Mon Roland à moi

By  | 13 juin 2013 | Filed under: Bord de court

Roland-Garros, quand on y travaille, c’est un long tunnel. On y entre le lundi matin des Qualifs, frais et réjoui, et l’on en ressort le dimanche soir de la finale, rincé, essoré, sans même savoir quel jour on est… et pourtant déprimé que ce soit déjà fini, en appréhendant le violent sevrage du lendemain matin. Plongée dans cette édition 2013 du tournoi. Allumez les phares, c’est parti.

7h du matin. L’heure des lève-tôt. Partout dans les allées, le ballet des Fenwick bat son plein. Des tas de terre – battue évidemment – sont disposés aux abords des courts, le bruit des perceuses et marteaux-piqueurs ne s’arrête jamais longtemps dans ce qui sera la zone des télés et des radios. D’innombrables petites fourmis s’activent dans les allées, tandis que les premiers joueurs s’entraînent sur les courts où vont se disputer les Qualifs. Ils s’appellent Quentin Halys, Mathias Bourgue, Amandine Hesse, sont pour la plupart pensionnaires du CNE, et ce sont eux les premiers à fouler la terre sacrée.

8h. Les premières têtes d’affiche sont dans la place. Roger est déjà là, Novak aussi. Ils s’entraînent sur les courts principaux du complexe : tantôt le Chatrier, encore fermé au public, tantôt le Lenglen, ouvert quant à lui aux possesseurs d’un billet pour les Qualifs. Les Qualifs, justement : débarqués en nombre du Challenger de Bordeaux, où ils ont tapé pour la première fois sur terre battue européenne, les Américains sont partout. Leur jeu n’est pas révolutionnaire par rapport à ce que l’on connaît déjà, mais ils ont toujours ce culot inhérent aux US Boys de toutes générations. Pas de complexe, jamais. Tellement peu de complexes qu’ils seront cinq à sortir des Qualifs. Pas mal pour des types qui ne connaissaient que le har-tru il y a encore quinze jours…

8h25. Une petite recréation. Le Court 1, magnifique écrin du stade de la Porte d’Auteuil, est désert. Un caméraman, votre serviteur, et puis Grigor Dimitrov et Horacio Zeballos faisant des gammes. Un délice. Débarrassés de tout calcul lié à la compétition, les deux joueurs s’en donnent à cœur joie. Les diagonales de revers se succèdent, lourdes et bombées pour l’Argentin ahanant, tendues et explosives pour le Bulgare si facile. « Oh l’enfoiré! » lâche Zeballos en riant quand, soudain, Dimitrov lâche une accélération croisée qui semble arrêter le temps. Superbe.

9h10. Ça y est, les Qualifs sont finies. Fiasco pour les Bleus, qui ont seulement évité de finir fanny lors du dernier match du dernier jour, grâce au généreux Maxime Teixeira. Pour le reste, les filles sont aux fraises, ce qui n’a rien d’une nouveauté, mais voilà que les garçons aussi ont galéré. Rien infamant pour les Halys, Tatlot et autres Hémery, plus embêtant pour Michon, Herbert et surtout Ouanna, grand perdant de la course à la wild-card et vite éliminé en Qualifs. Tandis que Bob Sinclar et Novak Djokovic viennent faire les clowns sur le Central pour la troisième année de suite, Maria Sharapova – jolie robe noire et… baskets blanches – et Rafael Nadal procèdent au tirage au sort des tableaux. Le brouhaha ambiant cède soudain place à un court instant de silence quand la grande Russe expédie le septuple vainqueur du tournoi dans la partie de tableau du n°1 mondial.

9h30. Errer au Player’s lounge et y recueillir les avis des anciens sur le tableau. Ljubicic est toujours au fait du tennis actuel, Leconte un peu moins. Martina Hingis, elle, est très occupée. Accaparée par la lecture du Quotidien de Roland, elle n’a pas le temps de répondre aux questions. Amélie Mauresmo non plus. Mais elle, classe, répond : « Mais un peu plus tard dans la quinzaine, pas de souci. » Genre avant la finale, par exemple ?

9h50. Peut-être mon moment préféré de la journée. Le stade va ouvrir ses portes dans dix minutes. Sortie des vestiaires du Court 1, une nuée de ramasseurs de balles s’envole en chantant vers les terrains.

10h. Débuts des matchs. On annonce une édition pluvieuse (le thermomètre a affiché 3°C le vendredi matin des Qualifs, un record – encore un – de froid dans la longue histoire du tournoi), aussi Sara Errani a décidé de ne pas traîner sur les courts. Au bout de 52 minutes chrono, elle est la première à gagner un match dans le tableau final.

10h25. Population fascinante, les gens du tennis passent leur temps en short, baskets et survêtements. Même une fois sorti du court, le joueur reste dans sa tenue préférée. Tout comme son coach, même si déjà quinquagénaire : short, baskets et survêtements, on vous dit. Seule exception, les joueurs indiens, toujours tirés à quatre épingles : Sania Mirza en tailleur et sac à main Gucci, et Mahesh Bhupathi en costume trois pièces.

11h15. Sale journée pour les Françaises. Où l’on croise une Pauline Parmentier en larmes dans les allées, après une correction subie au premier tour, un 6/1 6/0 bien cinglant. Stéphanie Foretz en revanche est satisfaite : malgré la défaite 6/3 6/0 contre Vinci au premier tour, son quinzième Roland-Garros – dont une bonne partie grâce à l’attribution de wild-cards – est selon ses dires « une édition correcte. » Et de rassurer ses fans en confirmant qu’il y aura au moins une seizième année. Merci Stéphanie.

11h25. Toujours pas d’avis sur le tableau, Martina ? Non ? D’accord.

11h45. Le « cas » Mouratoglou fait débat, suite à deux interviews tapageuses dans L’Équipe, une à se jeter des fleurs, l’autre à démolir la formation fédérale. Comme Patrice Dominguez en son temps, en voilà un qui plaît ou qui agace, mais en tout cas ne laisse pas indifférent dans un univers habituellement si feutré. Les plus : une passion indéniable pour le tennis qu’il a concrétisée en académie viable dans les Yvelines, une élocution parfaite et une disponibilité permanente vis-à-vis des médias. Les moins : une tendance certaine à l’autocélébration, se claironnant entraîneur d’une championne aux 13 premiers Grands chelems conquis sans autre assistance que son père, sa mère et sa sœur ; ainsi qu’une propension à réécrire l’histoire pour mieux s’attribuer les lauriers de Dimitrov (Peter McNamara) et surtout Baghdatis (Guillaume Peyre), passant pudiquement sous silence les couacs survenus avec de nombreux juniors prometteurs arrivés pourtant en grande pompe dans son académie. Le personnage suscite d’autant plus la controverse que le tennis français est actuellement riche en techniciens de premier plan, Sam Sumyk (Victoria Azarenka, deux Grands chelems, n°1 mondiale) et Loïc Courteau (Amélie Mauresmo, deux Grands chelems, n°1 mondiale) en tête. Mais un seul recherche avec une telle vigueur la lumière des projecteurs.

11h55. Gaël a mis le feu. Dans la partie de tableau de-la-mort-qui-tue (Gulbis au deuxième tour, Robredo au troisième, Almagro en huitièmes), Gaël rappelle à tous que c’était bien lui le mauvais client pour Berdych, et non l’inverse. Coutumier des premiers tours pourris – Gulbis lors du dernier Wimb’, Llodra à l’US Open l’année où le Parisien volleyait sur tout ce qui bouge – le Tchèque disparaît dès le premier tour, à l’issue d’une fantastique bagarre qui lance la quinzaine. Les cinquièmes sets de Roland-Garros à l’heure entre chien et loup… Les meilleurs moments du tournoi, quand le public s’enflamme et que, la fatigue aidant, l’irrationnel devient tout à coup possible.

12h15. Une journée de pluie. Quelques matchs entre les gouttes, une Martina Hingis barrée à l’entrée du restau des joueurs du Player’s parce qu’elle avait oublié son badge… Une interview, Martina ?

12h35. Au bout de 64 matchs de premier tour, 16 des 20 échanges les plus longs du tournoi sont à mettre à l’actif de Gilles Simon et Lleyton Hewitt – dont 5 des 6 premiers. C’est le seul match où des échanges ont excédé 40 frappes. « Vous croyez que ça m’amuse de faire des matchs à rallonge ? » s’agace le Français.

12h40. Les trentenaires se recasent. Tandis que papy Haas fait de la résistance – sa victime du premier tour, Guillaume Rufin, entrait à peine en CP que Tommy battait ses premiers Tops 30 sur le circuit mondial – les joueurs de sa génération ont rangé la raquette et gravitent autour du milieu de la balle jaune : Grosjean, Pavel et Norman sont coachs, Santoro, Dechy ou Haehnel ont trouvé à se recaser dans l’organisation du tournoi. Et Martina… non, rien.

12h50. Gaël Monfils est-il vraiment si difficile à comprendre que ça ? Il y a une heure de ça, il donnait le meilleur de lui-même contre Gulbis sur le Central. Et voilà qu’on le retrouve au salon des joueurs, bras dessus, bras dessous, avec un mignon petit brin de fille. Et si Monfils était tout simplement comme Yannick : quand tout va bien dans sa vie, tout va bien sur le court. Mais le vent tourne vite, et il faut toujours espérer tomber dans la bonne fenêtre, c’est tout. Et c’est déjà pas si mal, dans le fond.

13h05. Cédric Pioline, speaker de Roland-Garros au même titre que Fabrice Santoro, se prend les pieds dans le tapis, dans un anglais toujours aussi approximatif qu’à l’époque où il avait charmé les Américains lors de sa qualification pour la finale de l’US Open, il y a 20 ans : « Francesca, vous avez le jeu idéal pour embêter Marion, vous la faites courir… euh, avec vos variations, votre tennis varié… » La Marion en question aura au moins apprécié de ne pas se faire directement traiter de grosse vache.

13h25. Même chez les journalistes les plus aguerris, il y a toujours cette capacité étonnante à enterrer Rafael Nadal, sans aller s’assurer que le cadavre ne respire plus et que le cercueil a bien été cerclé de chaînes. Le Majorquin perd un set contre Daniel Brands ? Hum, il n’est pas aussi bien que d’habitude… Il en lâche un autre face à Martin Klizan ? Il joue trop mal, le huitième Roland-Garros n’est pas pour cette année. Comme si la com’ du clan majorquin finissait par s’instiller dans les esprits des observateurs.

13h35. Benoît Paire, lui, a la cote. Il est même probablement le seul joueur actuel qui puisse encore enthousiasmer les plus vieux observateurs, pourtant blasés à force d’enquiller les matchs tournois après tournois, surfaces après surfaces, années après années. Il y a quelque chose de rafraîchissant chez ce garçon. Sur le court d’abord, où son tennis complet, imprévisible et très personnel tranche des canons actuels si répétitifs. Depuis un an que les pièces du puzzle se mettent en place à vue d’œil, le joueur a fini par atteindre une sorte de plénitude technique et tactique ces dernières semaines. Hors du court aussi, il attire l’attention, par sa personnalité un peu folle mais attachante. Un vrai gentil. Et sa défaite face à Nishikori, dans un match où à force de se mettre la pression la cocotte-minute aura implosé sous le crâne, n’y changera rien. Benoît, continues de progresser mais, surtout, restes toi-même !

14h05. Tommy Robredo joue donc toujours. Subrepticement, il s’est même faufilé parmi les têtes de série de Roland-Garros. Et le voilà en quarts de finale, après avoir tour à tour cueilli Igor Sijsling, Gaël Monfils et Nicolas Almagro en cinq sets, à chaque fois après avoir perdu les deux premiers. Trois matchs gagnés consécutivement malgré la perte des deux premières manches : on n’avait plus vu ça depuis Henri Cochet, en 1927. Pas mal pour un papy. Bon par contre, ça va piquer contre Ferrer…

14h15. Les prédateurs de la savane le savent bien : le meilleur terrain de chasse, c’est le plan d’eau où toute la faune environnante vient fatalement s’abreuver. Remplacez les fauves par les journalistes et les proies par les joueurs, et vous comprenez à quoi ressemble la sortie du restaurant de ces derniers aux heures de repas.

14h35. « Grand chelem et Masters 1000, quelque part, pour moi, je vais aller un peu loin mais c’est presque un autre sport. Jérémy m’a battu à Toronto l’an dernier ? A Toronto, je venais des Jeux Olympiques. J’avais fait la fête jusqu’à 5h du matin. J’ai pris l’avion, et j’ai joué à Toronto avec douze heures de vol dans les jambes. Pour un Grand chelem, on arrive mieux préparé, c’est beaucoup plus long et complètement différent. Le fait que ce soit en trois sets gagnants, cela met forcément une hiérarchie. » Jo-Wilfried Tsonga met les points sur les « i ». « Jo » n’avait pas apprécié de perdre contre Jérémy Chardy à Toronto l’an dernier, et rappelle, en conf’ mais aussi sur le court, en trois sets secs, que le patron du tennis français, c’est lui. Dans le haut du tableau, Grigor Dimitrov, tombeur de Novak Djokovic à Madrid, apprend lui aussi cette leçon face au n°1 mondial.

14h45. Tommy Haas vs John Isner, ou la partie aux 14 balles de match. Soit les 12 écartées par Isner durant le quatrième set – 11 sur son service, la 12e étant gentiment vendangée par Tommy d’une double faute sur son service – la 13e sauvée cette fois par Tommy Haas sur son service au cinquième set, avant le break décisif de l’Allemand, et une 14e et dernière balle de match qui sera la bonne. Ces deux-là auront transformé le Court 1 en cocotte-minute. Heureusement qu’il n’y avait pas de match programmé derrière. En particulier pas de Gilles Simon.

15h10. Gilles Simon, puisqu’il en est question. Cauchemar de FFF, mais aussi de FFT, tant la perte aurait été grande pour le tournoi : le nouveau protégé de Jan de Witt a failli être l’homme-qui-a-stoppé-la-série-de-quarts-en-Grand-chelem de Roger Federer. Impensable à l’issue d’un premier set qui a tourné à la démonstration de l’Helvète, la suite a pourtant fait frissonner tout le monde. Gilles Simon, l’homme qui faisait déjouer ses adversaires. Le coup est passé près, mais le record tient toujours.

15h30. Il y a le Nadal en match, et il y a le Nadal à l’entraînement. Rien à voir entre les deux spécimens, hormis l’intensité, l’engagement de tous les instants. Le « Rafa » qui s’entraîne est un joueur ignorant le lift et refusant de reculer (de toute manière, impossible de reculer sur les courts annexes, sauf à déchirer les bâches) : planté sur sa ligne, il prend tout en demi-volée et aligne les mines à ras du filet, long de ligne, court croisé, long de ligne, slice, court croisé, volée déposée. Extrêmement impressionnant… et à faire regretter que l’Espagnol ne dose pas plus son jeu d’une pincée de prise de risque une fois passé en mode compétition.

15h55. Selon l’éternel principe qui veut que les cordonniers soient toujours les plus mal chaussés, les journalistes de tennis – à l’exception de L’Équipe qui continue à mettre les moyens pour assurer la couverture de l’évènement – sont souvent ceux qui voient le moins de matchs depuis les gradins. Mais bien qu’occupés à suivre plusieurs rencontres à la fois, ce Wawrinka – Gasquet nous tire tous de nos occupations quand, au quatrième set, le niveau de jeu atteint soudain une pureté absolue. A partir du milieu du set, les deux hommes réalisent points gagnants sur points gagnants et tutoient le sublime. Peu importe le vainqueur : à ce moment-là, il n’y en a qu’un, et c’est le Jeu.

16h20. Serena Williams aurait pu perdre. A 2-0, balle de double break pour Svetlana Kuznetsova dans le troisième set, l’Américaine n’en menait pas large. Et puis, à l’issue d’un échange de furieuses, l’amortie de la Russe, ressuscitée après une année 2012 pourrie par un genou meurtri, est sortie de quelques centimètres dans le couloir. Derrière, Williams a repris du poil de la bête. En route pour un deuxième Roland-Garros.

17h15. Première fois depuis 1949 que les quatre quarts masculins sont tous bouclés en trois sets. Déception tout de même pour les deux Suisses : Roger Federer est parti sans faire de vagues contre Jo-Wilfried Tsonga, Stanislas Wawrinka a pris une dérouillée face à Rafael Nadal. Le « vieux » a payé son manque de matchs dans les jambes depuis janvier, le « jeune » a facturé son trop-plein de matchs au compteur ces dernières semaines, et sa déchirure à la cuisse contractée à Madrid…

17h45… De manière générale, on pestera d’ailleurs contre ces tirages au sort qui condamnent trop souvent les meilleurs challengers du moment à s’entretuer avant de s’échouer, épuisés, sur des favoris fringants. Sans même parler de l’improbable trio Berdych – Gulbis – Monfils appelé à s’étriper pour un banal troisième tour, signalons aussi que Janowicz, Gasquet et Wawrinka étaient tous dans le même huitième, arbitrés par « one shot man » Zeballos et papy Nikolay. Pendant ce temps, on en connaît qui arrivent en demi-finales en battant Matosevic, Montanes (cuit à point après son « run » à Nice), Lopez, Anderson et Robredo (même plus cuit, mais carrément carbonisé).

18h40. « Casse-couilles. » « Pénible. » « Relou. » Voilà quelques adjectifs qui ressortent en cette fin d’après-midi, tandis que Rafael Nadal vient, une énième fois, de se qualifier pour la finale de Roland-Garros. Pas que Novak Djokovic lui soit singulièrement préféré – loin de là, d’ailleurs – mais juste une envie de nouveauté, de visages différents à l’affiche du palmarès de Roland-Garros. Et cette certitude, aussi, que de toutes les combinaisons possibles entre les quatre joueurs encore en lice au stade des demi-finales, seule la configuration Djokovic – Tsonga pouvait encore offrir une finale à suspense. Loupé, à l’issue d’un match que Nadal aurait dû gagner en quatre sets, puis Djokovic en cinq, avant que l’Espagnol ne s’infiltre dans la première brèche mal condamnée par son rival en bout de cinquième. Doublement loupé d’ailleurs que, quelques heures plus tard, ce sera au tour de David Ferrer de mettre fin au rêve du tennis français, brutalement, mettant en lumière toutes les failles de Jo-Wilfried Tsonga en revers. Yannick, rendez-vous pour les 40 ans !

18h42. Pendant que Nadal et Djokovic étaient occupés à en découdre cinq sets durant, à l’ombre du Chatrier se déroulait la finale qui aura peut-être été la plus palpitante de tout le tournoi : celle du tournoi handisport masculin. Si le niveau général de la (jeune, ceci expliquant sans doute cela) discipline est très inégal, il faut bien dire que Shingo Kunieda et Stéphane Houdet en ont vraiment fait un sport de haut niveau à part entière. Il y a de la technique – quelle qualité du Japonais en revers – de la tactique, de l’intensité physique… et un scenario imprévisible qui ne trouve son dénouement qu’au jeu décisif du troisième et dernier set. Coup peu répandu dans le tennis handisport, c’est pourtant sur un ace que Stéphane Houdet l’emporte finalement. En champion. Et devant une assistance aussi nombreuse qu’enthousiaste.

19h20. Kristina Mladenovic ne gagnera pas le double mixte. Dommage : le nom d’une joueuse de simple (et de double) de premier plan – elle n’est encore que 39e, certes, mais son appartenance rapide au Top 20 mondial ne fait guère de doutes – au palmarès aurait fait du bien à une discipline dont on peut aujourd’hui discuter l’existence même : derrière les légendes, derrière les juniors, derrière les handisports, le double mixte est bien l’épreuve qui intéresse le moins les spectateurs. Lucie Hradecka, Frantisek Cermak, ça vous fait rêver, vous ?

19h50. Bilan de mes plus belles interviews de la quinzaine : Alex Corretja, très classe voire émouvant – « Mon meilleur souvenir de Roland-Garros ? C’est de pouvoir revenir ici dix ans plus tard, et que tout le monde soit content de me revoir, ait gardé une belle image de moi »  –  Marc Rosset et ses opinions bien arrêtées quant au tennis actuel, Gaston Gaudio et son petit air éternellement triste. Mon plus beau râteau – hors Martina, évidemment : Goran Ivanisevic, occupé à tapoter sur son téléphone, lâchant à peine un « no » sans lever la tête. Hors catégorie : Adriano Panatta, la mèche bien peignée et la chemise en coton d’où dépasse un paquet de Marlboro. Dans un français chantant : « On peut discuter, mais juste quelques minutes. Je prends le café avec un vieil ami, Ion Tiriac. » Or s’il y a bien un homme qu’on ne dérange pas à l’heure du café, c’est bien Ion Tiriac.

20h30. Serena Williams, onze ans plus tard. Difficile de s’enthousiasmer pour une finale durant laquelle Maria Sharapova se sera bien battue, mais où le suspense n’aura duré que l’espace des trois premiers jeux. Reste la joie de l’Américaine, et cette sensation du temps qui passe en se souvenant que c’est en gagnant à Paris, il y a onze ans, qu’elle avait pris le pouvoir devant les Capriati, Davenport, Hingis et bien sûr Venus qui se disputaient alors la première place. A l’époque, le n°1 masculin s’appelait Lleyton Hewitt, Albert Costa gagnait Roland-Garros et Roger Federer n’était qu’un espoir qui ne confirmait pas.

21h15. Les larmes de Nicolas Mahut, ou l’image forte dont auront manqué (presque) toutes les autres finales de cette édition 2013. Il y avait quelque chose de poignant à voir l’Angevin, 31 ans déjà, en détresse après sa défaite en finale du double messieurs, aux côtés de Michaël Llodra. La voix cassée, il parle de ses galères, son genou en morceaux, sa carrière mise entre pointillés depuis un an maintenant, sa reprise sur des Futures en début d’année… Pour ce beau joueur de tennis, la pilule est amère de n’être que « celui qui a perdu ses grands matchs » : une finale de Roland-Garros, à la maison ; une finale du Queen’s, l’autre temple du gazon, en ayant pourtant eu balle de match contre Roddick. Et puis bien sûr un match, « le » match, contre John Isner à Wimbledon. Conscients de la belle histoire dont ils l’ont privé, les Bryan feront preuve de grande classe, et Bob, au micro : « Tout le monde t’aime dans le vestiaire, Nico. C’est bon de te revoir. » Ça ne coûte pas cher, certes, mais on veut bien croire que c’était sincère.

21h50. Le streaker qui, fumigène en main, a tenté de s’inviter sur le Central durant la finale Nadal – Ferrer, a du morfler, au vu du vol plané qu’un vigile lui a fait effectuer par-dessus la balustrade. Lui et ses potes opposants au mariage homosexuel, également remarqués pour avoir accroché une banderole « Hollande démission » sur le Suzanne-Lenglen, auront été la seule surprise d’une finale sans histoire, à l’issue de laquelle même Nadal n’osait pas laisser libre court à sa joie. Son pote David Ferrer n’a pas démérité. Il n’avait juste pas le niveau requis.

23h. Roland-Garros s’achève. Rafael Nadal est parti se faire photographier avec sa Coupe au pied de la Tour Eiffel. Les équipes TV rangent leur attirail, tandis que les stands merchandising sont en grande partie déjà démontés. Dans deux jours, toute trace du grand barnum aura disparu, et le vaisseau amiral de la FFT retrouvera son sommeil annuel, tout juste perturbé cet été par les championnats de France. Tandis que je retourne à ma voiture, j’opère mon crochet habituel, petit plaisir quotidien, vers la masse sombre du Suzanne-Lenglen, et ses allures de soucoupe volante posée au beau milieu du stade – un jour, je vous écrirai une ode au Numéro 1 et au Suzanne-Lenglen, des courts que le monde entier nous envie pour leur taille humaine. Je m’y engouffre et, seul dans les tribunes où résonnaient quelques heures plus tôt les clameurs, observe le soleil rougeoyant se coucher au-dessus de Roland-Garros. Ce soir s’ajoute un peu de spleen : ce spectacle forcément magique pour tout fan de tennis, il faudra vieillir d’un an avant de le retrouver.

About 

Prenez ma nouvelle adresse : http://livre.fnac.com/a7085832/Marc-Gdalia-Les-monuments-du-tennis-moderne

Tags:

425 Responses to Mon Roland à moi

  1. Jérôme 16 juin 2013 at 16 h 15 min

    Fin d’une diète de 10 mois. Il y en avait eu une de 9 mois en 2011, et une autre de 7 mois entre Bâle 2008 et Madrid 2009.

    IL n’est pas encore au top mais il est vraiment sur une pente ascendante.

    Et je pense que ces 2 matches contre Haas et Youzhny où il a été obligé d’aller au charbon lui ont fait beaucoup de bien. Reste à voir quel tirage il aura à Wimb.

    Après tout, le hasard est entre ses mains puisque c’est le vainqueur de l’an passé qui tire au sort, non ?

    • Antoine 16 juin 2013 at 16 h 19 min

      C’est Serena qui fera le tirage chez les hommes, Roger pour ces dames…

  2. Antoine 16 juin 2013 at 16 h 17 min

    6-7 6-3 6-4

    Bonne finale j’ai trouvé, surtout à partir de 5-5 au premier set, avec un excellent Youzhny qui n’était pas très loin mais qui n’a pas pu suivre quand Roger a élevé son niveau de jeu…

  3. Skvorecky 16 juin 2013 at 16 h 22 min

    Eh ben ça fait plaisir un titre!

    Moi c’est ça qui me manquait. Plus que la capacité de Federer à défier les meilleurs, je trouvais dommage qu’il ne gagne rien du tout, ni Bâle ni Rotterdam, par exemple, où c’était à sa portée.

    Quand on voit les passions négatives que cet ATP 250 suscite, c’est là qu’on se rend compte que Roger est tombé bien bas; avant, il fallait au moins un Master 1000 pour que ça dérange quelqu’un :mrgreen:

    Au moins, ses chances de faire un bon Wimbledon ont augmenté. Il n’a pas battu grand monde cette semaine, mais peu importe.

    • Antoine 16 juin 2013 at 16 h 25 min

      Il a battu Haas qui est largement top 10 sur cette surface, plus Youz qui jouait très bien mais le principal c’est qu’il ait gagné ce titre effectivement…Il ne l’aurait pas fait qu’il aurait pris un coup sur la tête je pense…

      Il n’a pas joué particulièrement bien cette semaine mais quand on regarde ses tournois à Halle, il est fréquent qu’il ne joue pas très bien..

      En attendant, cela lui fait donc un 77ème titre et il rejoint donc Big Mac au classement..Toujours ça de fait..

    • Skvorecky 16 juin 2013 at 16 h 40 min

      Oui il a battu deux bons joueurs de gazon (quoique leur place dans la hiérarchie n’est pas évidente: je ne dirais pas top 10 comme toi – même si ça se défend – mais pas loin derrière).

      Halle 2013 reste un tournoi meilleur que la moyenne des 250, le Queen’s de cette année étant certes plus relevé, mais ce n’est pas toujours le cas.

      Mine de rien il n’y avait pas gagné depuis 2008. Hourrah, quoi.

      • Antoine 16 juin 2013 at 17 h 02 min

        Haas est n°11 et l’herbe est sa meilleur surface, donc top 10 sans pb…

      • Skvorecky 16 juin 2013 at 17 h 15 min

        Pas satisfaisant comme argument. Il faut nommer tous les joueurs meilleurs que lui sur la surface, et compter s’il y en a pas plus de 9. Déjà, dans le top 10, Ferrer et Del Potro ne sont-ils pas meilleurs que lui à l’heure actuelle? Et derrière lui: Cilic, Kohlschreiber, Raonic, Youzhny lui-même, où sont-ils exactement?

        Je ne dirais donc pas « sans problème »: on verra bien ce qu’il fait à Wimbledon, qui il bat, qui le bat, et de quelle manière.

        C’est comme Almagro, proche du top 10 et dont la terre est la meilleure surface, mais ça ne veut pas dire qu’il a jamais valu plus que son classement sur terre.

        En fait en y regardant bien, Haas est très bon sur dur et sur terre aussi.

        • Antoine 16 juin 2013 at 17 h 46 min

          Il faudrait faire un classement par surface mais on ne peut le faire que sur plusieurs années vu le faible nombre de tournois.

          Même si Haas est bon sur toutes les surfaces, il est quand même meilleur sur herbe. Je n’ai pas de doute sur le fait qu’il est top 10 dessus alors qu’en moyenne il est n°11.

          J’aimerais bien voir un match entre Del Potro et Haas sur herbe et je ne donnerais pas le premier favori..Ferrer, lui est devenu très bon sur herbe récemment: l’année dernière il gagne à S’Hertegoshmachin et va en quarts à Wimbledon ou il perd de très peu en cinq sets contre Murray. Celui là, il est peut être meilleur que Haas sur herbe…à confirmer cependant : il défend cette semaine son titre en Hollande. S’il gagne ou perd de très peu, il est clair qu’il faudra à nouveau compter sur lui à Wimbledon..

          On pourrait parler longtemps des autres qui sont capables de bien jouer sur herbe: Cilic, Kohly…Youz, c’était sa première finale sur herbe mais il a déjà été en quarts à Wimby, pas mauvais mais pas top 10 je pense. Raonic lui n’a jamais rien fait pour l’instant…Almagro non plus…

        • Skvorecky 16 juin 2013 at 18 h 12 min

          Almagro c’était pour faire un parallèle, pas pour l’inclure à l’équation!

          Va pour un huitième de finale Del Potro-Haas à Wimbledon. Cela pourrait donner un bon match.

        • Patricia 16 juin 2013 at 18 h 49 min

          Ben moi je ne mettrais pas 10 joueurs meilleurs que Haas sur herbe : pour moi Fed – Murray – Nadal, en trio de tête incontestable, puis un groupe avec Djoko – Tsonga – Haas, puis Berdych – Ferrer – Gasquet – Cilic, puis delPo, Youzh, Kohly, Hewitt…

          Je n’ai pas vu le match de Richard contre Youzhny, décrit par tous comme un non-match de sa part, et je dois dire que ça m’intrigue bcp : contre Mayer, qui a fait un très bon match, et au premier tour, il jouait à mes yeux son meilleur tennis depuis le début d’année. J’ai vu une partie de la finale, et si Youzh était bon, son niveau de jeu me paraissait moins solide que celui de Richie. Un tel décalage, j’ai du mal à invoquer un simple « jour sans » même si sur herbe ça va plus vite qu’ailleurs. Plutôt un pépin santé ponctuel…

          Almagro sur terre, avant cette année je l’aurais mis devant Murray, Berdych, Tsonga, del Po, Gasquet et Waw. Il y a gagné 12 titres, dont 4 500, 8 finales…

        • Skvorecky 16 juin 2013 at 19 h 42 min

          Un classement sur herbe ne peut s’établir que sur plusieurs années vu la longueur de la saison dédiée. Le problème pour Haas est qu’en 2010 et 2011, il n’était pas au sommet de sa carrière on va dire. Remonter à 2009, clairement sa meilleure saison sur gazon, c’est s’exposer à faire peser trop lourd des événements qui ne font plus sens aujourd’hui.

          Donc on verra ce qui se passe à Wimbledon 2013. Sa défaite au premier tour de l’an dernier n’est guère significative non plus.

          En revanche on ne peut pas le mettre dans la même catégorie qu’un vainqueur de Wimbledon, ça c’est non négociable Patricia!

          Pour la terre battue, le problème du cas Almagro est qu’il joue bien plus de tournois que les joueurs dont tu compares le palmarès au sien. Sur les tournois auxquels « tous » participent, il n’a atteint qu’une fois la demi-finale. C’est vraiment peu. La protection des têtes de série n’explique pas tout.

          • Patricia 16 juin 2013 at 22 h 07 min

            Tout est négociable, Skvo ! ^^

            Mon évaluation (toute hypothétique) vise à estimer aujourd’hui un degré de dangerosité des « pointures » pour la prochaine édition de Wim – pas un palmarès qui serait calculable, sur carrière ou sur les 12 mois écoulés.

            Je placerai Haas, Wawrinka et Richard plus haut qu’il y a un an ; à l’inverse, del Po est moins alerte cette année, tout comme Djoko qui se présente sous d’autres auspices que celui de son titre en 2011 (tout comme on peut penser que Nadal est en retrait de Djoko ou Murray pour l’USO, bien qu’ayant le tournoi à son palmarès). Plus proche de sa prestation 2012, soit un prétendant légitime aux demis, comme Jo, mais qu’on voit moins dangereux que Murray. Le Haas de Miami, celui qui a vaincu Fed en finale de Halle 2012, c’est un poids moyen de la surface potentiel…

  4. Sylvie 16 juin 2013 at 16 h 26 min

    Bon premier titre de l’année, c’est toujours ça de pris et c’est aussi bien d’avoir du se battre pour l’avoir face à un bon Youzhny mais comme Boutter, je ne le trouve pas au top et je le vois mal passer face à des joueurs d’un niveau supérieur. On verra bien, cette victoire va certainement lui faire du bien au moral de toutes façons.

  5. Remy 16 juin 2013 at 16 h 33 min

    Vraiment très bon au service le Roger.
    Ca va lui servir à Wim mais ça ne sera pas suffisant pour battre les meilleurs.
    Il lui faudra nettement hausser son niveau de jeu dans l’échange.

  6. Nath 16 juin 2013 at 16 h 35 min

    Un titre après cette disette fera bien sûr du bien à Fed. Mais il aurait pu annoncer la couleur d’entrée en réalisant le break d’entrée de match au lieu de me laisser espérer bêtement :x

  7. Conchita 16 juin 2013 at 16 h 42 min

    Il est docteur en philo et il s’ensanglante la tête à coups de raquette ?

    • Colin 16 juin 2013 at 17 h 39 min

      C’est mieux que d’avaler la cigüe

    • Conchita 16 juin 2013 at 17 h 42 min

      Le geste de Socrate était à mon sens plus porteur de sens et plus historique que celui de Youz. Même si c’était forcé !

  8. Babolat 16 juin 2013 at 16 h 48 min

    J’adore les bâtiments autour du court au Queens, On dirait que le tournoi se joue dans un corps de ferme. On s’attend à ce que le Duc d’York déboule à cheval avec ses clébards pour une partie de chasse à courre. ;)

    • Skvorecky 16 juin 2013 at 16 h 55 min

      Ou bien il se passe ça, ou bien un c’est un courtier d’Aegon qui vient distribuer des prospectus…

    • Conchita 16 juin 2013 at 17 h 46 min

      un des chiens échappe au contrôle du duc et vient mordre Federer aux fesses ? Dommage qu’il ne soit pas au Queens

    • Babolat 16 juin 2013 at 18 h 25 min

      DSK aussi est docteur. S’il suffisait d’être Docteur pour contrôler son corps, ça se saurait. ^^

      • Babolat 16 juin 2013 at 18 h 27 min

        Bigre… j’m’a trompé. Je répondais au message du dessus.

      • Conchita 16 juin 2013 at 18 h 28 min

        C’est pas grave ! J’aurais pas fait le rapprochement entre DSK et Youz ! lol !

  9. Conchita 16 juin 2013 at 16 h 59 min

    Skvorecky, quand tu dis que Federer n’a aucune chance de gagner Wimbledon, je ne peux pas te suivre. Le mec a gagné 7 fois Wimbledon, dont l’an dernier, avec un dos en compote. Il est le meilleur sur cette surface, de tous les temps
    http://www.atpworldtour.com/reliability-zone/reliability-zone-landing.aspx
    il vient de gagner l’un des deux tournois de préparation, il est frais et il a faim.
    Qui peut le stopper ? Un cogneur en flamme, ou un Murray, mais ce dernier aura la pression du domicile. Nadal n’est plus aussi bon qu’avant sur cette surface. Et mon David ne sait toujours pas gagner face à Federer. Djokovic ne joue pas aussi bien que sur les autres surfaces.
    Je sens que c’est moi qui vais être en larmes dans 3 semaines !

    • Sylvie 16 juin 2013 at 17 h 07 min

      Il n’a pas aucune chance car c’est Federer et c’est Wimbledon mais, au vu de son début d’année et de ses performances, il n’y est pas favori. Il vient de battre Youzhny à Halle, sans être brillant, ce n’est pas comme s’il venait de mettre une piquette à Murray ou Djokovic. A l’heure actuelle, il ne me semble pas favori s’il devait jouer ces joueurs là et même avant, il y a une liste assez longue de joueurs qui peuvent le sortir du tournoi : Berdych, Tsonga, Haas, etc. Il n’a pas encore prouvé, loin s’en faut qu’il était un candidat sérieux à sa propre succession. Après on ne peut jamais l’exclure totalement des prétendants au titre tant qu’il est dans le tableau.

    • Skvorecky 16 juin 2013 at 17 h 37 min

      C’est mon impression. On a souvent donné Federer fini après une désillusion (2008, 2010), moi je ne m’y suis jamais résolu: il était encore proche des meilleurs, il ne manquait pas grand chose pour que la roue tourne.

      J’ai vu cette année des choses très différentes de sa part, la goutte qui a fait déborder le vase étant son non-match à Roland Garros. Face à la forme du moment, le passé ne peut rien. Je ne sais pas s’il est le meilleur ou l’un des meilleurs sur gazon dans l’histoire, mais depuis 2009, il n’est clairement plus dominant.

      Il a gagné l’an dernier, bien sûr, mais ça n’avait rien d’un exploit isolé. Je ne crois pas que de nos jours un mec puisse débarquer sur son tournoi fétiche et bouffer tout le monde après 6 mois passés à coucher sous les ponts. Cela se construit au fil du temps. En cela Halle est une bonne nouvelle mais c’est peu de choses comparé à sa saison 2012.

      Maintenant, je regarde ses derniers matches face à ses rivaux potentiels: que des défaites. Et même face aux seconds couteaux, il semble plus vulnérable que jamais.

      En sa faveur: il est frais, oui, et il pourrait avoir un bon tableau, qui sait. Et peut-être des données médicales que j’ignore: par exemple, il attend la deuxième semaine à Londres pour se faire infiltrer et gommer son problème de dos.

      Je ne pense pas pour autant qu’il est bon pour la retraite. Si 2013 est bien une année de transition, il pourrait se remettre au boulot et revenir plus fort dans un an.

  10. Karim kicks ass 16 juin 2013 at 17 h 16 min

    Bof bof on va tout de même pas entamer une macarena pour une victoire dans un 250 mais on va pas cracher dans le gaspacho non plus. Mais sur ce que j’ai vu hier contre Haas, Fed à niveau égal va se faire déniaiser par les gros malabars genre tsonga ou Berdych à Londres,, ou ratiboiser par le top 3. Celui qui ne le battra jamais c’est Ferrer mais uniquement parce qu’aussi dégueulasse que puisse être la vie, y’a quand même des limites..

    • Conchita 16 juin 2013 at 17 h 21 min

      Cette dernière phrase est la pire chose que tu aies jamais écrite. Pourtant tu fais souvent jaillir des choses magiques de ton clavier

      • Karim kicks ass 16 juin 2013 at 17 h 42 min

        Ah ah ah ah ah c’était pour te faire sortir du bois Conchita!!

  11. Conchita 16 juin 2013 at 17 h 35 min

    Et Marin gagne le premier set contre Murray !

  12. Antoine 16 juin 2013 at 17 h 35 min

    Il est bon Cilic 7-5 pour lui…Andy va devoir ramer lui aussi…

    • Conchita 16 juin 2013 at 17 h 38 min

      Cilic a quelque chose d’extraordinaire, mais qui a du mal à sortir. J’ai vu un match il y a très longtemps où il avait broyé Nadal. Il est incroyable !

  13. Conchita 16 juin 2013 at 17 h 54 min

    Yeeeaaahhhh, I am so happy winning the title in Halle. Thanks for all your support pic.twitter.com/5OpYowsCjr— Roger Federer (@rogerfederer) June 16, 2013

  14. Kaelin 16 juin 2013 at 18 h 11 min

    Très bon match de Cilic, très appliqué et concentré. Décidément il se sent très bien au Queens le croate. J’aime bien ce joueur, toujours très bien classé même si on l’oublie parfois.

    Murray qui fait par contre des fautes grossières et qui ne profite pas des très nombreuses balles de break qu’il obtient même si Cilic les sauve souvent avec la manière.

    Il y a quand même de superbes séquences de jeu sur gazon avec toute la palette technique que ça engendre. Très peu de déchets globalement, franchement très agréable à suivre. J’ai loupé la 1ère manche malheureusement par contre.

    7-6 4-4 Cilic pour l’instant. Murray assez tranquille sur son service. Pour Cilic c’est plus dur, pas mal de double fautes bizarrement mais quand ça passe c’est ace ou service gagnant ou presque (en 2 coups) tant il sert bien en général.

    Attitude de Murray moyenne ceci dit, si le jeu est là dans le 2ème set avec des flottements dans son niveau notamment sur le service de Cilic cme je disais, c’est surtout qu’il râle bcp et se parle beaucoup. Enfin Murray quoi. Ceci dit il en faut plus pour Cilic qui a l’expérience avec Nalby l’année derniere des râleurs à la main verte lol. Attention à Murray de ne pas taper dans un box de juges de ligne… ;)

    ps : Frédéric Verdier se moque pas mal de Loit en faisant des gros sous entendus de temps en temps ça me fait bien marrer, aux commentaires.

    • Antoine 16 juin 2013 at 18 h 22 min

      Moi aussi je n’ai vu que ce second set mais je n’ai pas la même impression..

      Je trouve que le niveau n’est pas terrible. Murray fait beaucoup de fautes sinon il aurait plié cela depuis longtemps. Cilic est incapable de faire un seul point sauf sur son service ou au deuxième coup de raquette si le retour est très moyen..

      Un set partout et je ne vois pas comment Murray pourrait perdre ce match..

      D’ailleurs, je vais arrêter là…

      • Kaelin 16 juin 2013 at 18 h 45 min

        Jsuis pas d’accord, j’aime bien Cilic, joueur capable de tous les coups du tennis et présent au plus haut niveau depuis 2008, naviguant entre le top 10 à son meilleur puis top 15- top 20 jusqu’à aujourd’hui. c’est un joueur très polyvalent malgré une technique bizarre et une gestuelle plutôt moche.
        C’est loin de n’être qu’un gros service qui reste la base de son jeu.

        Murray injouable sur le 3ème set par contre là…

  15. Conchita 16 juin 2013 at 18 h 19 min

    Argggggggghhhh Vekic à perdu. Dommage ça aurait été beau

    • Kaelin 16 juin 2013 at 18 h 51 min

      ouep dommage mais elle ne prend pas une sèche non plus. Très beau tournoi pour elle, . Après je ne connais tellement pas la WTA que je ne sais même pas si Hantuchova est une joueuse de gazon, en forme en ce moment etc lol

    • Conchita 16 juin 2013 at 18 h 57 min

      Je ne connais pas assez Hantuchova pour dire si elle est forte sur gazon ou pas… Mais Vekic si elle continue comme cela pourrait aller loin. Serena c’est bien, mais faut qu’elle laisse la place aux jeunes !

  16. Conchita 16 juin 2013 at 18 h 30 min

    C’est Andy qui domine légèrement. En toute logique, ce titre va lui revenir, sauf grosse réaction de Cilic

  17. Conchita 16 juin 2013 at 18 h 39 min

    Ça y est le trou est fait. Go Andy ! Les deux hommes en forme sont bien Federer et Murray sur ce que l’on a vu !

    • Kaelin 16 juin 2013 at 18 h 50 min

      Jtrouve Federer loin d’être en forme malgré ce titre à Halle perso… il est pas passé si loin de perdre contre Youzhny, joueur par excellence qu’il domine sans problème normalement. Murray plus en forme sur ce qu’on voit et encore.. Jsuis pas sûr que Halle et le Queens nous donnent tant d’infos que ça au final sur le niveau du moment sur gazon des top players.

      • Remy 16 juin 2013 at 23 h 36 min

        Je ne suis pas d’accord, Fed n’a jamais été en position de perdre aujourd’hui.
        Imprenable au service, il a eu les occaz de gagner le premier set et a toujours été tranquille par la suite.

    • Conchita 16 juin 2013 at 18 h 54 min

      Il nous manque des briques par exemple où en est Djo, comment Nadal va aborder une surface totalement différente, est-ce que Ferrer va encore progresser par rapport à l’an dernier. Mais Federer a rempli le contrat, gagner sur sa surface. Il était très bon sur les deux derniers sets contre le docteur.

    • Sylvie 16 juin 2013 at 18 h 56 min

      d’accord avec toi Kaelin, ça reste très ouvert, personne ne m’a fait une super impression. Fed et Murray gérent mais ils semblent prenables, les autres on ne les a pa vu et ils y a plein de coupeurs de têtes potentiels : Cilic, Hewitt, Haas, Youzhny…

      • Kaelin 16 juin 2013 at 19 h 14 min

        Yep ces 4 là, plus de la première jeunesse à part Cilic ^^, ont fait très bonne impression cette semaine ! C’est très bon pour le tennis de voir que ces joueurs là, âgés mais très expérimentés sur la surface et excellent techniquement, sont encore des coupeurs de têtes potentiels, ça pimente les tableaux !

      • Conchita 16 juin 2013 at 19 h 17 min

        La raison à mon avis, c’est que le gazon est une surface qui privilégie la technique (bon OK les bourrins aussi malheureusement), donc les vieux peuvent bien y figurer. Ça reste beaucoup moins physique que la terre battue ou le dur.

        • Kaelin 16 juin 2013 at 19 h 24 min

          Oui c’est sûr, c’est tout le charme de la saison sur herbe, souvent assez ouverte de ce fait, du moins plus sur terre. D’où l’extrême dangerosité d’un joueur cme Gulbis qui combine grande puissance et très bonne technique qui à Wimbledon peut sortir n’importe quel gros poisson pourvu que ses nerfs tiennent (même si apparemment son attitude contre Monfils à RG puis Haas à Halle n’était pas très bonne sur ce point.. mais je n’ai pas vu ces matchs).

  18. Conchita 16 juin 2013 at 18 h 46 min

    Marin, le héros ! Il a tenu pour ne pas offrir le double-break.

  19. Homais 16 juin 2013 at 18 h 51 min

    Salut à tous, j’ai bien aimé la longue journée à RG de Guillaume, qd même ça fait envie… et à la suite, j’ai essayé de tout lire mais 378 sur une semaine mineure, y a pas à dire, le site est animé !

    Mais il ne me semble pas, dans les brillantes analyses entendues ici et là, les débuts de polémique, le bulletin de santé tennistique de Fed qui semble en voie d’amélioration mais un peu à la manière de Mandela quand même… il ne me semble donc pas avoir lu l’événement majeur de la semaine allemande.
    Je ne parle pas des fringues improbables du public germanique, public très propre sur lui y a pas à dire… non, je veux parler de la place de choix réservée à nos champions entre deux plats de saucisses fumées ! La grande classe non ?

    J’ai remarqué que Fed laissait nonchalamment trainer sa serviette sur les magnifiques specimens charcutiers… depuis longtemps, les tennismen qui portent toutes sortes de noms de sponsors étaient habitués à jouer le rôle d’hommes-sandwiches. Les allemands ont carrément réalisé la métaphore en leur fournissant la saucisse. Un pas est franchi, moi je vous le dis… Notre amie Marie-Jo avec son menu tapas de Madrid n’était pas très loin de Halle, un tournoi qui porte décidément très très bien son nom !
    Au moins, avec cet affichage, on sait que le tournoi n’a pas encore été racheté par le Qatar !

    • Patricia 16 juin 2013 at 22 h 33 min

      C’était très marrant de voir Mayer entre deux plateaux de charcutaille… Avec les juges de lignes fringués en Body guards façon Matrix, décidemment très fashion ce tournoi.

  20. Conchita 16 juin 2013 at 19 h 00 min

    oups le trophée de Halle, comment il est trop moche :
    http://www.atpworldtour.com/~/media/5E40C2E85BBD43E6890FBC62D2AAE5FE.ashx

    • Kaelin 16 juin 2013 at 19 h 09 min

      C’est parce que Federer le tient que tu dis ça ? Parce que jle trouve pas du tout moche personnellement, contrairement au tournoi lol. Un trophée moche c’est ça : http://www.tennisleader.fr/sites/default/files/styles/article_details/public/rosol_1.jpg et yen pleins d’autres mais celui-là, surtout pour un 250, franchement ça va.

    • Conchita 16 juin 2013 at 19 h 14 min

      Non c’est pas pour Federer qui est pas mal sur la photo. Bon évidemment tu envoies du lourd, là je peux pas lutter :oups:

    • Kaelin 16 juin 2013 at 19 h 28 min

      ils auraient pu offrir une saucisse d’or avec écrit en gros « Gerry Weber » dessus, ça aurait pu être pire !

      • Conchita 16 juin 2013 at 22 h 04 min

        :lol:

  21. Kaelin 16 juin 2013 at 19 h 06 min

    Et match Murray, très haut niveau sur la fin du match du britannique. Beau match j’ai trouvé. Quand je voyais des médias dire que les 2 finales allaient être complètement déséquilibrées en mettant Roger et Murray largement favori, je n’étais pas d’accord et bien je n’étais pas si loin que ça puisqu’il n’y a eu aucune correction, et 1 set perdus dans chaque finale. Beau niveau de jeu dans les 2. J’ai préféré la finale de Halle quand même.
    J’aurai aimé que Cilic gagne le Queens mais Murray largement au dessus dans le 3ème. belle victoire du britannique. Il m’a plus rassuré que Roger quand même.

    • Conchita 16 juin 2013 at 19 h 18 min

      Pas vu la finale de Halle, mais Murray était vraiment bon sur la fin aussi, comme contre la Tsongue.

      • Kaelin 16 juin 2013 at 19 h 31 min

        t’es pas censée réviser ton bac toi plutôt que de zoner sur internet ? :D

      • Conchita 16 juin 2013 at 19 h 33 min

        Je me détends… l’enfer commence demain! Vous me verrez pas beaucoup les prochaines semaines.

      • Kaelin 16 juin 2013 at 19 h 38 min

        Coup de chance que la saison sur gazon tombe pendant le bac pour toi lol. Moi pour mes révisions de partiels et partiels ya toujours l’OA pour le 1er semestre et RG pour le 2ème, c’est pas facile de suivre les deux ! Mais bon j’y arrive miraculeusement quand même :D.

        • Conchita 16 juin 2013 at 21 h 55 min

          Oui, je suis chanceuse que ce soit l’herbe pendant le bac, j’aurais été folle si c’était pendant Roland. N’empêche que j’ai pas autant révisé que j’aurais dû à cause du très beau parcours de Ferrer.

  22. Oluive 16 juin 2013 at 20 h 54 min

    Je vois que Federer a enfin lancé sa saison. Sans la manière certes, mais lancée quand même.
    Il a raison, ce sont les titres qui comptent.
    Du peu que j’aie pu voir (et rien du match d’aujourd’hui), il m’a semblé fébrile, et avec un déplacement moyen.
    Le premier cause du second ? L’inverse ?

    15/0 contre Youzhny.
    Courage, encore deux victoires et Federer rejoint Lendl sur le trône des plus grands fessées du tennis (17/0 contre Mayotte). Encore un, et il partage la médaille d’argent avec lui (16/0 conter Gilbert).

    Mais, le plus étonnant des h2h de Fed, c’est quand même celui contre Ferrer.
    14/0, faut-il le rappeler ?
    Avec la victoire d’aujourd’hui, Youzhny prend le désavantage.
    Car avant celle-ci, Ferrer était bel et bien lui aussi le plus fessé par le Suisse.
    Le voici désormais bien calé entre Youzhny et Nieminen. Et à quelques encablures de ses potes (10/0 contre Lopez et Robredo).
    Ferrer, vainqueur de vingt titres, complet contemporain de Federer, 4e mondial à 31 ans, hyper solide et régulier.
    Ferrer, qui a gagné contre tout le monde.
    Tout le monde sauf un.
    A ce niveau là, ce n’est plus de la bête noire, c’est de la black beast.
    Et certains s’étonnent ici qu’une groupie du petit coureur haïsse céans Monsieur 25%-des-coms ?
    … Une groupie qui, en réfléchissant mieux, ferait donc bien de prier pour que l’objet de son aversion reste sur les courts le plus longtemps possible…
    A tout le moins, le temps de changer de bit. 0 / 1, ça change tout.
    Je trouve personnellement cette feuille de stars-là si extravagante que je suis prêt à parier que Ferrer finira par passer. A moins que Rogé ne l’esquive jusqu’au bout…

    Dans le genre stats, lu celle-ci, intéressante, sur Eurosport (http://www.eurosport.fr/tennis/atp-tour/2013/roger-federer-egale-john-mcenroe-mais-connors-et-lendl-sont-trop-loin_sto3804679/story.shtml) :
    Nadal concentre 54% de ses titres sur quatre tournois !
    Certes pas des tournois de plage, loin s’en faut, mais c’est tout bonnement fou.
    On peut ajouter qu’il concentre 66,66% de ses titres majeurs sur Roland.

    Transition : passage graduel d’un état à un autre.
    Et il y en a ici pour penser que Federer, parlant de transition, signifiait qu’il allait revenir à un 2014 en forme de 2012 ?
    Je ne crois pas.
    A la rigueur, il se dit peut-être que, si jamais cette moitié de saison est faste, il pourra tenter un turbot début 2014… Mais je ne suis pas certain qu’il y croie lui-même.
    Sinon quoi ?

    Côté Murray, il ne fera pas bon croiser le Scott avant la finale à Wimby…

    • Conchita 16 juin 2013 at 21 h 59 min

      Moi je pense que oui, que Federer s’est beaucoup fatigué pour redevenir numéro 1 mondial l’an dernier et batte les records de Sampras et qu’il a décidé d’une année un peu moins intense pour se redonner de l’appétit et de la joie de jouer. Je pense qu’il gère même ses années.

    • Antoine 16 juin 2013 at 22 h 24 min

      Il ne faut pas exagérer Oluive: dans le 15-0 contre le Dr Youz, il y a un WO, donc en fait, cela fait 14-0, comme contre Ferrer…

      • Skvorecky 16 juin 2013 at 22 h 56 min

        C’est bien 15-0 depuis cet après-midi. C’était la seizième fois que leurs chemins se croisaient, tu peux recompter. Un WO effectivement + 15 victoires suisses. Un WO n’est évidemment jamais comptabilisé dans ce genre de stat.

        • Antoine 16 juin 2013 at 23 h 24 min

          ..C’est triste pour le Dr Youz…C’est lui qui a le record alors, si l’on peut dire…Vivement que Roger étende David pour le remettre à égalité, n’en déplaise à Conchita..

  23. Conchita 16 juin 2013 at 21 h 52 min

    Bonsoir Oluive, c’est vrai que la stat de David contre Federer est désespérante.
    Je ne suis même pas certaine que Ferrer soit parvenu à lui prendre ne serait-ce qu’un set. Comme tu le dis, il y a très certainement un lien avec mon peu d’enthousiasme pour monsieur 25%. En même temps jusqu’à il y a peu, je supportais relativement bien Federer.

    Que veux-tu dire par : « … Une groupie qui, en réfléchissant mieux, ferait donc bien de prier pour que l’objet de son aversion reste sur les courts le plus longtemps possible…
    A tout le moins, le temps de changer de bit. 0 / 1, ça change tout. »

    Et quelle différence entre bête noire et black beast ?

    • Antoine 16 juin 2013 at 22 h 31 min

      Il ne faut pas t’en faire à propos de ce H2H, Conchita: si David ouvre son compteur contre Roger en quarts de finale à Wimbledon, on s’en souviendras davantage que de son H2H avant ce match…

      • Oluive 16 juin 2013 at 23 h 12 min

        Sauf que, sauf changement coup de tonnerre dans les attributions de têtes de séries (et Roger vient manifestement de se déclarer hostile à ça, ce fieffé politique), Ferrer et Federer ne pourront se croiser avant la finale.

        Une autre question que je me pose du coup : si jamais les points des JO n’entraient pas dans les calculs, Federer n’aurait aucune chance de passer TS2 ?

        Quoi qu’il en soit, sur ce Wimby, et pour une fois, j’ai envie d’un Federer / Nadal !
        Même en quarts, ça me va !
        Parce que Nadal Ferrer, naze, ça sert à rien.
        Nadal Djoko on vient de se le faire.
        Nadal Murray aussi ça aurait de la gueule…

        • Antoine 16 juin 2013 at 23 h 21 min

          Non, même si on ne prend pas en comptes les JO, il ne peux être TS2…

          Un Nadal-Federer à Wimbledon, je trouve aussi que ce serait intéressant..

  24. Remy 16 juin 2013 at 22 h 31 min

    Federer sur le choix des têtes de séries à Wimbledon
    While some have called for Wimbledon to adjust its seedings to move Nadal up to the top four, Federer disagreed, and said the current No. 4, David Ferrer, had earned his seed.

    “Ferrer has played rock solid the last 365 days,” Federer said. “What are you going to say? Rafa hadn’t played that much. That’s how the rankings go. But in probably a month or so Rafa is going to be the top two — or three. So, he’s going to be patient right now.”

    Federer added: “Clearly it changes the draw, the dynamics of it but not more than that, really. I mean the quarterfinal is not first round. It’s still far away in the draw if you think about it.”

    Source : http://www.nytimes.com/2013/06/17/sports/tennis/federer-secures-first-title-of-year.html?ref=sports&_r=0

    Je suis tellement d’accord

    • Antoine 16 juin 2013 at 23 h 06 min

      Si jamais Roger se retrouve en quarts contre Nadal, j’espère qu’il y aura un journaliste pour lui demander s’il n’aurait pas préféré jouer contre David…

      A la fin de cet article du New York Times, on apprend que le Dr Youz n’est pas un adepte de la théorie décliniste en ce qui concerne Roger:

      « Youzhny, not surprisingly, said he did not believe that Federer’s game had declined.

      “I don’t like when somebody starts to talk about he’s not the same,” Youzhny. “What do you mean he’s not the same? He’s the same good.”

  25. Antoine 16 juin 2013 at 22 h 50 min

    J’ai l’impression que ce tournoi de Wimbledon va être intéressant et très ouvert cette année..

    Les deux meilleurs depuis de début de la saison, Nadal et Djoko s’y pointent sans match de préparation, les deux autres, Murray et Roger gagnent leur tournoi de préparation et pas mal de joueurs déjà bons ou en rodage qui peuvent faire des étincelles..

    Cette semaine, restent Eastbourne et S’Hertenbosh, les moins bien considérés de ces tournois car se jouant juste avant le début de Wimbledon mais avec de très bons joueurs aussi: Ferrer qui défend son titre ou Isner qui reprend du service…

    Les pronostics pour Wimbledon vont être particulièrement coton, bien plus que pour Roland Garros, et le tirage va sans doute peser lourd, avec notamment Nadal TS5 en principe.

    Tirage le 21 à 11 heures…

    Rémy, je propose que l’on puisse rendre sa copie pour le RYSC jusqu’au coup d’envoi officiel du tournoi, c’est à dire jusqu’au moment ou Roger, tenant du titre, se pointera sur le central pour ouvrir le bal comme il se doit, lundi 24 à 14h en principe…

    Sinon, les qualifs commencent demain matin à 11h locales..

    • Remy 16 juin 2013 at 23 h 33 min

      Fort possible que je ne sois pas dispo entre jeudi et … mardi.
      L’article sera la vendredi matin mais sans le tableau.
      De Vendredi à Lundi pour publier sa liste, ça me parait plus que correct.

  26. Oluive 16 juin 2013 at 23 h 05 min

    Ça y est, j’ai rattrapé mon retard, et vu la finale de Halle.
    Youzhny a bien défendu ses chances face à un Fed moyen.
    Mais ce n’est pas si étonnant : il n’avait certes jamais fait de finale sur gazon, mais, lors de ses défaites face au Suisse, s’il n’avait je crois pris que trois sets, les deux derniers l’étaient sur herbe. Une surface où son manque de puissance est moins rédhibitoire.
    En parlant de Youzhny d’ailleurs, je crois me souvenir qu’il était rangé par certains dans la catégorie des plus beaux revers. Bof. Je préfère Almagro qui n’est pourtant pas le plus bo.

    Côté dos Suisse, 2 aces à 207 pour boucler le jeu de trois partout au troisième, ça n’a pas l’air mal, non ?

    Moi le truc que j’ai le plus remarqué dans ce match, c’était la feeeeemme poubelle !
    En fait non : la femme sac-poubelle.
    Zavez pas vu Mirka ?
    Je la cherche partout.
    Où est donc passé cette feemmme ?
    Elle va me rendre fou…
    Ah ! c’est y est je la vois !

    Faut dire, avec son espèce de kway marine rose infâme, on pouvait pas la rater.

    Sinon, pour Ferrer, alors j’ai vérifié :

    http://www.atpworldtour.com/Players/Head-To-Head.aspx?pId=F324&oId=F401

    Il a réussi à prendre trois sets en quatorze matches.
    2×1 à Hambourg et Madrid, sur terre donc.
    Et 1 à Cincy en 2009.

    Avouez que c’est quand même ouf.
    Le Ferru il rame sévère contre le Federer.

    bit 0 : Ferrer ne parvient jamais à battre Federer
    bit 1 : Ferrer parvient à battre Federer
    Je suis tout à fait d’accord avec Antoine, et je trouve que ça changerait au final quelque chose à la carrière de Ferrer.
    Surtout, évidemment si c’est en grand chelem.
    Parce qu’à ce compte-là, Söderling ce serait pas mieux : 16 défaites pour une seule victoire.
    Mais quelle victoire… Le match dont, de loin, on se souvient le plus.
    … Le concernant, ça vaut évidemment pour Nadal !

    Bête noire, black beast… La même chose, l’effroi en plus, Conchita…

    • Antoine 16 juin 2013 at 23 h 16 min

      En ce qui concerne le Dr Youz vis à vis de Roger, ses deux derniers matchs sur herbe contre lui étaient à Halle et à Wimbledon l’année dernière: cinq jeux gagnés dans chaque cas, à Halle sur deux sets, à Wimbledon sur trois..

      Sinon, je ne trouve pas que Roger a été moyen aujourd’hui: il a été moyen au premier set mais a très bien joué les deux suivants et n’a eu que deux balles de break à défendre au total..Il a perdu deux fois son service dans la semaine, la première lors de son premier match alors qu’il servait à 5-1 au premier set contre Stebe..la deuxième hier contre Haas au premier set..

      • Oluive 16 juin 2013 at 23 h 31 min

        Peut-être… Mais, au regard de ses déplacement l’année dernière à Wimby, je l’ai trouvé un peu plus lent, un peu moins précis sur les ajustements. Moins en confiance aussi.
        Tu as vu la vidéo de 2012 ci-dessus (les hl Fed Youz) ?

        Une autre question : tu aurais des chiffres, qu’on puisse se faire une idée des différences relatives de vitesse / rebond entre Halle, le Queen’s et Wimby ?
        Halle est sensiblement plus rapide ?

      • Oluive 16 juin 2013 at 23 h 44 min

        Il est grave d’accord avec toi :

        « Perdre le premier set à deux reprises, c’est un super feeling. » (R.Federer, AFP)

        :D

      • Oluive 16 juin 2013 at 23 h 46 min

        Il dit aussi qu’il y a des améliorations à faire mais qu’elle se produiront d’ici Wimby, ce qu’on peut penser réaliste, surtout sur une dynamique de victoire.

  27. Oluive 16 juin 2013 at 23 h 23 min

    Federer m’a paru particulièrement ému après sa victoire.
    Un truc assez simple, une joie sincère et un peu enfantine.

    Monfils m’a ému lorsqu’il a déclaré ne pas jouer Wimbledon.
    Vous croyez que je lui avoue qu’Oluive, c’est un pseudo de mec ?
    Non, parce que là, je me dis que ça va peut-être un peu loin. En plus, avec 15love, on peut remonter mes traces, ma déclaration d’amour tout ça, parce que ben oui, ça a commencé comme ça…
    Je vous avais dit qu’il était prêt à embarquer dans n’importe quoi par amour.
    Et je pourrais rajouter, par felling, par fun, par ouatcha, tchitcha et chabada.
    Le mec que tu peux faire changer trois fois de religion.
    Et le mec qui à chaque fois ira loin.
    Dans un truc assez simple, une joie sincère et un peu enfantine.

  28. Evans 16 juin 2013 at 23 h 28 min

    Federer vient de remporter son 21ème ATP 250 avec cette victoire à Halle. Il a 21 ATP 250 sur ses 77 titres. C’est tout de même exceptionnel. Respect!!!!!

  29. Oluive 16 juin 2013 at 23 h 34 min

    Je prends Cadel en sandwich.

  30. Jérôme 17 juin 2013 at 1 h 01 min

    Que veux-tu Oluive ? Un troll, ça trolle et ça ne sait faire que ça.

    Evans illustre à merveille le dicton de la paille et de la poutre. C’est la 10eme année que Nadal a commencé à gagner des tournois : en 10 ans il n’a gagné que 15 tournois ailleurs que sur terre battue, dont un certain nombre de tournois de Tataouine les bains ou de tableaux pelés comme le crâne de Davydenko.

    Il y a des 250 ou des 500 bien plus relevés que certains M1000 de terre battue.

    Pour revenir aux finales de ce dimanche, mon avis oscille entre ceux d’Oluive et d’Antoine.

    J’ai trouvé que Murray était exceptionnel dans ses déplacements. Ce n’est pas nouveau mais il est à son top physiquement en ce moment. Il a ramené quelques balles impossibles sur des attaques bien croisées de Cilic. Et on était sur gazon, pas sur TB.
    Après, c’est vrai que Cilic, franchement, n’a pas formidablement joué, loin de là, mais je pense que c’est Murray qui le faisait déjouer. Et j’en déduis donc comme Antoine que le niveau de Murray était globalement moyen. Car mine de rien, Murray n’a pas été très loin d’être battu en 2 sets par Cilic.

    Après un set en goguette contre un Youzhny qui jouait très bien, Federer a haussé le niveau et, sans être non plus formidable, il a notamment bien servi contre un russe qui retournait pourtant le feu.

    Ce que j’en dis, c’est que les 2 finalistes de 2012 sont en train de peaufiner leurs réglages et qu’ils sont les 2 favoris de ce Wimby. Ça tombe bien, ce sont les 2 meilleurs joueurs sur gazon car ils ont la palette technique lapsus variée.

    • Colin 17 juin 2013 at 1 h 21 min

      « la palette technique lapsus variée »

      …ou comment faire un lapsus d’un lapsus

      • Skvorecky 17 juin 2013 at 10 h 21 min

        Excellent! :lol:

  31. Don J 17 juin 2013 at 11 h 27 min

    Je suis vraiment surpris de voir comment Nadal et Djoko sont vite enterrés pour ce wimbledon 2013, sous prétexte que le gazon de wimbly n’est pas leur meilleure surface d’expression et que les 2 finalistes de l’année dernière constituent désormais la référence sur herbe.

    Alors qu’en réalité, Nadal et Djoko, sur cette saison 2013 jusqu’à présent sont les 2 meilleurs joueurs, sans conteste. De plus à eux deux ils cumulent 3 titres de wimbledon, c’est 3 de plus que Murray quand même…

    Je m’étais déjà fait la réflexion lors de la finale l’année dernière, il manquait quelque chose dans ce tournois, et ce quelque chose c’était une vraie opposition, un vrai match serré à Murray de son côté de tableau, ce manque c’était bien évidemment Nadal…

    Il ne faudrait quand même pas oublier qu’en GC qu’après la terre battue de RG, c’est sur ce gazon justement qu’il a eu le plus de succès (2 victoires et 3 finales…), c’est donc sa 2ème surface préférée, surtout en 2ème semaine, vous savez pourquoi et Borg l’avait bien montré aussi à son époque. Le tirage au sort va être plus que jamais déterminant, j’ai vraiment hâte d’être à vendredi, déjà pare-ce-que ce sera le we ^^ et que cette édition est très prometteuse, et pour pouvoir commencer à fignoler mon RYSC.

    Je suis convaincu qu’un quart de final Nadal/Federer tournerai à l’avantage de Nadal, invaincu en GC contre le suisse depuis la finale 2007… Une époque plus que probablement révolue…

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis