, en jouant de cette façon, il peut nous faire qq chose !

  5. Patricia 5 janvier 2013 at 19 h 15 min

    J’oubliais : l’humour russe a encore frappé : « Nikolay Davydenko s’est exprimé ce matin dans les colonnes du quotidien sportif, L’Equipe sur l’obtention de la nationalité russe par Gérard Depardieu. « C’est génial qu’il ait choisi la nationalité russe. Il est extrêmement célèbre chez nous. Je sais ce qui se passe en France avec les impôts. Je serais super heureux si tous les gens quittaient la France pour venir en Russie. Allez, venez, il y a moins d’impôts chez nous. »

  6. William 5 janvier 2013 at 20 h 50 min

    Bien joué la bonne Gasque !

  7. Sylvie 5 janvier 2013 at 22 h 26 min

    Je vais peut-être doucher l’euphorie ambiante mais moi je n’ai pas été emballée ni convaincue par la victoire de Gasquet. Alors certes, c’est Richard et je l’aime bien donc une victoire ne me dérange pas mais je suis plus déçue par la défaite de Davydenko.

    J’ai trouvé Gasquet ultra dominé pendant un set et demi, très passif et subissant, grandement aidé par un Russe rattrapé par l’enjeu qui a vendangé les deux balles de double break et finit le jeu qui pouvait lui offrir une quasi victoire sur de grosses fautes alors que Gasquet était très mal embarqué. Ensuite Davy se met à douter, à faire des cadeaux, à être moins saignant, et par vases communiquants, Gasquet opère un débreak et joue mieux alors que son adversaire s’écroule. Dans le troisième set, il a profité de la baisse de régime de son adversaire. Et puis surtout, il joué ultra défensif la plupart du temps, poussant le Russe à la faute en remettant les attaques dans des échanges où il subissait mais tenait.

    Alors c’est plus joli avec un revers à une main et un beau slice que quand c’est Ferrer mais l’esprit était globalement le même. L’un attaquait, l’autre remettait attendant la faille ou la baisse de régime.

    D’accord Gasquet a fait des progrès mentaux car il y a peu, il aurait baissé les bras , il a su profiter des faiblesses de son adversaire et être opportuniste, l’essentiel étant de gagner c’est certain. Maintenant globalement je n’ai pas été conquise par la manière. Certes, il y a de jolis coups de patte et de belles phases de jeu mais j’ai préféré l’état d’esprit d’un Davy, allant vers l’avant et voulant dicter le jeu. Et si le Russe n’avait pas subi la pression de renouer avec la victoire après sa traversée du désert, Gasquet pliait en deux petits sets.

    Alors bravo à lui d’avoir tenu bon, bravo d’avoir été plus fort mentalement et physiquement que son adversaire et tant mieux pour tous ses supporters mais personnellement j’ai été triste pour le Russe qui m’a plus impressionnée cette semaine, notamment contre Ferrer et aujourd’hui pendant un set et demi.

    • MarieJo 5 janvier 2013 at 23 h 29 min

      ah oui c’est le passage de la volga à pied par -10:)

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis