Gentil, méchant et fou, chacun son tour ou tous à la fois : Goran Ivanisevic

By  | 19 juin 2014 | Filed under: Légendes

A l'abordage de WimbledonGoran Ivanisevic. L’animal a sévi sur les courts du monde entier de 1988 à 2004, y laissant la trace, à l’image de son idole John McEnroe, d’un personnage aux multiples facettes, attachiant, haut en couleurs et ne laissant personne indifférent. A l’heure de lui rendre hommage sur 15lt, abordons donc Goran Ivanisevic par les différents prismes de sa personnalité. Gentil Goran, méchant Goran et Goran fou, ils sont tous là.

Le joueur

Goran Ivanisevic, c’est d’abord un service. Une préparation très basse, mains au niveau des pieds, un bras gauche qui s’élève, et un ace à la fin. Du moins presque toujours un ace à la fin. Au point que le public de Paris-Bercy, en finale du tournoi en 1993, sifflera un Croate qui avait le malheur de trop bien servir ce jour-là. Résultat : Andrei Medvedev, pourtant pas une buse à la relance, ne touchait pas une balle. Avec ce service, le Croate franchira à quatre reprises le cap des 1000 aces en une saison, avec un record absolu de 1477 en 1996. Avec ce service aussi, « Aceman » le bien-nommé se mutilera l’épaule, jusqu’à écrire la fin de sa carrière entre pointillés.

Avant les blessures, lors des fastes années, on ne saurait pourtant réduire le jeu de Goran à son service. Son revers frise l’excellence. Un coup frappé à deux mains, à plat, dans lequel il jette tout le poids de son corps, un peu comme Jimmy Connors pouvait le faire en son temps. Son coup droit, s’il n’est pas la meilleure arme de sa panoplie, n’en reste pas moins celui d’un gaucher, avec tous les angles improbables que cela suppose, suffisamment solide par ailleurs pour tenir l’échange et amasser son quota de points réglementaire sur ce coup. Enfin, la moindre de ses volées, fiable et tranchante, trahit son pedigree d’attaquant, même s’il apprécie modérément de devoir plier ses grandes jambes.

Doté de cet arsenal, Ivanisevic a évidemment tout pour se révéler une terreur sur gazon. Cela tombe bien, Wimbledon est le tournoi qui le fait par-dessus tout rêver. Demi-finaliste dans le Temple dès 1990, alors qu’il n’a que 18 ans, il joue sa première finale sur le mythique gazon anglais en 1992. Première d’une longue série de défaites plus douloureuses les unes que les autres. Favori contre Andre Agassi, lui le serveur contre le relanceur, c’est pourtant en vaincu qu’il quittera le court, au bout de cinq sets palpitants. Deux ans plus tard, nouvelle finale : il fait jeu égal avec Pete Sampras, mais l’Américain le crucifie au tie-break dans les deux premières manches. Dépité, il baisse les bras dans la troisième. 1998, enfin : même affiche, même désillusion contre Sampras, cette fois en cinq sets. « Je crois que je vais me suicider », lâche t-il alors. Voilà pour les finales.

Plus généralement, tout au long de ces années, la liste de ses vainqueurs sur le gazon londonien est une énumération de grands noms du tennis : Sampras (trois fois), Todd Martin (deux fois), Becker, Agassi, Hewitt… Ses rares déconvenues seront toujours dues aux blessures (Nick Brown) ou à de véritables sabordages (Jason Stoltenberg).

En indoor, l’autre surface ultra-rapide de l’époque, il s’avère tout aussi redoutable : vainqueur de deux équivalents Masters 1000 à Stockholm (1992) puis Bercy (1993), il remporta la richement dotée Coupe du Grand chelem en 1995 et joua les demi-finales du Masters en 1992, 1993 et 1996.

Stuttgart 1990, le premier titreMais ce serait une monumentale erreur de réduire le Croate à un simple joueur de surfaces rapides : c’est d’ailleurs bien sur terre battue qu’il dispute les trois premières finales de sa carrière (Florence 1989, battu par Horacio de la Pena ; Umag 1990, battu par Goran Prpic, et Stuttgart 1990 pour enfin son premier trophée, obtenu aux dépens de Guillermo Perez-Roldan). C’est aussi à Roland-Garros, en 1990, qu’il réalise le premier très gros coup de sa carrière en éliminant dès le premier tour le n°3 mondial Boris Becker, avant de rallier les quarts de finale, son premier quart tous Grands chelems confondus. Il se hissera encore à deux reprises à ce niveau du tournoi Porte d’Auteuil (1992 et 1994).

Goran glisse correctement, maîtrise les effets et n’a pas réellement de point faible à l’échange. En 1992, les observateurs voient même en lui le rival le plus dangereux de Jim Courier sur la route d’un deuxième sacre. Un statut de challenger principal auquel le Croate fera d’ailleurs honneur, puisqu’il sera le seul homme à prendre un set au numéro 1 mondial durant la quinzaine. Pour compléter ce parcours de bon terrien, on ajoutera des finales en Masters 1000 à Rome (1993, contre Courier) et Hambourg (1995, contre Medvedev), ainsi qu’une médaille de bronze ramenée des Jeux olympiques de Barcelone, en 1992. Sans oublier, pour le fun, de mentionner ses deux finales de Roland-Garros en double (1990 avec Petr Korda et 1999 avec Jeff Tarango).

La carrière

Le parcours de l’homme de Split se divise en deux parties distinctes, dont la fracture se situe clairement aux alentours de 1999. Avant, le Croate est un grand polyvalent, très régulier, bref, un N°1 en puissance (N°2 à son meilleur classement) que Pete Sampras et Andre Agassi vont meurtrir plus souvent que n’importe qui – de tous les contemporains des deux Américains, il sera d’ailleurs le seul à suivre leur sillage du début à la fin de la décennie 1990. Après, jamais revenu au top de sa forme à cause de multiples blessures (dos, épaule gauche), Ivanisevic se transforme en gestionnaire de son tennis : se reposant essentiellement sur sa mise en jeu et les coups faciles à jouer derrière, rechignant à combattre à l’échange, il n’obtient fatalement plus de résultats sur surfaces lentes.

Sans beaucoup exagérer, le Goran « seconde carrière » est un joueur à peine plus complet qu’Ivo Karlovic, abonné aux défaites précoces et aux désillusions. Même le gazon n’est plus son refuge. L’impact des trois finales perdues à Wimbledon, notamment la dernière en 1998, alors qu’il était si près du but face à Sampras, n’arrange évidemment pas les choses. Il semble avoir baissé les bras, et l’on se dit qu’un dernier titre ATP chez lui, à Split, serait déjà une belle manière de clore sa carrière. Alors de là à l’attendre encore au Panthéon du Grand chelem… On en est très loin lorsque, début 2001, il perd au premier tour des qualifications de l’Open d’Australie ! « J’en avais assez. Je ne me battais plus. »

Pourtant, c’est justement ce Goran-là, tellement plus limité que le précédent, qui récoltera la consécration suprême, à Wimbledon. Juin 2001, six mois après que le Croate ait touché le fond aux antipodes. Le mythe Sampras est déboulonné par un jeune impertinent venu de Suisse, Roger Federer. Andre Agassi s’arrête en demi-finale à l’issue d’un duel somptueux face à Patrick Rafter. Ivanisevic, 125e mondial et bénéficiaire d’une wild-card pour ‘services rendus’, s’est lui accroché tours après tours. Anciens N°1 (Safin, Moya) ou serveurs-fous (Rusedski, Roddick), il les a tous alignés. Et, au moment où il aurait dû perdre, en demi-finale face à l’idole de tout un peuple Tim Henman, la pluie est venue à son secours. En finale, il ne laisse pas passer sa chance et, au bout du suspense d’une finale jouée le lundi à cause de la pluie, remporte enfin ce titre après lequel il a tant couru. Sur un 213e ace en sept matchs – record absolu, tous Grands chelems confondus – il bat Patrick Rafter par 9 jeux à 7 au cinquième set, et devient la première wild-card à triompher à Wimbledon. Il s’est retrouvé à deux points d’une quatrième défaite en finale… « Si j’avais perdu, mon père serait mort. »

Qui a gagné, qui a perdu ?Une victoire à la Pyrrhus : Goran, qui a tant retardé une nécessaire opération à l’épaule pour pouvoir jouer Wimbledon, quitte à ingérer d’impressionnantes quantités d’antalgiques chaque soir, doit passer sur le billard. Mais le muscle restera par la suite en papier mâché, et le Croate devient un intermittent du spectacle. A peu de choses près, le Goran « deuxième partie de carrière » aura été l’homme d’un seul tournoi. Mais quel tournoi… Après son homérique victoire, il ne mettra plus qu’une seule fois les pieds sur les courts du All England Club. Ce sera en 2004, pour un jubilé qui s’achèvera au troisième tour contre Lleyton Hewitt. Le lauréat 2001 déclarera alors : « Je voulais être là cette année. Pour vendre des fraises ou tondre la pelouse s’il le fallait, mais je ne pouvais pas ne pas rejouer dans ce tournoi ».

L’homme

Une sortie qui en dit long tant sur l’humour que sur la sensibilité du Croate. Car Ivanisevic est autant resté dans les mémoires pour son immense service que pour sa personnalité : homme à fleur de peau, volontiers autodestructeur sur le court, limite antipathique dans ses mauvais jours, capable de colères à faire passer Marat Safin pour un modèle de self-control… mais doté d’un sens de l’humour et de l’autodérision étonnants. Ce qui explique le paradoxe d’un joueur souvent boudé par le public niveau tennis, mais adulé pour ses one-man-shows sur et en-dehors du court.

Les journalistes également l’adoraient, conscients qu’il y avait toujours quelque chose à ressortir d’une conférence de presse de Goran Ivanisevic. Florilège, loin d’être exhaustif : « Mon problème est qu’à chaque match je joue contre cinq adversaires en même temps : l’arbitre, le public, les ramasseurs de balles, la surface, et moi-même. » « J’ai joué comme Kournikova ! 20 doubles fautes dans le match ! Je ne savais plus où partait mon service… J’étais content de le voir dedans. » « Je trouve que je suis un bon client. J’offre trois films en un même match : de l’horreur, de l’humour et du suspense. C’est fun. J’adore ça. Je suis comme ça et je n’aimerais pas changer. » « Je ne veux pas aller voir de psychologue du sport. Quand elle aura fini, je serai encore plus fou qu’aujourd’hui. » « Toutes les amendes que j’ai dû payer représentent plus d’argent que le prize money gagné en carrière par certains joueurs ! » « Il y a trois Goran : le gentil Goran, le méchant Goran, et le Goran fou. Heureusement, les trois peuvent claquer des aces. » « J’ai collectionné tellement de plateaux de finaliste à Wimbledon que je pourrais ouvrir mon propre salon de thé. » « Je casse beaucoup de raquettes, mais toujours dans une attitude positive. » « J’ai décidé de changer ma façon de faire. Je vais donc organiser une conférence de presse dans ma tête. Je vous dirai ce qui en ressortira. » « On devrait me mettre en prison pour me punir de la façon dont j’ai joué aujourd’hui ! » Et la petite préférée de l’auteur de ces lignes : « L’année dernière, j’avais perdu contre John McEnroe. Aujourd’hui, je perds contre son frère Patrick. Avec un peu de chance, peut-être que l’année prochaine je pourrai battre leur sœur. »

Melbourne 2002 : les derniers feuxDes aphorismes qui font ressortir un personnage attachant à force de faire dans l’auto flagellation. Goran le méchant caractériel (au tournoi de Brighton, en 2000, il signa même une grande première en devant abandonner un match… faute de matériel : il avait fracassé ses trois raquettes !) et Goran le gentil hypersensible, celui qui fait don d’une partie de ses gains en tournois à des associations caritatives : en 1996, il versait ainsi 50 dollars à diverses œuvres pour chaque ace réussi ! Considérant le caractère du bonhomme, est-ce dès lors étonnant que ses meilleurs amis sur le circuit aient été deux autres doux dingues, Marc Rosset et Marat Safin ?

Plus globalement, Goran Ivanisevic faisait l’unanimité parmi ses pairs : ainsi de Patrick Rafter qui, battu en finale de Wimbledon, disait voir sa déception atténuée par l’identité de son vainqueur. Ainsi aussi d’un autre écorché vif, Andre Agassi : « Jamais jusqu’à cette finale je n’avais encouragé un autre joueur que moi-même. Patrick est un chic type, un gars bien, mais la victoire de Goran possédait une dimension humaine supplémentaire ». Rien à ajouter à ça du côté de votre serviteur. Je voudrais pouvoir vous dire que je lui en veux de m’avoir envoyé bouler à Roland-Garros l’année dernière, d’un « No » définitif alors que je n’avais même pas fini de formuler ma demande d’interview, mais en fait même pas. Au contraire. Quelque part, j’aurais été déçu de tomber sur un énième ancien combattant pressé de ressasser ses souvenirs au premier microphone tendu. Surtout, Goran, ne change rien.

 ####

Pour finir, quelques « head-to-head » marquants (entre parenthèses, les résultats sur terre battue) :

Contre Pete Sampras : 6 – 12 (1-0)

Contre Andre Agassi : 3 – 4

Contre Patrick Rafter : 2 – 2 (0-1)

Contre Evgueni Kafelnikov : 10 – 5 (2-1)

Contre Michaël Chang : 5 – 6 (1-0)

Contre Jim Courier : 3 – 8 (1-3)

Contre Thomas Muster : 3 – 3 (1-1)

Contre Sergi Bruguera : 5 – 4 (1-4)

Contre Boris Becker : 9 – 10 (2-2)

Contre Michaël Stich : 2 – 5 (1-1)

Contre Stefan Edberg : 10 – 9 (1-3)

Contre Andrei Medvedev : 5 – 3 (1-2)

Contre Alberto Berasategui : 5 – 1 (3- 1)

About 

Prenez ma nouvelle adresse : http://livre.fnac.com/a7085832/Marc-Gdalia-Les-monuments-du-tennis-moderne

Tags: , , ,

125 Responses to Gentil, méchant et fou, chacun son tour ou tous à la fois : Goran Ivanisevic

  1. Kaelin 21 juin 2014 at 16 h 34 min

    Au niveau du double, il y a des paires intéressantes qui sont engagés à Wimbledon :

    Paire est engagé avec un polonais, Bednarek. 64ème en double.

    Hewitt de nouveau avec Guccione.

    Bennet – ERV évidemment. TS4.

    Mahut – Llodra. TS12.

    Marc Lopez – Granollers, TS6.

    Stepanek – Paes, TS5.

    Deliciano Lopez – Jurgen Melzer, stylée cette paire !

    Brown – Struff, comme à Halle. A Bois le Duc, Brown n’avait pas joué avec Struff mais avec Henri Kontinen, tiens. Défaite au 1er tour. Struff a joué lui avec Sousa pour une défaite également au 1er tour. Bizarre, ils avaient fait pourtant un Halle en correct en double ensemble, Brown et Struff. Ils semblent avoir voulu essayer un autre partenaire sans succès et reviennent du coup ensemble pour Wim. Tant mieux, la paire me plait bien.

    Nieminem lui joue du coup avec Kontinen pour une paire 100% finlandaise. Kontinen est 63 en double. Je me rappelle que Guillaume en avait parlé en disait qu’à cause de trop nombreuses blessure en simple assez jeune malgré une carrière prometteuse, il a du se consacrer au double.

    Vasek Pospisil joue avec Jack Sock.

    Muller et Jamie Delgado le britannique sont WC.

    Le vieux Max Mirnyi, ancine numéro 1 de la discipline, joue avec Youzhny.

    Thiem s’associe lui à Klizan, le potentiel bourreau de Nadal :D ! Pas de pot, s’ils passent leur 1er tour contre Sousa-Berlocq, ils se tapent soit la paire précédemment citée, soit plus probablement les TS2 Peya – Soares !

  2. Antoine 21 juin 2014 at 16 h 46 min

    Premier titre pour Bautista Agut à Den Bosch…

    Bat Becker 2-6 7-6 6-4..Pourrait rencontrer Murray au 3ème tour à wim..

    • Elmar 21 juin 2014 at 17 h 31 min

      Incroyable, la progression de ce Bautista Agut cette année.

      • Kaelin 21 juin 2014 at 17 h 44 min

        ouep, un joueur multisurface. Il a fait des bons résultats sur gazon, terre et dur cette année.

      • Skvorecky 21 juin 2014 at 18 h 08 min

        15ème à la Race, on ne l’arrête plus!

  3. Antoine 21 juin 2014 at 17 h 58 min

    Le quizz du jour :

    Nadal a t il plus de chances de gagner le tournoi ou de perdre au premier tour ?

    • Kaelin 21 juin 2014 at 18 h 09 min

      s’il perd contre Klizan au 1er tour, je te paie une bouteille de champ’ virtuelle !

    • Skvorecky 21 juin 2014 at 18 h 09 min

      Tout le paradoxe de Nadal en une question!

    • Skvorecky 21 juin 2014 at 18 h 44 min

      A noter que Nadal a déclaré se sentir bien et ne plus craindre de douleurs aux genoux. Tirez-en vos conclusions…

    • Antoine 21 juin 2014 at 19 h 29 min

      Alors ! Personne pour se mouiller et répondre à la question ?

      • Kaelin 22 juin 2014 at 10 h 53 min

        Il va gagner le tournoi, j’en fais mon favori. Je lui donne donc plus de chances de faire cela que de perdre au 1er tour pour répondre à ta question.

    • May 22 juin 2014 at 12 h 30 min

      Duel fratricide pour ma TM, Klizan est celui qui peut me rapporter plus de points mais je pense que je peux faire sans…

      Rosol et Dacis ce sont assez d’alertes pour éviter une 3ème défaite prématurée.
      Bien sûr que Nadal a plus de chance de gagner le tournoi que de perdre contre Klizan. C’est pas comme si il ne l’avait jamais fait!

      D’ailleurs je trouve que beaucoup ont effacé des tablettes les résultats de Nadal à Wim suite à ces 2 dernières défaites.

      • Kaelin 22 juin 2014 at 12 h 44 min

        C’est le moins qu’on puisse dire ! Avant ces 2 défaites prématurées en 2012 et 2013, Nadal à Wim, je le rappelle c’est 2 finale en 06 et 07, victoire en 08 et 2010 et finale en 2011 … ya plus alarmantes comme stats, et là il n’est pas en méforme affichée non plus.

        Il a perdu contre Brown à Halle au 1er tour … c’était le lendemain de sa victoire à Wim, il jouait contre un joueur à domicile, en feu sur ce match, il a très mal joué lui-même (on le voit bien dans les HL d’ailleurs). Rien d’alarmant. Connaissant le bestiau, il doit s’entrainer comme un dingue depuis cette défaite pour se ré-adapter à la surface et dit (bon même si là je n’en tiens jamais trop rigueur vu les nombreuses fois où il nous a plus ou moins entubé là dessus) qu’il n’a plus trop mal au dos, que physiquement il est bien.
        Moi je le mets favori, à la limite co-favori avec Djoko, mais il sera bien présent et ne va certainement pas perdre contre un jeune second couteau plus terrien que spécialiste de gazon. Je le vois avoir du mal au début puis monter en puissance comme d’habitude et remporter le tournoi. On verra bien.

    • Skvorecky 22 juin 2014 at 17 h 42 min

      Ma réponse: cf. mon prono du RYSC.

      Faisons des stats. Depuis son arrivée dans l’élite, 2005 donc, Nadal a obtenu les résultats suivants à Wimbledon:

      2 victoires
      3 finales perdues
      2 défaites au deuxième tour
      1 défaite au premier tour
      1 forfait

      Statistiquement, il a plus de chances de gagner le tournoi (2/8) que de perdre au premier tour (1/8). Il a surtout plus de chances de parvenir en finale (5/8) que de sortir en première semaine (3/8).

      On observe qu’avant 2005, il a également perdu une fois au troisième tour, en 2003.

      Sur l’ensemble de sa carrière, c’est donc simple: soit il ne passe pas la première semaine, soit il est présent le dernier dimanche (et il faut être dans la forme de sa vie pour le battre). 0 défaite en huitième, quart ou demi-finale. Dingue, quand même!

  4. Skvorecky 21 juin 2014 at 18 h 06 min

    Et Gasquet qui égalise à 1 set partout! Incroyable cette fin de tie-break.

    Lopez est remonté de 2-4 à 5-4 et semble avoir le momentum; Gasquet au service.
    Un slice en revers dans le filet: 5-5
    Suit un échange où Feliciano prend le dessus, monte au filet derrière un excellent coup droit décroisé, tout est réuni pour obtenir une balle de match, mais Gasquet sort un passing de coup droit long de ligne intouchable qui rebondit dans le coin du court: 6-5!
    Derrière, l’Espagnol se plante sur son service-volée, volée de coup droit qu’il fiche dans le filet: set Gasquet!

    • Kaelin 21 juin 2014 at 18 h 10 min

      yes!

  5. Skvorecky 21 juin 2014 at 18 h 42 min

    5-5 au troisième set après que Gasquet est passé lui aussi à deux points du match…

  6. Skvorecky 21 juin 2014 at 18 h 47 min

    Lopez breake. Un très beau revers croisé pour obtenir la balle de break. Un point en panique totale de Gasquet pour la convertir. Feliciano va servir pour oublier Dimitrov.

    • Skvorecky 21 juin 2014 at 18 h 51 min

      C’est fait! Belle saison sur herbe de Feliciano! Il joue qui à Wimbledon?

    • Kaelin 22 juin 2014 at 10 h 44 min

      ouep très belle saison sur gazon, en voilà encore un qui doit bien regretter qu’elle ne dure pas plus longtemps .. à Wim il va être dangereux

  7. Patricia 21 juin 2014 at 19 h 10 min

    Bon, j’arrive après la bataille ! Cette fois c’est Richard qui perd malgré un point de plus marqué que Lopez et de meilleures stats… sauf sur BB et en aces. J’ai lu que Richard n’a pas été bien inspiré tactiquement en insistant sur le revers de Lopez – il est vrai que sur cette surface, son revers rikiki est sans doute moins friable…
    Je me disais bien que ça risquait d’être chaud contre Lopez qui a été excellent au Queens et a frôlé la victoire en finale. Deuxième finale perdue sous les yeux de Bruguera, j’espère qu’il va cette fois pouvoir mettre à profit leur collaboration pour analyser et progresser ! (à Montpellier, Monfils était vraiment au dessus, donc pas grand chose à faire… ici c’est apparemment un peu l’inverse dans le set décisif)

    • Kaelin 21 juin 2014 at 19 h 13 min

      noooooooooooo! :(

    • Antoine 21 juin 2014 at 19 h 38 min

      Je lis aussi que Richie a eu deux balles de break à 15-40 dans le troisième..

      Il perd d’un cheveu mais c’est comme cela sur herbe et cela aurait été dur pour Lopez après la finale de dimanche dernier. C’est la première fois qu’il bat Richie en 6 matchs, le premier sur herbe..

      Lopez conserve donc son titre.

      Il doit normalement rencontrer Isner au 3ème tour à Wim, débute le tournoi mardi…Wawrinka en 1/8ème..ce sera sa 3ème semaine de compétition de suite..

    • Montagne 22 juin 2014 at 12 h 56 min

      C’est vrai que Bruguera est la personne la mieux placée pour le faire progresser sur herbe !!!

      • Kaelin 22 juin 2014 at 13 h 07 min

        Bah pourquoi pas. Evidemment qu’il ne va pas le faire progresser techniquement et tactiquement sur la surface, de toute façon Richie n’en a pas besoin, il sait ce qu’il à faire dessus. C’est dans l’approche mentale, d’autant plus que leur collaboration a l’air de plutôt bien se passer (l’absence de résultat dernièrement était due à la blessure de Richie qui depuis que ça va mieux revient vraiment pas mal avec ce parcours correct à RG puis cette finale à Eastbourne. Notamment un très bon match face à Tomic, je me le suis regardé en entier grâce au lien de Patricia, un délice vert !), d’un double vainqueur de GC que Bruguera pourra aider Gasquet, pour qu’il croit en lui. Peut-être aussi l’aspect physique puisque, je ne l’ai pas connu mais je crois savoir que Bruguera était une sacrée bête physique. Gasquet revient tout juste de grosses douleurs au dos puis plus récemment à l’épaule (ça me rappelle le quizz de Patricia tient avec toutes ses blessures qui n’en finissent jamais ^^). Sans oublier le coup droit, que Bruguera comme Grosjean peuvent faire progresser (pour ce que j’ai vu de ses derniers matchs, il n’est pas trop en ce moment sur ce coup, ça fait plaisir).

        Pour l’aspect plus tactique et technique du jeu adapté au gazon, Grosjean sera évidemment mieux placé que Sergui … avec sa demi-finale à Wim, double finaliste au Queens, … Grosjean n’était pas un croco lui !!! :D

      • Skvorecky 22 juin 2014 at 17 h 49 min

        Et Lendl le coach idéal pour gagner Wimbledon.

        Toni Nadal, un ancien professionnel à l’expertise réputée.

        Mourinho, un footballeur de grand talent.

        Etc.

        Avoir été un bon joueur et être un bon coach sont deux choses qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre. Donc Bruguera, Muster ou même Thierry Champion ne sont a priori en rien incompétents pour faire progresser qui que ce soit sur herbe.

  8. Nath 22 juin 2014 at 10 h 04 min

    http://www.sport.fr/tennis/tennis-tsonga-decu-pour-mauresmo-353098.shtm
    Il n’y a que moi qui trouve ça un tout petit peu disproportionné ?

    • Kaelin 22 juin 2014 at 10 h 51 min

      Faudrait voir l’interview dans son ensemble mais sinon je trouve ces propos ridicules de la part de Tsonga … le patriotisme a ses limites (ptet que c’est la coupe du monde et son féminisme bien connu qui surgit dans ces propos lol). Par ailleurs je n’imagine pas trop Tsonga avec Mauresmo contrairement à Murray.

      Et même d’un point de vue purement patrioto-beauf, je pense que le tennis français fait plus parler de lui et améliore son image avec une ancienne gloire du tennis féminin français reconnue pour ses nombreuses qualités tennistiques et humaines qui entraine le numéro 5 mondial plutôt que d’entrainer un français qui ne lui corresponde pas du tout par « priorité nationale ». Il préfère qu’elle entraine Chardy ou Olivetti plutôt que Murray ou quoi pff ??

    • Colin 22 juin 2014 at 11 h 57 min

      C’est débile. Est-ce qu’il a demandé à Rasheed de se faire naturaliser français avant de l’entraîner? Et Bruguera avec Gasquet?

    • Antoine 22 juin 2014 at 12 h 03 min

      Ce qui est vrai, c’est que les joueurs français sont des ânes..Il n’y en a pas un qui a pensé à elle comme coach depuis qu’elle avait brièvement coaché Llodra durant la saison sur herbe en 2011..

      Du coup, c’est Andy qui l’embauche..

    • Skvorecky 22 juin 2014 at 17 h 54 min

      J’ai presque envie de soutenir Murray depuis que Mauresmo est avec lui… La plus grande championne de tennis en France depuis les années 20, hommes et femmes confondus.

      Et c’est incroyable comme Tsonga l’air aigri cette année. C’est l’effet Stan.

      • Patricia 23 juin 2014 at 0 h 05 min

        En fait si je comprends bien ce que dit Tsonga, c’est qu’il est d’accord avec Antoine : « je suis un con j’aurais dû l’embaucher ». Sauf que « Je ne savais pas qu’elle voulait coacher, pourquoi je ne l’ai pas appelée ». Ah oui, pourquoi ? Ben Andy il ne savait pas, et il a demandé à Bartoli de sonder le terrain et il l’a appelée. Ca a l’air d’être trop compliqué pour lui. Gasquet voulait un étranger – je pense que l’idée était de sortir de son confort. Simon est macho, Gael veut des trucs trop compliqués… Et je ne pense pas que les autres joueurs auraient autant intéressé Amélie.

        Maintenant le point de vue de Wade est étrange : en gros Amélie est formidable en tous point mais pas pour Andy car elle est trop sympa ? De fait, il me semble qu’il n’a effectivement rien contre quelqu’un de sympa.

  9. Antoine 22 juin 2014 at 16 h 16 min

    A TOUS,

    Sur le site de Wimby, il y a un jeu ou l’on doit composer son joueur idéal à partir de la liste des engagé(e)s sous une contrainte de budget. Cela revient à composer un team de joueurs ou joueuses (au moins un joueur ou une joueuse par team).

    Après on marque des points en fonction de leurs résultats et si on gagne le concours on gagne 2 places pour la finale 2015.

    On peut créer un club privé regroupant ses amis, ce que j’ai fait.

    Nom : 15-Love

    mot de passe : mariejo

    C’est assez bien foutu..Avis aux amateurs…

    • Skvorecky 22 juin 2014 at 18 h 12 min

      C’est bien sur http://fantasy.wimbledon.com ?

      Ils demandent une adresse mail pour se connecter…

      • Antoine 22 juin 2014 at 18 h 23 min

        Oui.

        Il faut s’inscrire et pour cela donner une adresse mail valide et choisir un mot de passe..

        • Skvorecky 23 juin 2014 at 0 h 15 min

          OK, j’en suis. Je n’avais pas compris qu’il fallait s’inscrire individuellement…

          En fait ce n’est pas un club privé mais une mini-compétition entre 15-lovers!

          • Kaelin 23 juin 2014 at 0 h 31 min

            nom d’une pipe entre tennis manager, le RYSC et maintenant ça, on passe autant à débattre qu’à s’entretuer dans toutes les compétitions possibles et inimaginables … c’est fatiguant le tennis ici ! à part ça je vous aime bien quand même ! ^^

            • Kaelin 23 juin 2014 at 0 h 31 min

              autant de temps*

    • Kaelin 22 juin 2014 at 20 h 56 min

      c’est bon je me suis inscrit dans ta league ! haha je vais etre une quiche mentale, il ne me restait presque plus rien. Je vois qu’il y a déjà Rémy et un certain Pancho Gonzalez ! ^^

      • Antoine 22 juin 2014 at 22 h 13 min

        Pancho Gonzalez, c’est moi..

        • Skvorecky 23 juin 2014 at 0 h 16 min

          Comme c’est étonnant!

    • May 22 juin 2014 at 23 h 00 min

      Je me suis inscrite mais je ne peux pas sauvegarder mon joueur idéal. Budget ça veut dire quoi au juste?

      • Kaelin 22 juin 2014 at 23 h 11 min

        t’as 1000 étoiles à dispositions

      • Antoine 22 juin 2014 at 23 h 24 min

        ..Et ce n’est pas facile de déterminer son joueur idéal avec seulement 1 000 unités au départ. Il faut faire de gros sacrifices..

      • May 22 juin 2014 at 23 h 36 min

        Je comprends, j’ai grillé tous mes points sur 3 catégories. Merci à vous deux pour les infos.

        • Antoine 23 juin 2014 at 0 h 09 min

          J’apprends donc que l’on peut concentrer ses points sur moins de 5 catégories..C’est bon à savoir. On peut tout modifier avant demain midi, puis ensuite à chaque tour.

          La seule chose qui ne peut pas changer est le choix de la catégorie wild card.

          • May 23 juin 2014 at 0 h 16 min

            Tu ne peux pas justement, si tu n’as pas au moins un joueur ou joueuse par catégorie tu ne peux pas sauvegarder tes sélections.

            • Antoine 23 juin 2014 at 0 h 22 min

              …Donc tu n’as pas pu griller tous tes points sur 3 catégories..

            • May 23 juin 2014 at 0 h 26 min

              Non j’avais bien 3 sélections que je n’ai pas pu enregistrer, d’où mon questionnement plus haut. Donc, j’ai dû revoir mes joueurs à la baisse!

              • Kaelin 23 juin 2014 at 0 h 32 min

                dans les 100 points ya pleins de joueurs (et surtout joueuses) que je ne connais même pas !

    • Marina 22 juin 2014 at 23 h 29 min

      J’y suis. Je joue pas la gagne avec mon équipe mais c’était plutôt marrant de réussir à caser Gulbis, Gasquet, Dimitrov et Thiem ensemble.

    • Kaelin 22 juin 2014 at 23 h 57 min

      jme demande si jme suis pas planté pour un truc (j’arrive pas à retrouver mon joueur), Antoine, peux tu me dire si jsuis encore bien inscrit dans la team stp ?

  10. Antoine 22 juin 2014 at 16 h 26 min

    Hier, le quizz du jour était le suivant :

    Nadal a t il plus de chances de gagner le tournoi ou de perdre au premier tour ?

    Seuls Kaelin et May ont répondu. Tous les deux ont écrit que Nadal avait plus de chances de gagner le tournoi que de perdre au premier tour contre Klizan.

    Je suis au regret de leur annoncer qu’ils se sont plantés…C’est du moins ce que disent les sites de paris, en particulier bwin.

    En effet, la cote de Klizan est de 4,5 pour 1 en cas de victoire au premier tour (Nadal : 1,09).

    La cote de Nadal vainqueur du tournoi est de 6,5…

    Autrement dit, Nadal a plus de chances de perdre au premier tour que de gagner le tournoi…

    • May 22 juin 2014 at 16 h 50 min

      Btwin ne donnait pas Djoko vainqueur à Roland?

      • Antoine 22 juin 2014 at 17 h 10 min

        Comme tous les autres sites, jusqu’à avant les demies finales, Djoko avait, devant Nadal, la faveur des pronostics. Il était légèrement plus favori que Nadal. Après les demies finales, c’était l’inverse.

        Les cotes sont peu différentes selon les sites.

  11. Antoine 22 juin 2014 at 16 h 38 min

    Le quizz du jour :

    Qui a le plus de chances d’aller en finale ? Federer ou Murray ?

    • Geo 22 juin 2014 at 16 h 58 min

      Greg Rusedski.

      • Antoine 22 juin 2014 at 17 h 11 min

        Excellent !

        • Geo 22 juin 2014 at 17 h 43 min

          Trois titres à Newport, ça vous pose un outsider.

    • William 22 juin 2014 at 18 h 36 min

      Murray !

    • MacArthur 22 juin 2014 at 18 h 41 min

      Federer!

    • Kaelin 22 juin 2014 at 20 h 45 min

      Murray

    • Antoine 22 juin 2014 at 22 h 14 min

      Vous avez tous perdus…Ils ont tous les 2 la même cote pour aller en finale, 2,8 pour 1 chez bwin..

  12. MacArthur 22 juin 2014 at 18 h 41 min

    Excellent article, Guillaume. Mais c’est un joueur qui ne m’intéressait pas particulièrement.

  13. Kaelin 22 juin 2014 at 22 h 48 min

    2 infos intéressantes relayées par tennisactu.net :

    Le point de vue de Virginia Wade sur l’association Murray-Mauresmo :

    http://www.tennisactu.net/news-atp-wade-murray-et-mauresmo-une-blague-wimbledon-wimbledon-atp-murray-mauresmo-wade-28818.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=facebook

    Sur Stan qui entre au conseil des joueurs cette année et plus globalement sur la nouvelle équipe qui le compose :

    http://www.tennisactu.net/news-atp-stanislas-wawrinka-entre-au-conseil-des-joueurs-atp-wawrinka-28812.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=facebook

    • Antoine 22 juin 2014 at 22 h 55 min

      La vieille bique est jalouse..

      • Kaelin 22 juin 2014 at 23 h 03 min

        Bien résumé :D

  14. Antoine 22 juin 2014 at 23 h 41 min

    Je suis vraiment perplexe au sujet de ce Wimby et j’ai du mal à faire mon RYSC. je pense que je vais prendre 2 vainqueurs, ce qui est impossible mais ce que permet le règlement.

    D’un coté, je me dis que c’est la dernière chance sérieuse de Roger d’en gagner un autre, de l’autre, je me dis que si Nadal n’est pas victime d’un accident industriel en première semaine, personne ne l’arrêtera..

  15. May 22 juin 2014 at 23 h 59 min

    Merci pour tout Rémy, ta présentation, ton assiduité à bien gérer ce jeu qui nous fait bien cogiter.
    Ça devient de plus en plus casse tête de faire des pronos.

    Bon voilà, c’est n’importe quoi mais il faut bien faire des choix!

    1. Djokovic : Demi
    2. Nadal : Victoire
    3. Murray : Finale
    4. Federer : Demi
    5. Wawrinka : 4 rd
    6. Berdych : 4rd
    7. Ferrer : 4rd
    8. Raonic : Quart
    9. Isner : Quart
    10. Nishikori : 4rd
    11. Dimitrov : Quart
    12. Gulbis : Quart
    13. Gasquet : 4rd
    14. Tsonga : 2rd
    15. Janowicz : 4rd
    16. Fognini : 3rd

    Le scalpeur : Querrey
    57 aces pour le vainqueur

    • Kaelin 23 juin 2014 at 0 h 02 min

      tu t’es plantée de fil ! ^^

  16. Skvorecky 23 juin 2014 at 9 h 51 min

    #FantasyWimbledonPlayer

    http://fantasy.wimbledon.com/leagues/your-mini-leagues/10648

    J’apprends donc, dixit Antoine, qu’on peut « tout modifier avant ce midi, puis ensuite à chaque tour. » Faudra pas pousser mémé non plus, je veux bien que ce soit le plus grand tournoi du monde, mais c’est pas comme si on n’avait que ça à faire… Alors les remplacements moi ce sera niet (un peu comme à TM pour le moment).

info login

pour le login activer sur votre profil la barre d'outils

Demande d’inscription

contactez-nous à : 15-lovetennis@orange.fr

Archives

Suivez nous sur Twitter

@15lovetennis